Navigation – Plan du site
Procréation médicalement assistée

La procréation assistée : conflit de paradigmes

Medical assistance to procreation: a conflict of paradigms
Carlo Flamigni
p. 169-178

Résumés

La loi italienne qui réglemente l’accès aux techniques de procréation assistée a été adoptée en 2004 après un long débat. Ses dispositions principales dérivent d’une façon évidente et directe d’une inspiration catholique. Mais cette loi contient de nombreuses « passerelles » – pouvant permettre de contourner les règles les plus contraignantes – dont les plus importantes sont présentées dans l’article. La réaction la plus forte suite à l’approbation de la loi est venue du Parti radical italien qui a décidé d’organiser un référendum visant son abrogation totale. Ce sont finalement quatre référendums d’abrogation partielle qui ont été proposés aux Italiens les 12 et 13 juin 2005.

Haut de page

Texte intégral

1La loi 40/2004 qui réglemente l’accès aux techniques de procréation assistée et leur utilisation a été approuvée en Italie après un débat d’une longueur infinie durant lequel se sont opposés – et ce n’est pas la première fois – les laïcs et les catholiques. La loi a été approuvée par les deux Chambres grâce à un fort soutien transversal, constitué pour l’essentiel des catholiques de droite comme de gauche qui recherchaient l’approbation du Vatican et les voix que ce soutien contribue généralement à obtenir.

2La majorité parlementaire a considéré que ce projet de loi était « blindé », c’est-à-dire qu’il n’était pas modifiable : le projet initial est arrivé à l’approbation finale sans qu’il ait été possible d’y apporter aucun amendement.

3L’Eglise catholique avait refusé la paternité (ou la maternité) de la loi pour la raison – incontestable – qu’elle ne respectait pas la dignité de la conception naturelle, un principe que la curie considère comme indérogeable.

4Il faut préciser que le projet a été préparé par la Fondation Nuovo Millennio – une organisation catholique – avec une contribution significative du Mouvement pour la Vie ; il avait obtenu l’approbation du pape et de nombreux cardinaux et il est considéré aujourd’hui comme le meilleur existant en Europe naturellement, par le Vatican.

5Les normes principales contenues dans la loi 40 dérivent d’une façon évidente et directe d’une inspiration catholique. Je vais essayer de les résumer :

6Il est attribué une dignité d’individu à l’être conçu qui devient « porteur de droits » ; de ce principe dérivent le choix du « cas simple » (il ne peut pas être produit plus de trois embryons, c’est-à-dire le nombre maximum d’embryons qui pourront être implantés), l’interdiction de la cryoconservation des embryons et des examens génétiques préimplantatoires, l’interdiction d’utiliser des embryons pour la recherche scientifique (par exemple pour produire des cellules staminales) ; ces principes ouvrent  également la possibilité (déjà plusieurs fois évoquée) d’un recours à la Cour constitutionnelle afin d’abroger la loi 194/1978 qui autorise l’avortement ;

7les techniques de procréation assistée sont considérées comme une sorte « d’anomalie morale » à peine tolérée : le recours à ces techniques n’est consenti qu’aux couples stériles – sont exclus les couples atteints de maladies génétiques et infectieuses – et certains des droits normalement reconnus aux femmes enceintes disparaissent si la grossesse a été initiée grâce à la PMA (Procréation Médicalement Assistée) ;

8la protection du « principe de famille » a comme conséquence l’interdiction des donations de gamètes ;

9toutes les interventions qui peuvent être considérées comme eugéniques sont catégoriquement interdites ;

10Le Parti radical tout d’abord, les partis laïcs et la gauche ensuite, ont demandé à ce que la loi soit soumise à une série de référendums populaires.

11La réaction du monde catholique a été particulièrement énergique. Le cardinal Ruini, président de la CEI (Commission Episcopale Italienne), a à plusieurs reprises, invité les fidèles à ne pas participer au vote, ce qui devait provoquer l’échec des référendums, leur validité étant liée à la participation d’un quorum d’au moins 50% des électeurs.  

12Le gouvernement, qui était déjà intervenu de façon active au cours de la discussion au Parlement afin de soutenir la loi, a fixé la date du vote au deuxième dimanche de juin, date traditionnellement consacrée par les Italiens aux premiers bains de mer et durant laquelle on a l’habitude de dire que les « villes ressemblent à des déserts ».

13La discussion préréferendaire a été tout à fait singulière. La mobilisation était effective uniquement de la part de la majorité du monde catholique, qui semblait à la recherche d’une véritable guerre de religion : les journaux se sont livrés à des attaques très violentes contre certaines personnalités – plutôt que de discuter leurs idées – et ont agressé leurs lecteurs de manière embarrassante en diffusant des informations dont la fiabilité était douteuse. Les PMA sont ainsi devenues une usine où l’on fabrique des monstres et où l’on souffre ; les embryons sont devenus des « enfants », « des bébés » ou des « nourrissons » et leur cryoconservation a été à plusieurs reprises comparée aux camps de concentration nazis.  

14Le centre gauche, une coalition qui comprend un parti à majorité catholique, la Marguerite, et qui a voté pour partie en faveur de la loi, a essayé d’éviter les nombreux pièges qu’un engagement réel aurait constitué et il a attendu les élections régionales, qui se sont déroulées début avril, avant de lancer un certain nombre d’initiatives somme toute modestes.

15On peut également souligner qu’un certain nombre d’intellectuels généralement considérés comme laïcs se sont alignés au côté des catholiques, parce qu’ils voyaient dans ce conflit l’opportunité de renvoyer dans leur camp conservateur traditionnel un certain nombre de catholiques actuellement égarés dans les brumes de la gauche.

16Il est naturel que ces « bigots laïcs » (ou ces athées dévots comme ils se sont eux-mêmes définis) aient été, parmi tous ceux qui participent au débat, les plus agressifs.

17Au cours des discussions qui ont eu lieu au Parlement durant les auditions des experts, nombreux sont ceux qui avaient mûri l’idée que la loi avait été préparée d’une manière assez maligne et qu’elle contenait un grand nombre de « passerelles », d’échappatoires, qui auraient pu servir à contourner les normes les plus contraignantes et impopulaires.  

18Cet argument mérite un commentaire.  

19Selon l’opinion de beaucoup, l’intention des promoteurs de la loi n’était pas d’arriver à l’approbation de normes trop rigides, de normes qui auraient certainement attiré les pires insultes répertoriées dans notre dictionnaire.

20Et, effectivement, il est très probable que la loi 40 sur la procréation médicalement assistée ait été le résultat d’un accord politique ; puisqu’il ne s’agit là que d’une hypothèse que personne ne sera jamais en mesure de démontrer, je peux seulement rappeler, pour illustrer la crédibilité de ce scénario, que le Vatican avait, jusqu’au moment de l’approbation de la loi, reçu peu de faveurs de la part du gouvernement de centre-droit et que ses demandes les plus pressantes n’avaient pas jusqu’alors obtenu de réponses positives.

21Il est probable que les promoteurs de la loi se sont trouvés dans une situation intellectuelle difficile puisqu’ils étaient contraints de préparer (et ensuite d’approuver) des normes qui devaient être indiscutablement conformes à la morale catholique. Indépendamment de tout autre jugement, il faut bien reconnaître que cet objectif a été atteint étant donné le plein accord avec la loi manifesté par le pape, les cardinaux et le Mouvement pour la vie.

22Probablement avertis du fait que les normes qui allaient être approuvées auraient attiré des critiques féroces d’une partie des médecins et d’une grande fraction de l’opinion publique, les hommes politiques et les experts auxquels avait été confiée la préparation de la loi ont imaginé d’insérer dans le texte un certain nombre de normes dont l’interprétation était incertaine et ambiguë.

23Cette manœuvre ne devait pas être relevée par les parlementaires (certains d’entre eux auraient, je l’imagine, bruyamment protesté), mais elle devait être en revanche clairement perçue par ceux qui, après l’approbation de la loi, auraient eu à préparer les grandes lignes de son application.

24Les « passerelles » étant nombreuses, je me limiterai à illustrer les plus importantes, en suivant l’ordre dans lequel elles me viennent à l’esprit.

25La première passerelle concerne un des points les plus complexes de la loi, celui qui semble imposer aux femmes le fait d’accepter l’implantation dans leur utérus d’embryons qui auraient pu être diagnostiqués comme étant anormaux par les biologistes et les médecins. Sur la cruauté présumée de cette norme qui vise à assurer une protection absolue à la vie à naître, on a beaucoup discuté mais d’une façon tout à fait inutile.

26En effet, cette norme est totalement inapplicable et ceux qui l’ont écrite le savaient parfaitement.

27En continuant la lecture de la loi, en effet, on découvre que les couples ont le droit de savoir quel est l’état de santé et le degré de normalité de leurs embryons et que l’implantation ne s’effectue pas d’une façon automatique. Puisqu’il est évident qu’aucune femme n’accepterait l’implantation dans son utérus d’un embryon anormal (qui pourrait même générer un processus tumoral), il est plus qu’évident que nous nous trouverons, dans ce cas, devant un refus. La loi ne prévoyant aucune sanction pour la femme qui refuse l’implantation, en l’absence de moyens coercitifs qui pourraient obliger la femme à recevoir les embryons produits, le médecin est à l’abri d’une sanction éventuelle. Toute cette partie de la loi devient du coup « imparfaite », impossible à appliquer, inutile.

28Il ne reste qu’une déclaration de principe, aussi cruelle qu’elle peut paraître, mais qui n’est pas plus gênante que la publicité qui interrompt la diffusion d’un film à la télévision.

29L’éventuelle passerelle suivante concerne la reconnaissance à la femme du droit de savoir quel est l’état de santé de son ou ses embryons. Ici, le raisonnement est subtil, mais pas suffisamment pour ne pas être compris, même par des personnes qui ne sont pas des professionnels du secteur.

30En effet, parmi les interdictions qui ont été énumérées, on retrouve celle concernant la manipulation de l’embryon (interprétée, un peu à la hâte, comme l’interdiction de réaliser des examens génétiques préimplantatoires). Cette norme a été interprétée comme le « droit d’effectuer des examens morphologiques sur l’embryon », un droit qui n’a pas de sens parce que ce type de recherche ne sert absolument à rien.

31Les examens morphologiques seraient en revanche utiles sur l’ovule imprégné ou ootide, qui signalent une fécondation atypique par un nombre erroné de pronucléus. Mais la loi indique l’embryon et pas l’ootide. Il en résulte que la seule façon de connaître l’état de santé de l’embryon est d’effectuer un examen génétique. C’est également l’opinion du professeur Cuccurullo (Recteur de l’université de Chieti), qui a présidé la Commission du Conseil supérieur de la santé en charge de valider les grandes lignes d’application de la loi. Le professeur Cuccurullo, qui a ensuite remis sa démission pour protester contre le fait que son avis n’avait pas été pris en compte, a souligné le fait que la connaissance de l’état de santé de l’embryon – qui nécessite un examen génétique – ne détermine pas nécessairement une éventuelle action ultérieure (visant à éliminer l’embryon malade) et que le fait de diagnostiquer un problème ne peut pas être, en soi, considéré comme un acte eugénique.

32Une autre passerelle concerne la liste des ayants-droit aux techniques de procréation médicalement assistée. On sait qu’une des raisons pour lesquelles cette loi a été critiquée tient au fait qu’elle exclut l’accès à l’égard des couples porteurs de maladies génétiques et infectieuses. En réalité, la loi parle de couples stériles et de couples non fertiles et le mot « non fertiles  » dans la langue italienne, fait référence aux personnes qui ne parviennent pas à avoir des enfants vivants et en mesure de survivre (tandis qu’on utilise le terme « stérile » pour les couples qui ne parviennent pas à initier ou à faire initier une grossesse). Par conséquent, est non fertile le couple qui a subi des avortements répétés en raison de problèmes génétiques ou de maladies infectieuses. Comme on peut le voir, une échappatoire existe et elle est même assez large pour deux personnes.

33Je ne parlerai pas de l’utilisation erronée des termes (si vous consultez vos dictionnaires d’italien, vous constaterez que le terme « hétérologue » sapplique à la fécondation réalisée en utilisant des gamètes d’espèces différentes, ce qui revient à dire que la loi 40 interdit l’utilisation de sème d’ornithorynque ou d’ovules de putois mais pas celui de gamètes humains de quelque origine qu’ils proviennent) pour examiner l’une des passerelles les plus intéressantes.

34La loi 40 ne fait jamais mention d’autres termes que l’« embryon » et il semblerait que cela ait été voulu. On parle, il est vrai, de l’être « conçu » mais il s’agit d’un terme ambigu qui veut dire tout et son contraire et que l’on peut ignorer sans problème.

35La non-utilisation de termes différents de l’« embryon » pourrait créer en Italie une situation semblable à celle que l’on a pu observer en Allemagne et en Suisse, pays dans lesquels la congélation des embryons est interdite, mais où celle de différents typespré-embryonnairesest admise, comme par exemple l’ootide ou ovule imprégné. Il convient de préciser que, de ce fait, les situations allemandes et suisses sont en tous points semblables à celles qui autorisent la congélation des embryons.

36Les structures qui se forment avant la constitution de l’embryon sont nombreuses : l’ovule activé, l’ovule pénétré, l’ootide, le zygote. Les étapes cruciales sont la première, qui est représentée par le contact initial entre les gamètes et la dernière qui est caractérisée par l’amphimixie, c’est-à-dire la reconstruction d’un seul génome.

37Il est intéressant de rappeler que de nombreux documents de l’Eglise catholique font référence au zygote comme le moment qui marque le début de la vie de l’individu ; il est encore plus intéressant de souligner que le plus grand expert catholique en la matière, Adriano Bompiani, a écrit en toutes lettres que le zygote est la cellule qui se forme au travers de l’amphimixie. Toutes les bases existent donc pour que les catholiques acceptent une interprétation analogue à celle des Allemands et des Suisses. Mais on dit que l’appétit vient en mangeant et les experts catholiques de bioéthique ont ravalé tout ce qu’ils avaient dit par le passé et ils ont même inventé de nouveaux termes (comme « zygote avec deux pronucléus » !) prenant le risque du ridicule pour détruire une pauvre passerelle.

38On peut rappeler que la position des catholiques en ce qui concerne le statut ontologique de l’embryon devrait être basée – c’est au moins l’opinion des plus grands des experts de bioéthique d’audience vaticane – sur des évaluations rationnelles qui n’aboutiraient que par hasard aux mêmes conclusions que l’analyse basée sur la foi. En fait, il coexiste actuellement de nombreuses théories divergentes sur le début de la vie de l’individu, provenant toutes de philosophes et de théologiens catholiques.

39Si l’on veut synthétiser, on peut considérer que le moment où la vie de l’individu commence est représenté par :

40l’ovule activé ou, selon certains, l’ovule pénétré ;  

41le zygote ;  

42l’embryon à deux cellules ;  

43le blastocyste, considéré comme la structure dont les cellules ont perdu leur totipotence ;  

44l’embryon au moment où il se fixe dans l’utérus ;  

45l’embryon une fois que ses capacités potentielles de former des jumeaux ont cessé ;  

46l’embryon à la fin de son implantation en raison de la présence de la ligne embryonnaire primitive ;

47l’embryon qui a adopté la morphologie anthropoïde (selon le concept des hylomorphistes selon lequel il ne peut pas exister une âme actuelle dans un corps virtuel).

48À mon avis, le Magistère catholique a commis une grave erreur en assignant à la biologie la capacité d’indiquer le moment où la vie de l’individu commence. Comme l’a affirmé de manière catégorique Claude Bernard, la notion de vie est une notion étrangère au domaine de la biologie et ce qui est considéré comme le début de la vie n’est qu’une réponse à une question spécifique. Au contraire le philosophe considère que le début de la vie de l’individu se situe au moment où le processus reproductif devient irréversible et la biologie désigne l’ovule activé. Nous nous trouvons donc devant plusieurs théories, plusieurs indications qui en fin de compte sont toutes exactes parce qu’il n’est pas possible sur ce sujet d’arriver à une vérité absolue et que nous devons nous satisfaire d’une convention.

49Je pourrais discuter encore longtemps de ces sujets : je pourrais vous parler de la définition certifiée de la stérilité, une des théories les plus ridicules que j’ai jamais eu l’occasion d’entendre, puisque la médecine laisse un espace précis à la « stérilité idiopathique », qui peut être auto-certifiée ; ou de l’interdiction de la possibilité de donner son enfant en adoption au moment de l’accouchement qui a été imposée aux femmes qui ont recours aux techniques de procréation médicale assistée, une interdiction inutile dans la mesure où elle viole la loi sur le respect de la vie privée et parce qu’il n’est pas possible d’identifier chez un nouveau-né la manière dont il a été conçu.

50Ainsi l’introduction de ces passerelles s’est avérée complètement inutile comme on peut imaginer que le serait toute tentative de construire des ponts dans le désert de la bonne volonté. La Commission qui a préparé les lignes directrices devant guider la mise en œuvre de la loi s’est à tel point bloquée face à toute tentative d’interprétation un tant soit peu laïque suggérée par les experts non catholiques comme moi, qu’elle en est arrivée à refuser d’insérer une limite d’âge pour les femmes qui demandent leur embryons cryoconservés uniquement pour démontrer qu’elle était aussi inébranlable que le projet de loi l’avait été.

51La réaction la plus forte suite à l’approbation de la loi est venue du Parti radical qui, après une brève discussion, a décidé de lancer une pétition pour obtenir un référendum abrogatoire, ce qui a embarrassé les partis de centre-gauche (et surtout les Democratici di Sinistra), qui étaient mobilisés par l’échéance proche des élections communales (mai 2004) et qui ont présenté seulement plus tard quatre autres referendums qui concernent :

52le risque pour la santé de la femme, au nom duquel on demande l’abrogation de la norme qui interdit le diagnostic préimplantatoire des embryons ;

53la liberté de recherche ;

54l’interdiction de donation de gamètes ;

55l’équivalence entre l’embryon et l’individu.

56Les raisons de ces thèmes se comprennent de façon intuitive, et peuvent être résumées de la façon suivante :

57Il existe avant tout une question de principe liée au refus de l’introduction de normes qui dérivent clairement d’une inspiration catholique dans le dispositif juridique d’un état laïque. La loi 40/2004 viole les droits civiques et la liberté des citoyens et constitue un obstacle sérieux à la recherche scientifique. Elle impose également aux médecins des comportements qui doivent être considérés comme illégitimes dans la mesure où ils induisent des choix thérapeutiques peu efficaces. Le choix du « cas simple », par exemple, implique une diminution des résultats globaux et une réduction spécifique des probabilités de réussite chez les femmes de plus de 37 ans, qui sont par ailleurs particulièrement nombreuses parmi les patientes qui recourent à la procréation médicale assistée.

58Les premières conséquences de cette diminution d’efficacité se constatent dans les faits :

59Le recours à la procréation médicale assistée en Italie a diminué de 20%, le pourcentage de grossesses s’est réduit de 22% et un grand nombre d’Italiens s’adressent à des centres espagnols, belges et suisses afin de recevoir un traitement plus adéquat.

60Avec une certaine surprise, les signatures nécessaires au référendum ont été recueillies en un temps très bref (au total plus de 3 millions et demi de signatures ont été recueillies essentiellement en faveur du référendum qui demande l’abolition totale de la loi) et le premier obstacle, celui constitué par le contrôle de la Cour de cassation, a été surmonté. La Cour constitutionnelle a approuvé les quatre référendums partiels, rejetant la demande d’abrogation totale de la loi.

61Comme on le sait, notre formule de référendum est conçue pour favoriser ceux qui ne veulent pas que le quorum soit atteint puisqu’il est désormais habituel que près de 40% des Italiens ne participent pas aux consultations électorales et que le nombre des électeurs qui ne se présentent pas aux urnes à l’occasion des référendums est encore plus élevé. Mais la question dans ce cas n’était pas aussi simple qu’elle peut le sembler à première vue.

62Les catholiques et le Mouvement pour la vie en première ligne, se sont beaucoup investis pour l’approbation de la loi 40 et ont essayé de faire passer l’idée qu’il ne s’agissait pas d’insérer des normes catholiques dans notre dispositif légal mais de donner voix à une nouvelle « majorité silencieuse », fatiguée de l’égoïsme de certains et de la folie d’autres, convaincue que « tout ce qui est techniquement possible n’est pas moralement permis ». Si on considère que cette hypothèse – qui part, je pense, d’une conviction sincère – est exacte, encore faudrait-il la démontrer. Mais si on devait s’apercevoir du contraire, on se trouverait dans une situation absolument intolérable dans laquelle des normes morales, non partagées par l’opinion publique, sont imposées à la société par une majorité politique temporaire sur sollicitation des lobbies religieux.

63Si les catholiques ne devaient pas voter, cela imposerait tout d’abord de prendre acte du fait que leur respect pour les règles de la démocratie est pour le moins modeste : il ne faut en effet pas oublier que le recours au référendum a été relancé par les catholiques suite à la loi sur le divorce.

64En fait, on n’avait aucune certitude sur la position qu’adopteraient les catholiques, même si l’hypothèse de déserter les urnes commençait à faire son chemin.

65En conclusion, il régnait une certaine confusion chez les catholiques sur la position à adopter vis-à-vis du référendum, même si le choix suggéré par les évêques était clairement identique à celui du Mouvement pour la vie, désireux d’enterrer le référendum sous une avalanche d’abstentions.

66Pour arriver à ce résultat le Mouvement pour la vie devait conduire une campagne très active en faveur du non avec le soutien déclaré de la hiérarchie ecclésiastique. Ceci devait constituer une défaite extraordinaire pour les catholiques, bien plus grave que celle enregistrée lors des référendums sur le divorce et sur l’avortement, qui n’impliquaient, ni l’un ni l’autre, les principes moraux et la dignité de l’église.

67Un petit nombre d’autres représentants du monde catholique déclarèrent qu’ils n’avaient pas peur du référendum. On peut en être satisfait tout en se demandant s’ils ont compris la tâche qui les attendait. En effet, ils ne devaient pas seulement gagner, mais obtenir une majorité de type « bulgare » pour pouvoir être satisfaits.  

68Il ne s’agissait pas d’un problème politique pouvant être résolu simplement en vérifiant de quel côté se trouve la majorité des citoyens : il s’agissait d’un règlement de comptes après une agression commise contre l’Etat laïque et il ne suffisait pas d’une majorité incertaine pour établir qu’il ne s’agissait pas d’une agression, et que « la loi catholique » qui était imposée était en fin de compte légitime.

69Différentes hypothèses étaient imaginables. Si les référendums étaient votés par la plupart des Italiens et si le oui l’emportait, l’on devrait adopter une réglementation (ou approuver « une loi légère ») pour éviter que ne se répètent les critiques adressées aux techniques de fécondation assistée et les accusations de « Far West ».

70Si le quorum ne devait pas être atteint ou si le non l’emportait, il faudrait compter avec attention le nombre des voix exprimées par ceux qui avaient manifesté leur dissidence : ces voix avaient une grande importance parce qu’il s’agissait de voix de citoyens qui se sentent offensés et pensaient avoir subi un abus et qui nourriraient un sentiment d’indignation vis-à-vis des responsables de ces abus. C’est cela et non le référendum en soi qui constitue un fossé divisant le pays, un fossé destiné se creuser de plus en plus au fur et à mesure que le nouveau paradigme sera partagé par un nombre toujours plus important de personnes.

71Aujourd’hui, les personnes les plus favorables aux techniques de procréation assistée et à la recherche scientifique que ces techniques permettent de réaliser sont celles qui en ont besoin. En conséquence leur poids sur les choix de la société n’est pas très lourd. Mais au fur et à mesure que la nouvelle opinion réussira à remplacer l’ancienne, ce sera au tour de personnes qui ne sont pas directement impliquées de se mobiliser et ce phénomène sera déterminant compte tenu des effets qu’il aura certainement sur la société. Qui pourrait avoir intérêt à lancer un conflit aussi grave ?

  • 1   E. Dolcini, Embryon, pré-embryon, ootide : les interprétations de la discipline de la procréation (...)

72Un autre problème doit être pris en considération, problème qui doit être affronté puisque le référendum n’a pas été un succès. Certains constitutionnalistes pensent que différents points de la loi doivent être interprétés de manière restrictive, ce qui pourrait conduire à une série de recours juridiques contre la loi pour inconstitutionnalité. Par exemple, Emilio Dolcini1 pense que, si la jurisprudence ne confirmait pas l’interprétation qui permet de produire plus de trois pré-embryons et leur cryoconservation (de même que l’éventuelle suppression des embryons en surnombre, une fois que l’objectif de la grossesse a été atteint) la loi pourrait être censurée par la Cour constitutionnelle.

73Ceci n’est pas le seul exemple et il est évidemment possible que nous nous trouvions à l’aube d’une saison de recours et contentieux qui pourraient durer jusqu’au jour où une nouvelle majorité – ou une situation politique différente – remettra en chantier la loi et la modifiera de façon plus convenable.

74Il est normal que les citoyens de ce pays se posent des questions : pourquoi tout cela est il arrivé ? Comment cela a-t-il été possible ? Pourquoi est-il si difficile de corriger ce que tous considèrent désormais comme une erreur grave ?

Haut de page

Notes

1   E. Dolcini, Embryon, pré-embryon, ootide : les interprétations de la discipline de la procréation médicalement assistée. Écrit en honneur de Federico Stella – en cours d’impression.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carlo Flamigni, « La procréation assistée : conflit de paradigmes », Droit et cultures, 51 | 2006, 169-178.

Référence électronique

Carlo Flamigni, « La procréation assistée : conflit de paradigmes », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 21 avril 2009, consulté le 25 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/909

Haut de page

Auteur

Carlo Flamigni

Carlo Flamigni est professeur d’obstétrique et de gynécologie à l’Université de Bologne (Italie) et il est membre du Comité National Italien pour la bioéthique. Il a publié plus de 1000 notices scientifiques originales, de nombreuses monographies et quelques ouvrages de vulgarisation : I Laboratori della Felicità (Ed. Bompiani), Storie di bambini piccolissimi (Ed. Giannino Stoppani),  Figli dell’Acqua Figli del Fuoco (Ed. Pendragon), Il Libro della Procreazione (Ed. Mondadori), Avere un Bambino  (Ed. Mondadori),  La Procreazione Assistita (Ed. Il Mulino), Curare la Sterilità  (en collaboration avec P. Mutinelli, Ed. Percorsi Editoriali),  Il Grande Tabù delle donne (Ed. Mondadori), Le ragioni dei quattro sì (en collaboration avec M. Mori, Ed. Gruppo editoriale il Saggiatore S.p.A.). Il a publié de nombreux articles sur différents problèmes de bioéthique. Il a par ailleurs édité 28 ouvrages collectifs et des actes de colloques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org