Navigation – Plan du site
Procréation médicalement assistée

En guise d’introduction : scénarios de science-fiction

By way of introduction: science-fiction scenarios
Silvia Contarini
p. 119-121

Résumés

La question de la reproduction, associée à la crainte ou à l’admiration pour les progrès technologiques, a hanté l’imaginaire littéraire tout au long de la première moitié du XXe siècle. Elle est au cœur, par exemple, des œuvres d’anticipation des futuristes italiens Marinetti et Vasari, puis des écrivains européens Capek, Huxley ou encore Orwell. Ils relient tous l’avènement d’un nouveau monde à de nouvelles modalités de reproduction résultant des progrès technologiques. Dans le monde qu’ils envisagent, la reproduction de l’espèce est ainsi confiée à des hommes mécaniques ou à des machines. La sexualité, le plaisir et l’affection sont séparés de la procréation, celle-ci étant également soustraite au corps de la femme. La fracture entre le corps humain et ses fonctions est consommée. La nouvelle humanité est « déshumanisée ».

Haut de page

Texte intégral

1Mon intérêt pour la question de la procréation n’est pas, à l’origine, de nature juridique ou biologique. Cet intérêt vient de mes études sur la littérature du début du XXe siècle, et surtout sur le futurisme italien.

2En effet le nouveau monde qu’envisage le fondateur du futurisme, F. T. Marinetti, notamment dans l’un de ses premiers romans, Mafarka le futuriste (1910), est un monde où la reproduction de l’espèce se concrétise dans l’enfantement de fils mécaniques, confié à l’homme sans le concours de la femme (« Sachez que j’ai enfanté mon fils sans le concours de la vulve »).

3Ce rêve d’un homme tout puissant, débarrassé de la nécessité d’un ventre féminin pour assurer sa propre reproduction, apparaît dans d’autres textes marinettiens comme Le Roi Bombance.

4Dans les années 1920, après les dégâts de la guerre, au début de l’époque fasciste, la modernôlatrie mécanique du futurisme persiste, mais derrière l’utopie pointe l’angoisse. L’homme nouveau, loin de maîtriser la technologie, semble la subir.

5Dans une pièce fort significative de 1923, intitulée L’angoisse des machines, le futuriste Ruggiero Vasari imagine un « Royaume des machines », habité exclusivement par des hommes mécaniques, privés d’émotion, inébranlables et dominateurs. Ils ont renoncé à se reproduire naturellement et chassé les femmes, trop liées à la sexualité, à la maternité et aux sentiments, liens incompatibles avec un monde technologiquement avancé. Dans la pièce, une femme réussit à s’infiltrer dans le Royaume, séduit une belle et puissante machine, qui éprouve des émotions et redevient humaine. Mais son humanité menace l’existence même du Royaume et la pièce s’achève sur la vengeance des machines. En somme, la robotisation de l’homme fascine, mais sa déshumanisation est très angoissante. L’utopie d’un monde mécanique se heurte à la nature charnelle, mortelle et imparfaite de l’homme, qui doit accepter de partager l’espace social et la sphère intime avec la femme.

6La réflexion de Vasari sur le bonheur impossible de l’homme moderne se poursuit dans la pièce Raun, qui se déroule toujours dans l’ère des machines. Désormais, le monde est tellement planifié que le sort des femmes est confié à une « gynémachine » qui destine chaque jeune fille à une fonction sociale différente : maternité, travail, prostitution.

7Dans ces œuvres d’anticipation, on constate que la sexualité, la reproduction et le sentiment sont constamment séparés, comme si la fracture entre le corps humain et ses fonctions naturelles était désormais consommée.

8La distinction entre corps productifs et corps reproductifs, dans le cadre d’une vision totalitaire et mécanique du monde, avait par ailleurs déjà été élaborée par Karel Čapek, écrivain tchèque, inventeur du mot « robot ». Dans sa pièce RUR (1920), il imagine la révolte et la victoire des robots contre les hommes qui les ont inventés et asservis ; mais dans le nouveau monde déshumanisé, les robots ne savent plus comment se reproduire. Epilogue : seul l’amour redonne l’espoir d’une régénération.

9Quelques années plus tard (1932), est publié la plus célèbre de ces œuvres de science-fiction, le roman d’Aldous Huxley Le meilleur des mondes. Le titre anglais, Brave new world, indique mieux qu’il s’agit bien une fois de plus d’imaginer un nouveau monde et par conséquent un homme nouveau.

10Le roman s’ouvre sur une longue description d’une Salle de Fécondité, où les différentes phases de procréation sont confiées à des machines. À l’évidence, la question de la maternité et de l’enfantement joue un rôle essentiel dans la constitution de ce nouveau monde prétendument parfait. Certes, Huxley a voulu dénoncer les progrès de la science qui, d’après lui, affecteraient les humains. Mais l’échec fondamental du monde qu’il dessine se situe précisément dans la suppression d’une maternité féminine, biologique et affective.

11En épigraphe du roman (d’Huxley), on peut lire (Nicolas Berdiaef) : « Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante : comment éviter leur réalisation définitive ? ».

12Pour continuer ce panorama, non exhaustif, je voudrais encore citer 1984, de George Orwell, écrit au lendemain de la deuxième guerre mondiale. Même si le sujet de ce roman est plutôt le totalitarisme, dans le monde terrifiant imaginé par Orwell, le problème de la reproduction est également abordé et réglé de cette manière : « Nous avons coupé les liens entre l’enfant et les parents (…) l’instinct sexuel sera extirpé. La procréation sera une formalité annuelle ».

13Bref, tous ces textes de fiction, que ce soit avec espoir et enthousiasme, ou avec effroi et crainte, relient l’avènement d’un monde nouveau aux modalités de reproduction. Autrement dit, les formes de la procréation vont influer sur les caractères de la nouvelle humanité.

14Aujourd’hui, la littérature d’anticipation ne semble plus s’intéresser autant à ce genre de questions ; sans doute parce qu’elles ne relèvent plus du futur, de l’imaginaire, de l’utopie, mais du présent, de la réalité et de la science.

15Ainsi, et le hasard fait bien les choses, c’est un essai scientifique du biologiste Henri Atlan, intitulé L’utérus artificiel, tout récemment publié, largement commenté par la presse destinée au grand public, qui a été lu comme un scénario de science-fiction. La reproduction, raconte Atlan, pourra bientôt se faire hors du corps de la femme (ectogenèse), grâce à des machines, qu’il appelle utérus artificiels.

16Atlan y voit la réalisation de l’égalité des femmes, enfin libérées des contraintes physiologiques de la maternité. D’autres, moins enthousiastes, considèrent la fin de la maternité physiologique comme le début de la déshumanisation.

17Ce n’est pas le sujet de ce thème. Toutefois, il m’a semblé intéressant de l’introduire en montrant comment la possibilité de séparer la procréation du sexe, du plaisir et de l’affection, la possibilité de soustraire la procréation au corps de la femme, voire au corps humain, et enfin la possibilité de contrôler la procréation, a hanté l’imaginaire littéraire, avant même de devenir un sujet de réflexion juridique et scientifique.

18C’est bien la preuve que les enjeux de la procréation sont très sensibles et touchent tout un chacun.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Silvia Contarini, « En guise d’introduction : scénarios de science-fiction », Droit et cultures, 51 | 2006, 119-121.

Référence électronique

Silvia Contarini, « En guise d’introduction : scénarios de science-fiction », Droit et cultures [En ligne], 51 | 2006-1, mis en ligne le 18 avril 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/854

Haut de page

Auteur

Silvia Contarini

Silvia Contarini est professeur de littérature et civilisation de l’Italie contemporaine à l’Université Paris X-Nanterre. Membre du CRIX (Centre Recherches Italiennes, E.A . 369), elle dirige la revue Narrativa, consacrée à la production littéraire la plus récente. Parmi ses publications, de nombreux travaux sur les avant-gardes, dont une monographie à paraître très prochainement intitulée La femme futuriste. Mythes, modèles et représentations de la femme dans la théorie et la littérature futuristes. Ses recherches actuelles portent sur la question identitaire dans l’Italie du XXIe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org