Navigation – Plan du site
L'anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

Bilinguisme, interculturalité et communication politique

Bilingualism, Interculturalism and Political Communication
Viola Krebs
p. 43-74

Résumés

Dans un monde de plus en plus interconnecté, où les personnes sont de plus en plus mobiles, la communication interpersonnelle et la maitrise de plusieurs langues prennent une importance grandissante1. C’est la raison pour laquelle, depuis quelques années, un nombre croissant d’études scientifiques ont été effectuées en avec le bi- et le multilinguisme2. Ces études montrent clairement que l’éducation bilingue est un bon moyen permettant de transmettre à l’enfant de multiples langues et qu’elle a un impact positif sur le développement cognitif de l’enfant3.
Globalement, même si le multilinguisme est essentiel pour la communication moderne, il n’existe que relativement peu de programmes de bilinguisme scolaire au sein d’écoles publiques. Cela est particulièrement frappant dans des régions où différentes communautés linguistiques se côtoient. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, ces communautés ne se mélangent souvent pas de façon harmonieuse. Dans de nombreux cas, des luttes de pouvoir se développent entre les communautés, créant ainsi des situations où il n’est guère facile de mettre en œuvre des programmes de bilinguisme scolaire.
Dans le présent article, nous considérerons les arguments avancés dans le contexte de deux référendums et votations populaires. Dans deux régions très différentes, la Californie (États-Unis) et Fribourg (Suisse), ces votes populaires ont mené à une interdiction de programmes de bilinguisme scolaire. Dans les deux cas, les arguments utilisés dans la presse écrite et dans le cadre de témoignages personnels ont clairement montré que le degré de résistance au bilinguisme est directement lié à la perception de l’autre langue. En effet, celle-ci a une incidence importante sur le succès ou non de programmes de bilinguisme scolaire. Nous avons également analysé le rôle spécifique qu’a l’anglais dans les deux cas, le comparant à d’autres contextes socioculturels, particulièrement en Afrique (Mali, Sénégal, Tanzanie et Cameroun). Tous ces pays ont un passé colonial où l’anglais a soit le rôle de la lingua franca soit de langue internationale.
Sur la base de ces observations, nous proposerons des recommandations permettant d’accroître les chances de succès de nouveaux programmes de bilinguisme scolaire.

Bilingualism, Interculturalism and Political Communication

In an increasingly interconnected world, where people are more and more mobile, interpersonal communication and the mastering of multiple languages are of growing importance. This might be one reason why, in the past few years, an increasing number of scientific studies on bi- and multilingualism have been published. They show that bilingual education is a good way of transmitting multiple languages and that it is positive for the cognitive development of a child. Even if multilingualism is essential for modern communication, only relatively few programs of generalized bilingual education in public school systems exist internationally. This is particularly striking in regions where different linguistic communities live in the same area. Contrary to what one might think, these communities often do not mix very well. In many cases, power struggles develop between communities, thus creating a situation where bilingual school systems cannot easily be implemented. In this article, we look at arguments developed in the context of two popular referendums. In two very different regions of the world, California (United States of America) and Fribourg (Switzerland), popular votes have outlawed bilingual education. Arguments brought forward in the written press and by individuals in both cases clearly show that the degree of resistance to bilingual education is directly linked to the perception of the other language. Hence, this perception has a strong influence on the success of bilingual programs in schools. We also look at the specific role the English language is playing in both of theses cases, comparing it to other socio-cultural contexts, particularly in Africa (Mali, Senegal, Tanzania and Cameroon). All of these counties have a colonial past and where English either has the role of the lingua franca and/or the international language.
Based on our observations, we will outline recommendations aiming to increase the chances of success of a new bilingual program.

Haut de page

Texte intégral

  • 4 Michel Malherbe, Les langues de l’humanité, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, Paris, 1993.  http (...)

1Les langues sont des entités vivantes qui s’adaptent aux besoins de leurs locuteurs. C’est ainsi que les 6 000 langues aujourd’hui parlées dans le monde4 reflètent non seulement le besoin des humains d’échanger des informations avec leur famille, leur communauté et la société de manière plus générale, mais elles représentent également un trésor d’histoire humaine et de culture du monde. En-deçà du simple échange d’informations, les langues sont étroitement liées à l’identité individuelle, collective et nationale des locuteurs qui les parlent. Dans ce sens, elles représentent un pouvoir, souvent lié à une lutte de contrôle qui dépasse de loin les questions purement fonctionnelles de la communication. Il suffit de regarder l’histoire de l’humanité et des langues pour s’en rendre compte.

2La question des langues en contact est toutefois particulièrement intéressante dans un contexte de migration importante (changements intervenus durant l’ère coloniale où un grand nombre de personnes sont parties de l’ancien au nouveau monde ou encore à l’occasion de l’exportation d’esclaves de l’Afrique vers les Amériques). Plus récemment, avec la mondialisation et l’introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC), des changements importants et rapides sont en cours par rapport au choix et à l’utilisation des langues (langues parlées, utilisées dans différents contextes, etc.). Cela est notamment dû au fait que les TIC ont transformé le monde en un lieu éminemment plus interconnecté. Dès lors, nous voyons défiler, de façon quasi instantanée, des images et des témoignages d’événements qui se déroulent à l’autre bout du monde sur nos écrans de télévisions et d’ordinateurs. De plus, les nouveaux outils technologiques permettent au simple citoyen de créer et de diffuser des contenus par Internet de façon active et proactive.

3Si le projet de l’esperanto a échoué, c’est l’anglais qui occupe aujourd’hui en partie le rôle du code universel, largement utilisé sur le plan international par des millions de personnes de par le monde. Se pose alors la question de la place de l’anglais en relation à d’autres langues internationales telles que le français, l’espagnol ou encore le chinois. Cette question relative à la diversité linguistique est étroitement liée à la politique des langues dans un pays donné et à son dispositif scolaire facilitant ou non l’acquisition et l’apprentissage de plusieurs langues.

  • 5 Anna Lietti, Pour une éducation bilingue, ed. Petite Bibliothèque Payot/Documents, Paris, 1994.

4Ce qui est certain c’est que, dans ce monde interconnecté où les personnes sont de plus en plus mobiles, la maîtrise de plusieurs langues est d’une grande importance5. Pour les jeunes, le fait de parler plus d’une langue peut souvent améliorer leurs chances de trouver un emploi.

  • 6 Jim Cummins, Bilingualism, multiculturalism, and second language acquisition: the McGill conferenc (...)

5Des études scientifiques sur le bi- et multilinguisme montrent que l’éducation bilingue est une bonne méthode pour transmettre plusieurs langues. Ces études montrent également que l’éducation bilingue, si elle est bien gérée, a un impact positif sur le développement cognitif de l’enfant6.

  • 7 Bernard Comrie et al., The Atlas of Languages, Facts On File, Inc., New York, USA, 1996.

6Considérant ces études, on pourrait s’attendre à un nombre important de programmes scolaires bilingues mis en œuvre dans le monde, compte tenu particulièrement du fait que des estimations nous rapportent  que près de la moitié de la population mondiale est bilingue7. Nombreux sont les facteurs qui contribuent à des statistiques aussi élevées, dont la migration politique, économique et religieuse, ainsi que les politiques linguistiques de pays individuels. Cependant, l’éducation bilingue au niveau de l’école reste relativement rare. Des exemples de succès existent (e.g. Luxembourg, Alsace, Mali), mais dans d’autres cas, l’éducation scolaire bilingue a connu une forte opposition.

7Le présent article est une synthèse de plusieurs études que nous avons menées. Il a pour objectif de :

  • Donner une définition de l’éducation scolaire bilingue en opposition à d’autres formes d’enseignement des langues ;

  • Comprendre pourquoi l’éducation scolaire bilingue rencontre autant de résistance ;

  • Identifier les ingrédients nécessaires pour une éducation scolaire bilingue ayant du succès au sein d’établissement publics ;

  • Mettre en exergue des difficultés possibles qui peuvent sérieusement mettre en danger un projet de bilinguisme scolaire.

8Afin de répondre à ces questions, nous analyserons deux cas où le bilinguisme scolaire a été interdit par un vote populaire : cela s’est produit dans deux parties très distinctes du monde, la Californie (États-Unis d’Amérique) et Fribourg (Suisse) (voir études de cas 1 et 2 présentées ci-après).

9Nous observerons également le rôle de l’anglais dans ces deux cas, comparant nos exemples avec d’autres contextes socioculturels, notamment celui de plusieurs pays africains dont le Mali, le Burkina Faso et la Zambie.

10Le Mali et le Burkina Faso (Afrique de l’Ouest) étaient des colonies françaises. La Zambie, quant à elle, a été administrée par les Anglais pendant plus de 70 ans.

11Dans les trois cas, l’éducation bilingue est pratiquée depuis quelques années dans le but de créer un lien entre les langues locales et la(les) langue(s) internationale(s), héritage de l’ère coloniale.

Bilinguisme et éducation bilingue

  • 8 René & Muysken Pieter, Language contact and bilingualism, Institute for General Linguistics, Unive (...)

12Là où plusieurs systèmes linguistiques sont utilisés, ces systèmes sont en relation. Le contact de plusieurs langues mène inévitablement au bilinguisme, c’est-à-dire à la connaissance et à l’utilisation de deux codes linguistiques par un individu, un groupe social ou une population tout entière8. Le bilinguisme existe dans tous les pays du monde, au sein de toutes les classes sociales et de tous les âges.

  • 9 Souvent appelée langue maternelle, même si elle a été transmise par le père.

13Il est possible de distinguer trois types de bilinguisme : le bilinguisme individuel, souvent isolé et principalement réservé à la sphère privée. C’est par exemple le cas si deux individus de langues premières9 différentes forment un couple et ont des enfants. Il y a des chances que leurs enfants apprennent alors les deux systèmes linguistiques, depuis leur plus jeune âge. Dans le deuxième cas, c’est un groupe, souvent minoritaire, qui parle un dialecte ou une langue autre que la majorité ou la langue officiellement reconnue. Par exemple, les Indiens du Pérou qui communiquent en quetchua, mais maîtrisent généralement aussi l’espagnol, langue officielle du pays. Enfin, dans le troisième cas, toute une population est bilingue, comme c’est par exemple le cas au Luxembourg, où les habitants parlent l’allemand et le français, langues de leurs voisins, ainsi que le luxembourgeois, leur propre langue. Il s’agit alors d’un bilinguisme collectif.

  • 10 L2 : langue seconde, c’est-à-dire une langue étrangère qui n’est pas la langue maternelle de la pe (...)
  • 11 Anne-Lore Bregy, Claudine Brohy, Gabriela Fuchs, Evaluation de l’expérience d’apprentissage biling (...)

14La transmission d’une langue et de sa culture passe souvent par l’éducation. C’est la raison pour laquelle le système scolaire en matière de langues a une influence importante sur le bilinguisme. Il existe un certain nombre de termes permettant de décrire les différentes formes de bilinguisme scolaire. Retenons ici ceux d’enseignement bilingue, d’éducation bilingue, d’immersion et d’enseignement plurilingue. Par enseignement bilingue, nous entendons le fait d’utiliser deux langues (officielles, nationales ou extraterritoriales) pour véhiculer des matières non-linguistiques par le biais de branches scolaires, telles que l’environnement, la géographie, l’histoire ou encore des projets interdisciplinaires. Souvent, l’enseignement bilingueest complété par des activités favorisant le développement de compétences grammaticales et sémantiques dans les langues utilisées. On utilise également le terme d’éducation bilingue qui est un calque de l’anglais, malgré le fait que le terme anglais soit plus vaste dans son acception que son homographe français, qui traduit plutôt l’éducation prodiguée au sein de la famille que la formation scolaire. Parfois, on fait la différence entre immersion et enseignement bilingue : l’immersion a lieu lorsque des branches sont exclusivement enseignées en L210, tandis que l’enseignement bilingue vise explicitement le développement de compétences linguistiques dans les deux langues pour une matière donnée, tissant des liens entre les systèmes linguistiques utilisés. Lorsque plus de deux langues sont en application, on parlera d’enseignement plurilingue11. Suivant le contexte social et familial de l’enfant, il est plus ou moins facile pour l’enfant d’acquérir les différentes compétences dont l’oral, l’ouï, l’écriture et la lecture.

Étude de cas 1 : la Californie, États-Unis

Le vote populaire sur les écoles bilingues

15Le 2 juin 1998, une initiative nommée Proposition 227 a été soumise au peuple californien afin de supprimer une grande partie des programmes bilingues introduits dans les années 1970. Cette proposition a été acceptée par 3 570 193 citoyens et citoyennes, soit 60,9 % des votants, contre 2 296 578 voix, soit 39,1 %. Il faut préciser que ces chiffres correspondent à un taux de participation qui est inférieur à 20 % (population en 1998 : 32 682 794) 12. Par ailleurs, les clandestins, groupe directement visé par la nouvelle loi, n’ont bien sûr pas pu aller aux urnes. La Proposition 227 contient les points suivants13 :

    • 14 Soulignées par nous.

    L’enseignement dans les écoles publiques doit14 se faire en anglais.

  • Cette exigence peut être contournée s’il existe des besoins spéciaux ou si les parents peuvent prouver que leur enfant maîtrise déjà l’anglais ou apprendrait mieux l’anglais grâce à un système d’instruction alternative.

  • Des programmes intensifs d’immersion d’une durée maximale d’une année sont offerts aux enfants qui ne parlent pas couramment l’anglais.

  • Un budget de $50 millions par année, pendant 10 ans, est attribué aux programmes d’enseignement individuel prévoyant des classes d’anglais pour les enfants des communautés étrangères.

    • 15 Cummins (1967 et 1981) et Lambert (1962) ont montré dans leur analyse liée aux seuils que l’éducati (...)

    Comment expliquer l’acceptation par le peuple de telles mesures, quand il a clairement été démontré par des chercheurs et des linguistes que l’enseignement bilingue a un impact positif sur le développement cognitif de l’enfant, à condition que le cadre nécessaire pour cela soit créé ? (voir annexe 1)15.

Démographie, langue et intégration des migrants

16La Californie se situe à l’ouest des États-Unis. Avec environ 33 millions d’habitants, elle en est l’État le plus peuplé. Sa population est originaire de nombreux pays, mais son unique langue officielle est l’anglais.

17Découverte par les Espagnols au XVIe siècle, mexicaine à partir de 1822, la Californie entra dans l’Union des États américains en 1848 et fut érigée en État en 1850. Des Anglais, des Irlandais, puis des Allemands, des Suisses et des ressortissants des pays scandinaves s’y installèrent. La langue officielle devint alors l’anglais.

18La première vague d’immigrés fut suivie d’une deuxième, formée par des ressortissants venant de l’Europe du Sud et de l’Est, ainsi que par des Asiatiques. Elle provoqua des sentiments nationalistes chez la population anglophone. En 1911, la Commission fédérale de l’immigration décida d’introduire des lois restrictives sur l’utilisation de l’anglais. Selon la commission, les nouveaux immigrés n’assimilaient pas assez vite l’anglais et s’accrochaient trop à leur langue d’origine. Le désir d’exclure les langues autres que l’anglais se renforça encore avec les deux guerres mondiales et les sentiments anti-allemands. Les exigences de connaissances de l’anglais devenaient alors toujours plus importantes pour l’obtention de postes à l’État, pour l’immigration et la naturalisation, etc., excluant ainsi toute personne ne maîtrisant pas l’anglais.

  • 16 Entretiens à l’école de Watsonwille, Californie, janvier 2000.

19Aujourd’hui, la Californie compte un nombre important de groupes ethniques différents : Chinois, Coréens et surtout hispanophones venus du Mexique, du Honduras et d’autres pays de l’Amérique centrale. Ces immigrés de dernière génération font partie des milieux les plus défavorisés. Il n’est pas rare qu’ils soient illégaux. La plus grande communauté minoritaire est hispanophone, suite à une forte immigration en provenance d’Amérique latine dans les années 1960. Les hispanophones travaillent le plus souvent dans le secteur agricole, six jours sur sept, à raison de 12 à 14 heures par jour16. Cette situation ne facilite pas leur apprentissage de l’anglais, car il leur reste peu de temps pour prendre des cours. De plus, ils peuvent très bien survivre avec des connaissances extrêmement rudimentaires de la langue anglaise : ils vivent dans un quartier hispanophone et fréquentent des commerces tenus par leurs compatriotes.

20Aujourd’hui, les enfants de parents immigrés de pays non-anglophones apprennent l’anglais au détriment de leur propre langue d’origine (français, italien, espagnol, etc.). Or, cette assimilation ne se fait pas toujours sans difficultés. Les enfants de la première génération réussissent en moyenne moins bien à l’école que leurs camarades anglophones. Ils sont alors stigmatisés et considérés comme « moins capables », « plus bêtes », etc.

  • 17 James Crawford, Bilingual Education : History, Politics, Theory and Practice, Bilingual Educationa (...)

21Pour faciliter l’intégration de ces enfants, l’État a introduit dans les années 1970 des programmes bilingues. On différencie les types de systèmes suivants : 1) English as a second language (ESL) – anglais comme L2 ; 2) English immersion – anglais en immersion et 3) transitional bilingual education (TBE) – éducation bilingue transitoire. Le système n°3 est souvent utilisé comme méthode discrète destinée aux enfants ayant des compétences linguistiques limitées (LEP)17. Néanmoins, l’échec scolaire est resté très élevé dans ces classes et l’illettrisme est, encore aujourd’hui, un sujet d’actualité.

Historique de la votation et principaux acteurs

  • 18 Ce chiffre changera en 2002, car il est basé sur le pourcentage de votants lors des élections du g (...)

22L’initiative populaire Proposition 227 a été lancée par Ron Unz, millionnaire californien, homme d’affaires et directeur d’une compagnie d’informatique. Il a d’abord lancé et financé une campagne de sensibilisation qui lui a ensuite permis de récolter le nombre requis de signatures, soit 419 260 de personnes ayant le droit de vote en Californie18.

23Par le fait même de lancer et de financer la Proposition 227, Ron Unz en est devenu le personnage central. Suite au succès de l’initiative populaire californienne contre l’éducation bilingue, il a aussi aidé des partisans des lois anti-bilinguisme à faire passer une loi similaire en Arizona. La population de l’Arizona a accepté cette loi, Proposition 203, en novembre 2000, avec 63 % de « oui ». Suite à ces deux votes, Ron Unz a fondé une organisation, « One Nation – One California », promouvant la formule « English for the Children », avec pour objectif l’élimination de tous les programmes bilingues encore en vigueur aux États-Unis.

Les autres exemples de lois « English only »

  • 19 Arizona, Arkansas, Californie, Colorado, Floride, Géorgie, Illinois, Indiana, Kentucky, Mississipp (...)
  • 20 CA Secretary of State - Primary98 web site: http://primary98.ss.ca.gov .

2416 des 50 États américains disposent déjà de lois « English only »19. Ces lois ont pour la plupart été introduites récemment. Certaines se contentent de désigner la langue officielle de l’État. D’autres suppriment le soutien gouvernemental aux programmes et services pour non-anglophones. D’autres enfin limitent ou empêchent les programmes bilingues, interdisant les systèmes scolaires ou/et les instructions gouvernementales multilingues – y compris les services de traduction dans les tribunaux et/ou les numéros d’appel d’urgence de la police. Selon une enquête récente, 96 % de la population américaine parle couramment l’anglais. C’est une majorité écrasante par rapport au 4 % restant, soit 10 millions de personnes, possédant seulement des connaissances rudimentaires de l’anglais20. On peut donc dire que le peuple californien ne fait qu’emboîter le pas à d’autres États américains dans une tendance qui va vers l’unilinguisme institutionnel.

Étude de cas 2 : Fribourg, Suisse

25De l’autre côté de l’Atlantique, une autre démocratie directe jouit en revanche depuis longtemps de la réputation d’un pays multilingue : la Suisse. Avec quatre langues nationales, environ 73,5 % de la population parle l’allemand, 20 % le français, 4,5 % l’italien et 1 % le romanche. C’est donc un bon exemple d’un pays où les langues sont en contact, et cela particulièrement dans des régions près des frontières linguistiques. C’est le cas du Canton de Fribourg, l’un des trois Cantons bilingues de la Suisse, ensemble avec Berne et le Valais.

Le référendum contre la réforme scolaire

26En 2000, les autorités fribourgeoises souhaitaient introduire une nouvelle loi scolaire visant, dans un délai de huit ans, à mettre en place une sensibilisation scolaire à « la langue partenaire », allemande ou française, dès l’école enfantine, dans toutes les communes fribourgeoises. Or, un comité d’opposition a lancé une initiative qui a abouti à un vote populaire le 24 septembre 2000. Avec un écart de 582 voix (36 064 de « non », soit 50,41 % contre 35 482 de « oui »), la population fribourgeoise s’est alors prononcée contre l’introduction, dès l’école enfantine, de cours de sensibilisation à la deuxième langue, en allemand dans la partie romande, et en français dans la partie alémanique. Outre des arguments pédagogiques, les opposants ont fait valoir la violation du principe de la territorialité garantissant aux élèves un enseignement dans la langue du lieu de situation de l’établissement scolaire.

Historique de la votation et principaux acteurs

27La majorité des germanophones était favorable à l’introduction de la nouvelle loi scolaire. Ce sont principalement les Romands qui s’y opposaient. Le référendum, quant à lui, a été lancé par Alfons Gratwohl, syndicaliste alémanique du petit village broyard de Surpierre (230 habitants). Opposé à des dépenses supplémentaires de son village pour le transport des élèves ou pour l’engagement et la formation d’enseignants bilingues, Alfons Gratwohl a fondé le Comité du 24 septembre contre la révision de la loi scolaire.

Situation géographique et linguistique de Fribourg

  • 21 Georges Lüdi et al., Le paysage linguistique de la Suisse, Office fédéral de la Statistique, http: (...)

28Le canton de Fribourg (1 671 km2) est limité au nord et au nord-est par le canton de Berne (majoritairement germanophone), au sud et au sud-ouest par le canton de Vaud (francophone). En 1996, le canton de Fribourg comptait 227 866 habitants, dont 61 de francophones et 29,6 % de germanophones21. On comptait également 9,4 % d’allophones ou locuteurs parlant une autre langue : italien (1,9 %), romanche (0,1 %), etc.). Les francophones sont répartis principalement dans les districts et communes sises à l’ouest du canton, alors que les germanophones habitent la partie est. Les langues officielles du canton sont l’allemand et le français, mais ce statut bilingue ne s’étend pas à tout le canton. La partie ouest est unilingue française, la partie est unilingue allemande. C’est ce qu’on appelle une politique d’unilinguisme territorial.

29Dans le canton de Fribourg, l’enseignement public doit être dispensé dans la langue officielle du district suivant la loi du 23 mai 1985 : les enfants fréquentent l’école allemande dans les districts germanophones et l’école française dans les districts francophones, selon la loi scolaire du 23 mai 1985 sur l’école enfantine, l’école primaire et l’école du cycle d’orientation. Dans des districts bilingues, les deux langues sont enseignées mais les parents qui souhaitent envoyer leurs enfants dans un autre district doivent demander une autorisation spéciale. Le canton de Fribourg dispose aussi d’une université bilingue, l’Université de Fribourg/Universität Freiburg, fréquentée par environ 7 000 étudiants. On peut, en principe, choisir d’y étudier soit en français, soit en allemand, soit dans les deux langues à la fois. Pour certains cours, il est toutefois nécessaire de comprendre l’une ou l’autre langue, car il n’existe généralement pas d’interprétation simultanée.

Les langues de la législation et de l’administration cantonales

  • 22 France : Loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française ; Californie : Loi du 2 jui (...)

30Le canton de Fribourg, à l’exemple de la quasi-totalité des cantons suisses, n’a jamais adopté de loi linguistique spécifique, telle qu’on en trouve en France, en Californie, en Catalogne, en Lituanie ou au Québec22. Cependant, le canton dispose d’une trentaine de lois non linguistiques dont certaines contiennent des articles relatifs aux langues. Elles traitent généralement de façon ponctuelle de l’usage des langues dans l’organisation cantonale, judiciaire et scolaire. Elles réglementent aussi l’usage des langues dans le cadre de publications de matériel électoral et de l’état civil.

  • 23 Alexandre Papaux, juge au Tribunal cantonal de Fribourg, cité par Calvet Louis-Jean, http://www.ci (...)
  • 24 Claudine Brohy, « Plurilingual juridical administrations : The case of Switzerland and its plurili (...)

31Comme dans le Parlement national suisse, les députés du Grand Conseil fribourgeois s’expriment dans la langue de leur choix, c’est-à-dire en français ou en allemand littéraire (très rarement en dialecte suisse alémanique). Il n’existe pas d’interprétation simultanée des débats parlementaires, ce qui signifie qu’il est nécessaire de comprendre les deux langues pour siéger au parlement. De façon générale, les lois sont discutées en français, parfois également en allemand, puis rédigées en français et traduites en allemand. Vu le plus petit nombre de députés germanophones, les langues des débats sont d’abord le français et ensuite l’allemand. Le suisse alémanique, pour sa part, demeure rare dans ce genre d’interventions formelles23. Quant au Chancelier du canton et aux juges, ils sont tenus, par la loi, de connaître le français et l’allemand. Une fois décrétés, les arrêtés et les ordonnances sont communiqués en allemand dans la partie allemande du canton et en français dans la partie française. Les autorités judiciaires du canton utilisent la langue du district concerné, soit l’allemand soit le français24. Dans ses rapports avec les citoyens, l’administration cantonale utilise aussi toujours la langue d’usage dans le district concerné.

Analyse de journaux

32Nous avons mené des analyses de contenus de journaux dans le cas de deux votations (Californie et Fribourg). Le but de cette enquête était d’identifier les arguments développés par les partisans et les opposants des deux lois.

33Quant au rythme des parutions, on peut distinguer plusieurs étapes dans la couverture médiatique des deux votations : avant les votations, immédiatement après les votations, l’évaluation de ses conséquences.

Californie

  • 25 Nous définissons comme pièce d’information tout document publié grâce à une source d’information, (...)
  • 26 Janvier 2000, 1 098 347 exemplaires la semaine, 1 385 787 le week-end, Los Angeles Times : http:// (...)

34Pour le vote californien, nous avons analysé 122 pièces d’information25 (articles, lettres de lecteurs, éditoriaux) parues entre le 2 mai et le 2 juillet 1998 dans le Los Angeles Times, le journal le plus largement distribué en Californie. Cette couverture correspond à deux mois, soit un mois avant et un mois après le vote. Le Los Angeles Times fait partie des cinq journaux américains ayant des tirages supérieurs à 1 million d’exemplaires. Très populaire dans les quartiers à forte immigration, le journal propose une édition nationale ainsi que des éditions régionales (Orange County, Home Edition, Valley Edition, National Edition, etc.)26..

35Des 122 pièces d’information du Los Angeles Times, 14 sont des lettres de lecteurs, 10 des éditoriaux, 27 des articles d’opinion, 66 des articles rédactionnels et 5 présentent 3 enquêtes (« Poll or Survey ») réalisées entre le 2 mai et le 2 juin 1998 (annexe 7).

Fribourg

  • 27 Freiburger Nachrichten : www.freiburger-nachrichten.ch.
  • 28 Tous les jeudis, 35 000 exemplaires distribués dans tous les ménages des communes majoritairement (...)
  • 29 Tirage contrôlé: 36 627 exemplaires - selon REMP 2000, lecteurs : 98 000 - selon Mach Basic 2000. (...)
  • 30 Le Temps : http://www.letemps.ch.

36Pour notre analyse de la votation de Fribourg, nous avons choisi d’analyser les pièces d’information parues dans le Freiburger Nachrichten, La Liberté et Le Temps. Le Freiburger Nachrichten27 est le seul quotidien fribourgeois de langue allemande28. Le quotidien régional francophone le plus distribué est La Liberté29. En plus de ces deux journaux régionaux, nous avons décidé d’inclure des articles du Temps30, journal régional qui couvre toute la Suisse romande, et peut de ce fait être comparé au Los Angeles Times. Dans ce cas, il a suffi d’analyser une période de cinq semaines, car très peu d’articles ont été publiés après la votation. Nous avons inclus des articles parus quatre semaines avant et une semaine après le vote.

37D’après ces pièces, il ressort que La Liberté est le journal qui en a publié le plus, soit un total de 87, contre 16 dans le Freiburger Nachrichten et 20 dans Le Temps. Cet écart s’explique principalement par le fait que La Liberté consacre une, voire deux pages du journal à la publication de lettres de lecteurs. En l’espace de cinq semaines, elle en a publié plus de 50. Pour les trois journaux confondus, sur un total de 123 parutions, 51 sont des lettres de lecteurs, 10 des articles d’opinion et 3 des éditoriaux. Les enquêtes et statistiques avant les votations semblent moins populaires en Suisse qu’aux États-Unis. Nous n’en avons pas trouvé dans le cadre de notre analyse. En revanche, des tableaux avec les résultats du vote ont été publiés dans La Liberté le lendemain de la votation.

38Pour la loi scolaire fribourgeoise, la période avant la votation a commencé au mois d’août 2000 et s’est terminée le 23 septembre de la même année, soit la veille de la votation. La deuxième période a commencé le lendemain du vote. Contrairement à la couverture médiatique de la Proposition 227, les journaux fribourgeois ont passé assez rapidement à des sujets autres que le bilinguisme.

Résultats obtenus

Les arguments en faveur du bilinguisme scolaire

39Toute synthèse est quelque peu réductrice, mais elle permet de voir les grandes lignes et les arguments les plus importants développés dans le cadre des deux votes populaires.

Californie

40Le maintien de l’identité : beaucoup d’immigrés ne souhaitent pas perdre leur langue maternelle. Ils voient dans l’éducation bilingue une manière de transmettre leur culture et leur langue à leurs enfants.

41Un soutien scolaire :les parents qui ne parlent pas l’anglais ne peuvent pas aider leurs enfants à l’école, ce qui peut créer des problèmes. Pas de bilinguisme scolaire, pas d’aide pour les devoirs.

42D’abord L1 et ensuite L2 : certains estiment nécessaire de permettre aux enfants de d’abord apprendre correctement la première langue pour ensuite apprendre la L2.

43Aider les enfants plus âgés : les enfants qui ont de vrais problèmes sont les enfants plus âgés, car ils n’arrivent pas à rattraper le retard en anglais. L’éducation bilingue est nécessaire pour permettre une adaptation facile. Certains immigrés plaidaient donc pour le maintien du bilinguisme scolaire.

44Histoire : depuis leur création, les États-Unis ont été un pays multilingue. Pourquoi faudrait-il changer cela maintenant ?

Fribourg

45Les parents veulent assurer le futur de leurs enfants : soucieux d’assurer le meilleur avenir professionnel possible à leurs enfants, la forte majorité des parents approuvait la loi qui aurait amélioré l’apprentissage d’une deuxième langue en sensibilisant les élèves à la diversité linguistique dès l’école enfantine.

46Pour une meilleure compréhension entre Romands et Suisses allemands : tous les partis, sauf la petite formation socio-démocrate, recommandaient d’approuver un projet qui améliore la connaissance des langues tout en stimulant une meilleure compréhension des voisins alémaniques ou romands. Le Grand Conseil avait résolument tourné le dos au passé en refusant d’écouter les quelques voix qui avaient tenté d’attiser une guerre des langues en parlant de germanisation.

47Du personnel bilingue :les milieux économiques, confrontés quotidiennement à la difficulté de trouver du personnel bilingue dans un canton qui dit l’être, figuraient parmi les plus ardents défenseurs de la loi. De nombreuses entreprises récemment installées à Fribourg s’étaient implantées dans la région dans l’espoir de puiser dans un réservoir de main-d’œuvre bilingue. Or, si la plupart des Alémaniques fribourgeois sont bilingues, on ne peut pas dire autant des Romands.

48La poursuite des projets pilotes : une vingtaine d’expériences pilotes de bilinguisme par immersion partielle dès l’école enfantine étaient en cours depuis plusieurs années, aussi bien en zone urbaine (Villars-sur-Glâne, Marly), qu’en zone rurale (Rue, Promasens, Charmey). La population de ces régions est totalement acquise à cette nouvelle forme d’apprentissage de la « langue partenaire ». La commune de Villars-sur-Glâne devait par exemple refuser des demandes pour ne pas déborder du cadre limité fixé par son projet pilote. Or, la nouvelle loi a voulu mettre fin à ces expériences.

49La minorité alémanique massivement en faveur de la loi : comme nous avons pu le voir, les journalistes des Freiburger Nachrichten sont clairement favorables à la nouvelle loi. Cette position reflète bien la tendance générale : la minorité alémanique a massivement voté en faveur du projet, car elle considérait l’amélioration de ses connaissances de français comme un atout, et non comme un « risque ». L’approche était en cela fondamentalement différente de celle d’une forte proportion de Fribourgeois francophones. Cela s’explique aussi par le fait qu’un Alémanique fribourgeois n’a d’ores et déjà guère le choix. Pour faire des affaires ou traiter avec l’administration, le français est non seulement un atout, mais il est le plus souvent indispensable. L’entendre dès l’école enfantine ne peut que faciliter son apprentissage.

Les arguments contre le bilinguisme scolaire

Californie

  • 31 Rappelons que la définition de l’immersion en Californie ne correspond pas à la définition scienti (...)

50Les échecs scolaires – c’est la faute du bilinguisme : certains souhaitaient changer le système, car ils considéraient que l’éducation bilingue est un mauvais système éducatif responsable de l’échec scolaire. Ils souhaitent alors développer un système éducatif par « immersion »31 en anglais et sans espagnol.

51Les arguments économiques :les écoles bilingues seraient trop chères. Certains ne veulent pas payer des impôts pour soutenir des systèmes scolaires exclusivement destinés aux immigrés.

52Nous, les anglophones, et les autres : les immigrés seraient à l’origine des problèmes scolaires et auraient l’obligation de s’adapter à leur pays d’accueil, car ils seraient venus aux États-Unis pour devenir Américains, donc anglophones. Selon ce point de vue, il n’est pas concevable de profiter des avantages d’une vie meilleure tout en se comportant comme si on était encore dans son pays d’origine. On peut aussi observer des réactions qui suggèrent que les anglophones, communauté linguistique dominante, voient une menace dans la présence toujours plus importante de minorités linguistiques qui maintiennent leur langue, et s’isolent dans des enclaves et des ghettos. On voit alors apparaître des arguments tels que : « Notre pays sera-t-il alors dorénavant divisé ? D’abord l’espagnol, puis un jour le chinois, et pourquoi pas le russe ? Les immigrés n’ont qu’à apprendre l’anglais ».

53La mise en cause de l’utilité des langues étrangères : étroitement liée à l’argument précédent est la mise en cause de l’utilité des langues étrangères. Devenu langue mondiale, l’anglais suffit à certains qui ne comprennent pas pourquoi il faudrait gaspiller de l’énergie pour des programmes bilingues.

54Enseigner toutes les langues maternelles des immigrés – mission impossible : les enfants vivant en Californie parlent 140 langues différentes. Proposer un enseignement à tous les enfants dans leur langue maternelle avant d’enseigner en anglais est une mission impossible, non seulement d’un point de vue éducatif, mais aussi d’un point de vue logistique. Or, d’après certains enseignants, cette mission serait l’objectif même de l’éducation bilingue. Ces droits sont accordés aux hispanophones, alors qu’ils ne le sont pas à d’autres groupes linguistiques minoritaires.

55Adaptation au nouveau pays : Certains parents hispanophones pensent que l’éducation bilingue empêche leurs enfants d’apprendre l’anglais. Or, ils souhaitent que leur enfant puisse s’intégrer dans sa société d’accueil. Certains pensent que cela est plus facilement possible avec un système d’« immersion » tel que celui pratiqué en Californie, c’est-à-dire English only. Ils partent du principe qu’il est plus facile d’apprendre l’anglais à un âge très jeune. Les enfants hispanophones seraient donc les principales victimes de l’éducation bilingue, car empêchés de s’intégrer correctement dans la société américaine.

Fribourg

56Opposition et méfiance des enseignants : le corps enseignant francophone était, dans sa forte majorité opposé au projet, mais ne le criait pas sur les toits par crainte de représailles de la part de la Direction de l’instruction publique. Une partie des opposants se disait favorable au bilinguisme à l’école, mais a voté « non » en signe de protestation contre les méthodes d’Augustin Macheret, initiateur de la réforme scolaire, qui usait, selon eux, d’un double langage lorsqu’il s’agissait d’introduire des réformes scolaires. Selon Le Temps, ce climat de forte méfiance interne à la Direction de l’instruction publique était souvent masqué par un discours développant, auprès des parents, des arguments pédagogiques du type : mieux vaut apprendre correctement sa langue maternelle avant d’étendre l’enseignement à « la langue partenaire ». Une partie du corps enseignant francophone a également voté « non » parce qu’il entendait résister à la pression visant à l’inciter à enseigner des branches en allemand. Ce refus s’expliquait de deux manières : une paresse intellectuelle à faire l’effort de formation nécessaire à la maîtrise de l’allemand, et le sentiment que les moyens mis à disposition par l’État pour ce perfectionnement étaient insuffisants.

57Les théoriciens de la germanisation : emmenés par l’ancien conseiller d’Etat socialiste Denis Clerc, notamment soutenu par François Gross, ancien rédacteur en chef de La Liberté, les théoriciens de la germanisation appelaient à refuser le projet par crainte d’une « reconquête » du canton par la minorité alémanique qui représente un tiers de la population.

58Des responsables communaux près de leurs sous : la formation des maîtres est prise en charge par le canton, mais certains responsables communaux redoutaient des dépenses locales supplémentaires liées par exemple au transport des élèves ou à l’engagement d’enseignants bilingues.

59La population rurale éloignée de la frontière linguistique :peu touchés par la frontière des langues, les habitants du sud du canton, dans la région de Châtel-Saint-Denis ou Romont refusaient la loi. Le sud du canton est plus éloigné de la communauté alémanique fribourgeoise. L’on y voit moins la nécessité de maîtriser plusieurs langues dès l’école enfantine. On a également évoqué des problèmes pratiques tels que, par exemple, les longs déplacements que les maîtres bilingues auraient à faire.

60Les sentiments xénophobes : selon Le Temps, une partie de l’électorat à tendance xénophobe s’est massivement déplacé le 24 septembre pour soutenir l’initiative fédérale limitant la population étrangère. Ces électeurs refusaient le projet cantonal de bilinguisme scolaire dans une sorte d’élan contre les Alémaniques.

61Autres points qui ressortent de l’analyse de contenu et d’une enquête sur le terrain et des entretiens

62Afin de compléter notre étude, nous avons aussi effectué plusieurs entretiens avec des enseignants et des parents d’élèves à Watsonville, région rurale de la Californie et à Fribourg en Suisse. L’objectif de ces enquêtes était de vérifier si certains facteurs et arguments n’avaient peut-être pas été mentionnés dans la presse, mais étaient des raisons importantes permettant d’expliquer ce qui a réellement motivé les opposants du bilinguisme scolaire. Il convient d’en retirer les éléments suivants :

Californie

63Absence d’une information adéquate et complète :il y avait un problème de définition de ce qu’est « l’éducation bilingue », « la double immersion », « les classes – English only ». Ainsi, le système « bilingue » pratiqué en Californie ne serait pas considéré en tant que tel dans des écoles alsaciennes, canadiennes ou suisses. Les prétendus programmes bilingues des écoles californiennes correspondaient à des cours pratiquement exclusivement donnés en espagnol pendant les 4 à 7 premières années. Conséquence : en 1999, seulement 6,7 % des enfants placés dans de telles classes ont appris suffisamment d’anglais pour pouvoir s’intégrer dans une école normale. La raison principale de l’échec de certains programmes bilingues est qu’il s’agissait en réalité de programmes monolingues en espagnol.

64L’origine des élèves de l’école McQuiddy de Watsonville : notre enquête confirme que tous les élèves, sans exception, qui fréquentent cette école sont des enfants d’origine hispanophone.

65Le manque de recherches scientifiques : les votes n’ont pas été précédés d’études scientifiques suffisamment approfondies. Plusieurs enseignantes bilingues nous ont confirmé que tous les exemples cités pendant leur formation de professeur bilingue étaient tirés de programmes étrangers (du Canada ou d’Europe). Les premières études scientifiques californiennes sont sorties dans le cadre de l’initiative Proposition 227. Il était alors déjà trop tard pour éviter l’interdiction législative des programmes bilingues dans les écoles publiques.

66L’élément socio-culturel :la majorité des Américains anglophones ne sont pas motivés à apprendre l’espagnol, car il s’agit d’une langue parlée essentiellement par des individus appartenant à « une classe sociale plus basse », c’est-à-dire par des gens qui travaillent souvent dans l’agriculture ou qui ont des postes manuels (usines, cuisines de restaurants, etc.).

Fribourg

67Notre enquête de terrain confirme les points déjà mentionnés dans notre analyse médiatique. Nous n’avons découvert aucun élément ou facteur nouveaux.

Bilinguisme et identité nationale

Le clivage entre la voix de l’expert et l’opinion publique

68Sur la base des articles publiés dans la presse et des discussions que nous avons eues avec des enseignants et des parents dans le canton de Fribourg et l’état de Californie, il est dans les deux cas possible d’observer un clivage entre l’opinion publique et la voix de l’expert. En effet, les experts sont tous d’accord : l’introduction d’une L2 et ensuite d’une L3 à un jeune âge représente des avantages considérables pour l’enfant. Le peuple n’est pas toujours de ce même avis : « Mon enfant n’arrivera pas à assimiler toutes ces nouvelles connaissances ». « Mon enfant n’a que trois ans et ne parle même pas encore correctement sa langue maternelle. Comment voulez-vous qu’il puisse apprendre une L2 déjà maintenant ? ».

Le bilinguisme scolaire et l’identité nationale

  • 32 Anderson Benedict, Imagined Communities, Verso, London, England, 1983, new edition 2000.
  • 33 Anderson cite Hughes Christopher, Switzerland, Praeger, New York, USA, 1975.

69Les deux exemples étudiés de votes illustrent bien le fait que la question des langues touche de façon très profonde à l’identité d’un individu. Dans les deux cas, les discussions sur le bilinguisme ont engendré des prises de position très fortes et souvent assez émotionnelles. Comme le montre Benedict Anderson32, la langue est un outil très important d’unification nationale, voire de nationalisme. Les stratégies de défense du moi et les manières d’unifier un peuple sont souvent très raffinées, camouflées par des excuses de type économique et politique. Selon Anderson33, la raison pour laquelle le nationalisme est arrivé en Suisse très tard, en comparaison avec les pays limitrophes (par exemple l’Allemagne et la France), est que la Suisse en tant que nation multilingue est un pays relativement jeune, car le Tessin a rejoint la Confédération seulement en 1803, suivi par les cantons francophones en 1815. De ce fait, et contrairement à ce qu’on pourrait croire, le multilinguisme actuel est un produit du début du XIXe siècle seulement. A cela s’ajoute le fait que les différentes régions suisses sont restées très isolées, parce que très conservatrices, rurales et difficilement accessibles en raison de la topologie montagnarde. De plus, ces régions n’avaient pas beaucoup de richesses exploitables, ce qui explique en partie pourquoi la Confédération est restée indépendante. Aujourd’hui, même si la cohabitation de différentes communautés linguistiques se passe relativement bien en Suisse, elle ne va pas sans poser un certain nombre de défis d’ordre culturel. Certaines de ces tensions sont devenues apparentes durant le vote de 2000 à Fribourg.

  • 34 Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), Rapport sur la questi (...)
  • 35 http://www.edk.ch/PDF_Downloads/Presse/REF_B_31-03-2004_f.pdf

70La Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP) a publié des recommandations officielles en matière d’apprentissage des langues34 (annexes 5 et 4). D’après ces recommandations, l’enfant devrait obligatoirement suivre des cours dans une deuxième langue nationale et en anglais. Une troisième langue nationale et/ou une langue étrangère sont facultatives. Ainsi, ces recommandations prennent également en compte l’importance croissante de l’anglais. Les besoins et la constellation changent suivant la région. Des régions plus proches de la frontière linguistique (Fribourg, Valais, Berne, etc.) donnent plus d’importance à la langue parlée de l’autre côté de la frontière linguistique, alors que l’anglais prend plus d’importance ailleurs. Plus récemment35, la CIDP a esquissé les objectifs qui prévoient l’introduction d’une L2 qui se fera progressivement plus tôt, en 2006 au plus tard à partir de la 5e, en 2010 déjà à partir de la 3e primaire, et d’une L3 à partir de la 3e, au plus tard. Ces recommandations expriment clairement le souhait d’un multilinguisme renforcé au sein du système scolaire suisse.

71Quant à la Californie, les adeptes de l’unilinguisme encouragent avant tout une plus grande unification nationale californienne, voire américaine, plaidant pour une idéologie nationale plutôt unitaire et centralisée. La Proposition 227 s’inscrit donc dans un contexte évolutif et quelque peu nationaliste. Ainsi, les initiatives de Ron Unz, soutenues par d’autres anglophiles, se poursuivent bien au-delà des frontières de l’État californien, influençant les systèmes éducatifs d’autres États américains.

Bilinguisme scolaire en Afrique comme affirmation de l’identité culturelle postcoloniale

  • 36 Discours du Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, 21 février 2007, à l’occasion de la (...)

72Élargissant notre réflexion sur le bilinguisme scolaire et les ingrédients nécessaires pour son bon déroulement, il convient de comparer nos deux cas étudiés avec le contexte sociolinguistique d’autres réunions, notamment celui de l’Afrique. Comme en Amérique, les langues indigènes africaines ont également été poussées en dehors du dispositif scolaire durant l’ère coloniale. Or, elles sont restées un instrument de communication important de la population. Ainsi, un tiers des langues du monde sont aujourd’hui parlées en Afrique36. Si l’apprentissage des langues locales voire transfrontalières s’est longtemps fait en dehors de l’école, ces langues sont restées un outil important de communication et d’identité culturelle, ce d’autant plus que la culture africaine reste fortement ancrée dans l’oralité. Dans un nombre de pays, il s’est alors creusé un clivage entre la langue du peuple et les langues internationales, héritage de l’ère coloniale.

  • 37 ADEA (Association for the Development of Education in Africa), Volume 17, number 2, April-June 200 (...)

73Ces dernières années, certains pays africains ont réintroduit leurs langues locales dans le cursus scolaire. C’est le cas dans des pays tels que le Mali, le Burkina Faso, la Zambie ou encore la Namibie37. Dès lors, il est question de la langue partenaire et du bilinguisme scolaire fonctionnel et additif.

  • 38 Ministère de l’éducation de base, Secrétariat général, République du Mali. Note sur les éléments d (...)

74Ainsi, le plan d’action triennal publié en 2000 par le gouvernement malien énumère non seulement 13 langues nationales, mais souligne également que l’objectif de la politique des langues au Mali (Afrique de l’ouest) est avant tout de promouvoir les langues nationales dans les écoles afin de permettre au plus grand nombre d’accéder au code écrit et de participer de manière éclairée et démocratique à l’édification de la société38. La loi malienne consacrée aux langues prône alors la diversité linguistique et met en avant l’importance des langues nationales avec leurs dialectes et sous dialectes.

  • 39 « Burkina Faso, Mali, Zambia : Experiences and Results », ADEA Newsletter April – June 2005.
  • 40 Source : ministère de l’Éducation du Mali, chiffres de 1994 à 2000.

75Et quels sont les résultats obtenus à ce jour au Mali et dans d’autres pays du continent ? Plusieurs études montrent que le bilinguisme scolaire est positif dans le contexte africain à condition qu’il soit basé sur un modèle de bilinguisme scolaire additif. Ainsi, des études menées au Mali, au Burkina Faso et en Zambie montrent des améliorations spectaculaires. En Zambie, par exemple, les élèves ont amélioré leur capacité de lecture aussi bien en anglais qu’en langue locale39. Au Mali, le taux de réussite à l’examen du Certificat de fin d’études du premier cycle de l’Enseignement Fondamental (CFEPCEF) est supérieur en moyenne de 16 % dans les établissements bilingues par rapport aux établissements traditionnels40.

  • 41 Alidou Hassana, « Optimizing bilingual education ». ADEA Newsletter April – June 2005.

76Et quels sont les défis ? Des études menées identifient notamment les points suivants41 :

  • Un besoin de renforcer le cadre législatif en matière de langues dans nombre de pays ;

  • Le manque de cursus de formation pour les enseignants d’écoles bilingues ;

  • Le manque de personnes maîtrisant l’écriture des langues locales ;

  • Le recrutement de professeurs qui ne sont pas suffisamment qualifiés ;

  • La désignation de professeurs sans suffisamment prendre en compte leur contexte sociolinguistique ;

77Le manque de matériel scolaire adapté dans les langues locales.

  • 42 « Académie Africaine des Langues : instrument de développement et d’intégration de l’Afrique », di (...)
  • 43 Projet initié par l’ancien président malien, Alpha Oumar Konaré. Décret N° 00-630/PRM du 19 décemb (...)
  • 44 Sommet de Khartoum de janvier 2006 (23 – 24), premier Sommet spécial de l’Union africaine consacré (...)
  • 45 Académie Africaine des Langues : www.acalan.org.

78Si le bilinguisme scolaire a connu le succès dans le contexte africain, il est sans doute essentiel de bien prendre en compte ces défis identifiés. Et comme dans d’autres régions du monde, le choix des langues à l’école est un enjeu de taille pour le continent. Comme le souligne Adama Samassékou, l’ancien ministre de l’Éducation du Mali qui dirige aujourd’hui l’Académie africaine des langues (ACALAN), « la langue – socle de l’identité individuelle et sociétale – est un instrument de reconstruction identitaire, condition sine qua non de la Renaissance Africaine et du développement humain durable du continent »42. Afin de mener une réflexion et de proposer des solutions adaptées en matière de politique des langues, l’ACALAN a vu le jour en 2001 à Bamako, au Mali.43 Elle est devenue une institution spécialisée de l’Union Africaine en 200544 et a pour objectif la promotion des langues africaines, transfrontalières et transfrontalières véhiculaires à tous les niveaux d’éducation ainsi qu’au niveau international45.

Conditions nécessaires pour le succès de programmes bilingues à l’école

La dynamique géopolitique des langues

  • 46 Jean A. Laponce, Langue et territoire, p. 32.
  • 47 La Californie en est un bon exemple.

79Initialement partie du désir d’illustrer comment les écoles bilingues pourraient mieux se développer, nous arrivons à la conclusion que le bilinguisme sur un même territoire n’est pas simple et peut être un facteur de tensions, au même titre que la religion et les origines ethniques différentes. Pourquoi ? La langue est un élément vivant qui évolue avec les peuples qui la parlent. Lorsqu’il y a contact entre plusieurs langues, leurs rapports changent avec le temps. Ainsi, le latin était-il langue dominante sous l’Empire romain. Aujourd’hui, il est langue morte. Des rapports de force entre les langues se dégage une tendance : souvent elles se chassent l’une l’autre dans le même espace géographique pour se rapprocher le plus possible de l’unilinguisme. Dans les mots de Laponce46, « les langues opèrent comme si elles étaient des espèces animales, et les individus qui les parlent des territoires à ressources restreintes. L’idéal, pour une langue, c’est de contrôler tout le terrain. A défaut d’obtenir cet idéal, une langue « cherchera » à s’assurer des positions stratégiques dominantes [... ] »47.

  • 48 Par exemple celui d’un système où sont enseignées des matières dans différentes langues, comme cel (...)

80Les langues peuvent alors être à l’origine de débats sans fin, de discussions passionnées et passionnantes. Elles servent souvent de prétexte pour traiter des sujets tels que l’immigration, le racisme, la peur de l’autre, etc. La Proposition 227 permet de bien illustrer ce phénomène, car ce vote a provoqué des réactions très fortes pour « 1 nation et 1 langue ». Cela est provoqué ou tout au moins renforcé par un taux d’immigration relativement élevé. De plus, les arguments développés se basent souvent davantage sur des sentiments et des émotions que sur des arguments scientifiques et linguistiques. Ainsi, on ne parle quasiment jamais du manque de recherches scientifiques sur les questions du bilinguisme scolaire aux États-Unis. On blâme alors l’éducation plurilingue, sans lui donner une définition claire et sans dépasser la vision nationaliste américaine48.

  • 49 Marinette Matthey, Jean-François de Pietro, « Langues en contact : conflits ou enrichissement », I (...)
  • 50 Ce métissage n’est pas forcément un métissage racial, mais culturel et identitaire.
  • 51 Nous avons testé cela en commençant une conversation en espagnol avec des gens clairement hispanop (...)

81Comme le montrent Matthey et de Pietro49, les jeux de pouvoir entre langues sont en partie motivés par la crainte du métissage culturel.50 En Suisse romande, on parle alors de la germanisation ; en Californie, certains craignent la montée de la langue espagnole, vue comme la langue de la classe ouvrière51.

82Quant à l’Afrique, où le tableau linguistique correspond à l’héritage de l’ère colonial, le pouvoir du peuple est même plus encore lié à une capacité et un désir de développer son identité, de pouvoir étudier dans une langue que le grand nombre comprend.

  • 52 Louis-Jean Calvet, La guerre des langues et les politiques linguistiques, Hachette. 20 janvier 200 (...)

83Enfin, à partir du moment où il y a concurrence linguistique à l’intérieur d’un territoire géopolitique donné, les groupes en présence ont inévitablement tendance à vouloir s’approprier l’espace social, tant géographique que politique ou économique52.

Les impératifs du développement économique

  • 53 Comme c’était le cas en Suisse jusqu’au XXe siècle.
  • 54 Jean-William Lapierre, Le pouvoir politique et les langues, la politique éclatée, PUF, Paris, Fran (...)
  • 55 Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Rapport mondial sur le développement hum (...)
  • 56 Comme le fait remarquer Jean-Louis Calvet, les pays économiquement sous-développés veulent s’insér (...)
  • 57 Quelques exemples : Maghreb, Sénégal, Rwanda, Burundi, Éthiopie, Somalie, Madagascar, Kenya, Tanza (...)

84Globalement, on constate que le maintien du bilinguisme est plus facilement réalisable dans des pays ruraux, où existent des communautés relativement isolées53. Jean-William Lapierre54 montre que les pays industrialisés d’Europe et d’Amérique du Nord ont souvent homogénéisé leur société sur le plan linguistique. Cela se caractérise par la réduction du nombre de langues, l’urbanisation, la généralisation de l’enseignement, l’importance accrue des communications écrites55 et la prolifération terminologique. Accélérée ou provoquée par les impératifs du développement économique, la fonction d’unification de la langue au plan national peut entrer en conflit avec le souci de maintenir l’identité culturelle56. Cette tendance favorise pour le moment l’anglais, le français, l’espagnol, le portugais, le russe, l’arabe, l’hindi, le chinois et le malais, pour ne citer que les langues les plus importantes (tableau 1)57.

Tableau 1 : Les langues les plus parlées du monde, 100 millions de personnes ou plus

Nom de la langue

L1(en millions)

L2 (en millions)

Total (en millions)

Chinois de Pékin

800

200

1’000

Anglais

350

250

600

Hindi-Ourdou

350

100

450

Espagnol

315

15

330

Russe

165

120

285

Indonésien-Malais

50

140

190

Portugais

160

20

180

Arabe

140

30

170

Bengali

170

-

170

Français

75

60

135

Japonais

125

-

125

Allemand

90

10

100

Source : Les langues de l’humanité, « Bouquins », Robert Laffont.

Les conditions pour une « bonne » cohabitation linguistique

  • 58 Selon Jean-Louis Calvet, ce conflit entre unité et diversité n’est pas vécu de la même façon dans (...)

85La cohabitation de deux langues sur un même territoire peut relativement bien se dérouler si les deux langues ont leur place, leur fonction et sont socialement respectées. Ce genre de cohabitation se développe par exemple dans un système où une langue est utilisée pour l’administration et l’autre pour la vie de tous les jours, par exemple dans le cas des certaines anciennes colonies africaines (avec le français, l’anglais ou le portugais), au Pakistan et en Inde (avec l’anglais)58. La L2 est alors un outil fonctionnel, utile dans le cadre du travail et des affaires, alors que, dans la sphère privée, on passe plus facilement à la langue locale.

86La cohabitation linguistique sur un même territoire peut aussi bien fonctionner lorsqu’un pays est protégé par des frontières linguistiques sécurisantes, bien que perméables. Or, ce genre de situation est plutôt rare. Ainsi, la cohabitation linguistique sereine du trilinguisme luxembourgeois pourrait sans doute servir de modèle à tous les pays attachés à la diversité de leurs langues.

Les facteurs sociaux favorisant le bilinguisme scolaire

87Comme l’apprentissage d’une langue passe souvent par l’école, la politique linguistique de celle-ci est un facteur très important. Le bilinguisme scolaire est plus facilement applicable dans des Etats fédéraux qu’unitaires.

88Sa réalisation est difficile, voire dans certains cas vouée à l’échec, si deux langues sont directement concurrentes et/ou si une des langues est parlée seulement par une communauté minoritaire mal acceptée par la majorité de la population. La situation dans laquelle une des deux langues est uniquement parlée par un certain groupe de la société est donc plutôt problématique. C’est le cas de l’espagnol en Californie, considéré comme la langue de deuxième classe, parlée par des immigrés. Par conséquent, certains hispanophones vont jusqu’à renier leurs origines, et avec leurs origines aussi leur langue. L’adaptation culturelle passe alors par la perte de la langue d’origine. Les classes bilingues espagnol-anglais, quant à elles, sont exclusivement fréquentées par des immigrés, et jamais par des enfants de langue maternelle anglaise désirant profiter d’une éducation bilingue.

L’image de l’autre langue

89Pour un programme de bilinguisme scolaire, l’image de l’autre langue est donc essentielle. En effet, il est très difficile, voire impossible, de forcer une personne à parler une langue si elle n’en a pas envie. S’il y a un désir d’instaurer des programmes bilingues, il est, par conséquent, très important que l’enfant ait une attitude positive et ouverte envers les deux langues. C’est seulement dans ce cas-là que la langue peut devenir un véhicule permettant d’accéder à des valeurs culturelles, sociales, etc.

Les aspects pédagogiques

90En plus des contraintes identitaires favorisant le bilinguisme scolaire ou non, la mise sur pied de programmes bilingues exige :

  • une politique scolaire en matière de langues adaptée à la région et prenant en considération l’origine des enfants
    Il est nécessaire de prendre en considération la légitimité et la particularité de chaque langue enseignée. Il faut alors répondre à des questions telles que : est-ce une langue parlée en dehors de l’école, si oui, par qui, etc. Les enfants qui fréquentent l’école sont-ils originaires d’un autre pays ?

  • une bonne connaissance des mécanismes d’acquisition chez l’enfant
    Ici, il s’agit de bien connaître les mécanismes d’apprentissage d’une langue.

  • une information adéquate des parents
    Ceci me mène au constat qu’il ne suffit guère d’encadrer les enfants, il faut aussi s’occuper de la population en général, et des parents en particulier. Cela est essentiel si l’on ne veut pas se retrouver face à des personnes ayant des idées toutes faites, sans fondement scientifique. Expliquer et encore expliquer, vulgariser et simplifier sont des méthodes très importantes lorsqu’on essaie d’introduire une nouvelle méthode scolaire. Pour ce faire, les chiffres et les statistiques sont utiles. Il est plus facile d’illustrer un phénomène linguistique à l’aide de dessins et de chiffres plutôt que d’affirmer simplement que c’est efficace et que ça marche. Il faut plutôt le démontrer.

  • une formation spécialisée des enseignants
    Des programmes de formation spécialisés et l’encadrement des enseignants sont essentiels. Il est par ailleurs important de bien clarifier ce qu’on entend par programme bilingue ou monolingue par opposition à un système d’immersion. Dans le cadre des entretiens organisés avec des enseignants californiens, nous avons constaté une certaine résignation face aux programmes de formation destinés aux professeurs bilingues. La responsable de la formation continue des enseignants de Watsonville nous a par exemple expliqué qu’il n’existait pratiquement pas d’études scientifiques sur les écoles bilingues californiennes : « tous les exemples que nous présentons à nos enseignants sont basés sur des expériences européennes ou canadiennes ».

  • du matériel scolaire adapté
    Notamment lorsqu’il s’agit d’introduire de nouveaux programmes de bilinguisme scolaire, il est nécessaire de prévoir du matériel scolaire adapté, permettant de jeter des ponts entre les langues enseignées. C’est par exemple un défi identifié pour le contexte africain où les langues locales sont avant tout des langues orales.

91Si l’un des cinq facteurs mentionnés ci-dessus n’est pas suffisamment bien géré, il y a de grands risques que le programme bilingue en question contiendra des failles.

Les paramètres des programmes plurilingues

92Par ailleurs, les facteurs suivants déterminent le type de programme plurilingue à privilégier :

  • l’âge d’introduction de la langue : on distingue entre les systèmes à partir de la maternelle, de l’école primaire et de l’école secondaire.

  • l’intensité : un système de bilinguisme scolaire peut se faire en parité (50 % dans une langue et 50 % dans une autre langue) ; sous forme d’un programme de langue étrangère renforcée, enseignée dans un système de bilinguisme (plus d’heures que dans un système traditionnel, pour étudier des matières dans une langue autre que la langue principale) ou tout simplement un système de langue étrangère.

  • dans un système facultatif ou non : si un système est obligatoire, il provoque souvent des réactions de la part de ses adversaires. Par conséquent, il est peut-être parfois plus constructif et efficace d’introduire des programmes de bilinguisme facultatifs, car dans ce cas-là on observe souvent que les parents se battent même pour placer leur enfant dans un établissement scolaire bilingue au lieu de s’y opposer.

  • dans un établissement privé ou public : afin d’éviter que les écoles bilingues restent réservées à une petite minorité économiquement privilégiée, il est souhaitable d’instaurer des systèmes de bilinguisme aussi au niveau de l’école publique. Cependant, il faut être prudent avec des initiatives généralisantes trop précoces, comme cela s’est fait à Fribourg. La majorité de la population n’était pas prête, ce qui a alors mené à une fermeture du système, au lieu d’une ouverture.

Le risque d’une nouvelle loi prématurée

93Dans une démocratie directe, plus que dans n’importe quel autre système étatique, il est donc risqué d’introduire des nouveautés ou de lancer des projets qui ne sont pas encore « mûrs ». En effet, si une nouveauté provoque une initiative populaire, il y a toujours un risque plus ou moins important que celle-ci passera non seulement le cap d’une votation populaire, mais aussi que le peuple se prononcera contre le projet lancé au départ. En Suisse, c’est ce qui s’est passé lors de la votation sur l’adhésion de la Suisse à l’ONU en 1986. On l’a encore vu au moment de la votation populaire sur l’adhésion de la Suisse à l’Espace économique européen en 1992. On peut certes affirmer que la démocratie directe offre un certain nombre d’avantages, mais comme tout système, elle a aussi des désavantages. Parmi ceux-là, le fait que, lors d’une votation populaire, ce n’est pas toujours la raison et les arguments scientifiques qui l’emportent. Au contraire, selon les sujets proposés, ce sont bien souvent les émotions qui jouent un rôle primordial.

La communication sociale

94De plus, il semble essentiel que les différents groupes sociaux communiquent entre eux. Si la communication entre les enseignants, les politiciens et les chercheurs ne fonctionne pas correctement, cela peut causer des problèmes fondamentaux. Il est donc nécessaire de « jeter des ponts entre les différentes disciplines ». La communication est la base même d’un programme bilingue efficace. Les difficultés surgissent là où il n’y a pas une assez bonne collaboration entre les différentes instances – il s’agit donc de multiplier dialogues, colloques, conférences, etc.

95Une fois que l’on a réussi à créer un dialogue et une formule de collaboration, il est possible de mener ensemble des projets et par conséquent :

  • de réduire le risque d’échec du programme ;

  • de diminuer les résistances d’un côté comme de l’autre ;

  • d’éveiller l’intérêt de tous les acteurs impliqués.

96Si un programme de bilinguisme scolaire propose l’enseignement d’une langue qui n’est pas parlée à l’extérieur de l’école (par exemple programme de bilinguisme français-allemand dans une région entièrement francophone), les programmes d’échanges sont très utiles, car ils permettent de dépasser les peurs et les préjugés et de familiariser les enfants avec une langue qu’ils ne connaissent pas encore.

Un manque d’une vision globale

97Et enfin, les questions liées à l’éducation bi- et multilingue sont souvent traitées de façon très régionale sans prendre en compte le savoir scientifique et pédagogique disponible. Avant d’introduire le bilinguisme scolaire, quelques questions de base s’imposent :

  • Les deux langues proposées dans le cadre d’un programme scolaire sont-elles toutes les deux parlées à l’extérieur de la salle de classe ?

  • Quelle est l’image de chacune de ces langues ?

  • Quelle est la langue/culture dominante/dominée ? Le groupe linguistique dominant se sent-il menacé par le groupe dominé ? Y a-t-il un sentiment de compétition entre les deux communautés linguistiques ?

  • Sur la base de nos recherches, nous sommes convaincus que c’est seulement on se posant ce type de questions qu’il est possible de trouver des solutions constructives et durables pour le bilinguisme en général et le bilinguisme scolaire en particulier.

Annexe 1 : l’hypothèse des seuils développée par Cummins (1976, 1981)

L’hypothèse de seuil

Type de bilinguisme

Effets cognitifs

Niveau-seuil de compétence linguistique

Bilinguisme additif
même plus élevé dans les deux langues que les monolingues respectifs

Positifs

Élevé

Bilinguisme dominant même niveau que les monolingues dans l’une des langues

ni positifs, ni négatifs

inférieur

Bilinguisme soustractif
niveau bas dans les deux langues (qu’il soit équilibré ou dominant)

Négatifs

Annexe 2 : rythme de publication dans le LA Times entre le 2 mai et le 2 juillet 1998 concernant le bilinguisme scolaire et la Proposition 227

Agrandir
Annexe 3 : évolution des pièces d’informations publiées dans La Liberté, où 87 des 123 articles étudiées sont parus.

Annexe 4 : Recommandations faites par la CDIP en matière d’apprentissage des langues ; source : Sprachenkonzept Schweiz, Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique, 1998.

Langues obligatoires

Langue nationale locale
Deuxième langue nationale
Anglais

Langues facultatives

Troisième langue nationale
Autres langues étrangères (p. ex. langues de la migration)

Annexe 5 : Recommandations de la CIDP – langues obligatoires et facultatives selon les régions linguistiques ; source: Sprachenkonzept Schweiz, 1998.

Région de langue allemande

Région de langue française

Région de langue italienne

Région de langue romanche

Langues obligatoires

Allemand, français (italien), anglais

Français, allemand (italien), anglais

Italien, français ou allemand, anglais

Romanche, allemand, anglais

Langues facultatives

Italien (français), romanche, autres langues étrangères / langues de la migration

Italien (allemand), romanche, autres langues étrangères / langues de la migration

Romanche, autres langues étrangères / langues de la migration

Italien, français, autres langues étrangères / langues de la migration

Annexe 6 : genres de textes parus dans le Los Angeles Times entre le 2 mai et le 2 juillet 1998

Description

Before

After

Number

Cover Story, Interview (1), Special in-depth Articles (1), Stories (2), SidebarStories, News Analysis (3), Special Report (1), One in a Series (3), Articles (37), As the Experts See It (5), News Briefs (13)

30

36

66

Opinion Pieces (27)

22

5

27

Poll or Survey (5)

4

1

(3) 5

Letters to the Editor (14)

7

7

14

Editorials (10)

5

5

10

Total

68

54

122

Annexe 7 : Type et nombre de parutions par journal, avant et après la votation.

Freiburger Nachrichten

La Liberté

Le Temps

Type of publication

Before

After

Before

After

Before

After

Total

Articles

9

6

22

6

11

5

59

Polls

Opinion Pieces

8

2

10

Letters to the editor

1

50

51

Editorials

1

2

3

10

6

81

6

15

5

Total

16

87

20

123

Annexe 8 : enquête réalisée par le LA Times, le 23 mai 1998. Les pourcentages ne correspondent pas toujours à 100, car il était possible de donner plusieurs réponses et certaines catégories ne sont pas mentionnées ici.

Why would you vote FOR Proposition 227? (Asked of those who support it; two replies accepted; top four responses shown)

If you live in America, you need to speak English: 57 %
Bilingual programs hurt students who don’t speak English: 12 %
Prefer immersion programs: 11 %
Bilingual education is not effective: 10 %

Why would you vote AGAINST Proposition 227? (Asked of those who have opposed to it; two replies accepted; top four responses shown)

It costs too much: 14 %
Students who don’t speak English will fall behind: 13 %
Bilingual education works: 13 %
It discriminates against students who don’t speak English: 12 %

Annexe 9 : synthèse des arguments en faveur et contre la réforme scolaire à Fribourg

Pour la réforme scolaire, parce que…

elle permet d’améliorer l’apprentissage des langues, indispensables sur le plan social et économique ;
elle permet de donner des connaissances de base à tous les petits Fribourgeois car c’est le devoir de l’école d’assurer, dans la mesure du possible, l’égalité des chances dans le monde du travail, grâce à la maîtrise suffisante des langues ;
elle rend possible un apprentissage spontané d’une deuxième langue. Cet apprentissage se fait en jouant, sans effort et sans même s’en apercevoir ;
les francophones considèrent volontiers qu’apprendre la langue de l’autre est une capitulation. En réalité, c’est une prise de pouvoir sur l’autre.

Contre la réforme scolaire, parce qu’elle…

est un mensonge. Vouloir faire croire que cet enseignement bilingue – il faudrait plutôt dire cet enseignement « charabiatique » - favorisera l’ouverture n’est qu’une tromperie ;
met en danger la maîtrise de la langue maternelle en diminuant son usage à l’école ;
va trop loin. L’allemand va être enseigné dès la troisième primaire à raison de deux fois cinquante minutes par semaine puis de quatre ou cinq heures au Cycle d’orientation ; ces leçons devraient être bien utilisées et complétées par une dixième année d’immersion ;
favorise les enfants issus de milieux bilingues et représente un désavantage pour tous les autres ;
est une utopie dangereuse et coûteuse ;
entraîne une surcharge des programmes et une diminution de la part faite à la connaissance de la langue maternelle – base de la culture et de l’identité – et des mathématiques ;
entraîne le découragement des enfants qui peinent déjà à suivre le programme ;
méprise les parents qui souhaitent scolariser leurs enfants dans leur langue maternelle ;
entraîne une impossibilité des parents d’aider leurs enfants à faire certains devoirs à domicile ;
entraîne l’isolement du canton de Fribourg, aucun autre canton n’appliquant cette méthode ;
coûte trop cher : des millions pour la formation complémentaire de tous les maîtres, de l’école enfantine à l’Université, sans la moindre espérance de succès.

Haut de page

Notes

1 Anna Lietti, Pour une éducation bilingue, ed. Petite Bibliothèque Payot/Documents, Paris, 1994.

2 CDIP, Conférence suisse des directeurs cantonaux de l'instruction publique. Rapport sur la question des langues, Quelles langues apprendre en Suisse pendant la scolarité obligatoire?Berne, 1998. Crawford James. Bilingual Education: History, Politics, Theory and Practice. Bilingual Educational Service, Inc., Los Angeles, 1999.

3 Jim Cummins, Bilingualism, multiculturalism, and second language acquisition: the McGill conference in honor of Wallace E. Lambert. Ed. L. Erlbaum, London, 1976, 1981.

4 Michel Malherbe, Les langues de l’humanité, éd. Robert Laffont, coll. Bouquins, Paris, 1993.  http://portal.unesco.org/es/ev.php-URL_ID=1864&URL_DO=DO_TOPIC&URL_SECTION=201.html

5 Anna Lietti, Pour une éducation bilingue, ed. Petite Bibliothèque Payot/Documents, Paris, 1994.

6 Jim Cummins, Bilingualism, multiculturalism, and second language acquisition: the McGill conference in honor of Wallace E. Lambert, Ed. L. Erlbaum, London, 1976, 1981. CDIP, Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique, Rapport sur la question des langues, Quelles langues apprendre en Suissependant la scolarité obligatoire ?, Berne, 1998. James Crawford, Bilingual Education: History, Politics, Theory and Practice, Bilingual Educational Service, Inc., Los Angeles, 1999 (voir annexe 1).
Jean-Luc Gurtner et al., « Enseignement d’une langue seconde à l’école enfantine, Evaluation scientifique des expériences fribourgeoises de Villars-sur-Glâne et de Morat 1994-95 », Recherches, Université de Fribourg, Cahiers du GCR n° 32, Fribourg, Suisse, 1996. Anne-Lore Bregy et al., Evaluation de l’expérience d’apprentissage bilingue de Sierre1993/94, Intégration des enfants francophones dans les classes allemandes, Institut romand de recherches et de documentation pédagogiques, Neuchâtel, 1995.

7 Bernard Comrie et al., The Atlas of Languages, Facts On File, Inc., New York, USA, 1996.

8 René & Muysken Pieter, Language contact and bilingualism, Institute for General Linguistics, University of Amsterdam, Edward Arnold, London, 1987.

9 Souvent appelée langue maternelle, même si elle a été transmise par le père.

10 L2 : langue seconde, c’est-à-dire une langue étrangère qui n’est pas la langue maternelle de la personne qui la parle.

11 Anne-Lore Bregy, Claudine Brohy, Gabriela Fuchs, Evaluation de l’expérience d’apprentissage bilingue deSierre 1994/95, éd. IRDP, Neuchâtel, 1996.

12 CA Secretary of State - Primary98 web site: http://primary98.ss.ca.gov .

13 V. annexe 1, pour le texte complet.

14 Soulignées par nous.

15 Cummins (1967 et 1981) et Lambert (1962) ont montré dans leur analyse liée aux seuils que l’éducation bilingue peut avoir un impact positif ou négatif suivant le seuil de compétences atteint par l’enfant.

16 Entretiens à l’école de Watsonwille, Californie, janvier 2000.

17 James Crawford, Bilingual Education : History, Politics, Theory and Practice, Bilingual Educational Service, Inc., Los Angeles, 1999.

18 Ce chiffre changera en 2002, car il est basé sur le pourcentage de votants lors des élections du gouverneur. http://www.onenation.org/ et http://www.ss.ca.gov/elections/elections_faq.htm

19 Arizona, Arkansas, Californie, Colorado, Floride, Géorgie, Illinois, Indiana, Kentucky, Mississippi, Nebraska, Caroline du Nord, Dakota du Nord, Caroline du Sud, Tennessee et Virginie ; source : English for your children: http://www.onenation.org/index.html .

20 CA Secretary of State - Primary98 web site: http://primary98.ss.ca.gov .

21 Georges Lüdi et al., Le paysage linguistique de la Suisse, Office fédéral de la Statistique, http://www.statistik.admin.ch, Berne, 1997.

22 France : Loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française ; Californie : Loi du 2 juin 1998 sur l’éducation bilingue ; Catalogne : Loi de politique linguistique du 7 janvier 1998 ; Lituanie : Loi sur la langue officielle de 1995 ; Québec : Charte de la langue française de 1977. Louis-Jean Calvet, http://www.ciral.ulaval.ca.

23 Alexandre Papaux, juge au Tribunal cantonal de Fribourg, cité par Calvet Louis-Jean, http://www.ciral.ulaval.ca. Uli Windisch, Les Relations Quotidiennes entre Romands et Suisses Allemands, Les cantons Fribourg et du Valais, Volume I, éd. Payot de Lausanne, 1992.

24 Claudine Brohy, « Plurilingual juridical administrations : The case of Switzerland and its plurilingual cantons », IRDP Neuchâtel, 1999, p. 6.

25 Nous définissons comme pièce d’information tout document publié grâce à une source d’information, tels qu’un journal particulier, un site web, etc. Dans le cas présent, il s’agit d’articles, de lettres de lecteurs et d’éditoriaux que nous analyserons plus en détail dans la suite de ce travail.
122 pièces d’information couvrant 244 pages A4 (espace simple, taille des caractères 11) ont été publiées dans la période analysée. Cela correspond à 111’460 mots, soit 902 mots ou deux pages par article en moyenne. Vu le nombre important d’articles et de prises de position, il est possible d’affirmer que le sujet a été de grande actualité et intéressait un large public.

26 Janvier 2000, 1 098 347 exemplaires la semaine, 1 385 787 le week-end, Los Angeles Times : http://www.latimes.com.

27 Freiburger Nachrichten : www.freiburger-nachrichten.ch.

28 Tous les jeudis, 35 000 exemplaires distribués dans tous les ménages des communes majoritairement germanophones.

29 Tirage contrôlé: 36 627 exemplaires - selon REMP 2000, lecteurs : 98 000 - selon Mach Basic 2000. http://www.laliberte.ch.

30 Le Temps : http://www.letemps.ch.

31 Rappelons que la définition de l’immersion en Californie ne correspond pas à la définition scientifique généralement utilisée ailleurs : il s’agit de programmes qui cherchent à introduire les enfants au monolinguisme scolaire et utilisent la L1 (espagnol) seulement pour pouvoir construire des notions dans la L2 (anglais).

32 Anderson Benedict, Imagined Communities, Verso, London, England, 1983, new edition 2000.

33 Anderson cite Hughes Christopher, Switzerland, Praeger, New York, USA, 1975.

34 Conférence suisse des directeurs cantonaux de l’instruction publique (CDIP), Rapport sur la question des langues, Quelles langues apprendre en Suisse pendant la scolarité obligatoire ?, Berne, 1998.

35 http://www.edk.ch/PDF_Downloads/Presse/REF_B_31-03-2004_f.pdf

Learning of languages in the obligatory school: strategy by the CDIP and Work Programme for Cooperation at the national level, 25 March 2004

36 Discours du Directeur général de l’UNESCO, Koïchiro Matsuura, 21 février 2007, à l’occasion de la Journée mondiale de la langue maternelle .http://unesdoc.unesco.org/images/0014/001497/149771f.pdf, p. 2.UNESCO, Atlas on endangered languages, http://www.unesco.org/webworld/babel/atlas.

37 ADEA (Association for the Development of Education in Africa), Volume 17, number 2, April-June 2005.

38 Ministère de l’éducation de base, Secrétariat général, République du Mali. Note sur les éléments de politique des langues du Mali, Plan d’action triennal 2000-20002.

39 « Burkina Faso, Mali, Zambia : Experiences and Results », ADEA Newsletter April – June 2005.

40 Source : ministère de l’Éducation du Mali, chiffres de 1994 à 2000.

41 Alidou Hassana, « Optimizing bilingual education ». ADEA Newsletter April – June 2005.

42 « Académie Africaine des Langues : instrument de développement et d’intégration de l’Afrique », discours de Vienne, 20 octobre 2006.

43 Projet initié par l’ancien président malien, Alpha Oumar Konaré. Décret N° 00-630/PRM du 19 décembre 2000, Gouvernement du Mali.

44 Sommet de Khartoum de janvier 2006 (23 – 24), premier Sommet spécial de l’Union africaine consacré à l’Éducation et à la Culture.

45 Académie Africaine des Langues : www.acalan.org.

46 Jean A. Laponce, Langue et territoire, p. 32.

47 La Californie en est un bon exemple.

48 Par exemple celui d’un système où sont enseignées des matières dans différentes langues, comme cela est pratiqué dans des écoles privées telles que l’École Moser (français et allemand) et l’École Internationale (français et anglais) à Genève, en Suisse.

49 Marinette Matthey, Jean-François de Pietro, « Langues en contact : conflits ou enrichissement », Intervalles, revue culturelle du Jura bernois et de Bienne, n° 51, 1998.

50 Ce métissage n’est pas forcément un métissage racial, mais culturel et identitaire.

51 Nous avons testé cela en commençant une conversation en espagnol avec des gens clairement hispanophones. Résultats : systématiquement, ils ont répondu en anglais, alors que l’anglais n’est pas notre langue maternelle et que nous maîtrisons l’anglais et l’espagnol plus ou moins de la même façon.

52 Louis-Jean Calvet, La guerre des langues et les politiques linguistiques, Hachette. 20 janvier 2006.

53 Comme c’était le cas en Suisse jusqu’au XXe siècle.

54 Jean-William Lapierre, Le pouvoir politique et les langues, la politique éclatée, PUF, Paris, France, 1987.

55 Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), Rapport mondial sur le développement humain 1998, éd. Economica, Paris, New York, 1998. OCDE, L’illettrisme et la société du savoir, Paris, 1997.

56 Comme le fait remarquer Jean-Louis Calvet, les pays économiquement sous-développés veulent s’insérer dans le monde industrialisé, c’est une étape jugée inévitable de la modernisation en Afrique et en Asie. Fredrik Barth, Ethnic Groups and Boundaries, Waveland Press Inc., 1969.

57 Quelques exemples : Maghreb, Sénégal, Rwanda, Burundi, Éthiopie, Somalie, Madagascar, Kenya, Tanzanie et plusieurs ethnies en Inde, au Pakistan, en Afghanistan et en Chine.

58 Selon Jean-Louis Calvet, ce conflit entre unité et diversité n’est pas vécu de la même façon dans plusieurs pays du tiers-monde, particulièrement en Asie et en Afrique. Ces pays se caractérisent par une civilisation de type agricole dont la population est dispersée dans les campagnes. C’est également une civilisation de l’oralité et l’usage de l’écriture y est peu répandu, le taux d’analphabétisme étant très élevé : de 60 % à 90 % pour la moitié des États africains et de 60  % à 80  % pour l’Asie du Sud et le Proche-Orient. Enfin, le système socio-politique de ces pays s’est toujours accommodé de la présence du multilinguisme propre à une population pluraliste capable de réagir promptement aux diverses situations.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Viola Krebs, « Bilinguisme, interculturalité et communication politique », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 28 janvier 2009, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://droitcultures.revues.org/79

Haut de page

Auteur

Viola Krebs

Viola Krebs, titulaire d’un DEA en sciences de la communication et des médias, prépare aujourd’hui un doctorat en communication à l’Université de Genève. Ses travaux de recherche sont centrés sur les questions de bilinguisme et de politique de langues. Elle a notamment publié dans ce cadre « Bilinguisme précoce... Douce folie ou opportunité à saisir ? » L’Éducateur (2002). Plus récemment elle a axé sa recherche sur les questions de communication, notamment au Myanmaravant et après l’avènement d’Internet. Elle a publié dans ce domaine « The Impact of The Internet on Myanmar (Burma), Media Portraying of two Politically Charged Events » (2001). Fondatrice et Directrice exécutive d'ICVolontaires, organisation non gouvernementale internationale qui recrute, forme et coordonne des volontaires pour des projets à but non lucratif dans le domaine de la communication, elle a notamment écrit dans ce cadre « A laboratory for new mechanisms… Using both lessons learned and the overall concept of volunteerism as building blocks for multi-stakeholder approaches », Heinrich Boell Foundation. « Visions in Process II: The World Summit on the Information Society and the Road Towards a Sustainable Knowledge Society », Berlin, 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page