Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marjane Satrapi. Persépolis

Editions L’Association, Paris, volume 1 (2000), volume 2 (2001), volume 3 (2003) et volume 4 (2003)
Charbanou Jochum-Maghsoudnia
p. 277-281
Référence(s) :

Persépolis
Editions L’Association, Paris, volume 1 (2000), volume 2 (2001), volume 3 (2003) et volume 4 (2003)

Texte intégral

1Dans les quatre volumes de sa bande dessinée Persépolis Marjane Satrapi décrit et illustre en noir et blanc son autobiographie. Elle y superpose de manière vertigineuse et transparente les événements et les faits marquants de l’Iran contemporain qu’elle entremêle avec les vies au quotidien sous le régime des mollahs. Le récit de sa vie d’adolescente exilée fait appel à des questions universelles comme celles de l’intégration, de l’adaptation à d’autres cultures et de l’identité.

2Née en Iran en 1969, Marjane Satrapi est issue d’une famille aisée dont les opinions politiques étaient plutôt de gauche. Elle a bénéficié d’une ouverture culturelle dès son jeune âge due à un mélange de traditions et de cultures puisque sa famille paternelle est originaire  de la région de la mer Caspienne où se fait sentir l’influence russe tandis que l’on relève, du côté maternel, une descendance de la dynastie des Qajars (issue d’une tribu turkmène chiite). On notera aussi une sensibilisation précoce à la culture francaise due à la fréquentation du lycée franco-iranien de Téhéran. A l’âge de 14 ans, en 1984, elle s’exile seule à Vienne où elle poursuit son cursus scolaire au lycée francais pendant 4 ans. Fin 1988, elle retourne en Iran où elle s’inscrit à l’Ecole des Beaux-Arts de Téhéran. Elle y obtiendra une maîtrise de communication visuelle (illustration, graphisme) avec un sujet de maîtrise portant sur la création d’un parc d’attraction ayant pour thème les héros de la mythologie persane. En 1994, elle quitte l’Iran pour la France et entre à l’Ecole des Arts Décoratifs de Strasbourg. Elle y suit un cycle d’études au cours duquel elle porte un grand intérêt au graphisme. Puis, alors que rien ne la prédestinait à être auteur de bandes dessinées, elle publie à l’âge de 31 ans Persépolis 1 son premier ouvrage devenu depuis un best-seller.

3Bien que le début de ce compte rendu puisse dessiner un profil assez banal pour cet auteur de bande dessinée, il nous faut souligner ici tant l’originalité que le caractère touchant du projet d’autobiographie illustrée réalisé par Marjane Satrapi comme en témoigne d’ailleurs le succès extraordinaire de son œuvre.

4Le projet d’écriture de Persépolis a germé dans un milieu propice et riche au sein d’un faisceau d’événements et d’encouragements. On peut citer notamment l’un des professeurs de l’Ecole des « Arts Deco » de Strasbourg qui valorise l’intérêt du thème ainsi que la compétence et la facilité dont Marjane Satrapi fait preuve dans le domaine de l’art de l’illustration. Puis viendra la rencontre avec des auteurs de bandes dessinées tels David B qui l’encouragera à raconter l’histoire de sa vie ainsi que celle de l’Iran en utilisant le média des BD. Marjane Satrapi souhaitait, à travers son autobiographie, faire la lumière sur certaines choses au profit des lecteurs non initiés à sa culture notamment en ce qui concerne le statut des femmes, le voile, la langue nationale et les nuances de gris plutôt que d’oposition tranchée entre noir et blanc qui caractérisaient tant les périodes du régime du Chah que celles écoulées sous la domination de Khomeini.

5Le premier tome de Persépolis devait recevoir l’Alph’Art « coup de cœur » au festival de la bande dessinée à Angoulême en 2001. L’engouement de la presse fut immédiat et la publication fut rapidement suivie d’une réédition. Persépolis 2 fut distingué par un Alph’Art en 2002, cette fois celui du « meilleur scénario ». Enfin le prix du meilleur album 2004 décerné lors du 32e festival de la bande dessinée d’Angoulême pour une nouvelle BD intitulée Poulet aux prunes ne devait pas laisser indifférents les nombreux admirateurs de Marjane Satrapi. En fin de compte, les quatre tomes du Persépolis représentent plus d’un million de livres vendus dans le monde, dont 300 000 en France, et ils ont été traduits dans une vingtaine de langues. L’auteur reste fidèle à la maison d’édition L’Association, figure de proue de l’édition indépendante des ouvrages de bandes dessinées en Europe.

6Pour caractériser le style de Marjane Satrapi, on dira que cette écriture biographique correspond à la mise en écrit d’une histoire de vie avec une profusion de détails qui ne laissent pas le lecteur indifférent en raison des capacités de mémorisation, d’encodage et de restitution des informations extrêmement minutieuses dont l’auteur fait preuve tout au long des quatre volumes. L’autobiographie est d’autant plus touchante et impressionnante qu’elle débute chez une narratrice âgée de 10 ans. En utilisant tant le regard de l’enfant qu’un graphisme particulièrement expressif en noir et blanc, l’auteur nous place dans une situation privilégiée d’écoute plus que de lecture de l’histoire de l’Iran à travers le renversement de la monarchie des Pahlavi et l’évolution vers l’instauration de la République islamique, la « république » des mollahs. Le style de Marjane Satrapi se caractérise aussi par un récit commenté plutôt que raconté. L’architecture de l’autobiographie est particulière, l’auteur créant des micro-romans à l’intérieur de son récit. L’on assiste à une révélation successive d’histoires se situant parfois dans la continuité d’un thème mais se caractérisant aussi parfois par une juxtaposition de vécus ou d’histoires de vie. Ainsi le lecteur entend-il divers « sons de cloche » sur un même « espace-temps-événement », vécu différemment par l’enfant grandissante et par les adultes qui l’entourent.

7Marjane Satrapi justifie le choix du noir et blanc du graphisme à la fois par l’esthétique du contraste et par le souci que les dessins ne prennent pas le pas sur l’écriture : « Dans la bande dessinée, dit-elle, contrairement à l’illustration, les dessins font partie de l’écriture. Ils ne viennent pas accompagner un texte déjà existant, les deux fonctionnent ensemble. A ma connaissance c’est le seul médium qui marche comme ça. Et si vous ajoutez de la couleur, des décors ou autres, ce sont des codes supplémentaires qui changent le rythme de lecture du livre. Voilà donc une première raison pour laquelle je choisis le noir et blanc : parce que mes histoires sont souvent très bavardes, et si le dessin est lui aussi très bavard, cela peut devenir excessif. J’essaie d’obtenir une harmonie, je mise sur l’expression … ».

8Chaque tome comporte 10 chapitres, intitulés par des mots clefs comme « Le foulard », « La clef » ou « Les moutons ». Le chapitre intitulé « Les moutons » (tome 1) fait référence aux nombreux Iraniens qui ont souvent été contraints, pour des raisons politiques, de traverser à quatre pattes la frontière entre l’Iran et la Turquie en se mêlant à un troupeau de moutons dans des zones montagneuses arides. Si l’on cherche le numéro de la page, c’est probablement qu’on a fini de lire le livre ! et que l’on souhaite revenir à une page précise. Or les pages ne sont pas numérotées. S’agit-il là d’une possibilité pour le lecteur d’aller en avant ou en arrière dans le récit, comme nous le ferions en cherchant dans notre mémoire un fait, un son, un détail, librement ?

  • 1   David B, L’Ascension du Haut Mal, Paris, Editions l’Association.

9Il nous faut ici donner au lecteur une idée du contenu des différents tomes. Dans Persépolis 1 le lecteur accède par un chemin ludique et clair à l’histoire de l’Iran grâce à une excellente introduction due à la plume de David B, auteur de BD1, et parrain littéraire de Marjane Satrapi. Nous traversons les siècles pour arriver au septième siècle, ère de l’islamisation de la Perse et des successions d’invasions subies par cet empire. Nous voilà ainsi arrivés à la naissance de la monarchie Pahlavi (Reza Khan ou Reza Chah Kabir) et au choix du nom « Iran » par ce dernier. Le premier chapitre est pour le lecteur une épreuve de mise en situation particulièrement vraie et actuelle à travers les questions posées sur le foulard par une fillette de 10 ans, l’âge de Marjane Satrapi lors de la révolution de 1979. Elle parle de Dieu, de Marx et Descartes, de manifestations et de révolutionnaires réclamant la fin du régime du Chah. Mais une fois cet objectif atteint, la petite fille voit les proches de ses parents et les amis de ces derniers contester le nouveau régime qu'ils ont pourtant contribué à instaurer. Le récit est limpide, attachant et intime tout en comportant des témoignages sur la vie de personnes autres que l’auteur et sa famille, comme une invitation à une reconnaissance universelle de la condition humaine.

10Persépolis 2 retrace la situation de chaos vécue par toute une génération : la guerre avec l’Irak, la fermeture des universités, la répression musclée des Pasdarans (les forces de l’ordre islamiques en Iran) et la quasi-abolition des droits des femmes notamment par l’obligation de porter l’uniforme islamique (foulard, manteau et pantalon de couleur foncée). L’occupation de l’ambassade des Etats-Unis représente aussi, pour un grand nombre d’Iraniens vus à travers le regard de cette jeune adolescente la disparition des rêves d’obtention d’un visa vers le nouveau monde. La narratrice de 12 ans s’exprime ici avec une grande maturité mais aussi de la révolte. Elle nous permet de vivre les événements de l’intérieur de l’Iran, avec une certaine fraîcheur malgré la situation angoissante de millions d’Iraniens durant ces années de guerre avec l’Irak (rationnement des aliments, coupons d’essence et queues interminables pour les obtenir). C’est Marjane Satrapi jeune qui s’adresse à nous pour nous expliquer la situation parfois inimaginable de cette époque placée sous l’égide de Khomeini et que l’on pouvait résumer en une promesse de paradis pour les jeunes soldats de son âge qui se voyaient distribuer « La clef » avant de devenir de la chair à canons !..

11Avec Persépolis 3, le lecteur suit l’histoire de la jeune fille devenue grande adolescente et son exode à Vienne. Seule en Europe, venue afin de pouvoir poursuivre ses études et s’éloigner de la situation de non-droit difficile en Iran, elle décrit la difficulté de trouver sa place. La confrontation avec l’intolérance religieuse est déjà loin et se voit remplacer par l’exil. La communication avec les jeunes Autrichiens de son âge qui fréquentent comme elle le lycée français de Vienne est une source de questionnement qui va jusqu’à la mise en cause de son identité : elle en arrive à nier être iranienne. Mais dans ce tome, elle continue à nous informer sur les événements en Iran et nous aide à les suivre de loin.

12Persépolis 4 exige une lecture différente de celle des trois premiers tomes. En effet, la narratrice est adulte et nous commente les événements de sa vie en Iran d’adulte à adulte. La voici de retour dans son pays désormais « sous foulard ». Dès son arrivée à l’aéroport de Téhéran, elle est accueillie par un message d’ordre moral : « Remets bien ton voile ma sœur ! ». Se réhabituer à remettre le foulard avant chaque sortie de la maison ! A travers le regard de ses amies d’apparence moderne, elle se retrouve confrontée à son identité « double » : iranienne en Europe et européenne en Iran. Dépression, thérapie, métamorphose, tous les efforts humains n’aideront pas la jeune étudiante en Beaux-Arts qu’elle est devenue à accepter de vivre avec l’injustice, la répression et les entraves à la liberté d’expression. Femme libre, elle décide de revenir en Europe mais cette fois-ci en France et de vivre sa vie en restant aussi  intègre que possible.

13Persépolis, parce qu’il a été lu par plus d’un million de lecteurs et traduit dans plus de 20 langues en moins de 5 ans alors qu’il s’agit d’une œuvre autobiographique émanant d’un auteur inconnu jusqu’alors, pose question. Est-ce lié au style du texte, au choix du graphisme, à l’aura de l’auteur, au sujet du récit, au pays décrit, au contexte politique ? Iranienne naturalisée, je peux témoigner de l’immense plaisir que j’ai eu à lire ces quatre tomes. J’ai été émue aux larmes lors de la lecture du premier tome. Mon intérêt pour la lecture n’a pas faibli jusqu’à la fin du dernier tome que j’aurais souhaité voir se poursuivre. Bien sûr, les plus de deux millions d’Iraniens émigrés en raison de cette révolution que je qualifie de révolution volée ainsi que les millions d’Iraniens vivant au quotidien en Iran dans un climat économique, social et politique injuste, insupportable et répressif (pour la grande majorité des personnes), sont sensibles au témoignage de Marjane Satrapi. Elle montre en effet, à travers son autobiographie, une image humaine palpable effectivement non représentative de tous les Iraniens mais qui fait contraste avec les millions d’» infos flash » médiatiques ne concernant essentiellement que le gouvernement actuel (« un actuel » qui persiste depuis plus de 25 ans). Mais Marjane Satrapi commente aussi, à travers son autobiographie, les difficultés de la vie d’exil, d’intégration et d’acceptation complexe de l’identité pour les « double-nationaux ». Je me rappelle une phrase qui m’avait marquée : « Mais toi tu n’es pas comme les autres (étrangers), tu es plus française que la moyenne des Francais ». C’était en 1992 alors que j’étais jeune interne (25 ans) au Centre hospitalo-universitaire de Reims et qu’un collègue interne me faisait cette remarque quand je dénonçais le statut, à l’époque qualifié de « hors-droit-communautaire », des médecins étrangers en formation en France. Le vécu complexe des personnes « à cheval » entre deux pays et deux cultures est réel, imprégné de la culpabilité de devenir « un autre » et, paradoxalement, du sentiment de fierté qu’il y a à être transparente, à laisser transparaître la culture d’origine. En 2001, de retour en Iran, j’ai bien sûr vécu « le retour du foulard » et j’étais surtout un sujet d’étonnement pour ma famille, car médecin venant de France, je ne m’habillais pas « à la mode francaise  » et je ne m’épilais pas « à l’iranienne » ! (voir Persepolis 4).

14A travers ses œuvres, y compris Broderies et Poulet aux prunes qui ont suivi la publication de Persépolis, Marjane Satrapi constitue une référence en sa qualité d’auteur de l’unique bande dessinée écrite par une Iranienne et surtout par le message qui se dégage de celle-ci. Ses oeuvres sont à recommander en lecture préalable à un voyage en Iran et pas seulement « physiquement ». La Perse, l’Iran restent un sujet d’intérêt pour les esprits curieux de l’histoire et de la géopolitique. Marjane Satrapi alimente par son autobiographie, qui demeure subjective, les sources de données existantes sur la vie et la politique en Iran durant ces dernières décennies. Mais elle pose aussi sur l’identité, l’exil et l’intégration des questions qui sont d’ordre universel. Le travail d’écriture, de mémoire et le graphisme des quatre tomes de Persépolis méritent certainement le succès obtenu par l’auteur.

15Les projets de Marjane Satrapi se poursuivent avec la sortie prochaine de Persépolis en un seul volume aux Editions l’Association et son adaptation au cinéma en 2007 par le distributeur Diaphana. Elle se lance aussi dans l’écriture du scénario de son prochain livre qui s’appellera La onzième lauréate. Le Festival international de Bande dessinée qui s’est tenu en juin 2006 à Haarlem (Pays-Bas) a nommé Marjane Satrapi avec Manu Larcenet et Christian Lax comme auteurs francophones dans la catégorie « Grand Prix du meilleur artiste international ».

Haut de page

Notes

1   David B, L’Ascension du Haut Mal, Paris, Editions l’Association.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charbanou Jochum-Maghsoudnia, « Marjane Satrapi. Persépolis », Droit et cultures, 52 | 2006, 277-281.

Référence électronique

Charbanou Jochum-Maghsoudnia, « Marjane Satrapi. Persépolis », Droit et cultures [En ligne], 52 | 2006-2, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/741

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org