Navigation – Plan du site
Études

Culture de l’ascension sociale et figures du harcèlement

Culture of Social Advancement and Harassment Figures
Marion Brepohl de Magalhaes

Résumés

Dans des sociétés où le mérite était le moteur principal de l’ascension sociale, l’essor d’une culture individualiste et le développement des sciences et des techniques ont modifié les rapports à la valeur « travail » et les pressions pour l’efficacité au travail ont augmenté. Ces conditions affaiblissent les liens contractuels, favorisent la fraude, la corruption, et autorisent le regain des faveurs. Analyser la prédisposition au harcèlement dans cette configuration sociale et ses effets dans la société contemporaine est l’objectif de cet article.

Haut de page

Texte intégral

 « Fonctionnaires domestiques et
favoris sont d’abord nourris à la table du
seigneur et équipés dans ses magasins. En
règle générale, leur éloignement progressif
de la table du seigneur signifie création
de bénéfices (d’abord en nature) dont le genre
et l’étendue se stéréotypent facilement ».
Max Weber

1S’attacher dans le harcèlement à la violence insidieuse des pratiques, à la honte et à l’humiliation, aux faveurs personnelles qui en découlent et que semblent accepter, voire parfois rechercher comme un moyen d’ascension sociale ou économique, ceux qui y recourent ou le subissent revient à exposer les modifications substantielles que connaissent les pratiques sociales et culturelles dans les sociétés démocratiques contemporaines. Je me propose ici d’entreprendre une réflexion sur les relations de pouvoir sous-jacentes aux processus de harcèlement, notamment à partir de l’exemple brésilien. Ces processus, même s’ils font l’objet de diverses dispositions législatives ou réglementaires, ne sont pas toujours compris et saisis dans tous leurs aspects et effets. L’idée de harcèlement, dans tous les secteurs et lieux concernés, rejoint tant les manifestations de domination que les phénomènes de séduction ; il apparaît encore que les différents acteurs sociaux sont plus souvent enclins à accepter une telle relation en tant que le harcèlement se traduit comme « la séduction entre inégaux avec avantages partagés ».

  • 1   V. entre autres, M. Sanchez-Mazas, G. Koubi, Le harcèlement. De la société solidaire à la société (...)

2Si le harcèlement, du moins dans la loi brésilienne – Code pénal (Lei nº 10.224 - 15/5/2001) –, signifie la contrainte de ou la pression sur quelqu’un pour obtenir des avantages diversifiés, en se prévalant d’une condition de supériorité dans la hiérarchie inhérente à une organisation, quelle que soit la fonction que l’on y occupe, dès lors le harcèlement consisterait en une relation de séduction entre celui qui contraint et celui qui est contraint. C’est dire, en prenant le contre-pied de nombreuses études menées sur ce thème dans les pays européens1, qu’il traduit une relation dans laquelle chacun des protagonistes recueille des avantages, préséances ou privilèges, étant entendu que ces avantages sont réciproques sans être symétriques. Certes, cette relation s’effectue sous le couvert de pouvoirs « inégaux » parfois contradictoires mais avec un certain consentement de nature subtile et opaque, où les bénéfices, gains, profits, aubaines sont acquis par l’un et l’autre des partenaires.

3Adoptant cette perspective, le harcèlement se comprend suivant au moins trois figures qui concernent généralement les relations de pouvoir. La première présuppose l’existence d’une relation d’inégalité entre les hommes : ceux qui sont considérés ou s’estiment eux-mêmes supérieurs, par piété ou par désir de prestige, établissent des relations avec les autres ; selon la seconde, la différence de pouvoir entre les groupes et les individus ne se développe pas de façon rationnelle ou contractuelle mais par des fantasmes liés au désir de domination ou, au contraire, à la peur de la puissance ; la troisième, enfin, présuppose que, au-delà des non-dits, la brutalité ou la violence qui en découlent sont une potentialité permanente.

  • 2   C. Haroche. « Le droit à la considération » in C. Haroche et J-C. Vatin. La considération. Paris, (...)

4Dans sa dimension politique, le harcèlement est étranger aux principes juridico-contractuels selon lesquels, au Brésil, les consensus sont obtenus par des règles établies au préalable pour répondre à des objectifs communs. Toutefois, le harcèlement ne s’expose pas sur la place publique, il ne relève pas des espaces publics, il ne s’exerce pas en public, même s’il s’avère parfois perceptible ou percevable par les autres, témoins muets ou impuissants. Le harcèlement ne présuppose pas la reconnaissance de la dignité de l´autre ; il ne s’appuie pas sur le respect et la considération en tant que sentiment moral2. Le harcèlement engendre cependant des liens entre les sphères publiques et privées, entre la haine et l’amour, entre le prestige et la honte – brouillant les lignes de démarcation entre les uns et les autres, aussi intangibles seraient-elles. Il est encore l’objet de mépris social aussi bien pour la victime que pour l’auteur. Et surtout, le harcèlement offense les lois, les normes et les loyautés politiques.

  • 3   P. Ansart. « História e memórias dos ressentimentos » in S. Bresciani & M. Naxara. Memória e ress (...)

5Néanmoins, le harcèlement est sous-jacent à diverses actions sociales puisqu’il est pratiqué non comme une exception, mais quotidiennement, soit pour déprécier un individu, soit pour lui assurer quelques faveurs ou crédits, et dans les lieux de travail en particulier, suivant ces deux mouvements, tant pour octroyer que pour obtenir des considérations ou faveurs attachées généralement à l’ascension sociale et au gain économique. Comment expliquer cette apparente contradiction ? Historiquement, selon Pierre Ansart, le désir de changement, notamment dans l´échelle hiérarchique, est plus apparent dans les démocraties ; de façon idéale, celles-ci substituent à la violence des mots et des actes des espaces de dialogue et de réflexion ayant pour effet d’atténuer les rancœurs et les ressentiments, et de promouvoir les revendications ainsi rationalisées3.

  • 4   N. Elias. O processo civilizador. Rio de Janeiro, Zahar, 1990.
  • 5   E. Kant, Qu´est-ce que les lumières ?, Paris, Flammarion, 1991, p. 43 et s.

6Cependant, les sociétés qui développent amplement le principe de participation ne concrétisent pas pleinement l’espoir que les hommes ont placé en leurs valeurs ; d’ailleurs, Freud, observant les événements qui suivirent la Révolution de 1917, se montrait pessimiste quant à une atténuation ou à un apaisement de la haine que pauvres et riches se vouaient mutuellement. En outre, les prédispositions qui permettent l’octroi et l’obtention des faveurs nées d’un harcèlement, ont été, curieusement, de plus en plus banalisées, et pour comprendre dans quelles situations les relations contractuelles, l’ascension par le mérite et le respect de la dignité, sont remplacées par des faveurs, les réflexions de Norbert Elias sont éclairantes. Je me réfère donc à Elias pour concevoir le binôme « faveur et défaveur » comme provenant du processus de civilisation4 – à partir duquel les hiérarchies fondées sur des principes religieux se dissipent et que dans le même temps, surtout dans le monde protestant européen, la charité, la clémence et les autres formes de faveur justifiées se trouvent exclues. Certes, ces formes ne se retrouvent pas uniquement dans le monde chrétien, catholique ou protestant, mais la faveur, légitimée par les enseignements des doctrines chrétiennes, repérée à travers les poncifs relatifs à l’amour du prochain ou à la bienveillance des hommes, obligeants et bons à l’égard des « pauvres » – pauvres d’esprit ou miséreux – perd de son acuité comme de sa raison d’être, de son sens en un mot, dès l’avènement des Lumières. Si l’on retient, suivant les leçons de Kant, que chacun est responsable de soi et pour soi, l’émancipation de l’homme par le biais de la raison devient fondamentale ; la liberté ne signifie que la liberté d’agir, agir raisonnablement, sans contrainte, dans un monde pluriel, dans un monde d’égaux5... Dans ce contexte, les faveurs peuvent être considérées comme des limites, des obstacles d’ordre moral à toute forme de harcèlement notamment dans les espaces politiques et sociaux, – sauf lors de circonstances exceptionnelles (par exemple, la guerre) ou en cas de calamités nationales (comme les catastrophes naturelles) qui, de toute évidence, excluent toute acceptation, même mesurée et modérée de ce type de relation au sein du corps social.

  • 6   N. Elias. Os estabelecidos e os outsiders, Rio de Janeiro, Zahar, 2000.
  • 7   Un cas a donné lieu à la réflexion théorique d’Elias : dans un quartier anglais de la périphérie, (...)

7L´aspiration à l’égalité qui retrace l’avènement des sociétés démocratiques se heurte, toutefois, au sentiment de supériorité que quelques groupes nourrissent par rapport à d’autres, soit par tradition, soit en raison d’inégalités de pouvoir préexistantes. Il s´agit là, pour Elias, d’un thème universel qui peut être perçu dans différentes configurations sociales : seigneurs féodaux et vilains, blancs et noirs, gentils et juifs, hommes et femmes, voire aussi grands États nationaux face aux micro-États6. Les stigmates dépréciatifs qui font partie des tensions sous-jacentes au fait pour ces groupes ou unités sociales de vivre ensemble, peuvent avoir des origines diverses, comme les préjugés raciaux et les différences de classe, de croyances religieuses7 ; peu importe les lieux ou les prétentions, leurs effets sont semblables ou comparables, car de telles marques infiltrent l’image personnelle des outsiders, fragilisant leur amour-propre et leur capacité de résistance.

8Pour aborder la question du harcèlement dans les espaces sociaux et politiques, j’ai ainsi choisi d’étudier trois figures ou représentations qui, à mon sens, peuvent nous faire mieux comprendre les prédispositions à cette relation clandestine qui, pourtant, pénètre la conscience collective brésilienne : il s´agit du courtisan, de l’arriviste et de la populace. Je n’ai pas la prétention de tracer des lignes de continuité entre chacune des périodes auxquelles se rapportent ces figures ; néanmoins, c’est à partir de ces illustrations qu’il m’apparaît possible de mettre en évidence la façon dont le harcèlement, insidieux ou explicite, se développe et se généralise dans la culture des sociétés actuelles.

Le courtisan

  • 8   C. Haroche, « Retenue dans les mœurs et maîtrise de la violence politique. la thèse de Norbert El (...)

9Poursuivant ses analyses relatives à l’importance que revêtent le positionnement de soi et l’affectivité dans les rapports sociaux, présentant ces données comme un élément déterminant du procès de civilisation et estimant la mise à l’écart de l’agressivité et de la violence par le contrôle social « ancré dans l’organisation étatique », Norbert Elias y voit la marque d’une « société civilisée »8. Cependant, utilisant le modèle théorique qu’il a construit pour expliquer la dynamique establishment / outsider, il s’attache aussi à un personnage au caractère singulier, un outsider par excellence : Wolfgang Amadeus Mozart.

  • 9   N. Elias, Sociologia de un gênio, Rio de Janeiro, Zahar, 1995.
  • 10   Idem, p. 21.

10Dans son dernier ouvrage, œuvre inachevée, Mozart, Sociologie d’un génie9, l’auteur ne prétend pas exalter la génialité du musicien, ni faire sa biographie, il essaie de comprendre comment Mozart a su et/ou pu assimiler sa condition d’outsider en étant dépendant, comme l’était son père Léopold Mozart, des faveurs de la Cour. L’opposition radicale établie entre l’homme du Moyen Age et l’homme de Cour, entre le chevalier libre et le chevalier de Cour rapidement transformé en « courtisan », n’a plus lieu d’être exposée. Elias rappelle que les musiciens avaient à la Cour le même statut que les autres « serviteurs » comme les cuisiniers et les pâtissiers, soumettant leur « art » aux ordres du maître. Il met en évidence les pressions sociales qui, du fait de la position particulière de son père, témoin et acteur du destin de son fils, s’exerçaient sur le virtuose Mozart puisque, malgré sa condition de subalterne, il côtoyait le luxe et suivait les mœurs de la Cour ; ainsi, la distance sociale par rapport aux nobles pouvait être grande, mais la distance spatiale était petite10. Il vivait entre deux mondes, dans lesquels la flatterie, l’imitation des usages et modes de ses « supérieurs », les périphrases et les euphémismes, le contact avec les proches et leurs nécessités les plus puériles se mêlaient à son expérience quotidienne.

11Son père, lui, bien que conduit à présenter son fils auprès des cours princières, usant de multiples stratégies non pour créer le génie de Wolfgang, mais pour lui offrir les moyens de son élévation, reste confiné dans sa condition de subalterne, régent-adjoint de l’archevêque de Salzbourg. D’après Elias, il vivait la condition humiliante du courtisan, qu’avait autrefois décrit La Bruyère, comme nous le fait remarquer Claudine Haroche :

  • 11   C. Haroche. « Le comportement de déférence: du courtisan à la personnalité démocratique ». in C.  (...)

12« Servile et dominateur, pervers,... (le courtisan) veut surpasser son maître...  Fasciné par les grands, un Pamphile veut être grand : il n’existe que dans la proximité, sous le regard du grand. Il est obsédé par l’idée de la grandeur – la sienne – de se faire voir et de se faire valoir : quelle honte pour lui d’être vu avec un homme humble, un pauvre, un homme obscur, sans relation particulière. (...) Il soumet ses propos et ses maintiens à une surveillance continue, pratique l’euphémisme, s’exerce au sous-entendu, à l’allusion, se cantonne au non dit, s’installe dans l’hypocrisie et la duplicité, se drape dans la fausseté, le mensonge. Il se méfie, il craint de dire les choses clairement, il redoute que son ascension ne soit ralentie, entravée; pire : arrêtée ».11

13Si ces observations révèlent le mépris et le préjugé des dominants à l’égard de celui qui, ne pouvant être homme de bien et de Cour, se fait courtisan, les sentiments de ce dernier ne sont pas moins hostiles, comme le démontre Mozart, écrivant à son père et faisant des commentaires sur son employeur :

  • 12   Idem, p. 113-14.

14« A propos, que se passe-t-il avec l’archevêque ? Lundi prochain, cela fera six semaines que je suis absent de Salzbourg. Vous savez, mon cher père, c’est seulement pour vous faire plaisir que je reste là, puisque, par Dieu, si j´avais suivi mon inclination, un jour avant mon départ j’aurais nettoyé mon derrière avec mon dernier contrat, car je vous jure sur l’honneur que ce n’est pas Salzbourg, mais le prince et sa présomptueuse noblesse qui jour après jour me deviennent plus intolérables. C’est pourquoi, je serais enchanté s’il me faisait savoir par écrit qu’il n’aurait plus besoin de mes services. (…) Ce serait moins pénible pour moi si, à l’occasion, je pouvais sortir, pour quelque temps, pour reprendre mon souffle. Vous savez comme il m’a été difficile de sortir maintenant : et sans une raison très urgente, il n’y aurait pas la moindre chance que cela puisse arriver à nouveau. Penser à cela est suffisant pour éclater en sanglots »12.

  • 13   Idem, p. 23.
  • 14   Idem, p. 42.

15Ce passage dont la sincérité me paraît incontestable, révèle non seulement le mépris pour l’archevêque, mais peut-être aussi pour le père qui se soumettait fidèlement à son maître sans pouvoir élargir la sphère de son action dans le but d’assouvir son désir de réalisation de soi comme musicien, réalisation qui, une fois frustrée dans sa propre carrière, fut transférée au fils. Toutefois, bien que celui-ci se soit soumis formellement à l’aristocratie, il se sentait égal ou supérieur à elle13. On connaît bien l’épisode dans lequel l’Empereur Joseph II, un pianiste médiocre, reprocha à Mozart l’excès de notes dans L’Enlèvement au Sérail. L’animosité et la révolte contre le niveau social qu’imposait à ce dernier la soumission comme prix pour pouvoir exercer ses talents, s’aggravaient encore du fait que sa musique (et ce fut aussi le cas du concerto K. 466) d’une grande et intensité dramatique, ne correspondait pas au goût léger, infantile et puéril de la Cour14.

16Le poids des contraintes sociales ne fut pas suffisamment acéré pour susciter du ressentiment en Mozart, mais sa relation avec son père n’en était pas moins perturbante. Dès l’âge de trois ans, il fut soutien de famille, exposé à d’innombrables publics comme enfant prodige. Son père, Léopold Mozart, lui imposait une discipline rigide et, en même temps, plaçait en lui un immense espoir quant au déroulement de sa carrière professionnelle. Ce faisant, il lui indiquait le chemin qu’il avait lui-même parcouru, c’est-à-dire celui du courtisan.

17Contrairement à d’autres artistes et intellectuels, Mozart ne cherchait pas d’appui ni de consolation dans les idées ou les pratiques politiques contestant l’ordre aristocratique ou pour défendre l’institution de relations basées sur l’égalité des chances ; il ne s’associait pas non plus aux membres de son propre groupe social. Un tel isolement, selon Elias, provoque une extrême fragilisation psychologique ; même après s’être émancipé de l’aristocratie et de son père ; Mozart eut une mort précoce due au découragement, au désespoir, à un sentiment de confusion et à une sensation de débâcle. Elias remarque ainsi que :

  • 15   Idem, p. 39.

18« Des gens ayant la position d’outsiders par rapport à certains types de personnes établies mais qui se sentent égaux ou même supérieurs, par leurs réalisations personnelles ou quelquefois même par leur richesse, réagissent parfois de façon rancunière aux humiliations auxquelles ils ont été exposés ; ils peuvent aussi être pleinement conscients des défauts du groupe établi. Mais tant que le pouvoir de l’establishment continue intact, aussi bien lui que son modèle de comportement et de sentiment peuvent exercer une attraction très forte sur les outsiders. Souvent le plus grand désir de ceux-ci est d’être reconnus comme égaux par ceux qui les traitent si ouvertement comme inférieurs. La curieuse fixation des désirs des outsiders de reconnaissance et d’acceptation par l’establishment fait en sorte qu’un tel objectif se transforme en centre de tous leurs actes et désirs »15.

19Comme nous le rappelle Elias, Beethoven, quinze ou vingt ans après Mozart, indépendamment de son caractère exceptionnel ou précisément à cause de lui, est un parfait exemple du courtisan dans une société en transition, dans un passage entre la rigidité hiérarchique, propre à l’aristocratie, et les conquêtes révolutionnaires qui firent progresser l’introduction de la notion d’égalité, d’égalité des chances.

20Et sans en retenir la philosophie égalitariste, ce sont de ces chances que se saisit le « parvenu ».

Le parvenu

  • 16   H. Arendt, La tradition cachée ; le juif comme paria, Breteuil-sur-Ilton, Christian Bourgois, 197 (...)

21Dans une approche différente évoquant les gradations entre paria et parvenu Hannah Arendt estimait qu’il était nécessaire pour chacun de construire sa propre personnalité et de s’opposer aux conformismes. Hannah Arendt réfléchit alors sur la figure de l’outsider et cherche à comprendre un tel personnage au XIXe siècle. Elle différencie son rôle dans la société en trois attitudes bien distinctes : la première, basée sur la rébellion, tente de changer le monde qui l’exclut ; la seconde est faite de fuite et d’échappatoire, généralement à travers l’art ou la nature ; la troisième est celle de l’arriviste, qu’elle nomme parvenu16 : au lieu de tenter de contester l’ordre au profit de changements qui réduisent les inégalités, le parvenu agit pour essayer de s’adapter et de s’intégrer au monde de ceux qui se comprennent eux-mêmes comme supérieurs.

  • 17   Et, ici, en particulier, les juifs qui se comportent ainsi : il s’agit du processus d’assimilatio (...)

22Sa critique contre les parvenus – souvent compris sous la forme d’un groupe17 – consiste à expliquer pour quelles raisons et par quelles voies ils ne se sont identifiés à aucun projet collectif et suivant quels efforts ils ont soigné leurs défenses en vue d’une ascension sociale d’ordre individuel, se prévalant de techniques et de manières sources de faveur.

  • 18 Idem, p. 116 et 117.

23Comme La Bruyère, Arendt exprime du dédain à l’égard des favorisés. Tandis que les « rebelles » évoquent des stéréotypes positifs comme humanité, bonté, absence de préjugés, sensibilité à la justice, elle attribue au parvenu, à l’arriviste, des caractéristiques comme l’inhumanité, la convoitise, l’insolence, la servilité flatteuse, l’acharnement à vaincre18. Arendt traite ici d’un groupe spécifique, parmi les juifs, un groupe apolitique et enrichi qui ne représente pas la majorité. L’arriviste qui se justifie en invoquant la pitié à son égard pour obtenir la faveur de l’autre ou en proposant son assistance pour se faire valoir, n’est pas une caractéristique exclusive de ce groupe social. Si le peuple paria admire le dominant ou l’influe sans vouloir se faire admettre dans sa société, le parvenu est prêt à tout pour briller et s’y insérer, au risque de devenir l’esclave des autres et d’être rejeté par les siens.

24A l’aide de ces illustrations, nous pouvons mettre en évidence les voies imbriquées qui désorganisent les séparations idéelles et idéales entre le public et le privé, et qui prédisposent un grand nombre d’individus à accepter, accorder ou se prêter à une faveur.

25La constance de ces représentations ou configurations psychosociales au XXIe siècle – susceptibles d’être considérées comme une catégorie historique – fait en sorte que cette figure du parvenu demeure encore conséquente, voire constitutive de nos relations sociales.

La populace

  • 19   V. dans le cadre des mouvements et gouvernements à caractère autoritaire : M. Brepohl de magalhaë (...)

26Appréhender les termes (et les comportements qu’ils révèlent) d’apathie, de collaboration, d’absence d’engagement politique et de prédisposition à la violence ainsi que de harcèlement, comme des pratiques centrales dans les démocraties du XXe siècle et du début de ce XXIe siècle, qui, dans leurs implications plus profondes, atteignent l’exercice de la citoyenneté, est un projet académique à long terme que je ne ferai ici qu’aborder19. Pourtant, les différents groupes considérés comme inférieurs, et pour cela discriminés, qui pourtant acceptent les relations de pouvoir telles qu’elles se présentent, n’ont fait qu’augmenter en nombre.

27Freud avait vu que l’institutionnalisation du conflit par le biais du débat démocratique n’a pas été suffisante pour apaiser la haine et le ressentiment entre inégaux. Or l’aspiration aux biens matériels – et pas seulement au prestige social – est chaque fois plus impérieuse dans les sociétés qui subissent les effets de la mondialisation, surtout dans celles qui connaissent de grandes concentrations urbaines, d’amples moyens de communication et dans lesquelles les habitudes de consommation tendent à s’homogénéiser.

  • 20   M. S. Bresciani. « Metrópoles : as faces de um monstro urbano ». Revista Brasileira de História. (...)

28Le pessimisme de Freud était aussi ressenti par des penseurs comme Le Bon, Gabriel Tarde, Max Weber, Carlyle, Manheim. La peur de la multitude, comme la nomme M. S. Bresciani20, ressentie par les lettrés, les avocats, les philosophes, les hommes d’État, au long du XIXe siècle, a longtemps habité l’imaginaire politique ; elle a d’ailleurs conduit à la fondation et au développement de deux nouvelles sciences : la psychologie sociale et la science politique.

  • 21 H. Arendt, O sistema totalitário, Lisboa, Dom Quixote, 1978. p. 163 et s., p. 399 et s.

29D’après Arendt, la psychologie de masses est apparue juste au moment de l’effondrement de la société de classes provoqué par la concentration des populations dans les agglomérations urbaines : une telle configuration tolère, développe et encourage indéniablement tant l’anonymisation et l’apathie que la vulgarisation des comportements et des formes de penser – qui révèlent une des dimensions caractéristiques de la masse. Cette indifférenciation massive aiguise la montée d’un sentiment d’humiliation qui peut être à l’origine des révoltes, qui peut aussi s’exprimer par les contestations, les protestations, qui peut inspirer la haine, susciter la violence contre l’autre, les autres. De cette façon, tandis que la classe ouvrière organisait son propre mouvement et construisait son propre langage, les riches, les partis bourgeois et les masses sont restés indifférenciés et atomisés, ignorant la qualité des liens sociaux, ne se préoccupant pas des modes d’exposition des identités, ne développant pas de projet politique, enfin ne s’encombrant pas de courants de pensée qui eussent pu, cependant, leur conférer une cohésion sociale21. Néanmoins, cette sorte d’autisme politique n’empêchera pas que, soudain, nourris par une idéologie déterminée ou aveuglés par un chef charismatique, les hommes de la « masse » en viennent à investir l’espace public. L’option d’une orientation par la servitude volontaire est ainsi esquissée, et ce en raison de l’inaptitude de la masse à constituer un tissu sociétal, à fabriquer le lien social, ce qui est l’une des marques de son impossible identification avec les groupements formés comme les syndicats, partis et organisations. La « masse », toujours sous-représentée, est ainsi susceptible d’être séduite par tout leader charismatique ou d’être réceptive à toute propagande.

  • 22   On pourrait donner des illustrations de même type dans l’Allemagne nazie et, sous Staline, en Rus (...)

30Au sein de la masse, Arendt discerne la populace comprise comme un groupe conçu à partir de comportements instrumentalisant les rapports sociaux à l’aune des situations économiques ou politiques : toute une gamme de comportements peut être ainsi signifiée allant de la constitution de réseaux d’influence à l’institutionnalisation de la faveur : acceptation de la collaboration, incitation à la corruption, manipulation des manifestations publiques, instigation des mouvements isolés et violents, échange de faveurs, par lesquels les membres de ce groupe organisent et protègent leur ascension sociale. Par exemple, pour en donner une rapide illustration, en France, pendant les années 1920-1930, s’ils ont œuvré au sein de l’appareil d’Etat et ont poursuivi leurs activités durant le régime de Vichy22, dans les Etats d’Amérique latine, c’est au discours de la « gauche » ou du « centre gauche » que ce mouvement se rattache en ce que ces discours sont présentés sous un label « populiste » ou « clientéliste ». En effet, dans les Etats d’Amérique latine, les pratiques clientélistes sont généralement mises en place par les hommes politiques, les politiciens, défendant des options populistes. Une différence de perception de ce terme par rapport aux analyses qui ont cours dans les Etats européens, doit alors être signalée : le concept de clientélisme se rattache essentiellement à la parole du droit modulée suivant les jeux de la faveur – jeux qui, sous-jacents à tous les discours jacobinistes ou marxistes, associent pouvoir et séduction.

31Si le XIXe siècle a été le siècle du parvenu, peut-être trouvons-nous son équivalent, au XXe siècle, et en ces débuts du XXIe siècle, dans les groupes favorisés de la politique qui acceptent de collaborer en échange de faveurs, groupes que Arendt nomme la populace. Par populace, Arendt ne veut donc pas caractériser, d’une façon aristocratique pleine de préjugés, le pauvre ou l’inculte ; pour elle, le terme populace revêt une signification très précise :

  • 23   H. Arendt, O sistema totalitário, op.cit., p. 164-5.

32« La populace est fondamentalement un groupe dans lequel sont représentés les déchets de toutes les classes sociales. C’est cela qui rend si facile la confusion entre populace et peuple, lequel comprend toutes les classes sociales. Tandis que le peuple (…) lutte pour un système vraiment représentatif, la populace réclame toujours un homme fort, un grand chef. Parce que la populace hait la société dont elle est exclue et hait le parlement où elle n’est pas représentée »23.

33Le lumpen, le propriétaire dépossédé, l’aristocrate décadent et le bourgeois prolétarisé refoulent leur propre exclusion, projettent dans l’autre les causes de leur infortune et dans le chef puissant et influent, leur anxiété. Ils adoptent aussi les comportements représentatifs de ce que Hannah Arendt nomme la populace. C’est de leur corps ou de leur caste, dans la plupart des cas, que proviennent les chefs des masses. Mais si de tels chefs appartiennent à ce milieu social, ensuite ils le trahissent. Les exemples retenus par Arendt concernent les chefs totalitaires et leurs hommes de confiance, objet privilégié de ses réflexions – et je pense qu’il n’est pas ici utile de s’étendre sur la description de ce qu’ont représenté les faveurs et abus commis par eux.

  • 24   Claus Offe, Problemas estruturais do estado capitalista, Rio de Janeiro, Tempo Brasileiro, 1974.

34Si l’on peut se permettre un saut dans le déroulement chronologique de ces observations, il est à noter qu’après la Seconde guerre mondiale, les démocraties, au moins en Occident, ont paru, sous le Welfare State, se consolider. Dès 1945, la rationalité juridique et la politique représentative ont semblé inaugurer une nouvelle époque : l’humanité semblait entrer dans une phase de sérénité où les solutions techniques et scientifiques permettraient une meilleure gestion de l’économie, balisée par l’institutionnalisation des processus de réglementation des conflits sociaux, arbitrés par les partis, les syndicats et le Parlement24. Dans un État techniquement planifié, les faveurs et arrangements ne devaient plus avoir de place face aux consensus basés sur des actions raisonnablement déterminées. Or, cette expérience a été éphémère et illusoire. Elle n’a pas résisté aux conflits qu’elle pensait pouvoir résoudre, tant pour ce qui concerne les processus de décolonisation que pour tout ce qui touche aux conflits relatifs à la distribution des biens matériels. C’est à partir de cette optique que je voudrais, ici, interpréter cette période dont le fondement est celui d’une société entièrement vouée et définie par le travail.

35Comment a été débordé le cadre du Welfare State ? Comment ont été dépassées les limites imposées par de tels discours et pratiques, si durement conquis ? Trois hypothèses peuvent être proposées.

36J’invoquerai d’abord la mercantilisation de l’opinion due à la démocratie compétitive qui induit un dépassement des limites.

  • 25   G. Tarde, A opinião e as massas, Rio de Janeiro, Martins Fontes, 1992.
  • 26 Idem, p. 6.

37Nous avons déjà mentionné l’apparition de deux sciences, nées de la société de masse : la psychologie sociale et la science politique. A l’intérieur de celles-ci, une place prépondérante a été donnée à l’étude et au contrôle de l’opinion publique, elle a rendu possible la formation d’innombrables professionnels qualifiés. Précurseur en ce domaine, Gabriel Tarde a été un chercheur attentif au risque de désordre fatal que la démocratie de masse pourrait provoquer en raison de l’irrationalité politique qu’elle induisait ainsi que du désir de consommation qu’elle suscitait25. Tarde, juge en Dordogne et directeur des statistiques criminelles, avait constaté que la société moderne se caractérisait par la généralisation chez les individus d’un sentiment d’autonomie mais sans en avoir conscience, ils étaient automates et non autonomes26. La recherche incessante de biens matériels, intensifiée par l’unification et l’homogénéisation des mœurs, allait générer des passions et des conflits contrôlables essentiellement par le redéploiement des sciences de l’opinion. Les professionnels des médias ont donc leur place dans cette réflexion ; ce sont des professionnels qualifiés, régis par des contrats de travail assez exigeants. Ce sont eux qui indiquent ou fabriquent, dans la logique électorale, ceux qui sont aptes à séduire l’opinion des masses, soit ceux qui doivent marchander, auprès d’une opinion publique désorganisée, des faveurs qui se transforment en bulletins de vote. Claus Offe se réfère à eux comme aux « hommes de confiance » qui négocient les demandes de la population, lesquelles doivent être suffisamment modérées pour ne pas mettre en cause la sécurité financière des gouvernements et, en même temps, capables d’endiguer les mouvements et conflits sociaux. A ce propos, F. Neumann dit, dès 1950, que :

  • 27   F. Neumann, O estado democrático e o estado autoritário, Rio de Janeiro, Zahar, 1969. p. 18.

38« Le pouvoir aristocratique devient ainsi un instrument des mouvements démocratiques. Ce n’est donc pas par hasard que la croissance des oligarchies à l’intérieur des mouvements de masse a été pour la première fois étudiée dans l’exemple fourni par le Parti Social-démocrate en Allemagne »27.

39Je soulèverai dans un deuxième temps l’avènement de la société d’efficacité (Leistungsfähigkeitgesellschaft) qui a permis de réintroduire la faveur suivant son sens social.

40Avec le développement de la science et de la technologie, dans des proportions jamais connues auparavant, les pressions pour l’efficacité au travail se sont accentuées et se sont révélées de plus en plus soutenues. Ces pressions, régies par la raison instrumentale, ne sont pas uniquement dues à des contraintes d’ordre économique ; elles dérivent aussi, comme le dit Elias, de la vulnérabilité qui est la nôtre devant ceux qui exercent le pouvoir, devant ceux qui disposent d’un pouvoir sur nous :

  • 28   N. Elias, O processo civilizador (vol 2), Rio de Janeiro, Zahar, 1993. p. 271.

41« Les peurs de perdre un emploi, (…), de tomber en dessous du niveau de subsistance, (…), peurs de la dégradation sociale, de la réduction des possessions ou de l’indépendance, de la perte de prestige ou de statut (…) ce sont exactement ces peurs, nous l’avons vu aussi qui ont fortement tendance à être intériorisées »28.

42Cette intériorisation des peurs enferme, induit la construction d’une barrière entre ce que nous sommes (le moi intérieur) et ce que nous exposons (le moi extérieur) ; elle accuse la tendance générale à craindre ou à concevoir, à sentir ou à trouver dans l’autre un adversaire. Elle rend chacun extrêmement fragile devant ses supérieurs, la précarité en doublant l’intensité. Ainsi, dans la condition d’outsiders en puissance ou effectifs, comment ne percevrions-nous pas la faveur comme un tranquillisant capable d’apaiser nos angoisses ?

43Enfin, je soulignerai un troisième facteur de dépassement. La logique de la société rationnelle et démocratique a été mise en échec par les renoncements individuels et collectifs dans les espoirs d’ascension sociale : le chômage, le déracinement, la pauvreté, la misère – tant de faits et sentiments qui soulignent la peur de l’échec (économique et existentiel). Pensons au travail clandestin ou illégal, souvent dans le secteur tertiaire et quasiment toujours non qualifié, au sous-emploi, au travail temporaire et, par delà ces forces de la précarité alliées aux discours de la flexibilité, aux mouvements migratoires nationaux et internationaux. Avec la globalisation du marché du travail, les hommes sont devenus, à l’échelle mondiale, des êtres superflus et, pour beaucoup d’entre eux, l’économie informelle (ou cachée) et la criminalité semblent être les seuls horizons qui s’ouvrent... une culture de la délinquance prend le pas sur la culture de l’incivilité.

44L’aspect crucial de ce « nouvel ordre » n’est pas, pour ces hommes et femmes, le fait d’être exclus de la société du travail mais de se sentir responsables de cette exclusion. Ils sont amenés à se sentir indignes de la société à laquelle ils appartiennent, comme s’ils étaient apatrides, dans le sens que Arendt confère à ce terme, c’est-à-dire de n’avoir pas le droit d’avoir des droits. Cette condition sociale dont sont victimes les sans-papiers en Europe, les chômeurs virtuels ou permanents, les réfugiés de l’Europe de l’Est, les enfants des rues, pour ne citer que quelques exemples, pousse presque toute cette foule à avoir recours à la philanthropie, publique et privée, ou à la violence dans les relations quotidiennes (aussi bien vis-à-vis de leur groupe social que vis-à-vis des autres), attitude qui s’accompagne nécessairement de défaveur.

  • 29   Et la tolérance zéro est une de ses expressions les plus cyniques.
  • 30   V. par exemple, l’affirmation de Anadyr Rodrigues, selon laquelle, au Brésil, il n’y a pas eu une (...)
  • 31   A ce sujet v. Enzensberger in: JO Folha de São Paulo, Cahier MAIS, 11 novembre 2000.

45Dans ce réseau de hiérarchies fragmentées, instables et changeantes et d’une insécurité généralisée29, les liens contractuels dont se flattait l’Etat technique, cèdent chaque fois un peu plus la place à la fraude, à la corruption et aux bénéfices illicites30. Nous vivons dans une logique mafieuse, comme celle de Helmut Kohl, qui, refusant de confesser qui était son corrupteur, prétextait lui avoir donné sa parole d’honneur31. Il s’agit là d’une logique qui touche presque toutes les formations politiques, presque toutes les organisations sociales faisant de l’arrivisme une condition de « survie » dans les espaces de pouvoir. En fin de compte, comme l’a déjà commenté Hannah Arendt, à propos de l’arriviste :

  • 32   H. Arendt, Rahel, Rio de Janeiro, Relume-Dumarà, 1994, p. 167.

46« au moindre succès, si durement conquis, il devait faire semblant que tout était possible. La moindre faille le renvoie de nouveau aux profondeurs de sa nullité sociale (…) ceci le détourne vers le genre le plus bas de vénération du succès »32.

47Achever ce parcours en trois rôles qui a permis l’émergence des figures distinctives du courtisan, du parvenu et de la populace – et des relations de la populace avec les foules –, oblige un retour sur la notion de harcèlement moral : le harcèlement est d’ordre stratégique chaque fois qu’un outsider désire ou craint – comme ce fut le cas de Mozart – le pouvoir établi ; le harcèlement, comme l’opportunisme, les mensonges et les petites trahisons, représente l’un des instruments d’une culture individuelle d’ascension sociale et économique ; une fois généralisés dans les lieux de travail ou dans les espaces sociaux, ces instruments peuvent durablement affaiblir les représentations d’action collective qui fondent et se fondent sur la solidarité et l’aspiration à l’égalité et… deviennent sources de nouveaux modèles de harcèlement.

Haut de page

Bibliographie

ANSART (Pierre), « Histoire et mémoires des ressentiments ». in: Colóquio Memória e re(sentimento); indagações sobre uma questão sensível. Campinas, UNICAMP/ Núcleo História e Linguagens políticas, razão, sentimentos e sensibilidades, 2000 (mimeo).

ARENDT (Hannah), La tradition cachée; le juif comme paria, Breteuil-sur-Iton, Christian Bourgois Ed., 1976.

ARENDT (Hannah), O sistema totalitário, Lisboa, Dom Quixote, 1978.

ARENDT (Hannah), Rahel, Rio de Janeiro, Relume-Dumará, 1994.

BOGNER (Artur), Zivilisation und Rationalisierung, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1989.

BREPOHL DE MAGALHÃES (M.D.), « Sentiment et perte d’identité : le petit bourgeois nazifié », in: Les Cahiers du laboratoire de Changement Social, Paris, Université de Paris 7, (nº 4), 1998a.

BREPOHL DE MAGALHÃES (M.D.), Pangermanismo e nazismo; a trajetória alemã rumo ao Brasil, Campinas, Editora da UNICAMP, 1998, 258 p.

BREPOHL DE MAGALHÃES (M.D.), « Faire sa propre loi :  la production des interdits par les hommes ordinaires » in: L’interdit, Université de La Rochelle, La Rochelle, 2000 (mimeo).

BREPOHL DE MAGALHÃES (M.D.), « A lógica da suspeição: sobre os aparelhos repressivos à época da Ditadura Militar no Brasil » Revista Brasileira de História, São Paulo, ANPUH/ Humanitas Publicações, vol 17, n. 34, p. 203-220, 1997.

BRESCIANI (Maria Stella), « Metrópoles: a face de um monstro urbano », Revista Brasileira de História,. São Paulo/ ANPUH: vol.5 n. 8-9, 1985. p. 7-33

ELIAS (Norbert), O processo civilizador, Rio de Janeiro, Zahar, 1990.

ELIAS (Norbert), O processo civilizador (vol. 2), Rio de Janeiro, Zahar, 1993.

ELIAS (Norbert), Mozart, sociologia de um gênio, Rio de Janeiro, Zahar, 1995.

ELIAS (Norbert), Os estabelecidos e os outsiders, Rio de Janeiro, Zahar, 2000.

ENZENSBERGER (Hans Magnus), Guerra civil, São Paulo, Companhia das Letras, 1995.

HAROCHE (Claudine) & VATIN Jean-Claude (dir.), La considération, Paris, Desclée de Brower, 1998.

HAROCHE (Claudine), Le comportement de déférence : du courtisan à la personnalité démocratique. in Communication, La déférence, Paris, Seuil, 2000, p. 5-26.

NEUMANN (F.), O estado democrático e o estado autoritário, Rio de Janeiro, Zahar, 1969.

OFFE (Claus), Problemas estruturais do estado capitalista, Rio de Janeiro, Tempo Brasileiro, 1974.

TARDE (Gabriel), A opinião e as massas, Rio de Janeiro, Martins Fontes, 1992.

Haut de page

Notes

1   V. entre autres, M. Sanchez-Mazas, G. Koubi, Le harcèlement. De la société solidaire à la société solitaire, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, coll. Histoire, Economie, Société, 2005.

2   C. Haroche. « Le droit à la considération » in C. Haroche et J-C. Vatin. La considération. Paris, Desclée de Brower, 1998. p. 10-11.

3   P. Ansart. « História e memórias dos ressentimentos » in S. Bresciani & M. Naxara. Memória e ressentimento; indagações sobre uma questão sensível. Campinas, Editora da UNICAMP, 2001.
p. 15-36.

4   N. Elias. O processo civilizador. Rio de Janeiro, Zahar, 1990.

5   E. Kant, Qu´est-ce que les lumières ?, Paris, Flammarion, 1991, p. 43 et s.

6   N. Elias. Os estabelecidos e os outsiders, Rio de Janeiro, Zahar, 2000.

7   Un cas a donné lieu à la réflexion théorique d’Elias : dans un quartier anglais de la périphérie, entre membres de la classe ouvrière, ceux qui étaient établis depuis plus longtemps sur place se considéraient, pour cette raison, supérieurs aux nouveaux venus qu’ils stigmatisaient comme déracinés.

8   C. Haroche, « Retenue dans les mœurs et maîtrise de la violence politique. la thèse de Norbert Elias », Cultures et conflits, Dossier : La violence politique dans les démocraties occidentales, n° 9-10, www.conflits.org/sommaire61.html.

9   N. Elias, Sociologia de un gênio, Rio de Janeiro, Zahar, 1995.

10   Idem, p. 21.

11   C. Haroche. « Le comportement de déférence: du courtisan à la personnalité démocratique ». in C. Haroche. La déférence. Paris, Seuil, 2000. p. 14-15.

12   Idem, p. 113-14.

13   Idem, p. 23.

14   Idem, p. 42.

15   Idem, p. 39.

16   H. Arendt, La tradition cachée ; le juif comme paria, Breteuil-sur-Ilton, Christian Bourgois, 1976 et H. Arendt. O sistema totalitário, Lisboa, Dom Quixote, 1978.

17   Et, ici, en particulier, les juifs qui se comportent ainsi : il s’agit du processus d’assimilation du peuple juif, facilité par la consolidation des Etats-nations qui postulent l’égalité juridique entre les citoyens. Cependant, à l’époque même où ce droit leur fut octroyé, l’antisémitisme moderne émergeait et par la suite, s’est affirmé, en bonne mesure par rapport au comportement politique des juifs. A ce sujet, v., H. Arendt. O sistema totalitário, op.cit., p. 55 et s.

18 Idem, p. 116 et 117.

19   V. dans le cadre des mouvements et gouvernements à caractère autoritaire : M. Brepohl de magalhaës, « A lógica da suspeição : sobre os aparelhos repressivos à época da Ditadura Militar no Brasil », Revista Brasileira de História, São Paulo, ANPUH/ Humanitas, vol 17, n. 34, 1997, p. 203-220 ; Pangermanismo e nazismo ; a trajetória alemã rumo ao Brasil, Campinas, Editora da UNICAMP, 1998. et, « Sentiment et perte d´identité : le petit bourgeois nazifié », Cahiers du Laboratoire de Changement Social, Paris, Université de Paris 7, n. 4, 1998.

20   M. S. Bresciani. « Metrópoles : as faces de um monstro urbano ». Revista Brasileira de História. São Paulo, ANPUH, vol 5 n. 8-9, 1985, p. 7-33.

21 H. Arendt, O sistema totalitário, Lisboa, Dom Quixote, 1978. p. 163 et s., p. 399 et s.

22   On pourrait donner des illustrations de même type dans l’Allemagne nazie et, sous Staline, en Russie...

23   H. Arendt, O sistema totalitário, op.cit., p. 164-5.

24   Claus Offe, Problemas estruturais do estado capitalista, Rio de Janeiro, Tempo Brasileiro, 1974.

25   G. Tarde, A opinião e as massas, Rio de Janeiro, Martins Fontes, 1992.

26 Idem, p. 6.

27   F. Neumann, O estado democrático e o estado autoritário, Rio de Janeiro, Zahar, 1969. p. 18.

28   N. Elias, O processo civilizador (vol 2), Rio de Janeiro, Zahar, 1993. p. 271.

29   Et la tolérance zéro est une de ses expressions les plus cyniques.

30   V. par exemple, l’affirmation de Anadyr Rodrigues, selon laquelle, au Brésil, il n’y a pas eu une augmentation de la corruption mais plutôt des excès dans les informations (JO Folha de São Paulo, 12 avril 2001, p. A4).

31   A ce sujet v. Enzensberger in: JO Folha de São Paulo, Cahier MAIS, 11 novembre 2000.

32   H. Arendt, Rahel, Rio de Janeiro, Relume-Dumarà, 1994, p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Brepohl de Magalhaes, « Culture de l’ascension sociale et figures du harcèlement  », Droit et cultures [En ligne], 52 | 2006-2, mis en ligne le 10 avril 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/707

Haut de page

Auteur

Marion Brepohl de Magalhaes

Marion Brepohl de Magalhaes est professeur de l’Universidade Federal do Parná, Curitiba, Brésil. Ses recherches portent sur les comportements et attitudes dans les systèmes autoritaires et totalitaires. Elle a notamment publié (en français) : « Sentiment et perte d'identité : le petit bourgeois nazifié » in: Les cahiers du laboratoire de changement social, Paris, Université de Paris VII, n. 4. 1998 ; « Le ressentiment de l’exil : l’esthétique de la perte chez Alfred Doeblin » in Pierre Ansart (dir.), Le ressentiment, Bruxelles, Bruylant, 2002. En brésilien (deux ouvrages) : Pangermanismo e nazismo: a trajetória alemã rumo ao Brasil. Campinas : Editora da UNICAMP, 1998. Avec C. Lopreato, A banalização da violência. A atualidade do pensamento em Hannah Arendt, Rio de Janeiro, 2002.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org