Navigation – Plan du site
L'anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

L’anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

Is English a communication tool or a language of wider communications?
Larissa Aronin et Daphné Romy-Masliah
p. 25-41

Notes de la rédaction

Cet article a été rédigé en anglais et traduit ensuite en français par Daphné Romy-Masliah qui est également la traductrice des articles de Larissa Aronin, Renate Kärchner-Ober et Muiris Ó Laoire dans le présent volume.

Texte intégral

  • 1 A. de Swan, 2005.

L’anglais semble à présent avoir atteint un point de non-retour dans son expansion mondiale accélérée, rivalisant avec les langues nationales dans des domaines aussi variés que la musique populaire, les transports, internet, le secteur bancaire, le cinéma et la télévision, la science et le sport (...) L’engagement dans l’intégration européenne nécessite une langue commune : c’est l’anglais. Le défi, pour l’Europe, consiste à l’utiliser comme instrument, tout en évitant de se noyer dans les cultures américaines et britanniques1.

  • 2 T. Friedman, 2000, p. xix.

… Il y a certains aspects de cette nouvelle ère de mondialisation qui nous sont familiers (mais qui sont bien plus intenses à présent), certains aspects inédits et certains aspects si nouveaux que nous ne savons même pas encore comment les appréhender2.

  • 3 Koubi, 2002.

... le terme de droit connaît divers sens que, par exemple, la langue anglaise semble discerner plus aisément, usant de morphèmes plus précis renvoyant aux lois, aux systèmes de droit ou aux droits individuels et collectifs des individus : law, legal system et rights3.

  • 4 Swales, 1997.

1On a déjà versé tellement d’encre et gaspillé de salive à évoquer l’anglais, son expansion et ses répercussions linguistiques et culturelles qu’il serait légitime de nous interpeller pour comprendre les raisons d’un autre volume sur ce sempiternel Tyrannosaure Rex4.

  • 5 Kachru, 1982.

2Nous avons choisi d’illustrer notre propos par trois citations qui éclairent valablement notre postulat examinant l’anglais dans son apport à notre culture, notamment juridique (Koubi), dans sa posture internationale (de Swaan) mais surtout dans son caractère mondialisé. C’est ainsi que la phrase en exergue de Thomas Friedman, promoteur du rapprochement palestino-israélien et qui s’est vu attribuer le prix Pulitzer 2003, provient de son livre La Lexus et l’olivier : comprendre laMondialisation (traduction libre, l’ouvrage n’ayant pas été publié en français) revenait notamment sur l’intérêt et le souci provoqué par la place et le rôle de l’anglais dans les communautés à un niveau planétaire autant que local. L’anglais continue de susciter des polémiques à propos de son influence sur notre mode de vie, que l’on se situe « d’un côté ou de l’autre de la barricade ». Par delà les manifestations tangibles de notre rapport à l’anglais nous nous trouvons confrontés à un changement profond et structurel de la condition sociolinguistique des êtres humains. L’anglais est en passe de devenir notre autre langue5, sans pour autant nécessairement devenir notre culture, voici la problématique sociolinguistique contemporaine, cette quadrature du cercle qui fait l’objet de notre réflexion ici et que résume l’autre citation d’Abram de Swan.

Mondialisation

  • 6 Aronin & Singleton (à paraître) ; Aronin, 2007 ; Fishman, 1998 ; Maurais, 2003 ; Romy-Masliah, 200 (...)
  • 7 Harvey 1989, Giddens 1990, Urry 2000.
  • 8 Cf. Avgerou, 2002, p. 98.
  • 9 Harvey, 1989, p. 240.
  • 10 Urry, 2000, p. 2.
  • 11 L. Friedman, 1999 ; Urry, 2000.
  • 12 2000, p. 118.
  • 13 Voir aussi Giddens, 1990 ; Harvey, 1989.

3Les changements intervenus proviennent d’expériences somme toute assez récentes dans l’expérience humaine pour former la réalité sociale de la mondialisation dans laquelle de nombreuses langues sont en contact et témoignent de l’échelle tout à fait novatrice et inédite de notre condition sociolinguistique6. L’ère de la mondialisation a pour traits caractéristiques une révolution dans la perception du temps social et psychologique par rapport à l’impression qu’en avaient les générations antérieures7. Le fait que le temps et l’espace se trouvent dissociés de toute référence sociale spécifique8 et qu’un sentiment oppression de compression de notre monde spatio-temporel9 sont à mettre sur le compte des avancées technologiques du vingtième siècle. Une autre dimension de la mondialisation modifiant notre condition sociolinguistique est, bien évidemment, la mobilité. De nombreux chercheurs considèrent la mobilité comme l’un des traits distinctifs de notre existence actuelle. C’est ainsi qu’Urry, un sociologue a notamment tenté de faire basculer toute sa discipline du « social comme société » au « social comme mobilité »10. La topologie sociale de la structure (groupes, communautés, États) se trouve remplacée par une topologie sociale fluide des réseaux11. (D’après Urry12 « des réseaux et flux puissants réinvestissent la vie sociale à travers des étendues incroyablement distendues de temps et d’espace »13.

Un nouvel ordre linguistique mondial

  • 14 Maurais, 2003 ; Aronin et Singleton (à paraître) ; Aronin et Singleton, 2006 ; Aronin, 2007.
  • 15 Tonkin, 2003, p. 326.
  • 16 De Swaan, 1988.

4Ces changements ont eu pour conséquence des nouveaux compromis linguistiques qui ont fait de plus en plus souvent référence à « un nouvel ordre linguistique »14, le « régime linguistique mondial »15 ou « système linguistique mondial »16.

  • 17 Alker et al., 2001.
  • 18 Alker et al., 2001.
  • 19 Alker et al., 2001.

5Le concept d’« ordre mondial » se réfère avant tout à la science politique où il permet de définir des entités socio-historiques comme étant reliées géographiquement sur la base de modèles de régularités identifiables et discernables parmi les acteurs mondiaux ou internationaux et impliquant leurs relations conscientes ou inconscientes soit entre elles soit avec leurs environnements naturels et sociaux17. Puisque les ordres mondiaux sont à mettre en relation avec « … des activités humaines, coutumes, organisant le monde, leurs règles ou principes intrinsèques, leurs structures et leurs institutions »18. La situation sociolinguistique actuelle correspond pleinement à cette description, puisqu’elle manifeste sur l’échelle mondiale les « modèles de régularité » de l’activité humaine, de ses interactions et coutumes qui « ont à la fois des éléments motivants ou des dispositions, des contextes liés à l’environnement et à la géographie et des retombées et effets dérivés » outre qu’ils sont « multidimensionnels » et « dynamiques »19.

Les deux tendances

6Le nouvel ordre linguistique se caractérise par deux tendances principales. Celles-ci sont largement reconnues comme étant :

    • 20 2000, p. 132.

    Une expansion sans précédent de l’utilisation de l’anglais comme langue internationale (ALI). Mais précisément, qu’est-ce que l’anglais international ? McKay, dans son ouvrage Enseigner l’anglais comme langue internationale, se réfère à cet ALI qu’elle définit comme la langue « utilisée par les locuteurs de l’anglais, natifs ou non, dans le cadre de la communication transculturelle. Il peut être utilisé au niveau local entre des personnes de langues et de cultures différentes, à l’intérieur d’un même pays, et au niveau mondial entre les locuteurs de pays différents »20.
    Ainsi, les représentants du « cercle en expansion » de Kachru ne sont pas les seuls à utiliser l’anglais comme langue internationale. S’y ajoutent ceux du « Cercle central » qui ont l’anglais pour langue maternelle (ALM) ou l’anglais comme langue « native » (ALN). On trouvera un compte rendu détaillé de ces différences dans l’excellente étude réalisée par Barbara Seidlhofer en 2002 pour le Conseil de l’Europe et dans laquelle elle développe les quatre caractéristiques du développement d’une langue globale :
    - fonction économico-culturelle de la langue ;dépassement du rôle de lingua franca réservée aux élites ;
    - stabilisation du bilinguisme par la coexistence d’une langue mondiale avec d’autres langues dans des contextes du bilinguisme/multilinguisme, un point sur lequel nous reviendrons au cours de cet article dans une perspective de Constellation Linguistique ;
    - modification de la langue via les processus de convergence et de divergence linguistique, dans l’esprit de Kachru et des tenants de l’anglais comme autre langue.

  1. Une diversité remarquable des langues coexistant dans la vie quotidienne.

  • 21 Fishman, 1998.
  • 22 Fishman, 1998.

7Ces deux tendances semblent s’être développées simultanément et être en contradiction l’une avec l’autre. D’une part, la mondialisation du commerce et de l’industrie contribue à la mondialisation de l’anglais, d’autre part la régionalisation économique encourage l’essor de langues régionales21. Fishman revient sur ce « nouvel ordre mondial » en précisant que « l’anglais est devenu la principale langue internationale dans les sphères économiques et politiques tout en devenant la langue des élites et des jeunes. Parallèlement, cependant, les langues régionales ont fait une percée considérable grâce à une nouvelle interaction sociale et le soutien économique de leurs gouvernements »22.

8Ces deux tendances jumelles d’une expansion de l’anglais et de la diversité linguistique sont une réalité objective et elles posent des défis auxquels le monde doit répondre à la fois au plan local et au plan mondial.

Les défis de la situation actuelle

  • 23 Voir entre autres Aronin, 2005 ; Cenoz & Gorter, 2005 ; Aronin, 2007 ; Aronin & Singleton (à paraî (...)

9Ces combinaisons sociolinguistiques paradoxales bien que tout à fait réelles nous hantent par le biais d’une multitude de questions d’une importance vitale. L’essor de l’anglais et la diversité linguistique posent de nombreuses questions d’ordre pratique eu égard à des considérations éthiques, culturelles, financières et juridiques. Dans le domaine de l’éducation, par exemple, il faut non seulement statuer sur quand et comment l’anglais doit être abordé dans le cursus mais il faut également envisager s’il faut inclure dans le cursus obligatoire ou optionnel une ou plusieurs autres langues. Quel anglais s’agit-il d’enseigner ? Faut-il ressusciter des langues appartenant au patrimoine linguistique ou donner la priorité à des langues de communication internationale ? Ces langues doivent-elles constituer une matière d’enseignement ou être des langues d’instruction ? A quel niveau de compétence doit-on parvenir et doit-on privilégier l’écoute, la communication orale, écrite, la lecture ? Chaque décision se trouve compliquée par la prolifération des langues disponibles puisque sont désormais appelées langues ce qu’on appelait encore il y a peu des dialectes23.

Qui possède l’anglais ?

10Il semble nécessaire à ce stade de s’interroger sur l’appropriation de l’anglais puisque plusieurs articles dans ce volume y font référence directement ou indirectement.

11Deux processus se trouvent en confrontation dans la question de savoir « à qui appartient l’anglais ». En d’autres termes, d’une part les locuteurs natifs de l’anglais se trouvent dépossédés et d’autre part, une réappropriation de cette langue se fait de la part des non-natifs. Graddol le commente ainsi « [les locuteurs n]atifs peuvent avoir l’impression que la langue “leur appartient” mais ce sont ceux qui la parlent en tant que langue seconde ou étrangère qui font déterminer de son futur au plan mondial »24.

  • 25 Garrett, Williams & Evans, 2005.

12Les locuteurs natifs trouvent de plus en plus difficile de garder le contrôle sur les standards de l’anglais. En effet la notion même de standard se trouve battue en brêche. L’anglo-américain peut peut-être être perçu – à travers des études quantitatives – comme un repère valable, mais Garret et al. ont trouvé que parmi les locuteurs natifs australiens, néozélandais, américains et britanniques, « l’anglais américain était connoté négativement en terme d’associations affectives et qu’on y déplorait, de la part de tous les groupes interrogés, son caractère excessif (entendre par là trop affirmatif, trop superlatif). Et, contrairement à toute attente, le profil affectif de l’anglais britannique n’était pas connoté négativement de façon sensible par tous les groupes interrogés »25.

13Les tendances actuelles de migration et de contacts internationaux ont entrainé inclusion de l’anglais dans des formes et à des degrés divers dans le cadre linguistique institutionnel de nombreux pays. L’anglais a également pénétré dans le sens même de l’identité d’un nombre très vaste de locuteurs non-natifs au point qu’ils aient à présent le sentiment de la posséder. De tels utilisateurs s’approprient l’anglais et s’emparent également de leur responsabilité quant à leur propre comportement envers elle – si on l’apprend ou non, si on améliore sa connaissance de cette langue et comment, dans quelle circonstances on l’utilisera, combien d’argent on est prêt à débourser pour s’en rendre maître…etc.

  • 26 2002, p. 33.
  • 27 Barbour, 2002.

14L’idée que les locuteurs bi-multilingues de l’anglais constituent la NORME fait son chemin comme en témoigne notamment les contributions de Larissa Aronin, de François Grin et de Daphné Romy-Masliah dans ce volume. Parallèlement à cette normalisation, se développe une plus grande tolérance à l’égard des variétés non-natives de l’anglais. Par exemple, en particulier lorsqu’il s’agit de l’anglais, la définition qualitative du plurilinguisme du Cadre européen commun de référence pour les langues du Conseil de l’Europe de 2001. Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer) dans laquelle il est préconisé d’« Abandonner l’objectif hors d’atteinte d’écrire et de parler comme un locuteur natif. Un objectif plus réaliste commence à s’imposer : atteindre une maitrise interculturelle de la langue à travers un plurilinguisme qui intègre l’ALI au lieu de le rejeter ». On en arrive cependant au paradoxe constaté par Cheshire à propos de la langue maternelle26 : « le concept de locuteur natif n’a pas de place dans « la nouvelle Europe » en vertu des connotations nationalistes et monolingues du terme »27.

  • 28 Voir entre autres Graddol, 1997 ; Crystal, 2003.

15Avec toute sa diversité de formes et de codifications, l’anglais est désormais la langue incontournable de la communication internationale, du commerce, de la diplomatie et dans une large mesure il contribue à l’ascension sociale, sans oublier qu’il est l’une des langues les plus parlées dans le monde28.

  • 29 Power, 2005.

16Cependant, pour la première fois dans l’histoire d’une langue, on se trouve en présence d’une langue parlée par une majorité de locuteurs non-natifs, comme le rappelait le magazine américain Newsweek en titrant « Qu’advient-il du Queen’s English : la proportion de locuteurs non-natifs est de 3 contre un et cela change notre façon de communiquer »29.

17Il est également utile à ce stade d’envisager la véritable réappropriation de l’anglais par les cultures pour lesquelles il est devenu l’autre langue.

18Quelle relation doit-on établir entre l’anglais et les cultures sur son territoires « naturel » et au niveau « international », de quelle cultures en danger est-il question ? La menace, si menace il y a, réside bien plus dans l’ignorance profonde des langues étrangères dans le domaine de l’éducation aux États-Unis que dans les risques que courent les cultures profondément ancrées et multiséculaires européennes. Nous ne prenons pas à la légère la menace que fait peser l’emprise de l’anglais en tant que langue de la communication internationale sur les cultures mondiales mais ne comptons pas participer de l’hystérie collective à son égard. Quant aux outils de la communication actuelle, on peut sans doute affirmer qu’ils ont facilité encore l’expansion linguistique et par là les conséquences culturelles d’une ouverture à une autre culture dans laquelle on pourrait considérer que l’anglais constitue un carrefour où se retrouvent les cultures du monde ou parfois une frontière interdisant son accès à ceux qui ne parlent pas l’anglais ou ne l’écrivent pas.

Aspects négatifs

19Ce qui peut déconcerter par delà les défis est la portée émotionnelle, politique et culturelle de l’avènement concomitant de deux tendances à la fois simultanées et antagonistes visant toutes deux à échafauder un nouvel ordre linguistique mondial.

20Le rôle international de l’anglais est devenu un thème de controverse qui laisse peu de place à une réflexion plus modérée sur ses aspects positifs. Pourtant, le fait que l’anglais se soit répandu comme une trainée de poudre mais précisément sans une trace de poudre à canon et dans des conditions démocratiques autant qu’universelles devrait nous inciter à un discours plus modéré.

21L’aboutissement dans cette langue souvent appelée américain comme pour en souligner le caractère politique et hégémonique est censé provenir du succès d’un empire militaro-économique qui s’est érigé aux dépens de cultures mondiales appauvries par une telle mise en concurrence.

  • 30 Crystal, 2003 ; Fishman, 1998 ; Graddol, 1997.

22Les deux types d’opinions relevant de la domination de l’anglais trouvent leur écho dans une vaste littérature à la fois dans le monde de la recherche académique et dans les conversations d’arrière-salles. D’une part, une réaction consiste à littéralement « criminaliser » l’anglais en tant qu’instrument de l’impérialisme culturel et économique. D’autre part on assimile l’anglais à une sorte de Grand Modérateur permettant le commerce international, la promotion de la communication internationale et interculturelle ainsi que la prise en main chez les individus de leur accès à un niveau plus élevé de développement personnel, professionnel et éducatif. Que l’on tienne l’anglais pour un outil dangereux d’impérialisme culturel ou pour un agent de progrès permettant de meilleurs échanges dans la communication et le commerce, il n’en demeure pas moins que les prédictions sociolinguistiques à court terme n’envisagent aucun frein à cette lancée30.

  • 31 Phillipson, 2001 ; Skuttnab-Kangas, 2000 ; Grin, 1999.
  • 32 Chiti-Batelli, 2003 ; Calvet, 1974.

23Les tenants de l’école de pensée relevant de la critique pédagogique31 considèrent que l’anglais est une langue prédatrice. Les deux premiers surtout n’hésitent pas à parler de génocide linguistique, de langue tueuse et de meurtre linguistique. D’autres auteurs parlent même de glottophagie, de cannibalisme linguistique32. Certes, l’anglais n’est pas le seul responsable selon Skutnabb-Kangas qui attribue l’extinction graduelle des langues moins usitées à l’influence grandissante de l’espagnol et du français. Cette position est d’ailleurs défendue sur le blog http://www.multilingualblog.com/​index.php/​killer_english/​.

  • 33 Phillipson, 2001, p. 189.

24Phillipson, pour sa part, suggère que la population mondiale peut être divisée entre « les nantis (haves) anglophones qui consomment 80% des ressources disponibles et les non-anglophones déshérités (have-nots) »33, exprimant par là sa crainte que l’idéologie qui sous-tend la globalisation en vienne à supplanter les autres langues.

  • 34 Romy-Masliah, 2002.

25Dans un tel climat, peut-être pourrions-nous nous interroger sur le concept auquel on se réfère en parlant du multiculturalisme et de tous ses dérivés pluriculturalisme, plurilingualisme, multilingualisme, interculturalité, interculturalisme. En effet, la prise de conscience des sociétés aux langues et cultures plurielles, bien qu’ayant existé depuis l’aube de l’Europe dont elle a façonné certains pays, a été exprimée d’abord dans des pays où l’anglais possédait de facto ou de jure le statut de langue officielle, à savoir en Australie et au Canada dans les années 1970 . En fait, le multiculturalisme est né du constat dès ces années dans des pays de forte immigration de la coexistence de plusieurs langues et cultures dans un même État, battant ainsi en brèche la notion classique d’État-Nation34.

26Ce que nous nous efforçons par là de signifier et que la culture de l’anglais est prétendument amené à éradiquer se trouve en fait au cœur même des sociétés où cette langue prédomine, d’où notre question : pourquoi l’anglais tuerait-il des cultures sur des territoires où il n’est que L2 quand il ne réussit (ni ne tente) de le faire dans les sociétés dont il est L1.

  • 35 Singleton & Aronin, 2007.

27Afin de répondre à cette question et aux défis auxquels il a été fait référence, le rôle de l’anglais dans sa coexistence avec la multitude de langues dans le monde contemporain devrait à présent être envisagé. En fait, à l’heure actuelle, il est impossible d’examiner l’anglais indépendamment des autres langues car il est pris dans une dichotomie sociolinguistique que les articles de Renate Kärchner-Ober et de Larissa Aronin mettent en valeur. L’anglais constitue sans doute l’élément constitutif primordial d’une nouvelle architecture sociétale35 et, en tant que tel, se trouve nécessairement pris dans le paysage culturel de la vaste majorité des pays du monde (seuls ceux vivant en autarcie étant alors susceptibles d’y échapper).

28Ces postulats à propos de la relation entre l’anglais et la culture peuvent trouver un élément de réponse avec les deux constats suivants :

  • Les modèles linguistiques contemporains permettant de couvrir tous les aspects de la vie humaine contiennent un groupe de langue plutôt qu’une seule d’entre elles ;

  • Les études les plus récentes en matière de situation linguistique mondiale démontrent avec Graddol (2006) une transition entre une domination écrasante de l’anglais vers une situation de plurilinguisme aux contours mieux définis ;

  • 36 Aronin, 2005, p. 9.

29(1) Le nouvel ordre linguistique correspond au stade de civilisation humaine contemporaine actuelle. En effet, les modalités linguistiques suivent nécessairement en parallèle les modalités de la société humaine. Le Tableau 1 illustre – de façon très schématique et simpliste – la manière dont les modèles d’application linguistico-sociales sont liés aux stades de l’évolution et de l’organisation sociale, au gré des circonstances historiques. Les communautés primitives utilisaient la langue comme un instrument de communication et de reconnaissance essentiel au développement de tout individu et de la société en elle-même. Le fait que la langue était utilisée permettait précisément de distinguer l’homme de l’animal. Plus tard, des changements historiques ont conduit à l’établissement d’États-Nations où certaines langues ou variétés de langues étaient désignées comme « langues nationales » et se trouvaient attribuées un rôle unificateur. On peut discuter de la validité du facteur « consolidant » de la langue nationale dans le développement politique et économique et dans le progrès des nouveaux États-Nations. A l’époque moderne, l’ordre mondial se reflète plus adéquatement dans des constellations de langues plutôt que dans une seule langue. Ce sont ces constellations qui remplissent à l’heure actuelle les fonctions de communication et d’identification à la fois pour les individus et leur communauté36.

Table 1. Stades d’organisation sociale et modèles de langues.

Stade d’organisation sociale

La langue est essentielle en tant que

Tribal

UNE langue

États/Nations

LA langue

Mondialisation : centralisation and localisation

LES Langues

  • 37 Graddol, 1997.
  • 38 Graddol, 2006, p. 66.

30 (2) Plus récemment, on a assisté à une accélération accrue des changements sociolinguistiques. En 2006, moins de dix ans après son fameux rapport au British Council sur « Le futur de l’Anglais »37, Graddol apportait, preuve à l’appui, un argumentaire sur le changement « impressionnant qualitativement » qui était intervenu entre ses deux publications, à propos de l’anglais et de sa place dans le monde. Son ouvrage le plus récent, English Next (2006), est une mise à jour de son livre de 1997. Graddol y fait état de certains développements ainsi que de ses hypothèses sur les possibilités futures. En contrepoint à cette propagation de l’anglais qui avait quelque peu occulté les autres tendances présentes il y a 10 ans, on constate que l’anglais cède du terrain aux autres langues. « L’avènement d’un nouveau paradigme », « le nouveau système émergeant »38 gravite autour un état plus clairement affirmé de plurilinguisme. Les tendances clefs qui ont ainsi émergé sont ainsi définies par Graddol :

  • 39 Ibid. p. 14.
  • 40 Ibid. p. 15.

L’AVENEMENT ET LA CHUTE DES APPRENANTS
L’ELARGISSEMENT DE L’ECHELLE DE L’AGE ET DES BESOINS DES ETUDIANTS
LA COMPETITION ACCRUE
LA PERTE DES MARCHES TRADITIONNELS
LA TENDANCE IRREVERSIBLE CHEZ LES ETUDIANTS INTERNATIONAU
L’INCONGRUITE DES LOCUTEURS NATIFS
LA FIN DU MONOLINGUISME
L’ACCROISSEMENT DES LANGUES SUR INTERNET 39
LA COURSE DES AUTRES LANGUES POUR DE NOUVELLES RESSOURCES
L’IMPORTANCE ECONOMIQUE DES AUTRES LANGUES
L’ASIE ELEMENT DETERMINANT DU FUTUR DE L’ANGLAIS MONDIAL
L’AVANTAGE ECONOMIQUE S’AMENUISE
NECESSITE DE MISE A NIVEAU POUR LES SPECIALISTES DE L’ANGLAIS
LA FIN DE ‘L’ANGLAIS LANGUE ETRANGERE’ 40

31Il devient de plus en plus évident que la situation sociolinguistique mondiale est en train de passer d’une domination de l’anglais vers un multilinguisme structuré de manière différente et plus complète.

  • 41 Aronin, 2006 ; Aronin & O’Laoire, 2004, p. 19 ; Singleton & Aronin, 2007.
  • 42 Voir également Aronin & O’Laoire, 2004, p. 19 et 26.

32La notion de Constellation de Langue Dominante (CDL) se déploie comme « l’unité mesure », « à prendre en considération » pour les ressources de l’individu ou du groupe et les modèles d’utilisation linguistique41. La Constellation de Langue Dominante (CDL) peut être définie comme le groupe de langues les plus importantes pour un individu donné, permettant en tant qu’unité à une personne d’agir dans un environnement multilingue et de répondre à ses besoins42.

33Une CDL résulte typiquement de l’interaction de deux des tendances mentionnées plus haut, à savoir l’étendue de la sphère de l’anglais face à la diversité des autres langues et par là tend à consister en langues aux statuts variables. Une CDL standard comprendra une langue mondiale, une langue officielle et une langue minoritaire quoiqu’importante sur le plan local – comme les combinaisons anglais/espagnol/catalan ou anglais/espagnol/basque en Espagne – Une autre alternative pourrait consister dans la combinaison d’une langue internationale, d’une langue officielle et d’une langue d’immigration – par exemple anglais/suédois/grec en Suède.

34Dans ce volume trois auteurs font état des CDL suivantes ; russe/hébreu/anglais (Larissa Aronin), arabe/berbère/français ou arabe/berbère/anglais (Samira Abid-Houcine), et Bahasa Malaysia/ anglais /allemand ou Bahasa Malasia/mandarin/anglais (Renate Kärchner-Ober).

35La constellation des origines et préoccupations évoquées dans les articles de ce numéro illustre la relation de l’anglais avec les autres cultures et langues permettant d’appréhender ce sujet dans sa complexité tout en examinant des situations tout à fait concrètes. L’anglais fonctionne de plus en plus comme l’un des ingrédients, l’un des éléments constitutifs des ressources d’un individu ou d’une communauté ou d’un répertoire d’usages linguistiques. Dans de telles circonstances, l’anglais est indissolublement lié, tout comme il est logiquement et pratiquement inséparable des constellations dont il est fait état.

  • 43 Voir sur ce point Laponce, 2003 qui met l’accent sur une hiérarchisation ou une compétition

36Nous avons voulu insister dans ce numéro de la Revue Droit et Cultures sur notre position contrastant avec l’approche encore communément admise dans laquelle la présence de plusieurs langues dans des situations plurilingues est abordée certes dans sa diversité mais où cette pluralité de langue est envisagée l’une contre l’autre ou l’une après l’autre43. Alors qu’à la fin du XXe siècle et au tout début du XXIe, un courant entier d’universitaires s’est intéressé au déferlement de l’anglais et à sa compétition avec d’autres langues, on insiste plutôt désormais sur la reconnaissance de la spécificité du multilinguisme contemporain.

  • 44 Voir aussi Singleton et Aronin, 2007.

37Nous sommes persuadées que l’anglais devrait être envisagé comme l’un des éléments d’un « compact » de langues à la disposition d’un individu donné. Il est fondamentalement erroné de l’envisager hors de sa relation avec les autres langues de la combinaison en question. Si l’on tentait de le faire, cela reviendrait pour un médecin à préconiser un traitement visant un seul organe sans prendre en compte les autres organes ni l’organisme dans son ensemble44.

38Nous adoptons ici une perspective examinant l’anglais dans une relation englobant d’autres langues chez les personnes ou dans des groupes – une interrelation qui en fait est un tissage profondément perméable et poreux. C’est dans cette perspective, en phase avec les développements sociolinguistiques contemporains et les développements au plan mondial, et dans cette perspective seulement, que nous serons en mesure de comprendre le rôle de l’anglais et de démêler soigneusement les implications de ce rôle en termes sociolinguistiques, sociopolitiques et pédagogiques. Nous aimerions également suggérer ici que tout discours qui soit privilégie soit déprécie une langue (ou culture) est intrinsèquement invalide ou biaisé.

39Le fait que l’anglais ait une position qu’on lui connaît dans le monde en fait le principal acteur de l’expansion manifeste du multilinguisme. Le fait que certaines de ses fonctions auparavant réservées soient attribuées à présent à d’autres langues souligne le fait que la situation sociolinguistique mondiale est dans un état de mouvement, de flux et de reflux, et que rien ne saurait être inscrit dans le marbre de cette fluidité linguistique. Le fait que l’anglais soit si profondément lié à des constellations linguistiques individuelles ou collectives implique que nous ne pourrions traiter l’anglais comme d’un cas à part mais pris dans un ensemble de considérations et de combinaisons linguistiques.

40Avec l’accroissement du nombre de personnes utilisant l’anglais dans ses multiples possibilités d’utilisation et dans les multiples endroits du monde où il peut avoir une valeur tout à fait différente forcent la sociolinguistique à appréhender ces changements dans un esprit de dédramatisation.

41Il est dès lors tout à fait raisonnable de l’écarter des perspectives polarisées pour ou contre l’hégémonie de l’anglais dans la culture et la vie politique de nombre d’endroits dans le monde. Il semble également raisonnable d’éviter d’envisager l’anglais hors de sa relation aux autres langues et à la question posée dans le titre de ce numéro, l’anglais est-il une frontière ou un carrefour, les auteurs ont répondu les deux à la fois et bien plus encore.

42Après tout, quelles cultures souhaite-t-on défendre, « Cohérence avec soi-même et ouverture aux autres – ce programme est sans doute plus difficile à mettre en œuvre face à un géant économique comme les États-Unis, (...). Mais n’oublions jamais la Grèce. A trop surestimer le danger, l’Europe finit par succomber.

  • 45 Slama, 2003.

43L’Amérique censée imposer sa civilisation au reste du monde, au risque d’uniformiser la civilisation planétaire, ne se situe pas en effet outre-Atlantique, elle est en nous. Le vrai danger contre lequel nous devons nous défendre, est le mouvement interne qui conduit les nations européennes à ne plus pouvoir supporter le choc des événements, des actions individuelles et de la confrontation avec les autres »45.

  • 46 Archer, 2005.

44Pour réaliser ce numéro, nous avons fait appel à des universitaires écrivant soit dans leur langue maternelle française (Samira Abid-Houcine, François Grin, Daphné Romy) soit bilingues mais écrivant en français (Viola Krebs) soit, et en anglais bien que revendiquant l’esprit et la culture gaélique (Muiris Ó Laoire), soit en anglais bien qu’elles aient une autre langue maternelle (Larissa Aronin et Renate Kärchner-Ober, Elisheva-Barkon). Tous ces auteurs, à l’exception de l’irlandais Muiris Ó Laoire sont totalement trilingues au moins, quelle meilleure illustration pourrait-on souhaiter pour aborder ce débat ? De la Suisse plurilingue territorialement qui aborde désormais la question de l’anglais à l’Algérie et à la Malaisie postcoloniales en passant par les pays d’immigration par excellence que sont Israël ou les États-Unis et notamment la Californie creusets des cultures et des langues et à l’Irlande terre d’un métissage linguistique et culturel complexe, des auteurs parmi lesquels une large majorité vit ailleurs que là où ils sont nés apportent leur contribution à l’édifice sociolinguistique contemporain où le plurilinguisme est vécu comme une richesse et une norme plutôt que comme un appauvrissement et une exception. Consciente du contrepied que nous prenons ici face à une tradition anthropologique qui a conçu la culture comme un tout, nous préférons ici voir les langues et les cultures dans cet esprit de Carrefour et d’intersection entre des corpus d’idées et concevoir une compatibilité dans l’expression des différences voire des oppositions46.

Haut de page

Bibliographie

ALKER (H. R), AMIN (T.), BIERSTEKER (T. J.) & T. INOGUCHI., “Twelve world order debates which have made our days”, Article soumis à la conference créant l’Asssociation Russe d’Etudes Internationale (Russian International Studies Association) à Moscou. Published in the Chicago International Studies Association Paper Archive, 2001. (http://www.isanet.org/archive/worldorder.html).

AMMON (U.), “The International standing of the German language” In J. Maurais and M. Morris (eds) Languages in a Globalizing World. (p. 231-249), Cambridge, Cambridge University Press, 2003.

AMSELLE (Jean-Loup), Vers un multiculturalisme français, Paris, Flammarion, 2001.

APPEL (René) & Pieter MUYSKEN, Language Contact and Bilingualism, London, Edward Arnold, 1987.

ARCHER (Margaret), “Comments. Paper read at 37th International Institute of Sociology Conference: Sociology and Cultural Sciences”, at Folket Hus, Kongresshallen A, 2005.

ARONIN (Larissa), “Theoretical perspectives of trilingual education”, The International Journal of the Sociology of Language 2005, 171, p. 7-22.

ARONIN (L.), “Dominant Language Constellations: an approach to multilingualism studies” In M. Ó LAOIRE (ed.), Multilingualism in Educational Settings, Hohengehehren, Schneider Verlag, 2006, p. 140-159.

ARONIN (L.), “Current multilingualism as a new linguistic world order”, CLCS OccasionalPaper 67. Trinity College, Dublin, 2007.

ARONIN (L.) & M. Ó LAOIRE, “Exploring Multilingualism in Cultural Contexts: Towards a Notion of Multilinguality” In Hoffmann (C.) and J.Ytsma (eds), Trilingualism inFamily, School and Community, Clevedon, Multilingual Matters, 2004, p.11-29.  

ARONIN (L.) and D. SINGLETON, “Multilingualism as a new linguistic world order”. Paper presented at the Sociolinguistics Symposium. Limerick, July 2006.

ARONIN (L). & D. SINGLETON, “The complexity of multilingual contact and language use in times of globalization”. Studi Linguistici 2. Università di Perugia (à paraître 2007),

ARONIN (L.) and D. SINGLETON (under review) “Multilingualism as a New Linguistic World Order”, International Journal of Multilingualism.

AVGEROU (C.), Information Systems and Global Diversity, Oxford, Oxford University Press, 2002.

BARBOUR (S.), “Language, Nationalism and Globalism: Educational Consequences of Changing Patterns of Language Use” In Gubbins, P.and M. Holt (eds.) Beyond Boundaries: Language and Identity in Contemporary Europe, Clevedon, Multilingual Matters, 2002, p. 11-18.

CALVET (Louis-Jean), L’Europe et ses Langues. Paris, Plon, 1993.

CALVET (Louis-Jean), Les Politiques Linguistiques. Paris, PUF « Que-Sais-Je ? » vol. 3075, 1996.

CALVET (Louis-Jean), Essais de linguistique : la langue est-elle une invention des linguistes ?, Paris, Plon, 2004.

CALVET (L.-J.), Linguistique et Colonialisme : Petit Traité de Glottophagie, Paris, Bibliothèque Scientifique Payot, 1974.

CALVET (L.-J.), Les Langues Véhiculaires. Paris, PUF, « Que-Sais-Je ? », 1981.

CENOZ & GORTER (eds), “Trilingual education in Europe”, The International Journal of Sociology of Language Vol. 171, Mouton De Gruyter, 2005.

CHITI-BATELLI ( A.), “Can anything be done about the ‘glottophagy’ of English?: A bibliographical survey with a political conclusion”, Language Problems and Language Planning 27 (2), 2003, p. 137-153.

CHESHIRE (J.), “Who We Are and Where We’re Going: Language and Identities in the New Europe” In GUBBINS, P. and M. HOLT (eds.) Beyond Boundaries: Language and Identity in Contemporary Europe, Clevedon, Multilingual Matters, 2002, p. 19-34.

CONSEIL DE L’EUROPE, Cadre européen commun de référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, 2001.

CRYSTAL (D.), English as a global language, Cambridge, CUP, 2nd ed. 2003.

DE SWAAN (A.), “A political sociology of the world language system (1): The dynamics of language spread”, Language Problems and Language Planning 22 (1), 1988, p. 63-75.

FISHMAN (J. A.), “The new linguistic order”, Foreign Policy 113 (Winter), 1988, p. 26-40.

FRIEDMAN (L.), The Horizontal Society, Newhaven, CT, Yale University Press, 1999.

FRIEDMAN (T.), The Lexus and the Olive Tree: Understanding Globalization, New York, Anchor Books, 2000.

HARVEY (D.), The Condition of Postmodernity, Oxford, Blackwell, 1989.

GARRETT (P.), WILLIAMS (A.) & B. EVANS, “Attitudinal data from New Zealand, Australia, the USA and UK about each other’s Englishes: Recent changes or consequences of methodologies?”, Multilingua (Mouton de Gruyter) 24.3, 2005, p. 211-235.

GIDDENS (A.), The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity Press,1990.

GRADDOL (D.), The Future of English?, London, The British Council, 1997.

GRADDOL (D.), English Next, London, The British Council, 2006.

GRIN (François), “Combining Immigrant and Autochthonous language rights” In Linguistic Human Rights: Overcoming Linguistic Discrimination, edited by T. SKUTTNAB-KANGAS and R. PHILLIPSON, Berlin-New York, Mouton de Gruyter, 1994.

GRIN (François), “Economic approaches to language and language planning: an introduction”, International Journal of the Sociology of Language 121, 1996.

GRIN (François), “Diversity as Paradigm, Analytical Device, and Policy Goal” In Language Rights and Political Theory, edited by W. KYMLICKA and A. PATTEN, Oxford, Oxford University Press, 2003.

GRIN ( François), Jean ROSSIAUD, and Bülent KAYA, « Les Migrations et la Suisse » In Résultat du programme national Suisse de recherche Migrations et Relations Interculturelles, edited by H.-R. WICKER, R. FIBBI and W. HAUG, Bern, Editions Seismo et FNRS, 2003.

GRIN (François) and Irene SCHWOB, “Bilingual Education and Linguistic Governance: the Swiss experience”, Intercultural Education 13 (4), 2002, p. 409-426.

GRIN (François) and François VAILLANCOURT, The cost-effectiveness evaluation of minority language policies, Flensbourg, European Centre for Minority Issues, 1999.

GRIN (François) and François VAILLANCOURT, « Minority Self-Governance in Economic Perspective” In Minority Governance in Europe, edited by K. Gal. Flensbourg, European Centre for Minority Issues, 2002.

KACHRU (Braj B.), “Introduction: The Other Side of English” In The Other Tongue: English Across Cultures, edited by B. B. KACHRU, Oxford, Pergamon Press, 1981.

KACHRU (Braj B.) (ed.), The Other Tongue: English Across Cultures, Pergamon Institute of English, Oxford, Pergamon Press, 1982.

KACHRU (Braj B.), “American English and other Englishes” In Language in the USA, edited by C. A. FERGUSON and S. Brice HEATH, Cambridge, Cambridge University Press, 1987.

KACHRU (Braj B.) (ed.), The Alchemy of English:The Spread, Functions, and Models of Non-Native Englishes, Champagne-Urbana, University of Illinois Press, 1990.

LAPONCE, “Babel and the market: Geostrategies for minority languages” In J. MAURAIS and M. MORRIS (eds), Languages in a Globalizing World, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 58-63.

MAURAIS (J.), “Towards a new linguistic world order” In J. MAURAIS and M. MORRIS (eds), Languages in a Globalizing World, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 13-36.

MINISTRY OF EDUCATION,English Curriculum for All Grades. Principles and Standards for Learning English as a Foreign Language in Israeli schools, Jerusalem, Pedagogical Secretariat, Ministry of Education, 2001.

PHILLIPSON (R.), “English for globalisation or for the world’s people?”, International Review of Education 47(3-4), 2001, p. 185-200.

POWER (Carla), “Not the Queen’s English : Non-native English-speakers now outnumber native ones 3 to 1. And it’s changing the way we communicate », Newsweek, 7 mars 2005, p. 46-59.

ROMY-MASLIAH (Daphné), L’Anglais et les Cultures: Analyse Sociolinguistique des Situations Plurilingues et Multiculturelles au Canada, en Australie et aux États-Unis, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2000.

ROMY-MASLIAH (Daphné), “Ebonics: a language, a sub-cultural dialect or a culture”, AILA99 Conference Proceedings,Tokyo, 1999.

ROMY-MASLIAH (Daphné), « Les terminologies du multiculturalisme », Droit et Cultures 44-2002/2, p. 73-84.

ROMY-MASLIAH (Daphné), “English and Cultures: Crossroad or frontier?” Conférence Pléniaire at L3 Conference, at Fribourg and Neuchâtel, 2005.

SEIDLHOFER (Barbara), Autour du concept d’anglais international: de l’« anglais authentique » à l’« anglais réaliste »?, Strasbourg, Conseil de l’Europe, Division des politiques linguistiques, DG IV- Direction de l’Éducation scolaire, extrascolaire et de l’enseignement supérieur, 2002.

SINGLETON (D.) & L. ARONIN, “Multiple language learning in the light of the theory of affordances”, Innovation in Language Learning and Teaching n° 1,2007 a, p. 83-96.

SINGLETON (D.) & L. ARONIN, “The role of English in a multilingual world.” Plenary talk at PASE conference, Szczyrk, Poland 19-21 April, 2007b.

SLAMA (Alain-Gérard), « Quelle culture veut-on défendre ? », Le Figaro, 17 novembre 2003, p. 15.

SKUTNABB-KANGAS (T.), Linguistic Genocide in Education – Or Worldwide Diversity and Human Rights? Mahwah, NJ, Lawrence Erlbaum Associates, 2000.

SKUTNABB-KANGAS (T.), citée sur le blog http://www.multilingualblog.com/index.php/killer_english/

DE SWAAN (Abram), Words of the World, Cambridge, 2001.Cambridge, Polity Press, 2001.

DE SWAAN (Abram), « Utiliser l’instrument de l’anglais sans se noyer dans sa culture », Le Temps, 13 septembre 2005.

SWALES (J.), “English as the Tyrannosaurus rex”, World Englishes 16, 1997, p. 373-382

TONKIN (H.), “The search for a global linguistic strategy” In MAURAIS (J.) and M. MORRIS (eds.), Languages in a Globalizing World, Cambridge, Cambridge University Press, 2003, p. 319-333.

URRY (J.), Sociology beyond Societies: Mobilities for the Twenty- First century, London, Routledge, 2000.

Wikipedia, accessed April 2006 Wikipedia, : Killer language http://en.wikipedia.org/wiki/Killer_language

Haut de page

Notes

1 A. de Swan, 2005.

2 T. Friedman, 2000, p. xix.

3 Koubi, 2002.

4 Swales, 1997.

5 Kachru, 1982.

6 Aronin & Singleton (à paraître) ; Aronin, 2007 ; Fishman, 1998 ; Maurais, 2003 ; Romy-Masliah, 2000.

7 Harvey 1989, Giddens 1990, Urry 2000.

8 Cf. Avgerou, 2002, p. 98.

9 Harvey, 1989, p. 240.

10 Urry, 2000, p. 2.

11 L. Friedman, 1999 ; Urry, 2000.

12 2000, p. 118.

13 Voir aussi Giddens, 1990 ; Harvey, 1989.

14 Maurais, 2003 ; Aronin et Singleton (à paraître) ; Aronin et Singleton, 2006 ; Aronin, 2007.

15 Tonkin, 2003, p. 326.

16 De Swaan, 1988.

17 Alker et al., 2001.

18 Alker et al., 2001.

19 Alker et al., 2001.

20 2000, p. 132.

21 Fishman, 1998.

22 Fishman, 1998.

23 Voir entre autres Aronin, 2005 ; Cenoz & Gorter, 2005 ; Aronin, 2007 ; Aronin & Singleton (à paraître) ; Romy-Masliah, 1999.

24 Graddol, 1997: http://www.engcool.com/FoE/contents/cont.html

25 Garrett, Williams & Evans, 2005.

26 2002, p. 33.

27 Barbour, 2002.

28 Voir entre autres Graddol, 1997 ; Crystal, 2003.

29 Power, 2005.

30 Crystal, 2003 ; Fishman, 1998 ; Graddol, 1997.

31 Phillipson, 2001 ; Skuttnab-Kangas, 2000 ; Grin, 1999.

32 Chiti-Batelli, 2003 ; Calvet, 1974.

33 Phillipson, 2001, p. 189.

34 Romy-Masliah, 2002.

35 Singleton & Aronin, 2007.

36 Aronin, 2005, p. 9.

37 Graddol, 1997.

38 Graddol, 2006, p. 66.

39 Ibid. p. 14.

40 Ibid. p. 15.

41 Aronin, 2006 ; Aronin & O’Laoire, 2004, p. 19 ; Singleton & Aronin, 2007.

42 Voir également Aronin & O’Laoire, 2004, p. 19 et 26.

43 Voir sur ce point Laponce, 2003 qui met l’accent sur une hiérarchisation ou une compétition

44 Voir aussi Singleton et Aronin, 2007.

45 Slama, 2003.

46 Archer, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larissa Aronin et Daphné Romy-Masliah, « L’anglais et les cultures : carrefour ou frontière ? », Droit et cultures, 54 | 2007, 25-41.

Référence électronique

Larissa Aronin et Daphné Romy-Masliah, « L’anglais et les cultures : carrefour ou frontière ? », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 28 janvier 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/67

Haut de page

Auteurs

Larissa Aronin

Articles du même auteur

Daphné Romy-Masliah

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org