Navigation – Plan du site

 « Fortune et Gloire ».Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule à la fin de l’Empire

“Fortune and Glory”: Parthian Arsacids in the Army of Gaul at the end of the Empire
Aram Mardirossian
p. 47-64

Résumés

Parmi les nombreux contingents barbares incorporés dans l’armée romaine au Bas Empire ne figuraient pas uniquement des éléments germaniques. On observe également la présence, non seulement de troupes celtes, mais aussi de différents soldats africains et orientaux.

S’agissant plus précisément de la Gaule, il apparaît qu’une inscription lapidaire en latin retrouvée dans le vicus de Grand d’une part, et une source littéraire arménienne – l’Histoire de Moïse de Khorène – d’autre part, se font mutuellement l’écho de la présence, dans le dernier quart du IVe siècle, de militaires arméniens emmenés par le clan royal des Arsacides. Ces nobles étrangers au service de Rome se sont unis à des provinciales. Ils ont ainsi reçu le conubium, alors même qu’une constitution de Valentinien Ier interdisait sous peine de mort toute union entre militaire non citoyen et provinciale.

À Grand était bâti un important temple consacré à Grannus, l’Apollon solaire local. Bien qu’officiellement chrétien, les cavaliers arsacides avaient dû être frappés par la ressemblance existant entre le dieu local et une divinité du panthéon païen arménien : le dieu Tir. Or, ce dernier occupait une place particulière dans l’idéologie royale arménienne.

Haut de page

Texte intégral

« Maître je suis venu vers toi, mon dieu,

  • 1   Cf. infra p. 62.

pour t’adorer (...) car tu es ma gloire et ma fortune »1

  • 2 « Conubium iuncti diversis gentibus orti Gallae cum Parthis monimentum sic statuerunt Basilidae quo (...)

1« Issus de peuples distincts joints par conubium, des Gauloises et des Parthes, jadis basilides et maintenant encore ne doutant pas d’eux-mêmes, leurs noms seront connus lorsqu’à eux viendra le destin »2. Ce court texte représente une inscription gravée durant le Bas Empire à Grand, localité située non loin de Toul en Lorraine. La date précise du texte reste jusqu’à aujourd’hui inconnue et surtout son contenu pose différentes énigmes.

2Qui sont ces fiers militaires parthes, jadis basilides, c’est-à-dire appartenant à la dynastie royale des Arsacides, auxquels on a accordé le conubium ? Et que signifie leur référence en termes mystérieux au destin, au fatum ?

  • 3   S. Kernéis, Les Celtiques. Servitude et grandeur des auxiliaires bretons dans l’Empire romain, Cl (...)

3L’inscription recensée dans le Corpus inscriptionum latinarum n’a jusqu’à présent jamais attiré l’attention des spécialistes, à l’exception de Soazick Kernéis qui, dans son ouvrage consacré aux contingents celtiques opérant dans l’armée romaine impériale propose un bref, mais dense commentaire du texte3. Nous souhaitons aujourd’hui revenir sur ce document épigraphique en essayant de l’éclairer à l’aide de nouvelles sources. En effet, l’inscription de Grand trouve un écho inattendu chez un lointain chroniqueur médiéval arménien. Et pas n’importe lequel, puisqu’il s’agit de Moïse de Khorène, l’Hérodote arménien, dont l’Histoire d’Arménie date, pour sa version actuelle, de la fin du VIIIe siècle. Présentons brièvement nos deux témoins en guise d’introduction : d’abord la source épigraphique gauloise, puis la source littéraire arménienne.

  • 4   É. Frézouls, op. cit., p. 199, 228 qui ajoute que « cette modification administrative importante (...)
  • 5   S. Kernéis, op. cit., p. 129-130.
  • 6 Ibid., p. 134 et n. 1.

4Située entre la haute vallée de la Marne à l’ouest et celle de la Meuse à l’est, la localité de Grand était au cours du Haut Empire un simple vicus de la civitas des Leuques. Dans la première moitié du IVe siècle, l’agglomération paraît avoir supplanté Tullum, l’actuelle ville de Toul, comme centre de la civitas4. Aucune source ne mentionne le nom antique de la localité de Grand, mais il dérive sans conteste de Grannus, l’Apollon solaire gaulois du lieu qui bénéficiait d’un centre cultuel dans l’agglomération. Le complexe en question qui semble apparaître dès le Ier siècle après J.-C. se développe en plusieurs étapes sous l’impulsion de différents empereurs. En réalité, Grand fut pendant près de quatre siècles l’un des hauts lieux du paganisme en Gaule par la volonté impériale. Surtout, l’ensemble cultuel qui y avait été bâti constituait le temple le plus majestueux et le plus officiel de toute la Gaule. Sur place, Apollon-Grannus n’était pas la seule divinité à qui un culte était rendu, puisque le côtoyait notamment Jupiter, Mars ou Mercure5. Toutefois, après la grave crise du IIIe siècle, l’Apollon de Grand se barbarise fortement, comme le déplore amèrement deux siècles plus tard l’orateur marseillais Claudius Marius Victor : « Actuellement délaissant le présent, dépassant les campagnes gauloises avec son nuisible charlatanisme, il (Apollon) séduit des peuples germaniques et abuse les cœurs barbares »6. Apollon-Grannus n’était donc pas adoré uniquement des Gaulois. Peu à peu durant l’Antiquité tardive, outre les contingents germaniques opérant pour Rome, la divinité va séduire beaucoup d’autres barbares – venus pour certains de très loin – pour servir dans les armées impériales : Bretons, Calédoniens, mais aussi différents orientaux.

  • 7 Notitia Dignitatum accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et Latercula prouinciarum, éd. O. Se (...)

5Parmi ces derniers se trouvaient des soldats arméniens. Un simple coup d’œil sur la Notitia Dignitatum, sorte d’annuaire civil et militaire qui récapitule l’état de l’Empire, pour l’essentiel sous le règne d’Honorius (395-423), suffit à le prouver. Le document mentionne plusieurs unités de cavaliers parthes, c’est-à-dire originaires d’Arménie, car depuis 224, cette dynastie qui régnait jusqu’alors en Iran avait été renversée par le clan des Sassanides. En dépit de l’hostilité de ces derniers, la branche cadette de la dynastie qui régnait en Arménie depuis l’an 12 était parvenue à se maintenir jusqu’en 428. Cependant, la Notitia Dignitatum égrenne les différentes unités sans toujours donner leur localisation précise7. Mais des données plus détaillées semblent exister.

  • 8   En arménien, Arménie se dit Hayastan, c’est-à-dire le pays de Hayk.
  • 9   Le premier auteur arménien laïc est Grigor Magistros qui écrit au XIe siècle.
  • 10   Moïse de Khorène, Histoire de l’Arménie, éd. M. Abeghian, S. Yarutiunean, Tbilissi, 1913 (réimpr. (...)

6Tournons-nous vers Moïse de Khorène. Celui-ci est le plus célèbre, mais aussi le plus énigmatique des historiens arméniens. Son Histoire de l’Arménie représente un récit des origines et de l’évolution de la nation arménienne depuis les débuts légendaires mettant en scène le héros éponyme, Hayk8, jusqu’à la mort en 439 du créateur de l’alphabet arménien, le moine Mashdots. Moïse, qui est un clerc, insère l’histoire des Arméniens dans les généalogies bibliques, soulignant ainsi la descendance de ces derniers de Japhet par le truchement de différents prophètes9. Il replace l’histoire d’Arménie au sein de l’histoire mondiale telle qu’elle est connue à travers la Chronique d’Eusèbe de Césarée composée au début du IVe siècle. En outre, il insiste très fortement sur le rôle de ses protecteurs, le clan des Bagratuni, auxquels il attribue des origines juives. Moïse prétend être un disciple de Mashdots, et au moment de la mort de ce dernier il se serait trouvé à Constantinople en train d’étudier. Mais son Histoire contient des emprunts à différentes œuvres qui n’étaient pas rédigées ou traduites à cette époque. Son insistance sur le rôle des Bagratuni – presque toujours en contradiction avec les historiens arméniens les plus anciens – a conduit de nombreux spécialistes à placer la rédaction de l’ouvrage de Moïse de Khorène au VIIIe siècle, c’est-à-dire à l’époque où cette famille devient hégémonique et ou leurs grands rivaux, les Mamikonean déclinent10.

  • 11   Patmutiun Hayots (Histoire d’Arménie), éd. K. Patkanean, Saint-Pétersbourg, 1883 (réimpr., New Yo (...)
  • 12 Ibid., p. 1-14 ; J.-P. Mahé, « Le premier siècle de l’Arménie chrétienne (298-387) : de la littérat (...)
  • 13   Il s’agit de Ghazar Parpetsi qui rédige une Histoire d’Arménie peu après 490, éd. G. Ter Mkrtchea (...)

7Avant d’aller plus loin, il est nécessaire de présenter la principale chronique arménienne utilisée par Moïse pour le IVe siècle. Il s’agit d’une mystérieuse source dénommée le Buzandaran, c’est-à-dire l’Histoire de l’Arménie, attribuée à un chronographe grec nommé Fauste de Byzance (Paustos Buzand ou Buzandatsi). Quels que soient le nom et l’identité réelle de cet auteur, il est indiscutable que son ouvrage a été rédigé dans la seconde moitié du Ve siècle. Le titre authentique est Buzandaran patmutiunk, qu’il faudrait traduire par « histoire, récits épiques », d’après un mot disparu buzand « aède ». Vers 470, environ un demi-siècle après la chute de la royauté arsacide en Arménie, un clerc anonyme de l’entourage du puissant clan des Mamikonean aurait rassemblé les gestes orales des rois arsacides et des Mamikonean eux-mêmes pour composer une histoire des Arsacides chrétiens du IVe siècle11. Tombées en désuétude, les expressions buzand et buzandaran auraient été réinterprétées comme une indication sur la patrie de l’auteur, qu’on aurait revêtu du prestige scientifique de Byzance12. Mais en réalité le rédacteur de cette chronique – contrairement à Moïse de Khorène – méconnaît totalement les auteurs classiques et certaines sources arméniennes ultérieures raillent son ignorance13, ce qui n’enlève rien à la valeur de son récit.

  • 14   Moïse de Khorène, III, 40, p. 284-285.
  • 15 Buzandaran, V, 37, p. 220-221.
  • 16   Thulé est mentionnée par Pythéas de Marseille (vers 300 avant J. C.) repris par l’Histoire de Pol (...)
  • 17   On ignore si Moïse de Khorène connaissait Thulé par une source classique ou par la Géographie d’A (...)

8D’après Moïse de Khorène, dans la seconde moitié du IVe siècle, Varazdat, le roi d’Arménie de la dynastie arsacide, aurait été déposé après quatre ans de règne par l’empereur Théodose Ier qui l’aurait ensuite exilé « à Thulé, île de l’océan »14. Le Buzandaran ignore totalement ces données et se contente d’affirmer que Varazdat partit en exil « dans le pays des Grecs et demeura là le reste de sa vie »15. En dépit des innombrables erreurs chronologiques qui jalonnent son récit, l’information relative à l’exil du roi Varazdat donnée par Moïse – qui n’a jamais attiré l’attention des spécialistes – est précieuse. Elle l’est surtout si l’on corrige Thulé en Tullum, la cité de Toul. Moïse de Khorène qui était un bon antiquisant connaissait Thulé (en arménien Toughis/Toulis), vaste île semi-légendaire au Nord de l’Atlantique, sorte de limite septentrionale du monde – l’ultima Thulé de Virgile – que les sources classiques identifient selon les cas avec les côtes de la Norvège, les Féroés ou même l’Islande16. En revanche, Moïse de Khorène ne connaissait certainement pas l’obscure localité de Tullum mentionnée dans sa source aujourd’hui inconnue comme lieu d’exil du roi Varazdat. Il lui substitua donc l’expression géographique homophoniquement la plus proche qu’il connaissait : Thulé17.

9La première étape de notre enquête cherchera à fixer avec le plus de précision possible, la chronologie et les circonstances du long voyage des cavaliers parthes de Varazdat depuis l’Arménie jusqu’en Gaule. Un fois ce parcours reconstitué, nous tenterons de décrypter le véritable sens de l’énigmatique seconde partie de leur inscription gravée à Grand.

De l’Arménie vers la Gaule : L’exil des rois

  • 18   Irénée de Lyon, Contre les hérésies, éd. et trad., A. Rousseau et L. Doutreleau, Paris, 1979.
  • 19   J.-P. Poly, « Le ‘tournant obscur’ », Nonagesimo anno. Mélanges en hommage à Jean Gaudemet, Paris (...)
  • 20   Cf. infra, p. 62-63.

10La présence d’Orientaux en Gaule était chose ancienne et le développement du christianisme qui était né chez eux ne fit qu’accroître le phénomène.Dès la fin du IIe siècle, l’évêque Irénée de Lyon, originaire d’Asie Mineure, dut affronter différents hérétiques venant comme lui d’Orient18. Plus tard, après sa prise de pouvoir à l’ouest en 340, Constant – dont la famille était d’origine syro-macédoniennne – amena avec lui ses fidèles qu’il plaça au mieux. Une partie d’entre eux étaient des clercs19. Dès lors, il n’est pas étonnant que sur un total de cinquante-trois évêques connus en Gaule au IVe siècle, pas moins de dix portent des noms nettement orientaux. Parmi ceux-ci plusieurs trahissent, comme nous le verrons, des origines arméniennes20.

  • 21 L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Actes du congrès de Lyon (septembre 2002), dir. Y. (...)

11Plus encore que des hommes d’Église, les Arméniens comme beaucoup d’autres orientaux opéraient en Gaule parmi les armées impériales toujours en manque de recrues. La Notitia Dignitatum est explicite, les barbares pouvaient servir les aigles romaines aussi bien dans leur patrie d’origine qu’à l’autre bout de l’Empire au gré des besoins21. D’innombrables rois et chefs barbares au service de Rome sont mentionnés par les sources classiques, mais aucune d’entre elles n’a gardé le souvenir de Varazdat, de ce roi d’Arménie déchu dont le clan voulait laisser une trace si loin de chez eux, à l’autre bout du monde, en Gaule. Mais tous ne les avaient pas totalement oubliés.

Les dessous d’un exil

  • 22   Moïse de Khorène, III, 40, p. 284.
  • 23 Buzandaran, V, 34 ; p. 215.
  • 24   J.-P. Mahé, Moïse de Khorène, p. 75-78. Si Moïse connaît globalement la chronologie exacte des em (...)
  • 25   Sur le règne de Valens en général, cf. N. Lenski, Failure of Empire. Valens and the Roman State i (...)

12Donnons la parole à Moïse de Khorène. Dans la vingtième année de son règne, l’empereur Théodose Ier installe Varazdat sur le trône d’Arménie après l’assassinat du roi Pap22. Le Buzandaran de son côté se contente de mentionner « le roi des Grecs » – c’est-à-dire l’empereur romain – sans donner de nom ou de date23. Moïse est coutumier des erreurs chronologiques24. En réalité, Varazdat devient roi en 374, par conséquent son bref règne qui s’achève en 377-378 se situe à l’époque de l’empereur Valens, maître de la pars Orientis de 364 à 37825. Observons que l’erreur de Moïse et le silence du Buzandaran semblent opportuns car ils permettent d’occulter le fait que le roi chrétien d’Arménie ait été installé sur son trône par un empereur arien.

  • 26   « Cependant, dans la vingtième année de son règne, le bienfaisant Auguste Théodose, appelé le Gra (...)
  • 27 Buzandaran, V, 34, p. 215. Cette indication est reprise par la Vie de saint Nerses, XV, p. 118 ; CH (...)
  • 28   N. Garsoïan 1967, « Politique ou orthodoxie ? L’Arménie au IVe siècle », Revue des Études Arménie (...)

13Les deux sources présentent Varazdat comme « un certain (omn) Arsacide »26. Cette attitude étonnamment dédaigneuse est quelque peu contrebalancée par la précision du Buzandaran qui ajoute que le nouveau roi était un neveu de Pap, son malheureux prédécesseur27. Le mépris des chroniqueurs arméniens – qui rappelons-le sont des clercs orthodoxes – pour les rois locaux du IVe siècle est motivé par le fait que ces derniers, qui le plus souvent étaient les alliés des Romains face aux Perses, devaient adhérer comme gage de loyauté politique aux orientations religieuses des empereurs romains favorables à l’arianisme28.

  • 29   On ignore précisément dans quelle ville, contrairement à son prédécesseur Pap, qui avait été envo (...)
  • 30   Les Lombards n’apparaissent pas dans l’histoire de l’Empire romain avant le Ve siècle, cf. Paul D (...)
  • 31   Moïse de Khorène, III, 40, p. 285 ; cf. R. W. Thomson, Moses p. ad III, 40, p. 301 n. 3-4et J.-P. (...)
  • 32   Buzandaran, V, 34-35, p. 215.
  • 33   Moïse de Khorène, III, 40, p. 285.
  • 34   Moïse conclut son chapitre en précisant que : « la deuxième année de Varazdat, Zauen de la famill (...)

14Fuyant le roi des rois perse Shapour II (309-379), Varazdat aurait passé sa jeunesse à la cour impériale29. Ce séjour explique certainement la décision de Valens d’en faire un roi d’Arménie qu’il espérait fidèle à Rome. Moïse de Khorène profite de cet épisode pour inviter le lecteur à admirer ses connaissances classiques. Ainsi, Varazdat se serait distingué par différentes prouesses athlétiques dignes d’Alexandre aux jeux Olympiques, ainsi que par ses exploits militaires contre les Lombards30. Une fois roi, toujours aussi brave, ses actions en auraient fait un nouvel Achille31! Le Buzandaran ignore totalement ces éléments dont certains sont fantaisistes et indique simplement que Varazdat était certes fort et courageux, mais manquait tout à fait de jugement32. Cette légèreté expliquerait le revirement de politique amorcé par le roi au bout de quelque temps. Varazdat va en effet se détourner de ses protecteurs romains pour se rapprocher des Perses. Moïse de Khorène explique ce changement en raison de la trop grande fierté du jeune roi, incapable d’obéir aux injonctions des généraux romains33. Prévenu par ces derniers, l’empereur ordonne alors l’arrestation de Varazdat, qui acculé, accepte de se rendre à la cour impériale. Toutefois, il ne fut même pas jugé digne d’une audience et on l’expédia « dans des chaînes de fer, à Thulé, île de l’Océan » au bout de quatre ans de règne34.

  • 35   Cf. Mahé, Moïse de Khorène, p. 33-34. Il écrit pour les Bagratuni, rivaux des Mamikonean au VIIIe(...)

15Le bref récit de Moïse se termine en nous laissant quelque peu sur notre faim. Mais des données plus détaillées qui expliqueraient les motifs du revirement politique de Varazdat sont présentes dans le Buzandaran. Celui-ci évoque longuement l’affrontement qui oppose le roi au puissant clan des Mamikonean qui détiennent de façon héréditaire la charge de général-en-chef (sparapet) des armées arméniennes. Ces développements sont absents du récit de Moïse de Khorène qui, en raison de sa sourde hostilité envers les Mamikonean, s’arrange presque toujours pour occulter le rôle de ces derniers dans l’histoire d’Arménie35.

  • 36   Il s’agit évidemment de la Grande Arménie, par opposition à l’Arménie Mineure intégrée très tôt à (...)
  • 37   Pour la date de cette conversion, cf. A. Mardirossian, « Le synode de Vagharshapat (491) et la da (...)

16Derrière la narration épique du Buzandaran apparaît la question majeure de la politique arménienne. Par sa position géographique, l’Arménie se trouvait placée à la limite orientale désignée par Auguste pour l’Empire romain et en faisait fatalement, depuis l’époque des conquêtes d’Alexandre, un tampon entre le monde classique de la Méditerranée et l’Orient iranien. Client de Rome depuis Néron, tout en gardant une certaine autonomie, le royaume d’Arménie36 fut cédé aux Perses par Jovien en 363. Conscient des conséquences catastrophiques de cet abandon pour l’Empire, Valens relança une politique orientale offensive en 370. En Arménie même, la royauté pour exister devait continuellement osciller entre les deux grandes puissances et les intrigues des dynastes locaux qui aveuglés par la préservation de leur autonomie vis-à-vis de l’Arsacide se divisaient au gré de leurs intérêts entre un parti pro-perse et un autre favorable à Rome. Au sein de ce dernier, émergeaient traditionnellement les Mamikonean, principal allié des Grigorides, clan qui possédait héréditairement la charge de patriarche de l’Église arménienne depuis la conversion officielle du royaume au christianisme en 31137.

  • 38   L’accusation d’avoir contribué à l’assassinat du roi Pap portée par Varazdat à l’encontre de Mous (...)
  • 39   Sur l’hérédité des offices dans le royaume d’Arménie, cf. N. Garsoïan, « Prolegomena to a Study o (...)
  • 40   Pourrions-nous avoir affaire au duel comme mode de règlement des conflits ? En tout cas, Manuel M (...)
  • 41 Buzandaran, V, 37, p. 220-221. Cette version est reprise par la Vie de saint Nerses, XV, p. 122 ; C (...)

17Le Buzandaran affirme qu’en raison de son manque de jugement et de sa frivolité, le roi Varazdat commença par se détourner des sages conseils du général-en-chef Mushegh Mamikonean avant de le faire assassiner38. Il en profita pour offrir la charge de sa victime à son propre tuteur Bat Saharuni, en totale violation du droit coutumier local, puisque le nouveau titulaire n’appartenait pas au clan des Mamikonean39. Manuel, leur nouveau chef, s’enfuit de Perse où il servait dans l’armée du roi des rois et aussitôt rentré exécuta Bat Saharuni, récupéra dans la foulée la charge héréditaire revenant à sa famille sans l’accord de Varazdat, avant de le défaire dans un duel singulier40. Le Buzandaran conclut en affirmant que Varazdat se rendit alors « dans le pays des Grecs et demeura là le reste de sa vie »41. Au-delà de la geste des Arsacides et des Mamikonean, en recoupant ce récit avec les chroniques d’Ammien Marcellin et de Moïse de Khorène, il apparaît qu’au bout d’un certain temps, Varazdat prit ses distances avec son protecteur Valens pour se tourner vers le vieux Shapour II. Ce revirement embrasa l’opposition entre les clans pro-perse et pro-romain conduits respectivement par les Arsacides et les Mamikonean.

  • 42   Sur les détails de cet assassinat qui ne semble pas avoir été projeté par Valens lui-même, cf. N. (...)
  • 43   N. Garsoïan, Buzandaran, ad V, 34, p. 326 n. 4-5. Les informations données par les sources arméni (...)
  • 44 Buzandaran, V, 34, p. 215.
  • 45   J.-P. Mahé, Moïse de Khorène, ad, III, 40, p. 402, n. 10.
  • 46   Le Buzandaran, V, 37, p. 221 ajoute que Manuel traita Zarmandukht, la veuve de Pap, « comme une r (...)
  • 47   Ammien Marcellin, Histoire, XXXI, 7, 2-3, p. 120-121.
  • 48 Ibid., Histoire, XXXI, 7, 11-14, p. 123-124.
  • 49 Ibid., Histoire, XXXI, 8, 9-10, p. 128 ; cf. aussi Zosime, Histoire nouvelle, IV, 22, 1.
  • 50   Themistius, Orationes quae supersunt, éd. G. Downey, Leipzig, 1965-1974; 15, 189d; 16, 207a ; 34, (...)
  • 51   Royaumes d’Albanie du Caucause, des Massagètes, des Ibères et des Kushans etc.; cf. N. Garsoïan, (...)
  • 52   N. Lenski, op. cit., p. 364-365. Les deux-tiers des troupes romaines (trente à quarante mille sol (...)
  • 53   Cf. J.-P. Poly, dans ce numéro.
  • 54   Par la suite, l’empereur Théodose Ier transférera également des unités vers l’Occident. Si jamais (...)

18Ammien Marcellin et le Buzandaran donnent les clefs pour expliquer la nouvelle politique de Varazdat. Avec l’aide des Romains, Pap avait pu expulser les Perses de son royaume en 371, avant d’être traîtreusement assassiné trois ans plus tard par ses protecteurs qui le remplacèrent par Varazdat42. En 377, Valens planifia la construction en Arménie d’un réseau de forteresses pour installer des garnisons romaines dans tout le royaume43. Le principal collaborateur local pour ce programme était sans surprise le général-en-chef Manuel Mamikonean44. Varazdat réalisa rapidement qu’un tel projet était à double tranchant. Certes, il contribuait à assurer une protection contre les Perses, mais dans le même temps, il menait vers un assujettissement total aux Romains45. Craignant de perdre toute autonomie vis-à-vis de ces derniers, l’Arsacide préféra nouer des contacts avec l’adversaire traditionnel perse, mais il fût vaincu par le parti adversaire. Dès lors, plus qu’une défaite en duel contre Manuel Mamikonean, Varazdat a vraisemblablement été déposé par Valens dès 377, ou au plus tard au début de 378. A sa place furent installés sur le trône les deux fils mineurs de Pap, pour le compte desquels le tout puissant Manuel Mamikonean assurait la régence46. Mais dans le même temps des nouvelles inquiétantes parvenaient des Balkans, à la suite d’une révolte des Goths. Valens fut contraint de transférer sur ce front plusieurs unités stationnées en Arménie47. Mais l’armée romaine fut tenue en échec à la bataille d’Ad Salices à la fin de l’été 37748. Face à la gravité de la situation, l’empereur en personne dut quitter l’Orient pour la Thrace et la majeure partie des unités en place partirent avec lui. Parmi ceux-ci se trouvaient un bon nombre des comitenses qui n’avaient pas été transférés l’année précédente, mais aussi beaucoup de troupes composées d’éléments locaux. Ainsi d’après Ammien Marcellin, en 377, le tribun des scutaires, l’Arménien Barzimeres, aurait mené des soldats de son ethnie à la bataille d’Ad Salices49. Themistius indique par trois fois que parmi les contingents orientaux qui accompagnaient Valens à Andrinople opéraient des militaires arméniens50. L’empereur manquait cruellement de troupes et les lourds cataphractaires arméno-parthes constituaient un apport précieux. Bien que déposé, Varazdat était plus utile vivant. Le prestige considérable de son statut et de son nom, non seulement auprès de ses compatriotes mais plus généralement de tous les orientaux, ne pouvaient que fédérer et enflammer l’ardeur au combat de tous ces soldats au service de Rome. Les Arsacides ne régnaient pas ou n’avaient pas régné seulement en Iran et en Arménie. Des branches mineures du clan se trouvaient dans différents royaumes orientaux51. Dès lors, plutôt que de faire exécuter son ancien protégé, Valens avait préféré lui proposer de mourir noblement au combat – comme il sied à un roi – au service de Rome. Varazdat et son entourage sont donc arrivés en Thrace, soit en 377 pour participer à la bataille d’Ad Salices, soit en 378 pour prendre part à la débâcle du 9 août à Andrinople. Les survivants seraient restés en Thrace jusqu’en 38252. Gratien, maître de la pars Occidentalis, était arrivé trop tard – volontairement ? – à Andrinople pour porter secours à son oncle Valens. Par la suite, il ne s’opposa pas à l’accession au trône du général Théodose. À son retour en Occident, il ramena avec lui une unité de cavalerie constituée d’Alains ses chers « Compagnons Alains », comites Alani qu’il établit près de Trèves53, mais aussi probablement Varazdat – s’il était encore en vie – ou des membres de son clan à la tête des cataphractaires parthes qui furent stationnés dans le nord de la Gaule54.

19Arrivés dans les années 380 dans la région de Grand, les cavaliers arméniens bénéficient aussitôt d’une mesure d’exception relative au conubium.

Le conubium : un privilège matrimonial

  • 55 C. Th., III, 14, 1 ; cf. É. Demougeot, « Le conubium dans les lois barbares du VIe siècle », dans L (...)
  • 56   J. Gaudemet, « Les romains et les ‘autres’ », Da Roma alla Terza Roma. La nozione di "Romano" tra (...)

20En évoquant la question du mariage, l’inscription de Grand confirme le prestige de ses auteurs. Les Parthes, jadis basilides, avaient pu épouser des Gauloises, ils avaient donc reçu le droit de mariage légal, le conubium. Nous savons à présent que l’inscription n’est pas antérieure à 378. Or, une constitution adressée, le 28 mai 370 ou 373, par l’empereur Valentinien Ier à son maître de la cavalerie Théodose l’Ancien – père du futur empereur homonyme – interdisait les mariages entre provinciaux et barbares dans les termes suivants : « Aucun provincialis, quels que soient sa classe et le lieu où il se trouve, ne peut prendre pour épouse une barbara, ni aucun gentilis s’unir à une femme provinciali. S’il existait des liens entre provinciales et gentiles par des mariages de cette sorte, si on en soupçonnait l’existence et que ce délit fût découvert, qu’il soit puni de la peine capitale »55. Certes, cette disposition de principe défendant l’union avec tout barbare, qui restera en vigueur jusqu’à la fin de l’Empire, connaissait des exceptions, parfois célèbres, tel le généralissime d’Occident Stilicon qui épousa la nièce de Théodose Ier56. Néanmoins, le fait que les Parthes aient obtenu de façon collective le précieux conubium atteste qu’ils constituaient des étrangers de marque.

  • 57   N. Garsoïan, « Quidam Narseus: A note on the Mission of St. Nerses the Great », dans Armeniaca, V (...)
  • 58   S. Kernéis, op. cit., p. 139. Le statut juridique précis des Arsacides de Grand reste difficile à (...)

21L’inscription ne précise pas le statut social des épouses gauloises, mais on peut se demander si les fiers Arsacides – nous parlons uniquement des membres propres du clan – pouvaient se contenter d’avoir pour épouses de simples filles d’humiliores. Varazdat et son entourage avaient certainement en tête un précédent particulièrement prestigieux. Environ un quart de siècle auparavant, en 358, le roi d’Arménie Arshak II, père de Pap, avait reçu pour épouse de la part de l’empereur Constance II, Olympia, fille du préfet du prétoire Ablabius précédemment fiancée à l’empereur Constant. Afin de s’assurer la fidélité de l’Arsacide, Rome était prêt à lui céder une princesse impériale. Pour l’occasion, l’empereur avait même exempté l’Arménie du paiement de tout tribut en 358, non sans rappeler qu’il s’agissait d’une mesure tout à fait exceptionnelle57. Dès lors, obtenir le conubium devait représenter aux yeux de Varazdat et de son clan, même en exil, le strict minimum. Mais pour les Romains ils restaient malgré tout des gentiles et, comme l’observe S. Kernéis, le graveur de l’inscription « a cru bon de déroger à la misogyne tradition romaine : le sexe faible, les provinciales citoyennes, est passé d’abord, les guerriers barbares, après »58.

  • 59 Ibid., p. 139.

22C’est sans doute par l’intermédiaire de leurs épouses gauloises que les militaires arméniens firent la connaissance du dieu Grannus-Apollon59. Mais étaient-ils vraiment des inconnus les uns pour les autres ? Voyons les détails de cette rencontre.

De la Gaule vers l’Arménie : les religions des Arsacides

23L’adoption du culte de Grannus par l’entourage de Varazdat à la fin du IVe siècle pose un problème de taille. Le royaume d’Arménie, on le sait, était officiellement chrétien depuis 311. Malgré tout, les cavaliers parthes allaient se découvrir de bonnes raisons d’adorer le dieu gaulois qui leur était bien moins étranger que les apparences ne pouvaient le laisser croire.

Une christianisation à géométrie variable

  • 60   Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, IX, 8, 2; G. Bardy, 1993, p. 57.

24La décision prise par Tiridate le Grand en 311 de convertir son royaume au christianisme constitue un acte parfaitement autonome et en aucune façon – comme on le croit fréquemment – un choix fait sous la pression des Romains. Il est significatif qu’Eusèbe de Césarée mentionne un conflit armé qui oppose en 311-312 le royaume chrétien d’Arménie au païen Maximin Daïa, Auguste de la pars Orientis60. L’affaiblissement temporaire de l’Empire en Orient persuada Tiridate de procéder à cette réforme religieuse avant tout pour des considérations de politique intérieure. Soumis au protectorat romain depuis le Principat, l’Arsacide était un roi purement humain ne devant sa couronne qu’à l’empereur, seul bénéficiaire d’un culte divin. En se convertissant au christianisme, Tiridate octroyait une dimension surnaturelle à son pouvoir et se libérait de la tutelle impériale qui affaiblissait l’institution royale.

  • 61   R. Manaseryan, op. cit., dont les thèses sont résumées par J.-P. Mahé, Le premier siècle, p. 69.
  • 62   Le panthéon arménien était dominé par la triade Aramazd-Anahit-Vahagn. Sur l’ensemble de ce dossi (...)
  • 63   J.-P. Mahé, Le premier siècle, p. 69.

25Mais le roi cherchait aussi à imposer une religion unique à l’ensemble de ses sujets pour préserver son royaume d’un éclatement idéologique et religieux61. Jusqu’alors en Arménie, sous le règne des Arsacides, le culte officiel comprenait un panthéon composé principalement de divinités d’origine zoroastrienne qui faisaient fréquemment l’objet d’une interprétation les apparentant à des dieux grecs62. Toutefois, dans les campagnes, on demeurait aussi attaché à des cultes proprement arméniens qui remontaient à la nuit des temps. Vers le milieu du IIIe siècle se produisit une véritable révolution religieuse. Après avoir vaincu les Romains, les Perses sassanides imposèrent en Arménie leur zoroastrisme réformé et rigoriste. Le nouveau culte progressa rapidement au sein de la noblesse et surtout chez les princes avides d’émancipation et prompts à intriguer contre leur propre souverain à la cour du roi des rois. En revanche, les milieux ruraux restaient largement hermétiques à cette évolution et préservaient jalousement les croyances ancestrales63.

  • 64   A. Mardirossian, Le Livre, p. 48-49.
  • 65   J.-P. Mahé, « Aux sources d’une histoire nationale », dans Le monde de la Bible, Juillet 2001, p. (...)

26Dans un tel environnement, la conversion au christianisme opérée par Tiridate le Grand ne s’appliqua effectivement que dans son domaine propre et chez les princes qui acceptèrent de suivre sa politique religieuse par crainte ou par conviction. Mais de nombreux dynastes pro-perses résistèrent et le roi qui ne pouvait plus compter sur l’appui de ses anciens protecteurs romains ne se hasarda pas à engager ouvertement un conflit armé avec les récalcitrants qui étaient puissants et en nombre64. Après la mort de Tiridate, vers 330, les sources arméniennes chrétiennes – dont aucune rappelons-le n’est antérieure au Ve siècle – dénoncent la survivance et parfois même la résurgence du paganisme dans le pays. En réalité, seule une partie de l’élite intellectuelle, capable de comprendre la Bible en grec ou en syriaque, avait été convertie. Mais la multitude du peuple, princes et paysans confondus, n’avait aucune idée de la foi nouvelle65. En outre, les successeurs de Tiridate eux-mêmes, bien qu’officiellement chrétiens, ne paraissent pas avoir témoigné le même zèle que leur ancêtre sur le plan religieux. C’est qu’entre-temps, l’étau romano-perse s’était à nouveau resserré fortement sur l’Arsacide qui était contraint de louvoyer sur le plan politico-religieux entre un Empire chrétien déchiré par la querelle arienne et un État promoteur d’un zoroastrisme virulent.

  • 66   Il s’agit de la fameuse bataille d’Auarayr (26 mai 451) où les dynastes arméniens pro-byzantins m (...)

27Ce n’est qu’avec la création de l’alphabet national vers 405, suivie aussitôt de la traduction de la Bible en arménien, que le christianisme va commencer à réellement progresser. Et encore, lorsqu’en 451, le roi des rois sassanide décide d’imposer par la force le zoroastrisme aux Arméniens, seule environ une moitié des dynastes prend part à la coalition qui résiste les armes à la main à cette mesure66.

28Dès lors, déterminer avec précision les convictions religieuses des cavaliers parthes de Grand n’est pas chose aisée. Le christianisme officiel des Arsacides restait souple. Mais surtout, la personnalité de Grannus-Apollon ne pouvait que séduire les exilés.

Le retour de la Fortune

  • 67   S. Kernéis, op. cit., p. 131-132.
  • 68 Ibid., p. 133.

29Qui était l’Apollon gaulois vénéré à Grand ? A en juger par son nom, qu’il laissa au site, un Apollon solaire. Surtout, on l’adorait ailleurs qu’en Gaule, notamment en Germanie supérieure. En outre, on trouve les traces d’un Grannus solaire ailleurs dans le monde celtique, et notamment en Irlande. Le Grannus gaulois bénéficiait de différents attributs, dont le plus important était son caractère solaire. À cela s’ajoutait des dimensions oraculaire, thaumaturgique et judiciaire, puisque le dieu punissait les parjures67. Rongé par la maladie, l’empereur Caracalla vint consulter Grannus et accorda des dons considérables à Grand. Tout se passe comme si l’Auguste par ses libéralités avait acheté Grannus aux Leuques. L’attitude de cet empereur d’origine syrienne par sa mère contribuait à « apollinariser » et plus généralement à orientaliser la divinité afin de gagner la fidélité des masses gauloises de la région, moins sensibles que les nobles à la romanisation68.

  • 69   Hermès, c’est-à-dire Mercure. En Iran, une telle identification permettait d’associer Apollon à M (...)
  • 70   Sous la première dynastie arménienne, celle des Orontides (ca. 401 – ca. 200 av. J.-C.). Moïse de (...)
  • 71   J. R. Russell, op. cit., p. 292-300.
  • 72 Ibid, p. 290, 300-305, 310.

30Si Grannus lui-même ne devait guère être familier pour les cavaliers parthes, tel n’était pas le cas d’Apollon. Mieux, nous allons voir que la phrase énigmatique qui clôture l’inscription de Grand constituait une adresse directe de leur part à la divinité locale. Apollon était bien connu en Arménie sous la forme du dieu Tir. Initialement, celui-ci aurait représenté une adaptation iranienne de la divinité babylonienne Nabu qui était selon les cas identifiée avec Hermès ou Apollon, lui-même apparenté au soleil69. En Arménie, Tir – dont la présence est attestée dès le IIIe siècle avant J.-C. – est presque toujours identifié avec Apollon70. Figure du dieu-scribe, Tir est un intermédiaire entre les autres divinités et les hommes71. Après la christianisation du pays, il sera remplacé par le grogh, le « scribe », l’ange qui se tient sur l’épaule gauche de chaque fidèle durant tout le temps de sa vie pour noter ses péchés, tandis qu’un autre ange installé sur l’épaule droite inscrit les bonnes actions. Identifié avec l’ange Gabriel, le grogh devait également guider les âmes des morts vers le paradis72.

  • 73   Parmi les autres points communs on peut mentionner notamment les attributs divinatoires dont disp (...)

31Certes Varazdat et les siens étaient officiellement chrétiens. Par conséquent, ils auraient dû ignorer l’Apollon gaulois. Toutefois, ils furent certainement frappés par la ressemblance de ce dernier avec le Tir arménien, notamment par la forte dimension solaire que les deux divinités partageaient73. Rien d’étonnant au fond, puisque tous deux étaient Apollon. Par ailleurs, les positions pro-perses affichées par Varazdat avant sa chute pouvaient laisser entendre que ses convictions chrétiennes n’étaient peut-être pas suffisamment fortes pour l’empêcher de s’allier avec un monarque zoroastrien, et ce à une époque où loyauté religieuse et loyauté politique n’étaient guère dissociables. Cette capacité d’adaptation sur le plan religieux pouvait faciliter l’adhésion au culte d’une divinité qui à bien y regarder pouvait paraître familière. L’intérêt d’une telle souplesse n’était pas négligeable. Les cavaliers parthes, certainement conscients que leurs origines prestigieuses exerçaient une forte impression sur les autres contingents barbares stationnés autour de Grand, ont pu estimer opportun de partager la farouche dévotion de ceux-ci à Grannus-Apollon afin de renforcer leur ascendant sur leurs compagnons d’exil.

32Mais au-delà de ces motifs opportunistes, une cause bien plus profonde pouvait expliquer l’adhésion des Arsacides au dieu de Grand. Revenons à la partie finale de l’inscription.

  • 74   N. Garsoïan, Prolegomena, p. 35-40 ; Buzandaran, p. 515, 552 et « Les éléments iraniens dans l’Ar (...)
  • 75   Cf. les exemples donnés par N. Garsoïan, Les éléments, p. 25-26.
  • 76   L’exemple le plus topique est donné par le Buzandaran, IV, 24, p. 156-158 : « [Les Perses] ouvrir (...)

33« Et maintenant encore ne doutant pas d’eux-mêmes, leurs noms seront connus lorsqu’à eux viendra le destin ». À première vue, le début de la phrase pourrait passer pour une bravade coutumière pour des militaires et la fin faire allusion au jour du jugement dernier. Lorsque la mort viendra à eux, lorsque le grogh produira sa liste, Varazdat et les siens ne pourront qu’être dirigés vers la droite du Père. Cette interprétation pouvait être avancée par eux pour donner un vernis chrétien à leur propos. Mais le vrai sens de l’inscription était probablement ailleurs. Ses auteurs n’évoquent pas leur avenir dans l’au-delà, mais ici et maintenant, si ce n’est bientôt. L’expression latine fatum cherche à rendre au mieux l’arménien bakht qui veut dire « destin » et plus encore « fortune ». Mais employé par un Arsacide, le terme vise plus précisément la bonne fortune octroyée par les dieux au souverain légitime. Dans ce contexte le bakht est toujours associé au park, la gloire transcendante dont bénéficie également le roi. L’expression bakht u park représente un calque parfait de la formule royale de la tradition iranienne, bakht u khvarrah « fortune et gloire », qui conférait une protection surnaturelle au roi et à son pays, même en son absence, même après sa mort, et qui ne le quittait qu’en raison de ses péchés74. En Arménie, seul le roi arsacide peut bénéficier de la fortune et de la gloire. En dépit de la christianisation du royaume cette croyance ne disparaît aucunement75. Plusieurs passages particulièrement révélateurs dans le Buzandaran laissent entrevoir que l’idéologie royale d’origine iranienne survivait encore dans l’Arménie chrétienne du IVesiècle76.

  • 77   Autres exemples à Hatra et Dura-Europos. J. R. Russell, p. 305-306.

34Il y a plus. Des pièces de monnaie de l’époque artaxiade – c’est-à-dire de la dynastie qui a précédé les Arsacides en Arménie – représentent sur une face le roi portant une couronne. Or celle-ci a pour motif une divinité solaire entourée de deux aigles. En l’occurrence, le dieu n’est autre que Tir et il représente le bakht, alors que les deux aigles symbolisent le park qui protège la fortune du roi. Il n’est guère étonnant qu’un bas relief retrouvé à Palmyre dans le temple du dieu Nabu reconstitue la même scène77. Bien que nous ne possédions aucune monnaie de l’époque arsacide, il n’est guère douteux que la nouvelle dynastie qui s’estimait désormais titulaire de la fortune et de la gloire ait repris à son compte la figure de Tir accompagné de ses aigles.

  • 78   Dion Cassius, Histoire Romaine, LXIII, 5, 2.

35Le Grannus-Apollon de Grand pouvait être interprété par Varazdat et son entourage comme la représentation de la fortune, de leur fortune. Par leur inscription ils l’implorent de revenir à eux, car ils en sont les titulaires légitimes. Momentanément dépossédés en Arménie, ils étaient appelés à être restaurés dans leur gloire à l’autre bout de l’Empire romain. Le destin, l’autre, ne pouvait les avoir menés jusqu’en Gaule devant Grannus-Apollon par hasard. C’est là, pensaient-ils, que leur fortune les attendait. Et au fond, l’histoire se répétait. Plus de trois siècles auparavant, en 66, leur lointain ancêtre, le roi Tiridate Ierétait venu à Rome pour recevoir des mains de l’empereur Néron la couronne d’Arménie. Durant la cérémonie, l’Arsacide s’étant agenouillé devant son protecteur lui avait dit : « Maître je suis venu vers toi, mon dieu, pour t’adorer (...) car tu es ma gloire et ma fortune »78. Dès lors, comment Varazdat et les siens auraient-ils pu encore douter d’eux-mêmes ?

  • 79   N. Garsoïan, « Note préliminaire sur l’anthroponymie arménienne au Moyen Âge », dans L’anthropony (...)
  • 80   Ces évêques ont été identifiés par J.-P. Poly, op. cit.
  • 81   Servatius/Sarbatius/Sarmatius qui pourrait renvoyer à Sauromax c’est-à-dire Sarmats, cf. ibid., p (...)
  • 82 Diclé = le fleuve Tigre, - pet = maître, chef, puissant; cf. ibid., p. 99 et n. 89.
  • 83 Ibid., p. 92-93 n. 63.

36Varazdat ne retrouva jamais la fortune et la gloire auxquelles lui et les siens aspiraient. Toutefois, ceux-ci et nombre de leurs compatriotes firent plus que passer en Gaule. Sinon comment expliquer le nom de Perthois donné à la région où les cavaliers parthes furent établis ? Plus largement en Gaule, vers la même époque, sous le règne de l’usurpateur Maxime, Sulpice Sévère en narrant la Vie de son maître Martin mentionne la présence d’un comte Narses/Nerses, nom fort courant dans la noblesse arménienne79. Au-delà des militaires, plusieurs prélats gaulois semblent originaires du pays de Hayk80. Ainsi, à Tongres, la tradition locale elle-même fait de l’évêque Servais un Arménien81. À Orléans, le prélat s’appelle Diclopet, c’est-à-dire le « maître sur le Tigre »82 (nous parlons bien évidemment du fleuve). Un siècle plus tard, l’évêque de Metz Sabbatius/Sambatius, c’est-à-dire Sembat, a un nom couramment porté parmi les dynastes arméniens83.

  • 84 Histoire des Francs, éd. Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum Merovingicarum, vol. I, Ha (...)

37Au VIe siècle, Grégoire de Tours dans une de ses œuvres hagiographiques fait le récit du martyre des 48 Arméniens de Sébaste persécutés vers 320 sous le règne de Licinius, l’empereur de la pars Orientis. Surtout, le même auteur, dans sa célèbre Histoire des Francs s’intéresse aux événements contemporains qui se déroulent en Arménie, en évoquant la révolte des princes locaux en 572 contre les Perses qui avaient tenté d’imposer la conversion au zoroastrisme dans le pays. Grégoire de Tours avait obtenu ces différentes données vers 590 par l’intermédiaire de l’évêque Simon qui avait fui l’Arménie pour la Gaule afin d’échapper aux persécutions sassanides84.

38Beaucoup plus tard, quand la Gaule devint la France, les croisades furent l’occasion pour les Francs et les Arméniens de nouer des liens parfois intimes. Doit-on rappeler que le dernier souverain du royaume arménien de Cilicie qui disparut en 1375 après trois siècles d’existence fut Léon V de Lusignan, seigneur originaire du Poitou ? Doit-on rappeler que son épitaphe est située aujourd’hui dans la nécropole royale de Saint Denis, aux côtés des rois de France ?

39Varazdat n’a pas retrouvé sa fortune mais lui et ses compatriotes ont, à leur échelle, contribué à façonner la mosaïque franque. Un millénaire et demi après eux, le premier génocide du XXe siècle allait contraindre d’autres Arméniens à suivre, sans le savoir, la trace de leur si lointain ancêtre pour chercher eux aussi la fortune ou du moins un destin meilleur.

Haut de page

Notes

1   Cf. infra p. 62.

2 « Conubium iuncti diversis gentibus orti Gallae cum Parthis monimentum sic statuerunt Basilidae quondam, nunc et sibi, non dubitantes. Nomina noscentur, fatum cum venerit ipsis » ;Corpus Inscriptionum Latinarum, Berlin depuis 1863, vol. XIII (Germanie), 5954 ; Das Rheinische Germanien in den antiken Inschriften, éd. A. Riese, Berlin, 1914 (réed. Groningue, 1968), p. 286 ; É. Frézouls, Les villes antiques de la France, Belgique I, Strasbourg, 1982, p. 188.

3   S. Kernéis, Les Celtiques. Servitude et grandeur des auxiliaires bretons dans l’Empire romain, Clermont-Ferrand, 1999, p. 138-139.

4   É. Frézouls, op. cit., p. 199, 228 qui ajoute que « cette modification administrative importante n’est pas attestée par ailleurs, mais il faut peut-être en voir un indice indirect dans la mention d’un évêque à Grand dans des livres liturgiques de l’évêché de Toul ». Sur la cité de Toul, cf. N. Gauthier, « Toul » dans Topographiechrétienne des cités de la Gaule, t. I, 1986, p. 55-60.

5   S. Kernéis, op. cit., p. 129-130.

6 Ibid., p. 134 et n. 1.

7 Notitia Dignitatum accedunt Notitia urbis Constantinopolitanae et Latercula prouinciarum, éd. O. Seeck, Francfort, 1876 (réimpr., 1983). La bibliographie sur ce document est immense, cf. S. Kernéis, op. cit., p. 120 n. 4.

8   En arménien, Arménie se dit Hayastan, c’est-à-dire le pays de Hayk.

9   Le premier auteur arménien laïc est Grigor Magistros qui écrit au XIe siècle.

10   Moïse de Khorène, Histoire de l’Arménie, éd. M. Abeghian, S. Yarutiunean, Tbilissi, 1913 (réimpr. New York, 1981 et Érévan, 1991 avec des compléments d’A. B. Sargsyan) ; trad. française J.-P. Mahé (avec le concours d’A. Mahé), Histoire de l’Arménie, Paris, 1993 (désormais Moïse de Khorène) ; cf. aussi la trad. anglaise de R. W. Thomson, Moses Khorenatsi, History of the Armenians, Cambridge Ma., 1978 (désormais Moses). Bibliographie sur Moïse de Khorène par R. W. Thomson, A Bibliography of Classical Armenia Literature to 1500 AD, CC, Turnhout, 1995, p. 156-168, ajouter D. Kouymjian, Movses Khorenatsi et l’historiographie arménienne des origines, Antélias (éd. avec la collaboration d’A. Ouzounian) et N. Garsoïan, « L’Histoire attribuée à Movses Khorenatsi : Que reste-t-il à en dire ? », Revue des Études Arméniennes, n. s. 29, 2003-2004, p. 29-48.

11   Patmutiun Hayots (Histoire d’Arménie), éd. K. Patkanean, Saint-Pétersbourg, 1883 (réimpr., New York, 1982 (éd. révisée), Venise, 1933 ; trad. anglaise N. Garsoïan, The Epic History Attributed to Paustos Buzand, Cambridge, 1989 (désormais Buzandaran). Le Buzandaran joint aux gestes des Arsacides et de Mamikonean, celle des patriarches descendants de Grigor l’Illuminateur, dont les Mamikonean étaient d’ailleurs les derniers héritiers. Une partie non négligeable des données contenues dans le Buzandaran sont reprises par la Vie de saint Nerses, éd. Soperk, VI, 1853, p. 9-115 ; trad. française J.-R. Emine, Collection des historiens anciens et modernes de l’Arménie, éd. V. Langlois, Paris, 1867-1869, p. 21-41. Il s’agit d’un document tardif des Xe-XIIe siècles à caractère essentiellement hagiographique, cf. N. Garsoïan, Buzandaran, p. 4.

12 Ibid., p. 1-14 ; J.-P. Mahé, « Le premier siècle de l’Arménie chrétienne (298-387) : de la littérature à l’histoire », Roma-Armenia, éd. C. Mutafian, Vatican, 1999, p. 66-68 (désormais Le premier siècle) ; A et J.-P. Mahé, Grégoire de Narek Tragédie Matean Oghbergut’ean: le Livre de Lamentation, Louvain, 2000, p. 14, n. 38.

13   Il s’agit de Ghazar Parpetsi qui rédige une Histoire d’Arménie peu après 490, éd. G. Ter Mkrtchean, S. Malkhaseants, Tbilissi, 1904 (réimpr. New York, 1985) ; trad. anglaise R. W. Thomson, The History of Ghazar Parpetsi, Atlanta, 1991.

14   Moïse de Khorène, III, 40, p. 284-285.

15 Buzandaran, V, 37, p. 220-221.

16   Thulé est mentionnée par Pythéas de Marseille (vers 300 avant J. C.) repris par l’Histoire de Polybe suivi lui-même par Strabon dans sa Géographie. L’ensemble de ces sources restent imprécises et cette imprécision se retrouvent chez d’autres, tels que Tacite ou Ptolémée, cf. Pauly Wissova, Bd VI A, 1, 1936, col. 627-630 et Der Neue Pauly, Bd 11, 2002, col. 512.

17   On ignore si Moïse de Khorène connaissait Thulé par une source classique ou par la Géographie d’Anania de Shirak composée entre 591 et 636. À côté de cette version originale qualifiée de « longue », il existe une version « courte » qui est plus tardive, cf. R. H. Hewsen, The Geography of Ananias of Shirak, Wiesbaden, 1992, p. 32-35. Rappelons que certains travaux anciens attribuaient cette œuvre à Moïse de Khorène.

18   Irénée de Lyon, Contre les hérésies, éd. et trad., A. Rousseau et L. Doutreleau, Paris, 1979.

19   J.-P. Poly, « Le ‘tournant obscur’ », Nonagesimo anno. Mélanges en hommage à Jean Gaudemet, Paris, 1999, p. 75-125.

20   Cf. infra, p. 62-63.

21 L’armée romaine de Dioclétien à Valentinien Ier, Actes du congrès de Lyon (septembre 2002), dir. Y. Le Bohec et C. Wolff, Lyon, 2004. Pour la Gaule, cf. L’armée romaine en Gaule, dir. M. Reddé, Paris, 1996.

22   Moïse de Khorène, III, 40, p. 284.

23 Buzandaran, V, 34 ; p. 215.

24   J.-P. Mahé, Moïse de Khorène, p. 75-78. Si Moïse connaît globalement la chronologie exacte des empereurs romains grâce à Eusèbe de Césarée et à d’autres sources byzantines, il éprouve les plus grandes difficultés à la synchroniser avec les listes des rois arméniens. Il en résulte donc des décalages considérables. Pour un examen détaillé des sources employées par Moïse de Khorène, cf. R. W. Thomson, Moses, p. 10-56. S’agissant du nom Varazdat qui est d’origine iranienne (pehlevi waraz - dat, « don du sanglier »), cf. N. Garsoïan, Buzandaran, p. 423-424.

25   Sur le règne de Valens en général, cf. N. Lenski, Failure of Empire. Valens and the Roman State in the Fourth Century A. D., 2002 et pour sa politique religieuse, L. Gauthier, La politique religieuse de Valentinien Ier et de Valens. Une alternative au modèle constantinien ?Thèse d’histoire, Université de Nancy II, 2004.

26   « Cependant, dans la vingtième année de son règne, le bienfaisant Auguste Théodose, appelé le Grand, fit roi d’Arménie à la place de Pap, un certain Varazdat, de la même famille des Arsacides », Moïse de Khorène, III, 40, p. 284.

27 Buzandaran, V, 34, p. 215. Cette indication est reprise par la Vie de saint Nerses, XV, p. 118 ; CHAMA, II, p. 43. R. H. Hewsen, « The Successors of Tiridates the Great : A Contribution to the History of Armenia in the Fourth Century », Revue des Études Arméniennes, n. s. 13, 1978-1979, p. 99-126 estime qu’il s’agit plutôt d’un cousin de Pap.

28   N. Garsoïan 1967, « Politique ou orthodoxie ? L’Arménie au IVe siècle », Revue des Études Arméniennes, n. s. 4, 1967 (désormais Politique) et « Armenia in the Fourth Century – An Attempt to Redefine the Concepts ‘Armenia’ and ‘Loyalty »", Revue des Études Arméniennes, n. s. 8, 1971.

29   On ignore précisément dans quelle ville, contrairement à son prédécesseur Pap, qui avait été envoyé comme otage à la cour impériale de Néo-Césarée dans le Pont où il aurait reçu une éducation digne d’un futur roi, Ammien Marcellin, Histoire, XXVII, 12, 9, éd. et trad. française M. A. Marié, Paris, 1984, p. 140-141. Le Buzandaran, IV, 15 ; p. 145, dit simplement qu’il fût envoyé comme à la cour impériale. Cf. aussi note suivante.

30   Les Lombards n’apparaissent pas dans l’histoire de l’Empire romain avant le Ve siècle, cf. Paul Diacre. Histoire des Lombards, trad. française F. Bougard, Brepols, 1994. Ceci paraît confirmer le caractère tardif de l’œuvre de Moïse de Khorène.

31   Moïse de Khorène, III, 40, p. 285 ; cf. R. W. Thomson, Moses p. ad III, 40, p. 301 n. 3-4et J.-P. Mahé, Moïse de Khorène, ad. III, 40, p. 401 n. 2-8. Moïse (II, 79, p. 229-230) compare les exploits de Varazdat avec ceux accomplis par le roi Tiridate IV le Grand (298-330).

32   Buzandaran, V, 34-35, p. 215.

33   Moïse de Khorène, III, 40, p. 285.

34   Moïse conclut son chapitre en précisant que : « la deuxième année de Varazdat, Zauen de la famille d’Aghbianos devint l’archevêque d’Arménie pour quatre ans ».

35   Cf. Mahé, Moïse de Khorène, p. 33-34. Il écrit pour les Bagratuni, rivaux des Mamikonean au VIIIe siècle.

36   Il s’agit évidemment de la Grande Arménie, par opposition à l’Arménie Mineure intégrée très tôt à l’Empire romain et qui était intégrée dans la géographie administrative impériale.

37   Pour la date de cette conversion, cf. A. Mardirossian, « Le synode de Vagharshapat (491) et la date de la conversion du royaume de Grande Arménie (311) », Revue des Études Arméniennes, n. s. 28, 2001-2002, p. 249-260 ; concernant les motifs de la christianisation, cf. R. Manaseryan, L’Arménie d’Artauazd à Trdat le Grand, Érévan, 1997 (en arménien) et aussi infra, p. 58-59.

38   L’accusation d’avoir contribué à l’assassinat du roi Pap portée par Varazdat à l’encontre de Moushegh juste avant son exécution n’est pas innocente. Même si l’affirmation de Varazdat demande à être prouvée, il apparaît très clairement que les Arsacides – mais aussi et surtout les autres clans – considéraient les Mamikonean comme de dangereux rivaux pour leur pouvoir.

39   Sur l’hérédité des offices dans le royaume d’Arménie, cf. N. Garsoïan, « Prolegomena to a Study of the Iranian Aspects in Arsacid Armenia », Handes Amsoreay, 90, 1976, p. 1-46 (désormais Prolegomena).

40   Pourrions-nous avoir affaire au duel comme mode de règlement des conflits ? En tout cas, Manuel Mamikonean venge au nom de son clan le préjudice subi par ce dernier en raison du meurtre de Mushegh ; sur la vengeance dans le droit arménien, cf. N. Garsoïan, Prolegomena, p. 2-3 ; J.-P. Mahé, « Norme écrite et droit coutumier en Arménie du Veau XIIIe siècle », Travaux et Mémoires, 13, 2000, p. 690-691 et A. Mardirossian, Le Livre des canons (Kanonagirk Hayots) de Yovhannes Audznetsi. Église, droit et société en Arménie du IVe au VIIIe siècle, Louvain, 2004, p. 215-221 (désormais Le Livre).

41 Buzandaran, V, 37, p. 220-221. Cette version est reprise par la Vie de saint Nerses, XV, p. 122 ; CHAMA, II, p. 44.

42   Sur les détails de cet assassinat qui ne semble pas avoir été projeté par Valens lui-même, cf. N. Garsoïan, Politique, p. 310-320.

43   N. Garsoïan, Buzandaran, ad V, 34, p. 326 n. 4-5. Les informations données par les sources arméniennes sont corroborées par le récit d’Ammien Marcellin, éd. et trad. française G. Sabbah, Paris, 1999, XXX, 2, 2-4, p. 61, qui précise qu’en 377, Valens refusa d’abandonna l’Arménie aux Perses et leur lança un ultimatum. Après deux ans de négociations infructueuses avec les Perses Valens prévoyait d’attaquer le territoire de ces derniers durant l’été 377, mais la révolte des Goths dans les Balkans ne le lui permit pas, cf. N. Lenski, op. cit., p. 183-184.

44 Buzandaran, V, 34, p. 215.

45   J.-P. Mahé, Moïse de Khorène, ad, III, 40, p. 402, n. 10.

46   Le Buzandaran, V, 37, p. 221 ajoute que Manuel traita Zarmandukht, la veuve de Pap, « comme une reine ». La Vie de saint Nerses offre un bref résumé de ce récit, XV, p. 122-123 ; CHAMA, II, p. 44.

47   Ammien Marcellin, Histoire, XXXI, 7, 2-3, p. 120-121.

48 Ibid., Histoire, XXXI, 7, 11-14, p. 123-124.

49 Ibid., Histoire, XXXI, 8, 9-10, p. 128 ; cf. aussi Zosime, Histoire nouvelle, IV, 22, 1.

50   Themistius, Orationes quae supersunt, éd. G. Downey, Leipzig, 1965-1974; 15, 189d; 16, 207a ; 34, 20.

51   Royaumes d’Albanie du Caucause, des Massagètes, des Ibères et des Kushans etc.; cf. N. Garsoïan, Buzandaran, p. 355.

52   N. Lenski, op. cit., p. 364-365. Les deux-tiers des troupes romaines (trente à quarante mille soldats ?) périssent, A. D. Lee, « The Army », dans The Cambridge Ancient History, XIII. The Late Empire A. D. 337-425, Cambridge, 2001, p. 222.

53   Cf. J.-P. Poly, dans ce numéro.

54   Par la suite, l’empereur Théodose Ier transférera également des unités vers l’Occident. Si jamais les Arsacides se trouvaient encore dans les Balkans, c’est à ce moment-là qu’ils durent être envoyés en Gaule

55 C. Th., III, 14, 1 ; cf. É. Demougeot, « Le conubium dans les lois barbares du VIe siècle », dans L’Empire romain et les barbares d’Occident IVe-VIIe siècle. Scripta varia, Paris, 1998, p. 70, à laquelle nous empruntons sa traduction.

56   J. Gaudemet, « Les romains et les ‘autres’ », Da Roma alla Terza Roma. La nozione di "Romano" tra cittadinanza e universalità, Naples, 1984, p. 23-24.

57   N. Garsoïan, « Quidam Narseus: A note on the Mission of St. Nerses the Great », dans Armeniaca, Venise, 1969, p. 149-151, 153, 157, 163 et Politique, p. 305.

58   S. Kernéis, op. cit., p. 139. Le statut juridique précis des Arsacides de Grand reste difficile à déterminer. Observons simplement que s’ils ont dû acquérir – de façon exceptionnelle – le conubium, c’est qu’ils ne bénéficiaient pas de la citoyenneté.

59 Ibid., p. 139.

60   Eusèbe de Césarée, Histoire ecclésiastique, IX, 8, 2; G. Bardy, 1993, p. 57.

61   R. Manaseryan, op. cit., dont les thèses sont résumées par J.-P. Mahé, Le premier siècle, p. 69.

62   Le panthéon arménien était dominé par la triade Aramazd-Anahit-Vahagn. Sur l’ensemble de ce dossier, cf. N. Garsoïan, Prolegomena, p. 16-17 n. 37 et surtout J. R. Russell, Zoroastrism in Armenia, Harvard University, 1987.

63   J.-P. Mahé, Le premier siècle, p. 69.

64   A. Mardirossian, Le Livre, p. 48-49.

65   J.-P. Mahé, « Aux sources d’une histoire nationale », dans Le monde de la Bible, Juillet 2001, p. 50.

66   Il s’agit de la fameuse bataille d’Auarayr (26 mai 451) où les dynastes arméniens pro-byzantins menés par le général-en-chef Vardan Mamikonean affrontèrent l’armée du roi des rois. Bien que vainqueurs, les Perses durement éprouvés renoncèrent à poursuivre leur politique de conversion forcée. Cet événement fondateur de l’idéologie nationale et religieuse arménienne est rapporté par Ghazar Parpetsi et Eghishe, auteur qui écrit probablement à la fin du VIe siècle, cf. A. et J.-P. Mahé, Tragédie, p. 103-104, n. 388.

67   S. Kernéis, op. cit., p. 131-132.

68 Ibid., p. 133.

69   Hermès, c’est-à-dire Mercure. En Iran, une telle identification permettait d’associer Apollon à Mithra, le dieu solaire par excellence, Russell, op. cit., p. 290. En Arménie, c’est plutôt le dieu Vahagn qui était assimilé avec le soleil, ibid., p. 190-228.

70   Sous la première dynastie arménienne, celle des Orontides (ca. 401 – ca. 200 av. J.-C.). Moïse de Khorène (II, 49, p. 203) évoque le transfert d’une statue de Tir, c’est-à-dire d’Apollon d’Armavir à Artashat sous le règne du roi Artashes Ier(dynastie des Artaxiades, ca. 188 av. J.-C. - 12 ap. J.-C.).

71   J. R. Russell, op. cit., p. 292-300.

72 Ibid, p. 290, 300-305, 310.

73   Parmi les autres points communs on peut mentionner notamment les attributs divinatoires dont disposaient les deux divinités.

74   N. Garsoïan, Prolegomena, p. 35-40 ; Buzandaran, p. 515, 552 et « Les éléments iraniens dans l’Arménie paléochrétienne », dans Des Parthes au Califat. Quatre leçons sur la formation de l’identité arménienne, Paris, 1997, p. 24-25 (désormais Les éléments).

75   Cf. les exemples donnés par N. Garsoïan, Les éléments, p. 25-26.

76   L’exemple le plus topique est donné par le Buzandaran, IV, 24, p. 156-158 : « [Les Perses] ouvrirent les tombes des anciens rois d’Arménie, les vaillants Arsacides, et emportèrent en captivité les ossements de ces rois (...). Alors, le sparapet Vasak (...) attaqua à l’improviste le camp du roi de Perse pendant la nuit et passa toute l’armée perse au fil de l’épée (...) et [Les Arméniens] reprirent les ossements de leur propres rois que les Perses emportaient captifs dans le royaume de Perse, ‘car disaient ceux-ci, (...) voici pourquoi nous emportons les ossements des rois d’Arménie dans notre pays : c’est afin que la gloire, la fortune et la vaillance de ce royaume le quittent avec les ossements de leurs rois et entrent dans notre pays (...). [Mais] les ossements des rois d’Arménie libérés par Vasak furent repris et enterrés dans le village inaccessible d’Aghdzk dans le canton d’Ayrarat ».

77   Autres exemples à Hatra et Dura-Europos. J. R. Russell, p. 305-306.

78   Dion Cassius, Histoire Romaine, LXIII, 5, 2.

79   N. Garsoïan, « Note préliminaire sur l’anthroponymie arménienne au Moyen Âge », dans L’anthroponymie document de l’histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, éds. M. Bourin, J.-M. Martin et F. Menant, Rome, p. 227-239.

80   Ces évêques ont été identifiés par J.-P. Poly, op. cit.

81   Servatius/Sarbatius/Sarmatius qui pourrait renvoyer à Sauromax c’est-à-dire Sarmats, cf. ibid., p. 92-93 n. 63.

82 Diclé = le fleuve Tigre, - pet = maître, chef, puissant; cf. ibid., p. 99 et n. 89.

83 Ibid., p. 92-93 n. 63.

84 Histoire des Francs, éd. Monumenta Germaniae Historica, Scriptores rerum Merovingicarum, vol. I, Hanovre, 1885 (réimpr. 1961), W. Arndt et B. Krusch, trad. française R. Latouche, Paris, 1999, X, 24. Par la suite, la chronique dite de Frédégaire – qui représente une sorte de continuation de l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours –en évoquant à plusieurs reprises de façon détaillée l’histoire de la Perse concerne aussi par ricochet les affaires arméniennes, Chroniques des temps mérovingiens, éd. B. Krusch, 1888 (à compléter par les éd. plus récentes) ; trad. française O. Devilliers et J. Meyers, Brepols, 2001, ch. 9, 23, 64; p. 70-73, 86-87, 154-157, ch. 16 de la Continuation, p. 220-221.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Aram Mardirossian, «  « Fortune et Gloire ».Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule à la fin de l’Empire », Droit et cultures, 52 | 2006, 47-64.

Référence électronique

Aram Mardirossian, «  « Fortune et Gloire ».Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule à la fin de l’Empire », Droit et cultures [En ligne], 52 | 2006-2, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 28 mai 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/601

Haut de page

Auteur

Aram Mardirossian

Aram Mardirossian est maître de conférences en histoire du droit à l’Université Paris X-Nanterre et membre du GEDEOM-Genèse des Etats et des droits de l'Europe et de l'Orient méditerranéen. Ses principaux champs de recherche concernent l’histoire du droit de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Age. Il s’intéresse notamment au droit canonique oriental. Après avoir publié un ouvrage issu de sa thèse qui a pour titre Le Livre des canons arméniens de Jean d’Odzun. Eglise, droit et société en Arménie du IVe au VIIIe siècle, Louvain, 2004, ses publications plus récentes portent essentiellement sur le droit canonique byzantin. « Antiquarum collectionum principium et fons. La Collection d’Antioche, première collection canonique de l’Eglise », Actes des IIe journées clermontoises d’histoire du droit (juin 2004), à paraître. « Canons d’Orient et royaume barbare. L’influence du droit canonique oriental sur la législation du concile d’Epaone », Revue historique de droit français et étranger, 2005/3, p. 355-384.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org