Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Moustapha Diop. Réformes foncières et gestion des ressources naturelles en Guinée. Enjeux de patrimonialité et de propriété dans le Timbi au Fouta Djallon

Préface P. P. Rey, Postface E. Le Roy, Paris, Karthala, 2007, 448 pages.
Charles de Lespinay
p. 242-244
Référence(s) :

Réformes foncières et gestion des ressources naturelles en Guinée.

Enjeux de patrimonialité et de propriété dans le Timbi au Fouta Djallon
Préface P. P. Rey, Postface E. Le Roy, Paris, Karthala, 2007, 448 pages.

Texte intégral

1L’auteur nous montre d’entrée que les problèmes fonciers ne sont compréhensibles qu’enracinés dans l’histoire. Son travail se pose comme un exemple de ce qui se passe ailleurs à travers le monde dans les pays ou règne l’insécurité foncière. L’explication de beaucoup de conflits fonciers actuels en Guinée réside dans l’acharnement des dominants à retrouver leur domination foncière perdue sous Sékou Touré et à la maintenir. Les dominants d’aujourd’hui sont les conquérants d’hier, qui essaient de s’approprier les terres devenues productives (pour la culture de pommes de terre, culture de rente) qu’ils avaient laissées autrefois à ceux qu’ils avaient conquis.

2Moustapha Diop mêle habilement l’histoire, l’anthropologie et l’étude de l’organisation juridique de l’économie. Initialement, la terre est sacrée et les croyances qui y sont relatives proviennent des premiers occupants, les Baga, puis les Jalonké. Les bas-fonds, aujourd’hui terres les plus convoitées, étaient des lieux sacrés, refuge de divinités. Devenus enjeux de production et d’enrichissement, il a fallu les désacraliser afin de pouvoir les mettre en valeur. Et aujourd’hui, les anciens maîtres veulent chasser leurs serviteurs des bas-fonds qu’ils leur avaient laissés pour s’approprier leurs biens et s’enrichir…

3Mais la terre, c’est aussi un lieu de contrôle lignager et politique, un territoire, dont l’histoire et la légitimité expliquent certains conflits actuels dont le fondement remonte parfois à près de mille ans. Il semble que l’on puisse concilier, par une gestion patrimoniale communautaire, l’existence à la fois de droits de propriété privée et de droits communautaires sur les terres et sur les ressources. L’exemple de Timbi, présenté par l’auteur, en est l’illustration, montrant que Jalonké et Peuls, agriculteurs et éleveurs, ont une histoire commune, des intérêts communs et une grande interdépendance.

4La gestion patrimoniale du foncier est mise en relief par l’auteur, en faisant la part de la gestion traditionnelle qui organise un équilibre entre les activités agropastorales : celles des éleveurs peuls, celles des agriculteurs jalonké et peuls. La colonisation est venue modifier cet équilibre, prenant appui sur le pouvoir Peul dominant, introduisant l’économie marchande et la spéculation foncière. Puis l’État indépendant est venu apporter ses réformes, supprimant la propriété foncière et redonnant sous Sékou Touré les terres à ceux qui les exploitent. Mais l’État post Sékou Touré a laissé libre cours à la captation foncière au profit de ceux qui détiennent pouvoir et argent, supposés détenir par là-même une compétence en matière agricole. Cet état de fait est aussi celui des pays voisins, Sénégal, Guinée Bissau. Malgré cela les Guinéens sont conscients qu’ils disposent d’un patrimoine commun et qu’ils font partie d’une même culture qui transcende les ethnies et les rivalités multiséculaires de l’histoire.

5Cet ouvrage est en outre une relecture de l’histoire, celle des migrations et celle de la Guinée, une présentation nouvelle de la gestion partagée de l’espace entre communautés à la fois rivales et complémentaires, posant les questions à résoudre pour l’avenir des campagnes et de la sécurisation foncière en Guinée.

6Plusieurs solutions sont envisagées en fin d’ouvrage : un plan de gestion patrimoniale mettant en place un système d’information géographique et un plan foncier rural (« pour enregistrer les droits »), des négociations patrimoniales pour l’affectation des terres et des ressources communes, un plan de convention d’exploitation (faire valoir indirect), un code de développement rural tenant compte de la multifonctionnalité du foncier rural et de la complexité de la gestion administrative du foncier en Guinée. L’auteur insiste sur la gestion communautaire et paritaire du foncier, se fondant sur d’autres expériences comme celle des SAFER en France. Il est dommage que ces propositions n’aient pu apparaître qu’en conclusion générale et n’aient pas été développées dans une partie qui leur aurait été propre. En lisant cette conclusion, qui est une ouverture sur un programme de développement multifonctionnel, on a envie d’en savoir plus et de voir l’auteur détailler son expertise et ses propositions qui s’inscrivent tout à fait dans la suite des trois parties de l’ouvrage. Mais la vocation d’une conclusion n’est-elle pas d’ouvrir des perspectives nouvelles ? L’auteur y réussit parfaitement.

7On pourra regretter de nombreuses petites coquilles, montrant une relecture à plusieurs yeux hélas insuffisante, mais le texte n’en souffre heureusement pas.

8C’est un remarquable travail, bien écrit, qui se lit facilement, novateur, ouvrant des pistes de réflexion et des propositions de qualité pour l’avenir. En outre, les connaisseurs de la Casamance sénégalaise et de la Guinée-Bissau voisines, y retrouveront une histoire commune des migrations anciennes (dont le lignage jalonké des Manga, les techniques rizicoles anciennes véhiculées par les Baynunk, les Joola et les Balant, et le souvenir de Sumanguru Kanté ennemi commun des Manding), plusieurs populations casamançaises et Bissau-guinéennes se disant venues du Fouta Djalon à l’époque de la défaite de Sumanguru Kanté vers 1235 et du déferlement des troupes de Sunjata Keita. Ils y retrouveront aussi les conquêtes « pacifiques » des Peuls éleveurs animistes puis guerrières des Peuls musulmans, la sacralisation de nombreux bois, bas-fonds et autres sites, et des problèmes fonciers actuels identiques... Il y a dans le livre de Moustapha Diop les ingrédients et les résultats d’une recherche de grande qualité – d’histoire, d’anthropologie et de droit – qu’il doit essentiellement à ses propres travaux, lectures et compétences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles de Lespinay, « Moustapha Diop. Réformes foncières et gestion des ressources naturelles en Guinée. Enjeux de patrimonialité et de propriété dans le Timbi au Fouta Djallon », Droit et cultures, 53 | 2007, 242-244.

Référence électronique

Charles de Lespinay, « Moustapha Diop. Réformes foncières et gestion des ressources naturelles en Guinée. Enjeux de patrimonialité et de propriété dans le Timbi au Fouta Djallon », Droit et cultures [En ligne], 53 | 2007-1, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 23 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/596

Haut de page

Auteur

Charles de Lespinay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org