Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christophe Jaffrelot. Inde : La démocratie par la caste. Histoire d’une mutation socio-politique. 1885-2005

Paris, Fayard, coll. « L’Espace Politique », 591 pages, table des sigles, bibliographie, index, cartes, tableaux, 2005
Jean-Claude Bonnan
p. 145-147
Référence(s) :

Inde : La démocratie par la caste. Histoire d’une mutation socio-politique. 1885-2005
Paris, Fayard, coll. « L’Espace Politique », 591 pages, table des sigles, bibliographie, index, cartes, tableaux, 2005

Texte intégral

1Cet ouvrage important, d’une lecture aisée, documenté de manière précise et claire, présentant une information abondante et immédiatement accessible, vient heureusement compléter les travaux de cet auteur, aussi prolifique que passionné, et notamment La Démocratie en Inde, Religion, caste et politique. Il nous permet de mieux comprendre comment, dans quelles conditions, l’Inde est devenue une grande démocratie, la plus grande dit-on, principalement par le nombre de ses citoyens, mais jouissant surtout de la liberté de la presse, de l’indépendance de son système judiciaire, d’élections libres et régulières. Démocratie égalitaire et sociale et pourtant hiérarchisée, segmentée en une société de castes gouvernée depuis toujours par une minorité de privilégiés par la naissance et l’accès à la culture, et éventuellement à la richesse mais de manière secondaire et tardive. Le contact avec l’Occident a remis en cause cette tradition.

2A la fin de l’époque coloniale, des politiques de discrimination positive se mettaient déjà en place afin de tenter de réaliser les idéaux d’égalité et de justice sociale au profit des castes et des tribus répertoriées (Scheduled Castes, SC, Scheduled Tribes, ST). En fait, ces politiques ont eu surtout pour effet à la fois de dynamiser et de régulariser le jeu politique autour de la prise de conscience, par les castes arriérées et par l’électorat, de la puissance que représentent désormais les alliances de castes et leurs regroupements comme groupes d’intérêts et gisements de voix pour tous les partis. Dans une société profondément inégalitaire, des mesures de réservation d’emploi, de promotion et de formation au bénéfice des plus défavorisés, se sont révélées être un moyen d’une extrême efficacité pour promouvoir et faire vivre des institutions dont le caractère formel, et somme toute étranger, ne les rendait pas acquises au génie indien. Cette construction originale et semble-t-il durable, plus qu’une révolution, quand bien même silencieuse et discrète, constitue un formidable exemple de double acculturation réciproque, celle des castes par le système représentatif, celle du parlementarisme par les castes, à l’aide d’un instrument juridique très sophistiqué aux mains de ces juristes subtils et antiques que sont les Indiens.

3L’argumentaire est soutenu par les nombreux tableaux faisant apparaître les résultats des élections, les représentations dans les différentes instances ou la répartition des castes principales, avec les abondantes références qui accompagnent ces données pour les sources consultées. La vie et la carrière des principaux acteurs, chefs et comparses, est présentée dans leurs traits essentiels et pertinents. Les orientations idéologiques et les opérations des formations politiques sont expliquées avec l’ensemble des circonstances et des événements relatés. C’est aussi un travail de terrain qui a été accompli, pendant plusieurs années, au contact des réalités indiennes. Bref, l’auteur souligne qu’il n’est « pas parti dans la chaleur et la poussière de l’Inde sans quelques hypothèses », à savoir combien, au-delà de l’action formatrice du Congrès, la démocratie indienne, de conservatrice voire clientéliste qu’elle apparaissait à l’origine, « connaissait un élargissement accéléré de sa base sociale, sous l’effet des politiques de discrimination positive », et ce depuis les années 1990. Cette date semble en effet constituer un tournant dans la maturation politique de ce pays, par l’assainissement des pratiques électorales, la continuation et l’enracinement d’une alternance apparue en 1977, d’une alternative au Congrès, par la constitution de coalitions de gouvernement, par le maintien de la séparation des pouvoirs, et surtout du judiciaire, par le développement de la presse comme un véritable contre-pouvoir. La limite à ce tableau est bien l’exclusion de catégories massives de la population, celles des basses castes et des classes les plus défavorisées.

4L’exposé se présente de manière essentiellement historique en première partie, depuis l’apparition du parti du Congrès, parti de l’intelligentsia ou des notables, en tous cas des élites, dans les dernières années du XIXe siècle, pendant toute l’activité de ce parti avant et après l’indépendance, dans ses avatars et ses éclipses, et jusqu’aux élections de 2004 marquant son retour, quelque peu inattendu, aux affaires. L’étude est surtout centrée sur l’Inde du nord, notamment dans les Etats de langue hindi, les autres entités, Etats du sud principalement, apparaissant comme des contrepoints pour différencier des réalités assez diverses entre ces deux grandes régions. Les deux parties suivantes examinent de manière particulière les situations dans les régions du sud, situation caractérisée par une ethnicisation précoce de la caste d’une part, et dans celles du nord avec les contradictions entre tradition et modernité d’autre part, qui ont dans une certaine mesure retardé la politique des quotas. A cette occasion, une réflexion est menée sur les problèmes théoriques et constitutionnels posés par la discrimination positive.

5La troisième partie examine la question au regard des paysans et de leur mobilisation avec l’émergence des « autres classes arriérées » (Other Backward Classes, OBC). Les travaux et le rapport de la Backward Classes Commission, désignée Commission Mandal du nom de son président, constituée en 1978 par le gouvernement pour déterminer les critères permettant d’établir la liste des OBC, sont au centre des débats. La caste reste décidément une catégorie incontournable. La quatrième partie montre comment peut être dégagée la tentation pour les partis aujourd’hui dominants, de reprendre à leur compte l’électorat ainsi constitué et éventuellement profiter de ses divisions pour contrôler ou freiner le processus en cours. L’épilogue, à propos des élections de 2004 et comme une dernière mise à jour, montre cependant la montée irrésistible des basses castes. Des perspectives sont ainsi ouvertes sur des travaux futurs. On lira donc avec d’autant plus d’intérêt l’article du même auteur publié dans ce numéro.

6On ne dévoilera pas les stratégies originales déployées par les partis, qui sont mises en scène dans cet ouvrage, et qui montrent comment le conservatisme des uns et des autres permet de faire pièce, sous couvert de progressisme, au développement d’une autonomie des castes répertoriées et à l’émergence d’une entité spécifique des classes moins défavorisées. On verra comment le Sud donne l’exemple, dans des conditions sociales favorables il est vrai, d’une prise de conscience rapide de la situation des Dalits (ou intouchables). Mais l’intérêt de ce travail réside aussi dans la prise en considération des nombreuses autres formations politiques qui sont intervenues dans le processus parlementaire et le développement des instances fédérées, assemblées législatives et gouvernements locaux, et évidemment dans l’approche de la question de la discrimination positive.

7Car le système indien est loin, on s’en serait douté, d’être monolithique et unanimiste, de manifester une unité dans l’idéologie et les idéaux, même si la Constitution donne, dès son préambule, des grandes orientations dirigées vers la liberté (de pensée, etc.), l’égalité (de statut et des chances), la fraternité (pour promouvoir la dignité de l’individu et l’unité de la Nation) et surtout et au premier chef la justice (sociale, économique et politique). Mais à défaut de cette unanimité, une continuité, une tendance forte se dessine dans la politique d’émancipation et probablement la « réussite » de la règle des quotas, pour mener des changements de fond sans bouleversements coûteux. On comprendra dès lors l’intérêt de cette enquête pour mieux appréhender les réalités indiennes mais aussi pour nous interroger sur notre propre idée de l’égalité et de la promotion des chances dans une société occidentale de plus en plus multiculturelle et exigeante sur les droits fondamentaux et positifs des citoyens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bonnan, « Christophe Jaffrelot. Inde : La démocratie par la caste. Histoire d’une mutation socio-politique. 1885-2005 », Droit et cultures, 53 | 2007, 145-147.

Référence électronique

Jean-Claude Bonnan, « Christophe Jaffrelot. Inde : La démocratie par la caste. Histoire d’une mutation socio-politique. 1885-2005 », Droit et cultures [En ligne], 53 | 2007-1, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 23 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/588

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bonnan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org