Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Philippe Boulanger. Géopolitique des Kurdes

Ellipses, Paris, 2006, 288 pages
Gaïdz Minassian
p. 239-241
Référence(s) :

Géopolitique des Kurdes

Ellipses, Paris, 2006, 288 pages

Texte intégral

1Tout est dit dans le titre Géopolitique des Kurdes et non du Kurdistan, comme si l’auteur voulait nous montrer qu’il est difficile d’avoir une approche unitaire dans l’étude de la question kurde. Que celle-ci soit historique, géographique ou encore politique, l’approche unitaire souffrirait d’un manque de lisibilité dans le traitement de la question kurde, à cheval sur six Etats (Turquie, Irak, Iran, Syrie, Arménie et Géorgie). Approche pour le moins originale quand on sait que la question kurde est souvent présentée comme un problème exclusivement territorial et déstabilisateur, donc inquiétant pour les pays du Proche-Orient. Avec audace, rigueur et singularité, Philippe Boulanger fait franchir à la question kurde un nouveau cap. Il démontre qu’elle relève désormais des problèmes liés à la globalisation, c’est-à-dire d’ici (le territoire) et de là-bas (l’imaginaire diasporique kurde). Pour la première fois, la question kurde – une question fondamentalement frontalière, nous dit l’auteur – trouve un nouveau sens dans la mondialisation. Son approche rejoint la liste des travaux d’experts de la géopolitique et autres orientalistes prolifiques sur la question. Philippe Boulanger, auteur de plusieurs articles sur les Kurdes, démontre dans cet ouvrage en trois séquences – histoires kurdes, géopolitique, identités – que la question kurde est et sera une question du XXIe siècle. Et qu’à ce titre, les Kurdes n’ont aucune raison de se limiter aux acquis obtenus au Proche-Orient, alors qu’ils n’ont jamais autant surfé sur une vague aussi favorable que depuis ces vingt dernières années : émancipation en Turquie depuis la démocratisation à Ankara et les négociations avec Bruxelles en vue d’une intégration à l’UE ; proclamation d’un Irak fédéral comprenant un Kurdistan autonome et des fonctions importantes réservées aux Kurdes à Bagdad (président et ministre des affaires étrangères).

2Mais cette émancipation a un prix. Philippe Boulanger invite les Kurdes à relever trois défis. Il y a tout d’abord le défi du nationalisme. Comme tout mouvement national, les Kurdes ont aussi besoin d’un centre politique pour s’organiser. Les Kurdes, quelle que soit leur origine, ont pris conscience de leur particularisme et de leurs droits. Quel espace kurde suffisamment fédérateur remplira cette fonction de centre de commandement, de caisse de résonance à leur cause ? Le Kurdistan irakien autonome, riche et pacifié constitue pour l’instant un pôle de stabilité. Mais quel est son avenir en cas de retrait américain dans la région ? Présentés comme les véritables alliés des Américains dans les pays arabes, les Kurdes seraient les plus mal lotis au cas où Washington programmerait le retour de ses troupes à la maison et abandonnerait son projet de « Grand Moyen-Orient ». Outre qu’il hypothéquerait l’avenir de l’Irak en tant qu’Etat, le retrait américain obligerait les Kurdes à s’inquiéter de l’attitude des Iraniens, des Turcs et des Arabes aux intérêts soudains communs contre les Kurdes.

3Le deuxième défi renvoie au sens des responsabilités des dirigeants kurdes. Il leur revient de prouver que l’avenir de leur peuple ne passe pas forcément par la guérilla et la terreur, mais par la maturité et le développement d’une élite nationale prête à travailler pour le bien-être des populations. Or les progrès politiques enregistrés en Turquie et en Irak n’ont pas masqué les rivalités entre les mouvements politiques traditionnels et les méthodes violentes des dirigeants kurdes. Longtemps persécutés par des régimes autoritaires, les Kurdes seront-ils capables d’être les bons élèves d’une démocratie qui tarde à dire son nom au Moyen-Orient ?

4Enfin, le troisième défi que soulève Philippe Boulanger et peut-être le plus délicat pour les Kurdes, renvoie au rapport entre territoire et diaspora. Les Kurdes d’Europe vivent au rythme de la démocratie, des droits de l’homme et sont au contact de sociétés aux mœurs libérées. Soumises à ces valeurs universelles ou nouvelles en rupture avec les traditions tribales, claniques et religieuses du Pays, les jeunes générations kurdes accomplissent un travail quotidien harassant pour conserver ce capital de modernité, d’ouverture d’esprit et de rafraîchissement identitaire. Le Kurde n’est plus associé à cette image du paysan, du guérillero ou du chef de tribu. Il est médecin, homme d’affaire, architecte et universitaire.

5Seul bémol, l’auteur associe la question du Kurdistan à l’avenir sans évoquer ce qui la caractérise avant tout : la notion d’Etat virtuel. Les Kurdes construisent leur itinéraire politique comme une nation virtuelle avec un Parlement en exil, un gouvernement autonome à vocation transfrontalière et une administration en cours d’intégration des affaires régionales kurdes. Il aurait été intéressant de démontrer que dans ce jeu entre l’immédiat et le lointain, les Kurdes constituent ce cas à part, celui d’un Kurdistan virtuel, non au sens immatériel du terme mais dans son acception mondialisée et en cours de cristallisation. Peuple sans Etat, nation sans unité, les Kurdes souffrent dès lors d’une difficulté à trancher entre tradition et modernité, entre le XXe siècle de la nation et le XXIe siècle de la mondialisation, alors que s’ouvre avec la crise entre l’Iran et la communauté internationale une nouvelle page de leur destin collectif ; la preuve – pour les plus indifférents au sort des 35 millions de Kurdes – que leur problème est bel et bien une question majeure pour la paix et la sécurité mondiale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gaïdz Minassian, « Philippe Boulanger. Géopolitique des Kurdes », Droit et cultures, 53 | 2007, 239-241.

Référence électronique

Gaïdz Minassian, « Philippe Boulanger. Géopolitique des Kurdes », Droit et cultures [En ligne], 53 | 2007-1, mis en ligne le 18 mai 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/587

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org