Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Arthur Maurice Hocart, Au commencement était le rite. De l’origine des sociétés humaines

Paris : La Découverte/MAUSS, 2005
Jean-Pierre Baud
Référence(s) :

Arthur Maurice Hocart, Au commencement était le rite. De l’origine des sociétés humaines, Paris : La Découverte/MAUSS, 2005.

Texte intégral

1Il s’agit d’une œuvre qui était déjà en 1954 l’édition tardive d’une œuvre d’un auteur mort en 1939 et dont on a attendu la traduction française pendant un demi-siècle, laquelle semble annoncer une sortie de purgatoire qu’un Van Gennep attend encore (un haut lieu de l’anthropologie juridique ne possédait aucune de ses œuvres en l’an 2000). Au temps où elle était encore une science jeune, l’anthropologie s’était très vite dotée d’un académisme permettant d’accréditer les spécialistes sérieux et de rejeter les autres dans la marginalité. Cette traduction semble annoncer la sortie d’un oubli plusieurs fois décennal, oubli particulièrement entretenu par ceux qui faisaient à Hocart des emprunts indélicats.

2L’initiative des Editions La Découverte / MAUSS est précieuse à un double titre. D’abord parce que l’ouvrage posthume d’Hocart conduit à son achèvement le système explicatif que l’anthropologue anglais avait entrepris de construire avec la parution, en 1927, de son premier ouvrage, Kingship. Et aussi parce qu’on y découvre cette grande préface de Lucien Scubla (37 pages pour un texte d’Hocart de 160 pages) qui est en fait une parfaite introduction à l’œuvre de l’auteur.

3À une époque où l’anthropologie risquait de s’enfouir dans l’érudition, Hocart, conscient de ce que les collections de faits ethnographiques ne se justifiaient que par la possibilité qu’elles offraient de découvrir les idées générales les unissant, prit le risque de soutenir une théorie dont l’axe majeur était que tous les rites et sacrements trouvaient leur origine dans le rituel de l’intronisation royale où l’homme subissait une mort cérémonielle pour renaître en tant que dieu. Tous les rites et sacrements trouvaient leur origine dans le rituel d’intronisation : l’ordination des prêtres, l’initiation des jeunes gens, la cérémonie matrimoniale, et bien d’autres rites, usages et croyances dont la diversité s’illustre dans un intitulé qu’on envie à Lucien Scubla « Origine rituelle des chaussures et de l’immortalité de l’âme ».

4L’essentiel de ce qu’apporte Au commencement était le rite se trouve dans le chapitre 10, ou Hocart entend démontrer que la mise à mort rituelle qui se perçoit dans les intronisations royales, trouve son origine dans une mise à mort réelle qui aurait eu lieu à l’origine. Appelé non pas à gouverner mais à régner, il fallait qu’un homme soit sacrifié pour devenir le roi divinisé : « Les premiers rois furent des rois morts ».

5La théorie du meurtre fondateur fait immanquablement penser à la horde primitive où l’on mangea le père et où Freud, dans Totem et tabou, trouvait l’origine de la prohibition de l’inceste, de la répression du parricide et du culte totémique. Dans les deux cas, il s’agit d’un de ces mythes dont Platon avait montré la nécessité face aux insuffisance du logos, insuffisances qui peuvent être celles d’une époque, en l’occurrence cette année 1939 où disparurent en même temps Hocart et Freud, immédiatement après avoir développé, chacun à sa façon, le thème du meurtre fondateur (le second dans Moïse et le monothéisme, qui reprenait les thèmes de Totem et tabou).

6Mais aujourd’hui, comme le signale Lucien Scubla, les progrès de la recherche nous font faire l’économie de la croyance en un meurtre fondateur, entre autres depuis que René Girard a mis en chantier dans La violence et le sacré (1972) une « théorie générale des formes élémentaires de la vie religieuse et sociale ... en mettant au jour un mécanisme universel et intemporel… une matrice permanente, pré-rituelle et pré-institutionnelle, des rites et des institutions ».

7Il n’empêche que, outre la richesse documentaire des 18 autres chapitres d’Au commencement était le rite, cette traduction s’imposait pour situer un instant-charnière de l’histoire de l’anthropologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Baud, « Arthur Maurice Hocart, Au commencement était le rite. De l’origine des sociétés humaines », Droit et cultures [En ligne], 53 | 2007-1, mis en ligne le 16 avril 2009, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/584

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Baud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org