Navigation – Plan du site

Les rencontres Kasra Vafadari

Jean-Pierre Poly
p. 11-12

Texte intégral

 « Au nom de Dieu tout de miséricorde, le Miséricordieux,
Dis : Je cherche refuge auprès du Seigneur de l’aube
contre le mal dans ses créatures,
contre le mal de la nuit ténébreuse,
contre celles qui soufflent sur les nœuds,
contre l’envie des envieux » (Sourate 113, l’Aube).

1Durant plusieurs années, Kasra Vafadari, natif d’Iran, ancien étudiant en Angleterre et citoyen français, a enseigné à Paris X-Nanterre la langue anglaise. Passionné d’histoire, il avait aussi rejoint notre équipe GEDEOM (Genèse des Etats et des Droits de l’Europe et de l’Orient Méditerranéen) à l’UFR de Sciences Juridiques pour faire étudier aux futurs juristes, parmi d’autres institutions du Proche-Orient, celles de l’Iran préislamique.

2La liberté d’étudier, de penser et de s’exprimer n’est pas partout et toujours appréciée et certains de nos contemporains préfèrent aux complexités et aux incertitudes du mouvement historique la trompeuse simplicité d’une pseudo-histoire. Peu après avoir pris la charge de son enseignement, Kasra avait animé une table-ronde sur l’histoire des minorités religieuses au Proche-Orient et il y avait dit, incidemment mais franchement, ce qu’il pensait de la situation en Iran ; l’été suivant, alors qu’il débarquait à l’aéroport de Téhéran, de zélés personnages lui rappelèrent ses paroles. Pour son bien. A l’Université, cette même franchise et son intérêt pour l’Iran agaçaient un peu certains collègues, ils le lui disaient parfois. Pour son bien aussi.

3Le 17 mai 2005, notre collègue et ami tombait sous le couteau d’un soi-disant exilé iranien. Affaire privée, commentait aussitôt l’AFP. Un an a passé. Kasra a sa stèle au Père Lachaise où il a été incinéré. Malgré les scénarios fabriqués – avec les habituelles ficelles un peu grosses –, malgré les mensonges ou les silences, on commence à mieux comprendre pourquoi il est mort.

4Depuis longtemps, Kasra pratiquait une culture laïque des lumières et des libertés. Son père et sa mère s’y étaient déjà consacrés. Son père, gentleman farmer zoroastrien, avait souhaité donner la terre aux paysans pour qu’elle soit mieux cultivée ; sa mère, sage-femme, avait en ses jeunes années espéré un monde « où l’homme a pris grandeur nature sa voie par-dessus les forêts ».

5Cette mère, à Téhéran, avait des terrains qu’occupaient de peu scrupuleux squatters. Il y a quelques années, des promoteurs virent plus grand et n’hésitèrent pas à y bâtir. Au prix qu’atteint le m² dans les villes, l’affaire était d’autant plus belle que le terrain n’avait rien coûté. Qui dirigeait alors la municipalité et qui accorda à ces entreprenants affairistes un permis de construire manifestement illicite, mieux vaut ne pas y insister. Il y a trois ans, après un long procès, une cour de justice iranienne, digne de ce nom reconnut le bon droit des héritiers et leur accorda de très fortes sommes. Kasra décida de les employer à fonder deux centres culturels, l’un à Yazd, l’autre à Kirman. Un film tourné à cette occasion montre l’inauguration de la Maison de Yazd, au centre même de la ville, dans un palais restauré pour l’occasion. Il ne laisse aucun doute sur l’ampleur et le succès de son entreprise : on y voit les travaux entrepris, les discours des autorités locales, la musique, les chants et les danses, la joie des assistants. Quelques regards inquiets aussi.

6Car chanter et danser, est-ce bien légitime… Certains ne le pensent pas, parfois même ils n’y voient pas matière à débat mais à châtiment expéditif. Désormais, pour prévenir de fâcheux accidents, Kasra évitait Téhéran et ne quittait plus la région de Yazd, il laissait son portable débranché, il changeait de logement. En mai, il était à Paris, un bref temps de répit. La veille du jour où il devait s’envoler pour l’Iran, tard dans la nuit, son assassin, un prétendu réfugié politique dont les ressources, les convictions, les affections, l’identité seraient également douteuses – le juge d’instruction et les avocats de la victime ont fait leur travail –, l’assassin donc est venu sonner à sa porte. Kasra, qui le croyait un ami, s’est avancé vers lui pour lui serrer la main. Le meurtrier a prononcé une courte phrase en persan et l’a frappé sans plus attendre, un coup à la gorge ; le rôle de Judas n’est peut-être pas si facile. L’homme, au demeurant, avait-il le choix ? Peu importe : il devient évident que Kasra est tombé face à ses ennemis, Avidité, Ignorance, Mensonge qu’il détestait par dessus tout.

7Il serait vain et néfaste de crier vengeance – lui-même ne l’a pas souhaité –, de répondre à la haine par la haine, ou pire encore de hurler avec les loups sortis du bois ou du bush pour prêcher la croisade. Le talion est une triste bêtise, les assassinats et les bombes des uns ne justifient pas ceux des autres, ils se confortent mutuellement, seuls les tueurs gagnent. Mieux vaut attendre que la justice dissipe les faux-semblants dont le meurtre a été entouré et rétablisse la vérité ou ce qu’on peut en savoir. A l’Université, nous devons continuer la tâche que Kasra s’était proposée : comprendre et montrer aussi clairement que possible ce qu’est la diversité de l’humanité et son identité profonde. Un programme très ancien et pourtant toujours d’actualité.

8Dans ce but, quelques amis de Kasra à Paris X-Nanterre ont décidé d’organiser une rencontre à sa mémoire, rencontre qu’ils espèrent renouveler chaque année. En un temps où des gouvernants qui se disent réalistes, tout en acceptant ou en organisant une véritable dislocation de nos sociétés au nom de l’argent-roi, envisagent un « choc des civilisations » qui risque bien d’être leur crépuscule, des études fondées rappelleront que d’autres rapports entre Orient et Occident ont existé et peuvent toujours être. Comme on l’aurait dit jadis, en sacrifiant à l’allégorie : si la lumière cède un temps devant la ténèbre, ceux qui espèrent en l’aube, quand bien même dispersés à travers le temps et l’espace, ne sont pas seuls : il suffit, dans le vacarme des Puissances et des Dominations, de prêter l’oreille à la flûte ancienne. Elle chante pour Kasra, elle chante pour tous.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Poly, « Les rencontres Kasra Vafadari », Droit et cultures, 52 | 2006, 11-12.

Référence électronique

Jean-Pierre Poly, « Les rencontres Kasra Vafadari », Droit et cultures [En ligne], 52 | 2006-2, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/542

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Poly

Jean-Pierre Poly est professeur d’Histoire du droit à l’UFR de Sciences juridiques, administratives et politiques de l’Université Paris X-Nanterre et enseignant à l’Institut Henri Motulsky de cette université. Il a travaillé sur le premier Moyen Age, sur les sociétés méridionales post-romaines puis sur les sociétés gentilices germaniques, sur les structures féodales et sur l’anthropologie de la parenté et de la sexualité. Il est responsable de l’équipe de recherche Esdem (Etude des systèmes de droit de l’Europe médiévale), section du centre de recherches GEDEOM (Genèse des Etats et droits de l’Europe et de l’Orient Méditerranéen) et du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit (CHAD, coordonant les centres Gedeom et Droit et Cultures), ainsi que du Master 2 Droit de l’Université Paris X, mention Histoire et anthropologie juridiques. On peut citer parmi ses publications : dir. (avec E. Bournazel), Histoire générale des systèmes politiques. Les féodalités, Paris, PUF, 1998 ; Le chemin des amours barbares. Genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, Lib. Acad. Perrin, 2003 ; « La petite pierre d’Arguel : l’ordalie germanique en Gaule aux Ve-VIIe siècles », in Retour aux sources, textes études et documents d’histoire médiévale offerts à Michel Parisse, Paris, 2004 ; « L’amour et la cité de Dieu. Utopie et rapport entre les sexes au Moyen Age », in Utopies sexuelles, Clio Histoire, femmes et Sociétés, 22/2205 ; « Am Stram Gram, La chevauchée des chamans », in n°spécial de L’Histoire, janvier 2006, Dieu au Moyen Age, p. 60-63.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org