Skip to navigation – Site map
Dossier : Trahison(s)

« Nous ferons de notre pire… »1. Anarchie, illégalisme … et lois scélérates

«We’ll Do our Worse». Anarchy, Illegalism … and Evil Law
Anne-Sophie Chambost
p. 65-87

Abstracts

By the end of the 19th century, illegalism questions the system of anarchist values, and the link between ideas and ways to the revolutionary action. The confrontation of revolutionary speeches and practices, arouses an interesting mirror effect, where the idea of treason is essential: around thefts and terrorist attacks, the anarchist movement is torned between legitimacy and legality, facing the risk of treason of the principles; but the excesses of the antiterrorist legislation (preventive and repressive measures against the «menées anarchists») seem to betray the republican principles. Faced with critics pointing the political use of the anarchist danger, the judgment on evil laws stresses the fact that the legal answer to a threat depends on the perception of it – as well as on the image which we have of the enemy that threatens; both seem to be based on ideological construction rather than on facts.

Top of page

Full text

  • 1 L’expression est d’André Nataf, La vie quotidienne des anarchistes en France. 1880-1910, Hachette (...)
  • 2 V. Frigerio, Émile Zola au pays de l’anarchie, Ellug, 2006, p. 13.
  • 3 H. Millot, « ‘L’homme à la dynamite’. Représentation populaire de la violence anarchiste dans que (...)
  • 4 V. Frigerio, op. cit., p. 13.

1L’anarchie de la fin du 19e siècle est souvent résumée aux attentats qui semblent « annoncer non seulement la fin d’un siècle, mais celle d’un monde, si ce n’est la fin du monde »2. Les années 1880-90 se déploient en effet dans une atmosphère de ruine morale, où la corruption parlementaire et le règne de l’argent, confrontés à la misère du peuple, ébranlent les valeurs3. L’action anarchiste cristallisant les frustrations d’une société hantée par la fin d’un siècle où la Révolution n’a cessé de se rejouer, les explosions peuvent être lues comme les manifestations « les plus bruyantes et spectaculaires de tout un débat social et culturel – de l’affrontement de plus en plus virulent entre une société ouverte aux dérives autoritaires, minée par les scandales, et des réformateurs radicaux qui rejettent en bloc tout ce que l’État représente »4.

  • 5 A. Nataf, op. cit., p. 110.
  • 6 Lois des 12 et 18 décembre 1893, loi du 28 juillet 1894.

2Dans le désert idéologique qui a suivi à gauche la répression de la Commune, les anarchistes entretiennent la flamme révolutionnaire, qu’ils transmettront ensuite au mouvement ouvrier5. Le sentiment d’abandon suscité par cette répression, doublé du sentiment de trahison lié au silence de la République sur la question sociale, expliquent comment la violence et le terrorisme sont devenus des composantes de l’anarchie ; mais la question se pose alors de savoir si et comment l’action peut prendre le relai des idées sans trahir les principes. C’est tout l’enjeu de la propagande par le fait, qui divise les anarchistes entre légalistes et illégalistes, autour des notions de droit et de justice. La réponse politique aux attentats, autour du vote de lois qualifiées de scélérates6 par l’opposition socialiste, refait l’unité des anarchistes – qui sont aussi unis par la loi dans des associations de malfaiteurs ; cette législation d’exception, suspectée d’instrumentaliser le péril anarchiste à des fins politiques, suscite aussi des débats hors du mouvement anarchiste. Conséquence de la répression autant que de ses limites propres, la propagande par le fait marque le pas au tournant du siècle ; les campagnes abolitionnistes et abstentionnistes mobilisent toutefois les anarchistes jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale.

  • 7 J. C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, éd. Am (...)
  • 8 M. Angenot, L’Histoire des idées, P.U. Liège, 2014, p. 60-61.
  • 9 R. Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française. Un siècle de presse anarch (...)
  • 10 J.-P. Machelon, La République contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques de 17 (...)
  • 11 Nous avons refusé d’établir une comparaison des lois scélérates avec la législation antiterrorist (...)

3Cette analyse des débats provoqués par la propagande par le fait éclairera le discours anarchiste qui se déploie dans les marges de la modernité en cours ; selon la belle expression de James C. Scott, ce discours subalterne se développe en effet dans les interstices de la pensée dominante, où il véhicule un désir de renverser l’ordre social7. Les auteurs mobilisés sont relativement secondaires, inconnus de qui ne s’intéresse pas au courant anarchiste. Ce relatif anonymat ne diminue en rien la portée de l’analyse, puisque l’histoire des idées politiques n’est pas qu’une histoire de noms propres : en ce qu’ils « reproduisent le ‘code’ d’un discours, d’un milieu et d’une époque »8, les auteurs secondaires attestent de la force de diffusion des idées sur un sujet donné. La presse anarchiste nous servira de support, en rappelant qu’elle offre autant un relai d’information que des lieux de sociabilité pour des compagnons qui refusent le modèle du parti. La traque de la propagande anarchiste ne semble pas en avoir durablement atteint la vitalité9 : L’anarchie (1905-1914) diffuse (après coup) la position des illégalistes ; Le Père Peinard (1889-1902) d’Émile Pouget tente l’équilibre, et Les Temps Nouveaux (1895-1914) de Jean Grave s’y oppose. Ce dernier titre ayant eu la durée de vie la plus longue, nous permettra de suivre le débat jusqu’à la veille de la Première guerre mondiale. Pour tous les auteurs de ces journaux, la propagande par le fait interroge les valeurs d’une République qui a reconnu certaines libertés10, qu’elle n’hésite pas à trahir dans sa réponse aux attentats anarchistes, dont elle fait une lecture éminemment politique11.

La propagande par le fait : trahison des principes ?

  • 12 Article du Révolté, cité par A. Nataf, op. cit., p. 76.

4L’anarchie est d’abord un discours, que Bakounine et Kropotkine associent ensuite à la pratique révolutionnaire. L’assertion de Kropotkine en 1880 (« l’anarchie c’est la révolte permanente, par la parole, par l’écrit, par le poignard, le fusil, la dynamite (…) Tout est bon pour nous qui n’est pas la légalité »12) devait pourtant dépasser les intentions de l’auteur, et placer les anarchistes face à un débat puissant : comment proposer un nouveau type d’action révolutionnaire, hors du cadre partisan ? La discussion sur les modalités de l’action révolutionnaire est d’autant plus vive à gauche, que certains proposent d’abandonner le fusil pour le bulletin de vote ; les anarchistes dénoncent une trahison de l’idée révolutionnaire, et théorisent leur refus du parti comme un principe antiautoritaire.

  • 13 V. Bouhey, Les anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la Tr (...)
  • 14 Ibid., p. 138.

5L’union du mouvement (le terme est encore l’objet de discussions) contre le socialisme autoritaire ne doit pourtant pas faire illusion. Certains anarchistes éprouvent en effet un sentiment de frustration face à l’impuissance de la propagande par l’idée, à laquelle ils opposent les vertus mobilisatrices de la propagande par le fait. Telle qu’elle est arrêtée au congrès de Vevey le 12 septembre 188013, la propagation de l’idée révolutionnaire doit se faire en actes, par tous les moyens y compris terroristes. Sortir du terrain légal et porter l’action sur le terrain de l’illégalité est la seule voie menant à la révolution. Le concept de propagande par le fait est adopté le 14 juillet 1881 au congrès international de Londres14 : elle est illégale (insurrectionnelle), désintéressée (au service de la cause révolutionnaire, seule juste cause) et elle doit matérialiser les théories anarchistes (pédagogique, la propagande par le fait doit faire modèle en faisant sens). Mais si elle se focalise au départ sur le vol, le mouvement se crispe bientôt sur la question de l’assassinat politique. La radicalité du geste suscite un débat sur l’adéquation de la propagande par le fait avec les principes de l’anarchie.

La propriété c’est le vol

  • 15 Id., « Le discours sur le vol dans la presse anarchiste française de 1880 à 1914 », F. Chauvaud, (...)

6Évaluant la place du vol dans la presse anarchiste fin de siècle, Vivian Bouhey pointe une dénonciation quasi unanime de la trahison des principes15. Le débat sur la propagande par le fait révèle au contraire la tension entre les tenants d’une approche sociale (l’action collective des masses) et les individualistes partisans de l’autonomie, qui refusent toute limitation à la liberté et à l’initiative individuelles : pour les premiers, les attentats individuels sont une trahison à la cause ; les seconds les accuseront en retour de trahison aux principes antiautoritaires quand ceux-ci inciteront les militants à intégrer les syndicats.

  • 16 La Révolte, 20 août 1888, n°47 ; le prédécesseur de ce journal, Le Révolté, développait la même t (...)
  • 17 Achevée en 1934, l’Encyclopédie anarchiste (désormais E.A.) fait la synthèse de tous les courants (...)
  • 18 E.A., V° « Légalité », L. Barbedette. Le législateur dote les lois d’une image naturelle pour en (...)
  • 19 E.A., V° « Légalité », Larnaque.
  • 20 E.A., V° « Illégalisme », M. Pierrot : « quant à faire du vol (illégal) un système, ce serait rec (...)
  • 21 Ibid., E. Armand.
  • 22 Ibid., S. Mac Say.

7La propagande par le fait interroge en fait l’opposition entre légalité et légitimité de l’action révolutionnaire, ou est-ce que la fin justifie tous les moyens ? Le Père Peinard ne conteste pas l’illégalisme en soi, mais la Révolte défend la moralité de l’action révolutionnaire16 contre le danger que des voies de fait font peser sur la cause anarchiste. Le Libertaire tente une voie médiane, que l’on retrouve dans l’Encyclopédie anarchiste de Sébastien Faure, des années plus tard17. L’entrée légalité reprend le topos anarchiste du caractère artificiel et arbitraire des lois18, vecteurs de l’autorité de l’État. « Avec les lois ‘multipliées, injustes, inutiles, obscures’, nous répudions la légalité ‘pénible, inique, tracassière et incertaine’ qui lui fait cortège (…) Nous constatons que, sous le prétexte de canaliser ‘harmonieusement’ la vie sociale, la légalité nous étouffe ; plus encore, comme disait Viennet, que ‘la légalité nous tue !’ »19. L’entrée illégalisme prouve que le débat divise encore. Pierrot dénonce l’inutilité révolutionnaire de l’illégalisme20, dont Armand reconnaît les aléas (« il faut un tempérament exceptionnel pour que l’illégalisme ne se laisse pas entraîner et finisse par être réduit au rang de déchet social ») ; il n’en reste pourtant pas moins que « tout anarchiste, adapté ou non, est un illégal, parce qu’il nie la loi. Il est illégal et délinquant toutes les fois qu’il émet et propage des opinions contraires aux lois du milieu humain où il évolue »21. Pour Lapeyre, plus qu’illégaux, les anarchiste sont a-légaux : négateurs de l’autorité et des lois, « ils tendent vers leur destruction et s’ingénient en attendant l’an-archie, à échapper à leurs contraintes ». Les principes se heurtent toutefois à la réalité : les anarchistes aspirent à « la disparition progressive ou simultanée de tous les articles du Code des Lois » mais dans l’attente de la révolution la plupart d’entre eux s’adapte au fait social. Si l’illégaliste ne pose pas ses actes comme révolutionnaires (conscient qu’une escroquerie ou un vol ne modifient pas l’asservissement économique des masses), son action n’en participe pas moins du désordre nécessaire à l’avènement de la révolution. L’illégalisme place les anarchistes face à une difficulté théorique (adéquation des fins individuelles et des fins sociales) autant que devant un problème tactique : l’acte individualiste ne peut prétendre qu’à une résolution « limitée, étroitement particulière, de la ‘question sociale’ »22.

  • 23 Ibid., V° « Vol », docteur Legrain.
  • 24 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 147. Voir Gazette des Tribunaux, 12 janvier 1887, n°185 (...)
  • 25 Affiche Mort aux Voleurs ! du groupe de propagande anarchiste, s.d. ; Archives Nationales (désorm (...)
  • 26 Ibid.
  • 27 Affiche Vive le vol !!! Manifeste adressé à tous les souffreteux du monde entier, s.d. (une note (...)
  • 28 Affiche Mort aux Voleurs – en bas de l’affiche, cette signature Mort aux Voleurs. Vive l’anarchie (...)

8Mais comment distinguer le révolutionnaire du délinquant de droit commun ? Écho au mot d’ordre de Proudhon, la propriété c’est le vol, les attaques à la propriété relèvent de la propagande par le fait si, en terrorisant le bourgeois, elles soutiennent la pédagogie anarchiste. Les auteurs repensent alors la définition du vol autour des rapports voleur/volé, le justifiant par la « rupture d’équilibre entre les besoins normaux de l’un et de l’autre. D’où nécessité de considérer, dans l’application, les excès des deux facteurs, du voleur et du volé. La marge est énorme (…) tout dommage causé, sciemment ou non, vaut réparation. Mais, là encore, intervient la balance, et la réparation s’inspirera tout autant des possibilités matérielles du coupable que des responsabilités du milieu »23. À la fin des années 1880, Duval et Pini (voleurs-anarchistes … anarchistes-voleurs) qualifiaient leurs actes de reprise individuelle, justifiée par le droit à la restitution contre les exploiteurs du travail ouvrier24. Dans les années 1890, on justifie le vol en déplaçant l’incrimination de ceux qui sont « entraînés à demander au crime ce que la Loi refuse à leurs besoins inassouvis », vers la « Société inique, démoralisatrice et homicide, dont ils sont les premières victimes »25. Contre les vrais voleurs, ceux qui vivent du travail des autres, l’avertissement est sans équivoque : « la conscience populaire les a jugés depuis longtemps, il n’y a plus qu’à les punir. Et ce ne sera pas seulement alors de la justice, ce ne seront pas seulement des représailles méritées, ce sera encore et surtout de la légitime défense »26. Invoquant l’expropriation, d’autres justifient un retour des biens à ceux qui les ont produits ; ailleurs il est question du droit de guerre comme d’une arme contre la bourgeoisie. Le vocabulaire utilisé inverse l’illégalité des actes, dans une critique de la société bourgeoise27 ; après le scandale de Panama, la démonstration est faite de l’injustice d’une société fondée « sur le vol légalisé, ceux qui vivent sans travailler utilement et qui gouvernent les producteurs, sont les vrais voleurs »28. Contre l’exploitation économique, le vol est non seulement un droit, mais un devoir au service de la cause anarchiste.

  • 29 J. Grave, L’anarchie, son but, ses moyens, Stock, 1899, chap. IX (l’anarchie et la violence).
  • 30 A. Girard, Les Temps Nouveaux, 6 janvier 1912, n°36.
  • 31 Simplice, Les Temps Nouveaux, 22 février 1913, n°43 (« Action et illégalisme »).
  • 32 J. Grave, Les Temps Nouveaux, 8 mars 1913, n°45 (« La fin d’une équivoque »). Comp. Victor Méric, (...)
  • 33 J. Grave, L’anarchie..., op. cit., chap. XII (le vol et la reprise de possession) : « pour que l’ (...)
  • 34 Affiche Mort aux Voleurs. Vive l’anarchie (l’autonomie individuelle) ; A.N., F/7/12518.
  • 35 V. Bouhey considère que le mouvement se ferme sur lui-même, il ne s’agit plus tant de rallier à l (...)

9Jean Grave admet que « la violence est autoritaire quand on l’emploie à forcer les gens à faire ce qui leur répugne. Mais si je l’emploie à me débarrasser des entraves que l’on veut me mettre, il me semble que je fais là acte de liberté par excellence »29 ; l’anarchie ne repousse donc pas la violence, mais elle n’en fait pas un système. Car comment l’illégalisme aurait-il « la miraculeuse vertu de muer l’odieux (le vol bourgeois) en chose louable (le vol anarchiste) » ; comment l’anarchiste peut-il se fondre dans les pratiques de la bourgeoisie « sans cesser aussitôt d’être ce qu’il prétend ? »30. La propagande par le fait menace de trahir l’idéal anarchiste. « Que serait l’action qui ne serait pas accomplie pour réaliser l’idéal ou tout au moins pour s’acheminer vers lui ? À quoi servirait-elle ? »31. Lors du procès des Bandits tragiques, Grave dénoncera les postures antisociales de Bonnot, dont les voies de fait traitent tous les hommes, même les exploités, comme des ennemis32. Mais quand leurs adversaires (relayés par les procureurs) établissent un lien de nécessité entre les idées anarchistes et ces actions, la réponse est plus compliquée. Grave admet avoir un temps été séduit par l’idée du vol comme début de l’expropriation générale, mais il s’avoue gêné par les moyens utilisés. Le vol n’ayant jamais eu de portée révolutionnaire, est opposé à l’anarchie et nuit à son développement dans les masses ; ces arguments sont théoriques, et les conditions mises au vol révolutionnaire semblent peu contraignantes33. Mais la vraie difficulté réside surtout dans le passage de certains du vol au meurtre. Contre les sanctions pénales, certains opposent en effet aux bourgeois « leur sinistre devise MORT AUX VOLEURS, attaquez-les sans relâche, et par tous les moyens, depuis le poignard de l’ombre jusqu’à la dynamite en plein jour »34. S’il s’agissait d’éduquer le peuple en effrayant le bourgeois, un basculement s’opère avec les attentats, au début des années 189035.

Éduquer ou terroriser ?

  • 36 H. Millot, « ‘L’homme à la dynamite’… », op. cit., p. 127. Comp. J. Merriman, Dynamite club. L’in (...)

10En cette fin de siècle fascinée par la violence, une psychose collective saisit la société à mesure que « la dynamite devient une signature idéologique »36 de l’anarchiste. Cette violence étant justifiée par des motivations sociales et politiques, une typologie des attentats se dessine au fil des affaires, qui leur assigne des objectifs variables : atteindre des symboles du pouvoir et de la domination, procéder à des actes de vengeance ciblée, et la violence terroriste aveugle.

  • 37 E.A., V° « Attentat », Sébastien Faure.
  • 38 Comp. E.A., Max Nettlau, V° « Attentat » : « c’est un moyen, mais ce n’est pas le moyen. Ce n’est (...)

11Sébastien Faure définit l’attentat comme une sorte d’insurrection « à main armée, contre l’ordre de choses établi, contre le régime social ou contre les personnes représentant celui-ci » ; il déduit de l’arsenal répressif qui enserre ce crime politique (qu’il compare à la lèse-majesté), une preuve de la finalité de toute législation : « la Loi, faite par les dirigeants et pour eux, n’a rien de commun avec la Justice et que, loin d’être l’expression codifiée de ce qui est équitable, elle en est la négation la plus impudente qu’on puisse imaginer »37. La répression manifeste la domination des gouvernants. Or la vraie signification de l’attentat, sociale plus que politique, est une critique des régimes basés « sur la Propriété, le Gouvernement, la Loi écrite et la Morale officielle (dont l’histoire) n’a été qu’un attentat permanent dirigé par les Gouvernants et les Riches, étroitement et indissolublement complices, contre la liberté, le bien-être, la vie et le bonheur désirable et possible des classes déshéritées ». Mais si l’attentat relève ainsi d’une sorte de légitime défense des opprimés, quid de sa dimension révolutionnaire ? S’il partage les causes et poursuit la même fin que la révolution, Faure admet qu’il fournit aux autorités le prétexte d’une répression tellement violente que « ces attentats indisposent l’opinion publique et l’éloignent de la doctrine dont se réclament les ‘propagandistes pour le fait’ ». La critique du moyen n’emporte toutefois pas condamnation du principe38, la révolution étant elle-même l’» Attentat collectif et décisif » qui abattra non pas un fragment de l’édifice social, mais le monument tout entier.

  • 39 R. Dumas, Ravachol. L’homme rouge de l’anarchie, Le Hénaff, 1981 ; spécialement « Ravachol devant (...)
  • 40 Me Georges Laguerre (1858-1912) est de tous les procès de la période ; il deviendra ensuite déput (...)
  • 41 R. Dumas, Ravachol…, op. cit., p. 117.
  • 42 H. Millot, « Ravachol… », op. cit., p. 190.
  • 43 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. IX (l’anarchie et la violence).
  • 44 A. Nataf, op. cit., chap. 7 (naissance du « parti » anarchiste).
  • 45 Affiche Vive le vol !!! : « Tout voleur de demain, en devenant un régénérateur, deviendra par con (...)

12De ce lien entre criminalité de droit commun et propagande anarchiste, la figure la plus emblématique est celle de Ravachol39. Lors du procès d’assises du printemps 1892, Me Laguerre40 dissocie les actes de son client : « messieurs les jurés, vous n’avez pas le droit de traiter comme un assassin un soldat de l’idée qui s’imagine mener le bon combat… Cette peine de mort que l’on vous réclame, laissez à d’autres le soin de la prononcer. Là-bas (ie à Montbrison où Ravachol sera jugé pour ses crimes crapuleux), ce sera le droit commun. Ici, c’est tout autre chose. Faites une différence entre le malfaiteur et l’égaré »41 ; Ravachol échappera ici à la peine de mort, au grand dam d’une partie de la presse, dont Hélène Millot rappelle l’ambiguïté des rapports avec l’anarchie : elle a forgé le mythe populaire de Ravachol en jouant sur un système de représentations partagé à l’époque entre le lectorat populaire et une élite intellectuelle42. Dans les rangs anarchistes, certains ne redoutent d’ailleurs pas l’amalgame, le terrorisme ayant la vertu de rendre visible l’existence des laissés-pour-compte de la société industrielle43. Pour d’autres, le terrorisme illustre la vitalité de l’esprit révolutionnaire, un temps laissé pour mort par la répression anti-communarde44. Pour tous, la collusion avec la violence de droit commun est une nécessité temporaire, avant que la régénération de la société ramène les choses à l’équilibre45.

  • 46 Quant on jugeait les anarchistes. Chroniques judiciaires d’A. Bataille, La Louve éd., 2015, p. 23 (...)
  • 47 Ibid., p. 315.
  • 48 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XIII (agir et discuter).
  • 49 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 239.
  • 50 A. Nataf, op. cit., p. 78.

13Le 11 janvier 1894, Vaillant se défend d’en avoir voulu personnellement aux députés vers lesquels il a lancé sa bombe : c’est l’institution qui était visée, responsable de la misère sociale et qui vit à ses crochets46. En avril 1894 Henry, poursuivi pour l’attentat de l’Hôtel Terminus, s’interroge sur le fait de tuer des innocents : la bourgeoisie vivant tout entière de l’exploitation des malheureux, « devons-nous nous attaquer seulement aux députés qui font les lois contre nous, aux magistrats qui appliquent ces lois, aux policiers qui nous arrêtent ? Je ne le pense pas. Tous ces hommes ne sont que des instruments, n’agissent pas en leur propre nom, leurs fonctions ont été instituées par la bourgeoisie, pour sa défense ; ils ne sont pas plus coupables que les autres »47. L’opposition légitimité/légalité étant ainsi rapportée au fondement d’une violence aveugle, Jean Grave revient sur la tension entre action et théorie, en rappelant que les actes révolutionnaires doivent être guidés par des principes. S’il mesure ce que l’idéal anarchiste peut avoir d’absolu au regard des conditions de la vie sociale, l’anarchiste doit « tenir compte des relativités que nous créé le fait de vivre dans un état social qui n’est pas le nôtre » … à charge pour lui de déterminer jusqu’où ses actes sont une manifestation de l’idéal anarchiste « et quand ils deviennent un renoncement et une lâcheté »48. Ces considérations illustrent le malaise suscité par la propagande par le fait : elle éloigne de l’anarchie les masses angoissées par les journaux (qui y voient un dérivatif à des scandales politiques autrement gênants), en même temps qu’elle l’isole du socialisme, pour qui les auteurs d’attentats sont les agents de la réaction, instruments du complot bourgeois qui détourne les masses des mouvements révolutionnaires49 (les marxistes dénoncent une guerre des personnes qui n’a rien à voir avec la lutte des classes50). Non contents de trahir la cause anarchiste, les terroristes seraient les idiots utiles d’un pouvoir qui instrumentalise les attentats pour réduire les libertés.

Réagir aux attentats, combattre les anarchistes : les « lois scélérates »

  • 51 La répression donne un temps le sentiment de renforcer l’anarchie, tout condamné étant vengé. Ex. (...)

14L’ampleur de la déstabilisation provoquée par les attentats supposant une concertation minimum, Vincent Bouhey soutient l’idée d’une organisation souterraine du mouvement entre 1880 et 1914. Cette analyse est contestée par les tenants de l’individualisme, mais il n’en reste pas moins que le gouvernement se croyant (feignant de croire) face à une conspiration internationale, s’engage avec les anarchistes dans une dynamique répression – représailles – répression51. Si l’opposition dénonce l’instrumentalisation politique des attentats, les mesures adoptées remettent en cause certains principes républicains.

L’arsenal législatif et la pression sur les anarchistes

  • 52 Des documents sont saisis par les receveurs des postes en vertu de la loi de 1881 : ex. A.N., F/7 (...)

15Après la Commune, la loi du 14 mars 1872 avait criminalisé les organisations promouvant la grève, l’abolition de la propriété privée, de la famille ou de la religion ; l’Association Internationale des Travailleurs était visée comme la source de toutes les agitations ouvrières (la loi créait le délit d’acte d’affiliation à l’AIT). L’article 14 de la loi du 28 juillet 1881 permettait en outre d’interdire la circulation, la distribution ou la mise en vente de journaux ou écrits par décision du ministre de l’Intérieur ; il pouvait aussi être procédé à la saisie administrative des exemplaires et reproductions des journaux et écrits interdits52. Les articles 265 à 267 du Code pénal fondaient enfin les premières poursuites visant les anarchistes, sur le motif d’associations de malfaiteurs.

  • 53 L. Gallet, Machinations et artifices. Antoine Cyvoct et l’attentat de Bellecour (Lyon, 1882), Ate (...)
  • 54 La peine sera commuée en travaux forcés à perpétuité (peine commuée en quinze années de travaux f (...)
  • 55 Loi du 2 avril 1892. Article unique modifiant les art. 435 et 436 du Code pénal.
  • 56 JO, Débats parlementaires, 22 mai 1892, p. 596. Lavy suspecte aussi une manœuvre politique visant (...)

16Les procès témoignent de la rigueur avec laquelle cet arsenal les atteignait. Ainsi lors du procès de Cyvoct en décembre 1883, après l’attentat de L’Assommoir à Lyon53. L’absence de preuves de sa présence à Lyon le 22 octobre 1882 n’empêche pas sa condamnation à mort, sur le chef de provocation à l’assassinat (il est responsable d’avoir « par machinations ou artifices coupables, provoqué à ce meurtre, ou d’avoir donné des instructions pour le commettre »54). Au début des années 1890, la pression policière s’accroît sur la secte anarchiste. Sur la base de la loi du 2 avril 1892 modifiant les articles 435 et 436 du Code pénal (destructions et menaces de destructions par mines ou explosifs), perquisitions et arrestations s’enchaînent55. L’ampleur des arrestations du 22 avril 1892, sur le motif d’association de malfaiteurs, suscite l’interpellation du gouvernement par le socialiste Lavy ; il dénonce l’illégalité de mesures qui atteignent des théoriciens étrangers aux vols et attentats56. Faisant fi de la présomption d’innocence la réponse de Loubet, Président du Conseil et ministre de l’Intérieur, récuse la distinction théorie – pratique : « où finit le théoricien, où commence le praticien. Lorsque le crime est commis, j’ai devant moi un praticien, mais avant ce crime, c’était le théoricien, c’était le philosophe (…) émettant des idées et poursuivant sa propagande par la parole ou par des écrits, par des discours, des journaux, des livres. Mais de cette propagande au fait lui-même, il n’y a pas loin ». L’explication peine à convaincre, et les mesures (préventives et répressives) renforcent l’impression d’injustice, provoquant une accentuation des attentats au titre de représailles.

  • 57 A. Bataille, op. cit., p. 250.

17La « marmite » de Vaillant le 9 décembre 1893 intensifie tellement la répression que les lois semblent le fruit d’une exploitation politique opportune, qui maltraite les principes du droit pénal (présomption d’innocence et principe de proportionnalité des peines). Afin d’exclure la propagande anarchiste du champ d’application du droit de la presse (relativement libéral), la loi du 12 décembre 1893 modifie la loi du 29 juillet 1881 en ses articles 24, 25 et 49 (création du délit d’apologie de faits qualifiés de crimes, pour frapper les provocations directes et indirectes ; aggravation des peines en cas de provocation non suivie d’effet ; suppression de certaines restrictions de la loi de 1881, en matière de saisies et d’arrestations préventives) ; celle du 18 décembre 1893 modifie l’article 265 du Code pénal (associations de malfaiteurs) afin de poursuivre toute forme d’entente, établie dans le but de préparer ou commettre des attentats contre les personnes et les propriétés (et ce même en l’absence de mise à exécution) ; après l’attentat de Caserio contre le Président Carnot, la loi du 28 juillet 1894 vise les menées anarchistes en interdisant la propagande anarchiste ou antimilitariste, quelle qu’en soit la forme : à la propagande publique et aux délits de presse, le législateur ajoute la propagande privée ; la loi modifie aussi les règles de compétence posées par la loi sur la presse (substitution du tribunal de police correctionnelle à la cour d’assises). Autour de la notion d’entente, ces lois construisent un ennemi, qu’elles identifient au-dessus de chacun des auteurs considéré isolément ; avec la notion d’apologie, elles entretiennent aussi la confusion entre la propagande par les idées et la propagande par le fait. Lors du procès Vaillant, le procureur général Bertrand observe ainsi que si le prévenu n’a aucun complice « au sens légal du mot », il a des « complices moraux »57. L’adoption exceptionnellement rapide de ces lois, leurs ambiguïtés, et leur mise en œuvre suscitent des réactions contrastées.

  • 58 Les détenteurs de correspondance ou de documents anarchistes sont déférés au Parquet (article 10 (...)
  • 59 Ex. Le Peuple, Lyon, 21 février 1894, qui fait état de 46 perquisitions et 11 arrestations ; A.N. (...)
  • 60 JO, Débats parlementaires, 27 janvier 1894, p. 105-114.
  • 61 Ibid., p. 107.
  • 62 Ibid., p. 108.
  • 63 Ibid.
  • 64 Ibid., p. 111.

18Si les instructions adressées aux préfets prouvent l’intensité de la surveillance policière (au domicile et au travail)58, les chroniques des perquisitions dans certains journaux attestent d’une traque des anarchistes59. Les perquisitions du 1er janvier 1894 suscitent pourtant une nouvelle interpellation à la Chambre60 ; le député socialiste Clovis Hugues dénonce la confusion des théories et des actes, qui met en cause le respect de la liberté, et constitue une trahison des principes de la République (régime issu « de la double gestation de la violence et de la pensée. Il y a du sang sur toutes les doctrines, même sur celles que vous invoquez contre le sang »61). Le but politique est surtout transparent : par-delà les anarchistes, il s’agit d’atteindre les socialistes et « d’intimider les forces ouvrières, effrayer les volontés syndicales »62. Concernant les provocations par voie de presse (loi du 12 décembre 1893), le député s’interroge sur la légalité de saisies opérées avant la parution des journaux – soit avant que le délit de provocation soit réalisé63. La réponse du ministre de l’Intérieur Raynal joue de l’opposition des principes et du respect de l’ordre public : « les perquisitions ont jeté une salutaire terreur dans le camp des anarchistes. Leur jactance dissimule mal de profondes inquiétudes »64.

  • 65 Ex. à propos du Procès des Trente, voir A. Bataille, op. cit., p. 432.
  • 66 Les chroniques d’Albert Bataille éclairent la scène de ce théâtre, où se côtoient les mêmes acteu (...)
  • 67 Lors du procès de Montbrison, Ravachol s’était fait couper la parole par le président des Assises (...)
  • 68 Ibid., p. 384. Au lieu de cet arsenal législatif, Bataille suggère qu’une « bonne loi sur la vent (...)
  • 69 Ibid., p. 381.
  • 70 Idem.
  • 71 Ibid., p. 440 note.

19Lors des procès, les accusés retournent les accusations de complot en dénonçant les agents provocateurs qui envahissent les réunions et les journaux anarchistes (la Révolution sociale est financée par le préfet de police Louis Andrieux), et la confusion entretenue par les magistrats entre des poursuites visant la propagande par l’idée alors que la loi ne vise que la propagande par le fait65. Mais les procès sont eux-mêmes exploités à fin de propagande, comme des tribunes et des lieux de sociabilité anarchiste66. La diffusion des idées s’organise dans et autour des audiences67, au point que le pouvoir finit par s’en inquiéter : l’article 5 de la loi du 28 juillet 1894 donne au président du Tribunal la faculté d’interdire, sans prononcer le huis-clos, « la reproduction totale ou partielle des débats dans tous les cas ayant un caractère anarchiste ». Au procès des Trente (Cour d’Assises de la Seine, août 1894) le chroniqueur judiciaire Albert Bataille déplore la mesure, puisque « sans l’acte d’accusation, mes lecteurs ne sauraient pas de quoi (les anarchistes) sont accusés. C’est un peu la situation d’un invité qu’on priverait de rôti et qu’on réduirait aux hors d’œuvre »68. Mais ce procès se concentre surtout sur l’entente anarchiste. Bataille, d’ordinaire peu réticent à parler de complot anarchiste, dénonce la fiction légale que ne manquera pas d’exploiter la défense : « association de malfaiteurs ! J’avoue que le mot m’a rendu rêveur. Il y a là des gens qui ne se sont jamais concertés, jamais connus, jamais vus, si ce n’est dans le cabinet du juge d’instruction »69 ; « Pour conspirer ensemble, la première condition est de se connaître. Suffit-il d’avoir obéi à une idée commune, d’avoir isolément prêché, écrit ou volé, pour réaliser ce que Caserio appelait l’idéal anarchiste ? C’est cette théorie qu’il soutiendra sans doute, car autrement la prévention ne tiendrait pas debout. L’accusation n’en reste pas moins artificielle et, en face d’individus dangereux à divers titres, il eut été plus logique, plus équitable d’intenter des procès individuels : chacun, en bonne justice, ne peut répondre que de ce qu’il a fait »70. Incapables de surmonter le décalage entre la loi et les faits, les jurés acquitteront en effet les théoriciens du chef d’association de malfaiteurs ; Bataille se réjouira d’une décision qui a évité le piège de l’amalgame… et qui évitera de faire « renaître les désirs de vengeance »71.

Critiques et réactions 

  • 72 V. Bouhey, Les anarchistes …, op. cit., p. 64-65.
  • 73 Face à la violence d’État, La Révolte abandonne son opposition à la propagande par le fait : c’es (...)
  • 74 Le Père peinard, 24 décembre 1893, n°249, « mince de chasse aux anarchos ! Toujours la trouille c (...)

20Pour Jean Maitron, la presse anarchiste aurait pallié le manque d’organisation de ce qui peut difficilement être qualifié de mouvement ; Vincent Bouhey nuance en soulignant la durée de vie très courte des canards, leurs tirages irréguliers et leur faible diffusion72 … autant de caractères dans lesquels d’autres voient justement la cause de l’impuissance des lois à neutraliser cette presse. On ne résoudra pas la controverse, mais force est de constater que dans le contexte de lutte contre les menées anarchistes, la presse est un rouage de l’anarchie fin de siècle. C’est d’ailleurs dans ses colonnes que les réactions se développent contre la pression policière et une législation qui unit les anarchistes dans des associations de malfaiteurs. On note même un changement d’attitude sur l’illégalisme73. Fin décembre 1893, Le Père peinard joue la provocation et critique l’ardeur soudaine des « bouffe-galette » (députés) à réprimer des attentats auxquels ils n’échappent plus depuis que Vaillant a atteint l’Aquarium (l’Assemblée)74. Le journal décrypte la loi du 12 décembre, pour rassurer les colporteurs et les marchands des journaux anarchistes. Mais la cause première des attentats reste sans réponse, alors que les lois prétendent étouffer la contestation anarchiste : au lieu de traquer les anarchistes, les députés devraient faire la chasse à la misère, « ce serait la plus chouette réponse à faire à la marmitade de l’Aquarium ».

  • 75 Les Temps Nouveaux, 4 mai 1895, n°1, « nouvelle phase de la lutte que nous menons ». Même tonalit (...)
  • 76 Les Temps Nouveaux, 15 juin 1895, n°7, « le fétichisme de la loi ».
  • 77 La loi n’étant que la raison du plus fort, chaque pouvoir ajoute sa pièce à l’édifice répressif : (...)
  • 78 Comp. J. Deglavès, « Nul n’est censé ignorer la loi », Les Temps Nouveaux, 20 juillet 1895, n° 12 (...)
  • 79 Ex. à propos de la condamnation d’Etiévant à la relégation : Les Temps Nouveaux, 1er janvier 1898 (...)
  • 80 Ex. Les Temps Nouveaux, 9 octobre 1897, n°24, « La loi violée » (sur la répression des anarchiste (...)
  • 81 Ex. Les Temps Nouveaux, 24 septembre 1898, n°22.

21Les Temps nouveaux succèdent à la Révolte, dans une nouvelle phase de la lutte contre l’arbitraire des lois et des institutions75 et les persécutions qui prétendent étouffer l’anarchie. Le 15 juin 1895, Jean Grave réagit à un article du Figaro (28 mai) qui dénonçait une loi visant le clergé en opposant les lois justes et les lois injustes, le critère de distinction résidant dans la conscience des citoyens. Grave s’amuse de cette résistance à géométrie variable, rappelant à son collègue son attitude vis-à-vis des anarchistes, « les appels qu’il fit à la répression légale, ses tartines sur la nécessité de faire respecter les lois, et de les appliquer ‘avec fermeté’ à tous ceux dont il s’agissait de se débarrasser »76. Grave se place sur le terrain du légalisme, mais cette posture n’a rien à voir avec celle qu’il opposait aux tenants de la propagande par le fait : « n’est-ce pas le propre des légalistes les plus outrés de gueuler comme des putois lorsque la loi les écorche, de ne jamais la trouver assez féroce lorsqu’il s’agit de réduire des ennemis ? ». Reprenant le topos anarchiste du caractère relatif de la loi, fruit de majorités instables77, Grave trouve pratiquement logique que ses auteurs ne souffrent pas qu’on la discute : la loi majoritaire étant présumée la volonté générale, la moindre discussion en serait la ruine. Et l’arsenal des sanctions qui l’accompagne prouve « que la loi n’est que la raison du plus fort »78. Cet hebdomadaire entretiendra régulièrement l’attention de ses lecteurs sur la répression des anarchistes, aussi bien en France79 qu’à l’étranger80. À rebours des journaux qui cultivent la peur des anarchistes, les choses seront même mises en perspectives dans une confrontation, sur deux colonnes, des attentats commis sur les souverains et de ceux commis sur les peuples : aux quatre morts (l’impératrice Élisabeth d’Autriche a été tuée quelques jours plus tôt à Genève) et une douzaine de blessés par attentats, le décompte des guerres, des répressions et de « l’avidité des capitalistes au cours de ce demi-siècle » débouche sur un total d’environ trois millions de morts81.

  • 82 La Dépêche, « Piège grossier », 25 décembre 1893.
  • 83 Une intervention de Léon Bourgeois limite l’application de l’article 1 aux seuls actes de propaga (...)
  • 84 JO, Débats parlementaires, 23 juillet 1894, p.1497 et s.
  • 85 Ibid. : « Je dis qu’on ne peut pas défendre la République contre l’aristocratie des puissances fi (...)

22Les journaux anarchistes ne sont pas seuls à réagir. La confusion entre les attentats et la propagande socialiste incite Jean Jaurès à dénoncer le discrédit jeté sur la critique sociale, justifiée pourtant par la corruption et les scandales politiques ; il prend toutefois soin de se démarquer des méthodes anarchistes (« nous n’attaquons pas les hommes ; nous attaquons les institutions »82). En juillet 1894 après l’adoption de la loi contre les menées anarchistes83, il dénonce encore la corruption, seule inspiratrice de la propagande par le fait, dont il réévalue la portée : « Le vol, le meurtre, l’incendie sont de très vilains gestes, mais ce ne sont que des gestes ; le principe de ces actes criminels est ailleurs, il est dans la pensée elle-même, il est dans la conscience elle-même »84 ; il suggère donc à la chambre d’ajouter un article à la loi : « Seront considérés comme ayant provoqué aux actes de propagande anarchiste tous les hommes publics, ministres, sénateurs, députés, qui auront trafiqué de leur mandat, touché des pots-de-vin et participé à des affaires financières véreuses, soit en figurant dans les conseils d’administration de sociétés condamnées en justice, soit en prônant lesdites affaires, par la presse ou par la parole, devant une ou plusieurs personnes ». S’en suit un discours où il n’est question que de l’effacement de la politique des principes derrière la politique des affaires, et de l’intransigeance des « panamistes impitoyables »85.

  • 86 Les lois scélérates de 1893-1894, par Francis de Pressensé, un juriste et Émile Pouget, Paris, éd (...)
  • 87 Les lois scélérates de 1893-1894…, op. cit., p. 10.
  • 88 Ibid., p. 3.

23Pendant l’affaire Dreyfus, la Revue Blanche publie un recueil de trois articles signés d’un juriste (Léon Blum, auditeur au Conseil d’État, dont l’anonymat sera levé dans la table du 15 avril 1900), de l’anarchiste Émile Pouget et de Francis de Pressensé de la Ligue des droits de l’homme86. Mobilisée autour de la défense de la liberté de pensée et d’expression, la revue dénonce un gouvernement républicain oublieux de ses origines. Prévenant de la déception de qui « veut savoir comment nos ministres gouvernent et comment nos législateurs font les lois »87, le juriste et Francis de Pressensé rappellent la précipitation inouïe, dans l’urgence (invoquée) du moment, qui a présidé à l’adoption de mesures « qui ne sont rien moins que la violation de tous les principes de notre droit »88. Pouget en dénonce l’application, à travers un décompte des tourments infligés aux anarchistes par la police et la justice. Pour tous un constat s’impose : ces lois ne sont pas faites contre une catégorie de délits ou de crimes, mais contre des personnes dont on veut atteindre les opinions.

  • 89 Ex. Fabreguette, De la complicité intellectuelle et les délits d’opinion ; id., De la provocation (...)
  • 90 R. Garraud, L’anarchie et la répression, Paris, Larose, 1895, p. 1.
  • 91 Ibid., p. 5.
  • 92 Ibid., p. 38 : « on ne conspire plus, en effet, pour renverser l’ordre social, comme on conspirai (...)
  • 93 Ibid., p. 87 : « ce n’est donc pas la simple révélation d’un ‘état d’âme anarchiste’ qui est incr (...)

24Les lois scélérates provoquent aussi un important mouvement éditorial chez les juristes89, dont nous retiendrons deux illustrations. Après avoir dissocié l’anarchie du socialisme90, et souligné le caractère individualiste de cette criminalité inédite, René Garraud estime que dans la définition du crime anarchiste, les moyens importent plus que le but (la destruction de l’État et de la société) ; distinguant les doctrines des actes, qui sont seuls poursuivis91, le professeur exclut toutefois la propagande par le fait de la criminalité politique. Si ce mal moral doit se combattre tant par des moyens préventifs que répressifs, l’essentiel de l’étude porte sur la répression, de la loi du 2 avril 1892 à celle du 28 juillet 1894. Garraud justifie en particulier la loi du 18 décembre 1893 sur les associations de malfaiteurs : le caractère fuyant de l’organisation anarchiste échappant aux caractères constitutifs des associations de malfaiteurs antérieurement définies par la loi, imposait une modification des articles 265 à 267 du Code pénal. Il en pointe néanmoins l’échec pratique, les jurés refusant de croire à des associations entre des gens qui ne se sont jamais vus ; le compagnonnage anarchiste n’étant ni une association ni un complot, le législateur n’aurait pas dû lui appliquer les vieilles formes de la conspiration92. Concernant la provocation à l’apologie de crime anarchiste, la loi du 28 juillet 1894 la distingue de l’expression d’une simple opinion, quand bien même celle-ci serait dangereuse : l’anarchie n’étant pas un délit en soi, les menées réprimée par la loi ne concernent pas la propagande par l’idée93.

  • 94 Documents d’études sociales sur l’anarchie, Lyon, Storck, 1897.
  • 95 Ibid., p. 9, note 1 : l’anarchie n’est « qu’un manteau fait pour couvrir les haillons de tous les (...)
  • 96 Ibid., p. 19 : « c’est dans cet enseignement religieux et mystique qu’ils ont puisé l’idée de fai (...)
  • 97 Ibid., p. 65, « Les hommes et les théories de l’anarchie » (Archives d’anthropologie criminelle, (...)
  • 98 Ibid., p. 113, « Le crime anarchiste » (Revue des revues, 1894).
  • 99 Ibid., « L’anarchie et ses héros » (Revue des revues, 15 février 1894).
  • 100 Ibid, p. 140 : « de même qu’on ne peut pas, pendant sa vie, porter de jugement définitif sur un g (...)
  • 101 Ibid., p. 139.
  • 102 Ibid., « L’anarchisme et le combat contre l’anarchisme au point de vue de l’anthropologie crimine (...)

25Les Documents d’études sociales sur l’anarchie regroupent des textes d’Alexandre Bérard, Cesare Lombroso et Gérard-Anton van Hamel94. Pour Bérard, député radical de l’Ain, les anarchistes sont des criminels de droit commun95, orgueilleux, régicides, sentimentaux, poètes mystiques et religieux (ils sont le produit de l’enseignement religieux nourri par la haine de la démocratie96). Manifestement influencé par les théories de l’école italienne, il assigne à l’anarchiste « tous les caractères physiques de l’être disgracié par la nature, de l’être primitif égaré au milieu de la civilisation moderne ; pour la plupart, ils reproduisent assez exactement le type tracé par l’école anthropologiste du criminel-né : difformes, le front fuyant, les mains efféminées, ils semblaient, aux yeux de tous, aussi mal équilibrés de corps que d’esprit »97. Dans sa perspective individualiste, Bérard récuse autant l’idée d’une armée (organisation) anarchiste, que celle de complot qu’il trouve au fondement des lois scélérates98 – position qui lui permet encore de récuser l’idée de crime politique, et de cantonner les actes anarchistes au droit commun. Lombroso voit quant à lui dans l’anarchie le symptôme des maux d’un pays99 ; il sépare les théoriciens des criminels, qui sont rangés tantôt dans la catégorie des criminels-nés tantôt dans celle des hystériques. Attentif à la finalité révolutionnaire des actes incriminés100, le professeur italien conteste le recours systématique à la peine de mort, au motif que ce châtiment n’arrêtera ni les fanatiques ni les névropathes, dont il risque même d’enflammer les imaginations ; « Une mesure plus radicale, surtout en France, serait de les couvrir de ridicule. Les martyrs sont vénérés, jamais les fous »101. Van Hamel constate aussi les difficultés que pose l’anarchie, dont il estime impossible «  au point de vue du droit moderne, (de) lui interdire d’être formulée et prêchée comme toutes les autres théories, quelles qu’elles soient »102. Si la réponse politique réside dans les réformes sociales, la criminalité anarchiste appelle des mesures (préventives et répressives) fondées sur le droit de défense sociale (lequel appréhende le criminel à la fois dans ses intentions et dans le caractère antisocial de son acte). Van Hamel justifie la répression des incitations, directes ou indirectes, à la réalisation de crimes anarchistes ; certes l’incitation simple se distingue mal de l’apologie, mais les menaces qui pèsent sur la liberté des opinions ne l’empêchent pas d’affirmer que dès lors qu’il y a incitation à des actes criminels, on n’est pas face à un délit d’opinion mais face à de l’apologie. Il conclut en justifiant la peine de mort pour les auteurs d’attentats contre les personnes (pour le reste, les attentats contre les biens, on se contentera de peines privatives de liberté).

  • 103 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XI (Les responsabilités).

26Revenant sur la cause première des attentats, Jean Grave impute la violence anarchiste au refus de la bourgeoisie d’endiguer la misère sociale et de sa prétention à faire taire toute opposition : « n’osant violer trop ouvertement les libertés de parole, de conscience et d’opinion, dont elle se réclamait, elle chercha à créer des délits imaginaires pour se débarrasser de ceux qui la gênaient »103. Face aux pressions policières, il est heureux que « les violences n’aient pas augmenté ; que parmi les individus acculés à la misère, il n’y en ait pas davantage qui se soient retournés contre leurs traqueurs ». Si le procès des Trente a permis de souligner l’inutilité d’une violence qui neutralise tout désir de révolte, reste l’impression durable de trahison laissée par les lois scélérates.

Contre la trahison du représentant

  • 104 Au bas du tract, la note ajoute : « Les camarades sont priés de faire circuler le plus largement (...)

27Pour les individualistes opposés aux tenants de l’association, les lois scélérates ont le mérite paradoxal d’avoir recouvert les forces anarchistes « sous le large manteau de l’Anonymat, qui bon gré mal gré protègera efficacement les nôtres désormais, en même temps que ces mesures corrigent ceux d’entre nous qui ont la stupide manie d’accumuler les correspondances de pauvres et naïfs camarades que ce jeu vient de faire mettre encore une fois sous les verrous » ; elles ont en outre l’avantage « d’empêcher l’or-ga-ni-sa-tion avec les tentatives de laquelle les nôtres se sont si souvent fait prendre en masse. Cette vaccine développera infailliblement l’initiative individuelle chez beaucoup de camarades qui, jusqu’à présent, s’attendaient les uns les autres pour soi-disant agir de concert, alors qu’ils ne faisaient rien ! »104. Malgré le ton bravache du tract, l’acte isolé cède pourtant face aux arguments de ceux qui appellent à un rapprochement avec le mouvement ouvrier. Dans les rangs anarchistes clairsemés, la réponse aux lois scélérates se joue sur deux niveaux et s’organise en deux temps. Il faut d’abord faire libérer les camarades envoyés au bagne par la législation anti-anarchiste dont on demande l’abolition ; face à l’obstination du pouvoir, une intense campagne abstentionniste se déploie, qui prolongera ses effets jusqu’en 1914.

La lutte pour la grâce des compagnons et l’abolition des lois scélérates

  • 105 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 360.
  • 106 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XIII (Discuter et agir). Comp. P. Delessalle, Les Temps No (...)

28Pour Vivien Bouhey, l’affaire Dreyfus est le « dérivatif puissant » qui a domestiqué les énergies révolutionnaires de nombreux camarades, auxquels elle a permis de redevenir acceptables après le discrédit des attentats105. Les anarchistes sont pourtant d’abord assez indifférents, le cas Dreyfus n’ayant rien de commun avec la propagande anarchiste ; pourquoi s’engager dans la défense de ce capitaine, quand des camarades pourrissent au bagne ? Avec le dévoilement du complot, ils finissent toutefois par s’intéresser à l’affaire qui, parce qu’elle implique l’armée, le parlement et la magistrature, devient « un champ de propagande incomparable »106. Mais la lutte pour la libération de Dreyfus s’élargit aux camarades relégués au bagne par des lois dont il faut obtenir l’abrogation.

  • 107 P.-H. Bourrelier, op. cit.
  • 108 Ils apprécieront aussi la demande de Francis de Pressensé d’être radié de l’ordre de la légion d’ (...)
  • 109 Les Temps Nouveaux, 31 décembre 1898, n°36, P. Delesalle, « A propos des lois scélérates ».
  • 110 V. Frigerio, op. cit., p. 28.
  • 111 Comp. Les Temps Nouveaux, 13 août 1898, n°16 (4ème année), Ch. Albert, « Le point de vue anarchis (...)
  • 112 Les Temps Nouveaux, 7 janvier 1899, n°37, G. Lefrançais, « Les bourgeois seront toujours des bour (...)
  • 113 J. Grave, op. cit., chap. VI (L’abstention électorale).

29La demande en a été faite deux fois à la Chambre, le 14 novembre 1895 et le 28 mars 1898… en vain. Début 1899, la Ligue des droits de l’homme nomme une commission chargée d’étudier l’application des lois d’exception de 1893-94. Le rapport est présenté au printemps par Joseph Reinach (« il y a au bagne des hommes qui ne devraient pas y être, et qui doivent en sortir »), et la Ligue interviendra au cas par cas pour les victimes de décisions judiciaires autant que pour celles de mesures administratives107. Paul Delesalle salue ces alliés momentanés de l’anarchie, qui aident à libérer les camarades108. Le symbole est même d’autant plus grand que c’est sur une interpellation de ce même Reinach le 8 novembre 1893 que Dupuy s’engageait à soumettre à la chambre une loi contre la propagande anarchiste109 ! Dans la campagne abolitionniste, Zola refuse toutefois de soutenir expressément les anarchistes, prétextant de « la différence entre le cas du capitaine, dans lequel la loi a été violée, et celui des anarchistes, condamnés selon la loi »110 – quand bien même la législation d’exception est discutable111. Ces hésitations prouvent que l’alliance avec les anarchistes est loin de faire l’unanimité dans les rangs de la Ligue ; mais elle ne rassure pas non plus tous les anarchistes. Gustave Lefrançais moque les réactionnaires de la Ligue des droits de l’homme, « tous anciens complices – sous le titre d’opportunistes et même de radicaux – de Gambetta et de Jules Ferry, ces deux célèbres malfaiteurs de la République, ennemis jurés entre autres du prolétariat parisien »112 ; comment ces républicains de gouvernement pourraient-ils réclamer l’abrogation de lois « qu’ils ont acclamées, glorifiées même » ; l’alliance n’est qu’un piège qui permettra « de refaire une virginité politique à de malfaisantes personnalités, tels les Ranc, les Yves Guyot, les J. Reinach et les autres, justement tombés dans le mépris des républicains sincères et désintéressés ». On rappellera que Léon Blum dénonçait aussi les ambiguïtés des socialistes, dont la tactique politique avait empêché l’abolition des lois scélérates (Guesde, Millerand, Jaurès ne voulant pas gêner un ministère qu’ils soutenaient)113. Cette attitude ne pouvait manquer d’accentuer les divisions sur la question électorale.

Les campagnes abstentionnistes et antiparlementaires

  • 114 Comp. A.-S. Chambost, « Proudhon et l’opposition socialiste à la loi du 31 mai 1850. Face à la tr (...)
  • 115 Cité par A. Nataf, op. cit., p. 167.
  • 116 Les Temps Nouveaux, 22 août 1896, n°17, J. Grave, « Question de tactique ».
  • 117 Les Temps Nouveaux, 11 décembre 1897, n° 33, I. Think « Sur le parlementarisme ». Sur l’antiparle (...)

30Prolongeant les tensions sur l’illégalisme, les lois scélérates confrontent les anarchistes à une autre difficulté : comment s’opposer aux lois des élus du suffrage universel114 ? On a vu le malaise des socialistes vis-à-vis de la propagande par le fait, puis leur crainte d’être atteints par la répression visant les anarchistes, à une époque où le parti organise la conquête du pouvoir par le bulletin de vote. C’est justement un point d’achoppement avec les anarchistes, pour qui le vote est un instrument de domination et de tromperie pour les travailleurs. Suivant la ligne fixée par Proudhon dans La capacité politique des classes ouvrières (1865), ils ont répudié le suffrage universel au congrès du Centre en 1879 ; l’abstention a même été associée par certains à la propagande par le fait, comme dans cette définition du « vote anarchiste » par le journal Le droit social : une épingle de phosphore placée dans un bulletin de vote « fera flamber tous les torche-culs se trouvant dans l’urne dans laquelle on aura déposé ce bulletin d’un nouveau genre »115. Jean Jaurès dénonce la fausse tactique anarchiste (La Dépêche, 12 août 1896). Comme pour la propagande par le fait, les anarchistes sont suspectés de faire le jeu de la réaction, l’abstention affaiblissant le socialisme. Dans les Temps Nouveaux, Grave s’étonne qu’on réduise ainsi la vie du peuple au vote : « pour un homme qui veut organiser l’affranchissement du prolétariat, le faire décréter par une assemblée d’élus, c’est un énorme défaut » ; l’émancipation se fera dans l’action, par un rapprochement avec les syndicats « et éventuellement par la résistance passive aux lois (voire active !) »116. I. Think interroge l’utilité de l’opposition parlementaire : les lois scélérates ne prouvent-elles pas que les dirigeants tiennent surtout compte de l’opposition hors des assemblées ! Et de conclure qu’» un parti qui a une mission immédiate à remplir sera d’autant moins écouté par la majorité gouvernementale qu’il aura une représentation plus nombreuse aux chambres législatives »117.

  • 118 Les Temps Nouveaux, 26 mars 1898, n°48, J. Grave, « La comédie électorale » (suite dans le n°50, (...)
  • 119 Id., L’anarchie…, op. cit. (ch. VI L’abstention électorale). Associée à un travail continu d’éduc (...)
  • 120 Sur les campagnes abstentionnistes et anti-parlementaires, voir G. Davrange, Trop jeunes pour mou (...)
  • 121 Ex. Leonard, Le tréteau électoral. Farce politique et sociale contre tous les candidats, Paris, B (...)

31Il semble en définitive que l’abstention réconcilie les anarchistes, par un retour aux principes qui permet de dépasser les tensions de l’illégalisme ; « s’il y a une question sur laquelle, jusqu’en ces derniers temps, les anarchistes, tous les anarchistes, étaient surtout d’accord, et cela dès les débuts de l’idée, c’est bien la résolution de ne jamais se mêler à aucun tripotage électoral »118. Quand au printemps 1898 Cyvoct, libéré du bagne, candidate à la députation sur une liste socialiste (pour l’amnistie des camarades victimes de la relégation), ses camarades dénoncent une trahison des principes (« le bagne (peut-il) changer la valeur d’un principe ? »). Grave oppose aux critiques des socialistes, l’abstention de leurs propres députés lors du vote des lois scélérates, puis lors des demandes d’abrogations. Ils se sont révélés moins choqués par le principe même de ces lois, que par les risques d’être atteints par la répression de la propagande anarchiste. Trahison contre trahison, le parlementarisme n’est que « la consécration légale de ce qui existe, et on ne détruira ce qui existe qu’en sortant de la légalité » – ie en cessant de soutenir des institutions qui « ne tirent de force que de la participation qu’y prennent les individus ». L’abstention marquant le début de l’action révolutionnaire119, les campagnes abstentionnistes se poursuivront jusqu’à la Première guerre mondiale120 : celle de 1902 est particulièrement nourrie121 ; elle se poursuivra avec un peu moins de vigueur en 1906/1907 (après l’adoption de la Charte d’Amiens, base de l’anarcho-syndicalisme qui refuse le jeu politique), 1910 et 1912.

  • 122 À l’été 1911, une affiche de la CGT est encore intitulée « À bas les lois scélérates ».
  • 123 La loi Berry-Millerand du 25 mars 1912 durcit la répression de l’antimilitarisme, dans lequel de (...)
  • 124 La loi des trois ans (7 août 1913) augmente la durée du service militaire. Jean Grave en fait le (...)
  • 125 Les Temps Nouveaux, 7 mars 1914, n°42.
  • 126 Les Temps Nouveaux, 27 juin 1914, n°9 (20ème année), J. Grave « Pour agir ! ».
  • 127 Les Temps Nouveaux, 25 juillet 1914, n°13, « Crocs et griffes ».
  • 128 Les Temps Nouveaux, 20 juin 1914, n°8, « Amnistie ». Comp. à propos du projet d’abolition déposé (...)

32Contre la stratégie parlementaire, les anarchistes renvoient toujours les socialistes à leur ambiguïté vis-à-vis des lois scélérates122, aggravée de leur impuissance à empêcher le vote d’autres lois. En mars 1914, les Temps Nouveaux rappellent ainsi leur refus de voter l’abrogation des lois scélérates, « parce que celle-ci n’avait pas l’assentiment d’un ministère de qui on espérait qu’il ferait quelque chose. De même l’infâme loi Millerand123, en prévision de la représentation proportionnelle, fut acceptée parce qu’on y avait introduit quelques atténuations apportées par Compère Morel et parce qu’on affirmait l’intention d’y revenir et d’en détruire les effets. Où sont ces progrès et ces promesses ? Puis ce furent les trois ans124. On devait faire une obstruction irréductible, faire éclater des scènes de scandale à la chambre. Sauf une certaine agitation tentée dans le pays, reconnaissons-le, tout, au Parlement, se borna à des discussions et à des votes : ‘non’ »125. De fait, malgré l’opposition parlementaire des partis de gauche, à la veille de la Première guerre mondiale la répression des anarchistes menée sous l’égide des lois scélérates se double des poursuites contre le Sou du Soldat de la CGT (5 centimes qui permettaient de maintenir le contact avec les conscrits syndiqués et de diffuser la propagande antimilitariste). En juin 1914, Jean Grave dénonce encore la stratégie électorale illusoire des socialistes unifiés, qui font campagne contre les trois ans : « lorsqu’une loi est votée, on ne sait jamais quand elle sera supprimée. Témoin les lois scélérates »126. Si les tensions internes à la gauche opposent désormais le patriotisme à l’internationalisme des anarchistes127, le combat pour l’abrogation des lois scélérates n’est pas abandonné. Les Temps nouveaux soutiennent en effet une campagne pour l’amnistie des mutins militaires et des condamnés pour faits politiques : « l’amnistie s’impose, et outre l’amnistie, l’abolition des lois scélérates, de ces lois prétendues provisoires, et qui sévissent depuis vingt ans, malgré le passage au pouvoir de plusieurs ministères radicaux et radicaux socialistes »128.

  • 129 Les Temps Nouveaux, 31 janvier 1914, n°37, J. Grave, « Francis de Pressensé ».
  • 130 Les lois scélérates…, op. cit., p. 6.
  • 131 Les lois scélérates …, op. cit., p. 9 ; p. 25 : « les trois lois des 12 et 18 décembre 1893 et du (...)
  • 132 J.-J. Becker, Le Carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Kli (...)

33Au début de l’année 1914, apprenant la mort de Francis de Pressensé129, les Temps Nouveaux avaient salué la mémoire de celui qui s’était battu pour l’abrogation des lois scélérates, parce qu’il lui semblait qu’une « société qui, pour vivre, aurait besoin de telles mesures, aurait signé de ses propres mains son arrêt de déchéance et de mort. Ce n’est pas sur l’arbitraire, sur l’injustice, que l’on peut fonder la sécurité sociale »130 ; dans le même recueil, Léon Blum redoutait aussi ce qu’un gouvernement fort pourrait faire de ces lois131. Alors que la guerre menace, la question reste d’une brûlante actualité pour les anarchistes, sur qui pèse la menace d’un internement sur la base du carnet B, mystérieux prolongement donné aux lois de 1893-94, où figurent les noms des personnes dangereuses pour l’ordre intérieur en cas de troubles, de conflit ou de tension politique132.

Top of page

Notes

1 L’expression est d’André Nataf, La vie quotidienne des anarchistes en France. 1880-1910, Hachette, 1986, p. 123.

2 V. Frigerio, Émile Zola au pays de l’anarchie, Ellug, 2006, p. 13.

3 H. Millot, « ‘L’homme à la dynamite’. Représentation populaire de la violence anarchiste dans quelques romans de la Belle Époque », M. Piarotas (dir.), Regards populaires sur la violence, P.U. St-Etienne, 2000, p. 138.

4 V. Frigerio, op. cit., p. 13.

5 A. Nataf, op. cit., p. 110.

6 Lois des 12 et 18 décembre 1893, loi du 28 juillet 1894.

7 J. C. Scott, La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, éd. Amsterdam, 2008 (1992).

8 M. Angenot, L’Histoire des idées, P.U. Liège, 2014, p. 60-61.

9 R. Bianco, Répertoire des périodiques anarchistes de langue française. Un siècle de presse anarchiste d’expression française, 1880-1983, thèse, Aix-Marseille, 1987. Sur le site Bianco : cent ans de presse anarchiste un intéressant tableau synoptique confirme que l’évolution de la presse anarchiste, continue jusqu’à la première guerre mondiale, est à peine ralentie pour l’année 1894 ; http://bianco.ficedl.info/_URL_SITE_SPIP/?page= groupe&groupe=11 (consulté le 9 mai 2016).

10 J.-P. Machelon, La République contre les libertés ? Les restrictions aux libertés publiques de 1789 à 1914, FNSP, 1976.

11 Nous avons refusé d’établir une comparaison des lois scélérates avec la législation antiterroriste actuelle, au motif que la situation présente n’a pas de ressemblance avec les attentats considérés ici ; à l’aune des débats dont nous rappellerons l’intensité, tout au plus peut-on s’interroger sur la légitimité du recours à l’état d’exception dans la lutte contre le terrorisme, et rappeler que les gouvernants, jouant de la plasticité des institutions juridiques, résistent rarement à la tentation de détourner les lois d’exception de leur but originel. Si certains collègues ont tenté cette comparaison (P. et M. Mathieu, « Revenir aux ‘lois scélérates’. Législation antiterroriste et principes républicains. Un débat plus que centenaire », Études offertes à Jean Louis Harouel. Liber amicorum, éd. Panthéon Assas, 2015), d’autres en pointent parfaitement les limites, liées au caractère fondamentalement inédit du terrorisme actuel (B. Manin, « Le paradigme de l’exception. Et si la fin du terrorisme n’était pas pour demain ? L’État face au nouveau terrorisme », http://www.laviedesidees.fr/Le-paradigme-de-l-exception.html 15 décembre 2015). Pour une étude pointue des ambiguïtés de la législation antiterroriste actuelle, voir O. Beaud, C. Guérin-Bargues, « L’état d’urgence de novembre 2015 : une mise en perspective historique et critique », juspoliticum, n°15 (http://juspoliticum.com/article/L-etat-d-urgence-de-novembre-2015-une-mise-en-perspective-historique-et-critique-I-II-1073.html ).

12 Article du Révolté, cité par A. Nataf, op. cit., p. 76.

13 V. Bouhey, Les anarchistes contre la République. Contribution à l’histoire des réseaux sous la Troisième République (1880-1914), P.U. Rennes, 2008, p. 140-141

14 Ibid., p. 138.

15 Id., « Le discours sur le vol dans la presse anarchiste française de 1880 à 1914 », F. Chauvaud, D. Houte, Au voleur ! Images et répression du vol dans la France contemporaine, P.U. Sorbonne, 2014, p. 229-240.

16 La Révolte, 20 août 1888, n°47 ; le prédécesseur de ce journal, Le Révolté, développait la même thèse (ex. 21 juin 85, « les voleurs » ; 2 août 85, « la morale »).

17 Achevée en 1934, l’Encyclopédie anarchiste (désormais E.A.) fait la synthèse de tous les courants anarchistes. Elle est disponible sur internet (http://www.encyclopedie-anarchiste.org).

18 E.A., V° « Légalité », L. Barbedette. Le législateur dote les lois d’une image naturelle pour en imposer l’évidente nécessité à la naïveté populaire. « Imitation grossière de ce qu’offre la nature, la loi décrétée par les chefs relie arbitrairement une manière d’être ou d’agir à des conséquences qu’elle ne comporte pas naturellement : au délit elle associera l’amende, la prison ; au crime la réclusion, le bagne, la mort. Et l’intérêt des grands sert de norme souveraine lorsqu’on dresse le catalogue des peines infligées aux contrevenants ! Rien ici de la fatalité interne des lois physiques ; la contrainte s’exerce du dehors, par le soin du gendarme et des agents de l’autorité ; elle disparaît dès qu’ils sont absents ». Et de pointer la complicité des juristes dans cette entreprise de construction de l’autorité des lois. Baudry-Lacantinerie concentre la critique, qui définit comme loi « toute règle qui s’impose. La matière a ses lois, les animaux ont leurs lois, l’homme a ses lois. Dans l’ordre des relations juridiques, la loi, en ce sens est large et synonyme de règle de droit. Les lois sont les règles de conduite obligatoires, dont l’ensemble constitue le droit ». Malgré cette assertion d’évidence, les lois juridiques ne s’imposent pas naturellement, comme en atteste la sanction qui en est un élément constitutif : « N’est-ce pas reconnaître aussi leur caractère artificiel, puisqu’elles existent seulement en vertu d’une contrainte exercée par d’autres hommes ? Un coup d’œil sur l’histoire des législations, chez les divers peuples, depuis l’antiquité jusqu’à nos jours, suffirait à nous en convaincre. Ici on récompense ce qu’on punit ailleurs ; ce qui fut bien hier devient mal aujourd’hui. Et les institutions les plus fondamentales des États modernes : famille, propriété, impôt, armée, choix des chefs, n’échappent ni à ces changements ni à ces contradictions. De même que l’on modifie à volonté les règles du jeu de cartes, de même les autorités ont donné force de lois aux prescriptions les plus opposées, ne respectant pas toujours la nature. On croit rêver à la lecture des monstruosités admises par les codes, tant anciens que modernes, et religieusement pratiquées par des millions d’hommes ».

19 E.A., V° « Légalité », Larnaque.

20 E.A., V° « Illégalisme », M. Pierrot : « quant à faire du vol (illégal) un système, ce serait reconnaître le parasitisme, ce serait élever à la dignité d’une morale de révolte un moyen individuel de se tirer d’affaire, sans que le principe de propriété en souffre la moindre atteinte... Le vol ne s’attaque pas à la cause de la propriété : il ne s’attaque pas aux conditions du travail. Le vol s’en prend à la propriété, à la richesse, une fois constituées, ou du moins à une infime partie de cette richesse. Mais il ne s’oppose pas à la naissance, au développement et à la reproduction de cette richesse, au contraire. Les pertes subies à la suite d’un vol ne font que pousser le patron à pressurer davantage le travail de ses ouvriers. Le voleur professionnel n’a même pas intérêt à anéantir la richesse bourgeoise : il en vit, à peu près comme le larbin de grande maison vit sur le coulage de l’office... Les voleurs n’ont jamais eu une action sociale. Ce n’est pas non plus en prenant l’habitude de faire du tort à autrui, quel qu’il soit, qu’on devient révolutionnaire.... ».

21 Ibid., E. Armand.

22 Ibid., S. Mac Say.

23 Ibid., V° « Vol », docteur Legrain.

24 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 147. Voir Gazette des Tribunaux, 12 janvier 1887, n°18550 (http://www.enap.justice.fr/ARCHIVE/ENAP_GAZETTE_TRIBUNAUX_18870112.pdf ).

25 Affiche Mort aux Voleurs ! du groupe de propagande anarchiste, s.d. ; Archives Nationales (désormais A.N.), F/7/12518.

26 Ibid.

27 Affiche Vive le vol !!! Manifeste adressé à tous les souffreteux du monde entier, s.d. (une note de la préfecture de police y faisant référence est datée du 1er octobre 1890) ; A.N., F/7/12518.

28 Affiche Mort aux Voleurs – en bas de l’affiche, cette signature Mort aux Voleurs. Vive l’anarchie (l’autonomie individuelle) ; A.N., F/7/12518.

29 J. Grave, L’anarchie, son but, ses moyens, Stock, 1899, chap. IX (l’anarchie et la violence).

30 A. Girard, Les Temps Nouveaux, 6 janvier 1912, n°36.

31 Simplice, Les Temps Nouveaux, 22 février 1913, n°43 (« Action et illégalisme »).

32 J. Grave, Les Temps Nouveaux, 8 mars 1913, n°45 (« La fin d’une équivoque »). Comp. Victor Méric, qui évolue sur la propagande par le fait, de la défense de Bonnot dans le Libertaire (20-23 avril 1905) à son ouvrage plus nuancé, Les Bandits tragiques publié en 1926.

33 J. Grave, L’anarchie..., op. cit., chap. XII (le vol et la reprise de possession) : « pour que l’acte de celui qui vole revête un caractère de revendication, soit une protestation contre la mauvaise organisation sociale, il faut qu’il s’accomplisse ouvertement, sans aucun moyen caché de mensonge et de duplicité ».

34 Affiche Mort aux Voleurs. Vive l’anarchie (l’autonomie individuelle) ; A.N., F/7/12518.

35 V. Bouhey considère que le mouvement se ferme sur lui-même, il ne s’agit plus tant de rallier à la cause que d’en venger les martyrs. Il qualifie de vendetta la démarche qui consiste davantage dans l’idée de venger les compagnons que de diffuser le message anarchiste ; Les anarchistes…, op. cit., p. 219.

36 H. Millot, « ‘L’homme à la dynamite’… », op. cit., p. 127. Comp. J. Merriman, Dynamite club. L’invention du terrorisme à Paris, Taillandier, 2009.

37 E.A., V° « Attentat », Sébastien Faure.

38 Comp. E.A., Max Nettlau, V° « Attentat » : « c’est un moyen, mais ce n’est pas le moyen. Ce n’est un moyen que quand tous les autres moyens sont employés déjà et en même temps. C’est l’allumette qui peut allumer le plus grand incendie mais qui, également, peut brûler et s’éteindre par elle-même sans suite aucune ».

39 R. Dumas, Ravachol. L’homme rouge de l’anarchie, Le Hénaff, 1981 ; spécialement « Ravachol devant les Assises », p. 111-121.

40 Me Georges Laguerre (1858-1912) est de tous les procès de la période ; il deviendra ensuite député radical du Vaucluse.

41 R. Dumas, Ravachol…, op. cit., p. 117.

42 H. Millot, « Ravachol… », op. cit., p. 190.

43 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. IX (l’anarchie et la violence).

44 A. Nataf, op. cit., chap. 7 (naissance du « parti » anarchiste).

45 Affiche Vive le vol !!! : « Tout voleur de demain, en devenant un régénérateur, deviendra par conséquent l’honnête homme utile à la société nouvelle !! Frappons la propriété. (…) Pillons toujours ! Cent millions de voleurs, même se volant mutuellement, réduiront incontestablement la propriété à néant, et c’est là le but à atteindre. (…) L’équilibre s’établira suffisamment tout seul » ; A.N., F/7/12518.

46 Quant on jugeait les anarchistes. Chroniques judiciaires d’A. Bataille, La Louve éd., 2015, p. 235.

47 Ibid., p. 315.

48 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XIII (agir et discuter).

49 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 239.

50 A. Nataf, op. cit., p. 78.

51 La répression donne un temps le sentiment de renforcer l’anarchie, tout condamné étant vengé. Ex. La vengeance est un devoir, Mort aux juges ! Mort aux jurés : « tout assassinat, toute torture infligée à nos amis seront impitoyablement vengés. Œil pour œil, dent pour dent ! En attendant que la masse avachie se réveille pour prendre à la gorge gouvernants et exploiteurs, l’action individuelle des justiciers continuera son cours, frappant sans s’arrêter et répondant aux assassinats juridiques par l’arme de Padlewski ou par la bombe de Ravachol » (A.N., F/7/12518).

52 Des documents sont saisis par les receveurs des postes en vertu de la loi de 1881 : ex. A.N., F/7/12518, télégraphe du 27 juin 1893, du ministère de l’Intérieur au Directeur général des Postes, à propos de deux paquets renfermant chacun 25 exemplaires du placard anarchiste « Mort aux juges ! Morts aux jurés ! » (expédiés de Londres et saisis par le receveur des Postes de Levallois-Perret).

53 L. Gallet, Machinations et artifices. Antoine Cyvoct et l’attentat de Bellecour (Lyon, 1882), Atelier de création libertaire, 2015. Cyvoct est le gérant du journal anarchiste L’Étendard Révolutionnaire (aussi poursuivi pour un article du Droit social ayant justifié le recours aux attentats).

54 La peine sera commuée en travaux forcés à perpétuité (peine commuée en quinze années de travaux forcés) et relégation. Il purge sa peine en Nouvelle-Calédonie et ne sera gracié qu’en 1898.

55 Loi du 2 avril 1892. Article unique modifiant les art. 435 et 436 du Code pénal.

56 JO, Débats parlementaires, 22 mai 1892, p. 596. Lavy suspecte aussi une manœuvre politique visant à gêner la manifestation du 1er mai.

57 A. Bataille, op. cit., p. 250.

58 Les détenteurs de correspondance ou de documents anarchistes sont déférés au Parquet (article 10 Code d’instruction criminelle) ; le 20 janvier 1894, des instructions aux procureurs généraux les chargent de transmettre tous les antécédents judiciaires des individus inculpés dans leur ressort au titre de l’association de malfaiteurs (A.N., F/7/12507).

59 Ex. Le Peuple, Lyon, 21 février 1894, qui fait état de 46 perquisitions et 11 arrestations ; A.N., F/7/12507 ; Le Temps du 3 janvier 1894 évoque les perquisitions faites la veille à Paris et en banlieue. La liste, communiquée par le ministère de l’Intérieur, fait état de 57 perquisitions pour 8 arrestations (sont cités les noms d’Étiévant, Grave, Faure, Pouget, Elie et Elisée Reclus…).

60 JO, Débats parlementaires, 27 janvier 1894, p. 105-114.

61 Ibid., p. 107.

62 Ibid., p. 108.

63 Ibid.

64 Ibid., p. 111.

65 Ex. à propos du Procès des Trente, voir A. Bataille, op. cit., p. 432.

66 Les chroniques d’Albert Bataille éclairent la scène de ce théâtre, où se côtoient les mêmes acteurs (Laguerre sur les bancs de la défense, Bulot pour ministère public) ; dans le public se pressent anarchistes et spectateurs.

67 Lors du procès de Montbrison, Ravachol s’était fait couper la parole par le président des Assises, parce que la Cour n’était pas une réunion publique ; A. Bataille, op. cit., p. 215.

68 Ibid., p. 384. Au lieu de cet arsenal législatif, Bataille suggère qu’une « bonne loi sur la vente des explosifs », aurait été « aussi utile que les projets qu’ont votés les Chambres pour enrayer l’anarchisme » (p. 423).

69 Ibid., p. 381.

70 Idem.

71 Ibid., p. 440 note.

72 V. Bouhey, Les anarchistes …, op. cit., p. 64-65.

73 Face à la violence d’État, La Révolte abandonne son opposition à la propagande par le fait : c’est par la violence anarchiste que l’ère de justice s’imposera (18 novembre 1893, n°10 ; 17 décembre 93, n°14, « les responsabilités » ; 13 janvier 1894, n°18, « ultimatum »).

74 Le Père peinard, 24 décembre 1893, n°249, « mince de chasse aux anarchos ! Toujours la trouille chez les Jean Foutre ».

75 Les Temps Nouveaux, 4 mai 1895, n°1, « nouvelle phase de la lutte que nous menons ». Même tonalité dans J. Grave, « Le fétichisme de la loi », Les Temps Nouveaux, 15 juin 1895, n°7 ; A. Girard, « Des droits et des devoirs », Les Temps Nouveaux, 16 mai 1896, n°3 (la suite dans 25 mars 1896, n°4 ; 6 juin 1896, n°6).

76 Les Temps Nouveaux, 15 juin 1895, n°7, « le fétichisme de la loi ».

77 La loi n’étant que la raison du plus fort, chaque pouvoir ajoute sa pièce à l’édifice répressif : « non content de se servir des lois existantes, chaque pouvoir prend à la tâche d’en augmenter l’arsenal. On se rappelle les diatribes des républicains contre la loi dite de sûreté générale de l’empire ? Ils ont trouvé le moyen de le dépasser en votant les lois que certains ont appelées « scélérates » – ce qui était une superfétation – et qui fait de la délation, même au sein de la famille, une obligation sous peine de prison ! ».

78 Comp. J. Deglavès, « Nul n’est censé ignorer la loi », Les Temps Nouveaux, 20 juillet 1895, n° 12.

79 Ex. à propos de la condamnation d’Etiévant à la relégation : Les Temps Nouveaux, 1er janvier 1898, P. Delesalle, « Les lois scélérates » : « c’est la première fois que la peine de relégation est prononcée pour délit de presse. Nous croyons que toute réflexion est inutile. Ces faits parlent d’eux-mêmes. Ce n’est pas en condamnant, en reléguant quelques-uns des nôtres que l’on arrivera à étouffer l’idée : les persécutions de 1894 l’ont bien montré » ; Comp., Les Temps Nouveaux, 25 juin 1898, n° 9 (4ème année,) Ch. Albert, « Le point de vue anarchiste : Etiévant » ; l’auteur dénonce une sentence provocatrice, lourde de violences nouvelles. « C’est que la violence n’obéit pas à nos volontés. Même ceux qui la commettent la subissent plus qu’ils ne l’imposent. Elle est l’aboutissement final du conflit entre le passé qui résiste et l’avenir qui se hâte. Que nous le voulions ou non, tenants du passé ou de l’avenir, nous sommes solidaire des violences par quoi se résout le heurt des deux forces ».

80 Ex. Les Temps Nouveaux, 9 octobre 1897, n°24, « La loi violée » (sur la répression des anarchistes en Espagne).

81 Ex. Les Temps Nouveaux, 24 septembre 1898, n°22.

82 La Dépêche, « Piège grossier », 25 décembre 1893.

83 Une intervention de Léon Bourgeois limite l’application de l’article 1 aux seuls actes de propagande anarchiste. Rec. Dalloz, Lois, décrets et actes législatifs, 1894, p. 83.

84 JO, Débats parlementaires, 23 juillet 1894, p.1497 et s.

85 Ibid. : « Je dis qu’on ne peut pas défendre la République contre l’aristocratie des puissances financières constituées, lorsque l’on se rencontre dans la coulisse, pour les autres affaires, avec les mêmes financiers ».

86 Les lois scélérates de 1893-1894, par Francis de Pressensé, un juriste et Émile Pouget, Paris, éd. de la Revue Blanche, 1899. Pressensé : « Notre loi des suspects » (15 janvier 1899), le juriste (Blum) : « Comment ont été faites les lois scélérates » (1er juillet 1898), Émile Pouget : « L’application des lois d’exception de 1893-1894 » (15 juillet 1898). Sur cette revue, voir P.-H. Bourrelier, La Revue Blanche. Une génération dans l’engagement 1890-1905, Fayard, 2007 ; du même, on lira ce post sur l’élaboration de ces articles : http://revueblanche.over-blog.com/article-29652839.html.

87 Les lois scélérates de 1893-1894…, op. cit., p. 10.

88 Ibid., p. 3.

89 Ex. Fabreguette, De la complicité intellectuelle et les délits d’opinion ; id., De la provocation et de l’apologie criminelle ; id., De la propagande anarchiste ; Loubat Le code de la législation contre les anarchistes ; Jousseaume, Études sur les lois menées contre les anarchistes et sur les modifications que ces lois ont apportées à la législation pénale ; Laborde, Les associations et ententes de malfaiteurs.

90 R. Garraud, L’anarchie et la répression, Paris, Larose, 1895, p. 1.

91 Ibid., p. 5.

92 Ibid., p. 38 : « on ne conspire plus, en effet, pour renverser l’ordre social, comme on conspirait pour renverser ou modifier l’ordre politique ».

93 Ibid., p. 87 : « ce n’est donc pas la simple révélation d’un ‘état d’âme anarchiste’ qui est incriminée : il n’y a pas de délit d’opinion anarchiste. La loi est uniquement dirigée contre les théoriciens de la propagande par le fait qu’ils se livrent, dans ce but, à la provocation et à l’apologie criminelles. C’est le délit de propagande anarchiste qui est créé, avec cette circonstance qu’il consiste dans ce seul fait, sans qu’il soit nécessaire qu’il ait été suivi d’un commencement d’exécution et qu’il ait été commis publiquement ».

94 Documents d’études sociales sur l’anarchie, Lyon, Storck, 1897.

95 Ibid., p. 9, note 1 : l’anarchie n’est « qu’un manteau fait pour couvrir les haillons de tous les crimes de droit commun ».

96 Ibid., p. 19 : « c’est dans cet enseignement religieux et mystique qu’ils ont puisé l’idée de faire le bonheur des masses en tuant un certain nombre de leurs semblables » ; ils sont aussi influencés par l’image des martyrs, dont la mort doit révolutionner le monde.

97 Ibid., p. 65, « Les hommes et les théories de l’anarchie » (Archives d’anthropologie criminelle, 1892).

98 Ibid., p. 113, « Le crime anarchiste » (Revue des revues, 1894).

99 Ibid., « L’anarchie et ses héros » (Revue des revues, 15 février 1894).

100 Ibid, p. 140 : « de même qu’on ne peut pas, pendant sa vie, porter de jugement définitif sur un grand homme, de même une génération ne peut pas, dans sa vie éphémère, juger avec certitude de la fausseté d’une idée, quelle qu’elle soit, et par conséquent elle n’est pas en droit d’infliger une peine aussi radicale que la peine de mort aux partisans de cette idée ».

101 Ibid., p. 139.

102 Ibid., « L’anarchisme et le combat contre l’anarchisme au point de vue de l’anthropologie criminelle » (Congrès d’anthropologie criminelle, rapport 1896), p. 147.

103 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XI (Les responsabilités).

104 Au bas du tract, la note ajoute : « Les camarades sont priés de faire circuler le plus largement possible le présent manifeste parmi la grande association, soi-disant appelée DE MALFAITEURS » ; A.N., F/7/12518, affiche Branle-bas aux affamés ignorants (28 novembre 1895).

105 V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 360.

106 J. Grave, L’anarchie…, op. cit., chap. XIII (Discuter et agir). Comp. P. Delessalle, Les Temps Nouveaux, 28 janvier 1899, n°40 : « C’est dans l’ordre » : « l’édifice est tellement vermoulu qu’en touchant à l’un de ses piliers, tout menace de s’écrouler. Après la religion, l’armée, le meilleur soutien de notre société bourgeoise et capitaliste est frappée de mort, elle entraine du même coup avec elle cet autre pilier qu’est la magistrature. Le parlementarisme, par sa lâcheté, nous a montré une fois de plus ce que nous pouvons en attendre. Le Panama nous l’avait montré corrompu : il a, dans toute cette affaire Dreyfus, jeté le masque complètement et apparu tel qu’il est, une simple combinaison d’intérêts électoraux ».

107 P.-H. Bourrelier, op. cit.

108 Ils apprécieront aussi la demande de Francis de Pressensé d’être radié de l’ordre de la légion d’honneur. Sur cette radiation, voir le dossier de Francis de Pressensé sur la base Leonore des archives nationales, LH/691/15.

109 Les Temps Nouveaux, 31 décembre 1898, n°36, P. Delesalle, « A propos des lois scélérates ».

110 V. Frigerio, op. cit., p. 28.

111 Comp. Les Temps Nouveaux, 13 août 1898, n°16 (4ème année), Ch. Albert, « Le point de vue anarchiste ».

112 Les Temps Nouveaux, 7 janvier 1899, n°37, G. Lefrançais, « Les bourgeois seront toujours des bourgeois ».

113 J. Grave, op. cit., chap. VI (L’abstention électorale).

114 Comp. A.-S. Chambost, « Proudhon et l’opposition socialiste à la loi du 31 mai 1850. Face à la trahison des représentants », Revue Française d’Histoire des Idées Politiques, 2010, n°31, p. 81-107.

115 Cité par A. Nataf, op. cit., p. 167.

116 Les Temps Nouveaux, 22 août 1896, n°17, J. Grave, « Question de tactique ».

117 Les Temps Nouveaux, 11 décembre 1897, n° 33, I. Think « Sur le parlementarisme ». Sur l’antiparlementarisme anarchiste, V. Bouhey, « L’antiparlementarisme des anarchistes au moment de l’affaire de Panama », Parlement(s). Revue d’histoire politique, 2013/3, n°9, p. 73-84.

118 Les Temps Nouveaux, 26 mars 1898, n°48, J. Grave, « La comédie électorale » (suite dans le n°50, 9 avril 1898).

119 Id., L’anarchie…, op. cit. (ch. VI L’abstention électorale). Associée à un travail continu d’éducation et de propagande, l’abstention « entend mettre obstacle aux faiseurs de lois que la passivité moutonnière des majorités continue à faire sortir des urnes ».

120 Sur les campagnes abstentionnistes et anti-parlementaires, voir G. Davrange, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), L’insomniaque, Libertalia, 2014, p. 97 et s., p. 226 et s. Comp. V. Bouhey, Les anarchistes…, op. cit., p. 363 et s.

121 Ex. Leonard, Le tréteau électoral. Farce politique et sociale contre tous les candidats, Paris, Bureau des Temps Nouveaux, 1902 ; J. Grave, Si j’avais à parler aux électeurs, Paris, Bureau des Temps Nouveaux, 1902 ; Paraf-Javal, L’absurdité de la politique, éd. de L’émancipatrice, 1902.

122 À l’été 1911, une affiche de la CGT est encore intitulée « À bas les lois scélérates ».

123 La loi Berry-Millerand du 25 mars 1912 durcit la répression de l’antimilitarisme, dans lequel de nombreux anarchistes se sont engagés (travaux forcés et envoi au Bat’ d’Af).

124 La loi des trois ans (7 août 1913) augmente la durée du service militaire. Jean Grave en fait le cœur de la campagne abstentionniste de 1914 : Les Temps Nouveaux, 21 février 1914, n°40 (19ème année), « L’abstention anarchiste ».

125 Les Temps Nouveaux, 7 mars 1914, n°42.

126 Les Temps Nouveaux, 27 juin 1914, n°9 (20ème année), J. Grave « Pour agir ! ».

127 Les Temps Nouveaux, 25 juillet 1914, n°13, « Crocs et griffes ».

128 Les Temps Nouveaux, 20 juin 1914, n°8, « Amnistie ». Comp. à propos du projet d’abolition déposé par le député Charles Bernard Les Temps Nouveaux, 4 juillet 1914, n°10 : « Depuis vingt ans que ces lois existent, il y a eu plusieurs ministères radicaux et radicaux-socialistes ; à diverses reprises, l’extrême gauche a été toute puissante ; on a vu au pouvoir quelques-uns des plus engagés opposants à ces lois – qu’on se rappelle des accents d’éloquence indignée de Millerand, par exemple, et l’initiative de leur suppression sera due, si elle est obtenue, à un nationaliste. Flatteur pour les partis d’avant-garde ! ».

129 Les Temps Nouveaux, 31 janvier 1914, n°37, J. Grave, « Francis de Pressensé ».

130 Les lois scélérates…, op. cit., p. 6.

131 Les lois scélérates …, op. cit., p. 9 ; p. 25 : « les trois lois des 12 et 18 décembre 1893 et du 28 juillet 1894 sont encore aujourd’hui toutes prêtes pour donner à une réaction cléricale ou à une dictature militaire une arme aussi meurtrière et plus sûre que les lois de sûreté générale ou que la loi de prairial an II ».

132 J.-J. Becker, Le Carnet B. Les pouvoirs publics et l’antimilitarisme avant la guerre de 1914, Klincksieck, 1973. J.-P. Deschodt, « La preuve par le carnet B », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques [En ligne], 45 | 2010 (mis en ligne le 27 février 2012). A.-S. Chambost, « Un aspect de la mobilisation des esprits dans le combat du droit. La répression des pacifistes et des anti-militaristes pendant la Grande Guerre », D. Deroussin, La grande guerre et son droit (à paraître).

Top of page

References

Bibliographical reference

Anne-Sophie Chambost, « « Nous ferons de notre pire… ». Anarchie, illégalisme … et lois scélérates », Droit et cultures, 74 | 2017, 65-87.

Electronic reference

Anne-Sophie Chambost, « « Nous ferons de notre pire… ». Anarchie, illégalisme … et lois scélérates », Droit et cultures [Online], 74 | 2017-2, Online since 11 September 2017, connection on 17 November 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/4264

Top of page

About the author

Anne-Sophie Chambost

Anne-Sophie Chambost est professeur des Universités (Jean Monnet – Saint-Etienne), membre du CERCRID (Centre de Recherches Critiques sur le Droit). Une partie de mon travail porte sur l’histoire de la pensée juridique, appréhendée dans ses supports et les vecteurs de diffusion des savoirs juridiques. Un autre aspect de mon travail interroge les rapports du droit et du politique, à travers le regard que les penseurs anarchistes et socialistes portent sur le droit : Proudhon et la norme. Pensée juridique d’un anarchiste, PUR 2004 ; « Le mariage est une mauvaise action. La famille est une prostitution légale » (actes du colloque de l’AFHIP, La famille dans les idées politiques, PUAM 2016 (à paraître).

Top of page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org