Skip to navigation – Site map
Études

Le sens du groupe chez les adolescents en France et en Russie

Chantal Kourilsky-Augeven and Olga Zdravomyslova
p. 229-260

Abstracts

In their third research study on legal socialization in France and Russia, French and Russian authors want to know how, in the Putin era, adolescents (aged from 12 to 17 years) invest in a different way groups to which they belong – family, peer group, society, State – with values essential for them. Responsibility and equality, freedom and authority help to define their place in the group. Both articles reflect the complementary viewpoints of the Russian and French authors.

Top of page

Full text

La responsabilité et l’égalité dans un groupe, c’est de respecter les autres

1Depuis les années 1990, correspondant en France à la fin de la présidence mitterrandienne et, en Russie, aux prémisses d’une ère eltsinienne succédant, dans la violence, à la période gorbatchévienne de la perestroïka, nous nous attachons à déchiffrer, dans la mentalité des adolescents des deux pays, les éléments essentiels des valeurs qui sont les leurs dans la vie quotidienne et la façon dont elles imprègnent leurs représentations du droit et du pouvoir.

2Nous avions pu observer en 1993 comment la conception autoritaire de la loi et de la justice prévalant en Russie, était confortée dans les mentalités par la valorisation d’une morale répressive centrée sur l’importance du sentiment de la faute et de la pertinence de la sanction, seule capable de réhabiliter le coupable. De façon surprenante pour un observateur français, le sens de la culpabilité venait renforcer en Russie le sens de la communauté en personnalisant la faute comme une atteinte à un membre du groupe déstabilisant sa cohésion, rappelant ainsi les règles anciennes de fonctionnement du mir.

3En France au contraire, la faute, ressentie comme une transgression de la règle (de la faute scolaire à l’infraction pénale), en était comme détachée d’autrui. Mais le sens du groupe se réveillait dès qu’il était fait appel aux valeurs de liberté et d’égalité à la mention desquelles tous se sentaient citoyens détenteurs des mêmes droits. En Russie, au sortir d’années d’un égalitarisme proclamé mais démenti par les faits, l’égalité était dévalorisée et c’est la liberté qui revêtait une valeur totalement individuelle et oublieuse d’autrui.

4La recherche suivante, menée en 2000 en période chiraquienne, ne devait montrer en France qu’un affaiblissement des différences dans les réponses liées, en 1993, au genre et à la catégorie sociale du répondant. En Russie, les résultats reflétaient l’évolution de l’idéologie officielle valorisant, à la période eltsinienne, la construction d’un État de droit. Cette évolution, nettement plus sensible chez les jeunes et les femmes, montrait un reflux de la morale répressive et un renforcement de la valeur du droit pour réguler les libertés, même alors que le rôle répressif de la loi gardait son importance.

5Ce qui ne changeait pas et distinguait essentiellement les modèles culturels russe et français, était le prestige dont jouissait en Russie, dans les représentations masculines, la force et le pouvoir politique alors même que ce dernier instrumentalisait la loi à sa guise. À l’inverse, en France, le pouvoir politique était perçu comme légitime et respectueux des lois. Pourtant l’autorité y faisait, comme en 1993, à tous les niveaux (familial, municipal, national) l’objet des critiques d’une population démocrate mais frondeuse, pratiquant la contestation comme s’il s’agissait d’un sport national.

  • 1 Voir l’article d’Olga Zdravomyslova, « Une condamnation à l’inexistence : la “dictature des lois” (...)

6Nous voici en 2015 à la période en France d’un pouvoir socialiste dont l’autorité contestée tente de faire respecter parmi d’autres valeurs celle de la laïcité. En Russie, l’idéologie poutinienne a remplacé la « construction d’un État de droit » par la « dictature de la loi » et prône le retour à des valeurs russes traditionnelles avec l’appui d’une Eglise orthodoxe très conservatrice1.

  • 2 Joseph Adelson & Robert P. O’Neil (1966), «Growth of Political Ideas in Adolescence. The Sense of (...)
  • 3 Erik Erikson (1982), Enfance et société, Neuchâtel/Paris, Delachaux & Niestle.
  • 4 Jean Piaget (1964), Six études de psychologie, Paris, Denoël Gonthier.
  • 5 Annick Percheron, L’univers politique des enfants, FNSP/Armand Colin, Paris, 1974.

7Quel est notre objectif dans cette nouvelle recherche ? Les intuitions de J. Adelson2 concernant le développement progressif du « sens de la communauté » chez l’adolescent, celles d’E. Erikson3 sur les relations entre « enfance et société », celles de J. Piaget4 sur le développement cognitif notamment à propos du proche et du lointain et celles d’A. Percheron5 à propos de la socialisation politique ont mis, les unes et les autres, l’accent sur les groupes auxquels appartient l’individu tout au long de sa vie. Ce que nous désirons donc savoir, dans la présente recherche dont nous analysons ici les premiers résultats, est la ou les manières dont l’adolescent se ressent, dans sa vie quotidienne, appartenir à plusieurs groupes : de la famille à laquelle il est rattaché dès sa naissance au groupe de pairs qu’il constitue à l’école et/ou dans son voisinage pour aboutir à la société et à l’État.

  • 6 Chantal Kourilsky-Augeven, Marina Arutiunyan & Olga Zdravomyslova, Socialisation juridique et mod (...)
  • 7 June L.Tapp & Felice J. Levine (Eds.), Law, Justice and The Individual in Society, Psychological (...)
  • 8 Ch. Kourilsky-Augeven, « La socialisation juridique : de l’obéissance à la familiarisation par im (...)

8Nous avons vu, en 19966, que les « images du droit » que se forme l’individu et qu’il intègre dans son système de représentations sont parties intégrante des « images du monde » qu’il développe à partir de son environnement. Ces observations nous avaient amenée à marquer notre différence avec une conception américaine initiale7 de la socialisation juridique valorisant l’apprentissage de la conformité (compliance) à la règle sociale et juridique. C’est ainsi que nous avons développé une nouvelle conception de la socialisation juridique fondée sur les phénomènes d’imprégnation et de familiarisation8 comme rendant mieux compte de la nature de la socialisation.

  • 9 M. Arutunyan, O. Zdravomyslova & Ch. Kourilsky-Augeven, Obraz o opyt prava. Pravovaja socializaci (...)
  • 10 10 Ch. Kourilsky-Augeven, « Genre, contexte local et socialisation juridique : femmes de Moscou, f (...)

9Chacune de nos recherches comparatives précédentes a eu recours à des méthodes complémentaires. En 1993 nous avons utilisé une méthode d’associations spontanées à des mots-clés appartenant au langage juridique et au langage courant et une méthode d’associations sélectives des mots-clés les plus importants de la vie quotidienne à des valeurs telles que la responsabilité, l’égalité, la liberté ou encore la solidarité. En 2000-2002, la méthode des associations spontanées a été complétée par un questionnaire portant sur la manière dont les gens ordinaires (au sens de non juristes) utilisent le droit et/ou ont recours à des professionnels du droit dans la vie quotidienne9 et a été suivie par des interviews10. L’enquête pilote que nous avons réalisée à Paris et Moscou a, dans un premier stade en 2013, eu recours à la méthode des associations spontanées auprès d’adolescents mineurs puis, dans un deuxième stade en 2015, à des interviews approfondies auprès d’un nombre restreint d’adolescents d’âge similaire dans les deux pays (12-13 ans, 14-15 ans et 16-17 ans). Nous sommes convenues, pour ces interviews, de suivre un schéma commun consistant à explorer à travers nos questions le fonctionnement, d’un groupe d’appartenance à un autre (famille, école, groupe de pairs, pays), des valeurs suivantes : la Responsabilité, la Liberté, l’Égalité, la Solidarité et l’Autorité. De façon transversale nous avons voulu aussi explorer le rôle de la Faute et du Conflit.

10Nous nous attachons, dans la présente recherche, à utiliser les représentations de nos interviewés (quel que soit leur âge) à l’égard des valeurs, du droit et du pouvoir comme nous fournissant des éléments sémantiques. Ils font partie de l’ensemble du spectre de significations de la notion interrogée dans le modèle culturel concerné. Le discours, écrit ou oral, des interrogés traduit des évidences explicites ou implicites qu’on peut relever dans l’expression de leurs représentations et reflète donc, notamment, le contexte culturel à l’époque de l’enquête.

La Responsabilité

11La première parenté entre réponses françaises et russes est le sens courant de la Responsabilité, confiée au répondant, de la garde d’une chose lui appartenant ou appartenant à autrui, s’agissant de la maintenir en bon état et/ou de ne pas la perdre. Cette responsabilité, comme celle de la surveillance ou de la protection d’un enfant plus jeune, ou, dans le cadre scolaire, celle du respect de l’ordre dans une classe en l’absence ponctuelle de l’enseignant, a toujours été confiée par ce dernier à qui il faut rendre compte, une fois le devoir accompli.

12Pourtant, dès ce stade élémentaire, l’apprentissage par les adolescents de la responsabilité a une résonance sensiblement différente dans les deux pays. Ce qui semble sous-entendu en Russie est d’abord la menace d’une sanction (Nastia, 13 ans, dit que Responsabilité est un mot du vocabulaire des adultes qui a une résonance désagréable). Mais c’est aussi l’appropriation de l’autorité : c’est le cas pour Serioja, 16 ans, qui apprécie sa responsabilité de chef de classe. Ce n’est pas l’avis des autres adolescents, français ou russes, qui sont unanimes à penser (Emmanuel, 12 ans, Vitia, 13 ans, Victoire, 14 ans, Julien, 14 ans) qu’un groupe d’amis ne peut vraiment fonctionner que sur la base de l’égalité.

  • 11 Elliott Turiel, The Development of Social Knowledge, Morality and Convention, Cambridge Universit (...)

13Mais le sens donné à la Responsabilité est plus nuancé dans le modèle culturel français. Comme le psychologue américain E. Turiel11, nous avons interrogé des enfants de 3 à 5 ans à l’école maternelle où ils se voient confier ce que l’enseignant appelle des « responsabilités » (effacer le tableau, ranger les jouets, tenir la porte). La notion est investie de prestige et exclut la contrainte que comporteraient les termes de « devoir » ou d’» obligation ». À l’adolescence, le mot « responsabilité » conserve son aura positive de libre choix. Son autre signification implique le courage : « assumer ses actes » ou, plus précisément encore « assumer les conséquences de ses actes et de ses paroles » sont des expressions communes aux interviews russes et françaises. Par contre, une mention fréquente dans les interviews russes, et presque absente des interviews françaises, est celle du « remords » ou du « repentir » consécutif à une faute.

14Pour les adolescents français, la responsabilité inclut « le courage d’avouer sa faute ». Sinon c’est alors qu’on serait vraiment « irresponsable » (Victoire). Lorsque le terme de « responsabilités » est utilisé au pluriel dans le sens de tâches que l’on a choisi d’accomplir, le courage peut aussi consister dans l’aveu de faiblesse (Raphaëlle). « Respecter les autres », dit-elle, « c’est une des premières responsabilités que je trouve qu’on a, surtout dans le cadre de la société. Ce n’est pas un devoir ou une obligation. Ça peut être assez naturel de remplir ses responsabilités ».

15En ce qui concerne l’État, les plus jeunes des adolescents français (Emmanuel, Victoire et Julien) pensent qu’il a « de grandes responsabilités » vis-à-vis de la population et qu’elles consistent à assurer le bon fonctionnement de la société (Julien « la France est un État qui a énormément de choses dont il faut prendre soin, donc elle a de grandes responsabilités. C’est la tâche du gouvernement ») et le bien-être des citoyens. Raphaëlle franchit un degré supplémentaire dans l’interaction entre les citoyens et l’État en insistant sur le fait que « On peut avoir des responsabilités vis-à-vis de l’État comme voter. Si on n’exprime pas ce qu’on veut, on ne peut pas assurer le bon fonctionnement de notre gouvernement ».

16En Russie, si les adolescents parlent de la responsabilité des citoyens à l’égard de l’État, ils ne mentionnent guère l’inverse. Serioja affirme même que la responsabilité juridique de l’État n’existe pas ou alors « rarement ». Alina ne comprend pas très bien ce que l’État lui doit. Mais c’est une institution de régulation qui doit faire en sorte que tout individu dans le pays puisse vivre « bien ». Le sentiment de responsabilité est lié à la Faute. En fait ce sont surtout les deux garçons de l’échantillon russe, Vitia et Serioja, qui trouvent que la responsabilité est un sentiment agréable. Les adolescents français trouvent que c’est simplement un sentiment « naturel ».

17Finalement, à propos du sentiment de responsabilité, l’on oscille entre son origine 1) dans une faute commise – soit, en Russie, une atteinte à autrui, soit, en France, une infraction aux règles 2) dans l’acceptation d’une tâche qui t’est confiée par une personne d’autorité ou encore 3) dans l’accomplissement de tâches dont tu t’es volontairement chargé.

18Quoi qu’il en soit, si le refus d’assumer une tâche ou d’assumer une faute te rend « irresponsable », l’acceptation te confère de l’Autorité, concept sur lequel il nous faut nous arrêter maintenant

L’Autorité

19L’Autorité revêt une signification ou une résonance différente dans les modèles culturels français et russe. Raphaëlle tentait de définir l’Autorité (« nécessaire dans l’éducation ») comme « le bon mélange d’amour, de douceur et de fermeté pour faire respecter des règles ». Les jeunes Russes parlaient d’abord de l’Autorité comme d’un modèle ou d’une référence. La notion russe d’avtoritet désigne à la fois une personne et/ou une fonction. Du pouvoir qu’elle exerce découle le respect qu’elle inspire. Enfin, l’opinion de l’avtoritet « fait autorité ».

20L’une des différences essentielles entre adolescents français et russes, c’est que les premiers estiment qu’un groupe fondé sur l’amitié est incompatible avec une autorité qui « décide pour les autres ». Mais Nastia explique que, dans un groupe, il peut y avoir quelqu’un qui est à la fois une référence et une autorité. Vitia trouve que s’il y a des garçons dans le groupe qui ont plus d’autorité que les autres, s’il faut obéir, alors ce n’est plus une vraie amitié. Quant à Serioja, il a une tout autre conception puisqu’il explique que, dans son groupe, c’est lui-même qui est considéré comme une autorité pour ses qualités spécifiques, « la responsabilité, la faculté de communiquer », parce qu’il « peut commencer la conversation ».

21Pourtant l’autorité est aussi un phénomène naturel. « Dans un groupe d’amis », dit Victoire, « il y en a qui se détachent ou qui ont une espèce d’autorité naturelle ou bien qui veulent exercer une autorité ». Mais, d’après elle, « C’est juste qu’ils veulent l’autorité et que les gens se laissent avoir. Pas moi en tout cas ». Quant à Raphaëlle, critique à l’égard de l’autorité (le mot lui évoque « le totalitarisme »), elle dénonce le phénomène de l’autoritarisme de certains de ses camarades et les manipulations auxquels ils se livrent « si on se laisse faire ».

22À ce propos, Julien parle de limites de l’autorité : même lorsque quelqu’un occupe un poste d’autorité, il ne pourra convaincre que par sa compétence dans le domaine concerné. Il y a certes, dans un pays, ceux qui disposent de l’autorité (ministres et chef de l’État). Mais occuper un poste d’autorité est insuffisant pour être entendu ». Outre la compétence requise dans la situation concernée, il y a la qualité d’expression. On doit être très réfléchi, très convaincant dans ses arguments ».

  • 12 Ch. Kourilsky, « Modèle culturel russe et évolution de la régulation normative de la famille », D (...)

23Qui détient l’autorité dans la famille ? Les répondants français pensent que les deux parents détiennent l’autorité au même degré. Mais en Russie, pour Serioja comme pour Nastia, l’autorité au sein de la famille appartient à la mère comme dans la prééminence du rôle maternel dans la famille russe12 que nous avions notée antérieurement.

24Julien et Alina sont les seuls à souligner l’inégalité créée au sein de la famille par la différence d’âge entre les générations. Cette différence crée (Julien) ou renforce (Alina) une différence de statut. Pour la seconde, l’autorité dans la famille, c’est, quand tu es enfant « la personne que tu as envie d’imiter, qui est pour toi un modèle. Bien sûr, ça change à mesure que tu grandis ».

Dès lors se pose le problème de la Liberté

25Comment la Liberté est-elle éprouvée, seul ou au sein d’un groupe, qu’il s’agisse de la famille, du groupe de pairs, de la société ou de l’État ? Quand on est seul, on est libre de penser ce qu’on veut. Mais c’est pourtant dans un groupe d’amis que l’on se sent libre bien qu’il faille discuter pour se mettre d’accord sur ce qu’on va faire ensemble. Les garçons (Emmanuel, Julien) soulignent qu’en France, les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent tant qu’ils ne transgressent pas de règle ou de loi (« on n’a que la responsabilité de veiller sur soi-même. Là où je me sens le plus libre c’est probablement dans la rue quand je suis avec des amis »). Les filles ont une conception plus large (Victoire : « la première limite c’est la loi et ensuite le respect envers les autres »). Victoire appelle cela des responsabilités.

26Pour Raphaëlle, le critère de la liberté est d’abord le sentiment de liberté de choix : « Pour moi la liberté c’est quelque chose où tu as le choix, quand ça vient de toi-même, quand tu ne te sens pas mal dans ce que tu viens de faire ». De toute façon, l’interaction avec les autres est même nécessaire. « Seul, on a des idées mais ça ne vous aide pas à réfléchir parce qu’on ne peut pas exercer sa liberté d’expression si on ne parle avec personne ».

27En Russie, la liberté fait partie pour les filles du même rêve de liberté d’action qu’en France. Au contraire, pour les plus âgés, la liberté est une notion fragile (« une frontière ténue le long de laquelle il faut marcher d’un pas égal. Si tu la franchis, d’un côté tu n’auras plus de liberté, de l’autre côté tu auras de gros problèmes »). L’approche est donc beaucoup plus nuancée que lors de l’enquête de 1993 et de l’exigence de liberté inconditionnelle. Vitia que cela tente est pourtant capable de définir la liberté comme « ce qu’on peut faire sans transgresser les règles » et sans porter préjudice aux autres. Nastia et Serioja sont du même avis. Mais contrairement aux autres, Serioja affirme que pour lui c’est « à la maison, dans la famille » qu’il se sent le plus libre. Il aime que ses parents soient « à côté » dans cette famille où, d’après lui, l’autorité est exercée par sa mère.

28Alina est la seule à ne pas se sentir libre en raison de sa peur de l’État « qui n’a aucune restriction pour utiliser la violence dans les cas où les citoyens se permettent d’exprimer des critiques et spécialement toute forme de protestation publique contre la violation de leurs droits ». La liberté ce serait « aller quelque part sans ressentir les limitations qui sont imposées ». Et pourtant « la liberté c’est important. Chacun devrait avoir un droit d’écrire et d’exprimer ses pensées. Je pense qu’il n’y a pas d’autre moyen de vivre ». Pourtant, à l’étranger, dès qu’on ne ressent plus les limitations qui sont imposées, on est confronté à la plus lourde de toutes les responsabilités, la « responsabilité de soi-même ».

29En résumé, sauf Alina qui ne se sent pas libre, les adolescents français et russes se définissent comme des êtres libres. Tous les garçons, français (Emmanuel et Julien) comme russes (Vitia et Serioja), définissent la liberté comme ce qu’on peut faire dans les limites de la loi. Les deux filles russes, chacune à leur manière, se rapprochent de cette conception d’une régulation de la liberté personnelle par les règles extérieures même si Alina en déduit qu’elle ne se sent pas libre. Les deux filles françaises semblent avoir un tout autre point de vue en se définissant par ce qu’elles ou les autres ressentent : on n’a pas le droit de « faire n’importe quoi » sans se préoccuper de savoir si cela gêne les autres, si cela porte atteinte à leur propre liberté.

La Solidarité

  • 13 Olga Zdravomyslova, « Une condamnation à l’inexistence… », op. cit.

30C’est probablement la conception de cette valeur qui introduit le clivage majeur entre les modèles culturel français et russe. Si, lors des enquêtes de 1993 et de 2000, les répondants russes semblaient déroutés par ce terme, ils répondent maintenant qu’il s’agit d’un « accord » (comme si la notion faisait l’objet d’un consensus national). Il peut s’agir d’un accord collectif ou interindividuel, sur un point particulier ou sur une attitude, ou encore non explicite (« accord voilé avec l’opinion »). En français la notion « se solidariser avec » ou au contraire « se désolidariser de » telle ou telle manifestation, concerne plutôt l’opinion d’un individu par rapport à celle d’un groupe dont la force collective ferait pression sur lui. Mais il nous semble que la notion russe de solidarité privilégie le fait de « se joindre à » l’opinion, qu’il s’agisse d’un individu, d’un groupe ou de l’opinion publique. Faut-il y voir une rémanence de la très ancienne suprématie de la communauté (mir) sur les opinions dissidentes (« quand il y a un litige et que quelqu’un cesse de contester et est d’accord. On l’appelle solidaire ») ? Comme si la diversité des opinions était condamnable dans la société russe. Olga Zdravomyslova13 analysait récemment l’idéologie poutinienne comme déclarant s’appuyer sur l’opinion de la majorité de la population russe, en plein accord avec le retour aux valeurs traditionnelles russes.

31Pour la plus jeune des interviewés russes, Nastia, « la solidarité c’est une décision commune et c’est bien », en tout cas, cela concerne la famille et les amis. Pour Vitia, ce n’est pas très clair. Cela signifie que les gens sont unis et s’entraident ou se soutiennent, ce qui concerne la famille et les amis. Serioja est beaucoup plus déterminé et définit la solidarité comme une unité qui existe partout dans la famille, à l’école ou dans un groupe d’amis. Enfin, pour Alina, les choses vont plus loin « la solidarité, c’est une communauté de vues mais, en plus, le fait de se témoigner un soutien mutuel. Cette solidarité qui, par exemple, naît dans les meetings est particulièrement visible quand les gens s’unissent et veulent réaliser quelque chose ». Dans la famille c’est plutôt le « soutien » qui « n’implique pas que vous ayez des conceptions identiques sur la manière dont est construit le monde ». La définition la plus parlante de la solidarité dans la conception russe est donc « l’adhésion profonde à la cause défendue ». Pour Alina, aider les pauvres ou les malades, ce n’est pas de la solidarité, « c’est une nécessité et une responsabilité ».

32La conception rencontrée chez les adolescents français est plus proche de cette dernière conception. Pour eux la solidarité est une « entraide visant à répondre à un besoin » qui se manifeste chez les autres. Proche d’une solidarité réciproque chez Emmanuel, elle est plus pragmatique chez Victoire, (« s’entraider, aider ») où elle doit être liée à l’émotion (« ne pas rester insensible »). Julien pense à une véritable solidarité interhumaine. Enfin, pour Raphaëlle, la solidarité est une responsabilité « mais une responsabilité voulue, choisie, ce n’est pas le terme de « devoir » que (elle) n’aime absolument pas ».

33La notion de Solidarité est beaucoup plus exigeante en Russie puisqu’elle y est assimilée à une communauté de vues, à une identité de conception du monde. Le fait d’exiger idéologiquement une telle cohésion est susceptible d’engendrer deux types de conséquences : soit des conflits ouverts, soit des conflits larvés. Ces derniers peuvent se subdiviser chez les individus soit en opportunisme assumé (du type, a contrario, de « l’accord voilé »), soit en un sentiment de culpabilité doublé par la crainte de rentrer dans la catégorie de « ceux qui pensent autrement ». Ce qui nous ramène aux deux notions transversales de Faute et de Conflit.

La Faute

34On sait que les Français assimilent la faute à une « erreur » (une « erreur grave » lorsqu’il s’agit d’une infraction pénale) pour échapper au sens littéraire de « faute morale » ou de « péché de chair » alors que son équivalent russe, le terme vina rappelle la signification de péché. Mais, contrairement à l’apparente légèreté des réponses écrites, les interviews des adolescents français font immédiatement allusion, comme les adolescents russes, au sentiment de culpabilité. Pour Emmanuel, le sentiment de culpabilité c’est quand on a fait une faute comme, par exemple, faire du mal à un ami. Julien dit sans réserve que le sentiment de culpabilité lui est familier comme à chacun. « On ne se sent pas bien et on aimerait beaucoup s’excuser. C’est lié à quelque chose qu’on a fait ou, au contraire, qu’on n’a pas fait, mais qui vous préoccupe quand même ». Mais Victoire manifeste une certaine réticence à propos de la culpabilité. Vis-à-vis de ses amis elle est totalement dans le déni (« Moi je ne dis pas des choses pas bien contre mes amis. Du coup, je n’ai pas de quoi avoir de la culpabilité ») comme par rapport à sa famille (« Par rapport à mes parents, je ne me rappelle pas. Ça ne devait pas être grand-chose alors. Quand je ne me sens pas bien à propos de quelque chose, j’en parle avec mes amis. Mais ça ne m’arrive pas souvent »). Enfin Raphaëlle reconnaît « avoir tendance à se sentir coupable facilement dans des tas de situations, même si c’est stupide, et (elle) n’arrive pas à s’en défaire facilement ». Tout le monde le fait mais il y en a qui le montrent moins que d’autres parce que, comme Nastia, c’est un handicap pour réussir.

35Les timidités et les dérobades des adolescents français montrent à quel point, en France, le rapport à la faute (avoir eu un comportement plus ou moins offensant à l’égard d’autrui) et à la formulation consécutive d’excuses, est un nœud sensible mettant en jeu la timidité, la pudeur et la peur de « perdre la face ». Est-ce uniquement une question d’amour-propre ou également la peur, propre aux garçons français, d’exprimer une émotion ? On peut se demander si l’évitement de la formulation de l’excuse ne fait pas partie d’un modèle pédagogique familial français enseignant, notamment aux garçons, une distanciation par rapport à l’émotion (« les garçons ne pleurent pas »). L’on ne s’étonnerait plus de la réputation d’» arrogance » supposée caractériser les Français.

  • 14 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973, Calmann Levy.
  • 15 On en voit l’expression directe dans Le bourgeois gentilhomme de Molière

36Rappelons, à cet égard, le brillant ouvrage de Norbert Elias La civilisation des mœurs retraçant notamment l’évolution de riches bourgeois désirant s’approprier les manières des aristocrates ruinés auxquels ils donnaient leurs filles en mariage14. Leur crainte principale était que des manières trop simples ne trahissent leur origine sociale inférieure15. En s’appropriant maladroitement un mépris aristocratique né de la certitude séculaire d’une supériorité de classe, ils excluaient une formulation d’excuses pouvant les placer en infériorité. Ils adoptaient ainsi un comportement dépourvu de noblesse réelle sine nobilitate – dont le terme abrégé « snob » devait passer dans le langage courant.

  • 16 Voir les ouvrages destinés aux enseignants sur « La lecture expressive ».

37Le modèle russe est inverse : il passe par la reconnaissance de la culpabilité dans des réponses dont le ton est émotionnel, moral et affectif, que les répondants soient du sexe féminin ou masculin. La faute est définie comme « un sentiment », « une émotion nourrie par la honte » ou encore quelque chose « qui te ronge de l’intérieur » et dont il faut « se racheter ». On voit donc la tonalité du modèle russe exprimant des émotions devenues « naturelles » à l’opposé de la « distanciation par rapport aux émotions » du modèle français. Elle est pour nous « culturelle » puisque l’on constate chez les Russes de toutes catégories sociales une facilité d’expression des émotions relevant d’une longue pratique (qui pourrait être scolaire16).

38Tous les interviewés russes sont d’accord avec le fait que le sentiment de culpabilité naît quand tu as « offensé » ou « blessé » quelqu’un ou plutôt que, en général, quand tu as fait quelque chose de « pas bien ». Nastia observe que ça ne concerne pas tout le monde : certains n’en ont pas conscience, d’autres veulent se soustraire au handicap de la culpabilité pour mieux « se poser dans la vie ». Pour Vitia il y a deux éléments dans la culpabilité : il faut que quelqu’un ait fait quelque chose de mal et que, en plus, il comprenne qu’il a fait quelque chose de mal. Il trouve que c’est « un sentiment important » qu’on éprouve par rapport aux gens auxquels on est attaché (les amis et la famille). Serioja ne paraît pas particulièrement réceptif au sentiment de culpabilité même quand il cite « ça vous ronge la conscience ». Il s’avoue pourtant concerné à propos de l’affrontement survenu dans sa classe en présence de leur nouveau professeur principal, une jeune enseignante inexpérimentée. Il décrit la stupéfaction de la classe quand « On l’a poussée à bout et elle s’est mise à pleurer et tout ça. Parce que, directement devant elle, on s’était mis à régler nos problèmes avec les filles. Alors on a senti qu’on l’avait offensée et qu’on était coupables ». On verra ci-dessous sur quelle base était né le conflit entre garçons et filles. Mais l’intérêt pour la notion russe de faute et de culpabilité est la réaction affective du groupe quand l’enseignante, qu’ils croyaient forte parce que leur supérieure, se sent agressée par le conflit violent entre garçons et filles qu’elle n’arrive pas à apaiser et se met à pleurer ». Elle crée ainsi une situation affective positive à son égard : « alors on a senti qu’on l’avait offensée et qu’on était coupables », ce qui démontre la théorie de Vitia sur l’importance du sentiment de culpabilité.

39Alina développe une théorie de la culpabilité comme elle l’a fait à propos de la responsabilité. Elle est créée par l’éducation « afin que vous sachiez quand vous enfreignez une norme sociale ». Mais il y a un deuxième cas, lorsque la culpabilité est un diagnostic formulé par la société à l’égard de l’individu. Par exemple, si vous êtes allé à un meeting et que vous avez été arrêté, les gens pensent que ça n’arrive « pas seulement comme ça ». Et pourtant ça peut être injustifié. En fait, « loi et culpabilité encerclent toute la société et essaient d’en prendre possession ».

Le Conflit

40Interrogés sur la survenance de conflits dans leur groupe, la manière dont ils le vivent et la manière dont les conflits se règlent, les enquêtés français sont plutôt diserts : Emmanuel raconte que, dans sa classe, « un garçon a commencé à provoquer l’autre en le menaçant de sa règle. Mais deux garçons de la classe les ont séparés ». Lui-même, par timidité, hésite à intervenir de peur de se faire agresser. « Parfois je ne suis pas d’accord. Mais quand je le dis, ça dégénère ». Victoire décrit un conflit entre filles en apparence moins violent mais aussi moins facile à résoudre « La seule solution aurait été qu’elles admettent toutes les deux qu’elles ont eu tort… ce qu’elles n’ont pas fait ». Julien, sur le même sujet, réfléchit au fait de savoir qui a l’autorité pour trancher un conflit. Au collège, il pense que tout le monde peut le faire qui serait ami avec les personnes en conflit. Mais s’il s’agit d’une autorité supérieure, le problème est plus difficile puisque la fonction d’autorité ne suffit pas et que la situation nécessite compétence et qualité d’expression de l’intervenant. Quant à Raphaëlle, elle décrit l’évolution conflictuelle dans le temps d’un groupe d’amis, au départ assez soudé, à la faveur du rapprochement de certains membres du groupe avec des personnes extérieures qu’elle décrit comme racistes. Finalement le groupe a éclaté faute de trouver un compromis ou de le trouver acceptable.

41Le problème du conflit est particulièrement éclatant à propos de l’attentat contre l’équipe de rédaction du journal Charlie Hebdo dont les membres ont été assassinés par deux terroristes jihadistes en janvier 2015. Les adolescents français soulignent à ce propos l’importance de la loi. « Je ne suis pas sûr que les journalistes avaient raison mais, c’est la loi, ils avaient le droit de s’exprimer » dit Emmanuel. « Les journalistes, peut-être qu’ils provoquent un peu, mais comme on a le droit de s’exprimer en France... ». Pour répondre aux critiques dirigées contre Charlie hebdo, Raphaëlle dit que « Peu importe que les caricatures aient été choquantes pour certains et qu’elles n’aient pas fait rire tout le monde. Ça fait partie de la liberté d’expression. Je trouve que les journalistes avaient entièrement le droit de faire ce qu’ils ont fait ». Victoire pense que « C’est révoltant, les gens (les jihadistes) qui font ça, c’est n’importe quoi… Les journalistes, ils avaient le droit de faire des caricatures. C’est la liberté d’expression ».

42Par ailleurs, en Russie, le groupe d’adolescents russes se distingue des Français en ce qu’ils semblent trouver normal qu’il se dégage une autorité parmi eux. Mais Nastia pense que cela n’empêche pas la cohésion « J’ai rarement vu qu’on se dispute souvent entre amis. C’est seulement s’il apparaît quelqu’un de l’extérieur ». Vitia n’aime pas beaucoup intervenir dans les conflits au collège. Il pense que, si ce sont des amis, ils se réconcilieront de toute façon. Le seul exemple de conflit qu’il cite au collège, c’est une lutte à la cantine pour une part supplémentaire de pâtes. Et pourtant « En principe le bonheur ne consiste pas dans les pâtes… ». De toute façon il est pour le compromis y compris dans les conflits au sein de la société. C’est toujours mieux, selon lui, que l’une des parties cède et que, la fois suivante, ce soit le tour de l’autre.

43Serioja raconte le succès de sa stratégie au collège à l’encontre des filles qu’il appelle « modernes » (elles « travaillent mal et suivent la mode »), liguées contre l’un des garçons. Il a convaincu les garçons d’expliquer aux filles qu’elles avaient tort puisqu’il leur arrivait, à elles aussi, de ne pas porter l’uniforme, d’arriver en retard ou de sécher le cours. Serioja, qui ne semble guère habité par le doute, se déclare partisan de toute méthode « positive » de règlement des conflits à l’issue de laquelle « aucune offense ne demeure ».

44Un problème particulier se pose au sein du groupe de pairs en cas de divergence d’opinion quelle qu’elle soit. La timidité et la peur d’être mis en minorité jouent un rôle important. Nastia préfère ne pas exprimer trop fort ses opinions. Quant à Julien il préfère parfois se rallier à la majorité même sans enthousiasme. Mais il en va autrement quand le conflit est plus grave et concerne la critique de membres jugés indésirables. Julien préfère souvent parler lui-même avec les exclus qui, d’après son expérience, ont souvent des centres d’intérêt personnels à partager.

45Au plan des conflits au sein de l’État, Nastia trouve normale la diversité d’opinion des citoyens. Pour Serioja, l’État doit, pour éviter les conflits, trouver ce qui est nécessaire au peuple (il ne distingue pas entre les opinions de ce dernier). Mais les répondants russes, à l’exception d’Alina qui fait allusion à ce que l’on pourrait appeler la surdité de l’État aux demandes des citoyens, ne s’étendent guère sur ce genre de conflits internes à la société.

46Les adolescents français, au contraire, mettent l’accent aussi bien sur les différences de position entre partis politiques (Julien) que sur les divergences d’intérêt entre les différentes administrations notamment au niveau du budget (Raphaëlle). Ils expriment en conséquence leurs doutes quant à la possibilité de régler les conflits puisqu’il y a toujours une partie qui se sent lésée. Mais pour eux les divergences semblent inhérentes au fonctionnement de la société même si elles ne peuvent être résolues que partiellement par des compromis. Le dernier mot, provisoire, appartient à l’autorité gouvernementale.

L’Égalité des droits

47Pour les adolescents, français ou russes, Égalité et Droits sont deux notions liées entre elles qui apparaissent dès que Julien affirme qu’» un homme doit être traité comme tout le monde ». Pour Victoire, « tous les gens sont égaux, il n’y a pas de personnes ‘meilleures’ à qui on doit plus de respect et d’autres ‘moins bonnes’ que l’on peut frapper et ne pas respecter ». Pour Raphaëlle, l’égalité est d’abord inséparable du droit : « Les mêmes droits, être défendu à part égale devant la justice (impartialité) ». Les adolescents russes sont moins diserts mais pratiquement tous pensent à l’égalité de droits « Quand tu es égal à quelqu’un, vous avez des droits identiques ». C’est donc le sens de l’égalité à connotations juridiques qui prédomine dans les représentations que se forment les adolescents.

48Mais seuls les adolescents français raisonnent en termes de non discrimination. Julien pense notamment aux droits à l’éducation et à l’égalité des sexes. Mais s’il trouve que la France est un État plutôt égalitaire, il y ressent pourtant une certaine inégalité entre les sexes, que ce soit au niveau politique ou au niveau de la famille. Quant à Raphaëlle, elle est frappée par les inégalités entre les riches et les pauvres et entre les genres. Mais elle dénonce tant les inégalités entre les êtres humains et les animaux que le manque de respect des hommes à l’égard de la nature. Elle est aussi frappée par les préjugés pénétrant le dialogue entre les gens (notamment de la part de ceux qui ont fait des études supérieures).

49Seuls Julien et Alina font allusion à l’inégalité structurelle au sein de la famille entre membres appartenant à des générations différentes. Enfin, on voit émerger l’idée de l’inégalité entre enfants et adultes chez Julien, Alina et Vitia. « Les enfants doivent obéir aux adultes parce que les adultes connaissent la loi, ils savent ce qui est permis et ce qui est interdit ».

50Serioja pense que « ça existe, il peut y avoir de l’égalité entre les gens » mais, pour lui c’est surtout dans un groupe d’amis, comme pour Vitia. Pour Nastia l’égalité devant la loi n’empêche pas les exceptions : « dans la famille, il faut obéir aux adultes, dans un groupe, ça arrive que les gens ne soient pas égaux, ce n’est pas bien mais ça arrive ». Alina pense également qu’on trouve l’égalité dans les groupes d’amis. « Dans toute société, les gens se séparent en statuts. Alors qu’entre amis tous sont au même niveau. Une fois que s’est construit un système d’intérêts communs, on est à peu près égaux ». Pour elle, même s’il n’y a pas de bourgeoisie en Russie, les gens travaillent dans le système de l’État et de ce fait, « deviennent des représentants de l’État ». Ils se ressentent comme une « aristocratie » dont le problème est tant « dans le pouvoir que dans la démonstration du pouvoir ».

51Mais quels sont les droits les plus importants pour les adolescents ? À cet égard les adolescents français signalent surtout les différences : « entre les partis politiques, ils n’ont pas la même opinion » (Victoire). Les différences créent les conflits « conflit religieux, conflit entre nations, entre citoyens, à toutes les échelles il y a des conflits » (Julien). Parce que chacun a le droit de s’exprimer, d’exprimer sa position, même de provoquer. C’est dans le cadre de la loi. Manifestement, c’est la loi qui règle tout.

52La tragédie de Charlie Hebdo le confirme. Et Raphaëlle souligne que « le plus important c’est le droit à la liberté de pensée. Le droit à la vie. Je pense que l’homme doit avoir tous les droits qui lui assurent la possibilité de vivre ». Julien : « En ce moment on parle beaucoup de la liberté d’expression, on en a beaucoup parlé avec des profs et entre nous. Les caricatures, oui, ça fait partie de la liberté d’expression mais d’un autre côté il ne faut quand même pas aller trop loin ». Victoire : « Tous les droits de la République française, libertés culturelles, droit d’avoir une opinion personnelle et la liberté de voter ». Pour Emmanuel « De mon point de vue de citoyen, j’ai le droit d’exprimer mes opinions par le vote. Dans la famille, je peux donner mon opinion mais les parents ne m’écoutent pas forcément. Dans mon groupe d’amis, ça peut être interdit de donner son opinion parce que sinon çà crée des conflits ».

53En Russie, Serioja se concentre sur le droit à la vie, à la liberté, le droit d’être sûr du lendemain, le droit à être soigné gratuitement, le droit à l’éducation. À avoir une famille, des parents. Alors que les autres répondants (Vitia, Nastia) se concentrent sur le fait chaque famille établit elle-même les obligations et les droits. Comme elle, elle enseigne à faire prendre conscience du fait que la liberté est limitée par la liberté d’autrui (ne pas déranger les autres) et que, dans l’État, on ne peut pas enfreindre les lois.

Conclusion

54Nous ne ferons ici que quelques remarques sur les traits essentiels des réponses. Elles concernent un niveau très général de réflexion.

Une confiance vigilante à l’égard des amis

55A la relecture de ce texte, on retombe sur une image classique : la confiance « vigilante » de l’adolescent à l’égard des membres de son groupe de pairs. Le mot-clé ici semble être « ami(s) ». Comme si l’adolescent pouvait trouver parmi eux un frère ou une sœur de remplacement capable de le comprendre sans le critiquer. Il n’existe en effet, à l’extérieur de sa famille, aucune position substitutive de membre de la fratrie, entachée par une jalousie née du besoin de reconnaissance parentale. Pourtant l’amitié est-elle explicable ? On se rappelle toujours l’opinion de Montaigne tentant d’expliquer son amitié avec La Boétie en disant en fin de compte « Parce que c’était lui, parce que c’était moi ».

56On comprend à la fois l’attitude de l’adolescent, soulagé de ne plus subir le poids de la surveillance des parents, et sa réserve à l’égard d’un pair qui voudrait s’attribuer l’autorité. On voit bien la réserve de Nastia ou de Vitia ou d’Emmanuel qui n’osent pas protester ouvertement. Mais on s’étonne qu’ils n’osent pas protester à haute voix, y compris vis-à-vis de l’école, contre l’avis dominant du « chef de classe » ou de toute personne en faisant fonction.

57La principale différence entre les groupes amicaux français et russes concerne l’émergence de l’autorité. Celle-ci est directement affirmée en Russie, avec des structures qui la mettent en valeur comme, par exemple, pour Serioja, le fait qu’il soit chef de classe depuis plusieurs années et apprécie le pouvoir que cela lui donne. En France, l’émergence de l’autorité est plus « sournoise » : ou bien certains veulent affirmer leur autorité personnelle malgré la contestation des autres ou bien, comme le raconte Raphaëlle, il se dégage dans le groupe des gens à qui on veut demander leur avis.

Un droit de faire reposant sur l’habilitation par des règles

58Une autre image apparaît qui rejoint l’observation que nous formulions nous-même dans nos premières recherches sur la socialisation juridique des adolescents : l’apprentissage précoce de la notion de droit. En effet, contrairement aux locutions utilisées dans d’autres langues, la langue française courante utilise couramment le mot « droit ». L’enfant français affirme qu’il « a le droit » de faire telle chose, que l’autre « n’a pas le droit » de l’attraper quand il est en position de sécurité, et dit qu’il « a le droit » de regarder la télévision ou de jouer à tels jeux video quand il a fini ses devoirs parce que ses parents l’y ont autorisé. On voit bien, dans les réponses des adolescents français, que c’est parce que les parents sont, en vertu de la loi, responsables de leur enfant mineur qu’ils ont le pouvoir de l’autoriser à faire telle ou telle chose. L’autorisation parentale joue le rôle de substitut d’autorisation légale.

59Les langues étrangères les plus courantes sembleraient au contraire ne pas favoriser cette confusion du niveau d’autorisation. Les expressions, anglaises ou allemandes, « May I ? » ou « Darf Ich ? » semblent donner plus de pouvoir autonome aux parents ou aux personnalités chargées du maintien de l’ordre dans leur secteur d’activité et de responsabilité.

60Les règles sont celles de l’usage précoce et généralisé du terme « droit » dans des expressions comme « avoir le droit » c’est-à-dire « être autorisé en fonction des règles qui s’appliquent dans l’activité/jeu considéré ». Avoir le droit c’est-à-dire être habilité par les règles qui s’appliquent à l’activité considérée. Comme si toute activité était régie par des règles précises. « J’ai le droit » dans tel ou tel cadre (de jeu par exemple) « en vertu des règles qui s’appliquent à ce jeu ». Toute expression comme « J’ai le droit de faire telle chose » recouvre un fond environnemental du genre « J’ai reçu l’autorisation de la part des autorités compétentes de faire telle chose dans telles circonstances » ou bien « de la part des règles qui régissent ce jeu ».

61Pourtant, comme l’expliquent les adolescents comme Julien, Alina, Vitia ou Nastia, les parents ont le pouvoir d’autoriser ou d’interdire telle activité susceptible de porter préjudice à telle ou telle activité d’autrui, parce qu’ils « connaissent les règles ». L’expression « avoir le droit » serait-elle une « coquetterie française » ou viendrait-elle confirmer le stéréotype russe à propos des Français qu’il s’agit d’une civilisation juridique ?

Avoir une activité autonome de Responsabilité

62On a vu que l’apprentissage d’une responsabilité autonome démarrait dès les structures pédagogiques de l’école maternelle. Les affirmations des répondants français contre le phénomène d’autorité au sein d’un groupe d’amis (« s’il nous prend pour ses esclaves, ce n’est pas possible ») rejoignent le rejet de l’autorité des aînés, que ce soit dans un groupe d’amis ou au sein d’une fratrie. Si la liberté et l’égalité se trouvent dans un groupe d’amis, comme les adolescents français le disent à plusieurs reprises, c’est à une double condition impérative : non surveillance par une une autorité en position de supériorité, fut-elle parentale ou professorale, non jugement de supériorité ou d’infériorité, tout le monde est en position d’égalité. Et puis, « respecter les autres » c’est la première responsabilité qu’ils trouvent qu’on a.

63Peut-on appliquer ce modèle d’analyse aux adolescents russes ? Par exemple l’égalité dans le groupe. Cela semble battu en brèche par la division selon le sexe prônée implicitement par Serioja qui ne met en scène, d’une part, que des filles disciplinées ou indisciplinées et, d’autre part, lui-même comme autorité dans le groupe. Également selon Nastia qui confirme que ce sont en général des garçons qui assurent l’autorité dans le groupe. Ce sont donc « eux » également qui décident si quelqu’un est « moins intelligent » quand il s’oppose à l’opinion de la majorité du groupe pour évaluer un livre ou un film. La question devient plus délicate encore s’il s’agit de formuler des opinions politiques ou des opinions dissidentes par rapport à la discipline de l’école. On a l’impression que la société et l’État font irruption dans les représentations des uns ou des autres en suivant le canal des groupes acceptés au sein de l’établissement d’enseignement.

64Chantal Kourilsky-Augeven

« Depend-on » ou « faire partie de » ? La formation du sentiment d’appartenance au groupe

65Si la société française, en résolvant ses problèmes d’aujourd’hui, s’appuie sur des valeurs démocratiques adoptées, des normes et des mécanismes juridiques en fonctionnement, par contre l’on assiste encore, dans la société russe post-soviétique, depuis les années 1990, à la formation des représentations concernant les valeurs prioritaires en voie de consolidation, l’ordre public normatif et les moyens de le soutenir.

  • 17 Les recherches sur les représentations du droit ont été effectuées par Chantal Kourilsky-Augeven, (...)

66Nos recherches sur les images du droit, effectuées en 1993 et 2000-200117 ont permis de déduire que c’est à cette période que s’est élaborée chez les jeunes Russes une nouvelle vision de la société et d’eux-mêmes au sein de cette société, les rapprochant de leurs pairs français. En même temps, nous nous sommes rendu compte que les modifications des représentations du droit étaient contradictoires, que la destruction de la conception totalitaire soviétique du pouvoir et la construction d’un État de droit exigent non seulement du temps mais aussi des efforts suivis de la part de l’État et de la société. Il était évident que les forces politiques, dans leur lutte pour l’influence, faisaient usage de la ressource des représentations de masse antérieures enracinées dans l’expérience quotidienne des gens. Il se produisait dans la conscience de masse une combinaison de « l’ancien » et du « nouveau » qui empêchait plutôt qu’elle ne favorisait la formation de la pensée et du comportement d’un citoyen de l’État de droit.

  • 18 S. Green, Moscow in Movement, Power and Opposition in Putin’s Russia, Stanford University Press, (...)

67Cependant on peut tomber d’accord avec Samuel Green sur le fait que 12016-10-04T10:36:001«Russian citizens are best understood not as passive, untrusting and hide-bound individualists but as adept navigators of shifting an uncertain sociopolitical landscape than they nonetheless understand exceedingly well»18. Ce qui vient d’être dit concerne au premier chef les jeunes citoyens russes. Mais l’approche de la majorité dans ces temps troublés est une véritable croisade.

  • 19 Discours inaugural de Vladimir Poutine le 7 mai 2000 http://www.mn.ru/blogs/blog_reference/80928.
  • 20 La nouvelle majorité Poutine : Une critique pragmatique, non indifférente et patriotique. Centre (...)
  • 21 L. Gudkov, « L’homme soviétique simple de la sociologie de Juri Levada », Obshchestvennye nauki i (...)
  • 22 Interview avec le sociologue Valery Kasamara, directeur de la recherche sur « La génération Pouti (...)
  • 23 N. Zorkaja et E. Liozina, 2015, « La Russie et l’Europe 2000-2015 »,: résultats d’un projet commu (...)

68Par contraste avec la période de la fin des années 1980 et du début des années 1990, la priorité proclamée de l’État et de la société russes depuis 2000 (à l’ère Poutine) est la stabilité politique sur la base des valeurs du patriotisme, de l’unité (« du rassemblement du peuple de Russie autour de buts et d’objectifs clairs »19) et d’un sentiment profond d’appartenance à la Russie et à l’État russe, à la famille et à la religion orthodoxe. Les enquêtes d’opinion témoignent du fait que ces idées sont soutenues par une écrasante majorité de la population et que, d’ailleurs, une grande partie de la jeunesse les soutient avec enthousiasme20. Une série de chercheurs expliquent ce « tournant conservateur » par la stabilité et la capacité à la reproduction du type culturel et psychologique d’un « homme soviétique simple » totalement dépendant de l’État21. C’est pourquoi à l’ère postsoviétique, les institutions fondamentales de la socialisation n’ont pas changé et « la nouvelle génération de la Russie nouvelle se révèle en un ‘homo soveticus’ et non en un homme parfaitement nouveau »22. Ce phénomène s’exprime dans le fait que les valeurs européennes sont, de façon croissante, perçues comme étrangères à la culture russe. Les enquêtes du Centre Levada montrent qu’une partie considérable des jeunes Russes se rallie à « l’opinion dominante » considérant l’Europe comme étrangère à la civilisation russe « qui vit selon ses propres lois et avec d’autres relations entre les gens »23.

  • 24 V. Magun, M. Rudnev et P. Schmidt, « La typologie des valeurs européennes et les valeurs de base (...)

69En même temps, de nombreuses recherches comparatives sur les valeurs des jeunes Russes montrent de façon convaincante que c’est précisément dans les jeunes générations que se produit en Russie tant une réduction de la part des « hommes soviétiques simples » qu’un « bond évident vers les classes individualistes » qui choisissent les valeurs d’indépendance et de risque tandis que se détruisent les représentations d’une tendance particulière vers le collectivisme et la « communauté » (sobornost’) qui serait assignée aux Russes24.

  • 25 Young people facing the future. An international survey. Survey conducted by Kairos Future. Fonda (...)

70Les interprétations sont semble-t-il contradictoires. Elles sont cependant en résonance avec les conclusions d’une enquête sur les jeunes Européens de 17 pays. Les résultats de cette enquête ont montré que, d’une part, les jeunes Russes sont de multiples manières similaires à leurs pairs européens y compris les jeunes Français. Mais, d’autre part, les représentations des jeunes Russes se sont révélées extrêmement contradictoires. Cela donne une raison de supposer que « à travers sa jeunesse, la société russe semble ainsi éprouver une forte tension entre un désir de changement et la pression exercée par lui, d’une part, et les peurs ou les fortes réactions suscitées par les révoltes sociales résultant de cette pression »25.

71Dans cette perspective ce qui présente un intérêt particulier est la manière dont les jeunes s’intègrent dans la société au sein de laquelle ils vivent. Eu égard à notre recherche cette question peut être formulée de la manière suivante : comment se forme le sentiment d’appartenance à un groupe chez les adolescents russes de la « génération Poutine » par comparaison avec leurs pairs français.

Adolescents russes et français : « Dépend-on » contre « Faire partie de »

72Dans notre recherche du début des années 2000, les 12-17 ans russes et français comprenaient le mot « appartenir » de deux façons : 1) la possession, la jouissance exclusive d’une chose et/ou d’une propriété ainsi que la responsabilité liée à cela ; 2) l’appartenance à un groupe au sens large ou étroit de ce terme. C’est ce deuxième aspect de la notion « Appartenir » qui correspond à la perception du groupe et de leur position dans ce groupe qui éclaire la manière dont un sentiment d’appartenance à la communauté est développé chez les adolescents russes et français.

73La majorité des adolescents français ont perçu le fait d’appartenir à une communauté comme un tout, de façon positive : comme la participation au groupe, les relations avec l’autre ou les autres personnes, la solidarité : « Faire partie d’une classe sociale, d’un groupe de personnes etc. ». « La solidarité », « Etre dans un groupe », « Ensemble », « Avoir un lien avec une chose », « Faire partie d’un ensemble de personnes ». Chez les 6e et les 4e on rencontre également des associations uniques, négativement colorées, du terme Appartenir à la dépendance, à la soumission, à l’absence de liberté : « Ne pas être libre » « On n’est plus libre » « Esclave » « Être dépendant » « Prisonnier ». Il est caractéristique que ce type d’association soit absent chez les 1e.

74Les réponses des adolescents russes étaient plus émotionnelles, plus nuancées et, en même temps, profondément ambivalentes. Par contraste avec les adolescents français, les adolescents russes de tous les groupes d’âge associaient « appartenir » principalement à la dépendance, à la subordination, à l’absence de liberté et à l’absence de droits. En 6e : « Ne pas vivre en liberté » ; « Être sous surveillance, se soumettre » ; « Ne pas avoir de droits ». En 4e : « Être en pleine dépendance par rapport à quelqu’un d’autre sans avoir le droit à une opinion personnelle, en ayant l’obligation d’une totale obéissance à quelqu’un d’autre » ; « Pouvoir, discipline ». En 1e : « Être sous la domination de quelqu’un » ; « Être obligé envers quelqu’un de quelque chose et ce quelqu’un peut disposer de toi » ; « Écouter les ordres » ; « Ne pas avoir de Moi propre ».

75Et en même temps, à la différence de leurs partenaires français, les adolescents russes ont mis en valeur une sphère de « l’appartenance » dans laquelle les relations de dépendance leur ont semblé non seulement « naturelles » mais nécessaires – c’est l’amour, le sexe, la famille (En 4e : « Être aimé et aussi aimer » ; « Sexe, partenaire » ; « il doit y avoir quelqu’un qui t’aimera très profondément, qui te suivra où tu veux ». En 1e : « L’amour, le dévouement spirituel réciproque », « La famille », « La famille est la cellule de la société ». Cependant les plus âgés (les élèves de 1e) ont mentionné le conflit entre la dépendance et la liberté qui naît en relation avec l’appartenance à une autre personne ou un autre groupe. « Être lié à quelqu’un ou à quelque chose, c’est-à-dire dépendre ; « 12017-03-20T14:42:001Fil ténu (nitochka). Elle est attachée à cet homme. S’il y en a beaucoup, elle peut se perdre et étouffer » (En 1e). Cette nuance est absente des réponses des adolescents français.

  • 26 Ch. Kourilsky-Augeven. « Le modèle culturel russe et l’évolution de la régulation normative de la (...)

76Dans ces réponses, essentiellement féminines, on peut remarquer la manifestation des particularités du modèle culturel familial décrit par Chantal Kourilsky-Augeven à partir des données de l’enquête effectuée à Moscou en 1993. « En première, pour la majorité des filles, la famille est associée avec l’autorité… Et elle n’est presque pas associée avec la liberté. Il semble qu’elles s’identifient avec la famille et dans une certaine mesure la considèrent comme un piège26 (souligné par moi OZ).

  • 27 C. Humpfrey, Alternative Fredoms. Procedings of the American Philosophical Society. Vol. 151, n°1 (...)

77Les adolescents russes, par comparaison avec les Français, ont rarement mentionné la « participation, le fait d’être membre d’un groupe, l’union des individus ». Cependant, à la différence de leurs partenaires français, ils ont mis l’accent sur le fait que « Appartenir » signifie une confusion de la dépendance et du soutien, de la soumission et du fait d’être défendu. Se trouver dans la dépendance de quelqu’un, mais en même temps être défendu ». À cet égard nous nous référons à l’observation de l’anthropologue Caroline Humpfrey selon laquelle la représentation de la liberté chez les citoyens russes ordinaires est couplée avec l’expérience d’un sens d’appartenance à la communauté. Cette combinaison est associée avec – l’une des notions centrales du modèle culturel russe – « le monde » (mir) qui concerne l’organisation de la vie et des relations dans une communauté paysanne traditionnelle : 12016-10-04T10:36:001«Freedom here melds svoboda with mir, producing an emotion of security, warmth and expressiveness…».27. De là naît une forme spéciale de cohésion sociale fondée sur les relations de parenté proche (familiale) qui implique un degré élevé de dépendance réciproque.

78On peut observer des échos évidents de cela dans les représentations des adolescents russes. De manière intéressante, parallèlement à la protestation contre l’appartenance-soumission (« Les individus ne doivent appartenir à personne !!! » écrit un élève de 4e) les adolescents russes démontrent non seulement une attitude ambivalente à l’égard de la dépendance et, par conséquent, de l’indépendance (« Dans toute dépendance il y a des aspects positifs et négatifs » raisonne un élève de quatrième) mais aussi un désir clair d’appartenir, de dépendre d’une autre personne quand il s’agit d’attachement émotionnel. (« Il est magnifique d’appartenir à l’homme que tu aimes et qui t’aime » rêve une élève de 4e).

79Vingt ans plus tard, en 2013, nous observons des réponses similaires chez les adolescents russes. « Se soumettre cela signifie appartenir à quelqu’un ou quelque chose » (fille, 15 ans). « Famille » (fille, 18 ans). « Un homme peut appartenir mais c’est déjà le sens du droit du servage » (fille, 13 ans).

80L’appartenance à un groupe, de la sorte, est pour les adolescents une question de réflexion et de choix de comportement dans le cercle des proches, des amis ou d’une communauté plus large. Dans les réponses des adolescents russes chez lesquels l’appartenance au groupe soulève des émotions larges et contradictoires, on peut trouver quatre stratégies dintégration au sein du groupe. En premier lieu, c’est l’obéissance et la soumission à l’autorité (ou aux autorités) supérieure, ou bien une stratégie de loyauté intégrale (« Être fidèle à quelqu’un ou à quelque chose, écouter les ordres » ; « Être à la disposition exclusive du maître, des maîtres »). En second lieu, la stratégie instrumentaire et « hypocrite » ou la loyauté en échange du soutien (« Remplir toutes les obligations de cette appartenance (par exemple à l’organisation) et la possibilité de toujours trouver un soutien »). En troisième lieu, la stratégie du compromis ou l’évitement des conflits et le support de sa propre autonomie à l’intérieur de la communauté assurant sa protection (« Appartenir – avoir une protection mais ne pas se trouver dans une dépendance d’esclave »). En quatrième lieu, une stratégie de protestation potentielle ou la volonté de résister, une disposition à s’opposer à la pression et à la limitation de la liberté. (« L’homme ne peut appartenir à un homme » ; « Appartenir à quelqu’un signifie ne pas avoir de ‘moi’ propre » ; « Appartenir à quelque chose ou à quelqu’un signifie être en contrainte, il n’y a pas de liberté démocratique bien qu’appartenir à l’État signifie la responsabilité »).

81En même temps les associations les plus typiques des adolescents français au mot « appartenir » « faire partie de » contient également la question de savoir résoudre la contradiction entre soumission et liberté, entre dépendance et autonomie. Cela s’exprime assez clairement dans les associations que nous trouvons dans les réponses des adolescents français au questionnaire de 2013 : « Un mineur appartient à ses parents. Il dépend d’eux » (garçon, 12 ans). « Quand il s’agit d’une personne, il n’y a pas d’appartenance, chacun est libre de prendre ses décisions (seul si on le veut) » (fille,12 ans). « Faire partie de quelque chose (associations, religions, famille). Sur le sens de « propriété » il me fait penser à une cage, à un oiseau en cage en fait… Personnellement je n’aime pas le sentiment d’appartenance, je suis libre (de penser, d’agir). Pour « faire partie de », il peut être pris de façon positive (ex. famille, certaines associations) ou négative (religions, secte), marionnette » (fille, 15 ans).

82L’interview des adolescents des deux pays sur la responsabilité, l’autorité, la solidarité, le sentiment de culpabilité, ainsi que le conflit, la liberté, l’égalité et les droits, donne la possibilité d’examiner plus en détail comment, dans le cadre des modèles culturels russe et français, se résout le conflit entre la dépendance et l’autonomie. Chantal Kourilsky-Augeven ayant analysé de manière détaillée l’interview dans la première partie de l’article, nous ne soulignons ici que quelques particularités des représentations des adolescents essentielles pour la compréhension de ce conflit.

« Tu es responsable »

83« Tu expérimentes le plus haut degré de responsabilité en relation avec la famille... Je ne comprends pas réellement ce que l’État devrait faire pour moi » (Alina). « La responsabilité pour eux-mêmes et les conséquences de mes actions » (Victoire). « La France est un État qui a énormément de choses dont il faut prendre soin, donc elle a de grandes responsabilités» (Julien).

84Pour les adolescents russes, la responsabilité est une qualité humaine importante, très positive. En même temps, la responsabilité est aussi la qualité d’une personne respectée et douée d’autorité, une dette qu’on doit régler en relation avec l’État, aussi bien que les règles qu’on doit suivre à l’école. On peut également trouver une autre idée, celle de l’interconnexion de la responsabilité, de la faute et de la punition « responsabilités associées avec la violation de quelque chose » (Nastia) ; « Vous n’avez pas fait, par exemple, quelque chose que vous deviez faire et cela fait que vous vous sentez mal » (Alina) ; de la responsabilité et de la dette : « la responsabilité est parfois équivalente à un sens du devoir, parce que vous ne pouvez pas agir autrement » (Alina). Ce complexe « responsabilité, dette et faute » décrit pour ainsi dire la perception « féminine » de la responsabilité et est associé avec le type soviétique si bien connu de la mère ayant une activité professionnelle. Celle-ci « est toujours en dette – la famille, le travail, l’État – et elle expérimente le sentiment permanent d’être coupable parce qu’elle ne peut pas être une mère et une épouse « assez bonnes ». La Responsabilité est associée dans les interviews françaises non avec le « devoir » du citoyen envers l’État mais avec la responsabilité de l’État. Elle a donc un sens naturel d’appartenance à une communauté (famille, société) parce qu’elle soutient en même temps la solidarité.

L’attitude à l’égard de l’Autorité

85« Tous sont orientés vers lui. Une personne autoritaire peut se débrouiller. Quiconque gouverne l’État a une autorité, dans la famille – c’est la mère » (Nastia). « Mais considérer quelqu’un comme une autorité ça ne veut pas dire forcément qu’on est obligé de l’admirer et de l’écouter » (Victoire). Selon les adolescents russes, il est très difficile de contester la position de leader si la personne a déjà gagné l’autorité. Par contraste avec les autres, l’autorité est perçue par Alina comme au premier chef une autorité criminelle bien qu’elle dise cela « au sens originel », l’autorité signifie quelqu’un qui est respecté et auquel on fait confiance mais « en Russie il y a très peu de gens que l’on peut écouter et à qui on peut faire confiance ». Quant aux réponses françaises, le pouvoir n’est pas considéré comme une position centrale d’autorité. L’autorité absolue a des connotations clairement négatives : en général le mot autorité, ça t’évoque quoi ? « Le totalitarisme » (Raphaëlle). Selon Julien, l’autorité publique est fondée sur la compétence, la responsabilité, l’intelligence et la capacité de persuader les autres, la capacité d’exercer une influence et l’efficacité.

  • 28 V. Magun, M. Rudnev, « La typologie des Européennes sur les valeurs de Ronald Inglehart et les co (...)

86Elle nous rappelle également certaines des conclusions de l’enquête internationale de Vladimir Magun et de Maxime Rudnev. En comparant les valeurs selon la méthode de Ronald Inglehart, ils ont découvert que 50% des habitants de Russie et seulement 6% des Français appartiennent à la classe de valeurs qu’ils appellent « hiérarchie de pouvoirs ». Cette classe réunit les individus caractérisés par la dominance de la valeur les poussant à suivre les indications « venant d’en haut » sur la valeur de l’action de l’initiative autonome28.

La Solidarité dans la famille ou la Solidarité sociale

87« “La solution commune”. Bonne chose. Dans l’ensemble elle se réfère à la famille. Puis aux amis. L’État est associé avec la solidarité à un moindre degré » (Nastia). « Une unité » (Serioja). « La solidarité c’est si quelqu’un a un problème. On essaie de comprendre, ce qui n’est pas toujours si facile et on l’aide » (Victoire). « Essayer de moins stigmatiser certains groupes de personnes » (Raphaëlle).

88La solidarité a un sens positif pour les adolescents russes : cela est évident dans les résultats des enquêtes de 2000-2001 et de 2013. Solidarité signifie une unité basée sur un consentement commun et sur l’opinion de la majorité. La solidarité – au sens russe d’unité – est associée avec un sens d’appartenir à la communauté des « nôtres » (svoikh), ce qui signifie soutenir l’opinion commune ou bien rejoindre l’opinion commune. La Solidarité est associée avec la famille et les amis. L’État est plutôt exclu de l’espace de la Solidarité.

89Les adolescents français associent la Solidarité avec une idée de support mutuel et aident les gens qui sont dans une situation difficile et ont besoin d’aide. La solidarité a une association claire avec l‘aide mutuelle de gens et de groupes de gens dans la société et au sein de l’État, la solidarité exprime le sens de la communauté de façon prédominante dans la sphère publique.

À propos du sentiment de culpabilité

90« Le droit et la faute sont interconnectés, ils entourent une société et essaient de recouvrir une société » (Alina). « Tu te dis mince, j’aurais dû faire ça, je suis stupide de pas avoir fait ça » (Raphaëlle). « Quand on a fait une faute, quand on est coupable » (Emmanuel).

91En analysant les représentations de la faute dans le modèle culturel français, Chantal Kourilsky-Augeven dit que « les timidités et les dérobades des adolescents français montrent à quel point, dans le modèle culturel français, le rapport à la faute et à la formulation consécutive d’excuses, est un nœud sensible mettant en jeu la timidité, la pudeur et la peur de perdre la face ». Par contraste, se sentir coupable joue toujours pour les Russes un rôle important en fournissant le sens de l’appartenance à la communauté, au premier chef à la famille et au groupe d’amis. Cependant les adolescents russes croient également que la capacité de se sentir coupable peut plutôt être un handicap quand une personne cherche à réussir dans la vie (Nastia) – de telle sorte que la faute devienne un « mécanisme archaïque » d’appartenance à la communauté. Et enfin, en Russie, la faute a un sens politique en tant que base pour les répressions (Alina) – dans ce sens la faute est utilisée pour scinder la société entre citoyens loyaux et population désaffectée.

Face à un Conflit

92« Un conflit naît quand tu as offensé quelqu’un » (Nastia) « Je suis une autorité en classe. Il n’y a pas de conflit avec moi, jamais » (Serioja). « La chose la pire c’est quand une personne ou un groupe entre en conflit avec l’État » (Alina). « Un conflit religieux, un conflit entre nations, entre citoyens » (Julien). « Mais il y aura une sorte de compromis » (Victoire).

93Chantal Kourilsky-Augeven a fait observer que les répondants russes, à l’exception d’Alina, ne s’étendent guère sur les conflits internes à la société. On peut supposer que les adolescents russes expérimentent une sorte de peur face aux conflits – dans la famille et dans le groupe d’amis, aussi bien dans la société et spécialement dans le cas d’un conflit avec l’État. Les adolescents français définissent le Conflit avec plus de details. Ils décrivent un conflit dans la société, au sein de l’État et entre l’État et la société comme un phénomène inévitable : il y a des conflits dans la vie quotidienne et la politique qui ne peuvent pas être réglés absolument, cela arrive assez souvent. Par conséquent, il y a une idée de compromis partiel : « Il faut essayer de trouver un moyen comme de dire Tu as raison mais en même temps… » (Julien).

« Je me sens libre »

94« La Liberté est ce que vous pouvez faire sans enfreindre des règles quand vous avez le droit de le faire » (Nastia). « la Liberté est le droit de faire ce que vous voulez sans porter préjudice aux autres… Je sens une liberté réelle pendant les vacances, dans le village – en totale liberté (na vole)» (Vitia). « Je sens une liberté réelle quand je suis à la maison, dans la famille de mes parents... » (Serioja). « Pour moi, la liberté n’existe pas ici. Dans ce pays. C’est la fuite. Et alors, je suis libre de toutes ses responsabilités pour quelque temps. Des gens qui m’entourent ici » (Alina).

95« Une liberté totale où on pourrait faire absolument ce qu’on veut, non. Première limite, c’est la loi. Et puis ensuite c’est le respect envers les autres » (Julien).  « Les gens sont libres de faire ce qu’ils veulent ... Chacun peut dire ce qu’il veut » (Emmanuel) ; « Tu ne peux pas exercer ta liberté d’expression si tu ne parles avec personne, si tu ne discutes pas » (Raphaëlle) ; « La liberté elle s’arrête un peu là où commence celle des autres. La liberté sans responsabilité ce serait un petit peu le bordel, quand même » (Victoire).

96Pour les adolescents russes la liberté contient quelque chose de dangereux et ceci la rapproche du concept de faute et de responsabilité. En examinant les résultats de la recherche de 2000-2001 et en les comparant avec les résultats antérieurs (la recherche de 1993), nous observons que la liberté a graduellement acquis des aspects juridiques et politiques. Pourtant, l’exigence de liberté personnelle totale a gardé en 2013 et 2015 une des places dirigeantes. Simultanément, les adolescents pensent davantage au danger de la liberté et il semble que les représentations de la liberté politique deviennent plus vagues.

97Pour les adolescents français, la liberté est l’arrière-plan culturel et politique de la société à laquelle ils appartiennent. Les adolescents essaient de combiner l’idée de liberté comme la base du contrat social (« la liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui ») et une inviolabilité de la liberté d’expression même si cela va trop loin quelquefois. (Cette discussion est connectée dans les interviews avec la tragédie de Charlie Hebdo). Mais la liberté d’expression est réalisée seulement à travers une dispute, des débats.

Égalité et Droits sont « très importants »

98« Une égalité entre les gens peut exister... Je ne pense pas qu’il y ait de l’égalité dans l’État… . Pour moi, droit est un mot qu’il est difficile d’appliquer à la famille » (Serioja). « L’État est une personnification de l’inégalité... » (Alina). « Tout le monde est égal et a les mêmes droits peu importe la couleur de la peau, la date de naissance, le sexe. Il y a aussi des droits dans la vie de tous les jours qui ne sont pas inscrits quelque part mais qui sont logiques » (Victoire). « Le droit d’avoir n’importe quelle religion sans qu’on t’embête dans la rue, bref, que des droits très importants que des personnes n’ont pas dans certains pays » (Raphaëlle).

99Chantal Kourilsky-Augeven observe que la solidarité opère une séparation majeure entre les modèles culturels russe et français. Une autre séparation est constituée par les idées complémentaires d’égalité et de droits. On a l’impression que les adolescents russes comprennent de manière beaucoup plus claire ce qu’est une inégalité dans l’État (Alina, Serioja), dans la famille (Vitia, Alina) et même entre amis (Nastia) que ce qu’est l’égalité. Tout en reconnaissant que « les droits sont importants », les adolescents croient qu’ils ne s’appliquent pas aux relations au sein de la famille et entre amis. Cependant, ils sont parfaitement conscients de la manière dont il faut opérer avec les interdictions. L’égalité et les droits ayant un sens plutôt abstrait pour eux, face à un conflit entre la dépendance et l’autonomie dans le groupe, ils se trouvent dans une situation de choix forcé : la subordination par rapport à « l’autorité » et aux règles, que la majorité suit ou « fuit », c’est-à-dire la rupture réelle ou « interne » avec le groupe. Ces deux stratégies empêchent la formation du sens de l’appartenance à un groupe.

100Les adolescents français, au contraire, dans le conflit entre la dépendance et l’autonomie, tendent à s’appuyer précisément sur les idées d’égalité et de droits qui sont perçues par eux non seulement comme des valeurs morales et politiques mais comme des normes de la vie quotidienne.

Conclusion. Le sentiment d’appartenance au groupe dans les sociétés en évolution

101La formation chez les adolescents du sentiment d’appartenance au groupe peut être présentée dans la logique des conceptions reliées entre elles de la responsabilité, de l’autorité, de la solidarité, de la faute et du conflit, de la liberté, de l’égalité et des droits. Cette logique permet de révéler certaines des caractéristiques des modèles culturels russe et français.

102Les conceptions de la responsabilité et de l’autorité chez les adolescents russes interviennent sous deux formes, essentiellement une représentation « féminine » (responsabilité, dette, faute) et une responsabilité comme qualité de l’individu attribuée par le pouvoir (essentiellement une représentation « masculine »). La responsabilité est liée à la famille, mais l’Autorité n’est pas contestée dans l’État et dans la famille.

103La conception de la solidarité a un sens positif mais, de par son contenu, comme l’a noté Chantal Kourilsky-Augeven, elle est opposée chez les Russes et chez les Français. La conception de la solidarité comme « décision commune » ou comme consentement à l’opinion « de la majorité » que, en fait, les adolescents russes soutiennent de façon unanime, forme la représentation de la nécessité d’éviter les conflits, de se rassembler contre ceux qui ne sont pas d’accord avec « la décision commune » et de se soumettre à l’opinion de la majorité. En même temps, la solidarité est comprise comme un attribut de la famille, plus rarement du groupe d’amis, mais non de la société et de l’État.

  • 29 O. Zdravomyslova, « Une condamnation à “l’inexistence” : la “dictature des lois” et l’interdictio (...)

104Ces représentations de la solidarité correspondent pleinement à la conception de la faute. Étant « le noyau archaïque de la loi » (Chantal Kourilsky-Augeven), la faute, comme en parlent les adolescents, lie les gens proches (« les nôtres ») « qu’on ne peut offenser » et détermine les frontières de la liberté individuelle. Quand il les dépasse, l’individu perd son inviolabilité dans la mesure où il peut être exclu du groupe des « nôtres ». Cependant, sous la pression de la tendance individualiste « réussir dans la vie », la capacité d’éprouver profondément la faute perd sa signification de l’une des conditions les plus importantes de formation du sentiment d’appartenance à la communauté. Cependant précisément dans sa « qualité archaïque » – révélation de ceux qui ne sont pas d’accord avec les « leurs » et cohésion de la majorité autour du pouvoir29 – la faute revient dans l’idéologie russe néoconservatrice. C’est dans la logique de celle-ci que les conflits dans la société et, en particulier avec l’État, se présentent comme insolubles et particulièrement dangereux de par leurs conséquences pour l’individu et le groupe. Dans la conception de la liberté, les adolescents se heurtent au problème des frontières de l’espace psychologique et social dans le cadre duquel ils peuvent se sentir libres (« faire ce que je veux ») tout en demeurant protégés. La majorité d’entre eux se désignent comme « des êtres libres » mais la liberté pour eux n’est pas seulement la condition nécessaire d’une « vie normale » mais un défi, un danger et une illusion, en même temps. L’égalité et les droits recèlent un sens juridique et civil. En même temps les adolescents russes se représentent vaguement de quelle façon l’Etat peut les protéger. On a l’impression que les adolescents comprennent de manière beaucoup plus claire ce qu’est une inégalité et ce que sont les interdictions.

105Ainsi le complexe des représentations de la responsabilité, de l’autorité, de la solidarité, de la faute et du conflit, dont le noyau émotionnel de signification est la faute et la solidarité, correspond, essentiellement, aux stratégies de loyauté absolue et de la loyauté en échange de la protection et du soutien. La conception de la liberté, de l’égalité et des droits dans laquelle la liberté est le noyau sémantique et émotionnel correspond à deux autres stratégies (l’évitement des conflits et le retrait de son autonomie à l’intérieur de la communauté ; la stratégie de protestation ou l’opposition à la pression et à la limitation de la liberté).

  • 30 Young people facing the future. An international survey. p. 54.

106Il y a ainsi un ensemble incomplet (asymphytous) : des représentations de la culpabilité, de la solidarité, de l’autorité (« un complexe de dépendance » reproduisant les traits de la socialisation soviétique) d’une part, et des représentations de la liberté, de l’égalité et des droits (« un complexe d’autonomie » lié à la tendance aux réalisations personnelles et à l’influence de la rhétorique démocratique de l’époque postsoviétique), d’autre part. On peut citer ici la conclusion des auteurs de l’étude comparative sur les jeunes de 17 pays : «Russia, in this survey, often gives the impression of being a mixture of contradictory positions: a desire for change countered by what are often highly traditional attitudes; attachment to competition yet also to protectionism, and an ambition to conform without fear of provocation or individualism»30.

107Le modèle soviétique précédent était privé de ces contradictions éloquentes : l’homme soviétique dépendait de l’État en tant que source unique de son existence et de ses biens, cependant que l’idéologie soviétique « de l’égalité et de la solidarité des travailleurs » correspondait, à son tour, au fait que l’État (« la grande famille ») garantissait la protection sociale de chacun de ses membres en échange de sa totale loyauté. L’État russe actuel, en proclamant une idéologie conservatrice fondée sur « les valeurs russes traditionnelles » et en rejetant l’idéologie soviétique, essaie en même temps d’emprunter au précédent modèle de socialisation l’idée de l’appartenance de l’homme à l’État et de former sur sa base un citoyen non seulement loyal mais prêt à sacrifier ses propres intérêts pour le salut de l’État. Cependant l’État russe actuel n’est pas prêt à prendre la responsabilité du contrat de « protection sociale de la population en échange de la loyauté ». Les adolescents et les jeunes Russes, contraints de ne s’appuyer que sur les ressources de la famille et sur leurs forces personnelles, partagent de moins en moins les valeurs d’égalité et de solidarité. En même temps, les contradictions grandissantes à l’intérieur du complexe des représentations de la dépendance et de l’autonomie favorisent la destruction du sentiment d’appartenance à la collectivité.

108Les représentations des adolescents français sont plus structurées. En liaison avec les conceptions de la responsabilité et de l’autorité, on peut observer la formation chez les adolescents français de représentations d’un comportement responsable au sein du groupe (dans la famille et dans la société) et, de façon exigeante, une attitude critique à l’égard de celui (de ceux) qui jouissent de l’autorité dans l’entourage immédiat et au sein de l’État. La conception de la solidarité en tant qu’aide mutuelle volontaire et de soutien des personnes se trouvant dans une situation de vie difficile, forme chez les adolescents une représentation de la participation aux affaires de la société. La solidarité est comprise par eux comme une valeur civile et un principe assurant le lien social et la sécurité des membres de la société. En même temps, les représentations de la faute nе sortent pas du cadre de la vie émotionnelle concernant un acte commis « par imprudence » ou « par bêtise » et suscitant un sentiment de dépit (nous sommes très intéressée à cet égard par le raisonnement de Chantal Kourilsky-Augeven sur la tradition française de distance à l’égard des émotions). La conception du conflit s’appuie non seulement sur l’expérience des situations de conflit au sein de la famille et avec des amis, mais aussi sur la représentation de la multitude et de la diversité des conflits sociaux, politiques, nationaux, culturels et religieux. Les adolescents soulignent leur caractère inévitable dans la mesure où existent, au sein de la société, différentes forces, différents intérêts orientés vers la réalisation d’un compromis. La liberté, l’égalité et les droits demeurent et cela correspond aux résultats de toutes nos recherches à commencer par 1993 le complexe de base des représentations juridiques. Elles se forment à un âge précoce en même temps que la solidarité, assurent l’autonomie et la sécurité de l’individu dans l’État démocratique. Par là même se crée, semble-t-il, une base solide pour la formation du sentiment d’appartenance à la communauté. En même temps les représentations de la multiplicité des conflits profonds problématisent à l’évidence et compliquent considérablement la formation du sentiment d’appartenance à la communauté. On ne peut pas ne pas remarquer que les représentations de la multiplicité des conflits profonds problématisent à l’évidence et compliquent considérablement la formation du sentiment d’appartenance à la communauté.

  • 31 Ibid., p. 29, 37.

109C’est ce que montrent, par exemple, les raisonnements sur la liberté d’expression – toutes les interviews le mentionnent – et le droit de développer ouvertement son point de vue quelles que soient les interdictions civiles ou spirituelles. À propos de la tragédie de Charlie Hebdo, les adolescents, incontestablement, condamnent la violence. Mais ils reconnaissent en même temps qu’il est impossible de réconcilier la valeur de liberté inconditionnelle d’expression inscrite dans la culture française avec les représentations des limites de la liberté et avec la tolérance dominante dans d’autres cultures et groupes sociaux dans la société française. Cela constitue à l’évidence un challenge pour la solidarité sociale et la formation de l’appartenance à la communauté qui reconnaît comme base les valeurs civiles et juridiques. Pour citer de nouveau l’étude comparative des jeunes de 17 pays : «12016-10-04T10:36:001France can be distinguished by the high ranking its respondents gave to the two axes of ‘individual liberty’ and ‘change’… France stands out because of its particularly low level of interpersonal confidence, (the lowest found in all of the countries studied, for young people and adults alike). The inability of the French to feel a sense of social belonging can be explained in part by the society’s declining religious and political integration»31.

  • 32 C. Humpfrey, Alternative Fredoms, p. 10.

110Les rapports des études comparatives des années 2000, comme les résultats de nos recherches, montrent, d’une part, la différence existant entre les sociétés russe et française mais, d’autre part, ils témoignent de façon éloquente du fait que les deux sociétés sont extrêmement hétérogènes et qu’il existe, tant dans l’une que dans l’autre, un énorme potentiel de conflits et de changements laissés en héritage aux jeunes citoyens. Ces derniers deviennent par la force des choses des « navigateurs ». On peut citer ici Caroline Humpfrey qui dit que «they can actively seek out, be exclude from come up against, resist or leap into different senses of freedom all of which allows them to live in their own ways»32.

111Olga Zdravomyslova

Top of page

Notes

1 Voir l’article d’Olga Zdravomyslova, « Une condamnation à l’inexistence : la “dictature des lois” et l’interdiction de la propagande des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs en Russie », Droit et Cultures, n° 69, 2015-1.

2 Joseph Adelson & Robert P. O’Neil (1966), «Growth of Political Ideas in Adolescence. The Sense of Community», Journal of Personality and Social Psychology, vol. 4, n°3.

3 Erik Erikson (1982), Enfance et société, Neuchâtel/Paris, Delachaux & Niestle.

4 Jean Piaget (1964), Six études de psychologie, Paris, Denoël Gonthier.

5 Annick Percheron, L’univers politique des enfants, FNSP/Armand Colin, Paris, 1974.

6 Chantal Kourilsky-Augeven, Marina Arutiunyan & Olga Zdravomyslova, Socialisation juridique et modèle culturel : l’image du droit en Russie et en France, Paris, LGDJ, Coll. « Droit et Société », 1996.

7 June L.Tapp & Felice J. Levine (Eds.), Law, Justice and The Individual in Society, Psychological and Legal Issues, New-York, Holt, Rinehart and Houston, 1977.

8 Ch. Kourilsky-Augeven, « La socialisation juridique : de l’obéissance à la familiarisation par imprégnation », European Journal of Legal Studies, Firenze, 2007, n°1.

9 M. Arutunyan, O. Zdravomyslova & Ch. Kourilsky-Augeven, Obraz o opyt prava. Pravovaja socializacija v izmeenjajushchejsja Rossii (Image et expérience du droit. La socialisation juridique dans une Russie en changement), Moscou, Ves’ mir, 2008.

10 10 Ch. Kourilsky-Augeven, « Genre, contexte local et socialisation juridique : femmes de Moscou, femmes d’Ivanovo », Droit et Cultures, n° 46, 2003/2.

11 Elliott Turiel, The Development of Social Knowledge, Morality and Convention, Cambridge University Press, 1983.

12 Ch. Kourilsky, « Modèle culturel russe et évolution de la régulation normative de la famille », Droit et Cultures, n°18.

13 Olga Zdravomyslova, « Une condamnation à l’inexistence… », op. cit.

14 Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, 1973, Calmann Levy.

15 On en voit l’expression directe dans Le bourgeois gentilhomme de Molière

16 Voir les ouvrages destinés aux enseignants sur « La lecture expressive ».

17 Les recherches sur les représentations du droit ont été effectuées par Chantal Kourilsky-Augeven, Marina Arutunyan et Olga Zdravomyslova en 1993 et 2000-2001 ainsi que par Chantal Kourilsky-Augeven et Olga Zdravomyslova en 2013 et 2015.

18 S. Green, Moscow in Movement, Power and Opposition in Putin’s Russia, Stanford University Press, 2014, p. 220.

19 Discours inaugural de Vladimir Poutine le 7 mai 2000 http://www.mn.ru/blogs/blog_reference/80928.

20 La nouvelle majorité Poutine : Une critique pragmatique, non indifférente et patriotique. Centre d’Analyse politique. https://centerforpoliticsanalysis.ru/report/print/id/10.

21 L. Gudkov, « L’homme soviétique simple de la sociologie de Juri Levada », Obshchestvennye nauki i sovremennost’, n°6. 2007.

22 Interview avec le sociologue Valery Kasamara, directeur de la recherche sur « La génération Poutine » de la NIU de l’École supérieure d’économie, http://www.svoboda.org/content/transcript/ 27331008.html.

23 N. Zorkaja et E. Liozina, 2015, « La Russie et l’Europe 2000-2015 »,: résultats d’un projet commun du Centre Levada et du Fonds Friedrich Nauman, Vestnik obshchestvennogo mnenija, 3-4(121). juillet-décembre, p. 183.

24 V. Magun, M. Rudnev et P. Schmidt, « La typologie des valeurs européennes et les valeurs de base des Russes », Vestnik obshchestvennogo mnenija, 3-4 (121), 2015, p. 91-93.

25 Young people facing the future. An international survey. Survey conducted by Kairos Future. Fondation pour l’innovation politique. 2008. http://www.fondapol.org/wp-content/uploads/2010/01/ Etude_Les_Jeunesses_face_a_leur_avenir_ENG.pdf.

26 Ch. Kourilsky-Augeven. « Le modèle culturel russe et l’évolution de la régulation normative de la famille », Obshchestvennye nauki i sovremennost’, 1995, n°56, p. 168.

27 C. Humpfrey, Alternative Fredoms. Procedings of the American Philosophical Society. Vol. 151, n°1, March, 2007, p. 5.

28 V. Magun, M. Rudnev, « La typologie des Européennes sur les valeurs de Ronald Inglehart et les comparaisons entre pays », Vestnik obshchestvennogo mnenija, 3-4 (113), juillet-décembre 2012, p. 15-24.

29 O. Zdravomyslova, « Une condamnation à “l’inexistence” : la “dictature des lois” et l’interdiction de la propagande des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs en Russie », op. cit., 2015.

30 Young people facing the future. An international survey. p. 54.

31 Ibid., p. 29, 37.

32 C. Humpfrey, Alternative Fredoms, p. 10.

Top of page

References

Bibliographical reference

Chantal Kourilsky-Augeven and Olga Zdravomyslova, « Le sens du groupe chez les adolescents en France et en Russie », Droit et cultures, 73 | 2017, 229-260.

Electronic reference

Chantal Kourilsky-Augeven and Olga Zdravomyslova, « Le sens du groupe chez les adolescents en France et en Russie », Droit et cultures [Online], 73 | 2017-1, Online since 27 March 2017, connection on 28 May 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/4206

Top of page

About the authors

Chantal Kourilsky-Augeven

Chantal Kourilsky-Augeven, directrice de recherché honoraire du CNRS, est chercheur associé au Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit de Paris Ouest. Juriste et sociologue du droit, elle a initialement consacré ses recherches au droit privé soviétique. Depuis les années 1980, elle a orienté ses recherches en sociologie et anthropologie du droit sur les phénomènes de socialisation juridique et les phénomènes de conscience du droit des individus. Elle est l’auteur d’une approche théorique et empirique de ces phénomènes appliquée dans les recherches comparatives (France-Pologne, 1987, France-Russie, 1993, 2000, 2015, France-Hongrie, 1995) qu’elle a réalisées en coopération avec des sociologues européens. On citera parmi ses publications « Connaissances et représentations du juridique chez les enfants et les adolescents » Droit et société, 1986 ; « Modèle culturel russe et évolution de la régulation normative de la famille » Droit et Cultures, 1989 ; « Le rapport des jeunes au Droit à l’Est et à l’Ouest » Droit et Société 1991 ; Socjalizacija prawna (avec M. Borucka-Arctowa), Varsovie, 1993 ; Socialisation juridique et modèle culturel, L’image du droit en Russie et en France (avec M. Arutiunyan & O. Zdravomyslova) Paris & Moscou 1996 ; Socialisation juridique et conscience du droit, Paris, 1997 ; Images and Uses of Law among Ordinary People, Paris 2004 ; « La socialisation juridique : de l’obéissance à la familiarisation par imprégnation », European Journal of Legal Studies, 2007/1 ; « Socialization, Legal » Encyclopedia of Law and Societ. American and Global Perspectives, Los Angeles, 2007 ; « Socialisation, socialisation juridique et conscience du Droit » Anthropologies et droits, Paris, 2009 ; « De la traduction dans le droit des idées d’égalité/inégalité » Droit et Cultures, n°69, 2015/1.

By this author

Olga Zdravomyslova

Olga Zdravomyslova, docteur en philosophie et sociologue, est directrice exécutive de la « Fondation Internationale pour les Recherches Socio-économiques et Politiques (Fondation Gorbatchev) ». Elle est directrice de recherche à l’Institut pour les Recherches Socio-économiques et sur la Population de l’Académie des Sciences de Russie. Ses domaines de recherche concernent la transformation sociale avec un accent sur le genre et la famille ainsi que sur les phénomènes de socialisation juridique en Russie. Dans ce dernier domaine, elle coopère depuis 1992 avec Chantal Kourilsky-Augeven. On citera parmi ses principales publications : 1) sur le premier thème «The position of women», Russia in transition 1995 ; «Reflections on the Transition of the Breadwinner Model in Russia», Men’s Family Relations, 1996 ; La Famille russe dans le contexte européen (avec M. Arutiunyan), Moscou, 1998, La famille et la société : la dimension de genre de la transformation russe Moscou, 2003 ; «Girlhood Studies in Post-Socialist Times» (avec R. Iarskaya-Smirnova) Girlhood Studies An interdisciplinary journal, 2015/1 ; « Une condamnation à l’inexistence : la « dictature des lois » et l’interdiction de la propagande des relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs en Russie » Droit et Cultures, n° 69-2015/1 sur le second thème Les images du droit en Russie et en France (avec Ch. Kourilsky-Augeven & M. Arutiunyan), 1996 ; «A new way of looking at Russian society? Changing images of power, justice and solidarity» et «Uses of Law in everyday life in Russia: a comparative analysis of interviews in Moscow and Ivanovo», Droit et Cultures, 2004 ; Image et experience du droit. La socialisation juridique dans la Russie actuelle (avec Ch. Kourilsky-Augeven et M. Arutiunyan), Moscou, 2008.

By this author

Top of page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org