Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

Francis Janot, Denis Morin et Gérard Giuliato (sous dir.), Le geste et la trace. Actes du deuxième colloque international 19, 20 et 21 juin 2013

Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 176 pages
Bénédicte Lhoyer
p. 243-246
Référence(s) :

Francis Janot, Denis Morin et Gérard Giuliato (sous dir.), Le geste et la trace. Actes du deuxième colloque international 19, 20 et 21 juin 2013, Nancy, PUN-Éditions universitaires de Lorraine, 2015, 176 pages.

Texte intégral

1Poursuivant la réflexion engagée depuis juin 2011, lors du premier colloque international « Indices et traces : la mémoire des gestes » (Nancy), ce volume regroupe les communications d’artistes et scientifiques sensibles à la question des traces laissées par les hommes au cours du temps sur une pluralité de supports.

2Il s’agit là d’un champ d’étude qui s’avère non seulement prometteur, mais également pertinent au regard des indices qu’il révèle. En effet, peu de publications (archéologiques notamment) s’étaient attardées à souligner et à étudier en profondeur les indices du geste humain, de l’impulsion à la conséquence sur un support, sinon de façon anecdotique. Or, c’est bien l’addition de toutes ces traces, de la plus évidente à la plus macroscopique, qui permet à la recherche et à la science de progresser.

3Les trois universitaires organisateurs sont particulièrement sensibles à la dimension interdisciplinaire et à une large ouverture chronologique que permet cette jeune matière. Ce souhait de ne limiter ni le temps, ni l’espace, ni les disciplines a donc permis de rassembler des observations à la fois innovantes, judicieuses et originales.

4On aurait pu craindre un certain éparpillement devant la diversité des sujets abordés. Mais force est de constater que chaque auteur a su démontrer les enjeux du geste humain et ses conséquences en croisant les méthodes de diverses disciplines. Il en résulte ainsi une réflexion à multiples facettes, preuve que l’interdisciplinarité est indispensable à toute démarche scientifique, ce que souligne N. Grimal dans la préface (p. 5-6).

5L’ouvrage est divisé en trois thèmes : le geste professionnel, créateur et enfin criminel (ce dernier ayant été aussi abordé lors du premier colloque).

6La première partie regroupe quatre articles qui s’attardent sur les traces laissées par l’action d’une personne formée à un métier manuel, à savoir le chirurgien-dentiste, l’artisan-décorateur, l’embaumeur et le métallurgiste. Le premier article (« Les gestes du chirurgien-dentiste en endodontie et indices de sévérité : de l’exigence microscopique à l’erreur monumentale », p. 13-22), dans la sous-partie « Traces et santé », démontre avec clarté les étapes de l’élaboration du diagnostic et les conséquences du geste du praticien sur la dentition de son patient. Des radiographies permettent de mieux appréhender la trace du traitement apporté à une pathologie, et de sa possible évolution négative, preuve d’un protocole non respecté. M. Engels-Deutsch propose ainsi une classification de ces indices, du geste « parfait » à l’erreur grossière. La deuxième sous-partie, intitulée « Indices et Égypte ancienne », regroupe les articles de Fl. Mauric-Barberio (« Quelques exemples illustrant le travail des artisans et décorateurs de la Vallée des Rois d’après les indices fournis par les tombes », p. 25-32) et de F. Janot (« Traces et gestes d’embaumeurs de l’Égypte ancienne », p. 33-36). Le premier auteur s’attarde sur les traces des interventions d’artisans hautement qualifiés employés, au Nouvel Empire (1550-1069 av. J.-C.), au creusement et au décor des hypogées royaux dans la vallée des rois (rive gauche de Thèbes, aujourd’hui Louxor). Des carriers aux peintres, en passant par les dessinateurs et les sculpteurs, chaque profession exécutait un ensemble de gestes successifs dont les traces s’observent encore sur certaines parois. Il est possible alors de reconstituer les étapes de la création d’un décor, de sa modification par des repentirs ou des effacements, voire de sa destruction lorsque le plan initial était modifié par les architectes. L’article de F. Janot réunit en peu de pages un ensemble d’observations qui devraient interpeller tout égyptologue. En effet, l’expérience et le regard exercé de ce scientifique rompu au terrain lui a permis de constater la présence d’objets ou d’empreintes sur divers artefacts égyptiens : statuettes funéraires, coffret à vase canope, mortier d’une dalle de recouvrement d’un sarcophage, jarre à déchets de momification, et enfin une momie conservée depuis plus d’un siècle au musée de Turin. La nécessité de poser un nouveau regard, plus aiguisé, sur des objets issus des fouilles ou dans les musées est donc indispensable. L’article de D. Morin (« Archéométallurgie du bronze : du minerai à l’objet... de la trace au geste », p. 39-51) constitue la dernière sous-partie, « Traces et métallurgie », de ce chapitre. Il retrace le développement des techniques du bronze grâce à l’archéologie expérimentale qui permet de reconstituer toutes les étapes de la fabrication d’un objet, de l’extraction du minerai au polissage final. Illustrant son propos à l’aide de photographies prises lors des étapes de reconstitution, il démontre que l’expérimentation pour retrouver les gestes anciens est une « manière privilégiée de transcrire le patrimoine ».

7La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée au geste créatif, en quatre sous-parties réunissant neuf articles rédigés principalement par des artistes. Ces derniers souhaitent expliquer leur démarche et leur ressenti face à la question de la trace laissée par les œuvres. Dans « Traces et ébullition plastique », M. Collet (« Dispositifs du présent », p. 57-61) aborde la question de l’art performance, ou comment l’artiste met en scène et utilise son propre corps lors d’un spectacle qui peut réunir plusieurs expressions artistiques (musique, poésie, etc.). Ces expérimentations, qui sont au cœur de la réflexion engagée au XXe siècle sur le lien entre l’art et la société, sont éphémères et ne subsistent en tant qu’œuvre que par la photographie ou l’enregistrement vidéo. Puis J.-C. Taillandier, peintre- graveur, dans son article « Traits épars, de la gravure au dessin » (p. 63-66) s’interroge sur la portée du geste du graveur ou du dessinateur, sur la spontanéité du crayon sur le papier par opposition au geste précis et étudié du graveur sur sa plaque de cuivre. Deux façons bien différentes de concevoir une œuvre, surtout un portrait. Mettant en parallèle son travail et celui d’un artiste flamand de la Renaissance, Peter de Jode, il questionne le sens de l’œuvre, la transmission du savoir-faire et du sentiment que peut ressentir un artiste contemporain qui s’inscrit dans la continuité d’un art vieux de plusieurs siècles. Cette même interrogation s’impose dans l’article suivant, consacré au « geste du créateur de mobilier » (p. 67-71). Avec un style vif, C. Masson décrit les étapes et les traces qu’il laisse lors de la conception d’un projet, en ébénisterie ou en marqueterie mais aussi en peinture. Chaque stade de création est disséqué et tous les aspects, techniques ou problématiques, apparaissent au fil de l’avancement du travail. Dans la deuxième sous-partie intitulée « Indices et littérature », D. Agrafiotis (« Performance, diversité culturelle. Une interaction flottante ? », p. 75-81) présente son approche du concept de la « performance culturelle » dans les cultures occidentales et asiatiques. Son étude, fondée sur l’observation de gestes spécifiques propres à chaque civilisation, confronte des traditions et des approches qui semblent parfois s’opposer. Il illustre sa réflexion en présentant la performance « traces, langages, corps » qu’il réalisa le 20 juin 2013 avec l’aide du public du colloque, apposant par leurs gestes des traces (écriture, simples traits...) sur du papier blanc. A. Mollard-Desfour (« Regards croisés sur la couleur : traces anciennes, résonances contemporaines », p. 83-94) nous livre un passionnant article consacré à l’histoire, aux dénominations et aux symboliques attachés aux couleurs. Chaque couleur du spectre et ses dérivés/effets sont finement analysés pour mettre en relief les codes couleurs, toujours d’actualité quoiqu’inconscients, et encore bien présents dans le langage courant. Enfin, la troisième sous-partie « Traces et performances » laisse toute liberté à des artistes pour exprimer leur démarche comme G. Massana (p. 97) dans la « Trace du souvenir » qu’elle mit en scène dans sa performance « Montagne froide », ou encore C. Millian qui, dans « Interprétations » (p. 99-107), regroupe poésie, photographies et citations pour inviter le lecteur à faire réfléchir sur les codes mis en place par les sociétés nomades et sédentaires. La dernière sous-partie, « Indices et espaces sensoriels », présente deux articles plus techniques que les précédents. Dans « Jouer l’architecture » (p. 111-117), B. Orlandoni, architecte, montre comment la photographie de nuit, par des mouvements volontaires de l’appareil, peut engendrer des effets de lumière sur les clichés. Ces derniers deviennent alors des supports d’inspiration, le trait lumineux se confondant avec le bâti imaginaire. H. J. Kullock, dans « Le geste musical à travers le prisme des proportions » (p. 119-126), explique à l’aide de schémas comment la musique – qui réunit mélodie, rythme, harmonie et esthétique – peut se traduire par des volumes, des couleurs, voire des textures.

8Le troisième et dernier chapitre consacré au « geste criminel » rassemble trois communications sous les parties « Traces et actions suspectes » et « Indices et informatiques ». En s’appuyant sur des exemples concrets puisés dans les affaires criminelles récentes, A. Maltry explique avec clarté les méthodes employées par la médecine légale, la Police Technique et Scientifique et les enquêteurs pour débusquer les indices laissés par un criminel (« Les traces en criminalistique », p. 131-137). Les définitions qu’il donne sont ensuite vérifiées par l’étude d’un cas pratique, celui du tueur Jacques Fruminet, qui sévit dans les régions Alsace et Lorraine à la fin des années 1990. W. Borella (« Collezionisti brava gente o pirati ? », p. 139-142) s’interroge sur la démarche du collectionneur, principalement en art africain, et sur le problème de l’authenticité des œuvres. Le dernier article de F. Briquet (« Les indices et les traces susceptibles d’être laissés par l’usage des nouvelles technologies », p. 145-156) aborde un sujet actuel et démontre comment la moindre navigation sur internet laisse des traces potentiellement exploitables pour les futurs chercheurs. Malgré le caractère immatériel des sites et des pages, l’auteur prouve qu’il est possible de retrouver les vestiges de fichiers effacés ou abandonnés, qui ne disparaissent jamais tout à fait.

9En guise de conclusion, M. Brocard (p. 159-163) propose une réflexion poétique et philosophique sur le thème de la trace et de la mémoire.

10Le volume s’achève sur la liste des auteurs avec leur courriel (p. 165-167), ce qui est très commode pour les lecteurs qui souhaiteraient les contacter, et les résumés des communications (p. 169-173).

11La lecture de ce beau volume nous invite à une réflexion globale sur les traces que chacun d’entre nous peut laisser derrière lui. Finalement, les auteurs posent parfois plus de questions qu’ils ne peuvent apporter de réponses – du moins pour l’instant – tant ce domaine semble aussi vaste que prolifique. Espérons que les chercheurs soient, après la lecture de cet ouvrage, plus sensibles à ce sujet qui mérite vraiment toute leur attention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Lhoyer, « Francis Janot, Denis Morin et Gérard Giuliato (sous dir.), Le geste et la trace. Actes du deuxième colloque international 19, 20 et 21 juin 2013 », Droit et cultures, 72 | 2016, 243-246.

Référence électronique

Bénédicte Lhoyer, « Francis Janot, Denis Morin et Gérard Giuliato (sous dir.), Le geste et la trace. Actes du deuxième colloque international 19, 20 et 21 juin 2013 », Droit et cultures [En ligne], 72 | 2016-2, mis en ligne le 13 juin 2016, consulté le 24 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3979

Haut de page

Auteur

Bénédicte Lhoyer

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org