Skip to navigation – Site map
Partie II : Autochtonie et modernité dans la ville

Langues africaines dans un contexte urbain : la situation du continent et le cas du Sénégal et de la Tanzanie

African Language in an Urban Context: The Situation of the Continent and the Cases of Senegal and Tanzania
Viola Krebs and Namory Diakhaté
p. 155-171

Abstracts

Language is a means of communication but it also constitutes an essential element for the individual, collective and national identity of the people who speak it. If multiple languages are present on the same territory, their speakers will use them in a dynamic fashion, depending on whom they are communicating with. Whenever there are power struggles, these are often connected to the promotion or on the contrary the marginalization of languages by the powers in place. The best way to promote a language is by recognizing it at the official level, for example as a compulsory language for teaching, administrative exchanges or for job requirements. However, once significant changes alter the status of a language or its presence in a particular territory, its place in society also evolves. These changes are most noticeable and rapid as a result of major socio-political changes, for example following the declaration of independence of a country or the influx of large numbers of migrants. Furthermore, with globalization and the introduction of information and communications technologies (ICTs), major and rapid changes are underway in relation to the choice and the use of languages. Africa is a particularly interesting case with regards to sociolinguistics and linguistic dynamics, because it is home to one third of all languages spoken on our planet, yet very few of them are recognized as official languages by the governments in place. How to explain this? What languages are officially recognized and why? What about the so-called French-speaking, English-speaking, Portuguese-speaking and Arabic-speaking Africa? To answer these questions, we will briefly review the linguistic situation of Africa, with a few examples, and then particularly focus on the periurban and urban areas of Senegal and Tanzania. What are the languages spoken in these areas and by whom? Is it possible to observe recent changes in the use of African languages? These are the questions we will try to answer.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1 René and Muysken Pieter, Language contact and bilingualism, Institute for General Linguistics, Uni (...)

1Les langues ne sont pas une masse statique mais plutôt un ensemble de syllabes, de mots, d’expressions et de phrases en constantemouvance. Si plusieurs langues sont présentes sur un même territoire, leurs locuteurs vont les utiliser de manière dynamique en fonction des interlocuteurs à qui ils s’adressent. Le contact de plusieurs langues mène souvent au bilinguisme, c’est-à-dire à la connaissance et à l’utilisation de deux codes linguistiques par un individu, un groupe social ou une population tout entière1. Le bilinguisme existe dans tous les pays du monde, au sein de toutes les classes sociales et de tous les âges. La meilleure manière de promouvoir une langue est de lui donner un rôle institutionnel ou officiel, par exemple en l’intégrant dans le système scolaire comme langue obligatoire pour l’enseignement, les échanges administratifs ou comme langue requise pour un poste de travail. Lorsqu’il y a des luttes de pouvoir, ces dernières passent souvent par l’affirmation ou au contraire la marginalisation de certaines langues par les forces en place. Ainsi, les langues représentent un pouvoir, souvent lié à une lutte de contrôle qui dépasse de loin les questions purement fonctionnelles de la communication. Si le pouvoir en place change,l’équilibre linguistique lui aussi est susceptible de changer. Il suffit de regarderl’histoire de l’humanité et des langues pour s’en rendre compte. Cette évolution est le plus perceptible et rapide au moment de changements sociopolitiques importants, par exemple suite à la déclaration d’indépendance d’un pays ou encore au moment d’importants flux migratoires. Ces dernières années, les grandes agglomérations urbaines de la planète ont connu une immigration importante, qu’elle soit nationale – de la campagne vers les villes – ou en provenance d’autres pays. Cela a donné lieu à des changements de dynamique.Ces changements vont de pair avec une évolution du système social etgouvernemental. À cela s’ajoute le fait qu’avec la mondialisation et l’introductiondes technologies de l’information et de la communication (TIC), des changementsimportants et rapides sont en cours par rapport au choix et à l’utilisation des langues. Cela est notamment dû au fait que les TIC ont transformé le monde en un lieu éminemment plus interconnecté. Dès lors, nous voyons défiler, de façon quasi instantanée, des images et des témoignages d’événements qui se déroulent à l’autre bout du monde sur nos écrans de télévision et d’ordinateurs. De plus, les nouveaux outils technologiquespermettent au simple citoyen de participer, de manière proactive, à la créationet à l’échange de contenus, envoyés par téléphone portable ou encore diffusés sur Internet et les réseaux sociaux.

  • 2 Nous nous référons à l’Ethnologue, car c’est la source la plus complète qui existe actuellement en (...)
  • 3 UNESCO, Atlas on endangered languages, http://www.unesco.org/webworld/babel/atlas.
  • 4 L’Ethnologue : https://www.ethnologue.com et http://www.nationsonline.org/oneworld/african_ langua (...)
  • 5 Marcel Diki-Kidiri 2012 ; « Les langues africaines sur la Toile », RIFAL 24, http://www.termisti. (...)
  • 6 Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Côte-d'Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée éq (...)
  • 7 Afrique du sud, Botswana, Burundi, Cameroun, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Liberia, Malawi, Namib (...)
  • 8 Angola, Cap Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, République Démocratique de São Tomé et Príncipe.
  • 9 Algérie, Comores, Djibouti, Egypte, Érythrée, Gambie, Liban, Libye, Mauritanie, Maroc, Somalie, So (...)
  • 10 Guinée équatoriale.
  • 11 Langues officielles de l’Afrique du Sud : l’isiZulu 22,7%, l’isiXhosa 16%, l’afrikaans 13,5%, l’an (...)
  • 12 Carte graphique des langues officiellement reconnues par les pouvoirs en Afrique : https://commons (...)

2L’Afrique est particulièrement intéressante quant aux dynamiqueslinguistiques et sociolinguistiques. En effet, sur les 7 102 langues répertoriées sur notre planète par l’Ethnologue2, un tiers est parlé en Afrique3, soit 2 110 langues4. De ces langues, 113 peuvent être considérées comme majeures5, dans la mesure où elles sont répandues dans beaucoup de pays ou parce qu’elles ont un statut spécifique dans les pays où elles sont parlées. Or, peu de ces langues sont officiellement reconnues par les pouvoirs en place, dont notamment le français6, l’anglais7, le portugais8, l’arabe9, l’espagnol10, ainsi que quelques rares langues africaines, telles que par exemple le swahili (Kenya, Tanzanie), le somali (Somalie), l’amharique (Ethiopie), le tigrinya (Erythrée) et10 des 11 langues officielles d’Afrique du sud11(figure 1). La grande majorité des langues officielles parlées en Afrique a été importée et imposée durant l’époque coloniale. Ainsi on parle aujourd’hui de l’Afrique francophone, anglophone, lusophone et arabophone12. Cependant, si nous comparons la petite liste de langues officielles avec la longue liste de langues parlées sur le territoire africain, nous pouvons observer un écart énorme entre les langues parlées et celles bénéficiant d’un statut officiel. Si la moitié de la population mondiale est bilingue, ce pourcentage est encore plus élevé en Afrique.

3Dans cet article, nous allons brièvement passer en revue la situation linguistique de l’Afrique, avec quelques exemples, puis nous concentrer plus particulièrement sur la situation des zones périurbaines et urbaines du Sénégal et de la Tanzanie. Nous avons choisi ces deux pays car le Sénégal représente bien l’Afrique francophone, alors que la Tanzanie appartient à l’Afrique anglophone, mais a connu une évolution particulière avec le swahili.

4Au Sénégal, nous allons nous intéresser à des lieux tels que Dakar et Rufisque, ville limitrophe de Dakar. Ces dernières années, ces deux villes ont connu une forte immigration nationale, voire internationale. En Tanzanie, nous allons prendre l’exemple de Dar es Salaam, plus grande ville de langue swahili. Il est alors très intéressant de voir comment les habitants de ces lieux utilisent les différentes langues qu’ils maîtrisent dans le contexte de la communication quotidienne, faisant souvent preuve d’un bilinguisme fonctionnel.

Méthodologie

  • 13 Publié par SIL International, « Ethnologue: Languages of the World » est un ouvrage de référence e (...)

5Après une vue d’ensemble concernant les langues en Afrique, nous passerons à un bref historique du Sénégal et de la Tanzanie, ce qui nous permettra de déterminer le cadre de cette étude. Pour ce faire, nous nous référons aux sources les plus fiables disponibles sur ces questions, dontl’Ethnologue13, des statistiques officielles, ainsi qu’une littérature académiqueliée aux langues des deux pays mentionnés. Puis, nous présenterons les résultats obtenus concernant la Tanzanie et le Sénégal dans le cadre d’une enquête de terrain par le biais d’entretiens semi-standardisés et un questionnaire diffusé sur Internet.

Dynamiques linguistiques dans un contexte urbain africain

  • 14 Martine Dreyfus et Caroline Juillard, Le Plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en deveni (...)

6Les villes africaines connaissent de rapides mutations14. Elles sont caractérisées par une forte hétérogénéité économique et sociale, mais aussi ethnique et linguistique, ainsi que par une grande disparité des modes de vie et des formes d’urbanisation. Cela étant, les groupes et les individus qui composent cette société complexe ont en commun le fait d’être impliqués dans un processus d’intégration urbaine, ce qui a mené à l’émergence d’une culture urbaine, comme le soulignent Dreyfus et Juillard, leur mode de vie dévie des modes de vie traditionnels, ce qui implique un processus de transformation des réseaux de relations interpersonnelles et des formes de communication. Toujours selon Dreyfus et Juillard, « l’hypothèse la plus couramment admise sur le changement linguistique amené par l’urbanisation et l’immigration est que les différents flux migratoires produisent un brassage de populations où les langues, les cultures et les identités ethniques se diluent au profit d’une langue, d’une culture et d’une identité urbaines ». Ainsi l’insertion urbaine s’accompagnerait d’un abandon des langues d’origine au profit d’une ou plusieurs langues véhiculaires urbaines. Cette adaptation irait de pair avec une modification des fonctions des langues, soit le passage du statut de langue vernaculaire au statut de la langue véhiculaire ouinversement.

Les langues africaines dans les sphères numériques

  • 15 Nations Online, Les familles de langues africaines, selon leur origine, http://www.nationsonline.o (...)

7Les langues africaines appartiennent à six grandes familles linguistiques (figure 2) : langues afro-asiatiques (arabes, berbères, fouibéennes, autres) ; langues nilo-sahariennes (songaïennes, sahariennes, soudanaises centrales,soudanaises orientales) ; langues nigéro-congolaises (ouest-atlantiques, mandées,voltaïques, adamouennes, oubanguiennes, sud-atlantiques, bantoues) ; langues kalahariennes (khoisanes) ; langues indo-européennes (afrikans) ; langues austronésiennes (malgaches)15. Cette liste seule témoigne de la grande richesse et de la diversité des langues parlées sur le continent africain.

  • 16 L’Ethnologue : https://www.ethnologue.com/country/CM.
  • 17 http://www.ethnologue.com/country/NG.

8À titre d’exemple, selon l’Ethnologue16, le Cameroun à lui seul est le berceau de 285 langues, dont 280 sont encore parlées aujourd’hui. 12 de ces langues ont un statut institutionnel mais seuls l’anglais et le français sont considérés comme des langues officielles de ce pays d’Afrique centrale. Toujours selon l’Ethnologue17, le Nigéria, dont la langue officielle est l’anglais, compte 527 langues, 520 sont vivantes et 7 éteintes.

  • 18 Liste de Wikipedias disponibles : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Wikipedias.
  • 19 Le haussa est notamment parlé dans les pays suivants : Benin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoir (...)
  • 20 Aussi appelé nubien.
  • 21 Seyni Diop, « Recherche internet en wolof: ‘Saytu ko ci Google’, lancé aujourd’hui », Wal Fadjri
    e (...)
  • 22 Chapitre « la faiblesse des moteurs de recherche » dans « La place du français dans l'Internet », (...)
  • 23 http://www.lexilogos.com/wolof_dictionnaire.htm.
  • 24 AgriGuide, www.agriguide.org.
  • 25 Donald Z. Osborn, Les langues africaines et la technologie de l’information et de communication. L (...)
  • 26 Marcel Diki-Kidri, Comment assurer la présence d’une langue dans le cyberespace ?, UNESCO, 2007.
  • 27 Académie Africaine des Langues, www.acalan.org.
  • 28 Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique, Maaya, www.maaya.org.

9Peu de ces langues sont cependant présentes dans le cyberespace. Parmi d’autres facteurs, cela est lié au fait que les langues africaines ne s’écrivent pas toujours. Cela étant, il est intéressant de justement voir l’évolution d’Internet et de ses outils. Ainsi, plus de langues africaines sont disponibles pour le site de Wikipédia qu’elles ne sont reconnues officiellement. Wikipédia propose des pages en 33 langues africaines, sur 292 langues utilisées pour cette encyclopédie en ligne (tableau 1)18. L’outil de traduction de Google, quant à lui, utilise actuellement les langues africaines suivantes : afrikaans (Afrique du sud), arabe, hausa19, igbo (Nigéria), Malagasy (Madagascar), sésotho (Lesotho, Afrique du sud), somali (Somalie), soudanais20 (Soudan), swahili (Tanzanie, Kenya), yoruba (Bénin, Nigeria), zulu (Afrique du sud). Vue l’évolution de ces dernières années, on peut s’attendre à ce que cette liste s’étoffe encore d’avantage dans un avenir proche. Ainsi, le moteur de recherche Google est par exemple disponible en wolof21, langue nationale (mais pas officielle) du Sénégal, depuis 2010. Cette évolution est encourageante quand on sait que la faiblesse des moteurs de recherche pose un grand problème en ce qui concerne l’indexation des pages web. Selon des estimations, seuls 5-10% de toutes les pages disponibles sur le Web seraient indexées par les moteurs de recherche22. Une représentation particulièrement faible reviendrait aux langues à moindre diffusion. À titre d’exemple, notons encore que d’autres outils en langues africaines voient le jour, tels queLexilogos23 qui propose un dictionnaire numérique en wolof. L’AgriGuide24,un outil de conseil agricole qui promeut une agriculture respectueuse de l’environnement, a quant à lui été traduit en partie en wolof et en pulaard, ainsi qu’en bambara, langue vernaculaire du Mali. Signalons enfin les recherches de référence en ce qui concerne la présence des langues africaines dans le cyberespace, réalisée par Don Osborn25 et Marcel Diki Kidiri26. Le premier fait un état des lieux des langues africaines dans le cyberespace, alors que le second énumère les ingrédients d’un cyberespace multilingue. Ces linguistes, l’Académie africaine des Langues27 mise en place comme entité de l’Union africaine, ainsi que le Réseau mondial pour laDiversité linguistique, Maaya28, plaident pour plus de reconnaissance des langues africaines.

  • 29 Study on International Internet Connectivity in Sub-Saharan Africa, ITU, March 2013. https://www.it (...)
  • 30 Sub-Saharan Africa Mobile Observatory 2012, Deloitte, GSMA, 13 November 2012. https://www.itu. int (...)
  • 31 Aussi voir le chapitre sur l’Histoire et les dynamiques linguistiques sociétales de Rufisque et de (...)

10En outre, il est intéressant de signaler que les réseaux sociaux et les téléphones portables (fonction SMS) contribuent actuellement au fait que les gens écrivent de plus en plus dans des langues telles que le wolof. Les téléphones portables sont des outils largement utilisés dans toute l’Afrique, dont la pénétration est éminemment plus importante que celle d’Internet, qui est certes utilisé mais reste comparativement beaucoup moins accessible (tableau 2/3)2930. Étant données les contraintes technologiques des téléphonesportables mais également des ordinateurs standards et l’absence de la possibilité d’écrire certains caractères spéciaux ainsi que des accents, on voit se développer une langue simplifiée et phonétique31.

Éducation, bilinguisme scolaire et identité nationale

11La transmission d’une langue et de sa culture passe souvent par l’éducation. C’est la raison pour laquelle le système scolaire en matière de langues a une influence importante sur le développement d’une langue.

12En Afrique, si l’apprentissage des langues locales voire transfrontalières s’est longtemps fait en dehors de l’école, ces langues sont restées un outil important de communication et d’identité culturelle, et ce d’autant plus que la culture africaine reste fortement ancrée dans l’oralité. Dans un grand nombre de pays, il s’est alors creusé un clivage entre la langue du peuple et les langues internationales, enseignées à l’école, héritage de l’ère coloniale.

  • 32 ADEA (Association for the Development of Education in Africa), Volume 17, number 2, April-June 200 (...)
  • 33 Ministère de l’Éducation de base, Secrétariat général, République du Mali. Note sur les éléments d (...)

13Ces dernières années, certains pays africains ont réintroduit leurs langues locales dans le cursus scolaire. C’est le cas dans des pays tels que la Zambie, la Namibie, la Tanzanie ou encore le Burkina Faso et le Mali32. Ainsi, le plan d’action triennal publié en 2000 par le gouvernement malien énumère non seulement 13 langues nationales, mais souligne également que l’objectif de la politique des langues au Mali est avant tout de promouvoir les langues nationales dans les écoles afin de permettre au plus grand nombre d’accéder au code écrit et de participer de manière éclairée et démocratique à l’édification de la société33. La loi malienne consacrée aux langues prône alors la diversité linguistique et met en avant l’importance des langues nationales avec leurs dialectes et sous dialectes, ce qui est exemplaire dans ce contexte.

  • 34 Deo Ngonyani, The Failure of Language Policy in Tanzanian Schools, ed. Eric, Social Education, v. (...)

14En Tanzanie aussi, la langue nationale est enseignée, puis le changement se fait à l’école supérieure pour l’anglais. Cela ne va pas sans poser des questions et certains problèmes34.

  • 35 J. Cummins, «The influence of bilingualism on cognitive growth: A synthesis of research findings a (...)
  • 36 J. Cummins, Ontario: Ontario Institute for Studies in Education, 1981.
  • 37 Burkina Faso, Mali, Zambia: Experiences and Results. ADEA Newsletter April-June 2005.
  • 38 Source : ministère de l’Éducation du Mali, chiffres de 1994 à 2000.

15Ce qui est essentiel dans tout plan stratégique lié à l’éducation semble être comment s’articule justement l’apprentissage des langues et aussi quel est l’équilibre de ces langues à l’extérieur de l’école. En effet, plusieurs étudesmontrent que le bilinguisme scolaire et l’enseignement des langues est positifdans ce contexte africain à condition qu’il soit basé sur un modèle de bilinguisme scolaire additif3536. Selon Cummins, un niveau seuil de compétence assez élevé doit être acquis par l’enfant dans sa première langue (L1) afin qu’il puisse ensuite construire un cadre de référence d’apprentissage d’une seconde langue (L2). Des études menées au Mali, au Burkina Faso et en Zambie montrent des améliorations spectaculaires. En Zambie, par exemple, les élèves ont amélioré leur capacité de lecture aussi bien en anglais qu’en langue locale37. Au Mali, le taux de réussite de l’examen du Certificat de fin d’études du Premier cycle de l’enseignement fondamental (CFEPCEF)est supérieur en moyenne de 16% dans les établissements bilingues en comparaison aux établissements qui enseignent exclusivement en français38.

16Si le bilinguisme scolaire a connu le succès dans le contexte africain, il est sans doute essentiel de bien prendre en compte les défis identifiés. En plus des contraintes identitaires favorisant le bilinguisme scolaire ou non, la mise sur pied de programmes bilingues exige :

1 une politique scolaire en matière de langues adaptée à la région et prenant en considération l’origine des enfants ;

2 une bonne connaissance des mécanismes d’acquisition chez l’enfant ;

3 une information adéquate des parents ;

4 une formation spécialisée des enseignants ;

5 du matériel scolaire adapté.

  • 39 V. Krebs, « Bilinguisme, interculturalité et communication politique », L’anglais et les cultures (...)

17En outre, les paramètres de l’âge d’introduction de la langue, de l’intensité(nombre d’heures par semaine), du système facultatif ou obligatoire, et de l’enseignement dans le cadre de programmes publics ou privés doivent être pris en considération39.

L’exemple du Sénégal

Situation démographique et linguistique

  • 40 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.

18Situé en Afrique de l’Ouest, le Sénégal s’étend sur 196 722 km² et compte 13 975 834 habitants (estimation de juillet 2015)40. Ancienne colonie française, le Sénégal a obtenu son indépendance en 1960. La sociétésénégalaise se compose d’un nombre de différentes ethnies, dont notammentles Wolof 43.3%, les Peuls 23,8%, les Sérères 14,7%, les Jola 3,7%, les Mandinka 3%, les Soninkés 1,1%, les Européens et lesLibanais 1%, et divers autres 9,4%.

  • 41 Officielle (français), institutionnelle (français, crioulo, n'ko, wolof), en développement (balant (...)
  • 42 https://www.ethnologue.com/country/SN.
  • 43 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.

19Au Sénégal, les langues individuelles répertoriées sont au nombre de 38. Toutes sont des langues vivantes. Parmi elles, seul le français est langue officielle, mais 4 ont un rôle institutionnel, 18 sont en développement, 7 sont vigoureuses, 8 sont en difficulté et 1 est en train de mourir41. Le français est utilisé par l’État, l’administration, l’enseignement, les médias et le monde des affaires42. Le taux d’alphabétisation est de 57,7%43.

  • 44 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.
  • 45 La ville de Rufisque est située à 25 km au sud-est de Dakar. Sa superficie est de 42 km², voir htt (...)

20Sous la double action des apports migratoires depuis les campagnes et de l’accroissement naturel, la région de Dakar, la capitale, s’est très rapidement développée. Elle est ainsi passée de 400 000 habitants en 1970 à 2,6 millions d’habitants en 2005 et compte aujourd’hui environ 3,52 millions d’habitants (estimation 2015)44. Métropole macrocéphale, Dakar accueille aujourd’hui la moitié de la population urbaine du pays. Situé au sud-est de la capitale, Rufisque est le chef-lieu du département du même nom. Sa population a plus que doublé en seulement 13 ans, passant de 143 821 habitants lors du recensement de 2002 à près de 300 000 habitants en 201545. Plus populaire que Dakar, la ville de Rufisque a également connu une immigration importante.

L’histoire du Sénégal et ses dynamiques linguistiques urbaines

21Après l’indépendance du Sénégal en 1960, ce pays faisait partie de ce qui s’appelait à l’époque la « Fédération du Mali ». Le Sénégal s’est retiré après seulement quelques mois, s’unissant avec la Gambie pour former la « Confédération de Sénégambie ». L’intégration envisagée des deux pays n’a jamais été mis en œuvre, et l’alliance a été dissoute en 1989. Le Mouvement des forces démocratiques de la Casamance a mené une insurrection séparatiste dans le sud du Sénégal depuis les années 1980, et plusieurs accords de paix ont échoué à résoudre le conflit. Néanmoins, le Sénégal demeure l’une des démocraties les plus stables en Afrique et a une longue histoire de participation au maintien de la paix internationale et la médiation régionale.

  • 46 Martine Dreyfus et Caroline Juillard, Le Plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en devenir (...)

22Martine Dreyfus et Caroline Juillard46 tracent l’histoire sénégalaise sur le plan linguistique et ont procédé à une enquête détaillée passant par des questionnaires et une collecte de données dans les marchés afin de déterminerl’utilisation des langues. Dreyfus et Juillard soulignent que la complémentarité de l’usage du wolof et du français est ancienne. Selon eux, le wolof s’est diffusé dans le sillage du français et par les mêmes canaux, puis en chevauchement et puis en complémentarité fonctionnelle. Il y a eu une volonté de mettre des fonctionnaires wolofs dans les préfectures, les centres administratifs régionaux. Cette politique est héritée de la période coloniale : les Wolofs ont été les premiers en contact avec l’administration coloniale et les premiers formés. Le rapport numérique et historique a été en leur faveur. Quant au rôle politique des Wolofs, il a été doublé d’un rôle économique, car c’étaient les Wolofs qui tenaient le commerce, même si des migrants pulaar venus de la Guinée ou des zones nord du Sénégal y étaient également impliqués. Dreyfus et Juillard font remarquer qu’« au Sénégal, il n’y a actuellement pas d’indices qu’on puisse se passer du français, même si on peut supposer que les langues vernaculaires reculent, y compris dans les usages familiaux intra-groupes devant la progression du wolof urbain et sa diffusion périphérique. Il est donc intéressant de voir qu’àpriori il n’y a pas de rapport constitutif État/langue, comme on peut l’observer en France. Ainsi, l’État n’est pas le wolof. Il convient également de souligner que la présence d’autres groupes ethnolinguistiques reste importante, ce qui est le cas des Peul ou encore des Toucouleur. Aussi, pour l’instant il n’y a pas vraiment de politique linguistique de l’État, comparable à celle organisée en France, ce qui aurait pu favoriser davantage le wolof aux dépens des autres langues.

23On a globalement constaté que la diglossie « langues officielles/ langue(s) nationale(s) » s’est banalisée progressivement dans la capitale : l’appropriation de la langue française, sous d’autres formes et pour d’autres fonctions, s’opère actuellement de plus en plus hors du système scolaire. Le français, langue de travail dans les administrations et langue de contact avec les colons, s’est popularisé lentement, par le biais de formes moins surveillées parlées par des personnes peu scolarisées, étrangères ou indigènes, dans les situations informelles de la vie quotidienne.

24Cela étant, selon notre enquête de terrain, le français a connu un déclin au Sénégal de manière générale et dans les zones périurbaines et urbaines en particulier. Même si le français reste la langue officielle et de l’enseignement de l’école primaire à l’université, les langues nationales prennent petit à petit leur importance, à commencer par le wolof, langue dominante à Dakar et Rufisque. Ainsi, il est possible d’observer que les personnes d’un certain âge parlent mieux le français que les jeunes, qui eux communiquent essentiellement en wolof. Les familles immigrées d’autres régions du Sénégal ont tendance à utiliser leurs langues respectives au sein du foyer, mais à parler wolof à l’extérieur de la maison, car cette langue est prédominante dans leur environnement. Certaines familles s’installent près de la capitale seulement durant la saison sèche de l’hivernage, soit de décembre à juin, puis elles repartent vers leurs territoires pour s’adonner à des activités agricoles durant la saison des pluies. Typiquement, les migrants qui repartent reprennent leur bagage linguistique mais les enfants bilingues voire trilingues exportent le wolof même dans leur région natale. À Rufisque et à Dakar, les familles qui communiquent en français dans leur foyer sont typiquement les enseignants et les chrétiens (Mandik, Joola), mais il n’est pas rare que l’opinion populaire puisse les traiter comme des ‘toubabs’, soit des blancs, puisqu’ils parlent la langue des anciens colons.

  • 47 Programme de développement de l'éducation et de la formation (Éducation pour tous), PDEF/ EPT, mar (...)

25Dans les zones urbaines, il existe aujourd’hui quelques projets pilotes d’éducation bilingue français/wolof ou d’enseignement monolingue en wolof, mais l’approche n’est pour l’instant pas répandue. En 2003, les lignes directrices d‘Éducation pour tous’ ont été adoptées au Sénégal pour que le système éducatif fasse recours à des volontaires47. Or, cette approche n’est pas sans difficultés dans la mesure où la qualité de l’enseignement a régressé, et ce d’autant plus que les professeurs qui enseignent le français ne le maîtrisent pas toujours très bien eux-mêmes. Certains réseaux de femmes ont mis sur pied des cours d’alphabétisation en wolof pour leurs membres, des femmes qui participent à la tontine (gestion communautaire d’argent pour les événements particuliers).

26Quand les téléphones portables ont été introduits, l’essentiel des SMS se faisait en français. Or, cela est de moins en moins le cas. Les utilisateurs de téléphones portables – qui constituent une grande majorité de la population (tableau 2) – communiquent aujourd’hui en wolof phonétique et simplifié. Les abréviations sont très courantes et un nouveau langage de communication voit alors le jour. Si une personne est d’une région linguistique autre que celles où prédomine le wolof, elle va alors utiliser sa langue pour des conversations entre membres de cette communauté linguistique (que ce soit le pulaard, le manding, le bambara ou une autre langue).

27Une évolution notable est aussi perceptible au niveau des contenus produits par les médias. Quelques radios émettent leurs programmes en wolof, mais les autres continuent de diffuser leurs programmes en français. Plusieurs journaux télévisés, quant à eux, émettent des émissions d’abord en français, puis en wolof, d’autres aussi en soninké, en serré et en bambara.

L’exemple de la Tanzanie

Situation démographique et linguistique

  • 48 CIA Factobook, visité le 3 novembre 2015, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factb (...)

28Le nombre de langues individuelles répertoriées en Tanzanie est de 127. Parmi celles-ci, 125 sont vivantes et 2 sont éteintes. Parmi les langues vivantes, 2 sont d’ordre institutionnel, 18 sont en développement, 58 sont vigoureuses, 39 sont en difficulté, et 8 sont en train de mourir. Aujourd’hui le taux d’alphabétisation est de 70.6%48.

  • 49 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/fields/2219.html.

29Dar es Salaam (de l’arabe : دار السلام Dar As-Salam, littéralement « la résidence de la paix » ; ou simplement Dar, anciennement Mzizima) est la plus grande ville en Afrique orientale par sa population, et est un centre économique régional important. La ville est la plus importante de la Tanzanie dans les arts, la mode, les médias, la musique, le cinéma et la télévision. Dar es Salaam est également la plus peuplée de la Tanzanie et la plus grande de langue swahili dans le monde. La population de Dar es Salaam est de 5,116 millions d’habitants49. Bien que Dar es Salaam ait perdu son statut de capitale de la Nation à Dodoma en 1974 (pas achevé avant 1996), elle reste un centre permanent de la bureaucratie du gouvernement central. La plupart des décisionsprises par les gens au pouvoir dans la ville de Dar es Salaam touchent l’ensemble de la nation de Tanzanie. La ville est aussi le principal point d’arrivée et de départ pour la plupart des touristes qui visitent les zones de tourisme en Tanzanie, comme les parcs nationaux pour les safaris et les îles de Zanzibar.

Histoire et dynamiques linguistiques de Dar es Salaam

  • 50 Nom de ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de la Tanzanie a été appelé de 1961 à 1964 Tangany (...)
  • 51 A. J. Gottneid (ed), Church and Education in Tanzania, East African Publishing, Nairobi, 1976.
  • 52 S. N. Eliufoo, Education: A New Era Begins (Dar es Salaam, Tanzania: Ministry of Education, 1968).
  • 53 http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html
  • 54 M. Abdulaziz-Mkilifi, «Triglossia and Swahili-English Bilingualism in Tanzania», Language in Socie (...)
  • 55 M. Abdulaziz, «Tanzania’s National Language Policy and the Rise of Swahili Political Culture», in (...)
  • 56 http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html
  • 57 The Citizen, «Bye Std VII exams, English; Karibu Kiswahili in studies», 14 février 2015. http://www (...)

30Le Tanganyika50 a renforcé après son indépendance en 1961 la communication en swahili (aussi connu sous le nom de kiswahili) et a poursuivi des efforts déjà débutés sous l’administration par les colons au cours de la domination coloniale allemande au XIXe siècle qui a contribué, de manière pionnière, à la diffusion de la langue des zones côtières vers les parties intérieures du pays51. L’État nouvellement indépendant a fait desefforts concertés pour promouvoir le swahili comme langue nationale utilisée pour la plupart des activités du gouvernement, y compris du Parlement et de la communication interdépartementale. Pendant le mouvement socialiste, en 1968 le swahili est ainsi devenu le moyen d’instruction dans les écoles primaires52, ce qui fait qu’une langue africaine indigène53 a été imposée comme langue de l’instruction. En conséquence, aujourd’hui, le swahili est à la fois la langue nationale et officielle, en plus de l’anglais, parlée en Tanzanie. Il a réussi à forger l’unité multiethnique postcoloniale de la Tanzanie, ainsi que du Kenya, pays voisin. Malgré la reconnaissance du swahili comme langue nationale et officielle parlée par environ 90% de la population, il est intéressant de noter que « seulement 10% de la population parle le swahili comme langue maternelle »54 et que la majorité des Tanzaniens parle en effet au moins une langue locale en plus du swahili, la plupart des gens instruits parlant en outre l’anglais55. Les langues vernaculaires sont secondaires au swahili sans dispositions de la politique leur permettant d’être étudiées formellement dans le système éducatif tanzanien56. Elles sont utilisées comme un moyen de communication dans tous les contextes sociaux en Tanzanie rurale et sont reléguées à la communication à l’intérieur des foyers dans les zones urbaines. Un exemple typique est celui de familles qui, quittant la campagne, se sont installées dans un contexte urbain, dans certainscas avec un conjoint qui vient de la même région d’origine. Les parents d’une telle famille vont alors habituellement continuer à utiliser leur langue maternelle vernaculaire à la maison en milieu urbain de Sar es Salaam. Cependant, ce ménage urbain « modernisé » ne parlera que swahili ouanglais avec ses enfants. Bénéficiant de peu de contacts avec les langues locales, il est donc la norme que la deuxième génération de citadins parle principalement swahili comme première langue et l’anglais comme seconde langue au détriment des langues vernaculaires. Le swahili pourrait encore davantage prendre une place prépondérante après le décret récent qui prône l’utilisation du swahili pour l’instruction de l’école primaire à l’université, ainsi écartant l’anglais qui jusque là a dominé le système éducatif tanzanien57.

Conclusions

31Globalement, nous avons pu voir que des langues africaines telles que le swahili ou encore le wolof occupent une place importante dans les zones urbaines où elles sont parlées. En effet, elles bénéficient d’une position privilégiée comme moyen de communication des populations, dénominateurcommun au détriment des langues africaines parlées par des minorités d’immigrés venant de la campagne.

32Dans le cas du Sénégal, le français est la langue de l’instruction et de l’administration. Le wolof, lui, est utilisé dans la rue et pour la vie quotidienne,y compris de plus en plus dans le cadre d’échanges avec des outils technologiques tels que les réseaux sociaux ou encore les téléphones portables. Il y a donc une progression du wolof, même si le français reste une langue importante et officielle.

33Dans le cas de la Tanzanie, le swahili, langue officiellement reconnue, est le vecteur de communication privilégié en plus de l’anglais, enseigné au niveau secondaire et aussi utilisé par les administrations.

34Il sera intéressant de voir, ces prochaines années, comment la place des langues locales évolue dans les zones urbaines du continent africain et ce d’autant plus que le brassage culturel et linguistique y est particulièrement riche. Aussi les technologies de l’information et de la communication peuvent jouer un rôle phare pour la diffusion et l’utilisation active des langues africaines, à condition que celles-ci puissent bénéficier du développement d’outils et aussi de systèmes de caractères permettant de les écrire.

35UNESCO, Atlas on endangered languages, http://www.unesco.org/​webworld/​babel/​atlas.

Top of page

Bibliography

 « La faiblesse des moteurs de recherche », La langue française dans le monde, OIF, Nathan, 2014, p. 531-532.

Abdulaziz (M.), «Tanzania’s National Language Policy and the Rise of Swahili Political Culture», in Language Use and Social Change, W. Whiteley, (ed.), Oxford: Oxford University Press, 1971.

Abdulaziz-Mkilifi (M.), «Triglossia and Swahili-English Bilingualism in Tanzania», Language in Society 1, 2 (1972): 197-213.

ADEA (Association for the Development of Education in Africa), Volume 17, number 2, April-June 2005.

AgriGuide, www.agriguide.org.

Burkina Faso, Mali, Zambia: Experiences and Results. ADEA Newsletter April-June 2005.

CIA Factbook, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/.

Cummins (Jim), «The influence of bilingualism on cognitive growth: A synthesis of research findings and explanatory hypotheses», Working Papers on Bilingualism, 1976, 9: 1-43.

Cummins (Jim), Bilingualism and Minority Language Children, Ontario: Ontario Institute for Studies in Education, 1981.

Diki-Kidiri (Marcel), « Les langues africaines sur la Toile », RIFAL 24, http://www. termisti.org/rifal/PDF/rifal24/rifal24_Diki-Kidiri_L’%C3%A9tat%20du%20traitement %20informatique.pdf, 2003.

Diki-Kidri (Marcel), Comment assurer la présence d’une langue dans le cyberespace ?, UNESCO, 2007.

Diop (Seyni), « Recherche internet en wolof: ‘Saytu ko ci Google’, lancé aujourd’hui », Wal Fadjri et OSIRIS, 15 septembre 2010, http://www.osiris.sn/Recherche-internet-en-wolof-Saytu.html, Au Sénégal, 20 septembre 2010, http://www.au-senegal.com/ +google-en-wolof,1953+.html?lang=fr.

Dreyfus (Martine) et Juillard (Caroline), Le Plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en devenir, éd. Karthala, 2004.

Eliufoo (S. N.), Education: A New Era Begins, Dar es Salaam, Tanzania: Ministry of Education, 1968.

Gottneid (A. J.) (ed.), Church and Education in Tanzania, East African Publishing, Nairobi, 1976. http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html.

Krebs (Viola), « Bilinguisme, interculturalité et communication politique », L’anglais et les cultures : carrefour ou frontières ? Droit et cultures, 54/2007, L’Harmattan.

La ville de Rufisque est située à 25 km au Sud Est de Dakar. Sa superficie est de 42 km², voir http://mairiederufisque.org.

Lexilogos Wolof Dictionnaire, http://www.lexilogos.com/wolof_dictionnaire.htm.

Liste de Wikipedias disponibles : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Wikipedias.

Ministère de l’éducation de base, Secrétariat général, République du Mali. Note sur les éléments de politique des langues du Mali, Plan d’action triennal 2000-20002.

Nations Online, Les familles de langues africaines, selon leur origine,http://www.nationsonline.org/ oneworld/map/african-language-map.htm, http://www.nationsonline.org/oneworld/ african_languages.htm.

Ngonyani (Deo), The Failure of Language Policy in Tanzanian Schools, ed. Eric, Social Education, v. 61, n°7, p. 412-18 Nov-Dec 1997, http://www.socialstudies.org/system/ files/publications/se/6107/610708.html.

Osborn (Donald Z.), Les langues africaines et la technologie de l’information et de communication, localiser le futur ? 2005, visité le 3 nov. 2015. https://www.academia.edu/ 3997023/Les_langues_africaines_et_la_technologie_de_l_information_et_de_communication_localiser_le_futur_

Pieter (René and Muysken), Language contact and bilingualism, Institute for General Linguistics, University of Amsterdam, Edward Arnold, London, England, 1987.

Programme de développement de l’éducation et de la formation (Education pour tous), P.D.E.F / E.P.T, mars 2003, http://planipolis.iiep.unesco.org/upload/Senegal/Senegal %20PDEF-EPT.pdf

Publié par SIL International, Ethnologue: Languages of the World est un ouvrage de référence exhaustif qui catalogue toutes les langues vivantes connues du monde. Depuis 1951, l’Ethnologue a été un projet de recherche actif impliquant des centaines de linguistes et d’autres chercheurs du monde entier. Il est largement considéré comme la source la plus complète d’informations de ce genre, https://www.ethnologue.com.

Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique, Maaya, www.maaya.org

Rubagumya (C.), «Language Promotion for Education Purposes: The Example of Tanzania», International Review of Education 37, 1, 1991, 67-85.

Study on International Internet Connectivity in Sub-Saharan Africa, ITU, March 2013. https://www.itu.int/en/ITU-D/Regulatory-Market/Documents/IIC_Africa_Final-en.pdf

Sub-Saharan Africa Mobile Observatory 2012, Deloitte, GSMA, 13 November 2012. https://www.itu.int/en/ITU-D/Regulatory-Market/Documents/IIC_Africa_Final-en.pdf

Top of page

Notes

1 René and Muysken Pieter, Language contact and bilingualism, Institute for General Linguistics, University of Amsterdam, Edward Arnold, London, England, 1987.

2 Nous nous référons à l’Ethnologue, car c’est la source la plus complète qui existe actuellement en ce qui concerne l’inventaire mondial des langues : https://www.ethnologue.com/country/CM. Notons également que lorsque des statistiques officielles nationales existent, une autre source intéressante de données est le CIA Factbook, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/.

3 UNESCO, Atlas on endangered languages, http://www.unesco.org/webworld/babel/atlas.

4 L’Ethnologue : https://www.ethnologue.com et http://www.nationsonline.org/oneworld/african_ languages. htm

5 Marcel Diki-Kidiri 2012 ; « Les langues africaines sur la Toile », RIFAL 24, http://www.termisti. org/rifal/PDF/rifal24/rifal24_Diki-Kidiri_L'%C3%A9tat%20du%20traitement%20informatique.pdf, 2003.

6 Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Comores, Côte-d'Ivoire, Djibouti, Gabon, Guinée, Guinée équatoriale, Madagascar, Mali, Monaco, Niger, République centrafricaine, République du Congo, République démocratique du Congo, Rwanda, Sénégal, Seychelles, Tchad, Togo.

7 Afrique du sud, Botswana, Burundi, Cameroun, Gambie, Ghana, Kenya, Lesotho, Liberia, Malawi, Namibie, Nigeria, Ouganda, Rwanda, Seychelles, Sierra Leone, Soudan du Sud, Soudan, Swaziland, Tanzanie, Zambie, Zimbabwe.

8 Angola, Cap Vert, Guinée-Bissau, Mozambique, République Démocratique de São Tomé et Príncipe.

9 Algérie, Comores, Djibouti, Egypte, Érythrée, Gambie, Liban, Libye, Mauritanie, Maroc, Somalie, Soudan, Tchad, Tunisie.

10 Guinée équatoriale.

11 Langues officielles de l’Afrique du Sud : l’isiZulu 22,7%, l’isiXhosa 16%, l’afrikaans 13,5%, l’anglais 9,6%, le sepedi 9,1%, le setswana 8%, le sesotho 7,6%, le xitsonga 4,5%, le siSwati 2,5%, le tshivenda 2,4%, l’isiNdebele 2,1% ; carte listant les langues d’Afrique : https://upload.wikimedia.org/ wikipedia/commons/8/8d/Official_Languages_-_Africa.PNG.

12 Carte graphique des langues officiellement reconnues par les pouvoirs en Afrique : https://commons. wikimedia.org/wiki/File:Official_Languages_-_Africa.PNG, Arab Hafez at English Wikipedia. Later version(s) were uploaded by Beao at English Wikipedia.

13 Publié par SIL International, « Ethnologue: Languages of the World » est un ouvrage de référence exhaustif qui catalogue toutes les langues vivantes connues du monde. Depuis 1951, l'Ethnologue a été un projet de recherche actif impliquant des centaines de linguistes et d'autres chercheurs du monde entier. Il est largement considéré comme la source la plus complète d'informations de ce genre, https://www. ethnologue.com.

14 Martine Dreyfus et Caroline Juillard, Le Plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en devenir, éd. Karthala, 2004.

15 Nations Online, Les familles de langues africaines, selon leur origine, http://www.nationsonline.org/ oneworld/map/african-language-map.htm.

16 L’Ethnologue : https://www.ethnologue.com/country/CM.

17 http://www.ethnologue.com/country/NG.

18 Liste de Wikipedias disponibles : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_Wikipedias.

19 Le haussa est notamment parlé dans les pays suivants : Benin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Arabie Saoudite, Cameroun, Ghana, Nigeria, Niger, Soudan, Togo.

20 Aussi appelé nubien.

21 Seyni Diop, « Recherche internet en wolof: ‘Saytu ko ci Google’, lancé aujourd’hui », Wal Fadjri
et OSIRIS, 15 septembre 2010, http://www.osiris.sn/Recherche-internet-en-wolof-Saytu.html, Au Sénégal, 20 septembre 2010, http://www.au-senegal.com/+google-en-wolof,1953+.html?lang=fr.

22 Chapitre « la faiblesse des moteurs de recherche » dans « La place du français dans l'Internet », Partie 3 du livre 2014 - La langue française dans le monde, OIF, Nathan, 2014, p. 531-532.

23 http://www.lexilogos.com/wolof_dictionnaire.htm.

24 AgriGuide, www.agriguide.org.

25 Donald Z. Osborn, Les langues africaines et la technologie de l’information et de communication. Localiser le futur ? 2005, visité le 3 novembre 2015, https://www.academia.edu/3997023/ Les_langues_africaines_et_la_ technologie_de_l_information_et_de_communication_localiser_le_futur_.

26 Marcel Diki-Kidri, Comment assurer la présence d’une langue dans le cyberespace ?, UNESCO, 2007.

27 Académie Africaine des Langues, www.acalan.org.

28 Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique, Maaya, www.maaya.org.

29 Study on International Internet Connectivity in Sub-Saharan Africa, ITU, March 2013. https://www.itu. int/en/ITU-D/Regulatory-Market/Documents/IIC_Africa_Final-en.pdf.

30 Sub-Saharan Africa Mobile Observatory 2012, Deloitte, GSMA, 13 November 2012. https://www.itu. int/en/ITU-D/Regulatory-Market/Documents/IIC_Africa_Final-en.pdf.

31 Aussi voir le chapitre sur l’Histoire et les dynamiques linguistiques sociétales de Rufisque et de Dakar.

32 ADEA (Association for the Development of Education in Africa), Volume 17, number 2, April-June 2005.

33 Ministère de l’Éducation de base, Secrétariat général, République du Mali. Note sur les éléments de politique des langues du Mali, Plan d’action triennal 2000-20002.

34 Deo Ngonyani, The Failure of Language Policy in Tanzanian Schools, ed. Eric, Social Education, v. 61 n°7 p. 412-18 nov.-dec. 1997, http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html.

35 J. Cummins, «The influence of bilingualism on cognitive growth: A synthesis of research findings and explanatory hypotheses», Working Papers on Bilingualism, 1976, 9: 1-43.

36 J. Cummins, Ontario: Ontario Institute for Studies in Education, 1981.

37 Burkina Faso, Mali, Zambia: Experiences and Results. ADEA Newsletter April-June 2005.

38 Source : ministère de l’Éducation du Mali, chiffres de 1994 à 2000.

39 V. Krebs, « Bilinguisme, interculturalité et communication politique », L’anglais et les cultures : carrefour ou frontières ?, Droit et Cultures, L’Harmattan, 54-2007/2.

40 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.

41 Officielle (français), institutionnelle (français, crioulo, n'ko, wolof), en développement (balanta-ganja, bandial, hassaniyya, jola-fonyi, jola-kasa, kuwaataay, mandinka, mandjak, maninkakan, western, mankanya, ménik, ndut, noon, oniyan, pulaar, pular, saafi-saafi, serer-sine), vigoureuses (bayot, gusilay, jalunga, karon, kerak, laalaa, soninke), en danger (badyara, bainouk-gunyaamolo, bainouk-samik, ejamat, mlomp, palor, wamey, xasonga), quasi morte (kobiana).

42 https://www.ethnologue.com/country/SN.

43 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.

44 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sg.html.

45 La ville de Rufisque est située à 25 km au sud-est de Dakar. Sa superficie est de 42 km², voir http://mairiederufisque.org.

46 Martine Dreyfus et Caroline Juillard, Le Plurilinguisme au Sénégal, Langues et identités en devenir, éd. Karthala, 2004.

47 Programme de développement de l'éducation et de la formation (Éducation pour tous), PDEF/ EPT, mars 2003, http://planipolis.iiep.unesco.org/upload/Senegal/Senegal%20PDEF-EPT.pdf.

48 CIA Factobook, visité le 3 novembre 2015, https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/tz.html.

49 https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/fields/2219.html.

50 Nom de ce qui est aujourd’hui connu sous le nom de la Tanzanie a été appelé de 1961 à 1964 Tanganyika.

51 A. J. Gottneid (ed), Church and Education in Tanzania, East African Publishing, Nairobi, 1976.

52 S. N. Eliufoo, Education: A New Era Begins (Dar es Salaam, Tanzania: Ministry of Education, 1968).

53 http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html

54 M. Abdulaziz-Mkilifi, «Triglossia and Swahili-English Bilingualism in Tanzania», Language in Society 1, 2 (1972): 197-213; C. Rubagumya, «Language Promotion for Education Purposes: The Example of Tanzania», International Review of Education 37, 1 (1991): 67-85.

55 M. Abdulaziz, «Tanzania’s National Language Policy and the Rise of Swahili Political Culture», in Language Use and Social Change, ed., W. Whiteley (Oxford: Oxford University Press, 1971).

56 http://www.socialstudies.org/system/files/publications/se/6107/610708.html

57 The Citizen, «Bye Std VII exams, English; Karibu Kiswahili in studies», 14 février 2015. http://www.thecitizen.co.tz/News/national/Bye-Std-VII-exams--English--Karibu-Kiswahili-in-studies/-/1840392/2623428/-/2krj4x/-/index.html.

Top of page

References

Bibliographical reference

Viola Krebs and Namory Diakhaté, « Langues africaines dans un contexte urbain : la situation du continent et le cas du Sénégal et de la Tanzanie », Droit et cultures, 72 | 2016, 155-171.

Electronic reference

Viola Krebs and Namory Diakhaté, « Langues africaines dans un contexte urbain : la situation du continent et le cas du Sénégal et de la Tanzanie », Droit et cultures [Online], 72 | 2016-2, Online since 26 September 2016, connection on 24 September 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3944

Top of page

About the authors

Viola Krebs

Viola Krebs (PhD, MSc, BA) est sociolinguiste et spécialiste en communication. Elle enseigne à UBIS (University of Business and International Studies) ainsi que, de manière ponctuelle, à l’Université de Genève (UNIGE). En outre, elle fait partie des Conseils d’administration de Maaya – Réseau Mondial pour la Diversité Linguistique et de l’Université Européenne du Volontariat (EFU). Elle est également fondatrice et directrice exécutive d’ICVolontaires, une organisation internationale de volontaires à but non lucratif oeuvrant dans le domaine de la communication. Ses travaux se focalisent sur les thèmes suivants : communication et technologies, langues et migration, éducation bilingue, secteur à but non lucratif et volontariat. Parmi ses publications, il convient de mentionner « Langues, cyberespace et migration », dansNET.LANG, Réussir le Cyberespace Multilingue, C&F Editions, Caen, France, 2012 , «Intrinsic and extrinsic motivations of cybervolunteers in an applied distributed computing environment», dans Freiwilligenarbeit zwischen Freiheit und Professionalisierung, éd. Seismo, Zurich, 2013, « Bilinguisme, interculturalité et communication politique », L’anglais et les cultures : carrefour ou frontières ? Droit et culture 54/2007 , Harmattan,». Viola Krebs a obtenu son doctorat dans le domaine des Sciences de la communication et de l’information de l’Université de Strasbourg qui porte sur le « Cybervolontariat : Socio-pragmatique d’une activité citoyenne au XXIe siècle ».

By this author

Namory Diakhaté

Namory Diakhaté est diplômé de l’Université Cheikh Anta Diop, Dakar, où il a obtenu une Licence et une Maîtrise en Littérature et civilisation des pays de langue anglaise, option britannique. Il possède également un Master en Développement durable de la Faculté des Sciences économiques et de gestion de la même université. Namory Diakhaté s’est depuis spécialisé en montage de projets de développement environnemental après avoir suivi un semestre d'étude en milieu rural avec le programme de Living Routes en collaboration avec l’Université de Massachusetts Amherst et le Réseau national des éco villages du Sénégal. Par la suite, il a rejoint le projet ‘E-TIC Vitrine du Sahel’ d’ICVolontaires, où il a coordonné un ensemble d'activités de terrain. Il a également contribué à différentes activités de recherche avec les ONG SEM Fund et SunnyMoney. Tout récemment, il s’est spécialisé en techniques de Sécurité Alimentaire à travers des activités de permaculture et d’agroforesterie dans la vallée du fleuve Sénégal, où il commence une vie d’agriculteur biologique.

Top of page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org