Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

Isabelle Carles-Berkowitz, Le droit et les jeunes d’origine étrangère, une approche par genre des phénomènes de socialisation juridique

Collection « Droits et Cultures », L’Harmattan, 291 p. Paris,2007
Gérard Courtois
p. 262-266
Référence(s) :

 Le droit et les jeunes d’origine étrangère, une approche par genre des phénomènes de socialisation juridique
Collection « Droits et Cultures », L’Harmattan, 291 p. Paris

2007.

Texte intégral

1Ce livre est issu d’une thèse remarquée soutenue en 2004. L’auteur a senti la nécessité et l’intérêt d’en modifier l’intitulé en y adjoignant un sous-titre qui manifeste l’importance prise dans sa recherche par les questions de genre.

2Les enquêtes conduites dans ce travail ont été menées en Belgique dans cinq  établissements scolaires dont trois regroupent une population d’origine étrangère (majoritairement marocaine), les deux restants sont situés dans des quartiers résidentiels de Bruxelles. L’ouvrage se propose d’examiner comment s’entrelacent ou s’opposent les réponses des jeunes selon des différences qui tiennent à l’âge, à l’origine, à la stratification sociale ou à la distinction des sexes.

3Le travail a été mené selon les principes désormais bien établis dans le monde francophone par Chantal Kourilsky-Augeven. Ils visent à élucider les modes de la socialisation juridique selon deux méthodes. La première consiste à susciter chez les répondants une série d’associations spontanées à des mots-clés. Ces derniers étant choisis parce qu’ils appartiennent à la fois au vocabulaire juridique et à celui du quotidien. La seconde propose aux mêmes jeunes d’associer selon leur choix, quatorze mots-clés à huit valeurs qui appartiennent à la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne auxquelles ont été ajoutées les items Injuste et Autorité (p. 63-81).

4Les résultats des enquêtes soumis à un très important et très intéressant travail d’interprétation envisagent de nombreuses questions qui laissent transparaître des modes contrastés de socialisation juridique, en particulier : le sentiment d’appartenance à une collectivité ou à un territoire, la solidarité, la citoyenneté, la perception de soi et des autres, la sécurité, l’autorité, la loi, la justice, l’égalité, les fonctions parentales, le mariage, la liberté, la responsabilité et pour finir le religieux.

  • 1   On trouvera naturellement dans l’ouvrage de nombreuses analyses qui portent sur l’articulation du (...)

5La recherche de I. Carles-Berkowitz la plus originale (au demeurant c’est celle qui occupe le plus de place dans l’ouvrage) porte sur les effets du genre des répondants quant à la figure de socialisation juridique que leurs associations viennent naïvement dessiner1.

  • 2   Pour  une mise au point stimulante sur cette question voir en dernier lieu l’ouvrage de E. Dorlin (...)

6Un consensus existe aujourd’hui pour distinguer dans ce qu’on appelle le sexe, trois choses : le sexe biologique, tel qu’il est assigné par la naissance (mâle ou femelle), le genre, les attributs du féminin et du masculin que la socialisation et l’éducation différentiées des individus produisent et reproduisent ; enfin la sexualité, c'est-à-dire le fait d’avoir une sexualité, d’ » avoir » ou de « faire » du sexe. A partir de là beaucoup de controverses existent quant à l’importance respective de ces trois aspects2.

  • 3   Une si grande différence, [1982] Paris, 1986. Cet ouvrage vient d’être republié dans une version (...)

7L’auteur s’inscrit dans cette problématique en suivant l’œuvre pionnière de C. Gilligan3. Celle-ci se proposait de réfuter les thèses de L. Kohlberg sur le développement moral des individus qui faisaient de l’» éthique de la justice », surtout portée par les hommes, un point d’accomplissement, les femmes apparaissant comme bloquées à un niveau de développement moral inférieur à celui des hommes. S’appuyant sur une enquête de psychologie morale menée auprès de jeunes adolescents, elle soutient que les garçons témoignent bien d’une « éthique de la justice » fondée sur des principes moraux abstraits et universels, alors que les filles font davantage preuve de sentiments moraux tournant autour de la sollicitude et de l’empathie. Toutefois, selon elle, ce développement sexué des sentiments moraux, n’est pas hiérarchisable. Les sentiments moraux des femmes ne constituent pas un moindre degré de moralité, mais plutôt une ressource morale ignorée qui pourrait renouveler la philosophie pratique. Cet autre horizon moral qu’elle appelle le « care » est une véritable éthique qui renvoie à une myriade de gestes et d’affects ayant trait au soin, à la compréhension et au souci concret des autres (p. 52-55).

8I. Carles-Berkowitz va utiliser ces thèses sans doute pour les vérifier dans le détail de son terrain mais au-delà elles constitueront pour elle comme une percée théorique qui lui permet de présenter sans complexe la différence sensible des opinions et des évaluations des garçons et des filles dans de nombreux domaines qui relèvent de la socialisation juridique.

9Nous allons en donner quelques exemples :
Au moment où l’auteur cherche à comprendre la  représentation que les jeunes se font de l’appartenance à « un pays », elle constate que « la principale image qu’ils s’en font est celle d’un territoire … cependant ce sont les garçons qui prédominent ici. Pour eux, le pays c’est avant tout « une terre, un territoire délimité par des frontières ». Lorsqu’ils grandissent, ils prennent conscience de l’organisation politique de ce territoire, qui est dirigé par « un chef », un « Président  ou un Roi »… Les filles quant à elles, voient dans le pays un lieu peuplé, aspect qui prime sur l’espace géographique… Cette définition du pays reposant sur les êtres humains qui le composent [est vu] comme un facteur de rassemblement des différences ... dans un tout commun. Cette image est dominante chez les filles sans que l’on puisse établir de variations en fonction de l’origine ou du milieu social des répondantes (je souligne). L’on rejoint ici les théories développées par C. Gilligan à propos des différences entre les filles et les garçons, ceux-ci étant davantage attentifs aux structures – ici le territoire – et les filles au relationnel – ici la population du pays. Les filles sont par ailleurs enclines à insister sur le lien social plutôt que sur le fonctionnement des structures » (p. 146-147).

10En ce qui concerne la solidarité, « pour les jeunes issus d’une famille immigrée et de milieux défavorisés, la principale liaison établie est celle avec la religion ; elle devance même l’association entre la solidarité et la famille ». Mais là aussi on constate des différences nettes selon le sexe des répondants : » La liaison entre la famille et la solidarité est surtout le fait des filles. Très demanderesses en matière d’émancipation vis-à-vis du cocon familial, leur attitude à l’égard de la solidarité démontre néanmoins leur reconnaissance de la famille comme lieu premier de solidarité. Elles sont en revanche bien plus nombreuses que les garçons sur le terrain de l’association de la solidarité avec la communauté… Les filles si elles sont enclines à développer une sensibilité sociale, le font donc dans le cadre de relations interpersonnelles (au sein de la famille, de la communauté, éventuellement auprès des étrangers pour lesquels elles peuvent éprouver de la compassion). On rejoint ainsi à nouveau la théorie développée par C. Gilligan selon laquelle les filles ont une morale axée sur la sollicitude et développent de ce fait un intérêt pour les relations interindividuelles. » (p. 157-158).

11Pour I. Carles-Berkowitz chez les jeunes issus d’une famille immigrée les représentations à l’égard de l’autorité et des figures d’autorité s’organisent en fonction de leurs attentes en matière de sécurité et le rapport à ces deux valeurs est « dominé par des différences de genre ». Revient alors la question : ceci concerne-t-il les jeunes issus de l’immigration ou est-ce une vérité générale ? « Il s’agit de déterminer s’il existe des tendances sexuées universelles c'est-à-dire des modes de formation de modèles qui sont plus  fréquents chez les garçons ou chez les filles, quelle que soit l’appartenance sociale et culturelle ? » (p.174). Quant au binôme autorité/sécurité les réponses aux questionnaires montrent qu’il n’y a pas de clivage significatif entre les réponses des jeunes Belges masculins de milieu aisé et celles des enfants masculins de l’immigration, « en revanche les différences de modèles par genre semblent plus nettes ». La tendance générale masculine est à une évaluation négative plus importante que chez les filles du système répressif (items Police, Punir) et dans une moindre mesure du système judiciaire (Loi, Juge), en revanche « la différence par genre est flagrante pour l’évaluation négative de la police, trois fois plus souvent évaluée négativement par les garçons que par les filles ». Si la sécurité est une « valeur vedette » chez les filles… les garçons ne la valorisent pas autant. Ils la définissent très peu par rapport à leur personne mais plus comme un concept extérieur et abstrait. Ils font plus rarement allusion que les filles à la sécurité personnelle et au bien-être qu’elle peut apporter, donc au sentiment de sécurité, comme s’ils avaient intégré l’idée selon laquelle ils sont, en tant que garçons, censés assurer leur propre protection. A la question sur l’existence possible de tendances sexuées universelles, il est répondu même si c’est avec prudence par l’affirmative : « les filles accepteraient donc plus la contrainte et l’autorité que les garçons ». Il n’y aurait dans cette affaire aucune prédisposition naturelle mais un effet de genre : » les normes éducatives différenciées entre les garçons et les filles diffusées au cours du processus de socialisation entraînent des attitudes différentes » (p. 75-187).

12L’auteur repère des différences dues au genre à propos de nombreuses autres questions qui intéressent la socialisation juridique par exemple : la loi vue comme ce qui libère, par les filles, et ce qui opprime, par les garçons (p. 194-197) ; les valeurs juridiques, les filles privilégiant le principe d’égalité là où les garçons mettent l’accent sur la recherche du juste (p. 199-204) ; le mariage (p. 217-221) ; la distinction liberté/responsabilité (p. 231-235), la fin de ce travail examine la différence d’approche de la religion entre les filles et les garçons issus de familles immigrées : « Les garçons investissent dans la religion, la sécurité, l’égalité et la solidarité qu’ils ne paraissent pas trouver ailleurs dans la société. Les filles… sont très en retrait par rapport à toutes ces associations, sauf celle entre la religion et la sécurité, confirmant leur attachement à la sécurité ». Ici l’on touche un phénomène propre à la tradition musulmane. « Les filles en effet peuvent être confrontées dans l’exercice de leur liberté à des difficultés liées aux règles coraniques, d’une part, et aux traditions d’autre part » (p. 244-249).

  • 4  « Devant la loi : la construction sociale du juridique » in C. Kourilsky-Augeven  (Dir.), Socialis (...)

13En conclusion I. Carles-Berkowitz repose la question « intersectionnelle » qui est comme le fil rouge de tout son travail : » Comment les tendances dominantes observées s’accompagnent-elles de variations significatives déterminées par l’âge, le milieu social, l’origine ou le genre des sujets ? » (p. 252). On ne s’étonnera pas qu’elle réponde : « les différences par genre semblent bien souvent prédominer sur les autres facteurs de variation… Les filles ont tendance à partir de leur expérience personnelle tirée du quotidien et des relations qu’elles peuvent développer avec les autres pour décrire les concepts. On retrouve ici des résultats auxquels avaient abouti S. Silbey et P. Ewick dans le cadre d’une recherche portant sur la construction de la conscience juridique4. Selon ces auteures, les femmes présentent leurs cas devant les tribunaux sur le mode narratif et anecdotique, ce qui leur vaut d’être accusées de subjectivité. Cependant, ce mode de présentation semble plutôt relever d’une manière différente de construire la réalité sociale et individuelle. Les garçons, en revanche, s’abstraient davantage des situations qu’ils décrivent et les jugent « objectivement » sans s’inclure personnellement dans la démonstration… Les filles et les garçons ont surtout une manière fondamentalement différente d’investir les domaines affectifs et émotionnels. Les filles, y compris les plus âgées, émettent surtout des opinions positives ou ambivalentes et très rarement négatives. Les évaluations négatives sont dues aux garçons les plus âgés et augmentent de façon régulière avec l’âge pour tous les mots-clés relatifs à l’autorité et à son exercice » (p. 255-256).

  • 5   Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique, Paris, Côté Femmes, 1991, p. 126.

14La recherche de I. Carles-Berkowitz, s’inscrit dans l’ensemble des travaux inspiré par le féminisme théorique qui conduit à distinguer au sein de chaque ensemble social le point de vue des femmes et celui des hommes. Il demande aux ethnographes masculins de réfléchir au sexe de leurs informateurs trop souvent eux-mêmes masculins et porteurs d’une information biaisée sur le rôle des femmes dans leur société. Dans le domaine français Nicole-Claude Mathieu a montré qu’un androcentrisme des études de terrain et des observations peine à reconnaître les femmes comme des actrices sociales, à mesurer et à quantifier leur travail ou leur dépense énergétique, en omettant nombre de leurs activités, en naturalisant la division sexuelle du travail, en se désintéressant de leur rôle actif dans les échanges sociaux. Cet androcentrisme « produit tout à la fois des aveuglements et des empathies entre chercheur(e)s et ethnologisé(é)s »5.

  • 6   Annette Weiner, La richesse des femmes ou comment l’esprit vient aux hommes, [1976] Paris, 1983.

15Dans le domaine anglo-saxon rappelons l’exemple, classique désormais, de la recherche d’Annette Weiner sur la société trobriandaise. Quelques soixante ans après Malinowski, elle a réussi à faire apparaître d’autres réalités sur la place des femmes comme actrices de cette société. En dégageant leur rôle primordial dans certains échanges sociaux elle a mis au jour l’existence d’un autre mode de pouvoir à côté de celui des hommes, comme si cette société mettait en jeu deux types de ressources symboliques, partagées par genre, « dans la lutte de tous contre le désordre et le hasard ». Cette découverte du rôle actif des femmes trobriandaises dans les échanges sociaux religieux et matrimoniaux a eu une portée considérable, puisque les travaux de Malinovski, qui le niait, avaient servi de base à Lévi-Strauss pour justifier une de ses thèses principales : « la réciprocité qui fonde le mariage n’est pas établie entre des hommes et des femmes mais entre des hommes par le truchement des femmes qui en sont seulement la principale occasion »6. Cette position essentielle de l’auteur des Structures élémentaires de la parenté apparaît donc fragilisée par une recherche qui dépasse par ses conséquences l’ethnographie trobriandaise.  

16Pour finir, I. Carles-Berkowitz vérifie donc l’intérêt du point de vue de C. Gilligan. Aux Etats-Unis de nombreux débats ont suivi la publication  de son livre In a different voice. On lui a reproché à une forme de naturalisme moral qui essentialiserait la disposition féminine au care. D’autres ont au contraire ont essayé de lier la prédisposition au care avec la maternité. Nous laissons à l’auteur de cette belle étude de socialisation juridique le soin d’arbitrer ce débat : « La thèse maternaliste … est critiquable en soi en ce qu’elle essentialise la femme et la cristallise dans son rôle de mère, elle semble trahir celle dont elle se réclame. C. Gilligan insiste en effet sur les différences hommes/femmes en terme de développement moral sans jamais les rattacher clairement à la maternité. Il semble au contraire qu’elle appuie sa théorie sur l’idée d’un apprentissage de rôles sociaux garçons/filles qui mèneraient à ces différences de développement moral. C’est pour ma part, la façon dont je l’entends et dont j’utilise la théorie de C. Gilligan ».

Haut de page

Notes

1   On trouvera naturellement dans l’ouvrage de nombreuses analyses qui portent sur l’articulation du genre avec les autres éléments différenciateurs comme l’âge, la classe sociale et l’origine. Les intellectuelles africaines-américaines ont développé ce type de recherche sous le nom d’ » intersectionnalité ». Voir : Kimberle W. Crenshaw, « Cartographie des marges : intersectionnalité, politiques de l’identité et violences contre les femmes de couleur », 1994, in Les cahiers du genre, n°39, 2005. L’analyse en terme d’intersectionnalité de la combinaison du racisme et du sexisme se retrouve en contexte français chez C. Delphy, « Antisexisme ou antiracisme ? Un faux dilemme », Nouvelles questions féministes, n°1, 2006. Cette littérature aurait pu être utilisée heureusement chaque fois que cette recherche se pose la question du poids respectif de chaque facteur de différenciation entre les répondants.

2   Pour  une mise au point stimulante sur cette question voir en dernier lieu l’ouvrage de E. Dorlin, Sexe, genre et sexualités, Collection » Philosophies », PUF, 2008.

3   Une si grande différence, [1982] Paris, 1986. Cet ouvrage vient d’être republié dans une version enrichie intitulée : Une voix différente, Pour une éthique du « care », Collection » Champs essais », Flammarion, Paris, 2008.

4  « Devant la loi : la construction sociale du juridique » in C. Kourilsky-Augeven  (Dir.), Socialisation juridique et conscience du droit, Paris, LGDJ, 1997, p. 33-56.

5   Nicole-Claude Mathieu, L’anatomie politique, Paris, Côté Femmes, 1991, p. 126.

6   Annette Weiner, La richesse des femmes ou comment l’esprit vient aux hommes, [1976] Paris, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Courtois, « Isabelle Carles-Berkowitz, Le droit et les jeunes d’origine étrangère, une approche par genre des phénomènes de socialisation juridique », Droit et cultures, 56 | 2008, 262-266.

Référence électronique

Gérard Courtois, « Isabelle Carles-Berkowitz, Le droit et les jeunes d’origine étrangère, une approche par genre des phénomènes de socialisation juridique », Droit et cultures [En ligne], 56 | 2008-2, mis en ligne le 11 juin 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/394

Haut de page

Auteur

Gérard Courtois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org