Navigation – Plan du site
Études

Radicalisme, pratique juridique et doctrine dans les années 1960 aux Etats-Unis

Radicalism, legal praxis and jurisprudence during the sixties in USA
Thomas Hilbink
p. 197-221

Texte intégral

  • *   NDT: les termes “libéral/aux” et “radical/aux” utilisés dans ce texte sont naturellement à prendr (...)

1Lorsqu’ils se penchent sur la deuxième moitié du XXe siècle, les historiens de la jurisprudence situent la naissance du mouvement des Critical legal studies (CLS) en 1976 dans le milieu universitaire juridique américain. Considérées comme une réaction à la domination de la doctrine juridique des libéraux* de l’école des Legal process et du courant conservateur des analyses économiques du Droit (Law and economics), les CLS ont ravivé le réalisme des années 1930 et 1940 tout en adoptant et adaptant la philosophie de la New Left née dans le tourbillon des années 1960 sur les campus américains et dans les cercles activistes. Les spécialistes font également remonter les racines des CLS aux études sociologiques formant l’essentiel des bases du mouvement Law & Society qui a émergé dans les années 1960. Si cette reconstruction du passé est dans l’ensemble correcte, une étude plus approfondie des sources et des idées des CLS révèle que celles-ci se sont développées dans les années 1960, époque où des juristes, des activistes et d’autres établirent certains des concepts clés des CLS, sur le plan théorique, mais plus encore dans la pratique.

  • 1   Duncan Kennedy, Utopian Rationalism in American Legal Thought, Harvard Law School, 1970.
  • 2   Dans son histoire des CLS, Mark Tushnet laisse entendre cette possibilité lorsqu’il relie certain (...)

2La conception radicale* de la pratique juridique – qui recouvrait un gros travail, en s’appuyant sur les traces historiques, de théorisation du droit, des juristes et de la doctrine – a fourni un terrain sur lequel les idées de la New Left ont pu se croiser avec la pensée juridique et la jurisprudence. Certes, les CLS ont poussé les concepts formant le cœur de la critique du droit plus loin et plus en profondeur que tout ce qu’ont pu présenter les juristes radicaux, mais les écrits des juristes radicaux de la fin des années 1960 et du début des années 1970 provoquent à tout le moins des interrogations sur les racines de l’une des écoles de pensée les plus importantes des cinquante dernières années. Il ne s’agit pas tant d’affirmer que les vraies racines des CLS résident dans le travail des juristes radicaux (il faut situer l’apparition des premiers travaux, tel Utopian Rationalism in American Legal Thought de Duncan Kennedy, dans le milieu des années 1970)1 mais plutôt qu’il existait potentiellement une communauté de juristes praticiens et de jeunes universitaires puisant aux même sources et échangeant entre eux2. Ma thèse nécessite des recherches supplémentaires, néanmoins ce que je présente ici est une première tentative de cerner la part des praticiens radicaux et celle des universitaires radicaux.

3La théorie radicale de la pratique juridique partage avec les CLS quatre grandes idées reliées entre elles. En premier lieu, les CLS sont fondées sur le rejet du légalisme. Comme Judith Shklar l’a défini, le légalisme englobe l’idée d’une séparation entre le droit et la politique :

  • 3   Judith Shklar, Legalism, Cambridge, Harvard University Press, 1964, p. 111.

« La théorie juridique traite de la politique à peu près comme de la morale, à ceci près qu’il semble y avoir ici un accord unanime pour séparer droit et politique le plus possible, autant dans la théorie que dans la pratique. Le divorce entre droit et politique, assurément, est conçu pour prévenir l’arbitraire, et c’est la raison pour laquelle sa nécessité est si peu controversée. Néanmoins, le légalisme ne s’en tient pas là. La politique est considérée non seulement comme séparée du droit mais aussi comme inférieure à lui. Le droit vise à la justice, alors que la politique ne s’occupe que d’opportunité. Le premier est neutre et objectif, la seconde est le fruit non maîtrisé d’intérêts et d’idéologies en concurrence. La justice est donc non seulement l’objectif politique du légalisme mais est un objectif politique supérieur et impossible à comparer à tout autre. Tout ceci ne fait qu’encourager la théorie juridique à présenter le droit de manière résolument apolitique »3.

  • 4   Mark V. Tushnet, “Critical Legal Theory”, dans The Blackwell Guide to the Philosophy of Law and L (...)
  • 5 David Kairys (ed.), The Politics of Law, New York, Pantheon, 1982.
  • 6 Laura Kalman, The Strange Career of Legal Liberalism, New Haven, Yale University Press, 1996,
    p. 4 (...)
  • 7 Tushnet, “Critical Legal Theory”, 86.

4A l’opposé, selon Mark Tushnet, « s’il existe une affirmation générale de la théorie juridique critique, c’est bien le slogan « le droit est politique » »4. L’ouvrage le plus largement lu de l’école des CLS, The Politics of Law, a donné à cette idée la plus grande importance5. En deuxième lieu, quoique en liaison forte avec la première idée, vient le rejet de l’approche libérale du droit, le libéralisme juridique. A une époque où la vision libérale était dominante dans les facultés de droit américaines – quand le libéral Warren Court était un « phénomène culturel »6 – l’attaque contre une croyance hégémonique dans la valeur du droit comme outil de changement social était audacieuse. Un élément-clé de cette critique est la troisième idée selon laquelle le légalisme, et en particulier le légalisme libéral, sert à masquer, par mystification, l’oppression et la partialité du droit et de ses procédures. Enfin, les CLS proposent une critique des droits très étroitement liée à la thématique de la mystification. Selon Tushnet, à nouveau : « La critique des droits a constitué un défi sévère à l’image dominante du droit comme possibilité d’action. Cela remettait Brown et Roe en question, suggérant que ces triomphes de l’activisme juridique libéral étaient plutôt incompatibles avec de durables réussites pour toute loi et politique progressiste »7.

  • 8   {Black, 1971 #215}{Lefcourt, 1971 #216}{James, 1973 #199}.

5Certes, ces idées ont atteint leur apothéose universitaire dans les années 1970 et 1980 avec l’établissement et l’institutionnalisation des CLS dans les facultés de droit américaines. Ces idées, néanmoins, étaient déjà en germe dans de multiples lieux une décennie auparavant. Depuis la fin des années 1960 et jusqu’au milieu des années 1970, dans des batailles de prétoires largement rendues publiques, telle les Huit de Chicago, les Sept d’Oakland ou le procès des 21 Black Panthers de New York, les juristes radicaux attirèrent l’attention sur leur critique à travers leur manière de mener les procès et d’avancer leurs arguments. Ils utilisèrent les médias pour répandre leur remise en cause des hypothèses concernant le rôle du droit dans la société, les institutions juridiques américaines et les usages politiques et sociaux américains. Les radicaux utilisèrent également leurs stylos et leurs machines à écrire pour présenter dans des livres et des revues de praticiens (en oppositions aux revues universitaires) leurs remises en cause de la profession juridique. Les radicaux ont passé beaucoup de temps à écrire sur leur vision du droit, de la pratique juridique et de la politique. Dans deux volumes très denses publiés en 1971 (Radical Lawyers et Law Against the People), dans le Guild Practitioner, revue de plus en plus radicale, et dans un livre d’entretiens avec des « avocats du peuple », les avocats exposèrent et débattirent longuement de ces idées8. Ce qui émerge de l’ensemble de ces débats et déclarations correspond aux quatre constituants-clés de la perspective des CLS.

  • *   NDT: parfois désigné en français sous le nom de Bureau des débouchés économiques. Aux Etats-Unis, (...)
  • 9   {Cahn, 1966 #195}.

6La critique radicale est née de la déception à l’égard du changement : au milieu des années 1960, l’essor rapide et le succès du libéralisme juridique commençaient à marquer le pas tandis qu’un nombre croissant d’avocats engagés dans la défense de causes en justice perdaient leurs illusions envers ce qu’ils percevaient comme une promesse déçue de changement social par le moyen de l’action judiciaire. Suite à leur départ de l’Office of Economic Opportunity (OEO)* qui avait mené une incursion dans les legal services, Jean et Edgar Cahn (architectes du programme d’aide fédérale aux droits des pauvres) firent part de leur désillusion croissante à l’égard du système judiciaire et gouvernemental américain. Bien que leur croyance eût été autre pendant un temps, les avocats radicaux soutenaient à présent que la pauvreté ne disparaîtrait pas par le biais de l’action en justice auprès de tribunaux intéressés par la seule justice procédurale et la seule construction de règle, ni l’une ni l’autre ne remettant en cause les structures sous-jacentes qui créent et perpétuent la pauvreté9. Les Cahn étaient loin d’être seuls dans leur scepticisme quant aux chances d’un changement socio-économique par la loi et les tribunaux.

  • 10   {Kennedy, 1971 #200 @87}.
  • 11   {Lefcourt, 1971 #203 @134}{Biderman, 1971 #204 @280}{Black, 1971 #205 @12}{Lefcourt, 1971 #206 @2 (...)

7Entre la fin des années 1960 et le début des années 1970, un nombre croissant d’avocats commencèrent à percevoir le droit comme la cause plus que la solution de l’inégalité et de l’injustice aux Etats-Unis. En d’autres termes, ils rejetaient le libéralisme juridique. Dans cette perspective, la juriste radicale Florynce Kennedy alla même jusqu’à décrire les bureaux de Legal Services comme des « dispensateurs de vaseline. Les équipes réconfortent ceux qui se font violer mais ne peuvent empêcher qu’ils se fassent baiser. Ils ne peuvent stopper le système qui nique les gens »10. D’autres avocats radicaux décrivirent le programme comme un « palliatif légal », un « baume » qui atténue les frictions et « maintient le calme dans le ghetto » mais rien de plus11. Que les Legal Services aient cherché à fournir une représentation individuelle des clients ou à réformer la loi par le biais de la jurisprudence, les critiques des radicaux demeurent les mêmes. Les Legal Services ne remettent pas en cause le système lui-même et dès lors le système continuera de « niquer les gens » (bien que de manière différente). La seule solution réside dans le renversement total du système.

  • 12   {Langum, 1999 #207 @104-05}.
  • 13   {Langer, 1969 #209}.

8Les avocats radicaux ne limitaient par leur rejet aux seuls Legal Services. Ils étaient critiques à l’égard du libéralisme juridique sous toutes ses formes, rejetant ceux qui exaltaient les libertés civiques et respectaient l’autorité des tribunaux. Lorsque Benjamin Spock et d’autres opposants à la Guerre du Vietnam furent poursuivis en justice en 1968 (après avoir renvoyé au gouvernement américain leurs ordres d’incorporation au titre de « résistant à la guerre »), leurs avocats enfilèrent les habits classiques de la défense de la liberté d’expression, soutenant que les propos de leurs clients les plaçaient sous la protection constitutionnelle. Ecœurés, les dirigeants de la New Left arguèrent qu’une telle déférence envers les tribunaux et leur formulation des problèmes dans les termes des textes de droit constitutionnel ne faisait que perpétuer le pouvoir du système12. Lorsque sept résistants à la guerre (connus sous le nom des Sept d’Oakland) furent poursuivis quelques mois plus tard en raison de leur tentative de bloquer le centre d’incorporation d’Oakland pendant la semaine contre la conscription Stop the Draft, ils tentèrent à l’opposé avec leur avocat – Charles Garry – de faire le procès de la politique américaine au Vietnam plutôt que d’engager le débat sur l’interprétation du Premier Amendement. Ainsi qu’un journaliste le remarqua : « C’était une création nouvelle : un procès radical qui posait la question non de la forme du dissentiment des accusés, mais de la justesse de leur position. Les accusés ne disaient pas que la justice leur accordait le droit de faire ce qu’ils ont fait, mais affirmaient que ce qu’ils faisaient était juste. Ce qui était en procès n’était pas le Premier Amendement, mais la guerre du Vietnam et le mouvement qui s’y opposait »13.

  • 14   {Matusow, 1986 #208 @325}.

9Le changement en matière de stratégie judiciaire reflétait le rejet radical du réformisme qui marqua de plus en plus les attitudes et stratégies de la New Left. Lors du procès des Sept d’Oakland, comme ailleurs, les avocats radicaux firent passer leurs clients radicaux de « la protestation à la résistance »14. Ces avocats perdaient la foi dans le droit comme instrument de changement social, remettant en cause le système judiciaire en tant qu’espace où l’objectif de justice pouvait être atteint, et devenaient de plus en plus sceptiques quant aux valeurs attachées à la profession juridique. Dans ce contexte, leurs attaques sans ménagement des Legal Services destinés aux pauvres n’étaient qu’un élément d’une remise en question plus large du droit et de sa place dans la société américaine.

10Issus des mouvements pour les droits civiques, contre la pauvreté et contre la guerre ainsi que des mouvements ouvriers d’une époque antérieure, les avocats radicaux présentaient une critique de la société américaine et du système juridique qui contribuait à la maintenir. Fondamentalement, c’était une critique du libéralisme juridique. La critique formulée par les avocats radicaux à l’égard du droit et de la profession de juriste a presque immédiatement fait écho à l’idéologie de la New left. Les avocats radicaux rejetaient le libéralisme juridique qui avait marqué l’élite d’avant-garde des avocats aussi fortement qu’ils rejetaient le conservatisme. Ils étaient de façon générale aussi sceptiques à l’égard de la réputation de défenseur des opprimés dont jouissait Warren Court qu’ils l’étaient à l’égard des appels à « l’ordre public » de l’administration Nixon. Ils croyaient en outre en la démocratie participative, mettant l’accent sur l’implication directe des justiciables dans la procédure judiciaire. En résumé, les avocats radicaux étaient profondément insérés dans les mailles des mouvements radicaux de l’époque, bras juridique d’une idéologie collective diversifiée et souvent informe.

  • 15   {James, 1973 #199 @171, 173, 205, 220}{Black, 1971 #222 @307}.
  • 16 {Kinoy, 1971 #221}{Kunstler, 1994 #218}.
  • 17   {Black, 1971 #226 @268}.

11Le rejet du libéralisme juridique est né de la pratique juridique et de son expérience. La plupart des avocats radicaux atteignirent l’âge de la majorité dans les années 1960 et firent leurs dents professionnellement au sein des mouvements sociaux de la première partie de la décennie. Certains travaillaient dans le Sud dans la lutte pour les droits civiques soit comme avocats, soit comme étudiants en droit avec le LSCRRC (Law Students Civil Rights Research Council)15. Le plus connu d’entre eux est William Kunstler16. Pour Kunstler, son expérience au sein du mouvement pour les droits civiques a représenté un moment de transformation, où il a appris la différence entre Droit et « droit du mouvement » et a commencé à concevoir différemment son rôle d’avocat. Mais ce qui a le plus transformé sa conception de la pratique juridique a été le procès des Huit de Chicago jugés pour conspiration en 1969. Après des mois passés à représenter tout un éventail d’activistes de la New Left, Kunstler en vint à voir le rôle de l’avocat sous un autre jour. Adoptant le langage de la New left, il précisait : « Les avocats qui n’arrivent plus à demeurer les eunuques les plus complaisants de leur société doivent passer de l’acceptation passive ou active à la résistance ouverte »17. Pour Kunstler, les avocats étaient au centre du système, mais il réalisait également qu’en tant qu’avocat radical, il devait sortir des limites classiques de la pratique et tenter d’arrêter le système, plutôt que de travailler à l’intérieur.

  • *   NDT : les Reggie Fellow, d’après le nom de Reginald Heber Smith (1889-1966), sont de jeunes avoca (...)
  • * NDT : California Rural Legal Assistance: société d’assistance juridique à destination des travaill (...)
  • 18 {James, 1973 #199 @175, 182, 199}.
  • 19 Michael Tigar se retrouva lui-même au chômage en 1965 lorsque le Juge de la Court Suprême William (...)
  • 20 {James, 1973 #199 @170}

12D’autres avocats radicaux avaient commencé à travailler sur les projets anti-pauvreté de l’OEO, mené des actions dans des Reggie fellowships*, ou avaient fait équipe avec Cesar Chavez et la CRLA* ou la San Francisco Legal Assistance Foundation18. Beaucoup de ces avocats pour les pauvres en vinrent à questionner l’approche en terme de jurisprudence et de procédure des Legal Services, devenant de plus en plus sceptiques quant aux possibilités de réforme par le droit. D’autres encore arrivèrent à la pratique juridique par le biais de leur engagement en tant qu’activistes au sein des mouvements contre la guerre19. Certains avaient milité avec les brigades Venceremos, des groupes partis travailler et vivre à Cuba dans les années 1960 pendant un court laps de temps en soutien à la révolution cubaine20. Dans tous ces contextes, les avocats furent exposés à différentes manières de penser le droit et à des approches non-traditionnelles de la pratique juridique. Néanmoins, le passage d’avocat de la lutte contre la pauvreté ou en faveur des droits civiques à celui d’avocat catégorisé comme radical ne se fit pas toujours en douceur.

  • 21   Ibid., p. 108 (citant Henry di Suvero).

13La désillusion de certains avocats se produisit également au travers de la représentation quotidienne des franges les plus opprimées de la société. A force de représenter ses clients à Newark, Henry di Suvero commença à se sentir » sans aucun espoir que la moindre réforme significative puisse être réalisée dans le contexte actuel. Il semblait que tous les mouvements sociaux dans lesquels j’avais été impliqué avaient été, en réalité, contrecarrés. Tandis que je travaillais sur les libertés civiques, il m’apparut clairement que chaque fois que des gens essayaient de tourner en leur faveur les règles du jeu que le système avait établies afin d’obtenir un changement pacifique, les règles du jeu devenaient plus dures »21.

  • 22 * NDT : Collectif de juristes se présentant comme « communards » ces « communes de juristes » où l (...)
  • 23 Ibid., p. 167-69. Don Jelinek gagna le sud pour travailler pour le LCDC, en espérant jouer un petit (...)
  • 24   James, The people’s lawyers, p. 198.
  • 25   Ibid., p. 200. Tous les avocats bien sûr n’entrèrent pas dans l’univers du “radical lawyering” pa (...)

14C’est en voyant des Noirs victimes de brutalités policières se faire accuser de coups et blessures que Joan Anderson, qui devait participer à la création d’une law commune du nom de Bar Sinister22 à Los Angeles, perdit ses illusions23. Michael Kennedy devint un avocat radical quand il réalisa que le droit était un « bourbier » et que les pauvres étaient traités différemment24. Les libertés civiques, pour Kennedy, n’étaient que des « conneries. Je compris ce dont parlait Marcuse lorsqu’il disait que la liberté de parole n’avait pas de sens quand tu crèves de faim et que tu es privé de tout droit »25.

  • 26   James, The peoples lawyers, p. 177.

15Dévoilés sous leur vrai jour aux yeux de ces avocats, les promesses et les mythes du système apparaissaient comme des mensonges qui les amenaient à rejeter leur propre rôle au sein de ce système. De tels chocs conduisirent les avocats à éprouver ce que Earle Tockman (fondateur d’une law commune après une période en tant que Reggie Fellow) a décrit comme une crise d’identité interrogeant ce que signifie être avocat26. Ils furent obligés de repenser leurs croyances sur le droit ainsi que sur le rapport entre le droit, le système et leurs clients. Alors que le libéralisme juridique impliquait une foi dans la capacité du système juridique à faire régner la justice et à transformer la société, les avocats radicaux en vinrent à croire que le système juridique lui-même était une cause d’injustice qui empêchait tout changement social ; le libéralisme juridique faisait partie du problème plutôt qu’il n’était une partie de la solution.

16Les avocats radicaux rejetèrent également l’approche légaliste de la pratique juridique qui soutenait que la profession juridique était une institution neutre et apolitique ne prenant le parti de personne (conformément à la conception légaliste du droit). Les avocats radicaux considéraient que la profession, à travers sa représentation, jouait un rôle-clé dans le maintien du statu quo. Devenir un avocat radical exigeait, dès lors, il fallait une transformation des croyances et des perceptions, une nouvelle perspective qui considérait le droit avec scepticisme sinon avec mépris, et qui exigeait que les avocats eux-mêmes rejettent leur position de neutralité à l’intérieur du système en faveur de l’engagement partisan de travailler avec leurs clients à exposer l’hypocrisie du système auquel ils tentaient de rester extérieurs.

La critique radicale du Droit et du système juridique

  • * NDT : National Association for the Advancement of Colored People.

17La pratique juridique des radicaux trouvait ses prémisses dans une critique du droit et du système juridique qui combinait une critique du libéralisme juridique, de la croyance du libéralisme juridique en l’efficience des droits comme outil pour lutter contre l’oppression, et de la mystification des droits allant de pair, qui soutenait de telles croyances. Les avocats ne se contentaient pas de représenter des activistes radicaux dans un système que ces avocats considéraient comme valable ou tout au plus ayant besoin de réforme. Contrairement à l’approche légale-libérale ou libérale-légale de la pratique juridique, les avocats radicaux n’avaient pas confiance dans la capacité du système juridique à faire régner une quelconque justice, que se soit dans la procédure ou sur le fond. Ils avaient en commun une perte de foi en la capacité des tribunaux à apporter le moindre changement dans la société. En nette opposition avec les Public Interest Lawyers œuvrant au sein des tribunaux à peu près à la même époque, des avocats tels que Lewis Steel – un avocat de la NAACP* (une organisation qui avait longtemps compté sur les tribunaux pour produire du changement social) – abandonnaient l’institution qui depuis 1954 au moins avait conservé l’allégeance de beaucoup d’entre eux. Il est important de noter que l’on peut désigner Steel comme étant celui qui a publié ce qui peut être considéré comme le premier document du courant CLS.

  • 27   Lewis M. Steel, “Nine Men in Black Who Think White” New York Times, October 13, 1968, p. 56.
  • 28   Ibid.
  • *   NDT : “with all deliberate speed” ; la formule est ambiguë, pouvant se rapprocher de l’idée de «  (...)
  • 29   Ibid., p. 112. La direction du NAACP reçu et renvoya Steel dans la même semaine. Thomas A. Johnso (...)

18L’avocat du NAACP attaqua dans le New York Times en 1968 les « Neuf Hommes en noir qui pensent en blanc »27. Déchirant le voile de mystification qui avait conduit tant de personnes à aduler l’ère Warren de la Cour Suprême et ses célèbres décisions depuis Brown v. Board of Education, Steel accusa la Cour d’un péché capital aux yeux de la New left : l’hypocrisie. La Cour Suprême avait certes abattu les symboles du racisme et de l’inégalité mais elle excusait ou négligeait les pratiques enracinées qui font la suprématie blanche28. Dans l’affaire Brown, la Cour aurait pu émettre auprès du peuple américain l’avis selon lequel l’égalité était un droit absolu. Au lieu de cela, elle fit un compromis, choisissant « d’agir à la manière d’un réformateur », et autorisant la mise en œuvre « avec toute la rapidité et la mesure nécessaire »* afin de prendre en compte les préoccupations de stabilité des institutions et les réactions négatives qui pourraient venir en retour à une déclaration trop hardie sur l’égalité29. Une telle institution ne méritait pas la confiance que tant de personnes plaçaient en elle. Steel exposait point par point la critique radicale du libéralisme, attaquant la Cour sur ses échecs, même lorsqu’il s’agissait de son plus grand triomphe libéral.

  • 30   Morton J. Horwitz, The Warren Court and the Pursuit of Justice, New York, Hill and Wang, 1998.
  • *   NDT : Barreau fondé en 1937 en opposition à l’American Bar Association et fortement engagé dans l (...)
  • 31   George W. Crockett, “Racism in the Courts” in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black, New York, Avon (...)
  • 32   Ibid., p. 19.
  • 33   Jonathan Black, “An Interview with Gerald Lefcourt”, Ibid., p. 311.

19Une partie de cette perte de confiance se produisit, sans aucun doute, en réaction au virage à droite de la Cour Suprême à la fin des années 1960. Les Juges Suprêmes eux-mêmes avaient déjà commencé à s’orienter dans cette direction lorsque Richard Nixon fit des cours fédérales un enjeu central de l’élection de 196830. Toutefois, des avocats radicaux tels que Steel remettaient même en question les célèbres décisions de la période précédente. Howard Moore, avocat de longue date du Comité de coordination des étudiants non-violents, le SNCC, à Atlanta, écrivit que même si elle le voulait, la Cour Suprême ne pourrait pas libérer les Noirs de l’oppression. George Crockett, pilier de la National Lawyers Guild *(et à présent juge), mit en évidence qu’une décision telle que Loving v. Virginia (déclarant inconstitutionnelle l’interdiction de mariages interraciaux) ne pourrait éliminer les préjugés qui avaient abouti à de telles lois31. Gene Ann Condon, membre de la Guild, qualifia les victoires de la Cour Suprême telle celle de Mapp v. Ohio (qui frappait de nullité les perquisitions sans mandat) de « placebos » dans une situation où « l’officier de police ment délibérément afin de se justifier par des raisons plausibles, l’accusé témoigne de sa version des faits et la cour croit le policier. En appel, dans la mesure où la crédibilité des témoins est laissée à l’appréciation du tribunal de première instance, il n’y a aucun recours »32. Chacune de ces critiques suggérait non que les tribunaux libéraux devaient aller plus loin mais que les tribunaux libéraux n’auraient jamais pu accomplir ce qu’ils prétendaient accomplir (et que d’autres les croyaient capables d’accomplir). Ceci était précurseur de ce que sera le concept de mystification au sein des CLS. Les avocats radicaux croyaient qu’il existait, dans le droit et le système juridique des défauts profonds sinon fatals qu’il était nécessaire d’exposer, d’expliquer et de récuser33.

  • 34   Stanley Aronowitz, “Law, the Breakdown of Order, and Revolution,” dans Law Against the People, ed (...)

20Les avocats radicaux estimaient qu’il était important de démasquer la véritable nature du droit en raison de son pouvoir de modeler la compréhension du monde des gens. Le droit n’est pas simplement au service de fins de règlementation, mais il fait office également d’» appareil idéologique critique de l’Etat » et d’» expression de l’idéologie et de la propagande politique mais aussi d’instrument d’oppression »34. En d’autres termes, le Droit servait à mystifier la population en lui faisant croire aux prétentions du droit à faire régner une justice équitable et un changement ordonné. Steel espérait montrer à travers son article du New York Times Magazine que derrière la pompe de la Cour et sa prose fleurie sur l’égalité et les procès équitables, demeurait un système (juridique, économique ou autre) qui n’apportait ni égalité, ni justice, ni procès équitable.  

  • 35 Walter Schneir, “Desanctifying the Courts,” dans Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Av (...)
  • 36 Ibid., 299. Cloke, “Law is Illegal,” 27-28. James, The people's lawyers, xiii. Florynce Kennedy, “W (...)

21C’était le premier pas dans le processus de dévoilement destiné à « désacraliser » le droit, comme un auteur l’exposait, afin que ses qualités mythologiques disparaissent de l’imaginaire américain35. Aux Etats-Unis, les avocats radicaux considéraient que les institutions juridiques inspiraient une confiance plus grande que celle accordée à toute autre institution de l’Etat. Le processus juridique se voyait doté de « proportions divines ». Les avocats étaient considérés comme des « demi-dieux ». Florynce Kennedy exprima cela sans ambages : « On met une majuscule au mot « tribunal » pour les mêmes non-raisons qu’on en met au terme « christ » »36..Les avocats radicaux entraient ainsi en conflit direct avec l’élite avant-gardiste des avocats qui traitaient le droit comme d’autres la religion.

  • 37   Kenneth Cloke, “The Economic Basis of Law and State”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (...)
  • 38   Carol Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, Radical Lawyers, ed. Jonat (...)
  • 39   Robert Lefcourt, “Introduction”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage B (...)

22De la même manière que la religion  est souvent perçue comme apolitique et non-idéologique, les avocats considéraient comme important de démasquer la fonction du droit dans la société parce que les gens partageaient le point de vue légaliste selon lequel le droit est une force neutre et apolitique détachée de la société et s’y impose afin d’arbitrer et résoudre les conflits. Ses règles étaient supposées immuables et ses institutions neutres37. De leur point de vue, le droit était tout sauf neutre. Charles Garry soutenait que le droit » est et a toujours été un outil du pouvoir  politique en place, et que ces jours-ci, le pouvoir en place était fasciste »38. William Kunstler appuyait que le droit était « l’arme la plus fiable des nouveaux tyrans pour écarter toute menace apparemment forte… Si l’injonction et la conviction peuvent obtenir les mêmes résultats que la corde et l’épée, il est après tout plus facile d’être à l’aise avec des compagnons tels que les juges qu’avec les bourreaux. Et en dernière analyse, un procès équitable est exactement ce que les puissants affirment qu’il est ». Les avocats radicaux firent écho à l’observation de Herbert Marcuse selon lequel « il n’y a pas de droit (applicable) autre que ce qui sert le statu quo… »39. Le droit sert les intérêts du statu quo, non l’intérêt du pauvre ou de l’opprimé, contrairement à ce que les avocats du Legal Service comme Earl Johnson croyaient qu’il pouvait faire ou faisait effectivement.

  • 40   Tushnet, “Critical Legal Studies: A Political History”.
  • 41 Cloke, “Law is Illegal” 27.  Les cours de justices n’étaient pas des assemblées au service de la p (...)
  • 42 “Convention Resolutions [from November 1965 NLG Convention],” Guild Practitioner 24, no 4 (1965), (...)
  • 43 Doris B. Walker, “President’s Report”, Ibid.29, no 1 (1970), 1. Haywood Burns émis une observation (...)

23Pour un nombre croissant d’avocats radicaux (qui partagent également une critique de l’économie politique qui caractérisera un certain groupe des CLS)40, le statu quo du droit était au service du capitalisme et de la classe dirigeante telle que définie par Marx. Beaucoup d’entre eux soutenaient que le droit est le produit d’une lutte acharnée entre classes sociales, s’alignant résolument sur les riches41. A sa convention d’automne 1965, la National Lawyers Guild émit la résolution suivante : « le droit en tant qu’institution de la société américaine repose sur des mesures sociales, économiques et politiques interdépendantes qui, trop souvent, reflètent les intérêts égoïstes de groupes petits mais puissants au sein d’une communauté totalement indifférente au bien-être général »42. A l’approche de 1970, le Président de la Guild, Doris Walker, était encore moins équivoque, et s’exprimait en des termes marxistes assez similaires à ceux employés de plus en plus par la New left : « Beaucoup d’avocats qui ne font pas [encore]partie de la Guild, et même des juges, y compris les juges de la Cour Suprême commencent à réaliser le rôle de protection et d’isolant que joue la « superstructure » juridique à l’égard des fondements économiques dont elle n’est que la manifestation visible »43. Un tel point de vue classait le droit comme étant au service du capitalisme. Le droit aidait à perpétuer le capitalisme, mais n’était rien d’autre qu’un outil ou une manifestation de celui-ci. Par conséquent, aucune tentative de changer le droit ne pourrait changer la voûte même que constitue le système. Le but, dès lors, devait être d’émousser ou de stopper l’impact de l’outil (le droit).

  • 44 Tushnet, “Critical Legal Studies: A Political History” 1518.
  • 45   « Le processus juridique isole le crime de ses racines », écrit-il, séparant les individus et leu (...)
  • 46   Michael Tigar, “Beyond Civil Liberties”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Book (...)

24Une autre critique soutenait que le droit était déficient du fait de son incapacité à comprendre et rendre compte des contextes plus larges dans lesquels le droit et le système juridique opèrent. Il s’agit ici aussi d’un élément clé des CLS : le droit « peut être compris de manière intéressante si l’on prête attention au contexte dans lequel les décisions juridiques sont prises »44. L’idée que le contexte importe ne suggère pas simplement que les juges prennent des décisions dans un contexte social, politique et économique, mais que, pour prendre de bonnes décisions, les juges (et les avocats) doivent regarder au-delà du cadre des textes juridiques pour comprendre le contexte dans lequel les lois opèrent. A cet égard, les avocats radicaux se plaignaient de la myopie des juges, qui ne parvenaient pas à voir l’importance du contexte qui entourait les problèmes juridiques dont ils traitaient au sein des tribunaux. L’avocat Kenneth Cloke présentait ceci comme résultant en partie de la tendance du droit à abstraire les idées juridiques de la réalité45. C’était une faille que les avocats libéraux dénonçaient également. Ainsi, Michael Tigar, dans une recension d’un livre écrit par le défenseur des libertés civiques Norman Dorsen, se demandait si la réalité des droits et libertés reconnus par la Cour Suprême pouvait être comprise simplement en étudiant les lettres et les conférences qui les avaient précédées. Les avocats des cours d’appel, suggérait-il, opèrent dans un univers de papier éloigné de la réalité qui n’avait guère d’impact sur ceux à qui le contentieux était censé bénéficier46.

  • 47   Stephen Wexler, “The Poverty Lawyer as Radical”, Ibid., 222.
  • 48   Les juges, en tant que point focal du système juridique, reçurent également toute leur attention. (...)
  • 49 L’individualisation des affaires frappa également le mouvement anti-guerre en séparant les insoumi (...)

25L’approche au cas par cas du droit posait également problème, selon l’avocat des pauvres Stephen Wexler, parce que, « ce n’est pas une injustice au cas par cas que les pauvres affrontent ; ils sont confrontés à une multitude d’institutions injustes, agissant pour une société injuste et au sein de cette société. La notion même d’un adversaire en procédure est impropre à la résolution des problèmes sociaux »47. Les avocats radicaux entendaient situer les conflits juridiques dans un contexte social plus large. De leur point de vue, un juge ou un jury ne peuvent juger d’une affaire de violation de propriété s’ils ne comprennent pas que la personne accusée était engagée dans un sit-in de protestation contre la politique de discrimination à l’embauche d’un hôtel, et que de telles politiques s’inscrivaient dans un réseau de discrimination plus large à travers tout le pays48. De même, un tribunal ne devrait pas rendre un jugement sur un objecteur de conscience sans comprendre la nature de la guerre du Vietnam. Or, c’est précisément ainsi que fonctionne le droit. Aussi, des avocats tels que Charles Garry et William Kunstler exposèrent la politique américaine au Vietnam à l’occasion des procès des Sept d’Oakland et des Huit de Chicago49.

  • 50   Black, “Introduction: A Slight Case of Contempt”, 11.
  • 51 Biderman, “The Birth of Communal Law Firms”, 288.

26La critique des tribunaux ne s’adressait pas qu’à leurs acteurs conservateurs. De la même manière que les CLS réservèrent leurs critiques les plus accablantes à la jurisprudence libérale – il était extrêmement coupable de mystifier le droit et de perpétuer de fausses promesses également – les avocats radicaux réservèrent leurs critiques les plus sévères aux avocats qui partageaient leur cause mais se situaient juste à leur droite. En règle générale, les avocats radicaux ne séparaient pas les avocats des droits civiques, du bien public ou des Legal Services du reste de la profession. Au premier chef, les avocats radicaux étaient suspicieux concernant le réformisme et le libéralisme50. Paul Biderman le résume en ces termes : « Beaucoup de jeunes avocats ont perdu leurs illusions concernant leur profession : les Legal Services for the Poor ne font rien pour éliminer la pauvreté ; les libertés civiques sont essentielles, mais l’avocat qui les défend ne joue aucun rôle, en tant qu’avocat, dans les changements politiques.  La jurisprudence et les projets de lois, en eux-mêmes, ne font rien pour renforcer le pouvoir des opprimés afin qu’ils influencent ou prennent le contrôle des institutions affectant leurs existences, tandis que les lois sur les droits civiques ont prouvé qu’elles n’étaient d’aucun secours face à l’oppression institutionnalisée  »51.

  • 52 Robert Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can’t Wn”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New (...)
  • 53 « Précisément, ce que j’ai dit était que « en apportant une représentation inutile, l’aide juridic (...)
  • 54 Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can't Win”, 135.
  • 55 Biderman, “The Birth of Communal Law Firms”, 284.
  • 56 James, The peoples lawyers, 157.Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can’t Win”, 136.

27Les avocats radicaux clouèrent au pilori l’aide juridictionnelle pour avoir une autre priorité majeure que l’intérêt du client52. La loyauté des avocats de l’aide juridictionnelle allait d’abord au système judiciaire, à leur emploi et à leurs conditions de travail, du fait que l’organisation faisait partie du système judiciaire et ne constituait pas une organisation indépendante. Selon Gerald Lefcourt, qui contribua à la création d’un syndicat des avocats de l’aide juridictionnelle (et fut renvoyé pour avoir attaqué l’organisation), le nombre de cas à traiter les dépassait tellement qu’ils étaient incapables d’apporter à leur client une assistance suffisante53. En outre, s’occupant de leurs clients au cas par cas, les avocats de l’aide juridictionnelle ne remettaient pas en cause pas le statu quo54. L’approche au cas par cas des malheurs juridiques des pauvres, faisaient-ils valoir, ne s’attaquait pas aux causes de la pauvreté ni aux institutions qui la perpétuaient. L’individualisation des problèmes partait du principe que lorsque propriétaire et locataire ou usurier et débiteur se faisaient face, ils étaient sur un pied d’égalité. Or, maintenait Paul Biderman, ce n’était pas le cas55. Selon Buck Davis et Robert Lefcourt, lorsque des attorneys essayaient de s’attaquer aux racines profondes ou d’organiser les pauvres en un mouvement politique, le gouvernement intervenait avec des restrictions et des menaces de coupure de financement et parvenait à intimider les avocats56.

  • 57 Henry di Suvero, “The Movement and the Legal System,” dans Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (Ne (...)
  • 58   Di Suvero, “The Movement and the Legal System”, 66.
  • 59   Michael Tigar, “Socialist Law and Legal Institutions”, Law Against the People, ed. Robert Lefcour (...)

28Les avocats radicaux clouèrent de la même façon au pilori les avocats libéraux engagés dans l’affirmative litigation, en particulier en matière de droits constitutionnels. Certains reconnaissaient que les poursuites de ce type peuvent s’avérer utiles dans certaines circonstances limitées. Henry di Suvero (de manière apparemment contradictoire) fit ainsi l’éloge des litiges sur la déségrégation à l’école. Michael Tigar suggéra que les étudiants qui s’étaient emparés de l’université de Columbia au printemps 1968 portent leurs revendications devant les tribunaux, puis changea d’avis, car « les principes constitutionnels et légaux qui peuvent être invoqués dans une telle poursuite ne peuvent répondre aux exigences centrales des étudiants »57. Di Suvero condamna cependant également l’affirmative litigation pour ses effets réformistes qui fournissaient « les moyens par lesquels une société peut estomper ses aspects les plus répressifs, tout en en gardant la substance »58. Les avocats radicaux croyaient que les réformes légales ne faisaient guère qu’étayer les fausses promesses de liberté et de justice, mais ne s’en prendraient jamais au système lui-même et dès lors n’étaient qu’un masque et non un remède59. De ce fait, le système de l’injustice perdurerait.

  • 60 Michael Kennedy, “The Civilliberties Lie”, Ibid., 141.
  • 61 Black, “Introduction: A Slight Case of Contempt”, 12.
  • 62   James, The peoples lawyers, 208.

29Les avocats radicaux considéraient les avocats qui défendaient les libertés civiques avec un dédain similaire. Pour Michael Kennedy, les champions des libertés civiques essayaient seulement de faire fonctionner le système de la manière habituelle, plutôt que de changer le système lui-même60. De plus, poursuivre des affaires constitutionnelles portait atteinte à deux aspects importants de l’approche des avocats radicaux. Jonathan Black fit état d’abord de l’impatience à l’égard des avocats de l’ACLU que le dévouement aux principes constitutionnels « a isolés d’un engagement plus partisan. Un avocat ne doit certes pas partager les engagements politiques précis de son client, mais ces engagements politiques devraient être son souci principal, en lieu et place d’une mise en application abstraite des principes abstraits qui forment la Déclaration des Droits »61. Selon Black, défendre un principe était trop semblable une approche objectiviste du droit. En outre, travailler sur des cas constitutionnels tenait les avocats à distance des difficultés mais aussi, comme le remarquait Michael Tigar, des tâches plus importantes d’organisation, de prise de décisions collectives avec le mouvement, et de maintien de l’attention et de la pression à l’extérieur de la salle de tribunal62. Les avocats radicaux voulaient soutenir le mouvement et non la Constitution.

30Tandis que les avocats radicaux exposaient leurs critiques au sein de livres et de revues (comme le feront les membres des CLS au cours des années 1970 et au-delà), ils les mettaient (parfois) également en pratique – essayant d’utiliser leurs activités en tant qu’avocats pour  porter leur critique devant les tribunaux et devant un public plus large. La critique par les avocats radicaux du droit, du système juridique et de la profession juridique défiait le droit et la prétention de la profession à la neutralité et à l’objectivité. Le système juridique servait à maintenir le statu quo – et le statu quo servait les intérêts de la classe dominante. En prétendant rester neutres et apolitiques, les avocats également ne servaient que le statu quo. Mais plus encore, les avocats étaient coupables de tromper leurs clients en prétendant servir l’intérêt du client. Là était à l’œuvre la mystification réelle. Les critiques postulaient que les avocats faisaient preuve d’abord d’un devoir de loyauté à l’égard du système juridique lui-même. Pour les avocats radicaux, le droit était oppressif et injuste, tandis que la plupart des avocats perpétuaient le mythe selon lequel ils pouvaient rendre la justice et libérer de l’oppression. La critique radicale prétendait démasquer ceux qui perpétuaient cette parodie. Que le droit ne mérite pas la confiance que tant de personnes plaçaient en lui, – qu’ils soient avocats d’entreprise ou défenseur de causes libérales – était l’idée majeure qui soutenait la critique radicale du droit et du système juridique.

  • 63   Michael Kennedy, “The Civilliberties Lie”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, (...)
  • 64   James, The people's lawyers, 311 (citant Charles Garry).
  • 65 Cloke, “Law is Illegal,” 40.
  • 66 Kinoy, “The Role of the Radical Lawyer and Teacher of Law”, 287.
  • 67 Cloke, “Law is Illegal,” 41.

31En allant dans les tribunaux, les avocats radicaux espéraient utiliser les procès pour exposer les contradictions du système. Le terme qu’ils employaient pour leur activité – démystification – allait devenir un mot en vogue au sein du mouvement des Critical Legal Studies dans les facultés de droit au cours des années 1970. Dans la pratique juridique, la démystification impliquait selon Michael Kennedy « d’exploiter les contradictions du système et de les exacerber jusqu’à ce que les tribunaux soient forcés de faire valoir les droits de l’homme, révèlent leur pourriture fasciste ou soient pris à leur propre piège »63. L’objectif était emprunté à l’une des tactiques de résistance de la New Left : forcer à une confrontation – au tribunal ou dans la rue – dans laquelle l’Etat démontrerait qu’il viole ses propres lois, sa propre constitution, montrant que des injustices se produisent au sein d’un système soi-disant juste64. Si l’Amérique croyait être une société libre, les radicaux feraient la démonstration qu’elle était oppressive. Si les Américains croyaient posséder des libertés que le gouvernement devait respecter, les radicaux montreraient à quel point le gouvernement manquait de respect à l’égard de ces droits dans les faits65. Arthur Kinoy pensait que les règles, et leurs serviteurs au sein du système judiciaire, qu’ils soient procureurs ou juges, se retournent contre leur propre système, abandonnent leurs propres règles établies, conçues lors d’un jour révolu pour incarner les principes alors révolutionnaires d’équité, d’égalité, de justice et de liberté »66. Kenneth Cloke exprima sans le moindre détour que le devoir des avocats radicaux était de montrer que « le droit est illégal », que les autorités légales étaient celles-là même qui violaient les lois, et que leur autorité était illégitime67.

  • 68 Gene Ann Condon, “Comments on You Don't Have to Love the Law To Be A Lawyer”, Guild Practitioner 2 (...)
  • 69 Ronald Glotta, “The Radical Lawyer and the Dynamics of a Rent Strike,” Ibid. 26, no. 4 (1967), 134 (...)
  • 70 James, The people’s lawyers, 148.
  • 71 Jonathan Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune”, Radical Lawyers, ed (...)
  • 72 Fred Cohn, “Soldiers Say No”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books (...)
  • 73 Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune”, 296.

32Une partie du processus de démystification se déroulait dans le contexte de la relation avocat-client. Les avocats devaient exposer à leurs clients l’iniquité du système juridique. Les avocats détrompaient leurs clients dans leur croyance que les dossiers « auraient une conséquence constructive au-delà de leur faire (peut-être) éviter la prison. Le droit tel qu’il est appliqué par rapport à ses procédures déclarées est surréaliste »68. Les avocats devenaient professeurs, apprenant aux clients ce que, autrement, ils risqueraient de ne pas entendre : que les résultats des actions en justice sont arbitraires, que le droit n’est pas écrit pour protéger les locataires ou les débiteurs, que le système à l’œuvre dans les affaires de mobilisation est biaisé69. Un membre du Detroit Law Collective présente cela ainsi : « Nous n’allons en justice que dans une minorité d’affaires, et dans tous les autres cas nous parlons réalité aux gens ; nous transmettons ce que l’expérience nous a appris au sujet des tribunaux, et nous disons aux gens comment, s’ils veulent ne serait-ce que manifester leur juste colère, mettre en mouvement ou bloquer la machinerie humaine »70. Les clients n’étaient pas leur seul public. Les avocats radicaux espéraient également convertir l’opinion publique à leur vision du droit et du système juridique. Au travers d’écrits, de déclarations publiques, d’actions en justice, les avocats essayaient de se faire éducateurs71. Les avocats se devaient d’agir « tel des miroirs tendus aux camarades de leurs clients pour qu’ils voient ces lois dépouillées de leurs prétentions et réduites à n’être plus que le reflet de leur véritable raison d’être sociale »72. Fred Cohn suggérait qu’ » en forçant un tribunal à dire qu’un jury constitué de pairs signifie autre chose que ce qu’une personne raisonnable pourrait penser, vous forcez les gens à être en mesure de voir ce que sont les tribunaux »73.

  • 74   Black, “An Interview with William Kunstler”, 303.
  • 75 Ibid.
  • 76   Kennedy, “The Civilliberties Lie”, 149.

33De la même manière que les CLS rejetteront plus tard l’adoration « juris-prude » typique du droit et du système juridique (et se feront alors taxer de « nihilistes »), il n’y avait guère d’amour entre les avocats radicaux et le droit. « Il n’est pas nécessaire d’aimer le droit pour être un avocat », comme le remarquait Paul Harris, mais les avocats radicaux avaient conscience également qu’ils passeraient un temps considérable dans les tribunaux, quels que soient leurs sentiments, et celui du mouvement, à l’égard des tribunaux. William Kunstler admettait qu’il y a des victoires qui se gagnent devant les tribunaux, même s’» il se peut qu’elles ne soient pas les victoires que j’imaginais à la fac de droit, telles que voir un jury prononcer un acquittement, ou un juge rejeter une loi ex cathedra, quoique cela puisse arriver de temps à autre »74. Les victoires s’exprimaient en termes d’organisation du mouvement, de maintien de membres du mouvement à l’extérieur des barreaux, et d’utilisation du tribunal pour montrer les contradictions entre le droit tel qu’il figure dans les livres et le droit tel qu’il existe dans la pratique75. Michael Kennedy rejetait totalement l’attention portée sur l’issue du litige : « ni la victoire (le système fonctionne !) ni la défaite (le système craint !) ne peuvent changer le système autant que le combat »76. Kennedy résumait ainsi la différence fondamentale qui séparait l’activisme des avocats radicaux du procéduralisme des avocats de l’élite avant-gardiste. Pour les autres, gagner ou perdre était un but important (et souvent le plus important). Pour les avocats radicaux – dont les affaires étaient souvent des causes perdues – la victoire ou la défaite avaient moins d’importance que de trouver un moyen d’atteindre l’ennemi, de ralentir le système et de permettre à la cause de retourner à son terrain, la rue, et de continuer d’y avancer.

  • 77   Robert Lefcourt, “The First Law Commune,” Ibid., 311. Le Collectif de Juristes de Venice semble a (...)
  • 78 James, The peoples lawyers, 178.
  • 79 Robert Lefcourt, “The First Law Commune”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, V (...)
  • 80 Ibid., 312. L’un des buts majeurs était de modifier la relation traditionnelle avocat-client. Pour (...)

34Les avocats radicaux adressaient également leurs critiques à l’organisation de leurs pratiques. Ils rejetaient la hiérarchie des cabinets d’avocats traditionnels et leur mentalité de « mercenaires » qui permettait aux cabinets de faire des bénéfices en acceptant l’affaire de n’importe quel client, aussi détestable que soient ses actes. Les cabinets avaient également tendance à rejeter tout engagement politique (par peur de s’aliéner des clients actuels ou potentiels). La politique n’était pas bonne pour les affaires, qui réclament adhésion à la réalité ou à l’illusion (selon le point de vue) de l’apolitisme légaliste. A contrario, la politique était la force primaire qui agitait l’organisation des law communes77. Bar Sinister, une law commune de Los Angeles, a essayé de devenir « le bras légal au sein du mouvement »78. C’était également le cas de la plus connue des law communes, celle de New York, créee à partir de l’idée que le mouvement avait besoin d’un cabinet uniquement dévoué à la défense des radicaux79. Les « communards » espéraient planifier avec des groupes politiques une stratégie juridique allant de pair avec les actions politiques80.

  • 81 Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune,” 291.Weissman, “Courts-Martia (...)

35Même si les avocats radicaux ne réussirent pas à proposer un modèle viable de pratique juridique, leur vision alternative du droit fut plus durable et développa la pratique radicale du droit au-delà d’une simple critique du statu quo. Malgré toutes leurs dénonciations du droit, beaucoup d’avocats radicaux gardaient quelques espoirs dans la potentialité d’un droit post-révolutionnaire. Fred Cohn, membre de la law commune de New York, reconnaissait que, « de manière subliminale, au moins, chacun d’entre nous croit que, quelque part dans le système juridique, il existe quelque chose du nom de Justice »81. C’est au nom de l’idée de justice que les avocats radicaux présentèrent leurs récusations les plus générales du droit et du système juridique. A l’instar de la conception de la pratique juridique des activistes des Droits Civiques, la conception des radicaux dédaignait l’itération actuelle du système juridique et simultanément, conservait un espoir en la Constitution et en l’idée de Justice.

  • 82 Kinoy, “The Role of the Radical Lawyer and Teacher of Law”, 288.
  • 83   James, The peoples lawyers, 197. Morty Stavis, un collègue de Kinoy au Center for Constitutional (...)

36Certains avocats ont exprimé une croyance en les potentialités offertes par la Constitution,  la Déclaration des Droits et les traditions du barreau américain. Arthur Kinoy contesta ses « collègues radicaux du barreau » et leur priorité accordée à la « délégitimation » du droit et des institutions juridiques. Les avocats devraient au contraire continuer de se battre pour préserver les garanties procédurales. « Le combat n’est pas de défendre ces formes, mais de les protéger ; si vous voulez, de les légitimer contre les efforts des dirigeants pour les délégitimer »82. Allan Brotsky, associé de Charles Garry, exprima une croyance similaire dans la nécessité de la lutte « pour tous les droits et gardes-fous que nous avons actuellement au sein des tribunaux afin que le droit de lutter et de se rassembler en syndicat soit préservé. C’est sacrément plus dur d’avoir un mouvement dans un Etat fasciste que dans un Etat conservateur et démocratique »83. Les avocats les plus âgés, en particulier, semblaient adopter le point de vue selon lequel, même dans les périodes sombres, le rejet complet du système n’était pas dans le meilleur intérêt du mouvement. Ces avocats ne croyaient pas pour autant que la fin de leur peine était au coin de la rue, la bataille était loin d’être gagnée. Ils étaient néanmoins optimistes et convaincus que le système avait sa valeur,  qu’il valait quelque part la peine d’être sauvé.

  • 84 Richard Wasserstrom, “Lawyers and Revolution” in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Av (...)
  • 85 Henry diSuvero, “The Movement and the Legal System”, Ibid., 56. Howard Moore, “Brown v. Board of E (...)

37D’autres étaient convaincus que la seule solution résidait dans la révolution face à un système « tellement corrompu, tellement asservi aux bas intérêts et aux ambitions exploitantes que sa réforme n’est pas possible, et que sa destruction forcée est souhaitable »84. La révolution ne s’obtiendrait dans tous les cas jamais en entamant une action en justice85. Le droit peut éventuellement aider le mouvement à s’approcher de la révolution, mais les avocats devront finir par céder leur place ou participer à la violence. Ainsi, Bernadine Dohrn abandonna la pratique du droit pour rejoindre le mouvement des Etudiants pour une société démocratique, le SDS, puis se laissa entraîner dans l’action violente avec le Weather Underground. Les avocats, en tant que tels, n’ont aucune place au sein de la révolution.

  • 86   James, The peoples lawyers, 242. Lefcourt, “Introduction”, 15.
  • 87 Tushnet, “Critical Legal Theory” 85 (quoting Richard Fischl).
  • 88 Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, 257.
  • 89 Moore, “Brown v. Board of Education: The Court’s Relationship to Black Liberation”, 59.

38Ce qui viendrait après la révolution, personne n’en semblait certain. Comme leurs collègues de la New Left, les avocats radicaux savaient ce qu’ils ne voulaient pas mais étaient moins sûrs de ce qu’ils voulaient86. Les critiques des CLS feront la même analyse : « comme un observateur compatissant l’a noté, la question qui a tué les Critical Legal Studies était « que feriez-vous ? » »87. Certain pensaient que le système juridique dépérirait, laissant une société n’ayant besoin ni de lois, ni d’avocats, ni d’institutions juridiques. Carol Goodman cite ainsi l’un des accusés : « je ne reproche pas aux avocats d’avoir peur de nous. Après la révolution, ils vont perdre leur job, et il faudra qu’ils apprennent à faire quelque chose d’autre »88. Certain croyaient qu’un nouveau système juridique remplacerait l’ancien, accordant un contrôle au peuple qui ne disposait pas d’un tel contrôle dans le présent système, particulièrement chez les gens de couleur. « C’est seulement en atteignant un contrôle effectif et légal sur toutes les institutions qui affectent leur existence, écrivait Howard Moore, que les Noirs pourront devenir socialement des égaux… »89.

  • 90   Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, 260.

39Néanmoins, comme l’écrit Michael Tigar, à la racine, il existait une croyance dans la justice, et pour certain, une croyance dans la Constitution comme mécanique permettant d’atteindre la justice. Les avocats radicaux ont exprimé leur foi dans une itération perdue de la Constitution, où les droits des individus étaient respectés, où le peuple contrôlait les institutions du gouvernement plutôt que les sociétés, où les juges représentaient tout le monde et non pas les seules élites. Les avocats pouvaient se mettre au service du mouvement, selon les mots de l’avocat de la Guild Benjamin Smith, pour « ré-établir la Constitution au service du peuple de ce pays ». Ou encore, comme l’a formulé Michael Tigar : « Nous devons sortir la Déclaration des Droits du pays imaginaire ». « Notre point de départ est la Constitution » écrit Carol Goodman. Les droits qui y sont garantis doivent être récupérés90.

Conclusion

40Début 1972, la New left commence à imploser. La SDS, qui avait plus de 100 000 membres en 1968, s’écroula en multitudes de factions. Les law communes des radicaux disparurent. Les avocats radicaux n’abandonnèrent pas pour autant leur radicalisme. Certains tels William Kunstler et Leonard Weinglass restèrent actifs et dévoués à un ensemble variable de causes. D’autres avocats restèrent, bien que moins visibles, pour défendre la cause radicale tout au long des années 1970 et 1980. Mais ils ne formaient plus de masse critique et les mouvements pour lesquels les avocats avaient re-calibré leur vie et leur pratique avaient également perdu de leur masse. Pour autant qu’il y ait eu un « mouvement » de conception radicale du droit, celui-ci s’est essoufflé avec la disparition de la New Left. Ses membres sont partis dans de nombreuses directions, mais ils semblent au final avoir trouvé leur meilleure porte de sortie au sein des facultés de droit – où les idées trouvées dans les écrits des avocats radicaux ont migré dans les revues juridiques sous le nom de Critical Legal Studies.

41Telle est la question essentielle pour de futures recherches : dans quelle mesure les CLS ont-elles émergé de l’effondrement de la conception radicale du droit ? La critique radicale du droit et la critique des CLS paraissent trop similaires pour être totalement séparées. Certes, l’idéologie de la New Left, qui sous-tendait bien des concepts de l’approche radicale du droit, était également présente dans les facultés et les campus des écoles de droit, prête à être absorbée par de jeunes juristes intellectuels. Mais la carrière d’avocats et d’universitaires tel que Derrick Bell suggère qu’il pourrait exister un lien plus clair. Si, en tant qu’avocats radicaux, vous abandonnez la pratique du droit, la jugeant inefficace, où aller sauf à l’université où tant d’autres radicaux s’étaient réfugiés après les années 1960 ? L’université offrait l’un des seuls refuges où poursuivre la critique. Bell a suivi cette trajectoire après sa sortie du Legal Defense Fund du NAACP jusqu’à la faculté de droit de Harvard. Mais Bell n’est qu’un exemple. Ceci nécessite une analyse plus poussée : des interviews avec des membres des CLS et des avocats radicaux, retraçant leurs trajectoires professionnelles comme leurs points d’intersections tant avec le mouvement, qu’avec le droit et entre eux.

Haut de page

Bibliographie

ARONOWITZ (Stanley), “Law, the Breakdown of Order, and Revolution” In Law against the People, Robert Lefcourt (ed.), New York, Vintage Books, 1971, 150-82.

BARDACKE (Frank), “The Oakland 7” In Radical Lawyers, Jonathan Black (ed.), 176-91. New York, Avon Books, 1971.

BIDERMAN (Paul), “The Birth of Communal Law Firms” In Radical Lawyers: Their Role in the Movement and in the Courts, Jonathan Black (ed.), New York, Avon Books, 1971, 280-88.

BLACK (Jonathan), “An Interview with Gerald Lefcourt” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black (ed.), New York, Avon Books, 1971, 307-13.

———. “An Interview with William Kunstler” In Radical Lawyers, Jonathan Black (ed.), New York, Avon Books, 1971, 301-07.

———. “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune” In Radical Lawyers, Jonathan Black (ed.), New York, Avon Books, 1971, 289-97.

———. “Introduction: A Slight Case of Contempt” In Radical Lawyers, Jonathan Black (ed.), New York, Avon Books, 1971, 11-23.

BLACK (Jonathan) (ed.), Radical Lawyers: Their Role in the Movement and in the Courts, New York, Avon Books, 1971.

BURNS (Haywood), “Racism and American Law.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 38-54. New York, Vintage Books, 1971.

CAHN (Edgar S.) and Jean Camper CAHN. “What Price Justice: The Civilian Perspective Revisited.” Notre Dame Lawyer 41 (1966): 927-60.

CLOKE (Kenneth), “Law Is Illegal.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 27-43. New York, Avon Books, 1971.

———. “The Economic Basis of Law and State.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 65-80. New York: Vintage Books, 1971.

COHN (Fred), “Soldiers Say No.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 300-09. New York, Vintage Books, 1971.

CONDON (Gene Ann), “Comments on You Don't Have to Love the Law to Be a Lawyer.” Guild Practitioner 29, no. 1 (1970), 19-21.

“Convention Resolutions [from November 1965 Nlg Convention].” Guild Practitioner 24, no. 4 (1965), 137-48.

CROCKETT (George W.), “Racism in the Courts.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 113-22. New York, Avon Books, 1971.

DALLOS (Robert E.), “N.A.A.C.P. Counsel and Staff Resign: Protest Failure to Reinstate Ousted Legal Associate.” New York Times, October 29, 1968 1968, 43.

DISUERVO (Henry), “The Movement and the Legal System.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 51-69. New York, Avon Books, 1971.

FOX (Sylvan), “N.A.A.C.P. Ouster Will Be Fought” New York Times, October 16, 1968, 44.

GARRISON (Jim), “The Lawyer and the Bill of Rights”, Guild Practitioner 24, no. 3 (1965), 75-84.

GLOTTA (Ronald), “The Radical Lawyer and the Dynamics of a Rent Strike.” Guild Practitioner 26, no. 4 (1967), 132-36.

GOODMAN (Carol), “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 248-64. New York, Avon Books, 1971.

GREENBERG (Jack), “The Supreme Court and Mr. Steel.” New York Times, November 2, 1968, 267.

HORWITZ (Morton J.), The Warren Court and the Pursuit of Justice. New York, Hill and Wang, 1998.

JAMES (Marlise), The People's Lawyers. New York, Holt, Rinehart and Winston, 1973.

JELINEK (Donald A.), “Evolution of a Radical Lawyer.” Guild Practitioner 28, no. 1 (1969), 16-20.

JOHNSON (Thomas A.), “N.A.A.C.P. Is Facing Showdown on Ouster.” New York Times, November 24, 1968, 81.

KAIRYS (David) (ed.), The Politics of Law. New York, Pantheon, 1982.

KALMAN (Laura), The Strange Career of Legal Liberalism. New Haven, Yale University Press, 1996.

KENNEDY (Duncan), Utopian Rationalism in American Legal Thought, Harvard Law School, 1970.

KENNEDY (Florynce), “The Whorehouse Theory of Law.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 81-89. New York, Vintage Books, 1971.

———. “Women Lawyers and the System of Oppression.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 261-64. New York, Avon Books, 1971.

KENNEDY (Michael), “The Civilliberties Lie.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 140-49. New York, Vintage Books, 1971.

KINOY (Arthur), “The Role of the Radical Lawyer and Teacher of Law.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 276-99. New York, Vintage Books, 1971.

KUNSTLER (William M.), My Life as a Radical Lawyer. New York, Birch Lane Press, 1994.

LANGER (Elinor), “The Oakland Seven.” Atlantic Monthly, October 1969, 76-82.

LANGUM (David J.), William M. Kunstler: The Most Hated Lawyer in America. New York, NYU Press, 1999.

LEFCOURT (Gerald), “The Radical Lawyer under Attack.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 253-66. New York, Vintage Books, 1971.

LEFCOURT (Robert), “Introduction.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 3-17. New York, Vintage Books, 1971.

———. “Lawyers for the Poor Can't Win.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 123-39. New York, Vintage Books, 1971.

———. “The First Law Commune.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt. New York, Vintage Books, 1971.

———, ed. Law against the People: Essays to Demystify Law Order and the Courts. New York, Vintage Books, 1971.

MASLOW (Will), and Leo Pfeffer. “Judging the Court.” New York Times, October 27, 1968, SM21.

MATUSOW (Allen J.) The Unraveling of America: A History of Liberalism in the 1960s. New York, Harper Torchbooks, 1986.

MOORE (Howard), “Brown V. Board of Education: The Court's Relationship to Black Liberation.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 55-64. New York, Vintage Books, 1971.

ROCKWELL (David N.), “The Education of the Capitalist Lawyer: The Law School.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 90-104. New York, Vintage Books, 1971.

SCHNEIR (Walter), “Desanctifying the Courts.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 297-301. New York, Avon Books, 1971.

SHKLAR (Judith), Legalism. Cambridge, Harvard University Press, 1964.

STEEL (Lewis M.), “Nine Men in Black Who Think White.” New York Times, October 13, 1968, 56-.

———. “They Build a Bridge to Washington.” Business Week, April 23, 1966, 90.

TIGAR (Michael), “Beyond Civil Liberties.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 43-51. New York, Avon Books, 1971.

———. “Lawyer's Role in Resistance.” Guild Practitioner 27, no. 4 (1968), 196-200.

———. “Socialist Law and Legal Institutions.” In Law against the People, edited by Robert Lefcourt, 327-47, New York, Vintage Books, 1971.

TUSHNET (Mark V.), “Critical Legal Studies: A Political History.” Yale Law Journal 100, no. 5 (1991), 1515-44.

———. “Critical Legal Theory.” In The Blackwell Guide to the Philosophy of Law and Legal Thought, edited by Martin P. Golding and William A. Edmundson, 80-89. Malden, MA, Blackwell, 2005.

WALKER (Doris B.), “President's Report.” Guild Practitioner 29, no. 1 (1970), 1-2.

WASSERSTROM (Richard), “Lawyers and Revolution.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 74-84, New York, Avon Books, 1971.

WEISSMAN (Maryann), “Courts-Martial.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 158-67, New York, Avon Books, 1971.

WEXLER (Stephen), “The Poverty Lawyer as Radical.” In Radical Lawyers, edited by Jonathan Black, 209-31, New York, Avon Books, 1971.

Haut de page

Notes

*   NDT: les termes “libéral/aux” et “radical/aux” utilisés dans ce texte sont naturellement à prendre dans leur acception américaine, bien distinct de leurs usages politiques français.

1   Duncan Kennedy, Utopian Rationalism in American Legal Thought, Harvard Law School, 1970.

2   Dans son histoire des CLS, Mark Tushnet laisse entendre cette possibilité lorsqu’il relie certains moments-clés du radicalisme (tel que le procès des Black Panther à New Haven, CT) à l’émergence des CLS à la fin des années1960, début 1970. Mark V. Tushnet, “Critical Legal Studies: A Political History”, Yale Law Journal 100, no 5, 1991, p. 1530-34.

3   Judith Shklar, Legalism, Cambridge, Harvard University Press, 1964, p. 111.

4   Mark V. Tushnet, “Critical Legal Theory”, dans The Blackwell Guide to the Philosophy of Law and Legal Thought, ed. Martin P. Golding and William A. Edmundson, Malden, MA, Blackwell, 2005, p. 80.

5 David Kairys (ed.), The Politics of Law, New York, Pantheon, 1982.

6 Laura Kalman, The Strange Career of Legal Liberalism, New Haven, Yale University Press, 1996,
p. 42.

7 Tushnet, “Critical Legal Theory”, 86.

8   {Black, 1971 #215}{Lefcourt, 1971 #216}{James, 1973 #199}.

*   NDT: parfois désigné en français sous le nom de Bureau des débouchés économiques. Aux Etats-Unis, seule l’assistance juridictionnelle au pénal est obligatoire. L’aide à l’accès au droit et l’assistance juridictionnelle civile ont néanmoins été à des degrés variables pris en charge par divers organismes privés d’assistance. Dans les années 1960, l’OEO a eu notamment pour objet de regrouper, délimiter, financer et systématiser ces pratiques dans tous les Etats au sein de ce qu’ils désignèrent alors comme Legal services, autour desquels se sont cristallisés les enjeux de l’époque.

9   {Cahn, 1966 #195}.

10   {Kennedy, 1971 #200 @87}.

11   {Lefcourt, 1971 #203 @134}{Biderman, 1971 #204 @280}{Black, 1971 #205 @12}{Lefcourt, 1971 #206 @257}.

12   {Langum, 1999 #207 @104-05}.

13   {Langer, 1969 #209}.

14   {Matusow, 1986 #208 @325}.

15   {James, 1973 #199 @171, 173, 205, 220}{Black, 1971 #222 @307}.

16 {Kinoy, 1971 #221}{Kunstler, 1994 #218}.

17   {Black, 1971 #226 @268}.

*   NDT : les Reggie Fellow, d’après le nom de Reginald Heber Smith (1889-1966), sont de jeunes avocats récemment promus qui entre les années 1967 et 1985 étaient recrutés au mérite et formés au droit des pauvres pour mener des activités au sein de bureaux régionaux d’aide légale.

* NDT : California Rural Legal Assistance: société d’assistance juridique à destination des travailleurs ruraux de Californie fondée en 1965, ayant notamment représenté le mouvement de Cesar Chavez.

18 {James, 1973 #199 @175, 182, 199}.

19 Michael Tigar se retrouva lui-même au chômage en 1965 lorsque le Juge de la Court Suprême William Brennan lui refusa le poste d’assistant en apprenant les engagements politiques radicaux du jeune avocat. Il dirigea alors la rédaction du Selective Service Reporter, compilation de lois pouvant servir aux insoumis. {James, 1973 #199 @206 (v. aussi ch. quatre)}.

20 {James, 1973 #199 @170}

21   Ibid., p. 108 (citant Henry di Suvero).

22 * NDT : Collectif de juristes se présentant comme « communards » ces « communes de juristes » où la prise de décision était collective ont connu divers avatars à travers le pays, les plus connus étant ceux de New York, d’Austin et celle de Los Angeles, Bar Sinister, autrement dit : « les bâtards gauchistes du barreau ».

23 Ibid., p. 167-69. Don Jelinek gagna le sud pour travailler pour le LCDC, en espérant jouer un petit rôle permettant d’» aider le gouvernement fédéral à combattre la tyrannie raciale dans le Mississipi et en Alabama». Donald A. Jelinek, “Evolution of a Radical Lawyer,” Guild Practitioner 28, no. 1 (1969), p. 17. Mais en travaillant avec le SNCC – et en particulier Stokely Carmichael – il en vint à croire que c’était le gouvernement fédéral qui méritait d’être accusé de maintenir la pauvreté et les inégalités dans le Sud : « l’ennemi c’était lui et c’était un choc terrible ». Jelinek, “Evolution of a Radical Lawyer”, p. 17-18.

24   James, The people’s lawyers, p. 198.

25   Ibid., p. 200. Tous les avocats bien sûr n’entrèrent pas dans l’univers du “radical lawyering” par désillusion. Leonard Weinglass commença à exercer dans un quartier délabré de Newark en 1961, mais ce n’était pas le fruit d’une motivation politique. « C’était une décision personnelle. Je voulais travailler dans un quartier et dans une communauté afin tout simplement d’être un avocat valable » James, The people’s lawyers, p. 123.

26   James, The peoples lawyers, p. 177.

* NDT : National Association for the Advancement of Colored People.

27   Lewis M. Steel, “Nine Men in Black Who Think White” New York Times, October 13, 1968, p. 56.

28   Ibid.

*   NDT : “with all deliberate speed” ; la formule est ambiguë, pouvant se rapprocher de l’idée de « se hâter lentement » et a fait l’objet de nombreuses controverses.

29   Ibid., p. 112. La direction du NAACP reçu et renvoya Steel dans la même semaine. Thomas A. Johnson, “N.A.A.C.P. is Facing Showdown on Ouster”, New York Times, November 24, 1968. Robert E. Dallos, “N.A.A.C.P. Counsel and Staff Resign: Protest Failure to Reinstate Ousted Legal Associate,” New York Times, October 29, 1968. Sylvan Fox, “N.A.A.C.P. Ouster Will Be Fought,” New York Times, October 16, 1968. Will Maslow and Leo Pfeffer (membre fondateur du LCDC founder) de l’American Jewish Congress compara l’attaque de Steel contre la Cour à l’attaque de la société de George Wallace et de John Birch, ce qui donne une idée de leur perception du radicalisme de Steel. Will Maslow and Leo Pfeffer, “Judging the Court”, New York Times, October 27, 1968. Jack Greenberg intervint également, soutenant que la Cour « avait joué un rôle courageux en libérant cette nation des fers d’un passé raciste » Jack Greenberg, “The Supreme Court and Mr. Steel,” New York Times, November 2, 1968.

30   Morton J. Horwitz, The Warren Court and the Pursuit of Justice, New York, Hill and Wang, 1998.

*   NDT : Barreau fondé en 1937 en opposition à l’American Bar Association et fortement engagé dans la lutte contre le racisme (il fut notamment le premier à être multiracial).

31   George W. Crockett, “Racism in the Courts” in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black, New York, Avon Books, 1971, p. 113.

32   Ibid., p. 19.

33   Jonathan Black, “An Interview with Gerald Lefcourt”, Ibid., p. 311.

34   Stanley Aronowitz, “Law, the Breakdown of Order, and Revolution,” dans Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 155, 72. Kenneth Cloke, “Law is Illegal”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 38.

35 Walter Schneir, “Desanctifying the Courts,” dans Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 296.

36 Ibid., 299. Cloke, “Law is Illegal,” 27-28. James, The people's lawyers, xiii. Florynce Kennedy, “Women Lawyers and the System of Oppression”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 261.

37   Kenneth Cloke, “The Economic Basis of Law and State”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 76. Cloke, “Law is Illegal” 30. James, The peoples lawyers, 204 (citant Michael Kennedy). David N. Rockwell, “The Education of the Capitalist Lawyer: The Law School”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 96.

38   Carol Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 249.

39   Robert Lefcourt, “Introduction”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 11. Kenneth Cloke soutenait que le droit « ce n’est ni la justice, ni une norme, ni des principes neutres, ni même une harmonie sociale idéale. Ce n’est ni vérité, ni procès équitable, ni impartialité, ni aucune autre idéalisation. Ses principes directeurs sont les principes directeurs de ceux qui conservent leur pouvoir en partie grâce à ses auspices ». Cloke, “The Economic Basis of Law and State” 68. Cloke, “Law is Illegal,” 37. Frank Bardacke, “The Oakland 7”, in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 176.

40   Tushnet, “Critical Legal Studies: A Political History”.

41 Cloke, “Law is Illegal” 27.  Les cours de justices n’étaient pas des assemblées au service de la population mais plutôt « la cour du système capitaliste » selon les avocats radicaux interrogés par Jonathan Black. Black, “An Interview with William Kunstler”, 268. A un groupe d’étudiant de la faculté de Droit de Tulane, le procureur de New Orleans, Jim Garrison, expliquait que les décisions juridiques ne reposent tout simplement pas sur les précédents juridiques ou d’immuables règles, mais plutôt que les tribunaux obéissent à des préoccupations économiques et politiques. Jim Garrison, “The Lawyer and the Bill of Rights”, Guild Practitioner 24, no 3 (1965), 83.

42 “Convention Resolutions [from November 1965 NLG Convention],” Guild Practitioner 24, no 4 (1965), 137.

43 Doris B. Walker, “President’s Report”, Ibid.29, no 1 (1970), 1. Haywood Burns émis une observation dans la même veine, citant la description moqueuse du droit d’Oliver Wendell Holmes : « le droit n’existe pas en tant qu’» omniprésence menaçante » perdue dans l’éther. Il est produit par des hommes, et en ce qui concerne l’Amérique, par des hommes dans une société raciste ». Haywood Burns, “Racism and American Law” dans Law Against the People, ed. Robert Lefcourt, New York, Vintage Books, 1971, 39.

44 Tushnet, “Critical Legal Studies: A Political History” 1518.

45   « Le processus juridique isole le crime de ses racines », écrit-il, séparant les individus et leurs actions de la toile de raisons plus large du crime. Cloke, “The Economic Basis of Law and State”, 70, 77. Cloke, “Law is Illegal,” 29, 40.

46   Michael Tigar, “Beyond Civil Liberties”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 47.

47   Stephen Wexler, “The Poverty Lawyer as Radical”, Ibid., 222.

48   Les juges, en tant que point focal du système juridique, reçurent également toute leur attention. Adhérant à l’aphorisme d’Oliver Wendell selon lequel le droit ne repose pas sur la logique mais sur l’expérience, Leonard Weinglass soutenait que le droit échoue dans son explication des réalités menant au crime parce que les juges ne connaissent guère les communautés les plus touchées par la pauvreté. James, The peoples lawyers, 129 (quoting Leonard Weinglass). Les juges ne sont pas, avançait Walter Schneir, des rois philosophes, mais de simples hommes dont les influences politiques et l’expérience sont limitées aux cabinets privés de droit et aux bureaux des Procureurs. Ils siègent selon une certaine perspective. Schneir, “Desanctifying the Courts”, 301.

49 L’individualisation des affaires frappa également le mouvement anti-guerre en séparant les insoumis du mouvement dont ils étaient issus, les faisant passer du statut de militants de rue à celui de numéros sur un registre. C’est cela plus qu’aucun autre facteur, écrit l’avocate des insoumis, Maryann Weissman, qui dissipa et démoralisa le mouvement de résistance à l’incorporation. Maryann Weissman, “Courts-Martial” in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black, New York, Avon Books, 1971, 160.

50   Black, “Introduction: A Slight Case of Contempt”, 11.

51 Biderman, “The Birth of Communal Law Firms”, 288.

52 Robert Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can’t Wn”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 132.

53 « Précisément, ce que j’ai dit était que « en apportant une représentation inutile, l’aide juridictionnelle ne fait qu’ajouter une hostilité supplémentaire à celles existant au sein du ghetto », Lefcourt, « Introduction, » 309.

54 Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can't Win”, 135.

55 Biderman, “The Birth of Communal Law Firms”, 284.

56 James, The peoples lawyers, 157.Lefcourt, “Lawyers for the Poor Can’t Win”, 136.

57 Henry di Suvero, “The Movement and the Legal System,” dans Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 66.Tigar, “"Beyond Civil Liberties”, 49.

58   Di Suvero, “The Movement and the Legal System”, 66.

59   Michael Tigar, “Socialist Law and Legal Institutions”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 327.

60 Michael Kennedy, “The Civilliberties Lie”, Ibid., 141.

61 Black, “Introduction: A Slight Case of Contempt”, 12.

62   James, The peoples lawyers, 208.

63   Michael Kennedy, “The Civilliberties Lie”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 149.

64   James, The people's lawyers, 311 (citant Charles Garry).

65 Cloke, “Law is Illegal,” 40.

66 Kinoy, “The Role of the Radical Lawyer and Teacher of Law”, 287.

67 Cloke, “Law is Illegal,” 41.

68 Gene Ann Condon, “Comments on You Don't Have to Love the Law To Be A Lawyer”, Guild Practitioner 29, no 1 (1970), 20.

69 Ronald Glotta, “The Radical Lawyer and the Dynamics of a Rent Strike,” Ibid. 26, no. 4 (1967), 134, 32. Michael Tigar, “Lawyer’s Role in Resistance,”" Guild Practitioner 27, no. 4 (1968), 197.

70 James, The people’s lawyers, 148.

71 Jonathan Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune”, Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 292.

72 Fred Cohn, “Soldiers Say No”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 304.

73 Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune”, 296.

74   Black, “An Interview with William Kunstler”, 303.

75 Ibid.

76   Kennedy, “The Civilliberties Lie”, 149.

77   Robert Lefcourt, “The First Law Commune,” Ibid., 311. Le Collectif de Juristes de Venice semble avoir fonctionné selon une philosophie plus « hippie » que d’inspiration New left : ils se sont regroupés afin d’essayer d’aller à l’encontre du mode de vie type des avocats fait de longues heures et de carriérisme. « Cela se reflète dans leur bureau », observe Marlise James, qui est désordonné, chaotique, et à coup sûr, résonne des rires ou des sons de cinq différentes conversations qui ont lieu toute en même temps », James, The peoples lawyers, 182.

78 James, The peoples lawyers, 178.

79 Robert Lefcourt, “The First Law Commune”, Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 311.

80 Ibid., 312. L’un des buts majeurs était de modifier la relation traditionnelle avocat-client. Pour autant, les communes de New York comme de Venice ont témoigné de leur difficulté à obtenir de leurs clients qu’ils rejettent la relation hiérarchique traditionnelle entre avocat et client. « Certains clients, avons-nous découvert, éprouvent de fait le besoin que l’avocat en charge de leur affaire soit exagérément autoritaire, mais nous essayons de changer cela chaque fois que c’est possible », raconte un membre du collectif de Venice. Robert Lefcourt reconnaît qu’au cours de l’expérience new yorkaise, « aucun changement substantiel dans la communication et la relation avocat-client n’avait pu être obtenu. » James, The people's lawyers, 184. Lefcourt, “The First Law Commune”, 313.

81 Black, “Insurgency in the Courts: An Interview with the Law Commune,” 291.Weissman, “Courts-Martial,” 163.

82 Kinoy, “The Role of the Radical Lawyer and Teacher of Law”, 288.

83   James, The peoples lawyers, 197. Morty Stavis, un collègue de Kinoy au Center for Constitutional Rights, partageait un optimisme similaire : « Nous avons eu de mauvaises Cour Suprême auparavant et leur influence a été vaincue par les réactions du peuple Américain. Cela semble bien vouloir dire qu’il nous faudra mettre une emphase plus importante sur l’aspect pédagogique de notre travail ». William Kunstler soutenait également une telle vue : « des siècles d’évolution progressive, souvent abrasive, ont créé une structure plutôt remarquable, parfaitement capable de livrer des procès équitables pour tous les demandeurs. » James, The peoples lawyers, 106, 28 (citant Leonard Weinglass). Black, “An Interview with William Kunstler”, 271.

84 Richard Wasserstrom, “Lawyers and Revolution” in Radical Lawyers, ed. Jonathan Black (New York, Avon Books, 1971), 83.

85 Henry diSuvero, “The Movement and the Legal System”, Ibid., 56. Howard Moore, “Brown v. Board of Education: The Court’s Relationship to Black Liberation” in Law Against the People, ed. Robert Lefcourt (New York, Vintage Books, 1971), 64.Cloke, “Law is Illegal”, 41.

86   James, The peoples lawyers, 242. Lefcourt, “Introduction”, 15.

87 Tushnet, “Critical Legal Theory” 85 (quoting Richard Fischl).

88 Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, 257.

89 Moore, “Brown v. Board of Education: The Court’s Relationship to Black Liberation”, 59.

90   Goodman, “On the Oppression of Women Lawyers and Legal Workers”, 260.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Hilbink, « Radicalisme, pratique juridique et doctrine dans les années 1960 aux Etats-Unis », Droit et cultures, 56 | 2008, 197-221.

Référence électronique

Thomas Hilbink, « Radicalisme, pratique juridique et doctrine dans les années 1960 aux Etats-Unis », Droit et cultures [En ligne], 56 | 2008-2, mis en ligne le 16 février 2009, consulté le 27 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/374

Haut de page

Auteur

Thomas Hilbink

Thomas Hilbink est professeur-assistant dans le Département d’Etudes de Droit à l’Université de Massachusetts et Program Officer pour Initiatives de Démocratie Constitutionnelle à l’Open Society Institute de New York.  Il a obtenu son A. B. en histoire à la Columbia University, son J. D. à la New York University School of Law et son Ph.D. à l’Institute for Law & Society de la New York University.  Ses recherches concernent l’histoire moderne des avocats américains engagés dans des causes politiques et sociales après la Deuxième Guerre Mondiale.  Il a publié dans Law & Social Inquiry, Studies in Law, Politics & Society, Cause Lawyering & Social Movements, Journal of Law, Culture & the Humanities, et The Cultural Lives of Cause Lawyers.  Ses nouvelles recherches portent sur «rights talk» et idées populaires des droits constitutionnels parmi les conservateurs aux Etats-Unis.  Son travail à l’Open Society Institute porte sur le développement des stratégies pour l’amélioration de la structure constitutionnelle aux Etats-Unis.  Il est membre des editorial boards des revues  Law & Society Review, Studies in Law, Politics & Society, et Social Science History.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org