Navigation – Plan du site

La répression des violences envers les animaux sacrés dans l’Égypte ptolémaïque

The Punishment of Violence against the Sacralised Animal in Ptolemaic Egypt
Bernard Legras
p. 43-50

Résumés

Les sanctuaires égyptiens accueillaient des animaux sacrés « uniques » et des animaux sacralisés « multiples ». L’ensemble du dossier concernant la répression des violences envers ces animaux sacralisés dans l’Égypte ptolémaïque, comporte des sources littéraires gréco-latines et des sources documentaires grecques et égyptiennes. Il ne permet pas de conclure à l’existence de la peine de mort pour le meurtre des animaux sacralisés « multiples ». Le témoignage de Diodore, très souvent invoqué, illustre en fait une affaire de lynchage par une foule déchaînée à Alexandrie, et non le résultat d’une hypothétique sanction judicaire. Les témoignages documentaires papyrologiques, grecs et démotiques, n’en font pas mention.

Haut de page

Texte intégral

Pour Sacha

  • 1 Je remercie chaleureusement Bernadette Menu et Sydney Aufrère pour leur lecture de l’article et le (...)
  • 2 La nécropole des vaches sacrées d’Atfih (Aphroditopolis) offre un exemple de découvertes récentes (...)
  • 3 Françoise Dunand et Roger Lichtenberg,  « L’animal, image vivante du dieu »,  dans Françoise Dunan (...)
  • 4 Alain Charron, « Les animaux sacralisés », dans Françoise Dunand et Roger Lichtenberg avec la coll (...)
  • 5 Sur les animaux sacrés et sacralisés cf. aussi Patrick F. Houlihan, The Animal World of the Pharao (...)

1Les animaux sacrés occupent une place essentielle dans la vie religieuse de l’Égypte ancienne1. Leur entretien dans le cadre des temples, attesté depuis le règne d’Amenhotep III, bien connu d’Hérodote, se perpétue dans l’Égypte ptolémaïque et au-delà2, dans l’Égypte romaine jusqu’à la fin du paganisme3. Ces animaux, taureaux, crocodiles, béliers, faucons ou lions, choisis et uniques, bénéficiant de rituels étaient considérés comme des intermédiaires entre les dieux et les hommes. Les animaux sacralisés constituent une seconde catégorie d’animaux dits sacrés : babouins, béliers, canidés, chats, crocodiles, faucons, ibis, musaraignes, oies, poissons (en particulier l’oxyrhynque), scarabées, serpents, singes, varans…4. Il faut les distinguer comme les précédents des animaux domestiques et des animaux de compagnie. Leur spécificité par rapport aux animaux sacrés est de ne pas être uniques, de ne bénéficier d’aucun rituel propre, et de ne pouvoir servir de lien avec la divinité que morts et momifiés5. Si la mise à mort de l’animal sacré « unique » tel l’Apis de Memphis, le Mnévis d’Héliopolis ou le Bouc de Mendès était bien considéré comme un sacrilège intolérable passible de la peine de mort, la question se pose du sort des auteurs d’atteintes physiques envers les animaux sacralisés « multiples ».

  • 6 Cf. Dimitri Meeks, « Zoomorphie et image des dieux dans l’Égypte ancienne », Le Temps de la Réflex (...)

2La vie et la mort des animaux sacralisés sont l’objet d’une interrogation depuis le début du XXe siècle, car les découvertes archéologiques de momies animales ont pu être interprétées comme une infirmation du témoignage des auteurs grecs et latins6. L’objet de la présente communication est de mesurer la portée d’une source juridique démotique, P. Berlin P. 23757 A recto, colonne 2, lignes 25-28.

Sources littéraires gréco-romaines et analyse des momies

  • 7 Jan Quaegebeur, « Aspects du culte de Bastet en Égypte gréco-romaine », Les Chats des Pharaons-400 (...)
  • 8 Hérodote ne mentionne pas les chats. Cf. Typhaine Haziza, Le kaléidoscope hérodotéen. Images, imag (...)

3Les sources littéraires grecque et latine convergent pour affirmer le respect absolu de la vie des animaux sacrés ou sacralisés. Diodore de Sicile (1, 83, 8-9) rapporte les conséquences du meurtre d’un chat par un visiteur romain, à une date que l’on peut fixer au début de la 180e olympiade, en 60/59 av. n.è. Le coupable fut mis à mort : « la foule (égyptienne) se précipita vers la demeure du coupable et ni les magistrats envoyés par le roi pour le protéger ni la peur inspirée par Rome n’eurent assez de force pour empêcher le châtiment de l’homme, bien que son acte ait été involontaire »7. Il ajoute (1, 84, 2) que la protection religieuse pour les animaux est plus grande que pour la vie humaine : « On affirme en effet qu’un jour, sous la pression d’une famine, nombre d’Égyptiens portèrent la main sur leurs semblables, poussés par le besoin, mais que pas un seul ne put être accusé d’avoir touché aux animaux sacrés ». Cette mise à mort est conforme à ce que disent d’autres sources gréco-romaines. Hérodote (2, 65) : » Si quelqu’un tue l’un de ces animaux, si c’est volontairement, sa punition est la mort ; si c’est involontairement, il paie une amende telle que la fixent les prêtres. Mais quiconque tue un ibis ou un faucon, volontairement ou involontairement, doit mourir »8. Cicéron, Tusculanes 5, 27, 78: « Qui ne connaît la coutume des Égyptiens ? Ces gens dont l’esprit est imbu de superstitions bizarres affronteraient les pires tortures plutôt que de porter une main sacrilège sur un ibis, un aspic, un chat, un chien, un crocodile, et même s’il leur arrivait par mégarde de commettre rien de tel, il n’est point de châtiment qu’ils ne reconnaîtraient légitime ». Le témoignage de Diodore ne peut guère être mis en doute. C’est le seul témoignage vivant qu’il apporte de son séjour à Alexandrie. Mais ce qu’il nous donne à voir est un lynchage, et non le résultat d’une sanction judicaire. Les magistrats ont de fait cherché à protéger le malheureux Romain victime de la vindicte de la foule.

  • 9   Les momies sont désormais conservées dans le Musée des Confluences de Lyon.
  • 10   L. Lortet et C. Gaillard, « La faune momifiée de l’ancienne Égypte I, II et III, IV, V », Archive (...)
  • 11   Alain Charron et Léonard Ginsburg, « Les momies de chats », Les Chats des Pharaons-4000 ans de di (...)
  • 12 Pl. Armitage & Juliet Clutton-Brock, «A Radiological and Historical Investigation into the Mummicat (...)
  • 13 Léonard Ginzburg, « Felis libyca balatensis : les chats du mastaba II de Balat », BIFAO 95 (1995), (...)
  • 14   Alain Charron, « Les animaux sacralisés »,  op. cit., p. 177.
  • 15   Pline VIII, 46 et Ammien Marcellin XXII, 14, 7 affirment que l’Apis était noyé. Voir les argument (...)
  • 16   Alain Charron, « Massacres d’animaux à la Basse Époque », RdE 41 (1990), p. 209-213 ; Id., « La m (...)
  • 17 Cf. Françoise Dunand, dans Françoise Dunand et  Christiane Zivie-Coche, Dieux et hommes en Égypte 3 (...)
  • 18   Cf. l’ordonnance d’amnistie de Ptolémée VIII de 118 av. n.è., P. Tebt I 5 (=C. Ord. Ptol. 53) qui (...)

4Depuis les découvertes de Louis Lortet et C. Gaillard, dans le cadre de leurs travaux sur les animaux momifiés du Muséum d’histoire naturelle de Lyon9, on sait que des animaux sacralisés momifiés portent des traces de coups, de blessures et de mutilations ayant probablement entraîné une mort violente10. Des crocodiles du site de Kom Ombo ont eu le museau amputé par un instrument tranchant ; des corps de rapaces découverts à Kom Ombo, à Touna el-Gebel ou à Giza portent des traces de coups qui sont sans doute la cause de leur mort ; des canidés d’Assiout portent les traces de strangulation ; une momie de veau du Musée du Louvre présente une fracture du crâne probablement mortelle ; les chats du Boubasteion de Saqqara ont le plus souvent la tête fracturée ou le cou étranglé11. Les analyses menées montrent que sur 53 momies de chats conservées au British Museum, venues pour la plupart de Dendera et Abydos, la mort intervient principalement à deux âges, entre un et quatre mois, et entre neuf et douze mois, ce qui indique clairement une mort prématurée12. Aucun des 23 chats trouvés à Balat, dans l’oasis de Dakhla, n’a dépassé deux ans13. Les momies de jeunes ibis figurent également en grand nombre à Abydos et Touna el-Gebel. Les causes de la mort ne peuvent pas toujours être mises en évidence par l’étude des corps momifiés. L’asphyxie des poissons sortis de l’eau ne laisse pas de trace. Le grand nombre d’œufs de crocodile ou d’ibis retrouvés laisse penser à des campagnes de « ramassage » qui portent un coup fatal à la naissance des bébés crocodile ou ibis. L’étude synthétique menée par Alain Charron conclut qu’» il n’est pas absurde d’admettre une telle fin (violente), pour les animaux sacralisés uniquement » alors que « longtemps la notion d’une mort donnée volontairement n’a pas été retenue, les études étant trop peu nombreuses et les témoignages des auteurs classiques paraissant difficilement contestables »14. Les animaux sacrés ne sont pas concernés par ces morts provoquées : ils meurent de mort naturelle15. L’hypothèse de mises à mort destinées à la régulation des élevages d’animaux est improbable. Ces hécatombes devaient avoir pour finalité d’alimenter les fidèles en animaux momifiés. L’animal sacralisé trouve une valeur religieuse par son corps momifié qui est une offrande (un ex-voto) à la divinité permettant d’établir un lien avec elle. L’ampleur de cette pratique est une caractéristique de la Basse époque. Les grandes nécropoles d’animaux apparaissent sous Nectanébo II et se développent sous les dominations grecque et romaine, d’où le très grand nombre de momies d’animaux sacralisés datées du règne des Ptolémées trouvées dans des tombes anciennes réaménagées ou dans de nouvelles galeries16. Ces cultes animaliers qui sont une expression de la religion populaire constituent très certainement l’un des aspects de l’affirmation de l’identité religieuse égyptienne face à la présence grecque. Ces animaux étaient élevés dans des dépendances des temples dans la perspective de profits revenant en partie au clergé17. Les élevages de chats (ailourotrophion) ou d’ibis (ibiotrophion), qui étaient les plus notables, devaient accueillir des milliers d’animaux, d’où l’importance des revenus pour les temples, qui devaient de plus rentrer dans les importants frais engagés pour leur entretien18.

Le droit égyptien : le manuel démotique de Berlin

  • 19 Sandra Luisa Lippert, Ein demotisches juristisches Lehrbuch. Untersuchungen zu Papyrus Berlin P 233 (...)

5La publication du manuel de droit démotique, P. Berlin P 23757 recto publié en 2004 par Sandra Luisa Lippert19, offre une source nouvelle sur les animaux sacralisés. Son origine, Achmin (Panopolis), comme sa date (après 245 av. n. è.) sont déterminées par le seul critère paléographique. Il porte sur le fragment P. Berlin P 23757 A recto, aux lignes 25-28 le texte suivant (traduction d’après S. L. Lippert) :

25 (En) « prison » : « Si quelqu’un offense/maltraite (un animal sacralisé), quelque ( ?) (chat), quelque ( ?) [….],quelque ( ?) [….],

26   quelque( ?) ichneumon, (quelque) bovin-gm noir, (quelqu)e vache, quelque ( ?) chien, [quelque ( ?) …., quelque ( ?)…., quelque ( ?)….,]

27 attendu qu’il y a dix animaux sacralisés, (…), chien, qui est écrit ci-dessus : (deux) chiens [………………….]

28 Offense/mauvais traitements, qu’il a dit » Son explication : Celui qui incite aux mauvais traitements [………………….]

  • 20   Cf. le commentaire de Sandra Lippert, op. cit., p. 45-47.
  • 21   Sur ce petit mammifère, Françoise Dunand et Roger Lichtenberg avec la collaboration d’Alain Charr (...)
  • 22   La discussion porte en particulier sur l’éventuelle identification de ces jeunes bovins avec les (...)
  • 23   Pour la liste des animaux sacralisés, cf. supra (introduction de l’article).

6Le manuel de droit traite donc de la sanction des coupables de mauvais traitements envers les animaux sacrés, recensés dans une liste malheureusement lacunaire de dix animaux20. Il est possible de lire cinq espèces d’animaux sacralisés. La liste commence avec le chat ; deux noms d’animaux peuvent être placés dans la lacune qui suit ; puis apparaît l’ichneumon, la mangouste égyptienne (Herpestes ichneumon)21 ; vient ensuite le bovin gm qui est un jeune animal22, puis la vache ; suit le chien qui pourrait être un chacal ; viennent ensuite dans les lacunes trois noms d’animaux. On peut supposer que parmi les cinq noms perdus figuraient le faucon et l’ibis23. Le texte traite probablement de la protection des animaux sacralisés, et non des animaux sacrés proprement dit. Il peut être mis en relation avec des textes hiéroglyphiques, hiératiques ou démotiques affirmant la nécessité du respect envers les animaux sacrés et sacralisés : Livre des Morts 125 ; P. dém. Bibl. Nat. 149, 2.1 et 2.21 ; P. hiér. Ryerson, 92.30 ss. et 93.4 ; P. dém. Ashm. 1984.77 verso 2.8-9.

  • 24 Cf. John J. Bauschatz, «Ptolemaic Prisons Reconsidered», The Classical Bulletin 83/1 (2007), p. 3-4 (...)
  • 25 Sur l’organisation de la justice des Lagides, cf. Joseph Mélèze Modrzejewski, Loi et coutume dans l (...)
  • 26 SB XXII 15546, lignes 16-17 : [ὃ]πως μηθὲν ὑστέρημα γίνηται τῶν τῶι ῾Ερμῆ[ι ἱερῶν ζώιων.Cf. Heiki K (...)
  • 27   Cf . Strabon, Géographie XVII, 1, 40. Henri Henne, « PSI 901 et la police de la pêche dans l’Égyp (...)

7Le manuel de droit démotique n’exprime pas clairement la sanction juridique des mauvais traitements ou de la mort de l’animal sacré ou sacralisé. Le texte mentionne cependant « la prison » à la ligne 25 sans préciser s’il s’agit d’une mesure préventive en l’attente du procès, ou d’une sanction24. Il prouve donc que le droit égyptien qui a été intégré au droit pluriel de l’Égypte des Ptolémées réprimait l’atteinte aux animaux sacrés25. Un papyrus grec, SB XXII 15546 (Théadelphie, milieu du IIe siècle av. n.è.) conserve une plainte déposée par des éleveurs d’ibis (ibioboskoi) et de faucons (hiérakoboskoi) pour dénoncer des actes illicites lésant les animaux26. Nous ne connaissons pas les suites de cette plainte. Mais elle ne mentionne nulle part une éventuelle peine capitale pour les auteurs des actes interdits. Il faut enfin mentionner une ordonnance de Ptolémée X Alexandre 1er et de Bérénice III  (P. Yale I 56=C. Ord. Ptol. 90-91 descr.) qui interdit sous peine de mort la pêche de l’oxyrhynque (Mormyrus caschive)  et d’autres poissons sacrés. Mais il est possible d’envisager que cette ordonnance évoque des interdits canoniques des nomes, et non une mesure politico-judiciaire prise par le pouvoir royal27.

Conclusion

8L’ensemble du dossier concernant la répression des violences envers les animaux sacralisés dans l’Égypte ptolémaïque, qui comporte des sources grecques et latines et des sources égyptiennes, ne permet donc pas de conclure à l’existence de la peine de mort pour le meurtre des animaux sacralisés « multiples ». Le témoignage de Diodore très souvent invoqué illustre en fait une affaire de lynchage par une foule déchaînée à Alexandrie et non le résultat d’une hypothétique sanction judicaire. Les témoignages documentaires papyrologiques, grecs et démotiques, n’en font pas mention. La peine capitale prévue pour le meurtre de l’oxyrhynque au tournant du IIe et du Ier siècle av. n.è. pourrait bien ne témoigner que d’un interdit religieux canonique local. En revanche ces sources documentaires attestent bien du respect dû aux animaux sacrés et sacralisés et l’intervention de la justice en cas d’atteinte à l’intégrité de ces animaux. Mais la sanction judicaire pourrait autant s’expliquer par la volonté de protéger les intérêts économiques du clergé égyptien qui tirait des revenus de la vente des animaux sacralisés aux fidèles, que par le désir de punir un délit religieux d’impiété (ἱεροσυλία).

Haut de page

Notes

1 Je remercie chaleureusement Bernadette Menu et Sydney Aufrère pour leur lecture de l’article et leur apport.

2 La nécropole des vaches sacrées d’Atfih (Aphroditopolis) offre un exemple de découvertes récentes pour un site en usage durant l’époque ptolémaïque : Mission égypto-française d'Atfih (MEFA), « Atfih, la zone centrale de l’Hésateum (zone A). Travaux dans la nécropole des vaches sacrées (1) », ENIM 3 (2010), p. 137-145 ; Charlène Cassier, « Fouilles à Atfih au début du XX  siècle », ENIM 4 (2011), p. 273-290.

3 Françoise Dunand et Roger Lichtenberg,  « L’animal, image vivante du dieu »,  dans Françoise Dunand et Roger Lichtenberg avec la collaboration d’Alain Charron, Des animaux et des hommes. Une symbiose égyptienne, Monaco, Paris, Éditions du Rocher, 2005, p. 149-164 (Bibliographie p. 241-242). Cf. aussi  Stéphanie Porcier, « L’animal sacré en Égypte ancienne, medium entre les vivants et les morts : un rôle méconnu », Rencontre autour de l’animal en contexte funéraire, (Saint-Germain-en-Laye, 30-31 mars 2012), GAAF, 2014, p. 97-101.

4 Alain Charron, « Les animaux sacralisés », dans Françoise Dunand et Roger Lichtenberg avec la collaboration d’Alain Charron, ibid., p. 165-200 (Bibliographie p. 242-247).

5 Sur les animaux sacrés et sacralisés cf. aussi Patrick F. Houlihan, The Animal World of the Pharaohs, Londres-New York, Thames and Hudson, 1996 (liste p. 9) et Dieter Kessler, Die heilige Tiere und der König, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 1989.

6 Cf. Dimitri Meeks, « Zoomorphie et image des dieux dans l’Égypte ancienne », Le Temps de la Réflexion VII (1986), p. 17-25, qui constate que l’ampleur du « culte porté aux animaux vivants (…) marquera (« au crépuscule du paganisme ») profondément les esprits des voyageurs grecs et romains »).

7 Jan Quaegebeur, « Aspects du culte de Bastet en Égypte gréco-romaine », Les Chats des Pharaons-4000 ans de divinité féline, Catalogue de l’exposition (octobre 1989-février 1990),  Bruxelles, éditions de l’Institut Royal des Sciences Naturelles de Belgique, 1989, p. 28-31 ; cf. Bernard Legras, « Expériences romaines dans le royaume lagide sous Ptolémée XII et Cléopâtre VII », J. Dubouloz, S. Pittia et G. Sabatini (éd.), L’Imperium Romanum en perspective (Paris, 26-28 novembre 2012), Besançon, Presses de l’Université de Franche-Comté, Institut des Sciences de l’Antiquité, 2014, p. 274.

8 Hérodote ne mentionne pas les chats. Cf. Typhaine Haziza, Le kaléidoscope hérodotéen. Images, imaginaire et représentations de l’Égypte à travers le Livre II d’Hérodote, Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 254-276, en part. p. 274.

9   Les momies sont désormais conservées dans le Musée des Confluences de Lyon.

10   L. Lortet et C. Gaillard, « La faune momifiée de l’ancienne Égypte I, II et III, IV, V », Archives du muséum d’Histoire naturelle de Lyon 8, 9 et 10, 1903, 1907 et 1909.

11   Alain Charron et Léonard Ginsburg, « Les momies de chats », Les Chats des Pharaons-4000 ans de divinité féline, p. 20-24. Cf. aussi Stéphanie Porcier et Roger Lichtenberg, « Les chats du Bubasteion de Saqqara (Égypte) : nouvelle étude archéozoologique et perspectives », J.-Ph Brugal, J.-Ph. Gardeisen et A. Zucker (éd.), Prédateurs dans tous leurs états. Évolution, Biodiversité, Interactions, Mythes, Symboles (Antibes-Juan-les-Pins, 21-23 octobre 2010), Antibes, éditions APDCA, 2011, p. 239-251. Cf. aussi Alain Charron, Les animaux et le sacré dans l’Égypte ancienne. Fonction et signification, dactyl., Thèse EPHE-Sciences religieuses, 1996.

12 Pl. Armitage & Juliet Clutton-Brock, «A Radiological and Historical Investigation into the Mummication of Cats from Ancient Egypt», Journal of Archaeological Science 8 (1981), p. 185-196.

13 Léonard Ginzburg, « Felis libyca balatensis : les chats du mastaba II de Balat », BIFAO 95 (1995), p. 259-260.

14   Alain Charron, « Les animaux sacralisés »,  op. cit., p. 177.

15   Pline VIII, 46 et Ammien Marcellin XXII, 14, 7 affirment que l’Apis était noyé. Voir les arguments développés contre cette théorie par Jean Vercoutter, LdÄ I, 346-348, s. v. Apis.

16   Alain Charron, « Massacres d’animaux à la Basse Époque », RdE 41 (1990), p. 209-213 ; Id., « La morte degli animali », Aegyptica Animalia, il bestiario del Nilo,  Catalogue de l’exposition (oct. 2000-juin 2001), Turin, Il Museo, 2000, p. 37-54. On a pu calculer qu’à Touna el-Gebel étaient enterrés 15000 ibis issus de 10 ou 15 élevages : Dieter Kessler, Abb el Halim Nur el-Din, « Tuna-el-Gebel.Millions of Ibises and Other Animals », Devine Creatures. Animal Mummies in Ancient Egypt, S. Ikram éd., Le Caire-New York, 2005, p. 120-163.

17 Cf. Françoise Dunand, dans Françoise Dunand et  Christiane Zivie-Coche, Dieux et hommes en Égypte 3000 av. J.-C.-395 apr. J.-C., Paris, Armand Colin, 1992, p. 322 : « on pense maintenant que ces animaux étaient abattus systématiquement pour pouvoir fournir des momies aux pèlerins qui les achetaient et les dédiaient au dieu dont ils étaient les représentants ». Cf. aussi Françoise Dunand et Roger Lichtenberg, Les momies et la mort en Égypte, Paris, Errance, 1998, p. 142 ; John H. Taylor, Death and the Afterlife in Ancient Egypt, Londres, The Trustees of the British Museum, 2001, p. 142.

18   Cf. l’ordonnance d’amnistie de Ptolémée VIII de 118 av. n.è., P. Tebt I 5 (=C. Ord. Ptol. 53) qui stipule, lignes 77-78, que le Trésor royal prendra à sa charge « les frais d’enterrement d’Apis et de Mnévis, comme dans le cas des personnages divinisés » et qu’il en « sera de même des frais d’entretien des autres animaux sacrés ».

19 Sandra Luisa Lippert, Ein demotisches juristisches Lehrbuch. Untersuchungen zu Papyrus Berlin P 233757 rto, Wiesbaden, Harrassowitz Verlag, 2004 (Ägyptologische Abhandlungen 66). Ce papyrus de la Papyrussammlung des Ägyptisches Museums in Berlin-Charlottenburg a été présenté officiellement au premier Congrès international des études démotiques de Berlin en 1977, puis au cinquième Congrès de Pise en 1993. Le recto conserve le manuel juridique ; le verso est de nature fiscale.

20   Cf. le commentaire de Sandra Lippert, op. cit., p. 45-47.

21   Sur ce petit mammifère, Françoise Dunand et Roger Lichtenberg avec la collaboration d’Alain Charron, Des animaux et des hommes. Une symbiose égyptienne, p. 72-73.

22   La discussion porte en particulier sur l’éventuelle identification de ces jeunes bovins avec les Apiskindern : Sandra Lippert, op. cit., p. 46.

23   Pour la liste des animaux sacralisés, cf. supra (introduction de l’article).

24 Cf. John J. Bauschatz, «Ptolemaic Prisons Reconsidered», The Classical Bulletin 83/1 (2007), p. 3-47 ; Arnaldo Marcone, « La privation de liberté dans l’Egypte gréco-romaine » Carcer. Prison et privation de liberté dans l’Antiquité classique (Strasbourg, 5-6 décembre 1997), C. Bertrand-Dagenbach, A. Chauvot, M. Matter et J.-M. Salamito éd., Strasbourg, Paris, de Boccard, 1999, p. 89-98 ; Raphael Taubenschlag « L'emprisonnement dans le droit gréco-égyptien »,  Opera Minora, II, Varsovie, 1959, p. 713-719.

25 Sur l’organisation de la justice des Lagides, cf. Joseph Mélèze Modrzejewski, Loi et coutume dans l’Égypte grecque et romaine, Varsovie, Warsaw University, 2014, p. 198-212.

26 SB XXII 15546, lignes 16-17 : [ὃ]πως μηθὲν ὑστέρημα γίνηται τῶν τῶι ῾Ερμῆ[ι ἱερῶν ζώιων.Cf. Heiki Koskenniemi, « Neue Texte zum Ibiskult aus dem 2. Jh. V. Chr. », Proceedings of the 20 th International Congress of Papyrologists (Copenhague, 23-29 août 1992), Copenhague, 1994, p. 245-257.

27   Cf . Strabon, Géographie XVII, 1, 40. Henri Henne, « PSI 901 et la police de la pêche dans l’Égypte gréco- romaine dans ses rapports avec la religion », Aegyptus 31 (1951), p. 184-191 ; Jacques Dumont, Halieutika. Recherches sur la pêche dans l’Antiquité grecque, dactyl., thèse Université Paris IV, 1981, p. 962. Voir aussi l’article de Sydney Aufrère, dans le présent volume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Legras, « La répression des violences envers les animaux sacrés dans l’Égypte ptolémaïque », Droit et cultures, 71 | 2016, 43-50.

Référence électronique

Bernard Legras, « La répression des violences envers les animaux sacrés dans l’Égypte ptolémaïque », Droit et cultures [En ligne], 71 | 2016-1, mis en ligne le 11 avril 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3711

Haut de page

Auteur

Bernard Legras

Bernard Legras est professeur d’histoire grecque à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et membre de l’UMR 8210 ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques). Ses travaux portent sur le droit grec et hellénistique, la papyrologie grecque, la paideia grecque, et les transferts culturels dans le monde hellénistique. Outre cinq directions d’ouvrages, une soixantaine d’articles, il a publié six monographies : Éducation et culture dans le monde grec (VIIIe siècle av. J.-C.-IVe siècle ap. J.-C.), Paris, Armand Colin, collection « Cursus », 2002 ;Néotês. Recherches sur les jeunes Grecs dans l’Égypte ptolémaïque et romaine, Genève, Droz, collection « Hautes Études du Monde gréco-romain », EPHE, IVe Section, 1999 ;Lire en Égypte d’Alexandre à l’Islam, Paris, Picard, collection « Antiqua », 2002 ; L’Égypte grecque et romaine, Paris, Armand Colin, collection « U », 2004 ; Hommes et femmes dans l’Égypte grecque et romaine : Droit, histoire et anthropologie. Collection « U Histoire », Armand Colin, 2010 ; Les reclus grecs du Sarapieion de Memphis. Une enquête sur l’hellénisme égyptien, Leuven-Paris-Walpole (Ma), Studia hellenistica 49, Peeters, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org