Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le Séminaire Ardéchois de Droit Égyptien Ancien (SADEA, association Loi du 1er juillet 1901) s’est réuni en juin 2015 pour la septième année consécutive dans les locaux aimablement prêtés par la Mairie de Lanas (07200).

2Créé en 2009 pour répondre aux besoins d’étudiants avancés (Master et Doctorat), principalement en égyptologie et en papyrologie, il a donné lieu à un enseignement du droit égyptien ancien par Bernadette Menu et à la présentation de communications par les participants sur un thème choisi à la fin de chaque session pour la suivante.

3Il s’est avéré au bout de quatre années consacrées à des connaissances de base sur le droit égyptien ancien que les besoins des étudiants, encadrés par Bernard Legras en ce qui concerne les papyrologues parisiens et par Bernard Mathieu pour les égyptologues montpelliérains, se situaient davantage dans les domaines de la justice, des tribunaux et des procès que dans celui du droit pur et du droit économique (terres, travail, commerce) qui, au demeurant, nécessitent en amont beaucoup plus de connaissances et d’expérience. C’est alors que la nécessité d’ouvrir notre champ de recherche à des disciplines très voisines s’est imposée afin de conférer à nos travaux une dimension comparative. La participation de Françoise Smyth, spécialiste du monde biblique et de son histoire, et celle d’Anne-Caroline Rendu-Loisel, assyriologue, ont été particulièrement enrichissantes et nous ont permis d’élargir ensemble le cadre de nos recherches qui ont pris en juin 2015 une orientation résolument anthropologique.

4Le présent numéro de Droit et Cultures réunit neuf contributions ayant pour origine des exposés présentés au cours des trois dernières sessions, intitulées successivement :

5Le juste et le sacré : les territoires de la faute (23-27 juin 2013) – Responsabilité et culpabilité (22-25 juin 2014) – Tabous et interdits (28 juin-1er juillet 2015), en Égypte ancienne, en Mésopotamie et dans la Bible.

6Le juste et le sacré sont étroitement mêlés aussi bien au Proche-Orient ancien et en Mésopotamie qu’en Égypte ancienne dans l’appréhension de la notion de faute mais la part de l’un et de l’autre est variable selon les grandes régions géographiques, selon les époques et selon les domaines où ils se placent, que ce soit la religion, l’idéologie, les mythes et les coutumes ancestrales, la législation ou la justice.

7Les articles contenus dans le présent volume se suivent selon l’ordre alphabétique des patronymes des auteurs. Les lecteurs trouveront ci-après un aperçu de leur contenu.

8Auparavant, à titre d’hommage personnel et pour la remercier au nom du SADEA, je tiens cependant à insister sur la contribution très importante de Françoise Smyth qui nous a fait l’honneur de participer à ce volume, tant son article est primordial en retraçant d’une manière aussi lumineuse, savante, dense et synthétique les grands traits des principales étapes historiques et juridiques qui ont marqué l’Antiquité de ce Proche-Orient dont l’apport, aussi bien dans le domaine du droit que dans celui de l’histoire qui a précédé puis présidé à l’élaboration des textes bibliques, a fortement marqué la civilisation occidentale. Une lecture intégrale très attentive de l’article de Françoise Smyth est indispensable tant il est difficile de rendre compte de son extrême richesse, aussi bien au niveau des connaissances exceptionnelles de l’auteur qu’à celui de ses analyses fines et perspicaces que seule une fréquentation longue et approfondie des textes produits dans les langues anciennes du Proche-Orient qu’elle connaît toutes, confère à sa contribution un caractère exceptionnel. Le juste et le sacré s’y juxtaposent ou s’y mélangent dans cette longue histoire, trois fois millénaire, qui imprime à la notion de faute des conceptions et des nuances aussi subtiles que multiples et, en fin de compte, décisives pour notre propre histoire.  

9Sydney Aufrère nous guide quant à lui avec une grande clarté dans le « véritable maquis » des interdits religieux des districts de l’Égypte ancienne tels qu’ils nous sont conservés dans les encyclopédies sacerdotales de basse époque et qui sont en assez faible proportion (seulement deux ou trois interdits par nome) par rapport à ceux qui sont énumérés dans les listes complètes, telle celle contenue dans le Papyrus Jumilhac. Les interdits concernent principalement des états et comportements aussi bien que des maladies ou des animaux (mammifères, oiseaux, poissons, sauriens et serpents), en tout cas « des actes dont le caractère déplacé entrerait en interaction négative avec la vie des dieux locaux ». Ils sont en effet étroitement liés à une histoire mythique des nomes qui remonte selon toute vraisemblance aux origines de l’Égypte et ont conféré à chacun son identité et sa personnalité particulières. Certains interdits peuvent toutefois avoir reflété aussi des préoccupations économiques par rapport à telle ou telle production.

10Bernard Legras apporte un éclairage sur la répression des violences envers les animaux sacrés dans l’Égypte ptolémaïque, en interrogeant les sources gréco-latines, le manuel démotique de Berlin et les travaux scientifiques sur les momies d’animaux. Si l’assassinat d’un animal sacré unique, hypostase divine, est à coup sûr passible de la peine capitale, rien ne prouve en revanche que les meurtres ou violences dont font l’objet les animaux sacralisés « multiples » (e. g. chats, ibis, faucons, etc.), élevés pour être momifiés et offerts à la divinité par les fidèles, fassent l’objet d’une répression judiciaire.

11Bénédicte Lhoyer nous emmène sur les traces archéologiques des pillages qui furent perpétrés dans les tombeaux égyptiens dès la plus haute antiquité. La « nécessité d’un trousseau funéraire », constitué d’objets précieux en plus ou moins grand nombre selon la position du défunt, a suscité au cours des siècles et des millénaires l’appétit de voleurs peu scrupuleux utilisant des procédés d’effraction de plus en plus ingénieux déjouant les plans de plus en plus sophistiqués des architectes, surtout dans les tombes royales. La tombe de Toutânkhamon, bien que « visitée » et en partie spoliée dans l’Antiquité, fait figure d’exception. L’origine sociale des pilleurs nous est connue grâce aux grands procès de la fin de l’époque ramesside : il s’agit en l’occurrence d’individus liés au milieu des bâtisseurs de tombes.

12Bernard Mathieu aborde les mythes fondateurs de l’Égypte tels qu’ils sont conservés dans les Textes des Pyramides : le « mythe archaïque », présent dès la fondation de l’État, qui illustre le conflit d’Horus et de Seth, deux adversaires de statut équivalent qui revendiquent des parts égales, et le « mythe osirien », diffusé sous la Ve dynastie, « qui consacre quant à lui le triomphe d’Horus l’enfant, vengeur de son père Osiris, sur son adversaire séthien ». Le premier évoque la dualité originelle qui oppose la Basse- et la Haute-Égypte et il serait à la source de la pratique juridictionnelle et d’une bonne gestion administrative tandis que le second insiste sur le principe d’une royauté unique, transmissible à l’héritier légitime en ligne directe, promouvant ainsi la supériorité du droit sur la loi du plus fort. Le « mythe osirien » a pu servir de modèle dans les cas de rivalité pour le pouvoir unique, en justifiant la violence étatique.

13Bernadette Menu analyse la faute professionnelle comme un abandon de poste, soit par fuite ou éloignement, soit par manquement au devoir de solidarité. Seul le haut responsable ou le fonctionnaire de rang moyen est susceptible d’un examen judiciaire en cas de manquement professionnel. Le second sera renvoyé devant un organe juridictionnel (la djadjat) tandis que le premier comparaîtra devant les plus hautes instances : la cour royale dans le cas de Sinouhé et, dans ceux beaucoup plus dramatiques d’Ânkhnesnéféribrê (VIe s. av. J.-C.) et de Djéthotefânkh (IVe s. av. J.-C.), le tribunal divin présidé par Osiris. Dans les trois cas l’on observe au long des plaidoiries une théorie étonnamment moderne de la responsabilité et de la culpabilité, élaborée dans l’Histoire de Sinouhé dont le rôle doctrinal s’impose en la matière.

14Anne-Caroline Rendu-Loisel attire notre attention, en écho à la contribution de Françoise Smyth, sur une catégorie de sources étonnamment riche, celle des prières et des textes sapientiaux qui permettent d’appréhender, à côté des textes de lois, la notion de faute en Mésopotamie aux IIe et Ier millénaires av. J.-C. Justice humaine et justice divine se confondent, le juste et le sacré se mêlent. Vocabulaire et métaphores semblent traquer la faute dans les moindres recoins de la conscience et de l’activité humaines, depuis l’erreur jusqu’au crime, de la mauvaise pensée au fait de sorcellerie. Certains termes désignent à la fois la faute et le châtiment. Le fidèle évoque toutes les formes de transgression dans de longues listes afin d’attendrir le dieu. Le pessimisme toutefois est de mise puisque les bonnes actions ne garantissent pas une vie sans épreuves. Les devins tenteront alors d’identifier la faute et les exorcistes de détruire le mal.

15Frédéric Rouffet examine la question fort intéressante des liens entre magie et droit dans l’Égypte ancienne. Un acte médical est possible de la part du magicien mais la prononciation de la formule a une importance capitale du fait qu’elle convoque le mythe primordial de la guérison du dieu pour que celui-ci à son tour guérisse le patient. Le rituel magique va dès lors se dérouler devant le tribunal divin à la manière d’un véritable procès utilisant, pour plus d’efficacité, les termes techniques eux-mêmes de la procédure judiciaire : dépôt de la plainte par le patient et administration de la preuve du mal dont il est atteint ; interrogatoire des témoins par le collège divin ; convocation de l’accusé qui n’est autre qu’une personnification du mal (maladie ou venin) devant lequel le magicien est l’interprète, le défendant, de l’innocence du malade ; enfin, jugement ayant pour but le rétablissement de la maât par les dieux.

16Matthieu Vallet expose, en s’appuyant sur de nombreux documents, les grandes lignes du droit en vigueur, en ses manifestations civiles et pénales, en ses lois et ses procédures, dans la cité de Ptolémaïs, près de Thèbes en Haute-Égypte, la seconde ville hellénistique après Alexandrie, fondée par le pouvoir lagide. Les sources du droit y sont nombreuses : les règles de droit importées par les colons grecs, les traditions poliades comme celles des communautés égyptiennes autochtones s’y côtoient et la cité est active aussi bien dans le domaine de la législation que celui de la procédure pénale. Les lois de la cité et sa constitution lui furent attribuées lors de sa fondation par le roi Ptolémée Ier Sôtèr. Les magistrats s’impliquent dans les domaines de la résolution des conflits entre particuliers aussi bien que dans les relations entre justice civique et justice royale. Les prytanes, par leurs fonctions de principaux magistrats, ont la possibilité de poursuivre les individus qui enfreignent les lois de la cité ou sont coupables d’infractions contre le bon fonctionnement de ses organes institutionnels, sans passer par les tribunaux de la cité. Ils jouent le rôle d’experts dans le contrôle de la filiation civique. La cité demeure soumise au pouvoir royal. Pour ses affaires propres, la cité et ses instances sont souveraines. En revanche, dès que les intérêts de la couronne sont en jeu, seuls les agents royaux sont compétents.

17Nos remerciements s’adressent tout particulièrement à la Rédaction de la revue Droit et Cultures pour l’accueil chaleureux qu’elle a réservé à notre projet, ainsi qu’à l’Association Française Droit et Cultures pour l’aide financière qu’elle nous a souvent accordée au cours de ces sept dernières années et qui nous a permis jusqu’à présent de poursuivre nos rencontres d’année en année.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Menu, « Présentation », Droit et cultures, 71 | 2016, 9-13.

Référence électronique

Bernadette Menu, « Présentation », Droit et cultures [En ligne], 71 | 2016-1, mis en ligne le 11 avril 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3694

Haut de page

Auteur

Bernadette Menu

Bernadette Menu, directeur de Recherche honoraire au CNRS, égyptologue, docteur d’État en Histoire du Droit, Prix Louis Milliot (Faculté de Droit, Paris, 1967), Prix Maspero (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1984). Auteur de plus de deux cents livres et articles sur le droit égyptien ancien et sur l’histoire économique et sociale de l’Égypte ancienne. Ancien professeur d’égyptien hiéroglyphique, hiératique et démotique (Lille-3 puis ELCOA/ICP) et auteur d’une méthode d’apprentissage de l’égyptien hiéroglyphique, en 3 vol. Elle a présidé l’Association internationale pour l’Étude du Droit de l’Égypte ancienne pendant plus de vingt ans et organise chaque année depuis 2009 un séminaire de droit égyptien ancien à Lanas-07. Principaux ouvrages parmi les plus récents : Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, coll. « Droits et Cultures » 4, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Maât. L’ordre juste du monde, Paris, Michalon, 2005 (réimpr. 2010). En tant qu’éditeur ou directeur d’ouvrages collectifs : La fonction de juger. Égypte ancienne et Mésopotamie (Droit et Cultures 47), Paris, L’Harmattan, 2004 ; La dépendance rurale en Égypte ancienne et dans l’Antiquité proche-orientale, Le Caire, IFAO, 2004 ; L’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie, Le Caire, IFAO, 2010. Derniers articles parus : « Le rôle économique des dattes dans l’Égypte du Nouvel Empire » dans : Z. Csabai (ed.), Studies in Economic and Social History of the Ancient Near East in Memory of Péter Vargyas, Ancient Near Eastern and Mediterranean Studies 2, Budapest, 2014, p. 199-215 ; « Maât, ordre social et inégalités dans l’Égypte ancienne. De l’apport égyptien au concept gréco-romain de justice », Droit et Cultures 69, 2015/1, p. 51-73 ; « Aspects du symbolisme animal dans l’Égypte du IVe millénaire », dans : A. Massiera, B. Mathieu, F. Rouffet (éd.), Apprivoiser le sauvage/Taming the Wild (CENIM 11), Montpellier, 2015, p. 275-286.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org