Navigation – Plan du site
Dossier : Esclavage et capitalisme mondialisé

 « Le paradoxe occidental » : comment peut-on proclamer la liberté et pratiquer l’esclavage ?1

The Western Paradox: how to Proclaim Liberty and still Practise Slavery?
Gérard Fritz
p. 43-64

Résumés

Parmi les premiers Américains à rédiger des déclarations de droits affirmant le principe « naturel » de liberté, plus d’un étaient propriétaires d’esclaves. Ni eux ni leur entourage n’y virent un grand scandale. Si la contradiction ne fut pas perçue, on peut en trouver les raisons dans les philosophies sociale et politique de l’époque : un homme libre s’entendait comme un individu disposant d’une propriété. Les autres, confinés aux marges de la société devenaient une charge pour celle-ci ; il fallait simplement un pas de plus pour passer de «  l’encadrement des pauvres  » au maintien d’une certaine forme d’esclavage. Le mot choquait plus que la chose et c’est pourquoi si on condamna très vite la « traite », il fallut plus de temps pour abolir l’esclavage lui-même. Nul ne conteste ce grand pas dans les principes, mais il est effectué dans des systèmes sociaux qui n’ont pas rompu avec l’héritage idéologique de ce qu’on a appelé, à la suite de C. B. Macpherson, « l’individualisme possessif ». La structure sociale et économique se développant à partir des mêmes notions de base, on constate vite qu’après la célébration de l’abolition, d’autres situations sociales perdurèrent qui, à l’exception du mot, présentaient de nombreuses ressemblances avec l’esclavage ; au-delà de leurs particularités, toutes ces nouvelles manifestations du mal, qui prolifèrent et s’amplifient, sont regroupées sous l’appellation « d’esclavage moderne ». Le combat contre l’esclavage n’est donc pas une victoire du passé, mais toujours un combat de notre temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous empruntons, en en élargissant l’application, le mot « paradoxe » à Edmund S. Morgan, «Slavery (...)

De cette porte pour un voyage sans retour ils allaient, les yeux fixés sur l’infini de la souffrance

  • 2 Inscription sur le mur de la porte du Non-Retour dans la maison des esclaves de l’Ile de Gorée au (...)

Jo N’diaye2

  • 3 Nous citons ici, choisie parmi quelques autres, la traduction reproduite dans Bernard Cottret, La R (...)
  • 4 On doit se rappeler que Jefferson reprenait ce jour-là une formule de la Déclaration des Droits de (...)

1« Nous tenons pour totalement évidentes les vérités suivantes : tous les hommes sont créés égaux ; ils sont doués par le Créateur de certains droits inaliénables ; parmi ces droits se trouvent la vie, la liberté et la quête du bonheur.... »3. On a peine à réaliser que ce passage fameux de la Déclaration d’indépendance des États-Unis d’Amérique, adoptée le 4 juillet 1776 par le IIe Congrès continental, a été rédigé par un riche planteur de Virginie, propriétaire d’esclaves. C’est pourtant bien Thomas Jefferson qui tient la plume en cette occasion, un homme qui, toute sa vie, eut une attitude ambiguë sur l’esclavage et qui ne songea jamais de son vivant à affranchir ses propres esclaves. Or, il n’y a nulle singularité de l’homme puisqu’on peut en dire autant de George Washington, « Père de la Nation », ou de James Madison, « Père de la Constitution »4. Tous ces hommes, tous figures de proue de la révolution américaine, ont pu se réclamer de la liberté, la proclamer comme principe essentiel pour eux, et la dénier à d’autres. Est-ce là simplement l’éternelle discordance entre le discours et les actes ? Ou bien, face à cette attitude contradictoire, doit-on tenter de retrouver dans les profondeurs une logique inconsciente et cachée qui rétablirait une certaine cohérence ?

  • 5 On pense évidemment au principal de ces textes le Bill of Rights de 1689, mais il fut précédé de p (...)
  • 6 Ce n’est pas le lieu de traiter de ce mouvement d’idées et cela nous entraînerait loin de notre pr (...)
  • 7 On doit aussi y intégrer le Bill of Rights fédéral qui est formé par les dix premiers amendements (...)
  • 8 Cf. par exemple : Michel Verpeaux, Textes constitutionnels révolutionnaires français, « Que sais-j (...)

2Notre propos ici est d’examiner ce paradoxe. Il ne s’agit donc pas pour nous de reprendre une présentation de l’esclavage en général, qui a déjà fait l’objet de bien des études, mais de nous limiter à quelques aspects précis relevant justement de ce paradoxe. Pour l’essentiel, nous nous limiterons à trois pays, ceux qui ont les premiers connu des révolutions faites au nom de la liberté, ou du moins d’une certaine idée de la liberté. L’Angleterre fut le pays qui connut la première de ces révolutions entre 1642 et 1660 et fut le premier à adopter des déclarations des Droits visant à sauvegarder les libertés des Anglais contre les abus du pouvoir5. La révolution américaine poussa ce combat contre l’arbitraire royal jusqu’à la séparation d’avec la Couronne, et pour justifier son indépendance, invoqua des principes à portée universelle, à ses yeux donnés par le Droit naturel6. Entre les premiers coups de feu de 1773 et l’entrée en vigueur de la Constitution fédérale en 1789, furent adoptés plusieurs textes fondamentaux, tant dans chacun des États que pour les États-Unis7. Puis vient évidemment la révolution française et la Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen, adoptée par la Constituante le 26 août 1789, avec, dans son article premier la formule célèbre : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ... », puis plusieurs textes constitutionnels en 1791, 1793 et 1795. La déclaration de 1789 fut placée en tête de celle de 1791 alors que les deux autres incorporèrent leurs propres déclarations des droits8.

  • 9 Sur la multiplicité des formes d’esclavage et sur les particularités de celle qui nous intéresse i (...)

3Or, chacun de ces trois pays, dont les nouveaux principes semblaient incompatibles avec l’esclavage, ne l’ont aboli qu’avec un certain décalage. Depuis plusieurs siècles, leur expansion coloniale avait été liée à la traite des esclaves, et plus spécifiquement à ce qu’on appelle le commerce triangulaire ou la « traite atlantique », c’est-à-dire une forme particulière d’esclavage, même si ce fut l’une des plus féroces et des plus rémunératrices9. Certes, ils ne furent pas les seuls (Portugal, Espagne, Hollande, Danemark, etc, y prirent leur part), mais le paradoxe de leur attitude est encore plus troublant dans leur cas. Les États-Unis constituent même un cas particulièrement intéressant, puisque, en tant que colonies, ils furent d’abord un lieu de « débarquement », avant qu’ils ne se joignent à la traite ; qu’ils ont été les premiers à proclamer le principe de liberté avec une portée universelle et qu’ils seront les derniers à abolir l’esclavage en 1865, donc très avant dans le XIXe siècle et presque neuf décennies après leur proclamation d’indépendance.

4Face à cette contradiction flagrante, on propose souvent une explication simpliste : l’esclavage est une survivance des temps barbares et les sociétés les mieux disposées ont mis du temps à se libérer de cet héritage honteux. Mais est-elle convaincante ? Rien n’est moins sûr ! La chronologie ne la confirme pas et elle ne fait que renvoyer à une autre question : pourquoi fut-il si difficile de liquider un système décidément bien résistant ? N’est-ce pas qu’il était ancré dans la logique souterraine de ces sociétés ? Avec cette nouvelle hypothèse en tête, on risque de mieux cerner la vraie nature de cette contradiction : non plus incohérence passagère que le temps va guérir, mais symptôme d’une maladie fondamentale, d’un vice dans le fonctionnement profond du système. Peut-être que les idées généreuses ne sont pas le moteur d’une marche vers la lumière, mais le « mensonge » qui permet de ne pas tout voir ou le pansement qui permet de survivre en déséquilibre. On voit alors qu’il faut se poser les vraies questions : qu’est-ce qui a fait de l’esclavage une institution dont on ne pouvait que difficilement se passer et dans quelle mesure son abolition a-t-elle changé les choses ?

5Ces deux questions ne sont pas vraiment séparables (elles mettent le doigt sur le même trouble profond), mais, toutefois, la première concerne le déploiement de l’esclavage, sa mise en place, et l’autre amène à s’interroger sur le mouvement d’idées en faveur de son abolition, donc sur sa mise en cause.

La mise en place de l’esclavage

6Le mouvement d’expansion européenne qui commence à la fin du XVe siècle avec la « découverte » de nouveaux mondes, va s’accompagner très rapidement d’un recours à l’esclavage, plus précisément à une nouvelle version de l’esclavage. Il s’agit en effet d’une pratique qui va se répandre très rapidement dans les régions colonisées et qui surtout se voit attribuer des fonctions économiques intégrées au nouveau mode de domination et d’exploitation du monde. Certes, chacune des puissances coloniales aura sa propre institutionnalisation, ce qui marquera des particularités dans le déploiement du système, mais la logique profonde de son fonctionnement sera homogène par-delà des rivalités.

Le déploiement du système

7Il y a lieu de distinguer deux aspects dans cette exploitation coloniale : il y a la traite, le commerce des esclaves par voie maritime, d’une part ; et il y a le mode de production esclavagiste, notamment dans les plantations, de l’autre. Bien sûr, les deux sont liés dans le cadre de la période considérée, mais ils constituent des mécanismes qui s’emboitent ici, alors qu’ils sont « séparables » dans l’analyse. S’il est difficile d’imaginer une traite sans un système de production esclavagiste, ce dernier peut exister sans l’autre. Surtout la première relève d’une logique marchande développée sur de très grands espaces, le second des mécanismes fondés sur l’idée de la recherche d’une extraction maximale de profit dans une unité de production d’implantation locale. Tous deux, en tout cas, sont liés à l’expansion coloniale européenne.

  • 10 C’est le point de vue exposé notamment par le Professeur Sémou Pathé Gueye dans son entretien avec (...)

8L’établissement de cette liaison amène à prendre une position intellectuelle sur la traite. On peut, en effet, et c’est la vision classique, la considérer comme une forme d’esclavage parmi d’autres, simplement distinguable par sa place dans le temps et dans l’espace et surtout par son ampleur. On peut aussi la voir comme un cas singulier caractérisé moins par des critères quantitatifs que qualitatifs : le rôle qu’elle a joué dans la structuration de nouvelles relations internationales10. C’est cette seconde approche qui nous paraît ici devoir être retenue. La traite est moins à nos yeux la poursuite d’une pratique ancienne, que la préparation d’un monde différent à venir. Elle est, par sa nature même, l’un des éléments fondamentaux de l’équilibre mondial que nous connaissons depuis le XVIe siècle, avec la domination de quelques grandes puissances et l’exploitation des richesses des différents continents au profit de ces dernières. Pour comprendre les problèmes du monde contemporain, il est sans doute utile, même à grands traits, de retracer les étapes de cette traite.

  • 11 Cf. Marcel Dorigny, « Une approche globale du phénomène négrier », in Dorignyet Zins, op. cit., p. (...)
  • 12 Cf. Dorigny, ibidem, qui donne aussi les chiffres par pays pour l’ensemble de la période : 4,6 mil (...)
  • 13 Cf. Dorigny, op. cit., p. 17. Selon ses chiffres, la mortalité était de 30% au XVIe siècle, puis d (...)

9C’est presque dès le départ que la « découverte » de l’Amérique s’accompagna d’un recours à l’esclavage et, comme il apparut vite que les indigènes américains ne pouvaient suffire après les exterminations et qu’il fallait trouver une autre source de force de travail face aux réserves morales de l’Église, on se tourna rapidement vers l’Afrique. L’Espagne et le Portugal d’abord, puis l’Angleterre, la France, les Pays-Bas et le Danemark ensuite, se lancèrent dans ce qu’on appelle le « commerce triangulaire » : partir d’Europe avec une cargaison de biens susceptibles d’intéresser les Africains et les échanger contre des esclaves ; transporter ceux-ci à travers l’Atlantique jusqu’en Amérique du Nord (ou du Sud dans le cas du Brésil) ; les vendre dans le Nouveau Monde et ramener en Europe les productions des mines ou des plantations, donc des produits dus au travail des esclaves et que l’argent de la vente des esclaves permettait d’acheter. Au total, c’est sur près de quatre siècles que ce trafic se poursuivit : de la fin du XVe siècle au deux tiers du XIXe siècle (si l’on prend la date de la dernière abolition). Son intensité fut variable : assez basse aux XVIe et XVIIe siècles, très forte au XVIIIe siècle (tous les chercheurs s’accordent sur ce point) et encore forte au XIXe siècle11. Malgré des discussions persistantes sur les chiffres, les chercheurs tendent aujourd’hui à fixer le nombre d’esclaves transportés à travers l’Atlantique entre 12 et 13 millions (certains citent le chiffre de 15). En tout cas, le décompte documenté est au-delà des 11 millions, dont 90% entre 1740 et 1850 avec une apogée entre 1780 et 182012, c’est-à-dire au moment où « triomphe » l’idée de liberté dans la pensée européenne et américaine ! Jamais aucun trafic d’esclaves n’avait approché une telle ampleur. Comme on le sait, les conditions à bord des bateaux étaient détestables et les pertes élevées13.

  • 14 Pour une vision globale des formes esclavagistes, cf. Orlando Patterson, Slavery and Social Death. (...)
  • 15 Sur ce point, Cf.l’Atlas des esclavages, p. 34 et s.

10Une fois « débarqués », les esclaves se retrouvaient donc dans les mines ou les plantations. Rien à voir ici avec les esclaves domestiques traditionnels ; seul, par la dimension et l’organisation, le cas de Rome peut préfigurer le système14 d’exploitation de la canne à sucre, du tabac, du coton ou du café selon les endroits, lequel s’effectuait en effet en Amérique dans le cadre de plantations. Les maîtres y disposaient de tous les pouvoirs, y compris celui de punition, sur des esclaves qui se trouvaient donc livrés à l’arbitraire15. La production de ces plantations donnaient les marchandises pour le troisième côté de ce commerce triangulaire particulièrement fructueux. L’organisation du travail distinguait parmi cette population servile, hétérogène par ses origines et donc manquant de cohésion, les « esclaves de pioche » affectés aux travaux les plus simples mais souvent les plus durs, les « esclaves à talents » pour les activités demandant un savoir-faire et les « domestiques » chargés de satisfaire aux besoins de la maison des maîtres.

  • 16 Sur ce point, on pourra lire dans Edward Countryman, How Did American Slavery Begin? (déjà cité) de (...)

11Le cas des colonies anglaises d’Amérique du Nord (les futurs États-Unis) était plus complexe : il y avait des plantations dans le sud, mais aussi des esclaves dans les petites unités de l’agriculture ou de l’artisanat. Malgré l’attitude générale des colons anglais considérant dès le départ les Africains comme inférieurs, le statut d’esclave mit du temps à s’élaborer dans beaucoup de colonies, notamment en Virginie16. On retrouve, sur ce terrain particulier, l’idée que l’on est face à une « mise en place » de l’esclavage, plutôt que d’un maintien, ce qui semble induire l’idée d’une fonction nouvelle. Il est vrai que nous sommes là dans le cadre de sociétés différentes, car il s’agit non pas de colonies d’exploitation, mais de colonies de peuplement ; même si c’est plus vrai du Nord que du Sud, la culture politique sera globalement marquée par les origines puritaines (ou, en tout cas, presque toujours ancrée dans une dissidence religieuse) des populations « blanches » émigrées de Grande-Bretagne. Là également, il est à noter que l’esclavage connaîtra une accélération au XVIIIe siècle, au moment même où s’élaborent les idées politiques qui amèneront la révolution américaine. Ce n’est qu’à la fin du XVIIe siècle et dans le début du XVIIIe, que les décisions de justice ont donné dans chaque colonie un véritable statut juridique à l’esclavage, à la différence de ce qui se passa dans les colonies de plantations dépendant d’une traite organisée par les royaumes d’Europe, même si, là aussi, l’esclavage fut pratiqué avant de recevoir une réglementation juridique.

  • 17 On trouvera ce texte dans l’Atlas des esclavages (p. 76), mais il faut surtout se reporter, pour u (...)
  • 18 Claude Meillassoux parle de « désocialisation » (notamment p. 100 et s.) et Orlando Patterson de « (...)

12En France, c’est le Code Noir édicté par Louis XIV en mars 1685 qui reste le plus célèbre de ces textes (il y aura aussi un Code noir espagnol en 1784) ; il fixe la condition des esclaves dans les colonies françaises, puisque l’esclavage était interdit dans le royaume17. Rien ne peut mieux donner une idée de l’inspiration générale du Code Noir de 1685 que le début de son article 44 : « Déclarons les esclaves être meubles... ». On ne peut plus clairement refuser la qualité d’homme que par ce ravalement à la condition d’animal ou de chose, et par la dépendance totale à la volonté arbitraire du maître possesseur et par l’arrachement total de son milieu humain18. La définition courante de l’esclave comme un homme (s’il l’est encore !) qui est la possession d’un autre homme, bute donc toujours sur l’absence d’explication de cette acquisition de propriété : comment posséder un homme, sinon parce que, avant l’appropriation, il n’était déjà plus considéré comme un homme, au moins au plein sens du terme. L’esclavage renvoie toujours à une infériorité impliquée par sa réalisation elle-même. Derrière l’esclavage, il y a donc toujours une forme de racisme, condition profonde de son institutionnalisation, et conséquence « proliférante » de son développement.  

  • 19 Pour sonder l’infini d’absurdité dans cette recherche de « bonnes raisons » pour « justifier » cett (...)

13Cela est particulièrement vrai de l’esclavage « colonial » et marque une différence avec certaines formes d’esclavage traditionnel, où il n’y a pas appropriation de la personne (et donc pas forcément déni de toute forme d’humanité) mais un certain droit à bénéficier (et parfois pour un certain temps) de services rendus. Là nous avons l’idée d’une infériorité fondamentale liée à la couleur de la peau. Depuis les invocations bibliques, citant le verset : « Maudit soit Canaan ! Qu’il soit pour ses frères le dernier des esclaves ! », jusqu’à l’invocation de caractères physiques héréditaires, prétendument établis par une « science » (donc un racisme au sens précis), on a connu de nombreuses élucubrations toutes plus folles les unes que les autres, pour fonder cette infériorité19. Mais « qui veut noyer son chien, l’accuse de la rage », et il est clair qu’il ne faut pas renverser les liens de causalité et que c’est l’esclavage qui « appelle » l’infériorité et non l’inverse ; quelle est alors la raison sous-jacente, quelle est la logique qui conduit à l’esclavage ?

Le fonctionnement du système

  • 20 Cf. entretien cité, dans Les traites négrières coloniales, p. 250.

14Pour prendre une vision pertinente de cette forme particulière d’esclavage, il importe de le mettre en perspective historique. Dans l’entretien qu’il a accordé à l’occasion du Colloque de Gorée de 2007 sur la traite négrière transatlantique, le Professeur Sémou Pathé Guèye établit le lien avec ce qui est à venir : « Le développement de la traite négrière transatlantique est intimement lié à celui du capitalisme. Sur ce point, il est vraiment utile de relire Karl Marx. Celui-ci analyse le rôle de la traite esclavagiste dans le processus d’accumulation du capital. Pour revenir à la philosophie, il montre comment le capitalisme constitue un système d’exploitation d’essence inhumaine »20. Sont ainsi dégagés deux thèmes pour une réflexion sur les effets de l’esclavage : il a joué un rôle dans le démarrage de l’économie capitaliste et il a sans doute aussi induit une accoutumance à la misère des autres, une habitude du recours à la contrainte et donc un apprentissage de la barbarie par ceux qui se prétendent civilisés, qui entraine à son tour chez eux un engourdissement de la sensibilité, lequel permet d’oublier (ou de nier) les mauvais traitements qu’on inflige à des êtres humains.

  • 21 Cf. Basil Davidson, Mère Afrique, Paris, PUF, 1965, et particulièrement ses 2e et 3e parties. Cf. (...)
  • 22 Cf. par exemple, Samir Amin, L’accumulation à l’échelle mondiale, Paris, Anthropos, 1970, ou André (...)
  • 23 Cf. Atlas des esclavages, p. 25 : « les profits de la traite : les recherches récentes montrent qu (...)

15Le premier point a été très discuté, dans son ampleur, voire dans sa réalité. Des économistes « classiques » ont nié tout rôle de la traite dans le décollage du capitalisme ; mais c’est peut-être qu’ils partent de leur schéma habituel, celui du fonctionnement interne du système, alors qu’il n’est peut-être pas applicable à ce qui, de l’extérieur, a pu le conditionner. Il y a lieu de prendre en compte le jeu complexe d’une formation sociale comportant une certaine hétérogénéité et non pas l’épure abstraite d’un mode de production. Si l’on prend en considération tous les éléments en présence, le raisonnement doit délaisser un déterminisme rigoureux pour englober les jeux complexes entre tous les facteurs, et accepter une part d’aléa due à des effets de rencontres objectives et d’emballements imprévisibles. Le capitalisme n’a pas à sortir logiquement de l’esclavage ; ce qui n’exclut pas que le second ait permis l’apparition du premier. Plus précisément, le capitalisme résulte de la combinaison objective de plusieurs facteurs dont l’un est l’accumulation de capital due à l’esclavage, qui amorça la pompe, rendant ensuite possible son mouvement autonome vers l’accumulation de richesses par l’exploitation du travail salarié. En tout cas, il y a là de bien troublantes coïncidences. On peut douter que ce soit un pur hasard que les grands ports négriers d’Angleterre, et d’abord Liverpool qui devint rapidement le premier d’entre eux, aient été aux portes des régions de départ de la révolution industrielle autour de Manchester. Sur ce point, la démonstration menée par Basil Davidson a de quoi ébranler21. Ce processus d’accumulation se prolongera d’ailleurs, sous des formes diverses, dans le processus de développement du capitalisme22, ce qui rend plus vraisemblable son rôle décisif dans le déclenchement initial. Surtout, il est important de bien voir qu’il faut considérer le processus dans sa globalité : les trois côtés du triangle de la traite doivent être pris en compte, sans laisser de côté leurs effets induits. Les produits dits de « pacotille » vendus, ou le plus souvent « troqués » en Afrique suscitaient la production en Europe ; le transport des esclaves (qui mettaient en activité les chantiers navals), même s’il avait ses risques, permettait, après une transformation industrielle, de revendre cette« marchandise » avec d’importants bénéfices ; enfin le voyage de retour ramenait en Europe des biens précieux dont l’esclavage rendait les coûts de production très bas. Certes, les investissements présentaient des risques, mais en cas de succès, les bénéfices étaient très élevés ; certains les estiment jusqu’à 150%23 Qu’il y ait eu là un jeu spéculatif pas toujours rationnel n’a rien pour surprendre dans le cas de l’économie capitaliste et certainement pas dans le cas de l’esclavage.

  • 24 Entretien cité, p. 248.
  • 25 Cf. Jean Brunati, De l’Esclavage des Noirs à celui des camps nazis, Paris, L’Harmattan, 2008.

16Quant à l’héritage mental de cette noire période, il sort de cette vérité très simple : si l’esclavage humilie l’esclave, il avilit le maître. Comment peut-on rester un homme lorsqu’on prive un autre homme de son humanité. Le caractère humain est forcément invalidé aux deux bouts de la relation. Là aussi, on peut citer Sémou Pathé Guèye : « De ce point de vue, les bourreaux furent aussi les victimes du commerce infâme qu’ils instaurèrent entre l’Europe, l’Afrique et les Amériques. En piétinant l’humain dans l’esclave, ils niaient par là même leur dignité spécifique (...). Dans la même veine, ne peut-on pas se dire que la brutalité des conflits intra-européens des XIXe et XXe siècles a quelque chose à voir avec la violence extrême avec laquelle ces mêmes Européens ont traité les corps des habitants de l’Afrique dans les siècles précédents, après s’être fait la main, si j’ose dire, avec les Indiens d’Amérique après la découverte de cette dernière par Christophe Colomb ! »24. Combien de pratiques ou d’institutions de notre « meilleur des mondes » – ou de notre « cauchemar climatisé » – semblent sortir du magasin des horreurs hérité de cette histoire de la traite. On pourrait en esquisser un inventaire, mais, pour aller tout de suite au bout de la liste, on peut rappeler qu’on a pu établir un parallèle avec les « camps de travail » du IIIe Reich25. Mais peut-être la pire maladie des « Européens » due à la contagion de l’esclavage, c’est leur indécrottable sentiment de supériorité, ce qui, en l’espèce, constitue un affligeant paradoxe.

  • 26 Cf. John Locke, Two Treatises of Government, Everyman’s Library, London, Dent and Sons, 1986, p. 1 (...)
  • 27 Nous retrouvons là notre paradoxe et l’article qui nous a inspiré le choix de notre titre, Cf. Edm (...)
  • 28 Ibidem, p. 127.
  • 29 Edmund S. Morgan dit clairement (ibidem, p. 124) : «It was an axiom of current political thought t (...)

17Comment s’étonner alors que les hommes du XVIIIe siècle aient pu, en même temps, proclamer la liberté et pratiquer l’esclavage ? Peut-être ne voyaient-ils pas la contradiction, parce qu’ils avaient une définition particulière de la liberté, imprégnée par les idées de l’époque : affirmation des droits de l’individu et de la propriété individuelle en particulier. Même si l’on retrouve aussi le problème sous la Révolution française, c’est la Révolution américaine – son « ainée » de quelques années – qui est la plus révélatrice sur ce plan. La pensée de John Locke, élaborée au moment de la révolution anglaise de 1688-89, a été une source d’inspiration pour les insurgents américains. Or, pour Locke, le droit de propriété est un attribut de l’individu et le but du pacte social, qui fait passer à l’état politique, est de préserver ces individus et leurs propriétés ; on est bien en présence d’un « individualisme possessif »26. La liberté repose donc sur la propriété et ceux qui n’en possèdent aucune se retrouvent aux marges de la société : on sait le danger que les pauvres de Grande-Bretagne (poors) représentaient pour l’ordre social des possédants et comment une partie d’entre eux se retrouva bannie dans les colonies américaines. Il n’est donc pas surprenant qu’on retrouve le problème parmi les « Américains » et notamment chez les pères fondateurs. Ainsi, Jefferson pensait que la liberté supposait des moyens matériels et que ceux qui ne les avaient pas étaient une menace pour les hommes libres possédants27– d’où son obsession concernant les gens endettés, dépendant d’autres et donc pas libres, et aussi sa position « conciliatrice » sur l’esclavage : mieux valait peut-être des esclaves que des hommes libres sans le sou. C’est « logiquement » qu’il estimait que les esclaves affranchis ne devaient pas rester sur le sol américain28. Pour les révolutionnaires républicains – à l’exception des radicaux – la république était une association d’hommes libres et possédants29. Affranchir les esclaves, c’était fragiliser la république en augmentant le nombre des non possédants ; pourquoi donc ne pas s’accommoder de l’esclavage qui après tout, était une forme de propriété ? La logique sous-jacente d’une telle conception du fait social est à la fois très claire et très cruelle. Si la société est formée entre les seuls hommes qui ont une propriété, ceux qui n’en ont pas restent dehors et rôdent, menaçants à ses portes. Le seul moyen de les incorporer dans le système est d’en faire une propriété. La société y gagne en sécurité et de « bonnes âmes » n’ont pas hésité à ajouter : les esclaves aussi ! Il semble bien que la conception individualiste de la propriété soit le nœud du problème ; elle incite à ne pas voir la contradiction entre la liberté et l’esclavage ; elle est la raison d’être de notre paradoxe.

18Dans un tel climat social, il se trouva pourtant des hommes pour se battre contre l’esclavage, pour demander son abolition.

La mise en cause de l’esclavage

19L’esclavage trouva toujours des opposants déterminés ; mais les critiques restèrent longtemps sans effets. Les idées nouvelles donnèrent de nouveaux arguments, ce qui explique que la pression s’accrut à la fin du XVIIIe siècle, mais ce n’est qu’au cours du XIXe que l’esclavage fut progressivement aboli. Malgré l’importance du nouvel esprit philosophique, il ne semble pas qu’il ait eu une influence directe. Il n’est évidemment pas question de suspecter la sincérité des abolitionnistes – depuis le XVIe siècle, ils menèrent avec courage un combat difficile – mais les choses sont plus complexes et il reste des questions à examiner. Pourquoi, malgré leurs échecs antérieurs, virent-ils, à un moment donné, leur cause aboutir ? Ce qui laisse entendre qu’il y a donc une interrogation supplémentaire à lire entre les lignes : pourquoi les esclavagistes, qui avaient résisté jusque-là, durent-ils soudain céder ? Et puis, il faut aussi se demander s’ils n’ont pas fléchi pour la seule raison qu’ils estimaient avoir alors la possibilité de le faire sans tout perdre, ayant trouvé d’autres moyens de sauvegarder leurs intérêts. Sur le plan institutionnel et « moral », il avait bien été mis fin à l’esclavage – et ce n’est certes pas négligeable – mais cette abolition bouleversait-elle tout dans l’ordre social ? D’autres moyens de domination sociale n’allaient-ils pas succéder à l’esclavage : l’abolition était-elle une mort ou une métamorphose ?

Les processus d’abolition

20Si le mouvement des idées fut largement partagé, les mécanismes qui aboutirent à la suppression juridique de l’esclavage furent marqués dans chaque pays par le contexte social et politique, parfois aussi par le contexte général des relations internationales. Il fallut parfois bien du temps avant de pouvoir faire adopter les textes consacrant l’abolition ; de fait ceux-ci s’échelonnèrent entre 1777 et 1865. D’une manière révélatrice, souvent on traita différemment du sort de la traite et de celui de l’esclavage, et ce fut le cas dans les trois pays qui nous concernent principalement ici.

  • 30 Cf. sur ce point la très intéressante contribution de James Walvin, « Abolir la traite », dans Les (...)
  • 31 La question est évoquée par James Walvin, op. cit., p. 174 à 177.

21En Grande-Bretagne, les campagnes abolitionnistes étaient déjà en cours au moment de la Révolution américaine, mais celle-ci se fit au nom de principes qui, par contagion, ne pouvaient qu’accélérer le mouvement. C’est dans le milieu des Quakers que les premières campagnes furent menées30, et l’on sait que certains des animateurs de la Révolution américaine, à commencer par Benjamin Franklin, furent influencés par la « Société des Amis ». [Il n’est donc pas surprenant que la Pennsylvanie ait aboli l’esclavage dès 1780, devancée toutefois par le Vermont et New York]. À Londres, les principaux abolitionnistes furent Granville Sharpe, un avocat qui obtint plusieurs décisions de justice importantes, Thomas Clarkson, qui mena des campagnes dans l’opinion, et William Wilberforce, un député dont l’action finit par faire basculer le Parlement, malgré l’hésitation et les atermoiements provoqués par la révolte des esclaves à Saint Domingue. Finalement, une loi votée en 1807 déclara illégale toute forme de traite ; que cela ait été facilité par l’état de guerre avec la France est probable ; quant aux liens avec les transformations économiques du pays, ils sont encore l’objet de vifs débats31. Il est à noter que seule la traite était visée par ce texte ; ce n’est que progressivement que l’esclavage devait être supprimé dans les différentes colonies, ce qui ne fut achevé que dans la décennie 1830 (la loi la plus générale fut adoptée en 1833). Sans doute à cause de sa toute nouvelle prépondérance économique et de sa domination maritime, la Grande-Bretagne, qui avait été la plus importante puissance « négrière », devint désormais l’ennemi de la traite, donnant la chasse sur mer aux vaisseaux négriers des autres puissances.

  • 32 Condorcet est sans doute le cas le plus intéressant. Cf. Condorcet, Réflexions sur l’esclavage des (...)

22En France, malgré les interventions de Condorcet32, de Mirabeau et de l’Abbé Grégoire, les révolutionnaires ne tirèrent guère de conclusions, pourtant a priori logiquement déductibles de leurs principes, en ce qui concerne l’esclavage et la traite. Dans les semaines qui suivent l’adoption de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, ceux-là même qui viennent de la voter mettent en place un système électoral indirect et censitaire révélant ainsi que les conséquences de l’affirmation de la liberté et de l’égalité ne sont pas pleinement tirées dans le Royaume ; il est encore plus facile de les ignorer dans les colonies. Il faudra attendre septembre 1791 pour qu’une loi soit votée sur ce sujet, une loi qui, abolissant l’esclavage dans leroyaume, le laissait tacitement en vigueur dans les colonies. Ce même mois, parallèlement, commençait la révolte de Saint Domingue, avec à sa tête des hommes comme Toussaint Louverture. La Révolution française avait manqué aux espérances qu’elle avait suscitées ; son attitude sur le suffrage avait révélé qu’elle était contrôlée par les possédants, sensibles à toute remise en cause du droit de propriété et à la menace sociale que pouvaient représenter des hommes libres et dépourvus de toute propriété.

  • 33 Sur tous ces points, cf. René Benelus, « La Guadeloupe et la Guyane entre abolition et rétablissem (...)
  • 34 Victor Schœlcher, Esclavage et colonisation (introduction par Aimé Césaire, Préface de Jean-Michel (...)

23Il revint à la Convention, après l’abolition de la Royauté, de prendre le décret du 16 pluviôse An II ou 4 février 1794, dont la portée reste plus symbolique aujourd’hui qu’elle ne fut, à l’époque, réelle. Là aussi, comme en 1791, la décision fut quelque peu bousculée par les événements, car dès le 29 août 1793, l’abolition avait été proclamée à nouveau par Félicité Sonthonax à Saint Domingue. Le texte ne fut pas vraiment appliqué, et il ne concerna en fait que la Guadeloupe et la Guyane, car Saint Domingue avait proclamé son indépendance et la Martinique était occupée par les Anglais33. Le retour à l’ordre, sous le Consulat, s’accompagne d’un retour en arrière dans les colonies : la loi du X Floréal An X, ou 20 mai 1802, annule le décret d’abolition et remet donc ainsi l’esclavage en vigueur. La remise en ordre de l’Europe par le Congrès de Vienne de 1815 s’accompagna de la décision des grandes puissances d’interdire désormais la traite, mais non pas l’esclavage. La France de la Restauration put donc garder ses esclaves dans les colonies et il fallut attendre la révolution de 1848 pour que soit enfin aboli, à titre définitif, l’esclavage. C’est au Gouvernement provisoire que l’on doit cette purification, tant attendue, de notre législation : ce fut l’œuvre de deux décrets, le premier (dit « préparatoire ») du 4 mars 1848, ouvrit la voie au Décret d’abolition du 27 avril 1848 défendu par le sous-secrétaire d’État Victor Schœlcher avec détermination34. Le texte du 27 avril prévoyait l’indemnisation des colons (art. 5), ce qui devait poser quelques problèmes par la suite, mais ce qui montre aussi le souci de ne pas porter atteinte au droit de propriété. Il est toutefois très clair sur le principe : art. 1 : « L’esclavage sera entièrement aboli dans toutes les colonies et possessions françaises... » ; art. 8 : « A l’avenir, même en pays étranger, il est interdit à tout Français de posséder, d’acheter ou de vendre des esclaves... ».

  • 35 On trouvera ces dates dans la chronologie donnée par M. Sala-Molins dans le Code Noir, p. 16.
  • 36 Cf. The Nortwest Ordinance, July 13, 1787, in Morris, Basic Documents, op. cit., p. 43. Art. 6 (p. (...)

24Aux États-Unis, les abolitionnistes ont dû attendre encore plus longtemps : deux types de difficultés expliquent ce retard, le caractère fédéral de la Constitution et les caractéristiques d’ancienne colonie devenue indépendante qui leur donnaient une position particulière dans le système des relations économiques internationales. Au lendemain de la Déclaration d’indépendance, la plupart des États du Nord votèrent l’abolition de l’esclavage (le Vermont en 1777, New-York en 1779, la Pennsylvanie en 1780, le Massachusetts et le New-Hampshire en 1783, le Connecticut et le Rhode Island en 1784)35 et il fut interdit en 1787 dans le Territoire du Nord-Ouest36. Mais il est vrai que ces États avaient remplacé la Grande-Bretagne, après la rupture avec Londres, en matière de traite. En revanche les États du Sud tenaient à leur système esclavagiste. Dans ces conditions, l’élaboration de la nouvelle Constitution par la Convention de Philadelphie en 1787 ne pouvait aboutir qu’en évitant de s’étendre sur la question. Malgré la présence dans les rangs de la Convention d’hommes très critiques vis-à-vis de l’esclavage, comme Benjamin Franklin, Alexandre Hamilton ou George Mason, la Constitution aboutit, par son silence, à confirmer l’esclavage. Elle n’en parle jamais qu’en terme voilés, mais on le reconnaît derrière les formules alambiquées de trois dispositions. Il y a d’abord la clause des 3/5e qui, dans la répartition des sièges des représentants (et des taxes) entre les États proposent de prendre en compte le nombre des hommes libres « et des 3/5e de toutes les autres personnes ». En matière politique, on peut refuser tous droits aux esclaves, et quand c’est profitable, ne pas oublier de prendre en compte leur poids (avec un taux d’abattement néanmoins) (art. I, 1, 4). La Constitution fait aussi obligation de restituer les « esclaves fugitifs » à leur maître (art. IV, 2, 3) ; elle se refuse à employer le terme exact et parle de « personnes tenues à un service ou travail ». Enfin l’article Ier, 9 empêche le Congrès d’abolir la traite avant 1808 ; lui aussi est formulé allusivement et vise « l’immigration ou l’importation de telles personnes que l’un quelconque des États (...) jugera convenable d’admettre » (il est sans doute superflu de commenter cette formulation !). Disons tout de suite que le Congrès, sitôt libéré de cette interdiction, procédera en 1808 à l’abolition de la traite. Par la suite, la situation interne fut compliquée par l’admission de nouveaux États : l’idée générale fut de prolonger vers l’Ouest la ligne de séparation entre États « libres » et États esclavagistes (le compromis du Missouri de 1820 d’abord, puis d’autres textes suivirent).

  • 37 Dred Scott v. Sandford. 60US (19 How.) 393 (1857). Pour une présentation et de très larges extraits (...)
  • 38 Cf. The Emancipation Proclamation, January 1, 1863, in Morris, Basic Documents, op. cit., p. 61.

25Dans cet état de tension, ce fut la Cour suprême qui rompit l’équilibre fragile : dans sa décision Dred Scott de 1857, elle confirma, en invoquant les textes que nous avons cités, la validité constitutionnelle de l’esclavage37 : donc on ne pouvait empêcher un État de pratiquer l’esclavage (et incidemment tout compromis était nul et non avenu). Ce fut la principale cause directe de la guerre de Sécession. Pendant le conflit, Abraham Lincoln proclama l’émancipation des esclaves au 1er janvier 1863. Préparée dès le 22 juillet 1862, la proclamation ne fut rendue publique que le 17 septembre 1862. Elle est souvent citée comme le texte qui a aboli l’esclavage, mais c’est une erreur : prise dans le cadre des pouvoirs de guerre (et dans le but d’affaiblir le Sud) elle ne visait que les esclaves des États sécessionnistes en tout ou en partie selon les termes mêmes de la proclamation38. La guerre finie, la décision était contestable juridiquement. Lincoln en était conscient et c’est bien pourquoi il fit préparer un amendement à la Constitution qui, seul, pouvait imposer la décision à tous les États, C’est donc le XIIIe amendement, adopté par le Congrès le 31 janvier 1865, mais ratifié par les trois quarts des États le 6 décembre 1865, donc après l’assassinat de Lincoln, qui mit définitivement fin à l’esclavage sur la totalité de l’étendue du territoire des États-Unis, soit près de 90 ans après la Déclaration d’indépendance et ses belles formules sur l’égalité, la liberté et le droit au bonheur.

  • 39 Cf. Atlas des esclavages, op. cit., p. 61.
  • 40 Ibidem, p. 58, avec un intéressant graphique, une « feuille de température » de la traite illégale.
  • 41 Cf. Virginie Chaillou, « L’engagisme africain à La Réunion », in Les traites négrières coloniales,(...)
  • 42 Cf. pour un des cas les plus terribles, Adam Hochschild, The Ghosts of King Leopold. A Story of Gr (...)

26Pour l’essentiel, l’œuvre juridique semblait achevée : après la condamnation internationale de la traite dès 1815, les abolitions de l’esclavage s’étaient échelonnées jusqu’à cette fin du XIXe siècle (celle du Brésil n’intervenant qu’en mai 1888)39, mais, les textes une fois en vigueur, ne sont pas forcément respectés, et il en fut ainsi dans ce cas-ci. Après tout, l’esclavage était lié au système de la domination coloniale et celui-ci n’avait pas disparu : bien au contraire, il allait connaître une nouvelle vigueur. Les vieux réflexes allaient encore longtemps subsister. Une traite illégale se mit en place dont l’intensité atteignit des sommets encore jamais connus : non seulement les chiffres annuels sont comparables à ce qui avait précédé, mais encore un record fut atteint en 1829, plus de 100 000 « captifs transportés ». Entre 1815 et 1865, le chiffre global est de 1 905 923 esclaves embarqués en 5 716 expéditions40. Parallèlement – et là ce système se prolongea jusqu’à la Première guerre mondiale – on eut recours à une forme de substitution à l’esclavage, « l’engagisme », une sorte d’esclavage à terme, puisqu’il résultait d’un « contrat » à durée déterminée. Ces travailleurs sous contrat temporaire constituèrent une main-d’œuvre de substitution dans les exploitations coloniales, mais leur situation était par bien des points semblables à celle d’esclave41. Sans scrupule la lutte contre l’esclavage fut même parfois invoquée comme alibi pour justifier des entreprises de conquêtes coloniales. La conférence de Berlin de 1884-1885, qui vit les puissances fixer des règles pour le partage de l’intérieur de l’Afrique, rappelle l’interdiction de la traite et demande de veiller à son extinction. Pourtant, l’on sait que l’on mit en place des mécanismes administratifs ou fiscaux qui aboutissaient à des formes de travail contraints42. On voit que, condamné sur le principe, l’esclavage ne fut pas abandonné très facilement dans les faits. Il est vrai qu’il était né avec le monde colonial, qu’il restait profondément lié à ce dernier et que le colonialisme avait appris à fonctionner avec lui et ne pouvait que ressentir sa disparition comme une perte.

L’abolition de tout esclavage ?

  • 43 Cf. Kevin Bales, Zoe Trodd et Alex Kent Williamson, Modern Slavery. The Secret World of 27 Million (...)

27Si l’on se place dans une perspective contemporaine, après la fin de l’ère coloniale et bien après la fin de l’esclavage, est-on si sûr de ne pas en avoir conservé quelques mauvaises habitudes ? Évidemment la réponse est oui : il faut admettre qu’il y a bien des survivances de l’esclavage et il suffit de voir le nombre de textes nationaux ou internationaux visant à lutter contre celles-ci pour n’en pas douter. D’ailleurs, le mot lui-même a survécu, même s’il est souvent entouré dans son usage par des précautions oratoires, comme pour en assourdir la résonance. Toutefois, on parle bien des formes modernes de l’esclavage ou, plus simplement, de l’esclavage moderne43.

  • 44 Cf. Caroline Oudin-Bastide, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique ( (...)

28Dans notre monde dominé par l’argent et la course au profit, comme l’était le monde colonial dont il est sorti, on ne peut s’étonner de retrouver des formes d’exploitation. Le monde capitaliste est caractérisé par le salariat, mais quand les conditions matérielles ne permettent qu’un « salaire de survie », on est à un cheveu de se retrouver dans l’ancienne situation. Le travailleur n’est plus un esclave, mais « un homme libre en état de servitude ». On ne peut plus le vendre, mais il peut se vendre ; en fait il n’a pas d’autre choix quand il y va de sa vie ou, plus encore, de la survie des siens (ce qui est après tout la situation de départ de l’esclavage traditionnel). La métamorphose n’est alors que « le passage du travail servile au travail libre, c’est-à-dire la transition entre deux formes d’exploitation du travail »44. Les révolutions que nous évoquions en commençant relèvent toutes trois d’un système de pensée qui trouve ici son point d’achoppement : le blocage résulte non seulement de l’individualisme et de la propriété, mais aussi du juridisme. La liberté de contracter, à la base de ce système, peut être valable entre possédants, mais n’est-elle pas un leurre entre un fortuné et un affamé ? Ne se retrouve-t-on pas alors justement dans la situation où le second n’a plus qu’à se vendre et où cet « exercice libre de volonté » a pour résultat de lui faire porter la responsabilité (et la honte souvent) de sa décision, au moment même où l’autre partie peut se sentir libérée de toute culpabilité ? Et comment n’y aurait-il pas de nombreuses occasions de voir des hommes se vendre ainsi dans un monde caractérisé par des fantastiques inégalités et par l’accumulation des richesses entre les mains d’une toute petite minorité ? De plus, objectera-t-on, de même que le travailleur n’est plus une propriété au sens juridique, il est devenu un citoyen, donc bien un homme libre, maître de son destin par sa participation au processus électoral. Là aussi, l’argument vaut sur le terrain de la théorie juridique, mais pas sur celui de la pratique politique. Sans compter que beaucoup de travailleurs sont aujourd’hui migrants, donc vivent dans des pays où ils n’ont aucun droit politique – et parfois même pas de papiers – il reste que nos systèmes politiques sont loin de l’idéal démocratique. Seule une petite fraction de la société, avec son écrasant poids économique, peut contrôler l’orientation politique. Secondairement, les élections, désormais intégrées dans le déploiement de la grande parade médiatique, ne servent guère qu’à donner aux citoyens l’illusion d’un exercice de pouvoir en arbitrant entre les vedettes du spectacle – les différents acteurs du microcosme élitaire – ce qui justifie sans doute l’appellation de démocratie « représentative ». Combattre l’esclavage moderne implique donc de se battre aussi pour la réorganisation du monde vers plus de justice, et un renouvellement du système qui prétend justifier son actuelle structuration.

  • 45 Cf. Modern Slavery, op. cit., essentiellement le Ch. 2 «By yet another name: definitions and forms (...)

29Les formes de cet esclavage sont nombreuses. Après avoir rappelé d’abord le maintien dans quelques régions du monde de l’esclavage ancien sous des formes quasi-identiques, il faut, pour inventorier ses formes nouvelles, établir des critères de rapprochement qui puissent justifier le recours au terme d’esclavage. Dans leur livre sur l’esclavage moderne, Kevin Bales, Zoe Trodd et Alex Kent Williamson en retiennent trois45 : la perte de l’autonomie de décision, l’appropriation de la force de travail et l’exposition à la violence (effective ou simplement brandie comme une menace). Il y a au moins trois cas dans lesquels tous ces critères sont réunis : l’esclavage pour dette, le travail forcé et la prostitution sous contrainte ; dans deux,  l’appropriation de la force de travail est absente : la situation d’une caste inférieure et l’enfance abusée ; dans quatre autres, il y a possibilité de présence d’un, deux ou trois des critères, mais ils ne sont pas forcément tous réunis : le travail migrant irrégulier, le trafic d’organes, le travail en prison et la prostitution « libre ».

30Dans tous ces cas, on retrouve bien un écho de la situation d’esclave. La volonté « libre » n’existe pas s’il y a la contrainte et n’est qu’une apparence s’il y a nécessité objective de se vendre. Ce que l’on cède, c’est son corps (abandonné aux caprices sexuels du client ou « cédé en partie » s’il s’agit de vendre un organe) ou sa force de travail, qu’on échange contre une chance de survie, ou qu’on abandonne à un patron pour un long terme (et parfois au-delà d’une génération comme en Inde) dans une opération d’emprunt qu’on a dû contracter et dans laquelle on risque de s’enfoncer de plus en plus.

  • 46 Cf. le tableau comparatif entre les deux esclavages, « ancien » et « nouveau » donné dans Modern S (...)

31La globalisation de l’économie mondiale autour du principe de la liberté du commerce est un cadre idéal pour le développement de cet esclavage moderne. On assiste simplement à l’élargissement géographique d’un processus commencé dès le XIXe siècle dans le cadre industriel national. Comment éviter le mot esclavage, quand on évoque la situation des travailleurs dans les mines ou les usines telle que l’ont révélée les historiens (on peut lire à ce sujet Le Tableau de l’état physique et moral des ouvriers de Villermé) ou dénoncée certains romans (Germinal de Zola par exemple). Il s’agit bien de la relève de l’esclavage par certaines formes de salariat. Depuis ce point de départ, la machine est lancée et, avec la concentration de la richesse, elle a proliféré jusqu’à enserrer la planète entière. Elle lui a imposé sa conception de la division du travail en l’étendant à travers les frontières. Aujourd’hui, la diminution du rôle des États et l’expansion des échanges internationaux – sans compter la régression des droits sociaux qui les accompagne – s’additionnent pour laisser s’épanouir toutes sortes de trafics (prostitution et commerce sexuel, vente d’organes, travailleurs migrants, etc.) souvent contrôlés par des mafias attirées par la perspective de très hauts profits. Ce nouvel esclavage se distingue donc de l’ancien par son caractère diffus, global et clandestin, son indifférence à l’origine des victimes potentielles et sur le fait qu’elles peuvent être sacrifiées sans regret puisqu’il est facile d’en trouver d’autres rapidement46. On voit que, par sa nature, il peut être aussi ignoble que l’ancien et plus pervers, puisqu’étant caché, il est plus dur à combattre.

  • 47 Comme c’est nous qui traduisons, citons le texte original : «There are twenty-seven million slaves (...)

32Mais en dépit de son caractère occulte, certains sont arrivés à le chiffrer et on ne peut qu’être inquiet face à leurs résultats : « il y a vingt-sept millions d’esclaves vivants de nos jours. C’est plus qu’à aucun moment de l’histoire et autant qu’il en fut saisi en Afrique en 350 ans de traite négrière atlantique. Autrement dit, la population actuelle d’esclaves est supérieure à celle de l’Australie et presque sept fois plus importante que celle de l’Irlande »47. La globalisation fait que les réseaux ne sont pas localisables, mais il est certain que, s’ils traversent les frontières internationales, ils laissent la majorité des victimes au Sud et la majorité des bénéfices au Nord.

33Nous avons donc chez nous les effets de cet esclavage moderne. Certes, les États ont adopté de nombreux textes, mais, faute d’oser s’attaquer au système, ils sont conduits à se contenter d’un traitement de symptômes : renvoi des migrants, destructions de camps, interdiction de la mendicité, etc. Et parfois, ils ne font qu’ajouter ainsi à la misère morale des victimes, comme dans le cas des expulsions de travailleurs migrants. Nous avons sous nos yeux les résultats de ce grand désordre international. Prostitution, ateliers étroits et insalubres de travailleurs clandestins, familles écartelées, enfants arrachés à leurs parents, parents arrachés à leurs enfants, matraquage de ceux qui résistent, etc., autant de spectacles qui évoquent des images de temps qu’on affirme pourtant révolus, et qui nous montrent que le XXIe siècle a sa part d’ombre.

34***

  • 48 Qu’il puisse y avoir plusieurs conceptions du sujet est une idée rejetée, car sacrilège et attenta (...)
  • 49 Cf. Jean Cayrol, Nuit et Brouillard, Paris, Fayard, 1997, p. 43.

35Ainsi, les pays qui ont aboli l’esclavage – « quelque temps » après avoir solennellement proclamé le principe universel de liberté – ne sont pas pour autant définitivement délivrés de ce fléau. Au contraire les traces du mal sont toujours présentes chez eux, et ce n’est pas si surprenant. Le système économique dominant, le capitalisme, repose sur l’exploitation du travail et a sécrété un mode de pensée, répandu dans le monde entier, qui gêne la prise de conscience critique, d’autant plus que la pensée politique a sacralisé les concepts de « l’individualisme possessif ». Même la conception des Droits de l’homme est touchée par ce dogmatisme48, qui induit un blocage intellectuel aux effets pervers. Pour nos sociétés, s’enfermer dans la célébration de leurs « bonnes actions » du passé – rien moins, dans le discours officiel que « l’invention » de la pleine humanité – c’est oublier que le combat contre la barbarie est toujours à poursuivre et qu’il implique d’affirmer la profonde unité du genre humain, qu’il n’est pas entre les nations civilisées et les autres, mais, au sein de chacune, entre ce qui épanouit l’homme et ce qui le nie. Ne jouons pas les anciens combattants ou les héritiers vertueux en revendiquant le titre de « pays de la liberté » ou de « pays des droits de l’homme ». Nous risquerions, aveuglés par l’éclat de notre gloire dans le miroir de notre vanité, de ne pas déceler dans notre organisme social les métastases de l’esclavage. N’oublions pas la leçon que, dans les dernières lignes du texte qu’il écrivit pour le Nuit et brouillard d’Alain Resnais, nous donnait Jean Cayrol en nous mettant en garde contre les risques de rechute. Son avertissement peut se transposer d’une horreur à l’autre ! : « Il y a nous (...), nous qui feignons de croire que tout cela est d’un seul temps et d’un seul pays, et qui ne pensons pas à regarder autour de nous et qui n’entendons pas qu’on crie sans fin »49.

Haut de page

Notes

1 Nous empruntons, en en élargissant l’application, le mot « paradoxe » à Edmund S. Morgan, «Slavery and Freedom: the American Paradox», in Edward Countryman (Readings Selected and Introduced by), How did American Slavery Begin?, Bedford/St Martin’s, Boston-New-York, 1999, p. 119 (repris de Journal of American History 59 (June 1972, p. 5). Nous tenons à exprimer toute notre gratitude à Myriam Fritz-Legendre qui a assuré le traitement de ce texte avec générosité et vigilance.

2 Inscription sur le mur de la porte du Non-Retour dans la maison des esclaves de l’Ile de Gorée au Sénégal. Cf. la photo reproduite dans Marcel Dorigny et Max-Jean Zins, Les traites négrières coloniales. Histoire d’un crime, Paris, Éditions Cercle d’Art, 2009, p. 254.

3 Nous citons ici, choisie parmi quelques autres, la traduction reproduite dans Bernard Cottret, La Révolutionaméricaine. La quête du bonheur 1763-1776, Paris, Éditions Perrin, 2004, p. 339. Le texte anglais est le suivant «We hold these truths to be self-evident, that all men are created equal, that they are endowed by their Creator with certain inalienable Rights, that among these are Life, Liberty and the Pursuit of Happiness».

4 On doit se rappeler que Jefferson reprenait ce jour-là une formule de la Déclaration des Droits de Virginie du 12 juin 1776 (sans doute le premier texte juridique à proclamer la liberté comme principe de droit naturel universel) : «That all men are by nature equally free and independent...». Cf. The Virginia Bill of Rights, in «Sources and Documents illustrating the American Revolution 1764-1788 and the formation of the federal constitution» (selected and edited by Samul Eliot Morison, Oxford, Oxford University Press, p. 149). ici aussi la formule est due à un grand planteur de Virginie, George Mason.

5 On pense évidemment au principal de ces textes le Bill of Rights de 1689, mais il fut précédé de plusieurs autres à commencer par la Petition of Right de 1628. Pour des extraits commentés de tous ces textes cf. Danièle Frison, Nicole Bensoussan et Wesley Hutchinson, Civilisation Britannique, Documents constitutionnels, Paris, Ellipses, 1993.

6 Ce n’est pas le lieu de traiter de ce mouvement d’idées et cela nous entraînerait loin de notre propos. Rappelons simplement que cette idée, qu’on peut trouver dans la nature des règles qui s’imposeront à toute société, s’est épanouie au XVIIIe siècle, et a servi de fondement à la revendication des Droits de l’homme, conçus à l’époque dans un cadre individualiste. Les auteurs qui l’ont défendue sont d’ailleurs de philosophies variées et lui donnent des fondements différents. Ils évoquent parfois l’esclavage, mais très rapidement et comme un « à-côté », et pas toujours pour le condamner. Leur pensée individualiste y voit plus un embarras qu’un sujet d’intérêt. De même, on ne peut ici que faire une allusion à un philosophe qui a traité de la dialectique du maître et de l’esclave, G. W. F. Hegel (cf. La Phénoménologie de l’esprit, Paris, Aubier, 1941, Tome 1, p. 161). Pour subtile que soit son analyse, elle est plus éclairante pour son système de pensée, que pour notre actuel propos.

7 On doit aussi y intégrer le Bill of Rights fédéral qui est formé par les dix premiers amendements à la Constitution fédérale, adoptés par le Congrès dès septembre 1789, mais ratifiés seulement en décembre 1791. Sur ces événements, cf. (outre le titre français déjà cité), Richard B. Morris, The American Revolution. A Short History, Huntington, N.Y., Robert E. Krieger, 1955 ; et pour les textes, du même auteur chez le même éditeur, Basic Documents in American History, 1965 ; Joseph A. Melusky, The Constitution: Our Written Legacy, Malabar, Florida, Krieger Publishing Company, 1991 ; Joseph A. Melusky and Whitman H. Ridgway, The Bill of Rights: Our Written Legacy, Malabar, Florida, Krieger Publishing Company, 1993.

8 Cf. par exemple : Michel Verpeaux, Textes constitutionnels révolutionnaires français, « Que sais-je? », n° 3256, Paris, PUF, 1998.

9 Sur la multiplicité des formes d’esclavage et sur les particularités de celle qui nous intéresse ici, cf. Marcel Dorigny et Bernard Gainot, Atlas des esclavages. Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours, Paris, Éditions Autrement, 2006. Selon les auteurs : « L’ambition de cet Atlas des esclavages est de présenter, sous forme graphique et cartographique, les grandes lignes des connaissances historiques actuelles sur ces sujets qui font débat jusqu’au cœur de notre actualité » (cf. leur introduction). Catherine Coquery-Vidrovich dans « L’esclavage africain », contribution reproduite dans Lestraites négrières coloniales (sous la direction de Marcel Dorigny et Max-Jean Zins, p. 33.), indique bien toute l’importance de cet ouvrage : « alors quel’Atlas de l’esclavagerécemment publié par Marcel Dorigny n’aurait pas même été concevable il y a une vingtaine d’années, il est désormais possible de cartographier avec une précision satisfaisante l’ensemble et les détails des données en notre possession ».

10 C’est le point de vue exposé notamment par le Professeur Sémou Pathé Gueye dans son entretien avec Max-Jean Zins dans Marcel Dorigny et Max-Jean Zins, Les traites négrières coloniales. Histoire d’un crime, Paris, Éditions Cercle d’Art, 2009, p. 250. Il dit notamment « elle [la traite négrière] marque l’avènement d’un nouveau temps du monde ». Ce livre reprend les actes d’un colloque international organisé par l’Association des descendants d’esclaves noirs et de leurs amis (ADEN) qui s’est tenu à Gorée du 15 au 18 novembre 2007 sur la traite négrière transatlantique.

11 Cf. Marcel Dorigny, « Une approche globale du phénomène négrier », in Dorignyet Zins, op. cit., p. 14 et s. et les cartes de l’Atlas des esclavages, p. 18 (ainsi que les graphiques des pages suivantes).

12 Cf. Dorigny, ibidem, qui donne aussi les chiffres par pays pour l’ensemble de la période : 4,6 millions pour le Portugal, 2,6 pour le Royaume- Uni, 2,6 pour l’Espagne, et 1,2 pour la France (chiffres p. 18 et s. dansl’Atlas des esclaves).

13 Cf. Dorigny, op. cit., p. 17. Selon ses chiffres, la mortalité était de 30% au XVIe siècle, puis de 12% à la fin du XVIIIe, avant de remonter à plus de 15% au XIXe siècle, pendant la période de la traite illégale.

14 Pour une vision globale des formes esclavagistes, cf. Orlando Patterson, Slavery and Social Death. A Comparative Study, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1982, p. 119. Il n’est pas question pour nous de reprendre ici une présentation générale de l’esclavage, mais seulement d’en évoquer les aspects relevant de notre thème. Nous ne pouvons que renvoyer à des ouvrages faisant référence et notamment, outre celui de Patterson, à ceux des auteurs suivants : Claude Meillassoux, Anthropologie de l’esclavage, « Quadrige », Paris, PUF, 1998, Eugène D. Genovese, Economie Politique de l’esclavage, Paris, François Maspero, 1968.

15 Sur ce point, Cf.l’Atlas des esclavages, p. 34 et s.

16 Sur ce point, on pourra lire dans Edward Countryman, How Did American Slavery Begin? (déjà cité) deux contributions, celle de A. Leon Higginbotham Jr. «The Ancestry of Inferiority 1619-1662» (p. 85) et celle, déjà citée, de Edmund S. Morgan, Slavery and Freedom: The American Paradox (p. 119).

17 On trouvera ce texte dans l’Atlas des esclavages (p. 76), mais il faut surtout se reporter, pour une version introduite et commentée, à Louis Sala-Molins, Le Code Noir ou le calvaire de Canaan, « Quadrige », Paris, PUF, 1987. Sa troisième partie, intitulée Le Code Noir à l’ombre des Lumières traite de notre paradoxe sur le cas français, thème qu’il reprendra dans Les misères des Lumières, Sous la Raison, l’outrage, Paris, Robert Lafont, 1992.

18 Claude Meillassoux parle de « désocialisation » (notamment p. 100 et s.) et Orlando Patterson de « Mort sociale ». Ce dernier fait remarquer que Rome n’a peut-être élaboré la conception classique de la propriété, la « propriété à la romaine », que parce que l’esclavage y avait une large expansion, cf. Slavery and Social Death (p. 29).

19 Pour sonder l’infini d’absurdité dans cette recherche de « bonnes raisons » pour « justifier » cette infériorité, on peut lire André Pichot, Aux origines des théories raciales. De la Bible à Darwin, Paris, Flammarion, 2008.

20 Cf. entretien cité, dans Les traites négrières coloniales, p. 250.

21 Cf. Basil Davidson, Mère Afrique, Paris, PUF, 1965, et particulièrement ses 2e et 3e parties. Cf. aussi la carte, très parlante, des ports négriers d’Europe, Atlas des esclavages, p. 24.

22 Cf. par exemple, Samir Amin, L’accumulation à l’échelle mondiale, Paris, Anthropos, 1970, ou André Gunder Frank, L’accumulation mondiale 1500-1800, Paris, Calmann-Lévy, 1977.

23 Cf. Atlas des esclavages, p. 25 : « les profits de la traite : les recherches récentes montrent que les taux de profit étaient de rendements modestes. Hollandais : de 5 à 10% ; Anglais, 10% ; Nantais, 6% ... Mais ces moyennes cachent une réalité de base de la traite : son côté aléatoire, qui faisait son principal attrait. Une expédition « heureusement menée » pouvait procurer un profit de 100 à 150%, une autre être lourdement déficitaire. Ce « jeu » explique l’engouement des capitalistes d’alors à acquérir des parts de sociétés négrières » et plus loin « La traite était le cœur de ce vaste complexe économique fortement intégré. Sa rentabilité et sa place dans l’essor de l’Europe se jaugent à cette aune et non à la seule balance des comptes, qui du reste fut loin d’être négative ». 

24 Entretien cité, p. 248.

25 Cf. Jean Brunati, De l’Esclavage des Noirs à celui des camps nazis, Paris, L’Harmattan, 2008.

26 Cf. John Locke, Two Treatises of Government, Everyman’s Library, London, Dent and Sons, 1986, p. 187. Il s’agit du n° 138 dans le chapitre XI «Of the Extent of the Legislative Power» du 2e traité : «An Essay Concerning the true original, extent and end of civil government». Si l’on tire la conclusion d’une formulation un peu compliquée, un homme entre en société pour préserver sa propriété et donc, semble-t-il, on n’est en société que si on a une propriété. Mais laissons parler John Locke : «Thirdly, the supreme power cannot take from any man any part of his property without his own consent. For the preservation of property being the end of government, and that for which men enter in society, it necessarily supposes and requires that the people should have property, without which they must be supposed to lose that by entering into society which was the end for which they entered into it ; too gross an absurdity for any man to own». Sur ce thème cf. un ouvrage classique qui fait référence : C. B. Macpherson, La théorie politique de l’individualisme possessif de Hobbes à Locke, Paris, Gallimard, 1971.

27 Nous retrouvons là notre paradoxe et l’article qui nous a inspiré le choix de notre titre, Cf. Edmund S. Morgan, Slavery and Freedom: The American Paradox, op. cit., p. 123 : «Let us begin with Jefferson, this slave holding spokesman of freedom. Could there have been anything in the kind of freedom he cherished that would have made him acquiesce, however reluctantly, in the slavery of so many Americans? The answer, I think, is yes..... The man who depended on another for his living could never be truly free. We may seek a clue to Jefferson’es enigmatic posture toward slavery in this attitude toward those who enjoyed a seeming freedom without the independence needed to sustain it. For such persons Jefferson harbored a profound distrust...». C’est sur cette attitude ambiguë et devant la menace potentielle que constituaient les esclaves libérés qu’on fonda plus tard, sur la proposition de John Quincy Adams et de James Monroe, le Liberia pour pouvoir les y envoyer.

28 Ibidem, p. 127.

29 Edmund S. Morgan dit clairement (ibidem, p. 124) : «It was an axiom of current political thought that republican government required a body of free, independent, property-owning citizens».

30 Cf. sur ce point la très intéressante contribution de James Walvin, « Abolir la traite », dans Les traites négrières coloniales, op. cit., p. 167 et s.

31 La question est évoquée par James Walvin, op. cit., p. 174 à 177.

32 Condorcet est sans doute le cas le plus intéressant. Cf. Condorcet, Réflexions sur l’esclavage des nègres, Paris, GF, Flammarion, 2009. Dans sa présentation, Jean-Paul Doguet rappelle que Marie Jean Antoine Nicolas de Caritat, Marquis de Condorcet, publia ce texte en 1781 sous le pseudonyme de Joachim Schwartz et qu’il est le seul – et c’est son originalité – parmi les autres anti-esclavagistes de l’époque, à avoir joint la condamnation au constat, et surtout le combat à la critique. Lu aujourd’hui, le texte suscite la sympathie par son courage et sa générosité, mais aussi la perplexité par une certaine naïveté et ses ambiguïtés. Il apparaît ainsi un peu comme le Victor Schœlcher du XVIIIe siècle.

33 Sur tous ces points, cf. René Benelus, « La Guadeloupe et la Guyane entre abolition et rétablissement de l’esclavage : 1794-1802 », dans Les traites négrières coloniales, op. cit., p. 203 et s.

34 Victor Schœlcher, Esclavage et colonisation (introduction par Aimé Césaire, Préface de Jean-Michel Chaumont), « Quadrige », Paris, PUF, 2008. On trouvera les textes des deux décrets, p. 140 et 152, ainsi que le rapport de Schœlcher, Président de la Commission, à la page 141.

35 On trouvera ces dates dans la chronologie donnée par M. Sala-Molins dans le Code Noir, p. 16.

36 Cf. The Nortwest Ordinance, July 13, 1787, in Morris, Basic Documents, op. cit., p. 43. Art. 6 (p. 49) : «There shall be neither slavery nor involuntary servitude in the said territory...».

37 Dred Scott v. Sandford. 60US (19 How.) 393 (1857). Pour une présentation et de très larges extraits de l’opinion du Chief Justice Taney, cf. Elisabeth Zoller, Grands arrêts de la Cour Suprême des États-Unis, Paris, PUF, 2000, p 209.

38 Cf. The Emancipation Proclamation, January 1, 1863, in Morris, Basic Documents, op. cit., p. 61.

39 Cf. Atlas des esclavages, op. cit., p. 61.

40 Ibidem, p. 58, avec un intéressant graphique, une « feuille de température » de la traite illégale.

41 Cf. Virginie Chaillou, « L’engagisme africain à La Réunion », in Les traites négrières coloniales,op. cit., p. 127, les « engagés » furent aussi Indiens ou Chinois, cf. Atlas des esclavages, p. 68.

42 Cf. pour un des cas les plus terribles, Adam Hochschild, The Ghosts of King Leopold. A Story of Greed, Terror and Heroism in ColonialAfrica, Londres, Macmillan, 1999. Pour un exemple plus classique, mais néanmoins très instructif, on peut aussi consulter Nick Robins, The Corporation that Changed the World, How the East India Company Shaped the Modern Multinational, Londres, Pluto Press, 2006.

43 Cf. Kevin Bales, Zoe Trodd et Alex Kent Williamson, Modern Slavery. The Secret World of 27 Million People, Oxford, Oneworld, 2009. On trouvera dans les appendices, une chronologie et une liste de textes juridiques sur le sujet avec des extraits en citation.

44 Cf. Caroline Oudin-Bastide, Travail, capitalisme et société esclavagiste. Guadeloupe, Martinique (XVIIe-XIXe siècles), Paris, La Découverte, 2005, p. 343.

45 Cf. Modern Slavery, op. cit., essentiellement le Ch. 2 «By yet another name: definitions and forms of modern slavery», p. 26 à 46. Cf. particulièrement le tableau de la page 32 (Table 3: Criteria for defining Slavery: Loss of free will, Appropriation of labor power, Violence or its threat).

46 Cf. le tableau comparatif entre les deux esclavages, « ancien » et « nouveau » donné dans Modern Slavery, p. 28. Pour une autre vision du problème, cf. Atlas des esclavages, p. 70 à 72.

47 Comme c’est nous qui traduisons, citons le texte original : «There are twenty-seven million slaves alive today. This is more than at any point in history and as many as were seized from Africa in 350 years of the Altantic slave trade. Put another way, to day’s slave population is greater than the population of Australia and almost seven times greater than the population of Ireland».  C’est le début de la préface de Modern Slavery (intitulée «The Secret World») ; elle se termine par la phrase : «This book is dedicated to the twenty-seven million».

48 Qu’il puisse y avoir plusieurs conceptions du sujet est une idée rejetée, car sacrilège et attentatoire à l’héritage des Lumières cf. pourtant Jefferson R. Plantilla and Sabasti L. Raj. SJ, Human Rights in Asian Cultures. Continuity and Change, Osaka, Japan, Hurights Osaka, 1997.

49 Cf. Jean Cayrol, Nuit et Brouillard, Paris, Fayard, 1997, p. 43.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Fritz, «  « Le paradoxe occidental » : comment peut-on proclamer la liberté et pratiquer l’esclavage ? », Droit et cultures, 70 | 2015, 43-64.

Référence électronique

Gérard Fritz, «  « Le paradoxe occidental » : comment peut-on proclamer la liberté et pratiquer l’esclavage ? », Droit et cultures [En ligne], 70 | 2015-2, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 22 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3624

Haut de page

Auteur

Gérard Fritz

Gérard Fritz est chercheur associé au CREDESPo (maitre de conférences en science politique à la retraite). Ses domaines principaux de recherches sont les institutions politiques comparées des pays anglo-saxons (Royaume-Uni, États-Unis d’Amérique, Inde, Afrique du Sud …), les peuples autochtones, leur place dans la société mondiale et la spécificité de leurs relations avec l’environnement. Il a participé à des colloques et rédigé des articles dans les domaines cités, publiés pour les plus récents dans les ouvrages suivants : Nadia Belaidi (dir.), Eau et société : enjeu de valeurs. Les ambivalences du droit face à la complexité de l’environnement, Bruylant, coll. « Droits, Territoires, Cultures », Bruxelles, 2012 ; Marguerite Boutelet et Juliette Olivier (dir.), La démocratie environnementale. Participation du public aux décisions environnementales et politiques environnementales, EUD, Dijon, 2009 ; Jean-Claude Fritz, Frédéric Deroche, Raphaël Porteilla (dir), La nouvelle question indigène. Peuples autochtones et ordre mondial, L’Harmattan, Paris, 2006 ; Charalambos Apostoldis, Gérard Fritz et Jean-Claude Fritz (dir.), L’humanité face à la mondialisation, Droit des Peuples et Environnement, L’Harmattan, Paris, 1997.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org