Navigation – Plan du site
Dossier : Esclavage et capitalisme mondialisé

Les métamorphoses de l’esclavage, mutations et avatars contemporains

Slavery in Metamorphosis: Changes towards New Avatars
Jean-Claude Fritz
p. 15-41

Résumés

L’esclavage est considéré aujourd’hui par beaucoup comme une survivance. Si on sort de la catégorisation juridique classique, très influencée par l’histoire occidentale, on se rend compte que la réalité est différente. Une approche substantielle de l’esclavage montre sa diversité et sa complexité, mais aussi ses multiples métamorphoses et sa capacité de réapparaître sous des avatars multiples, manifestant sa continuité et ses mutations. Dans le débat conceptuel autour de l’esclavage, l’approche choisie privilégie la condition sociale par rapport au statut juridique, plaçant l’esclavage au cœur des rapports sociaux à différentes échelles. Les caractères de l’esclavage retenus dans ce cadre sont la dépendance étroite avec perte de l’autonomie, la soumission à la violence et l’exploitation économique représentant des atteintes fondamentales à la dignité humaine.

Une mise en perspective historique permet de voir les mutations qu’a connues l’esclavage jusqu’au XIXe siècle, puis de constater que l’abolition de la traite des esclaves puis de l’esclavage au XIXe siècle ont laissé subsister et même prospérer différentes formes d’esclavage jusqu’aux conventions de 1926 et de 1956.

L’analyse contemporaine montre que ces conventions n’ont réussi à réduire que certaines formes d’esclavage et conduit à saisir la dynamique du phénomène au travers ses avatars contemporains. Une nomenclature des formes d’esclavage les plus généralement reconnues à l’époque contemporaine peut être dressée assez facilement, malgré certaines divergences significatives : sur le terrain, le servage, la servitude pour dette, le travail forcé et les divers trafics d’êtres humains sont des réalités importantes et parfois croissantes. Mais c’est sans doute à travers les formes les plus récentes, liées à la banalisation de la brutalité des rapports sociaux accompagnant la mondialisation néolibérale que l’on perçoit le mieux les masques du nouvel esclavage, inscrit dans des actes contractuels ou dans l’extension du travail pénitentiaire, c’est-à-dire sous un aspect ordinaire et apparemment légal. Dans son sens substantiel retenu dans cette approche, l’esclavage n’est pas mort et pourrait être en expansion dans un système dont la logique renforce à la fois le chômage et le travail non libre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : pour une approche substantielle de l’esclavage

1L’esclavage est un sujet tellement vaste et riche qu’il a fait l’objet de nombreuses études à travers l’histoire, avec une résurgence marquée pendant la dernière décennie. L’analyse présentée dans ce dossier vise donc à développer une problématique particulière permettant de mettre en lumière les continuités au-delà des changements, les réalités au-delà des apparences, dans une perspective historique.

  • 1 Madeleine Grawitz, Lexique de Sciences sociales, Paris, Dalloz, 1983, p. 152.

2L’esclavage est un phénomène social complexe et divers, qui ne peut être réduit à un statut juridique, quelle que soit l’importance de ce dernier. C’est fondamentalement un rapport social entraînant des répercussions importantes sur la position et les conditions de vie de ceux et celles qui y sont soumis. La diversité de l’esclavage dans l’espace et dans le temps, la coexistence dans une même société de différents types d’esclavages, la portée sociale variable qu’il a suivant les contextes, justifient la coexistence des nombreux travaux encyclopédiques à portée générale et les multiples études de cas et monographies qui lui sont consacrées dans des contextes et sous des aspects variés. Comme le synthétise bien un lexique des sciences sociales1, l’esclavage est donc une « situation difficile à préciser du fait de ses variations dans le temps et dans l’espace » qui implique des « incapacités » mais aussi des droits de l’esclave, « réduits à rien » dans certains contextes sociaux ou pouvant « constituer un véritable statut dans d’autres ».

3Un tour du monde de l’esclavage accompagné d’une plongée dans l’histoire montre que des formes d’esclavage ont existé dans de nombreuses sociétés autour de la planète et que dans certains cas, elles avaient une importance et un sens particuliers conduisant à les qualifier de « sociétés esclavagistes » pour indiquer leur caractéristique principale. Il faut toutefois préciser que jusqu’à une époque très récente, ces études ont été conduites par des chercheurs occidentaux qui ont eu tendance à traduire par esclavage des mots et des phénomènes émanant de langues et de sociétés dont la logique leur était très étrangère ; on retrouve ces difficultés à propos de l’emploi du mot « servage », parfois utilisé comme quasi-synonyme d’esclavage dans certaines sociétés non européennes ou pour qualifier des situations originalesoù peut-être ni l’un ni l’autre n’était adapté. L’apport de chercheurs marginalisés ou ignorés jusqu’à une période relativement récente du fait de leur genre, ou de leur origine, permet désormais de mieux saisir la complexité et les ambiguïtés dans l’utilisation de la catégorie « esclavage », mais aussi d’essayer d’en dégager le sens.

4Dans ce dossier, la perspective choisie est une réflexion sur les mutations d’un phénomène dynamique en cours, saisi dans une de ses dimensions particulières, son lien avec la mondialisation dans son origine et dans son actualité.

Les métamorphoses de l’esclavage

  • 2 Kevin Bales, Zoe Trodd, Alex Kent Williamson, Modern Slavery, Oxford, One World Publications, 2009 (...)

5Une revue de la littérature existante pourrait conduire à la conclusion que l’esclavage a été aboli depuis longtemps et que ce n’est qu’une survivance dans des États ou des sociétés « arriérées ». Quelques millions, voire quelques dizaines de millions représenteraient ces survivances de l’esclavage, ou dans certaines approches plus larges l’esclavage moderne2.

6La situation est complexe à analyser si on part de la diversité des situations et des définitions de l’esclavage à travers le temps et l’espace. Revenir sur les riches études existant dans ce domaine n’est pas la perspective retenue dans ce dossier, même si bien sûr on y fera référence dans des contextes différents.

7Partir du statut, de la condition, de la position conduit à mettre en valeur des observations parfois contrastées suivant les contextes. Si l’étape du statut juridique de l’esclavage, dans des contextes variés, a été déjà bien étudiée, de même que celui de la traite des esclaves, ne représentant en réalité qu’une partie du commerce qui y était lié, bien d’autres questions ont été abordées de manière plus schématique et souvent de façon contradictoire. Quel était le sens de l’esclavage ? Se réduisait-il à un contrôle/usage de la force du travail qui disparaîtrait dès que le travail libre deviendrait moins coûteux pour l’entrepreneur, comme l’ont soutenu des économistes néoclassiques de la fin du XIXe siècle ? Quelle est la logique de son évolution, beaucoup voyant en l’esclavage une simple survivance du passé, abritée dans des sociétés « barbares » ou « archaïques » alors que pour d’autres, il progresserait sous des formes nouvelles, concernant une part de plus en plus grande de l’humanité ? D’où le questionnement sur son sens actuel.

8Si l’esclavage est condamné internationalement et par la plupart des États du monde, les textes juridiques faisant explicitement référence à la notion risquent de n’avoir qu’un intérêt limité dans notre perspective. Ce qui nous intéresse ici, ce n’est pas à titre principal la catégorie juridique « esclavage » mais pour reprendre des expressions fréquemment utilisées par les juristes pour assouplir leurs propos les situations « équivalentes en substance ou similaires » à celle de l’esclavage. Tenter de les préciser, dans leur complexité, permettrait éventuellement de les sanctionner.

Une réflexion sur l’approche substantielle de l’esclavage met en évidence un ensemble de caractères

  • 3 M. Grawitz, » Esclavage : condition d’un individu appartenant à un maître qui l’a acheté, l’a capt (...)
  • 4 K. Bales et al, op. cit., p. 32.

91 : La servitude comme un état de dépendance totale pour le Petit Robert, aussi « une soumission à une autorité tyrannique. L’obéissance est une obligation fondamentale, traduisant l’appartenance à un maître »3. L’absence de libre volonté caractéristique de cette situation4paraît un contrepoint à « l’autonomie de la volonté », fondement du système juridique libéral, bien que la réalité soit beaucoup plus complexe. Cette servitude est un des aspects/processus de déshumanisation de certaines personnes ou groupes humains, accompagné de phénomènes de dépersonnalisation et, de manière plus large, d’aliénation, rendant l’être humain étranger à lui-même, aux autres, et au monde. Juridiquement, on a justement souligné que l’esclave était une chose dans beaucoup de systèmes esclavagistes, y compris les systèmes occidentaux du XVIIIe siècle, en faisant de cette qualification, opposée à celle de personne, l’élément clé de la définition. Dans une perspective complémentaire, on pourrait aussi insister sur le fait que l’esclave est un objet, par la négation de son identité comme sujet, mais aussi plus largement,que l’esclave est un instrument soumis au contrôle quasi absolu de son maître.

102 : La violence est un autre trait de la condition même pour l’esclave, même si l’esclavagisme n’en a pas le monopole. Cette violence est multiple, physique, culturelle, structurelle, avec un caractère durable qui en fait le seul horizon pour certains esclaves, d’avant la naissance jusqu’à leur mort. Au-delà des mauvais traitements physiques, des tortures, l’atteinte fondamentale à leur dignité humaine en est l’expression principale et permanente, reflet du système d’oppression qu’il constitue. Elle ne peut être saisie que dans l’analyse globale du système social et des pratiques qui le traduisent si l’on veut éviter les pièges de la catégorisation juridique. La reconnaissance de droits n’efface pas les situations d’exposition à la violence, chronique et structurelle, de ceux qui en bénéficient. Les raisons sont multiples et se combinent : droits reconnus très limités, inaccessibilité au système juridique, non application générale de certains types de droits, pressions et menaces économiques et sociales, allant jusqu’à la mise en jeu de la survie de la personne ou du groupe concerné et de leurs soutiens. Seule l’analyse du système social et de ses logique de fonctionnement, intégrant les rapports de force et leurs dynamiques, permet de comprendre le degré de violence existant, la peur et parfois le sentiment d’impuissance qui l’accompagnent.

113 : L’exploitation économique par des mécanismes locaux, nationaux et mondiaux est un autre aspect de l’esclavage à travers les siècles. Dans le sens utilisé ici, elle ne se limite pas au concept marxiste d’exploitation lié à la plus-value et au salariat. Elle recouvre le travail non rémunéré aussi bien que très faiblement rémunéré, le travail comptabilisé ou non, utile à la production de biens et services sans être rétribué. Le travail peut être de ce fait théoriquement et juridiquement « indépendant », en particulier dans le secteur agricole, le secteur artisanal et la sous-traitance, n’étant saisi et éventuellement payé qu’à travers les biens et services qu’il a contribué à créer. Dans certains cas, ce n’est pas la force de travail de l’être humain qui est exploitée, mais l’être humain lui-même et ses composantes, comme c’est le cas pour les trafics liés à la prostitution, à la pédophilie, ou au commerce d’organes humains. La non rémunération ou la trop faible rémunération du travail remettent en cause les droits humains fondamentaux au-delà du droit du travail, c’est-à-dire le droit à la vie, à l’habitation, à la santé, etc. Mais d’autres relations conduisent à l’exploitation, voire à la sous-exploitation (au sens marxiste du terme cette fois), sans qu’elles puissent apparemment être classées comme esclavage.

  • 5 K. Bales et al, op.cit., en particulier p. 29 à 35.
  • 6 Paul Farmer, Pathologies of Power, Health, Human Rights, and the New War on the Poor, Princeton, P (...)

12Ces trois critères font l’objet d’une convergence importante parmi les chercheurs travaillant sur « l’esclavage moderne »5,même si la qualification contextualisée rend délicate la fixation de frontières précises et rigides avec d’autres formes d’exploitation, d’oppression et de violation des droits humainsen fonction de situations locales et globales d’inégalité et d’injustice, exprimant les pathologies du pouvoir6.

13Pour apprécier la situation contemporaine, les continuités et changements d’aujourd’hui, il faut tout d’abord esquisser une mise en perspective historique de l’esclavage, jusqu’à l’abolition de la traite, puis de l’esclavage sous les auspices de la Société des Nations en 1926.

La mise en perspective historique de l’esclavage jusqu’à début du XXe siècle. Un phénomène diversifié en mutation

  • 7 Article 1§1 de la Convention relative à l’esclavage du 25 septembre 1926, cité dans Formes contemp (...)
  • 8 Id. p. 6.
  • 9 La servitude pour dette, la réduction de l’esclavage de personnes sous le couvert de l’adoption d’ (...)
  • 10 Id. p. 6.
  • 11 Id. p. 7.
  • 12 Id. p. 5.

14La mise en perspective historique rapide est indispensable pour dégager des éléments de notre problématique, clarifier des positions conceptuelles et en dégager les enjeux. Elle permet de voir que les apparentes classifications opérées par les définitions classiques du XXe siècle recouvrent des ambiguïtés : l’esclavage comme « un état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux »7 s’appuie implicitement sur les conceptions européennes de la propriété et méconnaît la diversité des situations historiques et géographiques, ce que l’objectif explicite de la Convention de 1926 « la suppression complète de l’esclavage sous toutes ses formes »8 ne modifie pas réellement, malgré l’extension potentielle par la référence à toutes les formes d’esclavage énumérées dans le rapport de la Commission temporaire de l’esclavage9. La référence au droit de propriété, au seul individu dans la définition montre de manière cohérente avec la Société des Nations, le double filtre juridique et occidental conditionnant la vision du phénomène. La Convention supplémentaire relative à l’abolition de l’esclavage,de la traite des esclaves et des institutions et pratiques analogues à l’esclavage de 1956 « est allée plus loin que la Convention de 1926 et son champ d’application est plus large »10. Elle couvre ce qui est « la condition servile, notamment l’esclavage pour dettes, le servage, et différentes institutions et pratiques concernant la femme et les mineurs de moins de 18 ans »11. La définition de base des Convention de 1926 et de 1956 est restée inchangée12.

Le temps de la légalité de l’esclavage, de l’antiquité au XIXe siècle

  • 13 Encyclopedia Universalis, article « Esclavage 1. Analyse de l’institution », corpus 7, 1984, p. 15 (...)
  • 14 M. Lengelle rappelle les conseils de Caton dans son De re rusticae. Ce qui rappelle l’existence de (...)
  • 15 Id. p. 151-16

15L’histoire européenne a connu jusqu’au XIXe siècle des régimes d’esclavage variés avec des dominantes différentes. De manière très rapide et simplifiée, on peut distinguer un esclavage « antique », notamment dans le contexte gréco-romain, remplissant principalement « une fonction équivalente à celle des domestiques » de notre société bourgeoise, puis un esclavage se manifestant par « la constitution d’un troupeau d’hommes »13 : en effet « dans cette seconde forme d’esclavage, l’homme est réduit à une situation comparable à celle de l’animal. Dans ce système, l’homme est la chose de son maître, à l’instar du cheval et du bœuf ». Le maître bénéficie de tous les attributs de la propriété vis-à-vis de l’esclave. Sur le plan socioéconomique, « afin de « maximiser » la rentabilité des troupeaux d’hommes, les frais d’entretien devaient être réduits au minimum »14. Suivant le contexte et l’évolution du marché, l’attitude des maîtres changeait concernant la reproduction de leurs esclaves : quand les marchés d’esclaves étaient bien approvisionnés, « les maîtres enrayaient leur reproduction » ; en effet, le coût de l’élevage de l’enfant humain, dont la croissance est lente, aurait lourdement grevé les frais d’exploitation des entreprises. Du fait de la rareté du matériel humain qui se manifeste à cause des changements socioéconomiques, « les maîtres ont, au contraire, favorisé la reproduction des esclaves et ont procédé à l’élevage de nouveaux-nés » à d’autres époques15.

  • 16 « L’utilité des animaux privés et celles des esclaves sont à peu près les mêmes, les uns et les au (...)
  • 17 Condamner l’état d’esclavage « ce serait condamner le Saint Esprit qui ordonne aux esclaves par la (...)

16Si le nombre des esclaves au sens classique a fortement diminué en Europe occidentale, l’importation et l’exportation d’esclaves vont fortement augmenter atteignant leur apogée au XVIIIe siècle, s’appuyant principalement sur la traite négrière. Les conditions effroyables de la traite, avec ses destructions, déstructurations directes ou indirectes de populations, et les migrations forcées qui la caractérisaient n’ont pas suscité de protestations importantes ou de condamnations juridiques ou théologiques. Le droit des gens admettait la légalité de l’esclavage et de la traite. Déjà justifié par Aristote dans l’antiquité grecque16, elle est soutenue jusqu’aux XVIIe et XVIIIe siècles par différents auteurs justifiant le phénomène, souvent en s’appuyant sur la religion comme Bossuet17.

17L’histoire de l’esclavage montre la diversité des situations, conduisant à mettre l’accent à certaines époques sur l’opposition entre « non libres absolus » et « non libres relatifs », plutôt que sur celle entre esclaves et hommes libres. Dans l’antiquité grecque, les hilotes lacédemoniens sont parmi les plus connus de ces hommes dont la situation était intermédiaire entre la liberté et la servitude.

18En Europe occidentale, entre le VIIIe siècle et le Xe siècle, le servage s’est substitué progressivement à l’esclavage classique. Mais il faut bien saisir, comme le souligne Georges Duby, grand spécialiste du Moyen âge, que le changement s’est fait insensiblement « sans être formellement sanctionné par une modification de vocabulaire et de règles juridiques ». L’esclave devient un serf. Au XIe et XIIe siècle, les serfs sont « pour une part descendants des esclaves du Haut moyen âge, et leur statut prolonge directement celui de leurs ancêtres ». De manière synthétique, Georges Duby précise les caractéristiques du serf :

19– l’absence de liberté : il est exclu du peuple, sous la responsabilité du maître, avec des incapacités diverses (sauf affranchissement).

20– Relation d’étroite dépendance personnelle vis-à-vis de son maître ; « il ne s’appartient pas, il est la propriété d’un autre homme, qui peut le léguer, le vendre (ou l’acheter), la dépendance est héréditaire et se transmet par les femmes ».

21– L’exploitation : « cette dépendance rend les serfs objets d’une exploitation qui revêt diverses formes » (services gratuits, charges particulières). Sur le plan économique, leur épargne appartient au maître. Toutefois, « ce pouvoir d’exploitation n’est pas illimité, comme celui qui pesait sur l’esclavage du très haut moyen âge ». Les transformations socioéconomiques, idéologiques (les impératifs de la morale chrétienne), juridiques (le développement de coutumes) contribuaient à lui fixer certaines formes, variables suivant les contextes.

  • 18 Id., p. 754.
  • 19 Id.
  • 20 Id.
  • 21 Id.
  • 22 Id.
  • 23 Id., p. 755.

22 « Le servage apparaît en Europe occidentale dans la continuité de l’esclavage avec certes, certains droits, mais auparavant concernant leur situationfamiliale, certains esclaves s’étaient vus bénéficier de certaines protections »18(théoriquement) liées principalement au christianisme. Aux XIe et XIIe siècles, « le groupe des serfs, dont les contours devenaient plus flous, se gonflait d’un apport considérable »19. Il tendait à « englober et à confondre » des descendants d’esclaves et des hommes et femmes d’ascendance libre « qui se trouvaient enserrés, à l’égard d’un patron dans une dépendance de nature analogue ». Pour des raisons d’insécuritéphysique et économique, ils étaient conduits « à se recommander, à se donner à un plus puissant20 ». La plupart avaient dû renoncer à leur indépendance sous la pression inexorable de la seigneurie locale ou, contraints par la misère (...) »21. Le fait de se donner (« la dédication de soi-même »22) entraînait pour les individus, qui en principe demeuraient libres, une aliénation très profonde. Le servage était une condition humiliante, contraignant à des gestes de soumission et maintenant une forte ségrégation dans la société23. L’évolution socioéconomique, politique et culturelle a fait que le servage tel qu’il vient d’être décrit avait très fortement décliné en Europe occidentale au XIVe et XVe siècle. Mais des systèmes analogues allaient se développer ailleurs, qu’il faudra analyser un peu plus loin dans nos développements.

  • 24 « L’esclavage comme atrocité de masse », dans Adams Jones, Crimes Against Humanity, Oxford, OneWor (...)
  • 25 Lengelle, p. 161.

23Si, progressivement, la situation de esclaves en Europe occidentale avaient connu certaines améliorations limitées, l’organisation de la traite des esclaves se fait dans des conditions particulièrement inhumaines24. Outre les recherches historiques, les premiers textes juridiques attestent de cette déshumanisation et de cette brutalité systématique. En France, le Code noir, ordonnance de mars 168525 « constituait la première protection légale des esclaves » qui leur était octroyée. Or cette protection était dérisoire, se traduisant surtout dans l’existence légale reconnue à la famille de l’esclave, sans remettre en cause la soumission et la brutalité des plus féroces. En outre, les moyens de surveiller et d’appliquer les quelques protections prévues n’existaient pratiquement pas, ou étaient très difficiles à mettre en œuvre.

  • 26 Voir Gérard Fritz dans ce dossier pour l’Angleterre, les États-Unis, la France.
  • 27 J. P. Berthe dansÉtats-Unis, l’esclavage, Encyclopedia Universalis, Esclavage, op. cit., p. 163.

24Au XVIIIe siècle, les débats et réformes juridiques dans les pays considérés comme modèles de libéralisme politique26 montrent bien que les revendications exprimées de la liberté laissent de côté le plus grand nombre et qu’en particulier l’esclavage n’était pratiquement pas remis en cause. D’ailleurs, c’est pendant ce siècle que la plupart des grandes puissances européennes purent participer au système de contrat appelé Asiento avec l’Espagne et obtenir légalement des débouchés importants pour les esclaves transportés par les sociétés contractantes27.

La survie de l’esclavage au-delà de l’abolition (1807-1926)

  • 28 La Grande-Bretagne interdit la traite des esclaves dans l’Empire britannique en 1807 ; l’Espagne a (...)
  • 29 La France révolutionnaire avait été un précurseur en 1791 à Haïti. L’abolition fut confirmée en 17 (...)
  • 30 Par exemple pour le Brésil en 1888 (même si le processus avait de manière limitée commencé en 1871 (...)
  • 31 Encyclopedia Universalis, corpus 16, servage, op. cit., p. 755. Georges Duby insiste sur l’expérie (...)

25Si la traite des esclaves fut abolie pour l’essentiel au début du XIXe siècle (tout au moins au niveau des instruments juridiques)28, l’abolition de l’esclavage fut plus lente à venir du côté des diverses puissances29 se prolongeant jusqu’aux années 1860 à 1880 et au-delà30. Le XIXe siècle a été un siècle d’exploitation intensive des esclaves, alors même que l’abolition de la traite des esclaves semblait acquise dès le début de la période. Simultanément, des phénomènes apparentés se maintenaient et parfois se renforçaient en lien avec les transformations du capitalisme, le quasi-achèvement du partage colonial du monde et la prise de contrôle impériale d’États devenus formellement indépendants (Amérique Latine) ou semi-colonisés (Empire Ottoman, Chine). Ils traduisaient la volonté d’un contrôle de plus en plus généralisé de la main-d’œuvre, tant au niveau de l’accès que des conditions de travail, dans les villes comme dans les campagnes, avec des modalités apparemment contradictoires mais dont le sens profond était le même. Parfois les régimes sociaux (soutenus le plus souvent par le cadre juridique), servaient à la fixation locale de la main-d’œuvre, comme cela a été le cas en Europe centrale et orientale avec ce qu’on a qualifié de « second servage » qui s’est développé alors que le servage classique avait presque disparu en Europe occidentale : les serfs étaient sous le contrôle des seigneurs propriétaires des terres où ils se trouvaient, à la suite des transformations politiques ayant conduit l’État « à remettre aux grands propriétaires fonciers le pouvoir sur les paysans, en attachant ceux-ci à la glèbe »31. Dans une grande partie de l’Amérique Latine, le péonage a complété l’esclavage après les indépendances du XIXe siècle qui n’ont pas consisté en une décolonisation mais dans une sécession dirigée et contrôlée par les colons et fonctionnaires issus des anciennes métropoles. Ces colons ayant confisqué l’exercice de la souveraineté étatique n’ont pas modifié profondément le cadre social, même si sur le plan théorique les principes hérités du droit continental européen étaient souvent revendiqués : mais l’individualisme qui en était le fondement a contribué à poursuivre la déstructuration sociale des communautés locales et des peuples autochtones exclus du pouvoir politique et social et la concentration des terres et des richesses au sein d’un groupe social très minoritaire. En outre, les éventuelles dispositions protectrices de la dignité et des droits des gens du commun étaient le plus souvent complètement inappliquées, traduction du décalage entre les discours juridiques et la protection sociale.

  • 32 Les réformes de Benito Juarez, le Président « indien » et anticolonialiste du Mexique ont facilité (...)

26C’est dans ce contexte qu’on a souvent parlé des « lois du ciel bleu » (blue sky laws) avec des avancées en matière de droits humains sans manifestation dans les sociétés concernées, mais permettant de renforcer la légitimité internationale des dirigeants en présentant un visage « progressiste »32. Les conditions de vie dans les latifundia étaient souvent terribles et proches de celles de l’esclavage « dur » : exploitation économique et oppression socialeétaient souvent appuyées sur le mécanisme juridico-financier de l’endettement qui attachait les paysans, leurs familles et donc leurs descendants à un maître qu’ils ne pourraient jamais rembourser (rémunérations dérisoires, fournituresfacturées très chères, taux d’intérêt élevés). Le système complétait la concentration financière et l’absence de droits des paysans sur la terre. Les puissances impériales de l’époque, Angleterre, puis États-Unis, qui avaient remplacé économiquement et politiquement les anciennes métropoles ibériques, soutenaient les régimes qu’ils avaient mis en place ou avec lesquels ils collaboraient.

  • 33 En particulier la Malaisie et dans une moindre mesure la Birmanie.
  • 34 En particulier dans les Iles Fidji, spécialisées par les colonisateurs dans la culture de la canne (...)
  • 35 En particulier dans Trinidad et Tobago et dans une moindre mesure la Jamaïque pour les Antilles et (...)

27La logique du capitalisme en mutation était aussi appliquée ailleurs dans les Empires. En Inde, les Britanniques facilitèrent la concentration foncière et le droit des propriétaires fonciers : en particuliers, ils encouragèrent la conversion de certaines institutions, comme le Zamindari, pour transformer ce qui avait été présenté comme un système de collecteurs d’impôts en un système de propriétaires fonciers, accompagné d’usuriers. L’absence ou l’insuffisance des terres mettaient dans de nombreux cas les paysans à la merci de ceux qui, localement, contrôlaient les terres et les ressources financières et de leurs maîtres coloniaux britanniques qui, après avoir contribué à une certaine désindustrialisation de l’Inde, orientaient la politique agricole vers des cultures de rente ou d’exportation, au détriment des cultures de subsistances. Même les systèmes considérés comme d’agriculture paysanne (ryotwari) subissaient l’impact de ces politiques. Toutefois, si le maintien des paysans sur place était souvent assuré par ce système, il n’en avait pas moins une autre fonction potentielle en permettant de pousser une main-d’œuvre sans terre et sans ressource à la mobilité géographique et en particulier à la migration internationale. Suivant les époques, les régions, les organisations (publiques ou privées), les circonstances de la migration et des conditions de migrations varient considérablement. Globalement, la migration de main-d’œuvre indienne fut utilisée par les acteurs politiques et les opérateurs économiques dans l’Empire britannique, pour appuyer la colonisation ailleurs, dans le secteur de la sécurité (police et armées en Afrique), celui des infrastructures(construction de voies ferrées, d’installations portuaires), celui des plantations(Asie du Sud Est33, Pacifique34, Caraïbe35), et les circuits commerciaux subalternes. Il y aurait beaucoup à débattre sur le caractère « volontaire » ou « forcé » de diverses situations ; mais la contrainte structurelle exercée par l’empire, ses entreprises (la Compagnie des Indes orientales) et leurs alliées et collaborateurs locaux a joué un rôle important. Toutefois, dans le pays où ils travaillaient, ils avaient parfois l’avantage d’être considérés par les colonisateurs européens comme une couche moyenne, servant de tampon entre les colons et les indigènes.

28Une migration internationale importante a eu lieu à partir de pays semi-colonisés comme la Chine. Le caractère volontaire de la migration, notamment lors de recrutements massifs par contrat, est ici aussi douteux, mais là où des réseaux plus anciens de migration existaient, il est probable que plus de liberté et de sélectivité existaient pour cette migration chinoise (vers l’Asie du Sud-Est en particulier, mais aussi vers le Pacifique et l’Amérique).

29Le contrôle de la force de travail était facilité par le déséquilibre des forces en présence dans l’ensemble du monde colonial et semi colonial. Des résistances et révoltes éclataient, mais étaient plus ou moins vite écrasées avec des cortèges d’atrocités qui, au-delà du sadisme et du racisme qu’elles exprimaient, rentraient dans une politique de terrorisme pour instiller la peur et la soumission.

  • 36 Il ne faut pas oublier qu’à la même époque, un peu au Sud, l’Allemagne se livre à des génocides en (...)
  • 37 David Renton, David Seddon, Leo Zeilig, The Congo. Plunder and Resistance, London, Zedbook press, (...)
  • 38 John Tully, The Devil’s Milk, New York, Monthly Review Press, 2012.
  • 39 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930, Paris, (...)
  • 40 D. Renton, op. cit., p. 27-28.
  • 41 Le Congo français connaît une vaste superficie, incluant notamment le futur Ubangui-Chari où la co (...)
  • 42 Coquery-Vidrovitch, op. cit., fait une remarquable présentation des mécanismes mis en place et des (...)

30Parmi les cas non évoqués précédemment, l’Afrique équatoriale est particulièrement emblématique. Chronologiquement, les phénomènes décrits se situent entre 1890 et 1920, à la fin de la période envisagée ici, c’est-à-dire jusqu’à la Première guerre mondiale et la création de la Société des Nations qui allait mettre le problème de l’esclavage sur l’agenda internationalinstitutionnel. Géographiquement, les colonisateurs impliqués sont multiples, avec toutefois la prépondérance des Belges et des Français, mais aussi une participation portugaise et britannique36. Économiquement, sont en cause des ressources naturelles en forte demande, dont le caoutchouc (« le caoutchouc rouge »37, « le lait du diable »38) est le produit de référence, à contrôler à tout prix, et un mode dominant d’organisation économique, la grande compagnie concessionnaire39 centrée sur son profit, sans responsabilité plus large et sans contrôle d’autorités extérieures, d’ailleurs inexistantes ou ineffectives conformément à la logique du système : c’est un système privé dans sa toute puissance, d’autant plus grande dans la logique déshumanisante coloniale et raciste. « Les villages se voyaient soumettre des exigences terribles, qui ne pouvaient être satisfaites que si les hommes du village consentaient eux-mêmes au travail forcé. Si les villages refusaient, l’armée de Léopold, la Force Publique était employée. Les maisons étaient brûlées et les mains des victimes étaient prises pour le paiement, comme preuve de tueries efficaces »40. Incendies, prises d’otage, pillages, viols, tortures et exécutions illustraient le contrôle exercé, le degré de violence utilisé. Cette forme d’esclavage au début du XXe siècle était utilisée pour l’exploitation économique de la force de travail et des ressources de la nature. L’analyse faite au Congo français41révèle le rôle de l’impôt (« pour obliger librement à travailler »), des bombardements et incendies (pour inspirer la peur et la terreur) et de la surveillance assurée (la consigne dans une des compagnies était de tirer à vue sur tout homme non occupé à cueillir du caoutchouc)42.

  • 43 Jean-Claude Fritz, Myriam Fritz-Legendre, « Les mutations de la question indigène : de “l’indigène (...)
  • 44 Voir aussi les travaux de Ward Churchill, Allison Palmer, Paul Farmeret Toby Rajan.

31La réalité est loin de « la conservation des indigènes » évoquée dans l’article 6 de l’Acte de Berlin. Pour ceux qui s’appuient sur une définition moins restrictive du génocide que celle qui a été retenue par la société internationale, il est remarquable de voir comment génocide43 et esclavage sont liés à plusieurs moments de l’histoire et dans plusieurs lieux. Si le génocide et le massacre apparaissent comme un gaspillage de force de travail, contraire à la logique du système, on s’aperçoit qu’ils peuvent avoir leur utilité, voire leur nécessité. Tout d’abord l’accès aux esclaves entraîne souvent des conflits violents, causant des pertes en vies humaines directement (par les armes) et indirectement (destruction, pénurie, déstructuration sociale). Ensuite, comme on l’a mentionné à propos du Congo, les tueries et tortures sont partie intégrante d’une stratégie terroriste pour obtenir une obéissance inconditionnelle, au moins temporaire : elles sont faites « pour l’exemple », même si dans certains cas, les auteurs apparaissent comme des psychopathes sadiques, ce qui ne signifie pas qu’ils ne sont pas liés aux pathologies du pouvoir44.

32Pour conclure cette perspective historique, le contrôle de la force de travail apparaît comme un trait majeur de l’esclavage, sous des modalités variables : l’esclavage, même en restant dans le monde européen et ses interactions avec l’extérieur, montre une diversité dans le temps et dans l’espace. Si le concept de propriété juridique est important pour certains types d’esclavages et certaines époques, il semble opportun de l’intégrer dans des catégories plus larges telles que celle de « contrôle quasi-absolu » d’une personne sur une autre, de « négation de l’autonomie d’une personne » et « d’aliénation », l’être déshumanisé étant étranger à lui-même, et sous influence/obéissance dans ses relations avec les autres et avec le monde. Ce qui compte, c’est le rapport social et sa perception, la manière dont il place l’individu dans la société mais aussi en lui-même. La réalité est loin de la « conservation des indigènes » évoquée dans l’article 6 de l’Acte de Berlin de 1885. Pour ceux qui s’appuient sur cette définition moins restrictive de l’esclavage, c’est une prolifération de formes qui caractérise ces mutations dans le maintien de logiques dominantes d’instrumentalisation et de marchandisation.

L’esclavage contemporain. La dynamique de l’esclavage à travers ses avatars contemporains

33Maintenir la définition classique juridique de l’esclavage comme propriété et chose apparaît comme un moyen de mettre en valeur desprogrès formels, en ignorant, occultant les réalités sociales qui s’y apparentent. La commission temporaire de l’esclavage de 1924 en avait déjà eu conscience dans ses propositions à la Société des Nations. La Conventionsupplémentaire de 1956 en ajoutant à l’esclavage « les institutions et pratiques analogues à l’esclavage » a fait un pas de plus, même si l’intitulé suggère bien la coexistence de deux définitions, l’une stricte et l’autre plus large, soulève certaines ambiguïtés car la Convention de 1926 relative à l’esclavage avait déjà montré les limites d’une définition stricte en réalisant certaines ouvertures.

  • 45 Sous-commission de la promotion et de la protection des droits de l’homme.
  • 46 Id. 52e session. Document de travail établi par David Weissbrodt et la société esclavagiste intern (...)
  • 47 Roger Botte, « Les habits neufs de l’esclavage. Métamorphoses de l’oppression au travail », Cahier (...)
  • 48 K. Bales et al, op. cit.

34Tenir compte des réalités et du sens des rapports sociaux réellement existants et de leurs conséquences, conduit à un réexamen permanent de la notion d’esclavage. Le travail de la Commission des droits de l’homme45 des Nations unies et la réflexion de chercheurs ont été dans ce sens : « des formes contemporaines de l’esclavage »46, « les habits neufs de l’esclavage »47, « l’esclavage moderne »48.

  • 49 Rapport Weissbrodt, op. cit, p. 5 (§7).
  • 50 Botte, op. cit, p. 663-664. Nous reviendrons plus tard sur cet article très intéressant dont nous (...)
  • 51 Id. p. 664. Le débat et l’analyse juridique sont développés dans ce dossier par Nadia Belaidi pour (...)

35Cette intention d’élargissement est cependant accompagnée de la volonté d’éviter une dissolution de la notion d’esclavage dans l’ensemble des mécanismes d’injustice, d’exploitation et d’oppression : « (…) il est nécessaire qu’il y ait un consensus international quant aux pratiques qui entrent dans la définition de l’esclavage. À vouloir interpréter ce concept comme englobant toutes les injustices sociales ou violation des droits de l’homme pouvant se produire, on court le risque de lui faire perdre toute signification »49. Encore plus incisif, Roger Botte, critique le « fourre-tout sémantique » issu de la juxtaposition de formes et agencements multiples, encouragé par les tâtonnements des organisations internationales : pour lui, « l’utilisation indue d’un ancien concept, la récupération de l’esclavage en tant que sujet historique, est ici éminemment politique : il s’agit de choquer l’opinion par une sorte de métaphore de l’inacceptable »50. L’auteur souligne la complexité et parfois la gêne que révèlent les débats contemporains. Malgré certains désaccords, nous le rejoignons quand il conclut sur l’évolution des définitions : « passant de l’interdit d’exercer sur autrui un droit de propriété à la référence à des situations contraires à la dignité humaine ; prenant en compte des nouveaux visages de l’esclavage, elles élèvent celui-ci au rang de crime contre l’humanité »51.

  • 52 Yves Benot, La modernité de l’esclavage. Essai sur la servitude au cœur du capitalisme, Paris, La (...)

36L’esclavage se maintient et se diversifie52. Même s’il couvre des significations d’ordres multiples, son sens est bien à rechercher dans le contrôle étroit de la main-d’œuvre, l’imposition d’une servitude multiforme. C’est bien pourquoi les risques de confusion et les ambiguïtés ne doivent pas empêcher d’en rechercher ses formes contemporaines, survivances, mutations, métamorphoses, avatars.

37Le défi est de regrouper les différentes formes de l’esclavage aujourd’hui, avec leurs convergences, mais aussi parfois des différences apparemment importantes. D’où le travail autour des notions que les juristes sont habitués à utiliser pour gagner en souplesse et adéquation au réel, parfois au risque d’une perte de rigueur : recherches des institutions et pratiques analogues à l’esclavage, similaires en substance ou d’effets similaires, équivalentes en substance ou d’effets équivalents, etc.

38En partant d’études déjà faites, on peut dresser une nomenclature des formes d’esclavage moderne les plus couramment répertoriées en les commentant ; ensuite, la recherche de quelques autres situations apparentées sous certains aspects à l’esclavage mais non clairement retenues, permettra de comprendre comment des changements apparemment fondamentaux ne sont que des adaptations de la même logique à un contexte changé.

Les formes d’esclavage moderne les plus couramment reconnues

39Tableau des formes modernes d’esclavage :

  • 53 Weissbrodt, op. cit. p. 10 à 15.
  • 54 Bales et al, op. cit. p. 32.

WEISSBRODT53

BALESet al.54

A/ servage

B/ travail forcé

Travail forcé (forced labor)

C/ Servitude pour dettes

Servitudes pour dettes (debt bendage)

D/ exploitation des travailleurs migrants

Travail des migrants illégaux

E/ traite des êtres humains

F/ prostitution

prostitution

G/ mariage forcé et vente des femmes en vue du mariage

Questions diverses :

colonialisme

apartheid

trafic d’organes humains

inceste

Trafic d’organes

Caste

violence à enfant (Child abuse)

travail en prison

prostitution forcée

40Les convergences entre les deux tableaux sont fortes, renforcées par des approches très semblables : le travail forcé, la servitude pour dette, la prostitution, sont présents dans les deux textes : en outre, la traite des êtres humains est retenue par les deux, mais figure dans la liste des formes d’esclavage dans le Weissbrodt, alors qu’elle est considérée comme un simple mécanisme dans le Bales. Le trafic d’organes est inscrit dans la deuxième liste et apparaît sous forme de « question » complémentaire dans la première ; l’inceste figure parmi les « questions » complémentaires dans la première liste et se retrouve dans la catégorie plus large des atteintes sexuelles aux enfants dans la seconde.

41Les différences se manifestent surtout dans la vision plus structurelle que laisse transparaître le rapport Weissbrodt, au moins au niveau des questions discutées. Le servage y apparaît en premier et illustre la continuité historique avec ce qui se passait au XIXe siècle et son importance continue en Amérique Latine, surtout après les contre-réformes agraires et la marchandisation accrue de la terre dans l’époque néolibérale, pendant les vingt-cinq dernières années ; même si l’on peut considérer qu’il se mêle souvent au travail forcé et à la servitude pour dette, le servage mérite par son lien profond avec la question agraire de figurer de façon autonome dans la liste. L’apartheid et le colonialisme, qui font partie de la liste des questions complémentaires (Weissbrodt) sont caractérisés par des situations de dépossession, de mise en dépendance, de soumission à la violence et d’exploitation du travail, et regroupent donc des caractéristiques de l’esclavage dans un système social plus large, sorte de matrice globale de l’esclavage sous diverses formes, porteuses d’une même logique. L’approche juridique internationale conduit la liste W à ne pas inclure le travail dans les prisons, légal, alors qu’il est pris en compte par la liste B comme forme d’esclavage ; car il prend une importance considérable et correspond assez souvent, à des degrés certes divers, aux critères de l’esclavage.

  • 55 La présentation du « système des castes », voire l’existence même de ce système, font l’objet de d (...)

42Ces listes regroupent des phénomènes et des processus qui souvent s’entrecroisent, qui peuvent affecter une même personne, soit simultanément, soit successivement. Saisir la situation suivant qu’elle exprime un comportement chronique ou un statut social exige un sérieux effort de connaissance du contexte. Les définitions retenues sont essentiellement pour l’interprétation et la qualification des situations observées : la distinction entre « prostitution forcée » et « prostitution » (liste B) apparaît souvent difficile à faire si l’on part d’une définition de la violence incluant les aspects structurels et culturels ; les castes (liste B) ne sont pas faciles à classer globalement dans le système de l’esclavage, même si parmi les Dalit (et aussi les Adivasi), l’esclavage est considéré comme largement répandu55.

43La complexité ne résulte pas seulement de l’articulation de certaines formes d’esclavage cumulativement, mais aussi de la différenciation interne aux diverses catégories. On peut expliquer cette complexité/diversité par le fait que l’esclavage recouvre non seulement le contrôle de la force de travail mais aussi de certains produits de cette force de travail, même si dans divers cas, la classification n’est pas évidente.

  • 56 Dans les catégories comme le servage, le rapport à la terre et aux activités agricoles demeure for (...)

44Le contrôle de la force de travail domine dans le servage, la servitude pour dette, le travail forcé, l’exploitation des travailleurs migrants et dans les catégories légales du travail pénitentiaire : l’esclavage est dans ces divers cas une force productive indépendamment de ce qu’il produit, contribuant à augmenter les profits par son coût peu élevé56.

  • 57 Outre le fait qu’elle se fait souvent illégalement, une partie de l’adoption nationale ou internat (...)
  • 58 L’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud, les Antilles et l’Amérique centrale figurent parmi les zones par (...)

45Dans d’autres cas, ce qui est produit, c’est-à-dire les biens et les services, tient la place principale exprimant une déshumanisation évidente. La traite d’organes et l’adoption « forcée » transforment les humains en marchandises57, comme le trafic de certains travailleurs immigrés, de même que d’autres composants du trafic d’êtres humains. Les services tiennent aussi une place importante : services domestiques et services sexuels font mondialement l’objet de traites internationales, mais aussi de commerces dans un cadre national, en liaison avec l’exode rural, et avec les inégalités régionales58. Les traites et trafics mobilisent une main d’œuvre importante, en particulier pour le transport et pour la surveillance, la « sécurité » leur donnant une efficacité particulière : parfois une fraction du personnel subalterne utilisé à ces tâches peut être prélevée parmi les esclaves, dont ils partagent la condition sociale.

  • 59 D’après l’Anti-Slavery
  • 60 Id., couverture.
  • 61 On doit noter que pour certains auteurs, les formes d’exploitations diverses, y compris ce que nou (...)

46Les nouvelles formes d’esclavage laissent subsister l’esclavage classique, estimé au début du troisième millénaire à 1 à 3 millions de personnes (2,7 millions selon une source59), surtout en Afrique du Nord et au Sahel. Les formes d’esclavage moderne60 regroupent une population plus nombreuse (le nombre de 27 millions a été suggéré pour le total), l’esclavage traditionnel (Chattel Slavery) ne constituant donc qu’environ 10% du total. Les chiffres ne sont qu’indicatifs et pourraient bien être sous-estimés si l’on s’en tient aux catégories évoquées, compte tenu de nos observations concernant l’Amérique Latine et l’Afrique. Et ils ne couvrent que certaines formes d’apparition ou de généralisation modernes qui pourraient sensiblement les augmenter61.

Les banalisations de la brutalité des rapports sociaux

47La plupart des réflexions précédentes s’appuient sur des approches individualistes, centrées sur les droits humains. De ce fait, ellesn’approfondissent pas la logique économique qui entraîne depuis deux décennies une régression de la protection du travail et des droits économiques et sociaux, renforcée par la brutalité croissante des rapports sociaux. Est-il pertinent de voir dans la régression normative et dans la détérioration des conditions de travail des processus ouvrant la porte à une tolérance croissante de l’esclavage, voire à l’apparition d’une nouvelle génération de ses manifestations ?

  • 62 « Vous devez aimer l’argent et le poursuivre inlassablement. Aimez l’argent jusqu’à la folie. Ador (...)
  • 63 Le mot anglais mobbying est parfois employé.
  • 64 Vincent de Gaulejac, La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial e (...)

48La course au profit de la part des employeurs, la privatisation du cadre normatif, l’affaiblissement de l’organisation collective des travailleurs accompagnent l’individualisme et la marchandisation croissantes dans les milieux dirigeants, politiques et économiques, de la société en cours de mondialisation62. L’accès au travail est de plus en plus difficile. La position de négociation du salarié (quand on est dans le cadre du salariat) est de plus en plus difficile, ce qui se traduit par des salaires de plus en plus bas et des conditions de travail de plus en plus difficiles. Le harcèlement au travail63, la souffrance au travail se généralisent, non pas par accident, mais comme résultat de la logique du système d’exploitation inscrit dans des politiques conscientes de gestion des ressources humaines64. Ces politiques dissimulent de plus en plus souvent derrière un cadre juridique formel issu de la politique contractuelle.

49Dans le monde non européen, le travail dans les exploitations agricoles et minières se fait sur une base contractuelle individuelle, avec une rémunération (basse) conditionnée par des performances pratiquement impossibles à atteindre. Ainsi, dans ces secteurs (surtout dans l’agriculture), le travail est familial, la femme et les enfants donnent un « coup de main » pour permettre au travailleur d’atteindre la performance exigée et ainsi de conserver son emploi.

50Ce contrat de travail est de manière croissante signé entre des partenaires dans un rapport de force très déséquilibré. On en arrive, dans la période récente, au développement de contrats de plus en plus « vides » de contenus, comme les contrats de type zero hour où le salarié bénéficie d’un contrat de travail qui ne lui garantit aucun travail, mais le lie à son employeur en fonction des besoins de ce dernier. Au début de 2014, déjà plus de 300 000 contrats de ce type existaient en Grande Bretagne, traduisant un contrôle de la force de travail, mise à la disposition, sans pouvoir sur les heures de travail éventuelles, et pratiquement sans contrepartie réelle, sauf l’entrée dans le cadre juridique des travailleurs non chômeurs. Dans la logique actuelle de plus en plus de contrats donnent à l’employeur le contrôle sur le temps, le rythme et le lieu de travail qui débouche sur un contrôle de la vie du salarié, avec la destruction ou la fragilisation de liens sociaux qui l’entourent.

  • 65 Isabelle Demongeot, Philippe Kahn, dans Philippe Kahn et Jean Claude Fritz, La gestion des ressour (...)
  • 66 Parfois 10% du prix pour le produit de qualité contractuelle, voir Kacem Taj, L’extraversion de l’ (...)
  • 67 Ernest Feder, Strawberry Imperialism. An Enquiry into the Mechanisms of Dependency in Mexican Agri (...)

51Cette situation d’enserrement vis-à-vis d’un partenaire n’est pas limitée au contrat de travail. Dans les années 1970 et 1980, les contrats d’intégration et de quasi-intégration se sont multipliés65 dans le secteur de l’agriculture, conduisant de petits agriculteurs à se soumettre à une organisation de leurs activités décidée à l’extérieur. La dépendance est très forte : contrôle des intrants agricoles, semences, engrais, pesticides, de l’équipement mécanique, de la technologie employée, du débouché des produits, de leur qualité avec les produits non conformes rejetés ou récupérés à des prix dérisoires66. Le risque climatique et sanitaire est supporté par l’agriculteur qui reste soumis à l’entreprise partenaire et aussi à l’État où s’écoulent ses exportations67. Les agriculteurs n’ont souvent pas d’alternatives face à la situation de monopole de leur partenaire et aux pressions exercées par ses collaborateurs locaux : peu ou pas de libre choix, exposition à la violence structurelle, voire physique, exploitation économique, en quoi ces petits producteurs parfois statistiquement classés comme indépendants se trouvent-ils dans une situation substantiellement différente de l’esclavage ? En quoi leurs relations économiques sont-elles le produit de « l’autonomie de leur volonté ? ».

52Cette forme de contrôle de travail agricole s’ajoute au servage, et au travail forcé agricole, tout en présentant un cadre apparemment respectable de conformité au droit, au formalisme juridique. L’activité de sous-traitance dans divers secteurs peut présenter des caractères proches, sans qu’ils soient toujours aussi marqués.

  • 68 La Chine et les États-Unis sont parmi les grands États du travail carcéral, en chiffre absolu ; pa (...)
  • 69 Loic Wacquant, « De l’esclavage à l’incarcération de masse. Notes pour repenser la question noire (...)

53Une vraie question d’importance croissante est le travail pénitentiaire. Certes, il n’est pas nouveau, au XVIIIe et XIXe siècle, les Britanniques utilisaient une partie de la main-d’œuvre pénitentiaire dans les migrations forcées coloniales en Amérique du Nord, puis en Australie, comme la France le fit un peu plus tard, en Algérie, en Guyane, en Nouvelle Calédonie, etc. Les bagnes des divers États étaient aussi des lieux de travail forcé. Mais dans la période actuelle, alors que les bagnes « traditionnels » ont pour la plupart disparu, une politique pénitentiaire nouvelle68 pousse à la « rationalisation et à la privatisation de l’exploitation du travail carcéral ». Aux États-Unis, le poids de la population pénitentiaire lui fait jouer un rôle important dans le marché national du travail, contribuant à la fragmenter et à réduire le coût de la main-d’œuvre. Il est également lié au racisme institutionnel : l’incarcération de masse, sélective racialement et socialement, apparaît comme une « institution particulière »  afin de définir, de confiner et de contrôler les Afro-américains »69.

  • 70 Id., p. 272.

54La privatisation croissante du système pénitentiaire illustre son rôle dans la mondialisation actuelle, comme moyen de contrôle de la main-d’œuvre et de baisse des coûts du travail. En ce qui concerne les Afro-américains aux États-Unis, Loic Wacquant estime qu’on n’est plus dans une « société d’esclaves », mais dans une « société esclavagiste authentique », où « le travail servile est le moyen de la production économique et de la structure de classe, et la relation maître-esclave fournit le modèle sur lequel se bâtissent ou s’infléchissent tous les rapports sociaux (...) »70.

55Les inégalités et l’endettement sont les terreaux sur lesquels fleurit l’esclavage, mais aussi des mécanismes de mise en place des rapports sociaux de contrôle, de soumission et d’exploitation. C’est vrai tant au niveau des relations interpersonnelles que dans les rapports de classes et de groupes sociaux et aussi que dans les rapports entre États. Ces différents niveaux entretiennent des relations étroites, même si elles sont complexes.

56Cet aspect structurel contribue à l’invisibilité de l’esclavage moderne, à sa non reconnaissance ou à sa banalisation. Un réexamen rapide des éléments dont la combinaison permet de comprendre le phénomène.

  • 71 J.-C Fritz, » Mondialisation et déstructuration des cadres et conditions de vie », Santé Publique, (...)
  • 72 J. Bakan, 2011, op. cit., p. 37.
  • 73 Aminata Traore, Le viol de l’imaginaire, Paris, Hachette-pluriel, 2002.
  • 74 John Brown-Childs, «Transcommunautary: From the Politics of Conversion to the Ethics of Respect in (...)

57La perte de l’autonomie et la mise en dépendance sont difficiles à admettre dans une époque considérée comme l’âge de la liberté. La mondialisation contemporaine, assurée par le système capitaliste néolibéral et l’appareil institutionnel et culturel qui l’accompagnent, peut difficilement être associée à une régression dans la liberté, voire à sa suppression... L’être humain qui ne s’y soumet pas est considéré comme un attardé de l’histoire : la compétitivité, la productivité, la flexibilité, la mobilité sont des qualités sans arrêt mises en avant dans le discours politico-économique dominant, les dissociant complètement de la précarité, de la surexploitation, de la dégradation des liens sociaux, de la solitude et des troubles psychologiques qui les accompagnent71. Les addictions multiples s’étendent : alcool, drogue, sexe, média, jeux vidéo, réseaux sociaux, etc. Elles constituent des obstacles à l’autonomie et à sa construction quand elles touchent les jeunes enfants. Les émotions72 et l’imagination73 sont contrôlées pour des raisons économiques et politiques de profit et de domination par des agents extérieurs au service du marché et du pouvoir. La publicité et la propagande sont facilitées par le formatage souvent encouragé par l’éducation aux dépens de l’observation, de l’esprit critique et de la maturation. L’homogénéisation et la rapidité de réaction encouragées rejoignent bien – dans un contexte d’individualisme et de rejet de l’autre, du différent – l’équation du chercheur-activiste John Brown-Childs74 : homogénéisation + fragmentation = soumission dans la logique de la mondialisation actuelle (face à hétérogénéité + coopération = résistance et liberté dans la logique de la lutte « antisystémique »). Socialement et psychologiquement, les êtres humains sont orientés vers une culture de narcissisme et du cynisme, marqués par le fatalisme et le pessimisme, conduits à la soumission et à l’obéissance, avec un système de transgressions parfois violentes mais en générale inoffensives pour le système ou récupérables par lui. La valorisation de l’égocentrisme et de la réussite inscrite dans un monde de hiérarchisation sociale limite en effet les réactions dans une durée relativement courte et/ou dans un espace de solidarité limité : d’où le poids de l’apathie, de l’indifférence concernant le sort des autres (qui n’empêche pas de fortes poussées émotionnelles lors d’événements particuliers fortement médiatisés), causés ou aggravés par l’amnésie ou l’anesthésie, occultant ou rendant supportable l’intolérable. Dans ces conditions, la banalisation des formes d’esclavage moderne s’explique bien, d’autant plus qu’on peut aussi bien y participer que s’en libérer dans le virtuel ou dans l’imaginaire.

  • 75 J.-C. Fritz, Mondialisation, op. cit. ; Peadar Kirby, Vulnerability and Violence. The Impact of Gl (...)
  • 76 Benjamin Barber, L’empire de la peur. Terrorisme, Guerre, démocraties, Paris, Fayard, 2003 ; J.-C. (...)
  • 77 En Amérique Latine et en Asie du Sud et du Sud-Est, de nombreuses observations et études confirmen (...)
  • 78 Cette violence rend d’autant plus impressionnantes les résistances qui ne cessent de se manifester (...)

58La société mondialisée actuelle serait, d’après certaines statistiques, moins violente que celles d’époques antérieures. Comme on l’a déjà dit, cela dépend des définitions de la violence, qui sont retenues75. Depuis la seconde guerre mondiale, la peur a été un outil puissant de mobilisation et de soumission dans les démocraties libérales occidentales. Après la fin de la guerre froide, contrairement aux attentes de certains, la peur et les discours sur l’insécurité ont prospéré76, liés au rejet des autres, exprimant de plus en plus souvent un sentiment de haine. Présentés officiellement comme des outils de lutte contre la violence, les différents appareils de sécurité ont proliféré et sont devenus eux-mêmes une part de plus en plus active de cette violence, les guerres et interventions militaires étant légitimées par les acteurs dominants de la société internationale comme des moyens de paix. L’omniprésence de la violence et ses manipulations constantes, internationalement comme socialement, l’ont banalisé, à tel point que la violence marquant la condition sociale de l’esclave n’en devient qu’une parmi d’autres, parfois étroitement liées à elle. Dans de nombreux pays, en particulier en Amérique Latine, mais aussi en Inde et Asie du Sud-Est, ceux qui se sont opposés à l’instauration de l’esclavage moderne ont été traités de « subversifs », de « terroristes », par les grands propriétaires fonciers, les businessmen qui les ont dénoncés comme tels aux autorités locales, leurs complices : prison, torture, exécution, disparition ont été le sort de dizaines de milliers de résistants, luttant contre la mise en place de l’esclavage moderne. La privatisation, persistante ou croissante suivant les lieux, des forces de sécurité, utilisant la violence avec la tolérance ou la complicité des organes d’État, a rendu la situation encore plus complexe, chacun essayant ainsi d’évacuer la responsabilité au cas où l’impunité serait un jour mise en cause. Milices privées, tueurs à gages de grands propriétaires fonciers, gangs armés, escadrons de la mort, groupes paramilitaires et mercenaires interviennent dans cette violence, exerçant une pression et une répression impitoyable sur beaucoup d’esclaves modernes, qu’ils soient travailleurs agricoles, ouvriers d’usine, ou « travailleurs du sexe ». Le contrôle de l’esclavage moderne et de son approvisionnement est devenu une des activités les plus lucratives de nombreux réseaux mafieux, avec la drogue et le trafic d’armes77. Dans ce contexte, face à des autorités administratives, judiciaires, policières et militaires dont une partie est corrompue, complice, voire codirigeante de ces réseaux, la peur règne et crée une soumission absolue, condition de survie, même si ce n’est pas une garantie. Les « esclaves modernes » sont soumis à la surveillance la plus sévère et à la violence extrême, sans possibilité de faire respecter les droits qui peuvent leur être théoriquement reconnus78.

  • 79 Bales et al, op. cit., p. 29.

59Quant à l’exploitation économique, elle s’est encore développée par la masse des profits générés, même si les différences de contextes et la complexité rendent dangereuse la généralisation. Un tableau dans Modern Slavery indique parmi les traits du nouvel esclavage, le différenciant avec l’ancien : « de très bons coûts d’achat », « de très hauts profits », « un surplus d’esclaves » potentiels, la « jetabilité » (disposal) des esclaves. Il nous semble que l’opposition peut être discutée et nuancée, mais la disponibilité d’esclaves potentiels et les hauts profits qu’ils permettent sont en effet des traits de la mondialisation en cours (moyens techniques et financiers, facilité de surveillance et de transport). Même si la condition de l’esclave moderne n’est pas forcément pire que celle de l’esclave ancien, les prix extraordinaires payés pour les biens et services qu’il produit ou « offre » expliquent les taux de profit extra-ordinaires, atteignant 800 %79, et sans doute plus.

60De temps à autre, une couverture médiatique particulière montre la brutalité et la rentabilité de ces formes d’exploitation économique. Dans le premier trimestre 2014, la construction des stades pour le Mondial de football au Qatar et l’industrie textile au Bangladesh ont attiré une attention particulière. Au Qatar, le problème était celui de l’absence de droits des travailleurs migrants sur contrats en provenance surtout d’Asie du Sud et du Sud-Est. La quasi captivité de fait, assurée par la collaboration des entrepreneurs et de l’administration, se traduisait par la confiscation des documents d’identité et le contrôle des déplacements, la violence par de mauvais traitements et des conditions de travail très pénibles, l’exploitation économique par des salaires très faibles, dans une ambiance de racisme particulièrement agressif et humiliant et de corruption ne permettant pas aux pauvres d’avoir recours au système judiciaire pour défendre les quelques droits qui leur étaient théoriquement reconnus. La presse internationale a fait ouvertement référence à l’esclavage pour décrire leurs conditions et a exprimé son indignation. Toutefois, le Qatar, comme la plupart des États de la péninsule arabique qui partagent ces pratiques, n’ont pas connu une pression très forte ou très durable. Des groupes dirigeants de ces États étant des alliés économiques, stratégiques et politiques importants de l’Occident, dans une région clé.

61L’effondrement d’une usine textile au Bangladesh concernait principalement des travailleurs locaux. Derrière les centaines de morts ont été évoquées les conditions de travail inhumaines imposées aux femmes et aux enfants qui représentaient l’essentiel de l’effectif, leur exposition aux risques sanitaires et environnementaux, leur très faible rémunération, l’impossibilité de faire entendre leur voix dans l’entreprise. Ce qui unissait ces deux événements, c’était leur lien étroit avec la mondialisation : la fête sportive mondiale du football concerne certes le monde entier, mais l’enjeu financier et médiatique est principalement occidental. Au Bangladesh, comme dans d’autres pays voisins, les vêtements produits par les « damnés de la terre » servaient à approvisionner la consommation de produits de haut luxe de l’élite mondialisée. La solidarité du système économique mondial avec ces formes de nouvel esclavage, plus ou moins reconnues comme telles à cette occasion, était bien mise en évidence lors de ces événements. Mais l’indignation et la protestation ne pouvaient pas se maintenir dans ce contexte sans remettre en cause l’organisation économique du monde, que le système capitaliste néolibéral mondialisé a pu imposer à la plupart du reste de la planète. Ce qui était présenté comme des abus particulièrement choquants n’étaient que l’expression de l’orthodoxie économique dominante : l’écrasante majorité des médias ne pouvaient aller jusque-là dans leur analyse.

  • 80 Geneviève Lebaron, Alison Ayers, «The Rise of New Slavery? Understanding Afrikan Unfree Labor thro (...)
  • 81 Id., p. 872 à 886 et 888 à 889. Les théories de F. Hayek, un des fondateurs du néolibéralisme, son (...)

62D’une manière moins médiatisée, mais tout aussi exemplaire, l’évolution de la situation en Afrique montre la réalité de cette brutalité en lien avec la dynamique de la mondialisation. Se posant la question du « nouvel esclavage » en Afrique, des chercheurs ont récemment montré  la croissance du travail non libre en Afrique, sous le néolibéralisme, avec l’expansion de l’économie « productive » informelle et la marchandisation de la reproduction sociale, deux phénomènes qui génèrent des profits accrus pour le système économique mondialisé, tout en appauvrissant et en déstructurant gravement les sociétés africaines dans leur majorité80. Leur conclusion, renversant les dogmes du néolibéralisme est que le néolibéralisme apparaît comme une route vers la servitude pour la majorité des Africains et non un moyen d’en sortir81.

  • 82 Abdul-Raheem Tajudeen, La vérité aux puissants, le Cap, Pambazuka press, 2011, p. 185.

63C’est la particularité de la situation actuelle : une avancée apparente des droits humains, notamment par le biais des crimes contre l’humanité qui semblent mettre radicalement en cause le phénomène de l’esclavage, au nom du combat pour la dignité82 ; simultanément, un approfondissement des mécanismes d’exploitation et de contrôle, dans la logique financière du marché et du profit, qui multiplient les déguisements et les avatars nouveaux sous lesquels se dissimulent les caractères clés de l’esclavage.

64La domination actuelle, de fait, du droit des affaires sur les droits humains et le droit de l’environnement, exprime un rapport de force qui n’est pas celui des années 1970 : le débat actuel n’est pas seulement celui de l’application du droit mais bien celui de la hiérarchisation entre des droits contradictoires. La liberté l’emporte, mais c’est celle des affaires et non pas celles des esclaves.

65Mais la situation n’est pas figée : l’ampleur des résistances, comme la violence des répressions révèle que le système en place n’est pas un système hégémonique (au sens gramscien), dans une grande partie de la population du monde, mais un système de domination, assuré par la force.

  • 83 Id., p. 207.

66« La question est de savoir si la primauté du droit est simplement un concept utilisé par les nations et les classes puissantes pour légitimer leur domination sur les nations et les classes les plus pauvres et les plus faibles. Elles prêcheraient pour la primauté du droit lorsqu’elles y trouveraient des intérêts, mais se passeraient rapidement de toute notion de droit si leurs propres intérêts sont [sic]menacés ». Les propos d’un chercheur nigérian décédé prématurément exprimaient la position d’un groupe substantiel de chercheurs, dispersés dans le monde entier. Il en est de même de son observation suivante : « pour beaucoup, en dépit de l’histoire et des subtilités juridiques, l’esclavage n’est pas mort ; il a seulement muté en une autre forme d’exploitation et de domination, qui nous rabat encore et toujours en bas de la liste selon la plupart des critères de développement humain ». Les dirigeants africains ne sont pas très revendicatifs, peut-être parce qu’ils craignent « qu’on établisse un parallèle gênant avec l’état d’esclavage des temps modernes, auxquels ils réduisent la population en collaborant au marché libre, à la privatisation, à la modernisation et à la globalisation »83.

  • 84 Bales et al, op. cit., p. 30. De manière plus précise, nous renvoyons aux autres contributions du (...)
  • 85 Contrairement à l’approche de l’ouvrage de Bales et al, qui juge que toute rémunération fait sorti (...)

67Cette dimension macroéconomique de l’esclavage, systémique, a comme caractéristique que les maîtres sont une classe ou un groupe social avec leur hiérarchie qui assure la répartition des profits. Elle s’inscrit bien dans l’approche générale. Les esclaves ont perdu leur libre volonté (free will), sont sous un contrôle violent, sont économiquement exploités, et ne reçoivent pas de paiement84, ou peut-être pour nuancer, reçoivent des paiements dérisoires85.

68L’esclavage n’a pas disparu à l’époque contemporaine et on a des raisons de penser qu’il est en expansion, concernant des dizaines de millions de travailleurs au-delà des catégories classiques, et beaucoup plus si on intègre leurs familles. Sans remettre en cause l’ordre économique et politique actuel, il est à attendre au mieux des améliorations ponctuelles et limitées et au pire une extension sous des formes en partie nouvelles.

Haut de page

Notes

1 Madeleine Grawitz, Lexique de Sciences sociales, Paris, Dalloz, 1983, p. 152.

2 Kevin Bales, Zoe Trodd, Alex Kent Williamson, Modern Slavery, Oxford, One World Publications, 2009.

3 M. Grawitz, » Esclavage : condition d’un individu appartenant à un maître qui l’a acheté, l’a capturé ou possédait déjà ses parents. Situation difficile à préciser du fait de ses variations dans le temps ou dans l’espace ». L’auteur précise que l’esclavage impliquait des incapacités et que dans certains systèmes il y avait des droits de l’esclave constituant un véritable statut.

4 K. Bales et al, op. cit., p. 32.

5 K. Bales et al, op.cit., en particulier p. 29 à 35.

6 Paul Farmer, Pathologies of Power, Health, Human Rights, and the New War on the Poor, Princeton, Princeton University Press, 2011.

7 Article 1§1 de la Convention relative à l’esclavage du 25 septembre 1926, cité dans Formes contemporaines d’esclavages, L/CN4/sub 2/2000/5, 26 mai 2000, p. 5.

8 Id. p. 6.

9 La servitude pour dette, la réduction de l’esclavage de personnes sous le couvert de l’adoption d’enfants et de l’acquisition de jeunes filles par achat déguisé sous forme de remise de dot, ibid. p. 27. Le servage, les pratiques restrictives de la liberté de la personne ou tendant à l’acquisition d’un droit de contrainte sur les personnes, ou les plaçant dans une situation analogue à l’esclavage. La Convention de 1926 n’a pas été aussi radicale que les travaux de la Commission temporaire de l’esclavage de 1924, approuvés ultérieurement par le Conseil de la Société des Nation en ce qui concerne « le régime de travail obligatoire public ou privé, rétribué ou non » ; au lieu de la considérer comme une forme d’esclavage comme la Commission le souhaitait, la Convention l’admet comme légal sous certaines conditions : « le Travail forcé ou obligatoire ne peut être exigé que pour des fins publiques » » et les États ont obligations « d’éviter que le travail forcé ou obligatoire n’amène à des conditions analogues à l’esclavage », id. p. 5, faisant référence à l’article 5.

10 Id. p. 6.

11 Id. p. 7.

12 Id. p. 5.

13 Encyclopedia Universalis, article « Esclavage 1. Analyse de l’institution », corpus 7, 1984, p. 159 et al. Ces expressions sont celles de Maxime Lengelle, un des auteurs principaux de l’article au demeurant plutôt bref. Il utilise pour l’esclavage ancien le qualificatif de « doux », qui exprime un sens du relatif, mais que nous ne pouvons reprendre à notre compte pour l’ensemble du contexte spatio-temporel concerné. Notre position éthique et diverses sources historiques ne nous permettent pas d’adhérer à certaines observations appuyées sur d’autres choix scientifiques et axiologiques : « la première fonction sociale de l’esclavage que l’on désigne par les qualificatifs « doux » ou « ancien » fut donc de préserver le prisonnier et de lui permettre de travailler pour le profit d’un maître, sinon charitable, du moins conscient de son intérêt à long terme ». L’auteur poursuit en s’appuyant sur Fustel deCoulanges : c’est ce « besoin réciproque que le pauvre a du riche et que le riche a du pauvre » qui en fait des serviteurs.

14 M. Lengelle rappelle les conseils de Caton dans son De re rusticae. Ce qui rappelle l’existence de ces « troupeaux d’hommes » dans l’antiquité romaine, au côté de l’esclavage domestique. Id. p. 159.

15 Id. p. 151-16

16 « L’utilité des animaux privés et celles des esclaves sont à peu près les mêmes, les uns et les autres nous aident par le secours de leur force corporelle à satisfaire les besoins de l’existence », id. p. 160.

17 Condamner l’état d’esclavage « ce serait condamner le Saint Esprit qui ordonne aux esclaves par la bouche de Saint Paul, de demeurer dans leur état et n’oblige point les maîtres à les affranchir », écrit Lengelle, citant Bossuet, id. p. 161.

18 Id., p. 754.

19 Id.

20 Id.

21 Id.

22 Id.

23 Id., p. 755.

24 « L’esclavage comme atrocité de masse », dans Adams Jones, Crimes Against Humanity, Oxford, OneWorld Publ., 2008, p. 58.

25 Lengelle, p. 161.

26 Voir Gérard Fritz dans ce dossier pour l’Angleterre, les États-Unis, la France.

27 J. P. Berthe dansÉtats-Unis, l’esclavage, Encyclopedia Universalis, Esclavage, op. cit., p. 163.

28 La Grande-Bretagne interdit la traite des esclaves dans l’Empire britannique en 1807 ; l’Espagne adhèrera au traité d’interdiction en 1817.

29 La France révolutionnaire avait été un précurseur en 1791 à Haïti. L’abolition fut confirmée en 1793 par la Convention pour voir le système remis en place par la réaction thermidorienne et les pouvoirs suivants. Il fallut attendre 1848 pour la France, la Grande-Bretagne ayant adopté l’Abolition of Slavery Act en 1853.

30 Par exemple pour le Brésil en 1888 (même si le processus avait de manière limitée commencé en 1871, (loi du « ventre libre ») et pour les États-Unis en 1865.

31 Encyclopedia Universalis, corpus 16, servage, op. cit., p. 755. Georges Duby insiste sur l’expérience du phénomène « ainsi naquit un nouveau servage qui caractérise à l’époque moderne les sociétés de ses régions » et qui se prolongera suivant le cas jusque vers la fin du XIXe siècle ou au début du XXe siècle.

32 Les réformes de Benito Juarez, le Président « indien » et anticolonialiste du Mexique ont facilité la concentration des ressources et la pénétration économique étrangère sous le porfiriato, nom donné au régime installé par son successeur Porfirio Diaz à la fin du XIXe siècle ou au début du XXe.

33 En particulier la Malaisie et dans une moindre mesure la Birmanie.

34 En particulier dans les Iles Fidji, spécialisées par les colonisateurs dans la culture de la canne à sucre.

35 En particulier dans Trinidad et Tobago et dans une moindre mesure la Jamaïque pour les Antilles et aussi la Guyane Britannique.

36 Il ne faut pas oublier qu’à la même époque, un peu au Sud, l’Allemagne se livre à des génocides en Namibie sur les peuples Herero et Nama, ce qui montre le déchaînement de violence, pourtant après la conférence de Berlin qui de manière accessoire à son but premier – organiser le partage de l’Afrique entre les colonisateurs – avait inclus dans son acte final du 26 février 1885, l’article 6 : « Toutes les Puissances exerçant des droits de souveraineté ont une influence sur lesdits territoires s’engagent à veiller à la conservation des populations indigènes et à l’amélioration de leurs conditions morales et matérielles d’existence et à concourir à la suppression de l’esclavage et surtout de la traite des noirs (…) ». Une déclaration concernant la traite des esclaves constitue l’article 9, Henri Brunschvig, Le partage de l’Afrique Noire, Paris, Flammarion, 1971, p. 116-118.

37 David Renton, David Seddon, Leo Zeilig, The Congo. Plunder and Resistance, London, Zedbook press, 2007, p. 25.

38 John Tully, The Devil’s Milk, New York, Monthly Review Press, 2012.

39 C. Coquery-Vidrovitch, Le Congo au temps des grandes compagnies concessionnaires 1898-1930, Paris, La Haye, Mouton, 1970.

40 D. Renton, op. cit., p. 27-28.

41 Le Congo français connaît une vaste superficie, incluant notamment le futur Ubangui-Chari où la colonisation fut la plus terrible (il n’est peut-être pas inutile de le mentionner à une époque où on parle des événements tragiques dans l’État qui lui a succédé, la République Centrafricaine).

42 Coquery-Vidrovitch, op. cit., fait une remarquable présentation des mécanismes mis en place et des buts du système (qui nous paraissent des prolongements cependant logiques dans ce contexte de folie déshumanisée).

43 Jean-Claude Fritz, Myriam Fritz-Legendre, « Les mutations de la question indigène : de “l’indigène” à “l’autochtone” : mise en perspective historique », in Jean Claude Fritz, La nouvelle question indigène, p. 23 à 46, en particulier p. 27-31 avec bibliographie en note.

44 Voir aussi les travaux de Ward Churchill, Allison Palmer, Paul Farmeret Toby Rajan.

45 Sous-commission de la promotion et de la protection des droits de l’homme.

46 Id. 52e session. Document de travail établi par David Weissbrodt et la société esclavagiste internationale. E/CN.4/sess2/2000/3, prolongeant les travaux antérieurs de Mohamed Awad et Benjamin Whitaker, désigné ci-dessous comme Rapport Weissbrodt.

47 Roger Botte, « Les habits neufs de l’esclavage. Métamorphoses de l’oppression au travail », Cahiers d’Études Africaines, 179-180, 2005, p. 651-666. À noter l’importance du sous-titre, dans la problématique de ce dossier.

48 K. Bales et al, op. cit.

49 Rapport Weissbrodt, op. cit, p. 5 (§7).

50 Botte, op. cit, p. 663-664. Nous reviendrons plus tard sur cet article très intéressant dont nous partageons beaucoup d’analyses dans les dimensions anthropologiques notamment.

51 Id. p. 664. Le débat et l’analyse juridique sont développés dans ce dossier par Nadia Belaidi pour la période contemporaine.

52 Yves Benot, La modernité de l’esclavage. Essai sur la servitude au cœur du capitalisme, Paris, La Découverte, 2003.

53 Weissbrodt, op. cit. p. 10 à 15.

54 Bales et al, op. cit. p. 32.

55 La présentation du « système des castes », voire l’existence même de ce système, font l’objet de débats scientifiques importants. Un système de division du travail, où les positions sont largement héritées, de même que la spécialisation du travail, dans une structure hiérarchisée, se retrouve ailleurs : de même le système « jajmani » de prestations professionnellement et personnellement spécialisées peut se rapprocher d’autres relations de dépendances personnelles et jeux de réseaux de clientèles (patron/clients).

56 Dans les catégories comme le servage, le rapport à la terre et aux activités agricoles demeure fort, que ce soit sous la forme du métayage ou de ses équivalents, ou d’une situation de travailleur agricole d’un type particulier.

57 Outre le fait qu’elle se fait souvent illégalement, une partie de l’adoption nationale ou internationale se fait de façon forcée, par le rapt, la menace, le chantage ou par l’exploitation de l’extrême pauvreté. Au Paraguay, certaines estimations évaluaient à 60% et plus la population des enfants enlevés ainsi à leur famille pour les fournir à l’adoption internationale.

58 L’Asie du Sud-Est, l’Asie du Sud, les Antilles et l’Amérique centrale figurent parmi les zones particulièrement touchées, mais l’évolution récente se fait dans le sens de la diversification géographique de l’offre (Europe centrale, Afrique australe). Les peuples autochtones (cf. J-C. Fritz et al, La nouvelle question indigène, Paris, L’Harmattan, 2003) sont sévèrement touchés par ces phénomènes, en direction des villes, installations minières, entreprises d’infrastructure, exploitations agricoles des environs.

59 D’après l’Anti-Slavery

60 Id., couverture.

61 On doit noter que pour certains auteurs, les formes d’exploitations diverses, y compris ce que nous avons discuté dans les nouvelles formes d’esclavage, ne constituent pas forcément un progrès par rapport à l’esclavage, tantôt pour le système, tantôt pour les intéressés. Voir les remarques de M. Lengelle dans l’Encyclopedia Universalis, op. cit : « (…) faute de débouchés ou de république démocratique, il convient cependant de noter que l’esclavage pratiqué dans la cité antique a trouvé à la longue, et grâce à l’affranchissement, les solutions économiques les moins malheureuses », p. 163 ; à l’époque antique et au Moyen Âge « les entraves de la captivité ne s’étaient-elles pas relâchées prématurément. Et l’homme qu’elles enserraient se trouvait toujours englobé dans une hiérarchie d’où le chômage, au moins, était exclu », id., p. 164. Toujours du même auteur, critiquant les différentes écoles abolitionnistes : « Elles ne pouvaient pas comprendre (…) que la force économique et sociale de l’institution qu’elles combattaient au nom des droits de l’homme, était d’accorder malgré tout le minimum « vital » aux esclaves », id., p. 164. Nous avons précisé ci-dessus que nous ne situons pas dans son courant scientifique et axiologique/éthique (l’esclavage comme moyen d’éviter le chômage, ou comme institution assurant le minimum vital aux esclaves sont des formules particulièrement aptes à susciter la critique).

62 « Vous devez aimer l’argent et le poursuivre inlassablement. Aimez l’argent jusqu’à la folie. Adorez-le en pensée et en acte » dans Tshitenyi-Nzambale, Devenez riche rapidement, cité par Basil Davidson, The Black Man’s Burden, London, James Currey, 1992, p. 260. L’auteur cité est un écrivain et diplomate zaïrois de l’époque. Son discours avait été analysé par l’africaniste R. Lemarchand, voir aussi l’ouvrage de Joel Bakan, The Corporation, The Pathological Pursuit of Profit and Power, New York, Free Press, 2004, et celui de William Korten, When Corporations Rule the World, Shefield, Greenleaf publ., 1995.

63 Le mot anglais mobbying est parfois employé.

64 Vincent de Gaulejac, La société malade de la gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement social, Paris, Éd. Le Seuil, 2009.

65 Isabelle Demongeot, Philippe Kahn, dans Philippe Kahn et Jean Claude Fritz, La gestion des ressources naturelles d’origine agricole, Paris, Litec, 1983.

66 Parfois 10% du prix pour le produit de qualité contractuelle, voir Kacem Taj, L’extraversion de l’agriculture marocaine, Paris, Economica.

67 Ernest Feder, Strawberry Imperialism. An Enquiry into the Mechanisms of Dependency in Mexican Agriculture, The Hague: Institute of Social Studies, 1977 concernant la culture intégrée de la fraise au Michoacan (Mexique) en liaison avec les grandes entreprises des États-Unis et le contrôle des importations dans ce pays.

68 La Chine et les États-Unis sont parmi les grands États du travail carcéral, en chiffre absolu ; par contre, d’autres pays plus petits ont aussi une population pénitentiaire élevée en pourcentage de la population.

69 Loic Wacquant, « De l’esclavage à l’incarcération de masse. Notes pour repenser la question noire aux Etats-Unis. » in Patrick Weil, Stéphane Dufoix (dir.), L’esclavage, la colonisation, et après ?, Paris, PUF, 2005, p. 247-273.

70 Id., p. 272.

71 J.-C Fritz, » Mondialisation et déstructuration des cadres et conditions de vie », Santé Publique, 2002, n°4, p. 425-447 ; J. Genereux, La dissociété, Paris, Seuil, 2006, Zigmunt Bauman, La vie liquide, Éditions de la Rouergue, 2006 ; J. Bakan, Nos enfants ne sont pas à vendre. Comment les protéger du marketing, Paris, Éd des Arènes, 2011.

72 J. Bakan, 2011, op. cit., p. 37.

73 Aminata Traore, Le viol de l’imaginaire, Paris, Hachette-pluriel, 2002.

74 John Brown-Childs, «Transcommunautary: From the Politics of Conversion to the Ethics of Respect in the Context of Cultural Diversity. Learning from Native American Philosophies with a Focus on the Haudenosaunee», Social Justice, vol. 25, n°4, 1998, p. 143-169 ; le thème est repris dans l’ouvrage sous la direction de Jean-Claude Fritz et al : La nouvelle question indigène. Peuples autochtones et ordre mondial, Paris, L’Harmattan, 2005.

75 J.-C. Fritz, Mondialisation, op. cit. ; Peadar Kirby, Vulnerability and Violence. The Impact of Globalisation, London, Pluto Press, 2006 ; Charles Tilly, The Politics of Collective Violence, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; Slavos Zizek, Violence, London, Profile Books, 2008.

76 Benjamin Barber, L’empire de la peur. Terrorisme, Guerre, démocraties, Paris, Fayard, 2003 ; J.-C. Fritz, Mondialisation, op. cit. ; Naomi Klein, La stratégie du Choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Paris, Actes Sud, 2013.

77 En Amérique Latine et en Asie du Sud et du Sud-Est, de nombreuses observations et études confirment la gravité de la situation. La liaison avec la défense du système socioéconomique est faite par certains chefs de bande. Voir la déclaration d’un de ces chefs de gang dans le dossier de Critical Asian Studies (vol. 46, n° 1, 2014, p. 145-207) relatif à la répression en Indonésie à l’occasion de la sortie du film The Act of Kill.

78 Cette violence rend d’autant plus impressionnantes les résistances qui ne cessent de se manifester dans le monde, suivant des modalités variées.

79 Bales et al, op. cit., p. 29.

80 Geneviève Lebaron, Alison Ayers, «The Rise of New Slavery? Understanding Afrikan Unfree Labor through neo-liberalism», Third World Quaterly, vol. 34, n°5, 2013, p. 873-892.

81 Id., p. 872 à 886 et 888 à 889. Les théories de F. Hayek, un des fondateurs du néolibéralisme, sont remises en cause, ainsi que toutes les politiques qui s’en sont inspirées et leurs conséquences.

82 Abdul-Raheem Tajudeen, La vérité aux puissants, le Cap, Pambazuka press, 2011, p. 185.

83 Id., p. 207.

84 Bales et al, op. cit., p. 30. De manière plus précise, nous renvoyons aux autres contributions du dossier, celles de Gérard Fritz, révélatrice des ombres, des lumières et des « inventaires de la liberté » en matière d’esclavage, celle de Valérie Lanier qui montre la condition des travailleurs migrants, en particulier dans le contexte européen. (qui est généralement « postulé » comme un des plus avancés) et à Nadia Belaidi qui montre la nécessité de progrès juridiques et leurs premiers signes dans la construction d’un ordre juridique mettant plus au centre la dignité des êtres humains.

85 Contrairement à l’approche de l’ouvrage de Bales et al, qui juge que toute rémunération fait sortir la situation envisagée de l’esclavage, position qui nous paraît inacceptable dans notre approche substantielle et contextuelle ; l’approche de LeBaron et al, op. cit., évite une vision binaire simplifiée et met l’accent sur la montée du travail non libre en Afrique, en liaison avec le système mondial.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Fritz, « Les métamorphoses de l’esclavage, mutations et avatars contemporains », Droit et cultures, 70 | 2015, 15-41.

Référence électronique

Jean-Claude Fritz, « Les métamorphoses de l’esclavage, mutations et avatars contemporains », Droit et cultures [En ligne], 70 | 2015-2, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 19 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3596

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Fritz

Jean-Claude Fritz est professeur émérite à l’Université de Bourgogne et chercheur au CREDESPo. Il a contribué à de nombreux ouvrages, dont récemment : Nadia Belaidi (dir.), Eau et société : enjeu de valeurs. Les ambivalences du droit face à la complexité de l’environnement, Bruylant, coll. « Droits, Territoires, Cultures », Bruxelles, 2012 ; Marguerite Boutelet et Juliette Olivier (dir.), La démocratie environnementale. Participation du public aux décisions environnementales et politiques environnementales, EUD, Dijon, 2009. Il en a codirigé d’autres comme : Jean-Claude Fritz, Frédéric Deroche, Raphaël Porteilla (dir), La nouvelle question indigène. Peuples autochtones et ordre mondial, L’Harmattan, Paris, 2006 ; Jean-Claude Fritz et Marguerite Boutelet, L’ordre public écologique, Bruylant, Bruxelles, 2005 ; Charalambos Apostoldis, Gérard Fritz et Jean-Claude Fritz (dir.), L’humanité face à la mondialisation, Droit des Peuples et Environnement, L’Harmattan, Paris, 1997. Ses champs de recherche sont : développement et environnement, relations économiques internationales, commerce, investissement, transfert de technologie, ressources naturelles, conflits armés régionaux et internes, institutions et vie publique dans le tiers-monde, les peuples autochtones dans l’ordre mondial. Parmi les champs actuels privilégiés (en continuité avec ce qui précède) : l’impact de la mondialisation sur les enfants, les dynamiques socio-écologiques en particulier en Afrique australe, justice environnementale et écocide, le projet de déclaration sur le Bien commun de l’humanité.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org