Navigation – Plan du site
Dossier : Esclavage et capitalisme mondialisé

Présentation

Presentation
Nadia Belaidi
p. 9-12

Texte intégral

  • 1 V. cette Revue, De l’esclavage hier et aujourd’hui, n°39, 2000/1.
  • 2 V. M. Dorigny et B. Gainot, Atlas de l’esclavage. Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’An (...)
  • 3 Pour une étude de cas en Afrique, V. G. Lebaron et A. J. Ayers, «The Rise of a ‘New Slavery? Under (...)

1Personne n’ignore que l’« usage d’esclaves » est encore une réalité dans plusieurs endroits du monde, comme les associations internationales pour la défense des droits de l’homme ne cessent de le dénoncer. Mais ce n’est pas spécifiquement de cette réminiscence de l’esclavage « classique »1 que nous avons voulu traiter mais de sa modernité liée à un système économique qui domine et asservit l’homme. Aujourd’hui s’étend à travers le monde – y compris en Europe et dans le monde occidental2, une relation sociale fondée sur l’exploitation et l’insécurité caractérisée par le travail non libre. Loin d’être une relation individuelle de domination accessoire au cadre politico-économique global, le travail non libre connaît un développement dans les dernières décennies qui, au contraire, trouve sa source dans les changements infligés par le système économique aux relations de production et à la reproduction sociale. Ces changements incluent l’impact de la privatisation et de la réforme du marché du travail sur les salaires, l’emploi et la pauvreté, ainsi que l’augmentation de l’informalité3.

  • 4 V. Ch. Delacampagne, Une histoire de l’esclavage : de l’antiquité à nos jours, Livre de Poche, Iné (...)
  • 5 V. Y. Bénot, La modernité de l’esclavage : essai sur la servitude au cœur du capitalisme, La Décou (...)

2Dépassant la vision binaire posée entre le travail libre et non libre, le travail non libre connaît une complexité liée à la diversité des formes et des degrés de contraintes qui empêche de le faire entrer dans la catégorie juridique « esclavage ». Pourtant si l’esclavage a subi des évolutions au cours de son histoire, ce qui caractérise chacune de ses trois grandes périodes4 – l’Antiquité classique qui perdure jusqu’au Moyen Âge, la traite transatlantique et l’économie des plantations américaines du XVe au XIXe siècle, le combat contre l’esclavage ... menée encore dans sa survivance contemporaine – c’est la persistance du lien entre esclavage et mode de production économique5.

  • 6 V. P. Garnsey, Conceptions de l’esclavage d’Aristote à saint Augustin, Les Belles Lettres, Paris, (...)
  • 7 Y. Rotman, Les esclavages et l’esclavage de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale (V (...)
  • 8 V. J. Heer, Esclaves domestiques au Moyen Age dans le monde méditerranéen, Hachette, Paris, nouvel (...)

3Durant l’antiquité classique gréco-romaine, l’esclavage est une institution normale et fondatrice des rapports sociaux6. Si l’esclavage fut aussi important durant l’apogée de la civilisation gréco-romaine (du Ve siècle avant notre ère au IIIe siècle après), c’est avant tout parce que les sociétés dominantes étaient guerrières et pouvaient se procurer en permanence des esclaves en quantité très importante. Ainsi ni les philosophes – comme Platon ou Aristote dont la pensée influencera au Moyen Âge et à l’époque moderne les justifications de l’esclavage, ni l’Église chrétienne n’ont condamné l’esclavage : il était dans l’ordre du monde. Ce n’est pas une mutation philosophique ou religieuse qui a entraîné le recul et la quasi-disparition de l’esclavage antique dans le nord de l’Occident : c’est la transformation de l’Empire et la fin des guerres de prédation humaine7. Les grands domaines exploités par des nuées d’esclaves disparaissant, une paysannerie individuelle s’est développée qui vit son sort converger vers un état de dépendance envers un maître qui possédait à la fois le lopin de terre cultivé et la famille qui le cultivait, sans pouvoir détacher l’un de l’autre – processus qui conduisit au servage médiéval8.

  • 9 V. S. Daget et F. Renault, Les traites négrières en Afrique, Karthala, Paris, 1992 ; O. Pétré-Gren (...)

4Puis, l’esclavage se déplace vers le Nouveau monde, saignant durant quatre siècles au moins le continent africain et transformant profondément ses structures politiques et sociales pour le compte d’un grand trafic9 qui, pendant les deux premiers siècles, alimente le système des plantations esclavagistes établies par les colonisations espagnoles et portugaises sur les terres qu’ils possèdent en vertu du traité de Tordesillas (1494), garanti par la papauté. Puis, à partir des XVIIe et XVIIIe siècles, c’est le commerce triangulaire, mené par les Français, Hollandais, Anglais ou Danois, qui voit des milliers d’hommes s’entasser et mourir dans l’entrepont des bateaux négriers.

  • 10 V. M. Dorigny (dir.), Les abolitions de l’esclavage. De L. F. Sonthonax à V. Schoelcher. 1793-1794 (...)

5Ce n’est qu’à la fin du XVIIIe siècle que s’enclenche un grand mouvement de lutte contre la traite puis contre l’esclavage lui-même, mouvement poursuivi aux XIXe et XXe siècles10. Mais ce grand mouvement anti-esclavagiste initié par les pays du nord de l’Europe et l’Angleterre, tout spécialement, n’est pas né d’un progrès de la conscience morale ou politique mais bien pour des motifs économiques : l’esclavage n’était plus rentable dans l’industrie moderne, notamment en raison de son coût de recrutement et d’entretien. Le salariat s’avère plus efficace et productif que la main-d’œuvre servile.

  • 11   V. E. Decaux, Les formes contemporaines de l’esclavage, Académie de droit international de La Hay (...)
  • 12 La Convention relative à l’esclavage (1926) de la Société des Nations dispose en son article premi (...)
  • 13 V. « Esclavage moderne ou modernité de l’esclavage ? », Cahiers d’études africaines, n° 179-180, É (...)

6Le droit souligne très vite que l’esclavage ne serait pas seulement la condition d’un individu privé de sa liberté qui devient la propriété, exploitable et négociable comme un bien matériel, d’une autre personne mais principalement la marque d’une action/activité non consentie et généralement non rémunérée11. D’ailleurs, lorsqu’il s’est agi d’abolir l’esclavage, la Convention relative à l’abolition de l’esclavage (1956) des Nations unies a renvoyé à la définition de la Convention de 192612, en ajoutant en son article premier plusieurs « Institutions et pratiques analogues à l’esclavage » : servitude pour dettes, servage, mariage forcé, etc. Ainsi si esclavage rime avec aliénation, perte de la dignité humaine, négation de l’autonomie de la personne, atteintes graves aux droits fondamentaux, bien qu’aboli juridiquement, il est encore bien présent dans ses formes à l’heure du capitalisme mondialisé donnant ainsi une réalité à ce que d’aucuns appellent l’» esclavage moderne »13.

7Une approche substantielle de l’esclavage montre, en effet, sa diversité et sa complexité, mais aussi ses multiples métamorphoses et sa capacité de réapparaître sous des avatars multiples, manifestant sa continuité et ses mutations (Jean-Claude Fritz). Or pour comprendre comment la « structure » de l’esclavage peut perdurer, il faut revenir tant sur les raisons qui ont amené des nations « humanistes et éclairées » à pratiquer, pendant plusieurs siècles, l’esclavage et parfois à justifier, théoriser la nécessité d’une hiérarchie entre les hommes, que sur les sources conceptuelles qui ont amené du discours « anti-esclavagisme » à l’abolitionnisme (Gérard Fritz). Là se trouve les déterminants de ce qui amène, encore aujourd’hui, à déshumaniser, dépersonnifier un être humain au service du profit alors même que l’esclavage est inscrit comme un « crime contre l’humanité » au sens strict du terme, celui qui porte atteinte en profondeur au système social dans son ensemble (Nadia Belaidi). Alimentée, générée par le système économique actuel, cette pratique qui revient à dénier à certaines catégories d’êtres humains (arbitrairement définies donc variables selon les lieux et les moments) leurs droits d’être reconnus comme humains est bel et bien acceptée dans nos sociétés. Les travailleurs migrants, saisonniers ou en situation irrégulière, travaillant dans le secteur agricole dans le sud de l’Europe en sont une parfaite illustration (Valérie Lanier).

8Dans un même système peuvent donc coexister des principes qui proclament la condamnation du statut d’esclave et des principes de fonctionnement économique qui entretiennent la continuité de la situation « d’esclave en substance ». Cette réflexion tend alors à interroger les notions de justice. Quelle justice peut produire un monde où la substance même de l’aliénation de l’homme par l’homme demeure un principe établi ?

Haut de page

Notes

1 V. cette Revue, De l’esclavage hier et aujourd’hui, n°39, 2000/1.

2 V. M. Dorigny et B. Gainot, Atlas de l’esclavage. Traites, sociétés coloniales, abolitions de l’Antiquité à nos jours, Autrement, Paris, 2006, p. 70-71 (l’édition augmentée des mêmes auteurs de 2013 ne fait pas mention des « formes actuelles de l’esclavage »).

3 Pour une étude de cas en Afrique, V. G. Lebaron et A. J. Ayers, «The Rise of a ‘New Slavery? Understanding African unfree labour through neoliberalism», Third World Quarterly, Volume 34, Issue 5, 2013, p. 873-892.

4 V. Ch. Delacampagne, Une histoire de l’esclavage : de l’antiquité à nos jours, Livre de Poche, Inédit Histoire, Paris 2002.

5 V. Y. Bénot, La modernité de l’esclavage : essai sur la servitude au cœur du capitalisme, La Découverte, Paris, 2003 ; N. Chaignot, La servitude volontaire aujourd’hui - Esclavages et modernités, PUF, Paris, 2012.

6 V. P. Garnsey, Conceptions de l’esclavage d’Aristote à saint Augustin, Les Belles Lettres, Paris, 2005 ; H. Wallon, Histoire de l’esclavage dans l’Antiquité, Paris 1873, réédition Robert Laffont, collection « Bouquins », 1988 (réédition en 2009).

7 Y. Rotman, Les esclavages et l’esclavage de la Méditerranée antique à la Méditerranée médiévale (VIe-XIe siècle), Les Belles Lettres, Paris, 2004 ; C. Verlinden, L’esclavage dans l’Europe médiévale, tome 1 : Péninsule ibérique - France, Bruges, De Tempel, 1955, tome 2 : Italie - Colonies italiennes du Levant - Levant latin - Empire byzantin, Gand, 1977.

8 V. J. Heer, Esclaves domestiques au Moyen Age dans le monde méditerranéen, Hachette, Paris, nouvelle édition 2006.

9 V. S. Daget et F. Renault, Les traites négrières en Afrique, Karthala, Paris, 1992 ; O. Pétré-Grenouilleau, Les traites négrières. Essai d’histoire globale, Gallimard, Paris, 2005 ; H. Thomas, La traite des noirs. Histoire du commerce d’esclaves transatlantique 1440-1870, Robert Laffont, Paris, 2006 ; M. Dorigny et M.-J. Zins, Les traites négrières coloniales, Cercle d’art, Paris, 2011.

10 V. M. Dorigny (dir.), Les abolitions de l’esclavage. De L. F. Sonthonax à V. Schoelcher. 1793-1794-1848, Unesco et Presses Universitaires de Vincennes, 1998 ; P. Haudrère et F. Vergès, De l’esclave au citoyen, Gallimard, Paris, 1998.

11   V. E. Decaux, Les formes contemporaines de l’esclavage, Académie de droit international de La Haye, Les livres de poche de l’Académie de droit international de La Haye, La Haye,  2009.

12 La Convention relative à l’esclavage (1926) de la Société des Nations dispose en son article premier que « L’esclavage est l’état ou condition d’un individu sur lequel s’exercent les attributs du droit de propriété ou certains d’entre eux ».

13 V. « Esclavage moderne ou modernité de l’esclavage ? », Cahiers d’études africaines, n° 179-180, Éditions de l’EHESS, Paris, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nadia Belaidi, « Présentation », Droit et cultures, 70 | 2015, 9-12.

Référence électronique

Nadia Belaidi, « Présentation », Droit et cultures [En ligne], 70 | 2015-2, mis en ligne le 19 janvier 2016, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3595

Haut de page

Auteur

Nadia Belaidi

Nadia Belaidi est chargée de recherche au CNRS en droit international et comparé de l’environnement au sein de l’UMR CNRS 7206 Éco-Anthropologie et Ethnobiologie (Département Hommes, Natures, Sociétés – Muséum National d’Histoire Naturelle). Ses travaux portent sur la dimension sociale de la protection de l’environnement et se concentrent sur la reconnaissance et la valorisation sociale de l’environnement, sur l’expérimentation concrète du concept d’ordre public écologique à partir des parcs pour la paix en Afrique australe et sur l’étude de stratégies d’écologie sociale. Sa démarche scientifique, fondée sur des réflexions d’origine anthropologique et philosophique, se situe délibérément dans une approche téléologique du droit où l’idée de valeurs sociales sous-tend l’ensemble de ses réflexions sous deux aspects. Le premier est la volonté de chercher l’existence et l’articulation de ces valeurs à différents niveaux (local, national et international) afin de dégager les convergences et les divergences essentielles dans un cadre spatial variable. Le second aspect est la volonté de saisir les valeurs sociales, de même que le droit qui y est lié, comme un processus en mouvement. Elle a notamment publié : « L’environnement, une valeur sociale essentielle ? L’ordre public écologique, du concept à la juridicité. Exemple des polices de l’eau en droit français », Droit et Cultures, n°68-2014/2 ; « Le Patrimoine mondial pour créer une identité commune dans l’Afrique du Sud post-apartheid ? Exemple de la ville du Cap » in L. Bourdeau, M. Garavari-Barbas, M. Robinson (dir.), Tourisme et patrimoine mondial, Presses de l’Université Laval, coll. « Patrimoine en mouvement », 2012, p. 269-284 ; Eau et société : enjeu de valeurs. Les ambivalences du droit face à la complexité de l’environnement, Bruylant, coll. « Droits-Territoires-Cultures », Bruxelles, 2012.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org