Navigation – Plan du site
Dossier : De la traduction dans le droit des idées d'égalité/inégalité

Maât, ordre social et inégalités dans l’Égypte ancienne

De l’apport égyptien au concept gréco-romain de justice
Maât, Social Order and Inequality in Ancient Egypt The Egyptian Contribution to the Greco-Roman Concept of Justice
Bernadette Menu
p. 51-73

Résumés

Le principe de maât, né à la fin du IVe millénaire dans la vallée du Nil, a non seulement nourri le droit égyptien mais a favorisé l’affinement du concept de justice dans sa dualité et a permis d’encadrer les inégalités structurelles dans l’antiquité pharaonique. La maât, enseignée par les prêtres qui étaient considérés comme des philosophes par les Grecs, a nécessairement influencé, par l’intermédiaire de ces derniers, les conceptions abouties de la justice et du droit chez Aristote, puis chez Cicéron, ce que l’article tend à démontrer.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Éthique à Nicomaque, V, 1, 15.
  • 2 Voir les développements lumineux de Michel Villey dans Le droit et les droits de l’homme, Paris, P (...)
  • 3 Sur Cheremon, personnage dont on décèle l’influence, entre autres sur Plutarque, on lira l’étude s (...)

1Le magnifique thème retenu par Chantal Kourilsky-Augeven pour faire l’objet du présent volume appelle des réflexions d’ordre fondamental sur le droit et la justice. La tentation est forte de retourner aux sources de la pensée pour encadrer des notions qui relèvent à la fois de la philosophie et du droit. Les grands philosophes grecs ont consacré d’importants développements à l’idée cardinale de justice, vertu première selon Aristote1 qui en distingue deux aspects, la justice générale et la justice particulière, constat que les jurisconsultes romains de l’époque de Cicéron et Cicéron lui-même exprimeront pour la première fois sous la forme d’une définition du droit civil2 dont nous pourrons retrouver les racines dans celle exprimée déjà par les juges égyptiens de l’Ancien Empire (voir infra, et notes 64 à 68). Notons dès maintenant, pour la suite des développements, les influences réciproques indéniables entre les courants stoïciens dont l’un est illustré à Rome par Cicéron (106-43) et un autre à Alexandrie par Cheremon (ca. 38-95), connaisseur du clergé égyptien dont il était proche, et qui, par l’entremise de Sénèque chargé de l’éducation du jeune Néron, devint le grammaticos de l’adolescent puis son conseiller après son accès à l’empire3, ceci à titre d’exemple tardif illustrant les longs et complexes échanges intellectuels et philosophiques qui eurent lieu entre l’Égypte ancienne et l’Antiquité gréco-romaine et qui, s’ils ont abouti à une idéalisation de l’Égypte chez les philosophes grecs et particulièrement hellénistiques, n’en ont pas moins au départ constitué une réalité très difficile, il est vrai, à cerner et à évaluer.

  • 4 Principalement : Bernadette Menu, « Maât fille de Rê » , DBAT 12, Heidelberg, 1991, p. 55-60
    (= Re (...)
  • 5 Au sens où l’entend Manéthon dans son découpage historique et chronologique de la succession des r (...)

2Dans un certain nombre de mes publications depuis 19914 j’ai pu mettre en relief, en m’appuyant sur des évidences archéologiques, iconographiques et textuelles, l’aspect duel de la maât, et ceci dès les origines, c’est-à-dire lors de la mise en place des structures étatiques par Nârmer, le premier roi de la première dynastie5.

  • 6 B. Menu, Maât, l’ordre juste du monde, Paris, Michalon (coll. Le Bien commun), 2005, réimpr. 2010.
  • 7 Ibidem, p. 12.
  • 8 Vision soutenue par Jan Assmann, Maât, l’Égypte pharaonique et l’idée de justice sociale, Paris, J (...)
  • 9 B. Menu, Maât, l’ordre juste du monde, 2005, p. 107-108.

3Ces différentes études développent des traits spécifiques de la maât ou des problématiques s’y rapportant et sont indissociables de mon livre de synthèse6 dans l’introduction duquel j’écrivais : « Par l’intermédiaire de Platon qui, on le sait, a séjourné longuement en Égypte <voir infra>, la maât idéologique, cosmique, dans ses expressions politiques, et la maât sociale, humaine, dans sa traduction particulièrement judiciaire, ont probablement inspiré Aristote et sa lumineuse distinction de l’Éthique à Nicomaque, entre justice universelle, générale, et justice individuelle, particulière. Les anciens Égyptiens avaient déjà fait la différence entre, d’une part, une justice générale, cosmique, du ressort de la morale et d’une conduite subjective conforme à l’Ordre garanti par le roi et, d’autre part, une justice particulière, à la fois individuelle et sociale, du ressort du droit et du juge, pour l’objectivité d’un partage équitable des biens » 7. À l’issue de cette étude je pouvais conclure : « Me démarquant d’une vision « compacte »  de la maât8, j’ai tenté de démontrer combien les anciens Égyptiens ont eu au contraire conscience de sa dualité et ont pris soin de distinguer les aspects de sa double nature <céleste et terrestre>, dans des rites, dans des textes, dans une iconographie qui sont à chaque fois appropriés. L’hypothèse selon laquelle Aristote (précepteur d’Alexandre le Grand qui fut un grand admirateur de la civilisation pharaonique) reçut probablement, par l’intermédiaire des philosophes grecs qui le précédèrent, l’héritage de la pensée politique et sacerdotale de l’Égypte antique dont les temples lagides et la ville d’Alexandrie furent plus tard des conservatoires et des relais, acquiert ainsi un caractère entièrement plausible. Elle nous autorise à faire reculer <de plus> de deux millénaires la naissance d’un concept universaliste fondé sur un important distinguo et promis, au cours de notre propre histoire, à de nombreux commentaires savants » 9.

  • 10 Principalement : B. Menu, « La notion de maât dans l’idéologie pharaonique et dans le droit égypti (...)

4Quelques années plus tard, après de nouvelles investigations et réflexions sur la maât10, ce rapprochement considéré alors comme audacieux par certains lecteurs, me semble aujourd’hui quasi inéluctable ne serait-ce que pour tenter de mesurer les apports égyptiens à la pensée gréco-romaine en matière de droit et de justice.

Retour sur Maât/maât, principe et concept

  • 11 Cf. le remarquable article de Jean-Jacques Glassner, « Droit et divination : deux manières de rend (...)

5Comme en Mésopotamie11, l’ordre cosmique du monde, constat résultant de l’observation du ciel, de la configuration des constellations et du mouvement des astres, est étroitement lié à la conception de l’ordre social. Il lui sert même, en quelque sorte, de paradigme.

  • 12 Voir par exemple la Prophétie de Néferty : Gustave Lefebvre, Romans et contes égyptiens de l’époqu (...)
  • 13 Voir infra les Lamentations d’Ipouour pour une description apocalyptique de l’Égypte lorsque le ro (...)
  • 14 À laquelle un culte était rendu (cf. B. Menu, « Maât, fille de Rê » , cité supra). Notons une remar (...)

6Maât, fille de Rê le Soleil créateur, préside à l’ordre social consubstantiellement tributaire de l’ordonnancement du cosmos. Sa présence parmi les hommes est une garantie à la fois de l’équilibre cosmique résultant du bon fonctionnement de l’univers céleste et de l’harmonie sociale. Que de graves troubles politiques et sociaux surviennent, entraînant des bouleversements radicaux dans l’organisation du pays, et le mouvement des astres pourrait être perturbé, mettant gravement en péril la survie de l’humanité12. Maât retournerait alors auprès de son père Rê en attendant que les hommes restaurent la maât sur terre13. Nous utilisons à dessein la désignation Maât pour évoquer l’entité divine14, c’est-à-dire le concept divinisé d’ordre cosmique source d’ordre social et de prospérité que le roi a pour mission de maintenir sur terre, et le terme maât pour recouvrir la notion de justice/droit, à la fois justice générale et justice particulière (la justice générale englobant la justice particulière tout en en étant distincte) dont se prévalent à la fois les dirigeants du pays dans leurs autobiographies conformément aux préceptes des Sages auteurs d’Enseignements (voir infra) et les particuliers notamment dans leur déclaration d’innocence lorsqu’ils comparaissent à leur mort devant leurs juges divins.

  • 15   Le titre égyptien du recueil est plus exactement, dans une traduction littérale : « Livre pour so (...)

7Rappelons que le chapitre 125 du Livre des Morts15récité par le défunt devant le tribunal des dieuxdéfinit « en creux »  le contenu de la maât que doit respecter tout un chacun.

  • 16 Voir la note 18 ci-dessous.
  • 17   Assmann, op. cit., p. 77.

« [Le chapitre 125] contient deux longues listes de péchés16 que l’on affirme ne pas avoir commis. L’une est adressée au grand dieu présidant le tribunal, l’autre aux quarante-deux assesseurs. […]. Le principe de composition est le suivant : un thème spécifié dans une liste par plusieurs péchés sera mentionné seulement de façon sommaire dans l’autre liste, et vice versa. On obtient ainsi deux listes dont chacune recouvre tout le champ du mal, sans qu’il y ait pourtant trop de répétitions » 17.

  • 18   « En niant avoir accompli des actes répréhensibles ou proféré de mauvaises paroles, le défunt se (...)
  • 19 Assmann, op. cit., p. 80.
  • 20 Voir par exemple un cas de procès suite à une prétendue captation d’héritage dans l’Ancien Empire (...)
  • 21 Assmann, op. cit., p. 80.
  • 22 Jean Yoyotte, dans Le jugement des morts, Sources orientales IV, Paris, 1961, p. 15-80.
  • 23 Assmann, op. cit., p. 81-84.
  • 24 Les neuf dieux primordiaux.
  • 25 C’est-à-dire : qu’il soit admis auprès des dieux et qu’il reçoive une part des offrandes divines q (...)

8Sous réserve que je récuse vigoureusement le terme de « péché » 18j’accepte a priori cette reconstitution du texte et l’interprétation qu’en donne Assmann, c’est-à-dire qu’une première liste énumère les manquements d’ordre religieux tandis que la seconde « met l’accent sur les règles traditionnelles et générales de la solidarité d’action et de communication » 19. Cette distinction, toutefois, est loin d’être rigoureuse. On trouve par exemple dans la première liste l’assertion : « Je n’ai pas dépouillé l’orphelin » 20qui se rattache à la seconde liste énumérant des manquements à la pratique de la maât, principalement l’absence de solidarité et le manque d’écoute selon Assmann21, et qui sont en fait des situations relevant de la justice particulière (voir ci-dessous). In fine je pense que l’interprétation de J. Yoyotte22selon laquelle chacune des deux listes provient d’une tradition locale différente ne doit pas être abandonnée. Assmann rapproche à juste titre la déclaration d’innocence du défunt des rites initiatiques de purification des prêtres23. À la fin de la litanie le défunt proclame lui-même sa pureté. La justification du mort devant le tribunal de l’au-delà débouche sur un satisfecit du dieu Horus qui, conformément au constat de Thot jouant le rôle de greffier, plaide sa rectitude devant Osiris, le président du tribunal : « Son cœur est juste, étant passé sur la balance. Il n’y a aucun crime de sa part, ni contre aucun dieu, ni contre aucune déesse. Thot a mis le jugement par écrit. Ce qu’a dit l’Ennéade24 à son sujet : ‘Juste et exact, grandement ! Qu’on lui donne du pain et de la bière qui sont passés devant Osiris !’ » 25.

  • 26 Voir, par exemple, B. Menu, Maât. L’ordre juste du monde, op. cit. à la n. 6.
  • 27 Par exemple demander des services gratuits à un relevant du temple ou d’une fonction ou bien détou (...)
  • 28 Allusion probable au délit de déplacement des bornes d’un champ ; celui qui s’est rendu coupable d (...)
  • 29 Fausser la balance et tricher sur les poids constitue une faute très grave – stigmatisée aussi dan (...)

9La plupart des règles édictées en négatif dans la déclaration d’innocence ressortissent en fait à la justice générale. Chacune des deux listes est introduite par une formule globale se référant à l’isfet (qui est le contraire exact de la maât)26 : « Je n’ai pas fait l’isfet/Je n’ai pas fait l’isfet contre les hommes » . Cette déclaration initiale est suivie d’applications spécifiques de la justice générale (à rapprocher de la morale, du droit naturel) : ne pas avoir tué, ne pas avoir volé, ne pas avoir blasphémé, ne pas avoir commis de sacrilèges, ne pas avoir spolié les dieux, ne pas avoir calomnié, ne pas avoir blessé ni affligé, ne pas avoir nui… Certaines prescriptions toutefois évoquent aussi des liens juridiques d’ordre particulier : ne pas avoir utilisé le travail d’autrui à son profit personnel27, ne pas avoir appauvri le pauvre, ne pas avoir retranché au boisseau, ne pas avoir diminué l’aroure28, ne pas avoir triché sur le peson de la balance ni sur les poids29.

  • 30 Traductions et commentaires récents : Pascal Vernus, Sagesses de l’Égypte pharaonique, Paris, Impr (...)
  • 31 Papyrus Leiden I 344, recto (au verso figure un hymne à Amon datable de la XVIIIe dynastie). Alan (...)

10La maât est une véritable philosophie du « vivre ensemble »  – non pas « compact »  mais résultant à la fois d’une justice universelle inspirant le politico-religieux et d’une justice particulière régissant les rapports socio-juridiques et économiques – qui a totalement imprégné les structures et le fonctionnement de l’État pharaonique et jusqu’aux règles gouvernant la société tout entière. Tentons d’abord un rapprochement généalogique mettant en lumière une filiation très vraisemblable, en tout cas une parenté évidente, entre le concept duel de la justice exposé par Aristote et les aspects principaux de la notion de maât. Dans le foisonnement des textes de toute nature que nous a légués l’Égypte ancienne nous choisirons ensuite deux exemples qui, au moyen de rhétoriques différentes, dessinent les contours de la maât : l’Enseignement de Ptahhotep30et les Lamentations d’Ipouour31. Nous essaierons, en conclusion, d’en tirer quelques leçons sur la question des égalités/inégalités dans le droit, en nous interrogeant en particulier sur le statut des travailleurs et sur celui des femmes, beaucoup plus favorables en Égypte où la maât est omniprésente que dans d’autres sociétés de l’Antiquité.

L’Égypte et les penseurs grecs

  • 32 Les Enseignements ont pour but de conseiller les futurs dirigeants du pays dans leur pratique de l (...)
  • 33 B. Menu, « Chepseskaf, pharaon intermédiaire ? » , Égypte, Afrique & Orient 15, 1999, p. 51-56 (= (...)

11Dès les origines du régime pharaonique la philosophie – ou, d’une manière plus générale, la réflexion sur le monde – est étroitement liée en Égypte à l’astronomie, à la géométrie et au droit. Hordjedef, fils de Khéops, et Chepseskaf, petit-fils de Khéphren (et donc arrière-petit-fils de Khéops, première moitié du IIIe millénaire) sont des figures emblématiques. Hordjedef est un sage et savant dont la mémoire s’est transmise à travers les millénaires au même titre que celle d’Imhotep, personnalité exemplaire et génial architecte de la pyramide à degrés de Djoser (début du IIIe millénaire). Hordjedef aurait écrit le premier Enseignement connu. Or les « enseignements »  ne sont pas à mon avis des textes littéraires mais les transcriptions sur un support à lire (papyrus le plus souvent) de ce que nous appelons à l’heure actuelle « la doctrine » , une des sources du droit32. Quant à Chepseskaf, il fut un réformateur et probablement le premier compilateur33 des Textes des Pyramides, corpus d’écrits fondateurs d’où émergent les trois dogmes sur lesquels repose le régime politique de l’Égypte ancienne :

121° Le principe pharaonique.

132° Le principe de la maât.

  • 34 Voir : B. Menu, « Maât et le pharaon » , op. cit. supra, n. 10 in fine.

143° L’immortalité de la personne humaine qui permet aux deux premiers de fonctionner dans la durée pérenne34.

  • 35 La littérature est pléthorique. Voir, par exemple : Erik Hornung, Gilles Roulin, « L’Égypte, la ph (...)

15Selon la tradition, de nombreux poètes et philosophes grecs se rendirent en Égypte pour y être instruits35. Les témoignages de ce phénomène sont innombrables et furent transmis de génération en génération pendant de nombreux siècles, rendant d’ailleurs souvent difficile une information certaine et précise. Toutefois les recoupements que l’on peut effectuer entre les différentes Vies de personnages illustres de la Grèce, rédigées au cours de l’Antiquité, permettent d’affirmer que, dès le VIIe siècle av. J.-C., ce passage quasi obligé dans le parcours spirituel et intellectuel des penseurs grecs revêtait une réelle importance, qu’il s’agisse de véritable admiration ou de simple curiosité.

  • 36 Découverte effectuée par Auguste Mariette en 1851 sur le site du Sérapéum dont il conduisait les f (...)
  • 37 Les photographies inédites de Devéria, contemporain de Mariette, ont permis toutefois de conserver (...)

16À la fin du IVe siècle av. J.-C., sous le règne du souverain lagide Ptolémée Ier, fut dressé au Sérapéum de Memphis36 l’hémicycle des philosophes et des poètes grecs. Cette œuvre monumentale de facture hellénistique, érigée sur un site marqué par les mythes originels les plus anciens de l’Égypte, peut être interprétée comme un hommage rendu par les Grecs à l’héritage égyptien immémorial reçu par leurs plus grands penseurs. Les statues, mutilées et délabrées par le temps37, ne permettent pas d’identifier tous les personnages (une dizaine à l’origine) mais l’on peut reconnaître sans ambigüité parmi eux Homère, Pindare et Platon.

  • 38 Hérodote, L’Enquête, I, 29-32 ; 86 ; II, 177 (trad. d’Andrée Barguet, Paris, Gallimard-Folio, 1985 (...)
  • 39   Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, I, 69, 4 ; 77, 5 ; 79, 4 ; 96, 2 ; 98, 1.
  • 40 La liste des Sept sages a évolué tant du point de vue des personnalités retenues que de leur nombr (...)
  • 41 Cette loi attribuée à Amasis par Hérodote lui est antérieure.

17Une tradition solide transmise par Hérodote38 puis Diodore de Sicile39 attribue à Solon (ca. 640-ca. 558), archonte et législateur d’Athènes, un des Sept sages de la Grèce antique40, l’étude des lois en Égypte tant à la cour royale (d’où il aurait ramené en Grèce la pratique de la déclaration de revenus41 pour la levée périodique de l’impôt ainsi que la remise de dettes au soldat qui part au combat) qu’auprès des prêtres de Saïs, patrie de la déesse Neith considérée par les Grecs comme l’ancêtre d’Athéna.

  • 42 Sur ces passages du Timée et de Phèdre et leur commentaire, voir : Luc Brisson, Lectures de Platon (...)

18Platon rapporte dans le Timée (22 a-b) un dialogue entre Solon et un des prêtres très âgés de Saïs qui lui fait l’apologie de la transmission orale du savoir et ironise sur « l’enfance »  des Grecs : « Jeunes, vous l’êtes tous par l’âme, car vous n’avez en elle aucune vieille opinion transmise depuis l’Antiquité de bouche à oreille ni aucun savoir blanchi par le temps »  (Timée, 22b). Dans Phèdre également (274c-275b) Platon évoque cette idée égyptienne de la supériorité de la tradition orale : quoi qu’il en soit de l’ironie possible d’une telle remarque, le dieu Amon réplique au dieu Thot qui lui présente son invention, l’écriture, que cet art entraînera l’oubli chez ceux qui le pratiqueront parce qu’ils auront cessé d’exercer leur mémoire. L’immense savoir des prêtres égyptiens était enseigné pour la plus grande part oralement dans les temples, l’écrit venant à l’appui comme un aide-mémoire. Platon, rapportant les propos des prêtres égyptiens, attribue aux meilleures conditions géographiques de l’Égypte (absence de catastrophes dues à l’eau et au feu qui sont à l’origine des mythes du Déluge et de Phaéton) sa mémoire plusieurs fois millénaire de l’histoire42.

  • 43 A. Schwab, op. cit., p.129.

19Thalès de Milet (ca. 624-ca. 547) et Pythagore (ca. 580-ca. 495) – qui entrera dans une liste des Sept sages de la Grèce antique, élargie au IIIe s. av. J.-C. – se rendirent en Égypte où ils apprirent la géométrie. Anaximandre, élève de Thalès, se fit probablement l’écho dans son enseignement des connaissances apprises par son maître auprès des prêtres égyptiens. Phéricyde de Syros, oncle maternel de Pythagore, lui aussi un des Sept sages d’une liste plus tardive, aurait appris la théologie en Égypte. Selon Diogène Laërce, biographe des philosophes illustres, Phéricyde de Syros (né ca. 600 av. J.-C.) aurait été le premier penseur grec à écrire sur l’origine et la nature des dieux. « D’après Flavius Josèphe, Phéricyde, Pythagore et Thalès n’auraient commencé à écrire sur les choses célestes et divines qu’après avoir étudié avec les Égyptiens et les Chaldéens » 43.

  • 44 Stromates I, XV, 69.
  • 45 Ibidem.

20Démocrite d’Abdère (ca. 460-ca. 370) fut un grand admirateur de Pythagore et un des premiers encyclopédistes. Il apprit la géométrie pendant cinq ans auprès des Égyptiens, d’après Clément d’Alexandrie44 qui ajoute : « On rapporte que Pythagore fut l’élève de Sonchis, grand prophète égyptien, Platon, de Sechnouphis l’Héliopolitain et Eudoxe de Cnide, de Chonouphis, lui aussi égyptien » 45.

  • 46 Pythagore est le « premier maître universel »  selon Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophi (...)

21D’après Cicéron (Tusculanes V, 3, 8) évoquant une anecdote rapportée par Héraclide du Pont, Pythagore fut le premier penseur grec à s’être qualifié lui-même de « philosophe » . Il aurait séjourné pendant plusieurs années en Égypte où il aurait appris la langue dans une école d’interprètes fondée par Psammétique Ier. D’après Hécatée d’Abdère, il s’y rendit dès 547 av. J.-C. et résida à Memphis, puis à Thèbes où il aurait été initié par les prêtres aux mystères osiriens. L’importance de Pythagore et de ses apports égyptiens dans la pensée grecque ne saurait être sous-estimée, ni son autorité ayant donné naissance à un courant de pensée46, ni sa grande influence sur Platon, le maître d’Aristote. Soulignons qu’ayant séjourné en Égypte à l’époque de la Renaissance saïte, Pythagore a pu encore bénéficier des anciens enseignements des prêtres et savants égyptiens, avant qu’une certaine mixité de cultures – ne signifiant pas pour autant compréhension mutuelle – ne brouille l’authentique message de la maât.

  • 47 Bibliothèque Historique I, 96, 2-3 ; I, 98, 1.
  • 48 Par exemple : Luc Brisson, « L’Égypte de Platon »  in Ch. Méla, F. Möri et al., Alexandrie la Divi (...)
  • 49 Bernard Mathieu, « Le voyage de Platon en Égypte » , Annales du Service des Antiquités de l’Égypte (...)
  • 50 L’épitomé de la Géographie de Strabon lui permet en effet d’avancer cette durée. Quant à la date d (...)
  • 51 Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des hommes illustres, III, 6.

22Le voyage en Égypte de Platon (ca. 427-ca. 348), mentionné par Diodore de Sicile47, est sujet à controverse du fait, d’une part, du mythe moderne du « miracle grec » , d’autre part des témoignages contradictoires recueillis et transmis par les auteurs classiques48. Dans un article très documenté et convaincant49Bernard Mathieu évoque et confronte les attestations dans les textes anciens du voyage de Platon en Égypte et conclut à un séjour au pays des pharaons d’une durée de trois ans environ vers 39350 sur les treize ans qu’ont duré ses pérégrinations hors d’Athènes, suite à la condamnation de son maître Socrate en 399. Cet auteur s’appuie notamment sur les récits d’Hermodore de Syracuse, contemporain et disciple de Platon qui nous a laissé une biographie de son maître, reprise plus tard par Diogène Laërce51, et sur les travaux de Cicéron qui avait séjourné à Athènes et avait pu disposer de sources sûres.

  • 52 D’après Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique I, 98, 1, aux dires des prêtres égyptiens eux-m (...)
  • 53 B. Mathieu, op. cit., p. 158.

23Les œuvres de Platon évoquent à plusieurs reprises le modèle égyptien, qu’il s’agisse de commenter les mœurs, de critiquer le caractère des Égyptiens ou de louer leur régime politique et de rapporter leurs lois52. Les villes égyptiennes évoquées dans l’œuvre de Platon sont Hermopolis (Parva), la ville du dieu savant Thot, Naucratis, ville portuaire très hellénisée située sur la bouche canopique du Nil, et Saïs, la capitale religieuse de la déesse Neith. Ces trois villes sont situées sur la route qui relie le port de Canope à Héliopolis, le but principal de Platon étant de séjourner à Héliopolis, patrie du dieu créateur Rê, centre intellectuel et spirituel de l’Égypte53.

  • 54 « De Platon, Aristote a appris le souci des distinctions, des catégorisations, des hiérarchies »  (...)

24La liste des grands penseurs grecs ayant été instruits auprès des prêtres égyptiens, qu’il s’agisse de faits avérés ou de traditions véhiculées par des phénomènes de mode, n’est pas close après cette brève évocation, mais venons-en maintenant à l’œuvre d’Aristote qui, semble-t-il, n’est pas allé en Égypte mais fut le disciple de Platon et a nécessairement recueilli à travers lui l’héritage de bien des sages grecs ayant bénéficié d’une initiation dans les temples égyptiens54.

  • 55 Si l’on peut se permettre de proposer cette catégorie actuelle du droit qui correspond à l’ensembl (...)

25C’est en effet au Stagirite que l’on doit une analyse claire de la notion de justice sous ses deux principaux aspects, la justice universelle qui s’apparente à la morale, au droit naturel, et la justice particulière traduite par le « droit positif » 55, ce qui correspond parfaitement à l’aspect duel de la maât, à la fois ordre universel et justice-équité.

  • 56 Michel Villey, Le droit et les droits de l’homme, Paris, PUF, 1983, p. 32-33.
  • 57 M. Villey, op. cit., p. 34. Comment ne pas reconnaître ici encore les compétences du dieu Thot, le (...)
  • 58 Cité par M. Villey, op. cit., p. 34-35.

26Si l’invention du droit civil s’est faite à Rome sous la République à l’époque de Cicéron56, dans De oratore celui-ci se réfère à la culture grecque avec l’aide de la philosophie d’où découle la dialectique, « art de distinguer et définir les significations précises des termes généraux du langage » 57. La finalité du droit est ainsi définie par Cicéron (après et avec ses amis les grands jurisconsultes romains, notamment les veteres Quintus Mucius Scaevola et Servus Sulpicius) : Sit ergo in jure civili finis hic : legitimae atque usitatae in rebus causisque civium aequabilitatis conservatio (« le service d’une juste proportion dans le partage des biens et les procès des citoyens » )58.   

  • 59 Ibidem, passim. De même pour la suite de l’analyse des raisonnements d’Aristote.
  • 60 M. Villey, op. cit., p. 42.
  • 61 Ibidem, p. 43.
  • 62 Ibidem, p. 45.
  • 63 Ibidem, p. 47-54.
  • 64 Autobiographie de Chéchi, parmi de nombreux exemples : Alessandro Roccati, La littérature historiq (...)
  • 65 Christopher John Eyre, «Judgement to the Satisfaction of All» in La fonction de juger. Égypte anci (...)

27Pour Aristote – dont l’influence décisive sur la construction de la science juridique romaine est indéniable59 surtout à partir du Livre V de son Éthique à Nicomaque – la justice n’est pas seulement un idéal mais une réalité : dikaiosuné (justice) a donné dikaion (droit). Il y a deux acceptions de dikaiosuné : justice générale et justice particulière. La vertu de justice est au service de l’ordre, « valeur suprême pour les Grecs, coïncidant avec le beau, l’harmonieux… La justice ainsi entendue est presque synonyme de moralité ; elle ne sert pas à distinguer, désigner un type de comportement » . La justice particulière est une partie de la justice totale60. « Le droit (to dikaion) sera donc “l’objet de la justice”, écrit Saint Thomas, excellent interprète d’Aristote… Le droit (dikaion) ne prend vraiment forme qu’à l’intérieur de la justice particulière » 61. La justice particulière analysée par Aristote « a pour fin que nul ne prenne “plus” ou ne reçoive “moins” que sa part des “biens extérieurs” partagés dans un groupe. Or cet objectif ne peut être atteint sans que d’abord ne soit mesurée, déterminée, la proportion entre les biens ou obligations des uns et des autres » 62. C’est là qu’intervient le rôle du juge. Le droit a trois attributs : un objet, une proportion, un milieu entre deux extrêmes : méson, le “juste milieu” qu’il revient au juriste de déterminer. C’est le juge, le dikastès, qui va mesurer aux particuliers leurs parts respectives63. Dès l’Ancien Empire (IIIe millénaire) les magistrats égyptiens affirment dans leurs autobiographies : « […] J’ai fait le droit (la maât) pour son seigneur <le roi>… J’ai dit le droit, j’ai fait le droit, j’ai dit le bien, j’ai répété le bien… J’ai jugé deux plaideurs de sorte qu’ils fussent satisfaits, etc. » 64. J. C. Eyre en conclut à juste titre65 que le juge a pour fonction de mener les négociations entre les deux parties jusqu’à ce que le partage soit équitable et satisfaisant pour chacun des plaideurs. Citons in extenso un magnifique exemple datant de la fin du IIIe millénaire :

  • 66 Le haut magistrat pose l’affirmation générale de conformité de sa conduite à la maât, puis il déve (...)
  • 67 Graffito Hatnoub, [Anthes] n°12 (début Moyen Empire) : Miriam Lichtheim, Maât in Egyptian Autobiog (...)

J’ai accompli le droit (maât) dans ma conduite66. J’ai sondé (mon) cœur et j’ai imposé le contribuable selon sa richesse. J’ai fait ce qui était souhaitable pour chacun, connu et inconnu, sans distinction. Je suis l’aimé de son nome. Je ne suis jamais passé outre au besoin d’un requérant. Je suis la demeure agréable de sa parentèle, qui équipe sa maisonnée de sorte qu’elle ne manque de rien. Je suis un fils pour le vieillard, un père pour l’enfant, un protecteur du pauvre en tout lieu. J’ai nourri l’affamé et oint le hirsute. J’ai donné des vêtements à celui qui était nu. J’ai exorcisé le visage affligé et j’ai puni le puant. Je suis aussi celui qui ensevelit le défunt. J’ai jugé l’affaire litigieuse selon son droit (maât) et j’ai fait en sorte que les plaideurs s’en aillent satisfaits. J’ai répandu le bien à travers mon nome et j’ai fait ce que mon seigneur désirait67.

  • 68 Selon une opinion largement répandue dans la sphère égyptologique. Voir plus haut la n. 20.

28Toutes ces affirmations ne sont pas seulement des « clichés » 68, au moins à cette époque, mais des assertions de conformité à l’ordre juste que le haut fonctionnaire est chargé de respecter et de faire respecter, proclamant ainsi qu’il mérite son statut d’imakhou, c’est-à-dire de défunt doté par le roi d’un tombeau équipé et d’un service d’offrandes. Dans sa conformité à la maât, le haut fonctionnaire rend la justice équitablement ; il répartit les biens et les charges entre ses administrés en tenant compte de leurs besoins.

  • 69 Les « lois de Maât » , « œuvres de Maât » , « travaux de Maât » , « actes de Maât » , etc., sont i (...)

29Il est très difficile d’imaginer que les philosophes grecs ayant séjourné auprès des prêtres égyptiens n’aient pas été instruits des « lois de Maât » 69.

Les deux aspects de la maât dans la doctrine égyptienne

30Maât, divinité féminine, incarne l’ordre juste du monde, l’» harmonie cosmique »  source de la justice universelle que le roi doit garantir à son peuple ; le concept de maât correspond à l’équité que génère la justice générale appliquée à la justice particulière qu’il revient aux représentants de l’autorité publique d’assurer au peuple tout entier.

  • 70 Antonin Artaud a écrit de très belles pages intitulées : « La guerre des principes »  dans Hélioga (...)
  • 71 Voir, outre mon livre Maât. L’ordre juste du monde, les développements que j’ai consacrés à la maâ (...)

31La maât est un principe70 de vie dont le roi est le garant au moyen à la fois de ses actes de gouvernement et de la stricte observance des rituels. Elle est un principe dynamique qui préside au bon déroulement et au renouvellement des cycles vitaux71. Si Maât est à la fois une déesse et un principe, c’est-à-dire une force, c’est à la force de vie qu’il faut l’identifier, force de vie qui ne peut s’épanouir que dans un monde – qu’il soit céleste ou terrestre – guidé par l’ordre que seule une organisation puissante comme la monarchie pharaonique peut faire advenir, conserver et développer mais dans un souci permanent de la mesure. Maât est un principe qui se situe très au-dessus des autres principes. Elle est le principe d’ordre et de vie qui conditionne la stabilité du monde. Elle est la vie, d’ailleurs lorsqu’elle est représentée sous la forme d’une figure féminine, elle tient souvent dans la main le ânkh qui en est le symbole. La vie ne peut toutefois se perpétuer que grâce à des principes d’ordre que seul un pouvoir politique fort peut mettre en œuvre et maintenir : le pharaon est investi de cette charge écrasante. Là nous rejoignons le thème des Lamentations d’Ipouour : si le roi faillit à ce devoir essentiel, le désordre s’installe et la vie quitte le monde ; les jeunes gens perdent le goût de vivre et les femmes ne conçoivent plus :

  • 72 Le dieu-bélier qui créa les humains sur son tour de potier.
  • 73 Lamentations d’Ipouour, traduction de Bernard Mathieu, voir la note 85 ci-dessous.

Inimaginable, les femmes sont stériles, on ne conçoit plus,
Et Khnoum72 ne façonne plus à cause de l’état du pays !
[….]
Inimaginable, la population a diminué, celui qui met son frère en terre est partout,
Et quand parlent les sages, on fuit sans hésiter !
[…]
Inimaginable, grands et petits <de dire> : « Je voudrais mourir ! » 
Et les jeunes enfants de dire : « C’en est fini de la survie ! » 73

32L’offrande d’une statuette de Maât aux divinités majeures par le roi-prêtre déclenchera les cycles divins qui assurent et renouvellent la vie. Si le roi se dérobe à son rôle essentiel qui est d’assurer et de maintenir sur terre en faveur de son peuple le règne de la maât associée au discernement (sia) et au verbe créateur (hou), le démiurge qui a séparé le ciel de la terre sera ignorant des règles qui gouvernent les humains, avec les conséquences dramatiques ultimes que peut provoquer une telle situation :

  • 74 Lamentations d’Ipouour, traduction de Bernard Mathieu, voir la n. 85 ci-dessous.

Le seigneur du Tout (le dieu créateur) a fait la séparation du ciel et de la terre,
mais la crainte reste sur tous les visages quand il vient ( ?) !
S’il agit ainsi, susceptible de nous attaquer,
qui traitera la situation, quand tu (le roi) dédaignes de sauver ?
Le Verbe (Hou), l’Intellect (Sia) et la maât sont avec toi,
mais c’est le tumulte que tu as répandu à travers le pays,
avec le bruit et les agitateurs !74.

  • 75 B. Menu, Maât. L’ordre juste du monde, p. 50.

33Si le roi est responsable de la justice universelle, l’observance par tout un chacun des préceptes de la maât engendre « une dynamique des flux et des reflux de la bienfaisance » 75 dont l’Enseignement de Ptahhotep se fait l’écho.

  • 76 Période de troubles imputés à l’exercice du pouvoir pendant un peu plus d’un sièclepar des princes (...)

34J’ai en effet choisi comme exemples parmi les nombreux textes sapientiaux, didactiques, littéraires, politiques, autobiographiques, religieux et funéraires que l’Égypte ancienne nous a légués, l’Enseignement de Ptahhotep (fin de l’Ancien Empire/début du Moyen Empire) et les Lamentations d’Ipouour (fin de la Deuxième période intermédiaire76) car ils présentent, le premier en positif, le second en négatif, l’image de la présence et du rôle de la maât parmi les hommes. Le premier décrit la maât particulière et le second, la maât générale conditionnée par l’ordre cosmique dont le roi est responsable. Le premier énonce des recommandations dans le but de conserver et transmettre les principes de la maât particulière. Le second évoque d’une manière dramatique les catastrophes consécutives au retrait de la maât universelle suite à l’incapacité de la maintenir sur terre dont le roi se rend coupable.

  • 77 Voir la n. 30supra.
  • 78 L’Enseignement d’Hordjedef, le fils philosophe du pharaon Khéops (IVe dynastie, milieu du IIIe mil (...)
  • 79 Bernard Mathieu, dans Visions d’Égypte, op. cit., p. 62.

35L’Enseignement de Ptahhotep77est le texte didactique complet le plus ancien qui nous soit parvenu78. Il fut rédigé avec la plus grande vraisemblance sous le roi Djedkarê-Isesi, le dernier souverain de la Ve dynastie79. Il a été copié et recopié tout au long de l’histoire pharaonique. Le papyrus principal (Papyrus Prisse) est excellemment conservé. Il nous a transmis une théorie de la maât à travers ses maximes. L’auteur est un « vizir »  parvenu à un âge très avancé. Il s’adresse d’abord au roi pour lui demander que son fils lui succède dans ses fonctions puis il rédige à l’intention de celui-ci un vade-mecum destiné à faire de lui un haut fonctionnaire impeccable, responsable et soucieux de pratiquer la maât. Cette interprétation largement acceptée dans la communauté égyptologique me semble toutefois très au-dessous de la réalité.

  • 80 P. Vernus, op. cit., p. 74.
  • 81 D’où la réplique du vieux prêtre de Saïs à Solon, rapportée dans le Timée (voir supra).
  • 82 B. Mathieu, ibid., p. 63.

36Il n’est pas anodin de souligner que le roi autorise préalablement le Sage Ptahhotep (c’est-à-dire le maître) à instruire son fils (c’est-à-dire le disciple) : « Apprends-lui les paroles d’auparavant ! Alors il acquerra le comportement des enfants des hauts dignitaires » 80, ce qui signifie à mon avis qu’enseigner la maât et la transmettre à ceux qui en sont dignes est un privilège accordé aux meilleurs interprètes de la maât par le roi qui en est le garant. Il n’est sans doute pas exagéré d’affirmer que les « enseignements »  de l’Égypte ancienne constituent la doctrine juridique du pays, doctrine élaborée pour une large postérité par les Sages enseignant la maât dans les temples et les écoles. Ces enseignements étaient dispensés oralement. L’écrit sert d’aide-mémoire, c’est d’ailleurs certainement la raison pour laquelle ils revêtent une forme poétique en vers, stances, strophes, permettant de mémoriser plus facilement le contenu81 et de le commenter au cours des leçons qui comportaient certainement aussi de larges développements sur les institutions et sur le droit. « La première partie est formée de trente-six “maximes” qui sont autant d“actualisations de la maât ”, comme le dit le texte lui-même : “Si tu écoutes les propos que je t’ai tenus, chacun de tes desseins sera porté en avant ; les actualisations de la maât qui s’y trouvent, c’est la richesse qu’ils <les propos> t’apportent” » 82.

  • 83 Ibid., p. 69.

37Les « maximes »  de Ptahhotep expriment le contenu de la maât ; elles sont en outre rythmées par des rappels à respecter, à maintenir la maât, à agir selon elle, à faire la maât selon sa conscience, à la faire pour le roi car elle est immémoriale, « imperturbable depuis le temps d’Osiris » 83, c’est-à-dire depuis la royauté mythique qui a donné naissance au régime pharaonique. La maât est aussi la garantie d’une survie dans la mémoire des hommes : « La fin venue, seule la maât perdure » .

  • 84 Respect de la maât, évitement de la querelle, respect des principes éthiques, des règles de l’étiq (...)

38Les maximes développent déjà clairement une théorie du « juste milieu » , chère à Aristote, qui définit la justice particulière mais qui procède de la justice générale ; l’enseignement vise par conséquent aussi à développer un traité d’évitement du conflit dont j’ai souligné ailleurs les traits principaux84.

  • 85 Bernard Mathieu m’a autorisée à utiliser sa traduction encore inédite, première traduction complèt (...)
  • 86 Voir : Bernadette Menu, Maât, l’ordre juste du monde, op. cit. n. 6 supra.
  • 87 Jean Yoyotte, « À propos d’un monument copié par G. Daressy (Contribution à l’histoire littéraire) (...)
  • 88 Sur plusieurs critères notamment linguistiques, d’après Bernard Mathieu, le texte fut écrit au déb (...)
  • 89 « Oublier hier »  c’est ne pas agir pour celui qui a agi, c’est rompre la chaîne de la solidarité (...)

39Quant aux Lamentations d’Ipouour85elles illustrent parfaitement la dialectique : maât, justice générale et maât, justice particulière, sous l’égide de Maât, l’ordre juste du monde. Il s’agit en fait d’un discours sur la maât sous la forme raffinée d’un long poème se déroulant en stances regroupées en strophes qui se développent de manière dramatique. Le texte offre une description apocalyptique de l’Égypte privée de son principe fondateur et régulateur et donc livrée par là même à l’emprise du principe antinomique destructeur qui reçoit le nom générique d’isfet. Ainsi la maât est-elle définie à la fois par son contenu et par son antonyme exact86. Elle est évoquée sous ses deux aspects : le principe éternel d’ordre cosmique et social dont le roi est le garant (la justice universelle/générale) et l’aptitude des magistrats à répartir équitablement les biens et à rétablir l’équilibre des prestations entre les membres de la société (la justice particulière). Le sage et poète Ipouour dont l’existence est d’ailleurs attestée87 nous offre, dans le cadre d’une situation politique inouïe88, un tableau excessivement sombre de l’Égypte en proie à l’isfet qu’il porte à la vue d’un roi qui s’est détourné de la maât. Les figures de style utilisées par Ipouour rendent compte des différentes manières de décrire et définir la maât par opposition à l’isfet : exclamations incrédules, constats du désastre, lamentations devant les œuvres délétères de l’isfet, puis évocations des douceurs de l’Égypte lorsqu’elle est gouvernée par des actions conformes à la maât, que chaque chose est à sa place et que chacun exerce sa fonction pour la plus grande prospérité du pays, enfin injonctions proférées à l’encontre du roi sourd à la maât pour qu’il revienne à son rôle de garant des conditions d’existence et de conservation de celles-ci pour le plus grand bonheur de son peuple. Les conséquences du primat de l’isfet sont innombrables. On assiste à un retournement total de la société suite à des catastrophes inédites : « Le crime est partout, il n’est plus d’homme d’hier » 89. Tout est sens dessus dessous. Les fonctions sont remplies par des incapables. Celui qui n’avait rien possède des fortunes, les nobles dames sont devenues des servantes et les domestiques sont arrogants. C’est le règne du crime, des épidémies et de tous les maux : pillages, absences de sépultures, actions blasphématoires, incendies, ruines et destructions de toutes sortes. Le commerce est au point mort et l’économie du pays, dévastée. Les ressources sont taries, le travail a cessé, le Trésor est privé de ses redevances car la maât s’est écartée du roi. Devant la cacophonie les magistrats sont impuissants, les sentences des juges, les écrits juridiques, les rituels, les cadastres ont été détruits ou emportés, les sépultures royales ont été violées et vidées. La maât est devenue un mot vide de sens et même on accomplit l’isfet en se fondant sur elle !! Le sage en vient à souhaiter la fin de l’humanité mais dans un sursaut d’espoir et de courage il ose sermonner le roi et le rappeler à l’ordre.

  • 90 Éclats de calcaire ou tessons de poteries selon les époques.

40Le texte dans son ensemble, aussi bien dans son horreur de l’isfet complaisamment développée que dans son éloge de la maât, se présente comme un véritable traité de la maât. Il ne nous en est parvenu qu’une seule version complète mais on sait qu’il fut longtemps enseigné car il en existe de nombreuses copies partielles, notamment sur des ostraca90 qui gardent le souvenir du travail des élèves dans les temples et dans les écoles.

Conclusion : la question des inégalités dans le droit de l’Égypte pharaonique

  • 91 Article repris dans : Égypte pharaonique. Nouvelles recherches…, p. 85-99 ; voir en particulier p. (...)

41Les textes de « propagande royale »  de l’Égypte pharaonique énumèrent à l’envi les qualités du pharaon parfait, le bon berger qui, même pendant la nuit, veille au bien-être de son troupeau et fait régner la maât dans le pays : il fait venir la maât, c’est-à-dire « l’ensemble des conditions qui font naître et maintiennent la vie »  (in maât en égyptien) selon la définition que j’en ai donné dans Droit et Cultures 4291; il repousse l’isfet qui englobe tout ce qui est contraire à la maât et conduit à la mort comme le développe dramatiquement Ipouour (der isfet en égyptien).

  • 92 Par exemple : Georges Posener, L’Enseignement loyaliste. Sagesse égyptienne du Moyen Empire, Paris (...)
  • 93 Platon, Aristote et bien d’autres philosophes grecs font l’éloge de la royauté égyptienne qui est (...)

42Est-ce à dire que l’Égypte ancienne n’a pas connu d’inégalités dans ses pratiques juridiques ou judiciaires ? Ne soyons pas assez naïfs pour le croire ! La nature humaine n’est pas parfaite, tant s’en faut ! D’autres « Enseignements »  postérieurs (XIIe dynastie, début du IIe millénaire)92 recommandent aux plus hauts fonctionnaires de l’État la mansuétude et la sollicitude envers les inférieurs hiérarchiques et les dépendants ; la plupart, surtout de plus tardifs (par exemple l’Enseignement d’Aménemopé, deuxième moitié du IIe millénaire) mettent en garde contre la tentation de la partialité, de l’avidité ou de l’improbité. Tant qu’un roi fort et donc capable de faire régner la maât gouverne l’Égypte, le droit est respecté et la justice est rendue équitablement93. Que des désordres majeurs surviennent, que la maât ne soit plus garantie par le roi et surgissent les cataclysmes qui font l’objet de la tragique description d’Ipouour.

  • 94 Rappelons que Maât, déesse cosmique et morale, n’eut ni aventures mythologiques ni animaux sacrés (...)

43Si le régime pharaonique a vécu pendant trois millénaires, c’est bien grâce à sa philosophie de la maât, l’ordre cosmique porteur à la fois d’une justice universelle et d’une justice individuelle garantes de l’application du droit94.

  • 95 Voir mes nombreuses démonstrations, principalement : Bernadette Menu, Recherches sur l’histoire ju (...)

44Contrairement à la Grèce dont les philosophes admettaient l’existence nécessaire de l’esclavage tout en recommandant de réserver un sort favorable aux esclaves, l’Égypte des pharaons n’a pas connu cette pratique, remplacée par la dépendance salariée et le travail obligatoire rémunéré95. Le respect de la hiérarchie est un facteur d’ordre. Chacun doit être à sa place pour exécuter la tâche pour laquelle le prédisposent ses capacités. La conscience professionnelle, quel que soit le rang de chacun, est une qualité essentielle et même un devoir dont le non-respect entraîne la sanction. On peut toutefois sortir de sa condition de dépendant, on peut gravir les échelons dans une administration, dans une exploitation agricole, dans un temple, dans un atelier, à condition que l’on montre les qualités nécessaires à l’exercice de la profession ou du métier. Ptahhotep fait des recommandations sur la conduite à tenir à la fois vis-à-vis d’un inférieur et d’un supérieur hiérarchique qui tous deux doivent être respectés selon leur rang. Le désordre qui est l’inversion de l’ordre, l’isfet qui est l’inversion de la maât sont détestables et renferment l’abomination. Dans la situation paroxystique décrite par Ipouour, l’ordre social est renversé, les servantes sont à la place de leurs maîtresses, les riches sont devenus des mendiants, les débiteurs sont devenus des prêteurs, les momies royales sont sorties de leurs tombeaux et jetées sur la rive, les rites ne sont plus observés, on blasphème contre les dieux, la populace piétine les écrits issus de la maât, etc. Il existe donc des inégalités structurelles qui participent de l’ordre et qui doivent être respectées.

  • 96 Sur les activités commerciales des femmes : N. Grimal, B. Menu (éd.), Le commerce en Égypte ancien (...)
  • 97 Voir sur ces questions les nombreux travaux de Schafik Allam, d’Aristide Théodoridès, de P. W. Pes (...)
  • 98 Voir le relief de Deshasheh, de l’époque héracléopolitaine (Première Période intermédiaire)  repré (...)
  • 99 Ibidem, p. 14.

45La condition des femmes était, par comparaison aux autres cultures de l’Antiquité méditerranéenne, particulièrement favorable tant du point de vue du mariage, du divorce et de l’éducation des enfants que de l’administration des biens, de l’exercice d’un métier ou de la pratique du commerce96, de la capacité d’ester et de tester en justice ou de rédiger un testament97. Certes le domaine d’action de la femme était la maison (au sens large) et celui de l’homme, l’exercice de ses activités à l’extérieur, mais en cas d’indisponibilité du mari la femme pouvait le remplacer sans autorisation dans son métier ou sa profession. Mieux, devant la menace pressante de l’ennemi les femmes pouvaient exceptionnellement prendre les armes98. Des reliefs de l’Ancien Empire montrent aussi des femmes au gouvernail d’un bateau99. Les femmes pouvaient exercer la prêtrise : dans l’Ancien Empire le clergé de la déesse Hathor était féminin et, à la Basse Époque, la fonction éminente de Divine Adoratrice d’Amon était dévolue à une fille royale, ce qui lui conférait sur la Haute-Égypte un pouvoir quasiment égal à celui du pharaon. On rencontre, surtout dans l’Ancien Empire, des femmes exerçant toutes sortes de professions, y compris la médecine (l’une d’elles est même « directeur des médecins » ) mais il s’agit de situations assez exceptionnelles ; les femmes ont leur place dans la sphère domestique quel que soit leur rang : éducation des enfants, occupations à caractère économique (boulangerie,brasserie, tissage, habillement, perruquerie, etc.) mais aussi activités artistiques (danse, musique, chant, notamment).

  • 100 Il y eut, on le sait, plusieurs femmes pharaons dont la plus connue est Hatchepsout (XVIIIe dynast (...)
  • 101 Joseph Mélèze-Modrzejewski, Le droit grec après Alexandre, Paris, 2012, p. 47-49.
  • 102 J. Mélèze-Modrzejewski, in Ch. Méla, F. Möri et al., Alexandrie la Divine, op. cit., p. 98.

46La femme, tout au long de l’histoire pharaonique, avait une pleine capacité juridique qui la dispensait de toute tutelle ou curatelle et, nous venons de le voir, lui permettait d’accéder à tous les postes de la société100. J. Mélèze-Modrzejewski attribue à juste titre l’évolution favorable de la condition des femmes dans le droit grec de l’époque hellénistique à l’influence du droit égyptien101. Les papyrus araméens d’Éléphantine montrent que dans la communauté juive d’où ils émanent, la femme prend l’initiative du divorce comme toute égyptienne, ceci « en contradiction formelle avec le principe de répudiation unilatérale de la femme par le mari qui régit la matière du divorce en droit biblique »  (Deutéronome 24, 1-4)102.

  • 103 Traductions empruntées à Bernard Mathieu et à Pascal Vernus (plus haut, n. 30).

47Terminons sur ces jolis vers extraits de la première maxime de Ptahhotep103 :

  • 104 Dans l’Égypte pharaonique le pain quotidien et les gâteaux étaient fabriqués à la maison par les f (...)

Ne t’enorgueillis pas de ton savoir.
Discute donc avec l’ignorant comme avec le savant.
On n’atteint jamais les limites de la compétence.
Il n’y a pas d’expert qui soit pourvu de sa totale capacité.
Une belle parole est plus cachée que l’émeraude,
On la trouve chez les servantes occupées aux meules104.

  • 105 P. Vernus, Sagesses…, op. cit., p. 135-160.
  • 106 Ibidem, p. 161-177.
  • 107 Ibid., p. 137.

48Cette belle leçon d’humilité, au seuil des recommandations dispensées par le maître au disciple, situent d’emblée l’» enseignement »  très haut sur l’échelle de la valeur didactique et morale de ce qui correspond très vraisemblablement à une doctrine de la maât dans un cadre proche de l’entourage du roi qui en est le garant. Les « Enseignements »  d’un roi à son fils en sont des preuves complémentaires : L’Enseignement pour Mérikarê105 et l’Enseignement d’Amenemhat106montrent que la transmission générationnelle cherche à porter remède aux atteintes à la royauté et par conséquent à la maât, lorsque celles-ci sont analysées avec perspicacité. Le premier est bien un « traité de la monarchie » 107mais, plus que cela encore, c’est un rappel de l’efficacité et de l’éternité de la maât auquel l’auteur royal ou prétendu tel ajoute des conseils sur la conduite à tenir dans un contexte politique particulièrement difficile résultant de causes récurrentes qui concernent principalement la politique extérieure. Le second, œuvre posthume attribuéeà Amenemhat Ier, le fondateur assassiné de la XIIe dynastie, insiste sur la pratique exemplaire de la maât par le souverain défunt qui délivre en outre à son fils des conseils de prudence vis-à-vis de situations dans lesquelles peuvent naître les intrigues de palais et les projets de complots.

49Au terme de cette étude il ne semble guère outrancier d’affirmer que le droit tel que nous l’entendons est né dans la vallée du Nil. Les prêtres égyptiens, que les Grecs considéraient comme des philosophes, figuraient certainement parmi les principaux artisans d’une doctrine de la maât qui fut transmise oralement dans les plus hautes sphères intellectuelles du pays et qui influença la civilisation dont nous sommes les héritiers par l’intermédiaire d’une chaîne de transmission dont la philosophie grecque pré-aristotélicienne, Aristote, puis le droit romain, sont les principaux chaînons.  

Haut de page

Notes

1 Éthique à Nicomaque, V, 1, 15.

2 Voir les développements lumineux de Michel Villey dans Le droit et les droits de l’homme, Paris, PUF, 1982, p. 55-68, et infra.

3 Sur Cheremon, personnage dont on décèle l’influence, entre autres sur Plutarque, on lira l’étude savante, très fine et approfondie de Sydney H. Aufrère, « Sous le vêtement de lin du prêtre isiaque, le “philosophe” : le “mythe” égyptien comme sagesse barbare chez Plutarque » , dans : S. H. Aufrère (éd.) et dir., avec F. Möri (concepteur), Les sagesses barbares…, Lausanne, La Baconnière, à paraître ; du même auteur : «Lost Profiles of “Hierogrammats” of the Greco-Roman Epoch: Manetho and Chairemon» in Zlatko Pleše, Rainer Hirsch-Luipold (ed.), Alexandrian Personnae : Scholarly Culture and Religious Traditions in Ancient Alexandria (1rst ct. BCE-4th ct. CE), Tübingen, Mohr Siebeck, à paraître. Porphyre de Tyr (234-ca. 305) confirme au sujet de Cheremon la tradition selon laquelle les prêtres égyptiens étaient considérés comme des philosophes : « Le stoïcien Cheremon, dans son exposé sur les prêtres d’Égypte, que les Égyptiens, dit-il, considèrent aussi comme des philosophes, explique qu’ils ont choisi les temples comme lieu approprié à la philosophie. En effet, séjourner auprès des images qui s’y trouvent est étroitement lié à un entier désir de contemplation et cela assure leur sécurité… Ayant donc rejeté toute autre préoccupation et toutes tâches humaines, les prêtres ont consacré leur vie tout entière à la contemplation et à la vision des choses divines… »  (Porphyre de Tyr, De l’abstinence, 3, 6- 8).

4 Principalement : Bernadette Menu, « Maât fille de Rê » , DBAT 12, Heidelberg, 1991, p. 55-60
(= Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 225-229) ; ead., « Le tombeau de Pétosiris (2). Maât, Thot et le droit » , BIFAO 95, 1995, p. 281-295 ; ead. « Introduction à l’analyse du régime pharaonique : Maât, la Référence » , Droit et Cultures 42, 2001, p. 127-145 (= Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, L’Harmatttan, 2004, p. 85-99). Voir aussi la n. 10, infra.

5 Au sens où l’entend Manéthon dans son découpage historique et chronologique de la succession des rois de l’Égypte ancienne. Notons que Manéthon désigne Nârmer (lecture que je défendrai prochainement contre de récentes propositions) par son épithète Ménès, forme grécisée de Mény, « le Fondateur » , épithète d’ailleurs partagée par Nârmer avec son successeur immédiat Âha qui paracheva son œuvre constituante (voir : Bernadette Menu, Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 65-98 ; Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 17-99 ; « La mise en place des structures étatiques dans l’Égypte du IVe millénaire » , BIFAO 103, 2003, p. 307-326 ; Maât, l’ordre juste du monde (op. cit. ci-dessous, p. 7-20).

6 B. Menu, Maât, l’ordre juste du monde, Paris, Michalon (coll. Le Bien commun), 2005, réimpr. 2010.

7 Ibidem, p. 12.

8 Vision soutenue par Jan Assmann, Maât, l’Égypte pharaonique et l’idée de justice sociale, Paris, Julliard, 1989.

9 B. Menu, Maât, l’ordre juste du monde, 2005, p. 107-108.

10 Principalement : B. Menu, « La notion de maât dans l’idéologie pharaonique et dans le droit égyptien » , in Barbara Anagnostou-Canas (éd.), Dire le droit : normes, juges, jurisconsultes, Paris, Éd. Panthéon-Assas, 2006, p. 33-44 ; ead., « Ne pas procéder. Règles éthiques et mesures dissuasives dans l’Égypte pharaonique »  in Jacqueline Hoareau-Dodineau et al. Procéder. Pas d’action, pas de droit ou pas de droit, pas d’action ?, Limoges, Pulim, 2006, p. 11-22 ; ead., « Maât et le pharaon » , in J. Hoareau-Dodineau et al. (éd.), Le prince et la norme. Ce que légiférer veut dire, Limoges, Pulim, 2007, p. 11-24 ; ead., « Maât au cœur des Justices de l’Invisible : l’état de maâty »  in Raymond Verdier et al., Les Justices de l’Invisible, Paris, L’Harmattan, 2013, p. 182-196.

11 Cf. le remarquable article de Jean-Jacques Glassner, « Droit et divination : deux manières de rendre la justice. À propos de DĪNUM, UŞURTUM et AWARTUM » , in J. Ellis (dir), Nippur at the Centenial (actes de la 35e Rencontre assyriologique internationale, Philadelphie, 1988), Philadelphie, 1992, p. 55-86.

12 Voir par exemple la Prophétie de Néferty : Gustave Lefebvre, Romans et contes égyptiens de l’époque pharaonique, Paris, 1976, p. 91-105 ; Georges Posener, Littérature et politique dans l’Égypte de la XIIe dynastie, Paris, 1969, p. 145-157 et p. 21-60.

13 Voir infra les Lamentations d’Ipouour pour une description apocalyptique de l’Égypte lorsque le roi est devenu sourd à la maât.

14 À laquelle un culte était rendu (cf. B. Menu, « Maât, fille de Rê » , cité supra). Notons une remarque importante pour notre réflexion : Maât n’eut ni aventures mythologiques, ni animaux sacrés.

15   Le titre égyptien du recueil est plus exactement, dans une traduction littérale : « Livre pour sortir le jour » . Sur le chapitre 125 : Charles Maystre, Les déclarations d’innocence, Le Caire, IFAO, 1937.

16 Voir la note 18 ci-dessous.

17   Assmann, op. cit., p. 77.

18   « En niant avoir accompli des actes répréhensibles ou proféré de mauvaises paroles, le défunt se place aux antipodes du pénitent chrétien qui, dans sa confession, avoue ses péchés pour être pardonné. Non seulement l’Égyptien déclare son innocence sans aucune restriction mais, par la puissance convaincante de son verbe, il ‘se sépare de ses fautes’ selon les termes mêmes de l’intitulé du chap. 125 »  (B. Menu, Maât, op. cit., p. 90).

19 Assmann, op. cit., p. 80.

20 Voir par exemple un cas de procès suite à une prétendue captation d’héritage dans l’Ancien Empire (P. Berlin 9010) : Alexandra Philip-Stephan, Dire le droit en Égypte pharaonique, Bruxelles, 2008, p. 124-128 et doc. n°57, p. 261. Dans l’Ancien Empire l’assertion autobiographique suivant laquelle le magistrat défunt proclame qu’il n’a jamais jugé en privant le fils des biens de son père est probablement inhérente à certaines fonctions notamment judiciaires et ne semble pas encore devenue un « cliché »  (voir infra, et n. 64 à 68). Une maxime de l’Enseignement pour Mérikarê reprend : « Ne prive pas un homme du bien (i. e. du patrimoine) de son père »  (Pascal Vernus, Sagesses de l’Égypte ancienne, Paris, Imprimerie Nationale, 2001, p. 142). Voir plus loin mes développements sur les Enseignements : d’après moi ceux-ci constituent une source importante du droit qui correspond à ce que nous appelons actuellement « la doctrine » .

21 Assmann, op. cit., p. 80.

22 Jean Yoyotte, dans Le jugement des morts, Sources orientales IV, Paris, 1961, p. 15-80.

23 Assmann, op. cit., p. 81-84.

24 Les neuf dieux primordiaux.

25 C’est-à-dire : qu’il soit admis auprès des dieux et qu’il reçoive une part des offrandes divines quotidiennes qui leur sont destinées.

26 Voir, par exemple, B. Menu, Maât. L’ordre juste du monde, op. cit. à la n. 6.

27 Par exemple demander des services gratuits à un relevant du temple ou d’une fonction ou bien détourner une équipe pour des travaux. Le papyrus Turin 1882, verso,en est un bel exemple : Marcella Trapani,« Un cas d’abus de pouvoir dans l’administration rurale » , in Bernadette Menu (éd.), La dépendance rurale dans l’Antiquité égyptienne et proche-orientale, Le Caire, IFAO, 2004, p. 211-225.

28 Allusion probable au délit de déplacement des bornes d’un champ ; celui qui s’est rendu coupable de ce méfait peut être promis à la vengeance de Sekhmet (s’agirait-il d’un crime passible de la peine de mort avec une exécution sacrificielle ?). L’aroure est une mesure de superficie des terres équivalant à environ 2756 mètres carrés. Sur les « stèles de donation »  qui sont en fait des bornes délimitant les champs, on verra : Dimitri Meeks, « Les donations aux temples dans l’Égypte du Ier millénaire avant J.-C. »  in Edward Lipiński (éd.), State and Temple Economy in the Ancient Near East, vol. 2, Orientalia Lovaniensia Analecta 6, Louvain, 1979, p. 605-687 ; Bernadette Menu, Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 121-154 et p. 205-207 ; ead., Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 299-319.

29 Fausser la balance et tricher sur les poids constitue une faute très grave – stigmatisée aussi dans les Enseignements – dans une société où la distribution des salaires et la perception des taxes et impôts sont effectués en mesures de céréales et où les céréales principalement servent de monnaie dans les échanges ; les étoffes qui étaient pour certaines utilisées aussi comme monnaie étaient également pesées, à l’instar des métaux, précieux ou non : voir, par exemple, B. Menu, « La monnaie des Égyptiens de l’époque pharaonique » , in Alain Testart (dir.), Aux origines de la monnaie, Paris, Errance, 2001, p. 73-108.

30 Traductions et commentaires récents : Pascal Vernus, Sagesses de l’Égypte pharaonique, Paris, Imprimerie Nationale, 2001, p. 63-134 ; Bernard Mathieu, L’Enseignement de Ptahhotep in Pierrette Crouzet-Daurat (dir.), Visions d’Égypte. Emile Prisse d’Avennes (1807-1879), Paris, Bibliothèque Nationale de France, 2011, p. 62-95.

31 Papyrus Leiden I 344, recto (au verso figure un hymne à Amon datable de la XVIIIe dynastie). Alan H. Gardiner en est le premier éditeur : The Admonitions of an Egyptian Sage, Leipzig, 1909. Sa traduction est incomplète. Voir infra la n. 85.

32 Les Enseignements ont pour but de conseiller les futurs dirigeants du pays dans leur pratique de la maât. Du fait de l’autorité de leurs auteurs ils constituent pour moi la doctrine juridique, dont la définition actuelle est « l’ensemble des opinions émises par les théoriciens du droit dans leurs ouvrages depuis Rome jusqu’à nos jours » . Elle est considérée par les juristes comme une source secondaire mais très importante du droit, énoncée actuellement par d’éminents enseignants des Facultés de Droit mais ne faisant plus partie aujourd’hui du droit positif. La forme poétique (vers, stances, strophes) que revêtent les « enseignements »  sert avant tout à mémoriser le contenu des développements dispensés par les prêtres-philosophes et les théoriciens de l’entourage royal (voir infra). Les temples, comme nous le savons et comme nous l’apprennent également les sources grecques (voir infra) étaient aussi des centres de réflexion juridique et des conservatoires du droit (B. Menu, « Le tombeau de Pétosiris (2). Maât, Thot et le droit » , BIFAO 95, 1995, p. 281-295).

33 B. Menu, « Chepseskaf, pharaon intermédiaire ? » , Égypte, Afrique & Orient 15, 1999, p. 51-56 (= Égypte pharaonique. Nouvelles recherches…, Paris, 2004, p. 127-134).

34 Voir : B. Menu, « Maât et le pharaon » , op. cit. supra, n. 10 in fine.

35 La littérature est pléthorique. Voir, par exemple : Erik Hornung, Gilles Roulin, « L’Égypte, la philosophie avant les Grecs »  et Luc Brisson, « L’Égypte de Platon » , Les Études philosophiques 2-3, 1987, respectivement p. 113-125 et p. 153-168 ; Bernard Mathieu, « Le voyage de Platon en Égypte » , Annales du Service des Antiquités de l’Égypte LXXI, 1987, p. 153-167 ; Luc Brisson, « Platon, Pythagore et les Platoniciens »  in M. Dixsant, A. Brancacci (dir.), Platon, source des présocratiques. Exploration, Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie, Paris, Vrin, 2003, p. 21-66 ; Joachim Friedrich Quack, « Le scribe et le processus de traduction du corpus égyptien »  in Charles Méla, Frédéric Möri (éd.), en collaboration avec Sydney H. Aufrère, Gilles Dorival, Alain Le Bolluec, Alexandrie la Divine, Genève, La Baconnière, 2014, p. 87-91 ; voir : Christian Froidefond, Le mirage égyptien dans la littérature grecque d’Homère à Aristote, Aix-en-Provence, Ophrys, 1971, etc. Dernièrement : Sydney H. Aufrère, « Sous le vêtement de lin du prêtre isiaque, le “philosophe” : le “mythe” égyptien comme sagesse barbare chez Plutarque » , sous presse, article substantiel doté d’une copieuse bibliographie, cité ci-dessus à la n. 3.

36 Découverte effectuée par Auguste Mariette en 1851 sur le site du Sérapéum dont il conduisait les fouilles.

37 Les photographies inédites de Devéria, contemporain de Mariette, ont permis toutefois de conserver une image moins dégradée de ces statues : Clémentine Durand, « Les photographies des statues grecques du Sérapéum de Memphis par Théodule Devéria »  in Raphaële Bertho, Jean-Pierre Garric, François Queyrel (dir.), Patrimoine photographié, patrimoine photographique (« Actes de colloque » ), article mis en ligne le 26 février 2013 (http ://inha.revues.org/3982).

38 Hérodote, L’Enquête, I, 29-32 ; 86 ; II, 177 (trad. d’Andrée Barguet, Paris, Gallimard-Folio, 1985).

39   Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, I, 69, 4 ; 77, 5 ; 79, 4 ; 96, 2 ; 98, 1.

40 La liste des Sept sages a évolué tant du point de vue des personnalités retenues que de leur nombre. En dernier lieu sur les Sept sages : A. Schwab, « Les sept sages grecs et les “barbares” » , in Charles Méla, Frédéric Möri et al.,  Alexandrie la Divine, op. cit. supra à la n. 35, p. 124-129. La liste établie par Platon dans le Protagoras comporte : Thalès, Pittacos, Bias, Solon, Cléobule, Chilon, Myson de Chénée.

41 Cette loi attribuée à Amasis par Hérodote lui est antérieure.

42 Sur ces passages du Timée et de Phèdre et leur commentaire, voir : Luc Brisson, Lectures de Platon, Paris, Vrin, 2000, p. 154-161.

43 A. Schwab, op. cit., p.129.

44 Stromates I, XV, 69.

45 Ibidem.

46 Pythagore est le « premier maître universel »  selon Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie, t. 1, Paris, Vrin, 1971, p. 72-73. Dans son Éloge de Busiris, bien qu’il s’agisse là d’un exercice de rhétorique, Isocrate (ca. 436-ca. 338) affirme que Pythagore a rapporté d’Égypte le complément de la philosophie, étudiant avec soin les sacrifices et les consécrations dans les temples.

47 Bibliothèque Historique I, 96, 2-3 ; I, 98, 1.

48 Par exemple : Luc Brisson, « L’Égypte de Platon »  in Ch. Méla, F. Möri et al., Alexandrie la Divine, op. cit. supra n. 35, p. 131-137 ; cet auteur note (p. 137) l’attitude ambiguë de Platon à l’égard de l’Égypte.

49 Bernard Mathieu, « Le voyage de Platon en Égypte » , Annales du Service des Antiquités de l’Égypte LXXI, 1987, p. 153-167.

50 L’épitomé de la Géographie de Strabon lui permet en effet d’avancer cette durée. Quant à la date du voyage, Platon affirme dans la Politique qu’» en Égypte un roi ne peut commander sans dignité sacerdotale et, par conséquent, s’il arrive qu’il se soit élevé par la force en venant d’une autre caste, il sera finalement obligé de se rallier à cette dernière » . D’après Bernard Mathieu ce constat fait probablement référence à la prise de pouvoir du pharaon Achoris qui n’était pas l’héritier de Néphéritès. Si Platon a été le témoin de cet événement il aurait été en Égypte vers 393 (op. cit., p. 156-157).

51 Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des hommes illustres, III, 6.

52 D’après Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique I, 98, 1, aux dires des prêtres égyptiens eux-mêmes, Platon, à l’instar de Lycurgue et Solon, s’était souvent inspiré de leur législation.

53 B. Mathieu, op. cit., p. 158.

54 « De Platon, Aristote a appris le souci des distinctions, des catégorisations, des hiérarchies »  (Didier Pralon, « L’universalisme d’Aristote »  dans : Ch. Méla, F. Möri, et al., op. cit. à la n. 35, p. 154). Comment ne pas évoquer ici la figure du dieu Thot, possesseur de maât, maître du discernement, les écrits égyptiens plus ou moins contemporains d’Aristote ou beaucoup plus anciens, tels les onomastica ?

55 Si l’on peut se permettre de proposer cette catégorie actuelle du droit qui correspond à l’ensemble des règles applicables à un moment donné dans un espace juridique donné.

56 Michel Villey, Le droit et les droits de l’homme, Paris, PUF, 1983, p. 32-33.

57 M. Villey, op. cit., p. 34. Comment ne pas reconnaître ici encore les compétences du dieu Thot, le dieu savant, maître du discernement ?

58 Cité par M. Villey, op. cit., p. 34-35.

59 Ibidem, passim. De même pour la suite de l’analyse des raisonnements d’Aristote.

60 M. Villey, op. cit., p. 42.

61 Ibidem, p. 43.

62 Ibidem, p. 45.

63 Ibidem, p. 47-54.

64 Autobiographie de Chéchi, parmi de nombreux exemples : Alessandro Roccati, La littérature historique sous l’Ancien Empire égyptien, LAPO 11, Paris, Le Cerf, 1982, p. 144-145.

65 Christopher John Eyre, «Judgement to the Satisfaction of All» in La fonction de juger. Égypte ancienne et Mésopotamie (B. Menu, dir.), Droit et Cultures 47, 2004, p. 91-107.

66 Le haut magistrat pose l’affirmation générale de conformité de sa conduite à la maât, puis il développe et explicite cette assertion par rapport au contenu de la maât : justice, équité, bienveillance, charité, bienfaisance, en sont des applications particulières.

67 Graffito Hatnoub, [Anthes] n°12 (début Moyen Empire) : Miriam Lichtheim, Maât in Egyptian Autobiographies and Related Studies (OBO 120), Fribourg, 1992, p. 27-28.

68 Selon une opinion largement répandue dans la sphère égyptologique. Voir plus haut la n. 20.

69 Les « lois de Maât » , « œuvres de Maât » , « travaux de Maât » , « actes de Maât » , etc., sont invoqués tout au long de l’histoire pharaonique mais ne font pas l’objet d’un recueil spécial. On les trouve décrits ou évoqués dans des contextes particuliers ou à portée générale, aussi bien dans les Enseignements que dans les hymnes, sur les parois des temples, dans les textes historiques, biographiques ou purement littéraires… mais aucun texte ne les énumère précisément dans une liste : la maât fait l’objet d’un enseignement oral permanent dans les temples, elle ne fait pas l’objet d’un « code » . L’Enseignement de Ptahhotep s’inscrit dans cette tradition en énumérant les actions conformes à la maât que doit accomplir tout haut fonctionnaire (voir infra). La « déclaration d’innocence »  du défunt devant le tribunal divin la décrit par rapport à l’isfet, son antonyme exact (voir supra), de même que les Lamentations d’Ipouour dont nous donnerons plus loin un aperçu et qui sont d’après moi un traité de la maât à l’instar d’autres textes littéraires, tel le Conte de l’Oasien utilisé par Assmann dans son étude sur la maât (op. cit. supra à la n. 8).

70 Antonin Artaud a écrit de très belles pages intitulées : « La guerre des principes »  dans Héliogabale ou l’anarchiste couronné, Paris, Gallimard, 1979, p. 49-67. Citons par exemple : « Platon parle de la nature des dieux, il les identifie à des principes, sans nous permettre pour cela d’y voir clair dans ces principes qui sont des forces et dans ces forces qui sont des dieux. On a posé à Jamblique <ca. 283-ca. 325> la question de savoir pourquoi le soleil et la lune qui sont des dieux sont visibles, puisque les dieux n’ont pas de corps. Et voici ce que Jamblique répond dans le Livre des Mystères (= Les Mystères égyptiens) : “Les dieux ne sont point contenus dans les corps, mais leurs vies et leurs actions divines les contiennent ; ils ne sont point tournés vers les corps, mais les corps qu’ils contiennent sont tournés vers la cause divine” »  (op. cit., p. 58).

71 Voir, outre mon livre Maât. L’ordre juste du monde, les développements que j’ai consacrés à la maât dans mes Recherches… II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 225-229, dans Égypte pharaonique. Nouvelles recherches…, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 91-99, et mes articles récents cités supra à la n. 10.

72 Le dieu-bélier qui créa les humains sur son tour de potier.

73 Lamentations d’Ipouour, traduction de Bernard Mathieu, voir la note 85 ci-dessous.

74 Lamentations d’Ipouour, traduction de Bernard Mathieu, voir la n. 85 ci-dessous.

75 B. Menu, Maât. L’ordre juste du monde, p. 50.

76 Période de troubles imputés à l’exercice du pouvoir pendant un peu plus d’un sièclepar des princes étrangers d’origine syro-palestinienne, les Hyksos (XVIIe-XVIe s. av. J.-C.). Sur cet épisode : Claude Vadersleyen, De la fin de l’Ancien Empire à la fin du Nouvel Empire (L’Égypte et la vallée du Nil, t. II), Paris, PUF, 1995, p. 163-178.

77 Voir la n. 30supra.

78 L’Enseignement d’Hordjedef, le fils philosophe du pharaon Khéops (IVe dynastie, milieu du IIIe millénaire) dont la réputation a traversé les siècles et même les millénaires, à l’instar de celle d’Imhotep, serait la plus ancienne des « Sagesses »  égyptiennes (voir supra) mais son état est malheureusement très fragmentaire.

79 Bernard Mathieu, dans Visions d’Égypte, op. cit., p. 62.

80 P. Vernus, op. cit., p. 74.

81 D’où la réplique du vieux prêtre de Saïs à Solon, rapportée dans le Timée (voir supra).

82 B. Mathieu, ibid., p. 63.

83 Ibid., p. 69.

84 Respect de la maât, évitement de la querelle, respect des principes éthiques, des règles de l’étiquette, maîtrise de soi, pratique de l’écoute et de l’équité : B. Menu, « Aspects de la fonction de juger » , La fonction de juger. Égypte ancienne et Mésopotamie (Droit et Cultures 47), 2004, p. 130-133 ; ead., « Ne pas procéder. Règles éthiques et mesures dissuasives dans l’Égypte pharaonique » , in Jacqueline Hoareau-Dodineau et al. (éd.), Procéder. Pas d’action pas de droit ou pas de droit, pas d’action ?, Limoges, Pulim, 2006, p. 11-22. 

85 Bernard Mathieu m’a autorisée à utiliser sa traduction encore inédite, première traduction complète
du texte, et je l’en remercie très sincèrement. Celle-ci doit figurer dans Littérature de l'Égypte ancienne IV
(à paraître, Khéops, Paris).

86 Voir : Bernadette Menu, Maât, l’ordre juste du monde, op. cit. n. 6 supra.

87 Jean Yoyotte, « À propos d’un monument copié par G. Daressy (Contribution à l’histoire littéraire) » , Bulletin de la Société Française d’Egyptologie 11, 1952, p. 67-72. Ce petit monument aujourd’hui perdu comportait une liste de noms d’hommes illustres de l’Antiquité égyptienne.

88 Sur plusieurs critères notamment linguistiques, d’après Bernard Mathieu, le texte fut écrit au début de la XVIIIe dynastie. Il fait en effet allusion à une situation qui évoque singulièrement l’occupation de l’Égypte par les Hyksos (« Deuxième période intermédiaire » , voir supra, n. 76). Dès lors, ne peut-on imaginer une commande faite à Ipouour par les restaurateurs de l’ordre sous la XVIIe dynastie et notamment Kamosis, dans le but de fustiger la sujétion de leurs prédécesseurs au pouvoir hyksos et de rappeler les principes fondamentaux du régime pharaonique et les conséquences mortelles de leur non-observance ? De toute manière le contexte historique véritable me semble de peu d'importance, c'est sans doute un simple prétexte pour l’auteur de développer ce qui se présente à mon avis comme un traité de la maât.

89 « Oublier hier »  c’est ne pas agir pour celui qui a agi, c’est rompre la chaîne de la solidarité sociale : Jan Assmann, op. cit. supra, à la n. 8.

90 Éclats de calcaire ou tessons de poteries selon les époques.

91 Article repris dans : Égypte pharaonique. Nouvelles recherches…, p. 85-99 ; voir en particulier p. 87 pour cette définition de base que j’ai affinée dans mes différentes études ultérieures (notes 4 et 10, supra).

92 Par exemple : Georges Posener, L’Enseignement loyaliste. Sagesse égyptienne du Moyen Empire, Paris,  EPHE, 1976.

93 Platon, Aristote et bien d’autres philosophes grecs font l’éloge de la royauté égyptienne qui est le contraire de la tyrannie.

94 Rappelons que Maât, déesse cosmique et morale, n’eut ni aventures mythologiques ni animaux sacrés (n. 14, supra).

95 Voir mes nombreuses démonstrations, principalement : Bernadette Menu, Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Versailles, Chez l’Auteur, 1982, p. 114-199 ; ead., Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 209-223 et 369-383 ; ead., Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, L’Harmattan, 2004, p. 321-364 ; ead., « Captifs de guerre et dépendance rurale dans l’Égypte du Nouvel Empire »  in B. Menu (éd.), La dépendance rurale dans l’antiquité égyptienne et proche-orientale, Le Caire, IFAO, 2004, p. 187-207 ; ead., « Quelques aspects du recrutement des travailleurs dans l’Égypte
du deuxième millénaire av. J.-C. »  in B. Menu (éd.), L’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie, Le Caire, IFAO, 2010, p. 171-181, etc. Ces ouvrages contiennent toutes les références utiles. Mes toutes dernières recherches – dont certains résultats sont sous presse – m’ont conduite à douter sérieusement de l’existence de la corvée dans l’Égypte pharaonique : seul est attesté avec sûreté le travail obligatoire rémunéré.

96 Sur les activités commerciales des femmes : N. Grimal, B. Menu (éd.), Le commerce en Égypte ancienne, Le Caire, IFAO, 1998, deuxième partie du volume et spécialement l’article de C. J. Eyre, «The Market Women of Pharaonic Egypt», op. cit., p. 173-191.

97 Voir sur ces questions les nombreux travaux de Schafik Allam, d’Aristide Théodoridès, de P. W. Pestman et, plus récemment : B. Menu, Recherches… II, Le Caire, IFAO, 1998, p. 43-61.

98 Voir le relief de Deshasheh, de l’époque héracléopolitaine (Première Période intermédiaire)  représentant une ville assiégée défendue par des femmes armées : W. M. F. Petrie, Deshasheh, Londres, 1897, fig. 30, et le commentaire de Henry George Fischer, in Barbara S. Lesko (éd.), Women’s Earliest Records From Ancient Egypt and Western Asia (Brown Judaic Studies 166), Providence, 1989, p. 23-24.

99 Ibidem, p. 14.

100 Il y eut, on le sait, plusieurs femmes pharaons dont la plus connue est Hatchepsout (XVIIIe dynastie) ; là encore il s’agit de situations exceptionnelles.

101 Joseph Mélèze-Modrzejewski, Le droit grec après Alexandre, Paris, 2012, p. 47-49.

102 J. Mélèze-Modrzejewski, in Ch. Méla, F. Möri et al., Alexandrie la Divine, op. cit., p. 98.

103 Traductions empruntées à Bernard Mathieu et à Pascal Vernus (plus haut, n. 30).

104 Dans l’Égypte pharaonique le pain quotidien et les gâteaux étaient fabriqués à la maison par les femmes : la mère de famille dans les milieux modestes et les servantes dans le cadre des maisons plus fortunées. En revanche, ce sont les hommes qui faisaient la lessive ainsi que l’attestent les « satires des métiers »  (cf. P. Vernus, Sagesses…, op. cit., p. 179-203). Ces écrits destinés aux jeunes gens des classes moyennes noircissent une vingtaine de métiers militaires et manuels afin de valoriser la profession de scribe. Sur les blanchisseurs, voir : Bernard Mathieu, « Techniques, culture et idéologie. Deux exemples égyptiens : les navires de Kaïemânkh et la toise du foulon » , in Bernard Mathieu, Dimitri Meeks, Myriam Wissa (éd.), L’apport de l’Égypte à l’histoire des techniques, Le Caire, IFAO, 2006, p. 155-167. Les maîtresses de maison confiaient leur ballot de linge sale, accompagné d’une liste, au blanchisseur qui était chargé aussi de recoudre et de rapiécer les vêtements usagés (ibid., p. 160). Le métier de blanchisseur, fort peu considéré, est ainsi brocardé dans la Satire des métiers : « Le blanchisseur lave sur la berge /Avec le crocodile pour voisin. /“Sors du courant, père !” /disent son fils et sa fille. /Ce n’est pas un bon métier pour cette raison, /ni préférable à aucun autre métier. /Sa nourriture se mêle à la crasse. /Et il n’est pas une partie de son corps qui soit propre. /Il vit dans le linge des femmes. /Et se retrouve dans leurs menstrues. (traduction de B. Mathieu, ibid., p. 163).

105 P. Vernus, Sagesses…, op. cit., p. 135-160.

106 Ibidem, p. 161-177.

107 Ibid., p. 137.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Menu, « Maât, ordre social et inégalités dans l’Égypte ancienne », Droit et cultures, 69 | 2015, 51-73.

Référence électronique

Bernadette Menu, « Maât, ordre social et inégalités dans l’Égypte ancienne », Droit et cultures [En ligne], 69 | 2015-1, mis en ligne le 20 avril 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3510

Haut de page

Auteur

Bernadette Menu

Bernadette Menu, directeur de recherche honoraire au CNRS, égyptologue, docteur d’État en Histoire du droit, Lauréate de la Faculté de droit de Paris (Prix Louis Milliot, 1967), Lauréate de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Prix Maspero, 1984), a publié plus de deux cents livres et articles sur le droit égyptien ancien et sur l’histoire économique et sociale de l’Égypte ancienne. Ancien professeur d’égyptien hiéroglyphique, hiératique et démotique, elle est aussi l’auteur d’une méthode d’apprentissage de l’égyptien hiéroglyphique, en trois volumes. Après avoir présidé pendant plus de vingt ans l’Association internationale pour l’étude du Droit de l’Égypte ancienne (AIDEA) elle a créé en 2009 à Lanas (Ardèche) un Séminaire de droit égyptien ancien à l’intention d’étudiants avancés en égyptologie et en histoire du droit (Master 2, Doctorat). Ouvrages publiés dans les quinze dernières années : Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, Le Caire, 1998 ; Ramsès II. Souverain des souverains, Paris, 1998 ; Vivre en Égypte ancienne, Paris, 1998 ; Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, 2004 ; Maât. L’ordre juste du monde, Paris, 2005, réimpr. 2010. En tant qu’éditeur ou directeur d’ouvrages collectifs : Le commerce en Égypte ancienne, Le Caire, 1998 (en collaboration) ; « Égypte pharaonique : déconcentration, cosmopolitisme »  (Méditerranées 24), Paris, 2000 ; « La fonction de juger. Égypte ancienne et Mésopotamie »  (Droit et Cultures 47), Paris, 2004 ; La dépendance rurale en Égypte ancienne et dans l’Antiquité proche-orientale, Le Caire, 2004 ; L’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie, Le Caire, 2010. En préparation : Histoire Économique et Sociale de l’Égypte Ancienne (HÉSAÉ), en deux volumes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org