Navigation – Plan du site
Dossier : De la traduction dans le droit des idées d'égalité/inégalité

La dragonne et les seigneurs colorés. Division trifonctionnelle et classes sociales de la Scythie à l’Europe

The She-Dragon and the Coloured Lords. Trifunctional Division and Social Classes from Scythia to Europe
Jean-Pierre Poly
p. 21-54

Résumés

L’idée que la société est, ou doit être, répartie entre trois conditions sociales, trois « états » (ordines), fut dominante en France durant tout l’Ancien Régime. Pour les Journées Kasra Vafadari, où nous nous efforçons de réfléchir sur les rapports des cultures et des droits d’Occident et d’Orient, la théorie des trois états présente cet intérêt d’être explicite parmi les peuples nord-iraniens, Scythes ou Sarmates, dès le Ve siècle avant notre ère. Georges Dumézil, lorsqu’il le découvrit, s’employa à repérer la structure dans toutes les cultures que la mode intellectuelle de son époque nommait « indo-européennes ». Elle aurait été la structure majeure de leur imaginaire. Georges Duby allait revenir sur cette idée et montrer qu’au Moyen Âge la structure avait bel et bien une fonction sociale, et exprimait les contradictions de la société féodale. Notre étude ici s’efforce d’adapter son analyse au cas des peuples scythiques qu’avait étudiés Dumézil. En laissant de côté les très contestés Indo-Européens, on peut poser la question : la tri-fonctionnalité des Scythes ou des Sarmates n’était-elle qu’une structure mentale ou bien jouait-elle un rôle majeur dans le fonctionnement concret de leur société ? Elle avait été pensée dans un monde largement tribal, où les fonctions sociales n’étaient pas encore bien différenciées. Elle y intervenait, indirectement mais fortement, par le biais de magies chamaniques fonctionnelles dont les sanctuaires et les rites étaient confiés à la garde des grands ensembles tribaux forcément pluri-fonctionnels dans leurs tâches matérielles. Elle maintenait ainsi entre eux un équilibre et une égalité collective. Plus encore : les femmes pouvaient être chamanes dans l’une ou l’autre des trois magies, assumant des rôles considérés ailleurs comme supérieurs et donc masculins. Vint le Moyen Âge. Les groupes scythiques militaires installés comme déditices en Gaule et en Grande-Bretagne se transformèrent en petite noblesse. Les trois fonctions reparurent au IXe siècle, d’abord pour servir la cause de l’unité sociale et de la primauté du clergé, avant de légitimer l’inégalité des classes dans une société qui les redécouvrait.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’empereur fit couler le Fleuve Jaune vers l’Océan et ferma la passe de Long Men, « la Porte des Dr (...)

« Au temps de Yao, le monde n’était pas encore en ordre … Les eaux coulaient de façon désordonnée, elles inondaient le Pays du Milieu, serpents et dragons y habitaient et les hommes n’avaient pas de lieu où se fixer »1.

  • 2 Par inégalité, nous entendons non une théorie explicite, mais une situation où les conditions matér (...)

1Il y a très longtemps, avant que l’empire du Milieu ait instauré un univers ordonné, le monde était désordre, envahi par les eaux et les dragons, les humains erraient, comme égarés. C’est là le discours des empires. En fait régnait la coutume des sociétés gentilices, la « pensée sauvage » telle que l’entendait Claude Lévi-Strauss. Les sociétés segmentaires – organisées en segments homologues – étaient fondées sur la parenté, d’où une égalité foncière justifiée par l’imaginaire identité du sang2. Certes, l’inégalité n’était pas absente, soit interne au groupe de parents – entre vieux et jeunes ou entre hommes et femmes, et dans ce dernier cas pas toujours dans le sens qu’on suppose –, soit externe, entre clans plus ou moins puissants. Mais ces inégalités étaient limitées : à l’intérieur, parce que, dans une société de faible démographie, l’accord de tous pour la survie du groupe était indispensable ; à l’extérieur parce que lorsqu’un segment devenait trop puissant, les autres se liguaient contre lui. Restait l’esclavage, mais il était marginal et individuel.

  • 3 S. Lafont « Nouvelles données sur les royautés mésopotamiennes », RHDFE 74, 1995, p. 473 ; « Les ‘ (...)
  • 4 Depuis Platon jusqu’au discours de Menenius Agrippa rappelé par Tite-Live (His. Rom. 2.32), Dion C (...)
  • 5 P. Clastres, La société contre l’État, Paris 1974, p. 161.
  • 6 Tacite, Histoires 4.64, éd. H. Le Bonniec, Paris 1989.

2La suite de l’histoire est connue. Vinrent des sociétés plus vastes, des inégalités plus fortes. À l’est de la Méditerranée se formèrent des ligues de cités dominées par une ville maîtresse où régnait un roi des rois puissant3. Sur la marge entre ces grandes formations sociales et les sociétés tribales s’établirent des cités dites « démocratiques », stratifiées en groupes censitaires que les Romains appelèrent classes. Leur difficile union dans la cité était justifiée par la métaphore du corps4 : la polis, ou la res publica, est comme le corps humain, les membres doivent obéir à la tête, au « chef » ; penser autrement est contre nature. Au sud de l’Europe l’empire romain s’imposa, l’esclavage, généralisé, répandit la dépendance, une classe dominante se constitua. Les sociétés claniques voisines de l’empire apprirent à s’en méfier, à s’en défendre, parfois à l’attaquer5. Comme l’avait déclaré un barbare rhénan, « la liberté et les maîtres ne font pas bon ménage »6.

  • 7 « Une autre Babylone et comme la fille de la première Babylone », Y. Sassier, op. cit. p. 50. J.- (...)

3Avec le triomphe de Rome, l’avidité et l’arrogance de l’aristocratie impériale grandirent, entraînant un reflux. Augustin, toujours profond, l’avait dit : Rome « maîtresse des peuples asservis … se laisse dominer par sa passion de dominer (libido dominandi) »7. À l’Ouest, la res publica romana se disloqua, les clans venus d’outre-limes parurent triompher, et des royaumes multiethniques dits « barbares » s’installèrent dans les ruines de l’empire. Lentement, les sociétés segmentaires européennes, les nationes comme disaientles lettrés antiques, allaient fusionner avec les restes plus ou moins cohérents de la romanité. Ainsi commença l’Europe des nations.

  • 8 Ce que Georges Duby appelait la révolution féodale ne fut certes ni mondiale, ni même européenne, (...)
  • 9 Charles Loyseau la mit en tête de son Traité des Ordres, publié en 1610 et ensuite constamment ré (...)

4Dans l’un de ces royaumes, en France, s’établit au Moyen Âge classique une société féodale, une société où le fief était la figure dominante du lien social8. L’unité dans l’inégalité n’y fut pas justifiée par la métaphore du corps, comme on l’aurait attendu d’une société où les lettrés vivaient dans le souvenir de Rome, mais par l’affirmation de l’existence immémoriale de trois ordres qui remplissaient trois fonctions, la prière, le combat et le labeur. Devenue doctrine officielle, constitution non écrite de l’ancienne France9, cette théorie des trois ordres ou des trois états allait durer sept siècles, légitimant l’inégalité sociale avant que le Tiers-état – ou le groupe qui se prétendait tel, la bourgeoisie – finisse par l’emporter. De ce point de vue, la Scythie de l’Antiquité et la France du Moyen Âge et de « l’Ancien Régime » se distinguent prima facie des autres cultures : chez celles-ci le motif trifonctionnel n’apparaît que sporadiquement ; chez les Nord-Iraniens et les Français, il est manifeste et central.

  • 10 Ce schéma simplifié, où l’on oublie que cosmocratie est un mot tout aussi grec que démocratie, a (...)
  • 11 Ainsi du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, moyen d’égalité et de liberté : il s’applique (...)

5La Révolution française proclama du même mouvement l’égalité des droits de l’homme et les classes censitaires, les secondes relativisant la première. Après la barbarie du Moyen Âge, on revenait, disait-on et dit-on encore, à la démocratie inventée par la Grèce, reprise par Rome, confortée par l’Église10. Les valeurs démocratiques supposées issues de cette évolution sont aujourd’hui affirmées et même proposées à l’exportation, non sans peine11. Dans le même temps, l’égalité concrète s’affaiblit devant la liberté de s’enrichir et tend peu à peu à se réduire à un motif publicitaire, laissant à chacun la liberté individuelle de « jouir sans entraves », comme disaient en 1968 les rhétoriciens situationnistes, sans entraves sauf celles des revenus dont l’inégalité va croissant. L’égalité théorique triomphe et l’inégalité concrète grandit.

  • 12 MPI p. 15 (sur cette abréviation et celles qui suivent, infra n. 16), ou : « dans quelle mesure l (...)

6C’est dans ces conditions que nous réexaminons la théorie des trois ordres : l’idée apparemment conservatrice que la société est, ou doit être, répartie entre trois conditions sociales définies par leur fonction. Pour les participants aux Journées Kasra Vafadari, qui s’efforcent de réfléchir sur les rapports des droits et des cultures d’Orient et d’Occident, la théorie de la tripartition fonctionnelle a l’intérêt d’être apparue au début de l’histoire parmi les populations nord-iraniennes qui nomadisaient entre les monts de l’Altaï et les bouches du Danube. Lorsque Georges Dumézil la repéra, il s’employa à la retrouver dans les cultures que la mode intellectuelle de son temps nommait « indo-européennes », non comme un élément de leurs institutions mais comme une structure de leur imaginaire, « un idéal et, en même temps, un moyen d’analyser, d’interpréter les forces qui assurent le cours du monde et la vie des hommes ». Belle formule qui faisait de la trifonctionnalité un idéal sans rapport direct avec les structures concrètes et permettait de la retrouver un peu partout à l’état de traces12.

  • 13 La controverse entre le médiéviste Sylvain Gouguenheim, partisan de la primauté d’une culture eur (...)
  • 14 Georges Duby, Les trois ordres …, p. 571. 

7Habent sua fata libri. Tandis que Dumézil écrivait sans penser à mal, progressaient en Europe les idéologies totalitaires. Des penseurs élitistes promurent les « Indo-Européens » pour légitimer l’inégalité des cultures et des races13. L’inégalité et même l’exclusion la plus concrète, Nacht und Nebel disait le nain sorcier. L’expérience de ces années noires poussa Georges Duby à reprendre l’étude de la trifonctionnalité en l’envisageant de façon dialectique. Dans Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, il montra comment, au Moyen Âge, le schéma jouait « au sein d’un système idéologique comme l’un de ses rouages majeurs », pour voiler ou réduire les contradictions sociales14. Nous allons essayer de reprendre sa méthode pour éclairer la trifonctionnalité antique, celle des groupes scythiques, et – post hoc, propter hoc ? - la trifonctionnalité médiévale qui la suivit.

8Considérons d’abord l’expression du mythe, cette structure mentale permanente exprimée, comme l’a montré Lévi-Strauss, par des discours variables qui l’ajustent au mouvement historique. Nous observerons ensuite le rite, l’acte juridique coutumier qui, contrairement à ce que pensait Dumézil, incarnait le mythe et en reproduisait la structure pour obtenir des effets concrets sur le monde et la société. Une fois compris le jeu social de la trifonctionnalité originelle pour maintenir l’égalité, nous verrons enfin comment elle reparut au Moyen Âge pour justifier l’inégalité.

Les contes des trois fonctions

  • 15   En 1918-1920, la garde géorgienne et les troupes allemandes envahirent l’Ossétie du Sud, pratiqua (...)

9Lors d’un séjour en Turquie en 1925-1931, Georges Dumézil avait rencontré les Ossètes, un peuple iranophone du Caucase, plus précisément leur fraction musulmane chassée d’Ossétie du Sud par la purification ethnique géorgienne15. Plus tard, il séjourna à diverses reprises au nord de la grande chaîne. En lisant le cycle épique des Ossètes, l’Histoire des Nartes, Dumézil y aperçut une division ternaire. Les Nartes, ces héros des anciens temps, étaient divisés en trois clans fonctionnels, les Sages, les Forts, les Riches. Mais un fait le frappa : alors que les éléments de l’épopée se retrouvent chez les peuples non iraniens du Caucase, le motif des trois fonctions n’était repris par aucun d’eux.

10En revanche, étudiant les Scythes antiques, parents des Ossètes, il constata chez eux la présence manifeste du motif trifonctionnel. Il songea aux trois castes de l’Inde et aux trois grands feux de l’Iran, et retrouva des traces qu’il jugeait identiques en Grèce et à Rome, puis chez les Germains. C’est alors qu’il fit de la tripartition fonctionnelle la marque des cultures « indo-européennes ». On peut douter de l’existence d’une pensée indo-européenne unique, un tronc dont se seraient séparées les branches des cultures nationales d’Europe (Stammbautheorie). Il est certain en revanche que le schéma des trois fonctions était manifeste et dominant chez les Nord-Iraniens de l’Antiquité.

  • 16 De son œuvre on retiendra ici Mythe et épopée I. L’idéologie des trois fonctions dans l’épopée des (...)

11Relisons le dossier qu’avait constitué Georges Dumézil, où il avait rencontré trois objets fonctionnels Nous allons voir que, pris à sa propre analyse, il avait laissé de côté deux éléments, qui donnaient à la trifonctionnalité un sens plus historique16.

Les trois trésors

  • 17   Cf. Ephore de Kumé, (cité in J.-P. Poly, « Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et accultura (...)

12Des monts de l’Altaï aux bouches du Danube, dans les vastes steppes, nomadisaient des cavaliers chasseurs et éleveurs qui escortaient des chariots bâchés de cuir tirés par des bœufs. Quand ils allaient en guerre, ils portaient des arcs et des lances, des cottes d’écailles et des casques pointus. Les lettrés des cités helléniques les donnaient parfois en exemple : « Il y a, parmi les Scythes nomades, des clans qui se nourrissent du lait de leurs juments et qui, pour la justice, l’emportent sur tout le monde »17.

  • 18 L’empire les considère comme des révoltés, P. Briant, Histoire de l’empire perse, Paris 1996, p. 50 (...)
  • 19 Persae illos Sagas in universum appellavere a proxima gente, Pline, Hist. Nat. 6.50. Les formes ici (...)
  • 20   Pour ces deux formes : dari χoda ; la forme en vieux persan n’est pas attestée. R. G. Kent, Old P (...)
  • 21 À l’est des Massagètes, eux-mêmes sur la rive orientale de la Caspienne, au sud d’un Araxe, ici le (...)

13Les rois des rois persans en revanche ne les aimaient guère : deux fois, au temps de Cyrus puis de Darius, les nomades, pourtant iranophones, avaient battu l’armée de l’empire achéménide18. La chancellerie les nommait tous Sakas, *Sagha, « les Chiens »19. Pour elle, ils étaient de deux sortes. À l’Ouest, ceux « d’Outremer », le nord de la Mer Noire, l’actuelle Ukraine. La chancellerie les nommait tigraχauda,*tyrgrahaχwday, « le (clan) seigneur des routes rapides », celles des deux grands fleuves, le Dniepr et la Volga. En remontant le premier, on s’en allait vers l’ambre de la Baltique, par le second on parvenait à l’or de l’Oural. À l’est vivaient d’autres Sakas, les haumavarka, *hawmawar ragha, « les lignées qui jouissent du hauma »20. L’archéologue russe Victor Sarianidi a découvert, sur le Haut Amou-Darya, un sanctuaire du second millénaire avant notre ère où, avec les baies de l’éphedra, se concoctait une drogue qui renforçait sérieusement les effets du cannabis. Hérodote donnait à ces Scythes orientaux le nom d’Ισσεδονοι/*AhyAs-y dânha, les « Iasses des fleuves ». Iasses ou Asses – aujourd’hui les Ossètes – étaient « Ceux qui s’élèvent, les premiers », et on comprend dès lors comment ils réussissaient à « s’élever »21.

  • 22 G. Dumézil, « Cinq variantes », CSC p. 85.

14À l’ouest comme à l’est du Don qui séparait les deux sortes de Scythes, courait le même mythe d’origine. Hérodote, le père de l’histoire, décrivant l’extrémité de l’Europe au Levant, en donna le premier deux versions. D’autres témoignages suivirent jusqu’au temps de Vespasien, reflets épars d’une tradition complexe : « Les Scythes … étaient matière à des récits qui sont en effet des récits d’origine ou de filiation, mais ces récits ne se recouvrent ni ne s’ajustent ; même sans évoquer les altérations inévitables que l’adaptation grecque a dû faire subir à l’original, on doit se rappeler que les folklores, étant discontinus, ne sont pas contraints à la même cohérence que les épopées ou les romans »22.

  • 23 Hérodote, Histoires 4.5-7.
  • 24 Zeus était le ciel, Hérodote, Histoires 1.131. Targitaos son fils pourrait être le soleil ?

15La première version du récit trifonctionnel fut rapportée au Ve siècle avant notre ère par Hérodote qui la tenait des Scythes eux-mêmes23. Elle contait ceci. Παπαιος, Papahy, « premier père », avait épousé ‘Ωρα, *Hwrah, « bonne route », qui était la fille du fleuve Borysthène, le Dniepr. Leur fils fut Ταργιταος24. Celui-ci eut trois fils. Alors tombèrent du ciel trois objets d’or : une coupe, une hache, un joug. Trois objets, un pour chacun des trois fils ? Non, dit le conte, des flammes jaillies des trois objets repoussèrent les deux premiers, seul le cadet put saisir les trois trésors, devenant ainsi le roi unique des Scythes. « Les deux aînés comprirent le sens du prodige et remirent au plus jeune la royauté sans partage ».

  • 25 Le mot a été attiré par le grec λιπος (gras). BM note qu’il s’agit de m. pers., non de la langue d (...)
  • 26 Ayr=er ; cette infériorité est aussi soumission du vassal, ayrdast/erdast (superl.) ; « vassaux » i (...)
  • 27 Baχt/paχt (repris en ethnonymie, Poly, TFP n. 25) et ray ont des formes en v. pers., ayr fait prob (...)
  • 28 Attirés par le grec κολαξ (flatteur) ; rag « veine, vaisseau sanguin, racine », cf. en dari rag o (...)
  • 29 Dumézil identifie « la racine *xšay, commandant » et propose pour le premier fils l’ossète laeppu, (...)

16Dans cette première version, les trois frères sont nommés. Ces noms étaient compris des locuteurs scythes, il faut les traduire si on veut comprendre le conte. Le premier nom, transcrit en grec comme Λιποξαις, pourrait être *Raybaχtšâyh, « heureux par l’attribut du trésor »25. Le deuxième nom, Αρποξαις, serait *Ayrbaχhtšâyh, « heureux par l’attribut en-dessous (du suivant) »26. Ce qui est « attribué, réparti », ici les objets magiques, est aujourd’hui « la chance » (baχt)27. Le troisième nom, Κολαξαις, n’est pas défini par l’un des trois trésors « attribués », ce qui le mettrait au rang de ses frères, mais par sa prééminence ; il doit être *Kâwragšâyh, « heureux de la lignée de Kâw »28. Presque toujours les noms des personnages du conte définissent leurs rôles29. Ici, ils montrent que, contrairement à la morale explicite du conte, chaque fils a un objet.

  • 30 La transcription kadag donne kad en composé, par ex. qdyχw’dy = kadeχwâday.
  • 31 Sur cet « en-dessous » signifiant la dépendante, supra n. 26 et  28.
  • 32 Tr, « au-delà » ; aspâs, « service », renvoie à la « dépendance » du précédent plutôt qu’au « chev (...)
  • 33 Kâw (mieux que Poly, TFP, 1.1.7 p. 57). Dumézil, RSA p. 182, n’envisage pas que ces noms puissent (...)
  • 34 Si on écarte les peuples non-scythes, on trouve chez Hérodote trois anciens territoires dont, comm (...)

17Le récit lie les personnages mythiques à des alliances tribales alors existantes. Lipoxaïs est censé être l’ancêtre des Αυχαται, *Awχkada(g), « la maison de vie », la vie renvoyant à la troisième fonction30. Arpoxaïs est celui des Κατιαροι, *Kade-y ayr, « la maison d’en-dessous »31, alias Τρασπιες, *Traspas « service au-delà (du Don) », qui pourraient être les Sauromates, « Les survenus du noir troupeau », un surnom donné par les Scythes à leurs voisins, le noir indiquant la dépendance32. Le roi Kolaxaïs est l’auteur des Παραλαται, peut-être *Parahra(gka)da(g), « La maison de la lignée de gloire », la gloire étant l’attribut des rois. Tous étaient Σκολοτοι, *Sgkâwrwd, « (peuple qui) s’accroît avec Kaw au chien » – « à cause du nom de leur roi » précise Hérodote, renvoyant ainsi au kâw de Kâwragšayh –, ou plus brièvement Σκυθαι, *Sgkâwzây « (peuple) qui naît de Kâw au chien »33. Kolaxaïs eut à son tour trois fils entre lesquels il partagea sa terre, mais « l’or sacré », les trois objets d’or, restèrent dans la part centrale où se trouvaient les tombes royales34.

18L’onomastique du conte, dans la version des Scythes occidentaux, montre la place prépondérante de la trifonctionnalité dans leur culture. Une deuxième version, qui provient des Scythes orientaux, permet de mieux saisir la spécificité de la version occidentale.

  • 35 Venus d’au-delà du Tanaïs, ici l’Iarxate, que Quinte-Curce confond avec le Don (les deux Tanaïs di (...)
  • 36 Les Scythes se vantent que leurs pères aient soumis les rois des Syriens, des Perses et des Mèdes (...)

19Les Scythes de l’Est, Alexandre les avait rencontrés lors de sa grande expédition dont les récits furent conservés par les lettrés alexandrins, eux-mêmes démarqués par des auteurs latins désireux de flatter leurs imperatores qui lorgnaient vers la Crimée. C’est ainsi que l’Histoire d’Alexandre de Clitarque fut reprise par Quinte-Curce pour Pompée. Alexandre, arrivant au Syr Dariya, se heurta aux Sakas qui s’opposèrent à son passage35. Leurs envoyés lui tinrent ce discours : « Pour que tu ne méconnaisses pas la race des Scythes, apprends qu’en don nous furent attribués un joug de bœuf avec une charrue, une lance et une flèche, une coupe. Nous nous en servons envers nos amis et contre nos ennemis : aux amis nous donnons les produits du travail des bœufs et par la coupe nous faisons avec eux libation de vin aux dieux ; les ennemis, nous les attaquons de loin par la flèche, de près par la lance »36. La nature même des Scythes fait qu’il n’y a pas pour eux de sujétion possible, à quelque degré que ce soit. La tripartition justifie le choix proposé au conquérant : ami ou ennemi.

  • 37 Flèches des clans et rituel de vérité dans la plaquette de Trèves, Poly, TFP (supra note 17).

20Le discours a été rapporté par Clitarque qui l’a ajusté à son monde. Les Grecs pensaient le bœuf en agriculteurs et non en nomades : le joug a donc été doublé par la charrue alors que les Sakas éleveurs avaient des chariots. À la lance s’ajoute une flèche qui avait dû être mentionnée dans le discours, chacun des trois groupes « fonctionnels » étant représenté dans les rituels par une flèche magique ; son rôle n’a pas été compris par Clitarque, qui l’a classée avec l’arme emblème de la fonction. Quant à la libation de vin aux dieux, elle doit s’entendre non de beuveries mais des « engagements de vérité » qui scellaient les alliances37.

  • 38 Traduit et commenté par Dumézil, « Sydaemon et ses frères », CSC 98.

21On voit en quoi la version orientale se distingue de la version occidentale. À l’Ouest, le conte justifie la primauté de la fonction guérisseuse et la domination du roi. À l’Est les trois objets sont « attribués à la race des Scythes », comme l’impliquent les noms de la première version, non à un roi. Les chefs « porteurs de sceptre » gouvernent les clans. Bien plus tard la tradition ossète gardait une répartition égalitaire des trois objets, tout en donnant la première place au groupe de l’engendrement, majoritaire à l’Est38 : « Sidaemon, Qusaeg et Aeguz étaient frères. Ils vécurent longtemps et décidèrent de faire le partage. Les objets à répartir étaient une épée d’or, un tissu d’or, une boule d’or. Ils firent donc le partage et le tissu échut à Sidaemon, l’épée à Aeguz, la boule à Qusaeg. Autant le tissu était long, autant la descendance de Sidaemon s’allongea et elle occupa tout le pays. Aeguz reçut l’épée et la valeur guerrière resta dans sa famille. La boule échut à Qusaeg et la gloire resta dans sa famille ».

  • 39 « Personnellement, je ne me suis guère occupé que de la première (légende d’origine), celle des o (...)
  • 40 Dumézil combat cette analyse proposée par Khazanov (RSA p. 180).

22Georges Dumézil n’avait véritablement envisagé que le premier texte, le conte des objets d’or brûlant tombés du ciel, négligeant d’autres témoignages. Des chercheurs russes le firent remarquer mais le maître resta sur ses positions39. Pour l’historien des religions et des mythes, savoir comment la trifonctionnalité jouait dans l’histoire importait peu. C’était pourtant le mouvement de l’histoire qui avait fait qu’à l’Ouest un chef devenu roi, « seigneur des routes rapides », détenait les trois objets sacrés tandis qu’à l’Est, les trois « sangs » avaient chacun un objet40. Dumézil n’y insista pas. Il omit aussi d’examiner deux autres éléments qui intervenaient à côté des trois trésors.

L’arc et la serpente

  • 41 Hérodote, Histoires, 4.8-10 et 4.18. Son bois sacré, υλαια, était à l’embouchure du Dniepr.
  • 42 Les Αγαθυρσοι, « Αορσοι qui sont arrivés » (agad). Γελωνοι, un autre nom des Sarmates, *Gywrwn, « (...)

23Ils paraissent dans le second conte d’origine rapporté par Hérodote, la version hellénisée des colons grecs d’Olbia. Comme la version scythique occidentale, elle confirme le pouvoir du roi. Le héros voyageur y est devenu Héraklès, venu s’endormir en Scythie. Il y avait alors, dans ce que les Grecs nommaient Hulaia, « le Bois », à l’embouchure du Dniepr, une dame qui était « maîtresse de cette terre ». C’était évidemment la fille du fleuve de la première version. Mais les transmetteurs grecs dévoilent sa nature monstrueuse, « une créature ambiguë, mi-femme, mi-serpent »41. Elle déroba les chevaux du héros qui se trouva bien embarrassé pour continuer son voyage. Ils lui seraient rendus, dit-elle, à condition qu’il s’unisse à elle. Elle eut de lui trois fils et il lui laissa pour eux deux objets, un arc et une petite coupe en or qu’il portait à sa ceinture, comme font les Scythes, précise le conte. Les trois fils ne portent plus de noms spécifiques, ils ont endossé les noms tribaux, Αγαθυρσος, Γελωνος, Σκυθης. Le premier représente sans doute les Αορσοι, cités sous cette forme composée à cause de leur petite fraction émigrée à l’Ouest. Le deuxième était « vers la prairie », les Sarmates qui occupaient la steppe herbeuse entre les cours inférieurs du Don et de la Volga42.

  • 43 Il rationnalise, comme déjà la version de Clitarque, supra.

24Le conte hellénisé mentionne la coupe, un des trois objets fonctionnels, dont il fait un détail prosaïque43 ; c’est sur l’arc qu’il met l’accent. Les deux frères ne peuvent le bander – un souvenir d’Ulysse ? –, le cadet y réussit. La maîtrise de l’arc le fait roi, la mère et reine chasse les deux autres fils qui s’en vont vivre ailleurs. Le roi n’a, à proprement parler, qu’un seul des trois objets sacrés, la coupe, et comme en passant. C’est l’arc qui compte.

  • 44 En français, D. S. Raevski, « Trois vases content la légende du roi Targitaos », in Courrier de l (...)

25Le conte des trois trésors se retrouve dans les tombes scythes, gravé sur la vaisselle des chefs par des artisans grecs. L’exemple le plus net est le Vase du Kouban, qui présente trois scènes : un homme barbu, âgé, tenant dans sa main droite un fouet, insigne de pouvoir, parle à un autre barbu qui tient une hache ; un homme barbu âgé, le même, tenant une baguette de commandement, celle des « porteurs de sceptre », parle à un autre barbu, à genou (soumis), portant deux piques et sous son bras un objet rectangulaire, en lui montrant trois doigts, « tu seras le troisième » ; un homme barbu âgé, toujours le même, parle à un jeune homme imberbe qui tient un objet mal identifié (un phiale ?) et il lui tend un arc44.

  • 45 Monnaies parthes imitant les monnaies grecques à l’Apollon archer : le roi présente son arc ; F.  (...)
  • 46 Ouvrage rédigé c. 1300 pour les princes ouïgours de Turfan, J. P. Roux, La religion des Turcs et (...)
  • 47 I. Bona, Les Huns, Paris 2002, p. 131.

26Cet arc n’est évidemment pas un objet ordinaire. Dans les steppes, l’arc est le symbole de la course solaire et celui du pouvoir suprême confié aux hommes par le soleil45. Le dira plus tard un conte des Ouighours, le peuple türk qui avait remplacé les Scythes orientaux : « Un jour le türk Ulu a vu en songe un arc en or et trois flèches en argent ; une extrémité de cet arc était au levant du soleil, l’autre atteignait son couchant ... Au réveil, il a raconté au khan des Oghuz ce qu’il a vu et lui a dit - Que le Ciel Bleu donne à ta race la terre qu’il a voulu me montrer ! ». Le khan, à sa mort, partagea son arc entre ses trois fils aînés et enjoignit à ses trois fils cadets, en des termes qui renvoient au chamanisme : « Vous, tirez les flèches vers les cieux comme on le fait avec l’arc »46. Le symbole de l’arc n’était pas que mythique : on sait que les gouverneurs hunniques, parents probables du khan, recevaient de lui comme signe du pouvoir à eux délégué un petit arc d’or que l’on retrouve dans leurs tombes47.

  • 48 Dumézil, CSC p. 77, selon Raevski, dans Institut d’orientalisme de l’Acad. des Sciences, Moscou 1 (...)

27Le second élément omis par Georges Dumézil est la femme-serpent. La version hellénisée indiquait que les Scythes descendaient de l’union d’un héros et d’une serpente fluviale. D’autres témoignages le répètent. Une inscription à la gloire d’Héraklès indique que celui-ci, passé de Thrace en Scythie, y avait vaincu l’Araxe et s’était uni à la fille du fleuve nommée Εχιδνα, « Serpente », qui engendra deux fils, Αγαθυρσος et Σκυθης ; Γελωνος n’est pas cité, peut-être parce qu’il était hors de Scythie. Une reprise d’Hérodote selon Dumézil. Pourtant, le texte parle de l’Araxe, le Bas-Oxus, et non du Borysthène comme Hérodote48.

  • 49 Bibliothèque Historique, 2.43.3-4 (éd. B. Eck, Paris 2003), rédigée en 45/30 av. JC, sans doute d’a (...)
  • 50 Paloi-Taïfaloi infra n. 60. Ναπαι réfugiés en Crimée, Ammien, Hist. 22.8.33,  n. 774. Les Scythes (...)

28Deuxième témoignage, Diodore de Sicile qui écrit au Ier siècle avant notre ère sa Bibliothèque Historique, une encyclopédie. Diodore sait que chez les Scythes, Zeus alias Παπαι avait eu d’une femme-serpent née de la Terre un fils, Σκυθης49. Il ajoute deux notations. D’abord sur les petit-fils de Targitaos : Σκυθης eut pour descendants Παλος et Ναπης, éponymes, dit-il, des Παλαι et des Ναπαι, peut-être *Parah, « la gloire », et *Nâpha, « les familles », les Scythes royaux et les Scythes nomades50. Ensuite que les Scythes ont été massacrés par les Σακαι, Σαυρομαται et Μασσαγεται, et les Αριμασπαι. Récit « visiblement démarqué du deuxième récit d’Hérodote » dit Dumézil sans voir l’ajustement historique.

  • 51 Valerius Flaccus, imitateur de Virgile et d’Ovide, écrit les huit livres de ses Argonautiques, in (...)
  • 52 Tacite, Hist. 5.13.5. Triomphe impérial en juin 71 (Dion Cassius 66.11, éd. E. Cary) ; lettre de V (...)

29Troisième témoignage invoqué par les chercheurs russes, celui d’un poète latin, Valerius Flaccus51. En juin 71 Vespasien, de retour à Rome, rêve de conquêtes en Orient. Un oracle lui a prédit que lui et son fils Titus seraient maîtres du monde et le roi des Parthes Vologèse leur offre son alliance et 40 000 archers à cheval. Mais lorsqu’en 72 le Parthe demande de l’aide contre les Alains qui envahissent la Médie, l’empereur ne vient pas ; des Sarmates, peut-être les Roxolans, attaquent la Mésie, le légat Rubrius Gallus doit se borner à les repousser52. C’est donc l’année précédente, quand tous les espoirs étaient permis, que Valerius Flaccus reprit les Argonautiques, l’épopée de Jason parti conquérir la Toison d’or. Le latin est baroque, c’est le début du style asiatique qui allait triompher à Rome.

  • 53 « Il est exclu que Valerius Flaccus ait eu … sur Colaxes et sur les Auchatai d’autres renseignemen (...)
  • 54 Arg. v. 280-316.
  • 55 Arg. 6.231-238 ; recrutés en 69 pour combattre en Italie (Tacite Hist. 3.5). Dumézil le reconnaît : (...)

30Le but de Valerius Flaccus est de magnifier son maître impérial en soignant le décor de ses futures victoires : « il ne s’agissait pour le poète que de faire à la fois barbare et grandiose » et Dumézil écarte le témoignage53. Appréciation juste, mauvaise conclusion. Dans un développement d’un exotisme bariolé, le poète décrit l’armée orientale rassemblée contre Jason54. Le passage est original, il ne l’a pas trouvé dans le texte qu’il démarquait, et les noms et les détails utilisés pour donner « la couleur locale » sont exacts. C’est qu’ils viennent d’une source bien informée : les auxiliaires iazyges de l’armée de Vespasien, que le poète met élogieusement en scène55. Sans doute voit-il l’escadron sarmate aux écus rouges lorsqu’il déclame : « Toute la troupe porte l’enseigne de Jupiter et des vêtements ornés de feux divisés en trois pointes de flamme. Tu n’es pas le premier, soldat romain, à déployer les rais de l’étincelant éclair et des ailes (de cavalerie) aux pavois rougeoyant ». Allusion courtisane aux cavaliers de la XIIelegio fulminata commandée par Vespasien en Palestine.

  • 56 Avec la précision Heniochi, un nom iranien entendu comme le grec « cochers », peut-être χân-y why,(...)
  • 57 La métathèse traspas/daraps est admise par Dumézil, CSC p. 95 ; motifs accolés aux ethnonymes de f (...)

31Voici donc l’armée orientale. Après les Alains, mis en tête de liste – une position que justifie leur domination sur la région à l’époque56 –, viennent les troupes menées par trois chefs nommés Colaxès, Auchus et Darasp. Raievski, d’enthousiasme et Dumézil, de mauvaise grâce, ont reconnu le mythique Kolaxaïs et la personnification des deux autres groupes de la tradition, les Αυχαται et les Τρασπιης57.

  • 58 Compris par Valerius Flaccus comme le nom d’une tribu macédonienne citée par Virgile, Géorgiques 3 (...)
  • 59 Poly, TFP 3.2.6, p. 66.
  • 60 La dragonne a suivi ses enfants taïfales dans leur nouvel habitat du Danube, sur le Tibisis/Tibisi (...)
  • 61 Proxima Bisaltae legio ductorque Colaxes sanguis et ipse de(or)um, scythicis quem Juppiter oris pro (...)

32Au premier, le poète consacre une note généalogique bien informée : « Colaxès, lui aussi du sang des dieux, qu’aux rivages des Scythes Jupiter engendra près de la verte Myracé et des bouches du Timish, pris d’amour, peut-on le croire, pour un corps mi-femme mi-bête ; et les serpents, jumeaux de la nymphe, ne purent le terroriser ». L’onomastique est iranienne, les guerriers de Colaxès sont des *Byhsardah, « les dix (clans) de tête d’en-dehors »58, descendants des anciens Paralatai, le sang royal des Scythes, devenus, eux ou une fraction d’entre eux, les Taïfali, *Dah-y farrah, « les dix de gloire ». Ces Taïfales étaient passés en dehors de la Scythie sur le Tibiscus/Timish, un affluent du Moyen Danube. Ils y voisinaient avec la fraction des Iazyges parvenus sur la Tisza59. La plaine herbeuse qu’ils habitent, le futur banat de Temesvar, est *Mwrgraggyh, « Les troupeaux de la lignée de l’Oiseau », le cygne du clan royal60. Le poète insiste sur les dragons : « En plus, Colaxès porte au cou l’emblème de sa mère Hora, des dragons d’or l’un l’autre s’affrontant, et au rond (de l’écu) le serpent blesse une gemme »61. Dame Hora, sœur des serpents, est la même femme-serpent que dans le conte rapporté par Hérodote. Elle est le dragon qui orne le torque et le bouclier.

  • 62 Le caractère de « prêtre » d’Auchus relève d’une traduction discutable : Cui candidus olim crinis (...)
  • 63 « Une pique surmontée d’un cerf au pelage et aux cornes d’or », Arg. 6.70-74(cerva pour cerf, form (...)
  • 64 Viennent ensuite les autres peuples d’Ouest en Est (réf. à Poly, TFP, annexe p. 50). En Scythie : (...)
  • 65   Un grand serpent pacifiquement enroulé autour d’un loup-chien, sur une plaque-boucle, Talbot-Rice (...)
  • 66 O. Seeck, (éd.), Notitia dignitatum (1876), Francfort 1983. Gentiles de la garde : dragon et boule (...)

33Alors que la troupe de Colaxès a émigré sur le Timish, les gens des deux autres rois mythiques sont restés en Scythie où les place le poète, entre Tyras (Dniester) et Gerus (Donets). Auchus – Awx, « Vie » – ne commande pas à des Cimmériens, depuis longtemps, disparus ; « il présente les forces de Cimmérie », des gens réfugiés en Crimée sous la pression des Sarmates et des Alains. Ce sont peut-être les Αγαθυρσοι, « les Αορσοι émigrés » chassés de l’ancien pays des Neures62. Traspas est peut-être devenu Drafš, « bannière », les siens portant une enseigne avec un cerf, ce qui renvoie au nom des Sarmates Iazugi, *Yazahwg, le peuple qui « vénère le daim », et à des enseignes bien réelles63. Ce sont les Iazyges de Scythie, dont leurs parents du Danube, informateurs du poète, ont jugé inutile de citer le nom64. En Scythie, ils honorent une dame « au bois cruel », l’Hulaia, nommée Diane, peut-être le persan daena. Quels que soient leurs emblèmes, cerf ou cygne, les Scytho-sarmates sont tous enfants de la dame dragonne65. À la fin de l’empire, « le dragon mordant la gemme » ornait les écus ronds de la cavalerie sarmate ou parthe de l’armée romaine66.

34D’autres contes de dragons viennent des anciens territoires des Haumavarga, les vallées du Pamir – l’actuel Tadjikistan iranophone – ou le bassin du Tarim devenu l’actuel Turkestan chinois. Témoin les récits recueillis par le pèlerin chinois Hiuan Tsang en 630-645.

  • 67 C. Meuwese, L’Inde du Bouddha vue par des pèlerins chinois, Paris 1968, p. 268 et p. 275.

35Au royaume de Khotan, au Sud-Est : « À environ cent li au sud-est de la capitale, il y avait un grand fleuve qui coulait au Nord-Ouest. Les habitants utilisaient ses eaux pour arroser leurs champs. Mais le temps passant, son cours s’arrêta tout à coup ». Un sage fut consulté : «  si les eaux du fleuve ne coulent plus, cela vient uniquement du dragon qui l’habite, il faut vite lui offrir des sacrifices ». Ainsi fut fait. Alors « une femme s’élança soudain du milieu des eaux et dit au roi : Mon époux est mort de bonne heure et il n’y a plus de maître pour donner des ordres … Si votre Majesté veut bien choisir dans son royaume un officier illustre et me le donner pour époux, l’eau continuera de couler comme avant ». Le roi ayant accepté, « la femme-dragon fut ravie d’avoir obtenu pour époux un grand du royaume ». Celui-ci « se revêtit d’habits blancs (la couleur du deuil) éperonna son cheval et entra dans le fleuve … Peu après, le cheval sortit à la surface de l’eau en nageant. Il portait sur son dos un grand tambour de bois ». Ce tambour donnait l’alarme quand un ennemi survenait67.

  • 68 Ibidem p. 51 ; roi-dragon dans un lac, p. 78, 141, 265 ; Gandhara ; Cachemire ; Pamir, p. 78, 140, (...)

36L’union avec les dragons s’était parfois généralisée. Au royaume de Koutcha, au Nord-Est, vivait jadis un roi nommé « Fleur d’Or », un magicien qui circulait sur un char attelé de chevaux-dragons et qui faisait de bonnes lois. On reconnaît le soleil garant de justice : « Près d’une ville située sur les frontières orientales du royaume, il y avait, devant un temple des dieux, un grand lac de dragons. Les dragons se métamorphosèrent et s’accouplèrent à des juments. Elles mirent bas des poulains qui tenaient de la nature du dragon … C’est pourquoi ce royaume produit d’excellents chevaux ». Les dragons-magiciens ne s’en tinrent pas aux unions équines : « S’étant métamorphosés en hommes, ils s’unirent avec des femmes du pays et ils en eurent des enfants forts et courageux … Ces relations s’étant étendues peu à peu, tous les hommes appartinrent bientôt à la race des dragons. Fiers de leur force, ils se livraient à la violence et méprisaient les ordres du roi. Alors le roi (le soleil), ayant appelé à son aide les Turcs, massacra tous les habitants de cette ville … Maintenant, elle est complètement déserte », sans doute un souvenir des Issedons délogés par les Arimaspes türks. Les dragons, on le voit, ne sont pas seulement cuirassés et quasi-invulnérables, ils sont aussi de terribles sorciers comme le confirment d’autres contes68.

  • 69 Boyce, p. 26, 30 et 81. « Celle qui soigne (pour) les dieux des Sakas » ?

37Les dragons et bien entendu les dragonnes. Revenons au deuxième conte d’Hérodote où Targitau est costumé en Héraklès. C’est la serpente-dragonne qui est « maîtresse de la terre », elle qui attire le dieu, elle qui chasse ses deux aînés après que le cadet ait gagné l’arc. Elle est « la reine des Sakas », Sagânbânbyšn69. À son image les femmes sarmates allaient chasser à cheval « même sans les hommes », emportant armes et chevaux dans leur tombe, sans compter les hautes tiares insignes de leur magie, étranges hennins que portaient aussi parfois les hommes. Ces sépultures féminines avec armes forment près du quart des « tombes riches » actuellement connues. On comprend que Dumézil, guère féministe, ait inconsciemment reculé devant cet élément. Du coup, il négligea ce que répétaient les contes : les trois objets et l’arc sont attribués par le soleil, ce deus otiosus, mais sous le contrôle de la dragonne.

38Le message des contes scythiques est plus complexe et changeant que la seule trifonctionnalité. Un héros voyageur, fils du ciel, a épousé une dragonne fluviale. Il a légué « à la race des Scythes » l’arc de la souveraineté et trois objets précieux fonctionnels. C’est seulement quand une royauté prit le pas sur les « porteurs de sceptres » et sur les chamans que les trois objets furent confisqués par un pouvoir unique. Avant cela, les trois fonctions étaient affaire de magie, autant féminine que masculine. Qui dit magie dit rite. Chez les Scythes ou les Sarmates, les trois fonctions ne relevaient pas seulement des mythes et du monde des idées, mais aussi du rituel et par là de ce qui était pour eux, véritablement fonctionnel.

Le rite et les trois fonctions

39Au nord de la Mer Noire, la triplicité fonctionnelle n’était pas qu’un motif de conte, une structure mentale qui marquait le mythe ou l’épopée, elle s’exprimait aussi, très concrètement, dans des rites qui visaient à assurer des fonctions sociales concrètes. Rappelons ces rituels. Nous tenterons ensuite de les interpréter comme un ensemble fonctionnel.

Triplicités rituelles

40Que la trifonctionnalité se soit exprimée ailleurs que dans le mythe, en témoignent plusieurs rituels : celui des feux dans l’empire perse, celui des funérailles chez les nobles scythes ou sarmates, celui de la fête annuelle scythe, et surtout celui de la vérité, pratiqué en-dehors de l’espace scythique par les groupes sarmates installés en Gaule.

  • 70 J. de Menasce, Feux et fondations pieuses dans le droit sassanide, Paris 1964, p. 350. C. Huart et (...)

41Dans l’empire sassanide, et sans doute longtemps auparavant, les feux devaient être annuellement renouvelés. Ceux des simples familles, d’abord éteints, devaient s’alimenter aux foyers des cantons et ceux-ci de même à la flamme perpétuelle de très antiques sanctuaires. Ces anciens feux étaient trois, et la tradition continuait à les rattacher à une fonction : au Couchant, à Gandja en Azerbaïdjan, il y avait adur GušnAsp, qui était le feu des guerriers ; au Midi, à Karyan en Fars, il y avait adur FarnBagh, le feu des « prêtres » ; au Levant, sur le mont Rewand en Khorassan, c’était adur BurznMihr, le feu des éleveurs. Cette localisation est d’autant plus édifiante que les grands feux avaient été transportés jadis de régions plus orientales : adur GušnAsp aurait été en Sistan, adur FarnBagh à Hérat70. Dans la Perse impériale, le souvenir des vieux cultes fonctionnels était réparti dans l’espace selon les trois stations solaires. Mais le chamanisme, prédominant chez les Scythes ou les Sarmates, n’était évidemment plus de mise dans un empire mazdéen, sassanide de surcroît.

42L’exemple persan nous montre que les fonctions étaient spatialement réparties : l’Orient est assimilé au croît du bétail et à la pousse de la végétation, la saison du printemps où recommence chaque année à s’élever le soleil ; le Midi est le triomphe du soleil, sa gloire estivale lorsque ses rayons d’apogée traquent l’ombre et le mal ; l’Occident s’en va vers la mort affrontée, le lot des combattants. Les trois couleurs attribuées à ces trois stations représentent les fonctions, le jaune solaire du lait de naissance (colostrum), le blanc du féroce soleil d’été, le rouge sanglant du soleil couchant. Le bleu, la couleur du ciel, était sans doute celle de la royauté unique, mal attestée dans les mythes anciens. Plus tard, les rois de la steppe, huns, türks ou tatars, se diront fils du ciel.

  • 71 Lebedynski p. 88 et 99 ; en revanche les armes, où qu’elles soient, semblent toujours peintes en r (...)
  • 72 I. Benveniste, p. 279, en Iran et en Inde ; « les couleurs », varna/pištra, ont fini par désigner (...)
  • 73 Dumézil, CSC p. 17, « Les seigneurs colorés », note dans des textes indiens la présence de quatre (...)

43Les trois couleurs sont aussi présentes dans le rituel funéraire. Dans certaines tombes scythes ou sarmates, depuis le IVe siècle avant notre ère jusqu’au IIe siècle après – avant la victoire du mazdéisme ? –, on déposait avec le défunt tantôt de l’ocre rouge, tantôt de l’ocre jaune, tantôt de la poussière de craie, blanche71. On vient de voir qu’à chacune des fonctions correspondait une couleur, blanc pour la fonction guérisseuse, rouge pour la fonction guerrière, jaune pour la fonction d’élevage72. La couleur choisie marquait l’appartenance du défunt ou de la défunte à l’une des fonctions. Mais toutes les tombes n’avaient pas cette distinction de la couleur. En l’état actuel de la recherche, il semble bien qu’il y ait une corrélation entre dépôt de couleur et signes d’activité chamanique. Le défunt ou la défunte avait été chaman(e) pour une des trois fonctions magiques que notait la couleur déposée dans sa tombe, jaune, blanc ou rouge73.

  • 74 La prière des femmes ossètes à l’esprit de Dieu contre les maladies, contre les ennemis, contre le (...)

44Autre rituel trifonctionnel, la grande cérémonie annuelle des Scythes. Au temps d’Hérodote, « mille ans après » le don des trois trésors, le grand roi des Scythes « offrait chaque année de splendides sacrifices propitiatoires » à « l’or sacré tombé du ciel ». La garde des trois trésors était confiée à un noble richement doté en pâturages. Si durant la fête annuelle celui-ci oubliait sa vigilance et s’endormait, il mourrait, disait-on, dans l’année. Hérodote n’en dit pas plus sur ce rituel majeur. Les trois trésors tombés du ciel étaient brûlants, ils venaient du soleil. L’archéologie montre que le culte était lié à de grands feux rituels dont l’embrasement était accompagné de pratiques chamaniques et funéraires74.

  • 75 J.-P. Poly, « Le Code et les runes. Le nouveau droit de la romanité tardive », in A. Laquerrière-L (...)
  • 76 Apollon goitosuros, Dumézil, CSC p. 122. Dans la tablette, « Maître du vivant » est la traduction (...)

45Sans doute des éléments identiques au rituel pratiqué dans les grandes assemblées s’expriment-ils dans la tablette de Trèves examinée lors de la Journée Kasra Vafadari de l’année dernière. C’est une tablette de plomb inscrite à la fin du IVe siècle à Trèves, capitale impériale, par des Sarmates stationnés en Gaule à l’occasion d’un procès pour lèse-majesté75. Il s’agissait de vérifier la vérité d’un serment d’innocence prêté devant le tribunal. Le juge impérial, bien que l’empire ait été chrétien, avait toléré l’ordalie par le chaudron pour les soldats irlandais. Pour les Sarmates, il accepta que se déroule le rituel de vérité où les chamans sacrifiaient des chevaux, faisaient « brûler le sang » et tiraient des flèches76.

  • 77 Chez les Perses, Hérodote, Histoires 1.138. Briant, op. cit., p. 195 ; accusation politique, p. 13 (...)

46Qui lit la plaquette de Trèves est frappé par les triplicités qui s’y marquent : y sont invoquées les trois stations ou « maisons » du triple Très-Haut solaire. Trois devins procèdent à un triple sacrifice et tirent trois flèches. Ces flèches correspondent aux trois stations solaires qui sont aussi les trois points cardinaux Est, Sud et Ouest, liés aux trois couleurs jaune, blanc, rouge, et aux trois fonctions. Une assertion mensongère entraînait un châtiment divin77. Comme on ne sait ce qu’il serait, on procédait à la vérification dans les trois domaines que le mensonge avait pu souiller.

  • 78 Dumézil, « Les trois procédures ossètes contre la vendetta », CSC p. 130. Les procédures ne semble (...)

47Les traces d’un tel rituel de vérité s’observaient encore naguère chez les Ossètes, en deux variantes78. L’une concernait l’Ossétie du Nord, orthodoxe, elle opère dans une église Saint-Georges (Wasturdji). L’autre, en Ossétie du Sud plutôt musulmane, se passait au cimetière, chez les morts. Elles concernent toutes deux un accusé de vol ou d’adultère qui nie le délit. Pour se disculper, il fait un sacrifice avec une auto-malédiction, comme au IVe siècle. Au Nord, le rituel est appelé ard, que Dumézil rend par « serment », mais qui était plutôt « justice ». Au Sud, le rituel est nommé fydgaent, « offrande (funéraire) pourrie », sans doute une appellation dépréciative due à l’islam. La triplicité n’y paraît plus parce qu’il n’y a plus de rituel pour vérifier s’il y a eu mensonge.

48Le bon fonctionnement général de la société suppose la vérité de la parole humaine et celle-ci est placée sous la garantie de l’astre-roi. Le contrôle fut d’abord celui des chamans, puis celui de la royauté. Dans l’espace proprement iranien, au sud de la Caspienne, la royauté alla des Mèdes aux Perses puis aux Parthes avant de revenir aux Perses, la religion passant d’un mazdéisme éclectique à un zoroastrisme strict, sans que cela modifiât le système des trois grands feux fonctionnels. Chez les Scythes le roi a mis la main sur les trois objets symboliques qui représentent les fonctions. C’est donc par son « foyer » qu’on jure parce que lui seul a la responsabilité des trois fonctions qui ne peuvent subsister qu’en vérité et non par faux-semblant. Il n’y a pas serment, assertion solennelle invoquant directement la puissance divine, mais une auto-malédiction conditionnelle. L’énoncé véridique met en jeu toute la structure sociale. Même après l’ascension d’un pouvoir royal, les responsables du rituel de vérification restent les chamans des trois ordres : les menteurs qu’ils détectent sont exécutés par le roi mais si eux-mêmes sont « faux », reconnus comme tels par l’ensemble des « mages » de l’alliance, ils sont brûlés vifs, offerts au feu solaire.

49La « vérification » des paroles solennelles était une opération essentielle dans le monde iranien de l’antiquité. Le mensonge mettait en jeu la société toute entière dans les trois fonctions d’élevage, de guérison, et de combat nécessaires à tous les groupes nomades, puisque le soleil punissait le mensonge par la famine, la maladie et la guerre. Les trois magies chamaniques qui soignaient ces maux étaient jadis tout autant celles des éleveurs et des guerriers que des guérisseurs. C’est seulement avec la disparition du chamanisme que guerre et élevage furent désacralisés, laissant à la seule troisième fonction une activité que nous identifions, par un anachronisme ancien, comme celle des « prêtres ».

50Nous pouvons donc entrevoir chez les peuples scythiques un rituel majeur entièrement fondé sur la triplicité fonctionnelle. Il est temps de poser la question : comment celle-ci fonctionnait-elle ?

Le sens premier de la trifonctionnalité rituelle

51Lévi-Strauss a montré que ce qui donne à la pensée des sociétés claniques sa solidité et sa permanence, c’est la surimposition de structures homologues. Tentons d’appliquer ici son analyse. Le pivot du système est le soleil dans ses trois stations journalières, son arc dans l’espace. Les trois activités de toute tribu nomade – élevage, guérison des maladies et combat – sont assimilées aux trois stations. C’est la tripartition. Elle n’est pas réelle au sens que nous donnons à ce mot : dans l’alliance, chaque ensemble clanique, qu’il soit à l’Est, au Sud ou à l’Ouest, comporte des guérisseurs, des guerriers et des éleveurs. Mais chacun des trois ensembles a la responsabilité d’une magie qui « soigne » la fonction liée à une station solaire, à un point déterminé de l’espace. Concrètement, cela veut dire qu’il a la garde d’un des trois sanctuaires « fonctionnels » qui assurent à eux trois le fonctionnement équilibré de la société.

52Autrement dit, les groupes tribaux « spatialisés » ne sont pas spécialistes de la fonction sociale matérielle – les clans de l’Est élevant seuls les bœufs et ceux de l’Ouest seuls combattant – ; ils sont garants de la fonction idéelle, qui est pour eux plus « réelle » que la fonction matérielle, la seconde n’étant que la manifestation contingente de la première.

53Paradoxe apparent, la triple division fonctionnelle fonde l’union. Les fonctions sont, toutes trois ensemble, indispensables au bon fonctionnement de l’alliance tribale. Loin de séparer les groupes tribaux, la distinction des trois fonctions force les groupes à se tenir ensemble dans un espace donné, les fixant autour de chacune d’elles, de son grand sanctuaire. La cohésion de l’alliance est assurée par la spécialisation de cultes dans la vie indissociables.

  • 79 « Les biens propres des familles nartes », Dumézil, CSC p. 108.

54Une société qui n’est pas encore une société de classes, mais qui est déjà plus large qu’une société segmentaire, refuse la différenciation sociale. Elle constitue un chamanisme unitaire au-dessus des clans. Les trois fonctions ne peuvent être efficaces que toutes trois ensemble. Par sa localisation dans l’espace concret, la division fonctionnelle fonde l’union. On a vu que les feux locaux, renouvelés chaque année, devaient emprunter au grand feu régional et que le système avait été anciennement localisé bien à l’est de la Perse. Les trois sanctuaires majeurs sont véritablement les feux « cardinaux » autour desquels tourne toute la société. En chacun d’eux se regroupaient les « mages », les devins chamans qui apprenaient à combattre un ennemi spécifique, la famine, la peste, l’invasion. Peut-être formaient-ils des sortes d’écoles spécialisées, quitte à exercer ailleurs. Dumézil note que l’âne phallique des Boratae, le troisième groupe fonctionnel des Nartes : « peut être utilisé par les membres de n’importe quelle famille narte, mais il n’en est pas moins toujours appelé l’âne des Boratae »79. Si les sanctuaires s’étaient séparés, la protection spécifique assurée par l’un aurait manqué aux autres, l’harmonie sociale se serait déréglée. Le regroupement en fonction empêchait les mages d’être des sorciers tribaux. Mais la division des fonctions les empêchait de former une classe unique. C’était, longtemps avant Montesquieu, une sorte de séparation des pouvoirs.

  • 80 Hérodote, Histoires, 4.26. Tombes avec équipement « unisexe » chez les Alains, Bona, p. 101.
  • 81 Les ethnies sont généralement désignées par un singulier collectif. Le pluriel indique ici que les (...)
  • 82 Mais l’énoncé est à l’imparfait « ils ignoraient » …

55En même temps le pouvoir des mages obligeait « les porteurs de sceptre » à un minimum de discipline collective. Mais il fallait que les trois collèges magiques gardent la maîtrise de l’arc solaire. Lorsqu’un chef des Scythes occidentaux conquit les terres cimmériennes, il prit l’arc et modifia la version du conte, faisant fabriquer trois objets d’or symboliques pour fonder son pouvoir ; la fonction chamanique fut occupée par des « hommes-femmes ». Les Sarmates et les Sakas de l’Est étaient sans doute plus conformes à l’original archaïque ; chez eux, les femmes jouaient un rôle important, à la fois chasseresses, combattantes et magiciennes. Chez les premiers : « Les femmes des Sauromates … vont à la chasse, à cheval, avec les hommes ou toutes seules ; elles vont à la guerre et elles s’habillent comme des hommes » ; chez les seconds : « Les Issédons sont eux aussi vertueux et les femmes ont chez eux les mêmes droits que les hommes »80. Devenus Alains, *Ahlawn, des « justes » zoroastriens, les Aorsi rejetèrent les sacrifices et les drogues81. Mais ils conservèrent l’idée d’une égalité native hostile à la servitude et aux rois : « Ce qu’est l’esclavage, ils l’ignoraient, tous ayant été procréés par une noble semence, et ils élisent aussi leurs juges parmi ceux qui sont connus pour leur longue pratique de la guerre »82.

56S’ils ignoraient l’esclavage, ils allaient l’apprendre. Alains et Sarmates, cédant à la pression des peuples türks, se dispersèrent tant à l’Est qu’à l’Ouest de leurs steppes natales.

La réapparition des trois ordres et l’imaginaire du féodalisme

  • 83 Six praepositurae de Not. Dign. Oc. 42.65-70 (confirmé par Or. 6.35-36, catafractarii [curae] ? et (...)

57Au IVe siècle, la pointe avancée des peuples scythiques, les Sarmates de la Tisza, commencèrent à se disloquer. Quelques 300 000 d’entre eux passèrent dans l’empire pour former une trentaine d’établissements, quinze en Italie et une quinzaine d’autres au sud du Bas-Danube. De ceux-ci neuf partirent avec l’empereur Constant en Gaule, huit y restèrent tandis que le neuvième allait en Grande-Bretagne renforcer d’autres là-bas jadis déportés83.

  • 84 Poly, TFP n. 29-30. Têtes des enfants déformées, Meuwese, op. cit., p. 51 ; P. Soto-Heim, « Déform (...)
  • 85 J. Le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse », in Pour un autre Moyen Age, Paris 1977. Le nom (...)
  • 86 Outre l’œuvre de Georges Duby (supra n. 14), on rappellera J. Le Goff, « Les trois fonctions indo- (...)

58Il n’est donc pas étonnant que le rituel sarmatique de vérité soit à l’oeuvre en Gaule à la fin du IVe siècle et qu’on retrouve des crânes déformés – ceux des chamans ? – dans des tombes « barbares ». Au IXe, il y a encore en France des sorciers karagah qui pratiquent un rituel du feu et de l’envol84. Au XIIe siècle, le conte de la mère dragonne – la dame-serpente Mélusine, maternelle et défricheuse – s’attardait autour des anciens établissements sarmates85. Et c’est au IXe siècle que reparaît le schéma des trois ordres fonctionnels. Le dossier a été magistralement commenté, mais sans remettre en cause l’anhistoricité du schéma censé indo-européen86. Dès lors le rapport entre les deux emplois, antique et médiéval, ne pouvait qu’être vague. En l’état de nos connaissances, le schéma trifonctionnel reparaît d’abord dans le royaume de France à Auxerre puis dans celui d’Angleterre en Wessex. Regardons de près ces commencements.

  • 87 Ammien, Hist. 16.2.3 ; Julien hésitait entre un itinéraire par Arborosam (corr. robores ac …, Rouv (...)
  • 88 En 1895, on y trouva une fibule et deux bagues : une pierre bleue à intaille antique représentant (...)

59Auxerre avait été l’un des commandements sarmates de Gaule, celui qui gardait la route entre Paris et Cure, aujourd’hui Saint-Moré. À cette extrémité se dressait une forteresse édifiée au milieu du IVe siècle pour surveiller un passage dangereux entre Autun et Troyes par les gorges de la Cure87. En bas, près du vicus, dans un enclos le long de la voie romaine, un locus funéraire peu commun : un mur bas circulaire de 3 mètres de diamètre rempli de terre brune, reste possible d’un feu rituel renouvelé, et cinq cercueils de pierre disposés « avec régularité autour de cette construction comme les rayons d’une circonférence ». Les Sarmates reproduisaient en l’adaptant à un espace plus restreint, le rituel des grands feux d’Ukraine, proches des tombes ancestrales, un paganisme solaire toléré par l’empereur Julien88.

  • 89 Evêque 541/549, déposé en 552, L. Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, Paris 1899, II, (...)
  • 90 Y. Sassier, « Les Carolingiens et Auxerre », Structures du pouvoir, royauté et Res Publica, Rouen (...)
  • 91 Héric, Miracles de saint Germain 2.117, PL  124, col.1263. Confondu avec un ermite, Acta Sanct. Bo (...)

60Un siècle après l’établissement des Sarmates à Cure, un Eochari, *Awχaryaw, « Noble de Vie », commandait les Alains d’Orléans ; un siècle encore et l’évêque de Paris, à l’autre bout de la préfecture de Cure, se nommait Safaracus, *Sahfarah, « Gloire des Trois », un nom porté par un chef alain du Danube89. À la fin de l’époque mérovingienne, ces noms se sont germanisés ou romanisés. À Auxerre, un prince-évêque appelé Savaricus, fort d’une nombreuse cavalerie, tient l’Orléanais et les pays avoisinants sa cité, Avallonais et Nivernais, Tonnerrois et Troiesin. À Orléans avait été évêque son homonyme Suavaricus et lorsqu’en 719 Charles Martel reprend Orléans, il autorise la consécration d’un Eucharius, neveu de Savary d’Orléans. Pas pour longtemps : après la bataille de Poitiers en 732, Charles exile Eucharius et le successeur de Savary d’Auxerre, Ainmar qu’il fait assassiner90. Dans la liste épiscopale, Ainmar est honoré du titre de martyr ; dans les Gesta des évêques rédigés à l’époque carolingienne, il est « non consacré » (vocatus). Les princes-évêques ne sont plus en odeur de sainteté, les vassi bavarois des Pippinides tiennent le pays. La forteresse de Cure est abandonnée. Le corps du martyr Moderatus, enterré dans l’église que dominait la muraille aux sept tours, est transporté dans la crypte de Saint-Germain d’Auxerre, seul saint local admis à la compagnie des reliques de deux papes et des corps des onze premiers évêques de la cité91.

61L’empire carolingien, que l’Église avait cru garant de la paix, ne dura guère. Dès 841, après la mort de l’empereur Louis, ses fils et neveu s’affrontaient à Fontenoy en Puisaye. Les morts se comptaient par milliers. Les gens d’Auxerre avaient été partisans de Lothaire, c’est Charles qui mit la main sur la région, favorisant Saint-Germain.

  • 92 Expositionis in Apocalypsin beati Iohannis libri septem, PL 117, col. 953 ; écrit entre c. 840 et c (...)
  • 93 Cassiodore, retiré dans sa fondation de Vivarium, connaissait Primasius.

62En ce temps-là le très savant maître de l’abbaye, Haimon, commenta la Révélation de Jean92. Le texte était dangereux et peu s’étaient risqués à l’expliquer. Une génération avant Haimon, Alcuin de Tours avait donné la liste des commentaires dont on disposait : celui de Victorin, évêque de Ptuj, martyr en 304, qui avait cru à la fin des temps ; celui de l’Africain Tychonius, un donatiste, lors de la chute de Rome ; un siècle plus tard, dans l’Afrique reconquise par Justinien, celui de l’évêque d’Hadrumète Primasius qui reprit Tychonius en l’épurant. Bède, au nord de l’île de Bretagne, dit s’être inspiré de Tychonius, sans doute dans la version de Primasius, rapportée de Rome par Benoît Biscop. À la fin du VIIIe siècle Ambroise-Autpert, abbé de S. Vincent du Volturno reprend également Primasius93.

  • 94 Possibles gloses africaines à Primasius, à Ap. 11, le serment de l’ange, référence aux manichéens  (...)
  • 95 PL 117, col. 1161.
  • 96 B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris 1963, p. 111.
  • 97 PL 117, col. 1147.

63Comme tous les lettrés de son temps, Haimon compile largement les écrits de ses prédécesseurs, Primasius, Bède et Ambroise, en ajoutant ses propres remarques, écho des préoccupations de ses contemporains94. Les puissants du siècle sont régulièrement placés parmi les réprouvés, et Haimon songe sûrement à l’été 841 lorsqu’il commente Ap. 18.8-9, l’incendie de Babylone : « Cela arrive aussi quand les ennemis d’un royaume attaquent un autre royaume, non seulement ils pillent les villes mais ils dévastent et mettent le feu à tous les bois de la région »95. Comme ses prédécesseurs mais plus longuement qu’eux, il attaque les juifs ; on sait la position qu’avait acquise la communauté juive de Lyon et l’ire de l’archevêque de Lyon Agobard, lui aussi du parti de Lothaire, et de son successeur Amolon96. En Ap. 13.1, où les sept têtes et dix cornes de la Bête représentent les mauvais empereurs, Haimon nomme « Néron, Domitien et tous les autres », mais ajoute « les rois d’Egypte, d’Afrique, d’Ethiopie et autres, qui soumettent les chrétiens », une allusion aux réfugiés espagnols chassés par l’Islam. Il conclut, comme de juste, en écartant les identifications historiques : il s’agit des « rois libidineux et ivrognes », « tous les rois du Mal »97.

  • 98 Fl. Josèphe, Antiquités Juives 1.6.1 ; Coran, sourates 18.83-98 et 21.95-96. Les portes caspiennes (...)
  • 99 « Certains supposent que ces gens de Gog et Magog sont les Getae et les Massagetae à cause des pre (...)
  • 100 Praepositurae, supra n. 83. Haimon (PL 117 col. 1206) reprit le commentaire de Bède sur les douze p (...)
  • 101 De his gentibus varie quidam loquuntur, aestimantes eas esse gentes aquilonales, id est Getas et Ma (...)

64Un autre écho spécifique se trouve dans son commentaire d’Ap. 20.7-9, les troupes de l’Antéchrist Gog (et) Magog, « nations des quatre coins de la terre … aussi nombreux que les sables de la mer ». Au premier siècle Flavius Josèphe les avait considéré comme Scythes, ce qu’ils sont encore dans le Coran, contenus au nord du Caucase par un mur de fer édifié par Alexandre ou Dhul Qarnayn98. Primasius, dans son commentaire, avait identifié Gog et Magog comme les Gètes alias les Goths, et les Massagètes, l’un des groupes alains99. Haimon reprend d’abord Primasius en le complétant par Jordanès pour qui les Goths étaient venus de Scandinavie. Puis il note que les Goths et les Massagètes, cela ne ferait pas grand-monde et rappelle alors la légende des peuples contenus par Alexandre, mais dans une tradition inédite : Gog et Magog, au lieu d’être des Scythes d’outre-Caucase, auraient été installés en Macédoine – la localisation convenant à Alexandre – d’où seraient sortis vingt-quatre « royaumes » : le souvenir des vingt-quatre commandements sarmates danubiens passés en Italie, en Bretagne et en Gaule, parmi lesquels celui de Cure où avaient dominé les princes-évêques d’Auxerre100. Haimon l’écartera, concluant là encore en s’en tenant à l’explication allégorique : Gog et Magog, c’est la foule des réprouvés101.

  • 102 Dès Tychonius ? Augustin critiquait son interprétation des anges habitant les corps des sept Eglis (...)

65Le schéma des trois ordres fonctionnels apparaît de la même façon. Haimon s’en sert dès le début, pour commenter Ap. 2.1-14, les sept églises d’Asie auxquelles était adressée la Révélation. Les commentaires précédents s’accordaient pour y voir une septuple image de l’Église universelle. Dans celui de Primasius s’était glissée une glose qui prétendait traduire en latin leurs noms et celui de l’Asie102. La dernière église était ainsi glosée : Laodicea interpretatur Tribus amabilis Domino, sive Fuerunt in vomitu. La seconde interprétation correspondait à un passage où les tièdes de l’église étaient vomis par Dieu. La première, qui renvoyait aux trois vertus spirituelles, n’avait guère inspiré les commentateurs, ainsi Alcuin : « cette interprétation montre que bons et méchants sont mêlés dans l’Église ».

  • 103 Dominique Iogna-Prat, op. cit., y voit un « jeu d’étymologie ». La confusion était peut-être desti (...)
  • 104 D. Iogna-Prat, supra n. 88 ; Ordonner et exclure, Paris 1998, p. 23.

66Haimon commente à son tour la glose tribus amabilis Domino103 : « l’Écriture use souvent du mot tribus, d’où vient ‘Là (Jérusalem) où montent les tribus, les tribus du Seigneur’ (Psal. 122), c’est-à-dire les trois ordres qu’il y avait peut-être dans le peuple juif comme il y avait chez les Romains, c’est-à-dire les sénateurs, les chevaliers et les paysans. De même aussi l’Église est répartie dans ces trois formes, les prêtres, les chevaliers et les agriculteurs ». Le commentaire rappelait aux « puissants du siècle », dans un Auxerrois où avaient régné les princes-évêques, que l’ordo des sacerdotes n’était pas celui des milites, que cet ordre devait prédominer et que les trois ordres étaient les piliers du royaume voulu par Dieu. Pour étayer cette opinion, Haimon cite l’encyclopédie de son temps, Isidore de Séville, qui rappelait la tripartition des ordines romains, senatores, milites, plebes. Mais il adapte le schéma : aux senatores, il substitue les sacerdotes, ce qui assure aux évêques et à l’élite des clercs la première place, et quand Isidore, décrivant des rangs sociaux, avait parlé de « populaires », Haimon introduit « les paysans ». Les trois ordres deviennent fonctionnels104.

  • 105 Tribus nomine sacra scriptura saepe utitur unde est ‘Illuc enim ascenderunt tribus, tribus Domini’ (...)

67Il y revient à Ap. 5.8-9, quand « les quatre vivants et les vingt-quatre vieillards … chantaient un cantique nouveau : … avec les hommes de toute tribu, langue, peuple ou nation, tu as fait pour notre Dieu une royauté de prêtres régnant sur la terre » ; il commente : « de toute tribu, c’est-à-dire de tout ordre, car comme il a été dit plus haut, trois est dit des trois ordres », opposant à cette triple royauté des prêtres l’éparpillement des soixante et douze langues et encore plus des peuples, « puisque de nombreux peuples parlent une seule langue, comme le roman les Italiens, les Français, les Bourguignons, les Aquitains, les Goths »105.

  • 106 PL 117, col. 1025, 1033, 1047, 1053, 1055, 1058-1059, 1082, 1101. Le dragon rouge est le diable, H (...)
  • 107 PL 117, col. 1025.

68La trifonctionnalité se glisse aussi dans son commentaire de la figure des quatre cavaliers. Le dernier, le cavalier pâle, était sans emblème et explicitement identifié comme la mort ; il n’y touche pas. Restent trois cavaliers. Pour le premier, le cavalier blanc muni de l’arc et couronné, il reprend l’identification ancienne qui ne peut que lui convenir : ce sont ceux qui prêchent la doctrine, les prêtres donc. Le cavalier rouge avec l’épée était le diable, il y voit les réprouvés coupables d’homicide qu’ailleurs il identifie régulièrement aux rois, princes, comtes et autres puissants du siècle, les milites106. La situation l’y incite, dira-t-on. Mais le cavalier noir est aussi commenté fonctionnellement. Il tenait une balance emblème de la famine ; Haimon y voit les « marchands qui ont coutume de porter une balance à la main, marchandant ce qui leur convient et pesant ce qu’ils donnent et ce qu’ils reçoivent »107. Il s’agit de la troisième fonction, la balance lui faisant substituer les mercatores aux agricolae.

  • 108 Guibert de Nogent, Autobiographie 2.17, E. R. Labande (éd.), Paris 1981. Clément de Bucy, note Gu (...)

69À qui s’adresse ici Haimon ? Toute la construction repose sur la surprenante confusion entre le « Pour trois » de la glose et « les tribus » de la Bible. Elle lui permet de légitimer les trois ordres. Leur existence chez les juifs, qui justifie qu’ils soient lus dans la Bible, est, il l’avoue, une hypothèse (forsitan). Dominique Iogna-Prat considère à juste titre que la confusion trois/tribus ne peut être une bévue, qu’elle est volontaire, ce serait une subtilité étymologique d’érudit. Il nous semble qu’elle est plutôt la marque d’un argument qui s’adresse à des illettrés qui entendent mal le latin. Bien plus tard, des prédicateurs dualistes justifiaient ainsi l’hérésie ; n’est-il pas dit beati eritis (Jean 13.17), « bienheureux les hérétiques »108 ! C’est aux milites de la région qu’Haimon s’adresse, pour qu’ils reconnaissent la primauté des prêtres et leur propre solidarité avec le reste de la société. Il fallait un schéma qui puisse les convaincre parce qu’il était traditionnel chez eux.

  • 109 Annales de Saint-Bertin (=royales, par Hincmar de Reims), F. Grat (éd.), Paris 1964, p. 141 et 179.

70Vingt ans après, la situation a empiré. Les Sarrazins attaquent au Sud, les Normands au Nord, les puissants s’arrachent les gouvernements, les armées dévastent le royaume. Au printemps qui suivit la Noël 867 que le roi Charles avait fêtée à Auxerre, les Annales royales notent : « Les hommes du comte Girard attaquent Acfrid dans un domaine et parce qu’Acfrid ne voulait pas sortir d’un manoir dans lequel il s’était réfugié, ils y mettent le feu, font sortir Acfrid, le décapitent et rejettent son corps au brasier. Alors le roi Charles, comme pour venger ce crime, entra au pays de Bourges. Là maint maux furent commis, bris d’églises, oppressions des pauvres, toutes sortes de crimes et de dévastations, plus que la bouche ne peut dire ; témoin la dépopulation, plusieurs milliers d’hommes morts de faim. Il n’y eut aucune vengeance sur Girard et les siens, ils ne furent pas même expulsés du pays de Bourges »109.

  • 110 Miracula sancti Germani, 2.123, PL 124, col. 1270. Écrits entre 869 (Miracles 2.104) et 877, mort (...)

71Quatre ans plus tard, à la fin de l’hiver, le roi Charles était de retour à Auxerre. L’élève d’Haimon, Heric, lui dédie sa Vie de Saint Germain et les deux livres des miracles du saint. Dans la conclusion de l’œuvre, il s’adresse aux clercs de la cité : « Vous êtes les athlètes de Dieu … Les uns font la guerre, les autres cultivent les champs, et vous, vous êtes le troisième ordre, ceux qu’Il a choisis pour part d’un sort particulier, pour vous occuper exclusivement des fonctions, service d’autant plus grand que vous êtes libérés des choses extérieures. Et puisque d’autres éprouvent à votre place les dures conditions de l’armée ou du labeur, vous, de même vous devez les accompagner sans relâche par les prières et le saint office en persistant à vous astreindre à elles (les fonctions) ». Et il ajoute : « Je vais le démontrer, ce qui est dû à la nature par vos copartageants est une chose, autre chose ce qui est dû à Dieu lui-même … Mais dès lors, puisque dans l’éloge du Chef Suprême on reconnaîtra que ses illustres membres n’ont pas rien en commun avec Lui … vous n’agirez guère sagement si vous jugez qu’il faut retrancher de la gloire d’un Empereur Invaincu les triomphes et les mérites de ses très fidèles soldats … Priez avec toujours plus de passion pour que ceux qui ont choisi ce lieu afin qu’il prospère par la présence et la sainteté de Germain, priez, dis-je, pour qu’après avoir vaincu tous les ennemis sur terre et sur mer et après avoir mis à la porte la terrible tyrannie des démons, ils délivrent ce lieu des massacres, qu’ils l’écartent des ruines, qu’ils le soutiennent par le mérite, qu’ils le protègent par la prière et qu’ils le défendent de la monstruosité multiforme des dangers présents et futurs »110.

  • 111 Cf. les miracles 1.73-77, col. 1240 : « Qu’ils entendent cela, les puissances séculières et qu’ils (...)

72Les miracles qu’Héric relate montrent qu’il ne se faisait aucune illusion sur la bonté des grands111. Mais il lui fallait bien être diplomate. Dans sa péroraison, en même temps qu’en bon disciple de Jean Scot il assigne à ses frères une place exaltée dans la société, il leur tient le langage du réalisme : oui, le mal est partout, les pirates, les soldats en campagne, ennemis ou amis, les gouverneurs violents et rapaces ; certains d’entre vous pensent que les puissants – les cavaliers rouges de la Révélation de Jean – sont au diable et que vous, vous êtes à Dieu, ses cavaliers blancs. Mais ceux qui rejettent les grands et se tournent vers le seul amour de Dieu se trompent. Les grands et leurs hommes sont les membres de Dieu – la vieille image du corps – et les trois ordres tiennent à la nature – l’image des trois fonctions proposée par Haimon –, pour vous les uns travaillent, pour vous les autres se battent. Vous devez les soutenir par vos prières. Charles, les Welfs et les Bavarois soutiennent notre abbaye. Priez pour eux, pour qu’ils abandonnent « la tyrannie des démons », convoitise, arrogance, cruauté. Sans protecteurs nous sommes perdus.

73Haimon s’adressait sans doute aux laïcs, Heric s’adresse aux moines. Les trois ordres fonctionnels ne servent pas seulement à exalter les clercs, « la part particulière », mais à faire accepter l’ordre des guerriers, si mal qu’ils se comportent. Il faut prier sans relâche, prier pour les milites, qu’ils soient moins mauvais. Prier aussi pour « les pauvres » cela va sans dire. À la fin des temps carolingiens, à Auxerre, la trifonctionnalité est un lieu commun, la nature des choses, et c’est pour cela qu’Héric peut l’invoquer contre la fatigue et le désespoir.

  • 112 Duby, op. cit. p. 561 se demande si l’idée est venue du Pays de Galles. Elle sera mise en œuvre en (...)
  • 113 Sur cette charge, S. Kerneis, Les Celtiques. Servitude et grandeur des auxiliaires bretons de l’em (...)

74La seconde apparition du motif des trois ordres intervient en Grande-Bretagne. C’est un ajout à la traduction anglaise du De la consolation de la philosophie, de Boëce, attribuée au roi Alfred mais qui est plutôt l’œuvre de son maître de latin, le moine Asser de Dyfed112. Les trois fonctions sont considérées comme les piliers (staples) de la royauté unique, celle que veut Alfred, et leur allégation au profit de la royauté en des temps difficiles, vise à rappeler aux abbés séculiers une séparation pour les rois capitale. Le texte est court, la rémanence sarmatique hypothétique, même si Asser était originaire du sud du Pays de Galles, et s’il avait séjourné un an à Caerwent, non loin de la grande voie de surveillance jadis tenue par le comes Britanniae et sa cavalerie sarmatique113.

  • 114 Ils connaissaient l’ouvrage d’Haimon et vivaient dans des régions où avaient été établis des Alain (...)
  • 115 Duby, op. cit., p. 570.

75Un siècle plus tard, quand commence en France la crise féodale, le schéma trifonctionnel est repris par les deux partis opposés, le « parti des moines » en Bourgogne avec les clunisiens ou en Orléanais avec Abbon de Fleury, et celui des évêques, des lettrés issus de l’école de Reims, Adalbéron de Laon et Gérard de Cambrai114. Les clercs énonçaient le schéma des trois ordres – et qui d’autre, en ce temps ? - mais il ne venait pas d’eux : « Dans les contrebas du courant confus, tout de fluctuances et de nodosités, des habitudes mentales et langagières, une forme était donc charriée. Elle fit surface … Les débats tournaient tous autour du problème que posait la désarticulation croissante d’une armature politique vétuste, le problème de la violence, c’est-à-dire de la paix, de la justice, de la loi, de l’ordo. Ceux qui redoutaient les effets d’un fléchissement du pouvoir royal chaque jour plus visible s’agrippèrent à ce lieu commun »115.

76Le succès médiéval du schéma des trois ordres atteste qu’il était autre chose qu’une création du discours des lettrés : la reprise d’un motif ancien rappelé par les clercs à la nouvelle aristocratie cavalière. Il confortait une division sociale qui jouait au profit de l’Église et la constituait comme protectrice du troisième ordre face aux violences du deuxième. Elle devint ensuite la justification des privilèges des deux ordres, puis leur défense contre le tiers, au moins sa divitior etsi sanior pars.

77L’expression première de la théorie des trois fonctions chez les nomades de la steppe, dans une société tribale où le procès de production n’avait pas encore différencié les fonctions sociales, n’était pas la justification de l’inégalité mais, au contraire, un effort pour maintenir l’égalité entre les groupes d’une société déjà développée. Égalité d’autant plus forte que dans cette société les femmes pouvaient être chamanes ou guerrières, assumant ainsi des fonctions considérées ailleurs – et encore aujourd’hui – comme supérieures et donc masculines.

78Mais les formes idéelles ne valent que par leurs incarnations : une fois transportés dans l’empire, les cavaliers scythiques devinrent une petite noblesse militaire et quand bien même ils continuaient à penser la société en trois ordres fonctionnels, la figure perdit son sens originel. Quand partout en Europe les sociétés passaient des clans aux classes, le schéma trifonctionnel, sans cesser de parler d’unité et de concorde, glissa de l’égalité à l’inégalité, et de l’unité à la division des classes.

  • 116 Duby, op. cit., p. 825.

79« Dans la salle du Jeu de Paume, en 1789, trois bras se levèrent pour le serment. Ce n’étaient pas des bras de travailleurs. Et les députés du Tiers, ces hommes bien mis qui s’employaient alors à détruire ‘la féodalité’, n’étaient pas des laboureurs … Ils réclamaient la liberté et l’égalité naturelles ; mais ils les réclamaient pour eux, au sein de la classe dominante dont ils n’entendaient nullement que la domination fut abolie. Ainsi demeura béante la fracture primordiale, le fossé par-delà lequel on aperçoit, parquées, comme en surveillance, les ‘classes laborieuses’ ». Et il ajoutait, non sans une nostalgie ironique : « Je ne vois pas que ce fossé soit aujourd’hui tout à fait comblé. Ni qu’ait cessé de hanter les esprits la très vieille utopie, le mirage : une société que ne diviseraient plus des classes et qui ne cesserait pas pour autant d’être ordonnée »116.

8083

Haut de page

Notes

1 L’empereur fit couler le Fleuve Jaune vers l’Océan et ferma la passe de Long Men, « la Porte des Dragons ». M. Kaltenmark, Religion de la Chine antique, H.-Ch. Puech, Histoire des religions I, Paris 1970, p. 931.  

2 Par inégalité, nous entendons non une théorie explicite, mais une situation où les conditions matérielles sont peu différenciées, cf. ici la communication de Ch. Kourilsky-Augeven.

3 S. Lafont « Nouvelles données sur les royautés mésopotamiennes », RHDFE 74, 1995, p. 473 ; « Les ‘premiers’ empires mésopotamiens », Méditerranées 8, 1996, p. 11 ; et ici sa communication.

4 Depuis Platon jusqu’au discours de Menenius Agrippa rappelé par Tite-Live (His. Rom. 2.32), Dion Cassius (Hist. Rom. 4.33) et Aurelius Victor (De viris illustribus Urbis Romae 18), M. P. Gruenais et J. M. Bertran, « Quelques aspects de la métaphore organique dans le domaine politique », Langage et société, 20, 1984, p. 39 ; ensuite repris par les clercs, Y. Sassier, Royauté et idéologie au Moyen Age, Paris 2002, p. 265. Hobbes passa à la métaphore mécaniste, P. Dockès, Hobbes. Economie, terreur et politique, Paris 2008, p. 52.

5 P. Clastres, La société contre l’État, Paris 1974, p. 161.

6 Tacite, Histoires 4.64, éd. H. Le Bonniec, Paris 1989.

7 « Une autre Babylone et comme la fille de la première Babylone », Y. Sassier, op. cit. p. 50. J.-P. Poly, « L’amour et la cité de Dieu », Clio, histoire, femmes et sociétés, 22, 2005, p. 42.

8 Ce que Georges Duby appelait la révolution féodale ne fut certes ni mondiale, ni même européenne, mais se limita aux régions de l’empire carolingien où la parenté ne soutenait plus suffisamment les structures politiques.

9 Charles Loyseau la mit en tête de son Traité des Ordres, publié en 1610 et ensuite constamment réédité, G. Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, 1978, rééd. Féodalité, Paris 1996, p. 457.

10 Ce schéma simplifié, où l’on oublie que cosmocratie est un mot tout aussi grec que démocratie, a été proposé pour la Constitution de l’Union européenne. Il a été mis en cause par K. Modzelewski, L’Europe des Barbares. Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, Paris 2006.

11 Ainsi du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, moyen d’égalité et de liberté : il s’applique aux Albanais du Kossovo, pas aux Ossètes du Sud, iranophones slavisés rattachés à la Géorgie, ou aux Russes de Crimée, rattachée à l’Ukraine, sans parler des Touaregs, des Tibétains ou des Ouïgours.

12 MPI p. 15 (sur cette abréviation et celles qui suivent, infra n. 16), ou : « dans quelle mesure la structure des trois fonctions … était-elle réalisée dans une structure sociale ? … Je ne le pense pas », RSA p. 192 (infra n. 17) ; notant « l’effacement précoce ou peut-être l’inconsistance de son support et de son parallèle social » chez les Ossètes divisés en nobles, libres et esclaves (nommés gurdziag, « géorgien » …, E. Benveniste, Etudes sur la langue ossète, Paris 1959, p. 142), il en vint même à trouver le schéma chez les prophètes, « Les titres messianiques d’Isaïe IX 5 », CSC p. 239, par influence indo-européenne. Il ironisait alors sur les trouvailles faites par des « travailleurs de bonne volonté … responsables de nouveaux dégâts ». Lévi-Strauss pensait que « les moules sociaux et mystiques » de Dumézil étaient remplis au gré des cultures, cf. C. Ginzburg, « Mythologie germanique et nazisme », Mythes, emblèmes, traces, Paris 1989, p. 181 ; réponse de Dumézil, Annales 40, 1985.

13 La controverse entre le médiéviste Sylvain Gouguenheim, partisan de la primauté d’une culture européenne, et l’antiquisant Marcel Détienne, défenseur de l’égalité, en est comme un écho affaibli.

14 Georges Duby, Les trois ordres …, p. 571. 

15   En 1918-1920, la garde géorgienne et les troupes allemandes envahirent l’Ossétie du Sud, pratiquant une politique de la terre brûlée, avant que Géorgie et Ossétie se rallient à l’URSS. En 1991 la Géorgie se déclara indépendante et son président Zviad Gamsakhourdia reprit la politique de 1918. En 2008, un autre président, ami de l’Europe et de l’Otan, Mikheil Sakachvili, bombarda la petite capitale de ce qu’il considérait comme une province de son pays. La Géorgie, qui a rompu ses relations diplomatiques avec la Russie, y est représentée par la Suisse, un pays où s’accordent la démocratie cantonale et les banques d’affaires.

16 De son œuvre on retiendra ici Mythe et épopée I. L’idéologie des trois fonctions dans l’épopée des peuples indoeuropéens, Paris 1968 pour les p. 441 et s. (abrégé ici MPI) ; Romans de Scythie et d’alentour, Paris 1978 (abrégé RSA) ; et ses dernières mises au point (avec les dédicaces émouvantes au personnel médical de Necker), La courtisane et les seigneurs colorés, Paris 1983 (abrégé CSC), auquel est emprunté le titre de cet article.

17   Cf. Ephore de Kumé, (cité in J.-P. Poly, « Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle », Droit et Cultures, 65, 2013, p. 15, abrégé ici TFP) ; Quinte-Curce, reprenant l’alexandrin Clitarque (cité par Dumézil RSA, p. 196) ; Ammien Marcellin, (Histoires 23.6.62, éd. J. Fontaine, Paris 1977).

18 L’empire les considère comme des révoltés, P. Briant, Histoire de l’empire perse, Paris 1996, p. 50, 127, 155.

19 Persae illos Sagas in universum appellavere a proxima gente, Pline, Hist. Nat. 6.50. Les formes ici utilisées sont tirées de M. Boyce, A word-list of manichaean middle persian and parthian, Leiden-Téhéran, 1977. Nous remercions de son aide le Dr Bahman Moradian, enseignant à l’université de Téhéran ; il a insisté sur le fait que les sens (et non des étymologies) ici proposés sont fondés sur le moyen-persan (m. pers.), postérieur aux conquêtes d’Alexandre. Nos hypothèses ne sont donc pas celle d’un philologue, mais d’un historien et d’un médiéviste désireux de comprendre ce que Jacques Le Goff appelait « un autre Moyen Âge ». Pour la commodité de la lecture, nous avons restitué â, noté ‘ dans les transcriptions, et a, non noté (ex. rg=rag) ; ž = j, š=ch, χ=kh, y=i/é ( = l’ezafet), w= tantôt v, tantôt ou ; l, peu utilisé, pouvait être et p pouvait être f.

20   Pour ces deux formes : dari χoda ; la forme en vieux persan n’est pas attestée. R. G. Kent, Old Persian. Grammar, Texts, Lexicon, New Haven 1953, p. 186, donne « (Ceux qui) Portent des chapeaux pointus », mais v. pers. *khauda> pers. khud, serait casque (BM). Le Borysthène pourrait être *BwrzDân « le grand fleuve » > *Dân-y Bar/Par, Dniepr, « le fleuve de la porte », les chutes du fleuve.  La Volga/Ουλγις était nommée par les Scythes rah (ρα), « la route ». Pour Kent, op.cit., p. 211, « (Ceux qui) boivent le hauma ». Wâr, « se réjouir », est devenu simple formation adjective, « qui a » ; rag,infra n. 28.

21 À l’est des Massagètes, eux-mêmes sur la rive orientale de la Caspienne, au sud d’un Araxe, ici le Syr Darya (infra n. 36). Chassés de leur territoire (Djoungarie et Tarim ?) par les Arimaspes türks (Poly, TFP, p. 58), ils étaient passés en Transoxiane d’où ils avaient expulsé les Scythes occidentaux (Hérodote, Histoires 1.201-204, 4.11 et 13, 4.25-27, éd. Ph. E. Legrand, Paris 1946). Sur le sanctuaire dit Togolok 21, Poly, TFP, n. 79-81.

22 G. Dumézil, « Cinq variantes », CSC p. 85.

23 Hérodote, Histoires 4.5-7.

24 Zeus était le ciel, Hérodote, Histoires 1.131. Targitaos son fils pourrait être le soleil ?

25 Le mot a été attiré par le grec λιπος (gras). BM note qu’il s’agit de m. pers., non de la langue des Achéménides, et que les locuteurs ne sont pas persans mais scythes l = r. Cela vaut peut-être mieux que des hypothèses fondées sur un indo-europ. conjectural, cf. infra n. 29.

26 Ayr=er ; cette infériorité est aussi soumission du vassal, ayrdast/erdast (superl.) ; « vassaux » infra n. 31.

27 Baχt/paχt (repris en ethnonymie, Poly, TFP n. 25) et ray ont des formes en v. pers., ayr fait problème (BM).

28 Attirés par le grec κολαξ (flatteur) ; rag « veine, vaisseau sanguin, racine », cf. en dari rag o χun, « parenté », m. à m. « veine et sang », ou, tout aussi à propos, padar sag bad rag as, « un père chien est mauvaise racine », P. Bau, Dictionnaire persan-françaisfrançais-persan, Paris  2003. Kâw est « géant, prince », l’ancêtre légendaire par excellence ; on songe au mythique Kaweh, un forgeron, et à l’étendard impérial, son tablier de peau ; sa forge serait la bataille où sonnent les épées comme le marteau sur l’enclume ; la peau de bœuf permettait de recruter des combattants fidèles (Dumézil, RSA p. 280 et CSC p. 139, plutôt que RSA p. 273).

29 Dumézil identifie « la racine *xšay, commandant » et propose pour le premier fils l’ossète laeppu, « jeune homme », évoquant l’habituel Männerbund ; pour le deuxième, le sscr. arbha, « petit, humble », qui aurait évolué vers l’all. Arbeit et le ru. rab ; pour le troisième, le sanscrit kula, « lignée … qui se rapproche de mots slaves désignant des notions du même ordre » ; il assimile Paralatai et Paradata avestiques, RSA, p. 192 et 188.

30 La transcription kadag donne kad en composé, par ex. qdyχw’dy = kadeχwâday.

31 Sur cet « en-dessous » signifiant la dépendante, supra n. 26 et  28.

32 Tr, « au-delà » ; aspâs, « service », renvoie à la « dépendance » du précédent plutôt qu’au « cheval » que retient Dumézil au terme d’un développement philologique qui lui permet de l’opposer au « bœuf », gâw, qu’il retrouve dans le nom des Κατιαροι/Cotieri, RSA p. 191. Le lasso que leur prête Valerius Flaccus (aussi chez les Sagartiens et les Alains, Hérodote, Hist. 7.85 et infra n. 52) ne change rien à l’affaire. Sur les formes Σαυρομάται, Συρμάται, Σαρμάται, I. Lebedynsky, Les Sarmates, Paris 2002, p. 11, Poly, TFP, 1.1.12, p. 56.

33 Kâw (mieux que Poly, TFP, 1.1.7 p. 57). Dumézil, RSA p. 182, n’envisage pas que ces noms puissent désigner des groupes réels, alors même qu’Auchatae a été repris par Pline qui les montre vivant près de l’Hypanis, ici le Kouban, et anéantissant les Napai du Don (Hist. Nat. 6.50, 4.2.2, 6.8.8). Pour beaucoup de chercheurs, à chaque groupe doit correspondre un ethnonyme et un seul, ce que contredisent toutes les études ethnologiques.

34 Si on écarte les peuples non-scythes, on trouve chez Hérodote trois anciens territoires dont, comme le note Dumézil, rien ne dit qu’ils aient été fonctionnels. Sur les rives du Boug au nord d’Olbia (Hérodote, Hist. 4.17), le territoire des « serpents » scythes qui avaient chassé les Neures, certains étant anciens, d’autres récents (Hist. 4.105) ; les anciens, hellénisés, pourraient être (mais en m. pers. !) Καλλιπιδαι, *GâhRayByd, « l’autre pour le trône », issus de Colaxais ; les récents, Αλαζονες, pourraient être *Ayr-e zan, « En dessous de la femme », dits aussi Αγαθυρσοι, « Αορσοι immigrés », supposés féminins (Hist. 4.104) ; (Poly, TFP 1.1.1-3, p. 55, erreurs sur les sens). Puis « en direction du levant, de l’autre côté du Panticapès », à partir de l’Hylée, le bois sacré, le territoire « des Scythes nomades sur 14 jours jusqu’au fleuve Gerrhos » (Hist. 4.19). Enfin la région « royale » entre Gerrhus, Tauride, Méotide et Don où sont « les plus vaillants et les plus nombreux qui regardent les autres comme leurs esclaves » (Hist. 4.20). « De l’autre côté du Tanais (Don) ce n’est plus la Scythie » (ibidem 4.21).

35 Venus d’au-delà du Tanaïs, ici l’Iarxate, que Quinte-Curce confond avec le Don (les deux Tanaïs distingués par Strabon) ; il « rapporte sans l’altérer leur discours tel que l’histoire l’a transmis », 7.8.18, éd. H. Bardon 1948.

36 Les Scythes se vantent que leurs pères aient soumis les rois des Syriens, des Perses et des Mèdes et soient allés jusqu’en Égypte, Quinte-Curce 7.8.18 (le fils du consul de 43, possessionné en Provence sous Vespasien, mentionné dans le cadastre d’Orange ?).

37 Flèches des clans et rituel de vérité dans la plaquette de Trèves, Poly, TFP (supra note 17).

38 Traduit et commenté par Dumézil, « Sydaemon et ses frères », CSC 98.

39 « Personnellement, je ne me suis guère occupé que de la première (légende d’origine), celle des objets d’or brûlant tombés du ciel », CSC 79. « De la précédente esquisse (Cinq variantes) et de celle-ci (De Kolaxais à Colaxes), il résulte qu’Hérodote est l’unique témoin authentique des deux traditions qu’il a consignées et que tout ce qui a suivi n’a fait que l’utiliser, lui seul, et le déformer », CSC p. 96.

40 Dumézil combat cette analyse proposée par Khazanov (RSA p. 180).

41 Hérodote, Histoires, 4.8-10 et 4.18. Son bois sacré, υλαια, était à l’embouchure du Dniepr.

42 Les Αγαθυρσοι, « Αορσοι qui sont arrivés » (agad). Γελωνοι, un autre nom des Sarmates, *Gywrwn, « Vers la prairie », la steppe entre Don et Volga, dont fraction mêlée aux Bodinoi finnois. Poly, TFP 1.1.1, 7, 10, p. 54.

43 Il rationnalise, comme déjà la version de Clitarque, supra.

44 En français, D. S. Raevski, « Trois vases content la légende du roi Targitaos », in Courrier de l’Unesco, 29, 1976, p. 5, au Nord-Kouban, à Gaïmanov (Zaporojie), et à Koul-Oba (Kertch) ; RSA p. 86 et CSC p. 77.

45 Monnaies parthes imitant les monnaies grecques à l’Apollon archer : le roi présente son arc ; F. Duryat, « Le monnayage parthe », Dossiers d’Archéologie, les Parthes, n°271, mars 2002, p. 36-38.

46 Ouvrage rédigé c. 1300 pour les princes ouïgours de Turfan, J. P. Roux, La religion des Turcs et des Mongols, Paris 1984, p. 90, 36, 146 ; Dumézil RSA, p. 202. À sa mort, le kaghan donne un tiers de l’arc d’or à ses trois fils aîné (rois) et les flèches d’argent à ses trois cadets (shamans) soumis aux aînés ; c’était le point de vue royal.

47 I. Bona, Les Huns, Paris 2002, p. 131.

48 Dumézil, CSC p. 77, selon Raevski, dans Institut d’orientalisme de l’Acad. des Sciences, Moscou 1977, p. 19, citant CIG XIV n° 12931. L’Araxe n’est pas celui du Caucase mais le Syr-Darya, Oxus/Waχš, *awχšwz, « Saint de Vie » alias *ayr-awχšwz, « Oxus inférieur », aujourd’hui disparu, qui allait à la Caspienne.

49 Bibliothèque Historique, 2.43.3-4 (éd. B. Eck, Paris 2003), rédigée en 45/30 av. JC, sans doute d’après Timée de Taormine, un compilateur qui vécut près de 50 ans à Athènes.

50 Paloi-Taïfaloi infra n. 60. Ναπαι réfugiés en Crimée, Ammien, Hist. 22.8.33,  n. 774. Les Scythes Callipides ont été absorbés par les Agathurses, supra n. 34.

51 Valerius Flaccus, imitateur de Virgile et d’Ovide, écrit les huit livres de ses Argonautiques, inachevées, en adaptant la traduction d’Apollonius de Rhodes par Varron de l’Aude ; certaines parties de son texte, dont celle-ci, sont originales (Argonautiques 6.48-64, éd. J. H. Mozley, Cambridge 1928).

52 Tacite, Hist. 5.13.5. Triomphe impérial en juin 71 (Dion Cassius 66.11, éd. E. Cary) ; lettre de Vologèse en 70, ambassade à Zeugma en 72, lettre en faveur des princes de Commagène (Fl. Josèphe, Guerre des Juifs 7.5.2, 7.7.2, éd. A Pelletier, 1975) ; promesse d’archers (Tacite, 4.51.2-3) ; alliance contre les Alains (Dion Cassius 15) ; invasion des Alains du Don en Arménie, ils ont des lassos ; les Sarmates ne sont pas les Iazyges de la Tisza, alors au service de Vespasien, il doit s’agir des Roxolans (Fl. Josèphe 7.7.4).

53 « Il est exclu que Valerius Flaccus ait eu … sur Colaxes et sur les Auchatai d’autres renseignements que … ceux d’Hérodote », RSA p. 183-185 ; moins catégoriques dans CSC, p. 91 : si Valerius Flaccus a évoqué le trio des frères, « il l’a fait en brisant la structure de ce récit … tout cela sent l’argument, le jeu littéraire et désinvolte », p. 91 ; encore moins catégorique infra n. 57.

54 Arg. v. 280-316.

55 Arg. 6.231-238 ; recrutés en 69 pour combattre en Italie (Tacite Hist. 3.5). Dumézil le reconnaît : « Je réserve la possibilité qu’il ait parlé de ces choses avec des officiers bons connaisseurs de l’Asie contemporaine », RSA p. 185 ; » Valerius Flaccus a pu parler avec de bons connaisseurs de la Scythie de son temps », CSC p. 90.

56 Avec la précision Heniochi, un nom iranien entendu comme le grec « cochers », peut-être χân-y why, « la maison de la sagesse », un équivalent des Πανξανοι, *Panzχân, « la maison des cinq » de Strabon ? TFA 3.1.16.

57 La métathèse traspas/daraps est admise par Dumézil, CSC p. 95 ; motifs accolés aux ethnonymes de façon approximative, Dumézil RSA p. 187 ; que le poète cite plus loin les Auchataes et les Iazugis en tant que groupes n’invalide pas l’identification trifonctionnelle.

58 Compris par Valerius Flaccus comme le nom d’une tribu macédonienne citée par Virgile, Géorgiques 3.461, mais ce doit être un homophone m. pers., ici possible.

59 Poly, TFP 3.2.6, p. 66.

60 La dragonne a suivi ses enfants taïfales dans leur nouvel habitat du Danube, sur le Tibisis/Tibisia, placé au Sud par Hérodote 4.49 et correctement au Nord par Jordanès, Getica 178. Cygne, Poly, TFP N. 65-66.

61 Proxima Bisaltae legio ductorque Colaxes sanguis et ipse de(or)um, scythicis quem Juppiter oris progenuit, viridem Myracen Tibisenaque iuxta ostia, semifero, dignum si credere, captus corpore, nec nymphae geminos exhorruit angues. Cuncta phalanx insigne Iovis caelataque gestat tegmina, dispersos (corr. dispestos) trifidis ardoribus ignes. Nec primus radios, miles romane, corusci fulminis et rutilas scutis diffuderis alas. Insuper auratos collo gerit ipse dracones, matris Horae specimen, linguisque adversus utrimque congruit et tereti serpens dat vulnere(m) gemmae, Valerius Flaccus, Argonautiques 6. 5, vers 48-60. Dumézil estime fantaisiste les Bisaltae, supposés macédoniens, et les Cimmériens, depuis longtemps éteints, RSA p. 186 et 188. Il n’a pas vu que Colaxès portait un torque et dans sa traduction, il ajoute à « gemme ronde » l’explicitation « agrafe de baudrier », RSA p. 184, ou « bouclier », CSC ; les têtes affrontées du torque, séparées par un vide, ne peuvent mordre une gemme ; mais l’écu est bien là, exprimé par teres, « le rond », la forme de celui des auxiliaires.

62 Le caractère de « prêtre » d’Auchus relève d’une traduction discutable : Cui candidus olim crinis inest natale decus, dat longior aetas iam speciem, triplici percurrens tempora nodo, demittit sacro geminas vertice vittas (v. 60) : « Auquel, depuis longtemps blanc de cheveux, appartient un ornement natif – un plus grand âge lui donne à présent belle apparence – s’allongeant sur ses tempes en triple entrelacement, il laisse descendre de sa tête sacrée un double ruban ». Si le personnage est sacré, c’est par l’âge et l’apparence vénérable de ses nattes blanches enrubannées, remploi d’un trait savant, les albinos chez les Albains du Caucase, Pline Hist. Nat. 7.2.

63 « Une pique surmontée d’un cerf au pelage et aux cornes d’or », Arg. 6.70-74(cerva pour cerf, forme poétique, Virgile, Enéide, 4.69). Enseigne au cerf, T. Talbot-Rice, Les Scythes, Paris 1958, pl. 57 et 60. Cerf/daim avatar de l’élan (Pazyryk, p. 111, 137, 139, 166, pl. 29 ; sur l’écu, pl. 23 Kouban, 24 Crimée, 25, 28 sur la Tisza).

64 Viennent ensuite les autres peuples d’Ouest en Est (réf. à Poly, TFP, annexe p. 50). En Scythie : Toralètes et Sindes méotes, « race de bâtards » (1.1.11, 3.1.14, 3.2.19, Hérodote, Histoires, 4.1-4) ; Bastarnes germaniques et leur chef Teutgunt (3.1.12, 3.2.13) ; Corallès mésiens ; Drangiens venus de la Caspienne à la rive des Alazones (3.2.44 ?). Au Nord : « couleur variée », Iazyges de Scythie (3.2.20) et restes du pays des Neures. (A l’Est) : Mycelae, *myhqyryh, « fait plus grand », p.-e. les Aorsi inférieurs ? (3.1.18) et leur chef Cesseas, *kešeas,  « Asse enseigné » ; Arimaspes türks (1.1.17) ; Auchates, ici le gros des Aorsi, les supérieurs ? (3.1.19) ; Thysagetae (1.1.13). Sur le Kouban : Exomatae (TFA 2.2.2-4), Toryni (les Turani ?), Satarchae (*Sahtarrag, « trois lignées inférieures », 3.1.17). Sur la rive (orientale) du Méotide : deux petits peuples méotes. Enfin un « renfort » venu du Moyen Danube : Ballonoti *Barrwnawdây, « Aide vers la porte » (les Portes de Fer du Danube ?), Taïfales pour les Iaziges ; des Mésiens (3.2.7 ?) ; des Sarmates (Iazyges de la Tisza ? 3.2.21). Plusieurs de ces noms, mêlés à d’autres se retrouveront chez Sidoine Apollinaire, dans les armées de Majorien, d’Avitus et de Consentius, Carmina 5 v. 475, 7 v. 321, 23 v. 243. Simple érudition de poète ?    

65   Un grand serpent pacifiquement enroulé autour d’un loup-chien, sur une plaque-boucle, Talbot-Rice pl. 1.

66 O. Seeck, (éd.), Notitia dignitatum (1876), Francfort 1983. Gentiles de la garde : dragon et boule/lune d’or sur fond bleu, devenu couleur impériale (Or. 11, Oc. 9) ; Taïfali : dragon et boule rouge sur fond blanc (Oc. 6.16 et 6.59) ; Parthi sen. et iun. : dragon et croissant de lune jaune sur fond blanc, umbo rouge (6.22 et 27 et 6.68 et 73) ; Honoriani [catafractarii ?] sen. et iun. : honorés du nom impérial, dragon et maille d’or sur fond rouge, umbo bleu, couleur du prince (6. 36 et 34, et 59 et 79) ; Cordueni (de Gordyène) : dragon et boule jaune sur fond jaune, umbo bleu (6.35 et 6.83). Les dragons ont une gueule et des oreilles de loup (chien), chez les iuniores la lune est « jeune », en croissant, le dragon absent. Les comites Alani : écu blanc (couleur zoroastrienne), umbo rouge (ancienne couleur de ce groupe) et bleu (du prince) ; le dragon, comme il convient, a disparu (6.6 et 6.50).

67 C. Meuwese, L’Inde du Bouddha vue par des pèlerins chinois, Paris 1968, p. 268 et p. 275.

68 Ibidem p. 51 ; roi-dragon dans un lac, p. 78, 141, 265 ; Gandhara ; Cachemire ; Pamir, p. 78, 140, 265.

69 Boyce, p. 26, 30 et 81. « Celle qui soigne (pour) les dieux des Sakas » ?

70 J. de Menasce, Feux et fondations pieuses dans le droit sassanide, Paris 1964, p. 350. C. Huart et L. Delaporte, L’Iran antique, Paris 1943, p. 350. G. Gnoli, « L’Iran au IIIe siècle », De Zoroastre à Mani, Paris 1985, p. 88.

71 Lebedynski p. 88 et 99 ; en revanche les armes, où qu’elles soient, semblent toujours peintes en rouge, ibidem p. 100, 103 et 115 ; flèches rouges, Bona, p. 120.

72 I. Benveniste, p. 279, en Iran et en Inde ; « les couleurs », varna/pištra, ont fini par désigner les castes.

73 Dumézil, CSC p. 17, « Les seigneurs colorés », note dans des textes indiens la présence de quatre couleurs, blanc des brahmanes, rouge des guerriers et pour les éleveurs le jaune qui serait « une innovation » remplaçant le bleu/noir. Il semble que le bleu soit plutôt une couleur ajoutée, celle des rois et des dieux célestes.

74 La prière des femmes ossètes à l’esprit de Dieu contre les maladies, contre les ennemis, contre les loups qui attaquent le bétail, Dumézil, CSC p. 116.

75 J.-P. Poly, « Le Code et les runes. Le nouveau droit de la romanité tardive », in A. Laquerrière-Lacroix (éd.), Le Code Théodosien, Colloque de Clermont, à paraître.

76 Apollon goitosuros, Dumézil, CSC p. 122. Dans la tablette, « Maître du vivant » est la traduction en grec.

77 Chez les Perses, Hérodote, Histoires 1.138. Briant, op. cit., p. 195 ; accusation politique, p. 138.

78 Dumézil, « Les trois procédures ossètes contre la vendetta », CSC p. 130. Les procédures ne semblent pas liées aux trois fonctions. Les deux premières, pour disculper un accusé de vol ou d’adultère, sont les variantes régionales d’un même rituel. Dans la troisième, faeldisyn, « consacré », un peu de sang de l’oreille du meurtrier versé sur la tombe du mort le consacre à sa victime ; le parent qui tire le sang renonce à se venger.  

79 « Les biens propres des familles nartes », Dumézil, CSC p. 108.

80 Hérodote, Histoires, 4.26. Tombes avec équipement « unisexe » chez les Alains, Bona, p. 101.

81 Les ethnies sont généralement désignées par un singulier collectif. Le pluriel indique ici que les groupes convertis ont été nombreux, quorum gentes variae … aevi progressu ad unum concessere vocabulum et summatim omnes Halani cognominatur (Ammien, Histoire 31.2.16 ; Halani=Ahlawn) ; Ammien distingue ceux du Don et ceux de l’Est, y incluant « les Massagètes que nous appelons maintenant Alains » (23.5.16) ; Massagetae Halani et Sargetae (Halani) (22.8.38 ; Poly, TFP, 3.2.24, 3.2.36, p. 68-69). Il y avait à l’Est un « pays des Alains » (23.6.61). Ammien était renseigné par les comites Alani de Gratien, recrutés par celui-ci sur le Danube (31.11.6 ; Zosime, Histoire 4.35.2, éd. F. Paschoud 1979). Ecu, supra n. 66.

82 Mais l’énoncé est à l’imparfait « ils ignoraient » …

83 Six praepositurae de Not. Dign. Oc. 42.65-70 (confirmé par Or. 6.35-36, catafractarii [curae] ? et Oc. 6.59) dans la lacune, catafractaires de Bourges (Oc 5.34) et Alains de Bingen (Or. 8.29, confirmé par Ausone, Mos.). En Bretagne, Sarmates Bremetenraco, corr. Bremeten(si) tracto, le numerus de Ribchester (CIL 7.218), dans le Bowland, « le Pays de l’Arc », (V. Watts, Cambridge Dict. of Engl. Place-names, 2004, p. 75), p.-e. un ancien *Bwland, « le haut (pays) », cœur du futur Lancashire.

84 Poly, TFP n. 29-30. Têtes des enfants déformées, Meuwese, op. cit., p. 51 ; P. Soto-Heim, « Déformation crânienne artificielle dans l’Iran ancien », Bull. et Mem. de la Soc. d’Anthrop. de Paris, 3, 1986, p. 105 ; I. Bona, p. 118. Sidoine Apoll. Carm. 2 v. 243, souvent allégué, ne concerne pas la déformation.  En Bourgogne, C. Simon, « La déformation crânienne artificielle dans le bassin du Léman … » ; H. Gaillard de Sémainville et alii, « Les découvertes de Beaune … » ; D. Castex et alii, « Population indigène, population allogène à Beaune… », H. Gaillard de Sémainville (éd.), Les Burgondes, apports de l’archéologie, Dijon 1995, p. 205, 143 et 167 ; aussi à Collegno, près de Turin, préfecture sarmate. La déformation paraît culturelle, mais le rapport avec le chamanisme est conjectural.

85 J. Le Goff, « Mélusine maternelle et défricheuse », in Pour un autre Moyen Age, Paris 1977. Le nom pourrait être un ancien *Mrwâzan (l pour r ; cf. aussi la forme Merlusine), « femme qui évoque le serpent ».

86 Outre l’œuvre de Georges Duby (supra n. 14), on rappellera J. Le Goff, « Les trois fonctions indo-européennes, l’historien et l’Europe féodale », Annales 34 1979, p. p. 1187 et M. Rouche, « De l’Orient à l’Occident, les origines de la tripartition fonctionnelle », Orient-Occident au Xe siècle, Paris 1979. L’apport d’Haimon (Duby p. 571) a été étudié par E. Ortigues, « L’élaboration de la théorie des trois ordres chez Haimon d’Auxerre », Francia 14, 1987, p. 17, et D. Iogna-Prat, « Le baptême du schéma des trois ordres fonctionnels : l’apport de l’école d’Auxerre dans la seconde moitié du IXe siècle », Annales 1986, p. 101. Cf. aussi D. Iogna-Prat, C. Jeudy et G. Lobrichon (éd.), L’école carolingienne d’Auxerre de Murethach à Rémi (830-908), Paris 1990.

87 Ammien, Hist. 16.2.3 ; Julien hésitait entre un itinéraire par Arborosam (corr. robores ac …, Rouvres sous Meilly) et un autre par Saulieu et Cora (puis Auxerre), avec un raccourci par le Morvan. La forteresse dut être construite ensuite. Sermizelles (Sarmisola XIIe) pourrait être *Sarmati sala/cella, devenue N.D. d’Orient.

88 En 1895, on y trouva une fibule et deux bagues : une pierre bleue à intaille antique représentant un homme à la lance et au chien près d’un arbre, Méléagre habilement remployé, et une autre en or (moulages au Musée de St Germain) avec l’inscription Maena (possible m.pers. *Mah-‘ynyh, Maheneh, « similitude de la lune ») ; non loin, d’autres tombes en sarcophages, certaines avec de « grands couteaux », l’une avec un fond sculpté sommairement à la tête d’un crénelé et d’un bonnet mithraïque avec deux ailes évoquant le Mithra en terre cuite trouvé dans la forteresse ; A. Parat, « Glanures archéologiques de Saint-Moré et d'Arcy », Bull. de la société des sciences hist. et naturelles de l'Yonne 1897, p. 19. Feux rituels en Scythie, Poly, TFP n. 76. 

89 Evêque 541/549, déposé en 552, L. Duchesne, Fastes épiscopaux de l’ancienne Gaule, Paris 1899, II, p. 466 ; A. H. M. Jones et J. Martindale, Prosopography of the Late Roman Empire, h.n.. A la fin du siècle, les Taïfales du Poitou sont conscients de leur ethnie, Grégoire de Tours, Hist. Franc. 4.18. Poly, TFP n. 31.

90 Y. Sassier, « Les Carolingiens et Auxerre », Structures du pouvoir, royauté et Res Publica, Rouen 2004,  p. 7.

91 Héric, Miracles de saint Germain 2.117, PL  124, col.1263. Confondu avec un ermite, Acta Sanct. Boll., Jul. I, col. 255. Le nom, parfaitement latin, sonne aussi comme le m.pers. mâdar-râd, « généreux pour sa mère ».

92 Expositionis in Apocalypsin beati Iohannis libri septem, PL 117, col. 953 ; écrit entre c. 840 et c. 846.

93 Cassiodore, retiré dans sa fondation de Vivarium, connaissait Primasius.

94 Possibles gloses africaines à Primasius, à Ap. 11, le serment de l’ange, référence aux manichéens : Quo in loco haereticorum perfidia damnatur qui non verentur asserere quaedam a bono Deo, quaedam vero a principe facta tenebrarum ; à Ap. 13, le nombre de la Bête, après les commentaires de Primasius et de Bède : Gothico nomine Genserichos, interpretatio autem  nominis ejusdem est gentiuum seductor (!).

95 PL 117, col. 1161.

96 B. Blumenkranz, Juifs et chrétiens dans le monde occidental (430-1096), Paris 1963, p. 111.

97 PL 117, col. 1147.

98 Fl. Josèphe, Antiquités Juives 1.6.1 ; Coran, sourates 18.83-98 et 21.95-96. Les portes caspiennes construites par Alexandre, Jordanès, Getica 1.50, Procope, Histoire des guerres, 1.10.

99 « Certains supposent que ces gens de Gog et Magog sont les Getae et les Massagetae à cause des premières lettres de leurs noms », Primasius, PL 83, col. 918. Il connaissait les Massagètes, venus combattre en Afrique pour Justinien (Procope, Guerres 5.24.30 et 5.10.29, 6.13.14, 7.14.28, 7.30.6). De même, d’après Ambroise, Isidore de Séville, Etym.  9.2.27 (éd. M. Reydelet, Paris 1984), 9.2.89, 9.2.63 et 9.2.66.

100 Praepositurae, supra n. 83. Haimon (PL 117 col. 1206) reprit le commentaire de Bède sur les douze pierres qui ornent les portes de la Jérusalem céleste. Pour l'émeraude, celui-ci avait confectionné une petite notice avec des fragments d'Isidore : la pierre venait de Scythie, région déserte où les griffons, des animaux féroces à corps de lion et pattes, bec et ailes d’aigle, la disputaient aux Arimaspes, des cavaliers à l'oeil unique.

101 De his gentibus varie quidam loquuntur, aestimantes eas esse gentes aquilonales, id est Getas et Massagetas quae Scaniam insulam habitant ... Dicunt etiam alii has gentes ab Alexandro magno in partibus Macedoniae conclusas ut in tantum sunt multiplicatae ut vinginti quatuor regna de se redidissent, sed neque istae, etiamsi verum esset, omnes mundi partes tenere possent, PL 117, col. 1187. Plus tard, Rémy repoussera aussi les identifications corporaliter de Gog, soit à des gentes Scythicae comme le font « les Juifs (Flavius Josèphe ?) et certains des nôtres qui judaïsent », soit, récemment, aux Hongrois ; PL 131, col. 966.

102 Dès Tychonius ? Augustin critiquait son interprétation des anges habitant les corps des sept Eglises ; la glose est absente dans des Homélies pseudo-augustiniennes ; elle a pu être rétablie dans Primasius.

103 Dominique Iogna-Prat, op. cit., y voit un « jeu d’étymologie ». La confusion était peut-être destinée à un auditoire peu latiniste ; elle permettait à Haimon d’alléguer la trifonctionnalité. On notera qu’il a ici négligé le grec qu’avait proposé Bède, ce qu’il n’avait pas fait pour le commentaire de Philadelphie.

104 D. Iogna-Prat, supra n. 88 ; Ordonner et exclure, Paris 1998, p. 23.

105 Tribus nomine sacra scriptura saepe utitur unde est ‘Illuc enim ascenderunt tribus, tribus Domini’ (Psal. 121), a tribus scilicet ordinibus qui forsitan erant in populo Judaeorum sicut fuerunt apud Romanis, in senatoribus scilicet, militibus et agricolis. Ita et Ecclesia eisdem tribus modis partitur in sacerdotibus, militibus et agricultoribus (PL 117, col. 1020) : Ex omni tribu id est ex omni ordine quia supradictum est tribus a tribus dicuntur ordinibus, avec les 72 langues et plus encore de peuples … cum unam linguam multae gentes loquuntur, sicut Roman(am), Itali, Franci, Burgundiones, Aquitani, Gotthi. Les Goths sont les émigrés d’Espagne.

106 PL 117, col. 1025, 1033, 1047, 1053, 1055, 1058-1059, 1082, 1101. Le dragon rouge est le diable, Haimon glose : « les dragons désignent manifestement les puissances du siècle (saeculi potestates) », PL 117 col. 1060.

107 PL 117, col. 1025.

108 Guibert de Nogent, Autobiographie 2.17, E. R. Labande (éd.), Paris 1981. Clément de Bucy, note Guibert, ne savait pas le latin ; mais celui qui lui avait lu l’évangile de Jean, chère aux dualistes, lui le savait.

109 Annales de Saint-Bertin (=royales, par Hincmar de Reims), F. Grat (éd.), Paris 1964, p. 141 et 179.

110 Miracula sancti Germani, 2.123, PL 124, col. 1270. Écrits entre 869 (Miracles 2.104) et 877, mort de Charles.

111 Cf. les miracles 1.73-77, col. 1240 : « Qu’ils entendent cela, les puissances séculières et qu’ils apprennent qu’il ne faut pas léser les églises, sachant que Dieu est le vengeur de ses serviteurs ».

112 Duby, op. cit. p. 561 se demande si l’idée est venue du Pays de Galles. Elle sera mise en œuvre en Angleterre à la fin du Xe siècle, Duby, p. 564-566, qui note la variété des termes employés.

113 Sur cette charge, S. Kerneis, Les Celtiques. Servitude et grandeur des auxiliaires bretons de l’empire romain, Clermont 1998, p. 211.

114 Ils connaissaient l’ouvrage d’Haimon et vivaient dans des régions où avaient été établis des Alains à Orléans ou en Arcesais et des Parthes en Perthois ; A. Mardirossian, « Fortune et gloire. Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule à la fin de l’empire », in Iran et Occident, hommage à Kasra Vafadari,Droit et Cultures, 52, 2006, p. 47 ; J-P. Poly, « Le vent des deux mondes. Enquête sur les princes iraniens de la Gaule romaine », ibidem  p. 27.

115 Duby, op. cit., p. 570.

116 Duby, op. cit., p. 825.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Poly, « La dragonne et les seigneurs colorés. Division trifonctionnelle et classes sociales de la Scythie à l’Europe », Droit et cultures, 69 | 2015, 21-54.

Référence électronique

Jean-Pierre Poly, « La dragonne et les seigneurs colorés. Division trifonctionnelle et classes sociales de la Scythie à l’Europe », Droit et cultures [En ligne], 69 | 2015-1, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3493

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Poly

Jean-Pierre Poly, professeur émérite de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, est membre du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du droit, de la Société d’Histoire du Droit, de la Société des Antiquaires de France et de la Selden Society. Élève de Georges Duby, il est d’abord spécialiste du droit médiéval et de la féodalité, il est l’auteur de La Provence et la société féodale 879-1166, Paris, 1976. Il a également publié, avec Eric Bournazel, La mutation féodale Xe-XIIe siècle, Paris, 1980  et Les féodalités, Paris, 1998. Il s’intéresse davantage aujourd’hui à l’histoire des mentalités et a publié sur l’histoire de la sexualité Le Chemin des amours barbares : genèse médiévale de la sexualité européenne, Paris, 2003.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org