Navigation – Plan du site
Études

Memoranda et démocratisation dans l’Adamaoua (Cameroun) : mutation des modes de participation politique ou entreprise d’instrumentalisation ?1

Memoranda and Democratization in the Adamawa Region (Cameroon): New Forms of Political Participation or Instrumentalisation Practises?
Assana Assana
p. 213-246

Résumés

Depuis l’amorce de la démocratisation au cours des années 1990, les États africains subsahariens connaissent des recompositions profondes des modes de participation politique et développent une culture manifestante. Au Cameroun, la région de l’Adamaoua n’est pas restée en marge. Elle a en effet vu naître et se développer de nouvelles modalités de participation politique, matérialisées par le recours aux memoranda dans les mœurs politiques. Ces memoranda sont surtout l’œuvre des Mboum, groupe ethnique kirdi marginal fortement assujetti par les Peuls au tournant du XIXe siècle. À l’observation des faits, il se dégage que les memoranda ne traduisent pas les replis identitaires tels que véhiculés par l’imagerie populaire. Bien au contraire, ils constituent l’expression d’une importante mutation dans les modes d’expression politique justiciable d’une analyse socio-anthropologique. Toutefois, l’exacerbation des memoranda dans une société multiethnique comme le Cameroun requiert un encadrement juridique pour ne pas mettre en péril le chantier d’intégration nationale, ce d’autant plus que la sociologie de ses acteurs et de son contenu révèle leur dimension manipulatoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction 

  • 1 Cette étude a bénéficié de mes multiples échanges avec M. Nonetchoupo Gabriel, le Secrétaire Régio (...)
  • 2 La crise de la succession présidentielle a eu pour corollaire sur le plan administratif en 1983, l (...)
  • 3 Joseph Pierre Ndame, « L’Adamaoua : une région camerounaise en pleine mutation », Ngaoundéré-Anthr (...)
  • 4 Rapport Régional Adamaoua, année 2010, www.statisticscameroon.org/downloads/…/OMD_AD_2010.pdf.
  • 5 Ibid.
  • 6 Eldridge Mohammadou cité par Jean Boutrais et Hermenegildo Adala (dir), Peuples et culture de l’Ad (...)

1L’Adamaoua2est l’une des régions des plus vastes du Cameroun. Lieu de transition entre le nord et le sud, entre la forêt et la savane. L’Adamaoua actuelle englobe les plateaux qui s’étendent au centre du Cameroun, de la frontière nigériane à l’ouest, à celle de la Centrafrique à l’est. Cette région occupe une superficie de 61 992 km2, l’Adamaoua couvre 13,3% du territoire national, ce qui le place derrière les régions de l’est (108900 km2), du centre (68900 km2), et du nord (67798 km2)3. Elle compte 1 015 622 habitants soit 5,2% de l’effectif total de la population4. Elle regroupe cinq départements, treize arrondissements et trois districts5. Afin d’éviter toute ambiguïté, nous adoptons volontiers la proposition avancée par Eldridge Mohammadou visant à distinguer, au moyen d’orthographes différentes, l’« Adamawa » : ancien territoire peul du XIXe siècle et l’ « Adamaoua » : province du Cameroun et région géographique de plateaux6.

  • 7 Pascal Bekolo Bekolo « La modernité culturelle de l’Adamaoua », in Hermenegildo Adala, Jean Boutra (...)
  • 8 Eldridge Mohamadou, op. cit.
  • 9 Mouctar Thierno Bah, « Le facteur peul et les relations interethniques dans l’Adamaoua (Cameroun) (...)
  • 10 Sur l’historique de la région de l’Adamaoua, lire utilement Hermenegildo Adala, Jean Boutrais, op. (...)
  • 11 Emmanuel Kamdem, Management et interculturalité en Afrique. Expériences camerounaises, Laval, L’Ha (...)
  • 12 Engelbert Mveng, Histoire du Cameroun, deux tomes, CEPER, Paris, 1984 et 1985.
  • 13 Op. cit, p. 223.
  • 14 Baumann et Westermann cités par Engelbert Mveng, op. cit.

2L’ethnogenèse du plateau de l’Adamaoua (Cameroun) est longue et complexe, car l’Adamaoua, château camerounais, carrefour climatique et géographique, est aussi la matrice historique qui a fabriqué et dispatché les principaux peuples et cultures du Cameroun7. Elle commence à être mieux connue8. Des couches successives de peuples y ont fusionné, avant de s’ébranler dans une nouvelle aventure migratoire9. Notre prétention n’est pas de reproduire l’histoire de notre champ d’étude. Une connaissance plus approfondie de cet aspect requiert que l’on se reporte aux travaux de Jean Boutrais et d’Eldridge Mohammadou10. Néanmoins, sans chercher à rentrer dans les querelles et nuances d’écoles que les analyses de l’histoire de l’Adamaoua (Cameroun) ont déjà suscitées11, l’on peut en tenter une synthèse des origines et des profils des groupes ethniques en nous appuyant sur les travaux d’Engelbert Mveng12. Pour cet auteur, l’Adamaoua (Cameroun) actuel est le creuset d’une mosaïque ethnique dérivée de trois grandes zones de peuplement occupées par trois grandes couches : les Paléo-Soudanais, les Semi-Bantous et les Soudano-Hamites : la couche paléo-soudanienne représentée par les populations du nord, les Fali, les Namshi du centre et les Niam-Niam de l’ouest13. À ce groupe, Baumann et Westermann14 rattachent les Dii (Dourou), le Gbaya, les Babouté, les Tchamba. La deuxième couche importante est celle des Semi-Bantous du sud : les Tikar, les Bamoun, les Bamiléké qui ont émigré vers l’ouest du pays. Enfin, la couche la plus récente est celle des Soudano-Hamites, représentés par les Haoussa et les Foulbé.La répartition géographique des différents groupes ethniques se présentent ainsi qu’il suit : dans le département de la Vina : les groupes ethniques autochtones constitués des Mboum et les Dii ; dans le département du Djerem : les Mambila et Tikar ; dans le département du Faro et Deo : les Koutine et Nyem-Nyem ; dans le département du Mbéré : les Gbaya et les Mboum ; et enfin dans le Mayo Banyo : les Kaka et Tikar. Quant aux Mbororo et Foulbé, ils sont disséminés partout dans la région.

  • 15 « Le Kirdi c’est l’homme qui est resté longtemps sans parole. C’est celui qui ne comptait pas, ou (...)
  • 16 La nouvelle géopolitique née de l’implantation des Foulbé dans l’Adamaoua a enclenché une dynamiqu (...)
  • 17 Luc Sindjoun, «Politics in Central Africa: a reflective introduction to the experience of states a (...)
  • 18 Voir Raphael Nzabakomada-Yakoma, « Karnou », in Charles Jean-Louis, Megali Morsy, et Catherine Coq (...)
  • 19 M.Wilabele, « Conflict prevention, management and resolution, L’expérience du CIPAD.Regard sur le c (...)
  • 20 Il s’agit de : Madougou Yagong Robert (ex-colonel à la retraite de la Gendarmerie nationale et dom (...)
  • 21 Voir Assana, « Le conflit ethnico-religieux à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EEL (...)
  • 22 Wilhelm Friedrich Hegel, Phénoménologie de l'esprit, trad. Jean Hyppolite, Paris, Aubier, 1941, t. (...)

3Avant l’implantation des Peul, la plupart de ces groupes ethniques s’était approprié un espace géographique. Ces groupes que nous désignons sous le générique de kirdi15ont subi d’importants bouleversements culturels, sociopolitiques et économiques du fait de la conquête islamo-peule16 à des degrés divers. C’est la raison pour laquelle on peut remarquer aujourd’hui que certains sont fortement islamisés et assujettis à l’instar des Mboum et des Péré tandis que d’autres le sont moins comme les Tikar, les Mambila, les Dii et les Gbaya. En fait, les Gbaya se sont particulièrement inscrits dans une dynamique historique du refus de toute entreprise de domination sous fond d’adoption de la politique militaire, dominée par le recours aux armes, à la violence, comme « régime de vérité et d’action »17. C’est un trait constant dans le comportement historique des Gbaya. La guerre menée par Karnou d’origine ethnique gbaya, dite guerre du Kongo-wara de 1928-1930, s’est inscrite dans l’histoire de l’Afrique centrale comme l’une des manifestations les plus violentes de la lutte contre la domination coloniale française par son ampleur et ses répercussions internationales18. De même, la complexification des rapports de force entre les Foulbé et les Gbaya a débouché sur une dynamique d’interaction meurtrière (consécutivement en 1991 et 1992)19. Par ailleurs, le conflit à forte coloration religieuse provoqué par certaines élites gbaya retraitées20, qui a fait basculer l’Église évangélique et luthérienne du Cameroun (EELC) en zones de turbulence et de crise ethnique illustre fort bien cette constante du comportement militaire des Gbaya21. Nous voyons se mettre en place la ligne de raisonnement que la dialectique du maître et de l’esclave rendra célèbre dans la phénoménologie de l’esprit. En gros, pour Hegel, l’esclave reste esclave par ce qu’il refuse la lutte qui est le moteur de l’histoire. C’est la lutte qui fait les maîtres, et c’est encore elle qui fait des esclaves. L’esclave reste l’esclave parce qu’il refuse d’aller au combat dont l’issue est soit la mort ou la victoire22.

  • 23 (Endresen, 1954 ; Budal, 1962) cités par Lisbeth Holtedahl, « Education, économie et idéal de vie. (...)
  • 24 C’est l’appellation du chef mboum.
  • 25 F. Faraut cité par Lisbeth Holtedahl, op. cit.
  • 26 On avance généralement s’agissant de Ngaoundéré l’idée d’un accord tacite intervenu entre les Mboum (...)

4En fait, si pour les Gbaya et les Dii, l’école et le christianisme furent une alternative potentielle à leurs conditions de vie de cultivateurs pauvres et une expression à l’opposition de l’hégémonie foulbé23, la majorité de la population mboum a choisi une trajectoire différente. Par les contrats de mariage entre les familles du Lamidoet du bellaka24, ils furent inféodés par la politique d’hégémonie des Foulbé. En outre, des positions clés dans la fada (la cour du lamido) leur avaient été accordées. C’est la raison pour laquelle ils résistèrent à l’influence des missions25. Mais ils se sentaient également opprimés par les conquérants foulbé qui essayaient de limiter leur accès à la connaissance du coran et surtout à les écarter de la compétition pour le pouvoir lamidal26.

  • 27 Stephan Rosière, Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique. 2e édi (...)
  • 28 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.
  • 29 Bertrand Badie, La fin des territoires, Paris, coll. « L’espace du politique », Fayard, 1995.
  • 30 Luc Sindjoun, « La culture démocratique en Afrique subsaharienne : comment rencontrer l’arlésienne (...)

5Cependant, la démocratisation et la libéralisation qui dynamisent le champ politique local depuis les années 1990 semblent affecter profondément le comportement politique des groupes ethniques jadis assujettis. Ces changements politiques sont dans une large mesure la conséquence del’articulation entre l’interne et l’international, du fait de l’effritement des points de repère traditionnels qui s’est encore accru par l’intrusion du mondial ou du global dans le local et vice-versa27. Si Francis Fukuyama avait pronostiqué « la fin de l’histoire »28, Bertrand Badie imaginait quant à lui, la fin des territoires : celle de l’espace euclidien, rationnel, mesuré et cartographié et sa transformation en un espace d’un nouveau type structuré en réseaux et en mondes virtuels aussi prégnant que l’espace réel29. Avec ces changements contextuels, de nouveaux modes d’énonciation de la citoyenneté et de la participation politiques sont à l’ordre du jour. Ils impliquent des dimensions telles que l’érosion de la culture de la docilité, de la sujétion et l’irruption de la foule mécontente subversive dans le champ de l’histoire réelle30, à côté des modes classiques tels le vote, l’adhésion à un parti politique, la participation électorale etc.

  • 31 Albert Mandjack, « ‘Le triangle équilatéral’ du Cameroun. L’hypothèse du pouvoir confisqué de Roge (...)
  • 32 Pour se faire une idée des volumes des memoranda, se reporter au Collectif « Changer le Cameroun » (...)
  • 33 Guy Hermet, « Le temps démocratique », Revue internationale des Sciences sociales, n°128, p. 265-2 (...)
  • 34 Alawadi Zelao, « Contexte de démocratisation et conduites politiques des peuples des montagnes’ au (...)
  • 35 Ibid.

6Ces nouveaux modes d’expression politique se matérialisent aussi ces derniers temps par la récurrence des memoranda31 dans les mœurs politiques. Le Cameroun des années 1990, est-on fondé à le dire, fut celle de la prospérité des memoranda32. Au Cameroun, la région de l’Adamaoua n’est pas restée en marge de ce fait politique majeur. Elle a vu naître et se développer des memoranda, lesquels sont surtout l’œuvre des Mboum. C’est à la fois pour des raisons historiques et socioculturelles. Au plan historique, le « temps démocratique »33 apparaît aux yeux des Mboum comme un moment privilégié de « trancher le contentieux historique qui les liait fatalement aux groupes (islamo-peul) depuis leur incursion dans la région au détour du 17esiècle »34. Et aussi pour des raisons socioculturelles car, les Mboum digéraient mal de vivre presque dans « l’anonymat culturel et social, dans l’insignifiance politique »35. L’univers culturel des Mboum restait alors fortement voilé par le mouvement d’islamisation. C’est dans cette lancée que les Mboum de plus en plus mobilisés et regroupés dans le cadre des memoranda sont en quête de la maîtrise de leur destin politico-culturel. C’est donc dans cette trajectoire des mutations des modes de participation politique que s’inscrit la problématique de cette étude. Pour saisir ce qui se joue dans cette dynamique politique locale, il est utile de se demander comment analyser la récurrence des memoranda en marge des modes classiques de participation politique par rapport à la région de l’Adamaoua (Cameroun). Peut-on en déduire que l’on assiste à l’émergence des mécanismes alternatifs aux modes classiques de participation politique et à l’extension des repères d’action politiques collectives et directes ? La mobilisation sociopolitique des memoranda par des groupes ethniques situés dans une position marginale parvient-elle à influencer l’action publique ou à redéfinir les règles du jeu politique local ? Les memoranda sont-ils des pratiques dénuées de toute entreprise d’instrumentalisation ?

7Tels sont les axes de questionnement en état de servir de bien-fondé à une réflexion dans une région multiethnique. Pour répondre à ces interrogations, nous avons opté pour des entretiens, analyse documentaire et à l’analyse de contenu des memoranda. Ces memoranda sont à notre avis, porteurs de beaucoup de sens et de significations parce qu’ils sont la théorisation des mutations dans la pratique politique au Cameroun. En ayant pour cadre d’analyse la région de l’Adamaoua (Cameroun), cette étude essaie d’analyser les memorandacomme l’expression d’une importante mutation dans les modes de participation politique justiciable d’une analyse socio-anthropologique. Toutefois, leur récurrence problématique requiert un encadrement juridique pour ne pas mettre en péril le chantier d’intégration nationale.

Les memoranda : l’expression d’une importante mutation dans les modes de participation politique justiciable d’une analyse socio-anthropologique

8La récurrence des memoranda incline à poser le postulat selon lequel les mécanismes classiques de participation politique semblent connaître un certain déclin en raison de la banalisation de la culture de protestation comme forme de participation politique.

Le déclin des modes classiques de participation politique

9La crise qui affecte les modes classiques de participation politique s’articule autour de deux constats que sont : la remise en cause des modes classiques de participation politique et la diversification des modes de participation politique.

Éléments d’explication

  • 36 SOFRES, anciennement Sofres (Société française d’enquêtes par sondages) est un institut de sondage (...)
  • 37 Ysmal, 1997 cité par Eric Agrikoliansky, « Les nouveaux modes de la participation politique. Crise (...)
  • 38 Ibid.
  • 39 Jacques Ion, La fin des militants, Paris, 1997.

10La crise qui affecte les modes classiques de participation politique s’articule autour de deux constats. Le premier est celui d’une méfiance, voire d’une défiance croissante des citoyens à l’égard des formations politiques et du système de partis. Selon un sondage de la SOFRES36 en 1993, 18% des personnes interrogées disent avoir confiance dans les partis en général, contre 61% qui déclarent ne leur faire « plutôt pas confiance »37. Au-delà de cette dimension, la crise des partis est surtout argumentée par la crise du militantisme, l’affaiblissement des forces syndicales38. Dans un ouvrage significativement intitulé La fin des militants ?, Jacques Ion décrit la crise généralisée qui affecterait les formes classiques du militantisme. Les partis comme « organisation de masse intégrant verticalement des socialités locales et fournissant un support identitaire durable autour des groupes de référence »39déclineraient au profit des nouveaux modes de participation politique.  

La diversification des modes de participation politique

  • 40 Eric Agrikoliansky, op. cit., p. 65.
  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid.
  • 43 Cédric Polere, « L’action directe : extension des modes de participation politique, ou menace pour (...)
  • 44 Cédric Polere, op. cit.

11Les nouveaux modes de participation politique sont très variés et donnent une image assez éclatée de la vie politique. La participation politique apparaît de plus en plus multiforme.  Elle englobe des acteurs de plus en plus nombreux, selon des modalités de plus en plus diverses. Tout d’abord, les appels « directs » aux hommes politiques se multiplient40. Comme le montre l’augmentation très importante du nombre de manifestations, par exemple. On assiste de plus en plus à de micro-manifestations, regroupant quelques dizaines ou quelques centaines de personnes ayant des objectifs bien précis, relevant souvent du domaine local41. Les manifestations de masse à l’appel d’une organisation spécifiquement politique (syndicat ou parti politique) se font de plus en plus rares. Les grandes manifestations n’ont bien sûr pas disparu, mais la mobilisation des citoyens ne se fait plus en réponse à un mot d’ordre d’un syndicat ou d’un parti42, mais à des actions directes pour des motifs plus ethniques ou régionaux. Dans cette perspective, l’action directe permet « de réaliser directement les besoins des individus et des groupes sociaux, sans passer par la médiation institutionnelle et politique »43. Cette promotion de l’action directe participe d’une logique de contestation du système de la démocratie représentative et de représentation parlementaire jugés non démocratiques44. Car à bien des égards :

  • 45 « Le vote contre l’action directe » a été publié le 21 octobre 2004, par des militants libertaires (...)

L’action directe est un moyen plus efficace que le vote. D’abord, les élections, c’est la loterie : si ton candidat ne passe pas, toute l’énergie de la campagne est perdue. Et puis voter renforce l’emprise du petit nombre de politiciens sur la société, ne serait-ce que par la sale habitude de délégation que ça donne à tout le monde. L’action directe, au contraire, aide à prendre conscience de sa force et de ses capacités d’initiative et de réalisation. Quand on vote, tout le monde doit se mettre d’accord sur une plate-forme. (…). Une quantité phénoménale d’énergie est perdue en récriminations. Avec l’action directe, chacun des différents groupes met en œuvre différentes approches, qui s’enrichissent les unes les autres et forment un tout. (…) On ne peut voter que quand la saison des élections revient (et, avec elle, celle des poires) ; on peut pratiquer l’action directe à toute heure du jour et de la nuit, quelle que soit la saison. On nous dit que voter, c’est le fin du fin de la liberté. Ce n’est pas vrai. La liberté, c’est de participer soi-même aux choix, pas d’élire Pepsi ou Coca. La liberté, c’est l’action directe. Enfin, si tout cela ne vous a pas convaincu (ce qui serait bien dommage), on peut voter et pratiquer l’action directe. L’un ne supprime pas l’autre45.

  • 46 Cédric Polere, op. cit.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.
  • 50 Jacques Ion, op. cit.

12Outre la logique de contestation du système de la démocratie représentative et de la représentation parlementaire, la nouveauté de la participation politique fondée sur l’action directe s’expliquerait par un besoin croissant d’interpellation directe du politique46. Le besoin croissant d’interpellation directe du politique traduit l’aspiration à des modes de participation plus actifs. La manifestation, dans ses formes diverses et renouvelées, reste l’un des modes les plus utilisés d’interpellation des dirigeants47. La propension à manifester est forte en tendance générale, ce qui tendrait à prouver la diffusion des modes de participation directe. L’interpellation de  dirigeants ou de leurs représentants devient en quelque sorte un mode normal d’engagement dans notre système48. Ces « nouveaux mouvements sociaux » ont plusieurs points communs : « ils partagent une posture contestataire, remettent souvent en cause ce qu’ils définissent comme des injustices, valorisent l’action directe »49. Ils développent ce que le politologue Jacques Ion appelle un « idéalisme pragmatique, (souci de résultats tangibles, rapides, qui d’ailleurs les aide à recruter des jeunes militants) »50.

  • 51 Maurice Aguhon, La république au village, Paris, Plon, 1970.
  • 52 Emmanuel Kamdem, op. cit., p. 47.
  • 53   Cf. Listes des associations légalisées dans le département de la Vina.
  • 54 Entretien avec Mme Yvonne Kebtchou, chef de service des associations et des partis politiques à la (...)
  • 55 Association pour le Développement Communautaire de l’Arrondissement de Mbé.
  • 56 Motaze Akam, Le social et le développement en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 90.
  • 57 Rapport mondial sur le développement humain, 2004, 28.
  • 58 André-Marie Tsobe, « Identité culturelle et production du livre »,  Actes du colloque de la deuxiè (...)
  • 59 Robert Déliège, « Les associations comme support identitaires », in Momar-Coumba-Diop et Jean Beno (...)
  • 60 Le Tag Dàga par exemple a eu à faire des revendications par rapport à la revendication d’un départ (...)

13La redécouverte de formes alternatives d’expression politique dans le contexte de démocratisation passe par l’évaluation des modes d’engagements alternatifs, dans des associations des groupes locaux que les historiens ont pourtant décrits comme étant des artisans de la construction de l’espace public démocratique51. Tout le paradoxe réside dans le fait que la popularisation du thème du reste central dans le discours politique depuis des décennies semble plutôt avoir produit l’effet inverse à savoir la (re) découverte des identités ethniques et leur revendication parfois violente52. L’illusion pacificatrice et unificatrice entretenue par des régimes autoritaristes de l’ère du monopartisme s’est révélée par les irrédentismes ethniques et culturels. La participation politique se fait donc de plus en plus ciblée. Comme le montre l’exemple de ces micro-manifestations mais aussi la prospérité des associations locales, ayant des buts précis et des objectifs concrets. Le nombre d’associations créées chaque année dans la région de l’Adamaoua (Cameroun) est important. Dans le département de la Vina, le nombre d’associations dénombré depuis 1991 est croissant et s’élève à 108553. Les associations les plus concernées par cette augmentation sont les associations pour la promotion du développement, la promotion de l’entraide, les associations culturelles et sociales54.Depuis l’amorce du processus de démocratisation, une constante se dégage dans les comportements des composantes ethniques kirdi de l’Adamaoua (Cameroun). L’engouement pour les idées démocratiques va pousser pratiquement tous les groupes ethniques kirdi à créer des associations culturelles. Les groupes tels que les Gbaya ont marqué leur ralliement au MOINAM (mouvement d’investissement et d’assistance mutuelle) ; les Dourou ont mis sur pied le Tag dàgà, l’ADECAM55 qui regroupe les Dii ou Dourou de l’arrondissement de Mbé ; les Mboum vont marquer leur adhésion à la dynamique culturelle mboum (DCM) etc. Le foisonnement des dynamiques associatives est à l’image des pratiques ethnocidaires se traduisant par « l’écrasement des cultures ‘kirdi’ par les musulmans »56. Ainsi, les groupes ethniques kirdi sont de plus en plus à la recherche de la maîtrise de leur destin culturel, car la culture est reconnue comme une réalité fondamentale qui commande tout véritable développement57. Sa quête, sa construction et son renforcement se sont vite avérés par les groupes ethniques soumis comme « l’aspiration à l’émergence de leur originalité et de leur particularité historique»58. Le foisonnement des associations, comme « supports identitaires »59 témoigne du dynamisme, de l’esprit d’initiative et de la modernisation des sociétés ainsi que leur complexification où elles apparaissent. Toutes ces associations bien qu’officiellement et statutairement portées vers le développement ou la sauvegarde de l’identité culturelle ont très souvent des implications politiques60.

La banalisation de la culture de protestation comme forme de participation politique

  • 61 Claire Dupuy et Charlotte Halpern, « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Press (...)

14La banalisation des activités de protestation61 comme forme de participation politique s’explique par la crise de l’autoritarisme et la politisation de la colère publique.

La crise de l’autoritarisme

  • 62 Bayart, 1991, 225-226 cité par Luc Sindjoun, « La culture démocratique en Afrique subsaharienne : (...)
  • 63 Dimitri George Lavroff, Les partis politiques en Afrique noire, Paris, Presses universitaires de F (...)
  • 64 « L’état de guerre permanent contre la ‘subversion’ (entendue largement comme remise en cause de l (...)
  • 65 Op. cit., p. 353.
  • 66 Luc Sindjoun, op. cit.
  • 67 Achille Mbembe, « Traditions de l’autoritarisme et problèmes de gouvernement en Afrique subsaharie (...)
  • 68 Achille Mbembe, 1996, 143-170 cité par Luc Sindjoun, op. cit., p. 525.
  • 69 Memel-Fote, 1991, 280-283 cité par Luc Sindjoun, ibid.
  • 70 Luc Sindjoun, ibid.

15La crise de l’autoritarisme est traduite par l’effondrement du principe de l’un comme principe de légitimation de l’action politique, c’est la crise du monopartisme, du présidentialisme absolu62. Ici la culture démocratique s’affirme comme la culture du multiple, de l’extension du champ des possibles politiques. La rhétorique du parti unique au service de la construction nationale et du développement économique63 ne semble plus suffisamment mobilisatrice. Autrement dit, la mise en cause de l’autoritarisme a pour pendant l’abrogation de l’ordonnance de 1962 portant répression de la subversion64, l’admission du multipartisme, et l’abrogation de la loi N°66/LF/18 du 21 décembre 1990 relative à la liberté de communication sociale65. Ainsi, la culture démocratique va se traduire par la relative universalisation de l’accès dans le champ politique (multiplication exponentielle du nombre des partis politiques). Le pluriel comme catégorie de vision et d’action politiques constitue une nouveauté66. Il en découle une diabolisation du principe de l’un à travers l’accusation du parti unique et de ses dirigeants de divers maux dont souffrent les États africains : le procès de l’autoritarisme s’ouvre avec la mise en examen du parti unique pour violation des droits fondamentaux, blocage du développement, corruption, prédation et autres institutionnalisations du tribalisme67. La crise du principe de l’un affecte dans la plupart des cas le président de la République en tant qu’institution et personne. Ici la culture démocratique apparaît comme une culture de laïcisation du président de la République à travers la vulgarisation de la critique de l’interpellation. Au Cameroun, la caricature du président Paul Biya par le Messager Popoli va se révéler être une importante modalité de dédramatisation et de banalisation burlesque du président de la République68. Le processus de démocratisation est à l’égard des dirigeants des pays africains naguère appelés « pères de la nation » un « parricide civil et populaire » suivant l’expression de Memel-Fote69 parce qu’ils sont mis à portée de l’interpellation, de la dérision ouverte et de la concurrence déclarée70.

La politisation de la colère publique

  • 71 Luc Sindjoun, ibid, p. 524.
  • 72 Celestin Monga, Anthropology of anger, Boulder, Lynne Rienner, 1996.
  • 73 Adolphe Minkoa She, Droits de l’Homme et droit pénal au Cameroun, Paris, Economica, 1999.
  • 74 Lemarchand, 1991 : cité par Luc Sindjoun, op.cit., p. 24.
  • 75 Achille Mbembe, «Provisional notes on the postcolony», Africa, 62 (1), 1992, p. 3-37.
  • 76 Ibid.
  • 77 J. Lafargue, Contestations démocratiques, Paris, Karthala/Ifra, 1996, 109-67.
  • 78 Op. cit., 169.

16La culture démocratique comme culture manifestante et protestataire permet d’envisager la politisation de la colère publique, comme « catégorie d’action et d’expression politique en Afrique »71. À ce niveau, on ne regrettera jamais assez à la suite de Luc Sindjoun la pauvreté et l’absence de profondeur de l’analyse de Célestin Monga72. La colère privée ou publique est constante en Afrique. La colère publique ayant généralement été apolitique ou alors n’ayant pas eu pour cible, ouverte et déclarée, le régime politique, ses valeurs fondatrices et les groupes dominants. Dans les années 1990, il s’agit d’une colère publique politiquement orientée et subversive. En tant que telle, elle marque une importante mutation culturelle justiciable d’une analyse anthropologique. La colère publique subversive implique une réorientation des fondements normatifs de l’action politique, une transformation de l’économie psychique des citoyens et une crise de la socialisation politique autoritaire. La colère publique subversive constitue une rupture dans l’économie politique de la peur et la soumission. Lorsqu’on a à l’esprit la criminalisation de la contestation politique73 et l’étatisation des sociétés politiques africaines comme répression organisée, comme violence systématique74, on comprend mieux la colère publique et subversive comme bifurcation culturelle. La culture démocratique en cours de formation s’enroule alors comme une culture de protestation et de manifestation de colère publique comme forme de participation politique au Cameroun75. En effet, contrairement au schéma habituel dans l’Adamaoua (Cameroun) dans le contexte monolithique historiquement marquée par la culture de docilité76, de la sujétion de certains groupes ethniques kirdi vis-à-vis des Foulbé ; les années 1990 semblent constituer un tournant paradigmatique. C’est l’amorce d’une culture de la protestation, de la citoyenneté active77. Elle consiste alors à la « structuration d’un espace protestataire »78. Dans le cas d’espèce, la culture démocratique dans sa forme matérielle est marquée par la redécouverte des nouveaux répertoires d’action politique constitués : des memoranda, des requêtes, des tracts comme support de la mobilisation contre les groupes ethniques dominants, etc. Il est intéressant de noter que celle-là en tant que mode de formation et d’énonciation de la citoyenneté politique entraîne une restructuration de l’espace public, de nouvelles représentations du pouvoir.

La récurrence problématique des memoranda et la nécessité d’un encadrement juridique

  • 79 Fendjongue Houli, « La construction et la politisation de l’ethnicité ‘kirdi’au Nord du Cameroun » (...)

17Dans l’optique de l’ouverture démocratique, « les acteurs politiques, individuels ou en groupes, tentent d’élaborer des stratégies d’investissement des réseaux de pouvoir, gage de leur visibilité au sein du système politique »79. Le phénomène de mémorandum rentre bel et bien dans cette mouvance. Avant de parler de l’encadrement juridique des memoranda une sociologie des acteurs et de leurs contenus s’impose au préalable.

La sociologie des acteurs et du contenu des memoranda

18L’examen des acteurs précède l’analyse du contenu des memoranda.

La sociologie des acteurs des memoranda

19Avant de présenter les acteurs des memoranda, il importe de saisir leurs caractéristiques, ainsi que leur typologie.

Caractéristiques et typologie des memoranda

  • 80 Albert Mandjack, « ‘Le triangle équilatéral du Cameroun’. L’hypothèse du pouvoir confisqué de Roge (...)
  • 81 Collectif « Changer le Cameroun ». Le Cameroun éclaté ? Anthropologie commentée des revendications (...)
  • 82 L’œil du Sahel n°339 du 27 juillet 2009, p. 3.
  • 83 Ibid, 281.
  • 84 Ibid.
  • 85 Luc Sindjoun, « La Politique d’affection en Afrique Noire société de parenté, ‘Société D’État’ et (...)

20Les memoranda désignent « le fait pour les ressortissants d’une région, d’un département, d’une ethnie qui se réunissent et adressent aux chefs de l’État les réclamations pour leur contrée, en termes d’investissements, d’université, de postes, d’infrastructures… etc »80. Ce sont également les appels et les interpellations des hauts responsables sur des questions de gouvernance locale. Les memoranda se rédigent très souvent en français. Ils se composent d’un simple texte, très rarement accompagné d’une illustration ou d’une photographie. On peut également en distinguer : les memoranda anonymes, ceux émanant d’une région, d’une ethnie ou d’un corps de métier clairement identifié, et enfin, ceux qui sont bien revêtus d’une signature mais difficilement authentifiables (un clan dissident interne à un groupe ethnique). Dans notre zone d’étude, les memoranda revêtent plusieurs formes. On observe des memoranda qui épousent les contours de grandes coalitions ethno-régionales, regroupant les élites représentant tous les segments ethniques de l’Adamaoua (Cameroun). Le memorandum des élites de l’Adamaoua (Cameroun) adressé au « chef de l’État » rendu public le 4 octobre 1991 portant sur le développement handicapé et des espoirs frustrés81en est un exemple. La concentration des postes ministériels dans la seule région du nord et plus précisément dans le département de la Bénoué sans aucun rapport avec le potentiel politique semble expliquer et justifier ce memorandum à caractère ethno-régional82. L’un des points forts de ce memorandum est la comptabilisation des postes occupés par les siens : « Sous-préfets 9 sur 520 ; préfets 2 sur 49 ; délégués provinciaux 1 sur 300 ; secrétaires généraux des ministères 1 sur 30 ; directeurs généraux des sociétés parapubliques, 0, directeurs des services centraux : 5 sur 300 »83. D’où la conclusion suivante : « … une frustration se fait sentir au sein de la population dont les fils se sentent des laissés-pour-compte… »’84. Cette tendance à la comptabilisation des postes occupés par les siens est commune à presque toutes les entreprises de disqualification de l’État. Elle permet de mieux « fonder et légitimer l’argument de l’État des autres »85.

  • 86 Rarement, on aura vu les enseignants aussi unanimes sur ce sujet. Les signataires de la correspond (...)
  • 87 Jean Njoya, « États, peuples et minorités en Afrique Sub-sahariennes », Revue Camerounaise de Droi (...)

21À côté des memoranda à caractère régional, on observe également des memoranda à caractère ethno-professionnel clairement identifiable. Le memorandum regroupant les professeurs de lycées de l’enseignement général (PLEG) kirdi originaires de cette région adressée au Premier ministre et dénonçant leur marginalisation au profit des Islamo-peul86 est un exemple illustratif. Dans la partie septentrionale du Cameroun, le concept de kirditude qui a servi de « viatique politique à la projection d’un complexe culturel historiquement marginalisé, se prête actuellement à une fragmentation due aux querelles de leadership qui trahissent sa très grande hétérogénéité »87. Dans la région de l’Adamaoua (Cameroun), les Mboum ont pris fait et cause pour les memoranda en raison de l’intensité de la crise civilisationnelle ayant résultée de leur rencontre avec les Foulbé au tournant du XIXe siècle. En destinant les memoranda, requêtes et lettres ouvertes aux personnalités de la République, l’objectif officiel des entrepreneurs politico-identitaires est de construire et d’accroître leur visibilité identitaire et politique, comme fondement de leur survie sociale et politique face à l’hégémonie politico-économico-culturelle foulbé jugée historiquement agressive et submergeante. Parfois, ce sont des députés d’une région qui expriment leurs demandes pour une région. Toutefois, beaucoup de ces memoranda relèvent d’une entreprise manipulatoire ainsi que le révèle la sociologie de ses acteurs et de leurs contenus.

Les acteurs des memoranda : une constellation d’entrepreneurs politico-administratifs et identitaires

  • 88 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, l’action sociale, t. 1, éd.HMH, 1968, 186 p.
  • 89 Alain Touraine, Pour la sociologie, Paris, Seuil, 1974, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984
  • 90 Guy Rocher, op. cit, p. 162.
  • 91 Motaze Akam, Le défi paysan en Afrique. Le laamido et le paysan dans le Nord-Cameroun, Paris, L’Ha (...)
  • 92 Alain Touraine, op. cit.
  • 93 Fendjongue Houli, op. cit.
  • 94 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Félix Alcan, 3e éd., 1904, p. 8-9.
  • 95 Ibid.
  • 96 Cf. le memorandum des élites de l’Adamaoua du 30 juillet 2012 à Yaoundé.
  • 97 Collectif « Changer le Cameroun », op. cit., Éditions C3, p. 232.

22Les auteurs comme Guy Rocher88 et Alain Touraine89 ont mené des études sociologiques sur le concept d’acteur social. La caractéristique fondamentale des acteurs reste leur lien avec leur « milieu d’appartenance »90. C’est « un ou des individus engagés dans une action, et donc observables à travers un champ déterminé » comme l’a relevé Motaze Akam91. Les acteurs sociaux, donc politiques, peuvent paraître soit en termes d’individus insérés dans les réseaux relationnels, soit en termes de classe qu’Alain Touraine définit comme des acteurs conflictuels de l’historicité d’une société quelconque92. Ceci étant, nous définissons des acteurs sociaux des memoranda comme des acteurs qui sont à l’origine des memoranda, et qui prétendent agir en vue de la défense des intérêts de leur « groupe d’appartenance ». C’est un combat dont l’enjeu inavoué semble lié « à la visibilité des uns et des autres sans répercussions sur les véritables destinataires de la lutte »93. La visibilité politique maximale est recherchée par les entrepreneurs politico-identitaires. En d’autres termes, les élites porteuses des memoranda s’érigent en mandataires de fait pour des fins de positionnement politique. Les memoranda restent problématiques en ce sens que leur ancrage dans la « conscience collective »94 reste symbolique et superficiel. Ils s’apparentent davantage à une construction élitiste (intellectuelle et politique) en vue de la capitalisation des frustrations historiques. Il y a lieu de croire qu’il reste pour l’essentiel une affaire d’élites intellectuelles, politiques, administratives et traditionnelles et surtout urbaines ; les cadets sociaux, la grande masse paysanne et l’immense petit peuple misérable sont très désintéressés et déconnectés de ces débats, car les enjeux réels leur échappent totalement au regard de l’analphabétisme ambiant95. Les memoranda dans leur objet et revendication qui tiennent sur une douzaine de pages ne sont parfois que la matérialisation d’une incongruité juridique. Les auteurs et les acteurs ne sont pas identifiables96. Les courageux signataires tout en faisant l’apologie d’une ethnie dont ils ne sont aucunement mandataires du point de vue juridique se recrutent quelquefois chez les élites politico-administratives aigries. Elles brandissent le spectre de la « désintégration nationale à cause des procès d’intention dont ils seraient victimes »97. Les nouveaux mouvements contestataires ont pour nouveauté de mêler des personnes en situation de vulnérabilité (chômeurs, aigris et mécontents du système, etc).

Le memorandum comme une entreprise politique d’instrumentalisation et de manipulation

  • 98 Jean-Marie Zambo Belinga, 2002, « Démocratisation, exacerbation, régime identitaire et rivalités e (...)
  • 99 Zelao Alawadi, op. cit., 2006, p. 343.
  • 100 Motaze Akam, Le social et le développement en Afrique, Paris L’Harmattan, 2009, p. 111.
  • 101 Ibid.
  • 102 Luc Sindjoun, « La politique d’affection en Afrique Noire société de parenté, ‘Société D’État’ et (...)
  • 103 Ibid.

23La grande nouveauté de la démocratisation en Afrique est l’apparition des hérauts amplificateurs de la parole identitaire.L’acteur politique se conduit désormais en porte-parole de village, de l’ethnie, de la tribu et de la région98. Son action n’est pas nécessairement sous-tendue par l’intérêt général, mais plutôt par ses aspirations politiques personnelles. Cette réalité propre aux acteurs politiques en quête de légitimité, de notabilité et de trophées auprès des « communautés » malmène en filigrane et conséquemment la conscience nationale et préjudicie parallèlement la coexistence sereine entre les groupes sociaux99. L’Association des ressortissants de l’Adamaoua (Cameroun) (ARA) est déjà un modèle associatif ne se positionnant dans le Grand-Nord que pour défendre les intérêts « nombrilistes », sectaires, alimentaires et ethniques de ses ressortissants foulbé100. Actuellement l’ARA est en passe de devenir un groupe de pression, voire un véritable lobby peul, qui dans l’administration camerounaise, dicte au pouvoir comment classer, situer et positionner l’élite musulmane de la région de l’Adamaoua (Cameroun)101. Le repli sur l’ethnicité qu’on peut qualifier de tactique et stratégique, parce que traduisant une ambition manifeste ou voilée d’infiltration des réseaux de pouvoir en vue du contrôle des ressources symboliques, bureaucratiques, fiscales, coercitives etc.) participe d’une stratégie de positionnement des entrepreneurs politico-administratifs et identitaires. Ce mode de conduite de l’acteur politique s’actualise également dans la récurrence des memoranda mboum. Ces porteurs des aspirations communautaires se sont érigés en « mandataires ethno-régionaux »102qui tentent d’imposer avec le maximum de visibilité leur présence sur la scène politique nationale et locale. Ils mettent à contribution les memoranda pour parvenir à leur fin politique. Les élites ethniques capitalisent à l’excès l’orgueil de leur groupe d’appartenance pour mobiliser les masses leur donnant l’impression d’être en compétition avec d’autres groupes ethniques du pays ou de la région. Quand on y ajoute la compétition larvée que se livrent les groupes ethniques par leurs élites interposées, l’on est peut-être fondé à soutenir que certains groupes sont exclus du pouvoir politique et que d’autres le monopolisent103.

L’analyse du contenu des memoranda

  • 104   Collectif « Changer le Cameroun », op. cit.

24L’analyse du contenu des memoranda montre l’usage des arguments qui n’apparaissent pas ouvertement dans le discours politique, car ils ont souvent évolué suivant la « rhétorique de la déprivation et du mécontentement »104. Les exigences vont globalement de la revendication du statut d’autochtone, de minorité et la dénonciation marginalisation politico-administrative.

Le memorandum comme un cadre de revendication de l’autochtonie et de minorité   

  • 105 Ibrahim Mouiche, « Autochtonie, Libéralisation Politique, et Construction d’une Sphère Publique Lo (...)
  • 106 La distinction autochtone/allochtone est foncièrement discriminatoire. Elle traduit le conflit qui (...)
  • 107 L’art. 57-3 de la Constitution dispose en effet que le Conseil régional est présidé par une person (...)
  • 108 Voir Democracy and Democratization, Boulder, Colorado, Westview Press, 1993, p. 41, cité par L. M. (...)
  • 109   Nous renverrons pour une étude plus générale J. Mouangue Kobila, La protection des minorités et d (...)

25L’émergence problématique des memoranda n’a pas surgi ex nihilo. Ils s’enracinent dans le substrat des sociétés. Loin d’être un phénomène isolé et conjoncturel, ils s’inscrivent dans la durée avec toute la force des faits de structure105. La compréhension de ces événements s’éclaire à la lumière du passé. La mise en perspective de l’actualité donne accès au sens, dans une dialectique générale, celle de la confrontation autochtone/allochtone106. Elle pose les questions fondamentales du droit au sol, non pas d’un individu particulier, mais d’un groupe ethnique. Plusieurs décennies de cohabitation, la trop forte proximité géographique et de nombreuses alliances matrimoniales entre les Mboum et les Foulbé n’ont pas effacé le clivage entre les premiers occupants dont les chefs coutumiers revendiquent les droits sur le sol, et les « allochtones » issus de la migration. Le moment politique où survient l’affirmation de l’autochtonie reste sans conteste celui de la constitutionnalisation des catégories « autochtones », des composantes sociologiques et le rapport personnalité autochtone-Conseil régional consacré en 1996107. Georg Sorensen ne faisait-il pas observer que « la démocratisation commence quand le problème d’identité a été résolu ». Pour qu’elle démarre, on doit d’abord répondre à la question de savoir qui sont ceux qui se démocratisent »108. La problématique d’autochtonie reste d’actualité, notamment depuis la promulgation en 2007 de la Déclaration des Nations unies sur les peuples autochtones qui a marqué du sceau de l’irréversible la protection constitutionnelle des minorités et autochtones au Cameroun109.

  • 110 Jean Njoya, op. cit:, p. 14.
  • 111 Ibid.
  • 112 Ibrahim Mouiche, Démocratisation et intégration sociopolitique des minorités ethniques au Cameroun (...)
  • 113 Jean Njoya, op. cit., p. 14.
  • 114 Charles Tilly,« Les origines du répertoire d’action collective en France et en Grande Bretagne », (...)
  • 115 Jean Njoya, op. cit., 11.

26Les Mboum usent du moment démocratique pour revendiquer un double statut d’autochtone et de minorité. La notion de minorité fait son entrée dans l’agenda de la démocratisation et est liée à celle d’autochtone. Quant à l’autochtonie, son activation ne doit pas tromper. Minorité et autochtonie deviennent des notions politiquement avantageuses. Ce sont des trophées politiques que se revendiquent les groupes ethniques110. Mais, si l’on peut concéder aisément le statut d’autochtone à tous les groupes ethniques sédentarisés, on ne peut par une belle facilité, leur reconnaître la condition minoritaire111. D’ailleurs, une récente étude consacrée à la question des minorités dans les grassfields de l’Ouest-Cameroun montre comment à l’épreuve de la démocratisation, la réclamation du statut de minoritaire est devenue un enjeu légitime de lutte politique dans les agencements territoriaux de l’État112. L’auto-identification qui est « le référentiel basique de cette appartenance va dans ce contexte, produire un effet de halo, une sorte de gravitation illégitime autour de ces notions (minorité, autochtone) pour en dissimuler l’intérêt sous-jacent113 ». Le mode opératoire est simple. Chaque groupe ethnique se fabrique une condition minoritaire. Les Mboum qui se répartissent dans la région du Nord (les départements du Mayo Rey et du Faro) et dans la région de l’Adamaoua (Cameroun) s’auto-identifient minoritaires. Et certains entrepreneurs politico-identitaires tendent à construire et conforter la légitimité d’une telle revendication. Les Mboum revendiquent leur statut minoritaire en mobilisant des ressources qui s’inscrivent dans « un répertoire d’action »114. Les minorités « résultent finalement dans les sociétésafricaines d’une construction sociale reposant sur les autoreprésentations identitaires fortement segmentaires »115.

  • 116 Jean Njoya, op. cit., 21.
  • 117 Ibid.
  • 118 Ibid.
  • 119 Ibid.
  • 120 Ibid.
  • 121 L’informateur s’est délibérément abstenu de préciser les noms des personnalités proposées.
  • 122 Entretien de M. Serge Thierry Hindal Nyangala.

27Par ailleurs, comme le relève fort opportunément Jean Njoya, dans le contexte camerounais « la territorialisation des autochtones est rendue effective par le truchement de la perversion de la démocratie locale »116. En effet, l’on observe « un maillage serré des collectivités décentralisées par le pouvoir central à travers une création effrénée des communes à régime spécial sous la dénomination de communautés urbaines »117. Cette catégorie juridique inclassable dans la nomenclature classique apparaît comme une réponse du pouvoir central aux sollicitations des populations autochtones qui s’estiment victimes d’une supplantation progressive par les allogènes, dans la mesure où le découpage de ces communes obéit à une logique d’autochtonisation de l’institution : elle (communauté urbaine) est dirigée par une personnalité nommée par le Président de la République, toujours dans la pratique originaire de la dite communauté urbaine118. De même : « la nomination plutôt que l’élection apparaît comme une discrimination compensatrice qui pose l’État comme justicier contre une conception rousseauiste de la démocratie qui minerait les possibilités d’expression des autochtones souvent devenus minoritaires dans leur terroir »119. Les populations autochtones des grandes métropoles accueillent toujours favorablement cette perversion accommodante de la démocratie locale120. Dans le contexte de la région de l’Adamaoua (Cameroun), c’est plutôt un Foulbé, considéré comme allogène qui a été nommé à la fonction de délégué de gouvernement. Cette nomination  semble être à l’origine de la crispation de la communauté mboum. Selon un informateur, la nomination d’un Foulbé au poste de délégué de gouvernement de la communauté urbaine de Ngaoundéré semble avoir pris de court la communauté mboum dans la mesure où les 5 noms (2 chrétiens et 3 musulmans)121proposés par les Mboum sur la base des configurations claniques de la communauté mboum pour une éventuelle nomination au poste de délégué de gouvernement n’ont pas été respectés par le pouvoir central122. Cette déception des attentes de la communauté mboum se matérialise à travers la rédaction d’un memorandum baptisé « cri de cœur et de désespoir d’une communauté en déperdition », dans lequel la communauté mboum du quartier Joli-soir s’attaque à la personnalité du délégué du gouvernement, en contestant la méthode utilisée pour traduire en acte l’opération d’assainissement du marché des « Mboumbabal » en ces termes :

  • 123 Cf. Memorandum mboum, p. 4.

28C’est une opération confiée à des gens qui s’en servent pour réaliser leur vieux rêve, à savoir, épurer un groupe de personnes pestiférées. C’est-à-dire, effacer du centre de la ville, des potentiels adversaires dans la nouvelle donne sociopolitique dont la carte se déroule inexorablement. Cette casse telle qu’elle se déroule n’a rien d’utilité publique. Il s’agit là d’une spoliation et d’une arnaque. C’est tout simplement un acte de perfidie123.

La marginalisation politique comme un élément stratégique de positionnement politique

  • 124 L’ethnie mboum se subdivise en plusieurs clans. Les plus connus sont : les Mann (dont une partie d (...)
  • 125 Cf. Memorandum-Ngaoundéré du 9 avril 2011, p. 1.
  • 126 Op. cit., 2-4.

29Comme nous le faisions déjà remarquer, la greffe islamo-peule a réussi où, au premier contact, les groupes ethniques ont été subjugués et intimidés par l’expertise militaire des Peul. L’actualité d’une telle réalité historique s’observe chez les Mboum124. Selon le memorandum, contrairement aux autres groupes ethniques tels que les Gbaya, les Tikar, les Dii, Mambila, les Kondja, les Pérè etc., qui disposent de leur canton et de leurs chefs de 1er ou de 2e degré, depuis les indépendances, les chefferies mboum semblent avoir été délibérément maintenues par les pouvoirs publics dans le statut de 3e degré, y compris les chefferies supérieures ; telles que celles de Nganha (Ngaoundéré), de Ngaoutéré (Faro et Déo) ; de Mbella assom (Tibati) ; de Mboula (Meiganga) ; de Touboro, de Tcholliré dans le Mayo Rey et de Mana dans le Faro125. Les Mboum estiment que cet état de chose ne permet pas aux chefs mboum, véritables gardiens de leurs traditions de jouer leur rôle de courroie de transmission entre leurs populations et la hiérarchie de l’État. Les Mboum se sentent de ce fait sous tutelle des chefs d’autres tribus avec lesquels il est établi qu’ils ont plus de divergences dans les traits culturels que de points communs. Par conséquent, la voix des Mboum ne parvient ou parvient déformée dans les instances décisionnelles. Par ailleurs, les chefs de 1er et de 2e degré sont membres du collège électoral pour l’élection des sénateurs ou des conseils régionaux126.

  • 127 Op. cit., 1-2.
  • 128 F. Maïrama, « Toponymie et histoire de Ngaoundéré de 1830 à 2008 », Thèse en vue de l’obtention du (...)
  • 129 Op. cit., p. 2.
  • 130 Memorandum adressé à S. E. Paul Biya, Président de la République, p. 2.

30Cette situation semble conforter les intermédiaires dans leurs positions de « tribus gouvernants »127. Les Mboum se sentent de ce fait sous tutelle des chefs des autres groupes ethniques. L’enjeu politique du maintien des chefferies mboum dans le statut de 3e degré doit s’analyser dans un contexte de régionalisation comme une privation d’une part des Mboum dont l’autochtonie peut être reconstituée à partir de la toponymie de la ville de Ngaoundéré128, de toute possibilité d’obtention d’une audience auprès du chef de l’État. Car dans la pratique, seuls les chefs du 1er et 2e degré ont droit aux audiences accordées par le chef de l’État lors de sa descente et ses visites dans les régions et d’autre part, de toute possibilité d’accès au collège électoral des sénateurs129. Par ailleurs, les Mboum réclament l’érection de Touboro en départements avec quatre arrondissements (Touboro, Mbaï Mboum, Madinring et Mbang Mbéré) et son rattachement à la région de l’Adamaoua (Cameroun) du fait de sa proximité avec le chef-lieu de la dite région qu’est Ngaoundéré : 235 km de route bitumée, alors que Touboro est à 510 km de Garoua130. Au-delà de l’argument de la proximité géographique avec le chef-lieu de la région de l’Adamaoua (Cameroun) évoquée comme étant la véritable source de motivation, on pourrait établir des parallèles entre la réclamation de l’unité administrative et la dénonciation des diverses exactions qui se sont multipliées que subit la communauté mboum dans le département de Rey depuis plusieurs années déjà. Elles se sont aggravées depuis les événements du 28 mars 2011. L’œil du sahel en a fait l’écho en ces termes :

  • 131 Voir L’œil du sahel n°423 du 28 mars 2011, p. 3. ; voir également Déclaration commune de Touboro d (...)

Le feuilleton de la répression engagée par sa majesté le lamido de Rey-Bouba, Aboubakary Abdoulaye, contre les Mboum ne semble que commencer. Après avoir confisqué il y a quelques semaines les lettres d’invitation des chefs de village au prochain congrès de la dynamique culturelle mboum (DCM), on apprend que le tout puissant chef est passé à une autre vitesse. Le lamido après avoir confisqué les lettres d’invitation, a décidé de garder dans sa cour la vingtaine de Djaouro mboums de son royaume. Ils sont ainsi 27 villages et cantons à être séquestrés derrière les murs du palais royal, avec interdiction de sortir, et encore moins d’adresser la parole à qui que ce soit depuis le 19 mars 2011. Ce confinement apprend-t-on de bonne source a duré jusqu’au 25 mars 2011. Les Djaouros n’ont été libérés qu’après avoir renoncé à toute idée de mobiliser leurs frères mboum pour le congrès qui doit se tenir en principe du 7 au 9 août 2011 (…) « la loi de 1990 sur la liberté d’association ne s’applique qu’à Yaoundé, pas ici », a d’ailleurs laissé entendre le lamido aux Djaouro confinés dans son palais. Une déclaration qui fait évidemment référence à l’Association des natifs mboum, qui entendent relancer leur dynamique culturelle, après de dix ans de léthargie. Selon de sources concordantes, sa majesté Aboubakary Abdoulaye soupçonnerait le lamido Hayatou de Ngaoundéré d’encourager le regroupement des Mboum, pour mieux exercer un contrôle sur une bonne partie du département du Mayo-Rey (…)131.

  • 132 Bertrand Maurice, La Fin de l’ordre militaire, Paris, Presse de Science Po, 1996, p. 19.
  • 133 L’adversaire dans la perspective de Norbert Elias désigne l’autre dans le cadre d’une relation de (...)
  • 134 Le concept d’ennemi inclut l’éventualité d’une lutte, la possibilité de provoquer la mort physique (...)

31L’objectivation de ce qui précède permet d’observer que l’ampleur et la systématisation des violations massives des droits de l’homme exercées par le lamido de l’arrondissement de Rey-bouba sur les populations mboum de l’arrondissement de Touboro dans un contexte marqué par la prédiction de « la fin de l’ordre militaire, par une montée en puissance de la pensée démocratique et des exigences en matière de droits de l’homme »132 légitime l’hypothèse de la réversibilité de la démocratisation. En d’autres termes,l’acceptation et le respect de l’adversaire133 ne sont pas toujours évidents, car le passage du régime de l’ennemi134 à celui de l’adversaire ne s’effectue pas par big bang. Il s’opère par tâtonnements, par négociation, étant entendu que les acteurs, dans une période démocratique ou en voie de démocratisationpeuvent continuer à être marqués par « l’habitus d’ennemi », car la socialisation dans le cadre du régime de l’ennemi produit un monde de représentations, de croyances, de pratiques qui ne sauraient disparaître du jour au lendemain.  

32Outre la dénonciation des pratiques esclavagistes et autres pratiques inhumaines, l’autre objet des memoranda porte sur la dénonciation de la marginalisation politique des fils et filles mboum dans les centres de décision et des postes de responsabilité aussi bien dans les instances du RDPC que dans la hiérarchie de l’État. Cette situation procède du premier grief dans la mesure où, d’après le memorandum :

  • 135 Op. cit., p. 3.

Les chefs mboum ne sont pas ceux qui sont consultés lorsqu’il faut promouvoir les ressortissants de notre région, à plus forte raison lorsqu’un digne fils mboum est en concurrence avec les autres. L’élite mboum ou ce qui en tient lieu, est embryonnaire et se doit d’être épaulée et soutenue par les pouvoirs publics car c’est elle qui, aux côtés des chefs traditionnels, encadre et oriente la jeune génération qui monte et qui, elle, n’a pas la patience des aînés et ne comprend pas les raisons d’une exclusion aussi flagrante d’une communauté qui a toujours servi la cause du parti au pouvoir et de son chef que vous êtes135.

33Toutefois, une chose est de poser le constat de l’intensité de la mobilisation ethnique à travers les memoranda dans le jeu politique local en faveur de la démocratisation. Une autre est la prise de conscience de la nécessité d’un cadrage juridique des modalités de production et de diffusion des memoranda dans l’optique de contrer des dérives auxquelles son exacerbation politique peut prêter le flanc.

La nécessité d’élaboration d’un cadre légal des conditions de production des memoranda

L’ambiguïté juridique des memoranda

  • 136 Conformément à l’article 85 de la loi n°2013/006 du 10 juin 2013 portant Règlement intérieur du Sén (...)
  • 137 Cf Law-constitution.web.auth.gr/kamtsidou 2013/06/29 cité par Célias Izoard et Emma Piqueray consu (...)
  • 138 Ibid.

34Les memoranda ne sont ni des traités ni des conventions internationales ni des lois ni des pétitions136. Ils sont des pratiques que l’on n’arrive pas à ranger dans une catégorie juridique précise. En d’autres termes, ils sont considérés comme soft law, c’est-à-dire « un moyen de régulation qui se situe entre le droit, la morale et la politique »137. Cette approche introduit une confusion dans le système des normes, dont les répercussions sont considérables. Comment comprendre que des documents anonymes, qui contiennent des revendications sociopolitiques influencent pratiquement la politique générale d’un État dans son ensemble, n’aient pas été introduits dans l’ordre juridique, ni fait l’objet d’un débat parlementaire. De même, leur statut ambigu empêche l’examen de leur conformité à la Constitution. Les memoranda ne sont clairement pas des lois. Ils n’ont aucune base juridique. Ce sont plutôt des pratiques politiques qui fixent des revendications politiques nées des frustrations  ethniques ou régionales. Ces documents qui traduisent des aspirations ethniques en apparence ne sont pas toujours l’expression de la souveraineté d’un groupe ethnique dans son entièreté. Les objectifs fixés par les memoranda ne laissent aucune offre de négociation. C’est une nouveauté, une recette étrange et étrangère à la tradition juridique moderne. Au contraire, ce qui est frappant, c’est le fait que les memoranda soumettent toute la vie politique et institutionnelle d’un État à des desiderata ethniques. Le trait dominant de cette expérimentation, c’est l’établissement d’un régime où les décisions qui sont prises concernant la société et ses habitants ne sont pas opposables. C’est-à-dire qu’il n’y a pas d’autorité qui puisse les remettre en cause, et ceux qui les prennent ne sont responsables devant personne. C’est « la destruction de la responsabilité politique et la destruction de la démocratie »138. Elle abaisse aussi le faible niveau de démocratie qui existait au niveau africain. Au regard de l’ambiguïté juridique des memoranda, leur encadrement juridique s’avère nécessaire.

La nécessité d’un encadrement juridique des memoranda

  • 139 G. Nicholas, « Stratégies ethniques et construction nationale », Les ethnies ont une histoire, Par (...)
  • 140 Cédric Polere, op. cit., p. 7.
  • 141 Pierre Favre, Olivier Fillieule, « La manifestation comme indicateur de l’engagement politique », (...)

35L’encadrement juridique des modalités de production et de diffusion des memoranda est une nécessité dans une société à polarité ethnique et culturelle plurielle139 comme le Cameroun, en raison du silence de la loi d’une part et des logiques instrumentales et manipulatoires qui sous-tendent cette pratique d’autre part. En l’absence d’un encadrement juridique strict, les memoranda peuvent avoir des effets pervers sur la marche démocratique au Cameroun et l’intégration nationale. Les memoranda peuvent être anti-démocratiques dès lors qu’ils refusent d’admettre la loi de la majorité, l’autorité démocratique, l’État de droit, et exercent une sorte de chantage à la paix sociale140. D’ailleurs, on peut comprendre le ton excessif des politologues Pierre Favre et Olivier Filleule pour qui il est erroné de considérer qu’il existe aujourd’hui une extension des formes d’expression et d’exercice démocratique, notamment par l’action directe. Ces actions protestataires, fondées sur la transgression et souvent aussi sur la violence symbolique, ne peuvent être considérées, selon ces auteurs, comme des « formes démocratiques de participation »141.

  • 142 Lire utilement Jean Njoya, « La constitutionnalisation des droits des minorités au Cameroun : usag (...)
  • 143 L’article 5-4 de la loi no 91/020 du 16 décembre 1991 fixant les conditions d’élection des députés (...)
  • 144 Articles 151-3, 171-3, 218-3 ou encore 246 du Code électoral.
  • 145 Ibrahim Mouiche, « Autochtonie, Libéralisation Politique et Construction d’une sphère Publique Loc (...)

36Les memoranda naîtraient de l’imprécision et de l’interprétation des dispositions préambulaires relatives à la constitutionnalisation des catégories « autochtones », « allogènes »142. À cet effet, la libéralisation politique des années 1990 au Cameroun se singularise par une réforme constitutionnelle en date du 18 janvier 1996 qui institue un État unitaire décentralisé, reconnaît les droits des autochtones et protège les minorités. Cette garantie des droits des minorités et des populations autochtones figure explicitement dans le préambule de la Constitution. En plus, dans le titre X consacré aux collectivités territoriales décentralisées, l’article 57 (2) dispose en effet que le Conseil régional qui est l’organe délibérant de la région « doit refléter les différentes composantes sociologiques de la région ». Dans le même sens ou de manière plus précise, l’alinéa 3 du même texte dispose que le Conseil régional sera présidé par une personnalité autochtone élue en son sein. Avant cette réforme constitutionnelle, les lois portant organisation des élections municipales et législatives votées dans les années 1990 avaient déjà institué cette exigence de respect des « différentes composantes sociologiques » dans les circonscriptions électorales143. Elle est reprise même en chœur par toutes les dispositions encadrant les élections plurinominales au Cameroun144.Une incertitude demeure cependant, à savoir comment respecter ces dosages sociologiques en l’absence de données statistiques fiables sur ces populations. Nonobstant ces dispositions législatives et constitutionnelles, la condition sociopolitique des minorités ethniques demeure préoccupante dans notre pays145. En effet, le memorandum peut être considéré comme un instrument de consolidation démocratique lorsqu’il constitue un mécanisme de la revendication des droits et libertés consacrée par la loi. Il comble de cet avis le manquement le plus frappant du droit constitutionnel moderne qui proclame la souveraineté du peuple sans édicter les moyens d’initiative populaire de l’expression de cette souveraineté (art. 2).

37La production et la diffusion des memoranda doivent être encadrées par des règles de droit dans l’optique de contrer les animosités entre les autochtones et les allogènes. Les memoranda devraient viser davantage la recherche de la bonne gestion du consensus national et non la haine ethnique qui ne sied pas aux États aux racines nationales fragiles. En d’autres termes, la mobilisation communautaire dans le cadre des memoranda dans sa dimension rhétorique ne devrait pas être effectuée à partir de la figure de l’ennemi. Pas plus que les memoranda ne doivent témoigner d’un climat empreint de rumeurs où il est question du complot. C’est d’abord la violence des propos et des arguments qui ressort à la lecture des memoranda. La revendication politique y apparaît virulente. Dans une optique inverse, on ne peut donc pas appréhender les memoranda uniquement sous le prisme de la recomposition des modes de participation politique, car la tonalité est parfois injurieuse, ironique, calomnieuse et impérative. Les memoranda semblent donc ne pas avoir pour objectif premier les revendications sociopolitiques, mais de vanter les qualités ethniques, ou plus souvent encore d’attaquer un concurrent ethnique à l’échelle régionale. Il s’agirait alors de déstabiliser et de délégitimer les concurrents ethniques par des manœuvres politiques. Dès lors, les memoranda peuvent déboucher sur les affrontements ethniques et peuvent s’avérer être des cadres du recours à l’opprobre, c’est-à-dire :

  • 146 Jean-Marie Zambo Belinga, « L’opprobre dans le discours politique au Cameroun : de l’époque coloni (...)

un ensemble de pratiques et d’actions identifiées dans le comportement de la strate politique camerounaise. Visant à mettre hors de la vie politique, soit une frange de ladite strate, soit un acteur de celle-ci, en usant, non d’arguments convaincants conçus sur la base d’un programme politique (lorsqu’il existe) qu’on entend mettre en exécution pour le compte de son électorat au cas où celui-ci se prononcerait favorablement pour soi ; mais d’invectives, d’injures. En un mot, elle consiste, pour un acteur politique à susciter et à entretenir la haine et le mépris de ses concurrents politiques au sein des populations146.

  • 147 La mobilisation politique des Beti dans les années 1990 dans sa dimension rhétorique s’est surtout (...)

38La rhétorique de l’opprobre ou de la figure de l’ennemi, doit être invalidée dans les habitudes et mœurs politiques des groupes ethniques qui ont une propension aux memoranda à travers un encadrement juridique rigoureux de ses modalités de production. Le processus de consolidation démocratique ne peut se faire dans un climat teinté de figure de l’ennemi147. Il faut canaliser les memoranda en inculquant aux groupes ethniques le sens du respect de l’altérité ethnique.

Conclusion

39Les memoranda constituent des sites privilégiés d’observation des mécanismes de participation politique des groupes ethniques, et par là même des mécanismes de transformation de la culture politique. Il faut donc se garder d’avoir une vision hâtive, caricaturale, simpliste et réductionniste des memoranda dans le contexte démocratique. À l’observation des faits, les memoranda, loin de relever des irrédentismes ou des replis identitaires tels que véhiculés par l’imagerie populaire, participent davantage de l’expression des recompositions et la diversification des modes de participation politique justiciable d’une analyse socio-anthropologique. Ils traduisent la remise en cause des modes classiques de participation politique que sont le vote, l’adhésion à un parti politique et la démocratie représentative. Ils reflètent donc l’évolution d’un modèle de citoyenneté.

  • 148 Olivier Fillieule, «Local Environmental Politics in France: The Case of the Louron Valley (1984-199 (...)
  • 149 Cf. Assana, « Démocratisation et civilisation des mœurs dans les relations interethniques entre Gba (...)
  • 150 J. P. Daloz (dir.), Le (non-) renouvellement des élites en Afrique Subsaharienne, Talence, CEAN, 1 (...)

40Ainsi, la participation politique regroupe désormais un nombre d’acteurs de plus en plus important plus ou moins identifiables. Les memoranda traduisent des aspirations ethniques. Ils ont pour destinataires respectifs les autorités administratives, les ministres et le président de la République. Les interpellations des autorités administratives et politiques sont croissantes et se multiplient comme le montre la récurrence des memoranda au Cameroun. Dans l’Adamaoua (Cameroun), ils sont surtout l’œuvre des Mboum, groupe ethnique fortement assujetti par les Peuls au tournant du XIXe siècle. Ce type de participation politique séduit par sa dimension opératoire. Il symbolise le concret et le local, en rupture avec le côté centralisateur, abstrait et bureaucratique des formes plus traditionnelles de participation politique. Ainsi que le relève Olivier Fillieule, la multiplication et la diversification des acteurs des politiques publiques et de leurs protestataires rendent inadéquates les distinctions dichotomiques entre les insiders et les outsiders, entre les protestataires et les élites, et plus généralement entre la société civile et l’État, pour penser l’élaboration de l’action publique148.Dans cette perspective, les memoranda permettent à un groupe ethnique situé dans une position de marginalité d’exprimer directement ses desiderata, sans passer par la médiation et les filtres institutionnels et politiques. La propension des Mboum aux memoranda est à l’image de l’intensité de la crise civilisationnelle ayant résulté de leur rencontre avec le conquérant. En effet, contrairement aux autres groupes ethniques kirdi tels que les Tikar, les Dii et surtout des Gbaya qui se sont politiquement visibles dans le département du Mbéré149, les Mboum sont phagocytés sur les plans sociopolitiques par la visibilité politico-économique des Peul dans le département de la Vina dont la monopolisation des instances dirigeantes du RDPC en est la matérialisation. En d’autres termes, la démarche des Peul qui s’inscrit dans la logique de la quête bigmaniaquec’est-à-dire« l’obsession de s’ériger en figure dominante et indiscutée, écrasant tout challenger en vertu de capacités supérieures de redistribution »150, dans le RDPC par la volonté de puissance.

  • 151 Notre informateur cite à l’actif des memoranda entre autres : l’explosion de la ville de Ngaoundér (...)

41Au demeurant, le groupe ethnique mboum en quête de la maîtrise de son destin politico-culturel recourait aux memoranda comme moyen de saper les partis politiques comme servant le pouvoir de la bourgeoisie ethnique à l’échelle locale et nationale. Les memoranda sont désormais considérés comme des mécanismes alternatifs et privilégiés pour les groupes ethniques qui n’ont pas accès aux modes institutionnels de participation politique. Même si l’hypothèse de l’instrumentalisation des memoranda par des acteurs politiques insérés dans le champ institutionnel n’est pas à exclure. Bien plus, les memoranda participent d’une double dynamique révolutionnaire des modes de participation politique susceptible de redéfinir le régime des relations de pouvoir entre les dominants et les dominés. À travers le recours aux memoranda, les Mboum manifestent leur désir de rompre avec un ordre historique aliénant et contraignant. Tout compte fait pour les Mboum, les memoranda constituent un mode de participation politique opératoire et efficace, car ils ont produisent les effets escomptés151.

  • 152 Cf. le Septentrion Infos n°81 du 7 au 13 septembre 2013, p. 7.

42Toutefois, cette recomposition des modes de participation politique classique n’est pas absolue. Elle mérite d’être relativisée dans la mesure où, le taux de participation électorale dans la région de l’Adamaoua (Cameroun) reste important et croissant. C’est dire que la récurrence des memoranda n’est pas nécessairement synonyme de rupture ou de disparition systématique des modes classiques de participation politique tels que le vote et l’adhésion à un parti politique. Au lendemain de la publication des premiers résultats du 30 septembre 2013 par exemple, les habitants de la ville de Touboro, majoritairement constitués de Mboum ont exprimé leur ras-le-bol, en accordant massivement et librement leur vote à l’UNDP et non au parti proche du pouvoir152. Ce vote « sanction » à l’endroit du lamido de Rey-Bouba qui vient d’être nommé Sénateur et élu vice-président du Sénat en raison de son loyalisme envers le RDPC serait la réponse de la communauté mboum aux actes de barbarie, de violations massives des droits de l’homme et anti démocratiques exercés par le lamido de l’arrondissement de Rey-bouba sur elle à Touboro et dénoncés dans les memoranda.

  • 153 Ces expressions sont empruntées à A. Niandou Souley, « Tracts et démocratisation au Niger », Année (...)

43Néanmoins, les memoranda sont à considérer avec prudence car ils sont une « ressource à tranchants multiples et à manipulations diverses », et même « un instrument stratégique de compétition politique »153. Ce d’autant plus que la sociologie de ses acteurs et de leur contenu révèle leur dimension stratégique, instrumentale et leur ambiguïté juridique. Cependant, la recrudescence problématique des memoranda dans unesociété plurielle comme le Cameroun requiert un encadrement juridique strict pour ne pas mettre en péril le chantier de l’intégration nationale.

Haut de page

Bibliographie

Adala (Hermenegildo), Boutrais (Jean) (éd.), Peuples et culture de l’Adamaoua, ORSTOM/ « Ngaoundéré-Anthropos », Actes du colloque de Ngaoundéré du 14 au 16 janvier, 1993, p. 7-313.

Agrikoliansky (Eric), « Les nouveaux modes de la participation politique. Crise du politique ou crise des modèles d’analyse du politique », Revue des Sciences Sociales, 2001, nouve@ux mondes ?, p. 62-67, Ses-info.fr/…/Les_nouveaux_modes_participation_politique.PDF consulté le 13/01/2014.

Aguhon (Maurice), La république au village, Paris, Plon, 1970.

Akam (Motaze), Le défi paysan en Afrique, Paris, l’Harmattan, 1990.

Akam (Motaze), Le social et le développement en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2009.

Alawadi (Zelao), « Contexte de démocratisation et conduites politiques des peuples des montagnes’ au Nord-Cameroun : le ‘charisme identitaire’ à l’épreuve des mutations sociopolitiques », in Alawadi Zelao, Bouba Hamman (éds.), Le Cameroun septentrional en transition. Perspectives pluridisciplinaires, Paris, L’Harmattan, p. 169-201.

Alawadi, (Zelao)« Problématique de la cohabitation inter communautaire au Nord Cameroun, expérience des communautés migrantes », Revue Internationale des Sciences Humaines et Sociales, vol .1, n°1, 2006, p. 319-349.

Assana, « Démocratisation et civilisation des mœurs dans les relations interethnique entre Gbaya et Foulbé dans le Mbéré dans l’Adamaoua-Cameroun : analyse de la transition de la figure de l’ennemi à l’adversaire », à paraître.

Assana, « Le conflit ethnico-religieux à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EELC) dans l’Adamaoua (Cameroun), la réversibilité de la démocratisation et l’ingénierie de la réconciliation », à paraître.

Badie (Bertrand) et Smouts (Marie Claude), Le retournement du monde, Paris, Presses de Sciences Po, 1992.

Badie (Bertrand), La fin des territoires, Paris, coll. « L’espace du politique », Fayard, 1995.

Bah Thierno (Mouctar), « Contribution à l’étude de la résistance des peuples africains à la colonisation. Karnou et l’insurrection des Gbaya (la situation du Cameroun 1928-1930) », Afrika Zamani n°3, 1974, p. 105-161.

Bah Thierno (Mouctar), « Le facteur peul et les relations interethniques dans l’Adamaoua (Cameroun) au XIXe siècle », Adala Hermenegildo, Jean Boutrais (éd.), op. cit.

Bekolo Bekolo (Pascal), « La modernité culturelle de l’Adamaoua », Adala Hermenegildo et Boutrais Jean (éd.), op. cit., p. 305-312.

Bertrand (Maurice), La fin de l’ordre militaire, Paris, Presses de Sciences Po, 1996.

Collectif « Changer le Cameroun », Le Cameroun éclaté ? Anthropologie commentée des revendications.

Collectif des jeunes de Touboro enlevés et maltraités par la milice illégale du lamido de Rey-Bouba, Touboro le 9 février 2012).

Daloz (Jean Pascal) (dir.), Le (non-) renouvellement des élites en Afrique Subsaharienne, Talence, CEAN, 1999.

Déclaration commune de Touboro du 29 décembre 2011 à son excellence M. Paul Biya, président de la République.

Deliege (Robert), « Les associations comme supports identitaires », in Momar-Coumba-Diop et Jean Benoist (dir.), L’Afrique des associations, 2007, p. 103-106.

Donfack Sonkeng (Léopold), Le droit des minorités et des peuples autochtones, Thèse pour le doctorat du droit, Université de Nantes, 2001.

Dupuy (Claire) et Halpern (Charlotte), « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Presses de SciencesPo, Revue française de science politique, 2009/4, volume 59, p. 701, http://www.cairn.info/article.php?ID_REVUE=RFSP&ID_NUMPUBLIE=RFSP_594&ID_ARTICLE=RFSP_594_0701 consulté le 31/10/2013.

Durkheim (Emile), Les règles de la méthode sociologique, Paris, Félix Alcan, 3e éd., 1904.

Eboussi Boulaga (Fabien), La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1997.

Eldridge (Mohammadou), Traditions historiques des peuples du Cameroun central, ILCAA-ISH, Shun’ya.

Entretien avec M. Hindal Nyangala Serge Thierry, d’origine ethnique mboum et professeur des lycées d’enseignement général (PLEG) le 16/10/2013 à Ngaoundéré.

Entretien avec M. Houlpou Thomas d’origine ethnique mboum et archiviste à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EELC) le 16/10/2013 à Ngaoundéré.

Entretien avec Mme Kebtchou Yvonne d’origine ethnique bamiléké, chef de service des associations et des partis politiques à la préfecture de Ngaoundéré le 07/10/2013.

Entretien avec sa majesté Bélaka Akao Daniel d’origine ethnique mboum et agent communal à la commune de Ngaoundéré 3e le 07/06/2014 à Ngaoundéré.

Favre (Pierre) Fillieule (Olivier), « La manifestation comme indicateur de l’engagement politique », in P. Perrineau (éd.) L’Engagement politique, déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la FNSP, 1994.

Fillieule, (Olivier) «Local Environmental Politics in France: The Case of the Louron Valley (1984-1996)», French Politics, 1(3), 2003, p. 305-330.

Fukuyama (Francis), La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.

Geschiere (Peter) & Nyamnjoh (Francis), 2000, «Capitalism and Autochthony: The Seesaw of Mobility and Belonging», Public Culture 12 (2): 423-52.

Hansen (Ketil Fred), The Historical construction of a political culture in Ngaoundéré, Northern Cameroon, Oslo, Unipub forlag, 2000.

Hermet (Guy), « Le temps démocratique », Revue internationale des Sciences sociales, n°128, p. 265-274.

Holtedahl (Lisbeth), « Éducation, économie et idéal de vie. Les femmes de Ngaoundéré », in Hermenegildo Adala, Jean Boutrais (éd.), op. cit., p. 273-304.

Houli, (Fendjongue), « La construction et la politisation de l’ethnicité ‘kirdi’ au Nord du Cameroun », Polis/RCSP/CPSR vol. 13, n° 1-2, 2006, p. 81-102.

Inglehart (R.), The Silent Revolution, Princeton, Princeton University Press, 1997.

Ion (Jacques), La fin des militants, Paris, 1997.

Kamdem (Emmanuel), Management et interculturalité en Afrique. Expériences camerounaises, Laval, L’Harmattan, 2002.

L’œil du Sahel n°339 du 27 juillet 2009.

L’œil du sahel, n°400 du 11 octobre 2010.

L’œil du sahel, n°423 du 28 mars 2011.

Lafargue (J.), Contestations démocratiques, Paris, Karthala/Ifra, 1996, 109-67.

Lavroff (Dimitri George), Les partis politiques en Afrique noire, Paris, Presses universitaires de France, 1e édition, 1970.

Law-constitution.web.auth.gr/kamtsidou 2013/06/29 par Célias Izoard et Emma Piqueray consulté le 23/09/2013.

Le Septentrion Infos n°81 du 7 au 13 septembre 2013.

Maïrama (Fanta), Toponymie et histoire de Ngaoundéré de 1830 à 2008, Thèse en vue de l’obtention du diplôme de Master Recherche en histoire politique et culturelle, Université de Ngaoundéré, 2009/2010.

Mandjack, (Albert), « ‘Le triangle équilatéral du Cameroun’. L’hypothèse du pouvoir confisqué de Roger Gabriel Nlep », Revue camerounaise de droit et de science politique/Cameroonian review of law and political science, 5e année, n°3, mars 2011, 5th year, n°3, march 2011, p. 73-103.

Mbembe (Achille), « Traditions de l’autoritarisme et problèmes de gouvernement en Afrique subsaharienne », Africa development, 17(1), 1992, p. 37-64.

Mbembe (Achille), «Provisional notes on the postcolon », Africa, 62 (1), 1992, p. 3-37.

Medard (Jean François), 1991, « Autoritarismes et démocraties en Afrique noire », Politique africaine, n°43, p. 92-104.

Minkoa She (Adolphe), Droits de l’Homme et droit pénal au Cameroun, Paris, Economica, 1999.

Monga (Celestin), Anthropology of anger, Boulder, Lynne Rienner, 1996.

Mouiche (Ibrahim), « Autochtonie, Libéralisation Politique, et Construction d’une sphère Publique Locale au Cameroun », African Studies Review, Volume 54, n° 3, 2011, p. 71-99.

Mouiche (Ibrahim), Démocratisation et intégration sociopolitique des minorités ethniques au Cameroun : entre dogmatisme du principe majoritaire et centralité des partis politiques, Dakar, CODESRIA, 2010.  

Mveng, (Engelbert) Histoire du Cameroun, deux tomes, CEPER, Paris, 1984 et 1985.

Ndame (Joseph Pierre), « L’Adamaoua : une région camerounaise en pleine mutation », Ngaoundéré-Anthropos, Revue de Sciences Sociales/Social Sciences Review, vol. V, 2000.

Ngando Sandje (Rodrigue), « Politiques foncières et autochtonie au Cameroun », RCDS/ Cambridge Journal, vol. 28, 2013/3, p. 315-345.

Niandou Souley (A.), « Tracts et démocratisation au Niger », Année africaine 1991, Bordeaux, CEAN, 1991, 431-443.

Nicholas (G.) « Stratégies ethniques et construction nationale », Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, p. 367-378.

Njoya (Jean), « La constitutionnalisation des droits des minorités au Cameroun : usage politique du droit ou phobie du séparatisme », in Law and Politics in Africa, Asia and Latin America, Baden-Baden, verfassung und Recht in Übersee (VRU) 34, 2001, p. 24-47.

Njoya (Jean), « États, peuples et minorités en Afrique Sub-sahariennes », Revue Camerounaise de Droit et de Science Politique/Cameroonian review of law and political science, 5e année, n°3, mars 2011, p. 2-30.

Nkoum-Me-Ntseny (L. M.), « Dynamique de positionnement anglophone et libéralisme politique au Cameroun : de l’identité à l’identification », http:/www.polis.sciencespobordeaux.fr/ vol1ns/article6.html.

Norbert (Elias) et Duning (Eric), Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

Nzabakomada-Yakoma (Raphael), « Karnou », in Charles Jean-Louis, Megali Morsy et Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), Les Africains, 1977, p. 229-257.

Polere (Cédric), « L’action directe : extension des modes de participation politique, ou menace pour la démocratie ? », Millénaire 3, le Centre des ressources prospectives du Grand Lyon, juin 2007, p. 1-7, www.milénaire3.com/fileadmin/user_upload/../democratie_polère.pdf.

Rapport d’activités de la région de l’Adamaoua pour l’année 2011.

Rapport mondial sur le Développement Humain, 2004 : 28.

Rapport régional Adamaoua, année 2010, www.statisticscameroon.org/downloads/…/OMD_ AD_2010.pdf.

Rocher (Guy), Introduction à la sociologie générale, tl, éd. HMH, 1968.

Rosiere (Stéphane), Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, 2e édition, Paris, Ellipses Edition Marketing, 2007.

Schmitt (Carl), Notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 1982.

Sindjoun (Luc), « La culture démocratique en Afrique subsaharienne : comment rencontrer l’arlésienne de la légende africaniste », Symposium international de Bamako, p. 523-532, democratie.francophonie.org/IMG/pdf/427-2.pdf.

Sindjoun (Luc) « La politique d’affection en Afrique Noire société de parenté, ‘société d’État’ et libéralisation politique au Cameroun », Occasional Paper Series, volume 2, n°1, 1998, p. 3-64.

Sindjoun (Luc), «Politics in Central Africa: a reflective introduction to the experience of States and Region», African Journal of Political science, vol. 4, n°2, décembre 1999, p. 1-15.

Socpa (Antoine), « L’hégémonie ethnique cyclique au nord-Cameroun », Afrique et développement, vol. XXIV, n° 1 et 2, 1999, p. 57-79.

Tilly (Charles),« Les origines du répertoire d’action collective en France et en Grande Bretagne », Vingtième siècle, n°4, p. 99 et s. 1984.

Tourraine (Alain), Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984.

Tourraine (Alain), Pour la sociologie, Paris, Seuil, 1974.

Tourraine (Alain), La voix et le regard, Paris, Fayard, 1978.

Tsobe (André-Marie), « Identité culturelle et production du livre », Actes du colloque de la deuxième semaine culturelle nationale, organisé par le ministère de l’Information et de la Culture, Yaoundé, 13-20 mai, 1985, p. 239-246.

Van de Walle, (N.), «Globalization and African Democracy» in Richard Joseph (ed), State, conflict and democracy in Africa, Boulder, Lynne Rienner, 1998.

Wilabele (Marcel) « Conflict Prevention, Management and Resolution, L’expérience du CIPAD.Regard sur le conflit Gbaya-Foulbe de Meiganga au Cameroun », inPascal Touoyem (dir.), mars 2005, p. 0-20 ; Cameroun tribune, 22 juillet 1991).

Hegel (Wilhelm Friedrich), Phénoménologie de l'esprit, trad. Jean Hyppolite, Paris, Aubier, 1941, t. II.

Zambo (Jean-Marie), « L’opprobre dans le discours politique au Cameroun : de l’époque coloniale à nos jours », Annales de la FALSH de l’université de Ngaoundéré, vol. III, 1998, p. 81.

Zambo Belinga (Jean-Marie), « Démocratisation, exacerbation, régime identitaire et rivalités ethniques : Le cas du Sud-Cameroun », Afrique et développement, vol. XXII, 2002, no1 et 2, p. 175-204.

Haut de page

Notes

1 Cette étude a bénéficié de mes multiples échanges avec M. Nonetchoupo Gabriel, le Secrétaire Régional de la Commission nationale des droits de l’homme et des libertés (CNDHL) de l’antenne de la région de l’Adamaoua (Cameroun) dans le cadre d’un stage de vacances effectué dans ladite commission.

2 La crise de la succession présidentielle a eu pour corollaire sur le plan administratif en 1983, la balkanisation du Nord-Cameroun en trois provinces érigées récemment en régions pour donner l’Extrême-nord, le Nord et l’Adamaoua.

3 Joseph Pierre Ndame, « L’Adamaoua : une région camerounaise en pleine mutation », Ngaoundéré-Anthropos, Revue de Sciences Sociales/Social Sciences Review, vol. V, 2000, p. 127-128.

4 Rapport Régional Adamaoua, année 2010, www.statisticscameroon.org/downloads/…/OMD_AD_2010.pdf.

5 Ibid.

6 Eldridge Mohammadou cité par Jean Boutrais et Hermenegildo Adala (dir), Peuples et culture de l’Adamaoua, ORSTOM/ « Ngaoundéré-Anthropos », Actes du colloque de Ngaoundéré du 14 au 16 janvier 1992, 1993, p. 9.

7 Pascal Bekolo Bekolo « La modernité culturelle de l’Adamaoua », in Hermenegildo Adala, Jean Boutrais (éd.), op. cit., p. 305.

8 Eldridge Mohamadou, op. cit.

9 Mouctar Thierno Bah, « Le facteur peul et les relations interethniques dans l’Adamaoua (Cameroun) au XIXe siècle », in Hermenegildo Adala, Jean Boutrais (éd.), op. cit, p. 64.

10 Sur l’historique de la région de l’Adamaoua, lire utilement Hermenegildo Adala, Jean Boutrais, op. cit. Eldridge Mohammadou nous a fourni une somme considérable de données orales sur les peuples de l’Adamaoua : Fulbe mais aussi Mbum, Vouté, Et Laka, etc. Voir notamment Traditions historiques des peuples du Cameroun central, ILCAA-ISH-, Shun’ya Hino ed., Japan, 1991, 2 vol.

11 Emmanuel Kamdem, Management et interculturalité en Afrique. Expériences camerounaises, Laval, L’Harmattan, 2002, p. 257.

12 Engelbert Mveng, Histoire du Cameroun, deux tomes, CEPER, Paris, 1984 et 1985.

13 Op. cit, p. 223.

14 Baumann et Westermann cités par Engelbert Mveng, op. cit.

15 « Le Kirdi c’est l’homme qui est resté longtemps sans parole. C’est celui qui ne comptait pas, ou celui qui ne compte pas. Celui qui fondamentalement n’a pas de place dans la vie du pays au niveau national, pas seulement au niveau régional. Le Kirdi c’est cet homme à la fois inconnu et méconnu qui a été le plus souvent réduit à n’être que quelqu’un qui travaille pour les autres, qui produit des richesses dont d’autres (profitent)… Je ne vois pas d’autre manière de situer au Nord-Cameroun les gens qui ne sont pas… Peul, ni Mandara, ni Kotoko, ni Arabes-Choa… Je crois que le mot Kirdi traduit une identité, en même temps une prise de conscience, et ce qui est paradoxal c’est ce mot qui a servi d’injures peut aussi servir de point de départ de l’émergence d’une nouvelle conscience » voir Le Kirdi July 1994 :8 cité par Ketil Fred Hansen, The Historical construction of a political culture in Ngaoundéré, Northern Cameroon, Olso, Unipub forlag, Olso 2000, p. 59.

16 La nouvelle géopolitique née de l’implantation des Foulbé dans l’Adamaoua a enclenché une dynamique nouvelle, à grande portée historique. Deux constats peuvent découler de cette situation historique : les conquêtes peules ont implanté au Nord-Cameroun un système social spécifique et étranger au milieu sociologique autochtone : le lamidalisme. Le lamidalisme est un concept théorisé par le sociologue Motaze Akam. Dans le contexte actuel, il peut « se définir comme un système socio-idéologique de nature importée puisque bâti sur un fond islamique soufi combinant un autre élément de culture importée : le mode de production capitaliste. Le lamidalisme renvoie à ce titre à une formation économique et sociale dont la complexité réside dans l’articulation des différents modes de production antérieurs avec le mode de production capitaliste actuellement prédominant». Voir, M. Akam, Le défi paysan en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 16. À l’intérieur de ce système, les mécanismes de reproduction ont toujours eu comme base la domination du groupe islamo-peul sur les animistes païens-kirdi ; par conséquent, tous les groupes ethniques de la région furent amenés, d’une manière ou d’une autre, à se positionner par rapport aux Foulbé : spatialement, militairement, politiquement, culturellement et idéologiquement. En guise de bref rappel, l’ethnicité peule est fondée sur une profondeur historique multiséculaire.

17 Luc Sindjoun, «Politics in Central Africa: a reflective introduction to the experience of states and region», African Journal of Political Science, vol. 4, n° 2, décembre 1999, p. 8.

18 Voir Raphael Nzabakomada-Yakoma, « Karnou », in Charles Jean-Louis, Megali Morsy, et Catherine Coquery-Vidrovitch (dir.), Les Africains, 1977, p. 229-257 ; Mouctar Thierno Bah, « Contribution à l’étude de la résistance des peuples africains à la colonisation. Karnou et l’insurrection des Gbaya (la situation du Cameroun 1928-1930) », Afrika Zamani N°3, 1974, p. 105-161.

19 M.Wilabele, « Conflict prevention, management and resolution, L’expérience du CIPAD.Regard sur le conflit gbaya-foulbe de meiganga au Cameroun », inPascal Touoyem (dir.), mars 2005, p. 0-20,Cameroun tribune, 22 juillet 1991).

20 Il s’agit de : Madougou Yagong Robert (ex-colonel à la retraite de la Gendarmerie nationale et domicilié à Yaoundé) ; Yadji Bello (ingénieur des Eaux et Forêts à la retraite domicilié à Yaoundé et Hamadou Elie, instituteur et domicilié à Meiganga.

21 Voir Assana, « Le conflit ethnico-religieux à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EELC) dans l’Adamaoua (Cameroun), la réversibilité de la démocratisation et l’ingénierie de la réconciliation », à paraître.

22 Wilhelm Friedrich Hegel, Phénoménologie de l'esprit, trad. Jean Hyppolite, Paris, Aubier, 1941, t. II.

23 (Endresen, 1954 ; Budal, 1962) cités par Lisbeth Holtedahl, « Education, économie et idéal de vie. Les femmes de Ngaoundéré », Hermenegildo Adala, Jean Boutrais (éd.), op.cit, p. 279.

24 C’est l’appellation du chef mboum.

25 F. Faraut cité par Lisbeth Holtedahl, op. cit.

26 On avance généralement s’agissant de Ngaoundéré l’idée d’un accord tacite intervenu entre les Mboum et les Peul pour la gestion du pouvoir traditionnel. Au terme de cet accord, le territoire occupé en commun par les deux communautés serait administré par un souverain hybride issu d’un père peul et d’une mère mboum. Bien évidemment au fil de l’histoire, les Peul se sont arrangés pour ne plus respecter cet accord. Quand bien même les femmes mboum se retrouvent dans le harem du lamido, elles n’occupent plus le statut d’épouses royales mais celui de concubine. Ce qui écarte par conséquent leur progéniture de la compétition pour le pouvoir lamidal (entretien avec M. Houlpou Thomas d’origine ethnique mboum et archiviste à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EELC) le 16/10/2013 à Ngaoundéré).

27 Stephan Rosière, Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique. 2e édition, Paris, Ellipses Edition Marketing, 2007, p. 396.

28 Francis Fukuyama, La fin de l’histoire et le dernier homme, Paris, Flammarion, 1992.

29 Bertrand Badie, La fin des territoires, Paris, coll. « L’espace du politique », Fayard, 1995.

30 Luc Sindjoun, « La culture démocratique en Afrique subsaharienne : comment rencontrer l’arlésienne de la légende africaniste », Symposium international de Bamako, p. 524.

31 Albert Mandjack, « ‘Le triangle équilatéral’ du Cameroun. L’hypothèse du pouvoir confisqué de Roger Gabriel Nlep », Revue Camerounaise de Droit et de Science Politique, 5e année, n° 3, mars 2011, p. 89.

32 Pour se faire une idée des volumes des memoranda, se reporter au Collectif « Changer le Cameroun », Le Cameroun éclatée ? Anthropologie commentée des revendications.

33 Guy Hermet, « Le temps démocratique », Revue internationale des Sciences sociales, n°128, p. 265-274.

34 Alawadi Zelao, « Contexte de démocratisation et conduites politiques des peuples des montagnes’ au Nord-Cameroun : le ‘charisme identitaire’ à l’épreuve des mutations sociopolitiques », in Alawadi Zelao, Bouba Hamman (éd.), Le Cameroun septentrional en transition. Perspectives pluridisciplinaires, Paris, L’Harmattan, p. 191.

35 Ibid.

36 SOFRES, anciennement Sofres (Société française d’enquêtes par sondages) est un institut de sondages français, créé en 1963 par Pierre Weill, voir fr.wikipedia.org/wiki/TNS_Sofres consulté le 02/01/2014.

37 Ysmal, 1997 cité par Eric Agrikoliansky, « Les nouveaux modes de la participation politique. Crise du politique ou crise des modèles d’analyse du politique », Revue des Sciences Sociales, 2001, nouve@ux mondes ?, p. 62-67, Ses-info.fr/…/Les_nouveaux_modes_participation_politique.PDF consulté le 13/01/2014. p. 64.

38 Ibid.

39 Jacques Ion, La fin des militants, Paris, 1997.

40 Eric Agrikoliansky, op. cit., p. 65.

41 Ibid.

42 Ibid.

43 Cédric Polere, « L’action directe : extension des modes de participation politique, ou menace pour la démocratie ? », Millénaire3, le Centre des ressources prospectives du Grand Lyon, juin 2007, p. 5, www.milénaire3.com/fileadmin/user_upload/../democratie_polère.pdf.

44 Cédric Polere, op. cit.

45 « Le vote contre l’action directe » a été publié le 21 octobre 2004, par des militants libertaires durant l’élection américaine de 2004 opposant Bush à Kerry : http://www.federationanarchiste.org/ml/article.php3?id_article=3038 et site http// :www.dontjustvote.com cité par Cédric Polere, op. cit., p. 5.

46 Cédric Polere, op. cit.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 Jacques Ion, op. cit.

51 Maurice Aguhon, La république au village, Paris, Plon, 1970.

52 Emmanuel Kamdem, op. cit., p. 47.

53   Cf. Listes des associations légalisées dans le département de la Vina.

54 Entretien avec Mme Yvonne Kebtchou, chef de service des associations et des partis politiques à la préfecture de Ngaoundéré le 07/10/2013 à Ngaoundéré.

55 Association pour le Développement Communautaire de l’Arrondissement de Mbé.

56 Motaze Akam, Le social et le développement en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2009, p. 90.

57 Rapport mondial sur le développement humain, 2004, 28.

58 André-Marie Tsobe, « Identité culturelle et production du livre »,  Actes du colloque de la deuxième semaine culturelle nationale, organisé par le ministère de l’Information et de la Culture, Yaoundé, 13-20 mai, 1985, p. 239.

59 Robert Déliège, « Les associations comme support identitaires », in Momar-Coumba-Diop et Jean Benoist (dir.), L’Afrique des associations, 2007, p. 103-106.   

60 Le Tag Dàga par exemple a eu à faire des revendications par rapport à la revendication d’un département Dii.

61 Claire Dupuy et Charlotte Halpern, « Les politiques publiques face à leurs protestataires », Presses de Sciences Po | Revue française de science politique, 2009/4, volume 59, p. 701, http://www.cairn.info/ article.php?ID_REVUE=RFSP&ID_NUMPUBLIE=RFSP_594&ID_ARTICLE=RFSP_594_0701 consulté le 31/10/2013.

62 Bayart, 1991, 225-226 cité par Luc Sindjoun, « La culture démocratique en Afrique subsaharienne : comment rencontrer l’arlésienne de la légende africaniste»,Symposium international de Bamako, p. 525. democratie.francophonie.org/IMG/pdf/427-2.pdf. consulté le 13/01/2013.

63 Dimitri George Lavroff, Les partis politiques en Afrique noire, Paris, Presses universitaires de France, 1e édition, 1970, p. 45-49.

64 « L’état de guerre permanent contre la ‘subversion’ (entendue largement comme remise en cause de l’autorité suprême et des institutions par le simple désaccord sur n’importe quel acte de n’importe quel agent, de l’administration de ‘commandement’ a institutionnalisé l’impunité. Il a habitué à ne pas exiger des comptes des agents de la sécurité et des autorités administratives. Au nom de l’unité et de la sécurité nationales, on a couvert fautes et crimes. On a été indulgent aux prévarications et à la concussion des défenseurs du régime et des piliers de son ordre » ; Voir Fabien Eboussi Boulaga, La démocratie de transit au Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 171.

65 Op. cit., p. 353.

66 Luc Sindjoun, op. cit.

67 Achille Mbembe, « Traditions de l’autoritarisme et problèmes de gouvernement en Afrique subsaharienne », Africa development, 17(1), 1992, p. 37-64.

68 Achille Mbembe, 1996, 143-170 cité par Luc Sindjoun, op. cit., p. 525.

69 Memel-Fote, 1991, 280-283 cité par Luc Sindjoun, ibid.

70 Luc Sindjoun, ibid.

71 Luc Sindjoun, ibid, p. 524.

72 Celestin Monga, Anthropology of anger, Boulder, Lynne Rienner, 1996.

73 Adolphe Minkoa She, Droits de l’Homme et droit pénal au Cameroun, Paris, Economica, 1999.

74 Lemarchand, 1991 : cité par Luc Sindjoun, op.cit., p. 24.

75 Achille Mbembe, «Provisional notes on the postcolony», Africa, 62 (1), 1992, p. 3-37.

76 Ibid.

77 J. Lafargue, Contestations démocratiques, Paris, Karthala/Ifra, 1996, 109-67.

78 Op. cit., 169.

79 Fendjongue Houli, « La construction et la politisation de l’ethnicité ‘kirdi’au Nord du Cameroun », Polis/RCSP/CPSR. vol.13, numéros 1-2, 2006, p. 92.

80 Albert Mandjack, « ‘Le triangle équilatéral du Cameroun’. L’hypothèse du pouvoir confisqué de Roger Gabriel Nlep », Revue camerounaise de droit et de science politique/Cameroonian review of law and political science, 5e année, n°3, mars 2011, 5th year, n°3, march 2011, p. 89.

81 Collectif « Changer le Cameroun ». Le Cameroun éclaté ? Anthropologie commentée des revendications ethniques, Édition C3, p. 277.

82 L’œil du Sahel n°339 du 27 juillet 2009, p. 3.

83 Ibid, 281.

84 Ibid.

85 Luc Sindjoun, « La Politique d’affection en Afrique Noire société de parenté, ‘Société D’État’ et libéralisation politique au Cameroun », Occasional Paper Series, volume 2, Number 1, 1998, p. 25.

86 Rarement, on aura vu les enseignants aussi unanimes sur ce sujet. Les signataires de la correspondance adressée au Premier ministre chef du gouvernement, Philémon Yang le sont en tout cas. De cette correspondance dont L’œil du sahel a pu obtenir une copie, on retient globalement un ras-le-bol provoqué par les dérives du conseiller technique numéro 1 au ministère des Enseignements secondaires, Mohamadou Guidado. Celui-ci ferait l’objet de nombreux griefs, dont celui de ne nommer que les natifs de son département d’origine, le Faro et Déo. Mieux, seuls les Islamo-peul (lire à cet effet, L’œil du sahel n°400 du 11 octobre 2010).

87 Jean Njoya, « États, peuples et minorités en Afrique Sub-sahariennes », Revue Camerounaise de Droit et de Science Politique, 5e année, n°3, mars 2011, 15.

88 Guy Rocher, Introduction à la sociologie générale, l’action sociale, t. 1, éd.HMH, 1968, 186 p.

89 Alain Touraine, Pour la sociologie, Paris, Seuil, 1974, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984.

90 Guy Rocher, op. cit, p. 162.

91 Motaze Akam, Le défi paysan en Afrique. Le laamido et le paysan dans le Nord-Cameroun, Paris, L’Harmattan, 1990, p. 20.

92 Alain Touraine, op. cit.

93 Fendjongue Houli, op. cit.

94 Émile Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Paris, Félix Alcan, 3e éd., 1904, p. 8-9.

95 Ibid.

96 Cf. le memorandum des élites de l’Adamaoua du 30 juillet 2012 à Yaoundé.

97 Collectif « Changer le Cameroun », op. cit., Éditions C3, p. 232.

98 Jean-Marie Zambo Belinga, 2002, « Démocratisation, exacerbation, régime identitaire et rivalités ethniques : Le cas du Sud-Cameroun », Afrique et développement, vol. XXII, n° 1 et 2, p. 175-204.

99 Zelao Alawadi, op. cit., 2006, p. 343.

100 Motaze Akam, Le social et le développement en Afrique, Paris L’Harmattan, 2009, p. 111.

101 Ibid.

102 Luc Sindjoun, « La politique d’affection en Afrique Noire société de parenté, ‘Société D’État’ et libéralisation politique au Cameroun, op. cit., p. 29.

103 Ibid.

104   Collectif « Changer le Cameroun », op. cit.

105 Ibrahim Mouiche, « Autochtonie, Libéralisation Politique, et Construction d’une Sphère Publique Locale au Cameroun », African Studies Review, volume 54, n°3 (December 2011), p. 71-99.

106 La distinction autochtone/allochtone est foncièrement discriminatoire. Elle traduit le conflit qui oppose ceux qui oppose dans une région donnée des groupes sociaux ou des individus ayant des statuts de « premier venu » ou de premier occupant et du « dernier venu » ou plus précisément d’étranger (Cf. A. Socpa, « L’hégémonie ethnique cyclique au nord-Cameroun », Afrique et développement, vol. XXIV, n°1 et 2, 1999, p. 60.

107 L’art. 57-3 de la Constitution dispose en effet que le Conseil régional est présidé par une personnalité autochtone élue en son sein.

108 Voir Democracy and Democratization, Boulder, Colorado, Westview Press, 1993, p. 41, cité par L. M. Nkoum-me-Ntseny, « Dynamique de positionnement anglophone et libéralisme politique au Cameroun : de l’identité à l’identification », http:/www.polis.sciencespobordeaux.fr/vol1ns/article6.html.

109   Nous renverrons pour une étude plus générale J. Mouangue Kobila, La protection des minorités et des peuples autochtones au Cameroun. Entre reconnaissance interne contrastée et consécration internationale réaffirmée, Paris, Dianoïa, 2009 cité par R. Ngando Sandjè, « Politiques foncières et autochtonie au Cameroun », RCDS/Cambridge Journal vol. 28, 2013/3, p. 7.

110 Jean Njoya, op. cit:, p. 14.

111 Ibid.

112 Ibrahim Mouiche, Démocratisation et intégration sociopolitique des minorités ethniques au Cameroun : entre dogmatisme du principe majoritaire et centralité des partis politiques, Dakar, CODESRIA, 2010.

113 Jean Njoya, op. cit., p. 14.

114 Charles Tilly,« Les origines du répertoire d’action collective en France et en Grande Bretagne », Vingtième siècle, 1984, n°4, p. 99 et s.

115 Jean Njoya, op. cit., 11.

116 Jean Njoya, op. cit., 21.

117 Ibid.

118 Ibid.

119 Ibid.

120 Ibid.

121 L’informateur s’est délibérément abstenu de préciser les noms des personnalités proposées.

122 Entretien de M. Serge Thierry Hindal Nyangala.

123 Cf. Memorandum mboum, p. 4.

124 L’ethnie mboum se subdivise en plusieurs clans. Les plus connus sont : les Mann (dont une partie du peuplement se retrouve à Touboro au Cameroun et l’autre en RCA), les Mboum Ko, les Mboum Pana (basés dans les localités camerounaises de Ngaoundéré et Mbaiboum), les Mboum Mbidoi (se retrouvent beaucoup plus à Ngaoundéré et à Nganha), les Mbouo, les Mboum Mbéré (sont localisés à Touboro et à Meiganga), les Mboum Karan (basés à Touboro), les Mboum Ndjack (les Mbai, les Mvona, les Sapou et les Mboum Kari (sont installés en RCA). Cependant, deux clans se démarquent par leur dynamisme : les Mboum Mbéré et les Mboum Pana. Outre le fait qu’ils sont réputés farouches et combatifs, les Mboum Pana sont majoritairement chrétiens et démographiquement nombreux et plus instruits. En plus, ils sont concentrés dans le département de la Vina et plus précisément à Ngaoundéré (entretien avec M. S. T. Hindal Nyangala  le 16/10/2013 à Ngaoundéré). Par ailleurs, dès que fut fondé le lamidat de Ngaoundéré vers 1830, le peuple mboum connut des problèmes dont les répercussions se sont pérennisées jusqu’à ce jour.  Le statut d’homme libre fut attribué à certains clans mboum pour leur contribution décisive à la victoire peule. Les Mboum Mbéré qui se convertirent à l’islam et combattirent pour le compte du lamidat de Ngaoundéré ménagés. Et ils ne sont pas traités avec autant de mépris que les clans Mboum Pana, Karang et Kouman, restés fidèles à leurs traditions ancestrales et convertis au christianisme. Très astucieux et puissants, les Peuls réussirent à imposer aux Mboum leur civilisation et leur vision du monde. Des promesses fallacieuses, à la violence en passant par la duperie ont été mises à contribution par les Peuls pour arriver à des fins dissuasives et expulsives (entretien avec sa majesté Bélaka Akao Daniel, agent communal à la commune de Ngaoundéré 3e le 07/06/2013).

125 Cf. Memorandum-Ngaoundéré du 9 avril 2011, p. 1.

126 Op. cit., 2-4.

127 Op. cit., 1-2.

128 F. Maïrama, « Toponymie et histoire de Ngaoundéré de 1830 à 2008 », Thèse en vue de l’obtention du diplôme de Master Recherche en histoire politique et culturelle, Université de Ngaoundéré, 2009/2010.

129 Op. cit., p. 2.

130 Memorandum adressé à S. E. Paul Biya, Président de la République, p. 2.

131 Voir L’œil du sahel n°423 du 28 mars 2011, p. 3. ; voir également Déclaration commune de Touboro du 29 décembre 2011 à son excellence M. Paul Biya, président de la République ; Collectif des jeunes de Touboro enlevés et maltraités par la milice illégale du lamido de Rey-Bouba, Touboro le 9 février 2012.

132 Bertrand Maurice, La Fin de l’ordre militaire, Paris, Presse de Science Po, 1996, p. 19.

133 L’adversaire dans la perspective de Norbert Elias désigne l’autre dans le cadre d’une relation de conflictualité traduite par la maîtrise de la violence. À cet effet, Norbert Elias utilise les notions de « sportisation », ou de « parlementarisation », pour rendre compte de la domestication de l’hostilité, de la transformation de la concurrence en jeu, voir Norbert Elias, Eric Duning, Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

134 Le concept d’ennemi inclut l’éventualité d’une lutte, la possibilité de provoquer la mort physique de l’autre et l’obsession de la destruction de l’autre. La figure de l’ennemi permet donc de rendre compte des relations interethniques comme un site de production d’une violence sauvage et d’ensauvagement des mœurs ; voir Carl Schmitt, Notion de politique. Théorie du partisan, Paris, Flammarion, 1982.

135 Op. cit., p. 3.

136 Conformément à l’article 85 de la loi n°2013/006 du 10 juin 2013 portant Règlement intérieur du Sénat « Toute pétition doit indiquer, sous peine d’irrecevabilité, la demeure du ou des pétitionnaires et être revêtue de sa (ou de leurs) signature(s) légalisée(s). Si la légalisation a été refusée, le pétitionnaire doit faire mention de ce refus à la suite de sa pétition ». Quant aux conditions de production et diffusion de certains memoranda, marquées par la rapidité, l’anonymat  et la nature des autorités politico-administratives interpellées (sous-préfet, préfet, gouverneur, ministre et président de la République) renforcent la dimension relativement insaisissable, floue de cet objet, et  donc difficilement assimilable à la pétition.

137 Cf Law-constitution.web.auth.gr/kamtsidou 2013/06/29 cité par Célias Izoard et Emma Piqueray consulté le 23/09/2013.

138 Ibid.

139 G. Nicholas, « Stratégies ethniques et construction nationale », Les ethnies ont une histoire, Paris, Karthala, p. 367-378.

140 Cédric Polere, op. cit., p. 7.

141 Pierre Favre, Olivier Fillieule, « La manifestation comme indicateur de l’engagement politique », in P. Perrineau (éd.), L’Engagement politique, déclin ou mutation ?, Paris, Presses de la FNSP, 1994.

142 Lire utilement Jean Njoya, « La constitutionnalisation des droits des minorités au Cameroun : usage politique du droit ou phobie du séparatisme », Law and Politics in Africa, Asia and Latin America, Baden-Baden, verfassung und Recht in Übersee (VRU) 34, 2001, p. 45-47.

143 L’article 5-4 de la loi no 91/020 du 16 décembre 1991 fixant les conditions d’élection des députés à l’Assemblée nationale et l’article 3-2 de la loi no 92/002 du 14 août 1992 fixant les conditions d’élections des conseillers municipaux. Cette notion de « composantes sociologiques » se ramène essentiellement aux « différentes composantes ethniques de la population».

144 Articles 151-3, 171-3, 218-3 ou encore 246 du Code électoral.

145 Ibrahim Mouiche, « Autochtonie, Libéralisation Politique et Construction d’une sphère Publique Locale au Cameroun », op. cit., 2011, p. 81.

146 Jean-Marie Zambo Belinga, « L’opprobre dans le discours politique au Cameroun : de l’époque coloniale à nos jours », Annales de la FALSH de l’université de Ngaoundéré, Vol. III, 1998, p. 81.

147 La mobilisation politique des Beti dans les années 1990 dans sa dimension rhétorique s’est surtout effectuée à partir de la figure de l’ennemi, du Bamiléké présenté comme un envahisseur (…) Un tract du front national de libération du peuple Beti à l’adresse des Beti lance le mot d’ordre suivant : « Alors peuple Beti, nous les fiers guerriers de la forêt équatoriale, ensemble, LEVONS NOUS POUR ANEANTIR l’avancée impérialiste des BAMILEKE car il y va de notre survie culturelle : CHACUN A SA PLACE ET NOUS SOMMES CHEZ NOUS ! » (Cf. Collectif « Changer Le Cameroun », op. cit., p. 486.

148 Olivier Fillieule, «Local Environmental Politics in France: The Case of the Louron Valley (1984-1996)», French Politics, 1 (3), 2003, p.  305-330.

149 Cf. Assana, « Démocratisation et civilisation des mœurs dans les relations interethniques entre Gbaya et Foulbé dans le Mbéré dans l’Adamaoua-Cameroun : analyse de la transition de la figure de l’ennemi à l’adversaire », à paraître.       

150 J. P. Daloz (dir.), Le (non-) renouvellement des élites en Afrique Subsaharienne, Talence, CEAN, 1999, p. 107 cité par Ibrahim Mouiche.

151 Notre informateur cite à l’actif des memoranda entre autres : l’explosion de la ville de Ngaoundéré en 3 arrondissements et son corollaire la limitation du pouvoir exorbitant du lamido de Ngaoundéré. En fait, quand la ville de Ngaoundéré constituait un bloc monolithique, le lamido de Ngaoundéré s’étendait sur toute l’étendue de Ngaoundéré. Ainsi, cette partition semble confiner les pouvoirs du lamido à Ngaoundéré 2e. De même, l’hypothèse de l’érection du chef mboum de 3e degré du quartier Bamyanga en 2e ou 1er degré n’est pas à exclure dans un futur plus ou moins proche. Par ailleurs, la suspension de l’opération de déguerpissement est à l’actif des memoranda.

152 Cf. le Septentrion Infos n°81 du 7 au 13 septembre 2013, p. 7.

153 Ces expressions sont empruntées à A. Niandou Souley, « Tracts et démocratisation au Niger », Année africaine 1991, Bordeaux, CEAN, 1991, 431-443.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Assana Assana, « Memoranda et démocratisation dans l’Adamaoua (Cameroun) : mutation des modes de participation politique ou entreprise d’instrumentalisation ? », Droit et cultures, 68 | 2014, 213-246.

Référence électronique

Assana Assana, « Memoranda et démocratisation dans l’Adamaoua (Cameroun) : mutation des modes de participation politique ou entreprise d’instrumentalisation ? », Droit et cultures [En ligne], 68 | 2014-2, mis en ligne le 11 décembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3479

Haut de page

Auteur

Assana Assana

Assana Assana est enseignant-chercheur à la Faculté des Sciences Juridiques et Politiques (FSJP) de l’Université de Ngaoundéré au Cameroun. Parmi ses publications, on peut noter « Démocratisation et civilisation des mœurs dans les relations interethnique entre Gbaya et Foulbé dans le Mbéré dans l’Adamaoua-Cameroun : analyse de la transition de la figure de l’ennemi à l’adversaire », à paraître. « Le conflit ethnico-religieux à l’Église évangélique et luthérienne au Cameroun (EELC) dans l’Adamaoua (Cameroun), la réversibilité de la démocratisation et l’ingénierie de la réconciliation », à paraître.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org