Navigation – Plan du site
Dossier : Les cultures à la rencontre du droit : l'Inde

Fédéralisme, identités et langues officielles en Inde

Federalism, Identities and Official Languages in India
Fernand de Varennes
p. 187-212

Résumés

Peu après son indépendance, la République d’Inde se dote en 1950 d’une Constitution qui fait d’elle une république parlementaire fédérale, laïque et démocratique. Ses États membres à l’époque sont hérités des anciennes provinces et États princiers de l’époque du Raj britannique, et la nouvelle Constitution ne prévoit qu’une seule langue officielle, le hindi, avec l’anglais jouant un rôle subsidiaire et temporaire – qui perdure toujours. Mais cet arrangement créa rapidement de nombreux mécontentements puisqu’il signifiait que certaines populations linguistiques de plusieurs dizaines de millions de locuteurs étaient  écartées à toutes fins pratiques des leviers du gouvernement et des opportunités d’emplois puisqu’ils ne maîtrisaient pas les langues officielles de l’Union indienne ou des nouveaux États. Violence et émeutes commencèrent à secouer le pays jusqu’à ce que l’Inde adopte en 1956 le States Reorganisation Act qui réorganise les États selon des bases linguistiques.

Si les conflits n’ont pas complètement disparu de tous les coins du pays, cet article fera le point sur la manière dont les politiques indiennes de planification linguistique, comprenant de nombreuses dispositions constitutionnelles et législatives reconnaissant des droits linguistiques ainsi que les parties constituantes de la fédération et nombreux territoires autonomes ayant leurs propres langues officielles, ont fait en sorte que l’Inde parvienne à maintenir – malgré sa pauvreté – l’unité du pays tout en reconnaissant sa vaste diversité linguistique et culturelle et en trouvant les moyens d’accommoder cette diversité de façon juste et équitable.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Extrait du Dictionnaire amoureux de l’Inde du romancier, dramaturge et scénariste Jean-Claude Car (...)

Si nous mettions ensemble toutes les données concevables (territoires, populations, langues, religions, économies, modes de vie) si nous les étudiions selon nos méthodes, le plus sérieusement, le plus impartialement possible, nous ne pourrions en tirer qu’une conclusion, qui serait implacable : l’Inde n’existe pas.
Un tel ensemble ne peut pas fonctionner. Il est incohérent. Il recouvre tant de niveaux sociaux, tant de complexités mentales, tant de règlements publics ou secrets, tant de réalités imaginaires, tant d’hier dans tant d’aujourd’hui (ou tant de passé dans tant de présent), qu’une cohésion générale relèverait d’un miracle cosmique ; et c’est pourtant le cas. L’Inde existe et elle fonctionne.
À certains points de vue, elle fonctionne même mieux que des États qui se disent historiquement et linguistiquement fondés. La disparité indienne a créé un peuple plus sûrement peut-être que tel ou tel nationalisme. C’est ici la pluralité qui paraît être le ciment. C’est la dissemblance qui rassemble1.

 Introduction

  • 2   Le pays est aussi le foyer de quatre grandes religions, soit l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïn (...)
  • 3 Voir Ethnologue, http://www.ethnologue.com/country/IN.

1Selon J.-C. Carrière, l’Inde (« l’Union indienne ») serait le pays avec la plus importante diversité linguistique, religieuse et culturelle au monde : toutes les grandes religions y sont représentées2, plus de 2 000 groupes ethniques et plus de 400 langues – dont 22 ayant le statut de langues dites « répertoriées » selon la Constitution nationale3. C’est aussi un mastodonte démographique comptant 1,21 milliard d’habitants lors du dernier recensement en 2011, devant même devenir l’État le plus peuplé vers 2025 quand sa population aura dépassé celle de la Chine.

  • 4 La population indienne est composée de quelque 14% de musulmans, soit environ 160 millions de fidè (...)

2Cette riche diversité posa néanmoins des problèmes aigus au moment de choisir la forme de gouvernement pour la jeune démocratie peu après la Deuxième guerre mondiale. Car si certains ont peut-être tendance à confrondre l’Inde avec la langue hindi ou la religion hindoue, celles-ci n’ont pas pu s’imposer sans limites comme symboles de son identité nationale. Comme cette contribution l’expliquera en se penchant surtout sur les aspects linguistiques de l’État, la menace de passer au tout hindi dans un pays où cette langue n’est pas celle de la majorité de la population, ou encore d’adopter même symboliquement l’hindouisme comme religion « nationale » dans le troisième pays musulman au monde4, auraient pu constituer autant de menaces de graves conflits. Si ceux-ci n’ont pu être complètement écartés comme le démontrent les mouvements séparatistes à connotation religieuse du Penjab et du Cashemire, l’Inde a réussi dans une large mesure à désamorcer la plupart des conflits en herbe en adoptant – finalement – un fédéralisme et d’autres mesures qui refléteraient grosso modo sa composition linguistique d’une manière à la fois réaliste et respectueuse de la réalité sur le terrain. C’est ainsi que lors des dernières décennies, l’identité nationale indienne a pris la forme non pas d’une seule langue ou culture officielle à imposer de force à l’ensemble de la population, mais par une palette hiérarchisée de langues officielles et de droits linguistiques dans un État fédéral respectueux de cette diversité et prêt à l’accommoder d’une manière fonctionnelle.

État et diversité linguistique en Inde : une lente évolution

Le contexte démographique

  • 5 L’anglais ne serait la langue maternelle que de 0,3% de la population indienne, soit 226 449 perso (...)

3Aucune langue n’est majoritaire en Inde : même combinées, les deux langues officielles pour l’État au niveau national – l’anglais et le hindi – sont maîtrisées par moins de la moitié de la population du pays puisque, contrairement aux croyances, la première n’est parlée que par 7% de la population et la deuxième par un peu plus de 30%5. Mais ce qu’il faut également garder à l’esprit, c’est que même minoritaires, bon nombre de ces langues indiennes ont plusieurs dizaines de millions de locuteurs : le bengali en aurait plus de 83 millions, le télougou 74 millions, le tamoul plus de 60 millions, etc. Quant aux langues parlées par plus d’un million de locuteurs natifs, il y en aurait 30 selon le recensement de 2001.

  • 6 Le nombre de locuteurs ou de langues varient énormément d’un recensement à l’autre, en partie parc (...)
  • 7 Voir pour de plus amples renseignements L’aménagement linguistique dans le monde - Inde, Universit (...)

4À l’autre bout de l’échelle se trouvent des centaines de langues dites mineures ou tribales. Même si leur nombre précis n’est pas connu, il y aurait un total de 302 langues mineures : 79 parlées par entre un million et plus de 50 000 de locuteurs, 105 parlées par entre 49 000 et 10 000 locuteurs, et 118 parlées par moins de 10 000 locuteurs6. Quant aux langues tribales, c’est-à-dire les langues des peuples autochtones, officiellement reconnues selon la Constitution indienne comme des « tribus inventoriées » (Scheduled Tribesen anglais), il y en aurait environ 250 bien qu’en raison de la difficulté à distinguer entre une langue et un dialecte, ce dernier chiffre soit loin d’être unanime7.

  • 8 En plus des langues indo-aryennes parlées par près de 75% de la population, surtout dans le nord d (...)

5Comme le montre la carte linguistique de l’Inde ci-dessous, il n’en demeure pas moins que plusieurs de ces langues – particulièrement les plus grandes – occupent des territoires assez bien définis. Quoi qu’il en soit, il est clair que ces plus de 400 langues issues de plusieurs familles linguistiques8 forment une mosaïque complexe qu’il fallait au moment de l’indépendance soit ignorer, soit reconnaître voire soutenir lors du choix de la ou des langues officielles du pays. Ce choix ne fut ni facile, ni immédiat, ni absolu.

Source : http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Monde_indien_langues.png

Que faire en matière de langue : indépendance, débats et conflits

6Au moment où était proclamée le 15 août 1947 la naissance de la République indienne et l’entrée en vigueur de sa Constitution le 26 janvier 1950, la majorité des Indiens ne maîtrisait ni l’anglais, ni le hindi, ce qui est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui. Cette réalité allait ainsi peser, parmi d’autres facteurs il est vrai, dans le choix de la forme de gouvernement et de l’État qui allaient refléter les réalités sociales et politiques du pays.

  • 9 À vrai dire le fédéralisme à l’indienne est bien loin du fédéralisme traditionnel, puisqu’en réali (...)
  • 10   Le Government of India Act voté par le Parlement britannique en 1935 tentait d’éviter le démembre (...)
  • 11   Avant 1950 l’Inde était divisée en provinces distinctes sous le contrôle britannique et les États (...)
  • 12 Les locuteurs de télougou étaient le plus gros groupe linguistique à ne pas bénéficier d’un territ (...)

7Car si politiquement l’Inde ne pouvait faire autrement que devenir un État fédéral9, les Britanniques en avaient déjà décidé dès 193510, la plupart des leaders indiens à l’époque – y compris Gandhi – ne semblaient initialement pas trop se soucier de la question linguistique : pour eux, l’Inde devait devenir une fédération laïque avec une seule langue officielle – le hindi. Les frontières entre provinces et États princiers de la période coloniale britannique sont donc pour l’essentiel initialement maintenues et servent ainsi de base à l’organisation des nouveaux États de la fédération indienne de 195011. Mais dès la formation de l’Inde, la décision d’abandonner l’anglais comme langue d’usage officiel pour ne plus utiliser que le hindi, ainsi que celle de ne pas tenir compte des langues utilisées par des centaines de millions d’Indiens, causa non seulement de graves malaises, mais même très vite des émeutes et les premières manifestations de violents conflits entre le gouvernement central et certaines minorités ethniques, en commençant déjà peu après 1950 avec le territoire qui allait ultimement former ce qui est aujourd’hui l’État d’Andhra Pradesh12.

8Il faut donc d’abord comprendre d’une part pourquoi de nombreux leaders politiques au moment de l’indépendance souhaitaient se débarrasser de l’anglais et d’autre part pourquoi ils avaient d’abord vu l’imposition d’une seule langue officielle comme nécessaire pour l’unité nationale.

  • 13 M. K. Gandhi (1965), The Collected Works of Mahatma Gandhi (1917-1918), Vol. XIV, Delhi: Ministry (...)

9Pour Gandhi et plusieurs de ses contemporains, l’anglais était non seulement la langue de l’oppresseur colonial, mais aussi une langue qui, par son utilisation dans le domaine de l’éducation et de l’administration coloniale, avait exclu la grande masse de la population indienne qui ne la comprenait pas. Gandhi lui-même, quoiqu’il la maîtrisait bien, racontait pourquoi l’anglais constituait pour lui une forme d’aliénation :
Le pilori a commencé dès le cours élémentaire [...]. Je sais maintenant que j’aurais appris aisément en un an ce que j’ai mis quatre ans à apprendre en arithmétique, en algèbre, en chimie et en astronomie, si je n’avais pas dû le faire en anglais mais en gujarati. J’aurais mieux possédé ces matières, plus vite et plus clairement. J’aurais eu un vocabulaire plus riche en gujarati. J’aurais utilisé mes connaissances à la maison, chez moi. L’anglais au contraire a créé une barrière infranchissable entre moi-même et ma famille qui n’avait pas fréquenté l’école anglaise. [...] Je suis rapidement devenu un étranger dans mon propre foyer13.

10Ce genre de réaction était d’ailleurs assez courant chez de nombreux dirigeants et penseurs de l’indépendance indienne, y comprit Tagore et Nehru. Si l’élite et la classe moyenne sont souvent anglophones, ou du moins peuvent s’exprimer assez bien dans cette langue, il en est tout autrement pour la majorité des Indiens.

11Mais alors que faire ? Le premier choix pour Gandhi et ses semblables, c’était une seule langue indienne comme unique langue officielle afin de créer un sentiment d’unité et d’identité nationales. En d’autres termes, la langue devait devenir non seulement un moyen de communication, mais aussi l’affirmation d’une identité nationale et culturelle à l’exclusion des autres, et comme le symbole d’un nouveau groupe identitaire pan-national.

  • 14 L’écrit toutefois est clairement distinct pour les deux variantes, puisque l’ourdou utilise une éc (...)

12Gandhi avait déjà lancé une campagne nationale contre l'usage de l’anglais avant même la première guerre mondiale. Selon lui, il fallait une seule langue nationale – indienne, bien sûr – qui entre autres soit facile à apprendre pour tous, y compris les fonctionnaires, et être celle regroupant le plus grand nombre de locuteurs en Inde. Selon Gandhi, ceci ne pouvait être que le hindi, ou plus précisément l’hindoustani, langue orale commune pour les communautés musulmane et hindouiste, à quelques différences notables près14.

  • 15   Gandhi affirmait déjà en 1909 : «A universal language for India should be Hindi, with the option (...)

13Pour Gandhi et d’autres, la plus grande menace pour l’Inde serait la division religieuse entre musulmans et hindous. Il lui semblait donc qu’une langue connue et commune à ces deux communautés dissiperait le risque de l’éclatement du futur pays ; la question religieuse pour ces leaders eut pour conséquence qu’il fut tout simplement impensable de conférer un rôle important au niveau national à l’anglais ou les autres langues indiennes15. Quoi qu’il en soit, non seulement l’éclatement entre la communauté musulmane et la communauté hindoue eut tout de même lieu à l’indépendance dans ce qui est connu comme la Partition de l’Empire colonial britannique des Indes en deux États indépendants le 15 août 1947 : le Dominion du Pakistan à majorité musulmane avec pour langue nationale l’ourdou, suivant la même logique que Gandhi quant au besoin d’une seule langue d’État, et l’Union indienne à majorité hindoue mais laïque qui dorénavant s’exprimerait officiellement en hindi.

14Lorsqu’il est devenu clair que le Pakistan deviendrait un État indépendant, le débat en Inde allait porter surtout sur le statut du hindi comme la langue du pays et l’exclusion de l’anglais. Or, sur ces deux points le consensus n’existait absolument pas dans l’ensemble du pays, même s’il semblait de prime abord exister chez les hindous et musulmans du nord – et donc chez beaucoup de leaders du mouvement indépendantiste – qui partageaient des références linguistiques et culturelles communes avec la langue hindi/ourdou.

15Il n’est pas essentiel de revoir tous les aspects de ce qui fut une période de discussions, de négociations acharnées et même d’agitation puisqu’il n’y avait pas de réel consensus, surtout entre les régions « aryennes » du nord et celles de langues dravidiennes au sud traditionnellement réfractaires au hindi et à l’ourdou.

  • 16 La Constitution indienne en son Article 343 ne prévoit que le maintien temporaire de l’utilisation (...)

16Le compromis linguistique et politique qui allait prendre forme – et évoluer – sous la direction de Jawaharlal Nehru qui contrôlait le Parti du Congrès de l’Inde et qui par la suite deviendra le Premier ministre du pays le 15 août 1947, sera un État fusionnant 562 États princiers dans une union fédérale finalement fondée sur la base de deux langues officielles – au lieu du principe d’un État, une langue comme certains prétendent – au niveau du gouvernement national : l’anglais temporairement16, puisqu’en fin de compte l’élite et la classe moyenne n’ont jamais voulu complètement écarter celle-ci comme langue de l’administration ; et le hindi représentant le groupe identitaire le plus important du pays.

17Mais il était aussi largement admis qu’on ne pouvait pas non plus écarter complètement les langues parlées par des centaines de millions d’Indiens qui ne comprenaient ni l’anglais ni le hindi, en particulier dans le sud, l’est et l’ouest du pays. Une sorte de compromis qui allait de soi avec le modèle fédéral permettait que chaque unité constituante de la fédération (les États) puisse ainsi choisir sa propre ou ses propres langue(s) officielle(s), alors que le gouvernement central (l’Union) aurait le hindi comme langue officielle et, temporairement, l’anglais. De plus, il était largement admis avant l’indépendance que certaines langues indiennes, même si elles n’étaient pas officielles en ce qui a trait à leur utilisation par les autorités publiques, méritaient néanmoins un statut et des appuis particuliers. D’ailleurs, le Parti du Congrès avait déjà adopté le principe dès 1920 qu’au moins les anciennes provinces du Raj britannique pourraient être découpées selon des critères ethnolinguistiques, mais cette idée fut presqu’immédiatement écartée après la tragédie de la Partition de 1947, de crainte d’ouvrir la boîte de Pandore de nouvelles violences.

18Si ce compromis d’une seule langue officielle avec l’anglais comme « béquille » temporaire s’inspirait de l’idéologie associant un État à une langue, certaines failles sont vite apparues lorsque furent enfin adoptées la Constitution indienne et ses premières dispositions. À ses débuts celles-ci avaient peu à voir avec la réalité démographique et linguistique du pays, ce qui allait causer une certaine instabilité avant qu’un changement de cap au niveau des politiques linguistiques permette de stabiliser le pays et y assurer l’unité nationale – alors que le Pakistan a subi un échec et une nouvelle partition.

Plusieurs ou une seule langue pour la fédération ?

  • 17 Il est intéressant de noter le cheminement du Pakistan en matière de droits et politiques linguist (...)

19Sans le Pakistan après 194717, le principal argument pour l’adoption de « l’hindoustani » comme seule langue officielle du pays perdait du poids. En même temps, plusieurs au sein du leadership du Congrès national, parti politique associé à Gandhi et fer de lance de la politique indienne à ses débuts, n’étaient nullement convaincus qu’il était souhaitable ou même possible d’écarter la langue des anciennes autorités coloniales de l’administration publique. Enfin, le fait que le hindi n’était pas la langue de la majorité de la population indienne entraîna qu’il fallait aussi envisager quelles langues seraient utilisées au sein des nouveaux États membres de la fédération et des autres territoires constitutifs de l’Union. Car si une langue pouvait peut-être s’imposer pour le gouvernement national, il en allait tout autrement sur un territoire, comme dans le sud-est dravidophone, où en fin de compte des centaines de millions de personnes ne parlaient pas le hindi.

20Pourtant, à ses débuts l’Assemblée constituante pour la nouvelle Constitution refusa carrément de considérer la création d’États correspondant aux frontières linguistiques du pays, Nehru allant même jusqu’à menacer de démissionner le cas échéant au motif que la formation de telles unités reflétant l’identité culturelle et linguistique non hindi serait une menace à l’unité et à l’intégrité du pays. Il admettra implicitement quelques années plus tard avoir eu tort, et qu’au contraire le maintien de l’intégrité du pays pouvait exiger la création d’États regroupant les populations partageant sensiblement la même langue.  

21C’est donc qu’à l’origine et dans ses toutes premières années, la structure de la fédération indienne devait être fonctionnelle en ce sens que les divisions territoriales devaient être déterminées surtout afin de faciliter l’administration du pays en se servant pour base des anciennes divisions sous l’Empire colonial, et non pas pour refléter les identités ou cultures des différentes parties de l’Inde. De plus, au moins au tout début, aucune disposition constitutionnelle ne protégeait directement les minorités. Tout au plus le gouvernement de chaque État pouvait adopter sa propre langue officielle.

22Comme au Pakistan, cette approche entraîna presque immédiatement une levée de bouclier et des manifestations et émeutes dans différentes régions puisque des centaines de millions de locuteurs de différentes langues se retrouvaient dans des États dont les gouvernements utilisaient une autre langue à des fins officielles, et, de fait, exclus et marginalisés par leurs propres gouvernements qui étaient sensés être maintenant « démocratiques » et donc plus représentatifs.

  • 18 Voir à ce sujet Jason Baldridge (1996), Reconciling Linguistic Diversity: The History and the Futu (...)

23Les violences et crises régionales commençant avec Madras et Andrah Pradesh risquent de déstabiliser le pays et de susciter la formation de mouvements séparatistes qui pourraient déchirer le pays – scénario qui malheureusement se joue lui aussi à la même époque au Pakistan et pour les mêmes raisons18. Contrairement au régime d’Islamabad, le gouvernement de Nehru opère un changement de cap à peine trois ans après l’entrée en vigueur de la Constitution. Dès 1953, la State Reorganizing Commission, ou Commission de réorganisation des États, propose qu’on procède à une réforme fondée notamment sur le maintien et le renforcement de l’unité et de la sécurité de l'Inde, l’homogénéité linguistique et culturelle des territoires du pays, ainsi que diverses considérations financières, économiques et administratives.

24Le facteur linguistique occupe alors une place primordiale parmi ces critères, puisqu’il est maintenant admis qu’il y a correspondance entre la langue et l’identité socioculturelle, et la Commission recommande donc le découpage des territoires et États surtout en fonction des langues utilisées dans les diverses régions. Une loi de 1956 – States Reorganisation Actconfirme cette approche, et pour les prochaines décennies le gouvernement de l’Inde poursuit le remodelage de la carte politique indienne afin de répondre aux aspirations linguistiques et culturelles des régions, mais aussi pour préserver l’unité nationale.

25Sans entrer dans tous les détails de cette évolution fondamentale au niveau des langues officielles et de l’organisation politique du pays, la carte des territoires constitutifs de la fédération indienne s’est modifiée au cours d’une longue période, en commençant d’abord après 1953 afin que le territoire des grandes langues dravidiennes (kannada, malayalam, télougou et tamoul) corresponde, grosso modo aux frontières actuelles des États du Karnataka, du Kerala, de l’Andhra Pradesh et du Tamil Nadu. Il s’ensuivit en 1960 la création des États du Gujarat et du Maharashtra ; le Nagaland devient un État en 1962 ; en 1966 apparaissent les États hindiphones de l’Haryana, de l’Himachal Pradesh et du territoire de Chandigarh. Le Meghalaya devient un État en 1971, le Tripura et Manipur en 1972, suivis la même année de l’Arunachal Pradesh qui devient un territoire, puis plus tard en 1987 un État. Le Mizoram fait de même en 1986. En 2000, trois nouveaux États sont créés : le Jharkhand avec le santhali comme langue officielle, Chhattisgarh avec le hindi comme langue officielle, mais aussi un statut spécial pour le chattisgarhi, et Uttarakhand avec une série de langues pahari devenant langues officielles, y compris le garhwali, le kumaoni et le hindi.

  • 19   Les États sont l’Andhra Pradesh, l’Arunachal Pradesh, l’Assam, le Bengale occidental, le Bihar, l (...)

26Dans presque tous les cas, ces nouveaux États et territoires (passant de 18 États fédérés en 1950 à 28 États fédérés et 7 territoires sous administration fédérale aujourd’ hui)19 suivent d’assez près les frontières linguistiques des principales langues parlées en Inde. Somme toute, les revendications surtout linguistiques (par exemple la réorganisation territoriale du « pays » dravidien en 1953-1957, ou celle des Provinces du Nord-Est en 1972), mais aussi identitaires et politiques de certaines populations tribales (menant à la création en 2000 de l’Utarranchal, du Jharkland et du Chhattisgarh) seront pratiquement toutes satisfaites au sein de la fédération de manière à maintenir l’unité et la stabilité du pays.

  • 20 Le Sri Lanka pour beaucoup d’observateurs devait devenir l’un des nouveaux pays indépendants voués (...)

27Ainsi, contrairement aux affirmations des critiques pour qui la réorganisation des États de la fédération sur une base linguistique, servirait à diviser l’Inde plutôt qu’à rapprocher, celle-ci a su maintenir son unité et son intégrité territoriale – alors que ni le Pakistan, ni durant la même époque le Sri Lanka20, n’ont pu le faire avec leur politique d’une langue nationale exclusive.

28Il semblerait donc que l’unité de l’Inde, pour ne pas dire des Indes, doive sa relative réussite aux institutions dont l’Union indienne s’est dotée.

Identités et langues officielles en Inde : unité dans la diversité

  • 21   Texte original : Linguistic homogeneity provides the only rational basis for reconstituting the s (...)

29L’homogénéité linguistique fournit la seule base rationnelle pour la reconstruction de l’État, car elle reflète le schéma social et culturel de la vie en fournissant au pays des régions clairement définies21.

    • 22 Elle compterait 395 articles et 83 amendements pour un total de 117 369 mots en anglais.
    • 23 Voir la distribution de la centaine de langues non répertoriées dans le Recensement national de 20 (...)

    La Constitution de l’Union indienne, l’une des plus élaborées au monde22, n’enchâsse pas seulement la formation d’une série d’États dont les territoires reflètent les principales langues du pays : elle prévoit aussi différents échelons de langues officielles, de langues avec statuts particuliers, ou encore différents types de droits linguistiques dans certains champs d’activités en proportion de l’importance du nombre de locuteurs des langues et dans certains cas de la signification particulière d’une langue – surtout pour ce qui est du sanskrit et jusqu’à un certain point de l’anglais. Il n’est donc pas complètement exact de décrire l’Inde comme n’ayant que deux langues officielles au niveau national. Il existe plutôt une hiérarchie avec un grand nombre de langues ayant différents statuts afin de refléter au niveau de l’usage au sein des institutions de l’État les nombreuses langues parlées dans le pays :
    au sommet, les deux langues officielles du gouvernement de l’Union ;
    22 langues constitutionnelles dites « répertoriées » ;
    près d’une trentaine de langues officielles régionales au niveau des États ou territoires de l’Union ;
    les langues officielles régionales imposées par le Président de l’Union ;
    les langues officielles locales ou municipales ;
    une centaine de langues constitutionnelles non répertoriées23 ;
    les langues minoritaires ou tribales.

30À ces différents statuts ayant un fondement constitutionnel, il est possible d’en ajouter d’autres. Ainsi, le Gouvernement indien annonça en 2004 qu’il reconnaîtrait des « langues indiennes classiques » : le tamoul fut la première dans cette catégorie (2004), suivie par le sanskrit en 2005, et le kannada et le télougou en 2008.

Les langues officielles de l’Union

  • 24   À vrai dire, la Constitution indienne n’identifie pas l’anglais comme langue officielle. La langu (...)

31Au sommet de la hiérarchie se trouvent ainsi l’hindi et l’anglais, les deux langues officielles au sein de l’administration et du gouvernement de l’Union24. Malgré ce statut, ces langues sont peu ou prou inconnues de la majorité de la population, puisque moins de 7% de la population indienne parlerait couramment l'anglais, et moins de 40% l’hindi. Toutefois, l’hindi est souvent associé à la caste dirigeante hindoue et perçu comme un symbole de l’État central, tandis que l’anglais est considéré par certains comme une langue plus « neutre » ouvrant la porte à de meilleurs emplois.

  • 25 À moins d’un amendement, seul l’anglais est la langue de toutes les procédures devant la Cour supr (...)

32Ces deux langues officielles ne sont pas égales dans la mise en œuvre : l’anglais est ainsi la langue presque exclusive au niveau de l’enseignement universitaire – ce n’est que récemment que l’enseignement en langue locale est dispensé en certaines matières en plus de l’anglais, ce qui signifie que l’hindi n’a qu’un rôle relativement mineur dans ce domaine. Il en est de même aux échelons supérieurs du pouvoir judiciaire25. Si la Constitution indienne en 1958 prévoyait que l’hindi devait remplacer complètement l’anglais en quinze ans, cette mesure se révéla impossible à respecter, surtout en raison de l’opposition des États dravidophones du sud. Grâce à l’Article 343 de la Constitution, l’anglais peut être utilisé après cette date pour toutes les fins déterminées par le Parlement. Ainsi, une loi sur la langue officielle – Official Languages Act de 1963 – qui en théorie devait mettre en œuvre différents moyens pour promouvoir l’utilisation de l’hindi au sein de l’appareil étatique de l’Union – confirme que l’anglais continuera d’être l’une des langues officielles de l’Union et une langue de travail et de service.

  • 26 L’Article 351 de la Constitution indique à ce sujet : « L’Union doit promouvoir l’usage de l’hindi (...)

33Malgré les différentes dispositions en faveur de l’hindi26, l’anglais continue toutefois de dominer au sein du pouvoir judiciaire et de la fonction publique, et est de ce fait largement incontournable en ce qui a trait à bon nombre d’emplois de l’Union. En conséquence, cette langue semble plutôt représenter un frein à l’ascenseur social pour la plupart des Indiens puisque les postes de l’administration de l’Union exigent souvent une bonne connaissance de l’anglais. La vaste majorité des Indiens sont effectivement exclus de ces emplois puisque seulement 7% de la population maîtrise l’anglais, tandis que les élites politiques et économiques envoient leurs propres enfants dans les meilleures écoles anglaises du pays ou même outremer.

  • 27 Il y a aussi un droit constitutionnel pour tout grief contre un fonctionnaire ou autorité gouverne (...)

34Il n’est pas prévu que ces deux langues officielles soient utilisées de la même façon dans tout le pays, bien que l’Article 3(3) de la loi sur les langues officielles prévoit que les deux langues doivent être utilisées par les instances administratives dans leurs échanges avec le public. Les Règlements sur les langues officielles (Official Languages Rules) divisent toutefois l’Inde en trois régions distinctes : une Région « A » où les fonctionnaires du gouvernement de l’Union doivent toujours utiliser le hindi. Il s’agit d’une région qui comprend les États de Bihar, Haryana, Himachal Pradesh, Madhya Pradesh, Rajasthan, Uttar Pradesh et les territoires d’Andaman, de Delhi et des îles Nicobar ; la Région « B » où ceux-ci utiliseraient surtout le hindi, couvrant les États de Gujarat, Maharashtra, Panjab et le territoire de Chandigarh ; et enfin la Région « C » où l’anglais aurait droit de cité chez les fonctionnaires fédéraux dans les parties du pays au sud, à l’est et au nord (voir carte ci-dessous)27.

Les régions d’utilisation des langues officielles de l’Union au sein de l’administration fédérale28

Les régions d’utilisation des langues officielles de l’Union au sein de l’administration fédérale28

35Dans les faits, il n’est pas inhabituel que pour ce qui est des contacts quotidiens entre l’administration fédérale et les membres du grand public, même dans la Région A où c’est en théorie la langue hindi qui doit être utilisée, ce soit la langue anglaise qui soit privilégiée, d’autant plus que dans de larges secteurs d’activités comme l’enseignement universitaire et les instances judiciaires le gouvernement, ainsi que les textes législatifs, prévoient toujours l’utilisation obligatoire et presque exclusive de l’anglais. C’est pourquoi le gouvernement de l’Union admet de temps à autres que ses fonctionnaires utilisent peu le hindi dans leur travail une fois embauchés – en d’autres termes, il est admis que l’anglais demeure toujours la langue de l’administration quotidienne, surtout avec les membres du public :

  • 29 Annual Programme for Transacting the Official Work of the Union in Hindi 2008-2009, Department of O (...)

Section 11.
Les officiers de l’IAS et de tous les services fédéraux doivent faire un stage en hindi durant leur apprentissage à l’École d’administration afin de pouvoir l’utiliser dans leur travail officiel. Cependant la plupart ne le font pas. Il semble qu’ils n’aient pas compris le message et en conséquence le recours au hindi n’est pas employé autant qu’il le devrait. Le recours accru au hindi est une obligation pour les hautes instances des ministères/ départements de la fonction publique. Cela incitera à leur tour les employés subalternes à en faire autant rendant la conformation à la politique linguistique plus réelle29.

  • 30 Cette situation s’explique en partie parce qu’il est souvent plus facile de privilégier l’anglais (...)

36De plus, les panneaux et autres inscriptions sur les édifices du gouvernement de l’Union soit accordent la prépondérance à l’anglais dans toute la partie nord du pays, soit cèdent même exclusivement la place à l’anglais dans les Régions B ou C, contrairement à ce que sembleraient exiger ces textes législatifs30.

  • 31 Voir le Annual Programme for Transacting the Official Work of the Union in Hindi, Department of Of (...)

37Néanmoins, force est de constater que lors d’échanges entre les deux principaux niveaux de gouvernement (Union et États/territoires), les règlements semblent favoriser officiellement le hindi dans de larges parties du pays. Pour ce faire, un Département de la langue officielle sous le ministère des Affaires intérieures est en place pour promouvoir l’usage accru du hindi et assurer la mise en œuvre des autres dispositions de la Constitution et des autres textes législatifs sur les langues officielles31.

Les langues constitutionnelles « répertoriées »

  • 32 Ces langues répertoriées sont l’assamais, le bengali, le bodo, le dogri, le goujarati, l’hindi, le (...)

38Depuis 2007, suite à une série d’amendements, l’Annexe VIII de la Constitution reconnaît 22 langues dites répertoriées (en anglais, scheduled), quelquefois aussi connues sous le nom de langues constitutionnelles32. Ce sont les principales langues indiennes – le sanskrit s’y retrouve pour des raisons historiques, religieuses et culturelles – auxquelles le gouvernement de l’Union accorde un statut particulier sans toutefois les reconnaître comme langues officielles à part entière. À vrai dire, ce statut constitutionnel est plutôt symbolique, puisqu’il ne garantit aucunement l’utilisation de ces langues par les autorités fédérales ou étatiques. Tout au plus, ces langues sont « représentées » auprès de la Commission nationale aux langues officielles et le gouvernement de l’Union doit prendre des mesures pour contribuer à leur développement pour qu’elles demeurent des moyens de communication modernes et efficaces. Il est aussi possible de puiser auprès d’elles – et en particulier auprès du sanskrit – pour « enrichir le hindi ». Il est prévu que ces langues peuvent être adoptées comme langues officielles des États, mais il n’y a aucune exigence à cet effet.

Les langues officielles des États et territoires de l’Union

  • 33   Elles sont près d’une trentaine au niveau des États et territoires, dont l’anglais, l’assamais, l (...)
  • 34   Voir une liste de ceux-ci dans L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : Les politiques l (...)

39L’Article 345 de la Constitution permet aux États de choisir une ou plusieurs langues à des fins officielles33. Le gouvernement de l’Union est celui qui détermine la ou les langues officielles des gouvernements territoriaux. Presque tous les États ont adopté une loi linguistique, et plusieurs d’entre eux en ont promulgué deux ou plus pour l’ensemble de l’État34. Dans certains cas, il est prévu qu’une langue sera utilisée « à des fins officielles », ou encore qu’elle est une langue officielle « associée ». À cela il faut aussi ajouter que certains États reconnaissent aussi des langues officielles locales comme l’explique la prochaine section.

40Contre toute attente, le statut de langue officielle dans un État ne signifie pas qu’une telle langue sera nécessairement utilisée dans l’enseignement public ou l’administration : l’utilisation précise d’une langue officielle particulière par un gouvernement – lorsqu’il y en a plus d’une – dans des secteurs déterminés dépendra la plupart du temps de ce qui est prévu dans la loi linguistique régissant l’utilisation des langues.

Les langues officielles régionales par décret présidentiel

41L’une des conséquences de la création d’États selon les frontières linguistiques est qu’il y aura toujours des minorités importantes. Particulièrement dans le cas de minorités fort nombreuses occupant un territoire traditionnel, ne pas reconnaître certains droits à leur utilisation pourrait être source de tensions et même de conflits. C’est ainsi que la Constitution indienne fut modifiée lorsque l’Inde s’est dirigée après 1953 vers un découpage territorial au niveau des États et territoires de l’Union pour permettre au Président de faire des « ajustements », là où le nombre le justifie : ainsi, l’Article 347 prévoit que le Président peut unilatéralement imposer à un État l’obligation d’utiliser une langue officielle régionale, et de déterminer les conditions et les champs d’utilisation :
À une demande en ce sens, le Président peut, s’il est assuré qu’une partie substantielle de la population d’un État souhaite qu’une langue qui leur est propre soit reconnue par cet État, ordonner que cette langue accède à un statut officiel dans cet État ou une partie de celui-ci selon des finalités qu’il peut être amené à spécifier.

  • 35 V. à ce sujet Thomas Benedikter (2009), Language Policy and Linguistic Minorities in India, LIT Ve (...)
  • 36 V. par ex. l’Article 2(b) de la Karnataka Local Authorities (Official Language) Act, 1981: «If the (...)

42Ce statut relève toutefois uniquement de la discrétion du Président, et n’est pas un droit linguistique qu’une minorité linguistique – aussi nombreuse soit-elle – puisse exiger. Il s’ensuit apparemment que cette disposition n’a eu concrètement jusqu’à maintenant que fort peu d’utilité35. Un certain nombre d’États ont par ailleurs de leur libre choix adopté eux-mêmes des langues officielles locales ou municipales lorsque les locuteurs d’une langue donnée représentaient un pourcentage élevé de la population locale36.

Les langues officielles locales ou municipales

  • 37 L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens, Uni (...)

43Sans que ce soit une exigence constitutionnelle ou même législative, et surtout parce que le gouvernement central ne souhaite probablement pas intervenir trop fréquemment dans les politiques linguistiques internes des États ou se servir du pouvoir discrétionnaire du Président en vertu de l’Article 347, une série de principes directeurs ont été émis au cours des années indiquant les situations où des langues officielles additionnelles devraient être reconnues afin que certains fonctionnaires et diverses instances administratives soient obligés de se servir de ces langues dans leurs échanges avec les membres du public. Ces principes ont été décrits de la manière suivante :
1) la traduction et la publication des textes de loi, règlements et avis importants, dans toutes les langues minoritaires parlées par au moins 15% de la population totale d’un district ou un sous-district ;
2) la déclaration du statut de « seconde langue officielle ou autre langue officielle » pour les langues parlées dans les districts par au moins 60% de la population37.

  • 38 Thomas Benedikter (2009), op. cit., p. 156-157.
  • 39 Le Président de l’Union indienne nomme aux termes de l’Article 350B de la Constitution un agent sp (...)

44Il faut dire que ces principes sont tout à fait cohérents lorsqu’on considère en général l’approche indienne en matière de langues officielles et les autres dispositions comme celle ayant trait au droit à un enseignement en langue maternelle dont il sera question infra. Néanmoins, puisque ces principes ne sont pas contraignants, la reconnaissance de langues officielles locales ou municipales demeure à la discrétion des gouvernements des États. Selon certains observateurs, peu de langues minoritaires ont atteint ce statut de langue officielle, surtout lorsqu’on considère l’étendue de la diversité linguistique en Inde38. Même le Commissaire national aux minorités linguistiques soutient que de nombreux États négligent de respecter ces principes et semblent vouloir ignorer les griefs des membres de ces communautés39.

Les langues non répertoriées  

  • 40 Le Recensement indien de 2001 reconnaissait 100 langues non répertoriées de plus de 10 000 locuteu (...)

45Les langues non répertoriées (non-scheduled languages) sont plus d’une centaine et comprennent les langues maternelles parlées par plus de 10 000 locuteurs au niveau de l’Union40. Il ne s’agit pas d’un statut ayant des conséquences concrètes pour les locuteurs : tout au plus les langues indiennes dans cette catégorie sont identifiées lors des recensements nationaux et pourraient faire l’objet de mesures là où elles sont suffisamment nombreuses ou concentrées, comme être désignées comme langues officielles locales ou municipales.

Les langues minoritaires ou tribales

46Toutes les langues indiennes sont minoritaires au niveau national, en ce sens qu’aucune, pas même le hindi, ne représente plus de 50% de la population du pays.

  • 41 Pour les listes de celles parlées par entre un million et plus de 50 000 locuteurs, entre 49 000 e (...)
  • 42 Comme l’ourdou.

47Au niveau des États et des territoires de l’Union, ce n’est toutefois pas le cas : à vrai dire, la principale ou unique langue officielle de la plupart de ces États est majoritaire. Ainsi, pour ne donner que quelques exemples, les États de Haryana et de Kerala (respectivement pour l’ourdou et le malayalam) sont unilingues à 90%. Cela signifie qu’il existe un très grand nombre de langues minoritaires au pays (plusieurs centaines)41, y compris certaines ayant un statut de langue officielle, et d’autres ayant des millions, voire des dizaines de millions, de locuteurs42.

48Le statut de langue minoritaire relève une certaine importance en droit constitutionnel, puisque l’Article 350A semble prévoir au niveau primaire l’enseignement dans leur langue maternelle :
Il sera du ressort de chaque État et autorité locale de celui-ci de fournir les services adéquats en matière d’instruction en langue maternelle dans les premières années d’éducation des enfants appartenant à un groupe linguistique minoritaire et le Président prendra toutes les mesures qu’il jugera appropriées en ce sens afin de s’y conformer.

49Contrairement à ce qu’ont pu croire certains observateurs, l’Article 350A n’oblige pas les gouvernements des États ou autorités locales indiennes à fournir un enseignement dans toutes les langues minoritaires : cette disposition suggère uniquement que ceux-ci devraient faire des efforts de ce côté, bien qu’elle ajoute également que le Président de l’Union peut ordonner à un État de mettre en place des installations scolaires pour une minorité linguistique s’il le juge nécessaire. Cela pourrait se faire par la création d’écoles publiques, mais aussi par un appui financier ou d’autres mesures permettant à ces minorités de gérer leurs propres institutions scolaires.

  • 43   Article 30(1) : All minorities, whether based on religion or language, shall have the right to es (...)
  • 44   Article 29(1) Any section of the citizens residing in the territory of India or any part thereof (...)

50L’Article 30 de la Constitution, bien qu’il ne se limite pas aux minorités linguistiques, confirme néanmoins que tous les groupes minoritaires ont le droit de créer et d’administrer leurs propres établissements d’enseignement, ce qui sous-entend qu’il s’agit d’institutions privées et non pas d’écoles publiques43. Finalement, et cette dernière disposition elle aussi ne se limite pas aux minorités linguistiques, l’Article 29 de la Constitution assure que tout groupe de citoyens ayant une langue, une écriture ou une culture distincte a le droit de les conserver44.

51Le statut de minorité linguistique en Inde comporte donc un certain nombre de droits et de « considérations » spéciales, mais en même temps les dispositions comme l’Article 350A ne sont pas aussi contraignantes qu’elles semblent l’être de prime abord : malgré les centaines de langues minoritaires qui existent dans le pays, peu d’entre elles sont utilisées par les États ou les autorités locales comme langue d’enseignement, et ce nombre diminue de plus en plus, comme le démontre le prochain tableau.

  • 45 B. Mallikarjun, (2004), Language in India, disponible à l’adresse électronique suivante : http://w (...)

Nombre de langues utilisées dans l’enseignement public (statistiques du All India Education Survey)45

Cinquième recensement (1986)

Sixième recensement (1993)

Primaire

43

33

Haut primaire

31

25

52La signification de ces données très partielles devient plus évidente lorsqu’on considère deux autres phénomènes : de plus en plus d’Indiens semblent abandonner leur langue maternelle et choisissent que leurs enfants apprennent plutôt en anglais ou en hindi – bien que dans certains cas il se peut que ce soit parce que les écoles publiques enseignant en hindi soient plus accessibles compte tenu du peu d’établissements scolaires enseignant en langues minoritaires. Il existe aussi un autre facteur dont il faut tenir compte dans le contexte indien : plusieurs écoles optent pour un enseignement dans plus d’une langue.

53Toutefois, il n’y a aucun doute qu’il existe une dérive de plus en plus prononcée vers les deux langues officielles de l’Union, puisque le nombre d’écoles qui enseignent en anglais a fait des gains spectaculaires, passant de 5,99% pour les écoles primaires et 15,91% pour celles du haut primaire, 18,37% pour le secondaire et 28,09% pour le haut secondaire selon les résultats du Sixième recensement général indien sur l’éducation de 1993, à 12,98%, 18,25%, 25,84% et 33,59% respectivement pour le Septième Recensement du même type en 2003. Pour l’hindi, durant la période couverte par ces deux recensements, on observe un phénomène semblable un peu moins prononcé : en 1987, l’hindi est la langue d’enseignement pour 42,26% des écoles primaires et 40,93% pour celles du haut primaire, 33,94% pour le secondaire et 45,37% pour le haut secondaire, mais en 2003 augmente à 46,79%, 47,41%, 41,32% et 48,11% respectivement.

  • 46 L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens, Uni (...)

54Dans les faits, il semble que la plupart des langues minoritaires – malgré les dispositions et autres mesures fort favorables – ne sont tout simplement pas utilisées comme langues d’enseignement, et que cette tendance s’accentue de plus en plus :
Sauf exception, seuls les groupes parlant une langue comptant environ un million de locuteurs ont pu bénéficier de cette disposition constitutionnelle, parfois de petites langues parlées par plus de 100 locuteurs ont réussi à obtenir que leur langue soit enseignée dans les écoles46.

  • 47 Constitution (Scheduled Tribes) Order, 1950, C.O. 22. Disponible à lawmin.nic.in/ld/subord/rule9a. (...)

55La Constitution indienne reconnaît de plus l’existence de groupes autochtones qu’elle décrit comme « tribaux », ce qui signifie donc qu’il existe aussi un certain nombre de langues autochtones en Inde. Quelque 744 tribus représentant 7,5% de la population indienne selon le recensement de 2001 sont énumérées en tant que tribus répertoriées dans un décret présidentiel pour la mise en œuvre de ces dispositions constitutionnelles en leur faveur47, mais cette liste n’inclut pas nécessairement tous les peuples autochtones de l’Inde. De plus, il n’existe aucune définition formelle quant à la façon de déterminer si un groupe est autochtone ou non.

  • 48 Pour les mesures précises en ce sens, voir entre autres les articles 330, 332, 335, 338A, 340, 342 (...)

56Les mesures pour ces tribus peuvent – en théorie sinon dans la pratique – avoir certaines conséquences au niveau du statut ou de l’usage des langues autochtones. Ces mesures ont en effet été adoptées pour les tribus – ainsi que d’autres pour les castes – en reconnaissance de leur longue exclusion par la société indienne, y compris de plusieurs catégories d’emploi, des écoles, d’accès aux soins de santé, etc. Pour ces raisons, il est prévu que les tribus et castes puissent bénéficier de certains avantages non reconnus aux autres membres de la société afin de pallier cette longue période d’exclusion et de discrimination qui ont fait de leurs membres parmi les plus marginalisés en Inde. Ils bénéficient ainsi d’accès privilégiés dans les universités, ou dans certaines catégories d’emplois dans la fonction publique ou de représentation politique au niveau de l’Union, des États et des territoires, de mesures spécifiques en vue d’assurer leur bien-être, etc.48.

  • 49   L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens,  U (...)

57Ceci n’a pratiquement aucun effet direct pour les langues tribales, sinon que les autorités locales devraient peut-être considérer plus favorablement toute requête leur ayant trait, comme pour une école :
Il existe aussi un critère de distance pour les « zones tribales », à savoir qu'une école primaire devrait être située à moins de 1,5 kilomètre, mais dans certaines régions rurales cette distance peut atteindre jusqu'à cinq kilomètres49.

  • 50   Thomas Benedikter (2009), Language Policy and Linguistic Minorities in India, LIT Verlag, Berlin, (...)

58S’il est indéniable que langues minoritaires et tribales sont reconnues politiquement et juridiquement à plusieurs niveaux, il n’en demeure pas moins que leurs statuts sont moins bien protégés que ceux des langues officielles, et que les droits, privilèges ou considérations qui leurs sont rattachés peuvent souvent ne pas aller bien au-delà de vœux pieux. Il semble qu’au cours des dernières années, les gouvernements de l’Union et des États ne s’intéressent guère aux droits linguistiques des minorités ou des tribus autochtones, en dépit de ce qu’affirment les documents constitutionnels et autres50, et comme l’atteste le nombre décroissant de langues minoritaires servant de langue d’enseignement au niveau primaire au pays.

L’Inde : la pratique du multilinguisme par excellence ?

  • 51 Prague Manifesto of the Movement for the International Language Esperanto, Prague, July 1996, http (...)

L’inégale distribution du pouvoir entre les langues est le plus sûr moyen de pérenniser l’insécurité linguistique, voir tout bonnement l’oppression linguistique pour une grande partie de la population mondiale51.

59En plus de toutes les initiatives et approches fort favorables au multilinguisme, l’Inde se signale dans le domaine de l’éducation par ce qui est quelquefois appelé la « formule des trois langues » ou trilingue. Cette formule, non obligatoire mise en avant par la Commission pour l’éducation, dans sa forme la plus répandue, comprend la langue maternelle ou la langue régionale, une des langues officielles de l’Union (l’hindi ou l’anglais), et une autre langue indienne ou étrangère. Sur les douze années d’études du primaire et secondaire, l’enseignement se fait d’abord dans la langue maternelle ou officielle de l’État de la première à la cinquième année, et la formule trilingue est introduite à partir de la sixième année.

60Comme bien d’autres aspects des politiques linguistiques indiennes, la formule trilingue n’est pas toujours mise en place parce qu’il ne s’agit pas d’une approche obligatoire, mais plutôt d’une recommandation. Ainsi, certains États, particulièrement ceux du sud comme le Tamil Nadu ont choisi d’enseigner deux langues au lieu de trois.

61Quoi qu’il en soit, l’Inde demeure l’un des États qui a le mieux su réconcilier une diversité linguistique, religieuse et culturelle phénoménale avec les exigences de développement et d’unité nationale en choisissant une forme fédérative et pragmatique de gouvernement combinée avec une trentaine de langues officielles au niveau national, des États et territoires.

62Toutefois, sauf pour des droits plutôt minimes en enseignement primaire, la vaste majorité des centaines de langues minoritaires et tribales est largement délaissée par les autorités, malgré les bonnes intentions signalées dans plusieurs documents et les efforts de mécanismes comme le Commissaire national aux droits linguistiques. Ainsi, en plus du peu d’intérêt des autorités scolaires dans bien des États à assurer un enseignement primaire en langue maternelle lorsqu’il s’agit d’une minorité moins nombreuse, il faut aussi avouer que la chute du nombre d’écoles enseignant en langue maternelle s’explique en partie parce que bien des parents préfèrent de plus en plus inscrire leurs enfants d’abord dans des écoles où on enseigne en anglais, puis dans celles qui dispensent une instruction en hindi – s’ils ont la possibilité de le faire.

  • 52 Voir par exemple l’utilisation de l’allemand et du ladin, langues minoritaires, au sein de la fonc (...)
  • 53 Le Kerala est aussi l’État avec le taux d’alphabétisation et de développement les plus élevés au p (...)

63La principale raison de ce phénomène est que les langues minoritaires ou tribales sont souvent malheureusement perçues comme « inutiles » dans la vie moderne. Or, ce manque de valorisation est le résultat des politiques du gouvernement de l’Union et de la plupart des États sauf quelques exceptions notables comme le Kerala. Comme l’anglais demeure – par décision des autorités publiques – presque la seule langue utilisée dans l’enseignement universitaire et devant les instances judiciaires supérieures du gouvernement de l’Union, et avec l’hindi comme seule langue pour les emplois dans la fonction publique nationale, il ne faut pas s’étonner que bien des Indiens ont conclu que ces deux langues sont les plus « utiles » dans la vie moderne. Ceci est particulièrement vrai lorsque le gouvernement de l’Union et ceux des États – directement par leurs lois et politiques linguistiques – non seulement n’assurent pas l’utilisation de la plupart des langues minoritaires en dehors de l’enseignement primaire mais font en sorte de les interdire ou de rendre leur usage très difficile, mettant ainsi en avant une certaine vision de la vie moderne en Inde. Le seul enseignement dans une langue minoritaire ne servirait donc pas à grand-chose si en même temps les autorités refusent de rendre ces langues « monnayables », par exemple en se servant d’une langue minoritaire ou tribale comme l’une des langues d’emploi pour la fonction publique où les locuteurs de ces langues sont concentrés52. Le Kerala par exemple est l’un des États qui a le plus poussé pour s’écarter du tout à l’anglais ou l’hindi dans la fonction publique en obligeant ses fonctionnaires à privilégier le malayalam53.

Conclusion

  • 54 Philo d’Alexandrie. 1854, The works of Philo Judaeus, the contemporary of Josephus, trans. C. D. Y (...)

L’humanité est constituée de différentes nations et n’a plus (depuis Babel) utilisé une langue unique. Néanmoins terre et mer ont à de nombreuses reprises été le jouet de malheurs indicibles. En effet, ce ne fut pas pour des raisons linguistiques que les hommes s’unirent à des fins coupables, mais la compétition et l’annulation de leurs âmes aspirant à faire le mal54.

64L’Inde évita les malheurs du Pakistan et du Sri Lanka en abandonnant très vite l’idée d’imposer une seule langue officielle dans un pays où la mise en œuvre de l’idéologie « un État, une langue, une nation » aurait vite éteint les flammes des mouvements séparatistes qui naquirent peu après l’indépendance. En optant plutôt pour deux langues officielles nationales, un fédéralisme qui tiendrait compte dans la délimitation des territoires des États de la langue principalement utilisée par les populations de ces régions. En adoptant une trentaine de langues officielles au niveau régional, et enfin en ajoutant une série de droits linguistiques et autres mesures pour les langues minoritaires et tribales, l’Union indienne a ainsi su maintenir son unité et sa stabilité mieux que ces deux derniers pays – et ce malgré une bien plus grande diversité.

65Évidemment, tout n’est pas parfait malgré le souci d’être unis dans la diversité. La décision du gouvernement de l’Union de n’utiliser que l’anglais dans plusieurs domaines (comme l’enseignement universitaire), et dans une moindre mesure l’hindi, et de ne pas prôner avec beaucoup de conviction l’utilisation de la plupart des langues minoritaires ont pour conséquences l’abandon de plus en plus fréquent de langues locales et tribales ; dans certains cas, les autorités publiques refusent carrément de respecter les dispositions constitutionnelles comme celle au droit à un enseignement dans la langue maternelle. Si les autorités refusent d’utiliser les langues minoritaires – même celles parlées par des millions de locuteurs, celles-ci n’auront ainsi que peu de « valeur sociale » à l’extérieur de la famille ou de la communauté immédiate. Comme le gouvernement de l’Union et ceux de plusieurs États n’accordent surtout qu’à l’anglais et à l’hindi bon nombre de postes et emplois clés, les données depuis quelques décennies indiquent une dérive vers l’anglais et l’hindi à l’exclusion des autres langues, même si cette évolution continue à désavantager et exclure une majorité d’Indiens qui ne maîtrisent toujours pas l’anglais ou l’hindi.

66Néanmoins, plusieurs langues régionales officielles semblent bien protégées par le fédéralisme linguistique de l’Union avec des frontières linguistiques sécurisantes. Si le tout n’est nullement parfait dans la mise en œuvre, surtout pour des centaines de langues minoritaires et tribales qui continuent à être ignorées ou même menacées, il n’en demeure pas moins que le « modèle indien » peut être efficace et fonctionnel – même s’il reconnaît une trentaine de langues officielles – aussi longtemps que ceci représente assez fidèlement la réalité sur le terrain.

Haut de page

Notes

1   Extrait du Dictionnaire amoureux de l’Inde du romancier, dramaturge et scénariste Jean-Claude Carrière, Éditions Plon.

2   Le pays est aussi le foyer de quatre grandes religions, soit l’hindouisme, le bouddhisme, le jaïnisme et le sikhisme. L’Inde accueille aussi la plus grande communauté bahá’ie au monde.

3 Voir Ethnologue, http://www.ethnologue.com/country/IN.

4 La population indienne est composée de quelque 14% de musulmans, soit environ 160 millions de fidèles. L’Inde serait ainsi au troisième rang derrière l’Indonésie et le Pakistan.

5 L’anglais ne serait la langue maternelle que de 0,3% de la population indienne, soit 226 449 personnes selon le recensement de 2001.

6 Le nombre de locuteurs ou de langues varient énormément d’un recensement à l’autre, en partie parce que la définition même de langue varie à différentes périodes. Pour les données officielles sur les langues en Inde, voir : http://censusindia.gov.in/Census_Data_2001/Census_Data_Online/Language/ data_on_language.html.

7 Voir pour de plus amples renseignements L’aménagement linguistique dans le monde - Inde, Université de Laval, http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/indeacc.htm.

8 En plus des langues indo-aryennes parlées par près de 75% de la population, surtout dans le nord du pays, les langues dravidiennes dans le sud sont parlées par plus de 22% des Indiens, alors que parmi les autres langues mineures ou tribales s’en trouvent certaines qui font partie des familles austro-asiatiques et tibéto-birmanes, ainsi que quelques isolats.

9 À vrai dire le fédéralisme à l’indienne est bien loin du fédéralisme traditionnel, puisqu’en réalité le gouvernement central est largement plus puissant que les autres composantes, au point que certains le décrivent quelquefois comme une structure quasi fédérale ou même un État unitaire avec des principes fédéraux subsidiaires. Voir à ce sujet Anne Vaugier-Chatterjee, « Le fédéralisme entre centralisation et décentralisation », Pouvoirs 90, 1999, p. 90.

10   Le Government of India Act voté par le Parlement britannique en 1935 tentait d’éviter le démembrement de l’Empire et garder en son sein l’Inde en offrant d’établir une fédération, sans toutefois lui permettre de devenir un État complètement souverain. Ce projet fut rejeté par l’ensemble des États princiers comme une tentative d’éviter la création d’une Inde indépendante et démocratique.

11   Avant 1950 l’Inde était divisée en provinces distinctes sous le contrôle britannique et les États princiers dirigés par des souverains locaux sous le contrôle de résidents britanniques. L’Inde d’aujourd’hui est donc l’addition des Indes sous contrôle colonial britannique (le « British Raj ») et de l’Inde « autonome » des États princiers.

12 Les locuteurs de télougou étaient le plus gros groupe linguistique à ne pas bénéficier d’un territoire autonome propre, et ce n’est donc pas un hasard si les premiers troubles – y compris une grève de la faim – apparurent presqu’immédiatement dans les territoires où ceux-ci étaient majoritaires. Leurs efforts entraînent la formation de l’Andhra Pradesh le 1er novembre 1953, d’abord à partir d’une partie des territoires des États de Madras et de Hyderabad, puis d’autres zones proches où sont concentrés les locuteurs de télougou en 1956 et 1960. Cette création servira par la suite de modèle pour la création d’autres États sur des bases linguistiques.

13 M. K. Gandhi (1965), The Collected Works of Mahatma Gandhi (1917-1918), Vol. XIV, Delhi: Ministry of Information and Broadcasting, Publications Division, p. 16. Traduction française dans L’aménagement linguistique dans le monde - Inde,  Université de Laval, http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/indeacc.htm.

14 L’écrit toutefois est clairement distinct pour les deux variantes, puisque l’ourdou utilise une écriture arabo-persique et l’hindi l’écriture devanagari.

15   Gandhi affirmait déjà en 1909 : «A universal language for India should be Hindi, with the option
of writing it in Persian or Nagari characters. In order that the Hindus and the Mohammedans may
have closer relations, it is necessary to know both the characters. And, if we can do this, we can
drive the English language out of the field in a short time». M. K. Gandhi, Indian Home Rule or
Hind Swaraj, 1909, version numérique disponible sur la toile, Yann Forget (2003),http://docs.google.com/fileview?id=0B2GRozT38B1eYWU0OTc5N2UtNGQyZC00YTlmLWI4N2UtZjQ2ZTg4MzY3NTM5&hl=en.

16 La Constitution indienne en son Article 343 ne prévoit que le maintien temporaire de l’utilisation de l’anglais pour toutes les fins officielles pendant une période de quinze ans à partir de l’entrée en vigueur de la Constitution. Il était prévu que l’hindi remplacerait ultimement l’anglais au sein des institutions du gouvernement, bien qu’il y avait – et continue toujours d’exister – une opposition farouche des dravidophones du sud, parmi d’autres, à ce que l’hindi devienne la seule langue officielle des instances nationales, préférant l’anglais qu’ils perçoivent comme plus neutre. C’est en partie pour ces raisons que l’utilisation de l’anglais s’est toujours maintenue après l’expiration des premières quinze années par le Parlement, comme cette possibilité est d’ailleurs prévue à l’Article 343 « pour toutes les fins déterminées par le Parlement ».

17 Il est intéressant de noter le cheminement du Pakistan en matière de droits et politiques linguistiques. Le gouvernement pakistanais lui aussi se dirigea initialement vers l’unilinguisme officiel, annonçant par exemple vers le début des années 1950 que seul l’ourdou deviendrait la langue nationale et d’administration du pays. Comme la population du Pakistan oriental représentait à l’époque probablement plus de la moitié de la population du pays entier, et plus de 90% de celle-ci maîtrisait le bengali sans connaître l’ourdou, cette décision aurait exclu presque tous les habitants de la partie orientale du pays en ayant des conséquences désastreuses quant à l’emploi au sein de la fonction publique et à la réussite scolaire des enfants. Des manifestations massives sont vite apparues ainsi que la création d’un mouvement pour la défense par la langue bengali. Réprimées dans le sang le 21 février 1953, ces premières manifestations se transformèrent en grèves (hartal), émeutes et dans la transformation du mouvement pour la défense de la langue en mouvement séparatiste. Le Pakistan oriental obtiendra finalement son indépendance en 1971, devenant ainsi le Bangladesh – à la date du 21 février commémorée universellement depuis 1999 comme Journée internationale de la langue maternelle. Comme l’Inde, le Pakistan a en fin de compte dû abandonner l’approche « d’une nation, une langue », mais seulement après avoir été amputé de presque la moitié de son territoire et de sa population. L’Inde pour sa part a su maintenir l’unité du pays en adoptant une multitude de langues officielles à différents niveaux de la fédération.

18 Voir à ce sujet Jason Baldridge (1996), Reconciling Linguistic Diversity: The History and the Future of Language Policy in India, thèse, http://www.ling.upenn.edu/~jason2/papers/natlang.htm : «Because of these and other factors working against the promotion of Hindi, neither the planned changeover from English to Hindi as the official language nor the envisioned rise of Hindi as the national language occurred. Nonetheless, in 1965, in accordance with the 15-year plan, instructions were given to go ahead with the linguistic changeover. Communication between the Center and the states was to be in Hindi, except for the non-Hindi states, which would receive an accompanying English translation (Das Gupta 1970, p. 236). This determination led to protests in many different regions of India-most notably in Madras. There, the Dravida Munnetra Kazagham (DMK) political party helped organize the Madras State Anti-Hindi Conference on January 17, 1965 – little more than a week before the January 26 date scheduled for Hindi’s ascent to the role of sole official language of India. The day before this deadline, students in Madras picketed with cries of «Hindi Imperialism» and «Hindi never, English ever!», beginning a two month long period of agitation and repression. During this time, sixty-six people died – two of which were members of the DMK who committed suicide by self-immolation on the street. At the same time, pro-Hindi groups in the north staged demonstrations which attacked «English imperialism» and urged the Union government to go ahead with the shift to Hindi». 

19   Les États sont l’Andhra Pradesh, l’Arunachal Pradesh, l’Assam, le Bengale occidental, le Bihar, le Chhatisgarh, Goa, le Gujarat, l’Haryana, l’Himachal Pradesh, le Jammu-et-Cachemire, le Jharkhand, le Karnataka, le Kerala, le Madhya Pradesh, le Maharashtra, le Manipur, le Meghalaya, le Mizoram, le Nagaland, l’Orissa, le Penjab, le Rajasthan, le Sikkim, le Tamil Nadu, le Tripura, l’Uttaranchal, et l’Uttar Pradesh ; les sept territoires de l’Union sont les îles Andaman-et-Nicobar, Chandigarh, Dadra-et-Nagar-Haveli, Daman-et-Diu, Delhi, les îles Laccadive et Pondichéry.

20 Le Sri Lanka pour beaucoup d’observateurs devait devenir l’un des nouveaux pays indépendants voués au succès en raison de son homogénéité ethnique– comparé à l’Inde et au Pakistan –, ses nombreuses ressources naturelles, et une élite relativement bien éduquée. Or son gouvernement élu démocratiquement opta lui aussi peu de temps après l’indépendance dans les années 1950 pour l’adoption d’une seule langue officielle, le cingalais, à l’exclusion de l’anglais et du tamoul. Vouant ainsi plus de 20% de la population, surtout locuteurs du tamoul, à l’exclusion et à leur marginalisation, cette politique « d’une nation, une langue », comme en avait décidé le Pakistan et à ses tout débuts l’Inde, mena directement à la guerre civile qui finit par éclater dans les années 1970 – comme au Pakistan d’ailleurs. Seule l’Inde évita ce résultat en adoptant plusieurs langues officielles, combinées avec une forme de fédéralisme.

21   Texte original : Linguistic homogeneity provides the only rational basis for reconstituting the state, for it reflects
the social and cultural pattern of living obtaining in well-defined regions of the country?
Extrait du rapport de la
State Reorganizing Commission, reproduit dans S. D. Muni (1996), «Ethnic conflict, federalism,
and democracy in India», dans Ethnicity and power in the contemporary world, Kumar Rupesinghe et
Valery A. Tishkov (eds), United Nations University Press, Tokyo. Disponible sur la toile à http://archive.unu.edu/unupress/unupbooks/uu12ee/uu12ee0j.htm.

22 Elle compterait 395 articles et 83 amendements pour un total de 117 369 mots en anglais.

23 Voir la distribution de la centaine de langues non répertoriées dans le Recensement national de 2001 à http://censusindia.gov.in/Census_Data_2001/Census_Data_Online/Language/partb.htm.

24   À vrai dire, la Constitution indienne n’identifie pas l’anglais comme langue officielle. La langue de Shakespeare y apparaît plutôt comme une langue qui sera utilisée pour des fins officielles par le gouvernement de l’Union, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Quoi qu’il en soit, il est devenu fort répandu de décrire l’anglais comme langue officielle, y compris par le Gouvernement indien lui-même.

25 À moins d’un amendement, seul l’anglais est la langue de toutes les procédures devant la Cour suprême de l’Inde et des hautes cours, selon l’Article 348(1)(a) de la Constitution.

26 L’Article 351 de la Constitution indique à ce sujet : « L’Union doit promouvoir l’usage de l’hindi, développer cette langue de manière à ce qu’elle serve de moyen d’expression à tous les éléments de la mosaïque culturelle de l’Inde et assurer son enrichissement par l’assimilation, sans nuire à son génie, des formes, du style et de l’expression propres à l’hindoustani et aux autres langues de l’Inde énumérées à l’Annexe VIII. Chaque fois que cela sera nécessaire ou désirable, l’hindi puisera, pour enrichir son vocabulaire, dans celui du sanskrit, puis dans celui d’autres langues ». L’Official Languages Act prévoit aussi en son Article 4 la création d’un Comité sur la langue officielle pour évaluer le progrès accompli dans l’emploi de l’hindi à des fins officielles et faire des recommandations à ce sujet au Congrès.  

27 Il y a aussi un droit constitutionnel pour tout grief contre un fonctionnaire ou autorité gouvernementale de présenter une pétition dans la langue indienne de son choix. Voir à ce sujet l’Article 350 de la Constitution.

28 Source : L’aménagement linguistique dans le monde - Inde,  Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-2pol-union.htm.

29 Annual Programme for Transacting the Official Work of the Union in Hindi 2008-2009, Department of Official Language, Ministry of Home Affairs, Government of India, March 2008, p. 4.

30 Cette situation s’explique en partie parce qu’il est souvent plus facile de privilégier l’anglais plutôt que d’appliquer la Constitution ou les textes de lois favorisant l’hindi en raison de l’opposition farouche, surtout dans le sud dravidophone. Comme le soutenait un ancien premier Ministre du Tamil Nadu,
C. N. Annadurai : «Making a language (Hindi) that is the mother tongue of a region of India the
official language for all the people of India is tyranny. We believe that it will give benefits and superiority to one region (the Hindi-speaking region).... [Rendre une langue (l’hindi), qui est la
langue maternelle d’une région de l'Inde, officielle pour tous les citoyens de l’Inde, c'est de la
tyrannie. Nous croyons que cette langue apportera des avantages et la supériorité à une région (la
région hindiphone) ...] ». Cité dans L’aménagement linguistique dans le monde – Inde, Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-2pol-union.htm.

31 Voir le Annual Programme for Transacting the Official Work of the Union in Hindi, Department of Official Language, Ministry of Home Affairs, 2011-2012, http://rajbhasha.gov.in/annualeng.pdf.

32 Ces langues répertoriées sont l’assamais, le bengali, le bodo, le dogri, le goujarati, l’hindi, le kannada, le kashmiri, le konkani, le maïthili, le malayalam, le manipouri, le marathi, le népali, l’oriya, le panjabi, l’ourdou, le sanskrit, le santali, le sindhi, le tamoul et le télougou.

33   Elles sont près d’une trentaine au niveau des États et territoires, dont l’anglais, l’assamais, le bengali, le bhojpouri, le bodo, le chhattisgarhi, le dogri, le français, le garo, le gujarati, le haryanvi, l’hindi, le kannada, le konkani, le kokborok, le maïthili, le malayalam, le manipouri, le marathi, le mizo, le naga, le l’oriya, l’ourdou, le panjabi, le pahadi, le sindhi, le tamoul, et le télougou.

34   Voir une liste de ceux-ci dans L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : Les politiques linguistiques des États indiens, Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-3pol-etats.htm.

35 V. à ce sujet Thomas Benedikter (2009), Language Policy and Linguistic Minorities in India, LIT Verlag, Berlin, p. 193.

36 V. par ex. l’Article 2(b) de la Karnataka Local Authorities (Official Language) Act, 1981: «If the population of a linguistic minority within the area of operation of such local authority is not less than fifteen percent. – (i) petitions shall be accepted in the language of such minority and as far as possible replies thereto shall be given in that language; (ii) hand-outs and publicity material shall also be given in the language of such minority; (iii) notices of the local authorities shall also be published in the language of such minority».

37 L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens, Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-3pol-etats.htm. Ce site contient aussi une liste de langues officielles locales ou municipales.

38 Thomas Benedikter (2009), op. cit., p. 156-157.

39 Le Président de l’Union indienne nomme aux termes de l’Article 350B de la Constitution un agent spécial chargé des minorités linguistiques devant enquêter sur toutes les questions relatives aux mesures de protection prévues pour les minorités linguistiques. Il s’agit du Commissaire national aux minorités linguistiques.

40 Le Recensement indien de 2001 reconnaissait 100 langues non répertoriées de plus de 10 000 locuteurs. La liste et leur distribution sont disponibles à l’adresse électronique suivante : http://censusindia.gov.in/Census_Data_2001/Census_Data_Online/Language/Statement1.htm.

41 Pour les listes de celles parlées par entre un million et plus de 50 000 locuteurs, entre 49 000 et 10 000 locuteurs, et celles parlées par moins de 10 000 locuteurs, voir http://www.axl.cefan.ulaval.ca/ asie/inde-langues_mineures.htm.

42 Comme l’ourdou.

43   Article 30(1) : All minorities, whether based on religion or language, shall have the right to establish and administer educational institutions of their choice. Une autre partie de cette disposition prévoit l’obligation de s’assurer que ce droit à un enseignement dans sa langue maternelle n’est pas brimé si un État exproprie (ou fait l’acquisition obligatoire) d’une propriété appartenant à un établissement scolaire minoritaire privé (paragraphe 1A), et que si un gouvernement appuie financièrement d’autres établissements scolaires, ceci devra se faire sans discrimination envers les établissements scolaires minoritaires (paragraphe 2).

44   Article 29(1) Any section of the citizens residing in the territory of India or any part thereof having a distinct language, script or culture of its own shall have the right to conserve the same.

45 B. Mallikarjun, (2004), Language in India, disponible à l’adresse électronique suivante : http://www.languageinindia.com/april2004/kathmandupaper1.html (dernier accès le 20 avril 2013).

46 L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens, Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-3pol-etats.htm.

47 Constitution (Scheduled Tribes) Order, 1950, C.O. 22. Disponible à lawmin.nic.in/ld/subord/rule9a.htm.

48 Pour les mesures précises en ce sens, voir entre autres les articles 330, 332, 335, 338A, 340, 342 de la Constitution, et la Constitution (Scheduled Tribes) Order, 1950, C.O. 22.

49   L’aménagement linguistique dans le monde – Inde : La politique linguistique des États indiens,  Université de Laval, http://www.axl.cefan.ulaval.ca/asie/inde-3pol-etats.htm.

50   Thomas Benedikter (2009), Language Policy and Linguistic Minorities in India, LIT Verlag, Berlin, p. 157.

51 Prague Manifesto of the Movement for the International Language Esperanto, Prague, July 1996, http://www.geocities.com/bharato/pragajhoj/prague_manifesto.htm.

52 Voir par exemple l’utilisation de l’allemand et du ladin, langues minoritaires, au sein de la fonction publique de la province autonome de Bolzano-Alto Adige/Bozen Südtirol.

53 Le Kerala est aussi l’État avec le taux d’alphabétisation et de développement les plus élevés au pays.

54 Philo d’Alexandrie. 1854, The works of Philo Judaeus, the contemporary of Josephus, trans. C. D. Yonge. London, H. G. Bohn, vol. 2, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Source : http://commons.wikimedia.org/​wiki/​File:Monde_indien_langues.png
URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/3390/img-1.png
Fichier image/png, 110k
Titre Les régions d’utilisation des langues officielles de l’Union au sein de l’administration fédérale28
URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/3390/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fernand de Varennes, « Fédéralisme, identités et langues officielles en Inde », Droit et cultures, 67 | 2014, 187-212.

Référence électronique

Fernand de Varennes, « Fédéralisme, identités et langues officielles en Inde », Droit et cultures [En ligne], 67 | 2014-1, mis en ligne le 07 juillet 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3390

Haut de page

Auteur

Fernand de Varennes

Fernand de Varennes est un expert en matière de droits linguistiques et des droits de l’homme reconnu au niveau international. Lauréat 2004 du Prix Linguapax (Barcelone) en reconnaissance de son dévouement et de ses contributions dans le domaine de la diversité linguistique, ses travaux de recherche sur les droits des minorités, droits linguistiques et conflits ethniques l’ont mené à collaborer avec bon nombre d’organisations internationales, y compris le Groupe de travail sur les droits des minorités de l’ONU, l’UNESCO, et le Haut-Commissaire sur les minorités nationales de l’OSCE. Il rédige en ce moment un guide pratique en droits linguistiques pour les Nations unies. Le Dr. de Varennes est l’auteur de quelque 150 textes scientifiques et cinq monographies publiés en une trentaine de langues. En plus d’avoir enseigné le droit au Canada, en Australie, en Indonésie, au Japon, en Finlande et en Italie, entre autres, il cumulait en 2013 les postes de professeur invité à l’Université de Hong Kong, à l’Université Vytautas Magnus (Lituanie), ainsi qu’à l’Université de Pretoria.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org