Navigation – Plan du site
Études

Des « estoires vraies ». Réflexions sur l’institution royale au miroir de quelques Romans de la seconde moitié du XIIe siècle

«Reliable estoires». Reflections on the Royal Institution, in regards to some Romances of the Second half of the XIIth century
Françoise Pont-Bournez
p. 203-227

Résumés

En cette brillante Renaissance du XIIe siècle, des « clercs Lettrés » se sont emparé des trois matières de « France, de Bretagne, de Rome la Grande ».

Forts de la certitude que « personne ne doit dissimuler son Savoir », ils entendent les transmettre à un large auditoire et s’expriment pour cela en « roman ».

Ce faisant, ces « écrivains romanciers » savent aussi retenir l’attention des dames et des chevaliers lorsqu’ils proposent à leur réflexion un certain « modèle royal » en ses différentes composantes.

Et ce public curial ne s’y trompe pas qui reconnaît et accueille le schéma institutionnel ici proposé du gouvernement capétien.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

Si maître Homère et maître Platon
et Virgile et Cicéron avaient caché leur « science »,
jamais depuis lors on n’aurait parlé d’eux.
C’est pourquoi je ne veux pas taire mon savoir…
mais je me plais à raconter une chose digne qu’on s’en souvienne1.

1Dans la seconde moitié du XIIe siècle, les écrivains, pour « créer » une estoire, disposent de trois fonds de récits. C’est en tout cas ce qu’affirme, dans le prologue de la Chanson des Saisne, l’un de leurs contemporains, le trouvère Jean Bodel d’Arras (1167-1210) : « Il n’existe que trois matières, de France, de Bretagne, de Rome la Grande »2.

2Pour la « matière de France », à partir de 1150, les Chansons de Geste rapportent moins les exploits de guerriers héroïques qu’elles ne relatent la révolte des hauts barons contre leur roi : La Chanson de Girart de Roussillon oppose au roiCharles Martel son puissant vassal, Girart de Roussillon ; Raoul de Cambrai, écrite sous le règne de Philippe Auguste, raconte sur plusieurs décennies la lutte de grands féodaux contre l’empereur Louis3.

3À l’instar de Chrétien de Troyes, le père du « roman courtois », Marie de France pour composer les Lais et Béroul, les aventures de Tristan et Iseut, exploitent la « Matière de Bretagne » en mettant sur le devant de la scène les figures royales de Marc de Cornouaille et celle, plus grandiose encore, d’Arthur, roi de tous les Bretons4.

4Trois clercs enfin, dont Benoît de Sainte-Maure, contribuent avec brio à la diffusion des romans antiques en s’appuyant sur les grandes fresques latines, la Thébaïde, L’Enéide ou encore L’Ephemeris belli Trojani, redonnant vie aux figures mythiques des rois « de Rome la Grande » en une trilogie : Le Roman de Thèbe, Le Roman d’Eneas et Le Roman de Troie5.

5« Ces trois matières ne se ressemblent pas » poursuit, dans sa présentation, le poète d’Arras qui les qualifie « d’irréel et de plaisant pour les contes de Bretagne, de sage pour ceux de Rome et de vrai pour ceux de France ». Une diversité propre à satisfaire nos savants auteurs qui y trouvent la source la plus appropriée à leurs goûts, à leur talent aussi qu’ils savent et disent grand. Car, quel que soit leur registre de prédilection, ils partagent la même ambition de marquer leur époque et les siècles futurs de la force impérissable de leur œuvre. Une certitude inébranlable qu’ils puisent dans l’optimisme intellectuel qui caractérise la Renaissance du XIIe siècle dont ils sont pleinement partie prenante6.

6Un renouveau culturel brille dans les prestigieuses écoles du Nord du royaume de France : Laon, Troyes, Tours, Orléans, Chartres, Paris où se précipitent des escoliers « venus de partout dans le monde »7. Paris, bruissant du chantier de la cathédrale, soulève l’enthousiasme de jeunes clercs anglais, Giraud de Barri, Gautier Map, celui du futur évêque de Chartres, Jean de Salisbury qui, dans une lettre, exprime son envoûtement : « Heureux exil que celui qui a cet endroit pour demeure »8, ou encore celui de l’abbé Philippe de Harengt, exalté par « cette nouvelle Jérusalem, demeure de David et du sage Salomon…, heureuse cité où les saints livres sont lus avec tant de zèle… »9.

7Dans ces cités du domaine capétien, les clercs-étudiants peuvent acquérir le fondement des connaissances que constituent les Sept Arts libéraux, hérités de l’Antiquité et déclinés en deux cycles : le Trivium, Grammaire, Rhétorique, Dialectique, et le Quadrivium, Géométrie, Arithmétiques, Musique, Astronomie ; le premier ouvrant à la connaissance des mots, le second à celle des sciences10.

8Chartres ce « grand centre scientifique » et son école avaient choisi d’étudier les res, ces choses qui formaient le Quadrivium11, ce qui n’excluait pas un enseignement fondé sur la connaissance et l’exégèse des textes des Anciens12. N’est-ce pas à eux que se réfère le clerc Benoît de Sainte-Maure dans le prologue qui ouvre Le Roman de Troie, en évoquant « les Anciens qui … composèrent les précieux livres où sont écrits les sept arts »13. Au portail royal de la cathédrale de Chartres, de prestigieux représentants de l’enseignement des Arts et des Sciences, Donat, Cicéron, Aristote, Boèce, Euclide, Pythagore, Ptolémée entourent comme d’une couronne le Christ-Roi. Tous ces laïcs personnifient les Arts libéraux en un cycle d’études qu’Alcuin avait renouvelé et qui se trouvait à l’origine de la réforme scolaire carolingienne14. Quelques siècles plus tard, en la collégiale Saint-Victor de Paris, le chanoine Hugues proposait le Didascalicon, un ambitieux programme visant à « moderniser » l’enseignement des Arts libéraux15.

9Nos romanciers érudits s’emparèrent à leur tour de ce cursus scolaire. Ainsi de Benoît de Sainte-Maure, au prologue du Roman de Troie où il évoque l’antique sagesse : « Si ils s’étaient tus ceux qui inventèrent les divisions du savoir et qui composèrent les précieux livres où sont décrits les sept arts et les ouvrages philosophiques qui dispensent leur enseignement à tous les hommes, en vérité le monde vivrait dans l’ignorance »16. Toutes ces références aux arts libéraux que l’on retrouve également  dans le Roman de Thèbes dans l’Eneas ou dans Girart17, ne doivent rien au hasard qui attestent de ce que nos auteurs sont bien des clercs lettrés, en étroite relation avec le monde des écoles et de ses écoliers d’où ils tirent leur goût du savoir et de sa transmission18. Leurs œuvres ne se contentent pas de raconter des « estoires » de pure fiction. Si elles sont d’inestimables sources pour l’historien de la littérature ou de la pensée, elles le sont aussi pour l’historien du droit qui trouve exprimée, à travers des figures de roi ce que doit être la « bonne gouvernance », une conception proche de celle développée par Jean de Salisbury dans le Policraticus19.

10Dans tous leurs romans, le modèle institutionnel proposé reproduit ce que nous pouvons connaître par ailleurs des cours princières et royales, notamment capétienne, dont il reflète aussi les tensions ou les mutations. Le roi y apparaît le plus souvent entouré d’un premier cercle de familiers – sa garde rapprochée, sa mesnie – qui sont aussi ses vassaux et surtout ses plus proches conseillers. Là se trouve l’âme du gouvernement royal, l’expression parfois transcendée de l’autorité régalienne, par où se définit une certaine image du pouvoir. Mais dans l’exercice de celui-ci, le roi a aussi à compter avec ses puissants barons, forts de leur titulature princière et de leurs clientèles guerrières : tous ses grands vassaux qu’à la fois il prétend dominer, tout en restant tributaire des règles ancestrales, passées dans la coutume, qui définissent leurs relations réciproques20.

De leur certaine science

«  Celui qui est sage ne doit pas le cachermais doit au contraire montrer son savoir pour que quand il aura quitté ce monde n se souvienne toujours de lui »21.

11Ainsi commence le récit anonyme du siège de Thèbes auquel répond comme en écho Benoît de Sainte-Maure dans sa présentation du Roman de Troie,en se recommandant du sage d’entre les sages : « Salomon nous apprend et nous dit – on peut le lire dans son livre – que personne ne doit dissimuler son savoir »22.

12C’était là belle manière, pour les litterati du XIIe siècle, de trouver leur place entre la mort qui épouvante et l’éternité qui fascine. Mais l’homme, le littérateur doit être plus ambitieux encore et compléter le désir d’éternité qui habite chacun par une appétence beaucoup plus forte, pour devenir un « auteur/auctor » à part entière : celui qui augmente. Le devoir de chaque lettré n’est pas seulement de poursuivre la voie ouverte par les Anciens, de transmettre le Savoir qui constitue l’essence même de l’humanité, pour qu’il » germe, fleurisse, fructifie »23, il est aussi, pour la part qui lui revient, de l’accroître. Bernard de Chartres, aux dires de Jean de Salisbury, n’exprime pas autre chose : « Nous sommes des nains juchés sur les épaules des géants, de telle sorte que nous puissions voir plus de choses et plus éloignées que n’en voyaient ces derniers ; et cela non point parce que notre vue serait plus puissante ou notre taille avantageuse mais parce que nous sommes portés et exhaussés par la haute stature des géants »24.

L’apprentissage du Savoir

13Benoît de Sainte-Maure, comme tous ses confrères lettrés, participe pleinement de l’effervescence intellectuelle qui permet à l’homme d’acquérir pour mieux les transmettre les connaissances nouvelles. À l’instar des grands humanistes de son temps, il met en garde contre les méfaits catastrophiques que peut engendrer « l’ignorance, cet exil de l’homme »25. Sans la Connaissance, l’homme, façonné par Dieu à son image, est appelé à rejoindre le troupeau des bêtes, en une destinée alors peu glorieuse, même si celles-ci participent aussi de la Création.

14Évidemment, il serait bon, pour les mieux cerner, de connaître l’histoire personnelle  de ces écrivains, de pouvoir dresser d’eux une biographie « intellectuelle », de déceler ce qui a pu façonner l’esprit de ces clercs sur lesquels nous avons si peu de renseignements. Leurs textes parlent pour eux : ces lettrés sont de la «  maison » du Savoir, l’unique souverain auquel ils ont prêté fidélité. C’est de clergie dont il s’agit.

15« La patrie de l’homme c’est la science à laquelle on parvient par les arts libéraux qui sont autant de villes-étapes », affirme Honorius d’Autun26. Lorsque le héros d’Eneas entreprend son voyage dans les profondeurs des Enfers, il rencontre la devineresse de Cumes, la Sibylle, « une femme experte en art magique », mais qui l’intéresse aussi parce que, outre l’astronomie, « le soleil et la lune, et chacune des étoiles », « elle connaît la rhétorique, la musique, la dialectique et la grammaire »27.

16L’auteur du Roman de Thèbes intègre ce même cursus universitaire. Peu préoccupé d’anachronisme, il s’en inspire en exprimant sa fierté d’être de ces « savants » qui croient en la permanence et la transcendance de la pensée humaine à travers les siècles. Il donne vie, en de magnifiques vers très didactiques, aux Arts libéraux gravés sur le char de Phébus par les soins du grand Vulcain :
« Pierres précieuses et émaux
décoraient l’intérieur de la paroi frontale,
y dessinant les sept arts :
Grammaire y était peinte avec ses divisions
Dialectique avec ses arguments
Rhétorique avec ses principes
Arithmétique tient sa machine à calculer
et Musique chante sur la gamme…
Géométrie tenait une verge
et Astronomie une autre… »28.

17Pour Benoît de Sainte-Maure en son Roman de Troie, comme pour nombre de savants contemporains, la référence absolue en matière de savoir historique, la source par excellence dans laquelle il se plaît à se retrouver réside en la personne de Darès le Phrygien : ce conteur du VIe siècle, natif de Troie et auteur présumé du De excidio Trojae, qu’Isidore de Séville en ses Étymologies tenait déjà avec Hérodote – noblesse oblige – pour l’un des « pères fondateurs de l’Histoire »29et que lui-même nous présente comme « un clerc d’un extraordinaire talent, versé dans la connaissance des sept arts »30.

18Au terme de ce long apprentissage et de cette accumulation des savoirs, tous ces clercs mériteront d’entrer à leur tour dans le panthéon des lettrés et gagneront à ce prix leur immortalité dans les siècles futurs. Êtres de foi et de raison, ils pourront, à l’instar des Grecs et des Romains, se situer au cœur même de la Création divine, désormais perçue dans son unicité originelle, et appréhender le cosmos dans sa globalité rationnelle, dans sa « Vérité » surtout dont Bernard de Chartres disait qu’elle était fille du temps et Honorius d’Autun « qu’il n’y a pas d’autre autorité que la vérité prouvée par la raison »31. Une vérité que celui qui a reçu la grâce du savoir et l’art de la narration se doit impérativement de révéler, comme le souligne également Marie de France :
« Quand Dieu vous a donné la science
et un talent de conteur,
il ne faut pas se taire ni se cacher
mais se montrer sans hésitation »32.

La transmission du Savoir

« Maintenant je peux commencer l’histoire
qui à tout jamais restera en mémoire,
autant que durera la Chrétienté.
Voilà de quoi Chrétien s’est vanté »33.

19C’est par cette fière entrée en matière, en forme de profession de foi, que Chrétien de Troyes vers 1160 offre à l’universalité de l’Occident son premier « roman », Erec et Enide. Quelle que soit la matière dont ils se nourrissent – récits des temps antiques gréco-latins, romans celtiques ou Chansons de Geste – nos littérateurs de la seconde moitié du XIIe siècle, outre la confiance dans la durée de leur entreprise, ont en commun la prétention à rapporter à leur auditoire des » estoires vraies ».

20Il en est ainsi au premier chef de tous ceux qui, sous couvert d’exalter la gloire passée de Troie, le destin tragique de Thèbes ou la toute puissance de Rome, en profitent pour célébrer les origines troyennes des nobles d’Occident, par excellence leur public. Leur certitude en la matière, ils la tirent de la qualité présupposée de leur source, quitte pour cela à oublier la chronologie. Selon Benoît de Sainte-Maure, Homère qui était pourtant lui aussi« un clerc d’un extraordinaire talent et plein de sagesse » ne peut que s’être « trompé » lorsqu’il décrit la ruine et le dépeuplement de Troie car, né un siècle plus tard, il n’a pas été le témoin oculaire de l’événement ; pour la « vérité », il préfère s’en remettre à l’autorité de Darès, ce natif du lieu qui en vécut le siège et en fit au jour le jour la relation34. Inversement, le narrateur se tait dès que son information se tarit et Benoît de Sainte-Maure, alors qu’il a déjà écrit plus de deux mille vers, pousse le scrupule à un point extrême : « je m’arrête ici de raconter la vie et les actes de Jason car je ne trouve rien de plus à ce sujet dans ma source : Darès n’a pas voulu en écrire davantage ». Et d’ajouter, parlant de lui à la troisième personne : « Benoît… ne développe pas le récit en racontant des mensonges », tandis qu’il s’apprête à relater « la véridique histoire » de la légendaire expédition contre Troie, menée par Hercule, qui aboutira à la première destruction de la Cité35.

21Dans le même esprit de quête et de « respect » de la vérité, l’auteur de l’Eneas connaît remarquablement l’Enéide dont il adapte fidèlement la trame36. Quant au père du Roman de Thèbes, il s’inspire non des tragiques grecs dont il ignore la langue mais de la Thébaïde de Stace, cette « épopée latine écrite vers la fin du Ier siècle de notre ère par P. Papinius Statius, fils d’un grammaticus napolitain, à laquelle il est revenu de transmettre au Moyen Age français le souvenir de l’expédition argienne contre Thèbes »37. Marie de France, elle, se propose de raconter en peu de mots : « les contes que je sais vrais dont les Bretons ont fait des lais »38. Ce même impératif de vérité se retrouve dans le lai consacré à Eliduc qui était vassal du roi de Petite Bretagne :
« Je vais vous faire le récit
d’un très ancien lai breton
et je vous en dirai l’histoire
et toute la vérité, comme je crois la savoir »39.

22Ces « lais que les seigneurs de Bretagne, quand ils entendaient raconter les aventures survenues autour d’eux, faisaient composer pour en perpétuer le souvenir » et qu’à son tour elle prétend – comme un devoir – préserver de l’oubli, fût-ce au prix « de bien des heures de veilles »40.

23Cette fidélité proclamée aux sources n’empêche pas pour autant nos « compositeurs » - à tous les sens du terme - de revisiter, voire de réviser l’Histoire, en présentant à leur auditoire une sorte d’univers intemporel où fusionnent harmonieusement le présent et le passé. Ils ne s’en cachent d’ailleurs pas qui, à l’instar de Benoît de Sainte-Maure, n’hésitent pas à proclamer :
« Je suivrai le latin à la lettre.  
nul autre rien n’y voudrai mettre
que ce que je trouve écrit.
Toutefois, en rien ne m’interdis,
si du moins j’en ai le talent,d’ajouter quelques développements bien dits,
tout en la matière suivant »41.

24De cette « vérité du savoir » confortée par la sagesse des Anciens, nos clercs lettrés entendent faire part au plus large auditoire, à ce public de cour naturellement averti des grandes salles châtelaines. Pour y être mieux entendus,ils ont abandonné le latin au profit d’un idiome, promis à un bel avenir, le roman : langue vernaculaire, mélange de bas-latin, de picard, de francien, d’anglo-normand – regroupés communément sous le nom de langue d’oïl – parlé dans le domaine capétien. Tous ces poètes participent de cette translatio, d’œuvre écrite en latin et traduite en romanz, de ce mouvement que l’on appelle « la mise en roman » qui, plus tard et par métonymie, donnera son nom au nouveau genre littéraire : le Roman.

25Benoît de Sainte-Maure contribue à ce mouvement qui, en guise de prologue, se propose de mettre à la portée du plus grand nombre la guerre de Troie, l’une des aventures les plus célèbres de l’Antiquité, devenue sous sa plume Le Roman de Troie : 
«  Et pour ce je veux travailler
à commencer une histoire
que du latin où je la trouve
la voudrai ainsi en romanz mettre,
afin que ceux qui n’entendent pas le latin
puisse se divertir en romanz »42.

26Marie de France aurait pu se livrer à un semblable exercice ; elle se sait parfaitement capable de traduire du latin au roman mais elle a choisi, plus difficile encore, de divulguer la matière de Bretagne :
« Pour ce, j’ai commencé à penser
à composer quelque bonne histoire
que j’aurais traduite de latin en roman.
Mais je n’en aurais pas tiré grand prix
car tant d’autres l’ont entrepris… »43.

27Comme Chrétien de Troyes, tous ces auteurs privilégient l’écriture en octosyllabes destinés à la lecture, une lecture linéaire, sans rupture, qui offre à l’auditeur les meilleures conditions pour se concentrer et réfléchir, tout en se divertissant44. Conscients et jaloux de leur art, ils entendent faire respecter leur œuvre : raconter des histoires n’est pas à la portée du premier misérable jongleur. L’anonyme de Girart de Roussillon n’y va pas par quatre chemins qui d’entrée annonce qu’il entend réhabiliter cette « belle et vieille chanson, écrite et composée avec art » ; pour avoir été récitée par de piètres jongleurs, elle n’a jamais connu le succès mérité, faute d’avoir trouvé « la clé des chambres », celle des dames, bien sûr, qui  la jugeaient « trop longue et trop ennuyeuse ». Qu’il prenne garde, celui qui n’en serait pas digne et se hasarderait à la chanter : » Il  n’y gagnerait même pas le prix d’une botte de paille … »45. Et l’auteur du Roman de Thèbes de renchérir :
« Qu’ils se taisent tous ceux du mestier
s’ils ne sont clercs ou chevaliers :
ils sont tout aussi capables de m’écouter
qu’un âne de jouer de la harpe »46.

28Lorsqu’à la fin du conte se tait la voix du « liseur », le plaisir peut se prolonger en des débats passionnés sur les différents thèmes dignement proposés à l’attention des chevaliers … et naturellement des dames, elles aussi lettrées. En ces temps là, l’instruction dans les maisons royales et princières n’est pas exclusivement un mâle privilège ; aux gentes dames également, elle est dispensée qui, telles Aliénor d’Aquitaine ou ses filles Alix et Marie de Champagne inspirent des vocations chez certains trouvères, troubadours ou autres clercs séduits par leur culture, leur curiosité, leur originalité. L’écho s’en retrouve jusque dans le Roman de Girart de Roussillonoù l’empereur de Constantinople « fait apprendre les Arts libéraux » à ses deux filles. Et plus encore puisque l’une d’elles, Berthe, « sait traduire en romanz le chaldéen et le grec, expliquer le latin et l’hébreu »47. Elle n’est pas la seule : Lavinia, la fille du roi Latinus, rongée par d’insupportables doutes, se décide à adresser une missive enflammée à Enée, son fol amour, qu’elle rédige tout naturellement en latin48. Plusieurs héroïnes de Marie de France – dont on sait qu’elle-même pratique cette langue49– elles aussi lisent et écrivent : la fille du roi des Pitrois envoie une lettre, de sa main, à l’une de ses parentes, experte dans la ville de Salerne en plantes médicinales, afin qu’elle fournisse à son amant l’élixir qui permettra à celui-ci de satisfaire aux épreuves imposées par son père pour choisir son époux50. La reine Iseut, pour sa part, lit sans difficulté le mot de Tristan qui, d’ailleurs, pour garder le souvenir « du message qu’il avait écrit … composa un nouveau lai »51.

29Le lettré médiéval sait fort bien s’émanciper de sa source, en s’autorisant des adaptations, des changements, des transpositions, au gré de sa propre interprétation et perception, en fonction de son public surtout, comme autant d’évocations compréhensibles par celui-ci qui doit pouvoir facilement se saisir des « arguments » proposés à sa curiosité et à sa sagacité. Bien évidemment, tous ces écrivains sacrifient au plaisir de leur auditoire qui aime entendre narrer des histoires épiques où le choc des épées, lors des guerres de siège ou de tournois grandioses, le dispute à la naissance et à l’évolution des sentiments qui se nouent entre des amants dans la complexité de leurs rapports amoureux. Mais ces lettrés– tous genres littéraires confondus – savent aussi capter l’attention des dames et chevaliers lorsque leurs récits mettent en scène une certaine image de l’institution royale dans ses multiples composantes dont les uns et les autres peuvent se réclamer.

Le modèle royal

30Vers 1160, dans son premier roman, Erec, Chrétien de Troyes, un clerc de l’entourage du Capétien, Louis VII, fait dire au roi Arthur, un jour qu’il s’exprime en sa cour plénière de Caradigan, « des paroles que nul ne s’aviserait de remettre en question … » :
« Je suis roi, je ne dois pas mentir,
ni consentir la vilenie,
ni l’iniquité, ni la démesure :
je dois garder raison et droiture.
Il appartient à un roi loyal
de maintenir la loi,
la vérité, la foi et la justice »52.

31Vérité et Justice, ce couple de vertus est, depuis la plus haute antiquité, source de sécurité, d’ordre et de paix, qui assurent ainsi l’unité du corps social dont le roi est garant. Le souverain des Bretons, conscient de sa valeur, pénétré de ses capacités, sûr de lui, impressionne sa cort par la très haute idée qu’il se fait de sa fonction, conçue comme un ministère, et des devoirs qui lui incombent aussi bien à l’égard des misérables que des puissants, pour que personne « jamais ne puisse se plaindre … »53.De telles assertions ne sont pas sans rappeler le préambule de certains diplômes de Louis VI : « La fonction royale est de fonder droiture, jugement et justice », ou encore de Louis VII : « La fonction/honor du roi, attentif à rendre justice, est tenue de procurer à tous paix et tranquillité, et d’étendre ses longues mains en vue de la garde et protection de tous »54. Telle est l’image du bon droiturier tout auréolé de Sagesse, cette inestimable vertu qui engendre Vérité et Justice.

32À l’opposé, La Chanson de Girart de Roussillon, écrite aux alentours de 1150 dans la veine des chansons de la Geste des barons révoltés qui campent des personnages de roi tyrannique, violent, orgueilleux, dresse de Charles Martel un portrait peu flatteur : alors qu’il s’est engagé à épouser Berthe, la fille aînée de l’empereur de Constantinople, il n’hésite pas, aveuglé par une soudaine passion, à renier sa parole contre l’avis de tous, pour exiger que lui soit donné en mariage la cadette, Elisent, pourtant promise au duc de Bourgogne Girart. « Par mon chef, c’est moi qui décide, c’est moi qui choisis », oppose-t-il péremptoire à ses conseillers qui cherchent à l’en dissuader : » Mais tous peuvent bien dire oui, Charles dit non »55. S’ensuit un très long conflit entre le roi Charles et son puissant vassal bourguignon qui mettra « les royaumes à feu et à sang »56.

33Dans cette histoire qui s’étend sur des décennies, au roi orgueilleux, peu fiable, léger et de mauvaise foi, de cœur déloyal et oublieux de ses devoirs envers ses vassaux, qui représente l’exercice arbitraire du pouvoir, Gacé, vicomte de Dreux, saura rappeler, avec ardeur et conviction que :
«  Qui sait juger le droit ne doit pas mentir.
Garde toi de provoquer ou d’attaquer ton homme lige,
tant qu’il s’acquitte de son service »57.

34Où l’on voit que, pour ces clercs lettrés, le bon roi droiturier est aussi, à bien des égards, un roi féodal.

Un roi droiturier

35De par leur formation savante, notamment juridique, nos romanciers sont naturellement amenés à nous dire, chacun à leur manière, ce que devrait être la fonction royale.

36En conflit avec son frère Polynice, pour la succession d’Œdipe au royaume de Thèbes, Etéocle convoque ses familiers qui, entre autres conseils avisés pour répondre à cette éventuelle menace, en profitent pour lui rappeler plus généralement que la justice est au cœur de la mission royale :
«  Rends  la justice sur tes terres,
conduis-toi avec droiture »58.

37En cette seconde moitié du XIIe siècle, les poètes romanciers font écho à l’idéologie dominante capétienne, en diffusant dans les cours princières, au gré des lectures publiques de leurs œuvres, une conception savante de la royauté qui s’était forgée depuis les grands penseurs carolingiens. Ils attendent du roi qu’il ait un gouvernement vertueux parce qu’ils sont imprégnés de l’idée d’un Jonas d’Orléans : « gouverner, c’est cultiver la justice »59. C’est ce que transmet le roi d’Argos, Adraste à ses futurs beaux-fils, Tydée et Polynice, au moment de leur remettre le gouvernement de ses terres : «  tenir un royaume, c’est décider du juste et de l’injuste »60. À Thèbes, les grands rassemblés pour mettre un roi à la tête de la Cité, après mûre réflexion et force raison, s’accordent unanimement pour désigner un chevalier renommé, Créon, parce qu’il leur apparaît être, parmi tous, « un juge vaillant et noble »61.

38Les rois sont placés sur le trône du gouvernement pour mener à bien des jugements droits, à l’instar du souverain des Bretons,Arthur62.Tous ces auteurs, à l’évidence, partagent cette même croyance que la royauté est un juste gouvernement dès lors que le roi agit droitement en évitant iniquité et malhonnêteté de peur que troubles et calamités ne s’abattent sur le royaume.

39« Ah ! Seigneur roi de France, exhorte le vicomte de Saint-Martin, comporte-toi avec équité »63. Mais l’envie, l’orgueil, la déloyauté,la forfanterie de Charles, sa cruauté, sa violence, son arrogance aussi,dans sa gouvernance ne peuvent que susciter « démesure et folie » dont, tient à le souligner l’auteur, « on n’était pas près de voir la fin »64. Tydée, accablé par l’autisme d’Etéocle, l’accuse devant tous ses barons » de ne pas se conformer au droit mais de se parjurer complètement »65, annonçant par là même le début de la guerre fraternelle avec Polynice. Béroul ne ménage pas le roi Marc dont il dénonce « l’inconséquence » à refuser « de rendre justice » comme il le doit à Tristan qui tente, en vain, de se « justifier par serment/ escondire » de l’accusation d’adultère portée contre lui66. Si Marc persiste à « exécuter les deux amants » sans jugement préalable, il se rendra coupable « d’une horrible faute » et l’affliction gagnera alors tout le royaume67. Que dire de ce roi de Petite Bretagne qui se laisse convaincre de chasser de sa cour, sans lui donner explication aucune, le sage et avisé Eliduc qui veillait sur sa terre en son absence. C’est là un comportement indigne que d’agir contre le droit, en refusant à un fidèle de pouvoir se défendre des accusations calomnieuses portées contre lui par des conseillers envieux et jaloux. « Sa terre en sera ravagée » et le roi « accablé de malheurs et d’épreuves »68.

40Force est de constater, pour nos clercs narrateurs, que le modèle qui semble avoir leur préférence n’est pas nécessairement et toujours celui qui domine leurs récits où les contre-exemples abondent en rois qui négligent les avertissements éclairés de leurs plus sages conseillers, « rejetant ce qui est juste et commettant une faute contre le droit »69. Mais c’est peut-être aussi ce qui rend leurs « estoires » plus « vraies » encore, plus plaisantes et accessibles à leur auditoire par une description d’un monde tel qu’il a tendance à être, sans négliger pour autant l’image de ce qu’il pourrait ou devrait devenir.

41Remarquable à cet égard la relation de l’attitude du roi Turnus lorsque il eut à subir l’affront du roi Latinus qui, après lui avoir promis – il est vrai « contre son gré », cédant à la volonté de son épouse – sa fille et sa terre, avait repris sa parole et rompu ses engagements en faveur du Troyen Enée puis, cédant aux protestation de l’évincé, avait finalement décidé que sa terre et sa fille iront à celui qui saurait les conquérir. Turnus avait aussitôt convoqué son ost mais, pour « ne rien entreprendre d’injuste » et s’assurer qu’il était bien dans « son bon droit » il s’en était remis à ses principaux chefs de guerre. Le comte Mézence fut le seul, parmi ses preux conseillers, à tenir au roi le discours qu’il n’attendait pas, celui pacifique de la sagesse et de la modération :
« … C’est vrai tu as le droit pour toi
… mais nous devons agir avec mesure,
car m’est avis que là est la droiture ».

42Et de proposer de s’en remettre d’abord à la voie judiciaire et de ne s’engager dans la guerre avec Enée, après l’avoir régulièrement défié, que si celui-ci refusait « de lui faire droit ». Las, les partisans du règlement armé, en forme de vengeance immédiate sans défi, l’emportèrent pour se lancer dans une guerre aux multiples rebondissements qui acheva de ruiner le royaume et les espérances de Turnus70.

43 Le bon roi est d’abord celui qui respecte ses engagements comme le rappelle Tydée, le messager de Polynice, à Etéocle qui refuse de respecter la gouvernance annuelle alternée du royaume de Thèbes, ainsi qu’il en était convenu avec son cadet :
« Pour l’heure, ton frère m’envoie à toi
pour te demander de déguerpir de cette cité
et de lui rendre sa royauté
dont tu as eu un an l’onor. … »

44Et comme son interlocuteur persiste à ne rien vouloir entendre :
« …je te somme de tenir ta parole/fei
car il est dépassé le jour où il (Polynice) aurait dû être couronné.
Il ne mérite pas d’être roi celui qui ne tient pas sa parole »71.

45Cet entêtement royal se révèlera particulièrement dévastateur, alors même que le « mauvais roi » est lui aussi parfois flanqué de bons et prudents conseillers – par lesquels s’exprime peut-être aussi le clerc narrateur – qui, tel Othon auprès d’Etéocle, savent en appeler « au droit et à la raison »72.

46Chez ce « roi idéal », droiture se conjugue nécessairement avec mesure et on ne peut qu’être impressionné par les derniers vers du Roman de Thèbes, lorsque le clerc narrateur ouvertement se dévoile en tirant la leçon du désastre à bien des égards annoncé :
« C’est pourquoi je vous le dis : prenez-garde,
agissez selon le droit et la mesure,
ne faites rien contre nature
afin de ne pas connaître une fin si dure »

47Un conseil sous forme de « morale » qui clôt cette tragédie, « ce terrible duel des deux frères si cruel et mortel »73 parce que ni l’un ni l’autre ne surent respecter leur parole et avec elle la royauté. Etéocle et Polynice sont des « héros » de la démesure qui les prive de toute sagesse : cettevertu cardinale des anciens traités sur l’art de gouverner la Cité et des modernes « miroirs des princes » dont les prémices datent de la seconde moitié du XIIe siècle74.

48Ce qui confère la Sagesse c’est la Mesure, cette éminente disposition royale. Dans le Roman de Thèbes, Adraste, est l’image par excellence du « bon roi », du roi droit car il possède en lui « par nature, sagesse et mesure »75 et, à Troie, le roi Laomédon, « homme plein de sagesse et de réflexion » n’est pas loin de lui ressembler76.

49Signe des temps,Mesure semble s’identifier avec Courtoisie qui désigne un bel ensemble de vertus supérieures : le courage, la vaillance, la largesse mais aussi la justice, la loyauté, la fidélité, à l’instar du roi Ménélas, souverain puissant parce que « plein de sagesse et de cortoisie »77, ou du troyen Enée, « sage et courtois »78. S’avance aussi Priam qui porte haut la gouvernance royale en sachant manifester sévérité et fermeté envers ses ennemis : « molt sage et cortois » en toutes circonstances, il ne se montre « ni irréfléchi, ni changeant, ni emporté »79. Que dire encore de Pélias, ce puissant monarque dont l’autorité s’étend sur toute la Grèce parce qu’il gouverne comme il convient, c’est-à-dire avec sagesse et courtoisie80 ? La même appréciation se retrouve chez Marie de France qui, sans hésitation, voit en Eliduc le plus à même de devenir roi parce qu’il est déjà « sage et courtois »81.

50Au miroir de l’Antiquité, il n’est pas jusqu’à la reine Didon qui n’apparaisse comme « un modèle de sagesse et de cortoisie » :
« Dame Didon dirigeait le pays,
ni comte ni marquis ne l’aurait mieux gouverné ;
jamais royaume ni empire
ne fut mieux régi par une femme »

51Celle qui« gouvernait mieux que personne sa puissante et fameuse Cité » n’y avait-elle pas, déjà, « organisé le Capitole et le Sénat pour contrôler les jugements et édicter les lois »82.

52Las !Elle tombe éperdue de passion pour Enée et« l’amour de sage l’a faite folle » : perdant alors toute mesure, elle « laisse péricliter le royaume » que jusque là « elle excellait à gouverner »83.

53Pour Marie de France, aussi, il n’est pas jusqu’en amour que le bon roi doit savoir garder « sagesse et mesure », pour éviter que, par la faute d’une « très belle dame » au teint de rose et au bien parler, de grands malheurs ne s’abattent sur le royaume. Tel est le thème du lai du seigneur des Nantais, Equitan qui « grandement honoré et aimé en son pays » était à la fois « juge et roi » ; du moins jusqu’à ce que l’amour de la femme de son sénéchal ne lui fasse perdre la raison, laissant à son dapifer le soin « de tenir la cour, de recevoir les plaintes et de présider au jugement » et allant, à l’instigation de son amante jusqu’à ourdir la mort de son loyal serviteur84.

54Ce gouvernement mesuré qui repose sur la justice, se place sans discontinuité dans la coutume du conseil et du service chère à Abbon de Fleury : une assurance pour tous d’une royauté féodalepleine de retenue et de tempérance85.

Un roi féodal

55« Seigneurs, vous êtes mes féaux… conseillez-moi, je vous le demande », rappelle le roi Marc à ses barons. Par delà les emprunts à la littérature antique, cette société courtoise décrite en ces romans et dans laquelle se retrouve leur auditoire, demeure essentiellement féodale dont les protagonistes sont fondamentalement unis au roi par une chaîne d’obligations et de services réciproques. Certes, de part et d’autre, il peut y avoir des manquements, mais ils formeront la matière essentielle du récit comme dans Le roman de Thèbes, Girart de Roussillon ou Raoul de Cambrai, en forme de contre-modèles ; car c’est là manière de mauvais roi et de vassal déloyal.

56Quant au bon seigneur : à l’instar d’Adraste, il saura  « avant tout » se faire aimer de ses vassaux, « car c’est grâce à eux qu’il conservera (son) honor ».  Si, fonctionnellement, il doit se montrer « généreux avec tout le monde », c’est surtout vers eux qu’il doit diriger ses  largesses :
« distribue ton or aux chevaliers,
car il n’y a pas au monde de plus beau trésor ;
donne-leur tout ce que tu as,
et promets-leur tout ce que tu auras ». 

57recommandent au roi Etéocle ses barons assemblés. Et quand bien même il n’aurait plus rien à donner, qu’il vienne « avec eux rire et plaisanter »86. Où l’on retrouve ici les accents de franche gaieté qui – disait-on – régnaient en ce temps-là dans la cour capétienne87. Nul doute qu’ainsi stimulés, ils auront à cœur de bien s’acquitter de toutes leurs obligations : celle qui allait de soi et qui était inhérente à leur état, du service armé, comme celle qui découlait du devoir de conseil. Ainsi, le roi d’Argos, Adraste, attend de ses barons réunis qu’ils désignent l’un d’entre eux pour remplacer feu son commandant de l’ost royal, un capitaine capable d’assumer le fardeau de cette charge. Tous lui conseillent de choisir le vaillant et de grande lignée, Hippomédon, le meilleur de tous, « d’un âge à supporter la peine et rompu aux exploits chevaleresques ». Un conseil qui s’avèrera fort judicieux car depuis sa prise de fonction « plus jamais la garde ne connut de défaillance »88.

58« Il a de tout temps été coutume en ce pays de chercher conseil là où l’on sait le trouver » rappelle, avec force, Gace, l’un des conseillers de Charles89. Les rois, de leur côté, semblent abonder en ce sens qui surenchérissent tel Priam : « qui demande un conseil, déclare-t-il, il lui faut en tenir compte »90. Lavinius devant toute sa cour n’hésite pas lui aussi à proclamer : « celui qui demande conseil doit le suivre ; on ne doit demander conseil sur aucun sujet si l’on refuse d’abandonner son sentiment pour celui d’autrui »91. Quant roi Etéocle, il promet de ne jamais négliger les conseils de ses barons92.

59La guerre comme la paix sont apparemment des questions trop graves pour ne pas être portées par le roi à la connaissance de tous ses vassaux, notamment lors de cort esforciee : cette grande assemblée plénière dont la tenue solennelle s’inscrit souvent dans le calendrier liturgique, à moins que l’urgence n’en précipite la réunion93. Avant de se venger des Grecs, le roi Priam convoque un molt granz parlement de ses principaux barons dont il tient à sonder « les sentiments et les intentions », car il estime « juste d’en délibérer avec eux » et semble apparemment bien décidéàsuivre leur conseil94. Le roi Turnus réunit tous ses princes et vassaux latins pour les interroger sur le bien-fondé d’une guerre contre le roi Latinus qui a manqué à sa parole en lui retirant « sa terre et sa fille » désormais promises à Enée. Il attend … et entend de ses hommes qu’ils l’aident « à faire respecter son droit ».  À cette occasion, vifs sont les échanges entre le parti du Droit qui recommande de s’en tenir aux formes légales de la réparation judiciaire traditionnelle et celui de la « vengeance aveugle » qui à la fin l’emporte,  d’une guerre sans défi ni avertissement qui, à l’évidence, comblait le désir de Turnus95. Quant au roi Charles, c’est fort de l’appui de son major consel, réunissant « les meilleurs du conseil de France », la sanior pars de ses plus hauts barons pressés d’en découdre, qu’il décide de repousser les exigences du duc Girart et de poursuivre à outrance la guerre96.

60De la même façon, lorsqu’il s’agit de conclure la paix ou de décider d’une alliance, le roi s’entoure des grands de son royaume dont il sollicite le conseil. Priam, pour tenter de mettre un terme au terrible et dévastateur conflit qui oppose son peuple depuis maintenant trop longtemps aux Grecs, réunit une corz pleniere e grant sur la meilleure décision à prendre97. Ce même schéma résolutif se retrouve dans La Chanson de Girart de Roussillon : alors que la bataille de Vaubeton est indécise, une manifestation de la colère divine – les enseignes des deux camps sont foudroyées – incite le roi Charles et son « baron révolté » Girart de Roussillon à conclure une trêve. Charles convoque ses comtes, vicomtes, évêques, abbés et docteurs pour qu’ils luidonnent conseil « par la foi et l’amour qu’ils lui doivent »98. Pour décider du mariage de ses filles et de l’avenir de son royaume d’Argos, Adraste, lui aussi, respecte la coutume :
« Le roi fit venir ses vassaux chasés,
ses familiers  et ses intimes ;
le roi convoque ses barons
et rassemble tous ses vassaux…
Ce fut une grande cour, une vaste assemblée de barons :
il y avait beaucoup de ducs et de comtes,
de grands seigneurs et de vavasseurs »99

61C’était là l’expression d’un « gouvernement à grand conseil » dont Beaumanoir se fera le théoricien à la fin du XIIIe siècle pour le plus grand profit du Capétien100. Mais la délibération coutumière des vassaux et arrière-vassaux n’emporte pas pour autant l’adhésion nécessaire de leur seigneur et suzerain qui, dans tous les cas et quelles que soient ses motivations, entend bien conserver sa souveraine liberté de décision. Signe que nos clercs romanciers sont parfaitement au fait des rouages procéduraux et des ressorts humains qui président au fonctionnement des institutions, au gré des rapports de force. Dans le Roman de Thèbes, le roi Adraste, bien avant de réunir sa cour, avait déjà décidé de marier ses filles « aux chevaliers Polynice et Tydée » et ne recherchait auprès des grands qu’un appui déguisé en conseil101. Charles n’entend suivre le conseil de ses vassaux qu’à condition – leur annonce-t-il – qu’il n’entraîne pour lui « ni honte ni déshonneur » car, en aucun cas, il ne veut manquer au duc Girart…102 ! Quant à Priam, après avoir choisi de réfléchir avant de donner sa réponse aux propositions des grands, il croit utile de préciser qu’il n’écoutera leur conseil que pour autant qu’il le jugera « bon »103.

62 Parfois aussi, les relations tournent à l’hostilité ouverte entre des vassaux, respectueux de leur parole, et un roi qui s’obstine à ne pas tenir les engagements dont ils s’étaient portés garants. Ainsi en est-il d’Etéocle « enflammé de colère » à l’idée de suivre le conseil de ses barons, comme l’y exhortait sa mère, et « de partager son royaume avec son frère Polynice ». Mécontents de la réaction royale, ceux-ci menacent le Thébain s’il « ne passe pas un accord avec son frère, de refuser de supporter une guerre injuste ». Quand il voit la plupart de ses féaux ainsi dressés contre lui, le roi, acceptant de contenir son ire et son désir de vengeance, promet « qu’avec son frère il partagera sa terre », à condition impose-t-il – sans doute pour ne pas perdre la face – d’en « conserver la seigneurie »104.

63Pour éviter semblable mésaventure, en forme de désaveu collectif, et sans pour autant rompre avec la tradition, les rois préfèrent à l’occasion s’en tenir à des formations plus restreintes – et donc plus sûres au regard de ce qu’ils en attendent – par où s’institutionnalise le Conseil. Comme Marc de Cornouailles ne peut décemment décider seul du retour d’Iseut, fortement soupçonnée d’adultère et qu’il continue à aimer, il s’en remet « au conseil éclairé » de ceux de ses vassaux qu’il estime fort … et qui se font un devoir de répondre dans le sens escompté. Lorsque parviennent à Adraste les prétentions exorbitantes d’Etéocle à faire de son frère son vassal, il convoque aussitôt l’ensemble de ses barons, puisque aussi bien le sort de la Grèce est en jeu. Mais devant la cacophonie qui s’empare de l’assemblée, il choisit d’en appeler à « cels que lui plaist », une cinquantaine de ses « privez/familiers », avec lesquels il « tient son conseil/prist son conseil »105 :
« Il les interroge sur l’accord qu’ils ont entendu,
pour savoir ce qu’ils en disent, et qui l’approuve.
La plupart des barons présents
conseillent bien de conclure cet accord,
mais pour l’hommage que requiert Etéocle,
ils disent que cela ne se fera pas ».

64Après les avoir écoutés, Adraste préféra s’en remettre aux avis de ses plus proches conseillers, Tydée et Capanée, pour décider « que jamais ne sera conclu d’autre accord que celui conclu jadis … quand ils (Etéocle et Polynice) se sont partagé le royaume par année »106.

65Là en définitive réside le cœur du gouvernement royal, dans ce cercle restreint des familiers – druz ou privez – et des intimes qui constituent l’entourage permanent du monarque. Ils sont de sa « maison » et, plus que le rapport vassalique, c’est leur proximité et leur disponibilité de tous les instants qui font privilégier leur conseil107. C’est vers eux par excellence que le roi s’en remet pour arrêter ses choix majeurs, à l’écart du tumulte trop souvent discordant des assemblées : « seigneurs, je n’ai pas de barons aussi proches de moi que vous l’êtes, ni en qui j’ai autant confiance »108. Au plus fort de la guerre contre Etéocle, ils ne sont que trois, Tydée, Capanée et Polynice à « délibérer/counseiller » avec Adraste, dans la tente royale, sur l’opportunité de donner l’assaut à la forteresse de Thèbes. Quelques jours auparavant, c’est en compagnie d’Hippomédon, Thydée et Capanée que le roi avait décidé du sort des cinq cents barons faits prisonniers lors du siège de Monflor. De la mort de l’archevêque Amphiaraüs, tombé héroïquement sous les murs de Thèbes, Adraste se désole car il était « son meilleur conseiller qui lui apprenait comment gouverner sa terre » et savait si bien le prévenir de ce qui pouvait advenir « de faste ou de néfaste ». Lorsque Parthénopée lui aussi périt au combat, le roi, après avoir « convoqué tous ses barons », avait « demandé conseil à ses intimes » sur la manière de venger celui qu’il considérait comme son « ami … et son meilleur bouclier »109.

66On entrevoit aussi le rôle relativement important des reinesqui, à l’instar de Jocaste ou d’Elisent, savent rappeler à leur royal fils ou époux leurs devoirs et tenter de tempérer leurs ardeurs aveuglement belliqueuses110, en n’hésitant à prendre la parole au sein du conseil :
« Mon fils, … au nom de la miséricorde divine,
fais confiance à ces barons que tu vois ici.
Jamais ils ne te mal conseilleront,
fais ce qu’ils te demanderont »111.

67Elisent, reine sage et lettrée, a su fédérer autour d’elle « la fleur du conseil de l’empire » : ces chevaliers à l’égard desquels, à la différence de Charles, son époux, elle se montre particulièrement généreuse. Forte de leur soutien, elle en profite pour modérer et canaliser les excès dont celui-ci fait preuve dans son gouvernement, incitant au pardon et s’employant activement à rétablir la paix entre « son seigneur roi » et le duc Girart dont elle est convaincue du bon droit. Elle sait qu’elle peut aussi compter sur l’appui de son fils Pépin, ce très jeune homme également sage, courtois et généreux, déjà associé au trône – comme Louis VI ou Louis VII - dont on pressent qu’il porte en lui, à l’opposé de son père Charles, une autre manière de gouverner112.

68En cetteseconde moitié du XIIe siècle, le schéma institutionnel dominant que restituent les clercs romanciers reproduit celui du gouvernement capétien113, sans doute idéalement incarné en la personne d’Adraste : ce monarque plein de sagesse, de mesure et raison que les auteurs appellent de leurs vœux, qui gouverne avec son conseil rapproché, sans pour autant rompre avec la tradition des grandes assemblées et en respectant les coutumes, ces usages anciens qui se veulent immémoriaux. Dans le pavillon, où il aime à se retirer pour délibérer avec ses plus proches compagnons, Adraste avait fait peindre, entre autres décorations, pour en garder présent le souvenir :
« les vieilles lois et les mémoires…,
les châtiments et les procès
les jugements et torz faitz
édictés par ses ancêtres »114.

69Par delà l’appel à l’Histoire, à bien des égards légendaire et mythifiée, tout le problème, ici posé, est celui des rapports que ce gouvernement sage, raisonnable, par bon conseil, se doit d’entretenir avec la norme, qu’elle soit juridique, par référence à la loi ou à la coutume, ou judiciaire, par référence à la procédure et aux précédents. Le souci de ne rien faire, au moins en apparence, qui soit contraire au droit, domine en cette société toujours formaliste. En conflit avec son vassal Daire auquel lui-même a gravement manqué, au mépris des règles féodales les plus élémentaires, l’impétueux Etéocle souhaite alors déplacer l’affaire sur le terrain de la « trahison », en espérant faire l’économie d’un procès en bonne et due forme. Mais tel n’est pas l’avis de son fidèle conseiller Othon qui, au nom « des lois et de la raison », s’obstine à lui rappeler qu’il ne peut agir de la sorte, en condamnant sans jugement préalable des pairs :
« Faites bien examiner le droit
par ses barons qui sont ici
et ne diront pas de mensonges115 ;
et si entre eux ils s’aperçoivent,
selon les lois et la raison,
que le forfait est assez grand
pour que l’on puisse dire le jugement,
alors vous pourrez faire comme bon il vous plaira,
d’abord de lui et puis des siens ».

70  Exaspéré par ces leçons, le roi finit par demander : « Que dit le droit à propos de la trahison ? ». La réponse ne se fit pas attendre qui achèvera de dissuader Etéocle d’engager la procédure :
« Celui qui accusera quelqu’un de trahison
bien doit savoir qu’il a raison… 
Personne ne doit accuser quelqu’un d’autre
S’il ne peut prouver à la fin sa culpabilité »116.

71L’allusion au « bon plaisir » du roi ne doit cependant pas faire illusion : l’arbitrium regis ne s’exprime, semble-t-il, qu’à l’issue du jugement, pour définir les modalités du châtiment, « brûler ou pendre », ou en dispenser le coupable, par grâce royale117. Pour le reste, le bon monarque se doit de respecter les lois et plus largement tous ces us et coutumes qui constituent le droit du royaume118. Jean de Salisbury, l’évêque chartrain protégé de Louis VII, ne souhaitait pas autre chose en condamnant, dans son Policraticus, ceux qui, dans l’entourage du Plantagenêt, » susurrent et même, si cela ne suffit pas, proclament publiquement que le prince n’est pas soumis à la loi et que ce qui lui plaît a la vigueur de la loi »119.

72Dans tous ces romans en définitive – et c’est ce qui explique leur succès – chacun pouvait y trouver son « conte » : aussi bien ceux, fidèles à l’air du temps, qui, à l’instar des clercs narrateurs, appelaient de leurs vœux un gouvernement de type féodal, sous l’égide d’une royauté de plus en plus suzeraine, tempéré par les institutions de conseil et le respect des traditions, que les nostalgiques d’un temps, pas si lointain, où les barons, du moins les plus puissants d’entre eux, étaient encore relativement « souverains » en leurs baronnies.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Pont-Bournez, « Des « estoires vraies ». Réflexions sur l’institution royale au miroir de quelques Romans de la seconde moitié du XIIe siècle », Droit et cultures, 66 | 2013, 203-227.

Référence électronique

Françoise Pont-Bournez, « Des « estoires vraies ». Réflexions sur l’institution royale au miroir de quelques Romans de la seconde moitié du XIIe siècle », Droit et cultures [En ligne], 66 | 2013-2, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/3241

Haut de page

Auteur

Françoise Pont-Bournez

Françoise Pont-Bournez est maître de conférences en Histoire du droit à l'Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Spécialiste de l'histoire du droit et des institutions du XIIe siècle, elle s'intéresse depuis plusieurs années à de nombreux « romans » de la seconde moitié du XIIe siècle, inestimables sources pour l'historien du droit et dont les auteurs, des clercs, apparaissent comme autant de fins connaisseurs des institutions capétiennes. Elle a publié Chrétien de Troyes. Père de la littérature européenne, L'Harmattan, 2010. « Amour, mariage et adultère chez Chrétien de Troyes », Vertiges du droit. Mélanges franco-helléniques à la mémoire de Jacques Phytilis, Paris, 2011.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org