Navigation – Plan du site
Dossier : Les justices alternatives et leurs avatars

Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle

The Pakhthouas’ Three Arrows. Ordeal and Acculturation in Gaul at the End of the Empire
Jean-Pierre Poly
p. 15-77

Résumés

Réfléchissant à la prédominance matérielle des États de l’Europe occidentale durant les temps modernes, Claude Lévi-Strauss en trouvait la raison dans l’existence en leur sein de ce qu’il appelait « des coalitions de cultures diversifiées ». De tels processus d’acculturation réciproque d’importance majeure sont intervenus entre l’Empire romain et les sociétés tribales, « gentilices », à la fin de l’Antiquité, alors qu’allait se constituer l’Europe des royaumes nationaux.

Quelques anthropologues entrevoient l’importance de ce passé antique ou médiéval. Mais un courant historiographique qu’on pourrait qualifier de « surromaniste » persiste à affirmer que les cultures de ces sociétés extérieures à l’Empire se seraient résorbées dans la romanité sans laisser de traces. Karol Modzelewski a montré ce qu’avait de discutable cette réduction de l’histoire de l’Europe à la seule romanité impériale puis chrétienne.

L’étude envisage l’apport d’une de ces « nations » négligées dans l’histoire de l’Europe, un groupe iranien, scytho-sarmate, à partir d’un texte qui montre comment une ordalie pouvait être utilisée en dépit de ce qu’était alors le droit de l’Etat (res publica) impérial romain. Une telle preuve, dans la mesure où elle pouvait se passer de l’intervention d’une cour ordinaire, peut être considérée comme un mode alternatif de règlement des conflits. Il s’agit d’une inscription sur une plaquette de plomb qui fait partie d’un lot trouvé à Trèves il y a plus d’un siècle et identifié en 2005 par Soazick Kerneis. La plaquette, rédigée en grec, contient trois mots iraniens, tw, P’xthw’, dr-y Myhr. Se révèle ainsi l’existence, en Gaule romaine, de pratiques archéologiquement bien attestées aux marges de l’Asie centrale : un chamanisme garant de la vérité dans la douteuse bataille du monde.

Comme les ordalies des autres groupes militaires déditices sur les plaquettes étudiées par Kerneis, le rituel sarmate fut intégré dans la cognitio romaine. Mais à la différence du chaudron ordalique qui dura comme mode légal de preuve jusqu’au-delà du Moyen Âge classique, le rituel des flèches, du feu et de l’envol, par trop païen, ne survécu que sous la forme de la sorcellerie des caragii.

Haut de page

Texte intégral

« Les Scythes ou les Sarmates ont des genres de vie dissemblables : certains sont durs au point d’être cannibales, certains s’abstiennent de manger des créatures vivantes. Certains historiens ont beaucoup parlé de leur sauvagerie, sachant que l’effrayant et le prodigieux frappent l’imagination. Mais il faut aussi examiner l’autre côté des choses et bâtir des modèles. Lui, il parlera de ceux d’entre eux qui usent des coutumes les plus justes, car il y a parmi les Scythes nomades des clans qui se nourrissent du lait de leurs juments et qui, pour la justice, l’emportent sur tout le monde » (Ephore de Kumé, Histoire universelle, livre IV, l’Europe, cité par Strabon, Géographie 7.3.9)

  • 1 « Tout progrès culturel est fonction d’une coalition entre des cultures et nous avons admis que c (...)
  • 2 Depuis Montesquieu et Gibbon le rapport entre « barbarie » et « civilisation » a été souvent étud (...)

1Réfléchissant à la prédominance matérielle des sociétés d’Europe occidentale durant les temps modernes, Claude Lévi-Strauss en trouvait la raison dans l’existence en leur sein de ce qu’il appelait « des coalitions de cultures diversifiées »1. L'un des temps majeurs de la formation de telles coalitions, où se fondèrent les États-nations d'Europe, est celui de la domination de l’empire romain, quand intervinrent entre l’empire et les sociétés gentilices des processus d’acculturation multiples et complexes2.

  • 3 Opinion malheureusement reprise par Paul Veynes dans une interview, Le Point n° spécial Rome, mai- (...)
  • 4 I. Bona, Les Huns, le grand empire barbare d'Europe, 2002 ; S. Kerneis, Les Celtiques, servitude (...)
  • 5 Faire l’histoire de cultures pour l’essentiel orales suppose des méthodes spécifiques : d’abord la (...)

2Curieusement, un courant historiographique qu’on pourrait dire sur-romanisant persiste à nier ces processus : les cultures des sociétés extérieures à l’empire romain se seraient résorbées dans la romanité3. Cette historiographie est implicitement orientée par le langage antique qui désignait les sociétés gentilices comme « barbares », terme qui a été repris malgré ce qu'il impliquait de négatif. Lorsque l'existence des « cultures barbares » est parfois admise, on n'envisage en général que les seules sociétés germaniques ; les travaux de Karol Modzelewski ont pourtant rappelé l’importance des Slaves, ceux de Walther Pohl ont attiré l’attention sur les Avars, ceux d’Istvan Bona sur les Huns, ceux d’Yves Modéran sur les Maures, ceux de Iaroslav Lebedynsky sur les peuples iraniens du Nord et ceux de Soazick Kerneis sur les Bretons non-romanisés4. L’opinion n’en persiste pas moins : il n'y aurait eu qu'une culture barbare – quel oxymore –, caractérisée par ses manques, et dont il ne resterait rien. Ainsi tous les chemins mènent à Rome. Modzelewski a beau critiquer une historiographie qui réduit le passé de l’Europe à la romanité antique puis chrétienne, si prestigieuses soient-elles l’une et l’autre, le discours convenu continue à inspirer penseurs et politiques5.

  • 6 R. Bartlett, Trial by fire and water, the medieval judicial ordeal, Oxford 1986 a montré et expli (...)

3Nous voudrions montrer ici l’apport d’une de ces cultures négligées dans l’histoire européenne en présentant un texte qui traite d’ordalie, un mode de résolution « barbare » des conflits prédominant dans l’Europe médiévale et fort étranger à ce qui restait de la res publica impériale romaine, de l'État 6.  

  • 7 S. Kerneis, « Les ongles et le chaudron. Pratiques judiciaires et mentalités magiques en Gaule rom (...)

4Ce texte fait partie d’un lot documentaire trouvé à Trèves il y a plus d’un siècle mais identifié seulement en 2005 par Soazick Kerneis7. À la fin du IVe siècle, la ville était capitale de la Gaule romaine, où résidaient le gouvernement militaire du magister militiae et peut-être encore l’administration civile du préfet du prétoire. Capitale exposée : l’amphithéâtre avait dû être fortifié. C’est dans cet amphithéâtre-forteresse, près d’un autel à Mars – le paganisme était encore permis aux soldats -, que furent retrouvées plusieurs plaquettes de plomb malédicatoires. Certaines étaient banales, d’autres sanctionnaient des serments demandés en justice à des accusés païens. Une cour à Trèves avait donc permis à la coutume d’intervenir dans la cognitio : le serment serait fait et vérifié par un rituel spécifique à l’accusé. Se révèlent ainsi des rites ordaliques impliquant les troupes non-romaines, telle la plaquette qui indique qu’un Irlandais s’est purgé d’une accusation par une ordalie du chaudron. Les plaquettes de Trèves sont un témoin humble mais remarquable du processus d’acculturation entre loi romaine et coutumes barbares dans le temps où l’empire déclinait.

  • 8 Parthes en Gaule : A. Mardirossian, « Fortune et gloire. Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule (...)

5À l’exception de quelques mots d’incantation, elles sont rédigées en latin, la langue administrative de l’Ouest, le texte étant ainsi contrôlable par des autorités méfiantes à l’égard des pratiques magiques. Une seule est écrite en grec, la langue de la pars Orientis d’où venait le rédacteur. Les autres inscriptions grecques existant à Trèves sont les épitaphes des marchands syriens, tous chrétiens. Le contexte de paganisme militaire de la trouvaille désigne des soldats et la Notice des Dignités montre que ces soldats orientaux sont soit des Iraniens du Nord, Sarmates ou Alains, soit des Parthes ou des Arméniens, soit des Arabes d’Osrhoène8.

  • 9 Nous transcrirons leur nom en français, tant bien que mal, par Pakhthoua(s). Sur le sens, infra n. (...)

6Un mot du texte permet de trancher : τοπαχτυας, l’accusatif pluriel grec d’un ethnonyme iranien transcrit dans cette langue, το étant le moyen-persan tw qui désigne « l’intérieur » : les Παχτυαι de la plaquette sont dans l’Empire, à la différence de leurs pareils demeurés en-dehors9.

  • 10 Après Apollonios de Rhodes, poèmes latins de Varro Atacinus pour Pompée et de Valerius Flaccus pou (...)
  • 11 Éd. Fr. Vian, Les Argonautes orphiques, Paris 1987. Le poète écrirait au Ve s., après Quintus de S (...)
  • 12 Cf. texte et traduction, annexe II. Géographie de l’œuvre, A. Moreau, « Les transformations du pér (...)
  • 13 La lacune au v. 1067 obscurcit l'itinéraire qui est sorti du Méotide puisqu’il revient en haute me (...)
  • 14 Un raccourci fait passer les Argonautes du cours du Dniepr à celui de la Dvina, la navigation abo (...)

7Ces pareils, nous pouvons les identifier. Un peu après le temps où furent incisées les plaquettes de Trèves, à l’extrémité orientale de l’Empire, un lettré néoplatonicien, reprenant un vieux thème épique, écrivit un poème sur le voyage des Argonautes, la légende emblématique de la mainmise hellénique sur la Mer Noire10. Le poème fut placé en tête d'un recueil d’hymnes orphiques, peut-être pour être présenté à la cour de Constantinople, dans les années 43011. Aux développements repris de ses prédécesseurs, le poète ajouta une description originale de l'itinéraire de retour, par les fleuves au nord de la Mer Noire et l'Océan du Nord12. Les Argonautes, venant de Colchide, arrivent en deux fois trois jours au Bosphore cimmérien – le détroit de Kertch – et passent dans le Palud Méotide – la mer d’Azov –. Puis ils repartent en haute mer avant de remonter le Dniepr jusqu’à ses rapides13. Au-delà les marchands grecs n’allaient pas et le poème devient approximatif14.

  • 15 Équivalence chez les Scythes de k et de kh, infra n. 25.

8Sur le trajet connu, le poète mentionne deux groupes de peuples. D'abord autour de la Mer d’Azov, après les Méotes autochtones, « dans l’intérieur » les trois grands peuples de la région, « Ceux de Gélon » qui comptent « de nombreuses tribus », les Sarmates « les uns dominés les autres qui se sont cachés », et les Arimaspes « une calamité pour les peuples » qui « habitent autour » des Sarmates. Puis, lors de la navigation sur le Dniepr jusqu’aux rapides, les Androphages et des Πακτυιοι15.

  • 16 Sur les peuples de la région, Annexe III. Les références sont données par trois chiffres entre par (...)
  • 17 (1.1.9). Les Bodinsfinnois étaient aussi nommés Gélons. Le poète orphique ne cite ni les Goths ni (...)
  • 18 (3.2.24). « Scythes » massacrés en foule et 200 000 fugitifs selon Eunapes de Sardes, Demougeot, I (...)
  • 19 (3.2.47). Un exonyme iranien, calque malveillant d’un endonyme türk. Le sang, tous jadis l’utilisai (...)
  • 20 (4.1.4). Un exonyme türk hunnique pour des Wendes slaves.
  • 21 (4.1.4). Jordanès, Getica, 34.

9La situation ethnique au nord de la Mer Noire était depuis longtemps complexe, sept langues y avaient été parlées16. À l’époque du poète orphique, les Taures de Crimée et les Neures de Volhynie, locuteurs illyriens et baltes, ont disparu ; restent les peuples qu’il cite, les Méotes caucasiens, les Bodins finnois sous leur nom iranien de Gélon, les Sarmates iraniens, les Arimaspes türks et les Androphages slaves17. Mais sa terminologie archaïsante masque des groupes de son temps désignés par des noms plus récents : les Sarmates de la région se sont transformés en Alains, des « Justes » convertis au mazdéisme, dont beaucoup sont partis à l’arrivée des Huns18 ; les Arimaspes, agressifs, sont devenus les Huns, en pehlevi « Ceux du Sang », qui continuent à sacrifier19 ; les Androphages, alliés à eux, sont les Antes slaves, en turc « Égaux (aux Huns) par Serment »20. Les territoires sont ceux de l’époque : les Sarmates-Alains qui avaient tenu le pays entre Dniepr et Don y sont dominés et entourés par les Arimaspes-Huns ; les Androphages-Antes ont atteint la côte entre le Dniester et le Dniepr21.

  • 22 (1.1.14). « Plus loin encore, en direction du levant, habitent d’autres Scythes qui ont rejeté le j (...)
  • 23 Chiens, sg-h’, désignait en Perse tous les cavaliers scythiques.
  • 24 Petite Scythie, Strabon 7.4.5. Cf. un tamga royal aux quatre routes en croix, I. Lebedynsky, Les (...)

10Le poète situe les Androphages et les Pakhthouas, « protecteurs de route », de l'un et l'autre côté du cours inférieur du Dniepr. Les premiers sont sanguinaires. Des seconds, le poète sait qu'ils sont « anciens » et « fiers, ils quittèrent les Scythes Porte-l’Arc ». L’arc avait été le symbole du pouvoir sur les trois trésors fonctionnels – la coupe, l’arme, et le joug – que les Scythes royaux avaient jadis tenus, se vantant d’avoir les autres Scythes comme serviteurs. Refusant cette prétention, certains les avaient quittés22. Ces « Scythes autonomes » avaient vécu à l’est du Don, au sud de la rivière Sa(k)mara, affluent de la Volga, en compagnie des Maisons du Chien au Désert23. Au début du IIe siècle avant notre ère, les deux groupes, les « autonomes » et leurs alliés à présent nommés Arrivés du Chien au Désert, étaient parvenus dans ce qui devint alors une Petite Scythie, entre l’isthme de Perekop, le Dniepr et une nouvelle Sa(k)mara. De là ils protégeaient le début de la route de l’ambre, vers le Nord, de la route de l’or de l’Oural par la Volga, en pehlevi Rah, « la Route », au Nord-Est, et de la route des Sères et de la soie vers l’Est24. Les « autonomes », devenus Scythes de Tauride, s’étaient donné un roi, avaient combattu le royaume du Bosphore puis s’étaient s’alliés à lui.

  • 25 Confusion p/b ainsi bkhs, « portion » et pkhsh, « distribution » ; de même k/kh, ainsi kyn et khy (...)

11Le poète nous apprend qu’ils étaient caractérisés par une fonction : ils veillaient à la sincérité des serments, mot à mot ils « soignaient purs les serments », comme les Pakhthouas « de l’intérieur » à Trêves. Il s’agit d’un clan (γενος), mais spécialisé : en moyen persan ou en parthe, bxt désigne « ce qui a été attribué », le sort, et par extension le bon sort, bxsh’g étant « le distributeur » et bxth’y’r, « l’ami du sort, le chanceux ». Bxt-hw’/Pxt-hw’, « Bon pour (savoir) le Sort », est un clan « fonctionnel »25.

  • 26 (3.1.10). D’autres Dahae/Dh-h’, les « Dix (Maisons) », apparentés à ceux du Meotis, vivait chez l (...)
  • 27 (3.2.6). Le nom a été attiré par le latin fracti, d’où le c/k à la place du h de fr’h.
  • 28 Liste des envahisseurs de l’empire, après les Quadi, avant les Hermunduri, Vandali, Sarmatae, Scir (...)
  • 29 E. Demougeot, La formation de l’Europe et les invasions barbares II, Paris 1979, p. 70 et 319. Selo (...)
  • 30 Unités « tirées des cavaliers d’Illyrie pour compléter les troupes de Gaule » (Zosime, 2 .42.1-5) (...)
  • 31 Autour de Tiffauges, pagus Taifalia, avec Cugand, *Qwknd, « Fossé du Cygne » (infra n. 36) et p.- (...)

12On pouvait le nommer autrement que par ce nom trop direct. Au premier siècle, après les campagnes de Pompée, les Romains entendent parler d’un clan en Petite-Scythie nommé « Première de Gloire des Dix (Maisons) », le clan royal de l’alliance des ex-Thyssagètes et des ex-Scythes autonomes26. Quelques années après, un groupe au nom identique, une « Première des Dix (maisons), les Non-hommes », est mentionné par César sur les limites de la Dacie. Au IIe siècle, la Dacie est annexée et les soldats connaissent le même groupe sous le nom très complet d’Anartofractai, latinisation du pehlevi ‘nr-tw-frh-dh-‘hy, « Première des Dix (maisons) de Gloire du Dedans (de l'empire), les Non-hommes »27. Mais la Dacie est bientôt abandonnée et au siècle suivant, les guerriers de la Première de Gloire des Dix – Taïfala –, alliée aux Goths, n’hésitent pas à attaquer l’empire sur le Danube. Au IVe siècle, le clan se singularisait toujours par une homosexualité coutumière, celle des « énarés », les « non-hommes », les devins scythes28. Du Danube, Sarmates et Taïfales passèrent dans l’Empire comme déditices. La vague d’immigration la plus importante, accueillie par Constantin, comptait 300 000 personnes de tous âges et de tous sexes. La moitié de cette main d’oeuvre militaire fut envoyée en Italie où furent formées quinze prévôtés de gentiles, soit pour un effectif combattant de 1000 cavaliers par prévôté, l’installation de 150 000 âmes. L’autre moitié de l’effectif alla dans la partie orientale de l’Empire, en Thrace et en Macédoine29. Puis lorsque Constant, l’un des trois fils de Constantin, vint éliminer son frère avec une forte cavalerie danubienne, la majorité des Sarmates balkaniques fut transférée en Gaule et l’on dressa la liste de leurs prévôtés30. Une génération plus tard, en 377, un groupe de Taïfales battu par l’armée impériale fut envoyé rejoindre les Sarmates en Italie. Il passa plus tard en Gaule31. Alors que les Alains, les « Justes », avaient tenté de faire prévaloir le mazdéisme dans l’ancienne Scythie, alors que les Huns y ramenaient le chamanisme à leur profit, un clan de mages iraniens, passé dans l’armée de l’Ouest, y conservait les vieux rituels scythiques.

13Le terme τοΠαχτυαι se retrouva ainsi sur une plaquette déposée dans l’amphithéâtre de Trêves. Comme dans le cas des autres plaquettes étudiées par Kerneis, une pratique juridique étrangère à la romanité, l’ordalie, s’est adaptée à une forme vulgaire, la malédiction par le plomb. Cette acculturation est une chance pour l’anthropologue : un rituel qui aurait sans cela disparu s’est fixé dans l’écrit. Le texte, au premier abord énigmatique, s’explique aisément dès lors qu’est identifiée la culture nord-iranienne, « scythique », qui l’a produit. Celle-ci est aujourd’hui mieux connue : aux œuvres géographiques qui décrivaient le nord de la Mer Noire se sont ajoutées des fouilles détaillées et nombreuses. Les mots et les signes incisés dans le plomb révèlent l’institution centrale de cette culture : un rituel par lequel étaient vérifiés les serments ou plutôt les paroles solennelles qui, dans cette culture, en tenaient lieu.

14Le discours de la plaquette est divisé en deux parties inégales. La première est un court texte encadré - une invocation au « Maître du Vivant » - autour duquel à gauche, en dessous et à droite sont inscrits de brefs compléments. La seconde, à droite, plus allusive parce que plus inquiétante, est une seconde invocation à δελεμ(ιρ), « la Porte de Mihr ».

Le soin du Maître du Vivant

15Les premiers mots en tête de la plaquette rappellent que l’affaire a commencé au tribunal (βηματω). C’est la situation repérée par Kerneis dans la tablette irlandaise. La cour compétente pour des défendeurs militaires est celle du général en chef, le Magister militum. Devant lui, l’accusé « repousse » l’accusation. Il a formulé une assertion solennelle, celle de son innocence, et pour s’assurer de sa véracité, le tribunal permet à la coutume gentilice d’intervenir dans la cognitio romaine : le ou les accusés quittent la salle d’audience pour l’amphithéâtre-forteresse et son sanctuaire païen. Là, après une invocation à la divinité païenne, on procède à un sacrifice. Considérons ces deux éléments avant de nous interroger sur ce qu’était le serment scythique.

L’adresse et la demande

  • 0 Pour les Massagètes, Hér. 1.212. Confirmé par Strabon 11.8.6 et Pausanias 1.21.6 cités par Lebedyn (...)
  • 0 Le grec ναοι, mpers. kdg-h’. J. P. Roux, La religion des Turcs et des Mongols, Paris 1984, p. 235, (...)

16La première invocation est introduite par νη. On disait ainsi en grec νη Δια, « par Zeus ». Ici, le nom de la divinité à laquelle on s’adresse est remplacé par le chiffre III suivi de la lettre φι, abréviation d’un mot court et usuel pour le locuteur, vraisemblablement φως, « lumière », celle de l’astre solaire, seigneur et maître des Sarmates0. Identification confirmée par la demande faite, dans le cadre, au « Maître des vivants ». Le chiffre qui précède l’abréviation renvoie aux trois stations qui définissent les trois points cardinaux, levant, midi et couchant0. Un signe terminal peut se lire comme un upsilon au-dessus d’une ligne horizontale et un upsilon inversé
en-dessous, les abréviations d’uper et d’upo, « En-haut » et « En-bas ». Il indiquerait que l’adresse concerne aussi le soleil voyageant sous la terre, référence plus adéquate que les trois seules stations lumineuses, s’agissant d’une malédiction par le plomb.

  • 0   Hér. 4.59 et 127. Sur ce foyer, infra n. 49.
  • 0 Lebedynsky, Sarmates, p. 189. (W)acy Ruxs, «  Lumière qui Enseigne » ; en Ossétie, on conte son mar (...)

17Le ou les locuteurs de la plaquette vont donc s’adresser au soleil, plus précisément, s’agissant d’Iraniens, au solaire Mithra, garant des pactes auquel son nom renvoie. Les Scythes pourtant, croyait Hérodote, ne juraient pas par le soleil mais « par le foyer royal », personnifié par une divinité, Tabiti « Qui a Brûlé ». On la disait « fille de Soleil » et « reine des Scythes », parce que leur premier roi l’avait épousée0 : femme du roi, elle était sa flamme. D’où, bien plus tard, l’invocation des prières ossètes adressée à KhurAertKhuron, « Feu-Soleil (de la famille) du Soleil »0. Nous verrons qu’Hérodote interprétait à la grecque une intervention en fait distincte du serment à proprement parler.

18La demande qui est faite au soleil, inscrite dans un cadre qui a la forme d’un buste humanoïde et une tête au bec d’aigle, est le cœur de la plaquette. Elle est adressée au « maître de la vie », qui « brille », par un « portier du saint ». Elle demande le « soin d’une faute », grâce à une « purification » faite par les « trois liens ».

  • 0 J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la procédure criminelle, Paris 2000, p. 20.
  • 0   En Perse, l’invocation à la divinité était faite dans l’intérêt du peuple et du roi, la lèpre ou (...)

19La faute (ατη) qu'il faut guérir est aisément identifiable. On sait que les rois iraniens prétendaient tenir en respect trois maux principaux : le « mauvais lait » amenant la famine, le « mauvais cœur » entraînant la défaite devant l’ennemi, et le mensonge que châtiaient les maladies. Des trois maux, le mensonge était le pire. L’invocation est faite pour « soigner » (ιαομαι) les Pakhthu, l’ensemble du groupe, et le mensonge qui les menaçait. Avec un autre verbe (θεραπευω), c’était la même idée qu’exposait le poème orphique. L’idée est répandue : on craint la souillure et le châtiment qu’enverra la divinité0. Ici, l’invocation demande au soleil de tourner sa colère contre le menteur, de le « frapper ». Mais le problème du Scythe qui donne sa parole ne se résume pas à un choix personnel entre la vérité et le mensonge, entre son salut et son châtiment individuels. De même que la prestation du serment ou le châtiment étaient affaires collectives, de même la colère du soleil, cet œil omniscient du ciel, risquait de frapper un groupe : la « gloire » royale avait été mise en jeu par la mention du foyer royal ; atteinte par le mensonge, cette auréole de chance faiblissait ou disparaissait, le roi, mais aussi le peuple risquaient la lèpre ou d’autres pestes, les guerres étaient perdues, le bétail dépérissait0. La faute d’un seul chef de famille pouvait entraîner – et expliquer – le châtiment de tous. La prière est donc faite pour tout le groupe, ici les Pakhthouas. Mais chez eux le châtiment incombe au soleil, non au roi.

20Immédiatement après l’invocation, mais en dehors du cadre qui la contient, suit une brève explication : la faute sera effacée par une purification (καθαρσις) ; le poème orphique parlait aussi de serments « purs » (αγνος). La purification est liée à un triple upsilon, sans doute l’abréviation d’υπσιστος, le Très-Haut trois fois invoqué, les upsilon étant juxtaposés à la lettre grecque nu, elle aussi répétée trois fois, qualifiée de sainte, abréviation d’un mot court qui doit être ναοι, « les maisons », l’équivalent du moyen-persan kdhg-h’, comprenons les trois stations du soleil mentionnées dans la première colonne de la plaquette.

21À « une purification », sont laconiquement juxtaposés « trois liens ». Ces liens pour la tête du cheval (φιμοι) sont ceux du sacrifice symbolisé à droite du texte encadré.

Le sacrifice, les trois et les six

  • 0 Plus tard comprise comme porte-bonheur sous la forme du fer à cheval.

22À droite de l’encadrement se trouve une ligne verticale en travers de laquelle figure le signe classique du pas de cheval0. La verticale, la route du sol au ciel, est l’inverse de l’horizontale aux deux υψιλον qui dans la partie gauche figurait la terre. Comme l'horizontale, elle est accompagnée d'autres signes : d’un côté trois υψιλον désignent l’En-haut, le soleil en sa triple position ; de l’autre, les « trois liens » sont représentés par trois hampes croisées terminées par trois boucles, comme aujourd’hui l’ourga mongole. Cette triplicité symbolise le ou les sacrifices faits par trois personnages qui vérifient la parole donnée.  

  • 0 Hér. 4.60-61.
  • 0   Chez les Massagètes, Hér. 1.216 ; chez les Sarmates, Pausanias cité par Lebedynsky, Sarmates, p.  (...)
  • 0 K. Jettmar, L’art des steppes, Paris 1965, n° 29, p. 53 ; Lebedynsky, Sarmates, p. 78.

23La façon de sacrifier a été décrite par Hérodote et confirmée par les fouilles : « Ils sacrifient tous de la même manière dans toutes leurs cérémonies et voici comment : la victime est debout, les pattes de devant attachées ensemble ; le sacrificateur, debout derrière l’animal, le fait tomber à terre en tirant brusquement sur l’extrémité de la corde et invoque à cet instant le dieu auquel il sacrifie ; ensuite, il entoure d’un lacet le cou de la bête et y passe un bâton qu’il fait tourner pour étrangler ainsi la victime, sans allumer de feu, sans prémices et sans libations … Les Scythes sacrifient toute espèce de bétail et surtout des chevaux »0. Chez les Scythes comme plus tard chez les Ossètes ou chez les voisins Turcs, le sacrifice principal au Soleil était celui d'un cheval blanc, animal solaire par excellence0. Un peu du sang gardé à l’intérieur du corps de la victime par l’étranglement du garrot était ensuite recueilli et versé sur les petites « tables d’autel » en pierre, carrées – magie de la terre, utilisées par les femmes ? – ou rondes – magie du ciel pratiquée par les hommes ? –. Elles étaient ornées de dessins d’animaux, les pieds figurant souvent des têtes de loup, l’animal des Chiens/Sakas0.

  • 0 Hér. 4.68.

24Pourquoi y avait-il trois liens, dont l'union dans le sacrifice du cheval est représentée par leur position en faisceau ? La réponse est fournie par les deux chiffres incisés à côté du symbole sacrificiel : un III et au-dessus un ΠI, en grec un six. Hérodote en donne le sens lorsqu’il décrit la divination chez les Scythes. Il évoque le cas où un parjure est soupçonné à cause de la maladie du roi : « Quand le roi des Scythes tombe malade, il convoque les trois devins les plus renommés qui rendent leur oracle à la manière que j’ai dite (avec les baguettes). En général ils annoncent qu’un tel … a fait un faux serment par le foyer royal … L’homme nie… le roi envoie chercher d’autres devins en nombre double. Si ceux-là aussi convainquent l’homme de parjure, on lui coupe aussitôt la tête … Si la seconde consultation le déclare innocent on appelle encore beaucoup d’autres devins. Si la majorité le déclare innocent, la règle est de faire périr les premiers devins »0.

25Le roi les fait placer sur un char en feu. Ils sont brûlés et non décapités comme des condamnés ordinaires : les « portiers du soleil » fallacieux appartiennent au dieu, ils lui sont envoyés par un char de feu, simulacre du sien, punis par la force numinale qu’ils ont trompée. Chez ceux des Scythes qui ont reconnu le pouvoir royal, c'est à leurs risques et périls que les devins sont vérificateurs de la véracité, d’abord les trois qui identifient le parjure, puis éventuellement les six qui les vérifient à leur tour, ce qui, avec les trois premiers, porte le nombre des devins à neuf, triple triplicité. Dans des cas exceptionnels, on faisait appel à l’arrière-ban de la divination, toute la profession, qui venait garantir l’oracle des siens.

  • 0 On retrouvera l'opposition entre royauté « à pouvoir » et chamanes chez les Mongols, Roux, p. 74.

26Chez Hérodote, le roi des Scythes punit les parjures sur l'avis des devins. Dans la plaquette sarmate, c'est au soleil de les punir. Pour les royaux, le châtiment était au roi, pour les Pakhthuas, il était au dieu. Sous la domination du roi, les devins n'étaient plus que des instruments, eux-mêmes soumis à la justice royale. On comprend pourquoi certains d'entre eux avaient refusé de se soumettre au pouvoir du roi et avaient formé un clan spécifique0.

Serment ou parole ?

  • 0 Hér. 4.70.
  • 0 Roux, p. 229, qui montre l’auto-malédiction conditionnelle dans le cas d’Ong khan.

27Lorsqu’il décrit ce qu’il considère comme le serment des Scythes, Hérodote ne mentionne pas le soleil. Selon lui : « Voici comment font les Scythes pour jurer : ils versent du vin dans une grande coupe et y mêlent du sang des personnes qui veulent prêter serment en les piquant avec une pointe … puis ils trempent dans la coupe un glaive ou une hache, des flèches ou une lance ; ceci fait ils prononcent de multiples invocations puis ceux qui jurent et les principaux de leur suite boivent dans la coupe »0. Voilà pourquoi prêter serment se disait en persan swgnd xwrdn, « ingérer le serment », ou en turc « boire le serment »0.

  • 0   Amm. Marcel. 17.12.21 ; J.-L. Chassel, « Le serment par les armes », R. Verdier (éd.), Le serment (...)

28Avant d’être bu, le sang du prétendu jureur touchait une arme. Ainsi chez les Sarmates danubiens qui juraient sur leur poignard0, cet acier avide de sang auquel les guerriers rendaient un culte. Figure classique en ethnologie : en cas de mensonge, l’arme chargée d’un fourbe sang devait se retourner contre son possesseur. Un chef ne jurait pas seul, mais avec les plus notables des siens, c’est donc tout un groupe qui était impliqué. Là où dominaient les rois scythes, ils entendaient punir eux-mêmes le mensonge  – qui les menaçait doublement, dans leur santé physique et dans la prospérité de leur royaume –, par une exécution capitale étendue aux mâles de la famille, engagés par la participation de la suite du chef. L’exécution était faite au glaive ou à la hache ; était-ce avec les propres armes des menteurs, ce qui aurait permis à la royauté de légitimer la peine ? Le sang teignait aussi une flèche, arme qui chez les Scythes ne renvoie pas à une exécution capitale. Nous allons retrouver cette flèche ensanglantée.

29Du sang du jureur et des siens qui liait la parole à sa sanction, la plaquette ne parle pas. Il est probable que devant le tribunal du magister militum, l'accusation avait été repoussée selon les formes du ius. Ni l'accusateur ni le juge, s’il s’était saisi d’office, ne souhaitaient boire avec l'accusé, encore moins mettre du sang dans leur vin. Ce que recherchait le tribunal, c'était une preuve, et le rituel ordalique qui suivait l'affirmation d'innocence la lui donnait.

  • 0 « Iurando gratiam Scythas sancire ne credideris. Colendo fidem iurant. Graecorum ista cautio est q (...)

30Mais la parole mise en cause était-elle bien un serment ? Voici ce qu’en disait un envoyé du roi scythe dans une harangue à Alexandre que rapporta un témoin : « Ne crois pas que les Scythes, en jurant, mettent en jeu une grâce (surnaturelle). Ils jurent de garder leur foi. Sceller les pactes et invoquer les dieux, ce sont là des précautions de Grecs. La religion c’est dans la foi même que nous la mettons : qui ne respecte pas les hommes trompe les dieux »0.

31Dans le serment scythique proprement dit, les dieux, on vient de le voir, n'intervenaient pas : les Scythes juraient sur eux-mêmes. Les Sarmates qui n'avaient pas de roi, mettaient en jeu, par leur sang, leur arme chargée de les punir. Les Scythes royaux et leurs dépendants surimposaient à ce rituel l'invocation du foyer royal qui justifiait l'intervention du roi pour punir le parjure mais continuait à laisser les dieux en-dehors de l'affaire. L’envoyé scythe pouvait ainsi déclarer que les jurements des siens se passaient non seulement de pactes écrits, mais aussi de l'invocation des dieux. Ils n'en étaient pas moins religieux, disait-il, la parole d'un Scythe – appuyée par son sang – valait mieux que les actes scellés des Grecs. L'homme engageait son corps, son intégrité – et pas seulement une livre de sa chair – sur sa parole. Il était engagé, lui-même gage de son engagement. L'essentiel de sa religion était là.

32Parlant à un roi au nom du sien, l’envoyé scythe n'avait évidemment pas à mentionner le rituel de « soin ». À ce stade en revanche, les dieux étaient invoqués, ou plutôt un dieu, Mithra-Soleil, mais le rituel n'intervenait qu'après la parole donnée et de façon exceptionnelle : la parole fausse était normalement punie par l'effet de l’auto-malédiction. Mais cela, parfois, pouvait ne pas advenir. C'est alors que, pour utiliser la métaphore thérapeutique utilisée par les Scythes eux-mêmes, la maladie se manifestait, la collectivité était touchée dans ses capacités productives ou guerrières, ou dans sa santé. Le virus du mensonge était à l'œuvre, il fallait « guérir » la communauté, ou son roi si elle en avait un, et pour cela éliminer la partie malade. Encore fallait-il démasquer le menteur resté impuni. Alors, et alors seulement, l'intervention des dieux était demandée.

33« Ne pas respecter les hommes, c’était manquer aux Dieux » ; bien que barbares, les Scythes étaient sages et même philosophes, c'est du moins ce que pensaient les Grecs et l’officier d’Alexandre qui rapporta la déclaration de l’envoyé. À Trêves, les sages « barbares » et le tribunal impérial furent d’accord sur le principe. Si on pensait que le ou les Sarmates accusés ne respectaient pas les hommes et leur justice, il fallait appeler les dieux, leur envoyer un message. Nous voici devant le seuil où commençait le voyage.

Élevés au-delà de la porte

  • 0 Dr-y Myhr est le feu rituel des Zoroastriens et par extension, le cœur du sanctuaire, « la maison d (...)
  • 0 En persan dr, « porte », a un sens abstrait où le mot, devenu préposition, indique telle ou telle (...)

34La deuxième invocation de la tablette est faite à del-e M(ihr), « la Porte de Mithra », qualifiée de « sainte ». Dans la Perse mazdéenne, le terme désignait le feu sacré, équivalent adapté de la scythique Tabiti. Cette porte est confirmée par la présence dans l'invocation d’un « portier de la sainte (porte) », l’équivalent philologique du drb’n persan, ici l’invocateur qui se prépare à franchir le seuil0. Ou plutôt, nous venons de le voir, les trois invocateurs, les devins convoqués pour guérir le parjure. Chacun d'entre eux, invoquant pour soi, demande à la porte d’être propice0. La porte n’est pas un lieu, mais l’accès personnifié à Mihr. À quoi doit-elle être propice ? À son propre franchissement et au voyage qui va suivre : la demande est inscrite parallèlement à l’axe du sacrifice, verticalement, pour indiquer la route qui va s’en aller vers le soleil, route déjà empruntée par l’esprit du cheval sacrifié. Cette seconde verticale est jalonnée de trois pointes de flèche tournées vers le haut, et au bas, l’invocateur « verse pour la flèche, il fait brûler ». Soit trois éléments, le devin, la flèche et le liquide qu’il brûle.

Les devins et les baguettes

  • 0 « Nam rectiores virgas femineas colligentes easque incanta(me)ntis quibusdam secretis praestituto (...)
  • 0 Il y avait également une divination par trois lanières, p.-e. d’origine syrienne (Hér.1.105).

35Au IVe siècle de notre ère, Ammien Marcellin décrivait la pratique des devins : « Ils présagent l’avenir d’une étonnante manière : car les efféminés rassemblent des baguettes bien droites et en les séparant à des moments déterminés avec certains enchantements secrets, ils connaissent clairement ce qui advient »0. Hérodote avait noté la même pratique chez les devins scythes : « Ils apportent de gros faisceaux de baguettes, les posent à terre et les délient ; puis ils font des parts, avec des incantations, ensuite, toujours en incantant, ils les ramassent et font de nouveau des parts. C’est là leur  méthode de divination ancestrale »0.

  • 0 P.-e. br-swm, « le soma/haoma le porte » (qui lie baguette et drogue), changé en plus respectable (...)
  • 0 Eznik de Kolb, cité par Duchesne-Guillemin, ibidem, II, 1972, p. 8. Plaque d’argent du Luristan, b (...)

36En Iran les baguettes, liées en faisceau, sont devenues le barsom des mages puis le baresman des Zoroastriens, sans doute l’un des éléments réintroduits par les mages dans le culte mazdéen quand ils s’y rallièrent0. On racontait que Zurvan, le Temps Éternel, avait manipulé les baguettes lorsqu’il offrait des sacrifices, puis il les avait transmises à Ormazd/Ahura Mazda ou à Mithra0. L’iconographie les représente : il y en avait 25, comme le montrent les barsoms figurés sur les plaquettes d’or du trésor de l’Oxus, pré-mazdéen, ou celui que tient Mithra à Taq-e Bostan, le faisceau présentant cinq baguettes de côté.

  • 0 Personnage marchant, barsom à la main droite, Trésor de l’Oxus, ép. achéménide, E. Porada, Iran anc (...)

37Les baguettes sont tenues de différentes manières selon les phases de la manipulation : lorsque le devin apporte le faisceau, il le tient de la main droite, comme sur les plaquettes d’or de l’Oxus ; lorsqu’il invoque, face au soleil, il le tient à deux mains pour le présenter à l’astre, comme à Taq-e Bostan, puis il le porte à son front pour se concentrer, « devant son nez » dit ironiquement le prophète Ezechiel. Enfin il « étale le barsom », il « étend les baguettes au sol », comme le disent les textes zoroastriens, en les plaçant « l’une à côté de l’autre », en les divisant donc, et cela à plusieurs reprises. Ce faisant, il a parfois deux fractions du faisceau, chacune dans une main, comme à Persépolis et il finit l’opération avec une partie du faisceau dans la main gauche, le reste demeurant à terre, comme dans un bas-relief anatolien où le voisinage des animaux bientôt sacrifiés montre qu’il s’agit d’un rituel non-mazdéen0.

  • 0 Utilisés par un roi qui les avait lus sur le dos d’un dragon du fleuve Jaune, peut-être au-delà de (...)
  • 0 D’où le nom du sage Anacharsis (Hér. 4.76-77), *Anaw xwar-se, « Il met en mouvement les Trois du S (...)

38Cet usage de baguettes ne peut qu'évoquer la pratique divinatoire chinoise majeure. Elle était arrivée en Chine, contait-on, par le Fleuve Jaune sur le dos d’un dragon. Les devins chinois manipulent des baguettes pour obtenir un chiffre que figure tantôt un trait long, tantôt un trait interrompu, trois de ces traits formant un trigramme0. Ensuite, de même qu’en Chine, chacun des trigrammes scythiques était sans doute considéré selon de multiples niveaux superposés : les quatre éléments, les quatre saisons, les huit points cardinaux familiers aux peuples de la steppe, la parenté, etc. L’ensemble formait une grille de réflexion assez complexe et on comprend que les colons grecs aient eu beaucoup de respect pour les « philosophes » scythes0. Mais les baguettes ne sont-elle pas un emprunt à la divination chinoise, lorsque le roi des Scythes demanda aux devins de désigner un coupable ? Elles n'étaient en tout cas que la première étape d'un voyage plus mouvementé.

La flèche et l’aigle

  • 0 Troisième kourgan de Pazyryk, Jettmar p. 110. Le mort portait un bonnet surmonté d’un carré crénel (...)

39La plaquette de Trêves permet d’entrevoir le rapport des baguettes divinatoires avec les flèches. Touchant la demande faite à « la porte » d’être propice, figurent trois flèches représentées par leurs pointes, donc tirées.  Plus bas, un personnage « verse pour la flèche ». Il faut ici revenir à la baguette laissée hors de la manipulation du faisceau, la 25e. Dans une des tombes princières de Pazyryk, avec une tente à inhalation, a été trouvé un faisceau de 24 flèches dont les pointes et les pennes avaient été ôtées0. Nous comprenons ainsi ce qu’étaient les baguettes divinatoires pour les Scythes : des flèches. Vingt-quatre d’entre elles, destinées à être manipulées, étaient transformées en baguettes ; la vingt-cinquième avait dû garder pointe et pennes, elle avait été tirée lors des funérailles.

  • 0 Hér. 4.131. Des pointes de flèches scythes, une par guerrier, avaient servi à fondre le chaudron d’ (...)

40L’arme favorite des cavaliers iraniens était l’arc. Leurs flèches, d’environ 60 cm avec des pointes à ailettes et des empennages de plume d’aigle, étaient redoutables, ils en tiraient une volée de trois dans chaque charge, une première loin en avant, une deuxième à bout portant et la troisième en faisant volter leur cheval et en se retournant, la tactique dite de la « flèche du Parthe ». Ces flèches, marquées, représentaient le guerrier et son peuple. Ainsi les cinq flèches des cinq peuples résistant à l’invasion de Darius, envoyées par elles au roi des rois avec un oiseau, un rat et une grenouille : « Où que tu te caches, dans l’air, le sol ou les eaux, nos flèches t’atteindront », menace magique qui disait l’avenir et par là le déterminait0.

  • 0 Hér. 4.36.
  • 0 Pirart, p. 38 ; la flèche se planta dans le mont Huvanvant.
  • 0 Dumézil, Romans de Scythie …, p. 26, 33, 54-55.

41Hérodote rappelle un vieux conte de flèche magique : « Abaris, un prétendu hyperboréen, aurait, sans manger, promené sa flèche d’un bout à l’autre de la terre », flèche qui, selon la tradition, était liée à Apollon, au soleil0. Cet Abaris(t) portait un nom iranien en effet hyperboréen, à la fois le Très-Haut et le Très-au-Nord. L’histoire de l’archer dont la flèche fait le tour du monde passa dans la tradition zoroastrienne où la déesse Arti, pour soustraire la terre aux démons, permet l’exploit à l’archer Rsha0. L’archer et sa flèche magique se retrouveront dans les contes des Ossètes0.

  • 0 Porada, p. 184, autel du feu avec sacrifice et un Parthe qui tient une coupe ; p. 129, relief de (...)
  • 0 Vie de Demetrios, 19.10.

42À l’entrée d’une tombe creusée dans le roc, au Kurdistan irakien, un relief montre deux personnages en bonnets et en manteau, debout à côté d’un autel du feu ; chacun d’eux tient un arc bandé et sur l’autel est figuré l’orbe solaire. A Kul-Oba, un Scythe tient une coupe et son arc0. Plutarque avait entendu dire que les Scythes, lorsqu’ils étaient ivres – la transe chamanique –, faisaient vibrer la corde de leur arc : arc et archer se mettaient en harmonie0.

  • 0 Plaque de harnais d’Amiens (Ashmolean Museum, Oxford),  Talbot-Rice, p. 210 et pl. 41. Manche de (...)
  • 0 Sur le cygne, animal emblématique, et le lac des cygnes, Roux, p. 197 et 211. Miroirs rituels, Ta (...)
  • 0 Nom plusieurs fois repris au IIIe s. Tamgas royaux, à comparer avec l’étonnante stelle aux tamgas (...)

43En tirant vers le ciel, le chaman s’identifie à la flèche qui vole vers le soleil, et celle-ci est assimilée à l’aigle dont elle porte la plume. L’homme devient le rapace, d’où la tête d’aigle dont le buste entoure la demande sur la plaquette de Trêves, ou les deux personnages à tête d’aigle sur la plaque pectorale d’Amiens, où il y avait une prévôté sarmate, ou encore les deux autres sur le miroir de Filippovka dans l’ancien territoire des Scythes « autonomes »0. Les chamans à tête d’aigle du miroir portent un cimier au cygne0. Comme l’a noté Iaroslav Lebedynsky, on retrouve ce cygne sur les tamgas des rois du Bosphore qui représentent un personnage assis sur un trône, portant l’oiseau en cimier. Après l’échec de Mithridate, sa petite-fille Dynamis s’était unie à un nommé Asandros, p.-e. ‘s-‘ndr,« Commandement de l’Asse », sans doute un prince des Scythes de Crimée, ex-« autonomes » ; leur fils fut Aspourgos, ‘s-pwr-qw, « Cygne fils de l’Asse » et le petit-fils de celui-ci, Reskuporis, r’st-qw-pwr, « Fils du Cygne Juste », un nom repris ensuite0.

  • 0 Était-elle « teinte » sur les tables basses dites sacrificielles (traces de couleur rouge et de com (...)
  • 0 Lebedynsky, Sarmates, p. 197.

44La flèche que tiraient les chamanes était peut-être celle, gardée depuis le serment, qu’avait touché le sang du jureur. Elle avait ensuite été marquée, avec le sang sacrificiel, du trigramme déterminé par la manipulation des baguettes0. En Ossétie, le sacrifice du cheval se disait baekhfaeldisyn, « marquage du/par le cheval » ; les chevaux étant tous marqués du tamga de leur maître, le marquage devait être celui de la flèche avec le sang de l’animal0.

  • 0 B. Moradian, Ayadgar i Zareran (éd., trad.) § 74 (Mém.DEA de l’EPHE VI, 2001/2002, communiquée pa (...)

45Pour devenir cette vingt-cinquième flèche, celle du voyage vers le soleil, le chaman utilisait un puissant auxiliaire. C’est ce que montre l’auteur du Mémorial de Zarir, lorsqu’il décrit un sorcier lançant « un trait enchanté (frsh-i ‘pswtk), avec l’œil (cshm) et le poison (zhr) et l’eau du chanvre indien (ab-i bang) »0. Voici le liquide.

Le liquide qui brûle

  • 0 E. Benveniste, Études sur la langue ossète, Paris 1959,  p. 139.
  • 0 Hér. 4.73-75 ; utilisation des fruits d’un arbre (éphedra ? infra n. 82) au nord-est de la Caspie (...)

46Les derniers mots de la plaquette sont « il fait brûler ». Le sorcier ossète est précisément qualifié de « brûle (pour le) chemin » faendag sudzaeg0. Pour comprendre ce qui brûle et quel est ce chemin, tournons-nous à nouveau vers un passage célèbre d’Hérodote. Après un décès, les Scythes : « Sur trois perches penchées l’une vers l’autre, tendent des couvertures de feutre … puis, dans un récipient placé au centre, ils mettent des pierres rougies au feu … Ils prennent la graine d’un chanvre … qui pousse à l’état sauvage mais on le cultive aussi. Les Scythes prennent la graine de cette plante, se glissent sous l’abri de feutre et la jettent sur les pierres brûlantes qui fument aussitôt. La vapeur leur fait pousser des hurlements »0. La vapeur implique qu’un liquide a été ajouté aux graines.

  • 0 Jettmar, p. 176-178.
  • 0 Boucle du Musée de l'Hermitage, « scène de halte » Jettmar p. 185 p. 115, 176-178. Cassolettes, Be (...)

47Les notations d’Hérodote ont été confirmées par les fouilles. Dans les grands kourganes de l’Altaï, a été retrouvé l’attirail à extase qu’il signale : une petite tente de cuir, la provision de graines de cannabis dans un sachet, et une cassolette de bronze qui contenait les braises et les pierres chauffées sur lesquelles on jetait la libation produisant la vapeur. Il arrive aussi qu’ait été déposé dans la tombe un tambour chamanique ou, on l’a vu, 24 flèches épointées pour la divination0. Dans les steppes de l’Ouest, les cassolettes à inhalation étaient tout aussi fréquentes ; on les trouve surtout dans les tombes féminines0.

  • 0 Christianisme adopté par le roi en 916, confirmé par les fouilles de la capitale, Nijni-Arkhiz, fl (...)
  • 0 Lebedynsky, Sarmates,  p. 88.
  • 0 Quatre autres sites à Alkhan-kala. De même autour d’Orenburg ancien territoire des Scythes « autono (...)

48Les vieux rituels chamaniques ont continué en Alanie du Caucase jusqu’au Xe siècle, d’une façon certes plus sporadique après la conversion des rois au christianisme0 : dès le IIe siècle av. J.C., on avait utilisé des cassolettes en terre cuite ensuite enterrées avec les défunts0 ; désormais, on les abandonne sur les lieux après la cérémonie. A Piatigorsk, au pied du Caucase et à 100 km au nord-ouest de l’actuel réduit de l’Ossétie iranophone, ont été laissées sur place neuf cassolettes cylindriques en argile, avec des morceaux de charbon, huit formant un cercle autour d’une plus grande ; à côté, des cendres montrent qu’on avait fait du feu, et des os d’animaux qu’il y avait eu des sacrifices. Les neuf cassolettes rappellent les trois et les six devins de la plaquette de Trêves. A Alkhan-Kala, en turc « le Fort du Khan Rouge », sur le territoire actuel de la Tchetchénie, près de la tombe d’une femme et d’un adolescent, avait flambé un immense bûcher, d’un diamètre de 40 m. ; à côté, un autel provisoire en terre battue près duquel se trouve le squelette d’un cheval sacrifié ; autour, pas moins de 76 cassolettes cylindriques, l’une d’elle contenait encore les graines de chanvre mal consumées ; cette fois-ci, étaient venus le ban et l’arrière-ban des chamans de la région0.

  • 0 Surya fille du soleil (le foyer, supra n. 35) épouse Soma (=Haoma, le mélange hallucinogène), pré (...)
  • 0 Lebedynsky, Sarmates, p. 194 ; les Ossètes du XIXe siècle en étaient réduits aux vapeurs du rhodod (...)
  • 0 Emploi du « fruit du chanvre », bhang, semé, sarclé et cueilli, R. Ewans-Schultes et A. Hofmann, (...)
  • 0 V. I. Sarianidi, « Le complexe culturel de Togolok 21 en Margiane », Arts Asiatiques, 41, 1986, p. (...)

49Le liquide jeté sur le feu était le haoma, un mot qui désignait un mélange hallucinatoire dont la composition variait selon les régions0. Le cannabis, dont se contentaient les Scythes fréquentés par Hérodote, y était renforcé par une plus forte drogue0. Le Mémorial de Zarir mazdéen indique, on l’a vu, que dans le liquide utilisé par les sorciers Hywn/Huns pour donner « l’œil », un « poison » s'ajoutait à « l’eau de bang », le cannabis. Chez les Huns ce devait être l’amanite tue-mouches, habituelle aux chamans sibériens, et dont les chaudrons divinatoires hunniques portent la figuration0. En Transoxiane, le « poison » était l’éphédra : au premier millénaire, en Margiane, dans le sanctuaire-forteresse dit Togolok 21, les fragments de cet arbrisseau étaient pilés dans des mortiers avec des pilons rituels conservés sur un socle. Dans le même site, ont été retrouvés de petits cylindres d’os figurant une tête réduite à un bonnet cylindrique et une paire d’yeux. Le nom même du fleuve où se trouvait le site est significatif : le Murghab, mwrg-‘b, « Eau de l’Oiseau », nul autre sans doute que le légendaire Sinmurgh, « l’Oiseau qui s’Élève »0.

  • 0 Le datura metel pousse au voisinage de cannabis indica en Afghanistan. Selon la plante, la fleur pe (...)
  • 0 L’or des Sarmates (cat. abb. de Daoulas), Briec 1995, n°86 ; Lebedynsky, Sarmates, p. 111 et 193.
  • 0 Tissu de la nécropole de Zmeïskaia en Ossétie du Nord, Xe-XIIe s., Kouznetsov, Alains, p. 88 et 10 (...)
  • 0 Lebedynsky, Sarmates, p. 193, à Szentes Nagyhegy. M. Kohegyi, « Les anciennes sépultures sarmates (...)

50Chez les Scythes de l’Altaï, on préférait apparemment le datura métel dont l’usage se répandit ensuite vers la Caspienne. Là encore, une iconographie très précise nous renseigne. Dans un des kourgans princiers de l’Altaï, où se trouvait un attirail à inhalation, était tendue une tapisserie de feutre faite spécialement pour orner la chambre funéraire : y figure une dame apparemment tondue coiffée d’un haut bonnet cylindrique et assise sur un trône ; elle présente à un guerrier à cheval un pied de datura reconnaissable à ses fleurs retombantes0. De l’Afghanistan à la Hongrie en passant par les steppes du nord de la Caspienne, sur les couronnes portées par les princesses sarmates, ornées de rapaces, figure l’arbre de vie encadré par des cerfs et des boucs0. Il est parfois identifiable : en Alanie médiévale, un tissu brodé présente les « pommes-épines » d’un plant de stramoine, encadré par deux oiseaux0; dans la Puszta, l’ancien pays sarmate, se retrouve le même périlleux arbuste0.

  • 0 Aujourd’hui au Musée de l’Hermitage, Jettmar p. 189. Les communications entre l’Est et l’Ouest de (...)
  • 0 « Ανθεστεριος νιενις (=νεανις) ιππου ο και kτισαμένος (εκτησαμενος) », « Anthesterios (Né en Mars) (...)

51Sur un ornement d’or trouvé dans les steppes de l’Ouest, est représenté l’arbuste aux fleurs retombantes ; un cavalier y a pendu son arc et son carquois, son écuyer garde leurs chevaux ; l’homme repose, étendu la tête sur les genoux d’une dame assise en tailleur et coiffée d’un haut bonnet cylindrique ; c'est le sommeil consécutif à la transe0. Le motif de la Dame et du cavalier pouvait avoir un sens plus définitif : la fresque d’une tombe à Kertch en Crimée peint le noble Anthesterios, en cotte de maille et sabre au côté, suivi de son écuyer qui porte sa lance et mène un cheval de rechange ; lui chevauche vers une dame assise sur un trône ; à côté, une yourte avec deux personnages assis – les parents du défunt qui l’attendent ? – ; une longue lance y est appuyée, un carquois est pendu à un arbre – les armes du père ? – et devant, une petite table est préparée pour un repas. La dame sur le trône est la maîtresse Terre, et cette chevauchée l’ultime voyage du cavalier vers les siens0. Divination et mort sont sommeils et voyages.

52On comprend ainsi le sens pré-mazdéen du symbole sur les rocs et les palais de la Perse achéménide : un personnage sort d’un chaudron ailé. C’est Ahura Mazda/‘whrmyzd, « Récompense (à qui) s’Élève ». Mais l’élévation mazdéenne se passait d’adjuvant.

  • 0 Le seul lieu qu’ils étaient prêts à défendre était leurs tombeaux, comme le déclaraient les Scythe (...)
  • 0 Durant les funérailles ossètes, le feu était maintenu durant trois jours, Kouznetsov, Alains, p. 1 (...)
  • 0 Près du Kourgane d’Ielizavetinskaïa, au Caucase du NW, ont été retrouvés les restes de trois cheva (...)
  • 0 Dans l’Est iranien, les grands tambours plats verticaux sont encore battus par les soufis la nuit (...)

53Les « foyers royaux » des Scythes ou des Sarmates, garants de la vérité à l’orient de l’Europe, n’étaient pas des feux ordinaires, mais les grands bûchers solaires allumés lors des cérémonies dans les espaces sacrés où se trouvaient les kourganes funéraires, espaces dont les chamanes puis les rois avaient la garde0. C’est là, durant les trois jours rituels du brûlement, qu’étaient vérifiées les paroles0. Près de l’énorme brasier, entourés de tout le peuple, opéraient les chamans et leurs aides. Trois d’entre eux, à chacune des trois stations du soleil, avaient sacrifié un cheval et recueilli le sang dans une coupe0 ; puis face au soleil, chacun à son tour avait manipulé les baguettes, trouvé le bon signe dont il avait marqué la flèche. Au soir, les aides avaient dressé les tentes d’inhalation, garni les cassolettes de braises tirées du grand foyer central, posé dessus les pierres chauffantes. Alors les devins avaient pris la coupe de sang mêlé des graines de chanvre et d’un autre plus fort auxiliaire, ils étaient entré dans les tentes, s’y étaient assis ; sur le feu, ils avaient versé le dangereux mélange, ils avaient « répandu pour la flèche », ils avaient « fait brûler » le sang drogué, aspirant sa fumée jusqu’à sentir monter en eux la force surnaturelle qui allait leur donner « l’œil » ; soudain ils se levaient, les aides retiraient la tente et battaient les tambours ; eux, murmurant l’incantation, faisaient vibrer la corde de leur arc, tiraient leur flèche au ciel puis déliraient, s’élevant, tournant, glatissant, mimant le vol de l’aigle avant de s’étendre, épuisés, roulés dans leur manteau. Les aides fichaient la flèche sur une tombe. Le silence tombait sur le site, les assistants à la cérémonie groupés alentours parlaient bas, le grand foyer rougeoyait encore avec des éclatements de braise. Allongés tels des cadavres, les chamans dérivaient dans le ciel immense d’une steppe de rêve, s’en allaient vers le soleil savoir la vérité des leurs. Au réveil, le matin suivant, ils disaient le vrai, ils rendaient leur verdict0.

  • 0 Lebedynsky, Sarmates, p. 190.
  • 0 Mardirossian, op. cit. n. 8. Dans le Fars pré-sassanide, le roi était aethrapaiti, « maître du feu (...)
  • 0 Mentionnée dans la plaquette irlandaise étudiée par S. Kerneis.

54Ainsi nomma-t-on la parole claire : en persan swgnd, en ossète sygdäg, « propre, pur », lui-même dérivé de sygd, « brûlé »0. Le feu était la porte. Sa flamme était liée à la gloire des rois et des nobles qui nimbait leur tête et qui marquait leur bonne fortune0. À Trêves, sur l’autel de l’amphithéâtre, un syncrétisme approximatif pouvait reconnaître ce feu dans Anna Perenna alias Vesta0. Mais le rituel de chevaux, de flèches et de sang ne devait rien à Rome.

  • 0 La célèbre inscription de Kara Balghassun, Roux p. 31.
  • 0 Roux p. 61 ; chez les Huns (chef nommé Atakam) puis chez les Mongols ; tu. kâm est « la demande ». (...)
  • 0 Bakhshi (sh=ch), bakça (ç=tch), P. Garrone, Chamanisme et Islam en Asie centrale, Paris 2000 ; uti (...)

55Lorsque au VIIIe siècle les Ouigours, parents des Huns, abandonnèrent le chamanisme pour passer au manichéisme, leur roi déclara, dans une inscription commémorative : « Ce pays aux coutumes barbares, rempli des fumées du sang, devint un pays où l’on se nourrissait de légumes »0. L’islam, arrivant en Asie centrale, prit le relais. Le chamanisme pourtant survécut. Chaman est le terme toungouse passé dans le langage ethnologique par les officiers russes qui connurent la pratique en Sibérie. Les Huns, les Bulgares et les Mongols utilisaient le mot kam0. Mais les peuples qui vinrent après eux nomadiser dans les steppes jadis scythiques – Turkmènes, Ouzbeks, Kirghiz, Kazakhs – gardèrent de l’iranien, pour désigner le chaman ou la chamane, le terme bakh(t)shi, « Celui qui attribue », le mot qui avait désigné le clan aux serments dans la plaquette de Trèves et dans le poème orphique 0.

  • 0 A. Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris 1984, p. 44 ; un autre Ba (...)
  • 0 Interdiction par les conciles, Auxerre, 585, c. 4 (prév. sarmate, supra n. 30 - 2) : Non licet ad s (...)
  • 0 Benveniste, p. 29, a repéré chez les Ossètes un ancien *karyana, « celui qui fait (la magie), sor (...)
  • 0 Gloses v.angl. ou bret. au terme caragius. Aelfric, Glossaire 48 : fugel hwata « devin-oiseau » ( (...)

56Au IVe siècle, dans les communautés sarmates de Gaule, le végétarisme n’était pas encore de mise et les « fumées de sang » continuaient de s’élever. Les lieux, probablement funéraires, où se faisait le rituel gardèrent parfois leur nom iranien : ainsi au IXe siècle, non loin des Sarmates du Hunsrück, Baccaraca, aujourd’hui Bacarach, en pehlevi *Bakht-kar-r’h, « La route pour faire le sort »0. Car les devins exerçaient encore. Dans le latin du VIe siècle apparaît le terme caragus0, équivalent de « l’informateur », en persan karagah0. Il désigne un magicien d’un type particulier, qui allumait « le feu des sorciers », qui délirait et qui volait « comme une buse » qu’il était0. La pratique avait été combattue par les Alains, les « Justes » mazdéens, l’Église ne fut pas en reste et les caragi disparurent.

57Les cultures orales, grâce aux jeux d’échos de leurs homologies structurelles, pensaient beaucoup avec peu de mots, à l’inverse de nos cultures modernes où la communication prolixe est l’habit de la vacuité. La plaquette de Trêves est un bon exemple de « pensée sauvage » : en vingt-deux mots, quelques lettres, trois chiffres et cinq signes, c’est tout un univers rituel qui se révèle, le cœur de la coutume des dragons Sarmates installés dans la future France, avec leurs chevaux, leurs casques pointus et leurs cottes d'écailles. L’histoire de Rome commençait par le mensonge de Romulus. Les cavaliers iraniens de Gaule avaient une autre idée du monde : « Sois sans peur et sans haine face à l'ennemi, dis toujours la vérité, défend la veuve et l'orphelin » ; les trois commandements du chevalier médiéval ne pouvaient que plaire à l'Église, il n'est pas sûr qu'ils soient venus d'elle, ou pas seulement. À la même époque, les dualistes médiévaux prenaient au pied de la lettre le conseil évangélique : « Eh bien moi je vous dis de ne pas jurer du tout … Que votre oui soit oui, que votre non soit non, et tout le reste vient du démon ».

Haut de page

Annexe

Annexe I – Plaquette de Trèves. Fac-simile, transcriptions et traduction

Transcription littérale (*=signe) :

BH[MAT]Ω1  ΩΘH2      *3    

N       Aι4 ____________          ΔEΛE5(M ? lacune)  

         III6 | ANA ZOΥ7      |   Π    I                AIE

        Φ8 | IAI9 TOΠ         | (lacune ?)

        *10   | AXTUAS11      | *Λ12

| ATH13 IΩPΩ14|       U      *15 I

| AIOΥΔAI16    |        UU    *17Λ *Λ

TRE    ΦIMI18           Θ *Λ

        MIA    KΘP               II Ο19        

           AA  ΣIΣ20     I               Γ

UU *21 U

NN22                  IO XE-        

N                                     -IAI23                 

AIOI                   EΓAI24

Transcription normalisée :

(marge gauche) (centre, encadré) (marge droite) (à droite)

Βηματωωθη, (*tête de rapace) Δελεμ(ιρ)

να(ι) III φ(αους)        Αναζο(ο)υ, ΠΙα(γ)ιε

*υ(περ)/υ(πο).        ιαι ΤοΠ(α)χτυας ατη, ιλ(η)θω γ(ε)

ιωρω α(γ)ιου δαι. (*sacrificeducheval) (*3 flèches)

              (*troisliens)

(margesouslencadré) υ(ψιστου), υ, υ

III

       Τρε(ις) φιμ(ο)ι μια καθαρσις,

       Υ(ψιστου) υ(ψιστου) (signe) υ(ψιστου) Iω χειαι,

       ν(αοι) ν(αοι) ν(αοι) α(γ)ιοι. εγ(κ)αι

Traduction :

(marge gauche) (centre encadré)       (marge droite) (droite)

(*tête d’aigle)

Au tribunal, repousse Maître du vivant        les 6 (devins)   Der-e M(ihr)

(l’accusation) puisses-tu guérir       (*sacrifice (Porte de Mithra) sainte25,

Par les tuPakhthouas   du cheval)      sois bien propice

les trois de la faute, pour le portier       (*3 liens) (*3 flèches)

Lumières, du saint puisses-tu briller    les 3 (devins)

(*sur et sous terre)   Très-Haut

(Centre sous l’encadré)   Très-Haut Très-Haut

Trois liens

Une purification.

Très-Haut Très-Haut (*) Très-Haut il répand pour la flèche,

Maisons Maisons Maisons saintes il fait brûler.

Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle

img-2.gif

Annexe II – Les Argonautiques orphiques, vv. 1056 à 1076

F. Vian, Les Argonautiques orphiques (texte, trad., comm.), Paris, 1987.

J. R. Bacon, «The Geography of the Orphic Argonautica», Classical Quaterly 25, p. 172 ; « Les retours des Argonautes et les progrès des connaissances géographiques » REL 64 1986, p. 13 ; « Poésie et géographie : le retour des Argonautes » CRAIBL 64 1986, p. 249. A. Moreau, « Les transformations du périple des Argonautes. Un miroir des progrès de la colonisation grecque », Euphrosyne 28, 2000 p. 325.

Au VIe siècle, avec l’exil de l’École d’Athènes, l’orphisme fut condamné à une quasi-clandestinité. Le manuscrit original du recueil orphique qui débutait par les Argonautiques dut longtemps rester sans copie. Quand il fut à nouveau lu, lors des renaissances intellectuelles du IXe ou du XIe siècle, il était assez abîmé. Les copies de cette époque, peu nombreuses, furent à leur tour recopiées à la fin du XIVe siècle puis au XVe siècle0. La prosodie avait alors changé. Le texte a donc été très déformé, comme le montrent les lacunes, la structure de certains vers, de possibles interversions et la transformation des mots incompris en pseudo-ethnonymes0.

Δισσαiς δ’εν τριμοροισιν βοσπορον εξικομεσθα 1056

Λιμνης αν το μεσημβρια0 βοοκλοπος που τε0 τιταν

ταυρω ερεζομενος … βριαρω πορον εσχισε <λιμνης> 0

και ρα πανημέριοισι πονευμενοι ειρεσιησι

Μαιωτας πρωτες αφνεους0αφικανομεν ακροχων0 1060

η Γελωνου0 εθνος  βαθυ κ’αγριωνα πλεια φυλα0,

Droit et Cultures, 65, 2013/1    47

DroitetCultures, 65, 2013/1Σαυροματας αστεγαστας0κ’αιρυμενους0 κ’εκρυφθεντας0,

αρσιοπας0τ’Αριμασπας0 εθνη πολλυπημα0 λαων,

Ων περιναιετα<ει> γενη0 εν γε Μαιωτιδα λιμνην.

Aυταρ επει ρX’εν τοισι0 δυην αμεγαρτον εθηκαν 1065

αθανατοι, πυματον δε βυθου0 διαμαψαμεν υδωρ

.....................................................................................0

οχθησι χθαμαλαις0 απο βλυει0 αιπυς ολεθρος,

ροιζω ελαυνομενη  καναχη0 <δε τοι> ασπετον 0υγρη0,

αρκτωοις περατεσσιν … επερχεται Ωκεανον0.

τη0 ρα τοθε0 αρπαχθεισα δια στοματος κιει Αργω. 1070

Eννεα μεν νυκτας τε … και ηματα μοχθιζοντες

λειπομεν ενθα και ενθα βροτων αγυιεα0 φυλα,

Πακτυiων0 αρχαιων0 γενος, (ε)λελοιπσαν0αγερωχων

τοξοφορες ους0 τε Σκυθας, αγνους πιςτες0θεραποντας   

ταυρoεστια Ανδροφαγοι0 αριδεα0 θυσθλα φερσι0 1075

Μουνυχη βροτεω δ’επι δευεται αιματι κρητηρ.

(Les Argonautes viennent de l’embouchure du Phase, auj. Rioni, en Colchide)

En deux triples0 nous parvinmes au Bosphore 1056

au midi du marais où le géant qui vole boeufs

sur un puissant taureau, Briarée, ouvrit la passe,

peinant des jours entiers dessus nos bancs de nage,

arrivant d’abord aux Méotes [riches] en tertres élevés0, 1060

dans l’intérieur la nation de Gelon et mainte dure souche,

Sauromates sans toit tant dominés que ceux cachés,

Arimaspes Oeil-En-Haut, peuple aux gens calamité,  

leur race habite autour (des Sarmates dominés), du moins au Marais Méotide0.

Mais quand les immortels leur eurent amené triste malheur0, 1065

nous franchîmes l’onde extrême de la haute mer,

aux rocs où l’on talonne, bouillonne jusque loin un fléau en abîme0

avec un grondement retentissant l’eau poussée de façon vraiment incroyable.                  

Fait route vers l’Océan par les bords septentrionaux0,

Argo, de là X va par une bouche (…)0. 1070

Mais peinant pendant neuf nuits et neuf jours

Nous laissons d’un côté et de l’autre (du fleuve) races d’hommes garde-routes

Les anciens Pakhthu, gent vieille et fière ayant quitté

les Scythes Porte-l’Arc, soignent purs les serments ;

En l’autel du taureau0 Androphages font craints sacrifices, 1075

Offerte à Mounichia0 la coupe est mouillée de sang humain.

(Après ces peuples l’Argo, au dixième jour, arrive chez les Hyperboréens nomades et les Caspi, aux vallons des monts Rhipées, et poursuit sa course vers « l’Océan gelé », le golfe de Riga. L’Océan du v. 1069 est donc une anticipation).

Jean-Pierre Poly

Hors de l’empire et parfois même à l’intérieur de ses limites, l’Europe de la fin de l’Antiquité était constituée de groupes de parentés qui formaient des sociétés dites segmentaires. Lorsque, au premier Moyen Age, se fissura puis se brisa l’unité impériale – lorsque s’en affaiblit le carcan –, la diversité culturelle de ceux-ci, jusque-là tant bien que mal dominée, reprit le dessus avant que de lents mouvements d’acculturation entraînent la formation des cultures nationales. Pour restituer une image véritable de la société de ce temps, il est donc nécessaire d’identifier les éléments qui s’y côtoyaient sans d’abord s’y confondre. Ainsi est possible une anthropologie historique de ce temps, qui reconstitue d’abord des ensembles culturels avant de tenter d’observer le fonctionnement de la, ou des coutume(s)0.

La simple identité des anciennes nationes/gentes, groupes claniques, ou gentilices, passe par leur onomastique beaucoup plus que celles de nos modernes nations. Mais la connaissance historique se heurte au problème de la transmission par les deux langues alors dominantes, le grec et le latin. Les ethniques barbares écorchaient les oreilles des lettrés et le sens leur importait moins que la simple désignation. C’est aussi le cas des toponymies modernes, qui ont presque toujours perdu leur sens : qui va à Condé, à Frankfurt ou à Oxford ne se soucie plus du gué. Les commentateurs et traducteurs contemporains des textes de l’Antiquité ont hérité cette insouciance : négligeant le sens, ils corrigent les variations des ethnonymes pour les ramener à une seule forme intégrée dans une liste. Cette liste permet au mieux d’enregistrer la disparition, la réapparition ou le déplacement des groupes. « Insignifiante », la forme unique n’est pas perçue comme un élément lié à d’autres dans un ensemble complexe et mouvant. Il n’en allait pas de même des locuteurs barbares : noms de parentés et de lieux formaient un système d’identités complexe selon lequel ils pensaient le monde0. Pour l’anthropologue historien de ce passé, cet ensemble onomastique c’est ce qui reste du terrain.

Dans la région qui nous intéresse ici, au nord de la mer Noire, la situation linguistique était particulièrement variée : les marchands grecs avaient besoin de connaître sept langues, en fait des groupes de langues qui ne pouvaient être que balte, caucasien, finnois, iranien, illyrien, slave et türk0. Là encore, l’historien actuel hérite d’une difficulté qui expliquait aussi la négligence de ses devanciers antiques. Il lui faut donc élargir tant bien que mal son univers linguistique, tenter de penser autrement qu’en grec ou en latin0. Après avoir examiné, comme il est de règle, la portée et la logique de chaque texte issu de ces langues, il doit changer de regard en considérant par priorité les noms insérés dans ces textes pour donner la « couleur locale » : l’ethnonymie, une fois reconstituée avec son ou ses sens probables ou possibles, d’accessoire devient principale, tandis que les textes se révèle souvent n’être qu’une glose plus ou moins pertinente des noms.

Dans cette perspective, on s’aperçoit vite qu’à la différence de nos modernes nations, une nomenclature fixe et univoque des sociétés gentilices est impossible puisque, l’ethnologie le montre sans conteste, un même groupe est désigné par plusieurs noms qui varient selon les locuteurs et le temps. Il faut au contraire repérer variantes et synonymes. Car comme leurs noms, les groupes variaient. Reinhard Wenskus a montré que ces sociétés unies par la parenté ou par l’alliance étaient instables : le pouvoir y était faible, les groupes se rassemblaient ou se séparaient, seul demeurant les « noyaux de tradition » (traditionskerne)0. Mais au-delà de ce mouvement toujours recommencé, il va de soi que dans ces groupes comme dans nos nations actuelles, la permanence d’une désignation peut masquer à long terme des changements sociaux profonds : ici le mouvement qui, au contact de la société impériale, transformait les clans en formations militaires puis ces formations en classe spécifique de la société.

La toponymie est plus stable que l’ethnonymie : les groupes gentilices à l’est de l’Europe vivaient dans un espace qui, s’il était encore loin d’être celui du « monde plein », était depuis longtemps déjà attribué. En cas de difficultés, ils migraient « entre voisins », en se succédant les uns aux autres sur les cases d’un échiquier dont les limites naturelles s’imposaient à eux. Il n’y avait pas création de nouveaux territoires, mais occupations de terroirs déjà prédéterminés par des conditions naturelles. Les anciens toponymes connus de tous, étaient rémanents ; de nouvelles appellations s’y ajoutaient sans les supprimer : la Volga n’avait ainsi pas moins de quatre noms. L’ethnonymie évoluait par substitution onomastique, la toponymie tendait à procéder par empilement onomastique.

À partir de ces remarques, on peut établir une chorographie et une ethnographie sur quatre niveaux de temps à partir des sources suivantes : le Ve siècle av. JC. comme situation de départ, d’après Hérodote0 (1) ; les IVe-IIe s. av. JC., avec l’arrivée des Sarmates (2) d’après un décret d’Olbia (2.1)0 et quelques textes épars (2.2)0 ; les Ier-IIe s. ap. JC., avec l’extension de l’Empire et l’expansion des Alains (3), d’après Strabon (3.1)0 et Ptolémée (3.2)0 ; les IVe-VIe s. avec l’arrivée des Huns, d’après Jordanès0(4.1-4).

1 – La Scythie au Ve siècle av. J.C.

Source : Hérodote avait voyagé jusqu’à Exampé depuis Olbia (infra) et il était renseigné par les marchands de cette ville et par certains Scythes qui y résidaient (4.76). Il est donc aussi bon informateur qu’eux pouvaient l’être, mais pas meilleur. Il voit le pays depuis la mer et le cours inférieur des grands fleuves ; au-delà, ce sont des on-dit, et il précise, « pour autant que nous le sachions ».  

Chorographie0 : La Scythie est « une plaine verdoyante et bien arrosée sillonnée de nombreux fleuves », c’est la steppe ; « elle forme un carré » bordé par la mer de deux côté : il y a 10 jours (2000 stades) du Danube au Dniepr et autant du Dniepr au Méotide ; il y a 20 jours (4 000 stades) de la mer jusqu’aux Melanchlaines (1.1.8) au N. de la Scythie, au-delà de Kharkov qui est près de la frontière. Hérodote énumère les fleuves qui sont autant de routes. Le Siret (τιαραντος/σιαραντος), mpers. sy’w-rwn-tc, « Coule vers (chez) les Noirs », que sont les peuples thraco-illyriens pour les Agathurses (1.1.1). Puis le Prut, « la rivière que les Scythes appellent ποροτα et les Grecs πυρετος», pwr-rwd, « Fleuve du Fils », l’aîné des Scythes, Agathursos (1.1.3)0. Vient ensuite le Tyras, p.-e. dwr-‘s, « Vient de Loin », devenu le Dniester, Dan-e As-dr, « Fleuve de la vallée de l’Asse » qui sortirait d’un grand lac au Nord. L’Hypanis, hw-pnd, « Bon Chemin », devenu le Boug, à l’embouchure duquel est Olbia, sortirait aussi d’un grand lac ; après quatre jours de navigation depuis son embouchure, on arrive là où Dniester et Boug rapprochent leur cours,  aux sources salées d’Εξαμπη, un lieu de rassemblement de la Vieille Scythie dont le nom est traduit par « Voies sacrées » (en fait g’h-sn-bg, « le Seigneur Monte sur le Trône », un lieu de consécration où se trouvait un chaudron royal) ; on pouvait remonter le fleuve pendant encore cinq jours, et les deux durées indiquent la présence de portages entre les affluents pour passer du Boug au Dniester et de là à un autre Boug, vers l’ambre du golfe des Wendes à Riga0. Le lac doit être celui que forment les vastes marais du Pripiet, au nord de la région, quand bien même aucun des deux fleuves n’y prend sa source ; il séparait Scythie et Neuride (ici un ancien pays balte au nord du marais ?). Manifestement les Olbiopolites ne dépassaient pas Exampé. Dans le même estuaire que le Boug, près d’Olbia, se jette le Βορυσθενος, ‘br-wz-dan, « le Fleuve rapide du Nord » (devenu dès Jordanès le Dniepr, Dan-e ‘br, « Fleuve du Nord »)0. Il est connu sur dix jours de navigation jusqu’à ses célèbres rapides ; c’est une autre des routes de l’ambre. En quittant le fleuve avant les rapides, en trente jours – par la Vorskla, p.-e. wrz-sg-rh, « la Route du Saka au Pouvoir magique », exonyme donné aux Scythes royaux par les Agathurses – on atteint le Donets qui « s’écarte du Borysthène là où ce fleuve cesse de nous être connu ; il part du lieu appelé Gerrhos et porte le même nom que lui » ; c’est p.-e. gry-g’h, « Lieu où on pleure », là où étaient enterrés les rois scythes0.

La région était mal connue des Olbiopolites. Pour Hérodote, le Donets se jette non dans le Don mais dans l’Yπακουρις, considéré comme un fleuve : les gens d’Olbia ne connaissaient que son débouché qui passait entre la longue flèche de la Course d’Achille et l’Hylê, le « Bois » de la Grande Dame des Scythes, au sud de la double embouchure du Boug et du Dniepr. Son nom, hw-pt-kwr-ryh « Bonne Route vers les Aveugles » (un terme des Scythes pour désigner leurs dépendants de Crimée0), comme celui de son voisin, le Παντικαπης, pnd-kyh-abe, « la Petite Eau du Chemin » (la Mer de Sivach), indiquent qu’il devait s’agir de chenaux pour les barques, de part et d’autre de l’isthme de Perekop. Le lac d’où Hypacyris et Panticapes sont censés venir est le Méotide (Mer d’Azov) désigné par le nom du peuple qui occupe sa rive orientale. Les Olbiopolites n’y allaient guère, aussi Hérodote pense-t-il qu’il est « presque aussi grand » que la Mer Noire et il n’y identifie que deux lieux, l’embouchure d’une rivière d’où on allait vers le Donets, et l’embouchure du Tanaïs, dan-e ‘s, « le Fleuve de l’Asse », le Don, « le Fleuve » par excellence. Quinze jours de voyage plus loin, il y avait la fin du pays des Sarmates, où se trouvait, mais il l’ignore, le coude du Don. Là était la frontière orientale de la Scythie.

Au-delà, la connaissance se fait plus vague encore : Hérodote nomme trois fleuves qui n’en font probablement qu’un, la Volga : le Λυκος, en grec le Loup (la Volga comprise par les Melanchlaines comme ru. волк, « loup »), le Σουργις, p.-e. en turc su-ulu-göç, « le Fleuve de la Grande Migration »0. Au nord du coude, sur la rive droite, il y avait la forêt, la taïga ; sur la rive gauche, au Sud (mal situé au Nord par Hérodote), il y avait un désert durant sept jours, aujourd’hui celui de Ryn (mpers. rymn, « sale » ? le turc semble exclu). C’est pour tenir à la fois le portage d’un fleuve à l’autre et le passage entre eux que Darius avait fait édifier huit forts espacés de 10 km, encore visibles du temps d’Hérodote. Par la rive gauche, la route du Nord arrivait à des terres rocailleuses, puis à de hautes montagnes, celles de la chaîne de l’Oural, les Monts Rhipées, hry-p’y, « Gardent les Trois », qui recélaient les trois métaux, le cuivre, le fer et l’or. C’est dans ce cadre presqu’entièrement iranisant que vivaient les groupes humains mentionnés par Hérodote.

Ethnographie0 :

1.1.1 – Αγαθυρσοι (Ir) : ‘gd ‘whr-‘s, « Vient à Qui s’Élève, le Survenu » (attiré par αγαθος ; on a songé à oss. urs « blanc », mais ce terme est spécifique à l’ossète, « blanc » étant en mpers ‘spyd, en pers. sefid) ; ‘whr, « Qui s’Élève », paraît bien être antérieur à ‘whrmyzd, « Message qui s’Élève », alias Ahura Mazda du mazdéisme et désigner le vol chamanique ; « Survenu » distingue ceux-ci des autre ‘whr-‘s restés à l’Est (3.1.18-19), tous issus des « Venus des Fleuves » (1.1.16) chassés par les Arimaspes. Les « Survenus » se sont associés à d’autres, d’où la distinction faite parmi les « serpents » envahisseurs des Neures (1.1.12, 1.1.5) : certains avaient crû dans le pays, d’autres étaient venus du dehors. Sur le Bas-Dniepr se trouvait « le Bois » d’une déesse aux chiens (Hécate-Artémis), une dame-serpent (dragonne !) mère des Scythes0 ; Agathursos et Gelonos étaient ses fils, frères de Skuthès qu’un jugement du ciel avait fait roi, un « pouvoir miraculeux » (supra la Vorskla). Hérodote n’indique les Agathurses que dans le cadre de l’épopée ou du mythe ; pour son époque, il ne nomme que :

1.1.2 – Αλαζωνες (Ir) : pour un Grec évoque « le vagabond », mais étant donné le précédent, c’est plutôt un nom scythe, ‘rh’ft-zn, « Femme Élevée » (cf. les Amazones, ‘md-zn, « Femme Venue »), déformation péjorative de ‘rh’ft-znd, « clan élevé »0. Territoire (ci-dessous abrégé Terr.) : au-delà de celui d’Olbia, sur le Turas/Dniester, vers Exampé, en Vieille Scythie où les Scythes avaient remplacé les Cimmériens.

1.1.3 – Καλλιπιδες (Ir) : « gréco-scythes » ; K’r-rhyg-byd « Autre Serviteur de l’Acte » (l’action de s’élever). Terr. : à l’ouest du territoire d’Olbia ; l’Axiaces/Asiaces était un petit fleuve (auj. Kogilnik et lac Sasyk) qui divisait les Callipides, apparemment minoritaires, des Asiacae qui pourraient être des AisSaka, ‘hy-sg, les mêmes que les Alazones0.

1.1.4 - Tαυροι (Ba ?) : non-Scythes ; par rapprochement avec 1.1.5, lett. tev-viri, « Hommes du Père », le dieu du ciel identifié comme Zeus papaios ? Terr. : Tauride (Crimée occidentale).

1.1.5 – Νευροι (Ba) : lett. ne-viri, « les Non-hommes », des loups ancêtres du « loup de fer » balte. Au VIe siècle, leur territoire avait été envahi par des serpents, les Gélons et les Agathurses (1.1.1, 1.1.10), c’était donc la vieille Scythie, elle-même ancien territoire des rois cimmériens. Une partie émigra plus tard chez les Bodins, comme les Gélons (1.1.9). Terr. : au Nord des Agathurses, en Volhynie (lett. Vilkiena, attiré par ru. волк).

1.1.6 – Ανδροφαγοι (Sl) : ils ont leur propre langue et ne sont pas de race scythe ; gr. « Mangeurs de Mâles » (Hérodote sur la foi du nom, déclare « ils mangent de la chair humaine », ce qui n’explique pas ανηρ), p.-e. une homophonie du mpers. ‘ndr-r’h-p’y g’w, « Taureau qui Protège la Route de l’Intérieur ». Aux I-IIe s. en effet apparaissent des ΣανΒωκοι (3.2.8) et des ΚοστοΒωκοι (3.2.14) qui pourraient être des « taureaux » slaves devenus plus tard les Antes (4.1.4-5). Territoire : entre Neuride (Volhynie) et Melanchlaines, sur le Ht Dniepr, après un désert qui commence à dix jours de navigation sur celui-ci, donc au nord des rapides.

1.1.7 – Σκυθαι (Ir) : forme gr. forgée sur un exonyme péjoratif (agathurse ?) sg-k’w-wd, « Mauvais (fils) du Prince Saka », Saka étant lui-même sg-h’, « les Chiens » ; sans péjoration, s’agissant des loups, chiens des Dieux. C’est l’ancien nom général des peuples scythiques, utilisé en Iran. L’endonyme, qui selon Hérodote venait du nom du roi, était Σοκολοτης sg-wl-rwd, « (le peuple) Qui s’accroît avec le Supérieur des Sakas », ce supérieur étant en effet le roi. Ils sont divisés en trois groupes : des laboureurs voisins des Olbiopolites, au nord-est des Alazones et à l’est du Bas-Dniepr 0; des nomades, de la Mer de Sivach (Panticapès) jusqu’au Donets (Gherrhos), la région de Gouliaipole ; des royaux « regardant les autres comme leurs esclaves » et nommés Παραλαται, p’rg-r’d, « généreux par le présent », l’arc du héros fondateur, marque de la suzeraineté ; celle-ci était bien fragile : seuls les Gelones-Boudinoi et les Sauromatai, au-delà du Don, aideront les Scythes contre Darius, mais ni les Neures et Taures baltes, ni les Androphages et Melanchlaines slaves, ni les Agathurses, iraniens. Terr. : du Dniepr au Don, le pays de Gerrhos (les tombes royales) « où le Dniepr cesse d’être navigable » (les rapides d’où l’on allait jusqu’à Kharkov) « aux confins des Scythes », à la limite de la steppe.

1.1.8 – Μελαγχλαινοι (Sl) : pas de race scythe, gr. « Manteaux Noirs » (Hérodote explicite : « parce qu’ils portent des vêtements noirs »), p.-e. homophonie du ru. мгл-лад-на-краина, « l’Entente du Brouillard à la Frontière » (ce que confirmerait plus tard en Grèce l’existence d’une sclavénie des Magleniki, « Le Petit (clan) du Brouillard »0). La forme grecque Σκλαουενοι, connue plus tard, pourrait être сака-лад-вени, « Couronne de l’Entente avec le Saka », entente que suppose la position du canton funéraire scythe sur la frontière. La couronne renverrait aux Venedi dont les Sclavènes et les Antes étaient les principaux (4.2.2). Le nom fut plus tard rapproché de la « gloire » (слава) ou de la « parole » (слoвo). Les Sclavènes partiront vers l’Ouest en contournant les Antes par le Nord pour arriver au Danube. Terr. : sur le Don, au nord des Scythes royaux.

1.1.9 – Βουδινοι (Fi) : « peuple très nombreux … autochtone, avec leur propre langue », prédominance des roux ce qui fait penser aux Finnois ; en revanche le terme évoque le plur. collectif turc bodun, désignant un ensemble de tribu soumises à une tribu dominante (3.2.47, 4.3.4-5)0. Terr. : de l’autre côté du Tanaïs/Don, avec des forêts et un lac (au Nord, les marais autour de l’actuelle Gorki ?) ; sur les Monts des Bodins, cf. Chorographie 3.

1.1.10 – Γελωνες (Ir) : « gréco-scythes », p.-e. gy’w-rwn, « Vers la Prairie », passés chez les précédents, d’où le nom de la capitale de ceux-ci, Γελωνος et le fait que « les Grecs donnent aux Βουδινοι le nom de Γελωνες», ce qui indiquerait une adhésion au collectif de groupes ci-dessus.

1.1.11 – Μαιωται (Ca ?) : ils ont donné leur nom au Palud Méotide, la Mer d’Azov ? Hérodote les cite en mentionnant leur lac, à propos du Don, mais pas parmi les peuples de Scythie (Hér. 4.102). Ils n’ont pas de roi.

1.1.12 – Σαυρομαται (Ir) : de même langue que les Scythes ; sy’w-rm-md, « Arrivé de la Communauté Noire » devenu, après leur domination de l’espace scythique, le plus noble sr-md, « Arrivé en Tête »0 ; l’indication de Diodore sur leur origine mède pourrait venir d’un jeu de mot sur – md et –m’dy, « femelle », à cause des Amazones, ‘md-zn, « Femme Arrivée » (attiré par le grec ζωνη), qui correspond à l’histoire contée par Hérodote (nommées en scythe « Oiorpata(s) » , pour Hérodote « tueuses d’hommes », p.-e. w’yrwr pdyyz « Chasse-hommes »). Le « noir » désigne des dépendants. Les Sarmates se considéraient comme des dragons : mr-h’, « les serpents » - les dragons de leurs écus - était leur cri de guerre0. Terr. : entre Bas-Don, Basse-Volga et Caucase, du fond du Méotide jusqu’à 15 j. de marche vers le Nord. Capitale, déjà Uspe ? (3.1.17).

1.1.13 – Θυσσαγεται (Ir) : « un peuple à part (bien que scythique) et nombreux », twsg-sg-kdg-h’, « les Maisons du Chien/Saka du Désert » (le g de kdg est faible, il a disparu dans le persan kade) par opposition aux m’sy-sg-kd-h’ voisins (3.1.18) dont ils pourraient être un rameau. Pays : à l’est des Boudinoi, (au Nord) après le désert (de Ryn). Non compté dans la liste des peuples de Scythie (Hér. 4.102).

1.1.14 – Ιουρκοι » (Ir ?) : Ywd-rg, « Sang divisé » ; sans doute le nom spécifique des suivants, les Scythes autonomes, distingués par Hérodote : « plus loin encore, au levant, habitent d’autres Scythes qui ont rejeté le joug des Scythes royaux et sont venus s’établir là »0. Terr. : « voisins immédiats » des Thyssagetes dans un pays boisé, la Sa(k)mara du Don (cf. Sakmarakanda Marakanda, « le Fossé du Serpent des Saces ») ; passés à l’Ouest, ils nommeront la Sakmara du Dniepr. Non comptés dans la liste des peuples de Scythie.

1.1.15 – Αργιππαιοι (Tr) : « ils parlent une langue qui leur est propre », türke puisqu’ils nommaient le jus épais et noir extrait du fruit de « l’arbre pontique », utilisé chez eux comme aliment faute de blé, asku, équivalent du turc askut, « aliment inférieur ». Nez épaté et menton proéminent évoquent les Huns. Mais le nom paraît un exonyme iranien, ‘rg-gyh-p’γ « (le peuple) Garde du Troupeau de Côté ». Ils étaient chauves, une pratique rituelle connue dans la région, et « on les tient pour sacrés, ils sont juges pour leurs voisins (finnois des bodun ? 1.1.9) et asile pour les réfugiés (scythes?) » (Hér. 4.13, 24, 32) ; était-ce un clan chamanique (1.1.17) ? Les informateurs grecs d’Hérodote leur étaient favorables. Terr. : après un désert pierreux, lieu écarté au pied de hautes montagnes (Iamataou, 1638 m), vers l’actuel Bachkortostan. S’agissait-il d’une fraction des Arimaspes (1.1.17) venues par les cols de l’Oural ? On les connaîtra aussi sous le nom d’Aremphaei, tr. Arimbey, « Seigneurs de la Purification », des « hommes justes connus pour leur placidité » 0. Non comptés dans la liste des peuples de Scythie.

1.1.16 – Ισσηδονες (Ir) : ‘hy-‘s-e dan, « Premier Asse du fleuve » (l’Iarxate). Pth. ‘s, « Viens », dont le pp. supplétif est ‘gd (1.1.1) ; on a songé à une forme disparue *âsu, « rapide » ; oss. Iass, ‘hy-‘s, « Vient Premier » qui est un endonyme, ne peut venir de géorg. Ovs, c’est l’inverse0. Chassés par les Arimaspes. Terr. : à l’Est, au-delà de montagnes inaccessibles, trop loin pour être dans la liste des peuples de Scythie.

1.1.17 – Αριμασποι (Tr) : les Scythes parlant d’hommes à l’œil unique, Hérodote indique que « un se dit en scythe arima, et spou veut dire œil », ce qui est fantaisiste ; on reconnaîtrait plutôt le turc Arinma-sapa, « (le clan) Qui s’est Écarté pour la Purification ». S’agit-il du nom turc de la fraction Αργιππαιοι généralisé aux autres Türks ? L’œil sera celui de la voyance des Xywn/Χουνοι (3.2.47).  Pas dans la liste des peuples de Scythie.

1.1.18 – Μασσαγεται (Ir) : M’syg-sg-kdg-ha (g faible, disparu dans le persan kade), « Maisons du Chien au Poisson » (l’esturgeon de la Caspienne, surtout l’ossète …) mentionnés à cause de la guerre de Cyrus, Her. 1.201-206, 211-216) ; Terr. : au-delà de l’Araxe, ‘yr w’xsh, le Bas-Oxus (« esprit tutélaire »), prolongé jusqu’à la Caspienne, « en face des Issédons ».

1.1.19 – Κασπιοι (Ir) : dans la Quinzième satrapie avec les Sakas (Hér. 3.93) ; p.-e. les Δααι (3.1.70).

1.1.20 - Σακαι (Ir) : avec les précédents ; p.-e. les Μασσαγεται.

1.1.21 – Χορασμιοι (Ir) : dans la Seizième satrapie avec les Parthes (Hér. 3.93) ; p.-e. les Απασιοι (3.1.74).

2 - L’expansion des Sarmates (IIIe-IIe siècles)

Sources : La poussée des Daces en 339, plus que les campagnes d’Alexandre en Sogdiane en 330-327, aurait entraîné la constitution d’une ligue sarmate qui élimine les Scythes royaux. En 220-210, ce que craignent les marchands d’Olbia, c’est l’arrivée de barbares occidentaux, Galates celtes et Skyres germaniques, et un décret remercie le riche Protogénès, défenseur de sa cité. Les indications des auteurs grecs sont rares.

Ethnographie :

2.1.1 – Σαιοι (Ir) : (‘)s-’hy, « (peuple) Qui Vient Premier », ethnonyme qui semble identique à celui des Asses, Asioi (3.1.74) et des Sai des textes chinois, une variante des ‘s (1.1.16), ici probablement les Agathurses (1.1.1)0 ; leur roi Saïtapharnès, (‘)s-’hy-d’h-frn, « Glorieux des Dix des Asses », arrivé sur le Καγκυλος (Ingoul ?), passe sur l’autre rive (du Boug) et lève tribut
sur les Olbiopolites. Territoire : à l’ouest du Dniepr. Ensuite scindés en Agathurses orientaux et Roxolans ? (3.1.18).

2.1.2 – Σκυθαι : ces Scythes voisins d’Olbia sont les anciens « autonomes » (1.1.14) passés à l’Ouest avec les suivants et qui vont fonder une royauté en Tauride. Terr. : nord-ouest de la Crimée et est du Bas-Dniepr (3.1.8).

2.1.3 – Θυσαμαδαι (Ir) : twsyg-md, « (Peuple) Arrivé du Désert » ; anciens Thyssagètes (1.1.13) passés à l’Ouest avec les précédents. Terr. : voisins d’Olbia, au sud de la Sa(k)mara ?).

2.1.4 – Σαυδαρατες (Sl ?) : mpers. s’w-drha-‘dyh, « (le peuple) Qui Sort des Portes Noires » (plutôt que les « Porteurs de Noir »), la sortie des rapides du Dniepr de chaque côté de Хортуца остров (ancienne île Saint-Grégoire avec un chêne sacré), хοдрты, « les Bouches où l’on passe » », dont les rocs bruns marquaient le seuil0. Une fraction des Androphagoi slave à nouveaudésignés par un nom iranien faute de contact direct.

2.2.1 – Σαρμαται (Ir) : sr-md, « Chef Arrivé » ; à distinguer du nom Sauromates, un ancien exonyme (1.1.12). « Tête/Chef » (s’r) n’est pas la « Communauté du Noir » » (s’w-rm), devenue « Communauté des Trois » (sy-rm) (3.1.17).  Leurs adversaires, les Scythes de Crimée, avaient donné des noms légendaires péjoratifs à leurs rois c. 300 : Μεδοσσακος, myh-dws-sg « Plus grand mauvais Chien/Saka » et Αμαγη, ‘mb’g, « Ennemie ». En 179 avant JC., un roi sarmate ennemi des Scythes de Crimée, se nomme Gatalos, G’th’-‘hlw, « le Juste des Gatha », un nom mazdéen ; ce doit être un Roxolan (3.1.18). Terr. : frontière à l’est du Dniepr, à 1200 stades de Perekop.

2.2.2 – Ιαξαμαται (Ir.) : Iaz-g’w-md (zg=ks), « Arrivé qui adore le Taureau » ; Terr. : Sarmatie d’Outre-Don. 

2.2.3 – Ιξομαται (Ir) : ‘skwh-md, « Pauvre Arrivé » (sk=ks), exonyme péjoratif (venu des Scythes de Crimée ?) des précédents. Sous leur reine Tirgatao, à l’époque de Satyros II ? (311-310), ils se sont coalisés avec d’autres peuples (encore Amm. Marcel. 22.8.31, ici archaïsant). L’un des Trois-Sangs (3.1.17).

2.2.4 – Ιξιβατες : ‘skwh-byd, « l’Autre Pauvre », exonyme péjoratif, un autre des Trois-Sangs (3.1.17). Futurs Ιαζυγοι (3.1.7) que le daim adoré distinguait des adorateurs du taureau (2.2.2) ?

2.2.5 – Θρακοι (Ir) : tyr-rg, « Sang de la Flèche », rapproché des Σιρακοι, les Trois-Sangs (3.1.17).  En 310/309, leur roi Aripharnès soutient l’un des prétendants au trône du Bosphore (le r empêche de rapprocher de la riv. Thatis mentionnée dans l’histoire).

3 – Les campagnes militaires romaines (Ier s. av. - IIe s. après JC) :

Sources : Strabon finit d’écrire en 18. Sa famille était fidèle de Mithridate VI, roi du Pont et du Bosphore cimmérien. Il connaissait les campagnes des généraux de Mithridate par Posidonios d’Apamée, ami de Pompée, et celles de celui-ci en -65 par Théophane de Mytilène et Varron. Mais il les adapte à son goût. Ptolémée, vers 150, semble avoir utilisé cinq sources. Marginalement ici, deux sources anciennes, le Sur l’Océan de Pythéas (A) 0 et le Tour de la Terre de Denys d’Alexandrie (B)0. Surtout des sources militaires : l’itinéraire de Carnuntum au Golfe des Vendes sous Néron (C) ; pour la Dacie, un récit latin de la campagne du légat de Mésie Plautius Silvanus en 67 contre les Bastarnes (D)0 et un récit de celle de 170 contre les Costoboques (E) ; pour la Scythie, un récit latin de campagne du procurateur du Pont Julius Aquila allié aux Αορσοι en 49 ap. J.C.(F)0, et l’ouvrage perdu d’Arrien sur les Alains (G) écrit en grec avant 146, relatant l’expédition envoyée en 141 pour soutenir le roi Rhoemétalkès, contenir les Alains et battre les Tauroscythes qui attaquaient Olbia en 139/1400. La campagne avait été projetée par Hadrien dès la mort de Cotys II en 132 ; l’empereur était venu à Trabzon où Arrien, gouverneur du Pont, avait préparé les itinéraires maritimes vers la Crimée (repris dans son Périple) et l’ordre de bataille de l’armée d’Arménie contre les Alains et les Scythes (repris dans son Εкταζχις).

Chorographie : Chez Ptolémée, la Scythie d’Hérodote est remplacée par « la Sarmatie située en Europe » (par rapport à celle d’Asie). Au Sud et à l’Est, les limites demeurent les mêmes : la mer et le Don, en fait, au Nord-est, jusqu’à l’Oural. Mais elle s’étend désormais au Nord jusqu’à l’Océan et au Golfe des Wendes (Golfe de Riga), à l’Ouest et au Sud-Ouest jusqu’à la Vistule et aux Monts Sarmatiques (les Tatras), en revenant par les Carpates et la Dacie jusqu’à l’embouchure du Dniepr. Elle est donc beaucoup plus vaste, cette extension étant due à l’influence des Sarmates plus qu’à leur expansion, comme le notait Tacite dans sa Germanie. Le pays était considéré comme peu peuplé : Agrippa parlait des déserts des Sarmates et la Table de Peutinger notera leurs solitudines0. Le sud reste le mieux connu. Strabon indique les itinéraires côtiers, l’avancée gète sur le Dniester et l’installation des Scythes en Chersonèse taurique. Outre-Don il mentionne la forteresse d’Uspe sur l’Iegorlyk, affluent du Manytch (3.1.17), mais note qu’au-delà du comptoir de Tanaïs, les barbares « coupent les chemins et empêchent qu’on remonte le fleuve »0. Ptolémée situe l

Haut de page

Notes

1 « Tout progrès culturel est fonction d’une coalition entre des cultures et nous avons admis que cette coalition était d’autant plus féconde qu’elle s’établissait entre des cultures plus diversifiées », Race et histoire (1952), Paris 1987, p. 79. L’idée a été un peu vite oubliée alors que le concept d’identité était proposé, sous une forme assez réductrice, à l'attention des citoyens français.

2 Depuis Montesquieu et Gibbon le rapport entre « barbarie » et « civilisation » a été souvent étudié, de nouveau dans les années 1981-1998 (Y. Dauge, Le Barbare. Recherches sur la conception romaine de la barbarie et de la civilisation, 1981 ; C. R Whittaker, Frontiers of the Roman Empire, 1994 ; J. Kolendo, « Les invasions des Barbares sur l’Empire romain dans la perspective de l’Europe orientale », in Cahiers du centre Gustave Glotz, 1995, p. 81 ; A. Chauvot, Opinions romaines face aux Barbares au IVe s. ap. J.C., Paris 1998), puis 2003-2007 (C. Nicollet, La fabrique d’une nation, 2003 ; Y. Modéran, « L’établissement des barbares sur le territoire romain à l’époque impériale », in La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’époque moderne, 2004, p. 20 ; P. Heather, The Fall of the Roman Empire. A New History of Rome and Barbarians, 2005 ; B. Isaac, The Invention of Racism in Classical Antiquity, 2004 ; A. Barbero, Barbari, immigrati, profughi, deportati nell’impero romano, 2006). Sur l’utilisation du thème par les nazis, J. P. Legendre, L. Olivier et B. Schnitzler, l’archéologie nazie en Europe de l’Ouest, 2007 ; L. Olivier, Nos ancêtres les Germains, 2012. E. Todd, L’invention de l’Europe, 1996, p. 20, note l’importance de la période médiévale.

3 Opinion malheureusement reprise par Paul Veynes dans une interview, Le Point n° spécial Rome, mai-juin 2008, p. 133 et 125 : « Qu. : Contrairement à certains historiens, vous affirmez que les Barbares n’ont rien apporté. Même pas la liberté ? Rép. : Non, et surtout pas la liberté. Ils se sont romanisés. Quant aux bandes qui se sont implantées dans l’Empire, c’étaient des armées dont les chefs se mettaient au service des Romains – l’équivalent de notre légion étrangère -, au moins jusqu’au IVe siècle. Il ne reste d’ailleurs aucune trace de ces gens … La modernité est plutôt venue du christianisme. L’historien Bruno Dumézil a bien montré que les chefs « barbares » considéraient comme un honneur de se faire chrétiens pour montrer qu’ils appartenaient au monde civilisé ». A propos de l’édit de Caracalla qui mentionne les déditices barbares : « On continue à se demander pourquoi Caracalla a pris cet édit … Comme il n’en reste qu’un bout de texte sur un papyrus et deux lignes chez un juriste, les discussions tournent vite à vide ». Les discussions tournent d’autant plus à vide qu’on évite de lire les opinions contraires, entre autres les travaux des historiens du droit ; c'est précisément l'existence de communautés déditices qui explique l'introduction d'éléments culturels « barbares » dans l'empire.

4 I. Bona, Les Huns, le grand empire barbare d'Europe, 2002 ; S. Kerneis, Les Celtiques, servitude et grandeur
des auxiliaires bretons dans l'Empire romain
, 1998 ; I .Lebedynsky, Sarmates et Alains face à Rome, 2010 (et
ses nombreux ouvrages dès 1997, infra) ;Y. Modéran, Les Maures et l’Afrique romaine, 2003 ;K. Modzelewski, L’Europe des barbares, Germains et Slaves face aux héritiers de Rome, 2006 ; W. Pohl, Die Awaren. Ein Steppenvolk in MittelEuropa 567-822 n. Chr., 2002. 

5 Faire l’histoire de cultures pour l’essentiel orales suppose des méthodes spécifiques : d’abord la préférence donnée à une documentation forcément très minoritaire, mais issue plus ou moins directement de ces cultures (par ex. un caillou, J. P. Poly, « La petite pierre d’Arguel. L’ordalie germanique en Gaule » in Retour aux sources. Mélanges … Michel Parisse, Paris 2004, p. 327, ou une tuile, S. Kerneis, « Gauloiseries matrimoniales, les tuiles de Châteaubleau et le droit romain », in Carmina iuris, Mélanges ... M. Humbert, Paris 2012, p. 391) ; ensuite la nécessité fréquente d'utiliser des « métasources » pour regrouper des données trop éparses, par ex. l’onomastique passée dans le discours des lettrés grecs ou latins puis des clercs, (cf. annexe III en fin d’étude) ; enfin un regard anthropologique inspiré des analyses de Claude Lévi-Strauss, celui que proposait Georges Duby en 1973 dans son Dimanche de Bouvines.

6 R. Bartlett, Trial by fire and water, the medieval judicial ordeal, Oxford 1986 a montré et expliqué son essor.

7 S. Kerneis, « Les ongles et le chaudron. Pratiques judiciaires et mentalités magiques en Gaule romaine », RHDFE 2005, et « La vérité du droit. Justice oraculaire et gouvernement impérial dans la Gaule romaine », RIDA 2007. Nous reprenons ici ses conclusions.

8 Parthes en Gaule : A. Mardirossian, « Fortune et gloire. Les Parthes arsacides de l’armée de Gaule à la fin de l’Empire », in Iran  et Occident, Hommage à Kasra Vafadari, Droit & Cultures, 52, 2006, p. 47 ; Alains : J. P. Poly, « Le vent des deux mondes … », ibidem p. 27.

9 Nous transcrirons leur nom en français, tant bien que mal, par Pakhthoua(s). Sur le sens, infra n. 25.

10 Après Apollonios de Rhodes, poèmes latins de Varro Atacinus pour Pompée et de Valerius Flaccus pour Domitien, chantant l'expansion vers le Pont. Le second paraît avoir été connu par le poète orphique (Vian, p. 22).

11 Éd. Fr. Vian, Les Argonautes orphiques, Paris 1987. Le poète écrirait au Ve s., après Quintus de Smyrne et p.-e. après Nonnos de Panopolis. L'hymnaire pourrait être celui qu'utilisait Syrianos, le maître de l’école d'Athènes (cf. M. L. West, The Orphic Poems, Oxford 1983 p. 227). Les Argonautiques mises en tête du recueil permettent de le dater. Par analogie avec les poèmes précédents, notamment celui de Valerius Flaccus, on peut penser que la version orphique était une œuvre de cour destinée à magnifier une politique pontique. En 421, Théodose II épousait la belle et savante Athénaïs, fille d'un rhéteur athénien originaire d'Antioche, seulement alors convertie au christianisme sous le nom d'Eudoxie. L’armée impériale était commandée par l’Alain Ardabur et son fils Aspar, issus d’un peuple scythique (un missorium fait pour le consulat d'Aspar fils d'Ardabur en 434 figure au-dessus du consul l'image de son père, et à sa droite une femme guerrière, une amazone, H. Pierce et R, L'art byzantin, Paris 1932). Cette même année 421, ils triomphaient des Perses et leur victoire méritait un poème de la nouvelle impératrice. Cavaliers alains et École d’Athènes ont donc alors partie liée. En 424 Eudoxie devenait Augusta ; son frère se nommait Valerius et elle nomma sa fille Flaccilla, ce qui évoque le précédent poème de Valerius Flaccus (K. G. Holum, Theodosian Empresses, Berkeley 1982, p. 111). La politique était alors celle de la paix avec les Huns et leurs dépendants scythiques, malgré l'agressivité des premiers ; le poète supprime donc la grande bataille contre les Orientaux – qu'à l'inverse Valerius Flaccus détaillait – ; il donne une mauvaise image des Arimaspes-Huns (l’allusion au malheur qui les frappe est-elle contemporaine : la mort du roi Ruga en 434 et l’exil de certains princes à la cour impériale ?) et une bonne des Pakhthouas iraniens. L’École n’est pas oubliée : Syrianos et ses disciples étant très liés à Alexandrie, le poète accorde un rôle premier aux cérémonies égyptiennes (v. 32, 43-45,Vian p. 12). L'auteur du poème est censé être Orphée, revenu mourir dans sa patrie (motif original, Vian p. 5), la Thrace où se trouvait le grand sanctuaire orphique, « la tombe d’Orphée », devenu forteresse médiévale à Tatoul dans les Rhodopes bulgares turcophones (*Tataoul désigne en turc un village Tat ou Tati, c’est-à-dire iranophone). Mais Athénaïs-Eudoxie fut finalement écartée par sa rivale et belle-sœur, la dévote Pulchérie. La tolérance envers l’École ne fut plus de mise et la politique de guerre l'emporta.

12 Cf. texte et traduction, annexe II. Géographie de l’œuvre, A. Moreau, « Les transformations du périple des Argonautes. Un miroir de la colonisation grecque », Euphrosyne 18 2000, p. 325. L'itinéraire par le Nord, déjà donné par Timée (à la différence d'Apollonios qui donne le Danube) vient du périple de Pythéas, utilisé au IIe s. par Ptolémée à Alexandrie,  J. P. Poly, Mél. Phytilis.

13 La lacune au v. 1067 obscurcit l'itinéraire qui est sorti du Méotide puisqu’il revient en haute mer ; le fleuve remonté est donc non le Don mais le Dniepr qui seul a des chutes (que franchiront les Varègues et que tiendront les Cosaques Zaporogues, « Ceux au-delà des rapides » ; maintenant recouvertes par un barrage, mais décrites par Constantin Porphyrogénète, annexe III n. 29). L'étape explique la rupture dans la liste des peuples.

14 Un raccourci fait passer les Argonautes du cours du Dniepr à celui de la Dvina, la navigation aboutissant, après « les vallons des Monts Rhipées » et « les Hyperboréens nomades », à l’Océan Gelé, le golfe de Riga, passant ensuite chez les « Longues Vies » et, après un long rivage, à « l’âpre promontoire » des Cimmériens qui, comme le note Vian, pourraient être les Cimbres, au nord du Jylland.

15 Équivalence chez les Scythes de k et de kh, infra n. 25.

16 Sur les peuples de la région, Annexe III. Les références sont données par trois chiffres entre parenthèses.

17 (1.1.9). Les Bodinsfinnois étaient aussi nommés Gélons. Le poète orphique ne cite ni les Goths ni leurs vassaux Hérules parce qu’arrivés dans la région au IIIe s., ils ne pouvaient figurer parmi les noms traditionnels. À cela près, la carte ethnique du poète, habillée à l'ancienne, est identique à celle de Jordanès, Annexe III, 4.

18 (3.2.24). « Scythes » massacrés en foule et 200 000 fugitifs selon Eunapes de Sardes, Demougeot, II, p. 370.

19 (3.2.47). Un exonyme iranien, calque malveillant d’un endonyme türk. Le sang, tous jadis l’utilisaient (Hér. 4.62 et 64), mais à une époque où la plupart des Sarmates étaient devenus Alains mazdéens, seuls les groupes « türks » continuaient à en mettre dans leurs chaudrons d’extase.

20 (4.1.4). Un exonyme türk hunnique pour des Wendes slaves.

21 (4.1.4). Jordanès, Getica, 34.

22 (1.1.14). « Plus loin encore, en direction du levant, habitent d’autres Scythes qui ont rejeté le joug des Scythes royaux et sont venus s’établir là » ; mépris des royaux pour les autres (Hér. 4.22 et 4.20). L’arc de la souveraineté allait avec la coupe des prêtres, mais les royaux avaient monopolisé les trois objets sacrés (Hér. 4.10 et 5), emblèmes des trois fonctions de Georges Dumézil. Arcs d’or insignes de pouvoir, I. Bona, p. 132.

23 Chiens, sg-h’, désignait en Perse tous les cavaliers scythiques.

24 Petite Scythie, Strabon 7.4.5. Cf. un tamga royal aux quatre routes en croix, I. Lebedynsky, Les tamgas, Paris 2011, p. XXX.

25 Confusion p/b ainsi bkhs, « portion » et pkhsh, « distribution » ; de même k/kh, ainsi kyn et khyn, « vengeance », M. Boyce, A Reader in Manichaean Middle Persian and Parthian, Leiden 1978 ; A Word-List
of Manichaean Middle Persian and Parthian,
Leiden-Téhéran 1977. D’autres Πακτυαι sont connus dans deux régions de l’Orient iranien (Hérodote 7.85, éd. Ph. E. Legrand, Paris 1949) : la XIIIe satrapie, « l’Arménie avec les pays voisins jusqu’au Pont-Euxin, et le pays des Paktuai » (Hér. 3.93), p.-e. Athoura, « les feux » (à cause du temple du feu de Gandjak), le futur Azerbaïdjan, du nom de son premier vice-roi  (R. Girshman, L’Iran des origines à l’Islam, 1976, p. 94) dont une partie est Azerbaidjan-e Khavari, l’autre Azerbaidjan-e Bakhtiari, à cause de la tribu kurde de ce nom, « les Chanceux » ; en Inde près de Kaspaturas/Multan ? (Hér. 3.102 et aussi 7.64, 67 et 68, 4.44). Il est probable que ces Pakhthouas sont des clans de devins. Équivalent au Ve s. (4.3.1) ?

26 (3.1.10). D’autres Dahae/Dh-h’, les « Dix (Maisons) », apparentés à ceux du Meotis, vivait chez les Massagètes, « les Maisons du Chien au Poisson » (1.1.18). Parmi eux, il y avait un clan des Parni, « les Bénis ».

27 (3.2.6). Le nom a été attiré par le latin fracti, d’où le c/k à la place du h de fr’h.

28 Liste des envahisseurs de l’empire, après les Quadi, avant les Hermunduri, Vandali, Sarmatae, Sciri, Carpi, Scitae, Gothi, Vinidii, Laterculus Veron.13.26 , éd. O. Seeck, 1876, p. 251 Dès 291, alliés des Goths contre les Vandales, Panégyriques 3.17, éd. E. Galletier, Paris 1949 ; H. Wolfram, Histoire des Goths, Paris 1990, p. 105, qui les pense non-goths, p.-e. daco-scythes. Strabon 1.9.3. Homosexualité coutumière  (Ammien Marcellin, Histoires, 31.9.5, éd. G. Sabbah, Paris 1999 ; « énarés » (Hér. 1.105, 4.67) ; chez les rois des Scythes (c. 340, donc les « autonomes », Aristote, Ethique à Nicomaque, 7.7.6). B. Sergent (L’homosexualité initiatique dans l’Europe ancienne, Paris 1986, p. 153) a fait d’un habitus spécifique aux chamanes la sexualité de tous les Taïfales qu’il a ensuite généralisée aux Germaniques ; sur le problème, J. P. Poly, Le chemin des amours barbares, Paris 2003, p. 227.

29 E. Demougeot, La formation de l’Europe et les invasions barbares II, Paris 1979, p. 70 et 319. Selon la Notitia Dignitatum (éd. O. Seeck, supra n. 29), trois à cinq unités en Orient dont quatre avaient mérité un nom impérial (comites Taïfali, Or.5.31 ; comites Arcadiaci, comites Honoriaci Or.8.25-26 ; Theodosiaci, Or.6.33, 8.27), levées chez des « barbares » en Petite-Scythie (386, Zosime, Histoire nouvelle, 4.40.1-8, éd. F. Paschoud, Paris 1971) et en Macédoine (révoltés en 388 et 391, ibidem 4.45.3, 4.48.1-7, 49.1-3). Praepositurae d’Italie, Not. Dign., Oc 42, 51-63 et 46-47. Taifales battus en 376-377, déportés en Italie à Modène, Reggio, Parme (Amm. Marcel. 31.9.3 ; Wolfram, loc. cit.) ; passés plus tard en Gaule au début du Ve s. ?

30 Unités « tirées des cavaliers d’Illyrie pour compléter les troupes de Gaule » (Zosime, 2 .42.1-5). Liste des prévôtés sarmates (Not. Dign, Oc.42.65-70) mutilée : 1 – Poitiers, prévôté sarmate avec ajout de Taïfales, venus d’Italie ? (unités levées : Hon. Taïfali iun. Oc.6.59 ; Taïfali envoyé en Bretagne, Oc. 7.205) ; 2 – Paris-Chora, prév. double ? (unité : catafr. [Corae] Or.6.35) ; 3 – Amiens-Reims, prévôté double ? (unité : catafr. ambianenses, Or.6.36 ; en 370, catafractaires du comte des militares tractus contre les pirates saxons, Amm. Marcel. 28.5.1-7 et 30.7.8) ; 4 – Châteaudun (avec ajout d’Alains) ; 5 – Langres (unité d’Alisenses ?) ; 6 – Autun (Oc. 42.65-70), auxquelles s’ajouteraient, dans la lacune, au moins deux prévôtés : 7 - Bourges (unité : catafr. biturigenses Or.5.34) ; 8 – Bingen (unité : Or. 8.29 catafr Al(anorum ?) bingenses Or.8.29 ; comites Alani Oc.6.50 ; Valentinien Ier et Gratien, revenant du Danube en 374, traversent entre Bingen et Trèves « des champs naguère bornés pour les colons sarmates » Ausone, La Moselle 2.9, éd. C. Schenkl, MHG Auct. Ant. V 2, 1883, p. 81; rejoints en 378 par des Alains, ex-dépendants des Huns, ce qui fit nommer plus tard le canton par ses voisins germaniques Hunsrück, « Reste des Huns », Poly, supra n. 8) ; 9 – Ribchester, UK (unité de Roxolans dès le IIe s., glose à Strabon 2.5.7 ; catafr. iun., Oc.6.200,  et catafr. Morbio, corr. Morluo/Morley, Oc. 40. 21 ; nouvelle levée, cuneus Sarmatarum Bremetenensium, Oc.40.54).

31 Autour de Tiffauges, pagus Taifalia, avec Cugand, *Qwknd, « Fossé du Cygne » (infra n. 36) et p.-e. Clisson/Clichon, Krshn, « Création » ? Leur ermite Senoch, sn-‘hwg, « Daim qui s’élève », guérissait entre autre les morsures de serpents ; deux miraculés se nomment Popusitus, bw-pw’cd, « Devient purifié » et Benaia, byn-‘hy, « Premier lien », Grégoire de Tours, Vitae patrum 15.1 et 3, éd. B. Krusch, MGH Scr. Rer. Mer. I 2, p. 270.

0 Pour les Massagètes, Hér. 1.212. Confirmé par Strabon 11.8.6 et Pausanias 1.21.6 cités par Lebedynsky, Sarmates, p. 189-190, ou par le tanti numinis fulgor dans le discours de l’ambassadeur scythe, Quinte-Curse 7.8.18. Citant les dieux des Scythes, Hérodote (4.59, 127 ; J. Duchesne-Guillemin, in H. Ch. Puech, Histoire des religions, I, Paris 1970, p.  632) mentionne d’abord une Hestia dite Tabiti, Tb-‘d’ « Beauté qui Brûle », le foyer royal (d’elle, la coupe tabaitas, mot persan passé en grec) ; puis un Zeus dit Papaios,
p’p-‘hy, « Premier Père », « ancêtre des rois » (le Ciel ?) et la Terre Api, ‘b, « Eau », équivalent d’Anahita ; un Apollon, Mithra Goitosuros (Legrand, « Riche en Bétail » ; Duchesne-Guillemin, p. 683) et une Aphrodite céleste Argimpasa(E. Pirart, L’Aphrodite iranienne, 2006, p. 34, aves. Arti hu-apathya, « accompagnée de bonne descendance ») ; un Poséidon dit Tagimasadas, p.-e. T’z-gyh-e m’sy’g-shd, « Heureux par le Rapide Troupeau des Poissons » (s=sh, cf. sfsyr/shfshyr, « épée »). Un septième « dieu », assimilé à Arès, est le seul à avoir des sanctuaires, en fait un glaive planté dans un tertre-bûcher ; les temples dédiés à Jason (Strabon, 11.13.10), 'hy'swn, « Premier Fer », l’épée qui deviendra le héros Batraz fait d’acier.

0 Le grec ναοι, mpers. kdg-h’. J. P. Roux, La religion des Turcs et des Mongols, Paris 1984, p. 235, note que les peuples de la steppe prient le soleil  tantôt le matin, tantôt à midi, tantôt le soir.

0   Hér. 4.59 et 127. Sur ce foyer, infra n. 49.

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 189. (W)acy Ruxs, «  Lumière qui Enseigne » ; en Ossétie, on conte son mariage avec le roi Soslan, G. Dumézil, Romans de Scythie et d’ailleurs, Paris 1988, p. 140, 133 et 125.

0 J.-M. Carbasse, Histoire du droit pénal et de la procédure criminelle, Paris 2000, p. 20.

0   En Perse, l’invocation à la divinité était faite dans l’intérêt du peuple et du roi, la lèpre ou lèpre blanche étant le châtiment d’une faute commise envers le soleil, apparemment le mensonge ; de 5 à 20 ans, les jeunes nobles « apprenaient trois choses seulement, monter à cheval, tirer à l’arc, dire la vérité » (Hér. 1.132 et 138) ; même attitude chez les Massagètes, Strabon 11.8.7. Cette détestation passera au mazdéisme.

0 Plus tard comprise comme porte-bonheur sous la forme du fer à cheval.

0 Hér. 4.60-61.

0   Chez les Massagètes, Hér. 1.216 ; chez les Sarmates, Pausanias cité par Lebedynsky, Sarmates, p. 190 ; sacrifice symbolique en Ossétie, ibidem p. 196 ; chez les Mongols, on économise aussi le sang, précieux, mais on va parfois chercher le cœur par une incision rapide, Roux, p. 230, 243- 244.

0 K. Jettmar, L’art des steppes, Paris 1965, n° 29, p. 53 ; Lebedynsky, Sarmates, p. 78.

0 Hér. 4.68.

0 On retrouvera l'opposition entre royauté « à pouvoir » et chamanes chez les Mongols, Roux, p. 74.

0 Hér. 4.70.

0 Roux, p. 229, qui montre l’auto-malédiction conditionnelle dans le cas d’Ong khan.

0   Amm. Marcel. 17.12.21 ; J.-L. Chassel, « Le serment par les armes », R. Verdier (éd.), Le serment, Nanterre 1989. Le collier de la tombe féminine de Kobiakovo, où des guerriers-panthères attaquent des monstres, figurent un guerrier assis prêt à boire, son épée sur les genoux, L’or des Sarmates (abb. de Daoulas), Briec 1995,  n°91-93.

0 « Iurando gratiam Scythas sancire ne credideris. Colendo fidem iurant. Graecorum ista cautio est qui pacta consignant et deos invocant. Nos religionem in ipsa fide novimus : qui non reverentur homines fallunt deos ». Historiae, 7.8.18, éd. C. M. Lucarini, 2009.

0 Dr-y Myhr est le feu rituel des Zoroastriens et par extension, le cœur du sanctuaire, « la maison du feu », ateshkade ; ’trwn, « celui du feu », ou ‘trbn, « gardien du feu », est le « prêtre », Kouznetsov, Alains, p. 106.

0 En persan dr, « porte », a un sens abstrait où le mot, devenu préposition, indique telle ou telle forme d’accès.

0 « Nam rectiores virgas femineas colligentes easque incanta(me)ntis quibusdam secretis praestituto tempore discernentes, aperte qui port(end)itur norunt » (Amm. Marcel. 31.2.24) ; des « verges féminines » étant exclues, l’éd. corrige en vimineas, mais vi lu fe est peu probable, s’agissant d’un mot connu ; mieux vaut lire feminei, les énarés (supra n. 29), que le scribe du IXe s. n’a pas compris et qu’il a accordé à virgas ; les humanistes du XVIe ont à leur tour corrigé en feminae. Chez les Ossètes, tirer les sorts se disait « jeter les baguettes », khaelttae aepparyn, Lebedynsky, Sarmates, p. 194. Les Alains vus par Ammien seraient ceux de la garde de Gratien, établis à Bingen (supra n. 31), venus avec lui en Italie en 382-383 ; des réfugiés acquis par l’empereur à prix d’or, peut-être après une rencontre hostile à Kula en 378 ; en 383, le maître de la cavalerie était Andragatha, « Chant Intérieur », nom mazdéen (Amm. Marcel. 31.11.6 ; Zosime 4.34.6, 4.35.2 et n. 170 de Paschoud). Roux, p. 85, songe aux Huns avec Ammien ; mais les usages de baguettes (flèches) qu’il cite semblent différents.

0 Il y avait également une divination par trois lanières, p.-e. d’origine syrienne (Hér.1.105).

0 P.-e. br-swm, « le soma/haoma le porte » (qui lie baguette et drogue), changé en plus respectable  br‘smn, « le Ciel le porte », J. Duchesne-Guillemin in H. Ch. Puech, Histoire des Religions, I, 1970, p. 625, 632.

0 Eznik de Kolb, cité par Duchesne-Guillemin, ibidem, II, 1972, p. 8. Plaque d’argent du Luristan, barsom remis par Zurwan à ses jumeaux, J. J. Mourreau, La Perse des grands rois et de Zoroastre, Genève 1977, p. 64.

0 Personnage marchant, barsom à la main droite, Trésor de l’Oxus, ép. achéménide, E. Porada, Iran ancien, Paris 1963, p. 167, Jettmar, p. 166 ; derrière le roi, Mithra tenant le b. à deux mains, Taq-e Bostan (Kirmanshah), IVe s. ap. J.C., J. Varenne, Zarathushtra, 1979, p. 61 ; une partie dans chaque main, Persépolis, III-IIe s., Porada p. 176 ; à la main gauche, main droite ouverte, bas-relief anatolien au Musée d’Istamboul, Varenne, p. 27 ; main gauche, investiture d’Ardeshir Ier en 224, Naqsh-e Rustem, Porada p. 200 ; Ezechiel 8.16-17, peu après 571 av. JC., présente les quatre cultes étrangers au temple de Jérusalem : « l’idole de la jalousie » Ashera/Astarté, « les images de reptiles et de bêtes répugnantes », les « femmes pleurant Tammuz »/Adonis et enfin « à l’entrée du sanctuaire … environ 25 hommes lui tournant le dos et regardant vers l’Orient, ils se prosternaient vers l’Orient, devant le soleil … Les voici qui approchent les rameaux de leur nez » ; ce sont les cavaliers iraniens de Nabuchodonosor. Texte mazdéen : « les artavan seront présents pour le tenir de la main gauche et rendre un culte à Ahura Mazda par … le hauma jaune et haut … » V. 19.19, cité par Pirart, p. 37.

0 Utilisés par un roi qui les avait lus sur le dos d’un dragon du fleuve Jaune, peut-être au-delà de la passe de Long-men, « la porte des dragons ». Influence chinoise dans les tombes sarmates : miroirs, épées imitées, Lebedynsky, p. 128, 184, 119 ; dans les kourgan 3 et 5 de Pazyryk, laques et soie, Jettmar, p.111 et 114.

0 D’où le nom du sage Anacharsis (Hér. 4.76-77), *Anaw xwar-se, « Il met en mouvement les Trois du Soleil » ?

0 Troisième kourgan de Pazyryk, Jettmar p. 110. Le mort portait un bonnet surmonté d’un carré crénelé, fig. 93 (carré=terre=yin) ; faisceau de 24 tiges de flèches sans leurs pointes, « peintes de motifs à spirales et à volutes particulières », cf. 2 ex. fig. 92 ; tente d’inhalation et tambour, p. 114 ; tapis de jeu ou de divination à 24 figures.

0 Hér. 4.131. Des pointes de flèches scythes, une par guerrier, avaient servi à fondre le chaudron d’Exampé (Her. 4.81 ; annexe III, chorographie 1). Au XIIe siècle Nizami notait que dans la steppe des Kiptchaks, sur le Don, les flèches fichées en terre sur les tombes (on les laissait là après chaque divination ?) étaient « aussi nombreuses que les herbes sur le bord de la mer », Roux, p. 279.

0 Hér. 4.36.

0 Pirart, p. 38 ; la flèche se planta dans le mont Huvanvant.

0 Dumézil, Romans de Scythie …, p. 26, 33, 54-55.

0 Porada, p. 184, autel du feu avec sacrifice et un Parthe qui tient une coupe ; p. 129, relief de Qizqapan, influence architecturale des tombeaux phrygiens.  « Prêtre », avec coupe et carquois, Kul-Oba, IVe s. av. J.C., T. Talbot-Rice, Les Scythes, Paris 1958, p. 59.

0 Vie de Demetrios, 19.10.

0 Plaque de harnais d’Amiens (Ashmolean Museum, Oxford),  Talbot-Rice, p. 210 et pl. 41. Manche de miroir du kourgane 3 de Filippovka, A. Alekseev et alii, The Golden Deer of Eurasia (cat.), 2000, n° 110. Étonnante stèle aux tamgas de Panticapée, I. Lebedynsky, Les tamgas, 2011, p. 26, aussi le « surmont » de Lysa Hora, Lebedynsky, Scythes, p. 213.

0 Sur le cygne, animal emblématique, et le lac des cygnes, Roux, p. 197 et 211. Miroirs rituels, Talbot-Rice, p. 142, Lebedynsky, Scythes, p. 215-216, 254 ; Sarmates, p. 196 ; Roux, p. 69. Des cygnes en feutre décoraient le char de cérémonie du kourgane 5 de Pazyryk, Jettmar, p. 117 (avec tambour et attirail d’inhalation).

0 Nom plusieurs fois repris au IIIe s. Tamgas royaux, à comparer avec l’étonnante stelle aux tamgas de Panticapée, Lebedynsky, Tamgas, p. 24, 66, 68 et 62. Tamga au cygne sur la bague royale de Gorgippia, 1ère Moitié du IIIe s., gravé sur une bague grecque plus ancienne, à Athéna, V. Schiltz, « Les Sarmates entre Rome et la Chine. Nouvelles perspectives », CRAIBL 146, 2002, p. 845.

0 Était-elle « teinte » sur les tables basses dites sacrificielles (traces de couleur rouge et de combustion) ?

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 197.

0 B. Moradian, Ayadgar i Zareran (éd., trad.) § 74 (Mém.DEA de l’EPHE VI, 2001/2002, communiquée par l’auteur que nous remercions) ; copie faite au Xe s. mais la langue est plus ancienne ; les événements remontent aux débuts du zoroastrisme, la lutte du royaume de Vishtasp contre les Khion (les futurs Chionites). Bang a été traduit par « opium », mais cf. Chair des dieux, il s’agit de cannabis sativa.  Plutôt que khshm, « colère », lire cshm, « œil », la lettre initiale étant assez semblable ; c’est l’œil sorcier que le héros Esfandyar « brûlera avec du feu » chez le roi chionite, § 67 et 113. Le « poison » doit être une autre drogue, éventuellement mortelle.

0 E. Benveniste, Études sur la langue ossète, Paris 1959,  p. 139.

0 Hér. 4.73-75 ; utilisation des fruits d’un arbre (éphedra ? infra n. 82) au nord-est de la Caspienne, Hér. 1.202.

0 Jettmar, p. 176-178.

0 Boucle du Musée de l'Hermitage, « scène de halte » Jettmar p. 185 p. 115, 176-178. Cassolettes, Belenitsky fig. 25 et 26 et table sacrificielle ; Lebedynsky, Sarmates, p. 96, 99, 116. Jettmar, chaudron et table sacrificielle p. 53, 69 et 178, en bronze et fonte.

0 Christianisme adopté par le roi en 916, confirmé par les fouilles de la capitale, Nijni-Arkhiz, florissante jusqu’au XIIIe siècle où les Qiptchak/Cumans arrivèrent dans les steppes du Don, V. Kouznetsov et I. Lebedynsky, Les chrétientés disparues du Caucase, Paris 1999, p. 29-38. Dans ces régions, un islam tardif rencontrera au XVIIe s. un christianisme fortement mêlé de paganisme.

0 Lebedynsky, Sarmates,  p. 88.

0 Quatre autres sites à Alkhan-kala. De même autour d’Orenburg ancien territoire des Scythes « autonomes », avec de grands remparts annulaires de terre autour d’une fosse à feu  (espace de 20 m. de diam., fosse de 6 m. de diam) ; les cassolettes qui devaient être en bronze ont été emportées, Kouznetsov, Alains, p. 104, 107.

0 Surya fille du soleil (le foyer, supra n. 35) épouse Soma (=Haoma, le mélange hallucinogène), présentation du haoma au feu, sacrifice, Pirart, Aphrodite, p. 57 et 638. R. Gordon Wasson, in P. T. Furst, La chair des dieux, l’usage rituel des psychédéliques,Paris, 1974, p. 204.

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 194 ; les Ossètes du XIXe siècle en étaient réduits aux vapeurs du rhododendron.

0 Emploi du « fruit du chanvre », bhang, semé, sarclé et cueilli, R. Ewans-Schultes et A. Hofmann, Les plantes des dieux,Paris, 1993, p. 95 et 99. L’amanite tue-mouche pousse dans la taïga, souvent au pied des bouleaux ; il était exprimé et filtré, puis mêlé à de l’eau, du lait et du miel et à une sorte de tisane ; encore consommé dans les bassins de l’Ob et du Iénisséï, et dans la Chukotka, Evans, p. 82. Parce qu’il procure la vision, il est nommé « l’oeil unique », c’est évidemment celui des Arimaspes (1.1.17). Dessins rupestres de l’Altaï figurant des chaudrons à champignons ou des fleurs, ainsi que des archers, G. Laszlo, L’art des nomades, des Scythes aux Hongrois, Budapest 1971, p. 40, 37 et n° 65 ; chaudrons hunniques aux champignons, Bona, p. 90.

0 V. I. Sarianidi, « Le complexe culturel de Togolok 21 en Margiane », Arts Asiatiques, 41, 1986, p. 5 ; « Un temple de Zoroastre au cœur du Karakum », Dossiers de l’Archéologie, 185, sept. 1993, p. 52. Le culte du feu solaire était plus ancien que la prédication de Zoroastre et il est peu probable qu’un sanctuaire mazdéen ait pu admettre l’usage de la drogue, auquel le prophète était très opposé (Duchesne-Guillemin I, p. 658 ; mais p. 638). Possible mention de l’usage de l’éphedra vers la Caspienne, supra
n. 72.

0 Le datura metel pousse au voisinage de cannabis indica en Afghanistan. Selon la plante, la fleur peut être d'une des quatre couleurs des points cardinaux, bleue, blanche, rouge, jaune, R. Ewans-Schultes et A. Hofmann,Plantes des dieux, p. 28-27, p. 107 ; sur la tapisserie de Pazyryk (K. Jettmar, l’art des steppes, Paris 1965, p. 115), les fleurs du même arbuste ont des couleurs différentes, bleu, rouge, vert-jaune, sans doute pour figurer les diverses variétés. Datura metel mélangé à du vin et du cannabis, ibidem, p. 109.

0 L’or des Sarmates (cat. abb. de Daoulas), Briec 1995, n°86 ; Lebedynsky, Sarmates, p. 111 et 193.

0 Tissu de la nécropole de Zmeïskaia en Ossétie du Nord, Xe-XIIe s., Kouznetsov, Alains, p. 88 et 105.

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 193, à Szentes Nagyhegy. M. Kohegyi, « Les anciennes sépultures sarmates féminines à mobilier en or dans la Grande Plaine de Hongrie », Debreceni Deri Muzeum Evkonyve, 1982, p. 267 (non legi). Etablissements sarmates entre Danube et Tisza. Humain emporté par l’aigle, en Transylvanie, IXe, cruches n° 2 et 7 du trésor de Nagy SantMiklosz, (au S. de la basse Maros), Laszlo, pl. 150-151 et 156.

0 Aujourd’hui au Musée de l’Hermitage, Jettmar p. 189. Les communications entre l’Est et l’Ouest de la vaste zone sarmatique sont nettes dans les fouilles les plus récentes.

0 « Ανθεστεριος νιενις (=νεανις) ιππου ο και kτισαμένος (εκτησαμενος) », « Anthesterios (Né en Mars), fougueux à cheval, et l'Acquis (son serviteur) », Lebedynsky, Sarmates, p. 181. Le nom pourrait être l’hellénisation ‘nd-‘stwr, « Beaucoup de chevaux ».

0 Le seul lieu qu’ils étaient prêts à défendre était leurs tombeaux, comme le déclaraient les Scythes à Darius (Hér., 4.127) ; la disposition des kourganes de Filippovka figurait un arc.

0 Durant les funérailles ossètes, le feu était maintenu durant trois jours, Kouznetsov, Alains, p. 105.

0 Près du Kourgane d’Ielizavetinskaïa, au Caucase du NW, ont été retrouvés les restes de trois chevaux autour d’un pilier, Lebedynsky, Scythes, p. 235.

0 Dans l’Est iranien, les grands tambours plats verticaux sont encore battus par les soufis la nuit auprès d’un feu tandis qu’ils appellent le nom divin avec de grands élans de voix ; sans cesser de battre leurs tambours, ils les lancent en l’air et les rattrapent d’un mouvement régulier et calme, et les disques de peau, captant la lueur du feu, montent et descendent dans la nuit comme des lunes, fascinant ceux qui les regardent.

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 190.

0 Mardirossian, op. cit. n. 8. Dans le Fars pré-sassanide, le roi était aethrapaiti, « maître du feu », et fratarkara, « faiseur du feu de gloire », C. Huart et L. Delaporte, L’Iran antique, Paris 1952, p. 330. Farna bien attesté dans l’onomastique sarmates, Lebedynsky, Sarmates, p. 191.

0 Mentionnée dans la plaquette irlandaise étudiée par S. Kerneis.

0 La célèbre inscription de Kara Balghassun, Roux p. 31.

0 Roux p. 61 ; chez les Huns (chef nommé Atakam) puis chez les Mongols ; tu. kâm est « la demande ». Sur le chamanisme sibérien, R. Hamayon, La chasse à l’âme : esquisse d’une théorie du chamanisme sibérien, Nanterre 1990 et Le chamanisme ou l’art de gagner sa chance grâce à des partenaires imaginaires,Pékin, École française d’Extrême-Orient, 2007.

0 Bakhshi (sh=ch), bakça (ç=tch), P. Garrone, Chamanisme et Islam en Asie centrale, Paris 2000 ; utilisée dans l’Iran mongol au XIIIe s.. Garrone montre qu’il s’agit d’un ensemble d’origine iranienne mais mêlée de soufisme et de pratiques venues des kams. Le bakshi pratique des sacrifices et la transe où il utilise le tambour (p. 187), un bâton ferré orné de plumes (tu. asâ) et des pièces métalliques tintinnabulantes (p. 232), un miroir (p. 199). Il n’est plus question de flèches ou de baguettes, il manipule des cailloux ou des noyaux, 41 ou 71, le chiffre a augmenté depuis les 25 baguettes mais il est toujours impair et le devin fait 9 tas, sans qu’on en sache plus (p.198). Au XIIIe siècle il avait le crâne rasé, peut être une influence bouddhiste, mais déjà chez les Argippaioi (1.1.15) ou la dame de la tapisserie de l’Altaï. L’importance des femmes parmi les bakshi pourrait être rapprochée de celle des femmes prêtresses et guerrières de l’archéologie sarmate ; mais l’islam, comme le christianisme, ne fit guère de place aux femmes, les rejetant vers ce qui devenait de la sorcellerie. Du don resta le bakhshish, « l’aumône », une charité dont on connaît le succès jusqu’en France.

0 A. Dauzat, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris 1984, p. 44 ; un autre Baccarat (Bacquarat XIVe s.) dans la vallée de la Meurthe, au débouché de la via sarmatica qui traversait les Vosges pour gagner le Rhin supérieur, en Vermois (Varmois, XIIIe s., p. 720), p.-e. hw-rm,  « Bonne Communauté ». Topo. : Manoncourt, (Manicocurtis VIIIe s., p. 429 ; pour D., n. d’h. germ.), Manic pourrait être mynwgyh, l’Esprit, mnwhmyd wzrg, le Grand Esprit ; Coyviller (p.224 ; pour D., n. d’h. Scot), Esco(t)viller XIIIe s. pourrait être un *Scuthivillare, « le village des Scythes » qui aurait cédé la place à Quoyviller XVe, *qw, « habitat » (pth. qwhyg, « villageois »), oss. qaeu « habitat d’une grande famille » (Benveniste, p. 111, 140-141).

0 Interdiction par les conciles, Auxerre, 585, c. 4 (prév. sarmate, supra n. 30 - 2) : Non licet ad sortilegos vel auguria respicere, vel ad caragios (J. Gaudemet et B. Basdevant, Canons des conciles mérovingiens, II, Paris 1989, p. 486) ; reprise dans la pastorale d’Eloi de Noyon (prév., supra n. 30-3) : Non quaerantur praecantatores, non divini, non sortilegi, non caragi (Vita Eligii 2.16, éd.  B. Krusch, MGH Scr. Rer. Merow. IV p. 634) ; ou dans le pénitentiel de Bède, De remediis peccatorum c. 11 (Migne PL 94, col. 573) ; elle passera dans Dec. Ivonis, 1.1.134. De là, plutôt que du grec character, put venir le v.fr. charai (1160, Benoît de Ste Maure), « charme, signe magique », charaude ou charoie, « sorcellerie » (1230, Chrétien de Troyes), charalderesse, charoieresse, « sorcière » (1277, Roman de la Rose), A. Greimas, Dictionnaire …, Paris 1992,  p. 107.

0 Benveniste, p. 29, a repéré chez les Ossètes un ancien *karyana, « celui qui fait (la magie), sorcier ».

0 Gloses v.angl. ou bret. au terme caragius. Aelfric, Glossaire 48 : fugel hwata « devin-oiseau » (J. Bosworth et T. N. Toller, An Anglo-saxon Dictionnary, Oxford éd. 1983, p. 343) (prév. supra n. 30-9) ; dans une collection canonique à Vendôme (prév. supra n. 30 – 4) (La Trinité, BN lat. 3182), le scribe Maeloc glose : barcot, qui est le bret. barguet, « buse » ; à Orléans (IXe s., ms. Orléans 221, IXe s.), le scribe Iunobrius glose : bar(a), « délire » (L. Fleuriot, Dictionnaire du vieux-breton I, Toronto 1985, p. 79 ; merci à S. Kerneis de m’avoir signalé cette référence). La Vie de Géraud d’Aurillac, par Eude de Cluny l.4, c.7 nous fait connaître un caragus au début du Xe siècle : la nuit du 1er janvier, « un vassal du nom d’Adraldus donna l’ordre de faire le feu des caragi toute la nuit dans sa maison » ; les démons se ruèrent sur les gardiens du feu (la transe ?) ; dans les Miracles qui suivent la Vie, Adrald prétend sauter (voler) par magie au-dessus d’un mégalithe à Marcolès ; il était vassal du duc d’Aquitaine, venu comme lui du Berry (prév. supra n. 30 - 7) plutôt qu’auvergnat (2.31 et 4.7, PL t. 133, col. 637 et 700). En Poitou ((prév. supra n. 30-1) au XIe s., Pierre de Maillezais (De antiquitate … Malleacensis ecclesiae … c. 6, éd. Ph. Labbé, Nova bilbioth. Mss., II, Paris 1657, p. 222) notait d’une noble dame qu’elle était observatrix admodum carajorum atque maleficiorum.

1 La restitution βηματω est quasi-certaine, le lexique grec ne compte qu’une dizaine de mots commençant par βη-, la plupart exclus par leur longueur ou leur déclinaison et tous par le sens (crachat, sauge, chaussure, maison, toux, pain, béryl, brique, vallon, danse). Pour l’éditeur, « ce qui reste du nom d’un démon ».

2   Ωθεω, moyen, subj.prés. 2sg. sans le ι souscrit ; la lettre η a été écrite de l’autre côté de la tête.

3   Le cadre est surmonté d’une tête à bec de rapace.

4   Nous lisons NA, peut-être avec un ι souscrit, soit ναι, utilisé pour les invocations.

5   L’éditeur lit δελεα qui ne pourrait être en grec que δελεαρ, « appât ». Comme ToΠαχτυας, il s’agit d’un nom iranien ; le A lu par l’éditeur étant plutôt le début d’un M, nous proposons Del-e M(ir), « Porte de Mihr/Soleil » (r noté l cf. mpers. d’rwg, parth. d’lwg, « arbre » ; pour dar=der cf. Derbend ; ezafe transcrit –i ou -e).

6   On sait qu’outre la numération en lettres, le grec utilise I à IIII, ΠI pour cinq et Δ pour dix.

7 L’éditeur lit ανυσον. Mieux vaut lire ανα, voc. archaïque d’αναξ, « maître », dans les invocations aux dieux (Iliade 3.351, 16.233), suivi de ζ(ο)ου, gén. sg. de το ζοον, « le vivant ».

8 Abréviation d’un mot court, d’après le contexte vraisemblablement φαος/φως.

9   Ιαομαι, au subj.prés. 2 sg.

1 0 Signe : p.-e. deux upsilon, abrév. d’υπηρ et d’υπο, en-dessus et en-dessous d’un horizon.

1 1 Acc. plur. de Tοπ(α)χτυης, το étant le début du mot, sinon le π aurait été tracé à la ligne suivante ; translittération du mpers. tw-pxt-hw’, « les Bons de l’Attribué, de l’intérieur » (d et b sont notées sous les formes aspirées t et p ; les Scythes confondaient χ et κ, ainsi que t et th, cf. Aristophane, Thesmophor. v. 1183, 1218, pour ναιχι/ναικι, et ibidem v. 1222, 1225). ).

1 2 Le lambda, bien que majuscule, porte une légère hampe ; le signe Λ doit donc représenter la pointe de la flèche et par extension la flèche elle-même. Même signe à Ziwyié en Sacacène.

1 3 Ατη, au dat. sg., le ι souscrit étant omis.

1 4 Ιωρος au dat. sg., ι souscrit omis ; cf. pers. drb’n/darban, « gardien de la porte ». Les temples zoroastriens sont adaran, « (Maison) du Feu » et dar-e Mehr, « porte de Mithra », les prêtres adarban, « gardiens du feu ».

1 5 Un grand signe figure un pas de cheval sur une verticale ; sur le côté gauche du pas, un petit cercle, cf. n. 16 ?

1 6Δαω, « je fais briller », moyen subj. prés. 2 sg, avec ι non souscrit.

1 7 Signe : trois hampes croisées surmontées d’un petit cercle, la boucle et le bâton pour étrangler la bête sacrifiée.

1 8 Le doublet τρει(ς)/τρη(ς) et μια incite à lire ensuite un nom, soit φημ(α)ι, « révélations, signes des dieux » (avec iotacisme médian et oubli de l’alpha terminal), en référence aux voyances, soit plutôt φιμoι, « liens (de tête pour un cheval ou un chien) » (avec iotacisme terminal), en référence aux sacrifices par le lien (cf. l’un des signes figurés sur la tablette), sacrifice accompagnant de toutes manières les voyances.

1 9 Ιλημι, imp. prés. 2 sg. ιλ(η)θι ; ici 3sg. avec o=ω (l’omikron note parfois un o long).

2 0 Le mot est décomposé sur deux lignes,κθρ et αα σις (lecture du sigma intérieur incertaine).

2 1 Signe indéchiffré, un pal avec une coche ; est-ce l’invocateur lui-même, debout bras levé pour la prière ?

2 2 Le N, comme le Φ pour φως, doit être l’abréviation d’un mot court, masculin, vraisemblablement ναος.

2 3 Ιος, avec o=ω cf. n. 18. Χειαω (pour de l’eau, du sang, des libations), ind. pres. 3 sg., avec ι non souscrit.

2 4 Εγκαω, ind.pres. 3 sg., avec ι non souscrit.

2 5 Dr, « porte » ; en mpers. il n’y a pas de genre, le grec « saint » a été mis au masculin.

0   Ne restent qu’un exemplaire du XIVe siècle et plusieurs du XVe siècle, ces derniers ayant permis à l’éditeur de reconstituer  une version ancienne Ψ, copie défectueuse d'un original en mauvais état ; F. Vian, « La tradition manuscrite des Arg. Orph. », Revue d'Histoire des Textes, 9, 1979, p. 1.

0   F. Vian, Les Argonautiques …, p. 11 et 36.

0   Ω : μεσηγυ. Le mot a fait supposer une lacune de deux hémistiches, le Bosphore cimmérien n’étant pas « au milieu » du Méotide (Vian p. 188) ; avec la correction, la supposition n’est plus nécessaire.

0 Ω : ουποτε. L’indication Ω, empruntée à Vian, désigne l’accord du ms. Ψ, reconstitué par lui avec plusieurs autres du XVe siècle, et du ms K, de la fin du XIVe. On se reportera à sa remarquable édition.

0   L’hémistiche est trop long, λιμνης doit être un ajout de copiste.

0 Lu comme un doublon du début du mot suivant, d’où l’hémistiche trop court ?

0   Ω : αβροχιτωνας ; Θ : ακροχιτονας ; la lectio de  Θ note un pb de lecture, l’hémistiche paraît  trop long.

0   Ψ : Ηδε Γελονων.

0 Ω : βαθυχαιτων τ’απλετα ; Μ : βαθυχαγρων ; Ο :  βαθυχανων ; après βαθυ, omis par H ; l’hémistiche était mal lisible.

0 Vers très abîmé, où les ethniques ont servi à faire du sens à peu de frais. Ψ : τε  γετας τε ; ΚΕ : γαιτας τε ; le second ασ a été pris pour un doublon de la dernière syllabe de l’ethnonyme « Sauromate » et la fin de l’épithète lue comme un ethnique, les Gètes, avec le σ lu comme un τ.

0   Ψ : κε γυμναιους ; Κ :  και γυμναιους ; les corr. d’Hermann (Υλαιους) et de Thunmann (Λιμναιους), outre qu’elles multiplient les ethniques, semblent trop fortes.

0   Ω : Kεκρυφας τε ; ethnonyme justement mis en doute par Vian. Il semble s’agir d’une tournure κε …κε …

0 Ω : αρσωπας.

0 AME ; Ω : Αριμασθας.

0   Ω : πολυπημόνα ; Gessner corr. πολυπαμονα, « très riche », renvoyant à l’or de l’Oural, mais l’hémistiche est alors trop long.

0   Ω : ενγη ; corr. de Vian qui y repère une haplographie. 

0   Vian ; Ω : μέν τοισι.

0   Vian :μυχου paraît difficile. En fait les Argonautes, sortis du Marais, ont gagné la haute mer, βυθος.

0 Vian suppose une lacune, à juste titre semble-t-il.

0 Ω : χθαμαλησιν.

0   Θ : αποκλυει<

0   L’hémistiche est trop long ; δε τοι doit être un remplissage inutile, comme en n. 23

0 Ω : ασπετος.

0   Vian ; Ω :  υλη.

0 Ω : Ωκεανονδε

0   Vian ; Ω : τω.

0   Vian ; Ω : τοτ’.

0   Ω : αγνηνεα ; corr. Hermann : αγχηρεα ; corr. Wiel : Αγριηνεα ; corr. Vian, dubitatif : αστρηνεα.

0   Ω : Πακταιων. Nous restituons par rapport aux autres formes, connues chez Hérodote.

0   Ω : αρχτειων.

0   Ω : λελιων τε ; un ethnonyme supposé mis en doute par Vian.

0   Tοξοφορευς –εως ; le copiste, lisant un nom tribal, n’a pas compris le « ους » qu’il a supprimé, raccourcissant ainsi le vers.

0 Ω : Αρηος πιστους. Corr. Ηermann : πιστους θεραποντας Αρηος.

0   Ω : Ταυρες τ’ανδροφονες οι , Ε : Ταυρες τ’ανδροφαγους οι ; la plupart des copiste ne connaissaient plus les Androphages d’Hérodote et le nom leur parut bizarre (pourquoi manger seulement les mâles ?) ; ils ont donc corrigé en substituant « tuer », -φονοι, à « manger », transformant en épithète un ethnonyme tandis que, du même coup, Tαυρες accédait à ce statut.

0 Ω : αμειδεα.

0 Ω : φερουσι, est trop long.

0 Deux étapes de trois fois 24 heures en remontant la côté depuis le Phase, avec une escale vers Sotchi ?

0 Les tombes de la presqu’île de Taman ?

0   C’est bien la position des Huns, autour de leurs dépendants Alains.

0 Un masc. semble ici accordé avec un fém. Serait-ce un malheur contemporain ?

0 Ω : αιπυν ολεθρον est à l’accusatif.

0   Les v.1978 et ss.  montrent qu’ici, il s’agit d’une anticipation, non encore du trajet.

0 Αρπαχθεισα est un hapax et il manque un pied. « De là », c.-à-d., pensons-nous, depuis les rapides.

0 Ce sanctuaire pourrait avoir été vers l’actuel Krivoï Rog, « Courbe Corne ». On songera aussi, plus à l’Ouest, aux Costoboci, *Gosti Boiki, « Les Taureaux Hôtes », une fraction slave isolée chez les Thraces

0   Μουνυχια ou  Μουνιχια, déesse assimilée à une Artemis ou une Hécate aux chiens qui a donné son nom au port de Fanari, près d’Athènes et à un mois du calendrier attique.

0   On imagine une étude anthropologique qui reconstituerait une « culture amérindienne » sans distinguer entre Iroquois et Hopis.

0   Ch. Archan, « Les règles de droit dans la prose du Dindshenchas de Rennes », in H. Guillorel (éd.), Onomastique, droit et politique, Droit et Culture 64, 2012, p. 91. Les sagas islandaises font de même. Pour les Sarmates, I. Lebedynsky, Les Sarmates, 2002, p. 28.

0 Hérodote, Histoires (ci-après Hér.), 4.24, éd. Ph. E. Legrand, Paris 1949-1954. Les peuples sont identifiés par leur langue, indiquée par une abréviation, (Ba), (Ca), (Fi), (Ir), (Il), (Sl), et (Tr) ; dans les transcriptions du moyen persan (mpers.), note â à l’intérieur d’un mot et a, i, é à l’initiale ; c ou z un son proche de nos j/z ; x ou q notent kh ; y note é ou  ; en turc, c note dj, ç note tch, h note kh, g est dur,ğ est mou, ş note ch, u note ou, ü note u. Nousremercions pour leur aide Soudabeh Marin et Zülal Muslu. Les quelques identifications de balte, de finnois (ici finno-ougrien) et de caucasien sont des hypothèses nées de l’affirmation d’Hérodote. Carte de l’hydronymie balte, finnoise, slave et iranienne, Lebedynsky, Sarmates, p. 227.

0 A. Gurevitch, Les catégories de la culture médiévale, Paris 1983 et ses recueils d’essais, Medieval Popular Culture. Problems of Belief and Perception, Cambridge 1990 et Historical Anthropology of the Middle Ages, Chicago, 1992.

0   R. Wenskus, Stammesbildung und Verfassung. Das Werden der Frühmittelalterlichen Gentes, Cologne 1977.

0 Hér. 4.17-27 avec 99 et 4. 102-117.

0   Décret d’Olbia pour Protogénès (220-210 ?), J. G. Vinogradov, Pontische Studien, Mainz 1997, non legi ; J. Gravel-Richard, Un cas d’évergétisme civique : Protogénès d’Olbia (Mém. Univ. Laval) 2000, sur le net.

0 Polybe, Histoires, rédigé en 167-149 pour les années 220-168, et les compilateurs Diodore de Sicile, Bibliothèque Historique qui écrit au Ier s. av. JC et Polyen, Stratagèmes, au IIe s. ap. JC., cités d’après Lebedynsky, Sarmates, p. 33-37.

0 Strabon, Géographie, au livre 7.3, 7.4, complété pour l’Asie limitrophe par 11.5.7-8, 11.6.1, 117.1, 11.8.2, 6-8, éd. G. Aujac. Cf. aussi « Strabon et son temps », in W. Hübner éd. Geographie und Verwandt Wissenschaften, Stuttgart 2000, p. 103.

0   Ptolémée, Géographie, 3.5-6, 6, éd. C. Müller, Paris 1883. Pline (Histoire Naturelle, éd. J. André et J. Filliozat, Paris 1980) qui mêle des noms de toutes époques, n’a été utilisé que pour des compléments précis.

0 Getica, éd. Th. Mommsen, MGH Auctores Antiquissimi, V-1, p. 53

0   Présentation différente, Lebedynsky, Les Scythes, p. 52, qui note aussi le caractère limité de la zone connue.

0 On voit bien ici la formation grecque par homophonie, avec influence du grec πυρ.

0   J. P. Poly, « Ballade d’un Grec et des gens de Thulé. L’entrée des peuples du Nord dans l’histoire de l’Europe », éd/ S. Kerneis, Mélanges Jacques Phytilis, 2012.

0   War, « l’Arrivée », était son nom hunnique (identique au turc variş), Jordanès c. 269.

0 Pleurs et lieu sacré, Hér. 4.71 et 127 ; le bouclier de roseaux (mpers. grww), est peu probable.

0 Sur les esclaves « aveugles » et le fossé qu’ils creusèrent en Crimée, Hér. 4.2-3.

0   Le nom khazar était Itil/Atil, en turc Idil, hérité des Bachkurts (4.3.4-5) ? Aktoba (4.4.1.).

0   Les trois chiffres (1.1.1) renvoient à des entrées des différentes listes (1.0.0) et sous-listes (1.1.0). Présentation prudente de Lebedynsky, Schythes, p. 55 et 63 et cartes p. 59 et 101.

0 Hér. 4.9 ; c’est la célèbre légende des trois fonctions commentée par Georges Dumézil.

0 Dont l’écho se retrouve dans  les Agathurses « efféminés », Hér. 4.104. 

0   Pomponius Mela 2.1.7 ; Pline 4.82.

0 Le ru. ambar, « entrepôt, grange », est d’origine persane, ce qui impliquerait la perception de tributs.

0 J. P. Poly, « Nikita ou les amis de Dieu. L’utopie en Europe et les fantômes des Balkans », in Mélanges … Nicole Dockès, à paraître.

0 J. Cuisenier, « Parenté et organisation sociale dans le domaine turc », Annales ESC 27, 1972, p. 923.

0 -ta du plur. ossète, invoqué par les linguistes (in Lebedynsky, p. 26), n’est pas connu en mpers. ou en parthe.

0   Amm. Marcel. 19.11.10 (éd. G. Sabbah, Paris 1999) ;  Lebedynsky, Sarmates, p. 25 reprend un sens proposé, « mort »,mais  mwrt.

0 A cause du mépris des Scythes royaux pour les autres ? Hér. 4.20.

0 Amm. Marcel., 22.8.38, qui reprend ici Denys le Périégète sans grand discernement.

0 V. Kouznetsov et I. Lebedynsky, Les Alains, Paris 1997, p. 70.

0 Lebedynsky, Sarmates, p. 45. 

0 Constantin Porphyrogénète, De administr. Imperio, commenté par M. Laran, J. Saussay, La Russie ancienne, Paris 1975, p. 30 ; le texte a κραριον, censé être corrigé ; étant donné le contexte, nous proposons de lire τιμαρτων, ru. темнoрoты, « les Bouches Sombres ».

0   Poly, Ballade...

0 Le poème de Denys le Périégète, dédié à l’empereur Hadrien, reprend en fait la carte d’Eratosthène, le directeur de la Bibliothèque, vers 240 av. J.C. Les noms au moins, sinon les positions, sont donc anciens.

0   Celui-ci transféra 100 000 barbares soumis (ILS 986, Demougeot I, p. 573) ; un récit de la campagne aurait pu se trouver en 67 dans la fin perdue des Annales de Tacite.

0   Utilisés par Tacite, Ann 12, 15-18, L. p. 42 ; voyage par mer, comme en 141.

0   Hist. Aug., Ant. 5 et 9 ; Antonin triomphe en 142, d’où les autels au coude du Don dédiés au César Auguste et à Alexandre, Ptol. 3.5.12, admiré d’Hadrien et d’Arrien ; Amm. Marcel. 22.8.40 les indique « vers le Borysthène ». 

0   Hist. Nat. 4.81. Au-delà de ces solitudes est la Sarmatie d’Asie reconnue grâce au récit de l’expédition chez les Sères par le marchand syro-macédonien Maes Titianos, c. 100, passé par Marin de Tyr chez Ptolémée, P. Bernard, « De l’Euphrate à la Chine avec la caravane de Maes Titianos », CRAIBL 149, 2005, p. 929.

0   Str.  3.1.17, 11.2.2.

0 Hist.Aug., Prob. 18.

0 Amm. Marcellin 31.3.7.

0   Lebedynsky, p. 53.

0   Demougeot I, p. 436, les place au IIIe s. dans le Banat ; nouveaux noms,  II p. 319 ; Kouznetsov, p. 24.

0   Carte de Cristian Chirita sur le net, Roman Byzantine Gothic Walls Romania Plain.svg

0 Lebedynsky, p. 14, les assimile aux Roxolans avec lesquels ils ont lutté contre un général de Mithridate.

0   Hist. Univ. 2.43 et Hist. Nat. 6.50.

0   G. Zabiela et alii, Lietuvos Istorija II, 2007, p. 263 ? (en lituanien ; vidi sed non legi) : Seliai.

0 Une monnaie  citée par Müller p. 422 n.  donne à Volusien (251-253), ex-commandant en Mésie, les titres triomphaux de Va(ndalicus), F(innicus), Gal(indus), Ven(edicus) ; il avait dû repousser une attaque des Vandales, p.-e. ceux de Transylvanie vers 248 (L. Schmidt, Histoire des Vandales, Paris 1953, p. 16 et 18) entraînant des alliés finnois, baltes et slaves.

0 Probables finnois, P. Hajdu (éd.), Les peuples ouraliens, leur culture, leurs traditions, Budapest 1980.

0 Vexata quaestio ; on comparera les cartes données par F. Dvornik, Les Slaves, Paris 1970, p.1160 et s.
A. Schenker, The Dawn of Slavic. An Introduction to Slavic Philology, New Haven 1996, a montré qu’une hydronymie proto-slave assez compacte ne s’observe qu’entre le Dniepr moyen et les deux Bug, et que le proto-slave n’avait de mot ni pour la mer, ni pour l’ambre ; mais cela ne préjuge pas d’une domination ancienne par des Slaves, le Golfe des Wendes n’étant pas toute la Baltique, comme il le pense. Les archéologues identifient la culture de Zarubincy, M. Kazanski, Les Slaves, Paris 1999. R. Steinacher, «Wenden, Slawen, Vandalen …» in W. Pohl (éd.), Auf der Suche nach dem Ursprüngen von der Bedeutung des frühen Mittelalters, Vienne 2004, a étudié l’idéologie de ces notions depuis le XVIIe siècle ; mais les sottises chauvines n’obligent pas à noyer le bébé avec l’eau du bain. F. Curta, The Making of the Slavs. History and Archaeology of the Lower Danube Region, 500-700, 2001, est lui aussi très critique, pas toujours à juste titre nous semble-t-il.

0   H. Wolfram, Histoire des Goths,  Paris 1990, p. 64.

0   Jordanès, Getica 27.

0   L. Schmidt, Histoire des Vandales, Paris 1953, p. 13.

0 Sur les Borani du IIIe s., Demougeot, I, p. 419.

0 Ptol. 3.8.3, au nord-ouest de la Dacie, tiré de D-E ; César les notait avec les Daces, Bell.Gall. 6.25 ; ILS 8965 chez Demougeot I p. 572.

0   Puisqu’aussi dans Ptol. 3.8.3.

0 Ptol. 3.5.7 ; Str. 7.3.17.

0 Pline, Hist. Nat. 4.80 ; E. Demougeot, I, p. 119. 

0 Amm. Marcel. 17.12.8- 20,17.13.1-33, 19.11.1-15 ; Demougeot II, p. 95-96, 320-322 ; comp. avec le surnom Fossatisii, 4.5.2.

0   Cf. la forme Halani, Pline, Hist. Nat. 4.25.1 et Amm. Marcel. 31.2.15. Lebedynsky, Sarmates, p. 44-45 résume les théories ; cf. aussi V. Kouznetsov et I. Lebedynsky, Les Alains, cavaliers des steppes, seigneurs du Caucase, Paris 1997, p. 19, 22-23, notent que « les Alains ne sont pas seulement des Aorses rebaptisés » ; pas seulement.

0 Amm. Marcellin 31.2.12 et 17. Le nom, dit-il, vient des Monts Alains, p.-e. à cause d’un groupe de religieux (3.2.40).

0 Au VIIe s. vers Samarkand, Etiemble, L’Inde du Bouddha vue par des pélerins chinois, Paris 1968, p. 60.

0   Lebedynsky p. 43, Kouznetsov, p. 23, 31, 135, 230.

0 Lebedynsky, p. 48.

0   « Αι επιμελει Ηρα. Hτ[τ]ον τυκον αρχε [εμ]μ[ε]νεως Αλανων », Kouznetsov, cité par Lebedynsky p. 25 avec une lecture discutable ; il n’y a pas là d’interprète.

0   Flavius Josèphe, Guerre des Juifs 7.7.4, éd. A. Pelletier, Paris 2003. 

0 31.2.1 et s. et 19.1.7 ; 19.2.3 avec les Koushans et les Sakas ; le roi Grumbatès porte p.-e. un nom tu. Görüm-bati, « l’Ouest en Vue » ? 

0 La conclusion (313-316) flatte Justinien et Bélisaire et souhaite un bel avenir à l’enfant du patrice Germanus, cousin de l’empereur, récemment marié à la princesse gothique Matasuntha. Germanus se préparait à aller reprendre en main l’Italie lorsqu’il mourut en 550. C’est donc une sorte de dédicace in fine qui double la dédicace au « frère Castalius », un autre lettré, remplaçant ainsi celle qui avait dû être prévue pour Germanus. La date est confirmée par d’autres indications (allusion à son Abrégé des Chroniques, rédigé en 551, Getica 1).

0   Parenté, Getica 265 ; sources mentionnées en 1-2 (Cassiodore, à qui il a dû emprunter la plupart des auteurs cités), 28, 82, 117 (Ablavius), 28 (poèmes gothiques ; A. S. Christensen, Cassiodorus, Jordanes and the History of the Goths. Studies in a Migration Myth, Copenhague 2002, ne les a pas reconnus dans la mesure où il ne les a pas cherchés. W. Goffart, Barbarian Tides. The Migration Age and The Later Roman Empire, 2006, comme toujours très savant, est peu intéressé par les reflets de la culture orale à laquelle il ne croit pas.

0 Ce qui est assez juste s’agissant de la steppe, cf. carte, Lebedynsky, Sarmates, p. 31. 

0 30-34 et 44-46 ; sur le Dniepr, Hérodote est (mal) repris, d’après la lecture rapide de Cassiodore ?

0 Les règles de la prosodie germanique permettent de rétablir le texte avec une quasi-certitude.

0   Le d de gold a été lu th par confusion avec les Goths ; en lisant thiutiud les copistes ont cru à un doublon, mais certains ont thiumdos ou thiuidos, la lectio difficilior suggérant la correction réclamée par la métrique.

0 Corrections classiques en paléographie : ir lu n, u lu n ; v=u entre les lignes, corr. pour tiu ? t lu i terminal.

0   La prairie, ea, aue, l’Oium mentionné en 27. Asin, la femme-ase, Freyja.

0   Corrections : v lu ; imni corr. mimi, nécessaire pour l’allitération.

0   Rogas, les copistes ont dû penser aux Ruges ; s pour th ; tazans corr. razans pour l’allitération ; les t et l’i sont restitués. Pour le dernier mot, les copistes ont pensé à athal, « noble », mais atil, la Volga (4.3.4-5).

0 En forme d’énigme. Les allitérations ne pouvant être ici que vocaliques, on intervertit n et et on coupe à o et à e ; s pour th ; vha eigan.

0   Jordanès (Getica 30 et 34), parmi les Venethi distingue les Sklavini, et les Antes soumis à Hermanaric et à ses successeurs, 119 et 247 ; noms identiques chez Procope, Guerre Goth. 7.13, et 5.27.

0   J. Cuisenier, op. cit.

0   Getica 34 localise les deux branches des Veneti (Wendes) : les Antes « Du Danaster au Danaper, là où le rivage du Pont Euxin forme une courbe », et les Sclavini « depuis la cité des Noviètes (Noviodunum, auj. Isaccea) et le lac appelé Mutsien (Mostistea) jusqu’au Danaper (le Dniepr moyen) et au Nord jusqu’à la Vistule.

0 Forts et garnisons connus au IVe s. Le nouveau nom de Theodosia, Ard(h)avda, « les Sept de la Règle », suppose la conversion au mazdéisme. Ils deviendront les Alains de Crimée au XIIIe s. ; Kouznetsov, p. 34 et 58.   

0   Cuisenier, op. cit.

1 Hi-tseu, appendice du Yi-king, cité par Histoire des religions, XXX, Pléïade p. 394.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/2992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Poly, « Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle », Droit et cultures, 65 | 2013, 15-77.

Référence électronique

Jean-Pierre Poly, « Les trois flèches des Pakhthouas. Ordalie et acculturation en Gaule à la fin du IVe siècle », Droit et cultures [En ligne], 65 | 2013-1, mis en ligne le 01 octobre 2013, consulté le 28 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2992

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Poly

Jean-Pierre Poly,professeur émérite de l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre du Centre d’Histoire et d’Anthropologie du Droit, de la Société d'Histoire du Droit, de la Société des Antiquaires de France et de la Selden Society.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org