Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

Françoise Pont-Bournez, Chrétien de Troyes. Père de la littérature européenne

Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces Littéraires », 2010, 199p. Bibliogr.
Hervé Guillorel
p. 239-244
Référence(s) :

Françoise Pont-Bournez, Chrétien de Troyes. Père de la littérature européenne. Paris, L’Harmattan, coll. « Espaces Littéraires », 2010, 199p. Bibliogr.

Texte intégral

1Chrétien de Troyes, Père de la littérature européenne : le titre de cet ouvrage pourrait prêter à confusion dans la mesure où il s’agirait de montrer en quoi le « roman » naît avec Chrétien de Troyes, en Europe Occidentale, au XIIe siècle, en pleine époque de la « féodalité » et le lecteur de Droit et Cultures serait en droit de se demander pourquoi un tel compte rendu dans cette revue1.

2En fait, le dessein de l’auteur est de faire une lecture sys(thématique) et très pédagogique des œuvres quasi complètes de Chrétien de Troyes pour montrer la place des pratiques juridiques dans la problématique interne de l’auteur mais surtout de fournir des éléments de réponse à la question de la réalité et des modalités de ces pratiques dans la vie sociale de l’époque où écrit cet auteur, à savoir le XIIe siècle.

3Cela soulève immédiatement la question très controversée de l’utilisation de la littérature de fiction, du « roman » comme « reflet » des réalités sociales de l’époque, en l’occurrence des pratiques et représentations juridiques et politiques. La question a été et demeure encore débattue mais, au-delà de la question de la liberté de création relative de l’auteur et du poids des conventions (imitation des Anciens, etc.), on admet que ces textes peuvent fournir des renseignements concrets sur les mœurs de l’époque et donc suppléer les manques de documents originaux.

4À l’affirmation d’Alexandre Leupin selon laquelle :

« Le texte littéraire médiéval ne peut jamais se concevoir comme document ou comme témoignage qu’on pourrait apporter au discours de l’histoire sociale parce que son enjeu est tout autre »,

5répond celle de Georges Duby qui disait :

 « J’ai toujours considéré que l’ensemble des objets culturels de l’époque qui m’intéresse constituaient tous des documents et que c’était dans l’utilisation globale de ces témoignages, dans leur mise en rapport, qu’on pouvait espérer »,

6et il précisait que, même si on est dans des « registres différents »,

« …ce sont des contemporains qui s’expriment dans tel ou tel registre, qui parlent de la même chose – en tout cas ils ont une vision du monde qui est semblable » ;

7Dès lors ce qui est fructueux c’est la mise en rapport de différents discours (religieux, juridique, « romanesque », etc.) qui mettent en lumière, à leur façon, tel ou tel aspect d’une configuration sociale dans un contexte spatial et historique donné.

8De son côté, Jacques Le Goff  écrit :

 « Le roman, pas plus que le reste de la littérature et de l’art, n’est pas produit pour décrire la société et il ne la « reflète » pas. Mais il en fait partie ». 

9Ces propos sont tirés de la préface de Jacques Le Goff  au livre d’Erich Kölher, L’Aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois (Paris, Gallimard, 1974), ouvrage important au regard de la problématique abordée ici mais ouvrage critiquée pour son approche trop « sociologisante ».

10Le « roman » peut donc constituer une source pour mieux connaître la réalité sociale de l’époque : ainsi Françoise Pont-Bournez s’inscrit dans cette logique et propose une lecture transversale, intertextuelle, linéaire, des cinq romans de Chrétien de Troyes, lecture qui donne à voir les mœurs juridiques et sociopolitiques du XIIe siècle.

11Après avoir rappelé les « maigres » données biographiques et le contexte historique des romans de Chrétien de Troyes, puis fourni de façon très pédagogique des résumés des cinq œuvres retenues : Erec et Énide, Cligès ou la fausse morte, Le chevalier de la charrette, Le chevalier au lion et le Conte du Graal, Françoise Pont-Bournez consacre trois chapitres à trois grands thèmes qu’elle va illustrer en utilisant les données factuelles fournies par ces cinq romans : Ces trois thèmes sont « Curialité et convivialité », « Le palais arthurien », deuxième chapitre plus centré sur le couple royal, ses démêlés et le personnel proche, et un troisième chapitre intitulé « Images de roi ».

12L’intérêt du livre de Françoise Pont-Bournez tient à plusieurs raisons : tout d’abord la démarche générale, « théorique » consistant à montrer que la littérature peut constituer une source très riche pour témoigner de pratiques sociales contemporaines ; l’autre raison tient à la clarté d’exposition et à la portée pédagogique de l’ouvrage qui devrait inviter à développer cette approche en analysant d’autres auteurs et d’autres œuvres. Ainsi déjà, en 1950, Jean Graven avait proposé d’étudier un exemple de droit féodal au même siècle, à savoir le procès criminel, au travers du Roman de Renart.

13Mais cet ouvrage a aussi les défauts de ses qualités : en effet ce livre a une limite, celle d’être trop franco-français et d’être basé essentiellement sur les travaux des historiens du droit.

14Ce dernier point peut sembler naturel car l’auteur est une spécialiste de l’histoire du droit médiéval et de l’Ancien Régime.

15En cela elle se situe dans la lignée des quelques historiens du droit qui se sont intéressés à des œuvres littéraires : c’est notamment le cas avec les travaux sur les pratiques juridiques dans le Roman de Renart (comme le livre de Jean Graven mentionné plus haut).

16L’approche de l’auteur est originale dans la mesure où la quasi-totalité des recherches sur Chrétien de Troyes et ses romans sont le fait de « littéraires », souvent moins portés à s’intéresser au « réel » sociopolitique (ainsi l’ouvrage A companion to Chrétien de Troyes ne contient que l’entrée «ordeal» (hot iron) ; mais par contre le livre de Guillaume Bergeron, centré il est vrai sur « les combats chevaleresques dans l’œuvre de Chrétien de Troyes », comprend dans son index une entrée « Droit : chez Chrétien de Troyes » assez conséquente), il n’en reste pas moins que la situation a évolué.

17Mais il ne faut pas oublier que les littéraires, notamment les spécialistes du Moyen Âge, ont néanmoins publié sur les questions abordées par l’auteur, qu’il s’agisse du problème théorique de savoir en quoi la littérature donne à voir des réalités sociopolitiques, juridiques et sociales, des aspects concrets du droit comme le rôle des coutumes, ou des théories sur la souveraineté, ou la récupération politique et idéologique de mythes comme ceux d’Alexandre, d’Arthur ou de Charlemagne notamment dans le contexte des luttes concurrentes entre dynasties.

18Ces « littéraires » s’intéressent donc de plus en plus à ces questions, à preuve la tenue récente et à venir de plusieurs colloques sur les rapports entre littérature et droit au Moyen Âge et, surtout, ces questions ont été abordées dans la littérature anglo-saxonne.

19Or l’optique franco-française de l’auteur a deux aspects :
un aspect négatif car l’ouvrage ne mentionne jamais l’immense littérature anglo-saxonne sur Chrétien de Troyes et la matière de Bretagne dont on peut penser qu’elle a dû traiter en partie des questions juridiques et politiques abordées par l’auteur champenois.

20Nous pensons aux travaux de R. Howard Bloch et notamment à son livre Medieval French Literature and Law, publié en 1977. Mais de nombreux auteurs anglo-saxons se sont intéressés à la place du droit chez Chrétien de Troyes, notamment les spécialistes de la littérature arthurienne comme Norris J. Lacy et surtout Donald Maddox, ou à la question de l’usage politique et idéologique de roi Arthur (voir les quelques références à la fin de ce compte rendu).

21Mais ce côté franco-français a un aspect « positif » car Françoise Pont-Bournez a le courage de rompre avec l’idée prédominante d’une filiation entre le roi Arthur et le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt pour rétablir cette filiation au profit du roi de France, Louis VII. En effet, la ressemblance possible entre Arthur et Louis VII a souvent été ignorée et mériterait d’être reprise (voir les travaux de Martin Aurell). En effet, c’est toujours là une question disputée de savoir comment a été « inventée » la légende du roi Arthur et quels en ont été les bénéficiaires en termes de légitimation idéologique, politique et juridique : Henri II Plantagenêt a longtemps été cité comme l’heureux élu sur la base de plusieurs arguments. En fait, les recherches montrent que la récupération du mythe d’Arthur n’oppose pas uniquement les dynasties anglo-normande et capétienne mais qu’elle a constitué un enjeu au sein même de la première dynastie, notamment dans les querelles incessantes entre Henri II et ses fils. Lorsque Richard Cœur de Lion fait exhumer les tombes de Arthur et de Guenièvre à Glastonbury, il cherche à la fois à récupérer la légitimité tout en mettant un point au mythe du retour d’Arthur.

22En conclusion, on apprécie que l’auteur se soit fait plaisir en écrivant un ouvrage très clair et pédagogique fondé sur une bibliographie qui privilégie les travaux en langue française des historiens du droit. Cet ouvrage invite à développer ce genre d’analyse mais sans oublier l’apport des littéraires et l’importance des travaux en langue étrangère, notamment l’anglais et plus particulièrement la littérature arthurienne.

Haut de page

Bibliographie

Aurell (Martin), Le chevalier lettré : savoir et conduite de l’aristocratie aux XIIe et XIIIe siècles. Paris, Fayard, 2011.

Aurell (Martin), La légende du Roi Arthur : 550-1250. Paris, Perrin, 2007.

Bergeron (Guillaume), Les combats chevaleresques dans l’œuvre de Chrétien de Troyes, Oxford, Peter Lang, 2008.

Bloch (R. Howard), Medieval French Literature and Law, Berkeley, U. of California P., 1977 (ainsi que de nombreux articles).

Boutet (Dominique), Charlemagne et Arthur, Paris, Honoré Champion, 1992.

Boutet (Dominique), « Carrefours idéologiques de la royauté arthurienne », p. 125-142 in : Baumgartner (Emmanuèle) (éd.), La mort le roi Artu, Klinsieck, 1994.

Cline (Ruth Harwood), «The House of Blois-Champagne and Chrétien de Troyes: Parallels and Influence», 22e Congrès de la Société Internationale Arthurienne, Rennes, 2008.

Doudet (Estelle), Chrétien de Troyes, Paris, Tallandier, 2009.

Discours juridique et littérature amoureuse du Moyen Age au Siècle des Lumières, Colloque, Brest,
13-14 octobre 2011.

Droit et violence dans la littérature du Moyen Age, colloque, Mulhouse, 29-30 mars 2012.

Garapon (Antoine) et Salas (Denis) (dir.), Imaginer la loi – Le droit dans la littérature, Paris, Michalon, 2008.

Geonget (Stéphan), Méniel (Bruno), Littérature et droit du Moyen Age à la période baroque, Champion, 2008.

Graven (Jean), Le procès criminel du Roman de Renart : étude du droit criminel féodal au XIIe siècle, Genève, Georg, 1950.

Köhler (Erich), « Le rôle de la coutume dans les romans de Chrétiens de Troyes », Romania 81, 1960, 386-397.

Köhler (Erich), L’Aventure chevaleresque. Idéal et réalité dans le roman courtois, Paris, Gallimard, 1974.

Lacy (Norris J.), «On Customs in Medieval French Romance», Revue belge de philologie et d’histoire, tome 83 fasc. 3, 2005. p. 977-986.

Lacy (Norris J.) et Grimbert (Joan Tasker) (eds.), A Companion to Chrétien de Troyes, 2005.  

Maddox (Donald), The Arthurian Romances of Chrétien de Troyes. Once and future fictions, Cambridge (GB), Cambridge University Press, 1991, xii + 180p. Bibliogr. Index.

Maddox (Donald), « Lancelot et le sens de la coutume », Cahiers de Civilisation Médiévale,
29 (1986) : 339-53.

Maddox (Donald), « Yvain et le sens de la coutume », Romania, 109 (1988) : 1-17.

Maddox (Donald),« La représentation du droit coutumier dans les romans de Chrétien de Troyes » in : Le Droit et sa perception dans la littérature et les mentalités médiévales,  Ed. D. Buschinger, Göppingen, Kümmerle Verlag, 1993: 133-44.

Maddox (Donald), « Coutumes et ‘conjointure’ dans le Lancelot en prose » in : Conjunctures: Medieval Studies in Honor of Douglas Kelly, ed. Keith Busby and Norris J. Lacy, Amsterdam and Atlanta, Rodopi, 1994: 293-309.

Ménard (Philippe), « Réflexions sur les coutumes dans les romans arthuriens », p. 357-370 in Busby (Keith) and Jones (Catherine M.), « Por le soie amisté ». Essays in Honor of Norris J. Lacy, Amsterdam, Rodopi, 2000.

Morris (R.) «King Arthur and the Growth of the French Nationalism», France and the British Isles in the Middle Ages and Renaissance. Essays in Memory of R. Morgan, Woodbridge, 1991, p. 115-129.

Ost (François) et al., Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature, Bruxelles, 2001. « Un entretien avec Georges Duby sur la littérature courtoise », Ornicar, 1983, n°26-27, p. 177-195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillorel, « Françoise Pont-Bournez, Chrétien de Troyes. Père de la littérature européenne », Droit et cultures, 64 | 2012, 239-244.

Référence électronique

Hervé Guillorel, « Françoise Pont-Bournez, Chrétien de Troyes. Père de la littérature européenne », Droit et cultures [En ligne], 64 | 2012-2, mis en ligne le 17 janvier 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2930

Haut de page

Auteur

Hervé Guillorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org