Navigation – Plan du site
S'entendre sur la langue

États du yiddish : les différents types de reconnaissance, gouvernementale ou non gouvernementale*

Varieties of Governmental and Non-Governmental Recognitions of Yiddish
Joshua A. Fishman
p. 23-39

Résumés

La question des langues peut être abordée d’un point de vue positif, négatif ou neutre que ce soit sous des auspices gouvernementaux ou non. Si on l’aborde sous un angle positif (en la concevant comme une « rétribution ») on pourra parler de distribution continue plutôt que discontinue ou dichotomique.

Dans cet article, nous examinerons divers exemples tirés du cas du yiddish afin d’envisager les trois étapes distinctes du continuum des désignations gouvernementales qui, d’ordinaire, sont en compétition ou coexistent en parallèle.

Après nous être intéressé à la reconnaissance officielle et nationale d’une langue millénaire de diaspora, nous évoquerons les attitudes gouvernementales à son égard, de la tolérance à la répression, pour conclure qu’en dépit des aléas, cette langue au lourd passé a un avenir car si beaucoup de ses locuteurs sont morts, leur langue, elle, ne périra pas.

Haut de page

Notes de la rédaction

Ce texte est présenté en version française et en version anglaise

Texte intégral

Version française

  • *   Article traduit par Daphné Romy-Masliah (DIP Genève).

Ceux qui sont tombés avec le Yiddish sur les lèvres et dans le cœur ne seront jamais oubliés.

Reconnaissance officielle

1La désignation « officielle » est évidemment relative à un type de gouvernement spécifique ou à un rôle soit au plus haut niveau du gouvernement soit en tout cas très proche de celui-ci. Partout où les deux termes « officiel » et « national » coexistent dans un environnement politique centralisé ou régional, une distinction hiérarchique s’opère entre eux. Toutefois, il n’est pas aisé de discerner d’emblée celui des deux qui se situe « au-dessus » de l’autre. Lorsque l’« officiel » est « au-dessus », cette désignation est le plus souvent associée avec un usage dans les plus hautes sphères gouvernementales (mais pas nécessairement). Cependant de nombreux gouvernements n’ont pas souhaité désigner de langue officielle du tout. C’est notamment le cas des États-Unis et du Royaume-Uni.

2Le yiddish est une langue dont la première trace écrite remonte au moins au milieu du XIIIe siècle sur les bords du Rhin. Cependant, l’existence de citations de certaines gloses talmudiques tend à établir qu’elle existait et était utilisée à des dates encore antérieures en tant que langue parlée comme en attestent les dépositions dans des tribunaux rabbiniques dont les procès-verbaux verbatim étaient tenus en hébreu/araméen. Le yiddish a rarement été élevé au statut de langue « officielle », étant donné qu’il n’a jamais été associé de manière unilatérale à un régime indépendant.

  • 1   Les sons f, m, n, ts et kh en position terminale dans le mot.
  • 2   Kazuo Ueda, Yiddish-Japanese Dictionary, Tokyo, Daigakusyorin, 2010.

3La plus proche association avec ce statut officiel, encore que ce fut en tant que langue « co-officielle », fut au Birobidjan, une oblast (région) éphémère de Sibérie soviétique extrême-orientale. Elle fut établie en tant que « région juive autonome » au début des années 1930, en grande partie à des fins évidentes de propagande (donc politiques), destinées tout autant à la politique intérieure soviétique qu’à une diffusion à travers le réseau mondial de « camarades voyageurs ». Cette région est demeurée sous la férule inquisitrice des autorités russes. Le yiddish était utilisé au Birobidjan, mais jamais exclusivement, pour des publications gouvernementales et des avis officiels, dans l’éducation primaire et secondaire, pour des publications telles que revues, livres et presse, annonces publiques, signalétique urbaine, événements publics et radiodiffusion. Il partageait cette fonction avec le russe pour toutes les applications mentionnées plus haut. Il n’existait aucune obligation d’utiliser « seulement le yiddish » et le russe était en réalité la seule langue permise pour toute communication verbale ou écrite à destination ou en provenance des autorités soviétiques de Moscou. Le yiddish au Birobidjan suivait à la lettre les normes de planification linguistique soviétique concernant la langue yiddish tant pour l’orthographe, la nomenclature et la stylistique. Les « lettres finales »1 nécessaires dans l’orthographe yiddish partout dans le monde (mis à part les cercles de gauche des « camarades voyageurs ») furent ainsi abolies sous la férule soviétique et tous les mots issus de l’hébreu furent transcrits phonétiquement afin d’en dissimuler l’origine hébraïque. Dans ces deux cas, ces mesures furent justifiées par des raisons idéologiques « anticléricales ». Le poids stylistique de « russismes » excessifs, acronymes et autres slavismes était élevé, causant souvent des difficultés de communication évidentes à l’écrit, notamment dans les publications destinées aux lecteurs de yiddish hors d’Union Soviétique. Un récent dictionnaire bilingue yiddish-japonais s’est même senti dans l’obligation de proposer une annexe distincte pour ces termes à l’usage des lecteurs dans le monde qui n’avaient pas été exposés aux influences politiques ou idéologiques soviétiques2.

4La haute qualité typographique et le caractère artistique des meilleures publications yiddish soviétiques peuvent être attribués à leurs budgets gouvernementaux confortables ainsi qu’à des fins de propagande. L’Union Soviétique était le seul pays où les albums artistiques étaient publiés en yiddish, avec des effets décoratifs multicolores attrayants, et ce malgré leurs très modestes tirages. Lorsque le « grand-frère » avait besoin du yiddish, rien n’était trop cher. Lorsque ce n’était pas le cas, pratiquement aucune publication yiddish n’était alors autorisée et tant les lecteurs que les auteurs étaient de temps à autre « découragés » par des sanctions gouvernementales drastiques. Ce statut « oscillant » de l’« officiel »au « prohibé » est le scenario « chez les soviets » du monde du yiddish plus ou moins millénaire.

Reconnaissance nationale

  • 3   Meänkieli.

5Les termes « national »et « officiel » sont parfois confondus ou utilisés d’une manière qui ne les distingue pas assez clairement. Le statut « national » permet en général de désigner une délimitation régionale ethnique plutôt qu’un statut d’administration gouvernementale pour une langue spécifique. Ainsi, on peut dire que la Belgique a trois langues nationales (français, flamand et allemand), chacune associée à une région et à un groupe ethnique distinct. Le terme « Belge » désigne le Parlement ou toute initiative du pays dans son ensemble (l’Armée, la Poste, etc.) sans aucune connotation ethnolinguistique. Le yiddish a également bénéficié d’un statut régional dans de nombreux pays. C’est en particulier le cas dans l’Europe de l’Est entre les deux guerres. Les gouvernements communistes ont accordé de tels statuts au yiddish dans cette période limitée de l’entre-deux-guerres en Ukraine, en Crimée et dans la Russie blanche (aujourd’hui le Belarus), probablement jusqu’à ce que l’instauration du Birobidjan rende de telles désignations « inutiles » ailleurs. Dès la fin de la seconde guerre mondiale, le statut national a été accordé au yiddish en Suède et aux Pays-Bas, à la fois en reconnaissance de son histoire ancienne dans ces deux pays et afin de manifester leur sympathie pour ses immenses pertes dans ces deux pays durant la période nazie. Dans la dernière décennie du XXe siècle, la Suède a publié quelques textes pour un jeune public et a diffusé quelques programmes de radio en yiddish destinés aux enfants, afin de démontrer son équité vis-à-vis du finnois tornédalien3 et de la langue tzigane, deux autres langues suédoises nationales bénéficiant du même statut. Il est clair que la désignation du yiddish comme langue nationale ou régionale a également été parfois motivée par des visées ou considérations coterritoriales locales ou ethno-politiques régionales. Par delà les considérations d’ordre communautaire ou culturel juif que de telles désignations étaient censées promouvoir, c’est exactement la leçon qui peut être tirée de la plupart des reconnaissances gouvernementales du yiddish.

6Le but principal était de satisfaire les visées politiques de la majorité coterritoriale plutôt que de servir les besoins culturels voire communicationnels de la minorité juive elle-même. En d’autres termes, de telles reconnaissances ont été de l’ordre de l’exploitation externe plutôt que de la facilitation interne vis-à-vis des locuteurs de yiddish eux-mêmes. Bien qu’une dose de démarche intéressée doive toujours être envisagée lorsque des majorités coterritoriales accordent de telles « faveurs » à leurs minorités qui dépendent d’elles, le degré d’intéressement est nettement à géométrie variable. Dans le cas des reconnaissances gouvernementales du yiddish que nous avons passées en revue jusqu’à présent, ce degré est incontestablement élevé.

La tolérance/interdiction comme type de « reconnaissance » gouvernementale

7La simple tolérance « non-interventionniste » doit être considérée comme un type de politique gouvernementale plutôt que comme une absence de toute politique. Le contraire de la tolérance est l’interdiction. Ce dernier cas s’illustre notamment avec le basque et le catalan qui ont été censurés par le régime de Franco en Espagne jusqu’au rétablissement de la démocratie en 1975.

8Un autre exemple d’interdiction est l’application de taxes spéciales imposées aux éditeurs et théâtres qui promouvaient le yiddish en Palestine/Israël, alors que ces taxes n’étaient pas prélevées sur leurs adversaires qui se tournaient vers l’hébreu ou d’autres langues plus en faveur telles que l’anglais ou l’arabe.

  • 4   Entreprises et compagnies ou autres « entités légales » telles que les grandes sociétés.

9De nombreuses régions de l’ancien bloc soviétique (par exemple la Kirghizie) interdisent les panneaux de signalisation « uniquement russe » afin que leurs langues symboliques puissent bénéficier d’une plus grande visibilité dans leurs fonctions publiques. Toutes ces mesures précitées sont des sanctions négatives émanant des départements ou agences gouvernementales. Les organismes privés4 peuvent aussi s’engager dans de telles mesures pénalisantes afin d’exprimer publiquement leurs positions sur la question des langues. Des boycotts de produits allemands ou japonais n’étaient pas rares aux États-Unis et ailleurs avant la seconde guerre mondiale ainsi que durant celle-ci et de telles démarches étaient également étendues aux locuteurs de ces langues ainsi qu’à leurs langues et aux médias dans ces langues.

10La « guerre hébreu-yiddish » durant les années 1920 et 1930 en Palestine est avant tout un exemple d’un groupe d’intérêt politiquement puissant qui n’avait aucun endroit où se réfugier. La seconde guerre mondiale et le sentiment de culpabilité post-holocauste qui s’est ensuivi a mis un terme à cette guerre culturelle interne contre le yiddish qui avait été sciemment entreprise par les agences juives quasi-gouvernementales qui ont précédé la création de l’État d’Israël. Cependant cet arrêt des hostilités, pour bienvenu qu’il fut, n’a pas conduit à l’établissement de système de compensation à leur place. A ce moment-là, la langue avait été si marginalisée dans tout cercle autre que celui des ultra-orthodoxes, que les platitudes parlementaires ou déclarations publiques pour « la gratitude pour les services rendus dans le passé » n’ont été d’aucune utilité pour qui que ce soit. Un journal littéraire subventionné par le gouvernement, malgré tout son faste et son éclat ne s’adresserait plus désormais qu’à un petit groupe de gens de lettres vieux ou vieillissants. Ce qui était nécessaire était d’effectuer des démarches envers les jeunes au-delà de tout fossé politique ou ethnico-social.

  • 5   Fishman, 1984, 2011.

11Voici une petite liste de telles mesures, reflétant toutes des initiatives de la diaspora, qui a été rééditée à la toute fin du XXe siècle5. Elle met l’accent sur les centres et activités suivants :

12Le Centre National du Livre Yiddish (Waltham, Massachusetts) qui a acheté, emprunté, réuni, stocké, mis sous forme électronique et mis en vente ou en ligne pour l’inspection et le téléchargement une collection de livres et de revues si large et variée qu’elle fait du yiddish la langue moderne européenne la plus accessible à l’heure actuelle.

13Le Yiddishvokh annuel :Yugntruf (rencontre de jeunes) d’une semaine en « immersion totale (24 heures sur 24, 7 jours sur 7) pour les jeunes et ceux qui se sentent jeunes » – 7 jours ininterrompus de chants, danse, cours, étude, repas et enseignement en yiddish. C’est un moyen incroyablement efficace pour ne pas se contenter de prendre de « bonnes résolutions envers le yiddish » mais pour acquérir des bases permettant de vivre au quotidien dans cette langue (leur bureau est à New York et leur camp est également dans la région new-yorkaise).

14Cours universitaires en langue et littérature yiddish : disponibles dans pratiquement tous les campus d’Amérique du nord, en Europe et en Israël au niveau élémentaire, intermédiaire et avancé. Ces cours permettent d’obtenir des crédits pour un diplôme universitaire si vous le souhaitez ou juste pour le plaisir. Contactez votre université pour plus d’information concernant les prix et les dates. Dépêchez-vous ! La capacité sur chaque campus est limitée car les classes doivent rester petites afin de maximiser l’apprentissage. On dénombre aussi pléthore de cours d’été plus ou moins intensifs.

15Cassettes, livres, jouets, jeux et disques en yiddish pour jeunes et moins jeunes : rendez-vous dans votre boutique Judaica locale. Des centaines d’articles neufs sont produits chaque année et des milliers sont disponibles à des prix avantageux.

16Les bons vieux classiques : plusieurs périodiques en yiddish n’ont pas seulement survécu au passage du temps pour atteindre un âge vénérable, mais ils ont en plus réussi à rajeunir en même temps – le vénérable Forverts (« en avant » New York et Tel-Aviv) a désormais plus de 100 ans. Chaque numéro est un bijou tant d’un point de vue intellectuel que purement visuel (notamment sa section sophistiquée de conseils sur « l’amour et l’art de faire la cour »). Ses transformations sont comparables à celles intervenues dans les rencontres de jeunes, Yugntruf (New York) et Lebns-fragn(Tel-Aviv), datant respectivement de 50 et 60 ans.

17Théâtre, livres et rubriques de poésie en yiddish :font également partie de la scène contemporaine yiddish. Un nouveau « directeur artistique » qui a récemment été nommé à lafolksbine(Théâtre artistique national, New York) et le deuxième Festival International de Théâtre Yiddish6 (Montréal) ont tous deux reçu une reconnaissance méritée en tant que promoteurs de tant de productions à venir.

18Et la liste est encore longue. Le monde yiddish est tout à fait vivace et continue à être créatif sans se contenter de se reposer sur ses lauriers ou de chercher des soutiens extérieurs. Il est guidé par une force intérieure qui pousse ses bénévoles à poursuivre leur mission et l’installer « dans la durée ».

« Ne jamais dire que c’est la fin ! »7

  • 7   Titre d’un recueil dirigé par l’auteur, Never Say Die! A Thousand Years Of Yiddish In Jewish Life (...)

19L’ingrédient fondamental essentiel de la langue dans l’espace socioculturel est le discours volontaire spontané. Les communautés de langues minoritaires dans le monde entier ont appris dans l’adversité à ne pas dépendre de la reconnaissance formelle de l’État pour leur maintien et leur développement. En effet, de telles notions formelles sont souvent même contre-indiquées dans la mesure où cela minimise le « génie humain » qui fournit la clef de voûte de toute culture humaine, y compris le langage.

20L’irlandais n’a jamais recouvré son rôle sociétal antérieur, en dépit de près d’un siècle de soutien gouvernemental multiforme. Ceci est dû en partie à la compétition de la langue dominatrice qu’est l’anglais littéralement sur le pas de sa porte, mais c’est indéniablement aussi en raison de la dépendance suscitée dans l’esprit des Irlandais eux-mêmes par le soutien linguistique constamment prodigué par le gouvernement irlandais, au point de leur avoir inculqué une « image réflexive négative du fait qu’elle vit au crochets de la société ». Le yiddish peut sembler aujourd’hui encore plus faible que l’irlandais, mais sa véritable force tient dans la reconnaissance communautaire volontariste qui est considérable et dans la participation qu’elle continue encore à susciter dans des recoins vitaux de la communauté socioculturelle juive dans son ensemble. Bien que la « guerre des langues » qui marqua (et entacha) ses relations avec l’hébreu ne soit plus perceptible de manière évidente, il n’en reste pas moins qu’elle continue à bouillir sous couvert, derrière une façade d’apparence plus cordiale, d’affectation illusoire israélienne et d’un manque de chaleur véritable, voire de considération réellement attentionnée. En effet, un nouveau danger de tout premier ordre a vu le jour vis-à-vis du yiddish en Israël aujourd’hui. Il s’agit du gouffre qui s’est développé et élargi entre la droite ultra-religieuse et la gauche ultra-laïque. Dans les années précédant la seconde guerre mondiale, le yiddish a été accusé de manière fallacieuse d’être associé à cette dernière, la gauche communiste et socialiste. Aujourd’hui, il est tout aussi faussement associé dans l’esprit de beaucoup (surtout en Israël), avec la droite politique et l’extrémisme religieux. Aucune des deux accusations n’est soutenable dans une perspective historique, puisque le yiddish, en tant que partie intégrante et librement consentie de la vie quotidienne du judaïsme ashkénaze (provenant de l’Europe centrale et de l’est) pendant mille ans, était également, par conséquent, au-dessus et au-delà des notions politiques. À tout le moins, il était simplement le vernaculaire de la quasi-totalité de cette population et était utilisé dans pratiquement chaque fonction non sacrée et dans toutes les fonctions socioculturelles.

  • 8   Joshua A. Fishman (1984), «Gute nayes vegn yidish», Afn shvel 253/254, p. 5-8 (réédition de 2011) (...)

21Ces jours font probablement partie du passé en raison des dévastations provoquées par les nazis et les communistes, sans compter les dévastations de la modernisation et du sionisme. Cependant une telle inhumanité ne peut pas occulter le fait que le yiddish était alors, et continue de demeurer aujourd’hui, la seconde langue juive la plus importante de l’ère moderne et des époques encore antérieures8.

Données démographiques sur le yiddish

  • 9   (1987) Ideology, Culture and Language: The Odyssey of Nathan Birnbaum. Ann Arbor, MI, Karoma.
  • 10   Joshua A. Fishman, (1985), «The failure of ‘German language advocacy’ among Yiddish-speaking East (...)

22Les recensements linguistiques sont notoirement inexacts à trois niveaux : celui de la personne interrogée, celui de la personne conduisant le recensement et celui de l’instance ayant décidé de réaliser ce recensement. Les comptes rendus individuels sont biaisés par les idéologies individuelles ou collectives favorables ou défavorables à certaines langues. En 1909-1910, Nathan Birnbaum9 a mené une campagne pour persuader les juifs hongrois de se réclamer de langue maternelle yiddish afin que les juifs soient reconnus dans leur revendication d’autonomie culturelle qui était réclamée dans tout l’empire. Cependant, le gouvernement a refusé de reconnaître le yiddish comme réponse valide et a souvent enregistré l’allemand ou le polonais à la place. En guise de protestation, de nombreux juifs recensés se sont inventés à la place des langues maternelles totalement exotiques (tel que le hottentot). Faisant d’une pierre trois coups, les trois sources potentielles d’erreur furent donc impliquées dans le décompte du recensement qui en résulta10.

  • 11   Joshua A. Fishman (2011), «Statistik vegn yidsh [Statistics about Yiddish]», Forverts, septembre, (...)

23Ceci étant dit, qu’il me soit permis ici de clore ce rapide survol d’une question fort complexe avec un aperçu plus bref encore du nombre de locuteurs yiddish estimés en 2010. Ces estimations sont exposées sous forme de tableau à double entrée pour les États-Unis, Israël et « ailleurs » par des personnes se revendiquant de langue maternelle yiddish (LV1 Y) et des personnes affirmant utiliser le yiddish dans leur vie quotidienne
(VQ Y)
11.

ANNÉE 2010

LV1 Y

VQ Y

Monde entier (total)

650 000

200 000

États-Unis

350 000

60 000

Israël

250 000 

130 000

Ailleurs

50 000 

10 000

24Année 1935 Monde entier    6 000 000    4 500 000

Version anglaise

Those who fell with Yiddish

words on their lips and in their hearts

will never be forgotten.

25Treatments of language may be either positive, negative or neutral, whether under governmental or under non-governmental auspices.   Positive governmental treatments («rewards») of language fall into a continuous rather than merely into a discontinuous or dichotomous distribution. In this paper, we will draw various examples from the case of Yiddish in order to examine three distinct stages within the continuum of governmental designations that commonly compete or co-exist alongside one another.

26The «official»designation, of course, is related to a particular polity or to a top-level governmental or quasi-governmental office. Wherever both terms, «official»and «national», coexist in a given central or regional political environment, a hierarchical distinction is made between them, although which of them is «on top»is not unambiguously predictable. Where «official»is «on top», this designation is associated with top-most governmental use (often, but by no means always exclusively so). However many polities have no designated official language at all, the USA and Great Britain being among them. Yiddish (a language in which the earliest written record can be traced back at least to the early 13th century along the Rhine, and for which certain talmudic glosses are quoted at even earlier dates, indicative of spoken provenience in oral testimony at rabbinic courts [the full verbatim records of which were kept in Hebrew/Aramaic]) has seldom been accorded «official»status, since it has never been uniquely associated with an independent polity of its own. It came closest to this status (and even then only it was only «co-official») in Birobidzhan, a short-lived autonomous oblast (region) in the far east of Soviet Siberia. It was established as the «Jewish autonomous region»in the early 1930's, largely for public propagandistic (i.e., political) bragging-purposes, both within the limits of the USSR and in its world-wide network of «fellow travellers». It was constantly under tight scrutiny by higher Russian authorities. Yiddish in Birobidzhan was utilized, on a non-exclusive basis, for governmental publications and notices, elementary and secondary education, journal, book and newspaper publications, public announcements, signage, public celebrations, and radio-broadcasting. On the other hand, Russian too was also employed for all of the above purposes. No «Yiddish-only» requirements were in place, and Russian alone was utilized for all communication, oral or written, to and from central Soviet authorities in Moscow. Yiddish in Birobidzhan fully followed the ins and outs of soviet language planning norms for Yiddish in orthography, nomenclature and stylistics. The special «final letters»[the sounds f, m, n, ts and kh in word-final position] required in Yiddish spelling elsewhere in the Yiddish world (other than in left-wing fellow-traveler circles) were abolished under soviet auspices and all Hebrew-origin words were spelled phonetically, thereby hiding their Hebraic origins, both steps being justified along ideological «anti-clerical»grounds. The stylistic burden of excessive russianisms, acronyms or other slavicisms was quite high, often causing striking communication difficulties, in print and in writing, for Yiddish readers outside of the Soviet Union. A recent bilingual Yiddish-Japanese dictionary felt obliged to provide a separate appendix of such terms for the assistance of readers from those parts of the world that were uncontaminated by soviet political or ideological influences (Uedo, 2009).

27The high quality of the typographic and artistic character of the best Soviet Yiddish publications was ascribable both to their ample governmental budgets as well as to their propagandistic purposes. Only in the Soviet Union were art-albums published in Yiddish, in all of their eye-catching multi-colored, decorative visual display, notwithstanding their quite modest press-runs. When the «big brother»needed Yiddish, no cost was considered excessive. When he didn't, almost no Yiddish publications at all were permitted and both their readers and writers were, at times, «discouraged»via draconian governmental sanctions. This «oscillating»status from «official»to «prohibited»is an «only among the soviets»scenario in the roughly thousand year old world of Yiddish.

 «National»

28Although the terms «national»and «official»are sometimes confused or utilized in a manner that does not clearly differentiate between the two, «national»is generally reserved to designate a regional ethnic delimitation rather than any polity-wide governmental status for some particular language. Thus, Belgium may be said to have three national languages (French, Dutch and German) each associated with a separate region and ethnicity, the term «Belgian»itself being reserved for the parliament or for an other countrywide effort (the army, the postal agency, etc.) and does not denote any given ethnolinguistic entity at all. Yiddish too has been accorded such more regional national statuses in many countries. This was particularly true in inter-war Eastern Europe. Communist governments granted such statuses to Yiddish for limited inter-war periods in the Ukraine, Crimea and in White Russia (today's Belarus), presumably until the establishment of Birobidzhan made such designations «unnecessary»_elsewhere. Beginning after the conclusion of the Second World War, national status has also been awarded to Yiddish in Sweden and the Netherlands, both in recognition of its early arrival in both countries and by way of empathy for its huge losses there during the Nazi period. In the last decade of the 20th century Sweden published some textual materials for children and broadcast some radio programs in Yiddish for young audiences, by way of showing it equal-handedness vis-à-vis Tornadelian and Gypsey, two other Swedish national languages also recognized at that juncture. Clearly, the designation of Yiddish as a national or regional language has also sometimes been motivated by co-territorial local and regional ethno-political views or considerations, above and beyond any Jewish communal or cultural purposes that such designations may also have served. That is exactly the lesson that is deduced from most governmental recognitions of Yiddish. Its main purposes have been to gratify the political needs of the co-territorial majority, rather than serve the cultural or even the communicational needs of the Jewish minority per se. In other words, such recognitions have been externally exploitative rather than internally facilitative vis-à-vis Yiddish speakers themselves. While some degree of self-serving agenda must always be suspected on the part of co-territorial majorities that grant«favors»to minorities that are dependent upon them, the degree of such self-servingness may vary greatly. In the cases of the governmental recognitions of Yiddish that we have reviewed up to this point, that degree has been considerable indeed.

Toleration/Prohibition as Types of Governmental «Recognition»

29Simple, «hands off»toleration must be considered to be a type of governmental policy rather than merely the absence of policy at all. The opposite of toleration is prohibition. Basque and Catalan were prohibited by the Franco regime in Spain, before democracy was re-established in 1975. Another example of prohibitive treatment is the imposition of special taxes to be exacted from those publishers and theaters who fostered Yiddish in Palestine/Israel, taxes that were not levied against their competitors who channeled their attention to Hebrew or other favored languages such as English or Arabic. Many former soviet regions (e.g., Kirgizia) prohibit the use of free-standing «only Russian»sineage, so that their «nominal»languages can attain more visible public functions. All of the foregoing are negative sanctions associated with governmentally affiliated units or agencies. Private bodies (businesses and firms or other «legal entities»such as corporations) may also engage in such negative   sanctions in order to publically express their views on language issues. Boycotts of German and Japanese goods were not uncommon in the USA and elsewhere prior to World War II, as well as during the war, and these views were also extended to the speakers of these languages, and to their languages and language media as well.

30The «Hebrew vs. Yiddish language war»during the 1920's and 1930's in Palestine is primarily an example of a politically strong interest-group attacking a weaker victim that had no place of its own in which to hide. The Second World War and the post-Holocaust guilt that followed this internal culture-war brought an end to the attacks against Yiddish that had previously been voluntarily conducted by the quasi-governmental Jewish agencies that preceded the state of Israel, but even this discontinuation, welcome as it was, did not lead to any tangible reparative support systems in their stead. By then, the language had become so marginalized in other than Ultra-Orthodox circles, that mere parliamentary platitudes or public declarations of «gratitude for past services rendered»were of no practical use to it whatsoever. A governmentally sponsored literary journal, with all of its glitter and fanfare, would reach only a small group of ageing and aged literati. What was needed were steps that were youth-oriented and youth-activating across all political and socio-ethnic divides.

31A short list of just such steps, all of them reflectingdiaspora initiatives, was reprinted at the very end of the 20th century (Fishman, 1984, 2011). It highlights the following centers and activities:

32The National Yiddish Book-Center(Waltham, Mass): which has bought, borrowed, collected, stored, digitalized and made available for sale or for “online»inspection and down-loading so large and varied a worldwide collection of books and journals as to possibly make Yiddish the most highly accessible modern European language to date;

33The Annual Yiddishvokh: Yugntruf's weeklong «total Yiddish-immersion (24-7) for the young and the young at heart», 7 days of uninterrupted Yiddish singing, dancing, lecturing, studying, eating and teaching. This is an unbelievably good way to not only adopt «Yiddish resolutions»but to get off to a good start by living them too (Office in NYC, camp nearby);

34College Courses in Language and Literature:available on almost every campus in north America, Europe and Israel, at elementary, intermediate and advanced levels, for college transfer-credit toward a degree, if you like, or just for fun. Contact your local tertiary institution for more information as to costs and dates. Hurry! Capacity at each site is limited so that classes can be small in order to maximize learning. There are summer courses galore, too, at various levels of intensity;

35Yiddish Cassettes, Books, Toys, Games And Records For Old And Young: see your local Judaica bookstore. Hundreds of new ones are produced every year and thousands are now «out there» and available le at bargain prices;

36Oldies but Goodies: several Yiddish periodicals have not only stood the test of time and reached a ripe old age, but have been rejuvenated in the process of doing so – the venerable «Forverts»(New York and Tel Aviv) is now well over 100 years old. Each issue is a beauty to behold, both intellectually and visually (see, e.g., its regular sophisticated section of advice on «love and courtship»). Comparable transformations have also occurred in the cases of «Yugntruf» (New York) and «Lebns-fragn» (Tel Aviv), 50 years old and 60 years old respectively;

37Yiddish Theatre, Books and Columns of Yiddish Poetry:are also parts of the current scene on the Yiddish-front. A new «artistic director» that has been appointed at thefolksbine(National Yiddish Art-theater, NYC) and the second InternationalYiddishTheaterFestival (Montréal) have both received well-due recognition as harbingers of many more good productions yet to come.

38And so it goes, on and on. The world of Yiddish is very much awake and is constantly being creative, rather than just resting on its laurels or seeking outside support. It is self-priming, each effort being attended to by its own group of dedicated volunteers who are «in it for the duration».

«Never Say Die!»

39The essentially basic ingredient of language in socio-cultural space is voluntary, spontaneous speech. Minoritized speech communities the world-over have learned the hard way not to depend on formal governmental recognition for their maintenance and advancement. Indeed, such formalities often are contra-indicated, since they cultivate a dependence that undercuts the «human sparks»which provide the fundamental linch-pins for all human culture, speech included. Irish has never recovered its former societal role, notwithstanding almost a century of governmental supports of various kinds, partially, of course due to the overbearing competitive strength of English at its very doorstep, but definitely also because of the continued dependence that constant governmentally provided language-support has fostered in the minds of the Irish themselves, to the point of inculcating «funded negative self-imagery». Yiddish today may seem weaker than Irish, but its true strength lies in the substantial voluntary communal recognition and participation that it still continues to elicit in crucial corners of the total Jewish socio-cultural community. Although the former «language-war»that marked (and marred) its relations with Hebrew are no longer strongly in evidence (which is not to say that it does not still simmer «under the radar»and behind the facade of seemingly more cordial, formal Israeli pretence and lack of deeply felt or purposively directed care). Indeed, a new primary danger has arrisen vis-à-vis Yiddish in Israel today, namely the chasm that has developed and deepened between the ultra-religious right and the ultra-secular left. In the Pre-World-War II years Yiddish was spuriously accused of only being associated with the latter, the communist and socialist left. Today it is equally falsely associated in many minds (particularly in Israel) with right wing political and religious obduracy. Neither charge is valid in historical perspective, since Yiddish as part of the very fabric of voluntary every day life of Ashkenazi (Eastern and Central European derived) for a thousand years Jewry was also, therefore, above and beyond all politics: at the least, it was simply almost everyone's vernacular and was used in almost every non-ritualized and all socio-cultural functions. Those days may well be gone forever, due to Nazi and communist inroads, not to mention the inroads of modernization and Zionism, but such inhumanity cannot hide the fact that Yiddish was then, and even remains today, the second most important Jewish language of the modern era and its immediate precursors.

Census Data About Yiddish

40Language censuses are notoriously inexact, on three accounts: the individual respondent, the census-taker, and the census-sponsor. Individual accounts are biased due to individual or group ideologies on behalf of or against certain languages. In 1909/10 Nathan Birnbaum led a campaign to persuade Austro-Hungarian Jews to claim Yiddish as their mother tongue so that Jews would be recognized in connection with the cultural autonomy that was then being advocated for the entire empire. However, the government refused to recognize Yiddish as a valid reply and often recorded German or Polish instead. Out of protest, many Jewish respondents reported totally exotic mother tongues (such as Hottentot) instead. In one fell swoop, all three of the possible sources of error were involved in the resulting census count (Fishman, 1985).

41That having been said, I would like to close this brief overview of a complex topic, with an even briefer glance at the numbers of Yiddish speakers that are estimated for 2010. These estimates are presented for the USA, Israel and «elsewhere», cross-tabulated by claimants of Yiddish as mother tongue  (Y AS MT) and claimants of Yiddish as language of daily use   (Y AS LDU). 

FOR 2010

Y AS MT

Y AS LDU

Worlwide

650,000

200,000

USA

350,000

60,000

Israel

250,000 

130,000

Elsewhere

50,000 

10,000

42For 1935

43WORLDWIDE  6,000,000           4,500,000

Haut de page

Bibliographie

Fishman (Joshua A.), «Statistik vegn yidsh [Statistics about Yiddish]»,Forverts, September 2011, p. 6. - «The failure of ‘German language advocacy’ among Yiddish-speaking Eastern European Jews prior to and since the Holocaust: The major travails around the minor triumphs of an unprotected language» In J. A. Fishman and O. Garcia (eds.), Handbook of Language and Ethnic Identity. The Success Failure Continuum in Language and Ethnic Identity Efforts.Vol. 2. New York, Oxford University Press New York, 349-363.- (1987)Ideology, Culture and Language: The Odyssey of Nathan Birnbaum.Ann Arbor, MI, Karoma.- (1984) «Gute nayes vegn yidish»,Afn shvel253/254, p. 5-8 (reprinted 2011).- (editor, 1981)Never Say Die! A Thousand Years of Yiddish in Jewish Life And Letters,The Hague, Mouton.

Ueda (Kazuo), Yiddish-Japanese Dictionary, Tokyo, Daigakusyorin, 2010.

Haut de page

Notes

*   Article traduit par Daphné Romy-Masliah (DIP Genève).

1   Les sons f, m, n, ts et kh en position terminale dans le mot.

2   Kazuo Ueda, Yiddish-Japanese Dictionary, Tokyo, Daigakusyorin, 2010.

3   Meänkieli.

4   Entreprises et compagnies ou autres « entités légales » telles que les grandes sociétés.

5   Fishman, 1984, 2011.

6   http://yiddishtheatre.org/fr/index.php (dernier accès le 3 octobre 2011).

7   Titre d’un recueil dirigé par l’auteur, Never Say Die! A Thousand Years Of Yiddish In Jewish Life And Letters, The Hague, Mouton (ndt).

8   Joshua A. Fishman (1984), «Gute nayes vegn yidish», Afn shvel 253/254, p. 5-8 (réédition de 2011). 

9   (1987) Ideology, Culture and Language: The Odyssey of Nathan Birnbaum. Ann Arbor, MI, Karoma.

10   Joshua A. Fishman, (1985), «The failure of ‘German language advocacy’ among Yiddish-speaking Eastern European Jews prior to and since the Holocaust: The major travails around the minor triumphs of an unprotected language» In J. A. Fishman & O. Garcia, (eds.), Handbook of Language and Ethnic Identity. The Success Failure Continuum in Language and Ethnic Identity Efforts, vol. 2, New York, Oxford University Press, New York, 349-363. 

11   Joshua A. Fishman (2011), «Statistik vegn yidsh [Statistics about Yiddish]», Forverts, septembre, p. 6.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Joshua A. Fishman, « États du yiddish : les différents types de reconnaissance, gouvernementale ou non gouvernementale », Droit et cultures, 63 | 2012, 23-39.

Référence électronique

Joshua A. Fishman, « États du yiddish : les différents types de reconnaissance, gouvernementale ou non gouvernementale », Droit et cultures [En ligne], 63 | 2012-1, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 26 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2861

Haut de page

Auteur

Joshua A. Fishman

Joshua Fishman est professeur et chercheur émérite en sciences sociales de la Ferkauf Graduate School of Psychology de la Yeshiva University de New York et professeur invité de l’École d’éducation et de linguistique appliquée du département de linguistique, Université de Stanford. Ses travaux ont porté sur la sociologie du language et il a notamment porté la sociolinguistique sur ses fonds baptismaux en étudiant les relations entre langue et ethnicité. Sa liste de publication que l’on peut retrouver sur son site http://www.joshuaafishman.com comprend notamment : Readings in the sociology of language (1968). The Hague, Mouton, The Rise and Fall of Ethnic Revival (co-auteur). Berlin, New York et Amsterdam, Mouton (1985), Can Threatened Languages be Saved? Clevedon, Multilingual Matters (2000), Do Not leave your language alone: the hidden status agenda within corpus planning in language policy. Lawrence Erlbaum Associates (2006) et the Handbook of language and ethnicity (ed.), New York, Oxford University Press, Paperback 2001, revised Edition (2009).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org