Navigation – Plan du site
S'entendre sur la langue

S’entendre sur la langue

Geneviève Koubi et Daphné Romy-Masliah
p. 11-21

Texte intégral

  • 1   W. von Humboldt, Sur le caractère national des langues, (trad. D. Thouard), Seuil, coll. « Points (...)

1Faire de la langue un objet du droit relève d’une entreprise laborieuse tant les fonctions linguistiques ne s’inscrivent pas systématiquement dans un espace étatique, dans des frontières déterminées. La langue n’est pas en tous lieux considérée comme un attribut de l’État, elle n’est pas non plus un objet d’appropriation par quiconque, État, communauté ou individu1.

  • 2   J.-C. Beacco et K. Cherkaoui Messin, «  Les politiques linguistiques européennes et la gestion de (...)

2Quand bien même la langue se trouverait de plus en plus souvent au centre de la construction nationale ou au cœur de certaines dispositions constitutionnelles dans un État donné, elle est un outil que les gouvernants affûtent au rythme des évolutions démographiques et suivant des compositions sociologiques qu’ils ont eux-mêmes préfigurées. De fait, « la gestion des langues par l’État, quelle qu’en soit la forme, a pour finalité essentielle de prendre en charge la diversité linguistique. Aucun espace politique n’est sociolinguistiquement homogène puisque, par exemple, les langues autochtones présentes sont multiples, et que les aires linguistiques et culturelles ne coïncident pas nécessairement avec les frontières politiques »2.

  • 3 J. Maclure, « Promotion de la langue et respect de la diversité : une antinomie ? », Conseil sup. (...)
  • 4   NB : Lorsque les articles composant le présent dossier sont mentionnés dans les notes de bas de p (...)

3Sans reprendre les questions un temps posées par Jocelyn Maclure, à savoir : « Une communauté politique libérale, démocratique et pluraliste peut-elle conjuguer la promotion de la langue de la majorité et le respect de la diversité culturelle ? Politique linguistique et politique de la reconnaissance sont-elles compatibles ? »3, interrogations qui, dans l’objectif de la construction d’un espace communicationnel, n’ouvriraient que peu le débat sur la fonction de la langue et des langues, la problématique s’inscrit au centre d’une convergence entre science juridique, science politique et sociolinguistique4. Le questionnement ne peut alors se limiter à l’analyse du rapport entre majorité et minorités culturelles dans les démocraties libérales contemporaines, ni se borner à une interrogation sur les mécanismes d’intégration sociale des immigrants au sein de ces sociétés.

4En effet, plus que l’usage d’une ou de plusieurs langues, le pivot des études composant ce dossier que présente Droit et cultures, consiste à repérer à partir des qualifications juridiques données à chacune des langues par un État quelconque les moyens de s’entendre sur la langue...

5– Les langues échappent aux définitions juridiques. Les quelques qualifications dont elles pourraient être dotées du fait de textes juridiques épars, constitutionnels ou législatifs, retraduisent plus sûrement des préoccupations politiques que des observations sociologiques.

  • 5   F. de Varennes, « Le rôle du droit international en matière d’aménagement linguistique : la fin d (...)
  • 6   J. Fishman, « États du yiddish : les différents types de reconnaissance gouvernementale ou non go (...)

6Fernand de Varennes avait esquissé les premières lignes de cette mise en perspective en insistant sur le fait qu’« aucun État n’est neutre aujourd’hui en matière de langue. Dans tous les pays du monde, les gouvernements favorisent directement ou indirectement une langue – qu’elle soit officielle ou non – ou un nombre restreint de langues qui seront utilisées sur divers plans par les pouvoirs publics »5. Pourtant, la qualité institutionnelle attribuée à une langue ou à plusieurs langues par les gouvernements en commande les usages, en prédétermine les fonctions, en conforte les prescriptions. En relatant les variations de statuts du yiddish entre reconnaissance officielle et reconnaissance sociale, Joshua Fishman extrait la quintessence des difficultés et des obstacles que rencontre toute langue qui, au-delà de sa nature profondément sociétale et communicationnelle, subit des transformations radicales de son ordonnancement dans un cadre politique donné6. Il ne s’agit pas de retracer le passage d’une langue de l’oral à l’écrit, de saisir l’essence d’un parler ou de discerner la puissance de l’imprimer. L’un des enjeux spécifiques est de comprendre comment une langue acquiert ou perd, suivant les propositions juridiques et sociologiques qui en sont élaborées, la qualité de langue officielle, puis comment une langue considérée officielle, même de manière partielle, se trouve soudain bannie de la sphère publique, jusqu’à être interdite dans la sphère privée.

  • 7   R. Reese, « Les manifestations linguistiques de l’oppression : l’expérience des Afro-Américains » (...)

7Inscrivant ses analyses dans ce cadre particulier de la qualification politique et juridique d’une langue, Fernand de Varennes illustre sa réflexion en rendant compte des distanciations entre la langue conçue comme instrument de politique publique et la langue comprise comme un moyen de communication. Admettant que le choix d’une langue officielle relève de l’État, il note cependant que l’exercice du pouvoir étatique ne devrait pas conduire à porter atteinte aux normes juridiques relatives au respect des droits de l’homme. Il s’interroge ainsi sur les différentes modalités par lesquelles les législations relatives au choix d’une ou de quelques langue(s) officielle(s) peuvent exclure, voire même dans certains cas extrêmes, criminaliser, l’utilisation d’une autre langue, minoritaire ou régionale. Néanmoins, les stratégies diffèrent lorsque les modalités de construction d’une langue s’attachent aux ressentiments persistants des déracinements imposés. Le discours juridique enferme la composition des pratiques linguistiques suivant des paramètres cartographiques qui peuvent conduire à exclure de l’analyse toutes les langues constituées par des formes de résistance active ou passive à l’aliénation – ce que nous enseigne l’expérience linguistique des Afro-Américains7.

  • 8   F. de Varennes, « Langues officielles versus droits linguistiques : l’un exclut-il l’autre ? ».
  • 9   V. toutefois, Cl. Hagège, L’enfant aux deux langues, Odile Jacob, 1996.
  • 10   Airil H. M. Adnan, « Perdre sa langue, perdre son identité, se perdre. Le cas des enfants Orang A (...)

8Le fait d’imposer l’usage d’une langue officielle unique suscite des divisions tant sociales que politiques. Le déploiement d’un tel dispositif pourrait aller jusqu’à dévaloriser toute communication réalisée dans les sphères privées ou familiales, en langue maternelle ou dialectale, au risque de briser le lien que les locuteurs de ces langues entretiennent avec leur culture propre8. La considération portée à la fonction communautaire, à l’espace privé ou à la sphère familiale, répond partiellement à une stratégie de fermeture d’une langue dans un contexte personnaliste, interne à une communauté ou propre au lignage ou à la parentèle. Ce resserrement, généralement imposé par les forces de domination octroyées à une langue dite nationale ou officielle, peut susciter un sentiment de perte d’identité culturelle9. Reposant sur les stratégies inhérentes aux mesures éducatives en Malaisie, l’argumentation de Airil Hamil Mohd Adnan vient conforter cette vision d’un espace linguistique comprimé par les jeux d’ouverture d’une langue au monde de l’échange mercantiliste. Dans le domaine de l’éducation, plus que celui des langues régionales ou minoritaires, le statut des langues autochtones semble subir les assauts d’un libéralisme mondialisé qui tend à défaire la culture de sa dynamique sociétale10. Dès lors qu’un système d’enseignement s’implique dans la mise en œuvre de bilans et de tests normalisés et standardisés, les enfants locuteurs des langues minoritaires ne peuvent que se trouver désavantagés par rapport à ceux qui pratiquent la langue nationale, officielle ou majoritaire. Les configurations des mesures du savoir et de la connaissance épousent les formes de la langue dominante, puisqu’elle est la langue qui participe au développement économique du pays et à la réalisation des échanges commerciaux. Aussi commun qu’en soit le constat – la position hégémonique de la langue actuelle du marché, l’anglais, n’étant pourtant pas là en cause – pour toute politique d’éducation, la situation que connaissent les locuteurs de ces langues autochtones ou indigènes doit pouvoir être appréhendée suivant deux temps dissociés : celui des enseignants, celui des enseignés.

  • 11   P. Dasgupta, « La politique linguistique et les langues indiennes moins répandues ».

9Cet alignement pourrait reconstituer une des bases du modèle de la domination que Probal Dasgupta relève pour ce qui concerne les structurations sociales et linguistiques en Inde à propos des langues dites « moins répandues »11. En présentant les stratégies socio-économiques qui animent l’apprentissage des langues dominantes en Inde, Probal Dasgupta, par ailleurs président de l’Association mondiale d’espéranto, propose de reconstruire les relations linguistiques en inversant les processus étatiques. Dépasser la fonction traditionnelle du soutien à la langue locale qui fige les postures devient essentiel afin de redonner à chacun des groupes de locuteurs de ces langues « moins répandues » les moyens d’une solidarité linguistique communautaire interlocale, jusqu’à évoquer la lingua franca, l’espéranto donc, comme facteur décisif dans la défense des droits de toutes les langues moins répandues.

10– Résister au pouvoir d’imprégnation de la langue majoritaire et préserver les tournures de la langue minoritaire deviendraient une obligation morale, une exigence sociale et culturelle. Mais, même si les mots sont des armes, la revendication linguistique demeure de conséquence mesurée. De fait, le spectre de la sécession qui hante parfois les États modernes, notamment lors des reconstructions politiques dérivées du démantèlement de régimes autoritaires, ne se réalise pas à partir de la langue précédemment marginalisée, méprisée, opprimée, minorée.

  • 12 V. par ex. J.-B. Harguindéguy, A. Cole, « La politique linguistique de la France à l’épreuve des re (...)

11Si les politiques linguistiques nationales se confrontent aux revendications régionales, dites parfois « ethnoterritoriales »12, elles peuvent les assurer d’une reconnaissance dont les implications restent mitigées ; en effet, elles n’en sont pas moins arc-boutées sur le projet d’une unité sociale, d’une uniformisation de la langue politique, d’une normalisation de la langue administrative. La force d’une langue officielle, voire de plusieurs, réside ainsi dans le lien qu’elle tisse entre les institutions de pouvoir, dans les liaisons qu’elle suppose entre ces institutions et les citoyens de l’État concerné, appuyant la pression de la loi et articulant le poids du droit.

  • 13   J.  Fishman, art. cit.
  • 14 M. Hornsby & T. Wicherkiewicz, « Être ou ne pas être (une minorité) ? Le kachoube en Pologne », (t (...)
  • 15 P. Dasgupta, art. cit.
  • 16 Airil H. M. Adnan, art. cit.
  • 17 M. Yataco, « Las políticas de estado y la exclusión de las lenguas indígenas en el Perú ». Le text (...)

12Néanmoins, les différenciations entre les espaces de locution n’obéissent pas aux mêmes trajectoires. Les quelques arguments qui ressortissent de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires de 1992 ne sont alors guère pertinents pour se saisir des politiques linguistiques mises en œuvre dans d’autres régions du monde. Certes, les définitions que cette Charte utilise peuvent servir d’appui aux normes juridiques comme aux analyses socio-juridiques, mais elles paraissent parfois décalées par rapport aux structurations sociales d’autres États, sous d’autres régimes politiques, avec d’autres espaces linguistiques comme, entre autres, la Russie13, la Pologne14, l’Inde15, la Malaisie16, le Pérou17.

13Ainsi par exemple, le terme de « langues régionales » qui concerne les langues «  pratiquées traditionnellement sur un territoire d’un État par les ressortissants de cet État qui constituent un groupe numériquement inférieur au reste de la population de l’État », suscite quelques réserves dans la mesure où la notion de région ne s’entend pas toujours suivant les divisions politiques ou administratives d’un État, qu’elle peut outrepasser des frontières, voire même se développer par delà les mers.

  • 18 V.  P. Virilio, Vitesse et politique. Essai de dromologie, Galilée, coll. « La philosophie en effe (...)
  • 19 V. dans Droit et cultures n°54, 2007-2, dossier coordonné par Daphné Romy-Masliah, « L’anglais et (...)

14En tant qu’une langue s’inscrit dans un univers communicationnel contrefait par la domination et la vitesse18, les implications de la globalisation des échanges invitent au développement d’autres modèles répondant à des intérêts généraux, rejetant l’intercession d’intérêts particuliers et excluant toute prise en considération des sentiments individuels ou collectifs. La critique de la mondialisation se réalisant plus sûrement sur le plan culturel que sur le plan économique, toute langue autre que l’anglais en devient alors progressivement le pivot19.

  • 20 P. Dasgupta, art. cit.
  • 21 R. Reese, art. cit.

15Sans s’inscrire directement dans le modèle de la critique des discours économiques retenus par Probal Dasgupta en Inde20, c’est en faisant part des formes linguistiques de la rébellion des Noirs aux États-Unis que Renford Reese décrit les processus qui ont formé et forment encore la/les langue/s afro-américaine/s et les cultures, musicales surtout, qui les transportent. Remontant aux racines esclavagistes, il présente les différents modes d’expression forgés par les Africains-Américains comme un instrument de lutte contre l’hégémonie culturelle des États-Unis21. D’une certaine manière, il confirme combien est prégnante l’option de la résistance communicationnelle née de la défiance permanente face aux difficultés d’intégration sociale.

  • 22 J. Fishman, art. cit.
  • 23   V. entre autres, J.-M. Eloy, « ‘Aménagement’ ou ‘politique’ linguistique ? », Mots, 1997, n°52, p (...)
  • 24 V. par ex. S. Glanert, De la traductibilité du droit, Dalloz, coll. « A droit ouvert », 2011.

16– Moteur d’une unité sociale plus que politique, la langue se présente, souvent, sous le label national ou officiel, désignation qui reflète moins le choix des populations qu’une volonté politique institutionnelle, gouvernementale22. Cette qualification revêt une fonction anastomotique qui répond à un principe de territorialité pourtant toujours incertain et marqué par l’histoire de la colonisation comme par les mouvements de migration. Un concept de spatialité s’avèrerait alors plus pertinent pour retraduire les tensions qu’une telle dénomination pourrait susciter dans un État donné. La notion d’aménagement linguistique le recouvre, contraignant les populations à s’adapter aux transmutations générées par la mondialisation23 et obligeant un remaniement des clefs pour la traduction des textes juridiques, notamment dans les espaces multilingues24.

  • 25 H. Boyer, « Les politiques linguistiques », Mots, n°94, nov. 2010, p. 68.

17Puisque, classiquement, une politique linguistique concerne nécessairement « les fonctionnements socioculturels de telle langue, son statut, son territoire, face aux fonctionnements socioculturels, au(x) statut(s), au(x) territoire(s) d’une autre/d’autres langue(s) également en usage dans la même communauté, avec des cas de figures variables (complémentarité, concurrence, domination, etc.) »25, elle dispose également des modes de déplacement et des formes d’installation des locuteurs de ces langues. A ce titre, la dissociation entre langue officielle et langue nationale peut être reconstituée autour des phénomènes sociaux et juridiques, émancipant la sociolinguistique en l’assurant d’un champ d’investigation hors normes.

  • 26 J. Fishman, art. cit.
  • 27   F. de Varennes, art. cit.

18Qualifiée d’officielle, la langue s’entend pour propager la voix de l’État, pour diffuser le discours des gouvernants, pour asseoir la parole du droit. Elle dispose l’autorité institutionnelle, elle l’assure d’une force directionnelle en tant qu’elle est la voie par laquelle sont déterminées les politiques publiques, les actions administratives, les modélisations pénales. Dite nationale, la langue se referme sur des locuteurs unis par un lien d’allégeance à un État, une nation, une patrie. Comme le signifie Joshua Fishman, elle permet une délimitation d’un espace, elle trace une frontière invisible certes, mais que certains auteurs désigneraient sous une forme sociétale ou ethnique, se départant ainsi des inflexions gouvernementales politiques ou juridiques26. Toutefois, par delà les remarques exposées par Fernand de Varennes27, une langue peut être qualifiée de nationale ou officielle sans nécessairement exclure du terrain sociétal d’autres parlers, langues régionales ou langues minoritaires, dialectes ou jargons, et, plus sûrement, sans porter atteinte au droit au respect de la vie privée.

  • 28   M. Yataco, art. cit.

19Ces positionnements permettent de percevoir les formes par lesquelles sont déterminées les qualités régionales ou minoritaires, ou les propriétés indigènes ou autochtones28, des différentes langues en usage dans un espace donné. Suivant cette orientation, la fonction productive du territoire, évoquée dans le cadre d’un État, reprend de la vigueur. Sont alors pris en considération l’antériorité de l’implantation des populations concernées ainsi que les mécanismes d’installation et d’ancrage localisés des populations locutrices d’une de ces langues au sein de cet État. Quelquefois, l’interférence des législations peut susciter des agencements particuliers qui détachent la langue régionale ou autochtone de l’espace territorial sur lequel elle s’est instituée ou, au contraire, qui rattachent une langue minoritaire à un espace territorial dans lequel elle ne dispose pas de racines spécifiques.

  • 29 M. Hornsby & T. Wicherkiewicz, art. cit.

20Ainsi, Michael Hornsby et Tomasz Wicherkiewicz s’interrogent sur la différenciation entre langue régionale et langue minoritaire29 ; cette distanciation se reflète, en Pologne, dans le traitement juridique que l’une ou l’autre connaît. En quelques détours, confirmant les appréciations précédentes, Michael Hornsby et Tomasz Wicherkiewicz dévoilent ainsi, implicitement peut-être, quelle est l’influence des qualifications juridiques sur le statut des langues plus ou moins reconnues dans un espace étatique donné. Certes, ces perceptions ne rendent pas directement compte de la situation des locuteurs au sein d’une société donnée ; pourtant, qu’ils soient monolingues, bilingues ou multilingues, ce sont ces locuteurs qui font vivre une langue.

  • 30   A. Eftimie & O. Macovei, « Protection des locuteurs et protection des langues minoritaires ou rég (...)

21Pour leur part, Alexandra Eftimie et Oana Macovei s’attachent surtout aux textes juridiques intervenus en la matière en Roumanie.  Alexandra Eftimie et Oana Macovei retiennent alors les schémas d’une appartenance à une minorité linguistique afin de retracer les compositions normatives des rapports entre langue nationale et langue minoritaire30. Cependant, les dissociations opérées entre langues véhiculaires et langues vernaculaires, entre langues officielles et langues parlées, entre langues nationales et langues minoritaires, etc., ne permettent pas de se saisir directement des particularités sociales. Les textes juridiques qui y sont associés assèchent leurs modes de perception : les normes relatives à la protection des langues autres que nationales ou officielles surpassent les normes relatives à la protection des droits des locuteurs de ces langues.

  • 31   Airil H. M. Adnan, art. cit.
  • 32   P. Dasgupta, art. cit.

22Comme le fait Airil Haimi Mohd Adnan31, mais en ne s’attachant pas exclusivement aux méthodes d’enseignement en vigueur en Inde, c’est à ces derniers que s’intéresse Probal Dasgupta quand il relève la tension entre langues régionales et langues minoritaires. Ces deux groupes de langues doivent être dissociés. Les langues minoritaires sont saisies sous le label de langues autochtones et classifiées comme « langues  moins répandues » en Inde32 notamment. Elles affrontent deux circuits de domination linguistique : les langues régionales et les langues nationales. Les langues que l’on pourrait penser « régionales » et qui subissent la domination d’un hindi ou d’un anglais, sont elles-mêmes hégémoniques au niveau provincial ; dès lors, les langues autochtones que parlent les peuples indigènes se trouvent marginalisées. Ses analyses permettent de repérer le lien indéfectible entre politiques linguistiques et discours économiques, signifiant ainsi combien les stratégies étatiques inscrivent leurs actions entre approches compassionnelles, destinées à pacifier les relations sociales, et considérations compétitives, dans un ordre économique mondialisé. Les langues régionales, minoritaires ou autochtones sont alors appréhendées en termes de biens et de besoins et les mesures politiques et juridiques qui les concernent obéissent à une échelle quantitative d’entrée dans la postmodernité.

  • 33   M. Yataco, art. cit.

23S’inscrivant sur ce terrain des langues indigènes, Myriam Yataco, de son côté, délivre des informations substantielles sur les modalités d’appréhension juridique des langues indigènes dans un État qui, à l’occasion d’une récente restructuration politique et sociale nuancée, s’est doté d’une nouvelle constitution afin d’intégrer, d’une façon mesurée certes, les populations autochtones33. Cependant, la perspective du développement économique est de tonalité permanente dans un espace mondialisé ; elle grève les modalités juridiques de reconnaissance pratique de ces langues. La visibilité qui peut leur être accordée est ainsi essentiellement resserrée autour de la spécificité des populations concernées sans tenir compte des périmètres géographiques qui, pourtant, devraient être au cœur des analyses sociales et politiques. En quelque sorte, confirmant les analyses menées par les linguistes tels que Claude Hagège ou Jean Calvet, ces approches insérées dans l’espace d’un droit aux accents économiques prononcés, rendent compte du fait que les problématiques de la reconnaissance des langues ne rejoignent qu’imparfaitement celles de la reconnaissance des peuples.

  • 34   L.-J. Rousseau, « Terminologie et aménagement des langues », Langages, 2005/1 n°157, p. 94.

24– Cette conception d’une langue engoncée dans les espaces économiques est soutenue par le concept d’aménagement linguistique. Car ce concept « a été élaboré dans le contexte plus grand du développement global et plus particulièrement dans la perspective de la prise en considération du caractère culturel et linguistique du développement. Ce caractère culturel du développement tient au rôle que jouent les langues dans un ensemble d’activités qui ont en commun leur utilisation comme outil d’appréhension et de dénomination du réel, comme outil d’élaboration et de transfert des connaissances, comme outil de communication, comme média de coopération technique et économique et comme vecteur de plus-value dans une économie de la connaissance, et, de manière plus générale,dans le développement social et économique des communautés linguistiques »34.

25Ainsi, quel que soit le modèle retenu, de l’unilinguisme d’État associé ou non à un multilinguisme social jusqu’au multilinguisme officiel reconnaissant ou non l’usage d’autres langues vernaculaires, évoquer un « droit de la langue » ne retrace guère les formes de compréhension intermutuelles indispensables à la cohésion sociale, ni à la constitution d’un monde global. Le schéma de l’intercommunication apparaît alors plus pertinent pour rendre compte des variations qu’un droit de la langue peut introduire au sein d’une société donnée. Dans ce cadre, un droit de la langue peut autant signifier l’existence de formes grammaticales imposées, sous la forme d’une normalisation sociolinguistique officielle, comme ce fut le cas du catalan en Espagne, ou un ensemble de prescriptions orthographiques et de fonctionnements lexicaux ou phonétiques, comme les pays lusophones l’ont mis en œuvre ces dernières années, que révéler une préoccupation politique quant à l’usage d’une ou de plusieurs langues tant dans les circuits administratifs que dans les espaces commerciaux.

26Dès lors, il semblerait bien que pour composer les moyens de s’entendre sur la langue, doivent être mis en regard d’une part, tant les caractéristiques de la langue du droit que celles de la langue de droit, de droit personnel (privé ou familial) ou de droit collectif (national, régional ou minoritaire) et d’autre part, tant les fonctions sociales d’une langue par rapport à son statut de droit que les fonctions politiques de cette langue par rapport à sa qualité sociétale. Ce que propose, un tant soit peu, ce dossier...

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu (P.), Ce que parler veut dire, Paris, Fayard, 1982.

Calvet (L.-J.), La guerre des langues et les politiques linguistiques, Paris, Payot, 1987.

Calvet (L.-J.), Le marché aux langues, Paris, Plon, 2002.

Clairis (C.) (éd.), Variétés et enjeux du plurilinguisme, Paris, L’Harmattan, 2010.

Derrida (J.), Le monolinguisme de l’autre, Paris, Galilée, 1996.

Fishman (J. A.), Reversing Language Shift. Theorical and Empirical Foundations of Assistance to Threatened Languages, Cleveland-Philadelphia-Adelaïde, Multilingual Matters, 1991.

Guillorel (H.) et Koubi (G.) (éd.), Langues et droit, Bruxelles, Bruylant, 1999.

Kymlicka(W.), Multicultural Citizenship, Oxford, Clarendon Press, 1995.

Labov (W.), Sociolinguistique, Paris, Minuit, 1976.

Lacorne (D.) et Judt (T.) (éd.), La politique de Babel. Du monolinguisme d’État au plurilinguisme des peuples, Karthala, 2002.

Ly (N.) (éd.), Plurilinguismes et multiculturalismes, PU Bordeaux, 2009.

Ninyoles (R. L.), Estructura social y política lingüística, Valencia, Fernando Torres, 1975.

Romy-Masliah(D.), L’Anglais et les Cultures : Analyse Sociolinguistique des Situations Plurilingues et Multiculturelles au Canada, en Australie et aux Etats-Unis, Lille, Presses Universitaires du Septentrion, 2000.

Vallverdú (F.), «  Sobre el capgirament de la substitució lingüística. Un suggestiu estudi de Joshua A. Fishman » Treballs de sociolingüística catalana, n°11, 1993, p. 17-18.

Viaut (A.) (éd.), Variables territoriales et promotion des langues minoritaires, Bordeaux, MSH d’Aquitaine, 2007.

Woehrling(J.-M.), La Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Un commentaire analytique, Strasbourg, Conseil de l’Europe, 2005.

Haut de page

Notes

1   W. von Humboldt, Sur le caractère national des langues, (trad. D. Thouard), Seuil, coll. « Points essais », 2000.

2   J.-C. Beacco et K. Cherkaoui Messin, «  Les politiques linguistiques européennes et la gestion de la diversité des langues en France », Langue française, 2010/3, n°167, p. 95.

3 J. Maclure, « Promotion de la langue et respect de la diversité : une antinomie ? », Conseil sup. de la langue française Langue française et diversité linguistique, De Boeck Université, coll. « Champs linguistiques », 2006, p. 101.

4   NB : Lorsque les articles composant le présent dossier sont mentionnés dans les notes de bas de page de cette introduction, ils sont signalés en caractères gras.

5   F. de Varennes, « Le rôle du droit international en matière d’aménagement linguistique : la fin de l’époque de la souveraineté nationale ? », Télescope, vol. 16, n°3, 2010, p. 39-54.

6   J. Fishman, « États du yiddish : les différents types de reconnaissance gouvernementale ou non gouvernementale » (trad. Daphné Romy-Masliah). Le texte de Joshua Fishman est également présenté dans sa version originelle en anglais : « Varieties of governmental and non-governmental recognitions of Yiddish».

7   R. Reese, « Les manifestations linguistiques de l’oppression : l’expérience des Afro-Américains » (trad. Daphné Romy-Masliah).

8   F. de Varennes, « Langues officielles versus droits linguistiques : l’un exclut-il l’autre ? ».

9   V. toutefois, Cl. Hagège, L’enfant aux deux langues, Odile Jacob, 1996.

10   Airil H. M. Adnan, « Perdre sa langue, perdre son identité, se perdre. Le cas des enfants Orang Asli (aborigènes) de Malaisie » (trad. Daphné Romy-Masliah).

11   P. Dasgupta, « La politique linguistique et les langues indiennes moins répandues ».

12 V. par ex. J.-B. Harguindéguy, A. Cole, « La politique linguistique de la France à l’épreuve des revendications ethnoterritoriales », RFSP 2009/5, p. 939-966.

13   J.  Fishman, art. cit.

14 M. Hornsby & T. Wicherkiewicz, « Être ou ne pas être (une minorité) ? Le kachoube en Pologne », (trad. Daphné Romy-Masliah).

15 P. Dasgupta, art. cit.

16 Airil H. M. Adnan, art. cit.

17 M. Yataco, « Las políticas de estado y la exclusión de las lenguas indígenas en el Perú ». Le texte de Myryam Yataco est présenté dans sa langue originelle, en espagnol. La revue Droit et Cultures voudrait éviter, dans ce dossier, que l’anglais soit la seule et unique langue étrangère proposée à la lecture.

18 V.  P. Virilio, Vitesse et politique. Essai de dromologie, Galilée, coll. « La philosophie en effet », 1977.

19 V. dans Droit et cultures n°54, 2007-2, dossier coordonné par Daphné Romy-Masliah, « L’anglais et les cultures : carrefour ou frontières ? ».

20 P. Dasgupta, art. cit.

21 R. Reese, art. cit.

22 J. Fishman, art. cit.

23   V. entre autres, J.-M. Eloy, « ‘Aménagement’ ou ‘politique’ linguistique ? », Mots, 1997, n°52, p. 7-22 ; L.-J. Rousseau, « Terminologie et aménagement des langues », Langages, 2005, vol. 37, n°157, p. 93-102 ; R. E. Hamel, « L’aménagement linguistique et la globalisation des langues du monde », Télescope, vol. 16, n°3, 2010, p. 1-21.

24 V. par ex. S. Glanert, De la traductibilité du droit, Dalloz, coll. « A droit ouvert », 2011.

25 H. Boyer, « Les politiques linguistiques », Mots, n°94, nov. 2010, p. 68.

26 J. Fishman, art. cit.

27   F. de Varennes, art. cit.

28   M. Yataco, art. cit.

29 M. Hornsby & T. Wicherkiewicz, art. cit.

30   A. Eftimie & O. Macovei, « Protection des locuteurs et protection des langues minoritaires ou régionales en Roumanie ».

31   Airil H. M. Adnan, art. cit.

32   P. Dasgupta, art. cit.

33   M. Yataco, art. cit.

34   L.-J. Rousseau, « Terminologie et aménagement des langues », Langages, 2005/1 n°157, p. 94.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Koubi et Daphné Romy-Masliah, « S’entendre sur la langue », Droit et cultures, 63 | 2012, 11-21.

Référence électronique

Geneviève Koubi et Daphné Romy-Masliah, « S’entendre sur la langue », Droit et cultures [En ligne], 63 | 2012-1, mis en ligne le 16 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2825

Haut de page

Auteurs

Geneviève Koubi

Geneviève Koubi est professeur agrégé de droit public. Ses champs de recherches sont diversifiés entre anthropologie du droit et science du texte. Ses principales publications concernent le droit administratif et la science administrative. Elle est auteur, avec le professeur Gilles Guglielmi, du Droit du service public (Montchrestien, 3e éd., 2011).

Articles du même auteur

Daphné Romy-Masliah

Daphné L. Romy-Masliah, docteur ès Lettres de l’Université Paris IV-Sorbonne, a enseigné en France (IUT de Villetaneuse), au Canada (McMaster University), en Suisse (Université de Genève) et en Algérie (Université de Sidi Bel-Abbès). Elle est professeur invitée à l’Université de Sidi Bel-Abbès depuis 2003 et enseigne l’anglais à Genève. Son domaine de recherche a trait à la relation entre la langue anglo-américaine, le plurilinguisme et le multiculturalisme. Elle est l’auteur de plusieurs articles ainsi que de l’ouvrage L'Anglais et les Cultures : Analyse Sociolinguistique des Situations Plurilingues et Multiculturelles au Canada, en Australie et aux Etats-Unis. Lille, Presses Universitaires du Septentrion (2000) et elle a collaboré à plusieurs ouvrages sur la question de la langue et du droit depuis 1986. Elle a dirigé avec Larissa Aronin le numéro 54 de Droit et Cultures (2007/2). Elle a créé et anime outre son blog Cosmopolitanism.wordpress.com, un groupe de plus de 600 sociolinguistes sur Facebook, permettant ainsi d’identifier de nouvelles problématiques avec des chercheurs du monde entier.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org