Navigation – Plan du site
Onomastique, droit et politique

Onomastique et statut des immigrés syro-palestiniens dans l’Égypte du Moyen Empire1

Onomastics and the Status of Syro-Palestinian Immigrants in Middle Kingdom Egypt
Bernadette Menu
p. 51-68

Résumés

Pays d’immigration depuis la préhistoire, l’Égypte a accueilli de nombreux groupes ethniques venus des contrées voisines. Nubiens, Libyens et ressortissants d’une vaste aire proche-orientale ont largement contribué à augmenter la population de l’Égypte à l’intérieur de ses frontières. C’est à la question du changement de nom des immigrés syro-palestiniens et de sa signification que seront consacrés quelques développements, en insistant sur un document particulièrement révélateur datant du XVIIIe siècle avant notre ère.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Le présent article constitue le troisième volet d’un triptyque sur l’immigration syro-palestinien (...)
  • 2   Voir : B. Menu, « La mise en place des structures étatiques dans l’Égypte du IVe millénaire », BI (...)

1La vallée du Nil a très tôt attiré, en raison de sa fertilité et de la navigabilité du fleuve, des populations voisines se mêlant au peuplement nilotique autochtone. Durant la période appelée « époque prédynastique » qui a précédé la formation de l’État sous le règne de Nârmer2, la libre circulation sur cette voie primordiale que constitue le Nil mais aussi sur les routes terrestres parallèles et perpendiculaires à la vallée a permis la constitution d’un véritable creuset de civilisations.

  • 3   Les fouilles dans ces régions marquent un retard par rapport à celles qui ont été effectuées dès (...)

2Les documents archéologiques que nous a légués le IVe millénaire prédynastique attestent l’intensité des échanges commerciaux qui se multipliaient à cette époque entre l’Égypte, la Nubie et le couloir syro-palestinien mais aussi certainement avec la Libye, la péninsule arabique et la corne de l’Afrique3.

  • 4   Au cours de l’histoire des pharaons ces limites furent franchies à plusieurs reprises, permettant (...)

3Sous Nârmer, aux alentours de 3150 avant notre ère, les frontières du royaume sont établies de la première cataracte du Nil (île d’Éléphantine) au rivage méditerranéen et, d’est en ouest, de la chaîne « arabique » qui borde la mer Rouge jusqu’aux plateaux libyens4. Les étrangers sont dès lors tenus en respect mais contribuent, sous le contrôle royal, à augmenter la population, à diversifier et à intensifier les activités économiques.

Nubiens et Asiatiques

4Durant l’Ancien Empire (ca. 2700-ca. 2200), au cours duquel les institutions publiques se sont développées, l’Égypte a jeté les bases de sa politique à l’égard de ses voisins. Dès la IIe dynastie (ca. 2900-ca. 2700), d’importants ouvrages administratifs et fortifiés dont des ruines subsistent dans l’île d’Éléphantine, aux portes de la Nubie, démontrent l’attention que portaient les premiers pharaons aux contrées méridionales, réservoirs de richesses : objets de prestige et produits exotiques tels que l’ivoire ou les peaux de panthères, très appréciés dans l’aristocratie administrative et religieuse, mais surtout l’or, le bétail et les prisonniers. L’empire pharaonique allait exploiter la Nubie sur un mode quasi colonial, tandis qu’au nord-est et à l’ouest c’est un système tributaire moins étroit qui se met en place avec, au cas par cas, des relations plus ou moins proches du protectorat.

  • 5   Les Âamou – appellation que l’on traduit habituellement par « Asiatiques » – désignent à la fois (...)

5Autant les Nubiens ont été très tôt assimilés pour être principalement recrutés dans les services étatiques de la défense (armée, police, patrouilles frontalières) ou installés sur les domaines agricoles royaux, autant les « Asiatiques » (Âamou)5 furent souvent considérés comme des éléments turbulents dont les mouvements méritaient d’être surveillés et encadrés.

  • 6 G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie. Textes hiératiques sur des figurines d’envoûtement (...)
  • 7 Ibidem, p. 12.
  • 8 Voir des exemples dans : B. Menu, « La légitimation de la guerre dans l’idéologie pharaonique », D (...)
  • 9 Symbolique.
  • 10   Représentant le pharaon.
  • 11   Avant-propos de J. Capart, dans : G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie, op. cit. à la n (...)

6Le regard différent porté par les pharaons sur les Nubiens et sur les « Asiatiques » apparaît clairement à travers une catégorie très originale de sources : les textes « d’exécration » qui sont bien attestés sous la XIIe dynastie (ca. 1990-ca. 1785), apogée du Moyen Empire (ca. 2100-ca. 1725). Ces « listes de proscription » sont inscrites d’abord sur des tessons de poteries, puis sur des statuettes et des figurines grossières d’une trentaine de centimètres, en terre crue, qui représentent des prisonniers. Celles qui sont conservées aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles proviennent de Saqqara, la nécropole de Memphis, l’antique capitale de l’Égypte6. Leurs inscriptions « se divisent en trois séries se rapportant aux étrangers, aux Égyptiens et aux éléments dangereux en général »7. La première série est de loin la plus développée et présente un grand intérêt en raison des nombreux renseignements qu’elle contient à propos des toponymes et des anthroponymes de Nubie et d’Asie. Ces objets sont utilisés dans des rites royaux magiques destinés à repousser symboliquement les attaques, la trahison et la révolte. Ils s’apparentent clairement à la scène, très présente dans l’iconographie idéologique, du pharaon terrassant l’ennemi, depuis l’époque prédynastique jusqu’à la domination romaine8. Jean Capart ajoutait, à propos de nos figurines d’envoûtement : « Les bas-reliefs religieux ont conservé, en dehors des grands tableaux d’immolation9 plusieurs images dans lesquelles apparaissent les ennemis vaincus. On peut les voir parfois sous la forme étrange de captifs retenus par les mailles du filet que manœuvre le roi assisté par les dieux. […] Parfois l’homme, étroitement lié, bras et jambes ramassés de force derrière le dos, se trouve parmi les offrandes de toute espèce empilées sur les autels. […] Un des murs de la bibliothèque du temple d’Edfou porte l’image du prêtre ritualiste en chef10 perçant d’un seul coup, “comme à la brochette”, neuf ennemis liés et troussés qui représentent les Neuf Arcs, c’est-à-dire tous les étrangers hostiles »11.

Fig. 1 : Bas relief dans la bibliothèque du temple d’Edfou (G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie, fig. I, p. 7).

  • 12   S. Sauneron, dans : G. Posener, S. Sauneron, J. Yoyotte, Dictionnaire de la civilisation égyptien (...)

7Les figurines en terre crue portant des textes d’exécration étaient probablement frappées, piétinées, brûlées, ou bien enterrées, enfouies12, ce qui nous a permis d’en retrouver un certain nombre.

  • 13   Ceux-ci sont des tributaires traditionnels, dès la Dynastie 0. Voir : la « palette des villes » o (...)
  • 14 G. Posener, Princes et pays..., p. 23.

8Examinons les inscriptions d’un peu plus près. Concernant les étrangers, les sections relatives aux Nubiens et aux Asiatiques sont beaucoup plus étendues que celle ayant pour objet les Libyens13. Les deux premières comportent quatre paragraphes : princes, pays, alliés, formule de rébellion14. La comparaison entre les textes les plus anciens, écrits sur les fragments de vases conservés au Musée de Berlin, et ceux des figurines en terre crue montre qu’il est tenu compte autant que faire se peut de l’évolution politique des pays partenaires.

  • 15   Ibid., p. 43.

9Une différence fondamentale est relevée par G. Posener15 entre la Nubie et la Syrie-Palestine, la première se signalant par la stabilité des toponymes et des noms de princes et de chefs, tandis que pour la seconde on observe un morcellement territorial progressif et une multiplication de princes ne permettant pas de proposer des généalogies.

  • 16 Ibid., p. 50-51.

10La section nubienne comporte cinq princes et trente et un « pays », des toponymes plutôt, entre lesquels « tous les Nubiens » (Néhésou nébou) sont répartis. Pour les princes nubiens la double filiation est indiquée, ce qui n’est pas le cas pour les princes asiatiques (infra). La mère du prince de Kouch porte un nom égyptien, Téti. Quant au cinquième et dernier prince, il est désigné seulement par son surnom égyptien : « Le prince de Oubat-Sépet (appelé) Itjaou/Tjaÿ », sobriquet qui signifie probablement « Le voleur », « Le pillard »16.

11La section asiatique est beaucoup plus complexe. Soixante-cinq princes sont désignés simplement par leur nom précédé d’un toponyme, par exemple : « Le prince de Méki, Shamash ». Le répertoire géographique est plus développé car on y trouve des toponymes qui n’ont pas pris place dans la liste des princes. L’énumération se termine par des groupes : « Les tribus (ouhyout) de Irkata », « Les chefs de Méki », « Les tribus de Byblos », « Tous les princes de Yanek ».

  • 17 P. Posener, Princes et pays…, p. 43.

12C’est ainsi que, dès la XIIe dynastie, « ce n’est pas sans doute l’effet du hasard si un prince nubien porte un surnom et la mère d’un autre un nom égyptiens, si les textes d’exécration sont à même de nommer les parents de plusieurs chefs africains et ignorent ceux des souverains asiatiques »17.

  • 18 Dont la capitale était Kerma.
  • 19   J. Vercoutter, Mirgissa I, Paris, 1970, p. 182.
  • 20   J. Vercoutter, Mirgissa III, Paris, 1976, p. 275-282.
  • 21 Sur la période hyksôs : C. Vandersleyen, L’Égypte et la vallée du Nil, t. 2, p. 163-178.

13Dès le règne de Sésostris Ier, grand souverain de la XIIe dynastie, les sites majeurs de la deuxième cataracte (Bouhen, Mirgissa, Semneh, Ouronarti), à la fois forteresses et lieux d’échanges, prennent une grande importance mais, à partir de la XIIIe dynastie et pendant la Deuxième période intermédiaire – période d’instabilité et d’invasion puis de domination de chefs palestiniens (les Hyksôs) – qui mit fin au Moyen Empire, « il est possiblequ’un État indépendant se soit créé spontanément, État qui n’avait aucune raison d’être hostile ni à l’égard de l’Égypte, puisqu’en grande partie composé d’Égyptiens, ni à l’égard des Soudanais vivant plus au sud, puisqu’il comportait sans doute une majorité de Nubiens autochtones. Cette population aurait reconnu tantôt – ou peut-être simultanément – l’autorité des pharaons, tantôt celle des souverains du Royaume de Kouch18, au gré des circonstances »19. La grande quantité de scarabées hyksôs trouvés sur le site de Mirgissa20 montre en outre que les conquérants palestiniens des XVe-XVIe dynasties s’intéressaient eux aussi étroitement à la Nubie ; l’un de ces objets porte le nom du roi hyksôs Chéchi dont l’anthroponyme égyptien est Maât-ib-Rê. L’on notera que les rois hyksôs qui ont gouverné l’Égypte pendant environ 110 ans ont été considérés comme des souverains légitimes même si leur titulature protocolaire était incomplète21.

14Une intégration de longue date entre Égypte et Nubie s’oppose donc à une relation parfois conflictuelle, souvent profitable entre l’Égypte et les cités, les tribus ou les petits États de la Syrie-Palestine. De la Première à la Deuxième période intermédiaire les souverains égyptiens se sont ingéniés à canaliser le flot migratoire « asiatique » jusqu’à ce que les Hyksôs prennent le pouvoir vers 1725 pour plus d’un siècle et fondent leur capitale à Avaris, dans une région du Delta qui, par leurs incursions et installations successives, leur était familière.

  • 22   Cf. B. Menu, « La légitimation de la guerre dans l’idéologie pharaonique », dans Droit et Culture (...)
  • 23   S. Farag, « Une inscription memphite de la XIIe dynastie », Revue d’Egyptologie 32, 1980, p. 75-8 (...)
  • 24 Farag, loc. cit., p. 76.

15La pratique du commerce et des échanges diplomatiques, l’attirance spontanée des Asiatiques pour la fertile vallée du Nil, ses richesses et ses conditions de travail favorables, ne doivent pas nous cacher le fait que les Égyptiens utilisaient souvent la force pour obtenir ce qu’ils voulaient en Palestine, et ceci dès l’Ancien Empire ainsi qu’en témoigne, par exemple, le récit d’Ouni22. Une inscription du Moyen Empire, découverte en 1974 sous un colosse memphite de Ramsès II23, « montre l’intensité des relations extérieures de l’Égypte sous les règnes de Sésostris Ier et d’Amenemhat II, notamment avec les pays d’Asie »24. Telle qu’elle est conservée (40 colonnes de hiéroglyphes sur un bloc de 1m 88 x 2m 50, épais de 58 cm), cette inscription n’est qu’une partie d’un texte très long (les « Annales » d’Amenemhat II) qui énumère des quantités phénoménales de marchandises précieuses (or, argent, pierres fines, bois rares, armes en cuivre, huile, vin, etc.) destinées à des fondations, à des dotations et à des offrandes cultuelles pour des divinités, pour des rois défunts – notamment Sésostris Ier – et pour une statue d’Amenemhat II, le souverain régnant. Leur provenance en est le tribut des Nubiens et des Asiatiques mais aussi le butin ramené d’une expédition militaire dirigée par Amenemhat II au Sinaï et sur les côtes du Liban, au cours de laquelle 1554 Asiatiques furent faits prisonniers.

La pénétration des « Asiatiques » en Égypte 

  • 25   B. Midant-Reynes, Aux origines de l’Égypte. Du Néolithique à l’émergence de l’État, Paris, 2003, (...)

16Dès le Ve millénaire, l’Égypte était le point de départ d’échanges intenses avec le Sinaï et la Palestine25. À l’époque prédynastique les chefferies installées dans les contrées limitrophes, au nord-est du pays, étaient des partenaires économiques de premier plan puisque les transactions s’y effectuaient dans des emporia contrôlés par les Égyptiens dans le sud de la Palestine.

17La constitution de l’État centralisé par Nârmer et l’établissement de
la Ire dynastie marquent une pause avec la fixation des frontières et l’organisation interne du pays, ce qui entraîna forcément la naissance ou le renforcement d’inimitiés aux confins du territoire.

18Les rois thinites et memphites confirment leur dominium sur les contrées voisines et entreprennent la normalisation de leurs liens respectifs, tels qu’ils viennent d’être brièvement évoqués au paragraphe précédent, avec la Nubie et avec la Syrie-Palestine.

  • 26 Première longue période de troubles tant internes qu’externes – dus principalement à l’affaiblisse (...)
  • 27 G. Lefebvre, Romans et contes égyptiens de l’époque pharaonique, Paris, 1976 ; W. K. Simpson, The (...)

19À partir de la Première période intermédiaire26, les incursions « asiatiques » deviennent préoccupantes et sont violemment fustigées dans les textes littéraires qui fleurirent au début du Moyen Empire lors de la restauration du régime pharaonique dans le but de légitimer le nouveau pouvoir. Voici quelques exemples27 : les Lamentations d’Ipouer dénoncent la perméabilité des frontières et l’invasion du Delta par des Asiatiques, si bien que les paysans labourent à l’abri d’un bouclier ; les Instructions pour Mérikarê font état de violentes représailles à leur égard ; la Prophétie de Néferty prédit le malheur et l’anarchie causés par les Asiatiques répandus à travers le pays et annonce la riposte organisée par Amény, le futur Amenemhat Ier, qui fera construire des fortifications à la frontière : les « Murs du Prince » que mentionne également le Roman de Sinouhé ; ce noble dans sa fuite les franchit de nuit et se rend en Palestine où il est accueilli par le cheikh Amounenshi. Ce dernier exemple montre l’ambiguïté de l’attitude égyptienne à l’égard des Asiatiques pendant les XIIe et XIIIe dynasties : craint lorsqu’il excède ses droits immémoriaux à faire paître ses troupeaux dans le Delta (Prophétie de Néferty ; Roman de Sinouhé) et qu’il devient un prédateur sur le territoire égyptien, l’Asiatique est considéré chez lui comme un partenaire secourable et généreux.  

  • 28   B. Menu, « Le contrôle des passages à la frontière égypto-palestinienne… », article cité supra à (...)

20Un pouvoir fort étant restauré en Égypte par la XIIe dynastie, les souverains entreprirent une politique de contrôle et d’enregistrement aux frontières de l’immigration asiatique dont nous possédons des témoignages28. Les nomarques des provinces les plus orientales de l’Égypte entretenaient des relations commerciales avec des groupes de Bédouins ainsi que l’atteste une scène de la tombe de Khnoumhotep II à Béni Hassan (fig. 2). Sous la conduite de leur cheikh nommé Ibsha, ces « Asiatiques » sont envoyés en mission pour ramener de la galène du Gebel Zeit.

Fig. 2 : La venue des Asiatiques ; tombe du nomarque Khnoumhotep II à Beni Hassan (P. E. Newberry, Beni Hasan I, Londres, 1893, pl. XXXI).

21Au-delà de l’idéologie qui se manifeste dans l’iconographie, dans la littérature et dans la magie, l’Égypte a eu avec ses voisins « asiatiques » des relations nourries dans les domaines politique, économique et social dont rendent compte les documents bureaucratiques des services administratifs ainsi que certaines stèles privées.

  • 29 Les Asiatiques étaient très certainement employés aux grands travaux d’aménagement du Fayoum – à p (...)
  • 30   Un papyrus provenant d’Illahun (U. Luft, Die Chronologische Fixierung des ägyptischen Mittleren R (...)
  • 31   U. Luft, « The Ancient Town of El-Lahun », dans : S. Quirke, éd., Lahun Studies, Reigate, 1998, p (...)

22Nombreux et compétents dans des secteurs bien spécialisés tels que la garde des troupeaux (à tel point que âam était devenu un mot générique signifiant aussi « berger », « pasteur »), la culture des fruits et de la vigne, le tissage, la construction29, l’intendance ou les services (y compris rituels30), les Âamou étaient les bienvenus dans les classes supérieures et moyennes de la société égyptienne sous le Moyen Empire et, au total, leur nombre était considérable31, au moins des embouchures du Nil à la pointe du Delta.

  • 32 F. Ll. Griffith, The Petrie Papyri. Hieratic Papyri from Kahun and Gurob, principally of the Middl (...)
  • 33 T. G. H. James, The Hekanakhte Papers and Other Early Middle Kingdom Documents, New York, 1962 ; J (...)
  • 34 Au décès du chef de famille, son héritier faisait de nouveau enregistrer, auprès des services admi (...)

23Les papyrus de Kahun et Illahun32, les papiers domestiques d’Héqanakhte33, laissent entrevoir les modes de fonctionnement de la société à l’époque du Moyen Empire. La principale caractéristique en est l’organisation en familles (comportant la parentèle et une domesticité parfois très nombreuse) regroupées sous l’autorité d’un chef de maison. Ces entités économico-familiales étaient recensées, enregistrées, taxées, et pouvaient faire l’objet de transferts entre chefs de maison par l’acte juridique solennel de l’imyt-per34.

  • 35 Griffith, 1898, et Quirke, Collier, 2004, op. cit, ci-dessus; voir aussi : K. A. Kóthay, « Houses (...)
  • 36   Et même pour tous dans certains cas si l’on se réfère à la liste du P. Brooklyn Museum, verso : B (...)
  • 37 P. Kahun, I, 2 (Griffith) = UC 32167 (Quirke, Collier). Il s’agit du transfert à titre onéreux (so (...)

24Héqanakhte est un chef de « maison » (per), domaine rural constitué de champs et de biens immobiliers dont il a la propriété utile et qu’il fait fructifier pour entretenir tant la fondation funéraire du vizir auquel il est attaché comme « serviteur du ka » que son propre entourage.Les habitants du per, les péryou, sont ses proches : sa mère, sa tante et leurs domestiques, ses enfants et leurs familles. Toutes ces personnes bénéficient de âqou, (littéralement : « provisions »), des quantités définies de céréales comptées en sacs ou transformées en pains qui sont des salaires mensuels. Quant aux listes-oupout énumérant les habitants d’une « maisonnée », telles qu’elles figurent dans les archives d’Illahoun35, elles comportent des domestiques parfois très nombreux dont l’origine asiatique fait peu de doute pour certains36, même si la plupart portent des noms égyptiens, ainsi qu’il en est pour les quatre servantes désignées comme « asiatiques » dont les services à venir font l’objet d’une transaction entre deux frères (P. Kahun I, 2)37.  

  • 38 Pour un survol de la question (Moyen Empire et Nouvel Empire), voir B. Kasparian, « Famille et cos (...)
  • 39 G. Posener, « Les Asiatiques en Égypte sous les XIIe et XIIIe dynasties (à propos d’un livre récen (...)
  • 40   K. A. Kitchen, « An Unusual Stela from Abydos », JEA 47, 1961, p. 10-18.

25Une bonne trentaine de stèles funéraires privées datées du Moyen Empire attestent l’importance du personnel asiatique dans les familles égyptiennes38 et ceci à tous les échelons de la société. On rencontre sur ces stèles beaucoup plus rarement des Nubiens ou des Libyens. Les Asiatiques y sont traités non comme des étrangers mais comme des membres à part entière de la maisonnée qui, outre la parentèle, comporte collègues et amis. Les gens de maison asiatiques sont énumérés sur les stèles privées juste après la famille et sont même parfois représentés mêlés aux parents ; ils portent des noms égyptiens et ni le type physique, ni la coiffure, ni l’habillement ne les distinguent des indigènes39. Sur une stèle de la XIIe ou de la XIIIe dynastie, publiée par K. A. Kitchen40, Aményséneb, un prêtre de rang moyen d’Osiris à Abydos, présente une offrande au dieu Oupouaout. Il est accompagné de sa mère, d’une demi-sœur, d’un demi-frère prêtre d’Onouris, de deux sœurs, d’une « maîtresse de maison » dont le lien de parenté n’est pas indiqué et de sa fille, du portier du temple et de sa femme. Au verso sont représentées des occupations agricoles. Le prêtre d’Onouris laboure, suivi de l’Asiatique Sobekiry (nom égyptien) qui sème les graines contenues dans un sac. Des scènes de préparation de la nourriture montrent une Asiatique portant un nom égyptien en train de moudre du grain avec un pilon dans un grand mortier pour deux autres serviteurs : un boulanger et un brasseur qui portent tous les deux un nom égyptien mais seul le brasseur est identifié comme Asiatique.

26Il n’est pas rare que des Asiatiques figurant sur les stèles privées occupent des postes de confiance et prennent part à l’accomplissement des rites funéraires.

  • 41   K. A. Kitchen, « Non-Egyptians recorded on Middle Kingdom Stelae in Rio de Janeiro », dans : S. Q (...)
  • 42 F. Smyth, « Égypte-Canaan : quel commerce ? », dans : N. Grimal, B. Menu (éds.) Le commerce en Égy (...)
  • 43 Pour une synthèse relative au P. Brooklyn Museum 35.1446 et à l’interprétation de ses différents t (...)

27Un groupe de stèles du Moyen Empire conservées au Musée de Rio de Janeiro41 enregistre plusieurs Asiatiques exerçant des professions artisanales et des responsabilités de « directeurs » dans ces domaines. Certains conservent leurs patronymes ouest-sémitiques et l’un d’eux porte le titre de « chef des fabricants de kherer pour la chambre à coucher de Pharaon » : il s’agit de l’importation d’une mode ou d’un savoir-faire particuliers portant sur la fabrication de tissus d’ameublement. C’est à cette même époque que le métier à tisser de basse lisse fut abandonné en Syrie-Palestine au profit du métier plus performant de haute lisse42, progrès technologique important qui entraîna la venue en Égypte de nombreuses tisserandes hautement qualifiées fabriquant des étoffes de luxe, ainsi qu’en témoigne le verso du P. Brooklyn Museum 35.144643.

La liste d’« Asiatiques » (Âamou) au verso du P. Brooklyn Museum 35.144644

  • 44   W. C. Hayes, A Papyrus of The Late Middle Kingdom In the Brooklyn Museum [Papyrus Brooklyn 35.144 (...)

Fig. 3 : Les quinze premières lignes de la grande liste du verso du P. Brooklyn Museum 35.1446 (W. C. Hayes, op. cit., pl. VIII, transcription hiéroglyphique).

  • 45 Intitulés par moi A’, B’, C’ pour les distinguer des textes A, B, C du recto (B. Menu, ENIM 5, cit (...)

28Le verso de cet important document comporte trois textes (A, B, C)45 et une liste de quatre-vingt-quinze personnes enregistrées en quatre colonnes, intitulées par Hayes : a, b, c, d (fig. 3). Seule la grande liste nous retiendra ici.

29Nous admettrons a priori qu’elle comporte exclusivement des Asiatiques, ainsi qu’il résulte de mes précédentes analyses (voir la n. 1 supra).

30La colonne a) de la liste énumère les titres et les noms parfois (rarement) complétés par la filiation ; la colonne b), les surnoms (ou l’absence de surnom) ; la colonne c), le métier ou la profession, et enfin la colonne d), la mention « homme », « femme » ou « enfant » (plus exactement : « garçonnet » ou « fillette »). Sur les quatre-vingt-quinze lignes soixante-douze sont presque complètes et une dizaine est en partie conservée.

31Sous la colonne a) on compte dans les lignes bien conservées 17 noms égyptiens qui sont précédés de la désignation hem nésou, « serviteur du roi » ou hémet, « servante », 6 noms égyptiens portés par des Asiatiques (âamou), 33 noms asiatiques tous précédés de la mention âam, « Asiatique » (âamet au féminin), enfin 12 enfants qui ont tous des noms égyptiens et sont cités à la suite de leurs mères respectives (« son fils », « sa fille ») ayant pour la plupart des noms asiatiques.

  • 46   W. C. Hayes, op. cit. à la n. 42, p. 99-103.
  • 47 G. Posener, « Les Asiatiques en Égypte sous les XIIe et XIIIe dynasties (à propos d’un livre récen (...)
  • 48 W. Helck, Die Beziehungen Ägyptens zu Vorderasien im 3. und 2. Jahrtausend v. Chr., Wiesbaden, 1962 (...)

32Les anthroponymes asiatiques ont fait l’objet de bons commentaires par Albright46, Posener47, puis Helck48.

  • 49 W. Albright, dans Hayes, op. cit., p. 95.
  • 50 Ibidem.
  • 51   Hayes, op. cit., p. 95. Menahem « (Telle divinité) est miséricordieuse » selon Albright, signifie (...)
  • 52 Loc. cit., p. 97. Âsher est le nom d’une des mères possibles de Sénebtisy, la seconde épouse d’un (...)

33Sont largement majoritaires les noms théophores formés avec des divinités telles que Baâl, Ânat, Réshep, Shamash, Dagon… On rencontre des noms relevant une qualité comme « Belle », « Heureuse », un lien de parenté (« Père », « Mère », « Sœur ») et l’absence même de ces liens : « Où est ma mère ? », « Où est mon frère ? », « Où est mon père, ô dieu ? ». Ces interrogations ne sont pas rares dans le répertoire onomastique dans un contexte culturel ouest-sémitique et elles s’adressent à un dieu ou une déesse, à rapprocher d’un nom du type « Ishtar est ma mère »49. « Où est mon père ? » figure sous la forme ‘Ayyâbum dans les textes d’exécration de Berlin (voir supra) et, en hébreu, sa forme contractée donne Job50. Il est toutefois permis de penser, dans le contexte de notre liste, que ces questions pourraient être en lien avec l’exil (voir ci-dessous). Les noms Menahem, Sukru, seraient des abréviations de noms théophores51. Enfin, on trouve un terme topographique général (« Herbage ») et un nom, peut-être un toponyme, « Âsher », qui deviendra celui d’une des douze tribus d’Israel52.

34Les « Asiatiques » désignés comme tels (âam, âamet) qui portent des noms égyptiens sont très peu nombreux : on en relève seulement six. Tous les autres conservent leurs noms d’origine ouest-sémitique, à moins qu’à un stade ultérieur de leur protocole d’entrée en Égypte ils aient pu choisir un nouveau nom dans leur propre langue (voir infra).

  • 53 S. Quirke, The Administration in the Late Middle Kingdom, New Malden, 1990, p. 148-149, s’appuie s (...)

35Les personnes désignées comme hémou nésou et hémout ont toutes des noms égyptiens parmi lesquels ne figure aucun nom théophore, contrairement à la coutume contemporaine. En revanche plusieurs portent – au même titre d’ailleurs que les âamou et âamout – le nom du vizir Ânkhou et de son fils le vizir Resseneb53, du fait que l’une des principales fonctions du vizir était la supervision de tous les services administratifs chargés de la main d’œuvre. Un trait de personnalité est parfois souligné, tel Âsha, « Fécond ». Comme pour les « Asiatiques », on trouve assez fréquemment dans les noms et surtout dans les surnoms, des anthroponymes formés avec les termes « maître », « maîtresse », comme Hénoutipou, « C’est ma maîtresse », qui mettent l’accent sur le lien de dépendance dans la hiérarchie sociale.

  • 54   C’est le cas d’une bonne moitié des personnes pour lesquelles les informations sont bien conservé (...)
  • 55 La pratique du surnom résulte du grand nombre d’homonymes que l’on rencontre dans les familles à l (...)
  • 56   On compte dans la liste un nombre relativement important de femmes spécialisées dans le tissage e (...)
  • 57   Hayes, op. cit., p. 102. Le mot désigne en réalité le protèle, un hyénidé appelé aussi « loup fou (...)

36Sous la colonne b) figure le surnom de la personne enregistrée : « Il/elle est appelé(e) Un(e) tel(le) » ; si la personne n’a pas reçu de surnom, il est simplement déclaré : « C’est son nom »54, autrement dit, le nom tient lieu également de surnom55. Tous les surnoms sont égyptiens ; comme les noms, ils sont souvent construits en référence au patron, à la patronne56, par exemple sur un souhait en faveur de celle-ci (Senebhénoutès, « Que sa maîtresse soit en bonne santé ») mais, contrairement à ce qui se passe pour le nom, l’on fait souvent appel à une divinité. Certains surnoms attribués à (ou choisis par) des personnes désignées comme « Asiatiques » (âamou et âamout) évoquent une certaine nostalgie (par exemple : Iouenertaën, « Puissions-nous retourner vers notre terre », Neheniemkhaset, « On prie pour moi au pays », Netjeriemsaï, « Mon dieu est ma protection ») ; parfois un sobriquet met l’accent sur une caractéristique individuelle particulière : Nefert, « Belle », Paaâm, « L’Asiatique », Hedjer, « Hyène ( ?)57 »… (ces deux derniers surnoms semblent appartenir à des adolescents : voir la n. 54 ci-dessus). D’autres surnoms sont évocateurs dans le contexte de l’immigration : Iyti, « Qu’elle soit la bienvenue », Ibiânkh, « Mon cœur est vivant », Satgemeni, « La fille que j’ai trouvée », Hotep, Hotepet, « (Il), (elle) est en paix »… Les enfants reçoivent eux aussi des noms qui portent des messages d’espoir : Dedet-Mout, « (Celle) que donne (la déesse) Mout », Hénoutipououâdjet, « Ma maîtresse c’est Ouadjyt », Senebtisy, « Elle sera en bonne santé »…

  • 58   Les cultivateurs-ihoutyou ne sont pas des ouvriers mais des responsables, des contremaîtres agric (...)

37La colonne c) précise le métier exercé. On relève chez les femmes 10 tisserandes fabriquant des étoffes de luxe, 8 couturières, 4 magasinières, 3 jardinières, une maquilleuse, une coiffeuse et, chez les hommes, 5 majordomes, 5 cultivateurs58, 2 cuisiniers, un brasseur, un cordonnier et un précepteur.

  • 59 Voir le cas des deux fillettes nommées à la suite de leur mère dans le P. Kahun I. 2 évoqué plus h (...)

38Enfin, sous la colonne d) subsistent 46 précisions relatives au genre ou à la maturité : 12 hommes, 24 femmes, et 10 enfants (5 filles et 5 garçons) faisant chacun à la suite de leur mère l’objet d’une ligne complète, à l’exception du métier59.

  • 60 Entre autres et principalement : B. Menu, « Les rapports de dépendance en Égypte à la Basse Époque  (...)

39W. C. Hayes et tous les commentateurs du document considèrent que les personnes qualifiées comme hem nésou, hémet au féminin, sont des esclaves égyptiens tandis que celles désignées par âam, âamet sont des esclaves asiatiques. Or, non seulement l’esclavage n’est pas attesté dans l’Égypte pharaonique60 mais les hémou nésou et hémout, d’une part, les âamou et âamout, d’autre part, ont le même statut. À travers des documents plus tardifs (Nouvel Empire et Basse Époque), l’on constate que les deux termes hem (désormais délesté de son complément nésou) et âam s’appliquent à une même classe sociale et apparaissent comme synonymes.

40La question se pose alors : pourquoi des personnes qui ont la même origine, le même statut, les mêmes occupations, les mêmes registres onomastiques ont-elles des désignations différentes : hemou (nésou), hémout (« serviteurs (du roi) », « servantes ») et âamou/âamout (« Asiatiques ») ?

41Au moins pour le Moyen Empire la réponse est à chercher certainement dans une volonté d’assimilation plus ou moins ressentie par les migrants et, en conséquence, dans leur affectation soit au service de l’État (les « serviteurs-hémou du roi » et les « servantes »-hémout), soit à celui des familles (les âamou et âamout). Cette volonté d’intégration comporte pour les nouveaux venus la reconnaissance de l’autorité du pharaon, la confiance en leur nouveau pays, son mode de vie, sa langue, ses institutions et ses dieux. Son intensité va s’exprimer à travers deux critères : le choix du nom et l’éducation.

42Nous avons remarqué, d’une part, que les noms et surnoms asiatiques sont construits sur le même modèle que les noms et surnoms égyptiens si ce n’est que les premiers sont exprimés dans la langue maternelle des immigrés et se réfèrent à leurs divinités d’origine et, d’autre part, que certains surnoms asiatiques évoquent un sentiment de regret nostalgique par rapport à l’éloignement du pays.

43Au contraire la plupart des noms et surnoms égyptiens montrent la confiance, l’espoir et la reconnaissance dans l’accueil égyptien (voir les exemples ci-dessus).

44De âam ou âamet à hem nésou ou hémet, le mode de désignation consacrerait alors une hésitation ou un choix de la part de certains « Asiatiques » pénétrant en Égypte pour y travailler plutôt dans les familles qu’au service de l’État et souhaitant conserver leur identité d’origine. Cette hésitation serait respectée par les autorités égyptiennes mais pas pour les enfants des nouveaux venus, promesses d’avenir qui portent tous des noms égyptiens.

45Un nom tel que Satgemeni, « La fille (au sens du lien de filiation) que j’ai trouvée » est très significatif dans la mesure où l’adoption d’enfants ou de jeunes gens asiatiques était certainement pratiquée dans les familles égyptiennes. L’immigration asiatique permettait aux chefs de maison d’agrandir leur maisonnée ; c’est très probablement le sens d’une convention comme celle qui est rapportée dans le P. Kahun I. 2 évoqué plus haut.

46Quelques personnes indiquent leur filiation ; on relève seulement neuf cas au total dans les lignes bien conservées. On peut imaginer que des familles et pas seulement des individus isolés ou des femmes accompagnées de leur enfant se rendaient en Égypte pour y trouver du travail et une vie meilleure.

47La liberté accordée aux immigrés quant au nom choisi – et par conséquent quant au lien plus ou moins étroit avec les structures de leur pays d’accueil – se retrouve au niveau religieux dans la mesure où des divinités telles que Reshep ou Astarté, par exemple, bénéficiaient de temples et d’un culte en Égypte.

  • 61 P. Kahun VIII. 1 (Griffith , op. cit. ; E. Wente, Letters from Ancient Egypt, Atlanta, 1990, p. 86 (...)
  • 62   B. Menu, Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypt (...)

48Les Asiatiques souhaitant une plus forte intégration pouvaient recevoir une éducation ainsi qu’en témoigne une lettre de la XIIe dynastie61 dans laquelle un scribe s’adresse à son supérieur pour lui demander que l’on apprenne à écrire à un hem nésou « pour qu’il ne s’en aille pas ». Plus tard, Ramsès III organisera d’une manière systématique l’éducation des prisonniers62, devenus des hémou faisant allégeance à l’État égyptien incarné par son roi. Quant aux enfants des chefs et roitelets du Proche-Orient ils étaient envoyés à la Cour d’Égypte où l’institution du kap, sorte de pépinière d’excellence, permettait aux jeunes princes de recevoir une instruction les préparant à devenir les futurs cadres de l’administration égyptienne.

49Sous le Nouvel Empire, des villages entiers de Syriens ou de Hittites seront installés à proximité des temples ou d’institutions royales telles que le Harem, par exemple, qui était une entité économique puissante possédant des terres agricoles et des ateliers.

  • 63 K. A. Kitchen, Ramesside Inscriptions II, p. 206, lignes 14-16.

50Ramsès II pouvait affirmer, vantant sa vaillance guerrière dans une de ses inscriptions au temple d’Abou Simbel qu’il avait réalisé la normalisation administrative de la Nubie au Delta du Nil et la mixité ethnique d’Orient en Occident et réciproquement63.

51Au carrefour de trois continents, l’Afrique, l’Asie et l’Europe par la Méditerranée, l’Égypte a reçu au cours de son histoire de nombreuses et importantes vagues migratoires – qu’il s’agisse d’immigration volontaire ou de captures de guerre – auxquelles le régime pharaonique a réagi de manière constante par un grand souci d’intégration des migrants, au moins tant qu’un pouvoir fort dirigeait le pays, qu’il ait canalisé l’immigration volontaire ou qu’il ait organisé des prises de guerre.

52L’analyse des données onomastiques de la grande liste du verso du P. Brooklyn Museum 35.1446 laisse entrevoir la possibilité que les termes âamou et hémou soient non seulement des synonymes, ce que nous savions déjà, mais qu’ils s’appliquent tous les deux à une même catégorie de dépendants : les immigrés, principalement asiatiques.

53Les Asiatiques sont désignés tantôt comme tels (âamou et âamout), tantôt comme hémou (hémou nésou au Moyen Empire) et hémout, dépendants (royaux) et dépendantes. Du Moyen Empire à la Basse Époque en passant par le Nouvel Empire on trouve des exemples de âamou/âamout portant des noms égyptiens et des hémou/hémout portant des noms asiatiques. La différence me semble être beaucoup plus structurelle que statutaire. À l’époque du Moyen Empire, il semble que les âamou et âamout servaient plutôt dans la sphère privée et gardaient en partie leur identité d’origine tandis que les hémou nésou et hémout étaient plus soigneusement intégrés pour être employés dans le secteur public et notamment sur les terres agricoles relevant de l’État et des temples.

54À une immigration au moins en partie volontaire sous le Moyen Empire, d’abord encadrée puis invasive, succédera une politique plus radicale menée par les souverains du Nouvel Empire qui eurent recours à des captures massives de prisonniers lors de leurs expéditions militaires au Proche-Orient.

Haut de page

Notes

1   Le présent article constitue le troisième volet d’un triptyque sur l’immigration syro-palestinienne à l’époque du Moyen Empire égyptien qui comprend : B. Menu, « Le contrôle des passages à la frontière égypto-palestinienne sous les XIe à XIVe dynasties », dans : C. Moatti, dir., La mobilité des personnes en Méditerranée de l’Antiquité à l’Époque moderne. Procédures de contrôle et documents d’identification, Rome, 2004, p. 27-50, et : B. Menu, « Le papyrus du Brooklyn Museum n° 35.1446 et l’immigration syro-palestinienne sous le Moyen Empire », ENIM 5, 2012, p. 19-30 (revue en ligne : http://recherche.univ-montp3.fr/egyptologie/enim/). Je me permets de renvoyer les lecteurs, en ce qui concerne d’autres aspects politiques, économiques et sociaux de l’immigration syro-palestinienne dans l’Égypte du Moyen Empire, à ces articles dont la présente contribution se veut complémentaire, son but étant de mettre plus particulièrement l’accent sur les phénomènes politiques et sociaux liés à l’onomastique.

2   Voir : B. Menu, « La mise en place des structures étatiques dans l’Égypte du IVe millénaire », BIFAO, 103, 2003, p. 307-326.

3   Les fouilles dans ces régions marquent un retard par rapport à celles qui ont été effectuées dès le XIXe siècle sur de nombreux sites de la vallée du Nil.

4   Au cours de l’histoire des pharaons ces limites furent franchies à plusieurs reprises, permettant à l’empire de s’affirmer bien au-delà, tant en Nubie qu’en Syrie-Palestine, avec un apogée sous la XVIIIe dynastie quand l’autorité du pharaon s’étendait de la quatrième cataracte du Nil aux rivages de l’Euphrate. Dans une étude récente (« Les jachères du démiurge et la souveraineté du pharaon : sur le concept d’empire », Revue d’Egyptologie 62, 2011, p. 175-197), P. Vernus propose une définition de l’empire reposant sur la « juridiction » du pharaon. Ce terme qui convient à l’autorité du seigneur ou de l’évêque dans notre Occident médiéval est inapproprié en ce qui concerne les pharaons en général et les grands conquérants en particulier. Ce même auteur introduit entre l’empire de jure et l’empire de facto un décalage conceptuel et chronologique qui n’a pas lieu d’être : le pharaon est juridiquement l’héritier, le mandataire des dieux (ceci est sanctionné par un acte juridique écrit et solennel d’imyt-per à partir de Ramsès II) et, comme tel, il est le maître de l’univers. Le droit englobe simultanément et juridiquement le fait, et vice-versa dans les cas où un chef de guerre accède à la fonction suprême. Tous comptes faits, ce sont les mots latins dominium, imperium qui sont le mieux adaptés pour définir l’empire tel que le concevaient les pharaons.

5   Les Âamou – appellation que l’on traduit habituellement par « Asiatiques » – désignent à la fois les sédentaires vivant dans le couloir syro-palestinien et les nomades parcourant le Sinaï et les franges orientales de la vallée du Nil.

6 G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie. Textes hiératiques sur des figurines d’envoûtement du Moyen Empire, Bruxelles, 1940. On a découvert plus récemment des figurines semblables à Mirgissa, en Nubie.

7 Ibidem, p. 12.

8 Voir des exemples dans : B. Menu, « La légitimation de la guerre dans l’idéologie pharaonique », Droit et Cultures 45/1, 2003, p. 60-64, fig. 1 à 9.

9 Symbolique.

10   Représentant le pharaon.

11   Avant-propos de J. Capart, dans : G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie, op. cit. à la n. 6, p. 6-7.

12   S. Sauneron, dans : G. Posener, S. Sauneron, J. Yoyotte, Dictionnaire de la civilisation égyptienne, Paris, 1959, p. 158.

13   Ceux-ci sont des tributaires traditionnels, dès la Dynastie 0. Voir : la « palette des villes » ou « palette du tribut libyen » (Musée du Caire, CG n° 14238) ; un sceau-cylindre de Nârmer (Hierakonpolis I, XV, 7) et une étiquette en ivoire récemment découverte à Abydos montrant Nârmer menaçant de son arme un Libyen redevable d’une certaine quantité de produits (G. Dreyer et collab. Mitteilungen des deutschen archäologidchen Instituts, Abt. Kairo 54, 1998, p. 139, fig. 29) ; la palette de Nârmer (Musée du Caire, CG n° 14716) dont le verso représente un acte de domination du roi sur un Libyen nommé Ouach ; enfin le cliché des représentations royales qui, pendant toute l’histoire pharaonique, de l’Ancien Empire (Sahourê, Pépi I, Pépi II) à la XXVe dynastie (règne de Taharqa), fait d’un prince libyen, de sa femme égyptienne appelée Khoutitès et de leurs deux fils dont l’un porte un nom libyen, Oucha, et l’autre un nom égyptien, Ouni, les débiteurs périodiques de tributs en troupeaux de bovins, d’ânes et d’ovins et en végétaux (voir : A. R. Schulman, Bès 11, 1991-1992, p. 79-105). Cela n’empêcha pas les Libyens de s’infiltrer dans le Delta du Nil, puis de s’implanter politiquement en Égypte lors de la Troisième période intermédiaire.

14 G. Posener, Princes et pays..., p. 23.

15   Ibid., p. 43.

16 Ibid., p. 50-51.

17 P. Posener, Princes et pays…, p. 43.

18 Dont la capitale était Kerma.

19   J. Vercoutter, Mirgissa I, Paris, 1970, p. 182.

20   J. Vercoutter, Mirgissa III, Paris, 1976, p. 275-282.

21 Sur la période hyksôs : C. Vandersleyen, L’Égypte et la vallée du Nil, t. 2, p. 163-178.

22   Cf. B. Menu, « La légitimation de la guerre dans l’idéologie pharaonique », dans Droit et Cultures 45, 2003/1, p. 54 ; voir D. B. Redford, Egypt, Canaan and Israel in Ancient Times, Princeton, 1992, p. 76-82.

23   S. Farag, « Une inscription memphite de la XIIe dynastie », Revue d’Egyptologie 32, 1980, p. 75-82 et
pl. 3-5. H. Altenmüller, A. M. Moussa, « Die Inschrift Amenemhet II. aus dem Ptah-Tempel von Memphis. Ein Vorbericht », SAK 18, 1991, p. 1-48 et dépliant.

24 Farag, loc. cit., p. 76.

25   B. Midant-Reynes, Aux origines de l’Égypte. Du Néolithique à l’émergence de l’État, Paris, 2003, p. 279-301.

26 Première longue période de troubles tant internes qu’externes – dus principalement à l’affaiblissement progressif du pouvoir pharaonique à partir de la fin de la fin de la VIe dynastie mais peut-être aussi à des conditions climatiques sévères – qui mit un terme à l’Ancien Empire.

27 G. Lefebvre, Romans et contes égyptiens de l’époque pharaonique, Paris, 1976 ; W. K. Simpson, The Literature of Ancient Egypt. An Anthology of Stories, Instructions, Stelae, Autobiographies and Poetry, 3e ed., New Haven et Londres, 2003.

28   B. Menu, « Le contrôle des passages à la frontière égypto-palestinienne… », article cité supra à la n. 1.

29 Les Asiatiques étaient très certainement employés aux grands travaux d’aménagement du Fayoum – à proximité duquel les souverains du Moyen Empire avaient établi leur capitale, Itj-taouy – et de construction des villes, des pyramides et des temples des rois de la XIIe dynastie, non seulement comme ouvriers mais comme responsables. Rappelons que, plus tard, c’est à un architecte syrien que Ramsès II confiera l’édification des deux temples d’Abou Simbel.

30   Un papyrus provenant d’Illahun (U. Luft, Die Chronologische Fixierung des ägyptischen Mittleren Reiches nach dem Tempelarchiv von Illahun, Vienne, 1992, p. 138-142) conserve un tableau de services établi pour la célébration des fêtes religieuses ; des Asiatiques font partie du personnel et certains portent des noms égyptiens.

31   U. Luft, « The Ancient Town of El-Lahun », dans : S. Quirke, éd., Lahun Studies, Reigate, 1998, p. 29.

32 F. Ll. Griffith, The Petrie Papyri. Hieratic Papyri from Kahun and Gurob, principally of the Middle Kingdom, Londres, 1898 ; U. Luft, op. cit. à la n. 25 ; M. Collier, S. Quirke, The UCL Lahun Papyri : Religious, Legal, Mathematical and Medical, Londres, 2004.

33 T. G. H. James, The Hekanakhte Papers and Other Early Middle Kingdom Documents, New York, 1962 ; J. P. Allen, The Heqanakht Papyri, New York, 2002.

34 Au décès du chef de famille, son héritier faisait de nouveau enregistrer, auprès des services administratifs et fiscaux, la liste des membres de la maisonnée qui passaient sous son autorité. L’opération de transfert était réalisée par un acte d’imyt-per (P. Kahun I. 4), acte administratif écrit et solennel qui sanctionnait un transfert global de biens, quelle que soit sa nature juridique : B. Menu, Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, vol. 1, Versailles, 1982, p. 201-203 et n. 10, p. 210.

35 Griffith, 1898, et Quirke, Collier, 2004, op. cit, ci-dessus; voir aussi : K. A. Kóthay, « Houses and Households at Kahun: Bureaucratic and Domestic Aspects of Social Organization During the Middle Kingdom », dans : H. Györy, éd., Mélanges offerts à Édith Varga, Budapest, 2001, p. 349-368.

36   Et même pour tous dans certains cas si l’on se réfère à la liste du P. Brooklyn Museum, verso : B. Menu, dans ENIM 5, 2012, p. 19-30 et infra.

37 P. Kahun, I, 2 (Griffith) = UC 32167 (Quirke, Collier). Il s’agit du transfert à titre onéreux (sounet) des services à venir de quatre Asiatiques (Âamout), deux femmes et deux fillettes en bas âge qui portent un nom et un surnom égyptiens, effectué par un chef de maisonnée au bénéfice d’un autre qui est son frère. Commentaire de ce document dans : B. Menu, Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’Ancienne Égypte, Paris, 2004, p. 325-327.

38 Pour un survol de la question (Moyen Empire et Nouvel Empire), voir B. Kasparian, « Famille et cosmopolitisme dans l’Égypte ancienne », dans : B. Menu, dir., Égypte pharaonique : déconcentration, cosmopolitisme (Méditerranées 24), 2000, p. 113-133, avec quelques références bibliographiques complémentaires sur les stèles funéraires privées, en particulier n. 18, 24, 25, 27, p. 117-119.

39 G. Posener, « Les Asiatiques en Égypte sous les XIIe et XIIIe dynasties (à propos d’un livre récent) », Syria 34, 1957, p. 152.

40   K. A. Kitchen, « An Unusual Stela from Abydos », JEA 47, 1961, p. 10-18.

41   K. A. Kitchen, « Non-Egyptians recorded on Middle Kingdom Stelae in Rio de Janeiro », dans : S. Quirke, éd., Middle Kingdom Studies, New Malden, 1991, p. 87-90.

42 F. Smyth, « Égypte-Canaan : quel commerce ? », dans : N. Grimal, B. Menu (éds.) Le commerce en Égypte ancienne, Le Caire, 1998, p. 10.

43 Pour une synthèse relative au P. Brooklyn Museum 35.1446 et à l’interprétation de ses différents textes, voir mon article récemment paru dans ENIM 5 (note 1, supra).

44   W. C. Hayes, A Papyrus of The Late Middle Kingdom In the Brooklyn Museum [Papyrus Brooklyn 35.1446], The Brooklyn Museum, 1955, réimpr. 1972, p. 87-109 et pl. VIII-XIII.

45 Intitulés par moi A’, B’, C’ pour les distinguer des textes A, B, C du recto (B. Menu, ENIM 5, cité supra, n.1).

46   W. C. Hayes, op. cit. à la n. 42, p. 99-103.

47 G. Posener, « Les Asiatiques en Égypte sous les XIIe et XIIIe dynasties (à propos d’un livre récent) », Syria 34, 1957, p. 145-163.

48 W. Helck, Die Beziehungen Ägyptens zu Vorderasien im 3. und 2. Jahrtausend v. Chr., Wiesbaden, 1962, p. 78-82. Je remercie vivement Françoise Smyth, spécialiste des langues anciennes du Proche-Orient, d’avoir relu mes développements relatifs à l’onomastique syro-palestinienne et d’avoir amélioré les interprétations des auteurs que je viens de citer. D’après elle les noms sont pour la plupart ougaritiques.

49 W. Albright, dans Hayes, op. cit., p. 95.

50 Ibidem.

51   Hayes, op. cit., p. 95. Menahem « (Telle divinité) est miséricordieuse » selon Albright, signifie toutefois « celui qui console », nom donné à un enfant né après un deuil récent (communication personnelle de Françoise Smyth). Quant à « Sukru » [Seker(tu)] W. Albright (ibid.) en fait une déesse désignée par l’épithète SKR, « Favorable », « Charmante » ; idem pour G. Posener, op. cit., sous les nos 13 et 14. Toutefois, le nom Sukru ne correspond à aucune divinité connue, selon Françoise Smyth.

52 Loc. cit., p. 97. Âsher est le nom d’une des mères possibles de Sénebtisy, la seconde épouse d’un fonctionnaire égyptien de l’administration du travail, au bénéfice de laquelle celui-ci transfère son autorité sur un groupe d’Asiatiques auquel elle pourrait avoir appartenu, étant enfant, au moment de son entrée en Égypte (B. Menu, dans ENIM 5, cité à la n. 1 supra).

53 S. Quirke, The Administration in the Late Middle Kingdom, New Malden, 1990, p. 148-149, s’appuie sur la fréquence des noms forgés avec Ânkhou et Resseneb, les noms de deux vizirs, et sur les stèles contemporaines Hermitage 1064 et Caire CG 20018 qui comportent des noms semblables, pour en conclure que les personnes portant ce type de noms appartenaient à Resseneb. En fait, les Asiatiques choisissent le nom du vizir à leur entrée en Égypte parce que porter le nom du vizir, chef des services administratifs de la main d’œuvre, leur apparaissait comme une garantie d’assimilation dans leur nouveau pays.

54   C’est le cas d’une bonne moitié des personnes pour lesquelles les informations sont bien conservées ; c’est en particulier le cas deneuf enfants sur treize au total (en comptant ceux dont la qualité d’enfant est perdue mais qui sont précédés de la mention « son fils », « sa fille » à la suite d’une mère « asiatique ») qui sont trop jeunes pour recevoir un surnom, marque d’intégration dans la société des adultes. Les quatre autres enfants sont probablement des adolescents capables de travailler mais n’ayant pas encore de métier ; leurs noms et leurs surnoms sont intéressants : Ousirséneb (« Osiris est en bonne santé ») fils de Tjaou, surnommé Renefousir (« Osiris est son nom ») ; « Ânkhou », surnommé Hédjer (« Hyène ( ?) », voir la n. 57 infra) ; « Ânkhou », surnommé Paâam (« L’Asiatique ») ; « Ibi-… », surnommé Sénebnebef (« Que son maître soit en bonne santé »).

55 La pratique du surnom résulte du grand nombre d’homonymes que l’on rencontre dans les familles à l’époque du Moyen Empire. En effet, chaque membre d’une maisonnée (homme ou femme) porte le nom du chef de famille (patronyme) et le choix d’un surnom devient nécessaire surtout si la personne dispose d’une certaine autonomie, liée principalement à l’exercice d’un métier, d’une profession.

56   On compte dans la liste un nombre relativement important de femmes spécialisées dans le tissage et l’habillement : en Égypte, ce secteur relève en grande partie des femmes dont certaines sont responsables d’ateliers publics ou familiaux qui accueillent des apprenties étrangères, ainsi qu’en témoigne par exemple un document d’époque ramesside, le P. Caire 65739 (A. H. Gardiner, JEA 21, 1935, p. 140-146). Il s’agit d’une pièce de procédure judiciaire faisant état des moyens prétendument frauduleux auxquels aurait eu recours une tisserande pour acquérir le droit d’utiliser les services et de former une adolescente (âdjet), une apprentie [(chéret) : voir B. Menu, Le commerce… (BiEtud 121, 1998, p. 199-200 et n. 20-22)] auprès d’un chouty qui n’est pas un « marchand », un « commerçant » selon les traductions habituelles mais un intermédiaire dépendant de l’État ou du Temple pour effectuer des transactions au nom de la puissance publique. La jeune fille en question est une Syrienne qui porte un nom égyptien révélateur : Gemeniherimentet, « (Celle que) j’ai trouvée à l’ouest » ; « l’ouest », dans le contexte qui est thébain, désigne vraisemblablement les départements administratifs de la nécropole, sur la rive occidentale de Thèbes. La situation décrite n’est pas sans évoquer l’histoire biblique de Joseph.  

57   Hayes, op. cit., p. 102. Le mot désigne en réalité le protèle, un hyénidé appelé aussi « loup fouisseur » / B. Mathieu, « Une formation de noms d’animaux (ABCC) en égyptien ancien », BIFAO 104, 2004, p. 337-387, loc cit. p. 384 (Proteles cristatus).

58   Les cultivateurs-ihoutyou ne sont pas des ouvriers mais des responsables, des contremaîtres agricoles : voir, pour une période plus tardive (époque ramesside) : B. Menu, Le régime juridique des terres et du personnel attaché à la terre dans le Papyrus Wilbour, Lille, 1970, en particulier p. 64-73, p. 135-147, p. 170-232, p. 240-257.

59 Voir le cas des deux fillettes nommées à la suite de leur mère dans le P. Kahun I. 2 évoqué plus haut et à la n. 37.

60 Entre autres et principalement : B. Menu, « Les rapports de dépendance en Égypte à la Basse Époque », RHD, 1977, p. 391-401 (= ead., Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte,Versailles, 1981, p. 184-199) ; ead., « Cessions de services et engagements pour dette sous les rois kouchites et saïtes », RdE 36, 1985, p. 73-87 (= ead., Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte II, BiEtud 122, Le Caire, 1998, p. 369-383) ; ead., Égypte pharaonique. Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, 2004, p. 321-364 ; ead., « Captifs de guerre et dépendance rurale dans l’Égypte du Nouvel Empire », dans B. Menu (éd.), La dépendance rurale dans l’Antiquité égyptienne et proche-orientale, BiEtud 140, Le Caire, 2004, p. 187-209 ; ead., « Dépendance, organisation du travail : l’Égypte pharaonique », La Pensée 368, 2011, p. 69-80. 

61 P. Kahun VIII. 1 (Griffith , op. cit. ; E. Wente, Letters from Ancient Egypt, Atlanta, 1990, p. 86).

62   B. Menu, Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, Paris, 2004, p. 339-341 ; B. Menu, « Captifs de guerre et dépendance rurale dans l’Égypte du Nouvel Empire »,  dans : B. Menu, éd. La dépendance rurale dans l’Antiquité égyptienne et proche-orientale, BiEtud 140, Le Caire, 2004, p. 187-209.

63 K. A. Kitchen, Ramesside Inscriptions II, p. 206, lignes 14-16.

Haut de page

Table des illustrations

Crédits Fig. 1 : Bas relief dans la bibliothèque du temple d’Edfou (G. Posener, Princes et pays d’Asie et de Nubie, fig. I, p. 7).
URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/2789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Crédits Fig. 2 : La venue des Asiatiques ; tombe du nomarque Khnoumhotep II à Beni Hassan (P. E. Newberry, Beni Hasan I, Londres, 1893, pl. XXXI).
URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/2789/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Crédits Fig. 3 : Les quinze premières lignes de la grande liste du verso du P. Brooklyn Museum 35.1446 (W. C. Hayes, op. cit., pl. VIII, transcription hiéroglyphique).
URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/2789/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernadette Menu, « Onomastique et statut des immigrés syro-palestiniens dans l’Égypte du Moyen Empire », Droit et cultures, 64 | 2012, 51-68.

Référence électronique

Bernadette Menu, « Onomastique et statut des immigrés syro-palestiniens dans l’Égypte du Moyen Empire », Droit et cultures [En ligne], 64 | 2012-2, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2789

Haut de page

Auteur

Bernadette Menu

Bernadette Menu, directeur de Recherche honoraire au CNRS, égyptologue, Docteur d’État en Histoire du droit, a publié plus de deux cents livres et articles sur le droit égyptien ancien. Derniers ouvrages parus : Recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte .II, BiEtud 122, Le Caire, IFAO, 1998 ; Nouvelles recherches sur l’histoire juridique, économique et sociale de l’ancienne Égypte, coll. « Droits et Cultures » 4, Paris, L’Harmattan, 2004 ; Maât. L’ordre juste du monde, Paris, Michalon, 2005, réimpr. 2010. Édition et direction d’ouvrages collectifs : La dépendance rurale dans l’Antiquité égyptienne et proche-orientale, BiEtud 140, Le Caire, IFAO, 2004 ; La fonction de juger. Égypte ancienne et Mésopotamie (Droit et Cultures 47/1), Paris, L’Harmattan, 2004 ; L’organisation du travail en Égypte ancienne et en Mésopotamie, BiEtud 151, Le Caire, IFAO, 2010.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org