Navigation – Plan du site
Onomastique, droit et politique

Onomastique, marqueurs identitaires et plurilinguisme. Les enjeux politiques de la toponymie et de l’anthroponymie

Onomastics, Identity, Language Diversity and Political Issues
Hervé Guillorel
p. 11-50

Résumés

Si on peut définir le politique comme la gestion du « vouloir vivre ensemble », alors la nomination des personnes (anthroponymie) et des lieux (toponymie) peuvent être analysés comme des actes « politiques ». L’émergence des territorialités passe presque toujours par ces actes de dénomination, actes de langage. Dès lors la toponymie, prise dans son acception la plus large possible, en tant qu’elle implique des stratégies de marquage et de contrôle d’un territoire, dans une langue donnée, peut être considérée comme un acte « politique ». Il en est de même pour la nomination des personnes. Le but de cette introduction est de montrer que les pratiques onomastiques peuvent et doivent être analysées avec les outils de la science politique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette introduction reprend et étend une communication présentée dans le cadre du 21e Congrès Mondial de l’Association Internationale de Science Politique (AISP/IPSA), 2009, Santiago, Chili, Comité de Recherches (RC) n°40, Language and Politics

Texte intégral

  • 1 Paroles d’une chanson interprétée par le chanteur est-allemand Frank Schöbel et dont le titre étai (...)

« Ich geh' vom Nordpol zum Südpol zu Fuß,
für einen Kuß, für einen Kuß.
Ich geh' vom Nordpol zum Südpol zu Fuß,
für einen Kuß von dir. »1

1Notre texte se présente comme une introduction au dossier qui suit, introduction qui, à partir d’une série de cas concrets relatifs aux pratiques onomastiques, toponymiques et à un moindre degré anthroponymiques, cas dont les contextes spatio-temporels sont volontairement très divers, s’interroge sur les usages sociaux, politiques et juridiques de ces pratiques en proposant, notamment, d’identifier un certain nombre de variables pertinentes et quelques hypothèses de recherche. D’où un compromis à mi-chemin entre aperçus théoriques, approches monographiques et orientation bibliographique.

2Il en est des données onomastiques comme des données électorales : c’est un « rêve positiviste », pour reprendre les termes de Taylor et Johnston (Taylor & Johnston, 1979) ; pire, les pratiques onomastiques remontent à l’origine de l’humanité tandis que les pratiques électorales sont très récentes en comparaison. Et à cette ancienneté s’ajoute une création continue (la néo-toponymie permanente).

3Travailler sur les pratiques onomastiques c’est s’intéresser aux noms propres, puisque telle est l’étymologie du terme « onomastique » et son champ d’investigation. Encore faut-il savoir ce que l’on entend par « nom propre », et là nous nous heurtons à un problème complexe dans la mesure où le statut linguistique du nom propre prête à discussion. Sans rentrer dans les détails, prenons l’exemple de l’initiale majuscule d’un mot : cette caractéristique est souvent interprétée, par le sens commun, comme spécifique au nom propre : en réalité il n’en est rien. La langue allemande actuelle impose l’emploi de la majuscule initiale pour tous les substantifs (cela n’a pas toujours été le cas). En anglais, les noms de langues prennent une telle majuscule initiale, il n’en est pas de même en français, etc. Enfin nous ne pouvons pas ne pas mentionner le fait que, de plus en plus, l’acceptation de papiers par certains congrès ou certaines revues est subordonnée, pour des raisons d’homogénéisation, au fait d’utiliser les normes MLA (notamment dans le domaine anglo-saxon).

4Les normes MLA ont été proposées par Joseph Gibaldi ed. dans The MLA Handbook for the Writers of Research Papers, manuel de référence qui a mis en place un ensemble de conventions très précises dont le but est d'harmoniser la documentation et la présentation d'écrits de recherches (articles, mémoire, thèse...). De plus en plus d’autorités universitaires (et autres) imposent le respect de ces normes.

5Pourtant comme le rappelle Rossitza Kyheng dans un rapport paru en 2004 et intitulé La référence bibliographique : norme et praxis (Kyheng, 2004) :

Le protocole MLA est élaboré par la Modern Language Association of America à l'usage des professeurs de littérature/langues vivantes et jouit d'une extension sur les « humanities » au sens américain. Ce protocole ne se réfère pas aux normes internationales actuelles et possède ses propres schémas. Dans le mouvement actuel de « globalisation » et convergence des pratiques scientifiques nous ne voyons pas d'intérêt de maintenir un protocole régional particulier tel que MLA (Kyheng, 2004).

6Et elle insiste dans sa bibliographie :

  • 2  Petite erreur de frappe, il s’agit de Joseph Gibaldi. La septième édition de son ouvrage vient jus (...)

MLA (Modern Language Association of America). How do I document sources from the Web in my works-cite list? [en ligne]. Localisation : MLA : Mla Style : Frequently asked questions. Mis à jour le 12.04.2003. Disponible sur : <http ://www.mla.org/style_faq4> ;
< http ://www.mla.org/publications/style/style_faq/style_faq4>. (Consulté le 16.03.2004). (Présentation en résumé du protocole MLA, une adaptation de MLA Handbook for Writers of Research Papers [en vente sur le site]. 6e ed. augm. 2003, 361 p. Rédigé par Joseph Gibald2.

7Avertissement : MLA Style est un protocole régional particulier qui ne s'appuie sur aucune norme internationale [souligné par nous] (Kyheng, 2004).

8Sans vouloir remettre en cause l’idée d’aboutir à une homogénéisation des références scientifiques au niveau international, on mesure immédiatement les enjeux de pouvoir qui se profilent derrière les choix à effectuer.

9On pourrait donc aussi s’interroger sur les usages politiques de l’emploi de la majuscule initiale dans d’autres circonstances : une langue « totalitaire » peut imposer une telle majuscule initiale pour des mots tels que « Chef », « Führer », « Duce » ou les « Il » qui y renvoient, de la même façon qu’une langue religieuse l’impose pour les noms de « Dieu ».

10Les sciences onomastiques comprennent plusieurs catégories de noms propres : les deux principaux ont longtemps été les toponymes (noms de lieux) et les anthroponymes (noms de personnes), auxquels nous rajouterons les ethnonymes (noms de « peuples »), en n’oubliant pas que les qualificatifs basés sur le radical « ethnos » renvoient à des univers différents selon la langue utilisée (en anglais, le mot est employé dans une acception très générale ; en français, il y a, pour des raisons idéologiques, une résistance pour ne pas dire une forte réticence, à l’utiliser). Aujourd’hui, l’onomastique couvre des domaines très divers : noms d’animaux, noms d’objet (voitures, bateaux, étoiles), etc. Nous mentionnerons également l’exemple des choronymes ou les noms des partis politiques, etc.

Onomastique politique ou usages politiques de l’onomastique

11Lors de nos premières recherches documentaires sur le thème « toponymie et politique », nous avions identifié des travaux dont le titre, en anglais était identique (« Place-names and politics » vs. « Place-Names and Politics » (deux références). D’où une certaine appréhension : le sujet avait déjà été défloré, labouré et épuisé. Mais, heureusement, ces deux travaux (un article dans une revue spécialisée d’onomastique et un livre) proposaient une thématique très ciblée, donnant à voir une certaine vision du politique que nous qualifierons de très étroite, même si, on pourra, à l’inverse nous opposer une vision, par trop large, du politique. La première référence était l’article de Nicolaisen (Wilhelm F.H.), 1990 -«Placenames and politics», Names 38 (3): 193-207. L’auteur est l’un des onomasticiens les plus connus tant par ses analyses concrètes que par ses propos théoriques sur la nomination ; la revue Names, A Journal of Onomastics est la revue officielle de l’American Name Society et, qui plus est, il n’y avait pas de sous-titre, ce qui donnait à penser qu’on disposait enfin, de la part d’un spécialiste reconnu, d’un article théorique sur la question des rapports entre toponymie et politique. Heureusement, il n’en était rien : il s’agissait tout simplement du compte rendu fait par Nicolaisen d’un colloque qui s’était tenu dans la partie germanophone de l’Italie et dont la problématique tournait autour des enjeux toponymiques liés aux différences linguistiques (en termes de « minorités nationales »).

12L’autre référence est un livre de John Damien Murray intitulé Politics and Place-Names: Changing Names in the Last Soviet Period et publié en 2002. Écrit par un spécialiste de la langue russe, il s’agissait d’analyser de manière détaillée des processus de nomination et de redénomination suite à la Révolution russo-bolchevique et à la « perestroika ». La dimension politique était évidente tant par la transition/rupture politique que par la nature des noms attribués.

13Il restait donc de la place pour une réflexion plus large sur les rapports entre onomastique et politique, en proposant une définition élargie (mais peut-être contestable ?) du politique.

Introduction

14Nous sommes partis de l’idée que les pratiques de nomination sont fondatrices du « vouloir vivre ensemble » constitutif de la polis. D’où une définition fonctionnaliste très large du politique. Il s’agissait d’éviter deux écueils ; un penchant naturel vers le « tout est politique » ou une vision par trop restrictive d’un champ du politique défini par une stricte approche de type structuraliste. D’où l’idée de valoriser les travaux sur les dynamiques de la « politisation » des enjeux onomastiques, en écartant volontairement la tendance qui consiste trop souvent à limiter le politique à la « contemporanéité ». Les définitions du politique sont nombreuses : la science politique a longtemps été tributaire des approches juridiques liées à l’État et aux relations internationales : elle s’est depuis émancipée tout en se satellisant un peu trop autour de la sociologie considéré encore comme une discipline maîtresse. La définition de Max Weber sur le « monopole légitime de la violence » nous a paru une première entrée intéressante dans la mesure où on pouvait inclure les pratiques linguistiques et donc les pratiquesonomastiques comme formes de violence symbolique.

15En fait, il nous a semblé que, quelle que soit la définition du politique adoptée (l’État, les relations internationales, les sciences du conflit, les relations de domination, etc.), l’onomastique avait sa place et des questions pointues de toponymie ou d’anthroponymie « pouvaient » être politisables. L’onomastique est devenue à la mode : la question du nom propre, de son statut ontologique, du sens des noms de lieux et de personnes a intrigué les philosophes et les érudits depuis toujours, mais il a fallu attendre une époque relativement récente pour considérer l’onomastique comme une science totale dont la difficulté tenait au fait qu’elle doit se battre en permanence contre le « sens commun » et qu’elle nécessite surtout de mobiliser des disciplines nombreuses et ardues : linguistique (phonétique, dialectologie, sociolinguistique), géographie, histoire, paléographie. Si bien que pendant très longtemps, l’onomastique, dans ses deux aspects les plus connus, les noms de personnes (ou anthroponymie) et les noms de lieux (ou toponymie) a été pratiquée par des érudits amateurs (religieux, instituteurs ou notables) soucieux de mieux connaître et valoriser leur patrimoine local. Il a fallu attendre la fin du XIXe siècle pour voir apparaître des travaux d’ampleur comparative visant à dépasser les patriotismes locaux. D’autre part, la « révolution saussurienne » a relégué l’onomastique au rang de discipline annexe sans intérêt. Comme il en était de même vis-à-vis de l’histoire voire de la géographie, le côté « science auxiliaire » a été un frein au développement scientifique de l’onomastique. Aujourd’hui, la situation a radicalement changé : qu’il s’agisse de l’anthroponymie ou de la toponymie, l’onomastique a pignon sur rue, avec ses nombreuses revues (Onoma, Names, RevueFrançaised’Onomastique), ses colloques nationaux et internationaux (ICOS) et surtout son décloisonnement puisque de plus en plus de chercheurs et de revues s’intéressent à elle : nous ne citerons, pour la France, que les revues Mots, l’EspaceGéographiqueet les CahiersdeSociolinguistique, qui ont notamment consacré des numéros spéciaux récents à la toponymie, sans oublier des revues « régionales » comme LeMondeAlpinetRhodanien :

16Mots, Les langages du politique, n° 86, mars 2008, Toponymes. Instruments et enjeux, Dossier coordonné par Henri Boyer et Marie-Anne Paveau.
Mots, Les langages du politique n°87, juillet 2008, Chrononymes. La politisation du temps, Dossier coordonné par Paul Bacot, Laurent Douzou et Jean-Paul Honoré.
L’EspaceGéographique, 2008/2 -Dossier sur la toponymie, coordonné par Frédéric Giraut, Myriam Houssay-Holzschuch, Sylvain Guyot
Cahiers de Sociolinguistique : Noms propres, dynamiques identitaires et sociolinguistiques 11,coordonné par Francis Manzano, 2006.
LeMondeAlpinetRhodanien, Nommer l’espace(1997/2-4), sous la direction de Jean-Claude Bouvier

17On a vu également et toujours en France la publication de plusieurs ouvrages consacrés à la nomination et notamment à la toponymie : Akin, 1999/ Rivière d'Arc, 2001/Guillorel, 2008/Bouvier et Guillon 2001/Wydmusch, 1998.

18Il faut signaler que de très nombreuses revues consacrent de temps
à autre des articles aux questions onomastiques ; revues de géographie théoriques ou régionales, revues de linguistique, d’histoire, d’ethnologie et d’anthropologie, de démographie, de sociologie, etc., sans oublier la presse (sérieuse ou non) qui, régulièrement propose des faits divers qui illustrent parfaitement les enjeux politiques des pratiques onomastiques. Nous avons divisé notre communication en trois parties : la première partie énumère une série de cas concrets qui montrent à la fois l’actualité, la très grande ancienneté et l’universalité des pratiques onomastiques et de leurs usages politiques : certains cas sont plus détaillés que d’autres car ils permettent déjà d’identifier les variables pertinentes ; d’autres sont plus courts mais la concision de certaines remarques les concernant illustre tout autant notre thématique. Notre deuxième partie consistera à identifier de manière plus systématique, dans une démarche typologique, les variables à prendre en considération pour analyser les enjeux politiques des pratiques onomastiques. Enfin, dans une troisième partie, nous proposerons quelques pistes de recherche pour dépasser la démarche typologique et proposer quelques problématiques.

19Nous commencerons par proposer deux approches empiriques pour illustrer la diversité des questions relatives aux enjeux des pratiques onomastiques : d’une part la lecture du journal Le Monde et d’autre part l’analyse des travaux ayant pour titre What’s a Name? Ou What’s in a Name?

20La simple lecture d’un quotidien comme Le Monde suffit pour entrevoir l’importance des enjeux identitaires actuels liés aux pratiques onomastiques, c’est-à-dire au fait d’attribuer et/ou de modifier des « noms propres », en l’occurrence des anthroponymes (noms et prénoms) et des toponymes (noms de lieux). Nous verrons plus loin que la catégorie des « noms propres » ne se résume pas à ces seuls cas.

21Nous commencerons donc par citer quelques exemples mentionnés récemment par Le Monde.

  • 3 « En Hongrie, la gauche proteste contre la réhabilitation de Miklos Horthy », Le Monde, vendredi 1(...)

22Le dernier en date concerne la Hongrie et les conséquences de la droitisation accélérée de cet État3 : en effet, une place appelée auparavant « place de la Liberté » a été récemment (re)baptisée « place Horthy », soulevant l’indignation de nombreux Hongrois pour qui l’Amiral Horthy symbolise les heures noires d’une dictature proto-fasciste et anti-communiste ayant collaboré dans l’entre deux-guerres avec Hitler. Cette décision a été prise par la municipalité de Gyömrö située prés de l’aéroport de Budapest. D’autre part, des statues et des plaques commémoratives à la gloire de l’Amiral Horthy ont également été installées. Ces derniers exemples montrent que l’étude des noms propres doit s’étendre à ce genre de supports (statues, plaques, monuments aux morts, etc. dès lors qu’ils sont presque toujours le support d’écrits).

23Cette évolution, liée à la montée en puissance de l’extrême droite en Hongrie, ne doit pas faire oublier qu’il y avait déjà des statues (bustes) d’Horthy notamment à Budapest (capitale) et à Kenderes, lieu de naissance de Horthy.

  • 4         http ://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/libre/20120424/index.html?aaaammjj=20120 (...)

24Le Monde du 24 avril 2012 (page 18) consacre trois-quarts de page à la question des changements de prénom en France : sous le titre « Changer de prénom, des histoires d’immigration », l’article rappelle que « Près de 3000 personnes par an, aux trois-quarts d’origine étrangère, adoptent un nouveau prénom. Des demandes de « francisation » mais aussi de « défrancisation »4.

25D’autres enjeux onomastiques ont été régulièrement évoqués par Le Monde.

26Suite au retrait d’Israël de la bande de Gaza, des recherches minutieuses ont été effectuées sur la base des cadastres réalisés à l’époque du mandat britannique sur la Palestine afin de pouvoir reconstituer les actes de propriétés des Arabes et donc de faire droit à leurs revendications foncières.

27Le gouvernement indien a récemment procédé à une « indianisation » des principales villes du pays notamment Bombay et Calcutta.

28La Carinthie : récemment, le gouverneur d’extrême droite de la Carinthie (Autriche), s’est opposé, pour des raisons idéologiques et électorales, à la signalisation bilingue qui aurait permit la visibilité de la langue slovène dans les communes habitées par un nombre significatif de locuteurs de cette langue slave.

29Très récemment, le maire de droite (UMP) de La Garenne-Colombes, commune des Hauts-de-Seine a décidé, semble-t-il unilatéralement, de baptiser un nouveau collège du nom de Kléber Haedens, romancier français dont il est un admirateur mais qui a été très marqué à l’extrême droite de l’échiquier politique puisqu’il a été le disciple et secrétaire de Charles Maurras, idéologue de l’Action Française et antisémite notoire.

30Dans certains cas, il arrive que Lévy ne soit pas un patronyme juif et renvoie à un toponyme : on pensera à la commune de Lévis-Saint-Nom (78), autrefois Lévy-Saint-Nom : il n’en reste pas moins que le changement de nom a eu lieu 1943 !

31Enfin dernier exemple « humoristique » : une société américaine désireuse de s’installer en France avait trouvé une localisation située dans une rue Gay-Lussac d’une ville du nord de la France, du nom du célèbre Louis Joseph Gay-Lussac (1778-1850), chimiste et physicien français connu pour ses études sur les propriétés des gaz. Estimant que le terme « Gay » pouvait être préjudiciable à sa renommée, elle a réussi dans un premier temps à obtenir le changement du nom de la rue (devenue rue Newton), mais après plusieurs protestations, un arrangement a été trouvé.

32Ainsi un relevé rapide des questions onomastiques abordées par un quotidien souligne l’actualité et l’importance de ces enjeux et permet déjà d’esquisser une première typologie basée à la fois sur les catégories de noms propres et sur la nature des enjeux (identitaire, religieux, politique, etc.).

33Les interrogations en langue anglaise « What is a name ? » « What’s in a name ? » offre une autre piste de lecture car cette formulation recouvre des questionnements, des périodes et des aires culturelles très variés.

34Ces travaux citent souvent le fameux passage de la pièce de William Shakespeare, Romeo et Juliette :

Juliet:

"What's in a name? That which we call a rose
By any other name would smell as sweet."

Shakespeare, Romeo and Juliet (II, ii, 1-2)

35(« Qu’y a-t-il dans un nom ? Ce que nous appelons rose, Par n’importe quel autre nom sentirait aussi bon »).

36Mais si ce passage soulève la question de la nomination en général, les articles analysés ici portent exclusivement sur les « noms propres », qu’il s’agisse de travaux théoriques ou de cas concrets très localisés dans le temps et dans l’espace.

37Le lecteur constatera de lui-même que la simple lecture du titre de ces articles et des titres des revues où ils ont été publiés illustre parfaitement le fait que les enjeux onomastiques ont toujours existé, en tous temps et en tous lieux.

Bright (William), 2003 - «What IS a name? Reflections on onomastics», Language and Linguistics 4 (4): 669-681.
Cherf (William J.), 1994 - «What's in a Name? The Gerontii of the Later Roman Empire», Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 100 : 145-174.
Dunbabin (Jean), «What's in a Name? Philip, King of France», Speculum 68 (1993): 949-68. 1993.

Farmer (J. Michael), 2001 - «What's in a Name? On the Appellative "Shu" in Early Medieval Chinese Historiography», Journal of the American Oriental Society 121 (1): 44-59.
Matthews (Keith J.), 2001 - «What's in a name? Britons, Angles, ethnicity and material culture from the fourth to seventh centuries», Heroic Age (The) 4: http ://www.heroicage.org/issues/4/Matthews.html.

Molnar (Alex)[2002] - What's in a Name? The Corporate Branding of America's Schools. http ://nepc.colorado.edu/files/EPSL-0209-103-CERU.pdf.
Olivier, Roland, «The Minority Rights Group. ‘What’s in a Name?’, Minorities», ed. Benjamin Whitaker, 1-10 (1984). Oxford ; New York ; Toronto ; Sydney ; Frankfurt am Main : Pergamon, 1984.
Salway (Benet), 1994 - «What's in a name? A survey of roman onomastic practice from c. 700 B.C. to A.D. 700», Journal of Roman Studies 84 124-145.
Schürer (Kevin) and Dillon (Lisa Y.), 2003 - «What's in a name? Victorias in Canada and Great Britain in 1881. Research note», Local Population Studies n°70 : 57-62.
Zabeeh (Farhang) [1968] - What is in a name? : An inquiry into the semantics and pragmatics of proper names. The Hague, Martinus Nijhoff, iv + 78p. Bibliogr.
Burch (Timothy R.) and Nanda (Vikram), 2003 - «What's in a Name? Hotelling's Valuation Principle and Business School Namings», Journal of Business (http ://ssrn.com/abstract=478083).

38On pourrait bien évidemment allonger la liste en rajoutant des versions plus subtiles du titre comme celui du livre de Baruh Pinto, 1997 – What’s Behind a Name ? Istanbul, Gözlem, énorme travail de compilation portant sur les noms de famille de la communauté juive de Turquie depuis l’expulsion des juifs d’Espagne, ouvrage continué par la parution en 2004 d’un autre livre au titre plus explicite : The Sephardic Onomasticon.

Le cas de l’écrivain Knut Hamsun

39Knud ou Knut Hamsun, est, après Ibsen, l’auteur littéraire norvégien le plus connu, au niveau de son proprepays, au niveau scandinave, au niveau européen et au niveau international. Il a obtenu le Prix Nobel de Littérature en 1920. Il est né le 4 août 1859 à Vågå, en Norvège et est mort le 19 février 1952 à Nørholm, près de Grimstad. Son vrai nom était Knud Pedersen, fils de Peder Pedersen et de Tora OlsdatteGarmotraedet Pedersen Olsen. Ce dernier décide de quitter sa ferme pour venir dans l’île d’Hamarøy, dans le département du Nordland, où il exerce comme tailleur. D’autres auteurs le font naître à Garmostraet, un village situé près de Lom (Norvège).

40En 1862-1863, la famille s'installe à Hamarøy (Salten, Nordland, Norvège) où est installé Hans Olsen, frèrede Tora, postier. Ce dernier acheta une ferme du nom de « Hamsund » au milieu de l'île. 1882-1884 : Premier voyage aux États-Unis. Knut Pedersen travaille comme secrétaire de l'écrivain et poètenorvégien Kristofer Janson à Minneapolis. C'est dans cette ville qu'il rencontre Mark Twain à qui il consacreun article, qu’il signe Knut Pedersen Hamsund. Mais l’imprimeur oublie le « d » final. Le pseudonyme « Hamsun » sera conservé.

  • 5 Ce faisant, le romancier en herbe s’identifiait classiquement, comme le faisait déjà ses ancêtres e (...)

41Ses premiers écrits furent publiés à Tromsø en 1877 sous le nom de Knud Pedersen puis à Bodø en 1878sous le nom de Knud Pedersen Hamsund, selon une « coutume » norvégienne consistant à mentionner sonlieu d’appartenance (de résidence) dans son nom5.

42Avant de pouvoir écrire son roman le plus connu, La Faim ou Faim, à l’âge de 30 ans, le jeune KnutPedersen accumula de nombreuses expériences de travail et de voyage et comme beaucoup de sescompatriotes norvégiens de son époque traversa à deux reprises l’Océan Atlantique pour tenter sa chanceaux États-Unis d’Amérique.

43 C’est à cette occasion que l’éditeur d’un de ses livres ayant omis le d final de Hamsund, Knut PedersenHamsund en profita pour accepter cet oubli et prendre comme « pseudonyme » littéraire le nom de KnutHamsun.

44Ces premiers détails biographiques nous intéressent déjà à différents points de vue : en premier lesdifficultés à préciser certains points (Knud
ou Knut ?), le lieu exact de naissance, etc. Mais surtout ilsmontrent l’importance de l’intrication entre les données anthroponymiques et les données toponymiques etles spécificités des systèmes anthroponymiques spécifiques à chaque société.

45L’autre question fondamentale qui nous intéresse plus particulièrement concerne le fait d’accorder une placeà Knut Hamsun dans l’espace public norvégien : nous utilisons sciemment cette expression « espacepublic »car elle recouvre de nombreux cas de figures qui peuvent renvoyer à des enjeux politiquesdifférents : noms de rues, noms d’écoles, de stades ou de musées, etc.

46La commémoration en 2009 du 150e anniversaire de la naissance de Knut Hamsun, à la fois gloirelittéraire et intellectuel pro-nazi traître à son pays, a relancé un débat « classique » que l’on retrouve dans denombreux pays.

47Les journaux commentant les manifestations programmées à l’occasion de cet anniversaire témoignent deces réticences : «Norway divided on honoring pro-Nazi writer», «Knut Hamsun – hard to celebrate» ou«Ikke plass til Hamsun i Oslo», la discussion portant sur le fait de savoir comment dissocier le romanciercélèbre, gloire littéraire nationale internationalement reconnue, et le penseur et acteur nettement pro-nazi, dissociation qui concerne de nombreuses autres personnalités (Céline, Drieu La Rochelle ou RobertBrasillach en France, Martin Heidegger, Malaparte, Ezra Pound, William Butler Yeats, etc.).

48Dans une chronique récente, Pierre Assouline, prenant acte de l’importance des nombreuses célébrations qui ont émaillé l’année 2009 est plus clair : il estime que « Knut Hamsun n’est plus un problème » même s’il y a toujours « un certain embarras vis-à-vis de l’encombrant mais inévitable Hamsun ».

49En réalité, Knut Hamsun était déjà visible dans l’espace publicnorvégien : noms de rue à Bodø, Hamarøy, Kongsberg, Mo i Rana, Narvik, Raufoss, Stokmarknes et Trondheim (Knut Hamsuns veg, vei ou gate) ; sans oublier divers chemins de randonnée, des portraits, des plaques commémoratives, des statues ou des noms de musées ou de maisons. Généralement, ces mentions concernent des lieux où Hamsun a vécu lors de ses nombreuses pérégrinations, mais on peut considérer que cette visibilité ne se situait pas à un niveau national. Le 2 février 2009, le Conseil Municipal de Grimstad a fini par donner le nom de Knut Hamsun à un square situé en face de la bibliothèque, cette dernière devant elle-même se transformer en Musée Knut Hamsun ; il est également prévu d’installer à l’entrée de ce musée un buste du romancier (à une courte majorité et après des débats longs et houleux), alors que la capitale de la Norvège, Oslo continue à s’y opposer : dans ce dernier cas, l’envergure nationale de la capitale norvégienne s’oppose à l’argument des différents séjours effectués par Hamsun dans cette ville (Christiania alias Oslo). Pourtant plusieurs tentatives ont été faites mais sans succès.

50Par contre, une mesure symbolique d’envergure nationale confirme la réhabilitation en cours de Knut Hamsun : en effet, la Banque centrale norvégienne a annoncé tout récemment le lancement d’une pièce commémorative à l’effigie de Knut Hamsun : comme le dit Leif Veggum, directeur de la Banque de Norvège, « c’est l’auteur que nous célébrons ». Il s’agit de la première pièce commémorative fondue en l’honneur d’Hamsun.

51Nous mentionnerons enfin le fait que le 29 septembre 1973 trois astronomes connus comme ayant effectué des milliers de découvertes d’astéroïdes à partir de l’observatoire du Mont Palomar et de celui de Leyde, Tom Gehrels, Cornelis Johannes van Houten et Ingrid van Houten-Groeneveld, ont découvert une «mainbelt asteroid» identifié comme (5838) Hamsun = 2170 T-2, du nom du romancier norvégien, et sur les conseils de N. Arend.

52Si nous avons détaillé l’exemple de Knut Hamsun c’est parce qu’il nous permet, à partir d’un cas concret très contextualisé dans le temps et dans l’espace, de commencer à identifier des variables et des enjeux qui illustrent la question des rapports entre l’onomastique et le politique, et notamment les pratiques toponymiques et anthroponymiques.

53En détaillant le cas de Knut Hamsun nous avons pu montrer les difficultés qu’il y avait à préciser les circonstances exactes et les faits avérés relatifs tant à son lieu de naissance qu’à ses différents noms. Ce caractère flou tient à plusieurs raisons : fiabilité des sources (et notamment du Web qui contient le meilleur et le pire), non stabilité du système anthroponymique norvégien au XIXe siècle, mode littéraire facilitant l’adoption de noms d’artistes.

54Voici par exemple toutes les occurrences que nous avons trouvées relatives au nom de « Knut Hamsun » :

    • 6  La terminaison norvégienne finale indiquant la filiation, pour les hommes, est –sen, mais pendant (...)

    Knut Pedersen Garmostrædet
    Originally called Knut Pedersen Hamsund
    Knut Pederson6Knut HAMSUN
    Knud PEDERSEN dit ‘Knut HAMSUN »
    Knut SKULTBAKKEN
    Knut Pedersen HAMSUN (« de son vrai nom SKULTBAKKEN Knud)
    Knut Pedersen («novelist best known by his chosen name of Hamsun»)
    Knut Hamsun («pseudonym of Knut Pedersen»)
    Sa première œuvre de fiction Den Gaadefulde paraît en 1877 sous le nom de Knut Pedersen Hamsund.
    Knut Pedersen Hamsund («In 1884, after meeting Mark Twain and writing an article on him, a printer’s error dropped the final ‘d’on Hamsund. Hamsun accepted his new, accidentally born name»).

55Cette simple liste, peut-être non exhaustive, souligne les problèmes d’identification anthroponymique : il en est de même pour le lieu de naissance de l’écrivain car ce lieu a longtemps été l’objet de discussions (avec un effet direct sur son nom puisque nous avons vu que que plusieurs toponymes (noms des fermes) entraient dans le nom complet et pouvaient également être survalorisés pour des raisons littéraires (sans oublier l’accident de la chute du « d » final d’Hamsund).

56Pour résumer et montrer que toutes les orthographes présentées ci-dessus ont été et demeurent en partie valables, voici un début d’explication :

57Knud Pedersen est né le 4 août 1859 probablement à Vågå, dans une ferme appelé Skultbakken (son père Peder Pedersen avait hérité de cette ferme et avait comme identifiant le toponyme Skultbakken). C’est pourquoi, au tout début on parle de Knut Pedersen Skultbakken. Avant cela on croyait que l’écrivain était né à Lom, au lieu Garmostræt (ou Garmostraedet) ; de ce fait on a pu l’appeler Knud Pedersen Garmostraedet. Lorsqu’en 1862, ses parents migrent à Hamarøy, dans le Nordland, ils s’installent dans un lieu appelé Hamsund. D’où le nom Knut Pedersen Hamsund que l’écrivain utilisera au tout début de sa carrière. Suite à la chute du « d » final, il devient Knut Pedersen Hamsun pour être finalement connu mondialement comme Knut Hamsun. Knut Hamsun mourra le 19 février 1952 à Grimstad, dans sa propriété de Norholm, mais entretemps le système anthroponymique norvégien s’est fixé, privilégiant le caractère héréditaire du patronyme, sinon lors de son décès notre romancier aurait pu s’appeler Knut Pedersen Norholm !

58La « complexité » des noms des deux parents de notre écrivain (le summum est fourni sur un site Internet de généalogie qui nomme la mère du romancier « Tora Olsdatter GARMOTRAEDET Pedersen OLSEN) » rappelle la diversité dans le temps et dans l’espace des systèmes de dénomination des individus (choix des prénoms, des patronymes, inclusion de toponymes, etc.). Nous verrons plus loin que, dans certaines circonstances, ces identifications peuvent être lues et interprétées avec une perspective politique (étendue ou restreinte).

59Le fait que Knut Pedersen finisse par opter comme « nom littéraire » pour Knut Hamsun renvoie à une pratique fréquente dans les milieux artistiques (voir le cas du peintre allemand Emil Hansen plus connu sous le nom d’Emil Nolde, du nom de sa ville natale ou le cas de Gérard Labrunie dit Gérard de Nerval du nom d’un clos nommé Nerval et appartenant à sa famille, etc.). Dans le cas de Knut Hamsun, la question se complexifie du fait que, traditionnellement, dans certains systèmes anthroponymiques, le nom complet de la personne inclut un toponyme (SKULTBAKKEN pour le père de Knut Hamsun et GARMOTRÆDET pour sa mère) : c’est ainsi que les premiers ouvrages de Knut Pedersen seront signés Knut Perdersen Hamsund. Ensuite interviendra un « accident » imprévisible, à savoir la chute du d final, accident totalement accepté par le romancier qui dès lors deviendra le fameux Knut Hamsun.

60Cette question de l’imbrication entre toponymes et anthroponymes est très complexe et prête souvent à confusion : on trouve ainsi la remarque suivante qui montre que le touriste de passage a inversé la relation de causalité :

«On the way, I stopped in Hamsund, a village named after Knut Hamsun, one of the best novelists of all times, and a winner of the Nobel Prize for Literature in 1920»

(http ://lofotenmoose.info/view/norway/nordland/salten/Hamarøy/hamsund/2005/07/)

61C’est le « surnom » Hamsun (avec une faute) qui provient d’un toponyme et non pas le toponyme qui doit sont nom à un anthroponyme Hamsun.

62Nous voyons également que le nom de Knut Hamsun à été donné à plusieurs « entités nommées » mais que ce processus a posé et continue à poser de sérieux problèmes, compte tenu de la personnalité de l’auteur et des questions complexes relatives au fait de savoir comment dissocier sa réputation littéraire de ses engagements idéologiques et politiques.

63Nous avons opté pour l’expression « entités nommées » car elle est beaucoup plus large que celle des toponymes : on trouve bien sûr les odonymes (noms de rue, de place, etc.), mais aussi, dans le cas d’Hamsun, un buste, une sculpture, le nom d’un musée. Nous verrons dans les parties suivantes que la question de la politisation des pratiques toponymiques, notamment quand il s’agit d’attribuer des anthroponymes, est corrélée avec les divers types d’entités nommées.

64Le caractère politique du cas Hamsun est évident compte tenu des idées politiques de l’écrivain : mais l’argument a été très rapidement avancé, selon lequel il faut distinguer nettement sa réputation littéraire de son engagement politique.

65C’est là un vieux débat qui concerne de nombreux auteurs, dans tous les pays, et à cela se rajoute la question d’un rapport possible entre le degré de réputation littéraire (envergure locale, régionale, nationale, internationale) et le degré d’engagement politique (à la fois qualitatif et quantitatif) :

­qualitatif : on cite plus souvent les problèmes concernant les engagements à l’extrême droite, mais là il faut étudier les problèmes des contextes historiques et politiques : un militant d’extrême droite ou un vrai « libéral » pourrait également protester contre le fait de donner le nom de Louis Aragon, Elsa Triolet ou Pablo Neruda à un odonyme ou à une école !
­quantitatif : nous entendons par là le degré d’investissement politique, depuis des prises de positions idéologiques (dans des romans, dans des journaux — et quelques types de journaux) jusqu’à un engagement dans un parti politique ou une collaboration active avec « l’occupant ». Le cas de Knut Hamsun est complexe à cet égard : il a effectivement « collaboré » avec les Allemands et a soutenu activement le mouvement national-socialiste de Quisling, effectuant des actes hautement symboliques (don de la médaille de son Prix Nobel de Littérature à Goebbels, notice nécrologique dithyrambique à la gloire d’Hitler), sans oublier des engagements tout aussi forts de la part de sa seconde épouse et d’un de ses fils. D’autre part la question a été posée de savoir si le contenu même des thèmes littéraires de ses romans ne confirmait pas son positionnement à l’extrême droite.

66Il faut mentionner également l’idée avancée par certains qui, soucieux d’honorer la gloire littéraire de Knut Hamsun, mais sans vouloir que ce nom apparaisse dans l’espace public, proposaient de nommer certaines entités du nom de héros des romans de l’auteur.

67Le cas Hamsun soulève également la question de la mémoire, de l’oubli et du pardon, thèmes devenus l’objet de nombreux travaux actuels (Commissions de réconciliation, et.).

68Dernier point pour terminer avec le cas Hamsun : la question de la composition politique et/ou technique des instances chargées de nommer les entités, et des retournements éventuels des majorités notamment suite à des élections.

69Ainsi, le cas Hamsun nous a déjà permis d’illustrer toute une série de thématiques autour des rapports entre onomastique et politique, certaines questions étant « spontanément politiques », d’autres pouvant l’être.

L’identification des variables

70Nous avons, dans notre première partie, sélectionné une série de cas concrets visant à montrer l’extrême diversité dans le temps et dans l’espace des enjeux idéologiques et politiques relatifs aux rapports entre onomastique et politique. Nous allons maintenant décontextualiser ces exemples et mettre à plat, de façon pédagogique, les variables (invariants) à prendre en considération, dans une optique volontairement typologique.

71Nous allons successivement aborder la catégorie des noms propres, celle des acteurs qui nomment, la question fondamentale de la diversité des langues, les motivations des nominations et dénominations (quoi, pourquoi, où, qui)

L’onomastique, « science des noms propres »

  • 7 La littérature sur les noms propres est énorme : nous ne citerons ici que quelques travaux récents (...)

72La question de la nomination, du nom propre et de l’onomastique est à la fois une question très ancienne (voir Platon dans le Cratyle) et une question qui reste toujours d’actualité : de nombreux travaux ont été consacrés à cette problématique et on assiste aujourd’hui à un certain renouveau des approches qui visent à échapper aux considérations logico-philosophiques pour replacer les noms propres dans leurs contextes et réévaluer les approches lexicologiques : comme le rappelle Jean-Louis Vaxelaire, « Un traitement linguistique efficace du nom propre passe donc par une approche dé-ontologisée » (Vaxelaire, 2007 : 14)7.

  • 8 Il faut noter ici que certains linguistes estiment que la surreprésentation de l’anthroponymie et (...)

73Il y a de nombreuses difficultés à définir le nom propre (Leroy, [2004)] : on se rabat sur une approche typologique (notamment Vaxelaire, 2005 et Van Langendonck, 2007) qui a le mérite d’élargir la problématique au-delà des simples noms de personnes et de lieux8et donc de montrer en quoi d’autres catégories de « noms propres » ou mieux d’» entités nommées » peuvent être appréhendées par le politiste.

74Dans son récent livre intitulé Theory and typology of proper names, Willy Van Langendonck donne la liste suivante : Noms de personne (incluant les sous-catégories officielles et non-officielles : nom, prénom, surnom, sobriquets, etc., avec toutes les combinaisons possibles et distinguant entre les noms individuels et collectifs). Noms d’animaux. Noms d’ouragans. Noms de lieux (avec toutes les sous-catégories possibles). Noms d’objets astronomiques. Noms de bâtiments, de bateaux Noms d’organisations et d’associations.

75Les deux catégories principales que nous avons retenues peuvent être déclinées en de nombreuses sous-classes.

Les toponymes ou noms de lieux

76Cette catégorie gagnerait à être élargie pour inclure des sous-catégories en rapport avec la notion de « paysage linguistique » ou de « visibilité de l’espace public », car ce sont là des concepts de plus en plus développés par les géographes et dont les enjeux politiques deviennent de plus en plus fréquents (notamment quand il y a conflits entre les langues utilisées ou à propos des personnalités dont on donne le nom).

77Dès 1966, Henri Dorion et Louis-Edmond Hamelin avaient proposé de remplacer le terme de toponymie par celui de choronymie, d’où le titre parlant de leur article : « De la toponymie traditionnelle à une choronymie totale » (Dorion et Hamelin, 1966).

78La catégorie des toponymes comprend notamment les sous-catégories suivantes :
Odonymes : nom des rues, places
Oronymes : noms relatifs au relief (montagnes)
Hydronymes : noms relatifs à l’eau (fleuves, lacs)
Régionymes : noms relatifs aux régions, pays
Micro-toponymes : noms relatifs aux lieux-dits
Allonymes : l'ensemble des noms propres d'un même objet géographique (ex : Aachen, Aix-la-Chapelle, Aken, Aquisgran sont des noms propres qui désignent, dans leur langue respective, la même ville)
Endonyme : appellation toponymique exprimée dans la forme orthographique et dans la langue locale de la région où l’entité dénommée est située, indépendamment du système d’écriture
Exonyme : nom géographique utilisé dans une langue pour désigner un lieu situé en dehors du territoire dont cette langue est la langue officielle (ex : Londres, Moscou, etc.).

79En élargissant à la notion de paysage, on peut rajouter les noms des églises, des écoles, des universités, la signalétique routière, commerciale, etc.

80Pour ne citer qu’un seul exemple en relation avec le cas de Knut Hamsun, il se trouve que le Prix Nobel de la Paix a été décerné en 1936 à Carl von Ossietzky (pour l’année 1935). Ce dernier était un intellectuel pacifiste allemand condamné à plusieurs reprises par l’Allemagne pour avoir protesté contre le réarmement allemand et fournit à l’étranger des renseignements sur le réarmement clandestin de son pays : Hitler ordonnera son transfert dans le camp de concentration d’Emsland et lui interdira se de rendre en Norvège pour recevoir son prix. Il mourra en 1938 à Berlin victime des séquelles de la tuberculose contractée pendant sa détention. Knut Hamsun a fait partie des personnes qui voulaient s’opposer à ce que Carl von Ossietzky reçoive le Prix Nobel, estimant qu’il était injurieux d’offenser l’Allemagne en attribuant ce prix à un « traître » allemand anti-nazi. En 1972, un étudiant de l’université allemande d’Oldenburg avait proposé de baptiser cette université d’après Carl von Ossietzky : dans un premier temps cela avait été refusé mais à la suite de nombreuses manifestations, l’université a fini par être désignée sous le nom de Carl von Ossietzky Universität Oldenburg.

81Nous verrons dans une troisième partie les enjeux politiques liés aux pratiques toponymiques et notamment à la hiérarchie présentée ci-dessus.

Anthroponymes

82La catégorie des « noms de personnes » ou « anthroponymes » doit également être éclatée en nombreuses sous-catégories d’autant que les systèmes anthroponymiques sont d’une extrême variété dans le temps et dans l’espace : depuis le système du nom unique, en passant par les « tria nomina » des Romains et la complexité encore plus grande du système chinois ou des systèmes africains. Là aussi, cette extrême variété et les possibles hiérarchisations des divers composants du nom complet peuvent constituer des enjeux politiques.

  • 9 On pourrait imaginer un travail éventuel sur les phénomènes de résistance au pouvoir par le biais (...)

83On pourrait également s’interroger sur les enjeux idéologiques et politiques d’autres catégories de noms propres : les ethnonymes mais aussi les noms d’animaux (vaches, chevaux, animaux familiers, les marques de fabrique, de voitures, de bateaux, d’astéroïdes)9.

Les acteurs

84Les divers exemples concrets présentés ci-dessus montrent déjà l’extrême diversité des acteurs et/ou des autorités toponymiques qui interviennent
aux différentes étapes des processus de nomination/redénomination ? Il
en est de même pour les pratiques anthroponymiques. Nominations venues spontanément de la base ou nominations imposées par le haut ?

85Lorsque l’immigrant norvégien s’installe en Amérique il a, dans un premier temps, tendance à nommer les lieux et les personnes à l’identique de sa situation de départ, pour des raisons linguistiques, pour des raisons de cohésion sociale (les migrations étant souvent collectives et encadrées) ; ce faisant il ignore souvent les nominations préexistantes ; ensuite, en fonction de son mode d’intégration dans la société d’accueil (mobilité sociale et géographique), ses pratiques onomastiques vont être modifiées (spontanément ou elles seront imposées par le haut ou du fait des interactions avec les autres groupes sociaux).

86La complexité des évolutions sociétales (ouverture vers l’extérieur, migrations, conquêtes territoriales, contacts/conflits avec d’autres groupes sociaux, spécialisation croissante des sociétés (tribus, structures féodales, monarchies, républiques, empires, États-nations, remise en cause de ces dernières structures, etc.) ainsi que l’extrême diversité des régimes politiques (religieux, laïcs, autoritaires, oligarchiques, démocratiques, totalitaires, etc.), expliquent l’extrême diversité des acteurs qui sont amenés à nommer, débaptiser et renommer les lieux et les personnes.

87D’où l’importance d’en faire une typologie :

88Il y a le quidam qui venant de s’installer pour défricher une nouvelle terre et construire son habitation lui donne son nom (ex : la Ville-Rigourd) ou bien la baptise en fonction d’une caractéristique naturelle (le Bois Joli) ou encore accepte de reprendre un nom déjà existant, souvent nommé par une personne ou un groupe préexistant (« déjà là »).

89On trouve ensuite le pouvoir discrétionnaire du monarque qui par là même renforce son emprise territoriale et sa légitimité (Constantinople). Mais ce côté discrétionnaire n’est pas limité aux régimes monarchiques ou du moins, il est caractéristique des régimes autoritaires.

90Et puis il y a de plus en plus, compte tenu du développement des pratiques démocratiques collectives et d’une plus grande sensibilisation aux questions onomastiques, la mise sur pied de structures collectives délibératives avec un pouvoir décisionnel éventuel (suivant les régimes politiques et surtout suivant les niveaux territoriaux). Enfin, dernier stade, lié au développement des relations interétatiques et aux processus de globalisation, il existe des structures qui ont pour fonction d’homogénéiser les pratiques toponymiques au niveau international, sans oublier les divers instruments juridiques qui, dans le cadre d’une approche patrimoniale de l’onomastique, tentent de défendre et promouvoir les langues « régionales ou minoritaires » (c’est le cas par exemple, au niveau européen de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ou de la Convention-cadre sur les minorités nationales).

91Les cas concrets analysés sommairement ou en détail dans la première partie permettent déjà d’identifier quelques types d’acteurs : comme les exemples sont récents et concernent des pays européens « démocratiques », la part belle est faite à des structures collectives : mais on peut déjà souligner certaines spécificités qui vont mettre en valeur de façon différente la politisation des pratiques onomastiques :

92Il y a le cas des Conseils municipaux (à Grimstad ou à Oslo) : dans certains cas, ces conseils peuvent délibérément constituer des commissions spécialisées chargées de mettre en place des politiques toponymiques qui devront respecter toute une série de prescriptions qui deviennent classiques : unicité de la référence (éviter les doublons au niveau local, voire régional, national ou même international), interdiction de nominations discriminatoires ou politiquement incorrectes, interdiction de donner le nom de personnes en vie (et éventuellement établissement d’une période d’attente), demande de consultations de la base (avec des référendums locaux, etc.).

93Le cas de la Garenne-Colombes montre que les exécutifs (maires en l’occurrence) peuvent encore se passer de telles commissions et faire preuve d’» arbitraire ».

94Ce dernier exemple illustre bien la tendance actuelle visant à harmoniser les pratiques onomastiques quand elles « dépassent » le niveau classique des relations interétatiques. Pour ces dernières, il existe depuis plusieurs années des structures internationales liées à l’ONU et qui se réunissent régulièrement en réunion globales ou suprarégionales (United Nations Group of Experts on Geographical Names ou UNGEGN, en langue anglaise) (voir Kerfoot, 2004 mais aussi Kadmon, 2004).

95D’autre part, de nombreux États se sont dotés de Commissions de Toponymie dont les motivations sont très diverses : par exemple certaines sont très nationalistes d’un point de vue linguistique (ex : Québec, Grèce ou celles mises en place par les « régions » qui ont obtenu, dans un cadre fédéral ou fortement décentralisé, les moyens de leur politique linguistique, surtout lorsque ces régions se définissent effectivement par leur différence linguistique : Galice, Catalogne, Pays Basque en Espagne ; Pays de Galles ou Écosse en Grande-Bretagne).

96Il est évident que plus on remonte dans le passé et plus les pratiques onomastiques sont les faits du Prince, comme le remplacement de Fort-Lamy, capitale du Tchad, par N’Djamena, remplacement qui semble avoir été imposé par le président Tombalbaye, dans le cadre du processus de décolonisation culturelle et d’affirmation de la « tchatitude », sur le modèle de Mobutu.

  • 10 Les exemples sont innombrables et demanderaient bien sûr à faire l’objet d’un recensement exhausti (...)

97Quant aux fondations ou redénominations de lieux effectuées par les monarques (ou leurs sujets) sur la base de leur nom ou de noms de proches de leur famille, elles sont légion, depuis la fondation de Constantinople, « la Nouvelle Rome », succédant à Byzance jusqu’à celle de Recaredopolis fondée vers 580 par le roi wisigothique Léovigild en l’honneur de son fils Recared10.

98Dernière recommandation : attention aux fausses étymologies. Deux exemples, Élisabethville, fondée en 1910 au Congo par les Belges d’après le nom de la reine des Belges de l’époque. fut renommée Lubumbashi en 1965 ; mais cela n’a rien à voir avec Port-Elisabeth, en Afrique du Sud, ce dernier ne dérivant pas son nom de la Reine d’Angleterre mais du prénom de l’épouse du gouverneur anglais du Cap.

99De la même façon, dans le domaine de l’anthroponymie, si on assiste à un pic du choix de Victoria comme prénom à l’époque de l’avènement de la reine Victoria en Grande-Bretagne (alors même qu’il ne s’agissait pas de son premier prénom), au Canada, le choix de ce prénom a pu être corrélé de façon plus significative avec la célébration (victoire) des Anglais sur les Français (Trafalgar, Waterloo).

La langue

100La multiplicité des langues parlées dans le monde (disparues ou non) constitue une variable fondamentale. La question des usages politiques de l’onomastiques se poserait même si les hommes parlaient la même langue : une grande partie des « révolutions onomastiques » (de courte durée ou persistantes) résultant par exemple du passage de l’Ancien régime à la Révolution française, de l’Empire tsariste à la Révolution bolchevique ou de l’établissement progressif du régime républicain en France, se sont effectuées, pour une grande partie, au sein d’un même système linguistique (français ou russe). Mais, dans la mesure où, sauf cas rarissime (Islande par exemple), tous les États sont ou ont été multilingues, le contact/conflit entre langue dominante (nationale, officielle, étatique) et langues dominées ou minorées constitue une variable fondamentale (la remise en cause de l’État-nation traditionnel accentue aujourd’hui ce phénomène ainsi, bien évidemment, que les démembrements des ex-Empires ou Fédérations qu’étaient l’Empire ottoman, l’Empire austro-hongrois, l’Empire russo-soviétique ou la Yougoslavie). Enfin, il existe un dernier cas : celui des processus de colonisation et de décolonisation ainsi que les revendications actuelles des peuples autochtones ou natifs. Les divers « territoires » (régions, États, etc.) issus de ces reconfigurations politico-territoriales ont tous adopté des politiques linguistiques qui cherchent à revitaliser leurs langues nationales et mènent notamment des politiques en matière de toponymie et d’anthroponymie : on assiste également à de telles revendications dans les États unitaires qui, sauf exception, sont multilingues à un degré ou à un autre. La question se pose également aux niveaux transnationaux et internationaux avec des textes relatifs aux « minorités linguistiques », aux « langues régionales ou minoritaires », et avec un intérêt particulier aux langues des peuples autochtones (avec les difficultés que l’on sait quant à la définition de ces catégories et quant aux réticences de nombreux États).

Quelques pistes de recherche et hypothèses

101Après avoir dans notre première partie illustré quelques cas concrets, puis, dans une seconde partie identifié un certain nombre de variables qui nous semblent pertinentes, nous terminerons en posant quelques pistes de recherche sur le thème « onomastique et politique ». Ces pistes ne sont pas (encore) hiérarchisées mais on voit que le « politique » affleure à chaque instant.

L’onomastique comme vecteur de la résistance/assimilation entre groupes ou l’onomastique révélateur des transitions

102Les revendications identitaires s’appuient sur les pratiques onomastiques, qu’il s’agisse de s’assimiler ou de résister à l’assimilation.

103On peut prendre l’exemple des Gallo-Romains : la « romanisation » de la Gaule peut être « prouvée » par les manières dont les élites gauloises ont tenté à la fois, selon les contextes, de s’assimiler au monde romain dans une perspective de mobilité sociale ascendante et de résister éventuellement à cette assimilation. Les différences des systèmes anthroponymiques facilitent la comparaison. Il en est de même des noms de lieux qui combinent à la fois un radical romain (célébrant un empereur, le plus souvent Auguste ou César) et un suffixe gaulois : citons comme noms de lieux avec le nom Auguste et un suffixe gaulois :

Augustomagus (Senlis)
Augustodunum (Autun)
Augustodunum (Bayeux)
Augustoritum (Limoges)
Augustonemetum (Clermont-Ferrand)

104Sans oublier de nombreux Augusta suivi du nom d’un peuple ou d’une civitas.

105Les pratiques anthroponymiques sont encore plus révélatrices (voir Stüber, 2007/Dondin-Payre et Raepsaet-Charlier, 2001/Cokun et Zeidler, 2003).

106Ces pratiques liées aux contacts culturels, religieux et politiques entre groupes dominants et dominés sont universelles : c’est ainsi, par exemple, que la conquête de l’Angleterre par Guillaume le Conquérant a généré une véritable épidémie anthroponymique au profit du nom William. Et une analyse chronologique fine des fréquences des prénoms, dans tous les pays et à toutes les époques, met à jour des corrélations significatives (Philippe au temps de l’État français de 1940 pour célébrer Philippe Pétain ou Amélie sous le second Empire). Pendant longtemps ce sont, en Europe, les prénoms religieux qui ont dominé (Jean, Marie, Joseph, Pierre) : par contre, dans les lignages royaux ou aristocratiques les enjeux de pouvoir et de légitimité prenaient le dessus : lorsque le roi de France Henri Ierdonne le nom de Philippe à son fils aîné (prénom jusqu’alors inconnu dans la lignée des Capétiens), il tient compte de l’avis de son épouse Anne de Kiev, liée à la fois aux souverains de Kiev et à la puissance de Byzance (voir Dunbabin, [1993]).

Onomastique et règlement des conflits

107Le choix des anthroponymes et des toponymes répondent à des motivations très diverses dont le fondement principal est la connaissance et la reconnaissance des lieux, des individus, des groupes, etc. ; ils ont une fonction identitaire tant à l’égard de la cohésion du groupe qu’à l’égard des relations entre les groupes, relations qui peuvent être amicales ou conflictuelles. La complexification croissante des sociétés (tribus, empires, État-nations, etc.) ira de pair avec le souci, de la part des pouvoirs centraux, à la fois de contrôler leur territoire et les individus vivant sur ces territoires (pour des raisons économiques, militaires et fiscales), et d’augmenter la superficie de ce territoire par des guerres familiales, claniques, féodales, nationales, coloniales, impérialistes. Toutes ces dynamiques ont eu des impacts différenciés sur les pratiques toponymiques, anthroponymiques et ethnonymiques.

108Nous allons illustrer ces questions par quelques exemples sélectionnés à des dates différentes et en des lieux différents

L’exemple de la Chine des Ming

109Les empereurs chinois, et notamment ceux de la dynastie Ming, ont été régulièrement confrontés, sur leurs frontières septentrionales et occidentales à la menace permanente des Barbares et notamment des Mongols. De ce fait, un nombre important de toponymes situés sur la frontière nord a reflété cette obsession. Dans un article consacré aux noms de lieux sur la frontière septentrionale de la Chine, Henry Serruys montre que les installations militaires censées contenir les assauts des Barbares avaient des noms « classiques » évoquant des caractéristiques naturelles du terrain ou des noms de famille vivant dans le voisinage, mais qu’il y avait aussi un nombre significatif de noms comprenant un caractère faisant référence aux Mongols et le plus souvent dans un sens avilissant ou peu flatteur. Les caractères employés renvoyaient à la volonté de « domination », de « guerre », de « victoire » sur les Barbares :

«In May, 1410, the same Yung-lo emperor, conducting one of his several Mongolia campaigns, is said to have reached what is called Ch’in-hu-shan ‘Mountain where the Barbarians were Captured» (Serruys, 1982: 273).

110Et beaucoup de noms de lieux (fortifications, tours, etc.) comportaient des noms discriminatoires à l’égard des Barbares d’en face. Ultérieurement, en fonction d’accords de coexistence pacifique, certains de ces noms ont été débaptisés pour pacifier « linguistiquement » les relations.

111N’oublions pas qu’en Russie Vladivostok signifie « dominateur de l'orient » ou « seigneur de l’Est », toponyme renvoyant à l’impérialisme territorial des Russes, et qu’il en est de même de Vladikavkaz, ville de Russie, capitale de la République d'Ossétie du Nord fondée en 1784 comme forteresse car la colonisation militaire russe vers la Géorgie a commencé en Ossétie du Nord, en particulier après la création de cette forteresse. De 1931 à 1944 et de 1954 à 1990 son nom était Ordzhonikidze (Орджоникидзе) (d’après Sergo Ordzhonikidze, un Géorgien bolchevique), et de 1944 à 1954 elle fut dénommée Dzaudzhikau (Дзауджикау). Vladikavkaz signifie « Reine du Caucase » ou Rule the Caucasus. Et n’oublions pas Vladimir, l’une des plus anciennes villes de Russie formée sur «Vladi » qui veut dire « qui possède », et « mir » qui signifie « le monde ».

112Ces derniers exemples illustrent bien comment les prétentions territoriales des États se concrétisent souvent par des choix motivés de toponymes.

113Aujourd’hui les conciliations passent souvent par la double signalétique. Il existe également des cas intéressants de toponymes qui, étant situés sur la frontière entre deux territoires, comportent deux ou trois composants rappelant leur position frontière comme la ville américaine de Texarkana : cette ville est à cheval sur la frontière entre le Texas et l’Arkansas mais elle est également proche des frontières entre l’Oklahoma et la Louisiane. Fondée en 1874 à la jonction de plusieurs réseaux ferroviaires, son nom a été créé en combinant des extraits de trois États : Texas, Arkansas, et Louisiana (voir Heck, 1928).

114On peut également effectuer le même genre d’analyse avec les données anthroponymiques qui peuvent être utilisées comme stratégie de conflit ou au contraire comme moyen de règlement des conflits.

L’exemple des Bwa

115Cet exemple concerne les pratiques anthroponymiques : Cécile Leguy a montré, en analysant les stratégies matrimoniales chez les Bwa du Mali, que certaines pratiques anthroponymiques facilitaient la coexistence pacifique entre les divers clans. Dans ce cas l’onomastique sert à prévenir et/ou régler les conflits. Cécile Leguy affirme ainsi que « La nomination peut… devenir un outil de régulation des conflits » (Leguy, 2006 : 108).

L’exemple des « noms de guerre »

116Notre dernier exemple concerne le fait que, dans de nombreuses sociétés, l’imminence et la réalité du conflit peuvent amener certains acteurs de ce conflit à se doter d’un nom de guerre : c’est une coutume que l’on trouve déjà dans l’Antiquité. Des travaux récents ont tenté de décrire et d’expliquer le choix de ces noms, notamment dans les guerres civiles au Zimbabwe (Pfukwa, 2007). Cette pratique concerne de nombreuses activités : il suffit de penser aux noms que se donnent les groupes de supporters des équipes sportives et notamment de football (avec ces relents guerriers nationalistes et/ou communautaristes).

Rapport entre la toponymie et les pratiques linguistiques

117Il s’agit là d’une question très sensible. Si les toponymes restent dans le paysage linguistique (sauf volonté d’éradication systématique) et témoignent de langues parlées à une époque parfois très ancienne et qui peuvent très bien ne plus être parlées de nos jours, les occupants successifs d’un même territoire ont apporté leurs propres langages, mais n’ont pas toujours tout renommé. Il y a donc toujours un décalage important entre le paysage toponymique ossifié et la dynamique et la diversité des pratiques linguistiques des individus. Lorsque, pour des raisons historiques de conflits linguistiques, ce fossé est mal vécu, certains groupes peuvent être tentés d’arguer d’une toponymie ancienne écrite dans une langue donnée pour asseoir des prétentions territoriales ou, à l’inverse de modifier radicalement la toponymie au profit des langues parlées actuelles. Le cas du Québec est à cet égard exemplaire. Cet État fédéré très susceptible sur la question de la langue française applique une version très ferme du principe de territorialité linguistique : c’est ainsi que la Commission de toponymie du Québec, très active pour la défense et la promotion de la langue française, a estimé anormal qu’il y ait un décalage entre le pourcentage des locuteurs de langue française et le pourcentage de toponymes en langue française, d’où une politique forcenée de néo-toponymie ayant pour but de rehausser très fortement le pourcentage de lieux nommés en français (c’est ainsi par exemple qu’elle a organisé un concours consistant à en attribuer à un ensemble très important de terres (îlots ou rochers) qui sont nés à la suite de la mise en route d’un barrage important. Cette politique linguistique volontariste pose le problème très compliqué du rapport entre le territoire et la langue, car, comme on a pu le dire, le territoire de la langue se situe dans le cerveau de l’être parlant.

118Le cas du Québec est très intéressant car son combat principal contre l’impérialisme de la langue anglaise lui a longtemps fait sous-estimer les enjeux des langues amérindiennes parlées sur son territoire (Inuits, Crees, Micmacs, etc.). Dans un ouvrage paru en 1962, le géographe militant québécois Michel Brochu, spécialiste de la toponymie, ardent nationaliste et défenseur de la langue française, membre du Comité de toponymie du Québec de 1959 à 1965, s’interroge sur le défi que constitue le Nouveau-Québec, partie septentrionale concédé par le régime fédéral canadien au début du XXe siècle et préconise la décolonisation de ce territoire. Il estime notamment qu’une francisation systématique de la toponymie de cette région constituerait un moyen hautement symbolique d’en « reprendre » possession (Brochu, 1962). Depuis le Nouveau-Québec est devenu le Nunavik et est habité en grande majorité par des Inuits : on y mène une politique volontariste de reconquête des toponymes autochtones avec la participation active des populations locales.

Terres et individus sans noms

119Dans de nombreux cas, faute pour les explorateurs (ou volonté de leur part) de comprendre les systèmes de perception et d’appropriation que les peuples autochtones avaient développés en fonction de leur système social, les nouveaux arrivants ont souvent ignoré les dénominations existantes, d’où les catégorisations de Terra nullius, Terra incognita ou territoires sans maîtres : encore faudrait-il affiner l’hypothèse en fonction des motivations réelles des colonisateurs (simples découvertes sans suite, volonté de découvrir de simples terrains de chasse ou véritables intentions d’implanter des colonies et quels types de colonie : pénitentiaires, de peuplement, d’exploitation des terres, de traite « négrière ». Les pratiques onomastiques ont pu être différentes à chaque fois. Il faut tenir compte également du degré de « civilisation » des peuples rencontrés et de leurs types de contact (amicaux ou conflictuels). Dans de nombreux cas, les colonisateurs ont totalement ignoré les systèmes préexistants de dénomination des lieux pour imposer les leurs, en fonction de leurs implantations (forts militaires, etc.). Il en a souvent été de même avec les systèmes anthroponymiques qui étaient souvent très éloignés et beaucoup plus complexes que ceux des « Blancs » ; dès lors, lorsque les États européens ont été amenés à mieux administrer et rationaliser leurs colonies (toujours pour des raisons de contrôle économique, fiscal ou militaire), ils ont souvent procédé à des nominations collectives qui niaient complètement les marqueurs anthroponymiques des populations soumises.

120Le cas de la traite négrière et de l’esclavage a constitué le point de non retour de ces pratiques puisque les esclaves, étant des choses, n’étaient pas nommés : ils perdaient tout ce qui faisait leur identité au profit d’une non-existence patronymique ou d’une nomination réduite au strict minimum et infantilisante. Cette blessure identitaire et narcissique aurait pu être effacée à l’occasion de la suppression de l’esclavage : or il n’en n’a pas toujours été ainsi, d’une part parce que les nouveaux systèmes de nomination étaient inspirés des normes européennes et que surtout, dans la hâte de nommer les centaines de milliers d’esclaves rendus à leur liberté, les autorités administratives chargées d’effectuer ces opérations de recensement dans l’urgence ont très souvent affublé les nouveaux libres de patronymes et de prénoms imposés et ridicules.

121Dans un livre récent court mais d’une extrême densité, Philippe Chanson étudie comment les milliers d’esclaves des Antilles et de la Guyane françaises, une fois libres, ont été nommés de façon brutale, bureaucratique et blessante par les autorités françaises de l’état-civil de l’époque. S’inspirant des travaux de Louis-Jean Calvet, de François Laplantine et de Jean-Loup Amselle, ainsi que des romanciers antillais et après avoir dépouillé de nombreux documents écrits et procédé, avec tact, à des entrevues, il témoigne de l’existence actuelle de noms ou prénoms « ridicules » constituant une véritable blessure narcissique qui réactive à tout moment les stigmates de l’esclavage passé : il cite ainsi des noms tels que Inconnu, Dément, Paindépice, Crétinoir et autre Comestible. Ses propos sur les enjeux et les méfaits de la nomination sont pertinents et ne se limitent pas au seul phénomène colonial récent mais à de nombreux phénomènes de contacts/ conflits entre groupes (Chanson, 2008).

122Voici un extrait de Chanson :

« Nommer, donc, dans ce contexte, n’équivaut-il pas résolument à s’approprier, clôturer, exercer un pouvoir sur la chose nommée ? Et non sans une pointe mystico-théologique à la manière des « découvreurs » reprenant, dès leur arrivée, les gestes du Créateur et d’Adam au paradis terrestre. Quoique avec une nuance de taille : non pas nommer pour que les espaces, les lieux, les choses, les êtres et les espèces adviennent à l’existence, mais nommer ou re-nommer au mépris des appellations indigènes, comme si tout était jusqu’alors voué à l’inexistence. Plus donc usurper que nommer, prétention déclarée à détenir l’origine, ethnocentrisme paradoxalement inconscient et, comme je l’ai avancé, stratégique. Car “la capacité de nommer, de donner un prénom, un nom ou un surnom est bien entendu essentielle, comme le remarque l’anthropologue Jean-Loup Amselle, elle est révélatrice des clivages et des rapports de forces à l’œuvre au sein d’un champ social déterminé” » (Chanson, 2008 : 46).

Les ruptures « politiques »

123Ce sont les ruptures politiques qui généralement ont généré des redénominations en masse, que ces redénominations soient de courte durée ou de moyenne ou longue durée selon les contextes politiques. Il y a eu par exemple un nombre très important de lieux qui, lors de la Révolution française, ont été renommés pour faire disparaître les mentions religieuses ou témoignant de l’Ancien régime (les saints, rois et autres ducs, avec parfois des contresens stupides) ; mais cette épidémie a été de courte durée et très rapidement les communes ont repris leurs noms d’origine. De la même façon, la volonté d’imposer des prénoms ou des noms « révolutionnaires » a fait long feu (les exemples sont relativement peu nombreux et sont géographiquement très concentrés, notamment en fonction du clivage rural-urbain). Par contre, la Révolution bolchevique a été à cet égard plus dramatique quant à ses effets onomastiques : la chute du bloc de l’est a eu l’effet contraire et il est intéressant de noter que la « débolchevisation » des toponymes a souvent caché une volonté d’affermir la russification.

124Certaines révolutions, plus douces, ont parfois laissé des traces toponymiques plus profondes : on pourrait citer, pour la Révolution américaine, le cas du toponyme basée sur le nom de Washington (Smorag, 2002).

  • 11 La méconnaissance de l’histoire politique et électorale de la France aboutit parfois à de fausses (...)

125Les redénominations sont à la fois liées aux changements de régime mais aussi à la séparation des pouvoirs dans l’espace : la Révolution bolchevique, de part son caractère totalitaire et le pouvoir absolu du PCUS (Parti communiste de l'Union soviétique) avait les moyens d’imposer et d’homogénéiser les noms de lieux « socialistes » à tous les niveaux territoriaux (du simple kolkhoze à des villes très importantes). Dans le cas de la France, le passage progressif au régime républicain a été diversement marqué sur le plan de l’odonymie par exemple, en fonction de la composition politique des Conseils municipaux et des changements politiques fréquents. Il reste toujours étonnant de voir des villes qui aujourd’hui, compte tenu des processus de ségrégation sociospatiale ayant abouti à évacuer les classes populaires de nombreuses villes périphériques de villes comme Paris, conserver des noms de rue renvoyant à des personnalités révolutionnaires. Nous prendrons le cas de Puteaux, ville des Hauts-de-Seine, aujourd’hui détenue par la droite (UMP) mais qui, à la fin du XIXe siècle, était, compte tenu de l’importance de son activité industrielle, une ville tenue par l’extrême gauche, son maire Roque de Fillol élu en 1871, soutien de la Commune avait été déporté. On trouve toujours à Puteaux les rues Édouard Vaillant (communard et blanquiste), Jules Guesde, Paul Lafargue (gendre de Karl Marx), etc11. Par contre certaines communes ont voulu, notamment quand la droite remportait la majorité face au PC sortant, décommuniser les noms des rues (comme à Argenteuil). En réalité, on a l’impression que le manque de mémoire politique aboutit à un maintien des noms anciens ; quant aux noms nouveaux, ils sont souvent soit « neutres » (noms de peintres, de musiciens, etc…) même si parfois des érudits locaux tentent de donner des vieux noms non politisés mais dénotant des caractéristiques physiques, ou bien il s’agit de noms politiques soit parce qu’il y a un changement « radical » de majorité (les communes prise par le PC ont souvent dénommé des rues, des écoles du nom d’hommes politiques d’extrême gauche, français ou étrangers, d’intellectuels engagés à gauche ou de résistants (c’est ainsi qu’on trouve à Nanterre, ville communiste depuis 1935, une rue Lénine, des écoles Maxime Gorki ou Pablo Neruda, une rue Salvador Allende, etc.). De son côté l’extrême droite, lorsqu’elle a réussi à s’emparer d’une ville (comme le Front National en France), a souvent supprimé les noms de personnalités « communistes » surtout quand elles n’étaient pas « françaises », pour les remplacer soit par des noms fleurant bon le retour aux vieilles provinces françaises, soit par des personnalités d’extrême droite. L’exemple le plus connu est celui de la commune de Vitrolles, dont certains noms de rue ont été modifiés lors de l’élection en février 1997 de Catherine Mégret, candidate du Front National :

Cette dernière avait affirmé que « Notre ville fière de son identité entend affirmer avec éclat l’identité française et provençale » (Lettre du maire n°3, septembre 1997) : en conséquence :

La place Nelson Mandela devient la place de Provence ;
L’avenue Salvador Allende devient l’avenue Mère Térésa ;
Le square Dulcie September devient le square Marguerite de Provence ;
L’avenue Jean-Marie Tjibaou devient l’avenue Jean-Pierre Stirbois haut responsable du Front National décédé accidentellement en 1988 (Catherine Mégret n’a pas osé aller jusqu’au bout de sa logique en cumulant le côté extrême droite et le côté « provençal » à travers le nom de Charles Maurras).

126Dans certains cas l’analyse détaillée des délibérations des conseils municipaux ou une épidémie relative à un nom donné fourni des pistes de recherche intéressante : c’est ainsi que dans une communication récente, Michel Rateau a pu démontrer en quoi l’attribution en nombre important du nom Villebois de Mareuil à la jonction du XIXe et du XXe siècle, témoignait du souci de certaines municipalités de prendre ses distances à la fois par rapport à l’affermissement du régime républicain et au rapprochement avec l’Angleterre (Entente Cordiale) : en effet, le général Georges Villebois de Mareuil, militaire de carrière, entré au service des Boers, par haine de l’Angleterre et séduit par les idées de Charles Maurras, a été l’un des fondateurs de l’Action Française : ironie du sort, la commune communiste actuelle d’Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis possède une rue Villebois-Mareuil (Rateau, 2009).

La preuve par la toponymie

127Lors de nos nombreuses lectures volontairement exploratrices sur
les pratiques toponymiques, nous avons souvent trouvé un vocabulaire spécifique selon lequel la toponymie servirait de « preuve », d’» évidence », de « verdict » au service d’une cause, d’une idéologie, d’une prétention territoriale ou d’un processus de centralisation politique : voir l’article de Michel Izard, 1993 « Centralisation du pouvoir : la preuve par la toponymie », Journal des Africanistes 63 (2) : 5-24.

128En voici quelques exemples :

«Did the Slavs invade eastern Europe and settle there? The traditional verdict of placename and historical studies is “yes – in the sixth century”, and the archaeological evidence once seemed to fit this model too» (Brather, 2004: 314).
«…Aboriginal toponymic maps serve as evidence of land use patterns, and hence constitute the basis for land claim settlements which are still being negotiated across Canada between Aboriginal nations and the Canadian government».(Drummond, 2005 : 920).
«Aboriginal place name maps serve to ground land claims and the concomitant entitlement to selfgovernment attached to those jurisdictions. In recent years, the place name maps of North American Aboriginal groups have been drawn upon both in land claims processes and as a basis for self-government within these jurisdictions». (Drummond, 2005 : 927).

129Dans un article sur les Baynunk, Charles de Lespinay montre comment cette « ethnie » de l’Afrique de l’Ouest est souvent méconnue pour ne pas dire « interdite d’existence » alors même qu’il existe une langue baynunk (dont Charles de Lespinay a commencé un dictionnaire) et qu’un très grand nombre de toponymes « inexplicables » le sont par la langue baynunk. Sauf qu’il y a un problème car le reconnaître c’est accepter l’idée que les Baynunks étaient présents sur leur territoire avant l’arrivée d’autres migrants et que, dès lors, cette toponymie pourrait servir de preuve pour des revendications foncières qui remettraient complètement en cause des rapports de force anciens (Lespinay, 1999). Ce cas n’est pas unique et il y a à l’heure actuelle de nombreuses revendications foncières menées par les peuples autochtones (Aborigènes d’Australie, Maoris de Nouvelle-Zélande, Kanaks de Nouvelle-Calédonie, divers peuples amérindiens, etc. (voir aussi Offen, 2003).

130Ainsi le pouvoir de nommer implique le droit de réclamer (revendications foncières notamment).

131On peut citer également les débats interminables qui opposent les scientifiques albanais et grecs sur les questions de l’illyrien ou du thrace ou les scientifiques roumains et hongrois sur la question de la Transylvanie. Il faut ainsi distinguer la dimension éventuellement politique des actes de nomination et les usages politiques de nominations effectuées depuis longtemps, notamment lorsqu’il y a des divergences linguistiques et souvent même des difficultés à comprendre le sens des toponymes, voire même à les rattacher à une famille linguistique. Dans la typologie rapide des toponymes mentionnés dans notre seconde partie, nous avons mentionné les noms de relief (oronymes) et les noms de cours d’eau (hydronymes) : or les recherches montrent que les oronymes et les hydronymes font partie des couches toponymiques les plus anciennes et souvent rédigées dans des langues soit disparues soit ayant très fortement évolué. Dès lors, ces strates anciennes peuvent être mobilisées comme « preuves » d’une antériorité territoriale d’un groupe par rapport à un autre (c’est le cas des scientifiques et idéologues hongrois et roumains qui se renvoient mutuellement des argumentaires fondés sur l’ancienneté des hydronymes, allant même parfois jusqu’à distinguer entre les hydronymes majeurs – fleuves et rivières, et les hydronymes mineurs – ruisseaux, pour mieux asseoir leur prétention à l’autochtonie). On peut citer également les enjeux idéologues liés à l’existence de substrats toponymiques de langue celtique : dans un article consacré à la toponymie gauloise en Suisse, Andreas Kristol met en garde contre les dérives idéologiques et politiques de la « celtomanie » (Kristol, 2005). On retrouve des questionnements identiques dans l’ensemble des périphéries celtiques (Bretagne, Cornouailles, Écosse, Pays de Galles et même Galice), où les arguments toponymiques constituent à la fois un enjeu scientifique et idéologique. Il faut également insister sur le fait que les différentes catégories des toponymes renvoient à des strates anciennes très différentes et donc à des temporalités différentes qui font que leur degré de remplacement peut être très variable.

Les enjeux de la mise à l’écrit des noms de lieux

132Si la nomination des choses, des personnes, des lieux constitue une activité primordiale, fondatrice du « vouloir vivre ensemble » des individus socialisés, il faut se rappeler que cette activité a d’abord été orale, que certains noms étaient sacrés et que la passage à l’écrit a souvent constitué un enjeu à la fois religieux et de pouvoir. Cette confrontation entre l’oral et l’écrit a été exacerbé lors des contacts/conflits entre des groupes culturels différents, notamment dans les contextes coloniaux où la « distance » et « l’incompréhension » étaient grandes. Sans même prendre les exemples classiques du colonialisme en Afrique ou en Amérique, on trouve déjà des exemples significatifs lors de la colonisation de l’Irlande par l’Angleterre. C’est ainsi que le géographe Charles W. J. Withers dans ses ouvrages sur la mise au pas cartographique, politique et militaire des périphéries celtiques, rappelle un incident : celui d’un arpenteur royal anglais (surveyor) assassiné en Irlande en 1602 parce que les paysans ne voulaient pas voir leurs terres « mises en écrit » («written down»). Il y a là tout un domaine de recherche sur les rapports entre la cartographie, la mise à l’écrit des toponymes (avec tous les problèmes de l’incompétence fréquente des géomètres et arpenteurs militaires chargés du quadrillage cadastral à des fins à la fois militaires, fiscales et politiques), qu’il s’agisse des périphéries de langue autre que la langue dominante, en Europe ou dans les colonies (de nombreux travaux ont été effectués sur ces thèmes ; voir pour les périphéries celtiques, les travaux de Withers (Withers, 2000 ; Withers, 2001 ; ainsi que la pièce de théâtre de Brian Friel, Translations qui, sous couvert d’un texte littéraire, soulève des problèmes passionnants ; voir aussi les travaux de Giselle Byrnes sur les Maoris en Nouvelle-Zélande et le rôle des géomètres-arpenteurs Byrnes, 2001 ; Byrnes, 2002).

133Cette question de la méconnaissance voulue ou non de la toponymie autochtone est de nouveau actuelle car on constate de plus en plus de mouvements initiés par les peuples natifs pour « récupérer » leur toponymie, qu’il s’agisse de s’en servir pour des revendications foncières ou tout simplement pour retrouver leur « paysage linguistique traditionnelle », dans une optique patrimoniale : certains pays colonisateurs sont dans ce domaine à la pointe de la reconnaissance des droits autochtones (notamment l’Australie et la Nouvelle-Zélande).

134Enfin, cette question de la mise à l’écrit des toponymes concerne également les pays européens : en effet, les dialectologues se sont très vite rendus compte qu’une part très importante des micro-toponymes restait cantonnée au niveau de l’oral et était essentiellement mémorisée par les personnes âgées : compte tenu de l’exode rural et de la disparition progressive des personnes âgées capables encore de nommer les lieux, de nombreuses enquêtes et collectes sont faites, dans l’urgence, pour sauvegarder ce patrimoine (v. par ex. Bétemps, 1997).

Distance au pouvoir et arbitraires des nominations

  • 12 En écrivant le mot « arbitraire » nous pensons bien sûr à l’arbitraire du signe et nous voudrions r (...)

135Cette problématique est apparue lorsque nous avons étudié les politiques toponymiques en Afrique du Sud et qu’après avoir tenté de comprendre la réalité du contexte des nominations, nous nous sommes rendus compte qu’elles obéissaient à des logiques qui étaient tout sauf arbitraires12. D’où l’idée de savoir dans quelle mesure la liberté de nommer (ce qui n’est
pas l’arbitraire) est liée à la fois au contexte des découvertes et à la
« distance » du découvreur par rapport au pouvoir, c’est-à-dire par rapport au « commanditaire ».

136Lorsque qu’un chasseur de baleine australien, travaillant pour son propre compte, accoste dans un endroit propice à son activité et déjà fréquenté par des autochtones, il a tout intérêt à s’approprier les dénominations déjà existantes et souvent pertinentes au regard de la chasse. Lorsque le roi de France Louis XVI envoie officiellement le comte de La Pérouse en expédition autour du monde pour la renommée du royaume, ce dernier ne peut pas nommer n’importe comment. Par contre, lorsque les Vortrekkers s’enfoncent dans l’arrière pays de l’Afrique du Sud et rompent progressivement avec la mère patrie, ils peuvent s’autoriser des nominations sans en référer au roi ou à la reine des Pays-Bas, tout en favorisant des noms en rapport étroit avec leur culture d’origine (en afrikaner, dans un langage protestant, etc.).

137Il faut donc, avant de tenter une théorie plus globale, bien isoler les variables, mesurer cette notion de distance et en premier lieu être sûr de l’étymologie des noms sélectionnés.

Hiérarchie des catégories et degré de politisation

138L’hypothèse est la suivante : peut-on postuler que la politisation serait croissante en fonction de la place des entités nommées dans leur hiérarchie ?

139Cette question se pose à la fois pour les toponymes et pour les anthroponymes.

140On peut faire l’hypothèse que les noms de pays et de capitales constituent des enjeux politiques majeursdans le cadre de ruptures politiques (révolutions, colonisations vs. décolonisations, volontés de repenser lacentralité politico-géographique d’un État (succès de Brasilia au Brésil mais échec de Viedma en Argentine ; voir également le cas de la Côte-d’Ivoire).

141Il en est de même pour les « hauts lieux » : de nombreux travaux ont été menés récemment sur les « hauts lieux » (grandes avenues, lieux de bataille ou d’apparitions religieuses, etc.). Là encore, la politisation est plus probable. Tout dépend de l’envergure de la rupture, de la qualité de la personne dont on propose de donner le nom, des rapports de force politiques au sein des instances chargées de proposer ou de choisir le changement. C’est ainsi, par exemple, que lorsque le Conseil de Paris a voulu renommer la Place de l’Étoile (haut lieu s’il en est d’un point de vue de l’histoire mais aussi du tourisme), en Place du Général de Gaulle, certaines personnes ont intenté une action en justice, mais ont perdu.

142Il est vrai qu’en termes de changements de noms, il faut étudier toute la hiérarchie spatiale d’un État donné et les répartitions juridiques en matière de dénomination. Il est plus facile à une commune en France de modifier les noms de rue (problème : quel recours juridique permettrait de s’opposer au fait qu’un maire décide d’appeler une rue Adolphe Hitler ou une impasse François Mitterrand ?). En France, de nombreux départements qui possédaient dans leur nom des qualificatifs jugés discriminatoires ont obtenu, après des procédures assez longues, de modifier le nom (Loire-Inférieure devenu Loire-Atlantique ou Basses-Alpes devenues Alpes-de-Haute-Provence). Les noms des régions sont encore beaucoup plus complexes à modifier.

143Il faut également jouer sur la distinction entre qualitatif et quantitatif : si la décision consiste à « franciser » ou « gréciser » ou « russifier » l’ensemble des toponymes d’un espace donné, le caractère politique est évident, même si les toponymes ne se situent pas dans la partie haute de la hiérarchie : certains ont même parlé de linguicide (par le biais de ma mise à l’écrit et en carte avec imposition sous différentes formes de la langue dominante).

144Cette question de la politisation concerne également les pratiques anthroponymiques et ceci à deux niveaux : en fonction des sous-catégories des noms de personne et comme il y a une extrême diversité des systèmes anthroponymiques, en fonction de leurs différentes composantes (prénom, nom, surnom, sobriquet, pseudonymes, noms liés aux rites de passage, etc.). L’autre versant de la possible politisation vient des acteurs qui ont le pouvoir de nommer. Nous citerons par exemple la phrase suivante d’une des meilleures spécialistes françaises de la Chine et notamment de l’anthroponymie chinoise, Viviane Alleton. Dans son livre intitulé Les Chinois et la passion des noms, elle mentionne des exemples où c’est l’empereur lui-même qui attribue un nouveau nom à ses sujets (parfois même des noms collectifs), et elle en conclut qu’il y a là un acte politique par excellence.

« Quand il exerce le pouvoir de changer un nom de famille le souverain abaisse ou récompense un clan ou un lignage, ce qui est un acte proprement politique. Avec le prénom, dont nous avons vu qu'il est lié au destin et dont on sait qu'il est, dans une certaine mesure, signifiant, on est de manière encore plus flagrante dans l'ordre du symbolique, de la représentation » (Alleton, 1993 : 109-110).

145Cette appréciation est très intéressante car elle donne à penser que le caractère politique des pratiques onomastiques serait proportionnel à l’échelon politique. L’argumentation est tentante mais nous pensons qu’elle réduit trop le champ du politique. Nous pensons que lorsque qu’un État soucieux de mieux connaître et maîtriser son territoire, lance une opération de grande envergure en envoyant sur le terrain des centaines de géomètres ou arpenteurs souvent militaires pour quadriller, mettre en carte et nommer ou redénommer un territoire, il met également en œuvre une politique.

Conclusion

146Pour conclure, je reviens sur la chanson qui débute ma communication : il s’agit d’une chanson de variété de l’ex-RDA qui, dans un premier temps avait comme parole « J’irai de Dresde à Francfort etc. » : mais compte tenu du fait qu’on ne savait pas de quel Francfort il s’agissait et qu’on pouvait interpréter ces paroles comme une incitation à passer à l’Ouest (en RFA), si l’on comprenait Francfort sur le Main, alors qu’il s’agissait normalement de Francfort sur l’Oder (en RDA), et dans l’impossibilité de préciser ce dernier point pour des raisons de rime, on a remplacé le texte par « J’irai du Pôle Nord au Pôle Sud…» (Arte, Émission TV, 19 mai 2009, Les deux Allemagnes en quelques hits).

147Dernière devinette : quel était le vrai nom de Socrate ?
Réponse : Socrates fils de Sophroniscus, du dème d’Alopece.

148Socrates est son prénom, Sophroniscus son patronyme (nom de son père) et Alopece, le nom du dème où il réside, circonscription politico-administrative mise en place dans la réforme territoriale qui était l’une des composantes principales de ce que l’on a appelé la « révolution » clisthénienne.

149Nous retrouvons ici les trois nominations classiques : un prénom (Socrates) dont le choix était lié à de fortes contraintes familiales, claniques et politiques mais qui, aujourd’hui est totalement libre (ou presque) dans de nombreuses sociétés ; un patronyme qui va d’abord permettre de distinguer les divers Socrates puis devenir permanent (nous n’avons pas parlé des matronymes, mais il y a là aussi un champ de recherches très intéressant) et un toponyme qui inscrit légalement et obligatoirement l’individu dans un territoire (ce qui était la volonté quelque peu totalitaire de la révolution clisthénienne). L’onomastique, et notamment l’anthroponymie et la toponymie sont des systèmes de classification qui inscrivent les êtres humains dans des espaces sociaux et dans des réseaux : cette « liberté » théorique de la nomination a très rapidement été enserrée et contrôlée par le haut, par le pouvoir religieux, politique, économique et très rapidement les pouvoirs centraux ont perfectionné les systèmes de recensement.

Haut de page

Bibliographie

Avertissement : les références mentionnées ci-dessous ont une double fonction. Elles permettent bien sûr de documenter les renvois faits dans le corps de la communication mais certaines d’entre elles ne visent qu’à illustrer, sans être de loin exhaustive, certaines approches en rapport avec notre problématique. Nous avons ainsi mentionné quatre ouvrages que nous avons édités ou coédités et qui tous questionnent les rapports entre langues, territoire et politique. Ce n’est pas par pur narcissisme mais parce que, malgré le fait que certains de ces ouvrages peuvent être perçus comme en marge voire extérieurs au champ traditionnel mais souvent étroit de la « science politique », à chaque fois que nous les relisons, nous trouvons que, sauf quelques rares textes très techniques, tous les autres peuvent être lus avec le regard du politiste.

Adams (Michael), 2008 – «Nicknames, Interpellation, and Dubya's Theory of the State», Names : A Journal of Onomastics 56 (4): 206-220.

Akin (Salih), éd. 1999 – Noms et re-noms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires. Rouen, Publications de l'Université de Rouen, 287 p.

Alderman (Derek H.), 2003 – «Street names and the scaling of memory : the politics of commemorating Martin Luther King, Jr within the African American community», Area 35 (2) : 163-173.

Alleton (Viviane), 1993 – Les Chinois et la passion des noms. Paris, Aubier, 275 p.

Amselle (Jean-Loup), 1990 – Logiques métisses. Anthropologie de l’identité en Afrique et ailleurs. Paris, Payot, 257 p.

Azaryahu (Maoz) & Golan (Arnon), 2001 – «(Re)naming the landscape : the formation of the Hebrew map of Israel 1949-1960», Journal of Historical Geography 27 (2) : 178-195.

Bacot (Paul), 2008 – « Chrononymes. La politisation du temps », Mots 87 : 5-12.

Bauer (Gerhard), 1998 – Deutsche Namenkunde; Germanistische Lehrbuchsammlung, Band 21, 2., ¨uberarbeitete Auflage. Berlin : Weidler.

Beech (George T.), 2008 –« Noms de personnes, noms de lieux, noms de peuples dans la Tapisserie de Bayeux : une perspective française », Cahiers de Civilisation Médiévale 51 : 201-212.

Berg (Lawrence D.) and Kearns (Robin A.), 1996 – «Naming as norming : 'race', gender, and the identity politics of naming places in Aotearoa/New Zealand», Environment and Planning D : Society and Space 14 99-122.

Bétemps (Alexis), 1997 – « La toponymie valdôtaine, entre l'oral et l'écrit », Le Monde alpin et rhodanien 2-4 : 47-56.

Bouvier (Jean-Claude), 1997 – « Nommer l'espace », Le Monde alpin et rhodanien 2-4 : 7-11.

Bouvier (Jean-Claude) et Guillon (Jean-Marie) (éds) 2001 – La toponymie urbaine. Significations et enjeux. Paris, L'Harmattan, 256 p.

Boyer (Régis) et Paul (Jean-Marie) (éds) 1994 – Présence de Knut Hamsun. Lettres inédites. Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 221 p.

Brather (Sebastian), 2004 – «The beginnings of Slavic settlement east of the river Elbe», Antiquity 78 (300) : 314-329.

Bright (William), 2003 – «What IS a name ? Reflections on onomastics», Language and Linguistics 4 (4) : 669-681.

Brink-Danan (Marcy), 2010 – «Names That Show Time : Turkish Jews as “Strangers” and the Semiotics of Reclassification», American Anthropologist 112 (3) : 384-396.

Brochu (Michel), 1962 – Le défi du Nouveau-Québec. Montréal, Éd. De l’Homme, 156 p.

Burch (Timothy R.) and Nanda (Vikram), 2003 – «What's in a Name? Hotelling's Valuation Principle and Business School Namings», Journal of Business (http ://ssrn.com/abstract=478083).

Byrnes (Giselle), 2001 – Boundary markers. Land surveying and the colonisation of New Zealand. Wellington (NZ), Bridget Williams Books, 158 p.

Byrnes (Giselle), 2002 – «'A dead sheet covered with meaningless words ?'. Place names and the cultural colonization of Tauranga», New Zealand Journal of History 36 (1) : 18-35.

Castañeda (Quetzil), 2002 – «Post/colonial toponymy : writing forward 'in reverse'», Journal of Latin American Cultural Studies 11 (2) : 119-134.

Chanson (Philippe), 2008 – La blessure du nom. Une anthropologie d'une séquelle de l'esclavage aux Antilles-Guyane. Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 154 p.

Cherf (William J.), 1994 – «What's in a Name? The Gerontii of the Later Roman Empire», Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 100 : 145-174.

Coates (Richard), 2006 – «Properhood», Language 82 (2) : 356-382.

Cohen (Saul B.) and Kliot (Nurit), 1981 – «Israel's place names as reflection of continuity and change in nation building», Names 29 : 227-246.

Cokun (Altay) et Zeidler (Jürgen), 2003 – 'Cover names' and nomenclature in late Roman Gaul. The evidence of the Bordelaise poet Ausonius. http ://www.linacre.ox.ac.uk/Files/Pros/CNN.pdf, 58 p. Bibliogr.

Cruikshank (Julie), 1990 – «Getting the Words Right : Perspectives on Naming and Places in Athapasca Oral History», Arctic Anthropology, 27 : 52-65.

Dien (Albert E.), 1977 – «The Bestowal of Surnames Under the Western Wei-Northern Chou. A Case of Counter-Acculturation», T'oung Pao 63 (2-3) : 137-177.

Ditt (K.), apr. 2001– «The idea of German cultural regions in the Third Reich : the work of Franz Petri», Journal of Historical Geography 27 (2) : 241-258.

Dondin-Payre (Monique) et Raepsaet-Charlier (Marie-Thérèse) (éds), 2001 – Noms, identités culturelles et romanisation sous le Haut-Empire. Bruxelles, Le Livre Timperman, xxiv + 774 p.

Dorion (Henri) et Hamelin (Louis-Edmond), 1966 – « De la toponymie traditionnelle à une choronymie totale », Cahiers de Géographie du Québec 10 (20) : 195-211.

Drummond (Susan G.), 2005 – «Prolegomenon to a Pedestrian Cartography of Mixed Legal Jurisdictions : The case of Israel/Palestine», McGil Law Journal 50 : 899-949.

Dunbabin (Jean), 1993 – «What's in a Name? Philip, King of France», Speculum68 : 949-68.

Eggert (Elmar), 2005 – Bisontins ou Besançonnais ? : à la recherche des règles pour la formation des gentilés pour une application au traitement automatique. Tübingen, Gunter Narr Verlag, vi + 320 p.

Farmer (J. Michael), 2001 – «What's in a Name? On the Appellative "Shu" in Early Medieval Chinese Historiography», Journal of the American Oriental Society 121 (1) : 44-59.

Franklin (Peter), 1986 – «Normans, saints, and politics : forename-choice among fourteenth-century Gloucestershire peasants», Local Population Studies 19-26.

Gibaldi (Joseph), 2009 – MLA handbook for writers of research papers. New York, Modern Language Association of America, xxii + 292 p.

Giraut (Frédéric), Houssay-Holzschuch (Myriam), et Guyot (Sylvain), 2008 – « Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », Espace Géographique 37 (2) : 97-105.

Griffe (Michel), 1988 – » Le nom propre et les théories linguistiques », p. 21-32 in : Gély (Suzanne) (éd.)

Guillorel (Hervé) et Hartweg (Frédéric), (éds) 1987 – Langues et conflits. Nanterre, Université Paris X-Nanterre, coll. « Recherches de Politique Comparée », v. 3. 210 p.

Guillorel (Hervé) et Sibille (Jean), (éds) 1993 – Langues, dialectes et écriture. Les langues romanes de France. Paris : Institut d’Estudis Occitans et Institut de Politique Internationale et Européenne, 320 p.

Guillorel (Hervé) et Koubi (Geneviève), (éds) 1999 – Langues et droits. Langues du droit, droit des langues. Bruxelles, Bruylant, 408 p.

Guillorel (Hervé), 1999 – « Toponymie et politique », p. 61-91 in : Akin (Salih).

Guillorel(Hervé), 2002 – « Territoire de la langue et toponymie officielle », Droit et Cultures 44 : 33-47.

Guillorel (Hervé), 2007 – « Les anthroponymes dans le paysage toponymique de la République d'Afrique du Sud », p. 207228 in : Herbin (Jean-Charles) et Tamine (Michel) (éds).

Guillorel (Hervé), 2008 – « 'Des lieux du passé, faisons table rase' : l'exemple des politiques toponymiques en Afrique du Sud », p. 173-220 in : Guillorel (Hervé) (éd.).

Guillorel (Hervé), (éd.), 2008 – Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire. Bruxelles, Bruylant, coll. « Droits, Territoires, Cultures », vol. 9, 234 p.

Heck (Henry J.), 1928 – «State Border Place-Names», American Speech 3 (3) : 186-190.

Herbin (Jean-Charles) et Tamine (Michel), (éds) 2007 – Espace représenté, espace dénommé. Géographie, cartographie, toponymie. Valenciennes, Presses Universitaires de Valenciennes, 398 p.

Hercus (Luise), Hodges (Flavia), et Simpson (Jane), (eds) 2002 – The land is a map : placenames of Indigenous origin in Australia. Canberra, Pandanus Books, Research School of Pacific and Asian Studies, Australian National University in association with Pacific Linguistics, xxiv + 304 p.

Herman (RDK), 1999 – «The Aloha State : place names and the anti-conquest of Hawai'i», Annals of the Association of American Geographers 89 (1) : 76-102.

Izard (Michel), 1993 – « Centralisation du pouvoir : la preuve par la toponymie », Journal des Africanistes 63 (2) : 5-24.

Jacquemet (Marco), 1992 – «Namechasers», American Ethnologist 19 (4) : 733-748.

Jarnut (Jörg), 1998 – «Nomen et gens : political and linguistic aspects of personal names between the third and the eight century – Presenting an interdisciplinary project from a historical perspective», p. 113-116 in : Pohl (Walter) et Reimitz (Helmut) (eds).

Jenkins (Elwyn R.), Raper (Peter Edmund), et Möller (Lucie A.), 1996 – Changing place names. Durban, Indicator Press, University of Natal, 112 p.

Jonasson (Kerstin), 1994 – Le nom propre. Constructions et interprétations. Louvain-la-Neuve, Duculot, 255 p. Bibliogr. Index.

Kadmon (Naftali), 2004 – «Toponymy and Geopolitics : the Political Use — and Misuse — of Geographical Names», The Cartographic Journal 41 (2) : 85-87.

Kerfoot (Helen), 2004 – «Geographical Names : Some Current Issues in the Contex of the United Nations», The Cartographic Journal 41 (2) : 89-94.

Kimmerle (Marjorie M.), 1941 – «Norwegian-American Surnames», Norwegian-American Historial Association, Online : http :\\www.naha.stolaf.edu/publications/volume12/index.htm XII : 1-32.

Kyheng (Rossitza), 2004 – « La référence bibliographique : norme et praxis ». Texto! Textes et cultures [en ligne], juin 2004, vol. IX, n°2. Disponible sur : <http ://www.revuetexto.net/ Reperes/Themes/Kyheng_References.html>. (Consultée le 29 mai 2009).

Kittang (Atle), 1994 – « Knut Hamsun et le nazisme », p. 165-180 in : Boyer (Régis) et Paul (Jean-Marie) (éds).

Kristol (Andres), 2005 –» La survivance du gaulois dans l'espace helvétique : nouvelles contributions toponymiques à une vieille question », Revue de Linguistique Romane 69 (273-274) : 19-51.

LaDuke (Winona), 2005 – Recovering the Sacred : the Power of naming and Claiming. Cambridge (Ma.), South End Press, 294 p.

Lapierre (Nicole)[2006]– Changer de nom. Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais », F12, 445 p. Bibliogr. Édition revue et augmentée, 1ère éd. 1995, Stock.

Le Bihan (Guy), 2006 – » Le nom propre : identification, appropriation, valorisation », Cahiers de Sociolinguistique : Noms propres, dynamiques identitaires et sociolinguistiques 11 : 9-26.

Leguy (Cécile), 2005 – » Noms de personne et expression des ambitions matrimoniales chez les Bwa du Mali », Journal des Africanistes75 2 : 107-128.

Leroy (Sarah), 2004 – Le nom propre en français. Gap, Paris, Ophrys, 137 p. Index Glossaire.

Lespinay (Charles de) [1999] – « Toponymie, autochtonie, revendication foncière, le cas des Baynunk en Afrique de l'Ouest », p. 107-127 in : Guillorel (Hervé) et Koubi (Geneviève) (éds).

Light (Duncan), 2004 – «Street names in Bucharest, 1990-1997 : exploring the modern historical geographies of postsocialist change», Journal of Historical Geography 30 154-172.

Manzano (Francis), 2006 – « Berbères, berbérité : noms, territoires, identités. Considérations anthropologiques, lexicologiques et onomastiques en suivant Germaine Tillion (2000) et quelques autres », Cahiers de Sociolinguistique : Noms propres, dynamiques identitaires et sociolinguistiques 11 : 175-214.

Marshall (Peter), 2012 – «The Naming of Protestant England», Past and Present n°214 : 87-128.

Matthews (Keith J.), 2001 – «What's in a name ? Britons, Angles, ethnicity and material culturefrom the fourth to seventh centuries», Heroic Age (The) 4: http ://www.heroicage.org/issues/4/ Matthews.html.

Meinig (Donald W.) (ed.), [1979] – The interpretation of ordinary landscapes : geographical essays. New-York; Oxford, Oxford University Press, viii + 255p. Photogr. Notes bibliographiques. Index

Meiring (Babs), «Toponymic Innovation and Social Change», Nomina Africana 8, 1 (1994) : 65-79. 1994.

Molnar (Alex)[2002]– What's in a Name? The Corporate Branding of America's Schools. http ://nepc.colorado.edu/files/EPSL-0209-103-CERU.pdf.

Müller-Wille (L.), 1989-1990 – «Place names, territoriality and sovereignty : Inuit perception of space in Nunavik (Canadian eastern arctic)», Schweizerische Amerikanisten-Gesellschaft
53-54 .

Murray (John Damien), 2000 – Politics and Place-Names : Changing Names in the Last Soviet Period. Birmingham, University of Birmingham, coll. Birmingham Slavonic Monographs, 32, vi + 203 p.

Nicolaisen (Wilhelm F. H.), 1990 – «Placenames and politics», Names 38 (3) : 193-207.

Noailly (Michèle), éd. [1995] – Nom propre et nomination. Actes du colloque de Brest 21-24 avril 1994. Paris, Klincksieck (diffuseur), vii + 377 p.

Offen (Karl H.), «Narrating Place and Identity, or Mapping Miskitu Land Claims in Northeastern Nicaragua» Human Organization 62, 4 (2003): 382-92. 2003.

Olivier (Roland), «The Minority Rights Group. What’s in a Name ?», Minorities, ed. Benjamin Whitaker, 1-10 (1984). Oxford ; New York ; Toronto ; Sydney ; Frankfurt am Main : Pergamon, 1984.

Pfukwa (Charles), 2007 – «The martial name in the Zimbabwean conflict (1966–1979)», Language Matters : Studies in the Languages of Africa, 38 (2) : 236 – 252.

Offen (Karl H.), «Narrating Place and Identity, or Mapping Miskitu Land Claims in Northeastern Nicaragua», Human Organization62, 4 (2003) : 382-92. 2003.

Rateau (Michel), 2009 – « L'odonymie, reflet équivoque et héroïsant d'une volonté populaire et politique », Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (CTHS), 134e congrès, Célèbres ou obscurs. Hommes et femmes dans leurs territoires et leur histoire, Thème 2. Hommes oubliés ou obscurs, Sous-thème : C. « L'apport de l'onomastique », Chapitre : Le nom, entre la personne et le lieu, s.p.

Ray (J. D.), 1986 – «Two Etymologies : Ziklag and Phicol», Vetus Testamentum 36 (3) : 355-361.

Rivière d'Arc (Hélène) (éd.) [2001] – Nommer les nouveaux territoires urbains. Paris, Unesco et Éditions de la Maison des Sciences de l'Homme, vi + 279 p.

Salway (Benet), 1994 – «What's in a name? A survey of roman onomastic practice from c. 700 B.C. to A.D. 700», Journal of Roman Studies 84 124-145.

Schürer (Kevin) and Dillon (Lisa Y.), 2003 – «What's in a name? Victorias in Canada and Great Britain in 1881. Research note», Local Population Studies n°70 : 57-62.

Schmitt(Jean-Claude) [2003] – La conversion d'Hermann le Juif. Autobiographie, histoire et fiction. Paris, Seuil, coll. « Points Histoire» n°H382, 373 p. Bibliogr. Index Illustr.

Schürer (Kevin) and Dillon (Lisa Y.), 2003 – «What's in a name? Victorias in Canada and Great Britain in 1881. Research note», Local Population Studies n°70 : 57-62.

Serruys (Henry), 1982 – «Place names along China's northern frontier», Bulletin of the School of Oriental and African Studies 45 (2) : 271-283.

Shai (Itzhaq), 2009 – «Understanding Philistine Migration : City Names and Their Implications», Bulletin of the American Schools of Oriental Research n°354 : 15-27.

Smorag (Pascale), 2002 – « À propos de Georges Washington : icônes toponymiques en Amérique », Annales du CRAA (Centre Cultures et Littératures de l'Amérique du Nord) 27 17-37.

Stüber (Karin) [2007] – «Effects of Language Contact on Roman and Gaulish Personal Names», p.81-92 in : Tristram (Hildegard L. C.) ed.

Taylor Peter.J. & Johnston (Ron J.), 1979, Geography of Elections, Harmonds-worth, Penguin Books.

Todenhagen (Christian) & Thiele (Wolfgang), 2007] – Nominalization, nomination and naming. Tübingen, Stauffenburg, 262 p. Bibliogr. en fin de contribution Ill.

Tristram (Hildegard L. C.), (ed.) [2007] – The Celtic languages in contact : Papers from the workshop within the framework of the XIII International Congress of Celtic Studies, Bonn, 26-27 July 2007. Potsdam, Universitätsverlag Potsdam, e-book ii + 336p.

VanLangendonck (Willy), 2007 – Theory and typology of proper names. Berlin-New York, Mouton de Gruyter, xvi + 378 p.

Vaxelaire (Jean-Louis), 2005 – Les noms propres. Une analyse lexicologique et historique. Paris, Honoré Champion, 952 p.

Vaxelaire (Jean-Louis), 2007 – « Ontologie et dé-ontologie en linguistique : le cas des noms propres », Texto (Jean Louis Vaxelaire (1999) «Ontologie et dé-ontologie en linguistique : le cas des noms propres», Texto ! [En ligne], URL : http ://www.revue-texto.net/index.php?id=618. ) XII (2) : 1-16.

Voisin (Jean-Louis), éd., 1995 – Dictionnaire des personnages historiques. Paris, Le livre de poche. La Pochothèque. Encyclopédies d'aujourd'hui, 1166 p.

Withers (Charles W. J.), oct. 2000 – «Authorizing landscape : 'authority', naming and the Ordnance Survey's mapping of the Scottish Highlands in the nineteenth century», Journal of Historical Geography 26 (4) : 532-554.

Wydmusch (Solange), éd. 1998 – La toponymie, un patrimoine à préserver. En Inde, en Gascogne, et Alsace, vers une politique de réhabilitation des anciens toponymes ? Paris, L'Harmattan, 175 p.

Zabeeh (Farhang) [1968] – What is in a name? : An inquiry into the semantics and pragmatics of proper names. The Hague, Martinus Nijhoff, iv + 78p. Bibliogr.

Haut de page

Notes

1 Paroles d’une chanson interprétée par le chanteur est-allemand Frank Schöbel et dont le titre était Ich geh vom Nordpol zum Südpol. La justification de cette citation sera explicitée à la fin du texte.

2  Petite erreur de frappe, il s’agit de Joseph Gibaldi. La septième édition de son ouvrage vient juste d’être publiée Joseph Gibaldi, MLA handbook for writers of research papers. New York, Modern Language Association of America, 2009.

3 « En Hongrie, la gauche proteste contre la réhabilitation de Miklos Horthy », Le Monde, vendredi 1er juin 2012, page 5 (http ://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/libre/20120601/index.html?article_id=862175).

4         http ://www.lemonde.fr/journalelectronique/donnees/libre/20120424/index.html?aaaammjj=20120424&article_id=844462&clef=EMAIL

5 Ce faisant, le romancier en herbe s’identifiait classiquement, comme le faisait déjà ses ancêtres et comme le feront les paysans norvégiens immigrés aux USA, en utilisant en plus du prénom attribué par ses parents (Knud ou Knut), le patronyme et le nom de leur lieu d’habitation (souvent le nom de la ferme en milieu rural) ; ainsi Knud Pedersen Hamsund signifie « Knud fils de Peder originaire d’Hamsund » (Haugen, 1939). On peut également préférer le terme de « visibilité » publique et de manière plus générale de « paysage linguistique ».

6  La terminaison norvégienne finale indiquant la filiation, pour les hommes, est –sen, mais pendant les années 1830, une réforme de la langue a été commencée en Norvège qui prévoyait notamment un retour aux formes anciennes du vieux norrois, dont le remplacement du suffixe –sen par le suffixe –son pour les patronymes des hommes. Mais cette réforme est arrivée trop tard et aujourd’hui c’est le suffixe –sen qui est hégémonique (Kimmerle, 1941).

7 La littérature sur les noms propres est énorme : nous ne citerons ici que quelques travaux récents, dans la perspective mentionnée plus haut, et qui ont l’avantage de tenter, de façon analytique, de proposer des typologies (Vaxelaire, 2005 / Todenhagen & Thiele eds., 2007 / Van Langendonck, 2007, Jonasson (Kerstin) [1994], Noailly (Michèle), éd. [1995], Leroy (Sarah) [2004], Coates (Richard), 2006.

8 Il faut noter ici que certains linguistes estiment que la surreprésentation de l’anthroponymie et de la toponymie au sein de l’onomastique a longtemps constitué et constitue encore un frein à une véritable réflexion sur le statut du nom propre.

9 On pourrait imaginer un travail éventuel sur les phénomènes de résistance au pouvoir par le biais de la dénomination d’animaux familiers : appeler son chien Adolphe (Hitler), Benito (Mussolini) ou Joseph (Staline). La décision de donner le nom d’Hamsun à une astéroïde est fortement encadrée au niveau des instances internationales : le découvreur a le privilège de suggérer un nom ; il doit écrire un court texte expliquant les raisons de son choix ; les noms sont étudiés par une commission officielle de 15 membres faisant partie de l’Union astronomique internationale ; ces noms doivent répondre à des normes très précises (pas plus de 16 caractères, prononçable, un seul mot si possible, non offensante, suffisamment éloigné de noms déjà accordés à d’autres objets similaires, lorsque les noms ou les événements concernent des personnes connues pour leurs activités militaires ou politiques, il faut attendre un délai de 100 ans après la mort de la personne ou la date de l’événement, les noms d’animaux familiers sont déconseillés ; enfin les noms de type commercial sont interdits. Ensuite, les noms une fois acceptés deviennent officiels quand ils sont publiés dans le mensuel Minor Planet Circulars, qui est un organisme officiel de la Commission 20 de l’Union astronomique internationale.

10 Les exemples sont innombrables et demanderaient bien sûr à faire l’objet d’un recensement exhaustif et surtout d’un essai de typologie.

11 La méconnaissance de l’histoire politique et électorale de la France aboutit parfois à de fausses affirmations, y compris dans des revues de vulgarisation « sérieuses ». Ainsi dans la revue L’Histoire, un court article sur le refus du Conseil de Paris de donner le nom de Robespierre à une rue de la capitale (à la demande d’un élu communiste) s’interroge sur le fait que des villes comme Toulon ont une rue Robespierre (en l’occurrence un boulevard). La réponse est pourtant « simple » : si aujourd’hui Toulon est dirigée par la droite et si elle a même été dirigée pendant quelques années par l’extrême droite (Front National), il ne faut pas oublier que cette ville a été socialiste au début du XXe siècle (comme Brest).

12 En écrivant le mot « arbitraire » nous pensons bien sûr à l’arbitraire du signe et nous voudrions rappeler ici que généralement les noms propres ne sont nullement arbitraires : compte tenu de l’autonomie croissante de l’individu, on peut aujourd’hui donner un nom arbitraire (je peux appeler mon chien KJHUTDhj si j’en ai envie), mais c’est rarement le cas (sauf dans le domaine artistique) et de toutes façons, c’était encore moins le cas avant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Guillorel, « Onomastique, marqueurs identitaires et plurilinguisme. Les enjeux politiques de la toponymie et de l’anthroponymie », Droit et cultures, 64 | 2012, 11-50.

Référence électronique

Hervé Guillorel, « Onomastique, marqueurs identitaires et plurilinguisme. Les enjeux politiques de la toponymie et de l’anthroponymie », Droit et cultures [En ligne], 64 | 2012-2, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2780

Haut de page

Auteur

Hervé Guillorel

Hervé Guillorel est politiste, chercheur CNRS à l’Institut des Sciences sociales du Politique (ISP), UMR CNRS implantée à l’Université de Paris Ouest – Nanterre La Défense et à l’ENS Cachan. Chargé de cours et rédacteur en chef de la revue Droit et Cultures. Thèmes de recherche : espace et politique, onomastique et politique, langues régionales et minoritaires. Publication récente : Guillorel (Hervé) éd., 2008 - Toponymie et politique. Les marqueurs linguistiques du territoire. Bruxelles, Bruylant.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org