Navigation – Plan du site
L'homogène et le pluriel

Déferlante d’enclosures au Pérou : une nouvelle vague d’altération du lien social et des rapports Nature-Cultures

Breaking Enclosures in Peru: A new Wave of Change in the Social Bond and in the Relationship of Nature and Cultures
Olas de enclosure en el Perú: una nueva onda de alteración del vínculo social y de las relationes Naturaleza-Culturas
Nicolas Merveille
p. 177-193

Résumés

La nation péruvienne vit depuis le début de la décennie une nouvelle vague de confiscation de ses biens communs. Loin de s’être achevé le processus de déprédation des ressources ne cesse de se complexifier et radicaliser. La présente contribution, formulée d’après la métaphore du jeu de Monopoly, propose une lecture contemporaine des dynamiques territoriales et tente d’expliciter le profil des joueurs, leurs tactiques de jeu et évaluer les nouveaux défis qu’affrontent le Pérou.

Breaking Enclosures in Peru: A new Wave of Change in the Social Bond and in the Relationship of Nature and Cultures

For a decade, the Peruvian nation has witnessed a new wave of confiscation of common assets.  Far from ending, the process of resource predation continues to become more complex and embedded.  The present contribution, formulated around the metaphor of the game Monopoly, offers a contemporary reading of these territorial dynamics, attempting to clarify the nature of the players and their gaming tactics, as well as offering an assessment of the new challenges Peru now faces.  

Olas de enclosure en el Perú: una nueva onda de alteración del vínculo social y de las relationes Naturaleza-Culturas

La nación peruana vive desde el inicio de la década una nueva ola de confiscación de sus bienes comunes. Lejos de ser acabado, el proceso de depredación de los recursos se hace más complejo y se radicaliza. La presente contribución, formulada desde la metáfora del juego de Monopolio, propone una lectura contemporánea de las dinámicas territoriales y trata explicar el perfil de los jugadores, sus tácticas de juego y evaluar los nuevos desafíos que afrontan el Perú.

Haut de page

Texte intégral

La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité

Albert Camus

  • 1   Seule la création officielle d’une commission d’enquête établirait la véracité des faits : (1) éc (...)
  • 2 Les différents collectifs indigènes amazoniens regrouperaient une population de 400 000 personnes (...)
  • 3   Pour connaître les détails des événements, consulter l’article de Raul Chacon Pagan dans le bulle (...)
  • 4 Eric Wolf, Europe and the people without history, Berkeley, University of California Press, 1982.

1Le 5 juin 2009, au lieu-dit La Curva del Diablo près de la ville de Bagua, au nord du Pérou, trente-quatre personnes perdaient officieusement1 la vie dans des affrontements qui opposaient des collectifs, qualifiés par l’administration péruvienne d’indigènes2, à la police nationale. Les forces de l’ordre avaient reçu pour mission de déloger3 des campements de manifestants qui bloquaient les voies de communication de la région. Cette situation, qui malheureusement tend à se répéter cycliquement et silencieusement dans toute l’Amazonie péruvienne, rappelait au reste du monde un processus qui s’était amorcé lors de la Conquista pour finalement s’amplifier et s’intensifier au cours des siècles : la confiscation systématique des biens communs d’une nation par une poignéed’intérêts privés4.

  • 5 Enrique Tandeter, Coertion and Market: Silver Mining in Colonial Potosi, 1692-1826, Albuquerque, U (...)
  • 6 Projet minier situé dans la région de Piura au nord du Pérou qui a été contesté par un référendum (...)
  • 7 Mégaprojet hydroélectrique au sud Pérou et frontalier avec le Brésil qui fait l’objet de controver (...)
  • 8   Richard Chase Smith, «Bagua: la verdadera amenaza»,PODER, Julio 2009.
  • 9 Dans la Constitution de 1993, élaborée sous le gouvernement d’Alberto Fujimori, la protection juri (...)
  • 10   Karl Polanyi, La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, G (...)

2La domination coloniale du Nouveau monde a été intrinsèquement liée à l’extraction minière au profit de métropoles européennes. C’est à la fin du XIXe siècle, après les guerres d’Indépendance et du Pacifique, que démarrait le développement des activités extractives de moyenne et grande échelle, officialisant la création de ce secteur industriel au Pérou5. De fait, les échauffourées de Bagua, Rio Blanco6 et Inambari7, étaient le fruit d’une succession de modifications de textes de lois par l’agrégation de nouveaux décrets. Nous y reviendrons. Toutefois, c’est, comme le souligne Richard Chase Smith8dans son article «Bagua : la verdadera amenaza», le gouvernement d’Alberto Fujimori9, en 1993, qui par la réécriture d’une Constitution d’inspiration libérale éliminait plusieurs garanties fondamentales sur la titularisation de propriété communale. Depuis le vote de la loi 26505 sur les terres (1995), favorisant la parcellisation des terres collectives situées sur la côte péruvienne, le rythme de titularisation des terres communales s’est paralysé. Le dessein des différents gouvernements, de ces vingt dernières années du moins, était de doper la croissance économique de quelques villes du pays en dilapidant le patrimoine naturel pour finalement le brader à une palette d’investisseurs privés et gouvernements de pays émergents – Chine et Brésil principalement. En cela, ce que certains analystes n’hésitent plus à qualifier de massacre de Bagua n’est pas un épiphénomène exotique mais bien la manifestation et la conséquence d’une politique structurelle d’enclosure10.

  • 11 Grupo de dialogo sobre Minería y Desarrollo.
  • 12   Grupo de Trabajo Huascarán.
  • 13 Le business de la gestion des conflits a favorisé la création d’une palette de formations universi (...)
  • 14 M. L. Ross, «What Do We Know about Natural Resources and Civil War?», Journal of Peace Research, v (...)

3Emboîtant le pas des différents lanceurs d’alertes de la société civile, le microcosme universitaire liménien s’est alarmé du nombre et de la nature des démêlés enregistrés par la Defensoria del Pueblo. Les chercheurs, quelques-uns du moins, mais surtout les cabinets d’audits crées au sein des universités à finalité lucrative de la capitale, se sont rapidement emparés du phénomène pour tenter de monnayer, auprès des riches gouvernements régionaux et entreprises d’extraction, des techniques de médiations adaptées de l’Ecole de Business de l’Université d’Harvard (E. U.). Partout dans le pays surgissaient des groupes de dialogue11 et de travail12 sur les conflits socio-environnementaux ainsi que des cursus de formation13 à la carte pour tenter d’éteindre l’incendie. Une pluie d’études, plus ou moins sérieuses, s’abattait sur le monde médiatique motivant la programmation d’émissions spéciales, à l’heure de grande audience, sur « la guerre des ressources et le retour du Sentier Lumineux dans la province péruvienne ». La dialectique, formulée sur des axiomes, était toujours la même. À partir d’une typologie des facteurs qui singulariseraient les dynamiques territoriales du Pérou : (a) une réalité multiculturelle, (b) un riche capital naturel, (c) une pression de la part des entrepreneurs sur les décideurs pour faciliter l’investissement, (d) l’absence chronique de régulation régalienne, des experts tentaient de nous expliciter les raisons de ce regain de tensions sociales. Si l’ensemble de ces éléments participent, probablement, à formuler une grille de lecture des raisons de la discorde actuelle, qui pourrait être appliquée à la totalité des bio-régions du globe14, nous estimons, cependant, qu’ils ne permettent pas d’éclairer la singularité des pratiques de l’administration publique qui œuvre pour reformater les formes traditionnelles d'usufruit.

  • 15   Gilles Deleuze, Foucault, historien du présent, Extrait de l’intervention au colloque Michel Fou (...)

4La problématique de la présente contribution se dévoile donc d’elle-même. Dans cette grande partie de Monopoly, il s’agira bien sûr de faire tomber les masques et d’identifier le profil des joueurs : Qui est assis à la table de jeu ? Ensuite, nous tenterons de brosser à grands traits la grammaire des pratiques des différentes parties prenantes pour remporter le pactole : Comment jouent-ils ? Enfin, il nous faudra déterminer : Ce qui se joue ? Évaluer ce qu’implique le déroulement de cette ventesur notre devenir au sens deleuzien du terme : « l’actuel n’est pas ce que nous sommes, mais plutôt ce que nous devenons, ce que nous sommes en train de devenir, c’est-à-dire l’Autre, notre devenir-autre. Dans tout dispositif, il faut distinguer ce que nous sommes (ce que nous ne sommes déjà plus), et ce que nous sommes en train de devenir : la part de l’histoire, et la part de l’actuel. L’histoire, c’est l’archive, le dessin de ce que nous sommes et cessons d’être, tandis que l’actuel est l’ébauche de ce que nous devenons »15.

  • 16   Voir les annexes. http://www.ibcperu.org/
  • 17 Traduit en langue française par l’auteur. «Hay millones de hectáreas para madera que están ociosas (...)
  • 18   Lire l’article de Peter Calvert sur l’écologie des relations entre colonialisme interne, urbanisa (...)
  • 19 Traduit en langue française par l’auteur. «Al Perú le conviene que todas esas playas (balnearios), (...)

5L’allégorie du jeu n’est pas fortuite. Tout jeu implique des règles qui facilitent la régulation des actions des uns et des autres par l’autorisation ou l’interdiction d’un bouquet de pratiques dans un espace temps circonscrit. Trop souvent encore, on lit que l’absence de planification et de politique d’aménagement conduit à l’irrationalité de l’exploitation des écosystèmes alors que c’est exactement l’inverse qui a été sciemment orchestré par les autorités. De fait, la tactique consiste à cultiver le chaos pour optimiser les dispositifs de confiscation des biens communs à toutes les échelles du territoire. Les différentes cartes établies par l’équipe de l’Instituto del Bien Comun16 illustrent notre thèse d’un bazar savamment organisé. Notre postulat de travail est une invitation à s’immerger au cœur de la logique de la rationalité comptable, pilier de la raison d’État, où l’opération de maximisation des profits de court terme gouverne l’ensemble des dispositifs de prises de décision. Ainsi, le président Alan Garcia déclinait, dans son article « El síndrome del perro del hortelano », publié dans le journal national El Comercio du dimanche 28 octobre 2007, son programme socio-économique formulé selon l’archétype de la mercantilisation du patrimoine naturel. « Il y a des millions d’hectares de bois inutilisés, d’autres millions d’hectares que les communautés et associations n’ont pas cultivés ni ne cultiveront, en plus de centaines de dépôts de minerais qui ne peuvent pas être valorisés et des millions d’hectares de mer où la mariculture et la production ne pénétreront jamais. Les rivières qui descendent des deux côtés de la cordillère sont une fortune qui se déverse dans la mer sans produire d’énergie électrique. (…) Et c’est là que le vieux communiste anticapitaliste du XIXe siècle se déguise en protectionniste au XXe siècle et change de nouveau de chemise au XXIe siècle pour devenir environnementaliste »17. Des le mois de décembre 2007, Alan Garcia requérait auprès du Congrès des facultés extraordinaires pour légiférer sur l’application du Traité de libre commerce (TLC) avec les États-Unis d’Amérique. Elles lui étaient accordées pour six mois et l’autorisaient à promulguer 99 nouveaux décrets sans que ceux-ci fassent l’objet d’un quelconque débat public. Poursuivant son effort de persuasion pour tenter de légitimer le bien-fondé de son entreprise de colonisation interne18, Garcia réitére avec un nouvel article, qu’il publie de nouveau dans le Comercio le 25 novembre 2007, intitulé « Receta para acabar con el perro del hortelano » : « C’est dans l’intérêt du Pérou que toutes ces plages (stations balnéaires), carrières (cimentières), forêts (industries du bois) soient mises en valeurs au travers d’investissements immédiats. C’est pourquoi nous proposerons un projet de loi pour obliger le plaignant qui ne travaille pas à transférer ou renoncer à sa plainte »19.

  • 20   Lire François Bourricaud. « Remarque sur l’oligarchie péruvienne », Revue Française de Science Po (...)
  • 21 Jean-Paul Calero, « La politique commerciale du Pérou : de la communauté andine au libre-échange a (...)
  • 22 Ce nouveau cycle d’expansion du produit intérieur brut (PIB) est d’ailleurs la conséquence de l’ac (...)
  • 23 Maria del Rosario Sevillano Arevalo, El derecho a la consulta de los pueblos indigenas en el Perú. (...)
  • 24 Marc Dourojeanni, Alberto Barandiaran et Diego Dourojeanni, Amazonia peruana 2001. Explotación de (...)
  • 25 José de Echave, Hacia una estimación de los efectos de la actividad minera en los índices de pobre (...)
  • 26 H. Campodónico, Las reformas estructurales en el sector minero peruano y las características de la (...)
  • 27   Alberto Pasco-Font, El impacto del programa de estabilización y las reformas estructurales sobre (...)

6Le syndrome du chien couché sur sa mangeoire, parabole utilisée par ce président pour diffamer son peuple, est pour Alan Garcia une allégorie « celui qui ne mange pas et ne laisse pas manger » pour qualifier les communautés andines et amazoniennes qui empêcheraient le reste de la nation de profiter des richesses qu’elles-mêmes n’exploiteraient pas. L’autre, ici, est dépeint comme une relique du passé ; un paresseux, un indolent, qui obstrue le développement économique de toute une nation en bloquant les investissements étrangers et la modernisation du pays. Cette attitude chronique à l’égard de la multiculturalité du Pérou n’engage pas seulement le président en poste mais illustre plutôt des pans de la doctrine d’une polyarchie péruvienne20à propos de ce que serait une bonne gouvernancedu pays. Dès les années 1990, le modèle de développement de l’économie péruvienne a été de nouveau structuré sur des critères de valorisation et exportation des ressources dans un contexte mondial de libéralisation des échanges commerciaux21. Les responsables politiques qui se sont succédés se sont employés à disjoindre l’espace en aménageant un abscons quadrillage de concessions minières22, hydroélectriques et forestières ainsi que des lots pétrolifères et gazifières mis à la disposition de consortium d’entreprises spécialisées dans les activités d’extraction. Selon l’ONG Derecho, Ambiente y Recursos Naturales (DAR)23, la qualification de portion du territoire amazonien en lots pétrolifères s’est étendue pour la période 2004-2010 de 9 à 75%, se superposant à 95% avec les territoires communautaires et rongeant çà et là l’espace de différentes aires protégées et concessions forestières octroyées préalablement par l’Institut National des Ressources Naturelles. De plus, de nombreuses infrastructures routières, fluviales et de transports ferroviaires ont passé les épreuves des études d’impacts et sont désormais en passe de devenir réalité24. En vertu de cette politique, le ministère de l’Environnement estime la dynamique de déforestation de l’Amazonie péruvienne à 150 000 ha par an. Comme le soulignent Dourojeanni et al., les prévisions les moins optimistes pour l’année 2041 font état d’un niveau de dégradation de la couverture forestière de l’Amazonie péruvienne de 91%. Au cours de la dernière décennie, la superficie des concessions minières a été multipliée par cinq ce qui conduit à ce que la moitié des communautés paysannes titulaires de titres fonciers soit dès à présent à l’intérieur de zones susceptibles d’être soumises à l’extraction de minerais25. En décembre 1995, le 7e article de la loi sur le foncier fut modifié laissant entendre que les communautés paysannes et autochtones pourraient disposer librement de leurs terres. Cependant, le changement le plus important concernant le cadre juridique porte sur l’octroi d’un droit de passage sur les terres des autochtones et des paysans pour accéder aux couches souterraines recelant le minerai, gaz et pétrole, à exploiter. Cette norme cherchait à réguler les conflits entre les propriétaires terriens et les investisseurs miniers réclamant un droit d’accès aux ressources du sous-sol26. Par ce nouvel arbitrage, le propriétaire terrien était en droit d’espérer une compensation financière, en espèce, de l’investisseur minier comme cela avait été fixé par la Résolution Suprême émanant du ministère de l’Agriculture et du ministère de l’Énergie et des mines. À l’échelle internationale, ce processus a été perçu comme un parti pris pour l'industrie d’extraction au détriment du reste de la société. Au niveau local, il a été systématiquement dénoncé par les communautés paysannes et autochtones affectées par la contamination de leurs milieux et celles-ci ont bloqué l'exploitation en envahissant les lieux de production. D’après Pasco-Font27: « Le gouvernement a mis en œuvre, dans la décennie 1990, un plan de privatisation d’entreprises étatiques. Dans les secteurs de l’extraction, des entreprises multinationales gagnaient la concession des principales opérations et projets miniers, gazifières et pétroliers, devenant ainsi les principaux acteurs économiques et politiques de ces mêmes secteurs. Par exemple, le secteur minier a connu 22 privatisations d’entités publiques, représentant 789 millions de dollars en espèces et 4 milliards 485 millions de dollars en engagement d’investissements. De fait, l’État qui contrôlait 50% de la production minière en 1990 ne participait plus qu’à 1,5% du secteur en 1998 ». Plus précisément, en novembre 1991, la loi pour la promotion des investissements dans le secteur minier (DL 708) a conduit à la modification de la loi générale de l’exploitation minière de 1981 (DL 41). Plus tard, en 1992, la promulgation du texte unique de la loi générale de l'exploitation minière (DS 014-92) venait consolider l'ensemble de ces nouvelles normes. Ce nouveau cadre juridique avait été conçu pour privatiser les compagnies minières mais aussi réduire les risques pour les capitaux étrangers qui avaient été investis dans le pays.

7Campodónico explique qu’outre les changements dans la structure juridique, plusieurs autres mesures incitatives avaient été mises en œuvre pour attirer les investisseurs étrangers. Ces mesures comprennent : (a) la stabilité des taux de changes monétaires, (b) l’exonération de l’impôt foncier sur les mines avant exploitation jusqu’à la deuxième année suivant le début de la vente des produits, (c) pour les investissements approuvés par les services publics la déduction du loyer des compagnies minières, et (d) la libre commercialisation des produits minéraux et simplification administrative.

8Tableau 1. Incidences des décrets-lois sur les droits indigènes

Décret -lois

Objectif

Incidences

DL 1015

DL 1073

(annulé en sept. 2008)

Homogénéiser le droit de concertation communautaire sur l’ensemble du territoire : la Côte, les Andes, l’Amazonie.   

Promotion du processus de parcellisation des terres communales et de la privatisation des ressources.

Droit de vote accordé au titulaire de titre de propriété des terres.

Légitimation du vote accordé à 50% +1 des votants et non plus au 2/3 comme prévu par la loi.

9Tableau 1 (suite). Incidences des décrets-lois sur les droits indigènes

  • 28   Organisme de formalisation de la propriété informelle.

Décret loi

Objectif

Incidences

DL 1064

(annulé en juin 2009)

Approuver le droit d’appropriation des terres pour valorisation agricole

Suppression du devoir de dialogue avec la communauté avant d’entamer la procédure d’expropriation.

DL 1064

(annulé en juin 2009)

Approuver le droit d’appropriation des terres pour valorisation agricole

Suppression du devoir de dialogue avec la communauté avant d’entamer la procédure d’expropriation.

DL 1089

(voté)

Etablir un régime temporaire extraordinaire de formalisation et titularisation de propriétés rurales.

Autoriser COFOPRI28 à modifier les limites d’une propriété privée préalablement enregistrées sans avoir à en référer au propriétaire ou au tribunal (communautés inclus).

Dénégation de la Convention 169 de l’OIT qui invite les Etats à formuler un régime spécial pour les territoires indigènes.

DL 1090

(annulé en

juin 2009)

Approuver la loi forestière et les textes de loi sur les animaux sauvages.

Autorise la modification de la nature des usages de la terre si le projet est juge d’intérêt national.

  • 29 http://www.snmpe.org.pe
  • 30 Fred McMahon et Miguel Cervantes, Survey of Mining Compagnies 2009/2010, The Fraser Institute. 201 (...)
  • 31 Représentant 28% du budget mondial de ce secteur d’activité.

10L’ensemble de ces mesures a facilité la mise en exploitation en 2001 de la quebrada Antamina dans la région d’Ancash qui est considérée comme l'investissement le plus important dans l'histoire du secteur minier du Pérou. Un investissement qui a dépassé les 2 milliards de dollars américains. Selon la Sociedad Nacional de Minería, Petróleo y Energía29, le produit intérieur brut du secteur minier a augmenté de 260% ces vingt dernières années représentant 6,3% du PIB national. De plus, l’Institut Fraser, qui réalise chaque année une enquête internationale30 auprès des plus grands consortiums31 miniers, a classé le Pérou, pour la période 2009-2010, comme le douzième État le plus attractif pour les investissements miniers d’une liste qui compte plus de quatre-vingt-dix pays. Alan Garciane cesse, d’ailleurs, de vociférer dans ses interventions publiques que des 14% du territoire qui ont été cédés en concession minière seul 0,56% sont en phase de valorisation et 0,67% en exploration.

  • 32 Katherine Ellison, «Renting Biodiversity: the conservation concessions approach, with all the mone (...)
  • 33   L’acronyme BINGO signifie Big International Non Governmental Organization que sont WWF, TNC et CI
  • 34 Adel Selmi et Vincent Hirtzel (sous dir.), « Gouverner la nature », Cahiers d’anthropologie social (...)
  • 35 A ce jour, le gouvernement péruvien n’a officiellement rien publié concernant le nombre et la natu (...)
  • 36 http://www.biocomercioperu.org

11Emportées par cette vague de marchandisation des écosystèmes, les branches et ramifications péruviennes des grandes ONGs conservationnistes américaines (World Wide Fund, The Nature Conservancy et Conservation International) négocient, à leur tour, la gestion de vastes concessions de conservation qui visent, disent-elles, à monétiser les services fournis par les écosystèmes tout en les préservant32. Alors que sous d’autres latitudes, les mêmes prônent, pour garantir l’effectivité des stratégies patrimoniales et prendre en compte la complexité des fonctions de la biodiversité, la constitution de vaste dispositifs de protection basés sur l’approche bio-régionale : (a) écorégion, (b) points chauds de la diversité biologique, (c) couloir de conservation, (d) réseau régional de réserves de biosphère ; Au Pérou les BINGOs33 s’évertuent à casser la complexité des dynamiques biotiques et abiotiques qui charpente les milieux. Adossé au système national d’aire protégée qui tente de réguler les accès et usages de 18 millions d’hectares, on constate, au sein de la cartographie de la conservation, l’éclosion d’une mosaïque d’aires protégées – régionales et privées – qui participe, à l’échelle nationale, à cette vaste dynamique de parcage des territoires et d’étiquetage de la biosphère du globe34. Pour l’instant, 124 991,29 ha morcelés en vingt réserves ont déjà été confiés à des personnes morales de droit privé. À cela il faut ajouter les concessions privées de conservation dont les procédures d’octroi ainsi que le contrôle des modalités de gestion ne présentent pas la transparence escomptée35. Là encore, ce qui est en jeu, c’est l’enrichissement du catalogue des espèces animales et végétales des zones tropicales exportées vers les marchés asiatiques, européens et nord-américains. Le bio-commerce36, secteur d’activité en plein essor dont le produit d’appel s’intitule el programa nacional de promoción al biocomercio, profite des traités de libre commerce récemment signés avec les États-Unis, l’Europe et la Chine.

  • 37 Lia Osorio Machado, « Le complexe coca-cocaïne dans le secteur oriental du bassin de l’Amazone », (...)
  • 38 UNODC. PERU, Monitoreo de cultivos de coca 2009, Junio 2010, Gobierno de Perú, UNODC.
  • 39   Paul Gootenberg, « La filière coca du licite a l’illicite : grandeur et décadence d’une marchandi (...)
  • 40   Edmundo Morales, «The Political Economy of Cocaine Production: An Analysis of the Peruvian Case», (...)

12Bien sûr, ce panorama du formatage spatial serait erroné sans l’incorporation des activités illicites qui interagissent avec les stratégies « légales » d’accaparement des biens communs. Comme l’écrit, très justement, Lia Osorio Machado37 :« en réalité, les activités humaines, qu’elles soient licites ou illicites, font le territoire ; les acteurs s’adaptent à ce qui est déjà en place ; ils entrent consciemment en interaction avec ce qui leur est donné et recherchent activement ce qui leur manque ». À ce titre, le rapport Andin de juin 2010 de l’UNODC s’inquiète de la production et transformation de feuilles de coca au sein même du système national d’aire protégée péruvien ainsi que de l’augmentation du blanchiment d’argent au travers de lourds investissements dans les secteurs miniers, pétroliers, forestiers, hydroélectriques, des transports. « La culture de coca au Pérou, en dépit des efforts du gouvernement péruvien, pour la quatrième année consécutive, a augmenté de 6,8% par rapport à l’année précédente 56.100 ha, totalisant 59,900 ha. Il est certain que l’on compte désormais 55% de cultures de coca qu’il y a 10 ans »38. Or, dans les analyses contemporaines des luttes sociales au Pérou, on note une omission systématique des pratiques des collectifs criminels ainsi que la disparition de la dimension territoriale dans l’analyse des modalités de régulation de l’économie illicite. Dans la lignée des recherches de Paul Gootenberg39sur l’évolution du statut et du rôle de la feuille de coca dans les pays de la région andine, nous considérons les industries illicites comme un vecteur directeur des dynamiques spatiales, socioéconomiques et politiques. Tout l’enjeu de la compréhension des processus territoriaux réside, nous le croyons, dans la capacité à déterminer la nature et les degrés d’emboîtement des investissements des gains illicites dans les activités licites40. Une gageure comparable à la routine professionnelle de l’une des cinq divisions de l’antidrogue (DIRANDRO) qui s’efforce d’établir l’enchâssement des opérations qui avalisent le lavage d’actifs illicites puis s’évertue à apprécier « à qui profite le crime ? ».

  • 41 Fabrice Folio, « La criminalité à Maputo, Mozambique : origine, distribution et répercussions spat (...)
  • 42 Fernando Carrión, «Violencia urbana: un asunto de ciudad», Revista Eure, Vol. XXXIV, nº 103, p. 11 (...)

13Les villesde Lima, Arequipa et Trujillo connaissent toutes trois une accélération des installations de quartiers enclos, c’est-à-dire de barrios dont l’accès est contrôlé par une équipe de gardiennage privé grâce à la fermeture, partielle ou complète, temporaire ou permanente, des rues les desservant. Cette édification de forteresses, liée à une préoccupation sécuritaire, pose d’importants défis politiques en termes d’exclusion sociale et fragmentation urbaine. Au final, c’est une territorialisation des réponses à l’insécurité urbaine qui s’est matérialisée : « le dénigrement de la police et des pouvoirs publics s’accompagne de la mise en place d’une protection sécuritaire privée. Elle est variée tant dans ses formes que dans sa distribution dans l’espace. On peut à ce titre parler de répercussions spatiales de la lutte contre la criminalité. Il est possible d’en proposer une esquisse typologique en se demandant si, par leurs origines mais aussi et plus simplement par les coûts qu’elles induisent, elles ne coïncident pas avec la distribution des groupes sociaux et partant, trahissent une certaine territorialisation des réactions »41. Ainsi, Fernando Carrion42attire notre attention sur l’expansion économique soutenue et continue (6 à 8% annuel), depuis quinze ans, du secteur de la sécurité privée en Amérique latine. Dans la région, les effectifs des polices nationales estimés à 2 millions d’hommes représentent moins de la moitié des gardes privés (plus de 4 millions), ce qui accrédite l’intrusion de la logique du privé lucratif dans les politiques de contrôle de l’ordre public.« Une situation comme celle décrite introduit deux éléments qu’il nous intéresse de souligner : le changement du droit universel à la sécurité citoyenne et sa conversion en un objet de transaction économique – selon l’offre et la demande –, processus dans lequel se crée un marché hautement segmenté et, d’une certaine façon, exclusif » (Carrión, 2008).

  • 43 L’emploi du terme « famille » et non « classe » renvoie à la circulation du capital au sein d’une (...)
  • 44 Francisco Durand, La mano invisible en el estado, Lima, Fundación Ebert, DESCO, 2006.
  • 45 Nicolas Merveille, Logique procédurale et dispositifs de mesure : ethnographie d'une ONG de conser (...)
  • 46 Jacques Weber, Gestion des ressources renouvelables : fondements théoriques d'un programme de rech (...)

14Puisse ce rapide tour d’horizon, que nous avons voulu spécifiquement péruvien mais qui dépasse grandement nos frontières, apporter de nouveaux éléments pour se risquer à formuler des bribes de réponses à des problématiques encore mal élucidées. -Qui est assis à la table de jeu ? Un réseau d’affinités, sans nul doute, constitué de puissantes familles43 cosmopolites ; L’Église, sûrement, dont plusieurs personnalités sont reconnues de tous comme des acteurs de premier plan dans la négociation des droits d’accès et d’usages ; Les porteurs d’intérêts nord-américain, brésilien, chinois et chilien, qui selon leurs nécessités nationales agissent pour s’approprier les biens communs ; mais aussi les représentants de la puissante industrie de la cocaïne et du vice qui s’immiscent dans la formulation des règles du jeu. Comment jouent-ils ? L’exécutif, on l’a vu, s’approprie systématiquement les ressources renouvelables et non renouvelables en forçant la réécriture puis l’acceptation de nouveaux décrets par un appareil législatif et une population légalement muselés. Le travail du sociologue Francisco Durand44a éclairé les raisons de la pratique enprécisant le degré de consanguinité qui lie la sphère du privé lucratif avec les pouvoirs publics. La richesse des sous-sols couplée à la nouvelle découpe de l’espace a fortement crédibilisé le Pérou comme eldorado des investissements étrangers. C’est pourquoi les pays émergents s’arrachent les titres fonciers pour faire face à leur demande énergétique. Dans cette bataille du contrôle des territoires, la sphère à finalité non lucrative joue le rôle de matelas en vue d’absorber l’onde de choc provoquée par cette armada d’investisseurs45. Les industries illicites ne modifient en rien l’essence du jeu, dont le but est de s’emparer des privilèges de l’accès et des usages, mais encourage la propagation de l’exclusivisme qui tend à anéantir les possibilités de formuler un dessein en commun46.

  • 47 Elinor Ostrom, Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, New Yor (...)
  • 48   Jean Claude Monod, « De l’abus à l’usufruit », Esprit, 1/2010, n°361 : 152-163.  

15-Au fond, qu’est ce qui se joue ? Évidemment, les biens communs ne sont pas des choses mais des relations47. C’est donc la démocratie, entendue comme faculté à la concertation, agir et décider ensemble pour le bien de tous, qui est délibérément saccagée. L’abus, comme l’explique Jean-Claude Monod48, a fini par casser la magie du vivre ensemble. Il est donc urgent d’initier l’emploi du pluriel pour réaffirmer, une fois encore, la multiplicité constitutive du Pérou. À l’encontre de l’intention politique contemporaine, nous invalidons la recherche d’un « dénominateur commun » qui nous donnerait l’essence spécifique de ce pays. S’il y a quelque chose de propre au Pérou, il faut le trouver dans sa pluralité même, qui en fait le territoire privilégié de la polyphonie culturelle.

Agrandir

Agrandir
image

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourricaud (François), « Remarque sur l’oligarchie péruvienne », Revue Française de Science Politique, 14e année, n°4, 1964, p. 675-708.
DOI : 10.3406/rfsp.1964.403450

Bravo-Bresani (Jorge), « Mythe et réalité de l’oligarchie péruvienne »,Tiers-Monde, 1969, tome 10 n°38, p. 405-427.

Campodónico (Humberto), Las reformas estructurales en el sector minero peruano y las características de la inversión 1992-2008, Serie «Reformas económicas» n°24, Santiago de Chile, CEPAL, 1999.

Calero (Jean-Paul), « La politique commerciale du pérou : de la communauté andine au libre-échange avec les États-Unis », Cahier de Recherche du Centre Études internationales et Mondialisation, 06-07 mai 2006.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Calvert (Peter), «Internal Colonisation, Development and Environment», Third World Quarterly, vol. 22, nª1, p. 51-63, (Feb., 2001).
DOI : 10.1080/713701137

ChaseSmith (Richard), «Bagua: la verdadera amenaza», PODER, Julio 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Carrión (Fernando), «Violencia urbana: un asunto de ciudad», Revista Eure, vol. XXXIV, nº 103, p. 111-130, diciembre 2008.
DOI : 10.4067/S0250-71612008000300006

DamonteValencia (Gerardo), «Industrias extractivas, agricultura y uso de recursos naturales: el caso de la gran mineria en el Perù» In, PERU: el problema agrario en debate. SEPIA XII/Seminario Permanente de Investigación Agraria, Lima, p. 19-78, 2008.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005.
DOI : 10.3917/deba.114.0086

Deleuze (Gilles), Foucauld, historien du présent. Extrait de l’intervention au colloque Michel Foucault, philosophe / 1988.

Dourojeanni, (Marc), Barandiaran (Alberto) et Dourojeanni (Diego), Amazonia Peruana 2001. Explotación de recursos naturales e infraestructuras: ¿Que esta pasando? ¿Qué es lo que significan para el futuro?, ProNaturaleza - Fundación Peruana para la Conservación de la Naturaleza, 2009.

Durand (Francisco), La mano invisible en el estado, Lima, Fundación Ebert, DESCO, 2006.

Echave (José de), Hacia una estimación de los efectos de la actividad minera en los índices de pobreza en el Perú, Lima, Cooperación, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ellison (Katherine), «Renting Biodiversity: the conservation concessions approach, with all the money we spend making conservation pay for itself, we could just pay for conservation», Conservation in Practice, volume 4 Issue 4, p. 20-29, 2006.
DOI : 10.1111/j.1526-4629.2003.tb00073.x

Folio (Fabrice), « La criminalité à Maputo, Mozambique : origine, distribution et répercussions spatiales », Cybergeo: European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 380, mis en ligne le 02 juillet 2007.

Gootenberg (Paul), « La filière coca du licite a l’illicite : grandeur et décadence d’une marchandisation internationale, Herodote, nª112, La découverte, 1er trimestre 2004.

McMahon (Fred) et Cervantes (Miguel), Survey of Mining Compagnies 2009/2010, The Fraser Institute, 2010.

Merveille (Nicolas), Logique procédurale et dispositifs de mesure : ethnographie d'une ONG de conservation et développement au Pérou, Thèse de doctorat d’Anthropologie Sociale. EHESS-LAS. 2010. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00458287/en/

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Monod(Jean-Claude), « De l’abus à l’usufruit », Esprit, 1/2010, n°361 : 152-163.  
DOI : 10.3917/espri.1001.0152

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Morales (Edmundo), «The Political Economy of Cocaine Production: An Analysis of the Peruvian Case», Latin American Perspectives, vol. 17, n°4, Guatemala, Debt, and Drugs, p. 91-109 (autumn, 1990).
DOI : 10.1177/0094582X9001700406

OsorioMachado (Lia), « Le complexe coca-cocaïne dans le secteur oriental du bassin de l’Amazone », Eres-Revue internationale des sciences sociales, nª169, p. 427-436. 2001/1.

Ostrom (Elinor), Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, New York, Cambridge University Press, 1990.

Pasco-Font (Alberto), El impacto del programa de estabilización y las reformas estructurales sobre el desempeño ambiental de la minería de cobre en el Perú: 1990-1997, Santiago, CEPAL, 2000.

Polanyi (Karl), La Grande Transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Gallimard, 1983.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ross (M. L.), «What Do We Know about Natural Resources and Civil War?», Journal of Peace Research, vol. 41, n°3 (May, 2004), p. 337-356.
DOI : 10.1177/0022343304043773

Sabourin (Eric) et Antona (Martine) (dir.), « Lien social et intérêts matériels dans les processus d’action collective », Actes de l’atelier du séminaire « Action collective », CIRAD, Montpellier, 14 juin 2004, Revue du MAUSS / CIRAD 2005.

Selmi (Adel) et Hirtzel (Vincent) (sous dir.), « Gouverner la nature »,Cahiers d’anthropologie sociale, Paris, Éditions de L’Herne, 2007.

SevillanoArevalo (Maria del Rosario), El derecho a la consulta de los pueblos indigenas en el Perù, Últimos advances, DAR 2010.

Tandeter (Enrique), Coertion and Market: Silver Mining in Colonial Potosi, 1692-1826, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1993.

Thorp(Rosemary) & Bertram(Geoffrey), Peru, 1890-1977: Growth and Policy in an Open Economy, Nueva York, Columbia University Press, 1978.

unodc, perù: monitoreo de cultivos de coca 2009, Gobierno de Perú, UNODC, Junio 2010.

viveiro de castro (Eduardo), Métaphysiques Cannibales, Presses Universitaires de France, 2009.

Weber(Jacques), Gestion des ressources renouvelables : fondements théoriques d'un programme de recherche, Paris, Cirad Green, 1995.

Wolf(Eric), Europe and the People without History, Berkeley, University of California Press, 1982.

Haut de page

Notes

1   Seule la création officielle d’une commission d’enquête établirait la véracité des faits : (1) éclairer les prises de décisions au sein de la chaîne de commandement de l’Exécutif, (2) définir le nombre réel des décès et blessés, (3) déterminer les statuts et rôles des leaders des mouvements sociaux dans l’escalade des violences.

2 Les différents collectifs indigènes amazoniens regrouperaient une population de 400 000 personnes sur les 28 millions d’habitants que compte le Pérou.

3   Pour connaître les détails des événements, consulter l’article de Raul Chacon Pagan dans le bulletin Ecochaski, n°24 http://elecochasqui.wordpress.com/2009/08/09/el-e-cochaski-n%C2%BA-24/ et l’article de Rodrigo Montoya Rojas «‘Con Rostro spintados’ : Tercera Rébellion Amazonica» sur le site du CETRI : http://www.cetri.be/spip.php?article1305&lang=es

4 Eric Wolf, Europe and the people without history, Berkeley, University of California Press, 1982.

5 Enrique Tandeter, Coertion and Market: Silver Mining in Colonial Potosi, 1692-1826, Albuquerque, University of New Mexico Press, 1993.

6 Projet minier situé dans la région de Piura au nord du Pérou qui a été contesté par un référendum populaire.

7 Mégaprojet hydroélectrique au sud Pérou et frontalier avec le Brésil qui fait l’objet de controverses.

8   Richard Chase Smith, «Bagua: la verdadera amenaza»,PODER, Julio 2009.

9 Dans la Constitution de 1993, élaborée sous le gouvernement d’Alberto Fujimori, la protection juridique des communautés était, en pratique, affaiblie, comparée aux Constitutions de 1920 et 1933, tout en reconnaissant le droit des familles paysannes et autochtones à l'autonomie dans leurs organisations et à la libre disposition de leurs terres.

10   Karl Polanyi, La grande transformation, aux origines politiques et économiques de notre temps, Gallimard, 1983.

11 Grupo de dialogo sobre Minería y Desarrollo.

12   Grupo de Trabajo Huascarán.

13 Le business de la gestion des conflits a favorisé la création d’une palette de formations universitaires dont la plus représentative est celle de l’Université Pontificale Catholique du Pérou. V. la page web : http://www.pucp.edu.pe/consensos/index.php?option=com_content&task=view&id=53&Itemid=95

14 M. L. Ross, «What Do We Know about Natural Resources and Civil War?», Journal of Peace Research, vol. 41, n°3 (May, 2004), p. 337-356. Eric Sabourin et Martine Antona (dir.), « Lien social et intérêts matériels dans les processus d’action collective ». Actes de l’atelier du séminaire « Action collective » CIRAD, Montpellier, 14 juin 2004, Revue du MAUSS, MAUSS / CIRAD 2005.

15   Gilles Deleuze, Foucault, historien du présent, Extrait de l’intervention au colloque Michel Foucault, philosophe/1988.

16   Voir les annexes. http://www.ibcperu.org/

17 Traduit en langue française par l’auteur. «Hay millones de hectáreas para madera que están ociosas, otros millones de hectáreas que las comunidades y asociaciones no han cultivado ni cultivaran, además cientos de depósitos minerales que no se pueden trabajar y millones de hectáreas de mar a los que no entran jamás la maricultura ni la producción. Los ríos que bajan a uno y otro lado de la cordillera son una fortuna que se va al mar sin producir energía eléctrica. (…) Y es que allí el viejo comunista anticapitalista del siglo XIX se disfrazo de proteccionista en el siglo XX y cambia otra vez de camiseta en el siglo XXI para ser medioambientalista».

18   Lire l’article de Peter Calvert sur l’écologie des relations entre colonialisme interne, urbanisation et accaparement des biens communs : Peter Calvert, «Internal Colonisation, Development and Environment», Third World Quarterly, vol. 22, n°1, p. 51-63, (Feb., 2001).

19 Traduit en langue française par l’auteur. «Al Perú le conviene que todas esas playas (balnearios), Caleras (cementeras), bosques (industria maderera) se pongan en valor mediante la inversión inmediata. Por eso propondremos un proyecto de ley para obligar al denunciante que no trabaja a cumplir con la inversión, a transferir o abandonar el denuncio».

20   Lire François Bourricaud. « Remarque sur l’oligarchie péruvienne », Revue Française de Science Politique, 14e année, n°4, 1964. p. 675-708. En opposition à la thèse de Bourricaud, Jorge Bravo privilégie la thèse d’une polyarchie péruvienne. Jorge Bravo-Bresani, « Mythe et réalité de l'oligarchie péruvienne », Tiers-Monde, 1969, tome 10 n°38, p. 405-427.

21 Jean-Paul Calero, « La politique commerciale du Pérou : de la communauté andine au libre-échange avec les États-Unis », Cahier de Recherche du Centre Études internationales et Mondialisation, 06-07, mai 2006.

22 Ce nouveau cycle d’expansion du produit intérieur brut (PIB) est d’ailleurs la conséquence de l’accroissement vertigineux de l’exploitation minière sur la dernière décennie. Pour mieux comprendre les cycles de croissance de l’économie péruvienne générés par l’industrie extractive : Rosemary Thorp et Geoffrey Bertram. Peru, 1890-1977: Growth and Policy in an Open Economy, Nueva York, Columbia University Press, 1978.

23 Maria del Rosario Sevillano Arevalo, El derecho a la consulta de los pueblos indigenas en el Perú. Últimos avances. DAR, 2010.

24 Marc Dourojeanni, Alberto Barandiaran et Diego Dourojeanni, Amazonia peruana 2001. Explotación de recursos naturales e infraestructuras: ¿Qué està pasando? ¿Qué es lo que significan para el futuro?, ProNaturaleza-Fundación Peruana para la Conservación de la Naturaleza, 2009.

25 José de Echave, Hacia una estimación de los efectos de la actividad minera en los índices de pobreza en el Perú, Lima, Cooperación, 2005.

26 H. Campodónico, Las reformas estructurales en el sector minero peruano y las características de la inversión 1992-2008. Serie Reformas económicas n° 24. Santiago de Chile, CEPAL, 1999.

27   Alberto Pasco-Font, El impacto del programa de estabilización y las reformas estructurales sobre el desempeño ambiental de la minería de cobre en el Perú: 1990-1997, Santiago, CEPAL, 2000.

28   Organisme de formalisation de la propriété informelle.

29 http://www.snmpe.org.pe

30 Fred McMahon et Miguel Cervantes, Survey of Mining Compagnies 2009/2010, The Fraser Institute. 2010.

31 Représentant 28% du budget mondial de ce secteur d’activité.

32 Katherine Ellison, «Renting Biodiversity: the conservation concessions approach, with all the money we spend making conservation pay for itself, we could just pay for conservation», Conservation in Practice, volume 4 Issue 4, p. 20-29, Society for Conservation Biology (SCB), 2006.

33   L’acronyme BINGO signifie Big International Non Governmental Organization que sont WWF, TNC et CI.

34 Adel Selmi et Vincent Hirtzel (sous dir.), « Gouverner la nature », Cahiers d’anthropologie sociale, Paris, Éditions de L’Herne, 2007.

35 A ce jour, le gouvernement péruvien n’a officiellement rien publié concernant le nombre et la nature des concessions louées à des entités privées pour réaliser des activités de conservation et protection des ressources.

36 http://www.biocomercioperu.org

37 Lia Osorio Machado, « Le complexe coca-cocaïne dans le secteur oriental du bassin de l’Amazone », Eres-Revue internationale des sciences sociales, n°169, p. 427-436. 2001/1.

38 UNODC. PERU, Monitoreo de cultivos de coca 2009, Junio 2010, Gobierno de Perú, UNODC.

39   Paul Gootenberg, « La filière coca du licite a l’illicite : grandeur et décadence d’une marchandisation internationale », Herodote, nª112, La Découverte, 1er trimestre 2004.

40   Edmundo Morales, «The Political Economy of Cocaine Production: An Analysis of the Peruvian Case», Latin American Perspectives, vol. 17, n° 4, Guatemala, Debt, and Drugs, p. 91-109 (october 1990).

41 Fabrice Folio, « La criminalité à Maputo, Mozambique : origine, distribution et répercussions spatiales », Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 380, mis en ligne le 02 juillet 2007.

42 Fernando Carrión, «Violencia urbana: un asunto de ciudad», Revista Eure, Vol. XXXIV, nº 103, p. 111-130, diciembre 2008.

43 L’emploi du terme « famille » et non « classe » renvoie à la circulation du capital au sein d’une même constellation familiale.

44 Francisco Durand, La mano invisible en el estado, Lima, Fundación Ebert, DESCO, 2006.

45 Nicolas Merveille, Logique procédurale et dispositifs de mesure : ethnographie d'une ONG de conservation et développement au Pérou, Thèse de doctorat d’Anthropologie Sociale, EHESS-LAS. 2010. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00458287/en/

46 Jacques Weber, Gestion des ressources renouvelables : fondements théoriques d'un programme de recherche, Paris, Cirad Green, 1995.

47 Elinor Ostrom, Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action, New York, Cambridge University Press.1990. Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Gallimard, 2005. Eduardo Viveiro de Castro, Métaphysiques Cannibales, PUF, 2009.

48   Jean Claude Monod, « De l’abus à l’usufruit », Esprit, 1/2010, n°361 : 152-163.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Merveille, « Déferlante d’enclosures au Pérou : une nouvelle vague d’altération du lien social et des rapports Nature-Cultures », Droit et cultures [En ligne], 62 | 2011-2, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 18 décembre 2014. URL : http://droitcultures.revues.org/2731

Haut de page

Auteur

Nicolas Merveille

Nicolas Merveille est docteur en Ethnologie et Anthropologie sociale de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France). Magister en Ingénierie et Gestion de l’Environnement de l’ISIGE (Ecole Nationale des Mines de Paris), il est actuellement Responsable de l’aire de Recherche et Incidence de l’Université Antonio Ruiz de Montoya.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page