Navigation – Plan du site
L'homogène et le pluriel

Le conflit de Bagua : les problèmes du développement et les revendications des populations indigènes en Amazonie péruvienne*

The Conflict of Bagua: Problems of Development and the Demands of Indigenous Populations in the Peruvian Amazon
El conflicto de Bagua. Los problemas del desarrollo y las reivindicaciones de las poblaciones indígenas en la Amazonía peruana
Victor Guevara Florindez
p. 163-176

Résumés

En juin 2009, de violentes confrontations dans la région de Bagua entre les forces de l’ordre péruviennes et des populations « indigènes » d’Amazonie causaient la mort de trente-quatre personnes et une disparition. La version officielle du gouvernement, relayée par la majorité des médias liméniens, a sciemment ignoré le fait que la véritable explication de ces affrontements est la collision entre des représentations croisées et catégorisations antinomiques du monde.

Cet article examine différentes situations qui illustrent les points de désaccord entre la politique gouvernementale et les revendications des « populations autochtones ». L’idée conductrice de l’article est de créer un dialogue qui faciliterait la prise en compte de la diversité culturelle au sein des politiques publiques du gouvernement péruvien.

The Conflict of Bagua: Problems of Development and the Demands of Indigenous Populations in the Peruvian Amazon

In June 2009, a violent confrontation in the area of Bagua between the Peruvian government and the indigenous populations of the Amazon resulted in the death of 34 people and 1 missing person. The official versions of the government and the mainstream media’s have underestimated the fact that underlying the dispute is a fundamental difference over how the world is and how it should look.

This article examines some relevant approaches to development in order to have a clearer understanding of the context, the conceptual backgrounds and the limits of the views of the government and the indigenous populations. It concludes asserting that in order to prevent conflicts and positively articulate cultural diversity in the country, the State should conceive its development plans based upon dialogue that considers alternative cultural paradigms different than the one inspiring the current policies legitimate, such as the case of indigenous populations of the Amazon in Peru.

El conflicto de Bagua. Los problemas del desarrollo y las reivindicaciones de las poblaciones indígenas en la Amazonía peruana

Este artículo examina algunos enfoques de desarrollo relevantes con el fin de tener una comprensión más clara del contexto, de los antecedentes conceptuales y de los límites de las visiones del gobierno y de las poblaciones indígenas. En conclusión, se afirma que a fin de prevenir conflictos en el futuro y articular positivamente la diversidad cultural del país, el Estado debe concebir sus planes de desarrollo sobre la base de un diálogo que acepte la validez de paradigmas culturales alternativos al que inspira las actuales políticas, como es el caso de las poblaciones indígenas amazónicas en el Perú.

Haut de page

Texte intégral

Histoire du conflit

  • *   Traduit de l’espagnol au français par Nicolas Merveille (UARM).
  • 1   Le titre « Perro del hortelano » fait référence à la fable d’Esope du Chien couché sur sa mangeoi (...)
  • 2   Fondée en 1980, Aidesep a été la première organisation « indigène » à représenter officiellement, (...)
  • 3 http://www.aidesep.org.pe/editor/documentos/59.pdf

1Le 5 juin 2009 des affrontements ont éclaté entre des effectifs de la Police nationale du Pérou (PNP) et des populations indigènes dans l’agglomération de Bagua dans la région Amazonas. Cette confrontation s’est soldée par le décès de vingt-quatre policiers et dix civils (entre « indigènes » et locaux) ainsi qu’un disparu. Cependant, ce conflit découle des propos tenus par le président du Pérou, Alan Garcia, dans une série d’articles1 qu’il a publiés dans le quotidien national El Comercio entre octobre et novembre 2007. Dans ces différents papiers, il défendait la thèse que l’accès à la catégorie de pays développé passait par l’extraction et la valorisation des ressources renouvelables et non renouvelables du pays. Pour Alan Garcia, l’usage des ressources minières, pétrolifères, forestières et hydriques était d’intérêt national et légitimait la reconfiguration des droits de propriétés du foncier. Plutôt que servir d’introduction à un débat public sur l’aménagement du territoire, les conditions des investissements étrangers, les droits des populations autochtones et indigènes, ces différents articles furent rédigés dans l’intention de justifier le processus de réformes juridiques (par décret) concernant la réglementation des investissements nationaux et internationaux dans le secteur des activités d’extraction. La réponse de l’Association interethnique de développement de l’Amazonie péruvienne (Aidesep)2 ne s’est pas fait attendre. En novembre de la même année, au travers de la publication d’une lettre3 ouverte à Alan Garcia, l’Aidesep exprimait son indignation vis-à-vis du contenu raciste et colonialiste de ses différents articles qui mettait non seulement en péril les modes de vie des collectifs amazoniens mais aussi la biodiversité des écosystèmes du Pérou.

  • 4   José Francisco Eguiguren, Análisis de la conformidad constitucional del uso de las facultades leg
    (...)
  • 5   Sur les décrets législatifs suivants : 994, 995, 1015, 1020, 1060, 1064, 1073, 1080, 1081, 1089 e (...)
  • 6 Quand bien même ce droit n’est pas un droit de véto, la participation des populations indigènes da (...)
  • 7 http://www.defensoria.gob.pe

2En décembre 2007, l’exécutif obtient, du législatif, la faculté de légiférer en matière de mise en œuvre de l’Accord de promotion commerciale avec les États-Unis d’Amérique (connu sous le nom de Traité de Libre Commerce). Ainsi, au premier semestre 2008, l’exécutif promulgue 99 décrets qui, dans la majeure partie des cas, sortaient du cadre légal4 défini par le Parlement. L’Aidesep s’est opposée à ces décrets législatifs considérant qu’ils étaient une atteinte aux droits des peuples d’Amazonie. Le 28 juin 2008, l’organisation dénonça leur inconstitutionnalité et sollicita l’abrogation de onze normes5. L’Aidesep précisait qu’elle n’hésiterait pas à employer la force si les autorités ne revenaient pas sur ces décisions. L’argumentaire était étayé par un point juridique conforme à la convention 169 de l’Organisation internationale du travail (OIT) qui oblige tout gouvernement signataire6 à consulter les populations indigènes avant d’effectuer une modification juridique concernant leurs territoires et leurs droits. Plusieurs institutions de la société civile emboîtaient le pas à l’Aidesep pour dénoncer l’inconstitutionnalité des décrets dont la Defensoria del Pueblo7qui intentait différentes actions contre les décrets 1015 et 1064 en mai 2008 et juin 2009. Les différents argumentaires insistaient sur la fragilisation des droits liés à l’identité culturelle, la propriété foncière ainsi que la concertation et la participation aux processus de décisions. Pour sa part, le Congrès de la République a abrogé les décrets n°1015 et 1073 en août 2008. De même que la Commission multipartite du Congrès de la République ad hoc pour les problèmes indigènes a recommandé au Congrès en mai 2009 d’abroger les décrets suivants : n° 994, 995, 1020, 1060, 1064, 1080, 1081, 1083, 1089 et 1090 au motif de conflit avec l’ordre constitutionnel et les compromis assumés dans la Convention 169 de l’OIT. À cela, il fallait ajouter un contexte déjà très tendu, suite à l’extension de la superficie du territoire mise en concession pour l’exploitation minière et pétrolière. Des figures de la communauté environnementaliste, telle que Marc Dourojeanni, se sont jointes au mouvement en signalant que les différents projets prévus par le gouvernement posaient problème :

  • 8 MarcDourojeanni et al., Amazonía Peruana en 2021, Lima, ProNaturaleza-Fundación Peruana para la Con (...)

« Le scénario pessimiste sur la déforestation et la dégradation de la forêt amazonienne d’ici 2041 affecterait 91% de sa superficie. C'est-à-dire que la majorité des aires protégées qui en théorie devaient servir de garantie de préservation de la biodiversité et des services environnementaux auront perdu leurs qualités naturelles »8.

3Finalement, il faut préciser que durant ce conflit ont été publiés six rapports publics élaborés par deux commissions d’enquête : (i) la Commission d’Enquête du Congrès de la République sur les faits qui se sont déroulés dans la ville de Bagua et ses environs pour déterminer les responsabilités des parties prenantes, et (ii) la Commission Spéciale pour enquêter et analyser les événements de Bagua, Ajumaish Junikchamu Atu par l’exécutif. Concernant ces différents travaux nous nous contenterons de reprendre les propos d’Arroyo9. Tous les rapports reconnaissent comme antécédent aux conflits l’isolement institutionnel dans lequel l’État maintient les populations « indigènes ». Quatre rapports signalent le peu de disposition (voire laissent entendre une intention délibérée) du Congrès et de l’Exécutif pour répondre efficacement aux interrogations de l’Aidesep durant le processus de dialogue. À l’inverse, ils lui reconnaissent une attitude d’ouverture et de dialogue.

Le développement et la genèse d’une nouvelle ère

  • 10 Gilbert Rist, Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences Po, 2001.
  • 11 Alvin Y., So, Social Change and Development: Modernization, Dependency and World-System Theories, (...)

4Le terme développement semble avoir revêtu dans l’inconscient collectif un caractère univoque, comme si à sa seule évocation nous étions tous fixés sur les objectifs et l’intention qu’il présupposerait. Or, l’idée de développement est le produit de contextes économiques, socioculturels, géo-historiques et politiques qui sert avant tout et surtout à légitimer d’innombrables politiques publiques au Nord comme au Sud10. C’est pour cette raison que nous souhaitons remettre en question le processus de modernisation du Pérou dont l’orientation politique est clairement néolibérale. Le contexte dans lequel est apparue la modernisation est la Guerre Froide. Suite à la seconde guerre mondiale, des tensions naissaient entre les blocs de l’Est et de l’Ouest pour imposer un modèle sociétal au reste du monde : le capitalisme et le communisme. Soutenus par le gouvernement américain et différentes sphères de la société (fondations privées, théoriciens), des écoles de pensée voyaient le jour pour combattre « l’hérésie communiste »11.

  • 12 Walter WhitmanRostow, «The take-off into self sustained growth», The Economic Journal, vol. 66, n°  (...)
  • 13   Jean Braudillard, La société de consommation, Denoël, 1970.
  • 14   Marion J.Levy, «Social patterns (Structures) and Problems of Modernization»,Moore, Wilbert & E. C (...)

5Rostow12 postulait que la croissance économique se réalisait de façon linéaire au travers de cinq étapes jugées incontournables qui vont de la société traditionnelle jusqu’à la société de consommation massive13. L’idée centrale de Rostow, construite sur des référents idéologiques de sensibilité évolutionniste et fonctionnaliste, est que les conditions nécessaires au décollage économique (sous-entendu porteur de progrès) se constituent au fil du temps. La première condition serait l’expansion des marchés, puis la diversification industrielle pour déboucher sur des sociétés où les membres seraient tous des consommateurs en puissance (consommation de masse) et le secteur des services comme la sphère dominante de l’économie. Bien sûr la vitesse avec laquelle se met en œuvre telle ou telle étape dépend du changement des structures politiques et sociales ainsi que la transformation des valeurs. Marion Levy14 considère que les sociétés peuvent être classées d’après des critères de modernité (collectif archaïque et moderne). Les non modernes se caractérisent par leur absence de spécialisation, un très niveau d’autosubsistance, la normalisation des conduites d’après les valeurs traditionnelles du collectif, peu d’emphase avec la circulation monétaire. Les sociétés relativement modernes présentent un niveau de spécialisation et d’interdépendance entre ces sphères, ces normes sont portées par le projet rationaliste, elles sont particulièrement centralisées et la circulation monétaire est importante.

  • 15 NeilSmelser, «Toward a Theory of Modernization», Amitai Etzioni & Eva Etzioni (eds.), Social Change (...)
  • 16 James S.Coleman, Education and Political Development, New Jersey, Princeton University Press, 1965

6Smelser15 décrivait la modernisation comme la transition d’une structure compliquée à un ensemble de structures spécialisées plus efficientes (complexes). Ainsi, il signalait que du modèle familial « pré-moderne » où les parents avaient à leur charge l’éducation des enfants, la production, la santé des personnes âgées, on passe à des sociétés dites « modernes » où la collectivité a décidé de confier ces missions à des institutions extérieures. Restait à harmoniser l’efficience de celles-ci puisque Smelser avait bien conscience des inégalités de traitement qui se produiraient en fonction des organisations qui se chargeraient de ces nouvelles missions. Coleman a ajouté un autre élément en vue de moderniser le système politique qu’il dénommait la sécularisation de la culture politique. Pour Coleman16 la sécularisation était l’ethos de la modernité et visait de manière générale à l’égalité des personnes devant la loi et l’État, en prenant en compte la légalité de traitement – juridique, politique, économique et social – de tous les collectifs qui composaient la société.

  • 17 Marcel Valcárcel, Génesis y Evolución del concepto y enfoques sobre el desarrollo. Documento de inv (...)

7D’un autre côté, Valcárcel17 retient quatre caractéristiques clés de la théorie de la modernisation qui sont communes aux auteurs mentionnés et qui, comme nous le verrons plus tard, se retrouve dans les différents discours qui ont généré et/ou commenté Bagua : (1) l’universalisme (qui défend un principe d’homogénéisation du développement à l’échelle du territoire), (2) l’ethnocentrisme (qui considère que le modèle occidental doit être le référent), (3) la dichotomie (qui assume la fragmentation sociale d’une société en deux pans tels que le modernisme et le traditionalisme
– comme refus de la rationalité moderne –, et enfin (4) l’évolutionnisme (qui soutient qu’une société ne devient moderne qu’en se soumettant aux différents modes de passages identifiés par les théoriciens).

8Toutes ces approches ont en commun de déterminer des invariants, des lois jugées rationnelles, dont la portée serait forcément universelle. La diversité culturelle est tout à fait ignorée ou alors est considérée comme la conséquence d’une prise de retard vis-à-vis de l’Occident que les « modernistes » pourraient aider à combler. Des dispositifs de mesure du développement sont ainsi produits, qualifiés de neutres et perçus comme irréfutables (comme le niveau technologique, le produit intérieur brut ou le niveau d’investissement étranger sur le sol national). L’État-nation est toujours présenté comme la voie de salut et fait la part belle aux instruments techniques, planification et programmation, qui inhibent chaque fois plus les capacités d’innovations collectives et individuelles au niveau régional et local.

  • 18 Arturo Escobar, La invención del Tercer Mundo. Construcción y deconstrucción del desarrollo, Colomb (...)

C’est au Président des États-Unis d’Amérique, Harry Truman, que l’on doit cette incorporation du paradigme moderniste au cœur des projets politiques puisqu’il fut le colporteur du concept de « sous-développement »18:
« Nous devons lancer un nouveau programme ambitieux qui permettrait de faire bénéficier et croître les zones sous-développées de nos avancées scientifiques et industrielles. Plus de la moitié de la population mondiale vit dans des conditions précaires. Son alimentation est inadaptée et elle est victime de maladie. Sa vie économique est primitive et restreinte. Sa pauvreté constitue un obstacle et une menace à la fois pour elle mais aussi pour les zones prospères. Je crois que nous devrions mettre à disposition des partisans de la paix les bénéfices de notre connaissance technique pour les aider à atteindre leur aspiration à une vie meilleure. En coopération avec d’autres nations nous devrions promouvoir l’investissement de capital dans les zones qui nécessitent le développement. Produire plus est la clé pour la paix et la prospérité. La clé pour une plus grande production est une application vigoureuse de la connaissance technique et scientifique moderne ».

  • 19 Raúl Prebisch, Hacia una dinámica del desarrollo latinoamericano, México, Fondo de Cultura Económic (...)
  • 20 Arturo Guillén, «Raúl Prebisch, crítico temprano del modelo neoliberal», Economia, unam, México, Un (...)

9Ce discours appuyait les orientations industrielles des modes de production par le biais de politiques et d’actions publiques de divers organismes internationaux : Banque Mondiale, Fond Monétaire International et Organisation Mondiale du Commerce. Seulement, après quelques années, des critiques liées à cette approche apparurent en Amérique latine considérant que le développement des « pays du premier monde » se faisait grâce mais surtout au détriment des pays « sous-développés ». La Commission Economique d’Amérique Latine (CEPAL) a soutenu19 que la stratégie d’exportations de matières premières en direction des grands centres industriels pour acheter, en échange, des biens industriels ou des services, était désavantageuse en terme commercial pour l’Amérique latine. La différence de prix entre ces produits explique le sous-développement de la région. Ceci reflète, selon Prebisch, le schéma international de la division du travail entre les pays du Nord et du Sud20.

  • 21 Andre Gunder Frank, Capitalism and Underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Pres (...)

10D’autres auteurs, de l’école dite de la dépendance comme Frank et Dos Santos, ont avancé que l’influence politique, économique et culturelle des métropoles (des pays développés) sur les pays satellisés (« sous-développés ») a atteint un tel niveau qu’elle a engendré un lien de subordination entre les derniers concernant les intérêts des premiers. De plus, ils signalent que ces relations asymétriques ne sont pas nouvelles sinon qu’elles sont ancrées dans l’histoire21. Pour eux, le développement de quelques-uns faisait le sous-développement de beaucoup d’autres. Cependant, cette approche ne questionne pas pour autant l’essence même de la notion de développement.

  • 22   John Williamson, «No hay consenso: Reseña sobre el Consenso de Washington y sugerencia sobre los (...)
  • 23   Arturo Escobar, «Constructing Nature. Elements for a Post-Structuralist Political Ecology», Futur (...)
  • 24 Gustavo Esteva, op. cit., p. 52-53.
  • 25   André Gorz, Ecologica, éditions Galilée, 2008.
  • 26 Arturo Escobar, La invención del Tercer Mundo. Construcción y deconstrucción del desarrollo, Colom (...)
  • 27 Arturo Escobar, «Imagining a Post-Development Era? Critical Thought, Development and Social Moveme (...)
  • 28 GustavoEsteva, Otra Mirada, Otra Democracia, Intervención en el Festival Mundial de la Digna Rabia (...)
  • 29 Ibid., p. 4.

11Dans les années 1990, la crise de la dette des pays latino-américains a créé les conditions favorables pour une réélaboration de l’approche de la modernisation par les réformes néolibérales du Consensus de Washington. Celui-ci comprenait une série de politiques parmi lesquelles on comptait la discipline fiscale, la redéfinition des priorités des dépenses publiques, la réforme fiscale, la libéralisation des intérêts, du commerce et des investissements étrangers ainsi que la dérégulation de l’économie22. Toutefois, à pareille époque, divers auteurs défendirent l’approche du postmodernismedans le contexte de globalisation et de croissance des conflits culturels. Cette école déconstruit le discours du développement depuis une perspective poststructuraliste. Comme l’indique Escobar23, l’analyse du discours ne convertit pas cette approche en une théorie linguistique mais qu’elle met l’accent sur le rôle du langage dans la construction de la réalité sociale. Esteva24 explique que le discours de Truman a créé, d’un jour à l’autre, une scission entre deux mondes en reléguant deux milliards de personnes dans la catégorie « sous-développées » qui de fait ont « cessé d’être ce qu’ils étaient, dans toute leur diversité, et se convertirent en une image tronquée fabriquée par un autre ». À partir de cet instant une nouvelle perception de soi et de l’autre venait de s’instaurer. Esteva affirme que la notion de développement a produit un sens commun sur le fait que vouloir (dans le sens de consommer) est naturel. Basé sur la fabrication d’une pseudo-logique économique à propos de la valeur et de la rareté, le développement n’a pas seulement installé l’économique au cœur des politiques publiques et de l’ethnique, mais il a également engendré la dévalorisation des autres formes d’expression et d’organisation sociales qui n’avaient pas accordé autant de crédit au marché. Esteva dénonce le fait que sous l’apparence d’une science objective, l’économie s’est constituée en la raison d’être du projet politique du capitalisme. Malgré cela, à la marge, des personnes résistent et considèrent qu’il est possible de vivre autrement et d’envisager sa relation à l’autre et aux autres de manière plus collective puisqu’ils ont refusé le modèle consumériste25. Escobar26 souligne que, plutôt que de chercher de nouveaux modèles Macro ou des stratégies globales, nous ferions mieux de nous pencher sur les représentations locales et les pratiques alternatives qui naissent des relations au sein des collectivités locales. Il soutient qu’il est possible de constituer des mouvements sociaux, à la manière des réseaux, porteurs de messages en commun, et veiller à ce que ces alliances ne se réduisent pas à un contre-modèle hégémonique visant une logique unitaire27 (en somme, c’est une invitation à l’autodétermination). À la différence du marxisme, Esteva28 n’envisage pas la lutte de pouvoir pour accéder à l’État, puisqu’il le considère comme une structure de domination et de contrôle. Ici, l’État agit indéfectiblement comme un gardien du capital. L’auteur considère que le pouvoir doit être compris non pas comme une chose (objet) mais en terme de dynamique relationnelle « des relations construites par des gens communs et non par une avant-garde d’illuminés »29.

  • 30 J.K. Gibson-Graham, «Surplus Possibilities: postdevelopment and community economies», Singapore Jou (...)

12En revanche, tous les auteurs qui se réclament du postmodernisme ne prônent pas pour autant un total rejet du terme de développement. Par exemple, Gibson-Graham30 écrit que l’adhésion aux critiques formulées sur l’idéologie du développement ne signifie pas pour autant que le postmodernisme doit être défini comme un anti-développement mais plutôt comme une ré-imagination et une nouvelle pratique du développement. De son côté, Rist précise que le postmodernisme ne contredit pas le projet d’un développement pour tous sinon le sens qu’il revêt dans certaines sphères : croyance, idéologie, prospective et modèle explicatif. Des critiques ont été formulées à l’attention du courant postmoderniste considéré comme peu applicable et souffrant d’une absence de proposition. De fait, le postmodernisme n’offre pas un nouveau plan d’action universelle mais le renforcement du rôle et du statut des populations (régionales et locales) dans les processus de prises de décisions collectives.

Le discours du gouvernement

  • 31 Alan García, «Recetas para acabar con el perro del hortelano», El Comercio, el 25 de noviembre de (...)
  • 32   V. l’article de Nicolas Merveille dans le présent numéro.

13Comme nous l’avons précédemment souligné, Alan Garcia a publié en octobre 2007 un article31 où il porte une accusation sur des collectifs considérant qu’ils s’opposent à l’exploitation des ressources naturelles du pays. Pour le président, l’histoire nous enseigne que la seule façon de « progresser » c’est de valoriser des ressources32qui sont inutilisées comme les Allemands, Japonais, Coréens et beaucoup d’autres nous l’ont démontré.

14L’approche du gouvernement est basée sur un paradigme évolutionniste des sociétés ainsi qu’ethnocentriste (en proposant la réappropriation de territoires jugés sacrés, en rompant les logiques structurelles de la petite paysannerie au profit de l’agro-exportation). Concordant avec le modèle néolibéral, Alan Garcia pense que l’usage, efficient, des ressources renouvelables et non renouvelables passe par leur incorporation dans les circuits de commercialisation internationaux et par leur concession à des personnes juridiques de droit privé. On ne peut que s’étonner, bien évidemment, de l’ignorance de notre président concernant les services environnementaux et l’importance de la régulation que l’État devrait pourtant mettre en œuvre pour contrôler les pratiques des différents usagers et exploitants des ressources du territoire péruvien.

15Dans son second article, Alan Garcia pousse un peu plus encore son argumentation pour justifier sa stratégie de concession de terres qu’il juge en friches à des entreprises agricoles et exploitations forestières. L’Aidesep l’accusera d’ailleurs de fomenter une situation d’insécurité en reconfigurant les droits de propriété, d’accès et d’usages des territoires des populations « indigènes ». L’autre proposition qui a été très commentée fut la volonté de modifier la loi qui encadre la vente des terres communales dans les Andes et l’Amazonie péruvienne afin de réduire le quota d’approbation de 50% + 1 personne participant à l’assemblée et non plus aux 2/3 des participants comme prévu par la loi. Cette réforme fut dénoncée comme une volonté d’atomiser la propriété communale.

  • 33   Alan García, Message en hommage aux serviteurs de la République, le 6 juin 2009.  http://www.pres (...)

Indéniablement, Alan Garcia mentionne des problèmes d’activités illégales qui détruisent l’Amazonie, il a raison de souligner la pauvreté de certaines régions du pays qui souffrent d’un isolement économique. Cependant, la controverse est née de la promotion de la privatisation de l’Amazonie pour le bénéfice d’une toute petite poignée d’intéressés. Quelques déclarations d’Alan Garcia faites après le conflit de Bagua nous donne un peu mieux à comprendre sa représentation des populations « indigènes » d’Amazonie péruvienne :
« Quelle honte que des politiques incapables de convaincre dans les villes se soient rendus en Amazonie pour opposer la barbarie à l’État... (…) qu’ils aient joint des groupes irrationnels pour reproduire aujourd’hui ce qui se faisait hier… (…) qu’ils cherchent leur armée, leurs armes, au plus profond de l’Amazonie mais aussi dans ce qu’il y a de plus reculé dans le pays ainsi que dans ce qu’il y a de moins rationnel »33.

16Lorsqu’il reconnaît une erreur ce n’est que sur des considérations de forme et il tente de se justifier34. À aucun moment il n’a formulé une critique sur son modèle de développement. Dans la logique d’Alan Garcia, le primitif, le barbare est présenté comme le contraire du moderne : « croître engendre des tensions… (…) vouloir moderniser rapidement apporte des conflits, mais nous n’avons pas peur de cela tant que le pays avance »35. Comme Truman, qui avait divisé le monde en deux axes dans un contexte de Guerre Froide, Alan Garcia semble appréhender le monde de manière dichotomique : a) être un capitaliste, comme lui, qui croit au progrès, ou alors b) être un communiste, l’ennemi, aux idées et pratiques obsolètes. C’est ainsi que toute personne ou collectif qui s’oppose aux projets de développement du gouvernement est qualifié de chien qui dort sur sa mangeoire.

L’Aidesep et le « discours indigène »

17Tout d’abord il nous faut impérativement préciser qu’il est impossible de parler d’un « discours indigène » du fait de la pluralité des groupes ethniques qui existent en Amazonie péruvienne sans que cela implique une perte d’identité. Toutefois, le discours de l’Aidesep reste un référent significatif car des milliers d’indigènes se mobilisèrent à Bagua suite à l’appel de l’organisation.

  • 36 Coordination des Organisations Indigènes du Bassin Amazonien.
  • 37 A la suite des événements de Bagua, l’Exécutif a constitué le Groupe National de Coordination pour (...)

18Il y a deux documents qui font état de la production d’un discours des collectifs indigènes face aux politiques contemporaines de développement à savoir l’Agenda Indigène Amazonien (AIA) de la COICA36 et la Proposition Nationale du Développement Amazonien37. L’AIA retient cinq axes pour l’action : (1) la faculté pour les populations de subvenir à leurs besoins, (2) les ressources naturelles et les territoires, (3) un système juridique propre et des droits constitutionnels, (4) le renforcement des savoirs traditionnels et de l’organisation sociale, (5) la formation académique et scientifique.

  • 38 Agenda Indígena Amazónica, p. 14.

19Ces cinq points nous démontrent que la volonté de l’Aidesep n’est pas de revenir à un passé idéal et idéalisé ni de s’opposer au développement. C’est même tout le contraire. Cependant, elle dénonce la vision occidentale du développement et la logique mercantile de l’exploitation humaine et de la nature. Elle met en avant une situation qu’elle juge préoccupante : l’intégration, chaque fois plus, des populations indigènes dans la logique de marché. « Eloignée de nos systèmes socioéconomiques et culturels, elle fragilise la logique de réciprocité – production, distribution et consommation – dérégule les modalités d’accès et d’usages des ressources, modifie la mobilité sociale mais surtout déstructure notre régime alimentaire »38. Le processus de privatisation des ressources d’Amazonie est vécu comme une nouvelle vague de colonisation dont les populations doivent, une fois de plus, assumer les coûts. L’Aidesep considère, aussi, que leurs relations avec d’autres systèmes socioculturels (d’origine occidentale notamment) leur ont permis de comprendre leurs logiques et d’intégrer quelques-unes de leurs pratiques ainsi que des valeurs. Par contre, elle affirme que les populations n’ont pas pour autant renoncé à leurs modes de vie et leurs cosmovisions et rappelle, à ce titre, que leur faculté de subvenir à leurs besoins a toujours été leur guide et se conjugue avec des valeurs de respect de l’environnement. Finalement, c’est le droit à l’autogestion de leurs ressources et territoires qui est revendiqué.

20Dans les grandes lignes, la Proposition Nationale embrasse des thèmes relatifs à la promotion de politiques publiques de reconnaissance de l’interculturalité pour l’éducation, la santé et les savoirs traditionnels. À propos des ressources naturelles, le souhait est de garantir la protection effective des droits sur les terres et leur assurer une participation aux bénéfices qui découlent de la valorisation du patrimoine naturel. Les populations « indigènes » seront invitées à participer à la dynamique d’aménagement de l’Amazonie. La mise en œuvre d’une régulation spéciale pour traiter des problématiques spécifiques des populations « indigènes » amazoniennes comme, par exemple, la protection juridique de l’isolement volontaire de certains villages. L’Aidesep souhaite promouvoir la paix et la sécurité pour les communautés « natives » qui souffrent depuis des siècles de violences politiques et de mesures juridico-économiques qui mettent en péril leur style de vie.

21En plus des revendications évoquées précédemment, la Proposition Nationale réclame de l’État la reconnaissance d’une plus grande autonomie politique et sociale et le respect intégral de ses territoires. Sans rejeter ouvertement la vision du développement du gouvernement, elle exige la mise en œuvre de standards juridiques et politiques pour échanger avec le gouvernement. L’Aidesep exige d’être présente de manière permanente dans les divers dispositifs de prises de décision.

Conclusion

22Le modèle de développement qui est mis en œuvre au Pérou prend racine dans l’approche ethnocentrique de la modernisation portée par une vision évolutionniste de la société. Ce modèle est ancré depuis plusieurs décennies dans les stratégies de développement du pays, rejetant la possibilité de dialogue avec des minorités qui ne partagent pas la même ontologie.

23Ce que nous postulons dans ces quelques pages est qu’il existe différentes façons de comprendre et se représenter le bien-être. La vision du développement prônée par la rationalité moderne et la notion de progrès défendue par les populations « indigènes » se sont télescopées à Bagua. Pour que le conflit se transforme en consensus, il faudrait que l’État institue de nouveaux espaces qui faciliteraient l’articulation entre des visions du monde qui peinent à dialoguer. Le conflit de Bagua est un message envoyé aux autorités du pays qui devraient intégrer les préoccupations des minorités dans leur plan de développement national afin d’articuler les aspirations des uns et des autres et surtout éviter que de telles violences se reproduisent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aidesep, Carta Abierta al Presidente Alan García, Lima, Aidesep, 13 de Noviembre de 2007, publicada en http://www.aidesep.org.pe/editor/documentos/59.pdf, obtenida el 13 de Junio del 2010.

Anderson (Benedict), Imagined Communities, New York, Courier Companies, Inc. 2000.

Boff (Leonardo), ¿Vivir mejor o «el buen vivir»?, 30 de marzo del 2009, publicada en http://www.otrodesarrollo.com/buenvivir/buenvivir_leonardoboff.pdf, obtenida el 13 de Junio del 2010.

Baudrillard (Jean), La société de consommation, Denoël. 1970.

Coleman (James S.), Education and Political Development, New Jersey, Princeton University Press, 1965.

Comisión especial para investigar y analizar los sucesos de bagua, Informe Final En Mayoría, Diciembre 2009

Comisión especial para investigar y analizar los sucesos de bagua, Informe Final En Minoría, Abril 2010, publicada en  
http://indigenouspeoplesissues.com/attachments/4829_Minority-Report-Bagua2010.pdf

Coordinadora de las organizaciones indigenas de la cuenca amazonica – coica, Volviendo a la Maloca. Enero de 2005, publicado en http://www.coica.org.ec

Davalos (Pablo), Reflexiones sobre el Sumak Kawsay (el buen vivir) y las teorías del desarrollo, 9 de Setiembre del 2008,
http://www.otrodesarrollo.com/buenvivir/BuenVivirTeoriasDesarrolloDavalos08.pdf

DosSantos (Theotonio), «The Structure of Dependance», The American Economic Review, vol. 60, n° 2, 1970, p. 231-236.

Dourojeanni (Marc), (Alberto) Barandiarán y (Diego) Dourojeannie, Amazonia Peruana en 2021, ProNaturaleza-Fundación Peruana para la Conservación de la Naturaleza, 2009.

Eguiguren Praeli (Francisco José), Analisis de la conformidad constitucional del uso de las facultades legislativas otorgadas por el Congreso al Poder Ejecutivo mediante la Ley No. 29157, Lima, Oxfam América, 2008.

Escobar (Arturo), «Constructing Nature. Elements for a Post-Structuralist Political Ecology», Futures, vol. 28, n° 4, 1996, p. 325-343.

Escobar (Arturo), Encountering Development. The making and Unmaking of the Third World, Princeton, New Jersey, Princeton University Press, 1995.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Escobar (Arturo), «Imagining a Post-Development Era? Critical Thought, Development and Social Movements», Social Text n°. 31/32, Durham NC, Duke University Press, 1992, p. 20-56.
DOI : 10.2307/466217

Escobar (Arturo), La invención del Tercer Mundo. Construcción y deconstrucción del desarrollo, Colombia, Editorial Norma S.A., 2004.

Esteva (Gustavo), «Desarrollo», en Sachs (Wolfgang), Diccionario del Desarrollo, p. 52-78, Lima, PRATEC, 1996.

Esteva (Gustavo), Otra Mirada, Otra Democracia, Intervención en el Festival Mundial de la Digna Rabia, convocado por el Ezln. San Cristóbal de Las Casas, 4 de enero de 2009, http://gustavoesteva.org/09/images/stories/pdf/OTRA%20MIRADA,%20OTRA%20DEMOCRACIA%2004-01-2009.pdf

Frank (Andre Gunder), Capitalism and underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Press, 1967.

García Pérez (Alan), «El sindrome del perro del hortelano», El Comercio, 28 de octubre del 2007, p. a4.

García Pérez (Alan), «Recetas para acabar con el perro del hortelano», El Comercio, 25 de noviembre del 2007, p. a6.

Gibson (Katherine) & (Julie) Graham, «Surplus Possibilities: postdevelopment and community economies», Singapore Journal of Tropical Geography, vol. 26, n°1, Singapore, Department of Geography, National University of Singapore and Blackwell Publishers Ltd., 2005, p. 4-26.

Gorz (André), Ecologica, Les éditions Galilée. 2008.

Gruponacionaldecoordinacion para el desarrollo de los pueblos amazonicos, Mesa De Trabajo n°4, 22 de Junio de 2009,
http://www.pcm.gob.pe/Prensa/ActividadesPCM/2009/Diciembre/bagua/Propuesta_Nacional_Desarrollo_Economico.pdf

Guillén (Arturo), «Raúl Prebisch, crítico temprano del modelo neoliberal», Economia, UNAM, Universidad Nacional Autónoma de México, vol 4, n° 10, 2007, p. 123-130.

Levy (Marion Joseph), «Social patterns (Structures) and Problems of Modernization» en Moore (Wilbert) y (Robert M.) Cook (eds.), Readings on Social Change, New Jersey, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, p. 189-208.

Prebisch (Raúl), Hacia una dinámica del desarrollo latinoamericano, México, Fondo de Cultura Económica, 1963.

Rist (Gilbert), Le Développement: histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences po. 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rostow (Walter Whitman), «The take-off into self sustained growth», The Economic Journal, vol. 66, n° 261, 1956, p. 25-48.
DOI : 10.2307/2227401

So (Alvin. Y), Social Change and Development: Modernization, Dependency and World-SystemTheories, California, Sage Publications, 1990, p. 17-18.

Smelser (Neil), «Toward a Theory of Modernization», en Etzioni (Amitai) y (Eva) Etzioni (eds.), Social Change, New York, Basic Books, 1964, p. 268-284.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Storey (Andy), «Post-Development Theory: Romanticism and Pontius Pilate politics», Development, vol. 43, n° 4, 2000, p. 40-46.
DOI : 10.1057/palgrave.development.1110194

Tamas (Peter), «Misrecognition and Misopportunities: Post-Structuralism and the Practice of Development», Third World Quarterly , vol. 25, n°4, 2004, p. 649-660.

Truman (Harry S.), 1949, De Harry S. Truman Library & Museum. Recuperado el 16 de Junio de 2010, http://www.trumanlibrary.org/whistlestop/50yr_archive/inagural20jan1949.htm .

Valcárcel (Marcel), Génesis y Evolución del concepto y enfoques sobre el desarrollo. Documento de investigación, Pontificia Universidad Católica del Peru, Junio, 2006. http://www.pucp.edu.pe/departamento/ciencias_sociales/images/documentos/marcel_valcarcel.pdf.

Williamson (John), «No hay consenso: Reseña sobre el Consenso de Washington y sugerencia sobre los pasos a dar», Finanzas y Desarrollo, Washington DC, IMF, Septiembre 2003, p. 10-13.

Haut de page

Notes

*   Traduit de l’espagnol au français par Nicolas Merveille (UARM).

1   Le titre « Perro del hortelano » fait référence à la fable d’Esope du Chien couché sur sa mangeoire qui empêchait les autres de profiter des ressources alors que lui-même ne les consommait pas.

2   Fondée en 1980, Aidesep a été la première organisation « indigène » à représenter officiellement, à l’échelle nationale, les intérêts des peuples indigènes de l’Amazonie péruvienne.

3 http://www.aidesep.org.pe/editor/documentos/59.pdf

4   José Francisco Eguiguren, Análisis de la conformidad constitucional del uso de las facultades legislativas otorgadas por el Congreso al Poder Ejecutivo mediante la Ley No. 29157,
http://www.redge.org.pe/sites/all/files/EGUIGUREN%20INFORME%20OXFAM%20-%20DECRETOS%20LEGISLATIVOS%20Y%20TLC.pdf

5   Sur les décrets législatifs suivants : 994, 995, 1015, 1020, 1060, 1064, 1073, 1080, 1081, 1089 et 1090.

6 Quand bien même ce droit n’est pas un droit de véto, la participation des populations indigènes dans les processus de décision est obligatoire.

7 http://www.defensoria.gob.pe

8 MarcDourojeanni et al., Amazonía Peruana en 2021, Lima, ProNaturaleza-Fundación Peruana para la Conservación de la Naturaleza, 2009, p. 18.

9 Pilar Arroyo, Bagua, un año después,http://www.bcasas.org.pe/portal/node/192 .

10 Gilbert Rist, Le développement, histoire d’une croyance occidentale, Presses de Sciences Po, 2001.

11 Alvin Y., So, Social Change and Development: Modernization, Dependency and World-System Theories, California, Sage Publications, 1990, p. 17-18.

12 Walter WhitmanRostow, «The take-off into self sustained growth», The Economic Journal, vol. 66, n° 261, Royal Economic Society, en Marzo 1956, p. 25-48.

13   Jean Braudillard, La société de consommation, Denoël, 1970.

14   Marion J.Levy, «Social patterns (Structures) and Problems of Modernization»,Moore, Wilbert & E. Cook, M. Robert (eds.), Readings on Social Change, New Jersey, Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall, 1967, p. 189-208.

15 NeilSmelser, «Toward a Theory of Modernization», Amitai Etzioni & Eva Etzioni (eds.), Social Change, New York, Basic Books, 1964, p. 268-284.

16 James S.Coleman, Education and Political Development, New Jersey, Princeton University Press, 1965.

17 Marcel Valcárcel, Génesis y Evolución del concepto y enfoques sobre el desarrollo. Documento de investigación, Lima, Pucp, junio 2006. http://www.pucp.edu.pe/departamento/ciencias_sociales/images/documentos/marcel_valcarcel.pdf

18 Arturo Escobar, La invención del Tercer Mundo. Construcción y deconstrucción del desarrollo, Colombia, Editorial Norma S.A., 2004. Gustavo Esteva, «Desarrollo» En: Wolfgang Sachs, Diccionario del Desarrollo, Lima, Proyecto Andino de Tecnologias Campesinas, 1996, p. 52-78.

19 Raúl Prebisch, Hacia una dinámica del desarrollo latinoamericano, México, Fondo de Cultura Económica, 1963.

20 Arturo Guillén, «Raúl Prebisch, crítico temprano del modelo neoliberal», Economia, unam, México, Universidad Nacional Autónoma de México, Facultad de Economía, vol. 4, n° 10, 2007, p. 123-130.

21 Andre Gunder Frank, Capitalism and Underdevelopment in Latin America, New York, Monthly Review Press, 1967. Theotonio Dos Santos, «The Structure of Dependance», American Economic Review, vol. 60, n°2. Pittsburgh, American Economic Association, 1970, p. 231-236.

22   John Williamson, «No hay consenso: Reseña sobre el Consenso de Washington y sugerencia sobre los pasos a dar», Finanzas y Desarrollo , Washington DC, IMF, 2003, p. 10-13.

23   Arturo Escobar, «Constructing Nature. Elements for a Post-Structuralist Political Ecology», Futures, Elsevier Ltd., vol. 28, n° 4, 1996, p. 325.

24 Gustavo Esteva, op. cit., p. 52-53.

25   André Gorz, Ecologica, éditions Galilée, 2008.

26 Arturo Escobar, La invención del Tercer Mundo. Construcción y deconstrucción del desarrollo, Colombia, Editorial Norma S.A., 2004, p. 48.

27 Arturo Escobar, «Imagining a Post-Development Era? Critical Thought, Development and Social Movements», Social Text n°31/32, Durham NC, Duke University Press, 1992, p. 20-56.

28 GustavoEsteva, Otra Mirada, Otra Democracia, Intervención en el Festival Mundial de la Digna Rabia, convocado por el EZLN, en San Cristobal de las Casas el 4 de enero del 2009. http://gustavoesteva.org/09/images/stories/pdf/OTRA%20MIRADA,%20OTRA%20DEMOCRACIA% 2004-01-2009.pdf

29 Ibid., p. 4.

30 J.K. Gibson-Graham, «Surplus Possibilities: postdevelopment and community economies», Singapore Journal of Tropical Geography, Singapore, Department of Geography, National University of Singapore and Blackwell Publishers Ltd., vol. 26, n° 1, 2005, p. 4-26.

31 Alan García, «Recetas para acabar con el perro del hortelano», El Comercio, el 25 de noviembre de 2007, p. a6.

32   V. l’article de Nicolas Merveille dans le présent numéro.

33   Alan García, Message en hommage aux serviteurs de la République, le 6 juin 2009.  http://www.presidencia.gob.pe/index.asp.

34 Message à la nation du Président du 17 juin 2009.  http://e.elcomercio.pe/101/doc/0/0/0/3/6/36307.doc

35 Alan García, Message à la nation sur Bagua du 17 juin 2009.  
http://e.elcomercio.pe/101/doc/0/0/0/3/6/36307.doc.

36 Coordination des Organisations Indigènes du Bassin Amazonien.

37 A la suite des événements de Bagua, l’Exécutif a constitué le Groupe National de Coordination pour le Développement des Peuples Amazoniens qui compte la participation de l’Aidesep.

38 Agenda Indígena Amazónica, p. 14.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Victor Guevara Florindez, « Le conflit de Bagua : les problèmes du développement et les revendications des populations indigènes en Amazonie péruvienne », Droit et cultures [En ligne], 62 | 2011-2, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 23 août 2014. URL : http://droitcultures.revues.org/2716

Haut de page

Auteur

Victor Guevara Florindez

Victor Guevara Floríndez est avocat de l’Université de Lima. Il est titulaire d’un troisième cycle en Ressources Naturelles et Paix de l’Université pour la Paix des nations unies et d’un troisième cycle en développement et transformation des conflits de l’Université d’Innsbruck.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page