Navigation – Plan du site
L'homogène et le pluriel

Démocratie et autoritarisme dans le Pérou actuel*

Democracy and Authoritarianism in Contemporary Peru
Democracia y autoritarismo en el Perú actual
Alessandro Caviglia
p. 45-59

Résumés

L’article aborde la nature des liens entre l’homogène et l’hétérogène dans les relations juridiques et politiques du Pérou actuel. L’auteur analyse la manière dont deux tendances, l’une de sensibilité démocratique et l’autre d’essence autoritariste, se disputent le pouvoir politique. Tout d’abord, est analysée la façon dont le projet démocratique réclame, au niveau du droit, une homogénéisation, apte à assurer le pluralisme juridique et sociétal où tous les citoyens se reconnaissent dans le système juridique. Puis, est abordée la manière par laquelle l’autoritarisme impose un système juridique qui exige l’élimination de l’hétérogène au sein de la société. Du fait d’une longue tradition autoritaire dans l’histoire péruvienne, l’auteur explicite les arrangements au travers desquels celui-ci s’est aujourd’hui immiscé dans l’enceinte universitaire pour susciter le débat académique et accroître son influence politique.

Democracy and Authoritarianism in Contemporary Peru

This article considers the nature of the ties between homogeneity and heterogeneity in juridical and political relations in contemporary Peru.  The author analyzes the way in which two tendencies – one involving democratic sensibility and the other essentially authoritarian – vie over political power. First, we look to the way in which the democratic project claims – at the level of law – a homogeneity capable of supporting a legal and social pluralism in which all citizens might recognize themselves in the legal system.  Next, we turn to the way in which authoritarianism imposes a legal system that demands the elimination of heterogeneity from within the society.  Given a long authoritarian tradition in Peruvian history, the author clarifies the ways that vision is embedded within the contemporary academy, channeling debate and gain political influence.

Democracia y autoritarismo en el Perú actual

El artículo aborda las relaciones que se dan entre lo homogéneo y lo heterogéneo en las relaciones jurídicas y políticas en el Perú actual. Así se analiza de qué manera existen dos tendencias que compiten entre sí por el poder político, una tendencia democrática y otra de naturaleza autoritaria. Seguidamente se estudiará de qué manera la tendencia democrática plantea a nivel del derecho una homogenización, sensible al pluralismo jurídico, mientras que respeta el pluralismo dentro de la sociedad, donde todos los ciudadanos reconocen el derecho como justo. Inmediatamente se abordará la manera en que el autoritarismo impone un sistema jurídico que exige la eliminación de lo heterogéneo en la sociedad, así mismo, de qué modo la tendencia autoritaria tiene larga data en la historia peruana y cómo en la actualidad ha ingresado al ámbito universitario con un doble objetivo: debatir académicamente e influir políticamente en la universidad peruana.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Au Pérou, coexistent aujourd’hui deux projets politiques qui s’affrontent pour définir à la fois le système juridique comme le régime politique du pays : le premier est le projet démocratique et le second le programme autoritaire. Le projet démocratique ambitionne, au plan politique, de consolider une démocratie libérale qui permette la coexistence de la diversité de groupes culturels, moraux et religieux, en plus de promouvoir une culture de droits et de préservation des droits de l’homme, tandis qu’au niveau juridique, il aspire à conforter un système basé sur le respect des droits fondamentaux des citoyens. Au plan politique, le programme autoritaire conduit à la négation de la diversité pour forcer l’homogénéité sociale. Quant au niveau juridique, l’autoritarisme cherche à agencer un système qui s’affranchit des droits de l’homme et impose l’uniformité sociale.

2Le projet démocratique est porté par différents agents, intellectuels et collectifs de la société civile, bien qu’à l’échelon politique il ne bénéficie que d’une faible représentativité. Tous ces acteurs sont mobilisés par le désir de renforcer la fragile démocratie péruvienne. En revanche, le projet autoritaire est entraîné par différents acteurs qui disposent d’une plus grande représentation politique et partisane au sein de la population ainsi que des liens importants avec les puissances de l’argent et des armes.

  • *   Traduit de l’espagnol par Nicolas Merveille (UARM), revu par Jacqueline Lahmani (CNRS).
  • 1   Le crime organisé est le produit des pratiques de corruption institutionnalisées sous le gouverne (...)

3La raison de l’approbation de l’autoritarisme par un pan de la population peut s’expliquer, entre autres, du fait de l’absence de formation de larges segments de la société, d’un modèle éducatif autoritaire, et de l’idée que les droits politiques sont un luxe face aux nécessités économiques ou à la problématique de la sécurité. Le désintérêt des partisans du système démocratique pour instituer des canaux de communication avec leurs concitoyens contribue également à cette situation. Le programme autoritaire est plébiscité par les extrêmes, de droite comme de gauche, qui aspirent à l’instauration d’un régime antidémocratique, certains groupes de pression économiques et politiques qui maintiennent leur hégémonie au travers d’activités illicites et malhonnêtes1.

Démocratie-autoritarisme, homogène-hétérogène

  • 2   Dans la tradition de la pensée politique démocratique, la tolérance a toujours tenu une position (...)

4Nous pouvons, tout à la fois, décrire le projet démocratique comme le programme autoritaire en nous inspirant de l’antagonisme des termes homogène-hétérogène. Le projet démocratique se propose de réaliser une homogénéité juridique et politique, tout en préservant l’hétérogénéité sociétale. L’homogénéité juridique s’exprime au travers de l’existence d’un État qui fait valoir un régime de droits qui consacre l’égalité et la liberté des citoyens s’appliquant sur l’ensemble du territoire national. Une telle homogénéité n’est pas incompatible avec le pluralisme juridique puisque le droit officiel s’articule avec les pratiques juridiques des populations autochtones (en réalité cette articulation reste à faire et le projet démocratique devrait s’y atteler). Au plan politique, l’homogénéité ne signifie pas l’enrôlement des citoyens dans une pensée unique mais défendre un régime où les différentes sensibilités peuvent participer, pourvu qu’elles soient soutenues par des partis qui ne recourent pas à la violence, au travers de débats d’idées et du respect des valeurs démocratiques pour développer un projet. Dans le même temps, le projet démocratique plaide pour l’hétérogénéité de la société de manière à valoriser la convivialité entre des communautés qui ont des conceptions religieuses, morales et des modes de vie différents. Ainsi, le projet démocratique invite à la tolérance entre les différents citoyens et parties prenantes de la société, pourvu qu’ils ne sapent pas les fondements du régime2.

5A l’inverse, le projet autoritaire a pour but d’implanter l’homogénéité dans les trois ordres, le juridique, le politique et le social. L’homogénéité juridique serait obtenue en imposant un système de droits qui, d’une part, permettrait d’imposer l’uniformité dans l’ordre social, et d’autre part, de supprimer le pluralisme juridique. Ici, l’homogénéité politique ne signifie pas, comme dans le système démocratique, la coexistence d’une pluralité de sensibilités politiques au sein d’un même régime, mais, au contraire, une suppression de la diversité des tendances au profit d’une seule ligne politique (que ce soit en détruisant les partis ou en gardant uniquement les organisations qui défendent les mêmes idées). Enfin, le programme autoritaire cherche, pour obtenir l’homogénéité de la société, à prescrire un seul mode de vie en éliminant la diversité culturelle et religieuse. Ce programme est porté par l’intolérance tant au niveau politique que social.

  • 3 Concernant cette approche du libéralisme,Cf.John Locke, Le Second traité du gouvernement, Presses (...)

6Le projet démocratique est généralement à caractère libéral, puisqu’il cherche à structurer les ordres de nature juridique, politique et sociale de sorte qu’ils garantissent les libertés des citoyens. Toutefois, en usurpant le concept de libéralisme via la création d’une nouvelle étiquette intitulée néo-libéralisme, l’autoritarisme – appuyé par le pouvoir de l’argent – parvient à réduire l’espace de liberté des citoyens. Le libéralisme se présente comme un projet politique qui vise à lutter contre la tyrannie. Tyrannie est le terme qu’ont utilisé les premiers libéraux pour désigner les abus perpétrés par des personnes (ou institutions) à l’encontre d’un tiers. À l’origine, la tyrannie était exercée par le dirigeant lorsqu’il pénétrait la sphère privée des citoyens pour s’emparer de leurs biens ou imposer des pratiques religieuses. Aujourd’hui, bien après les écrits de Locke, la tradition libérale reconnaît l’existence d’une variété de formes de tyrannies. Lorsque les fonctionnaires de l’État caractérisent le type d’agent habilité à établir des relations économiques sur un marché, on parle de tyrannie de l’État sur les marchés. À l’opposé, lorsque le pouvoir de l’argent détermine les orientations d’une politique publique, il y a là une tyrannie des marchés. Quand une organisation religieuse ou à finalité lucrative s’immisce dans l’administration des universités, brisant leur autonomie, on parle de la tyrannie des religions et du marché sur l’enseignement supérieur. En combattant toutes ces tyrannies, le libéralisme s’affiche comme défenseur des différentes libertés revendiquées par la société contemporaine3.

7Tel que présenté par Locke, Smith, Kant, Rawls, Habermas et Walzer, le projet économique néolibéral est complètement antagoniste au projet libéral. La raison pour laquelle le néolibéralisme est loin d’être libéral est liée au fait que son projet consiste à ce que le marché régule toutes les relations et en ce que le pouvoir de l’argent domine toutes les sphères de la justice distributive. Ainsi, le projet recouvre l’idée que les puissances économiques déterminent le droit et contrôlent l’État. Les secteurs qui soutiennent ce projet vise à réduire et, si possible, à éliminer la pluralité des idées dans la société. Il vise à consolider ce que l’on a coutume d’appeler « la pensée unique » pour que toute la société accepte et se résigne à se soumettre à l’autorité des grandes entreprises. La pénétration du néo-libéralisme dans les institutions est tellement importante qu’il contrôle beaucoup d’universités, de moyens de communication, d’églises et les institutions fondamentales de l’État ; et l’objectif du projet néolibéral est de conforter la diffusion de cette tyrannie en l’étendant à toutes les sphères de la société. Ainsi, le néo-libéralisme promeut un projet autoritaire qui est très éloigné de l’idéal démocratique. C’est d’ailleurs pour cette raison que le néolibéralisme s’accommode parfaitement des fragilités d’un régime démocratique ou d’un gouvernement autoritaire.

8Afin de caractériser l’essence antilibérale du néolibéralisme nous citerons quelques mots du philosophe et éducateur américain John Dewey, qui était une figure publique très importante en Amérique dans les années 1930. Dans son ouvrage Individualisme ancien et nouveau, Dewey tente de caractériser l’esprit qui prédomine dans la société américaine en ces termes :

  • 4   John Dewey, Viejo y nuevo individualismo, Barcelona, Paidós, 2003, p. 73-74 (traduit de l’espagno (...)

« Il n’y a pas de terme pour exprimer de manière adéquate ce qui se passe. ‘Le socialisme’ est chargé de connotations politiques et économiques qui le rendent inapproprié. ‘Collectivisme’ est plus neutre, mais il est aussi significatif de valeurs et non uniquement un terme descriptif. Peut-être que l’influence, chaque fois plus grande, des grandes entreprises dans notre vie économique nous donne une clef pour trouver un nom plus approprié. Le terme peut être utilisé dans un sens plus large que celui suggéré par son sens juridique d’origine. Nous pouvons donc dire que les États-Unis sont passés d’un vieil individualisme pionnier à une situation de corporatisme dominant. L’influence qu’exercent les grandes corporations patronales dans la conduite des activités industrielles et économiques actuelles est la cause, et en même temps, le symbole d’une tendance à la constitution de facteurs d’intégration dans toutes les facettes de la vie4.

9Dans ce passage John Dewey identifie clairement l’individualisme ancien, propre au pionnier qui cherche à devenir citoyen tout en veillant à ses intérêts individuels, mais aussi en prenant part à la vie publique pour garantir ses droits ainsi que ses libertés. Cet individualisme est clairement opposé à celui de la culture des grandes entreprises où les libertés et les droits politiques sont corrodés par les activités industrielles et économiques. Ce corporatisme caractérise le développement du capitalisme durant les XXe et XXIe siècles. Alors qu’aux États-Unis le capitalisme s’est structuré à partir d’individualités qui ont créé des sociétés puis embauché un gérant qui a en charge les opérations commerciales, lequel peut être congédié par ses employeurs s’il ne répond pas à leurs attentes, au Pérou le capitalisme des grandes sociétés a suivi une autre voie. Francisco Durand qualifie le capitalisme péruvien de « capitalisme familial » qui présente les caractéristiques suivantes : (a) l’entreprise est composée de membres d’une famille élargie ; (b) la fortune accumulée par la famille n’est pas répartie entre les enfants d’une même génération ; (c) la famille diversifie ses activités commerciales, plus particulièrement dans le secteur financier ; (d) chaque génération qui se trouve à la tête de la famille élit son chef, lequel régit les relations commerciales de l’entreprise ; (e) chaque génération maintient l’unité de la fortune familiale par une gestion corporative des portefeuilles d’action qu’elle détient ; (f) l’ensemble des membres de l’entreprise jouissent d’une totale liberté quant à l’usage des fonds qu’ils perçoivent (gains reversés) mais, en revanche, ils sont contraints de suivre les modalités de gestion des actions familiales (fais ce que tu veux de ton argent mais les actions restent unies et la propriété commune).

  • 5   Francisco Durand, «Los nuevos dueños del Perú», Quehacer, septiembre/octubre, 2004, p. 112-125 ; (...)

10Depuis les années 1980, ce capitalisme familial règle le fonctionnement des entreprises les plus importantes du pays et a favorisé la concentration du pouvoir économique du Pérou détenu par douze familles (dénommés les « douze apôtres ») : les Romero, Brescia, Benavides de la Q., Bentin, Delgado Parker, Ferreyros, Lanata Piaggio, Olaechea, Nicolini, Picasso Salinas, Raffo et Wiese. Lorsque l’ancienne oligarchie péruvienne perdit le pouvoir à la suite de la Réforme agricole effectuée par Juan Velazco Alvarado entre 1968 et 1975, les « douze apôtres » furent convoqués par le premier gouvernement d’Alan García (1985 -1990) pour l’aider à restructurer l’infrastructure économique du Pérou. Certes, il existe d’autres entreprises familiales importantes, telles que Miró Quesada, Rodriguez et Wong. Beaucoup de ces familles souffrent de l’effet Buddenbrooks en référence au roman de Thomas Mann qui narre l’histoire d’une famille qui fut une véritable puissance économique mais qui entre en crise à la quatrième génération. C’est pourquoi l’arrivée de la quatrième génération est vécue comme un véritable défi au sein de ces familles5.

Les projets politiques dans le Pérou contemporain

  • 6   Dispositifs pacifiques et légaux.

11L’une des caractéristiques fondamentales de la démocratie est d’offrir des mécanismes6 de résolution des conflits résultants de la diversité culturelle, religieuse et morale. Mais si, face aux conflits ou à la simple divergence d’opinions, la méthode employée est la violence, alors le régime démocratique sera mis en péril par les forces autoritaires.

  • 7   Comme le démontre le document « Plan Vert », Alberto Fujimori a dirigé le pays en réalisant une c (...)
  • 8 En 2006, pour le groupement politique Union pour le Pérou a été élue la députée de la République H (...)

12Au Pérou, depuis la naissance de la République, l’autoritarisme comme le racisme sont des maux enracinés dans le quotidien de la vie sociale et politique. Ces deux phénomènes se sont illustrés de manière tragique et explosive avec l’émergence sur la scène politique et sociale du terrorisme (Sentier Lumineux et Mouvement Révolutionnaire Tupac Amaru) et du gouvernement civilo-militaire7 d’Alberto Fujimori. Mais depuis plusieurs décennies déjà, l’autoritarisme s’était présenté comme l’instrument privilégié des élites pour gouverner au Pérou. Le racisme, qui est une façon sournoise de faire de la politique, est toujours parvenu à se camoufler sous la forme de marginalisation sociale8.

13Les débats suscités par les violences internes qui se sont déroulées au Pérou pendant les années 1980 et 1990 ainsi que le Rapport Final de la Commission de la Vérité et Réconciliation ont permis de mettre à jour deux tendances politiques qui cherchent à peser sur la définition du système juridique. Un premier secteur de la société constitué par les extrêmes (de droite comme de gauche), opposés aux droits de l’homme, s’est employé à pilonner le Rapport Final de la CVR en critiquant les recommandations formulées par ses auteurs. De l’autre côté se trouve la gauche modérée, défenseur des droits de l’homme, qui a soutenu le travail d’enquête de la Commission de la Vérité et Réconciliation et qui a pressé le gouvernement pour qu’il adopte les suggestions énoncées dans le Rapport Final.

  • 9 Bien qu’il puisse paraître contradictoire qu’un pays démocratique soit doté d’une Constitution réd (...)
  • 10   Alberto Adrianzén, La transición inconclusa: de la década autoritaria al nacimiento del pueblo, L (...)

14La Commission de la Vérité et Réconciliation a été formée sous le gouvernement transitoire de Valentin Paniagua qui fut constitué à la suite de la démission d’Alberto Fujimori, rendant publique sa décision par l’intermédiaire d’un fax depuis le Japon, du poste de président de la République péruvienne. Ainsi, le gouvernement de Paniagua se devait d’initier le processus de transition démocratique. Ce processus comportait trois tâches fondamentales. La première a été l’obligation de clarification de ce qui s’était passé pendant les années de conflit interne armé, raison pour laquelle fut créée la Commission de la Vérité et Réconciliation. La seconde était de lutter contre les pratiques illicites du gouvernement Fujimori qui ont fini par le détruire lorsque différents membres du régime déchu furent finalement mis en examen pour actes de corruption. Enfin, la troisième tâche visait à reformuler la Constitution de 1993, imposée par le gouvernement de Fujimori, tâche qui n’a pas été menée à son terme9. Le temps ayant fait défaut au gouvernement de transition pour parachever le processus d’instauration du régime démocratique, la mission fut transférée au gouvernement d’Alexandre Toledo, le nouveau président élu au suffrage universel direct. Cependant, entre 2001 et 2006, le processus de démocratisation fut en partie tronqué puis définitivement enterré par le second gouvernement d’Alan Garcia10.

Le projet autoritaire

15La conjonction de l’autoritarisme et du racisme se traduit par ce que l’on appelle le fascisme. Aujourd’hui, au Pérou, le fascisme est devenu une force politique majeure ainsi qu’une dangereuse menace pour le régime démocratique. Le fascisme dans le Pérou actuel possède deux versants : un versant de l’extrême droite et l’autre qui est une aile de l’extrême gauche. Les deux versants partagent trois stratégies fondamentales : (a) exercer la violence contre des individus et des groupes qui sont catalogués comme « races inférieures », (b) lutter contre toutes les formes de désaccord, conflit et hétérogénéité sur le plan social, tandis que sur le plan politique ce qui est visé est l’élimination de la diversité des courants de pensée pour supprimer le régime démocratique et établir un gouvernement autoritaire soutenu par un système juridique de sensibilité autoritaire, (c) conforter sa présence dans les sphères académiques et médiatiques.

  • 11 Une illustration de notre propos est le cas d’Eduardo Hernando Nieto qui, depuis une perspective s (...)
  • 12 V. l’exemple de l’Université Mayor la San Marcos où les fascismes de droite et de gauche se sont i (...)
  • 13 Alan Garcia, président de la République, a publié une série d’articles dans le quotidien El Comerc (...)
  • 14 Durant l’année 2010 s’est ouverte la campagne politique municipale du pays. Les favoris ont réalis (...)

16Les deux premiers objectifs peuvent paraître contradictoires face au troisième, mais dans le fond une telle contradiction n’est qu’apparente. Bien sûr, on peut utiliser la violence pour imposer l’homogénéisation culturelle et ethnique et par ailleurs utiliser les tribunes universitaires pour légitimer idéologiquement l’usage de la violence comme instrument de gouvernabilité (en argumentant, par exemple, en faveur de la peine de mort, la torture des prisonniers et la restriction des droits de l’homme11). Dans le cadre d’un régime démocratique, ce type de postures serait assimilé à d’autres points de vue. Toutefois, de telles positions peuvent se convertir en dogme ou doctrine dès lors que le contexte est propice à l’autoritarisme. Cela arrive lorsque l’administration de l’université est précaire ou que les autorités universitaires passent des accords avec le pouvoir corrompu. Dans une telle situation, les propositions radicales prennent le contrôle de la sphère académique qui ne bénéficie ni des ressorts théoriques ni d’une tradition de pensée critique pour contre-argumenter et proposer d’autres perspectives12. Le fascisme d’extrême droite au Pérou a pris un nouveau tournant ces dernières années en passant une double alliance stratégique : d’une part, il s’est rapproché des secteurs néolibéraux (qui préconisent la dérégulation des marchés et l’appropriation des richesses économiques), d’autre part il a formé une coalition avec l’aile ultraconservatrice de l’église catholique. Cette association politico-économique se traduit par une stigmatisation13 des populations qualifiées de « races inférieures » comme frein à la mise en œuvre des politiques économiques (développement des activités extractives, stratégie de concentration des terres). Ensuite, au lieu de promouvoir une politique d’égalité des chances, cette union a renforcé la politique d’exclusion, non seulement en termes sociaux et économiques, mais aussi en termes d’accès à la prise de décision politique14. Finalement, la majeure partie de la population considère, c’est d’ailleurs ce qui est probablement le plus dangereux, que cette forme d’accord institutionnel entre une pluralité d’intérêts reste la meilleure expression de ce que doivent être le politique et l’économique. Ainsi, de plus en plus de gens considèrent que « tout va mieux » dès lors que les grandes entreprises gagnent plus d’argent, que les inégalités augmentent et que les idéologies racistes s’ancrent dans l’esprit des dirigeants. De fait, les élites ont réussi le tour de force de convaincre les roturiers qu’il était à leur portée de se « blanchir la peau » et d’accéder aux mêmes types d’opportunités économiques. Ce que l’élite pense (mais qu’ignore la majorité des Péruviens), c’est que les collectifs qualifiés de « cholos » et « indios », premières victimes de l’ostracisme, ne jouiront jamais des mêmes droits que les « membres des grandes familles péruviennes » qui s’emploieront toujours à les dénigrer. C’est ainsi qu’au Pérou, la démocratie s’est vue remplacée par un système autoritaire qui impose des pratiques politiques qui reposent sur la tromperie, la violence et la démagogie.

  • 15 Comme l’écrit Alberto Adrianzén dans son article intitulé « La nouvelle extirpation des idolâtries (...)
  • 16 Cf. Susana Frisancho, «Identidad moral, fundamentalismo y derechos humanos», Susana Frisancho, y G (...)
  • 17 Le contrôle des naissances est une arme des ultraconservateurs. Jaris Mujica a étudié la stratégie (...)

17Le secteur ultraconservateur de l’église catholique a passé une alliance avec les fascistes et les pouvoirs économiques partisans du néolibéralisme afin d’atteindre son propre objectif : (a) combattre la théologie de la libération et liquider son promoteur, le père Gustave Gutiérrez, (b) s’approprier les paroisses et les diocèses, (c) détruire la pastorale sociale mise en place par la gauche progressiste durant les années 198015, (d) contrôler les centres de formation ecclésiastique, (e) contrôler en partie le système éducatif, précisément le niveau supérieur16, (f) peser sur la définition des politiques publiques – planification familiale et contrôle des naissances17. Pour leur part, les groupements fascistes trouvent dans l’ultra-conservatisme de l’Église une doctrine du salut qui, en plus de leur promettre le paradis, leur assure le soutien des masses populaires et des familles politiques puisque cette aile radicale s’est déployée sur tout le territoire national. Quant aux néolibéraux, ils profitent de l’appui idéologique des ultraconservateurs qui abondent dans leur sens en induisant que les bénéfices engrangés par les grandes entreprises sont vecteurs de progrès pour le pays. En contrepartie, les néolibéraux financent plus que généreusement leurs œuvres de charité.

  • 18 Le terme « socialisme du XXIe siècle » a été inventé en 1996 par Heinz Dieterich Steffan, sociolog (...)

18Aux côtés des collectifs néolibéraux, réactionnaires et conservateurs, se trouvent dans le Pérou d’aujourd’hui les extrémistes de gauche qui constituent la troisième ligne du fascisme péruvien. Ce fascisme de gauche domine la scène universitaire et sert de référent à toutes les discussions académiques. Mais, de plus, il compte à la fois un réseau d’organisation politique et de forces armées dans tout le pays. Sa représentation politique se décline en deux camps clairement définis. Le premier est la gauche nationaliste formée par deux factions : le Parti Nationaliste et le Mouvement Ethnocacériste. Le Parti Nationaliste est associé au dénommé « Socialisme du XXIe siècle »18 affilié au Venezuela, à la Bolivie, à l’Équateur et au Nicaragua, c’est-à-dire aux pays qui se revendiquent de l’Alliance Bolivarienne pour les Amériques et dont le Parti Nationaliste est la représentation au Pérou.

  • 19   La démocratie directe est une forme de gouvernabilité qui ne prend en compte que le principe démo (...)

19Le Parti Nationaliste, actuellement dirigé par Ollanta Humala, se soumet aux lois du régime démocratique et compte plusieurs députés au Parlement. Les dirigeants du Parti Nationaliste considèrent que les reformes conduites par le gouvernement militaire de Velazco Alvarado n’ont pas été menées à leur terme. C’est pour cela que les commentateurs politiques avancent l’hypothèse qu’une fois au pouvoir, le Parti Nationaliste reproduira le même schéma que les dirigeants vénézuéliens et boliviens en faisant un referendum pour modifier la Constitution et ainsi bénéficier de la marge nécessaire pour effectuer les changements structurels auxquels ils aspirent. Il est dit : « Le gouvernement, et non le peuple, sait ce qu’il y a de mieux pour la nation. C’est pour cette raison qu’il devrait être interdit au peuple de délibérer sur la vie politique du pays ». Ainsi, le « socialisme du XXIe siècle » s’est converti en un gouvernement du peuple sans le peuple19.

  • 20 L’Andahuaylazo fut un soulèvement de réservistes ethnocacéristes qui se sont emparés du commissari (...)

20Le Mouvement Ethnocacériste, conduit par Antauro Humala, frère d’Ollanta,  adhère pour sa part aux idées du nationalisme ethnique forgé par Isaac Humala (père d’Ollanta et Antauro Humala) et cherche à recréer les heures de gloire du collectivisme de l’Empire inca. Ce mouvement est soutenu par le Bataillon de Réservistes Ethnocacériste ou Armée Tawantinsuyano de Liberation Nationale (ETLN). Il n’est pas anodin que ce collectif revendique l’héritage d’Andres Abelino Caceres, membre des forces armées durant la guerre du Pacifique (conflit entre le Chili et l’alliance Pérou-Bolivie) qui a organisé la résistance dans les Andes avec l’aide d’un groupe armé d’autochtones alors que Lima était occupée par les troupes chiliennes. En ce sens, l’ethnocacérisme articule la composante militaire (andahuaylazo20) avec les différentes revendications ethniques et nationalistes.

21L’autre faction de la gauche extrémiste est formée par le Parti Communiste du Pérou-Sentier Lumineux. En réalité, le Sentier Lumineux représente la sensibilité marxiste-léniniste la plus radicale, qui s’est convertie en un groupe terroriste pendant le conflit interne armé. Depuis l’incarcération de son chef Abimael Guzman, il existe deux courants internes. Le premier courant, qui est resté fidèle à Guzman, observe une trêve (jusqu’à nouvel ordre) suite au communiqué de son chef qui a appelé à abandonner les armes. Son objectif est l’obtention de « l’amnistie générale et la réconciliation » de tous les senderistas et membres des forces armées afin qu’ils soient libérés. La seconde faction dénommée Poursuivre est dirigée par le « camarade Artemio » qui a opté pour la poursuite du conflit armé. Ce collectif a passé alliance avec le narcotrafic pour défendre les zones de production et de transformation de la feuille de coca, notamment dans la région du VRAE (Vallée de la rivière Apurimac et Ene).

Le projet démocratique

  • 21   Par exemple, Nicolas Lynch Gamero dans son livre ¿Qué es ser de izquierda?, édité en 2005, défend (...)

22Le projet démocratique est piloté par quelques organisations, des individualités charismatiques et des politiciens qui sont attachés aux droits de l’homme et à la justice sociale. En principe, dans de nombreux pays c’est l’ensemble des courants modérés qui occupent cet espace politique. Toutefois, au Pérou, seuls les gens de gauche se revendiquent de cette sensibilité. Par une expression empruntée au français, leurs adversaires politiques les qualifient de « gauche caviar ». Quant à eux, ils se présentent soit comme libéraux socialistes21 soit comme libéraux. Ces derniers sont d’ailleurs en rupture avec le néolibéralisme et revendiquent l’héritage de la pensée politique de John Locke.

23La plupart des « gens de gauche » ont délaissé la politique partisane pour s’engager dans des organisations de la société civile telle que les ONGs ou autres mouvements progressistes. Le seul mouvement qui est resté dans le jeu de la politique partisane est Fuerza Social emmené par Susana Villaran. Actuellement en lice à l’élection municipale de la ville de Lima, Fuerza Social est en tête du décompte des bulletins de vote. Apparemment, la stratégie politique de se présenter comme défenseur des droits de l’homme et de l’environnement a été payante. Au point de vue légal, Fuerza Social s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations de la Commission de la Vérité et Réconciliation. Cependant, la population continue à qualifier d’hypocrites les membres de la « gauche caviar » qui ne mettent pas toujours en pratique ce qu’ils prônent (réduction des inégalités). Ce type de préjugés est en partie véhiculé par les medias qui partagent les intérêts des néolibéraux mais aussi par les extrémistes de gauche qui jugent antagoniste le fait d’être de gauche et de défendre le régime démocratique.

Conclusion

24Politiquement parlant, au Pérou, les partis qui ont le plus de pouvoir sont aux extrêmes. Sachant que les néolibéraux sont en mesure de choisir le gagnant de chaque élection politique, ils s’économisent des coups d’État ou l’installation de gouvernements fantômes et fantoches à la tête de l’État. De fait, leur pouvoir économique dicte a priori les orientations de la politique des gouvernements qui se succèdent. De plus, les gouvernements militaires jouissent d’une mauvaise image dans l’ordre international, sauf s’ils prétendent – comme en Honduras – défendre la démocratie.

  • 22   L’utilisation de la violence physique et verbale est courante.

25Cette situation n’est pas du tout favorable à la consolidation de l’édifice démocratique et des droits des citoyens. L’autoritarisme ne cesse de gagner du terrain dans les pratiques politiques et la gestion des affaires courantes du pays. La vulnérabilité grandissante des populations face à l’irresponsabilité des politiques publiques provoque une explosion de la proportion des conflits que les membres du gouvernement traitent par la violence, la dépréciation et les insultes raciales. La classe politique dominante, en accord avec la droite néolibérale et l’extrême-droite catholique, développe une politique agressive22 à l’encontre des populations marginalisées et jugées barbares parce qu’elles s’opposent au processus de modernisation tel qu’il est pratiqué par les élites actuelles.

26On constate une augmentation de l’influence politique de l’extrême gauche qui bénéficie du mécontentement général lié au calamiteux bilan social du gouvernement actuel.

27L’absence d’engagement pour la démocratie et pour le renforcement des institutions démocratiques est quelque chose de très dangereux dans un pays qui semble ne pas avoir suffisamment appris de son histoire récente, une histoire marquée par les violences du conflit interne armé. Il ne fait aucun doute que le Pérou se doit d’accompagner les forces politiques qui sont attachées à la démocratie.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Adrianzén (Alberto), «La tentación autoritaria en el Perú», Le Monde Diplomatique edición Peruana, n° 25, mayo, 2009, p. 16-17.

Adrianzén (Alberto), La transición inconclusa: de la década autoritaria al nacimiento del pueblo, Lima, Otra Mirada, 2009.

Dewey (John), Viejo y nuevo individualismo, Barcelona, Paidós, 2003.

Durand (Francisco), «Los nuevos dueños del Perú», Quehacer, n° 150, septiembre/octubre, 2004, p. 112-125.

Durand (Francisco), «Los grandes acomodos de la derecha. Entrevista a Francisco Durand por Abelardo Sánchez León y Martín Paredes», Quehacer, n° 178, abril/junio, 2010, p. 10-27.

Frisancho (Susana) y (Gonzalo) Gamio (eds.), El cultivo del discernimiento, Lima, Fondo Editorial de la Universidad Antonio Ruiz de Montoya, 2010.

Galindo (Alberto Flores), La tentación autoritaria: violencia y democracia en el Perú, Lima, Aprodeh, 1999.

Gamio (Gonzalo), Racionalidad y conflicto ético, Lima, IBC-CEP, 2007.

Locke (John), Lettre sur la tolérance et autres textes, Flammarion, édition revue et augmentée, 2007.

Locke (John), Le Second traité du gouvernement, Presses Universitaires de France, 1994.

Lynch (Nicolás), ¿Qué es ser de izquierda?, Lima, Sonimagenes, 2005.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mill (John Stuart), De la liberté, Gallimard, 1990.
DOI : 10.1522/cla.mij.del2

Mujica (Jaris), Economía política del cuerpo. La reestructuración de los grupos conservadores y el biopoder, Lima, PROMSEX, 2007.

Haut de page

Notes

*   Traduit de l’espagnol par Nicolas Merveille (UARM), revu par Jacqueline Lahmani (CNRS).

1   Le crime organisé est le produit des pratiques de corruption institutionnalisées sous le gouvernement d’Alberto Fujimori. Il s’agit de collectifs qui ont su protéger leurs intérêts en s’insérant dans diverses institutions publiques (comme le pouvoir judiciaire), la sphère académique et le narcotrafic. La stratégie qu’ils emploient vise à légitimer leurs pratiques en présentant la corruption comme invariant des modalités de régulation des institutions publiques péruviennes. Argument employé par Carlos Faffo, avocat d’Alberto Fujimori. http://www.rpp.com.pe/2010-05-11-carlos-raffo-atribuye-a-una-suma-de-venganzas-proceso-en-su-contra-noticia_263849.html.

2   Dans la tradition de la pensée politique démocratique, la tolérance a toujours tenu une position centrale. Cf. John Locke, Lettre sur la tolérance et autres textes, Flammarion, édition revue et augmentée 2007. Un autre travail important sur la tolérance, aussi bien au niveau politique que social, est celui de John Stuart Mill, De la liberté, Gallimard, 1990.

3 Concernant cette approche du libéralisme,Cf.John Locke, Le Second traité du gouvernement, Presses Universitaires de France, 1994. Lire les travaux de Michael Walzer, notamment : Spheres of Justice: ADefense of Pluralism and Equality, Basic Books, New edition, 1984.

4   John Dewey, Viejo y nuevo individualismo, Barcelona, Paidós, 2003, p. 73-74 (traduit de l’espagnol par nos soins).

5   Francisco Durand, «Los nuevos dueños del Perú», Quehacer, septiembre/octubre, 2004, p. 112-125 ; «Los grandes acomodos de la derecha. Entrevista a Francisco Durand por Abelardo Sánchez León y Martín Paredes», en Quehacer, abril/junio, 2010, p. 10-27.

6   Dispositifs pacifiques et légaux.

7   Comme le démontre le document « Plan Vert », Alberto Fujimori a dirigé le pays en réalisant une coalition civilo-militaire. Ce plan avait été échafaudé depuis 1989 par des hauts gradés et fut présenté à  Fujimori, président nouvellement élu. Dans ce plan sont énoncées  les mesures suivantes : mise en place du marché libre et réintégration du pays dans l’ordre économique international, application de la peine de mort, conception d’un plan de pacification du pays, réforme du système éducatif et signature d’un accord de paix aux frontières. En plus d’autoriser la réélection du président de la République pour faciliter l’exécution d’un projet à long terme, il avait été prévu de constituer un Service d’Intelligence qui installerait un système de Contrôle, Sécurité et Propagande. Dans le même temps, il était prévu de construire une relation avec les médias qui aboutira à une politique d’autocensure. Le document précise que la conduite de la politique stratégique nationale, à long terme, sera à la charge d’un Conseil Stratégique de l’Etat  (CEE), lequel ne devrait pas assister au Conseil des ministres et serait complètement maintenu au secret ainsi qu’en dehors des dispositifs de contrôle démocratique. De plus, les sessions du Conseil des ministres seraient surveillées par le CEE via des caméras qui avaient été préalablement installées dans la Salle du Conseil des ministres lors du premier gouvernement d’Alan Garcia. L’existence du « Plan Vert » a été rendue publique par la revue Oiga du 12 juillet 1993.

8 En 2006, pour le groupement politique Union pour le Pérou a été élue la députée de la République Hilaria Supa, une femme d’origine quechua. Le 23 avril 2009, le quotidien Correo publiait une photo du carnet de notes de la députée où l’on constate différentes fautes d’orthographes en espagnol. Elle avait été auparavant durement critiquée par Martha Hildebrandt et d’autres députés fujimoristes. À la suite de ces événements ont été entamées des procédures d’interrogation et de censure politique en raison de son origine ethnique. Après d’autres attaques subies par des députés qui présentaient le même profil que Hilaria Supa, on peut espérer que le congrès légifère contre les pratiques discriminatoires. Ces faits, bien que récents, paraissent des reliquats du passé mais les entreprises qui concentrent le pouvoir au Pérou semblent être nostalgiques d’une certaine époque. Alberto Adrianzén, «La tentación autoritaria en el Perú», Le Monde Diplomatique, edición peruana, Mayo 2009, p. 16-17.

9 Bien qu’il puisse paraître contradictoire qu’un pays démocratique soit doté d’une Constitution rédigée lors d’un coup d’État civilo-militaire, comme dans le cas présent, la Constitution n’a pas été totalement réécrite car, d’inspiration néolibérale, elle fut formatée pour conforter les intérêts de la sphère du privé lucratif. Le tournant néolibéral s’est opéré par l’approbation de la parcellisation des terres de propriété communale au profit des industries extractives.

10   Alberto Adrianzén, La transición inconclusa: de la década autoritaria al nacimiento del pueblo, Lima, Otra Mirada, 2009. Dans ce livre, Adrianzén explique qu’à la suite du gouvernement militaire de 1968 à 1980, le régime politique au Pérou n’a cessé d’osciller entre l’autoritarisme et la démocratie. La thèse centrale de l’ouvrage souligne que la coexistence du projet démocratique et du projet néolibéral des représentants économiques est antithétique, ce qui condamne le processus de transition démocratique. L’opportunité la plus récente pour entériner le régime démocratique fut la prise de pouvoir de Valentín Paniagua et la constitution de son gouvernement de transition qui, devant mettre un terme à des années de corruption et de conflits internes, aurait pu achever l’instauration de la démocratie. Cependant, Alejandro Toledo a tronqué le processus de transition en passant une alliance avec les pouvoirs économiques du pays et en nommant Pedro Pablo Kuchinski au ministère de l’Économie.

11 Une illustration de notre propos est le cas d’Eduardo Hernando Nieto qui, depuis une perspective schmittienne, défendait ouvertement la pratique de la torture sur les prisonniers inculpés d’actes terroristes à la suite des attentats de 2001 sur le sol américain, et litatis mutandis, aux combattants du terrorisme interne armé du Pérou. Cf. Eduardo Hernando Nieto, JDerecho y emergencia: hacia una teoría del derecho del enemigo», Lima, PUCP, Cuaderno de trabajo n°3, agosto, 2007.

12 V. l’exemple de l’Université Mayor la San Marcos où les fascismes de droite et de gauche se sont imposés comme les principales forces qui dominent le débat académique. Le fascisme de gauche est représenté par des groupes alliés au Sentier lumineux tel que le Mouvement pour l’amnistie et la réconciliation qui exige la libération de tous les membres du Sentier lumineux et les forces armées qui sont actuellement en prison. Le fascisme de droite est lié à la pensée de Carl Schmitt, Donoso Cortes et Leo Strauss, entre autres.

13 Alan Garcia, président de la République, a publié une série d’articles dans le quotidien El Comercio intitulés « El perro del Hortelano ». Cf. l’article de Nicolas Merveille dans ce numéro. Récemment, le cas d’expulsion de plusieurs religieux, notamment le frère Paul Mc Auley Lasalle a occupé le devant de la scène médiatique. Ainsi, nous sommes passés de la persécution des « prêtres rouges » au harcèlement des « prêtres verts ». Les articles du « chien couché sur sa mangeoire » peuvent être assimilés au blason chilien « par la raison ou par la force » même si les dirigeants politiques du Pérou semblent préférer l’utilisation de la force au dialogue.

14 Durant l’année 2010 s’est ouverte la campagne politique municipale du pays. Les favoris ont réalisé des campagnes aux discours autoritaires qui peuvent se résumer en ces termes : » si nous sommes élus nous imposerons l’ordre dans la ville grâce à l’apport de nos techniciens ». On observe que la droite autoritaire adosse systématiquement à son discours sur l’ordre la dimension entrepreneuriale où tout citoyen des quartiers populaires du nord et sud de Lima est fantasmé en chef d’entreprise. Ceci rappelle le slogan du blason brésilien «  Ordre et Progrès » qui ne fait pas référence à une possible utilisation de la violence pour atteindre ses fins.

15 Comme l’écrit Alberto Adrianzén dans son article intitulé « La nouvelle extirpation des idolâtries », publié dans le quotidien La República du samedi 16 décembre 2006, la politique des ultraconservateurs de l’église catholique, avec l’accord du Vatican, vise à déconstruire la pastorale que l’église progressiste de gauche avait développée dans le Sud-andin. Ce démantèlement a suivi trois étapes : (a) expulser les congrégations progressistes de la zone, (b) nommer des évêques conservateurs, plus précisément du mouvement Sodalitium Pianum et Opus Dei, et (c) déclarer la catéchèse des mouvements progressistes erronée du fait de leur sensibilité sociale et soulignant que la dimension « païenne » obligeait l’église à pratiquer un nouveau catéchisme qui extirperait l’idolâtrie sociale inoculée par la gauche progressiste. La pastorale andine développée depuis les années 1970 (inspirée du concile Vatican II, dont les chefs d’orchestre furent les évêques du Sacré-Cœur Louis Dalle et Lucien Metzinger) constitua des réseaux sociaux qui s’avérèrent de première importance pour protéger la population contre les méfaits du Sentier Lumineux. La politique de démantèlement voulue par les responsables actuels de l’église est totalement irresponsable car elle favorise la formation des extrémismes.

16 Cf. Susana Frisancho, «Identidad moral, fundamentalismo y derechos humanos», Susana Frisancho, y Gonzalo Gamio (Eds.), El cultivo del discernimiento, Lima, Fondo Editorial de la Universidad Antonio Ruiz de Montoya, 2010.

17 Le contrôle des naissances est une arme des ultraconservateurs. Jaris Mujica a étudié la stratégie du contrôle des naissances dans son livre Economia politica del cuerpo-la restructuración de los grupos conservadores y el biopoder où il signale que les ultraconservateurs ont regagné le pouvoir en utilisant les institutions démocratiques pour influencer la programmation de politiques publiques qui tendent à réduire la liberté des mœurs.

18 Le terme « socialisme du XXIe siècle » a été inventé en 1996 par Heinz Dieterich Steffan, sociologue allemand et analyste politique basé à Mexico, qui a étudié la gauche à l’échelle du globe. Ce terme a connu une diffusion mondiale à partir du discours du Président du Venezuela, Hugo Chavez, au Ve Forum social mondial, discours prononcé le 30 janvier le 2005. Hugo Chavez a décliné la « Version Bolivarienne » du « socialisme du XXIsiècle », selon laquelle la mise en œuvre du socialisme passe par l’instauration d’un régime démocratique révolutionnaire qui suppose, notamment, d’instaurer une démocratie directe.

19   La démocratie directe est une forme de gouvernabilité qui ne prend en compte que le principe démocratique, laissant de côté l’exigence de justice. Ce type de système génère un phénomène de dictature de masse dans lequel le tout, sans pour autant représenter l’ensemble des parties, gouverne sur tous et abroge le droit des minorités.

20 L’Andahuaylazo fut un soulèvement de réservistes ethnocacéristes qui se sont emparés du commissariat d’Andahuaylas en janvier 2005. Dans ces échauffourées furent abattus différents protagonistes dont le lieutenant Louis Chavez Vasquez. L’objectif de la rébellion était de déstabiliser le gouvernement pour obtenir la démission du président Alexandre Toledo.

21   Par exemple, Nicolas Lynch Gamero dans son livre ¿Qué es ser de izquierda?, édité en 2005, défend l’idée que cette gauche démocratique est la version la plus épurée de l’idéologie socialiste.

22   L’utilisation de la violence physique et verbale est courante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alessandro Caviglia, « Démocratie et autoritarisme dans le Pérou actuel », Droit et cultures [En ligne], 62 | 2011-2, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 30 octobre 2014. URL : http://droitcultures.revues.org/2591

Haut de page

Auteur

Alessandro Caviglia

Alessandro Caviglia Marconi est diplômé de troisième cycle en philosophie et droit de l'Université Catholique Pontificale du Pérou. Il est professeur à l’Université Antonio Ruiz de Montoya et à la faculté de droit de l’Université San Martin de Porres.

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page