Navigation – Plan du site
L'homogène et le pluriel

Avant-propos

Foreword
Bernard Haour* et Nicolas Merveille
p. 11-12

Texte intégral

1Antonio Ruiz de Montoya est un jésuite péruvien du XVIe siècle, organisateur des réductions du Paraguay mais aussi anthropologue, linguiste, mystique. L’Université jésuite du Pérou, à Lima, l’a pris pour emblème de sa propre ambition.

2Appartenant à la Compagnie de Jésus qui a vocation dans l’Église à se consacrer aux « problèmes de frontières », l’Université Antonio Ruiz de Montoya veut apporter au Pérou une formation et une recherche qui puissent apporter des réponses aux questions parfois angoissées que se pose le pays sur sa propre identité.

3L’Université jésuite Antonio Ruiz de Montoya se définit comme une institution d’enseignement supérieur avec un fort engagement sur les problèmes de la relation entre foi chrétienne, foi et justice sociale et le souci de l’excellence dans la formation humaine et professionnelle qu’elle propose pour travailler à une société solidaire, libre, inclusive et soutenable.

4Dans le recueil d’articles que nous présentons ci-après, l’accent a été mis spécialement sur le fait que les chercheurs qui contribuent à cet ensemble devaient être représentatifs d’une génération jeune participant au processus de construction d’une réflexion nouvelle sur le Pérou.

5Les articles proposés s’interrogent sur la possibilité d’un projet commun pour le pays et, en se sens, ils ont un caractère prospectif par rapport à la nouvelle conjoncture gouvernementale qui est apparue dans le pays au milieu de cette année 2011. Le nouveau gouvernement parait plus soucieux que le précédent de l’élaboration de ce projet commun.

6Les articles présentés dans ce numéro peuvent se diviser en cinq entrées :
   La première porte sur les relations entre cultures à l’intérieur du pays : ce sont les communications de Jaime Villanueva, de Franklin Ibañez et de Serafin Coronel-Molina.
La deuxième s’interroge sur la possibilité de la démocratie au Pérou : ce sont les articles d’Alexandre Caviglia et de Jorge Aragon.
Les problèmes particuliers de l’administration de la justice sont le thème de la troisième entrée : ce sont les contributions d’Antonio Perez et Antonio Peña.
Le traitement de la mémoire collective est le sujet de la quatrième entrée avec les interventions de Gonzalo Gamio, de Sébastien Jallade et de Rocio Silva.
Enfin, la cinquième entrée traite des conflits en matière de territoires : ce sont les pages de  Victor Guevara et de Nicolas Merveille.

7Ces cinq entrées ne prétendent évidemment pas épuiser les thèmes susceptibles d’être étudiés pour comprendre un pays aussi complexe et passionnant. Cependant il nous semble qu’en l’état, elles donnent un premier accès à une réflexion sur les problèmes posés par l’exercice du droit dans une démocratie en voie de consolidation dans un contexte d’interculturalité spécifique.

Haut de page

Notes

*   Directeur de l’Aire de Recherche et Incidence de l’UARM, Lima Pérou.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Haour* et Nicolas Merveille, « Avant-propos », Droit et cultures [En ligne], 62 | 2011-2, mis en ligne le 10 mai 2012, consulté le 02 octobre 2014. URL : http://droitcultures.revues.org/2553

Haut de page

Droits d'auteur

Tous droits réservés

Haut de page