Navigation – Plan du site
Notes de lecture & comptes rendus

Jacques Ribs, L’Occident chrétien et la fin du mythe de Prométhée, La rupture fondatrice du monde moderne

L’Harmattan, Paris, 2009, 353 p.
Emmanuel Decaux
p. 299-303
Référence(s) :

Jacques Ribs, L’Occident chrétien et la fin du mythe de Prométhée, La rupture fondatrice du monde moderne, L’Harmattan, Paris, 2009, 353 p.

Texte intégral

1L’essai de philosophie de l’histoire que vient de publier Jacques Ribs est l’œuvre d’une vie marquée par une formation juridique et un engagement humaniste. Son point de départ est une thèse de doctorat soutenue à Montpellier en 1966  sur Le Forgeron, contribution à l’étude de la motivation magico-religieuse de l’évolution économique des sociétés. Une quarantaine d’années plus tard, fort d’une expérience qui l’a conduit du Barreau au Conseil d’État, en passant par le cabinet de François Mitterrand à la Présidence de la République, avant de siéger dans des autorités administratives indépendantes et d’assumer des responsabilités associatives, avec notamment la présidence de Droit et démocratie et de France terre d’asile, une nouvelle lecture s’imposait. Jacques Ribs nous offre une synthèse particulièrement riche et stimulante intégrant sa réflexion première sur les sociétés cosmiques et sa quête exigeante de la rationalité démocratique. Pour ce faire, l’auteur a beaucoup lu, et sa bibliographie qui va de Marc Bloch – mais curieusement sans Les rois thaumaturges – jusqu’à Max Weber, intègre également les travaux plus récents de Marcel Detienne, de Louis Dumont ou de Jean Servier, même si l’ouvrage ne comporte pas de notes, à la demande de l’éditeur.

2Le titre du livre ne rend d’ailleurs pas tout à fait justice au propos qui vise à donner une explication globale de la naissance du monde moderne, à travers une démonstration brassant à l’échelle planétaire et sur la très longue durée, causalités économiques et sociales et dimensions spirituelles et politiques. Là où Claude Lévi-Strauss opposait de manière statique, dans Race et histoire, deux modèles de société, les unes statiques, figées dans leurs structures mythiques, les autres dynamiques, ouvertes sur l’histoire, Jacques Ribs introduit une dialectique, en soulignant l’arrachement progressif des sociétés occidentales au monde de l’harmonie cosmique. Mais par ailleurs, à la suite de pensée chrétienne, de Saint-Augustin à Newman, il introduit une théologie du temps et de l’éternité, réconciliés par la notion de développement. Ce faisant, une philosophie du temps devient une interprétation totale de l’histoire. Trois temps forts marquent sa démonstration, en partant du « monde immuable de l’éternel retour », pour passer par « l’ébranlement » de l’antiquité gréco-romaine, avant d’aborder « la naissance de l’homme nouveau ».

3La première partie de l’ouvrage prend pour point de départ l’ethnologie africaine, avec de belles pages sur les rites de fécondité, liant les populations agraires à la terre nourricière et au culte des ancêtres, l’individu n’étant qu’un « infime rouage d’une immense machinerie cosmique ». Face à cet équilibre immuable, Jacques Ribs oppose la figure tellurique du forgeron, démiurge associé au mythe de Prométhée, à travers « l’enfermement sociologique des créateurs emportant dans leur gestes un risque de perturbation voire de destruction de cet ordre idéal ». Le forgeron, maître du feu, est aussi l’apprenti sorcier, à travers le mythe du « singe noir ». Il aurait été intéressant de trouver des prolongements de cette figure dans d’autres civilisations plus lointaines encore, notamment en Amérique latine ou en Asie. Transcendant l’antagonisme entre agriculteurs et artisans, la « sacralisation du politique » veille à l’harmonie de la société « avec les forces invisibles régissant l’Univers ». Jacques Ribs élargit les observations contemporaines, faites sur le terrain autour du bassin méditerranéen, en se référant aux diverses mythologies du « monde primordial », y compris celles de l’antiquité classique. Il retrouve ainsi « les Portes de l’année » dans la Cité antique de Fustel de Coulanges. Le souverain est le maître des rites, intercesseur des hommes et des dieux. On pourrait en rapprocher le mythe de Thot, le dieu égyptien inventeur de l’écriture, dont parle Platon dans le Protagoras, sous le nom de « technicotate Theut », faisant ainsi des dieux des démiurges appelés à bouleverser le monde, en introduisant la parole écrite et donc l’accumulation, l’histoire et le temps, mais aussi la fausse science des hommes qui croient savoir au lieu de savoir, à la place de la mémoire vivante.

4La deuxième étape est celle de l’ébranlement, de la « faille » dans cette cosmogonie immuable des travaux et des jours. On pourrait parler de faux départs ou de jalons précurseurs. Ribs parle de « parenthèse de l’histoire » et évoque « la Grèce ou le miracle avorté », en se référant à une première tentative de « rationalisation du droit » à travers une arithmétique de la démocratie, même si le pouvoir reste sacralisé. Le monde dionysiaque survit à la raison apollienne, pour parler comme Nietzsche. Mais l’innovation qualifiée par l’auteur de « révolutionnaire » est précisément « la fusion politique dans le cadre de la cité, autour d’un nouveau sacré commun, des maîtres de la terre et des hommes sans terre, demeurant extérieurs à la relation à l’Ancêtre fondateur ou au Héros éponyme  (…). Ce fut aussi la connaissance de la loi offerte à tous les citoyens et aussi la faculté conférée à chacun d’exprimer une parole libre et d’élire les dirigeants, même si l’aristocratie continua à fournir le plus grand nombre de ceux-ci ». Sans idéaliser la démocratie antique, fondée sur l’oisiveté des hommes libres, le travail des esclaves et le négoce des métèques, Jacques Ribs montre bien la brève apparition d’un monde nouveau, dans l’espace et le temps, avant le retour d’une sacralisation du pouvoir autour d’une monarchie déifiée, culminant avec la Rome impériale. « Jamais [le pouvoir] n’aura été si absolu et si concentré. Jamais il n’aura été autant revêtu de sacré, puissance entre les puissances, traduction dans le monde visible de l’Invisible… ».  Mais c’est aussi le moment culminant où avec l’édit de Caracalla de 212, accordant la citoyenneté romaine à tous les Pérégrins de l’Empire, le monde est unifié, à travers « l’assimilation à un modèle unique, avec égalité des droits et des devoirs de ceux qui vivant sur ces terres, de l’Écosse à l’Iran et de l’Escaut à la Nubie ». Ainsi, selon l’auteur, « Rome a été un prodigieux temps de passage, partant d’une « agnation » traditionnelle peu éloignée de celle du paysan africain, pour parvenir à la matrice juridique de tous les États modernes ». Le pouvoir reste aux mains des « maîtres de la terre », tandis que le travail, c’est-à-dire « le génie créatif propre à l’homme », demeure subalterne. Pour Jacques Ribs, « l’Histoire de l’Occident qui est aussi celle de l’achèvement de la société de l’ancêtre fondateur, reposera sur l’ascension lente et tenace de ces hommes de la création, de la fabrication et de l’échange, qui génèrera à son tour l’explosion économique et sociale occidentale ».

5Dans un monde romain envahit par les cultes orientaux, ce que Ribs appelle joliment « le supermarché de l’invisible » ou « la brocante disparate du surnaturel », on pourrait comme  l’avait fait Pierre Ménard établir un lien entre polythéisme et démocratie. D’une certaine manière la fusion de l’idée impériale et du message chrétien aboutira dans une nouvelle théologie politique à vocation universelle, à la fois « apostolique et romaine ». Toute la troisième partie de l’ouvrage de Jacques Ribs, la plus dense et la plus substantielle aussi – elle fait la moitié du livre – est consacrée à la naissance d’une  humanité nouvelle, dans le sillage du christianisme, puis dans l’affirmation de l’homme comme « maître de l’univers ». Historiquement, Jacques Ribs se concentre sur le millénaire, allant de l’édit de Caracalla de 212 à la Grande Charte de 1215. Sans attendre la Réforme et « l’éthique protestante », il marque le long avènement de l’homme commun « libéré de la peur cosmique », même si de l’Apocalypse à la grande peur de l’an Mil, le monde des sortilèges peuple les mentalités.  Les terreurs sont également bien réelles, dans une Antiquité tardive marquée par les invasions et les hérésies. De manière très suggestive, l’auteur rapproche l’arianisme de l’Islam, qui prospérera sur les mêmes terres, dans sa croyance d’un Dieu unique et invisible, opposé au symbole de Nicée. Mais partisan de l’histoire totale, il insiste autant sur l’autonomie de la volonté dans le mariage, l’apparition des langues vulgaires que sur le take-off de la réforme agraire : « Une fois ébranlés les obstacles moraux et religieux figeant les sociétés d’intégration cosmique, l’Europe occidentale a donc entrepris, dès ces temps mérovingiens et carolingiens, généralement présentés comme lointains, barbares et obscurs, sa marche vers le progrès. Elle sera lourde, lente et parfois pénible, menée d’un pas de paysan ».  

6Face à la survivance du rêve impérial d’intégration cosmique, dans la rivalité du Pape et de l’Empereur qui se traduira à travers l’Allemagne et l’Italie par des débats classiques sur la théocratie et le césaro-papisme, la monarchie de droit divin s’affirme en France mais est contestée en Angleterre. Trois modèles politiques émergent ainsi des démembrements de l’Empire carolingien : le Saint Empire romain germanique, la monarchie centralisée autour de ce qui sera un État-nation, mais également l’Angleterre où un roi désacralisé doit composer avec ses barons puis avec les communes… Il faut relire les dispositions de la Charte sur la liberté d’aller-et-venir et la liberté du commerce, moins connues que la revendication de l’habeas corpus. Toute une modernité anglaise est en germe, sur le plan commercial et scientifique, politique et théologique. Le caractère proprement révolutionnaire de la Magna Carta de 1215 est assez souligné par la Bulle d’Innocent III qui la déclare « acte vil, honteux, illicite et inique ». Quatre siècles encore, et le  Royaume-Uni passera par le régicide pour consolider ses libertés. On trouverait des échos de ce basculement du monde avec la Révolution française qui ne peut se débarrasser du sacré que par le sacrilège, comme l’a bien vu Edgar Quinet, la Constitution civile du clergé, la rupture de la filiation apostolique avec Rome et la mise à mort du roi, marquant dans le sang la fin de la monarchie de droit divin. Ou dans l’ouvrage de Benedetto Croce sur l’histoire de la Liberté au XIXe siècle. Mais en se situant dans la perspective du temps long et de l’histoire totale, Jacques Ribs montre avec rigueur et minutie l’imbrication du hasard et de la nécessité, de l’action des individus et du poids des siècles, des causes économiques et des forces morales, dans cette quête initiatique d’un homme nouveau, « libre de penser et de croire, libéré de la terreur et du besoin ».

7D’une certaine manière, l’ouvrage de Jacques Ribs décrit le passage de l’âge mythologique à l’âge religieux, puis celui de l’âge religieux à l’âge positiviste, pour reprendre le vocabulaire d’Auguste Comte. L’auteur s’arrête au seuil des temps modernes, après en avoir exploré les prémices. Ce faisant il laisse de côté le grand choc des civilisations que marqueront les grandes découvertes. Il serait passionnant de voir comment les mondes extérieurs, de l’Amérique précolombienne à la Chine impériale, ont réagi au désordre cosmique entrainé par l’essor occidental. En conclusion l’auteur laisse entendre les craintes que peut faire naître l’homme prométhéen, maniant le feu atomique et capable de « brûler le monde », dans un univers désacralisé, vidé de ses dieux, sans s’étendre sur les faces sombres de l’histoire européenne, notamment au XXe siècle. C’est une leçon d’humanisme qui prévaut : « L’autonomie de la volonté individuelle, apparue timidement quelque vingt siècles plus tôt sur la scène de l’Histoire, s’affirmera progressivement dans les siècles qui vont suivre, toute autorité ne pouvant être vue que comme d’origine purement humaine, rejetant la soumission à des principes d’organisation de la société surnaturels, la source de tout pouvoir ne pouvant se trouver que dans le choix de l’homme ». Ce message est une réponse indirecte aux nostalgiques du vieux Léviathan, adeptes de la théologie politique. Là où Carl Schmitt cherchait à sacraliser le pouvoir absolu, en remontant aux sources religieuses de toute autorité, Jacques Ribs trouve les racines de la liberté moderne et de la fraternité universelle au cœur même de la tradition évangélique.  

8On le voit il est impossible d’épuiser en quelques pages la richesse d’un livre inclassable, nourri de références, aux carrefours des disciplines, d’un savoir encyclopédique, mais aussi très personnel, à la fois pudique et lyrique, le témoignage d’un homme libre, ce qui en fait tout le prix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Decaux, « Jacques Ribs, L’Occident chrétien et la fin du mythe de Prométhée, La rupture fondatrice du monde moderne », Droit et cultures, 61 | 2011, 299-303.

Référence électronique

Emmanuel Decaux, « Jacques Ribs, L’Occident chrétien et la fin du mythe de Prométhée, La rupture fondatrice du monde moderne », Droit et cultures [En ligne], 61 | 2011-1, mis en ligne le 03 novembre 2011, consulté le 21 août 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2544

Haut de page

Auteur

Emmanuel Decaux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org