Navigation – Plan du site
Dossier

Le comte qui était comtesse : un cas de gynandrie au tribunal de Vienne (1890)

The Count who was a Countess: a Case of Gynandry in the Court of Vienna (1890)
Patrick Pognant
p. 113-127

Résumés

Il s’agit d’une des premières expertises auprès des tribunaux de la Cour impériale conduite par Krafft-Ebing alors qu’il venait d’être nommé professeur de psychiatrie à Vienne. Il eut à mener cette expertise dans une affaire de mœurs à propos d’une jeune comtesse hongroise qui, selon lui, souffrait de gynandrie, ce qui l’aurait conduite à convoler en noces illégitimes avec une jeune fille en escroquant au passage son « beau-père ». Il sera notamment intéressant de voir comment Krafft-Ebing a orienté son expertise pour la faire coïncider avec la théorie qu’il avait élaborée à propos des psychopathies sexuelles (et notamment les degrés de l’homosexualité) et comment il obtint l’acquittement de la jeune femme qui, d’ailleurs, passa le reste de sa vie dans la peau (et le pantalon) d’un homme en se faisant appeler M. le Comte…

Haut de page

Texte intégral

Avertissement

  • 1   Richard von Krafft-Ebing, étude médico-légale. Psychopathia sexualis, avec recherches spéciales s (...)
  • 2 Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia Sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et des (...)
  • 3 . P. 416-426.
  • 4 P. 550-556 dans l’éd. Payot de 1958 et p. 303-311, t. 2, dans l’éd. Pocket qui reprend l’éd. Payot (...)
  • 5 Patrick Pognant, Corps coupables, la répression psychiatrique entre environ 1850 et 1930, inédit à (...)

1Le cas proposé ici concerne une expertise légale conduite par Richard von Krafft-Ebing en 1890 et reproduite dans la huitième édition de Psychopathia sexualis1, puis reprise dans la dernière édition de l’ouvrage réécrite par Albert Moll2. Dans la huitième édition, l’expertise constitue l’observation n° 1313 et dans la dernière édition l’observation n° 2924. Nous avons déjà fait remarquer (dans Corps coupables5)  la réécriture quasi systématique des textes de Krafft-Ebing par Albert Moll et les problèmes philologiques qu’elle entraînait ; toutefois, l’observation qui nous intéresse est mutatis mutandis (i. e. les écarts de traduction) la même dans la dernière édition que dans l’édition princeps et c’est pourquoi nous nous appuierons sur l’observation 292, les références renvoyant vers l’édition Pocket, plus facile d’accès aux lecteurs d’aujourd’hui. Par contre, pour tout ce qui concerne la théorie psychiatrique, nous faisons le choix de plutôt référer à la huitième édition, la dernière qui, par ailleurs, ait été entièrement maîtrisée par Krafft-Ebing. Ce choix est motivé par le fait que Krafft-Ebing a construit son expertise sur son propre socle théorique.

2On pourra s’étonner de cette expertise légale en Autriche d’un sujet hongrois par Krafft-Ebing, psychiatre allemand. L’explication tient en ce que Krafft-Ebing fut nommé professeur de psychiatrie dans la capitale de l’Empire austro-hongrois en 1889, et, partant, fut aussi expert psychiatre auprès du tribunal impérial.

La gynandrie selon Krafft-Ebing

3Hormis la dichotomie homosexualité acquise-homosexualité innée nuancée par Albert Moll, les différences théoriques entre les deux psychiatres sur la classification des homosexuels sont infimes ; en effet, Moll reprend à son compte la taxinomie de Krafft-Ebing mais en la situant sur le seul terrain de la clinique tandis que Krafft-Ebing l’intègre à la nosographie. Ainsi, les quatre échelons de la psychopathie homosexuelle, s’appliquant tant à l’homme qu’à la femme, et du moins grave au plus grave, sont pour Krafft-Ebing :

  • 6 P s, 8e éd., p. 308.

– » hermaphrodisme psychique6 » (on dirait aujourd’hui la bisexualité) ;

  • 7 Ib., p. 341.

– » homosexuels ou uranistes7 » ;

  • 8 Ib., p. 374.

– » effémination et viraginité8 » ;

  • 9 Ib., p. 408.

– » androgynie et gynandrie9 ».

  • 10 Ib., p.  8-472.

4Cette classification se trouve dans la troisième partie de la huitième édition de Psychopathia sexualis, intitulée « Neuro-psychopathie générale10 », et qui en occupe la plus grande part (soit 424 pages sur les 595 pages que compte le livre !) et est reprise par Albert Moll dans la dernière édition de l’ouvrage. Il semble opportun de reproduire l’avant-propos de cette troisième partie pour comprendre dans quel contexte théorique Krafft-Ebing a défini la gynandrie et, partant, a conduit l’expertise légale qui nous occupe. En effet, pour Krafft-Ebing,

chez les hommes civilisés de notre époque, les fonctions sexuelles se manifestent très souvent d’une manière anormale [souligné par nous]. Cela s’explique en partie par les nombreux abus génitaux, en partie aussi par ce fait que ces anomalies fonctionnelles sont souvent le signe d’une disposition morbide du système nerveux central, disposition résultant, dans la plupart des cas de l’hérédité (symptômes fonctionnels de dégénérescence).

  • 11 Ib., p. 49.

Comme les organes de la génération ont une importante corrélation fonctionnelle avec tout le système nerveux, rapports psychiques et somatiques, la fréquence des névroses et psychoses générales dues aux maladies sexuelles (fonctionnelles ou organiques) se comprend facilement11.

5Ainsi donc, Krafft-Ebing reconnaît que la plupart de ses contemporains ont un comportement sexuel anormal ce qui, non sans provocation, autorise de poser la question suivante : est-ce que l’anormalité médicale ne serait pas la normalité et à l’inverse, la normalité médicale l’anormalité ? Rappelons qu’en cette fin de XIXe siècle, la normalité sexuelle consistait pour les médecins (mais aussi pour les moralistes et religieux de tous poils) en des rapports sexuels exclusivement hétérosexuels dans un strict but procréatif. L’avant-propos de Krafft-Ebing reprend par ailleurs la thèse chère à la psychiatrie de l’époque, à savoir la dégénérescence des individus comme principale raison étiologique de leur(s) anormalité(s) comportementale(s) en termes de sexualité.

  • 12 Ib., p. 243.
  • 13 Ib., p. 247.
  • 14 Ib., p. 293.

6L’observation qui nous intéresse se situe dans le chapitre intitulé « Sens sexuel faible ou nul pour l’autre sexe et remplacé par un penchant sexuel pour le même sexe (sens homosexuel ou inverti)12 », lui-même subdivisé en deux parties : « A) Le sens homosexuel comme perversion acquise13 » et « B) Le sens homosexuel comme phénomène morbide et congénital14 ». L’observation 131 s’intègre dans la partie B.

7Concernant la gynandrie pour les femmes et l’effémination pour les hommes, Krafft-Ebing écrit qu’

  • 15 Ib., p. 408.

il y a une transition à peine sensible entre [l’effémination et la viraginité] et les cas d’inversion sexuelle où non seulement le caractère et toutes les sensations du sens sexuel anormal coexistent, mais où même par la conformation de son squelette, le type de sa figure, sa voix, etc., en un mot sous le rapport anatomique comme sous le rapport psychique et psycho-sexuel, l’individu se rapproche du sexe dans le rôle duquel il se sent vis-à-vis des autres individus de son propre sexe. Il est évident que cette empreinte anthropologique de l’anomalie cérébrale représente un degré très avancé de dégénérescence. Mais, d’autre part, cette déviation est basée sur des conditions tout autres que les phénomènes tératologiques de l’hermaphrodisme envisagé au sens anatomique. Cela ressort clairement du fait que jusqu’ici on n’a jamais rencontré sur le terrain de l’inversion sexuelle, de tendance aux malformations hermaphroditiques des parties génitales. On a toujours établi que les parties génitales de ces individus étaient, au point de vue sexuel, complètement différenciées, bien que souvent atteintes de stigmates de dégénérescence anatomique (épi- ou hypospadias, etc.), qui entravaient le développement des organes […]15.

  • 16   Ib.

8Les femmes souffrant de gynandrie sont « des êtres féminins qui, par la charpente des os, le bassin, la démarche, les attitudes, leurs traits grossiers et nettement virils, leur voix grave et rauque, etc., [font] douter de l’“éternel féminin” [et chez qui] la pudeur sexuelle n’existe qu’en face d’une personne du propre sexe et non pas en face du sexe opposé16 ».

L’observation de Krafft-Ebing

9À l’instar de toutes les observations contenues dans l’ouvrage, celle qui nous intéresse vient illustrer et étayer la théorie et la nosographie. Il est explicitement inscrit après le numéro de l’observation (tant dans la 8e que dans les 16e et 17e éditions) que celle-ci concerne la gynandrie.Bien que toute l’observation, qui se présente dans une continuité narrative, puisse être considérée dans son ensemble comme l’expertise de Krafft-Ebing, on remarquera une incise fondue dans le texte, à un peu plus de la moitié de l’observation, et portant pour titre « Examen personnel », nous y reviendrons.

10Afin d’en faciliter la recension, nous avons divisé l’observation en cinq parties, la première exposant les causes de l’arrestation du sujet et son premier interrogatoire, la deuxième rapportant sa biographie détaillée, la troisième constituant l’expertise à proprement parler (physiologique et psychiatrique), la quatrième, très courte, donnant le verdict du tribunal et la dernière, également brève, signalant des cas similaires.

  • 17 <http://onagy.zoltan.terasz.hu/index.php?id=2656>  (5/10/2008).

11On remarque que Krafft-Ebing ne donne que les prénoms masculin et féminin du sujet en toutes lettres (quoiqu’il n’inscrive parfois que l’initiale), Sándor et Sarolta (Charlotte en français) mais n’indique jamais le patronyme dont seule l’initiale figure dans son rapport. Il ne fut cependant pas trop difficile de trouver la véritable identité du sujet (nous y reviendrons dans la section 4 : « éléments biographiques complémentaires »), ainsi d’ailleurs que sa photographie17.

Les faits

12Dès le début de l’observation, Krafft-Ebing révèle que

  • 18 P s, 16e et 17e éd., p. 303.

le 4 novembre 1889, le beau-père d’un comte V… portait plainte parce que celui-ci lui avait escroqué une somme de 800 florins, sous le prétexte qu’il en avait besoin pour constituer un cautionnement comme secrétaire d’une société anonyme. En outre, il fut révélé que Sándor avait maquillé des contrats, que son mariage célébré au printemps 1889 avait [été] simulé et avant tout, que le prétendu comte n’était pas un homme mais une femme déguisée en homme, qui s’appelait de son vrai nom la comtesse Sarolta V…18.

  • 19 Ib.

13Sarolta fut arrêtée et placée en détention préventive avec deux chefs d’inculpation : « escroquerie et faux en écritures publiques ». Krafft-Ebing indique qu’» au premier interrogatoire, [elle] reconnaît être du sexe féminin, catholique, célibataire, et exercer la profession d’écrivain sous le nom de Comte V…19 ».

14Enfin, Krafft-Ebing précise qu’elle est née le 6 décembre 1866. Elle a donc vingt-trois ans au moment de son arrestation.

biographie du sujet

  • 20 Ib., p. 304.

15Comme dans la plupart de ses observations, Krafft-Ebing ne manque pas de s’appesantir sur l’ascendance de son sujet, laquelle, en l’espèce, est un traité de psychiatrie à elle toute seule tant la vieille famille de la noblesse hongroise dont descend Sarolta compte de personnages exubérants que d’aucuns qualifieraient de fous furieux. Nous ne retiendrons ici que la singularité du père dont « une marotte [...] était d’habiller S… en garçon, de la faire monter à cheval, de lui faire conduire un attelage, de la faire chasser, d’admirer son énergie virile ; c’est pourquoi il l’appela Sándor. Par contre, il habillait son second fils en fillette, il le fit élever comme une fille ; cette farce cessa à 15 ans, époque à laquelle ce fils entra dans un établissement d’éducation20 ».

  • 21 Ib.
  • 22   Ib.
  • 23 Ib., p. 305.

16Ainsi, Sarlota V. fut dès son plus jeune âge élevée en garçon, ce qui peut raisonnablement laisser penser que cela imprégnera durablement sa future vie. À l’âge de douze ans, elle dut cependant se rhabiller en fille car sa grand-mère la plaça en institution à Dresde. Le répit sera de courte durée car elle fut enlevée à l’âge de treize ans par une Anglaise « à qui elle avait déclaré être un garçon [après quoi elle revint] chez sa mère, qui du reste ne put rien et dut admettre que sa fille redevînt Sándor21 ». À partir de ce moment, elle continuera de vivre en garçon, notamment en accompagnant son père dans « de très grands voyages22 » mais aussi en vivant de manière indépendante, ce qui, dans le contexte de l’époque, est plutôt rare et mérite d’être souligné. Elle commença de mener une vie quelque peu dissolue, « s’enivrait souvent, s’enthousiasmait pour les sports masculins et devint très habile en escrime23 ». Non seulement Sarolta déclare ne jamais avoir été attirée par un jeune homme mais elle affirme au fil du temps concevoir de plus en plus de répugnance envers la gente masculine. Krafft-Ebing rapporte ses propos :

  • 24 Ib.

Je préférais aller dans la société des femmes avec des hommes vilains, sans allure, afin que personne ne pût m’effacer. Quand je m’apercevais qu’un de ces hommes éveillait de la sympathie chez les femmes, je devenais jalouse. […] J’aimais voir la passion d’une femme se manifester sous un voile poétique ; tout manque de pudeur chez une femme éveillait chez moi le dégoût. J’avais une idiosyncrasie indicible contre les habits de femme et en général contre tout ce qui était féminin, mais seulement pour mon propre compte, car au contraire, j’admirais fort le beau sexe24.

  • 25 Ib. : il y a double erreur dans cette page qui parle à la fois d’une liaison de deux ans et de tro (...)
  • 26 Ib.
  • 27 Ib.

17Sarolta avait de nombreuses liaisons, voyageait beaucoup, se montrait fort dispendieuse et s’endettait déraisonnablement. Versée dans la littérature, son mode de vie extravagant ne l’empêchait toutefois pas de collaborer à deux journaux de renom de la capitale austro-hongroise. Krafft-Ebing rapporte principalement deux histoires d’amour de Sarolta, la deuxième ayant conduit à son arrestation, nous allons y revenir. Quant à la première histoire, c’est une aventure qui dura trois ans avec Emma E…, de dix ans plus âgée qu’elle25 : Sarolta « s’éprit de cette dame, fit avec elle un contrat de mariage, et elles vécurent ensemble pendant trois ans dans la capitale comme mari et femme26 ». Mais Sarolta fit de nouvelles rencontres amoureuses et se sépara d’Emma « au prix de lourds sacrifices », financiers s’entend. La biographie de Krafft-Ebing précise que « E… vit encore aujourd’hui comme une femme divorcée et [qu’] elle se considère toujours comme la comtesse V…27 » (le cas de cette Emma E… aurait sans doute mérité une expertise psychiatrique…). En 1887, Sarolta rencontra la famille E… (une autre famille que celle de son « ex-femme »),

  • 28   Ib., p. 305-306.

une famille distinguée de fonctionnaires ; aussitôt S… s’éprit de la fille Marie, qui répondit à cet amour. […] Les deux amoureuses eurent une correspondance suivie pendant l’hiver. En avril 1888, le « Comte S… » vint en visite, et en mai 1889, il arriva à son but. En effet, Marie, qui entre temps avait renoncé à une place d’institutrice, fut mariée en Hongrie par un pseudo-prêtre, dans une villa, en présence d’un ami de son cher amant S…, qui établit avec ce complice un faux acte de mariage. […] Il est à remarquer que S…, pendant la période assez longue des fiançailles, sut tromper la famille de sa femme d’une façon parfaite sur son vrai sexe28.

  • 29 Ib., p. 306.
  • 30 Ib.
  • 31 P s, 8e éd., p. 419.

18Tromper sa belle-famille sur son identité sexuelle est certes une sorte de prouesse mais, même si Krafft-Ebing évoque « l’incroyable naïveté et l’innocence de cette malheureuse jeune fille », tromper sa propre femme ? Nous avons peine à concevoir un couple dans lequel la jeune épouse ne verrait ni ne toucherait ou ne ressentirait jamais le membre viril de son époux. L’expertise ne dit pas si le mariage fut consommé (par l’exutoire d’une prothèse) mais a priori, jusqu’à l’incarcération de son « époux », Marie était restée dans l’ignorance de la véritable identité sexuelle de Sándor. Une partie de l’explication se trouve dans la suite de la biographie qui insiste lourdement sur la masculinité de Sarolta (par exemple, Krafft-Ebing écrit que « S… était une passionnée d’amour ; elle avait des allures et des défauts absolument masculins29 »), une virilité qui aurait fonctionné comme une égide pour la protéger de la découverte de son escroquerie identitaire. Rapportons à ce sujet qu’» il ressort des allusions du beau-père que S… […] savait simuler un scrotum au moyen d’un mouchoir ou d’un gant disposé dans la poche de son pantalon. Un jour aussi, le beau-père remarqua quelque chose de ressemblant à un membre en érection chez son futur gendre […] qui, à l’occasion, fit aussi remarquer avec ostentation qu’il était obligé de porter un suspensoir pour monter à cheval30 » ! Pour parachever le portrait de Sarolta, nous mentionnons un détail que Moll s’est abstenu de donner, à savoir que la comtesse-comte « était fumeur passionné31 ».

Expertise

  • 32   P s, 16e et 17e éd., p. 306.

19Sans transition avec la biographie du sujet, Krafft-Ebing aborde ensuite l’analyse des écrits de Sarolta qu’il introduit en disant que les nombreux manuscrits du sujet fournissent « des renseignements sur [sa] personnalité intellectuelle ». Et quels renseignements ! Krafft-Ebing souligne que « son écriture montre de la fermeté et de la sûreté ; ce sont des traits purement masculins ; le contenu se répète partout avec les mêmes particularités : passion sauvage et déchaînée, haine et résistance à tout ce qui s’oppose au cœur espérant aimer et être aimé, amour empreint de poésie dans lequel on ne constate aucun trait vil, enthousiasme pour tout ce qui est beau et noble, intelligence pour la science et les beaux-arts ». Le psychiatre ajoute que « ses écrits révèlent une richesse peu ordinaire de connaissance des classiques de toutes les langues32 », sous-entendu chez une femme.   

  • 33 Ib. p. 307.
  • 34 Ib.

20Krafft-Ebing s’intéresse ensuite aux lettres et écrits ayant trait à Marie, qui « sont remarquables du point de vue psychologique33 ». Sarolta, pénitente et honteuse, s’y montre effondrée par sa situation de prisonnière et souhaiterait pouvoir rencontrer sa « femme ». Ainsi, « la douleur la plus amère, c’est d’avoir conscience que maintenant, Marie aussi la hait ». Gagné par le lyrisme de la prévenue, Krafft-Ebing ajoute qu’» elle a versé sur son bonheur perdu des larmes brûlantes ; elle en a tant versé qu’elle eût pu s’y noyer. Des feuilles entières traitent de l’apothéose de cet amour, des souvenirs du temps du premier amour et des premières relations d’amitié34 ».

21Ce qui suit nous apparaît fondamental pour la suite du procès. En effet, Krafft-Ebing écrit que « S… se plaint de son cœur, qu’aucune logique ne peut maîtriser ; elle manifeste des explosions de sentiments que l’on ne peut qu’éprouver, mais non pas simuler ; puis viennent à nouveau des explosions de la plus folle des passions et S… déclare ne pouvoir vivre sans Marie ». Krafft-Ebing illustre son propos avec des extraits de lettres. Il est intéressant de reproduire le passage suivant, qui, à nos yeux, révèle la dialectique habile de Sarolta :

Messieurs, savants et sages juristes, psychologues et pathologistes, jugez-moi. Chacun des pas que j’ai faits a été conduit par l’amour, chacun de mes actes a été nécessité par l’amour : c’est Dieu qui a mis cet amour dans mon cœur. S’il m’a ainsi créée et non autrement, en suis-je la cause, ou bien sont-ce là les voies insondables du destin ? J’ai cru en Dieu, j’ai cru qu’un jour viendrait la rédemption, car ma faute ne fut que de l’amour, qui est la base, le fondement de ses doctrines, de son empire lui-même.

  • 35   Ib.

Mon Dieu, miséricordieux, tout-puissant, tu vois mon tourment, tu sais combien je souffre. Penche-toi vers moi et tends-moi ta main secourable, maintenant que tout le monde m’a abandonnée. Dieu seul est juste35.

22Quant à l’» examen personnel » évoqué plus haut, nous le subdivisons en deux parties : l’aspect psychologique et l’aspect physiologique, bien qu’ils soient parfois enchâssés dans le texte.

  • 36   Ib., p. 308.
  • 37 Ib.
  • 38 Ib.
  • 39 Ib.
  • 40 Ib., p. 310.

23Concernant la psychologie de Sarolta, Krafft-Ebing note que les médecins légistes et la jeune femme étaient mal à l’aise lors des interrogatoires, d’une part parce que « l’allure masculine un peu trop forcée de S… en imposait » et d’autre part parce que S… « était d’avis qu’on allait la déshonorer en lui appliquant le stigmate de l’insanité morale36 ». Par ailleurs, Krafft-Ebing note qu’elle était beaucoup plus à l’aise avec les médecins légistes quand ceux-ci la considéraient comme un homme. Il fait aussi remarquer qu’» elle avait un visage non sans beauté et intelligent qui, malgré une certaine délicatesse des traits et la petitesse de toutes les parties, avait une empreinte absolument masculine, quoiqu’il y manquât la moustache dont elle regrettait amèrement l’absence37 ». Krafft-Ebing fixe à l’âge de treize ans « les premières sensations de l’instinct sexuel, qui se manifestait alors par des baisers, des embrassades, des contacts avec sensations voluptueuses ». Il ajoute, entre autres, qu’» elle a toujours éprouvé dans des rêves voluptueux, la sensation d’être un homme et ressenti à l’occasion l’éjaculation » et qu’ « elle ne connaît pas l’onanisme solitaire ou mutuel, [lequel] lui semble parfaitement dégoûtant et ne correspondant pas à la “dignité de l’homme”. Jamais non plus elle ne s’est fait toucher les parties génitales, pour cette simple raison déjà qu’il s’agissait de conserver son grand secret38 ». Enfin, « elle reconnaît la morbidité de ses penchants sexuels, mais elle ne désire rien d’autre, car elle se sent parfaitement à l’aise et très heureuse dans cette sensation perverse39 ». Elle montre du regret par rapport à Marie et « trouve perverses ses sensations sexuelles et elle considère un tel amour d’une femme pour une autre comme moralement abject pour les personnes saines ». Elle reconnaît « son extrême frivolité et l’impossibilité où elle se trouve d’utiliser raisonnablement l’argent ou ce qui a valeur d’argent40 ».

  • 41 Ib., p. 309.
  • 42 Ib.
  • 43   Ib., p. 310.

24L’examen physiologique de Sarolta indique qu’elle « a une taille de 153 centimètres [et que] sa structure osseuse est délicate ; elle est maigre mais cependant sa poitrine et ses cuisses sont fortement musclées41 ». Krafft-Ebing ajoute qu’ « en vêtements de femme, elle a une allure maladroite » et que « ses mouvements sont puissants, sans être laids, quoique plutôt peu gracieux et d’une raideur masculine ; elle salue les personnes […] d’une vigoureuse poignée de main ; tout son maintien est décidé, raide, quelque peu autoritaire42 ». Plus loin, il précise que « le tronc ne correspond en rien à la structure féminine ; il manque la taille, le bassin est si droit et si peu proéminent que de l’aisselle au genou correspondant, la ligne correspond à une droite qui n’est ni incurvée par la taille vers l’intérieur, ni incurvée par le bassin vers l’extérieur43 ». Nous passerons sur de nombreux détails physiologiques (notamment des mensurations) pour retenir les précisions suivantes, reproduites dans le style abrégé de Krafft-Ebing :

  • 44 Ib.

Voix rauque et profonde. Glandes mammaires assez développées, mais sans sécrétion. Le mont de Vénus est recouvert de poils bruns et touffus. Parties génitales absolument féminines, sans traces de phénomènes d’hermaphrodisme, mais restées à l’état infantile des parties d’une petite fille de 10 ans. Les grandes lèvres se touchent presque complètement, les petites lèvres ont la forme d’une crête de coq et font saillie sur les grandes. Le clitoris est petit et extrêmement sensible. L’hymen fait défaut (vraisemblablement de naissance), l’entrée du vagin est étroite, muqueuse normale […]. Le vagin est tellement étroit que l’introduction d’un membre viril serait impossible ; il est en outre extrêmement sensible. Jusqu’ici, il n’y a probablement pas eu coït44.

  • 45 Ib., p. 310-311.

25La conclusion de l’expertise est la suivante : « Il existe chez S… une inversion morbide congénitale de la sensation sexuelle, qui se manifeste, même au point de vue anthropologique, sous la forme d’anomalies du développement physique, sur la base d’une grave tare héréditaire ; il en ressort en outre que les actes reprochés à S… ont pour base sa sexualité morbide et irrésistible45 ».

Verdict et épilogue

26Le verdict est rapporté en une seule phrase par Krafft-Ebing : « Le tribunal prononce un acquittement ».

  • 46 Ib., p. 311.

27Krafft-Ebing ajoute que la comtesse « retourna dans la capitale, où elle était née, où elle continue à vivre sous le nom de comte Sándor. Son seul chagrin est la destruction de son bonheur avec Marie, qu’elle aimait ardemment46 ».

Autres cas

  • 47   Ib.

28L’observation, tant dans la huitième édition que dans la dernière, se termine par l’exposition résumée de deux cas. Le premier concerne une observation du Dr Kiernau qui relate qu’en 1883, une femme mariée du Wisconsin « enleva une jeune fille, se maria avec elle et elles vécurent ensemble sans ennuis ». Le deuxième cas, communiqué par Spitzka dans la Chicago medical Review du 20 août 1881, présenté comme un cas « historique d’androgynie » concerne lord Cornbury, gouverneur de New York sous le règne de la reine Anne, qui « ne pouvait s’empêcher, malgré sa haute situation, d’aller se promener dans les rues en vêtements de femme, faisant la coquette, avec toutes les allures d’une courtisane47 ».

Commentaires

29Le lecteur est d’emblée frappé par la tonalité hyperbolique du texte et par les amplificateurs utilisés par Krafft-Ebing tout au long de son observation, notamment l’emploi de l’adverbe d’intensité « très », utilisé douze fois. Même lorsqu’il rédige la biographie de Sarolta, Krafft-Ebing est dans la subjectivité. En effet, il choisit de mettre l’accent sur tel épisode, en occulte d’autres…

  • 48 Guy de Maupassant, Notre cœur, 1e éd. La Revue des Deux-Mondes, 15 mai, 1er et 15 juin 1890 ; éd. (...)

30Nous retiendrons ici l’insistance du psychiatre à analyser les écrits du sujet – qui, quelle chance pour la médecine !, fait profession d’écrivain – comme preuve de sa masculinité. Rappelons que c’était une tradition de la psychiatrie du XIXe (mais aussi, dans une moindre mesure, de la justice) de donner grande importance à l’analyse des textes des malades, en arguant notamment que les écrits étaient plus révélateurs que les paroles en ce sens qu’ils reflétaient le profond d’un être et ne pouvaient être simulés, au contraire des dires. Même Guy de Maupassant validait cette idée saugrenue quand il écrivait que « la parole éblouit et trompe, parce qu’elle est mimée par le visage, parce qu’on la voit sortir des lèvres, et que les lèvres plaisent et que les yeux séduisent. Mais les mots noirs sur le papier blanc, c’est l’âme toute nue48 ». Nous savons bien que, tout autant que la parole, l’écrit peut tricher et induire en erreur !

31Que révèlent au fond les lettres de Sarolta si ce n’est d’une part, une grande maîtrise de l’écriture et, d’autre part, l’exaltation amoureuse. Et en quoi la passion amoureuse et la sûreté du style seraient des traits de masculinité ? Comme si la ferveur amoureuse et les débordements qu’elle entraîne parfois, tant dans la vie que dans les écrits, était l’apanage des hommes ! Krafft-Ebing nous sert là une herméneutique au rabais, empreinte d’un sexisme pour le moins caricatural…

  • 49   P s, 16e et 17e éd., p. 311.

32En insistant lourdement sur l’hérédité de son sujet et en accentuant le trait de ses désordres comportementaux (en lesquels il voit systématiquement des traits de masculinité), Krafft-Ebing arrange son expertise pour qu’elle corresponde à sa définition de la gynandrie. Il semble que cela soit un des traits caractéristiques de la clinique et de l’expertise de l’époque. Le légiste observe et expertise à travers le prisme d’un diagnostic déjà posé a priori. Il s’agit d’un regard pathologisateur posé sur les faits et gestes d’un sujet, lesquels, sans ce regard, seraient considérés comme des désordres passibles ou non de la loi. La seule part de féminité que Krafft-Ebing concède à son sujet, en sus « des glandes mammaires assez développées, mais sans sécrétion », est son appareil génital « absolument féminin » ; il s’empresse toutefois d’ajouter que « le vagin est tellement étroit que l’introduction d’un membre viril serait impossible », ce qui est pour le moins surprenant sous une plume médicale, eu égard à la grande élasticité bien connue de cet organe. Sarolta est donc condamnée, en plus de ses blocages psychologiques, à ne pas consommer l’acte vénérien avec un homme à cause de ses malformations physiques, conséquences de la gynandrie dont elle est atteinte. L’argument définitif, celui de Sarolta d’ailleurs, utilisé par Krafft-Ebing et dont on soulignera l’habileté à cette époque fort religieuse, c’est que son infortune est la volonté de Dieu : « Dieu a mis l’amour dans mon cœur, s’exclame Sarolta ; s’il m’a ainsi créée et non autrement, je n’en suis pas la cause, ou bien sont-ce là les voies éternelles insondables de la destinée49 ? ». N’est-ce pas un argument que l’on pourrait trouver chez les tératologues compassionnés ?

33On pourra s’étonner qu’une expertise légale fasse aussi peu de cas de l’étiologie. En fait, Krafft-Ebing l’occulte complètement par la thèse de la dégénérescence. Alors qu’il prend soin, dans la biographie du sujet, de préciser que Sarolta fut élevée en garçon par son père et que, finalement, elle vécut fort peu pendant son adolescence en fille, le psychiatre ne revient jamais sur cette singularité dont on a peine à croire qu’elle n’a pas eu d’influence sur le psychisme de Sarolta et sur sa manière de se ressentir sexuellement. Discerner au moins une part d’acquisition dans l’homosexualité de la jeune comtesse – la dichotomie acquisition-innéité est pourtant partout présente dans les ouvrages théoriques de Krafft-Ebing – aurait semblé plus mesuré car on a peine à imaginer que vivre une grande partie de son enfance et de son adolescence sous l’apparence de l’autre sexe que le sien ne laisse pas de traces dans le comportement adulte d’un sujet. Cela est à nos yeux un paradoxe de cette expertise légale.

Éléments biographiques complémentaires

34Nous disions plus haut que Krafft-Ebing n’avait pas donné le patronyme de la prévenue qu’il fut chargé d’examiner, vraisemblablement pour des raisons déontologiques, et ce malgré l’étalage dans la presse de l’histoire de « la comtesse en vêtements d’homme » comme les journaux de l’époque surnommèrent Sarolta. Cela est peut-être dû au fait que Sarolta fut acquittée et aurait pu se retourner contre l’expert s’il l’avait nommément citée dans son livre qui reprenait en partie son rapport d’expertise. En fait, Sarolta avait pour patronyme Vay et elle descendait d’une vieille famille aristocratique hongroise. Elle portait le titre de comtesse.

35Après son acquittement, Sarolta reprit ses vêtements d’homme pour aller vivre à Budapest où elle poursuivit une carrière littéraire assez prolifique sous le nom de comte Sándor Vay. En effet, en quelque dix-huit ans, elle a publié jusqu’à sa mort prématurée une douzaine d’ouvrages (essais érudits et romans) dont certains furent traduits en anglais.

  • 50   < http://archiv.magyarszo.com/arhiva/2004/jun/07/main.php?l=../07/tarkavilag.htm> (le 20/11/2008).

36D’après plusieurs sources hongroises (dont Magyar Nemzet), la comtesse Sarolta Vay serait décédée à Lugano (Suisse) en 1918. Un site hongrois précise qu’elle serait morte de tuberculose dans un sanatorium de Lugano50, un mal qui, avec la syphilis, faisait des ravages dans les populations occidentales, et notamment dans les milieux artistiques, interlopes et homosexuels.

Conclusion

37En conclusion, l’expertise de Krafft-Ebing appelle plusieurs remarques.

38D’abord, si Sarolta Vay fut acquittée par la justice, on peut supposer que ce procès – et la publicité qui l’accompagna (les journaux de l’époque noircirent moult manchettes et autres colonnes sur la comtesse en pantalons !) – fut vécu par la jeune femme comme un profond déshonneur et qu’il la traumatisa. À nos yeux, Krafft-Ebing a émis un diagnostic que nous serions tentés de nommer « verdict », un verdict bien plus infamant qu’une sentence pour escroquerie et faux en écriture publique. L’expertise de Krafft-Ebing a condamné publiquement Sarolta Vay à l’insanité morale (qu’elle redoutait tant) en démontrant qu’elle était une tarée monstrueuse, incapable, tant sur le plan physique que psychique, d’avoir des rapports sexuels dits normaux avec les hommes. L’expertise a conclu qu’elle n’était pas responsable de ses actes, lesquels étaient dictés par sa monstruosité congénitale.

39L’autre remarque concerne le fond de l’expertise. Le fait d’être atteint de gynandrie exonèrerait le sujet des crimes et délits car c’est son état qui le conduirait à transgresser la loi : c’est ce que nous dit l’expertise de Krafft-Ebing. Or, cela vaudrait si toutes les personnes souffrant de gynandrie étaient des délinquantes, ce qui, semble-t-il, est loin d’être le cas. Pour paraphraser Gide dans Corydon, au même titre qu’il existe des pédérastes sains de corps et d’esprit, il existe des pédérastes souffrant de maladies physiques et psychiques mais les psychiatres ne voient que ces derniers dans leurs consultations ou lors de leurs expertises. Ils ne voient jamais ceux de la première catégorie. Et c’est ainsi que pour ces éminences, tous les pédérastes souffrent de psychopathie et de dégénérescence comme l’atteste la pléthorique littérature du XIXe sur le sujet. Ainsi, ils sont triplement poursuivis et/ou condamnés : par la société qui les rejette, par la police et la justice qui les harcèlent et par la médecine qui les pathologise, voire les tératologise.

40Si Sarolta Vay était tarée, dégénérée, atteinte de pathologie mentale, cela ne l’a pas empêchée de conduire une carrière littéraire ainsi que nous l’avons vu.

41Enfin, nos yeux d’aujourd’hui ont du mal à considérer Sarolta Vay comme une malade mentale. On peut alors se demander quel serait en 2010 le rapport d’un expert et la décision d’un tribunal qui aurait à statuer sur son cas. Notre opinion est que Sarolta serait condamnée pour escroquerie et faux en écriture publique, et qu’elle passerait au pire quelques semaines à l’ombre, à la prison des femmes s’entend ; mais cela serait peut-être une trop douce punition pour elle, à la condition toutefois qu’on l’autorisât à se revêtir d’atours… masculins…

  • 51   <http://onagy.zoltan.terasz.hu/index.php?id=2656> (5/10/2008).

Comte Sándor Vay 51

Haut de page

Notes

1   Richard von Krafft-Ebing, étude médico-légale. Psychopathia sexualis, avec recherches spéciales sur l’inversion sexuelle, traduite par émile Laurent et Sigismond Csapo depuis la huitième édition allemande de 1893, Paris, Georges Carré, 1895, VIII, 595 p.

2 Richard von Krafft-Ebing, Psychopathia Sexualis. Étude médico-légale à l’usage des médecins et des juristes, 16e et 17e éditions allemandes refondues par le Dr Albert Moll, 1924, trad. par René Lobstein, préface du Dr Pierre Janet, 1re éd. 1932, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque scientifique », plusieurs rééd. dont celle de 1958, 908 p. ; rééd. d’après l’éd. Payot de 1950, Paris, Pocket, coll. « Agora », 1999, 3 t. : 390 p., 386 p. et 358 p. Nota bene : pour alléger l’appareil de notes, nous ferons apparaître l’ouvrage sous la forme abréviée P s suivie par le numéro de l’édition, les références aux 16e et 17e éditions renvoyant sur l’éd. Pocket.

3 . P. 416-426.

4 P. 550-556 dans l’éd. Payot de 1958 et p. 303-311, t. 2, dans l’éd. Pocket qui reprend l’éd. Payot de 1950, la même que celle de 1958 à laquelle nous référons.

5 Patrick Pognant, Corps coupables, la répression psychiatrique entre environ 1850 et 1930, inédit à ce jour.

6 P s, 8e éd., p. 308.

7 Ib., p. 341.

8 Ib., p. 374.

9 Ib., p. 408.

10 Ib., p.  8-472.

11 Ib., p. 49.

12 Ib., p. 243.

13 Ib., p. 247.

14 Ib., p. 293.

15 Ib., p. 408.

16   Ib.

17 <http://onagy.zoltan.terasz.hu/index.php?id=2656>  (5/10/2008).

18 P s, 16e et 17e éd., p. 303.

19 Ib.

20 Ib., p. 304.

21 Ib.

22   Ib.

23 Ib., p. 305.

24 Ib.

25 Ib. : il y a double erreur dans cette page qui parle à la fois d’une liaison de deux ans et de trois ans. Dans la huitième édition, Krafft-Ebing parle bien d’une liaison de trois ans. Par ailleurs, il faut corriger « de dix ans plus jeune qu’elle » par « de dix ans plus âgée qu’elle » (voir la huitième édition).

26 Ib.

27 Ib.

28   Ib., p. 305-306.

29 Ib., p. 306.

30 Ib.

31 P s, 8e éd., p. 419.

32   P s, 16e et 17e éd., p. 306.

33 Ib. p. 307.

34 Ib.

35   Ib.

36   Ib., p. 308.

37 Ib.

38 Ib.

39 Ib.

40 Ib., p. 310.

41 Ib., p. 309.

42 Ib.

43   Ib., p. 310.

44 Ib.

45 Ib., p. 310-311.

46 Ib., p. 311.

47   Ib.

48 Guy de Maupassant, Notre cœur, 1e éd. La Revue des Deux-Mondes, 15 mai, 1er et 15 juin 1890 ; éd. en volume Paris, Ollendorff, 1890 ; rééd. Paris, Garnier-Flammarion, 1991, p. 181.

49   P s, 16e et 17e éd., p. 311.

50   < http://archiv.magyarszo.com/arhiva/2004/jun/07/main.php?l=../07/tarkavilag.htm> (le 20/11/2008).

51   <http://onagy.zoltan.terasz.hu/index.php?id=2656> (5/10/2008).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://droitcultures.revues.org/docannexe/image/2312/img-1.png
Fichier image/png, 1,3M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Pognant, « Le comte qui était comtesse : un cas de gynandrie au tribunal de Vienne (1890) », Droit et cultures, 60 | 2010, 113-127.

Référence électronique

Patrick Pognant, « Le comte qui était comtesse : un cas de gynandrie au tribunal de Vienne (1890) », Droit et cultures [En ligne], 60 | 2010-2, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2312

Haut de page

Auteur

Patrick Pognant

Patrick Pognant, docteur en littérature française, est enseignant-chercheur en Sciences de l’information et de la communication à l’Université Paris-Descartes. Il consacre l’essentiel de ses travaux de recherche, au sein de l’équipe Arts littéraires, arts cliniques à l’Université de Cergy-Pontoise, aux liens entre littérature et psychiatrie (des points de vue cliniques et thérapeutiques), notamment dans les domaines de la sexualité et de la médecine légale. Il est par ailleurs auteur de plusieurs ouvrages (dont Procès de Philippe Naigeon. La paranoïa menottée, L’Harmattan, 2002, 368 p.) et de nombreux articles (dont « Les interdits hors la loi : la répression institutionnelle et médicale de la sexualité, 1850-1930 », p. 129-142, Droit et Cultures, n° 57 2009/1, « Interdit(s), Interdiction(s) »).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org