Navigation – Plan du site
Dossier

Les devoirs de l’instituteur1

The School Teacher’s Duties
Francis Ancibure et Marivi Galan-Ancibure
p. 99-111

Résumés

Une expertise judiciaire dont Brierre de Boismont a été le rapporteur en 1843, permet de saisir que le pervers pédophilie n’est pas réductible à son agression sexuelle, laquelle recouvre souvent une autre structure clinique. Ce constat permet alors d’orienter autrement la prise en charge thérapeutique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous donnons ici un prolongement au cas de Roch-François Ferré mentionné dans notre ouvrage La péd (...)
  • 2   P. Bruno, « L’arrangement (sur la perversion) », revue Psychanalyse, n° 5, Erès, 2007, p. 6 : « L (...)
  • 3   Les deux pages (sur 816) consacrées à la pédophilie dans cet ouvrage paru en 2007 aux éditions Ma (...)

1Les délits et les crimes sexuels fascinent la population. Cette émotion collective contraste avec la rareté des publications concernant les cures des pervers2, tandis que le DSM IV (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) ou un récent manuel de psychiatrie3 sont l’illustration navrante d’une pauvreté clinique et d’une faiblesse conceptuelle qui sont de règle aujourd’hui.

2Pourtant, la clinique psychiatrique du XIXe siècle, véritable mine à ciel ouvert dans l’attente d’interprétations, présente nombre d’études consacrées aux actes pervers ; de plus, les aliénistes de l’époque, et plus tard les psychiatres, les psychologues, expriment des interrogations pleines de fraîcheur, manifestent une surprenante ouverture d’esprit et un sens épistémique aujourd’hui galvaudé.

  • 4   Alexandre Brierre de Boismont, « Attentat aux mœurs, condamnation, appel, expertise médicale et p (...)
  • 5 Il semble que le terme « pédophilie » apparaît pour la première fois en 1929, sous la plume de M. D (...)

3Il suffit parfois de tendre la main pour recueillir dans les travaux de nos prédécesseurs une approche du phénomène pervers dont la leçon est loin d’avoir été pleinement extraite. C’est le cas avec cette expertise réalisée en 18424, dont le Dr Alexandre Brierre de Boismont est le rédacteur, et qui concerne un auteur d’actes que nous qualifierions aujourd’hui de pédophiles5.

4La lecture de ces éléments cliniques à partir de l’apport ultérieur de la psychiatrie de la psychanalyse, permet de montrer que la structure clinique d’un sujet n’est pas réductible à la phénoménologie, mais se déduit de la fonction de l’acte dans son rapport au fantasme.

5Tout d’abord, il semble utile de rappeler qui était le rapporteur de l’expertise.

6Il soutient sa thèse de médecine en 1835 à Paris, fréquente le service d’étienne Pariset à la Salpêtrière et la maison de santé Marcel Sainte-Colombe rue de Picpus, avant de reprendre la direction de la pension de la rue Neuve Sainte-Geneviève. En 1847, il transfère cet établissement rue du Faubourg Saint-Antoine, près de la place de la Nation. Une autre maison, dirigée à partir de 1859 par sa fille, Madame Rivet, à Saint-Mandé – où il s’éteint en 1881– est aujourd’hui encore en activité (Clinique Jeanne d’Arc). Brierre de Boismont échoue dans sa tentative de succéder à Esquirol à Charenton en 1840, l’Orléaniste Achille Foville (1799-1878) lui ayant été préféré.

  • 6   Des hallucinations ou histoire raisonnée des apparitions, des visions, des songes, de l’extase, d (...)
  • 7   Cf. la thèse de médecine de Luc Mauger, Brierre de Boismont ou les multiples préoccupations d’un (...)

7Auteur de divers ouvrages6, Brierre de Boismont est cofondateur en 1853 de la Société médico-psychologique (la plus ancienne société savante psychiatrique en France) dont il deviendra le président en 1861. Il a été rédacteur des Annales médico-psychologiques avec les Drs Baillarger et Cerise, et président de la Société médico-psychologique7.

8Lorsque paraît en 1843 dans Annales médico-psychologiques son rapport d’expertise consacré à l’auteur d’agressions sexuelles sur de jeunes enfants, Brierre de Boismont a l’expérience de l’écriture et de la pratique de l’expertise : « Point de session de la cour d’assises de Paris où l’on ne lise sur le rôle un ou deux viols ou outrages aux mœurs » témoigne-t-il à l’époque.

  • 8   Dr Alexandre Brierre de Boismont, « Attentat aux mœurs, condamnation, appel, expertise médicale e (...)

9En janvier 1842, Roch-François Ferré, instituteur âgé de 32 ans, prend ses fonctions à Dam-Pierre-sous-Brou, petit village situé non loin de Chartres. Sans tarder, il se met au labeur, et, dès la fin d’avril « des enfants le virent commettre un outrage public sur des jeunes gens qui fréquentaient son école8 ». Interrogé, l’instituteur rend compte de ses actes aux gendarmes, au juge, puis au Dr Meunier, désigné comme médecin expert.

10Si « les innocentes victimes de sa lubricité » entendues par le magistrat décrivent la luxure de l’agresseur, fait inhabituel, « les révélations furent confirmées par les aveux mêmes du prévenu », lequel n’a pas l’intention de taire la réalité de ses actes. Leur évocation ne suscite de sa part aucun sentiment de culpabilité, puisqu’à ses yeux ces actes licencieux s’inscrivent dans une légitimité à laquelle il attend que ses auditeurs adhèrent – loin de contester les dénonciations, Ferré les revendique sans vergogne.

11Simplement, il ne peut entendre le motif de son inculpation ; il déclare au juge : « Je ne comprends pas que vous m’inculpiez des faits qui me semblent tout naturels » ; aussi cherche-t-il à élucider pourquoi tant d’histoires lui sont faites : « Ce que j’ai fait n’est qu’une bagatelle et ne valait pas la peine qu’on criât tant ». Roch-François proteste, car il ne recourt pas à la force ; l’amour qu’il porte aux enfants, et puis, sans aucun doute, le poids de sa fonction, l’en dispensent.

12Ce n’est pas l’attitude coutumière que l’on observe chez le pervers sadique. C’est un fait d’expérience, la jouissance du sadique est conditionnée par le forçage de l’autre (au XVIIIe le viol est encore qualifié de cas de force) ; puis encore, quand il évoque ses méfaits lors de l’instruction, car il jouit de la division produite chez la victime ou chez le magistrat au moment des confrontations, enfin lorsqu’il inflige ses divagations à l’assistance médusée d’une cour d’assises – le regard de l’autre et son oreille lui sont essentiels, afin de prolonger sa jouissance.

13Cela ne correspond pas à Ferré face à ses accusateurs ; certes, il admet s’être parfois caché pour commettre ses méfaits, mais uniquement, proclame-t-il, « dans la crainte qu’on interprétât mal ma conduite ». Il le sait, faute d’avoir bénéficié d’un éclairage approprié sur ce chapitre, tout le monde ne partage pas ses convictions.

14Le dessein de Ferré est explicite ; il consiste en ce que les enfants accèdent au plus haut degré d’éducation qui soit. De sorte qu’agir comme il s’y est risqué le rapproche d’eux, et, à ce titre, son attitude relève pleinement de la mission éducative : « Tout ce que j’ai fait a été dans l’intérêt actuel et futur de mes élèves ».

15Du reste, il s’obstine : « Si je n’avais pas eu ces communications avec mes élèves, je me serais éloigné d’eux et n’aurais pas rempli avec le même zèle mes fonctions d’instituteur ».

16Le terme communication révèle que l’attentat à la pudeur est une onction de jouissance et qu’il participe à la mission conférée par les autorités à l’instituteur : « Tout ce que j’ai fait est naturel, et je suis d’avis qu’on doit se conduire ainsi dans l’éducation des enfants ».

17Malgré cette démonstration pour le moins inattendue, ses interlocuteurs ne l’entendent pas de cette oreille et son amoralité ne convainc personne. Le Dr Meunier considère dans son expertise que « le cynisme de ses paroles témoignait d’une démoralisation profonde, mais non de l’idiotisme ou de la monomanie » ; aussi conclut-il que son patient est sain d’esprit.

18Condamné à cinq années d’emprisonnement, Ferré est, avant tout, fort mécontent de n’avoir pas été entendu dans l’exposé magistral de sa grande mission auprès de la jeunesse ; il décide donc de faire appel du jugement, car « ses compatriotes […] ne comprennent pas son mérite ».

19Nous trouvons là un trait récurrent dans la clinique de la perversion pédophile : l’antiparastase, ce procédé rhétorique par lequel un accusé prétend qu’il mérite l’éloge plutôt que le blâme, s’il a commis ce qu’on lui reproche.

20Une seconde expertise, qui est ordonnée par la justice, tranche dans le sens inverse puisqu’elle débouche sur l’aliénation mentale de l’intéressé.

21La valse des experts se poursuit, un pas à droite, un autre à gauche, sans savoir au final si Ferré doit être tenu ou non pour fou. Ce n’est donc pas d’aujourd’hui que l’on se lamente, à tort ou à raison, de ce qui paraît errements, ou, au contraire, vérité, selon le parti soutenu.

  • 9   B. Ball, La folie érotique, Baillère, Paris, 1888, p. 46-47. Benjamin Ball (1833-1893) : premier (...)

22En 1888, dans La folie érotique, le Dr Benjamin Ball, avertit que le rapport de l’expert suscite amertume ou rejet : « Tous les jours les tribunaux ont à s’occuper d’affaires scandaleuses, dans lesquelles la part du crime et de la folie est presque impossible à déterminer. Il n’est pas toujours aisé de faire partager cette conviction au public et aux juges ; c’est surtout alors que l’on entend dire que les aliénistes voient partout des fous9 ».

  • 10   Emile Kraepelin, Introduction à la psychiatrie clinique,  p. 399-400, Navarin, 1984.

23La remarque de Ball sous-tend que la folie présente à l’occasion les signes d’une exquise normalité. Le Dr Emile Kraepelin s’associe à ce constat, lorsqu’il écrit en 1905 à propos des criminels-nés : « La majorité de ces dégénérés peuple les maisons de corrections. Un petit nombre seulement a des phénomènes assez marqués pour entrer dans les asiles10 ».

24Prudent, le tribunal de Chartres place Ferré à la Conciergerie de Paris, afin d’y être examiné cette fois par les Drs Ferrus, Foville et Brierre de Boismont. Les trois experts s’informent, au préalable, du comportement de l’accusé. Ils apprennent qu’ayant été envoyé dans l’infirmerie pour cause de fatigue, il fallut se résoudre à l’en retirer, car « il se livrait à des manœuvres solitaires, et provoquait les autres à la débauche ». La détention, on le voit, n’a pas contrarié la vocation pédagogique d’un Roch-François toujours à l’ouvrage, et dont le programme demeure invariable : jouir !

25En outre, il persiste dans ses explications : « L’onanisme, selon lui, est une chose naturelle », consignent les experts. Mais, interdits devant tant d’arrogance, ils ne tirent pas toutes les conséquences des surprenantes professions de foi de ce si mauvais sujet.

  • 11   « La trop grande perte de semence produit la lassitude, la débilité, l’immobilité, des convulsion (...)

26La doctrine ferréenne de la masturbation choque ces médecins encore imprégnés par les malédictions du Dr Samuel-Auguste Tissot (1728-1797), sorte de procureur Starck du XVIIIe siècle voyant partout le sexe à force de le dénoncer, et qui se lance dans une croisade contre la masturbation11.

  • 12   Philippe Sirvent (commissaire de police) a été incarcéré, et son épouse (magistrat) mise en exame (...)

27Souvent, avec une légèreté funeste12, la suspicion généralisée de notre époque pousse à accuser l’autre de perversité (enseignant, éducateur, ecclésiastique, tout adulte, au final, hésite à être seul avec un enfant), et surtout à s’aveugler quand les agissements du pédophile sont bien réels. Comme si cela n’était pas suffisant, la victime est considérée comme un agresseur potentiel ; voilà pourquoi des enfants, qui ne présentent aucune symptomatologie, ni demande, sinon d’être laissés en paix, sont adressés manu militari par l’assistance sociale ou leur entourage vers un centre de consultations.

  • 13   J.-L. Flandrin, Un temps pour embrasser, Seuil, 1983.
  • 14   M.Iacub, P. Maniglier, Antimanuel d’éducation sexuelle, Bréal, 2005.

28Cette frénésie collective prolonge la guerre sainte contre le sexe, dont Jean-Louis Flandrin exhume la fixation dans les écrits des pères de l’Église13 ou que Marcella Iacub discerne dans la prétendue « éducation sexuelle »14.

29Loin de donner à la sexualité la place qui lui échoit, notre temps survalorise la jouissance dans une consommation effrénée des corps (pornographie et pédopornographie prolifèrent sur ce terreau), et chaque jour davantage des « biens » (le sujet moderne est en « lien » avec des machines, plutôt qu’à des êtres) au détriment du désir – c’est en cela que nous vivons une époque de perversion généralisée.

30Ferré survalorise la jouissance ; cela est clair. Non content de gâcher une énergie précieuse, il use de l’onanisme pour édifier ses élèves, tout en préservant leur pureté : « En initiant à cette pratique les enfants qu’il était chargé d’instruire, il gagnait leur confiance, se les rendait plus agréables, leur épargnait des grossièretés pour l’avenir, et gagnait leur intérêt ».

31La conviction que ses actes profitent à l’enfant est inébranlable pour le barbacole ; aussi, avec une profonde condescendance, il affronte l’incompréhension, l’ignorance et l’ingratitude de ses contemporains : « J’avais fait des heureux, c’était ce que je voulais. En commettant ces fautes légères, j’enlevais aux enfants un certain poids de conscience. Les communications que j’ai eues avec mes élèves ont été amenées par l’amour ».

32Le système ferréen est adossé à l’idéal de la pureté qui met en branle toute l’ingéniosité du pédagogue ; d’où l’impératif auquel il ne saurait se soustraire et qui consiste à initier les enfants à la jouissance – il communique.

33L’axe central du discours de Ferré gravite autour des cogitations relatives à la Nature identifiée par lui à la Loi : « Je faisais des attouchements à la ceinture des enfants. Je mettais la main sur leur nature ». Le terme de communication, dont use le singulier instituteur de Dam-Pierre-sous-Brou, trouve son sens véritable qui est d’accéder à une jouissance naturelle, c’est-à-dire sans libido.

34Il s’agit de communiquer aux enfants la jouissance, comme d’autres reçoivent l’hostie des mains du prêtre – ce rapport à la Nature, et au-delà à Dieu, est, d’une manière ou d’une autre, toujours présent dans le galimatias du pédophile.

  • 15   P. Bruno, Dialogue avec Michel Mesclier, Colloque du 24 mars 2007, <www.apjl.org/spip.php?article199>

35Tendre vers une jouissance sans libido singularise le vœu du pervers sadique. Bien entendu, séparer jouissance et libido, il n’y parvient pas, remarque P. Bruno15 – or, le pervers pédophile aspire à réussir là où le sadique échoue ; son vœu est que l’enfant (qui incarne la Nature dans le réel) produise cette jouissance sans libido, c’est-à-dire sans désir.

  • 16 Le témoignage de la championne de tennis Isabelle Demongeot témoigne de cette tentative de séparati (...)

36C’est donc de l’enfant qu’il attend de réaliser cette tache impossible de produire une jouissance intacte, naturelle, non contaminée par le signifiant, une jouissance d’avant le langage – la vocation de pédagogue du pédophile dispensant la « vraie » éducation16 est en tension avec la recherche d’une sexualité perdue. C’est la raison pour laquelle, tant de pédophiles grouillent dans les pratiques à l’intersection desquelles se trouve la pédagogie (enseignement, association sportive, religieuse, culturelle, ou encore colonie de vacances et centre aéré…).

37Le pervers pédophile ambitionne donc d’initier l’enfant à la sexualité, et plus encore de le soumettre à une loi identifiée à la jouissance. Cela signifie qu’en tant que pervers, le pédophile est soumis à une contrainte fondamentale : jouir ! Lorsqu’il passe à l’acte, il est condamné à récidiver. Nous retrouvons là ce qui motive le pervers sadique, qui est d’imposer une jouissance ; c’est dire que la condition de jouissance pour le pervers est que la victime ne la désire pas.

38Dans le cas du pervers pédophile, l’enfant doit ne pas désirer cette jouissance, tout en la demandant – d’ailleurs, ce que montre la clinique, c’est que le pervers pédophile affirme souvent que l’enfant l’a sollicité et même l’a provoqué.

39Le pédophile rêve donc de cette jouissance sans libido, hors-signifiant (chimère sur laquelle prolifèrent nombre de sectes), tout en faisant que sa victime n’en obtienne aucune volupté ; car il ne s’agit pas que l’enfant prenne du plaisir, mais qu’il jouisse !, et qu’à son tour il subisse la contrainte surmoïque.

  • 17   Le surmoi freudien est l’instance morale qui contrôle, interdit, inhibe ou sanctionne les actes e (...)

40Lorsque Roch Ferré légitime ses manœuvres par cette quête d’une jouissance naturelle, il ne peut pas mieux dire l’obligation à laquelle est tenu le pervers pédophile de jouir et faire jouir l’enfant. La soumission à cet impératif aveugle ne souffre pas d’exceptions17. Pour l’instituteur de Dam-Pierre-sous-Brou, abuser de ses élèves relève d’un devoir pédagogique auquel il ne saurait se soustraire sous peine de commettre une faute éthique – d’où l’absence complète de cette culpabilité si tenace chez le névrosé.

41L’abuseur laisse ici la place au moraliste ; l’instituteur est converti à l’édification de ses victimes. Son devoir, qui vise à transmettre la bonne nouvelle, l’accès à la vraie jouissance, le métamorphose en missionnaire appelé par la sainteté. Les élèves du barbacole sont supposés accéder à l’élévation et à la fortification de leur âme et à sa purification au travers d’une jouissance naturelle.

42La clinique du regard des trois experts recueille des éléments précieux dans l’attente d’une interprétation. Dans l’histoire de Roch-François Ferré est consigné l’essentiel des traits de la perversion pédophilie : la pulsion impérieuse dirigée vers le pré-pubère, la quête d’une jouissance naturelle localisée dans l’enfant, l’amour qui lui est porté, la soumission à un devoir de jouissance, sa justification enveloppée dans le délire d’une mission quasi divine, l’antiparastase, la figure de Dieu incarnée dans la Nature, enfin une position ultra moralisatrice. Néanmoins, s’il ne fait aucun doute que les actes de Ferré sont clairement pervers, ils ne font pas pour autant de lui un pédophile.

43Pour les experts parisiens, Ferré « a toujours persisté à trouver naturel, convenable et charitable, de pratiquer des attouchements sur les élèves : c’est un devoir pour les instituteurs ». Ils s’accordent pour voir là « un homme dont l’esprit est dérangé et non l’œuvre d’un coupable qui cherche à tromper ceux qui l’observent ».

44Leur conclusion (qui conduit à l’acquittement de l’inculpé) est orientée par la thèse de l’aliénation mentale, car de nouveaux éléments orientent le trio de la Faculté. Bien avant les attouchements pratiqués sur les enfants à Dam-Pierre-sous-Brou, plusieurs témoins attestent d’un « dérangement mental ».

45Vers 1830, Ferré s’adresse à l’économe du séminaire de Chartres pour lui dire qu’» il voyait des démons dans l’air ». Le procureur du roi fait savoir que Ferré avait été condamné à trois mois de prison « pour avoir frappé dans l’église le maire qui ne lui avait pas assigné une place convenable à la procession ». De plus, durant la période militaire, il est animé de sentiments religieux « très exaltés », tandis que ses lettres témoignent d’une « mysticité prononcée ».

46Conduit à l’hôpital militaire de Lyon, pour une maladie qu’il attribue aux nerfs, « il lui arrive un événement singulier : il est transporté dans la campagne au milieu d’un nuage, répandant une odeur sulfureuse ; puis, après une longue marche, on le dépose dans une fosse parmi ses décorations, des épaulettes formées de petites bêtes : le lendemain, il se retrouve à l’hôpital ». Le 26 novembre 1836, il est réformé, par des chirurgiens militaires pour « monomanie religieuse et aliénation ».

47Pour les experts de 1842, il ne fait plus de doute que Ferré a été l’objet d’hallucinations (visuelles, olfactives et auditives) et que ses actes résultent de « la loi de balancement » qui veut qu’un phénomène soit remplacé par un autre. Aussi, « la perversion actuelle de ses facultés morales n’est qu’une de ces transformations auxquelles l’aliénation est si sujette ». Autrement dit, selon les praticiens de 1842, les actes pédophiles se substituent aux hallucinations (il ressort que « pendant tout le temps [qu’il] a été instituteur à Belley, ses mœurs ont été pures »).

48Nous ne nous contenterons toutefois pas des seuls aspects phénoménologiques pour aller dans le sens du Dr Brierre de Boismont et de ses respectables collègues.

49L’absence de dialectique (il croit à son délire) et la certitude d’airain dans laquelle est enserré Ferré (« vous ne pensez pas comme moi ; vous jugez d’une manière différente ; voilà l’erreur ») évoquent, en effet, davantage la psychose que la structure perverse.

50Cependant, c’est avant tout l’élan mégalomaniaque qui fait de lui un cas de psychose paranoïaque (pour user du concept qui s’est stabilisé sur la fin du XIXe siècle grâce notamment à E. Krapelin). Les experts notent que pour leur patient, son « système d’éducation aura pour résultat de civiliser les gens de campagne »,et qu’à ce titre « on devrait le regarder comme un bienfaiteur de l’humanité ». Nous observons là, pas même voilé, le véritable projet ferréen qui est de fonder une nouvelle humanité.

  • 18   S. Freud, « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa » (Le Président (...)
  • 19   S. Freud, op. cit., p. 295.

51Les lecteurs de Sigmund Freud reconnaîtront sans peine la structure du délire du Président Schreber18 révulsé à l’idée d’avoir à être la femme de Dieu. Freud écrit que la « première transformation du délire en entraîne une seconde et, avec celle-ci, la solution du conflit. Il était impossible à Schreber de se complaire dans le rôle d’une prostituée […] ; mais la tâche qui lui est à présent imposée, de donner à Dieu lui-même la volupté qu’il recherche, ne se heurte pas aux mêmes résistances de la part du moi », puisqu’à présent, il s’agit que naisse de cette union « une nouvelle race d’hommes »19.

52Le fantasme d’émasculation (requis pour être la femme de Dieu) se résout dans le projet mégalomaniaque : émasculé oui, mais alors pour sauver l’humanité entière.

53Chaque fois qu’est mobilisée une figure du père (prêtre, maire, gradé, magistrat, expert), Ferré délire, car c’est un sujet sans Œdipe. La figure symbolique du père, qui permet d’inscrire chacun dans le lien social, n’a pas cours pour lui – cela l’exonère certes de la culpabilité, mais le conduit à attribuer la faute à l’autre dont « il se croit l’objet de la haine et de l’injustice ».

  • 20   J. Lacan, Les psychoses, Seuil, 1981.
  • 21   Pour se protéger de phénomènes qui l’envahissent, le psychotique élabore « des modes de défenses (...)

54La forclusion du nom du père, pour reprendre la formulation de J. Lacan20, dont pâtit le singulier pédagogue, ne lui permet pas de s’ajuster à son environnement ; cela engendre des phénomènes qui l’envahissent et créent une insupportable pression mentale. Sous couvert de la fonction éducative, Ferré « est » le père (forclos pour lui), dont la Loi ordonne autrement le dérangement de son monde21. Par le délire, il s’agit de créer un nouveau monde autorisant la cohabitation du fantasme avec la réalité. Alors, les phénomènes hallucinatoires prennent une signification ; de là découle la pacification, plus ou moins durable, par le passage à l’acte grâce auquel Ferré se soustrait à ces phénomènes intrusifs.

55En localisant la jouissance du coté de l’enfant, notre sujet donne un sens aux phénomènes qui l’envahissent – nul ne sait ce qui serait advenu de son rapport aux enfants s’il n’avait pas été inculpé.

56Cet effet stabilisateur de l’acte, un criminel fameux de la fin du XIXe, Joseph Vacher, en atteste après qu’il ait commis un assassinat :

  • 22   A. Lacassagne, « Vacher l’éventreur », Archives d’anthropologie criminelle et des sciences pénale (...)

Je ressentais comme un soulagement, j’étais plus tranquille. Mais je n’ai jamais eu d’émotion violente lorsque je tuais. J’éprouvais ensuite un gros soulagement à tel point que, si d’une part ma physionomie, avant le crime, au moment où la maladie me prenait, pouvait inspirer des inquiétudes aux personnes qui me rencontraient, après le crime, le contraire se produisait. Voilà pourquoi j’ai échappé à tant de recherches22.

  • 23   Cf.« Lewis Carroll et les petites filles », p. 46-59, et « Vacher l’éventreur », p. 94-102, in La (...)

57L’acte est susceptible de « produire » une stabilisation ; fort heureusement, il ne s’agit pas toujours d’acte meurtrier ou même illicite. L’histoire de Lewis Carroll est édifiante à ce propos ; s’il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un pervers pédophile, aucune agression sexuelle (du moins connue à ce jour) n’a été signalée par ses biographes – malgré la franche hostilité manifestée à son encontre par la mère d’Alice Liddell. Il faut alors déduire, en entres choses, que la perversion pédophile ne verse pas à tous les coups dans le passage à l’acte délictueux, et, surtout, que le charmant écrivain anglais en a été détourné par un processus dont il a lui-même été le promoteur. Il est probable que le rapport de Lewis Carroll avec la Lettre a dessiné un contour qui l’a dévié de la mise en acte violente de ses aspirations pédophiles – encore que la subite interruption des séances photographiques, au cours desquelles il a pris des centaines des clichés de petites filles nues, conserve son mystère23.

58Sur ce point – l’invention du pédophile – les cliniciens, dont nous sommes, seraient bien avisés de se pencher, pour en extraire un enseignement relatif à l’abord thérapeutique de l’agresseur sexuel.

59L’intérêt du travail magistral de Brierre de Boismont est de permettre de saisir que l’agression sexuelle d’un enfant et même l’intention ne suffisent pas pour qualifier un sujet de pervers pédophile. Sinon, nous pourrions tenir L’école des femmes de Molière (1662) pour l’apologie même de la pédophilie, car, quand il a vingt-neuf ans, le personnage principal s’éprend d’une enfant de quatre ans, l’emmène et l’élève dans l’ignorance de tout, pour en faire une épouse dont l’innocence sauve son front « de maligne influence ».

Haut de page

Bibliographie

Ball (B.), La folie érotique, Baillère, Paris, 1988.

Bourgoin (S.), Le Livre noir des Serial Killers, Éd. Grasset, 2004.

Brierre de Boismont (A.), « Attentat aux mœurs, condamnation, appel, expertise médicale et prononcé du jugement », Annales médico-psychologiques, n° 1, 1843.

Bruno (P.), « L’arrangement » (sur la perversion), revue Psychanalyse, n° 5, Erès, 200.

Demongeot (I.), Service volé, Robert Laffont, 2007.

Flandrin (J.-L.), Un temps pour embrasser, Seuil, 1983.

Freud (S.), « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa » (Le Président Schreber), in Cinq psychanalyses, PUF, 1975, p. 263-324.

Iacub (M.), Maniglier (P.), Antimanuel d’éducation sexuelle, Bréal, 2005.

Krapelin (E.), Introduction à la psychiatrie clinique, Navarin, 1984.

Lacan (J.), Les psychoses, Seuil, 1981.

Lacassagne (A.), Vacher l’éventreur, Archives d’anthropologie criminelle et des sciences pénales, 1898, p. 671.

Maleval (J.-C.), Logique du délire, Masson, 1997.

Sirvent (A.) et (F.), Papa a fait mal, Calmann-Lévy, 2004.

Tissot (S.-A.), L’onanisme, Éditions de la différence, 1991.

Vigarello (G.), Histoire du viol, Points, 2000.

Haut de page

Notes

1 Nous donnons ici un prolongement au cas de Roch-François Ferré mentionné dans notre ouvrage La pédophilie, comprendre pour réagir, Dunod, 2008.

2   P. Bruno, « L’arrangement (sur la perversion) », revue Psychanalyse, n° 5, Erès, 2007, p. 6 : « Le cas clinique de sujet pervers est plus souvent emprunté à la saga des grands criminels ou bien à la littérature, comme si le pervers ne pouvait être qu’un héros de fiction ».

3   Les deux pages (sur 816) consacrées à la pédophilie dans cet ouvrage paru en 2007 aux éditions Masson, sont en réalité une répétition du DSM IV !

4   Alexandre Brierre de Boismont, « Attentat aux mœurs, condamnation, appel, expertise médicale et prononcé du jugement », Annales médico-psychologiques, n° 1, 1843.

5 Il semble que le terme « pédophilie » apparaît pour la première fois en 1929, sous la plume de M. Dide et P. Guiraud. G. Vigarello, Histoire du viol, Points, 2000, p. 342-343.

6   Des hallucinations ou histoire raisonnée des apparitions, des visions, des songes, de l’extase, du magnétisme, du somnambulisme, Paris, G. Baillière, 1845. De l’ennui : taedium vitae, Imprimerie L. Martinet, 1850.Du suicide et de la folie suicide, Paris, G. Baillière, 1856. De la folie raisonnante et de l’importance du délire des actes : pour le diagnostic et la médecine légale, Paris, G. Baillière, 1867.

7   Cf. la thèse de médecine de Luc Mauger, Brierre de Boismont ou les multiples préoccupations d’un aliéniste du XIXe siècle  (Caen, 1994).

8   Dr Alexandre Brierre de Boismont, « Attentat aux mœurs, condamnation, appel, expertise médicale et prononcé du jugement », Annales médico-psychologiques, n° 1, 1843.

9   B. Ball, La folie érotique, Baillère, Paris, 1888, p. 46-47. Benjamin Ball (1833-1893) : premier titulaire en 1877 de la chaire de clinique des maladies mentales et de l’encéphale à l’asile Sainte-Anne (Paris) ; cofondateur en 1881 de la revue L’Encéphale.

10   Emile Kraepelin, Introduction à la psychiatrie clinique,  p. 399-400, Navarin, 1984.

11   « La trop grande perte de semence produit la lassitude, la débilité, l’immobilité, des convulsions, la maigreur, le dessèchement, des douleurs dans les membranes du cerveau ; émousse les sens, et surtout la vue ; donne lieu à la consomption dorsale, à l’indolence et à diverses maladies qui ont de la liaison avec celles-là », S-A. Tissot, L’onanisme, Éditions de la différence, 1991. L’ouvrage connut soixante-trois éditions entre 1760 et 1905.

12   Philippe Sirvent (commissaire de police) a été incarcéré, et son épouse (magistrat) mise en examen sous l’effet de la tyrannie de la psychologie, avant de bénéficier d’un non-lieu. A. et F.Sirvent, Papa a fait mal, Calmann-Lévy, 2004.

13   J.-L. Flandrin, Un temps pour embrasser, Seuil, 1983.

14   M.Iacub, P. Maniglier, Antimanuel d’éducation sexuelle, Bréal, 2005.

15   P. Bruno, Dialogue avec Michel Mesclier, Colloque du 24 mars 2007, <www.apjl.org/spip.php?article199>

16 Le témoignage de la championne de tennis Isabelle Demongeot témoigne de cette tentative de séparation entre jouissance et libido. Elle écrit de son agresseur : « Jamais on “en” parlait, pourtant on se croisait tout le temps mais en neuf ans, jamais un mot sur “ça”, ni avant ni pendant ni après, comme si “ça” n’existait pas ». Simplement, la voix lui assène : « regarde », et « c’est bon », Service volé, Robert Laffont, 2007, p. 126, 166.
Le récit d’une proie de Jacky Kaisersmertz, un instituteur dans les années 1990, est analogue : « Il ne perdait pas de temps en explications. Il se contentait de donner ses instructions. Il me masturbait. Je le masturbais. Quand c’était fini, il redevenait l’instituteur érudit. Intarissable sur la géologie du coin, la vie des poissons, la reproduction des chanterelles », « L’irréprochable M. Kaisersmertz », Le nouvel Observateur, n° 1698, mai 1997.

17   Le surmoi freudien est l’instance morale qui contrôle, interdit, inhibe ou sanctionne les actes et les pensées du sujet. Il est l’héritier du complexe d’Œdipe, après que l’enfant ait adopté les interdits parentaux. Cette conscience morale est « l’instance judiciaire de notre psychisme » (Freud, 1933) – nous dirions, nous, que c’est le ministère de l’Intérieur du sujet dont la fonction est de mettre des limites au plaisir. Il a donc un rôle de médiateur entre le sujet et l’Autre. Mais, il peut faire défaut, notamment dans la psychose, ou, avec le pervers, être défaussé. Dans ce dernier cas, il ne s’agit plus d’une figure pacificatrice, mais d’un surmoi plus ancien que le premier, et qui pousse au pire. Cet autre surmoi commande au sujet de jouir, et de faire jouir sans entraves et sans limites, parfois jusqu’à la mort. C’est à cette loi de la jouissance que le pervers est soumis.

18   S. Freud, « Remarques psychanalytiques sur l’autobiographie d’un cas de paranoïa » (Le Président Schreber), in Cinq psychanalyses, PUF, 1975, p. 263-324.

19   S. Freud, op. cit., p. 295.

20   J. Lacan, Les psychoses, Seuil, 1981.

21   Pour se protéger de phénomènes qui l’envahissent, le psychotique élabore « des modes de défenses spécifiques [comme] le délire, le fétiche pervers, la pensée obsédante ou la conversion hystérique ».
J.-C. Maleval, Logique du délire, Masson, 1997, p. 20.

22   A. Lacassagne, « Vacher l’éventreur », Archives d’anthropologie criminelle et des sciences pénales, 1898, p. 671. L’ouvrage de Stéphane Bourgoin fourmille de ces cas où la quête de cette stabilisation prime sur le caractère sexuel, Le Livre noir des Serial Killers, Éd. Grasset, 2004.

23   Cf.« Lewis Carroll et les petites filles », p. 46-59, et « Vacher l’éventreur », p. 94-102, in La pédophilie, comprendre pour réagir, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Ancibure et Marivi Galan-Ancibure, « Les devoirs de l’instituteur », Droit et cultures, 60 | 2010, 99-111.

Référence électronique

Francis Ancibure et Marivi Galan-Ancibure, « Les devoirs de l’instituteur », Droit et cultures [En ligne], 60 | 2010-2, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2295

Haut de page

Auteurs

Francis Ancibure

Francis Ancibure, docteur de 3e cycle en psychologie, DESS de psychopathologie et expert près la Cour d’appel de Pau, exerce dans un service de l’Aide sociale à l’enfance.

Marivi Galan-Ancibure

Marivi Galan-Ancibure, docteur en médecine, pédopsychiatre diplômée de l’Université de Buenos Aires, psychanalyste, exerce auprès d’enfants et d’adultes. Leur contribution dans ce volume est un prolongement du cas de Roch-François Ferré mentionné dans leur ouvrage La pédophilie, comprendre pour réagir, Dunod, 2008.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org