Navigation – Plan du site
Dossier

Le « malade » a la parole. Discours médical et « anomalies sexuelles »

The «Sick Person» has the Floor. Medical Speech and «Sexual Anomalies»
Iulian-Bogdan Toma
p. 89-98

Résumés

L’objet de cet article est le discours médical concernant ce qu’on appelle les « anomalies sexuelles ». Soucieux de dissocier la maladie du vice, aux environs de 1900, les médecins, tout en adoptant une position objectiviste, se rapportant à l’homosexuel comme à un pur objet d’étude, ressentent la nécessité de « donner la parole » au « malade », comme si, par le recours à la « voix » du patient, des significations supplémentaires étaient censées s’ajouter à l’exposé médical. Dans les interstices du discours médical c’est la subjectivité de l’inverti qui émerge.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les études médicales consacrées à l’homosexualité, la tendance est, vers la fin du XIXe siècle, de dissocier la maladie du vice et, partant, de soustraire les cas relevant de la dégénérescence mentale au discours accusateur et moralisateur. C’est dans cette direction que s’inscrivent les travaux de nombreux médecins tels Valentin Magnan, Jean-Martin Charcot, Paul Garnier, Benjamin Ball, Charles Féré, Henri Colin, Julien Chevalier, Antheaume et Parrot, Maurice Legrain, Charles Ladame ou encore Alexandre Lacassagne. La liste n’est évidemment pas exhaustive. Pour tous ces médecins l’inversion sexuelle est un problème qui relève exclusivement du domaine clinique. Leur discours est un discours médical obéissant à des normes stylistiques et rhétoriques propres au langage scientifique. Cependant, très souvent, à l’intérieur de ce discours, l’objet d’étude, le « malade »,  s’affirme aussi en tant que sujet, en tant qu’instance de parole. Ainsi, dans les plis du discours médical, objectif, une subjectivité émerge…

2Le principal mode d’organisation du discours médical est la description des « cas » ou l’observation, procédé par l’intermédiaire duquel les médecins apportent à l’appui de leurs positions vis-à-vis de l’homosexualité un exemple concret. L’observation contient toute l’information sur le sujet à examiner, des détails sur son sexe, son âge, son histoire familiale et, bien entendu, la description de ses habitudes, manifestations, obsessions, autant de symptômes qui signalent au médecin un possible cas d’inversion sexuelle. Un livre ou un article peuvent contenir une ou plusieurs observations de ce genre, qui sont ensuite interprétées par le médecin. Voici une très brève « observation » empruntée au livre de Magnan Des anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles (1885) où il présente un cas de frigidité :

  • 1   Valentin Magnan, Des anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles, Paris, Progrès Médi (...)

J’ai vu avec M. Charcot un jeune homme de Bilbao, appartenant à une famille de névropathes, qui, à certaines périodes, sans fatigue préalable, sans causes physiques ni morales appréciables, se trouvait impuissant à toute approche sexuelle. Cette situation le préoccupait tellement que, renonçant à un mariage projeté, il s’était retiré dans une de ses terres, décidé à en finir. On le surprit assis à son bureau, écrivant ses dernières volontés, un revolver chargé à côté. Un de ses frères, marié et père de six enfants, m’a avoué que, de tout temps, il avait été obligé de subir les caprices de ses organes. Les circonstances les plus favorables, l’attrait le plus vif, les désirs les plus ardents restaient parfois lettre morte devant cette impuissance que rien ne justifiait. Mais à l’inverse de son frère, il prend, dit-il, gaiement la chose, il en rit avec sa femme et s’entretient d’un autre sujet en attendant le bon vouloir de ses sens1.

3Parmi d’autres exemples, celui-ci permet à Magnan de décrire le groupe des spinaux, l’une des quatre catégories d’anomalies sexuelles qu’il avait identifiées. Dans son commentaire, le médecin souligne que chez certains névropathes de cette catégorie « la disposition maladive se traduit par une frigidité intempestive qui peut les jeter dans le désespoir et parfois même les pousser au suicide ». Si l’observation tient du particulier et du contingent, le commentaire possède les attributs du général et de l’universel. L’observation est historique, le commentaire anhistorique. Cette constatation ouvre la discussion sur la question du discours et du sujet énonciateur dont l’observation, liée au plan historique et au « réel », conserve les traces. Autrement dit, dans la présentation d’un cas le médecin fait référence, d’une manière ou d’une autre, à sa personne, il est présent dans son propre texte : « J’ai vu avec M. Charcot un jeune homme de Bilbao, appartenant à une famille de névropathes ». Magnan relate les circonstances dans lesquelles il a rencontré son sujet, avec des précisions d’ordre géographique et avec des détails sur la situation de cette rencontre : il était accompagné du docteur Charcot. L’observation fonctionne en quelque sorte comme une narration, les événements étant relatés par un narrateur (le médecin) qui assume la narration et qui participe à l’histoire. Le pronom « je » apparaît comme la marque particulière de cette instance discursive : « J’ai vu avec M. Charcot ». On comprend aisément que cette inscription du médecin énonciateur dans son propre discours n’a d’autre but que d’attirer l’attention sur l’authenticité du cas présenté.

  • 2   Maurice Legrain, Des anomalies de l’instinct sexuel, Paris, Carré, 1896, p.10.

4La présentation de cas se constitue comme un récit organisé par le médecin lui-même. Très souvent le passage du commentaire à l’observation se réalise par une notation métatextuelle qui introduit le « récit ». Voici un exemple tiré du livre de Maurice Legrain Des anomalies de l’instinct sexuel (1896) : « J’ai eu l’occasion d’observer de près un inverti sexuel très intelligent, s’analysant très rigoureusement et présentant son inversion sous un jour peu banal. Voici son histoire2 ». Le plus souvent le récit est fondé sur les discussions que le médecin a eues avec le malade, avec des membres de sa famille ou avec d’autres personnes de son entourage. Il peut alors résumer toutes ces discussions et en extraire l’essentiel, comme le fait, par exemple, le docteur Lacassagne dans un rapport médico-légal :

Hérédité

M. Georges X…. – 37 ans – Avocat et notaire dans sa ville natale, Sophia (Bulgarie).

Père et mère encore en vie. – Un frère et deux sœurs plus jeunes que lui […]

Anamnestiques

À l’âge de 4 ans, éprouve une grande frayeur laquelle est suivie d’un bégaiement qui a persisté jusqu’à 18 ans.

Vers huit ou neuf ans, deux traumatismes crâniens, ayant déterminé des cicatrices encore apparentes au cuir chevelu, sont suivis de troubles cérébraux et psychiques : maux de tête, accès de tristesse, accès de lubricité et de perversion génitale, etc.

Brillantes études classiques dans une institution renommée de Bulgarie.

Revenu chez ses parents, est successivement nommé à des fonctions municipales importantes, mis à la tête de la direction des écoles, élu sénateur.

Organes et fonctions. – La santé

Maux de tête presque constants depuis l’enfance […] Insomnie très tenace […] Vertiges fréquents […]

État physique

Taille : 1m67. – Grande envergure […] Belle denture […] Système pileux très développé. Voix aiguë. Pas de malformation des organes génitaux […] 

Facultés mentales

Les instincts prédominent, particulièrement l’instinct génésique ; il y a excitation et inversion de cet instinct. Il aime son sexe et cet amour est devenu sa préoccupation dominante, son unique pensée, le but de tous ses désirs, à la fois le charme et le tourment de sa vie. – Apparition de la perversion dès le jeune âge. – Attouchements sur ses camarades. – Rêves voluptueux ayant des hommes pour objet […] Dégoût pour la femme : aucun rapport régulier.

5Dans ce style télégraphique, Lacassagne présente toutes les informations cueillies sur son patient, le « récit » se trouve réduit à ses composantes minimales. La dimension auto-référentielle est pratiquement absente, Lacassagne n’évoquant jamais les circonstances dans lesquelles toutes ces informations lui ont été transmises à travers le discours de son sujet ou des personnes de son entourage. Or, on se souvient, tel n’était pas le cas de l’observation du docteur Magnan qui relate vis-à-vis du frère de son patient : « Un de ses frères, marié et père de six enfants, m’a avoué que, de tout temps, il avait été obligé de subir les caprices de ses organes ». Lacassagne procède à la manière d’un narrateur omniscient, sa parole ne connaît pas d’intermédiaire. Ou, pour mieux dire, les intermédiaires ne sont jamais mentionnés. Il faut pourtant souligner que ce type d’observation a plutôt le caractère d’une exception chez les médecins évoqués au début. N’oublions d’ailleurs pas qu’elle fait partie d’un rapport médico-légal de Lacassagne et qu’elle respecte les normes du style juridico-administratif.

6Mais qu’en est-il alors du discours médical proprement dit, quelles conventions narratives régissent le mode d’exposition des cas concrets ? On a déjà souligné au départ l’inscription du médecin-narrateur dans le « récit », à la différence du narrateur omniscient de Lacassagne qui se tient dans l’ombre. Ce dernier n’apparaît que lorsque les normes juridiques le lui demandent : « Je, soussigné, Jean-Alexandre-Eugène Lacassagne, professeur de médecine légale à La Faculté de médecine de Lyon, médecin expert des Tribunaux de cette ville […] ». Dans le cadre du discours médical, les faits relatés dans l’observation sont assumés par le médecin non pas formellement, mais effectivement car il devient lui-même personnage-narrateur : « J’ai vu avec M. Charcot un jeune homme de Bilbao ». Le « récit » est assumé par le médecin-narrateur qui donne tour à tour la parole aux différents énonciateurs. Les guillemets servent alors à marquer le discours des différents intervenants qui apportent des informations sur le malade. Il arrive aussi que le médecin introduise dans son récit des fragments de lettres, de journal intime ou d’autres textes rédigés par le malade lui-même. Cette pratique tient sans doute du code rhétorique du discours médical de l’époque servant, comme on l’a déjà dit, à créer l’impression d’authenticité.

7Mais par le fait de donner la parole au malade, de lui attribuer un rôle dans la narration, l’observation concernant l’homosexualité d’un patient se réalise in praesentia, comme si, par là, des renseignements supplémentaires, et inaccessibles autrement, étaient censés se transmettre. Tout se passe comme si le simple témoignage du médecin était incapable de saisir toutes les significations du cas en question. Ainsi, Magnan dans une communicationfaite à l’Académie de médecine dans la séance du 13 janvier 1885, Des anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles :

Je rappellerai d’abord quelques passages de l’observation d’un psychopathe intelligent, instruit, érudit, professeur de Faculté qui rend compte avec la plus grande sincérité, des phénomènes étranges qu’il éprouve […].

Ma sensualité, dit-il, s’est manifestée depuis l’âge de six ans par un violent désir de voir les garçons de mon âge ou des hommes nus. Il raconte ensuite qu’à huit ans ayant vu un militaire se masturber, il en a contracté l’habitude… Il poursuit plus loin : « Je cessai absolument la masturbation à l’âge de vingt ans ; mais je ne suis jamais parvenu, malgré tous mes efforts, à arrêter les excitations de mon imagination ; les hommes jeunes, beaux et forts provoquent toujours chez moi une vive émotion ; une belle statue d’homme nu produit le même effet ; l’Apollon de Belvédère me fait beaucoup d’impression. Quand je rencontre un homme dont la jeunesse et la beauté provoquent ma passion, je suis tenté de lui plaire ; si je donnais libre carrière à mes sentiments, je lui ferais toutes les amabilités possibles, je l’inviterais chez moi, je lui écrirais sur du papier parfumé, je lui porterais des fleurs, je lui ferais des cadeaux, je me priverais de bien de choses pour lui être agréable […].

J’adore la toilette féminine ; j’aime à voir une femme bien habillée, parce que je me dis que je voudrais être femme pour m’habiller ainsi. À l’âge de 17 ans, je m’habillais en femme au carnaval et j’avais un plaisir incroyable à traîner mes jupes dans les chambres, à mettre de faux cheveux et à me décolleter […]. Les dames s’étonnent de me voir si bien juger du plus ou du moins de bon goût de leurs toilettes et de m’entendre parler de ces choses, comme si j’étais femme moi-même.

  • 3   Charles Féré, La Castration contre l’inversion sexuelle, Revue de Chirurgie, n°10, 1905, p. 294.
  • 4 Maurice Legrain, Des anomalies de l’instinct sexuel, op. cit., p. 11.
  • 5 Paul Garnier, La Folie à Paris, Paris, Baillière, 1890.

8Voici aussi l’introduction de Charles Féré à une observation concernant un patient qui lui écrit afin de lui demander son avis sur l’utilité de la castration dans la guérison de l’inversion sexuelle : « Je donne la traduction de l’anglais des passages les plus frappants d’une lettre qu’il m’avait adressée avant sa visite3 ». La garantie de « sincérité » de Magnan est remplacée chez Féré par une lettre jouant le même rôle d’assurer le lecteur de l’authenticité des événements « frappants » relatés. De la même manière procède Maurice Legrain : « J’ai eu l’occasion d’observer de près un inverti sexuel très intelligent, s’analysant très rigoureusement et présentant son inversion sous un jour peu banal. Voici son histoire, au cours de laquelle, je lui laisserai souvent la parole4 ». Si le patient de Magnan fait le récit de son inversion « avec la plus grande sincérité », celui de Legrain s’avère « très intelligent » et analyse « très rigoureusement » son cas « peu banal ». Avant de tracer l’histoire d’un de ses malades, Paul Garnier, dans son livre La folie à Paris (1890), attire l’attention sur ses accès de délire : « L’observation qui suit va nous montrer, non seulement les étrangetés issues d’une anomalie sexuelle allant presque jusqu’à l’interversion, mais encore les manifestations d’un délire qui a provoqué la mesure d’internement5 ». La mention de ses délires n’a sans doute rien d’atypique dans ce contexte. Pourtant le fait d’insister sur ces manifestations illustrées même par une citation semble avoir le rôle de souligner, s’il était nécessaire, que la responsabilité des événements relatés appartient au patient :

Au moment où nous voyons M. X…., il est dans un état de complet désarroi intellectuel. Revenu à un calme relatif, il est maître, il est vrai, de ses mouvements, mais non de ses idées qui restent confuses, flottantes, indécises, délirantes sur certains points. Il répond convenablement à la plupart des questions que nous lui posons, mais il a des phrases comme celle-ci :

  • 6 Idem.

« Je ne saurais affirmer, en ce moment, que je ne rêve pas…. Je ne répondrais pas, non plus, que je suis bien réveillé… Ce qui se passe dans mon cerveau est étrange… Si j’ai rêvé, je sens que je ne suis pas encore dégagé de cet état de rêve, car tout m’apparaît brouillé et indistinct. Renseignez-moi, suis-je bien éveillé ? »6.

  • 7   Charles Féré, L’Instinct sexuel, Paris, Alcan, 1899, p. 161.

9Ce n’est qu’après avoir fait le point sur le moment de l’énonciation que le médecin procède à la présentation du cas représenté par son malade. Il est évident que cette citation ne tient plus de la simple convention de ce type de discours, mais elle sert plutôt à transférer l’attention sur la voix du patient. Ce procédé devient encore plus évident dans l’exemple suivant emprunté au livre de Charles Féré, L’Instinct sexuel (1899). Avant de commencer le « récit » de la maladie d’un de ses patients, il s’arrête sur un détail qui, par sa gratuité, ne participe pas effectivement au déroulement de l’histoire : « C’est du reste un homme intelligent et instruit. Il est professeur de littérature française, et il a écrit plusieurs ouvrages estimés dans son pays. Lorsqu’il en parle, il reconnaît spontanément que ses travaux sont surtout des travaux de critique et d’imitation et qu’il cherche en vain l’originalité7 ».

  • 8   Idem.

10 Rien dans le contenu de cette observation ne paraît motiver la référence que cet inverti fait à ses travaux. Par sa gratuité elle semble s’apparenter à la phrase conventionnelle classique « J’ai vu avec M. Charcot un jeune homme de Bilbao ». Cependant cette phrase devient significative si l’on considère son début. « Lorsqu’il en parle, dit le docteur Féré, il reconnaît spontanément que ses travaux sont surtout des travaux de critique et d’imitation et qu’il cherche en vain l’originalité8 ». L’on constate ainsi que le centre d’intérêt de cette phrase ne réside pas tellement dans l’information qu’elle transmet, mais dans le fait d’attirer l’attention sur le moment de l’énonciation : « lorsqu’il en parle ». Cette phrase devient ainsi importante dans la mesure où elle signale au lecteur que tous les faits présentés dans l’observation sont en réalité relatés par le patient, le médecin n’étant qu’un intermédiaire de sa parole.

11Il arrive aussi que le médecin introduise dans son observation des lettres ou des fragments de journal intime. Dans Un cas d’inversion sexuelle, un article de 1905, deux auteurs, Antheaume et Parrot, écrivent vis-à-vis d’un inverti nommé Antonio :

  • 9   Antheaume et Parrot, « Un cas d’inversion sexuelle », dans Annales médico-psychologiques, 1, 9e s (...)

Interrogé au sujet de son uranisme, Antonio se montre réticent et manifeste un sentiment de pudeur quasi-féminine ; il s’est décidé cependant au bout de quelques jours à une confession générale, et nous a remis un carnet rempli de dessins relatifs à son penchant homo-sexuel et une auto-biographie intéressante. On juge bien d’après ces documents, du caractère maladif, des préoccupations génitales qui obsèdent ce sujet depuis plusieurs années. Voici les passages les plus typiques de l’auto-biographie dont il vient d’être question9.

12Tout le récit des tentations homosexuelles d’Antonio est ainsi relaté par l’intermédiaire de son autobiographie. Lorsque le médecin s’emploie pourtant à raconter lui-même le récit homosexuel de son sujet il recourt souvent, comme on l’a déjà vu, à la citation. Legrain écrit sur un de ses patients :

  • 10   Maurice Legrain, op. cit., p. 13.

Voici, de 1890 à 1893, les rares aventures qu’il a eues. En janvier 1890, il rencontre au Musée du Louvre, un jeune homme d’environ 18 ans qui, par son attitude provocatrice, le décide à l’aborder, bien qu’il ait dépisté du coup un professionnel. « J’étais, dit-il, par principe, absolument décidé à ne jamais me livrer à des professionnels, car pour moi, là où la question d’argent entre en jeu, il ne peut pas y avoir d’amour. » Cependant, à la vue de ce jeune homme, bien qu’il ne réalise qu’à moitié son idéal physique, il oublie ses principes et se décide à aller avec lui. « Car enfin, ajoute-t-il, il fallait pourtant bien faire quelque chose »10.

  • 11   V. Bourdin, « Un type d’héréditaire dégénéré », dans Archives de Neurologie, mars 1894.

13Un autre médecin, Victor Bourdin, présente son patient, un jeune homme de 19 ans, qu’il place dans la catégorie des héréditaires dégénérés11. Attraction maladive, obsessionnelle, certes, résultant de la domination de la raison par les commandements de l’instinct, mais non pas soustraite à l’autoréflexion du sujet : « Notre malade appartient bien à cette classe, il le reconnaît lui-même, il sait formellement qu’il a des obsessions ; il est essentiellement conscient, et ce sont des observations dans le genre de la sienne qui justifient bien l’expression souvent employée de folie avec conscience ». Mais le médecin ne se contente pas d’écouter seulement son patient, d’interpréter ses dires et d’exposer les faits. Le « récit » biographique du « malade », reconstitué par Bourdin, n’est assumé par ce dernier que partiellement car, par moments, une autre « voix » émerge, portant les marques discursives de la subjectivité du patient. La plupart du temps rapporté par le médecin, le discours de celui-ci s’insinue à travers celui du thérapeute, comme pour rendre son « récit » plus authentique. Il est à la fois objet d’investigation et sujet s’observant et s’analysant lui-même, il est le même et l’autre de la représentation :

Nous tenons tout d’abord à déclarer, vu la franchise absolue de notre malade, qui n’hésite pas à raconter tout ce qu’il a ressenti ou fait, jusque dans ses actes les plus coupables, qui souffre même à garder pour lui ses idées et ses impressions, que nous le croyons digne d’une parfaite confiance, et il n’y a pas lieu, à notre sens, de révoquer en doute aucun des propos qu’il avance.

14En « donnant la parole » à son patient, en reproduisant tel quel son discours, Bourdin accède non seulement à une conscience capable d’introspection, à une instance de « narration », fournissant, bien des fois, à son insu, des renseignements au médecin, mais aussi à un être de désir. Ainsi, relatant ses rapports pédérastiques avec un de ses camarades de collège, le patient synthétise : « Cela alla […] jusqu’à l’écoulement du cerveau ». Une autre fois, pour traduire l’intensité de ses impulsions érotiques, il décrit : « C’est comme une démangeaison qu’on a : il faut qu’on se gratte ». Tout se passe, en effet, comme si, par le recours à la « voix » du patient, de significations supplémentaires étaient censées s’ajouter à l’exposé neutre du médecin. N’étant plus un « vicieux », l’inverti devient, certes, un malade ; mais il devient autre chose encore : une subjectivité.

15Dans l’exemple suivant tiré de La Folie à Paris de Garnier cette technique d’emploi de la citation est encore plus claire :

Gustave L…., âgé de trente-deux ans, domestique, de stature moyenne, d’un développement physique normal, a reçu avec la vie les plus fâcheuses dispositions. Son père est mort dans un asile d’aliénés. Il avait un frère qui a disparu pendant la guerre franco-allemande ; on assure qu’il était atteint d’épilepsie ; enfin, un cousin germain a été frappé d’aliénation mentale.

L’enfance de L… aurait été exempte de maladie grave, mais son tempérament était nerveux, son caractère impressionnable et instable. En 1878, il fut atteint d’une première attaque d’épilepsie. Il faisait à cette époque son service militaire […] Nous penserions plutôt que l’épilepsie est apparue à une date bien antérieure. En effet, L… urinait fréquemment au lit pendant son adolescence et c’est, sans doute, à des crises nocturnes qu’il faut attribuer ces mictions involontaires et inconscientes. Quoi qu’il en soit, ce qu’il importe de noter, c’est que l’inculpé a éprouvé, dès le plus jeune âge, d’étranges propensions sur lesquelles nous devons maintenant insister.

  • 12   Paul Garnier, op. cit.

À dix ans, L… s’aperçut, pour la première fois, que le contact, sur sa joue, de la barbe d’un homme qui l’embrasse lui fait ressentir une impression singulière. Il est tout troublé, envahi par une émotion voluptueuse. « Je me souviens, dit-il, que cela me piquait le plus agréablement du monde et je recherchais, dès lors, les occasions de renouveler cette jouissance »12.

16Dans La Castration contre l’inversion sexuelle, Charles Féré expose deux « cas » d’inversion sexuelle : l’un présente le témoignage d’un patient qui sollicite son avis quant au bien-fondé de l’idée proposant la castration comme méthode de guérison, l’autre relate l’exemple d’un sujet ayant fait cette expérience avec les conséquences qui en découlent. Mais au-delà du contenu en tant que tel de ces deux exposés, la manière de leur présentation est significative de l’approche que Féré fait sienne. À la posture du médecin présentant les « cas » soumis à l’analyse d’une manière schématisée, « objective », dans des cadres invariables, Charles Féré préfère la position de celui qui crée seulement les conditions nécessaires pour que le discours du patient, portant les marques de sa subjectivité, puisse émerger. Ainsi, le premier « cas » exposé restitue le contenu tel quel d’une lettre adressée à Féré par un patient avant sa visite, le second constitue un rapport détaillé d’une discussion, très probablement, avec un inverti, dont voici un fragment de la partie introductive : « Il aborde tout de suite le point le plus important : “J’ai suivi un mauvais conseil, je suis bien pire, je pense constamment à me tuer, mais je n’ai aucun courage. Je me suis fait enlever les testicules, ma situation est insupportable” ».

17Pour conclure, on peut essayer de synthétiser ce qui fait la particularité des textes médicaux interrogés, eu égard à la manière dont leurs auteurs entendent organiser la présentation de leur « cas ». Ainsi, à la possibilité d’une relation in absentia (de type monologique) de l’histoire du « malade », ils préfèrent la restitution la plus fidèle possible de son discours. Le « récit » in praesentia (de type dialogique) est choisi par le médecin dans le but justement de rendre vivante une subjectivité qui non seulement porte l’empreinte d’une anomalie, mais qui en prend conscience et en souffre. Sans cesser de constituer un objet pour l’investigation de nature médicale, le patient devient également un sujet capable d’autoréflexivité.

Haut de page

Notes

1   Valentin Magnan, Des anomalies, des aberrations et des perversions sexuelles, Paris, Progrès Médical, 1885.

2   Maurice Legrain, Des anomalies de l’instinct sexuel, Paris, Carré, 1896, p.10.

3   Charles Féré, La Castration contre l’inversion sexuelle, Revue de Chirurgie, n°10, 1905, p. 294.

4 Maurice Legrain, Des anomalies de l’instinct sexuel, op. cit., p. 11.

5 Paul Garnier, La Folie à Paris, Paris, Baillière, 1890.

6 Idem.

7   Charles Féré, L’Instinct sexuel, Paris, Alcan, 1899, p. 161.

8   Idem.

9   Antheaume et Parrot, « Un cas d’inversion sexuelle », dans Annales médico-psychologiques, 1, 9e série, 1905, p. 463.

10   Maurice Legrain, op. cit., p. 13.

11   V. Bourdin, « Un type d’héréditaire dégénéré », dans Archives de Neurologie, mars 1894.

12   Paul Garnier, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Iulian-Bogdan Toma, « Le « malade » a la parole. Discours médical et « anomalies sexuelles » », Droit et cultures, 60 | 2010, 89-98.

Référence électronique

Iulian-Bogdan Toma, « Le « malade » a la parole. Discours médical et « anomalies sexuelles » », Droit et cultures [En ligne], 60 | 2010-2, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 30 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2284

Haut de page

Auteur

Iulian-Bogdan Toma

Iulian-Bogdan Toma prépare un doctorat à l’EHESS, en cotutelle avec l’University of Western Ontario. Ses recherches ont pour objet le discours sur la sexualité et le surréalisme.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org