Navigation – Plan du site
Dossier

Au bonheur des dames 

The Ladies’ Paradise
Corinne François-Denève
p. 29-43

Résumés

Contre toute attente, l’ouvrage de Lisa Appignanesi, Mad, Bad and Sad, Women and the Mind Doctors (2008) ne recense que peu de cas de « criminelles ». C’est cette béance qui est ici interrogée : est-elle le fait du discours d’Appignanesi, qui propose une vision « féministe » de l’histoire de la psychiatrie, vision qui par définition ne laisse pas place aux « délinquantes » ? Ou est-ce la criminalité féminine elle-même qui reste en marge des analyses de la criminologie et du droit traditionnels, car la femme « criminelle » ne peut être que « folle » ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L. Appignanesi, J. Forrester, Freud’s Women, New York, Other Press, 2000.
  • 2   L. Appignanesi, Mad, Bad and Sad: Women and the Mind Doctors, New York, WW Norton & Co, 2008.

1Cette contribution, une fois n’est pas coutume, est née d’un malentendu. Parce que le nouvel ouvrage de Lisa Appignanesi, déjà auteur(e) de Freud’s Women1 s’intitulait Mad, Bad and Sad. Women and the Mind Doctors2, on a pu penser qu’il fournirait un certain nombre d’éléments, féminins, à notre problématique qui articule donc sexualité, psychiatrie et justice. L’ouvrage d’Appignanesi se consacre en effet, comme son titre l’indique, aux relations qu’ont entretenues les femmes avec la médecine mentale de la fin du XVIIIe siècle à nos jours. Il présente de ce fait une sorte d’» histoire de la folie à l’âge du féminisme » en progressant de concepts en concepts par le biais d’études de cas, célèbres, de femmes folles ou dites folles.  

2« Mad, Bad, and Sad », ou « folles, mauvaises et tristes » (puisque le sous-titre pointe vers une féminisation des adjectifs), voilà qui devait a priori entrer droit dans le sujet : « Mad » ou « Sad » pour la psychiatrie (entre la simple « mélancolie » et la « folie »), et « Bad » pour la justice, en ce sens que nous prenons « bad » comme une déviance par rapport à une norme, certes ici posée par la loi et non par la morale (distinguo qui conserve d’ailleurs toute son ambiguïté, a fortiori quand il s’agit des femmes). Quant à la sexualité, elle nous semblait d’emblée posée par le gender des personnes concernées, dans la mesure où s’interroger sur les femmes, spécifiquement, c’est s’interroger sur une personne « genrée », distinguée par son sexe, sinon par sa sexualité (vision qui peut de fait paraître antiféministe, nous y reviendrons).

  • 3   « Criminelle » peut en effet s’entendre de plusieurs façons. Nous dirons qu’est « criminelle » to (...)

3Mais il n’en a rien été : amateurs de perversions inédites, de crimes horribles, voire de petites débauches excitantes, passez votre chemin3. Pas de mention de tribunal, de loi, de juge dans la table des matières, peu de récits non plus circonstanciés de déviances diverses dans le livre : les femmes d’Appignanesi n’ont, d’un point de vue judiciaire, à quelque époque qu’on se place, rien à se reprocher – à quelques notables exceptions près. On arguera que Mad, Bad and Sad parle plus de la folie des femmes que de la pathologisation, ou de la judiciarisation de la folie. Il n’en reste pas moins que la relative absence, en son sein, de criminelles aliénées ou de perverses polymorphes pose question. La folie des femmes ne passe-t-elle donc pas par les tribunaux ? Cette folie n’est-elle jamais (jugée) criminelle ? Ou s’agit-il d’une distorsion imposée par l’optique du discours même d’Appignanesi ?

Histoires de la folie à l’âge du féminisme

  • 4 H. Cixous, Portrait de Dora, Paris, des Femmes, 1986.
  • 5 M. Delvaux, Femmes psychiatrisées, Femmes rebelles : de l’étude de cas à la narration autobiograph (...)

4Lisa Appignanesi est une auteur(e) britannique, née en Pologne, qui a fait ses études à Paris et à Montréal. Comparatiste, elle a d’abord consacré ses recherches à la littérature, et singulièrement à la féminité chez Proust, James et Musil. Professeure et écrivaine, elle a ensuite écrit des romans et des essais. Freud’s Women, paru en 2000, et coécrit avec John Forrester, constituait une première exploration du lien entre femmes et santé mentale (ou plutôt absence de santé mentale). En l’occurrence, le livre  dressait une biographie de Freud en examinant ses relations avec les femmes de sa vie : sa mère, sa femme, sa fille, mais aussi ses analysées. Il s’agissait là d’aller au devant, ou à l’encontre d’une opinion couramment admise, qui veut que Freud soit un grand misogyne, ne voyant dans les femmes que des hommes ratés, et dans la psychanalyse une affreuse science phallocentrique. Forrester et Appignanesi laissent entendre que la part des femmes, et peut-être du féminin, est plus grande dans le freudisme qu’il n’y paraît. Ils en veulent pour preuve le fait que ce sont précisément des femmes (Anna O., Dora…) qui ont fait avancer la psychanalyse. Pour eux, les femmes ne sont justement pas des patientes passives, mais des adjuvants nécessaires au progrès de la science psychiatrique. Une telle idée n’est de fait pas nouvelle : Hélène Cixous avait déjà fait de Dora une héroïne dans Portrait de Dora4 et l’idée court jusqu’à Martine Delvaux qui en 1998 dans Femmes psychiatrisées, Femmes rebelles écrit : « Je suggère que l’histoire de la psychiatrie présente une équation selon laquelle chaque “scientifique”, père de la psychiatrie, est marqué par la présence d’une muse, sa malade, sa “folle”, qui lui inspire des découvertes5 ». Mad, Bad and Sad s’inscrit dans la même lignée, le même horizon de pensée de révision féministe de l’histoire de la folie. « Women and the Mind Doctors » : le qualificatif est aussi un cauchemar pour le traducteur potentiel (Psychiatres ? Psychanalystes ? Psychologues ? Le couard « psy » ? Ou « médecins pour la tête », comme disent les enfants ?). à tout le moins ce « Mad, Bad, Sad » asexué nous fournit une clef d’interprétation : ce n’est pas tant ici de sexualité qu’il s’agit, mais bien de sexe, au sens de gender.

  • 6 « Much Madness is divinest Sense – To a discerning Eye – Much Sense – the starkest Madness – 'Tis t (...)
  • 7   Elle parle ici de la version anglo-saxonne, mais la même chose s’observe pour la version français (...)

5Mad, Bad and Sad s’ouvre sur un poème d’Emily Dickinson, créatrice « dépressive », qui montre la relativité, ou la réversibilité de la notion de folie dans la société6. Est suggérée ici l’idée du lien entre le génie créateur (féminin ?) et la folie, idée rebattue, à ceci près qu’elle est revisitée selon une optique féministe. Féministe ou post-féministe, de fait : Appignanesi écrit dans un temps où les femmes psys existent, et où on pourrait se demander si la rupture de la relation de domination homme-femme, psy-malade (le psy étant l’homme, le malade une malade) a changé la donne (on rencontre aujourd’hui nombre de psy femmes s’occupant de malades hommes). Comme le rappelle Appignanesi, elle écrit aussi à une époque où l’on n’est plus aussi sûr que le biologique détermine le genre. Dans son introduction, Appignanesi reprend les statistiques qui montrent que la femme semble « prédestinée » à la maladie mentale, en tout cas que la proportion des femmes soignées pour une affection psychique est écrasante, et observe que le magazine Psychologies met toujours en couverture une femme7. Fort prudente sur le tout médical ambiant, et nantie d’un bon sens à toute épreuve, elle semble dire que nombre d’affections « psy » pourraient être soignées non par une thérapie coûteuse ou une médication à outrance, mais par l’amour, l’amitié, ou un bon bol d’air. Elle émet également une hypothèse séduisante, qui est que la santé mentale est peut-être le dernier rempart contre la globalisation et l’uniformisation, citant à l’appui de sa thèse le « syndrome du mari retraité », observé seulement au Japon (et le syndrome concerne évidemment l’épouse de ce mari retraité).

6L’ouvrage adopte une démarche chronologique : il est divisé en quatre parties, A time before (« Un peu plus tôt »), The rise and rise of a new science (« L’irrésistible ascension d’une science nouvelle »), The century turns (« Au tournant du siècle »), et Into the present (« Au cœur du présent »).Chaque chapitre, à l’intérieur de ces parties, s’articule autour du maître mot « psy » de la période donnée : « folle » et « mauvaise » pour la première, « passions », « asile », « nerfs », « hystérie », « sommeil » pour le second XIXe siècle, « sexe », « schizophrénie », « amours détraquées», « mère et enfant », « divan à vie » pour le XXe siècle et « rebelles », « folie du corps », « maltraitance » et « substances » pour le XXIe siècle (les mots abuse et drugs étant en anglais suffisamment larges pour inclure toutes les formes de « maltraitances », et les drogues les médicaments). Chaque chapitre progresse également autour d’une figure féminine, choisie pour deux raisons, nous explique Appignanesi : en premier parce qu’elle illustre parfaitement son époque (c’est le cas de Mary Lamb, d’Alice James, de Celia Brandon, de Sylvia Plath, de Marylin Monroe) ou en second lieu parce qu’elle est en avance sur son temps et permet donc de faire avancer la science (c’est le cas d’Henriette Cornier, de Miss Beauchamp, d’Augustine ou d’Anna O). Appignanesi développe en effet l’idée que la maladie suit son temps, qu’à chaque temps correspond une maladie (l’anorexie est une maladie de la prospérité, la dépression une maladie des temps de paix), à moins que chaque époque ne choisisse de nommer une maladie à laquelle diverses patient(e)s choisiront désormais de s’adonner, comme au passe-temps à la mode.

  • 8 Dawn, personnalité asociale souffrant de troubles de la personnalité, et ayant subi des maltraitan (...)
  • 9 « Le cas de Mme Lefebvre » (1926) constitue une des premières analyses freudiennes en France.
  • 10 Voir l’article de Magnus Hirschfeld dans Vu, le 6 septembre 1933, qui déclare à son sujet : « La f (...)
  • 11   « L’Ogresse des Lilas », Olda Martin, est accusée d’avoir enlevé des enfants à de pauvres filles- (...)
  • 12   Voir G. Macé, « L’histoire dit pourtant ce qu’il en coûta à Théroigne de Méricourt de s’occuper d (...)
  • 13   Violet Gibson tente d’assassiner Mussolini. Jugée, elle se voit attribuer un diagnostic de folie, (...)

7Qu’en est-il maintenant des criminelles folles, ou des folles criminelles chez Appignanesi ? Il y en a, mais peu : en tout et pour tout, on trouve mention de Margaret Nicholson, régicide manquée, de Mary Lamb, matricide célèbre, d’Henriette Cornier, habituée des gazettes psychiatriques, des sœurs Papin, de « Dawn » femme infanticide, d’ailleurs fantasmée, dont Appignanesi invente la biographie8, d’» Aimée » (Marguerite Pantaine, jugée pour une tentative de meurtre sur Huguette Duflos, et étudiée, comme les sœurs Papin, par Lacan) et de Madame Lefebvre, jugée pour le meurtre de sa belle-fille enceinte, dont Marie Bonaparte a pris la défense9. Pas de Violette Nozières, étrangement, pourtant aussi intéressante que les sœurs Papin10, pas d’ogresse des Lilas11 ou d’ailleurs. Les  folles « criminelles » politiques (car le crime politique féminin est souvent rangé dans la catégorie « folie »12) sont représentées par Théroigne de Méricourt – mais pas par Violet Gibson13. Quant aux femmes qui n’ont pas de sang sur les mains (et il n’est d’ailleurs pas sûr que Théroigne de Méricourt en eût) mais qui vivaient en dehors de la loi, ou, encore une fois, de la morale (homosexuelles, prostituées, nymphomanes – qui ont pu être considérées comme « criminelles » – voleuses, femmes maltraitantes), elles sont absentes. Sauf notables exceptions, encore une fois, les femmes « folles, mauvaises et tristes » d’Appignanesi semblent donc être des femmes désespérément normales – à dessein. L’ouvrage d’Appignanesi s’adosse en effet sur toute une série d’ouvrages d’historiographies « féministes » de la folie, dont tout l’intérêt est de montrer que ce qui a surtout concerné la psychiatrie, ce n’est pas tant la femme vraiment folle (où nous trouverions nos criminelles) que la femme dite folle.

  • 14 J. Busfield, Men, Women, and Madness: Understanding Gender and Mental Disorder, Londres, MacMillan (...)
  • 15 J. Ussher, Body Talk: the Material and Discursive Regulation of Sexuality, madness and reproductio (...)
  • 16 P. Chesler, Women and Madness [1972], Palgrave Macmillan; Revised Updated edition, 2005.
  • 17   P. Chesler, Les Femmes et la folie, traduit de l’américain par J.-P. Cottereau ; préface d’Hélène (...)
  • 18 E. Showalter, The Female Malady: Women, Madness and English Culture: 1830-1980, New York, Pantheon (...)
  • 19   T. Robert-Fleury, Pinel délivrant les aliénés à la Salpêtrière en 1795. Le tableau est à l’hôpita (...)
  • 20 M. Delvaux, op. cit., p. 43.
  • 21 P.-A. Brouillet, Une leçon clinique de Charcot à la Salpêtrière, Musée de Nice.
  • 22  Svengali, personnage de Trilby, roman de George du Maurier (1894) ; hypnotiseur, parangon de l’ind (...)

8Dans Men, Women and Madness, Joan Busfield14 retrace les grandes étapes de la réinvention par les femmes de l’histoire de la psychiatrie. Selon elle, celle-ci est notamment marquée par les ouvrages de Phyllis Chesler en 1972, d’Elaine Showalter puis de Jane Ussher15 dans les années 1990. Phyllis Chesler, dans Women and Madness16, traduit en France sous le titre Les Femmes et la Folie, précédé d’une préface très enlevée d’Hélène Cixous17 (qui célèbre « le procès culturel » fait à la société américaine et à ses « appareils normalisateurs phallocratiques »), est un ouvrage très engagé, qui considère que les femmes ne sont vues par les « psys » que sous les personae de la fille, de l’épouse et de la mère. Chesler avance en outre l’idée que la femme est une patiente idéale, une patiente soumise et docile. Elle aborde aussi de front un problème qui reste toujours assez tabou, même dans des ouvrages féministes, celui des viols commis dans un cadre thérapeutique. Elaine Showalter, dans The Female Malady18, fait plus œuvre d’historienne. Elle s’interroge sur la représentation de la femme comme folle, et de la folie comme femme. Elle voit ainsi dans les figures d’Ophélie, de Lucia di Lammermoor, et de Crazy Jane, femmes toutes folles, des signes évidents du lien entre féminité et folie au milieu du XIXe siècle. Elle analyse également quelques œuvres d’art signifiantes : détail qu’Appignanesi reprendra, par exemple, le remplacement, au fronton de Bedlam, célèbre asile anglais, en 1815, des allégories de la folie, jusque-là masculines, par des figures féminines. De façon plus significative encore, Showalter se penche aussi sur le tableau de Tony Robert-Fleury Pinel délivrant les aliénés à la Salpêtrière19 (acte inaugural souligné par Foucault) et fait remarquer que les aliénés sont… une femme, représentée comme soumise à une omniprésence masculine, et surtout quasi-nue, offerte et victime. Ce tableau semble d’ailleurs être le déclencheur de nombre d’analyses féministes, car quelques années plus tard, Martine Delvaux20 y revient et le compare à celui de Pierre-André Brouillet Une leçon clinique de Charcot21. Elle observe quant à elle que dans les deux tableaux les femmes sont des créatures langoureuses, passives, des actrices qui posent, ou des êtres magnétisés par leur Svengali22. Ces deux tableaux montrent ce que les chiffres disent par ailleurs : que la femme semble être l’objet, le fétiche de la psychiatrie de l’âge moderne.

9Les statistiques d’internement, ou de diagnostic de dépression, reprises par tous les ouvrages, celui d’Appignanesi compris, témoignent de fait tous d’une disproportion exceptionnelle entre femmes et hommes : les femmes sont immensément plus nombreuses que les hommes à être sous traitement médical pour une affection psychique ou mentale (et extrêmement peu nombreuses à envahir les statistiques criminelles, en comparaison). Ce déséquilibre interroge fortement les chercheur(e)s, qui avancent pour l’expliquer diverses causes parfois contradictoires. La première explication serait mathématique : les femmes vivant plus longtemps que les hommes, elles seraient comptabilisées plus longtemps, et davantage, dans les statistiques. L’autre donnée est économique : parce qu’on hésite à relâcher dans la nature une femme qui, par définition, n’a pas de moyen de subsistance propre, on a tendance à garder sous traitement, ou à l’asile, indéfiniment (il s’agirait en quelque sorte d’une charité, ou l’asile comme variante du couvent dans la gestion des vieilles filles superfétatoires, forcément folles). Une autre explication serait biologique, et on comprend qu’elle hérisse les féministes de tout poil : la femme est un petit être fragile, troublé par les maternités, menstrues et autres ménopauses, et donc perturbée par nature. C’est une explication attendue, « masculine » et traditionnelle, contre laquelle les femmes s’insurgent. Elles préfèrent voir dans la fragilité des femmes l’expression de la terrible pression que la société fait subir à la femme, dont elle attend à la fois qu’elle soit une survivante, dans un monde hostile, et une incarnation de cette féminité, justement, caractérisée par la douceur, la victimisation, la fragilité. Des attentes contradictoires, intenables, qui rendent fous, ou folles, justement ; l’alliance impossible entre la sainte et la fée, la mère et la prostituée, la misérable et la glorieuse.

10La dernière explication avancée est d’ordre sociétal, également – c’est la plus radicale, celle qui peut-être correspond plus au regard rétrospectif sur le XIXe siècle, alors que la précédente est plus moderne : est folle toute femme qui sort de la droite ligne de ce que la société attend d’elle. Est folle la rebelle, l’engagée, la créatrice, l’émancipée, la féministe. Si Foucault avait pu dire que la folie est avant tout de l’ordre du discours, et que sa formulation est du côté de l’ordre tout court, le fou et le criminel étant semblablement mis à l’écart de la société, dans des institutions qui se ressemblent sans doute beaucoup, il s’était de fait assez peu intéressé au gender en lien avec la folie. À sa suite, les historiographes « féministes » ont ajouté la donne « genrée » dans l’équation, arguant que le pouvoir était une émanation masculine, et qu’à ce titre, les femmes étaient plus que les hommes disposées à être dites folles. Et pour appuyer ce discours, il fallait que l’on inscrive la folie dans la loi du genre : que le corps de la femme soit biologiquement porteur du chromosome de la folie, ou qu’à tout le moins le genre, et de fait, le corps sexué de la femme (car ce n’est que pour la femme que l’on pense le corps comme sexué) soit le parfait réceptacle d’une potentielle aliénation.

  • 23 E. Dorlin, La Matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, préfac (...)

11 Dans La Matrice de la race23, Elsa Dorlin revient sur cette idée que le corps féminin est, par nature, faible, fragile, maladif. C’est une idée ancienne, qui trouve son expression dans les innombrables traités sur les « maladies des femmes », qui, nous signale-t-elle, connaissent une nouvelle jeunesse à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, alors même que les mots, ou les sciences de la gynécologie et de l’obstétrique, étaient apparus. En outre, Elsa Dorlin rappelle que la médecine a créé des maladies spécifiques aux femmes de toute éternité, pourrait-on dire. On pense bien sûr à la « fureur utérine » et à la « suffocation de la matrice », maladies spécifiquement féminines en ce sens qu’elles prennent naissance dans le corps de la femme, et dans ses organes sexuels (ou de reproduction) – et on observera que ce sont des maladies mentales. Connue et reconnue (et analysée par Foucault), l’hystérie n’est toutefois pas la seule maladie mentale sexuée d’origine sexuelle : on citera également la lactational insanity, ou « folie d’allaitement » folie associée aux femmes qui allaitent : on imaginait alors que le lait montait littéralement à la tête des femmes allaitantes, sans doute plutôt épuisées et anémiées par les grossesses successives et la malnutrition. Cette folie est parfois associée, et confondue, avec la « folie puerpérale ». L’utérus, le sein : se crée une association entre la psyché, le genre, et la sexualité, au point que l’on peut parler de « folie génitale ».

  • 24 Voir E. Showalter, op. cit.

12De fait, au XIXe siècle, quand on nosographie les folles, on observe aussi bien souvent chez elles un trouble de la sexualité : sans parler de la nymphomanie, de l’érotomanie, voire de l’homosexualité, une tendance à la masturbation frénétique est un symptôme évident de folie, et est traitée dans les asiles de diverses manières. Isaac Baker Brown s’est ainsi fait une spécialité de la « clitoridectomie », entre les années 1859 et 1866, avant d’être rayé de la société d’obstétrique anglaise d’ailleurs plus parce qu’il pratiquait, aux ciseaux, l’ablation du clitoris et des petites lèvres sans vraiment demander leur avis à ses patientes que pour la cruauté de l’opération elle-même. Il se murmure d’ailleurs que ces femmes n’étaient pas folles, ni spécialement excitées, mais qu’elles avaient souvent envie, plutôt, de profiter d’une nouvelle loi anglaise sur le divorce (1856) et qu’une visite chez le docteur Brown avait souvent un effet dissuasif24. Au chapitre des remèdes étranges à la masturbation, on signale aussi la prescription de l’état de grossesse, dont on espère au moins qu’elle était librement consentie des deux côtés, prescription qui a l’avantage de montrer que ce qu’il s’agissait avant tout de guérir, c’était cette libre disposition d’un corps qui n’était plus spécifiquement destiné à la reproduction. Et la question demeure : peut-on écrire une histoire des femmes qui ne passerait pas par le corps ? Et à plus forte raison une histoire de la folie féminine « désincarnée » ?

De Mary Lamb et d’Henriette Cornier, et de quelques autres

13L’ouvrage de Lisa Appignanesi laisse toutefois la place à quelques figures de criminelles « aliénées ». La coexistence des sœurs Papin et de Marylin, d’Henriette Cornier et d’Alice James ne manque d’ailleurs pas de troubler le lecteur (ou la lectrice), qui se demande ce qui est finalement le point commun entre toutes ces protagonistes, en dehors du gender. Les « criminelles aliénées » sont d’ailleurs souvent présentes par la grâce de la seule célébrité de leur analyste ou de leur « expert » (Lacan, pour les sœurs Papin et « Aimée »), ce qui ne manquerait pas de faire hurler les féministes : ce dont il est question ici, c’est bien donc plus le discours sur les femmes folles que les femmes folles elles-mêmes. Il n’en reste pas moins que Mad, Bad and Sad s’ouvre sur la comparaison de deux cas spectaculaires de femmes meurtrières, cela sans prétention véritablement scientifique, car les deux affaires ne se passent pas dans les mêmes pays. « Un peu plus tôt », en guise de préambule, commence en effet par l’histoire de Mary Lamb qui en 1796, en Angleterre, commit un matricide, mais qui, jamais jugée, coula des jours (presque heureux), dans une maison de repos. La législation anglaise permettait en effet de déclarer « inapte à plaider » un malade, ou alors de juger un coupable et de le déclarer fou (et donc, le dispenser de peine). Appignanesi rappelle que cette législation s’inscrit sur la toile de fond des deux tentatives de régicide sur George III, roi lui-même fou. Avec le cas de Mary Lamb, femme il est vrai privilégiée en ce sens qu’elle est la sœur de Charles, et donc née dans un milieu « intellectuel », se glisse en filigrane la question du « choix » de l’invalidité par la femme : la maladie, en l’occurrence mentale, permettant finalement aux femmes de se tenir en dehors de la vie attendue des femmes de l’époque (mariage et enfants) et ouvrant donc paradoxalement à l’espace de la création et de l’intellect (comme pour Alice James ou Elizabeth Barrett Browning).

  • 25 Voir M. Renneville, Crime et folie : deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Faya (...)
  • 26 J. Goldstein, Consoler et classifier : l’essor de la psychiatrie française, trad. de l’anglais... (...)
  • 27 M. Foucault, Les Anormaux : cours au Collège de France, 1974-1975, éd. établie sous la dir. de Fra (...)
  • 28 M. Foucault, op. cit., p. 280.
  • 29   L. Appignanesi, op. cit., p. 76.

14À cette impunité relative de la folle meurtrière, Appignanesi oppose, quelques pages plus loin, le cas « Henriette Cornier ». La donne est ici inversée, car on sait que, en 1825, Henriette Cornier commit un infanticide, sur une enfant, qui, circonstance aggravante, n’était pas la sienne, qu’elle décapita posément, avant de jeter la tête par la fenêtre. L’affaire, on s’en doute, a déchaîné la presse de l’époque, secouée par l’horreur du crime, mais elle a aussi été l’objet de nombre d’analyses. Le rapport d’expertise du Dr Marc mettait en effet en avant l’existence d’une « monomanie homicide », sorte de folie temporaire, chose qui avait déjà été plaidée, sans succès, pour le crime de Papavoine25, mais qui valut à Cornier une condamnation aux travaux forcés, et non la peine de mort. Nombre d’analystes, ainsi de Jan Goldstein26, montrent en quoi le cas Cornier fut décisif quant à l’entrée du médical dans le judiciaire. Foucault, dans son cours sur les « Anormaux »27, avait fait de Cornier une de ses causes célèbres, car il voyait dans son « crime » un glissement du judiciaire vers le pathologique. Mais si Foucault rappelait les excuses « physiques » aussi alléguées pour « expliquer » le cas Cornier (elle avait ses règles, elle était peut-être enceinte)28, Appignanesi se sert de son « usuelle suspecte » de façon totalement différente. Ainsi, on remarquera qu’Appignanesi mentionne l’expertise des docteurs Esquirol et Georget, leur attribuant le diagnostic de folie, alors qu’ils se sont montrés plutôt prudents, et omet celle du Dr Marc, le seul qui, appelé par la défense, a avancé la théorie de la « monomanie homicide ». De même, elle écrit en toutes lettres qu’Henriette Cornier aurait dit you’ll be a witness (« tu seras un témoin ») faisant fi de l’analyse linguistique de Foucault sur le sera/serait. Mais ce qui est surtout important, c’est qu’Appignanesi choisit de voir en Cornier, de façon assez étonnante, une « résistante »29 qui refuse le diagnostic de folie (qui a quand même sauvé sa tête). Selon Appignanesi, Cornier serait donc peut-être à ranger au nombre de ces femmes dites folles à tort. En revanche, ce qu’Appignanesi ne souligne pas, c’est la grande première réalisée par Cornier, une femme : alors que l’on avait vainement plaidé la monomanie homicide dans le cas de Papavoine, le même diagnostic médical avait sauvé la seconde. L’association de la folie et du féminin, traditionnelle, a ici permis non la (con)damnation, mais l’excuse.

  • 30   Voir G. Macé, op. cit.
  • 31   M. Foucault, op. cit., (cours du 8 janvier 1975). Une première explication, « rationnelle », étai (...)

15Les autres criminelles d’Appignanesi ne sont pas l’objet d’un semblable traitement en profondeur. Deux infanticides (Cornier et « Dawn »), trois meurtrières (Madame Lefebvre et les sœurs Papin), une matricide (Mary Lamb), une régicide manquée (Margaret Nicholson), une révolutionnaire (Théroigne de Méricourt) et une meurtrière manquée (« Aimée »), voilà la liste des « criminelles » parmi les femmes folles d’Appignanesi. Une monomanie homicide, une mère maltraitante qui a connu une enfance difficile, un complexe freudien (Œdipe et la frigidité), un amour à deux lacanien, un délire de persécution, diverses folies classées dans des catégories diverses, et contestées, voilà pour l’expertise, qui couvre pourtant les débuts de la psychiatrie à l’antipsychiatrie, en passant par la révolution du freudisme, qui lie crime et sexualité. Mais pas de Marie Victor (femme qui, ayant tenté de se suicider, a tué son enfant, et est jugée pour infanticide), pas non plus de Gabrielle Bompard, protagoniste de la « malle sanglante », jugée hystérique, pas de Gabrielle Fenayrou30, d’Hélène Jegado, de Jeanne Daniloff (les empoisonneuses du XIXe), de Mme Belligand, de Mélanie Lerondeau, de Marguerite Steinheil – non plus que la femme de Sélestat (Salomé Guiz) femme infanticide, qui, en 1817, a découpé son enfant avant de le manger dans sa soupe aux choux, et que Foucault mentionnait dans son cours comme « devancière » de Cornier31 ; pas d’ogresse.

Le silence des archives – l’excuse du féminin ?

  • 32   On citera en vrac : La femme criminelle de Camille Granier, De la criminalité féminine en France (...)
  • 33   A.-L. Shapiro, Breaking the Codes: Female Criminality in Fin-de-siècle Paris, Stanford (Calif.), (...)
  • 34   Ibid.
  • 35 D. Kalifa, L’Encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque,  Paris, Fayard, 199 (...)
  • 36 Le Livre des vies coupables : autobiographies de criminels (1896-1909), textes éd. et présentés pa (...)

16La relative discrétion des femmes criminelles à l’intérieur des histoires de la folie « féminine » s’explique donc peut-être par le discours même qui les génère. Il n’en reste pas moins que les statistiques montrent que la criminalité féminine reste marginale, du XIXe au XXIe siècle, ce qui contraste, en particulier au XIXe siècle, avec la floraison d’essais sur la femme criminelle32. Ann-Louise Shapiro revient sur ce dérisoire pourcentage de criminalité, avançant la séduisante idée que la criminalité féminine ne pouvait de ce fait être un problème de société, et qu’il s’agissait de ne pas encombrer les tribunaux avec des cas « mineurs » – sans compter que la femme reste une mineure aux yeux de la loi française pendant de longues années33. De là sans doute aussi le déséquilibre entre les acquittements consentis aux femmes et ceux accordés aux hommes (plus de 50% dans les années 1890, contre 30% pour les hommes)34. Dominique Kalifa, qui a étudié la presse populaire de la fin du XIXe siècle, note une indubitable réticence à rapporter les crimes commis par les femmes35. Quant au Livre des vies coupables36,compilation de mémoires de criminels, il ne comporte de fait qu’un seul manuscrit de femme, celui de Louise Chardon (ce qui ne veut pas dire que les femmes avaient des vies moins coupables, elles avaient peut-être moins accès à l’écriture).

  • 37   Voir sur le point « le sexe du criminel » dans La République à l’épreuve du crime de Martine Kalu (...)
  • 38   M. Perrot, « introduction » in Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècles : [actes du colloque, A (...)

17Est-ce à dire qu’il est difficile d’imaginer la femme en criminelle (plus qu’en folle) ? Mais que, lorsqu’elle l’était, criminelle, elle l’était, vraiment, outrageusement, follement37 ? à ce sujet, Michelle Perrot a cette phrase : « Hommes criminels, passibles de la prison ; femmes folles, dérangées ou simplement gênantes (voyez Adèle Hugo ou Camille Claudel) : voilà deux modes parallèles, symétriquement sexués, de la gestion des déviances38 ».

  • 39   Voir M. Kaluzynski, op. cit. Voir R. De Ryckere, La Servante criminelle, étude de criminologie pr (...)
  • 40   P. Dubuisson, Les Voleuses de grands magasins, Paris, A. Storck, [1902].
  • 41   G. de Clerambault, Passion érotique des étoffes chez la femme, préf. de Yves Edel, Paris, Laborat (...)
  • 42   Voir M. Kaluzynski, op. cit.  
  • 43   Christine Bard parle aussi de « crimes du sexe » in Femmes et justice pénale, op. cit.
  • 44   Voir G. Gagnon, « L’homicide conjugal et la justice française au XIXe siècle », in Femmes et just (...)
  • 45 F. Boissinot, L’Infanticide en psychiatrie,  à propos de 3 observations, (thèse de médecine, 1975) (...)
  • 46   A.-L. Shapiro, op. cit., p. 112.
  • 47   Voir L. Guignard, « L’expertise médico-légale de la folie aux Assises 1821-1865 », Le Mouvement s (...)
  • 48 A.-L. Shapiro, op. cit., chapitre 2.

18Selon la littérature du temps en tout cas (et ces idées perdurent de fait dans une sorte d’inconscient collectif), il y aurait des crimes « féminins » et des crimes masculins. Cela peut s’entendre de deux manières : d’un côté des crimes dont seules les femmes semblent être les auteures (lesbianisme, bien sûr, servante kleptomane39, voleuse de grand magasin40, fétichiste des étoffes41, et femme adultère, car seul l’adultère féminin est répréhensible, dans la majorité des cas, dans le Code pénal français au XIXe siècle marqué par le double standard de la morale42) et d’un autre côté des crimes « genrés »43, qui semblent relever de l’éternel (et mystérieux) féminin : aux femmes donc certains genres de crimes (infanticide, avortement) dont on remarque qu’ils ont trait à la maternité, mais ne sont pas l’apanage des seules femmes, et certains modes d’action (empoisonnement, en particulier, dont le caractère cruel et distant semble particulièrement bien correspondre à la nature dissimulatrice et menteuse de la femme, et vitriol, variante « féminine » du revolver masculin). Aux femmes aussi le crime passionnel44, qui correspond à leur nature essentiellement « sentimentale » et non « raisonnante ». À ce « vieux naturalisme magique », selon les termes de Boissinot45, se superpose un discours sur le corps de la femme qui avance, jusque tard dans le siècle et jusqu’à maintenant, l’excuse des règles, ou de l’aménorrhée, ou de la ménopause, comme cause des troubles mentaux et des entorses à la loi46. On retrouve le Michelet de L’Amour : « La femme est-elle responsable ? Sans doute, elle est une personne ; mais c’est une personne malade, ou pour parler plus exactement encore, une personne blessée chaque mois qui souffre presque constamment et de la blessure et de la cicatrisation ». Les règles étant conçues par les médecins (hommes) comme une monstruosité, il n’y avait qu’un pas à faire pour assimiler les femmes en période de règles à des monstres. Et ainsi que le souligne Ann-Louise Shapiro, la monomanie homicide, temporaire, s’appliquait particulièrement bien aux femmes, qui, de tout temps, souffrent d’» ennuis » temporaires. En tout cas, le discours médical sur les femmes est donc aussi, pour les historiennes, une forme de domination masculine : la question de l’expertise médico-légale aux Assises soulève la question d’une parole médiatisée, entre une justice masculine, et une femme qui n’a que peu le droit à la parole47, encore moins à l’écriture48.

  • 49   A.-L. Shapiro, op. cit., p. 135.
  • 50   M. J. Dhavernas, « La délinquance des femmes » in Questions féministes, 4 novembre 1978 n°16.
  • 51 Voir V. Jaquier, J. Vuille, Les Femmes : jamais criminelles, toujours victimes ? Charmey (Suisse), (...)
  • 52 M. Perrot, op. cit., p. 9.

19Mais si, comme le dit encore Shapiro, ce discours médical sur les femmes exerce sur elles une sorte de tutelle49, qui décerne surtout des brevets de bonnes mœurs, il n’en reste pas moins qu’il fournit aussi aux femmes un idéal moyen de défense : selon Marie Jo Dhavernas, les femmes du XIXe siècle serait si marginalisées qu’elles ne pourraient que recevoir « ces touchantes faveurs »50 que sont les circonstances atténuantes, l’acquittement ou de manière générale la clémence des juges51. Michelle Perrot s’interroge de même : « Ce livre est né d’un étonnement, ancien et renouvelé, suscité par la différence des sexes en matière de délinquance, criminalité, répression pénale et pénitentiaire, en France, et, plus largement, dans le monde occidental52. » à femme inférieure, peines inférieures ?

  • 53   Ibid., p. 12.
  • 54   On notera la récente parution de Figures de femmes criminelles (publications de la Sorbonne, 2010 (...)

20On pourrait le voir aussi de façon plus cynique : il est également certaines femmes qui, ayant parfaitement assimilé le discours ambiant sur le féminin, l’utilisent à leur profit. De fait, s’il existe une école « féministe » de l’histoire de la folie, il existe aussi une école féministe en matière de criminologie (représentée à Montréal par Marie-Andrée Bertrand et Colette Parent : mais si la France semble « particulièrement rebelle à la critique sexuée du droit53 », la moindre des parités serait peut-être de faire de la femme une criminelle comme les autres (les hommes). Aux yeux de la loi, la parité entre homme fou et femme folle est-elle donc encore une conquête à faire de notre XXIe siècle naissant54 ?

Haut de page

Notes

1 L. Appignanesi, J. Forrester, Freud’s Women, New York, Other Press, 2000.

2   L. Appignanesi, Mad, Bad and Sad: Women and the Mind Doctors, New York, WW Norton & Co, 2008.

3   « Criminelle » peut en effet s’entendre de plusieurs façons. Nous dirons qu’est « criminelle » toute femme qui a commis un crime ou un délit passible de jugement. Le fait que la loi évolue sur la notion de « crime » ou de « délit » est une des difficultés d’un sujet qui embrasse la longue durée.

4 H. Cixous, Portrait de Dora, Paris, des Femmes, 1986.

5 M. Delvaux, Femmes psychiatrisées, Femmes rebelles : de l’étude de cas à la narration autobiographique, [Le Plessis-Robinson], Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance, 1998, Collection « Les Empêcheurs de penser en rond », p. 22.

6 « Much Madness is divinest Sense – To a discerning Eye – Much Sense – the starkest Madness – 'Tis the Majority – In this, as All, prevail – Assent – and you are sane – Demur – you’re straightway dangerous – And handled with a Chain ».

7   Elle parle ici de la version anglo-saxonne, mais la même chose s’observe pour la version française.

8 Dawn, personnalité asociale souffrant de troubles de la personnalité, et ayant subi des maltraitances dans son enfance, semble la version modernisée d’Henriette Cornier, à laquelle Appignanesi la compare d’ailleurs (op. cit., p. 443).

9 « Le cas de Mme Lefebvre » (1926) constitue une des premières analyses freudiennes en France.

10 Voir l’article de Magnus Hirschfeld dans Vu, le 6 septembre 1933, qui déclare à son sujet : « La fameuse formule : “cherchez la femme” devrait être comprise dans ce sens, plus large : “cherchez le mobile sexuel” ». Dans Police magazine du 24 septembre 1933, de même, on apprend que Violette Nozières était au « premier jour de ses règles » le jour du meurtre de son père, toutes choses intéressantes dans la perspective qui nous intéresse ici.

11   « L’Ogresse des Lilas », Olda Martin, est accusée d’avoir enlevé des enfants à de pauvres filles-mères, enfants qui sont morts assez rapidement. Voir à ce sujet G. Macé : La Police parisienne. Femmes criminelles, Paris, E. Fasquelle, 1904. « Ogresse » est un titre que l’on « décerne » souvent aux femmes assassins (« assassines ») d’enfants : c’est le conte qui vient donc au secours de la langue, tant le crime semble dépasser ce que la raison (et la langue française, rationnelle) peut inventer. Jeanne Weber fut ainsi surnommée « l’ogresse de la Goutte d’Or ». Reconnue folle, elle mourut en 1918 à l’asile d’aliénés de Bar-le-Duc.

12   Voir G. Macé, « L’histoire dit pourtant ce qu’il en coûta à Théroigne de Méricourt de s’occuper de politique », ibid., p. 367.

13   Violet Gibson tente d’assassiner Mussolini. Jugée, elle se voit attribuer un diagnostic de folie, qui sauve sa tête, mais lui vaut vingt ans d’internement. Voir Enrico Ferri and Mary Flint Cassola : « A Character Study and Life History of Violet Gibson Who Attempted the Life of Benito Mussolini, on the 7th of April, 1926 » in Journal of the American Institute of Criminal Law and Criminology, vol. 19, N° 2 (Aug., 1928), p. 211-219. On notera l’expression de abnormal mind, p. 211.

14 J. Busfield, Men, Women, and Madness: Understanding Gender and Mental Disorder, Londres, MacMillan press, 1996.

15 J. Ussher, Body Talk: the Material and Discursive Regulation of Sexuality, madness and reproduction, Londres, New York (N.Y.), Routledge, 1997.

16 P. Chesler, Women and Madness [1972], Palgrave Macmillan; Revised Updated edition, 2005.

17   P. Chesler, Les Femmes et la folie, traduit de l’américain par J.-P. Cottereau ; préface d’Hélène Cixous, Paris, Payot, 1975.

18 E. Showalter, The Female Malady: Women, Madness and English Culture: 1830-1980, New York, Pantheon books, 1985.

19   T. Robert-Fleury, Pinel délivrant les aliénés à la Salpêtrière en 1795. Le tableau est à l’hôpital de la Salpêtrière.

20 M. Delvaux, op. cit., p. 43.

21 P.-A. Brouillet, Une leçon clinique de Charcot à la Salpêtrière, Musée de Nice.

22  Svengali, personnage de Trilby, roman de George du Maurier (1894) ; hypnotiseur, parangon de l’individu maléfique et manipulateur. Passé dans le vocabulaire anglais (avec une majuscule) avec le sens d’« homme aux pouvoirs malfaisants » (N. du réd. Chef).

23 E. Dorlin, La Matrice de la race : généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, préface de Joan W. Scott, Paris, Éd. La Découverte, 2006.

24 Voir E. Showalter, op. cit.

25 Voir M. Renneville, Crime et folie : deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003.

26 J. Goldstein, Consoler et classifier : l’essor de la psychiatrie française, trad. de l’anglais... par Françoise Bouillot ; préf. de Jacques Postel. Traduction de Console and Classify : the French Psychiatric Profession in the Ninteenth Century, [Le Plessis-Robinson], Synthélabo, coll. » Les empêcheurs de penser en rond », 1997.

27 M. Foucault, Les Anormaux : cours au Collège de France, 1974-1975, éd. établie sous la dir. de François Ewald et Alessandro Fontana ; par Valerio Marchetti et Antonella Salomoni, Paris, Gallimard-Le Seuil, 1999.

28 M. Foucault, op. cit., p. 280.

29   L. Appignanesi, op. cit., p. 76.

30   Voir G. Macé, op. cit.

31   M. Foucault, op. cit., (cours du 8 janvier 1975). Une première explication, « rationnelle », était la famine qui régnait en Alsace à l’époque, ce que rappelle Foucault. Mais ainsi que le rappelle Marc Renneville (op. cit.), Salomé Guiz avait été déclarée folle par Fodéré.

32   On citera en vrac : La femme criminelle de Camille Granier, De la criminalité féminine en France d’Henri Lacaze, La femme criminelle de Gustave Macé, La Criminalité féminine de Louis Proal, La Responsabilité criminelle de la femme de Georges Morache, ainsi que l’ouvrage de Gina Lombroso, fille de Cesare Lombroso, L’Âme de la femme.  

33   A.-L. Shapiro, Breaking the Codes: Female Criminality in Fin-de-siècle Paris, Stanford (Calif.), Stanford university press, 1996, p. 14.

34   Ibid.

35 D. Kalifa, L’Encre et le sang : récits de crimes et société à la Belle époque,  Paris, Fayard, 1995. Il rapporte que certains crimes féminins ne sont jamais rapportés (ainsi de l’infanticide et de l’avortement), tandis que des clauses de silence lient les grands magasins et leur voleuses préférées.

36 Le Livre des vies coupables : autobiographies de criminels (1896-1909), textes éd. et présentés par Philippe Artières,  Paris, A. Michel, coll. « Bibliothèque Albin Michel de l’histoire », 2000.

37   Voir sur le point « le sexe du criminel » dans La République à l’épreuve du crime de Martine Kaluszynski (coll. « Droit et société, recherches et travaux ». Série politique, 9). Elle évoque les recherches en « criminologie comparée » de Gabriel Tarde.  

38   M. Perrot, « introduction » in Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècles : [actes du colloque, Angers, 17-19 mai 2001] / [organisé par l’HIRES, Centre d’histoire des régulations sociales et le GERHICO, Groupe d’études et derecherches historiques du Centre-Ouest Atlantique] ; sous la dir. de Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot... [et al.], Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Collection Histoire », 2002, p. 14.

39   Voir M. Kaluzynski, op. cit. Voir R. De Ryckere, La Servante criminelle, étude de criminologie professionnelle, Paris, A. Maloine, 1908.

40   P. Dubuisson, Les Voleuses de grands magasins, Paris, A. Storck, [1902].

41   G. de Clerambault, Passion érotique des étoffes chez la femme, préf. de Yves Edel, Paris, Laboratoires Delagrange, 1991.

42   Voir M. Kaluzynski, op. cit.  

43   Christine Bard parle aussi de « crimes du sexe » in Femmes et justice pénale, op. cit.

44   Voir G. Gagnon, « L’homicide conjugal et la justice française au XIXe siècle », in Femmes et justice pénale, op. cit., p. 139-147.

45 F. Boissinot, L’Infanticide en psychiatrie,  à propos de 3 observations, (thèse de médecine, 1975), p. 29.

46   A.-L. Shapiro, op. cit., p. 112.

47   Voir L. Guignard, « L’expertise médico-légale de la folie aux Assises 1821-1865 », Le Mouvement social, 2001/4, 197, p. 51-87. Guignard cite le cas d’un juge qui se plaint de la langue « bornée » d’une accusée, p. 63. Voir aussi A.Tillier (Des criminelles au village, femmes infanticides en Bretagne, 1825-1865, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2001) sur la « distance anthropologique » entre accusateurs et accusées.

48 A.-L. Shapiro, op. cit., chapitre 2.

49   A.-L. Shapiro, op. cit., p. 135.

50   M. J. Dhavernas, « La délinquance des femmes » in Questions féministes, 4 novembre 1978 n°16.

51 Voir V. Jaquier, J. Vuille, Les Femmes : jamais criminelles, toujours victimes ? Charmey (Suisse), les Éd. de l’Hèbe, coll. « La quest¿on », 59 ; Paris, diff. Vilo, cop. 2008.

52 M. Perrot, op. cit., p. 9.

53   Ibid., p. 12.

54   On notera la récente parution de Figures de femmes criminelles (publications de la Sorbonne, 2010) qui examine entre autres la « spécificité féminine de la peine ? ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corinne François-Denève, « Au bonheur des dames  », Droit et cultures, 60 | 2010, 29-43.

Référence électronique

Corinne François-Denève, « Au bonheur des dames  », Droit et cultures [En ligne], 60 | 2010-2, mis en ligne le 17 mars 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2244

Haut de page

Auteur

Corinne François-Denève

Corinne François-Denève, ancienne élève de l’ENS Paris, agrégée de lettres, est maître de conférences à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et membre du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, EA 2448. Elle participe depuis quelques années aux séminaires animés par Gérard Danou (dont « Peser les mots ») et y a par exemple publié « L’analyste analysé : Irvin D. Yalom » in Peser les mots (Actes du colloque « Littératures et médecine », Université de Cergy-Pontoise, 26 et 27 avril 2007), éd. par Gérard Danou, Limoges, éd. Lambert-Lucas, 2008, p. 101-125. Elle poursuit ses recherches sur les actrices ou les voyageuses.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org