Navigation – Plan du site
Mémoires et responsabilités de guerre. Les procès de Tôkyô et de La Haye

Le procès de Tôkyô et le débat sur l’Histoire de Shôwa

The Tokyo trial and the History of Shôwa
Tristan Brunet
p. 43-58

Résumés

Paru en 1955, l’Histoire de Shôwa représente l’exemple le plus représentatif du projet des historiens japonais pour élaborer, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, une nouvelle histoire nationale. Le but avoué des auteurs est de dépasser les limites du procès de Tôkyô, et la menace que celles-ci font peser à leurs yeux sur la démocratie au Japon. L’ouvrage fait l’objet d’une polémique qui permet de mesurer les résistances qui se développent au sein de la société japonaise contre un tel projet. Cet article cherche à souligner les enjeux politiques et mémoriels qui entourent le débat, particulièrement en ce qui concerne la question centrale des responsabilités de guerre, et par conséquent du traitement réservé dans cette histoire au procès de Tôkyô.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme de « Shôwa » désigne ici l’ère Shôwa du calendrier japonais, qui commence en 1926, et s’a (...)

1Si le procès de Tôkyô se voulait un procès pour l’histoire, il peut sembler légitime de se demander la place qu’il a occupé pour les historiens japonais de l’après-guerre. Pour mieux appréhender la portée effective des décisions du Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient, il peut être utile d’évoquer les problèmes politiques et scientifiques que l’écriture de l’histoire nationale a posé au Japon dans la même période. Avec la liberté de parole retrouvée depuis la fin de la guerre, et en marge du récit de la guerre imprimé par l’occupant américain via le procès de Tôkyô, le milieu des historiens japonais entame un intense travail de réflexion sur l’histoire récente de leur pays. L’Histoire de Shôwa1, publiée en 1955 par les historiens Tôyama Shigeki (1914-), Fujiwara Akira (1922-2003) et Imai Seiichi (1924-), synthétise les analyses d’une grande partie des historiens académiques sur la marche vers la guerre du pays et l’immédiat après-guerre. Il s’agit d’un jalon très important de l’historiographie japonaise, par son projet de donner une vision d’ensemble intégrée et scientifique de toute cette période. Mais avec son succès, et en devenant la vitrine de la recherche historique des dix années qui ont suivi la fin de la guerre, l’ouvrage a également concentré les critiques des opposants à cette vision de l’histoire nationale. Certaines de ces critiques sont restées tout aussi célèbres que l’ouvrage lui-même. Un important débat historique a suivi, qui a pris fin avec la rédaction d’une deuxième édition de l’Histoire de Shôwa en 1959. Ce débat permet de mieux comprendre les conditions dans lesquelles s’est inscrit ce projet d’écriture d’une histoire nationale récente dans le Japon des années 1950, ainsi que le rapport entre l’analyse historique des causes de la guerre et la mémoire collective nationale à la même époque. Comment ces historiens ont-ils tenté d’analyser, d’historiciser la marche vers la guerre de leur pays ? Dans le récit qu’ils ont dressé de l’histoire récente de leur nation, sur quelles causes leurs analyses ont-elles mis l’accent, et quelles responsabilités ont-ils dégagées pour quelles sortes de crimes ? A cet égard, quelle place le procès de Tôkyô lui-même occupe-t-il dans leurs analyses, et dans celles de leurs critiques ?Pour apporter quelques éléments de réponse, je présenterai succinctement les évolutions de l’historiographie japonaise dans l’immédiat après-guerre, ainsi que le propos de l’Histoire de Shôwa, puis j’aborderai le débat auquel il a donné lieu, en évoquant les rapports que ce débat a entretenu avec la mémoire du procès de Tôkyô, pour enfin souligner les limites du débat, et leur sens du point de vue de la subjectivité historique dans le Japon de l’époque.

2Écrire l’histoire nationale dans le Japon de l’immédiat après-guerre

3Au lendemain de la Seconde guerre mondiale, les travaux des historiens japonais ont été marqués par trois grandes orientations.

4La première répondait au souci de rédiger une histoire « démocratique ». Le terme est utilisé ici au sens que lui donne l’occupant américain, qui a très vite pointé du doigt l’histoire enseignée jusqu’alors au Japon comme un des rouages essentiels de l’endoctrinement du régime militariste.

  • 2 Cf. Germaine A. Hoston, Marxism and the Crisis of Development in Prewar Japan, Princeton Universit (...)

5Le second élément marquant est la place prépondérante prise par l’historiographie marxiste dans les années d’après-guerre. On peut invoquer trois raisons principales : la première est bien évidemment le retour de la liberté de parole avec l’abolition de la loi de sécurité publique en octobre 1945, qui permettait jusqu’alors à l’Etat d’emprisonner tous ceux qui proféraient des idées jugées dangereuses pour la structure sociale traditionnelle du pays. Les historiens n’ont plus à craindre l’emprisonnement pour leurs analyses. La seconde raison est le prestige idéologique du communisme au lendemain de la guerre. Le Parti communiste japonais (PCJ) retrouve une existence officielle avec la libération des prisonniers politiques parallèlement à l’abolition de la loi de sécurité publique. Il est alors perçu comme le principal élément de résistance au sein d’une société japonaise qui s’était laissée enfermer dans l’idéologie du « système impérial » durant les années qui ont précédé la guerre. La troisième raison, et la plus importante pour la recherche historique, c’est l’importance du marxisme. Comme outil d’analyse historique, il permet alors de lier les analyses politiques aux considérations socio-économiques en élargissant le champ d’investigation historique, et de renforcer la valeur scientifique des conclusions des historiens. L’influence du marxisme en histoire s’est fait sentir dès les années 1920, pour analyser la modernisation récente du pays, et surtout ses limites supposées par rapport aux modèles occidentaux. Ce terrain fertile de la recherche historique japonaise, interrompue un temps par la répression du régime militariste, est réinvesti avec d’autant plus de vigueur au lendemain de la défaite2.

  • 3 Tôyama Shigeki, « Gendaishi kenkyû no mondaiten. Shôwashi no hihan ni kanren shite » (Problème de (...)

6Enfin, et c’est ce qui nous ramène au procès de Tôkyô, cette époque est marquée par le développement de l’histoire dite « contemporaine », synonyme en France de « l’histoire immédiate ». En effet, l’une des questions qui ont le plus préoccupé les historiens japonais au lendemain de la Seconde Guerre mondiale portait sur l’analyse de la marche vers la guerre, pour en dégager les causes et tenter de rendre intelligible aux yeux des Japonais qui l’avaient vécue le chaos de l’histoire récente. En écrivant cette histoire contemporaine, les chercheurs se sont efforcés de comprendre et d’expliciter les dysfonctionnements du système impérial d’avant-guerre ayant permis la dérive militariste. Le but affiché était de participer pleinement au nouveau projet démocratique. De ce point de vue, le projet des historiens était tributaire du procès de Tôkyô, car il reposait sur l’abondance des sources rendues publiques lors de l’élaboration du procès3.

  • 4 Le terme japonais utilisé ici est kokumin, que je traduis tantôt par nation, tantôt par peuple, ko (...)
  • 5 Tôyama Shigeki, op. cit.

7Ces trois aspects sont liés : l’historiographie marxiste qui devient très rapidement prépondérante dans le milieu de l’histoire universitaire et scientifique portera le principal projet de démocratisation de l’histoire nationale, en rendant notamment à « la nation » (par opposition à l’histoire impériale centrée sur l’empereur comme principe fondamental de l’État et de la nation) la place qui lui est due dans le roman national4. Le terme même de démocratisation est ici repris à leur compte par ces historiens, pour lui donner un sens plus radical que celui conçu par l’occupant américain. Parallèlement, en investissant le champ nouveau de l’histoire contemporaine, ces historiens vont tenter de proposer leur analyse des années de guerre, parallèlement à celle mise en lumière au procès de Tôkyô, en dégageant notamment toute la responsabilité des « classes dirigeantes » dans le déclenchement de la guerre et la militarisation du régime, pour élaborer un bilan beaucoup plus exhaustif, et socialement plus significatif, que celui, jugé bien trop limité, du tribunal militaire pour l’Extrême-Orient. Aux yeux d’un historien de l’école marxiste comme Tôyama Shigeki, les « limites » du procès recoupent celles du « projet de démocratisation du Japon par l’occupant américain »5 ayant rendu nécessaire le travail de contre-expertise effectué par les historiens de l’école marxiste. En effet, la nouvelle dérive conservatrice du régime au Japon après la fin du procès et au tournant des années 1950, et la menace qu’elle fait peser à leurs yeux sur la démocratie japonaise, ont signé pour ces historiens l’échec du projet démocratique de l’après-guerre.

  • 6 Diplomate japonais, ministre des Affaires étrangères de 1943 à 1945, condamné lors du procès de Tô (...)
  • 7 Les Partis libéral et démocrate, qui s’unissent en 1955 pour contrer le front des partis de gauche (...)

8Car entre le début du procès de Tôkyô en 1946 et la fin de l’occupation américaine en 1952, les rapports avec les États-Unis ont évolué vers une collaboration de plus en plus forte dans la lutte contre le communisme en Asie. Avec l’établissement de la République populaire de Chine en 1949, puis la guerre de Corée en 1950, le Japon devient la base avancée du bloc occidental en Extrême-Orient, et par conséquent un allié stratégiquement décisif pour les États-Unis. Le projet de « démocratisation », visant à éduquer des Japonais conçus par l’occupant comme prédisposés à la soumission au pouvoir impérial, avait été la priorité des premières années (ce qui avait profité à l’historiographie marxiste), mais il fait place au tournant des années 1950 à une lutte contre l’influence du communisme au Japon. Cela se traduit dans les faits par le phénomène dit des red purges, licenciements visant à expurger l’administration japonaise de supposés « communistes », par le rétablissement d’une armée avec la création des forces d’auto-défense, malgré la Constitution pacifiste adoptée par le pays en 1946, et enfin par la libération sur parole de plusieurs condamnés des procès de Tôkyô, qui pour certains réintègrent très vite des fonctions au plus haut niveau : c’est le cas par exemple de Mamoru Shigemitsu6 qui, libéré dès 1950, redevient quatre ans plus tard, ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Ichirô Hatoyama. Politiquement, ces mesures permettront aux partis les plus conservateurs de s’emparer du pouvoir avec la bénédiction américaine, alors même que ses leaders sont les plus proches des accusés jugés comme criminels de guerre par le procès de Tôkyô7.

  • 8 Notamment à l’occasion des directives publiées en 1955. Voir à ce sujet Ienaga Saburo, Japan’s Pas (...)

9Ils ne tarderont pas à tenter d’imprimer de nouveau leur empreinte sur l’écriture de l’histoire. Cela ne passe plus, comme avant-guerre, par une intervention directe dans les débats académiques, que ce soit par la censure ou par l’emprisonnement pur et simple des historiens qui remettent en cause l’histoire officielle. On assiste plutôt à des tentatives de déstabilisation, de délégitimation de la recherche historique scientifique, et surtout à une politique visant à limiter l’impact de la recherche historique la plus récente sur l’histoire enseignée plus largement à l’ensemble des Japonais. Cela se traduit par l’instauration en 1953 des comités de validation des manuels scolaires, dont les critères de validation révèlent très vite qu’ils ont pour but de purger l’histoire enseignée aux jeunes Japonais de toute référence aux crimes de guerre japonais8. La brochure publiée en 1955 par le parti démocrate sous le nom « manuels scolaires inquiétants » est elle aussi un symptôme de cette tendance. Les élus du parti y attaquent la morale suspecte de ces manuels, accusant à mots à peine voilés l’orientation « communiste » de certains manuels d’après-guerre.

L’Histoire de Shôwa, entre impératif démocratique et dépassement du procès de Tôkyô

  • 9 Tôyama Shigeki, Fujiwara Akira, Imai Seiichi, Shôwashi (Histoire de Shôwa), première édition, Iwan (...)

10C’est dans ces circonstances qu’est publiée en 1955 l’Histoire de Shôwa. L’ouvrage constitue une synthèse du résultat des recherches dans le domaine de l’histoire contemporaine, et par conséquent le projet le plus significatif de la part de l’école marxiste d’afficher leur propre lecture de l’histoire, face à la vision que tentent d’imposer les conservateurs de retour au pouvoir, mais aussi face aux conclusions du procès de Tôkyô. Dans l’introduction de l’ouvrage, les auteurs se proposent de répondre à cette question : « Pourquoi nous, la nation, avons été entrainés, poussés dans cette guerre ? Pourquoi la nation n’a-t-elle pas eu la force d’empêcher ce drame ? »9. Pour y répondre, les auteurs insistent dans leurs analyses sur trois points principaux : les limites de la démocratie dans le système impérial, l’impérialisme japonais et son lien avec les intérêts des capitalistes japonais, et enfin le parallèle entre la situation d’avant-guerre et la situation d’après-guerre. Ce dernier point est à relier avec la place accordée par les auteurs au procès de Tôkyô dans leur narration de l’histoire nationale.

  • 10 Nihon fashizumu no tokushoku (Les particularités du fascisme japonais), in Tôyama Shigeki, Fujiwar (...)
  • 11 Tôyama, Fujiwara, Imai, op.cit.(Histoire de Shôwa), p. 218.
  • 12 Tobe Hideaki, « Showashi ga umareru. Senkyûhyakugojû nendai ni okeru shigakushiteki bunmyaku no sa (...)

11Premièrement, pointant les limites de la démocratie japonaise avant-guerre, les auteurs se placent dans l’optique d’un Japon qui ne se serait qu’imparfaitement modernisé en comparaison des démocraties bourgeoises occidentales. Ils pointent du doigt les résidus féodaux au sein de l’infrastructure de l’État-nation pour expliquer la crise de la démocratie dans le Japon de l’ère Shôwa, au premier rang desquels l’armée et sa dévotion unique à l’empereur plutôt qu’à la nation elle-même. Restée la seule organisation de masse qui traverse toute la structure sociale, l’armée fut le seul outil pour les classes dirigeantes d’assurer leur pouvoir sur la société, contrairement aux fascismes allemands ou italiens qui ont reposé d’abord sur des partis à large assise électorale10. La répression constante à laquelle ont dû faire face aussi bien les partis prolétaires que les organisations syndicales reflète par conséquent la lutte de cette élite pour conserver son pouvoir, dans son incapacité à lutter avec les armes de la démocratie bourgeoise. La loi de sécurité publique de 1925, principale loi de censure et de répression idéologique de l’État, est pointée comme symptomatique de cette volonté de juguler la représentation populaire malgré l’élargissement du suffrage, et est soulignée comme une des causes principales de la crise du système des partis qui se met à tourner à vide dans les années 1930. Les auteurs présentent par conséquent le Parti communiste japonais et sa lutte contre la classe dirigeante, malgré l’illégalité dans laquelle il est cantonné depuis sa création en 1922, comme le principal défenseur de la démocratie et de la « nation » contre une classe au pouvoir toujours plus soudée derrière la défense des intérêts du capital. Le degré de « démocratisation » du pays est évalué en fonction du nombre de mouvements sociaux, et le retour d’une syndicalisation effective au lendemain de la guerre est salué dans l’ouvrage sous le titre « La nation se relève »11. La nation est donc dépeinte comme un acteur intrinsèquement révolutionnaire, ou en tout cas naturellement porté au progrès de la démocratie contre la domination des élites. Cette lutte entre « nation » et « classe dirigeante » constitue l’axe central de la description historique adoptée par les auteurs de l’Histoire de Shôwa, dans le but de répondre à l’impératif démocratique qui s’est imposéà leur discipline depuis la fin de la guerre. Comme le souligne le chercheur Tobe Hideaki12, les auteurs ont ainsi cherchéà rendre la plus lisible possible leur analyse des causalités de la marche à la guerre, dans un but pédagogique. Le récit national ainsi orchestré a pour but de donner au peuple japonais les clés qui lui ont manquéà l’époque des faits pour s’opposer à la montée du militarisme, et soutenir ainsi la marche de la démocratie japonaise d’après-guerre, qu’ils pensent menacée par le retour au pouvoir des rescapés du procès de Tôkyô.

12Les auteurs insistent également sur l’importance de l’impérialisme japonais dans le déclenchement de la guerre, et surtout, la logique du capital qui le soutient. De ce point de vue, l’impérialisme est abordé comme une étape normale des États-nations modernes, suivant en cela les analyses de Lénine dans L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, même si le Japon est vu comme un acteur tardif. Les auteurs identifient par conséquent ce qui relie la domination coloniale de la Corée, l’avancée japonaise en Mandchourie, et l’intrusion subséquente de la diplomatie japonaise dans la politique intérieure chinoise, aux intérêts des conglomérats industriels japonais, les zaïbatsu, non seulement soucieux d’assurer leur approvisionnement en matières premières, mais ausside sécuriser un marché intérieur face à la crise mondiale qui sévit après 1929. Pour les auteurs, cet aspect de la marche vers la guerre est indissociable des limites de la démocratie exposées plus tôt : c’est la nécessité pour le capital d’asseoir une domination impériale sur les régions voisines de l’Asie orientale qui a permis à l’armée de prendre l’initiative sur le plan de la politique internationale, et d’asseoir par conséquent son influence à l’intérieur du pays. Inversement, c’est la position de plus en plus monopolistique de ces conglomérats au sein du marché intérieur japonais qui leur ont permis d’imposer au reste de la classe dirigeante la poursuite de leurs intérêts. C’est d’ailleurs là une des forces de l’approche historique marxiste, qui intègre aspects politiques, économiques et culturels, et c’est ce qui explique sa prépondérance dans ce Japon d’après-guerre qui cherche à comprendre comment il s’est trouvé entraîné dans la folie du militarisme. En élargissant leur champ d’investigation, cet appareil méthodologique a permis aux historiens d’affermir d’autant leur analyse des causes et des responsabilités de la dérive militariste de l’Etat japonais.

13La présentation de l’après-guerre est tout aussi significative, puisqu’une fois accomplies les promesses de démocratisation de l’immédiat après-guerre, au premier rang desquelles les articles pacifistes de la Constitution et le retour de la liberté de parole, les auteurs effectuent un parallèle très clair entre les évolutions du Japon d’avant-guerre et le retour des conservateurs au pouvoir après-guerre. Ce parallèle s’opère sur deux points principaux. En premier lieu, les auteurs soulignent le retour de la guerre comme moteur des évolutions politiques du pays depuis le début des années 1950. En effet, le Japon s’est indirectement impliqué dans la guerre de Corée, puisque le pays n’a pas envoyé de troupes, mais a servi de base arrière aux forces de l’ONU, et soutenu par son industrie l’effort de guerre. Par conséquent, le pays s’est à nouveau inscrit dans le réseau d’impérialismes sous-tendu par le capital. Le deuxième élément qu’ils relient à la situation d’avant-guerre, c’est la persistance de la classe dirigeante et des structures qui lui permettent d’asseoir sa domination au sein de l’État-nation. Persistance de personnes au sommet de l’État, au sein des cabinets ministériels, et persistance des structures de production, puisque les plus grandes compagnies japonaises ont vite retrouvé leur emprise monopolistique. Ce parallèle leur fait pointer les limites du procès de Tôkyô :

  • 13 Ibid, p. 225-226.

Loin de se conformer à son but original, la condamnation du fascisme par la démocratie, le procès est plutôt devenu le moyen pour le vainqueur impérialiste d’étaler sa puissance militaire. De plus, l’empereur et les zaïbatsu se sont trouvés exclus des poursuites dès le début du procès, conformément aux projets politiques des Américains13.

14En élargissant les accusations du procès de Tôkyô à toute la classe dirigeante, ce qui inclut notamment l’empereur et les dirigeants des zaïbatsu, les auteurs suggèrent une culpabilité beaucoup plus étendue. S’ils condamnent comme certains conservateurs les conclusions du procès, leurs motivations sont à l’opposé : loin d’innocenter ceux qui ont été condamnés par le tribunal, ces historiens insistent quant à eux sur le caractère trop limité des condamnations. Ce traitement qui est fait du procès de Tôkyô dans l’ouvrage permet donc de souligner la dimension accusatoire de l’Histoire de Shôwa : derrière ce projet d’histoire contemporaine, on devine une volonté de rejouer le procès de Tôkyô tout en capitalisant sur ses acquis, notamment les sources rendues publiques à cette occasion, pour élaborer un nouveau tableau des culpabilités dans la marche vers la guerre. L’Histoire de Shôwa étend cette culpabilité dans le temps, en pointant la persistance des structures criminelles au sein de l’État japonais d’après-guerre. Les auteurs soulignent ainsi avec force les limites du procès de Tôkyô comme événement structurant de l’histoire nationale japonaise bien qu’il n’ait pas marqué le tournant recherché d’ancrer la démocratie dans le pays contre les forces résurgentes du fascisme.

15L’Histoire de Shôwa eut un impact très important sur son lectorat, et sur toute une génération d’étudiants japonais. Pour en donner un aperçu, voici par exemple le commentaire d’un lecteur, un enseignant âgé de 37 ans, quelques mois après la publication:

  • 14 In Odagiri Hideo, « Watashitachi mo ikitekita. Shôwashi ni yoseru koe »(Nous aussi, nous l’avons v (...)

Moi qui vis pourtant à cette époque Shôwa, à un âge considéré comme celui de la pleine maturité de conscience, j’ai ressenti à la lecture de ce livre un étonnement immense devant l’ampleur de mon ignorance concernant le cours de l’histoire récente. Pour résumer, on peut dire que nous n’avons pas vécu une histoire que nous avons écrite, mais une histoire qu’on a écrite pour nous14.

16L’Histoire de Shôwa apparaît comme une tentative importante d’apporter aux lecteurs un récit objectif et argumenté de la marche vers la guerre. La réaction d’un étudiant de 21 ans à l’époque est tout aussi parlante :

  • 15   Ibidem.

Depuis ma naissance, en l’an 9 de Shôwa (1934), le Japon s’est trouvé constamment impliqué dans des guerres. Il n’y avait aucun moyen d’y échapper pendant cette triste époque, avec des dirigeants qui préparaient toujours par avidité une nouvelle guerre pour accroître leurs bénéfices. Depuis l’invasion de la Chine, il y a eu la guerre du Pacifique, puis la guerre de Corée, et aujourd’hui encore leurs orientations sont liées à la guerre. J’ai enfin pu comprendre que c’est pour cette raison précise que nous avons vécu tous ces malheurs15.

17Comme elles ont été pointées par l’Histoire de Shôwa, la responsabilité de ces « dirigeants » et la continuité de leurs intérêts pendant et après la guerre représentent pour les Japonais des années 1950 un exposé particulièrement convaincant. L’ouvrage trace aussi une conduite à tenir, selon les auteurs, pour affermir les acquis démocratiques des premiers temps de l’occupation.

Une mise en cause « littéraire » de l’Histoire de Shôwa

  • 16 Kamei Katsuichirô, « Gendaishi e no gimon. Rekishika ni « sôgôteki » nôryoku o yôkyû suru koto wa (...)
  • 17   Devant la répression féroce de la police à partir des années trente, nombre de militants communis (...)
  • 18   Lors du célèbre colloque de l’Ecole de Kyôto, « Le dépassement de la modernité » (Kindai no chôko (...)

18En cristallisant ainsi la vision des historiens marxistes, et plus largement du monde universitaire, de la marche vers la guerre, l’Histoire de Shôwa a concentré les critiques qu’une partie du monde intellectuel japonais pouvait concevoir à l’encontre du matérialisme historique alors triomphant. Parmi ceux qui adressent ces critiques, on trouve surtout des intellectuels qui ne sont pas des historiens. C’est notamment le cas du critique littéraire Kamei Katsuichirô (1907-1966)16, dont un article critique, est resté emblématique de ce débat. Formulée dans le contexte du retour au pouvoir des conservateurs, et de la remise en cause de la légitimité de l’histoire académique qui l’accompagne, cette critique permet d’apercevoir derrière le débat académique les enjeux politiques autour de l’écriture de l’histoire nationale dans le Japon de l’époque. D’abord proche du marxisme, Kamei est un exemple de « conversion » (tenkô) à l’idéologie militariste17. Il est ainsi devenu dans les années 1930 une des figures de proue du romantisme japonais, qui s’est évertué à justifier les conquêtes de l’empire du Japon au nom d’un esthétisme morbide18. Il a ensuite soutenu avec ardeur l’effort de guerre japonais et le régime militariste pendant les années de guerre. Après une longue période de retrait au lendemain de la guerre, cet article marque pour Kamei une véritable résurrection dans le milieu intellectuel japonais, cette fois-ci sous les couleurs d’un humanisme démocrate. C’est certainement parce qu’il épousait parfaitement les contradictions de son temps que son verdict sur l’Histoire de Shôwa bénéficia d’une audience importante. En 1959, les auteurs publient une nouvelle édition de l’Histoire de Shôwa qui a digéré une partie de ces critiques, marquant la fin de la polémique, même si la césure révélée par le débat persiste. Quels sont les axes principaux sur lesquels se sont concentrées les critiques ? On peut en dégager trois : les problèmes liésau style de l’histoire scientifique, l’amalgame entre la méthodologie des auteurs et les présupposés idéologiques de l’Histoire de Shôwa, et enfin le problème de la portée accusatoire de l’ouvrage, c’est-à-dire la critique du tableau des responsabilités de guerre brossées dans l’Histoire de Shôwa, et à travers elles, des culpabilités établies par le procès de Tôkyô lui-même.

19Kamei, qui n’est pas un historien mais un critique littéraire, reproche avant tout à l’Histoire de Shôwa, ainsi qu’à tous les ouvrages de l’école marxiste, un style littéraire qu’il juge médiocre et trop technique, en le comparant d’ailleurs aux notes d’un procès, ce qui recoupe le rejet global que ce type d’intellectuels anciens complices du régime ont fait du procès de Tôkyô. L’élément le plus cité de sa critique de l’Histoire de Shôwa souligne « l’absence d’êtres humains dans cette histoire ». Se plaçant d’un point de vue résolument littéraire, il reproche aux auteurs de n’avoir pas su transmettre la complexité psychologique des acteurs. Selon lui, la méthode par trop scientifique de l’ouvrage empêche de saisir toute une dimension humaine, la multiplicité des expériences et des mémoires individuelles. Derrière cette question de « style », Kamei cherche à mettre en cause le parti pris narratif de l’Histoire de Shôwa et un récit national centré sur des acteurs collectifs comme la nation. Rejetant toute valeur pédagogique à ces catégories, conçues comme des idéaux démocratiques, Kamei leur oppose l’individu comme seul échelon valide des sciences humaines, en plaçant littérature et histoire sur un même plan. Seule l’étude du parcours des acteurs de l’histoire et de leurs paradoxes permettent, à son avis, de replacer l’être humain au cœur du récit historique. Ces trajectoires individuelles « paradoxales » dans le chaos de la marche à la guerre trahissent bien sûr son propre parcours idéologique. Mais il se garde bien d’en faire mention, alors qu’il eut été intéressant d’effectuer le retour sur soi pour mobiliser le point de vue personnalisé et subjectif qu’autorise la démarche littéraire. En revanche, Kamei remet en cause la trame narrative nationale de l’Histoire de Shôwa parce qu’elle prive le lecteur de sa capacité de jugement concernant les responsabilités de chacun des acteurs, tout en suggérant qu’il est difficile d’établir des responsabilités individuelles dans le déclenchement et la conduite de la guerre. On peut d’autant moins se risquer à juger qu’on risquerait de devoir s’accuser. Cette volonté de relativiser les culpabilités de guerre traverse ainsi toute une génération d’intellectuels qui ont perçu le procès de Tôkyô comme leur procès potentiel. Non seulement l’Histoire de Shôwa ne cautionnait pas cette posture, mais par son exposé implacable des responsabilités de guerre, il ouvrait la voie à une remise en cause plus large des responsabilités de chacun.

  • 19   Tôyama Shigeki, « Gendaishi kenkyû no mondaiten – Showashi no hihan ni kanren shite » (Le problèm (...)

20A aucun moment, Kamei n’abordela validité des sources utilisées par les auteurs, ou l’analyse qu’ils en font. Il ne peut donc remettre en cause la véracité de leurs conclusions, et se garde bien de s’aventurer sur ce terrain, concentrant ses critiques sur des questions de style. Kamei rappelleà plusieurs reprises dans son article qu’il n’est pas un spécialiste de la discipline, revendiquant une position de simple « amateur ». D’une manière plus générale, une partie importante des intervenants dans le débat ne sont pas des historiens, et se contentent de pointer les limites du tableau historique de l’ouvrage, et par la même occasion de mettre en doute la légitimité du discours historique académique, sans pouvoir s’attaquer au bien-fondé de ses conclusions. Tôyama concentrera sa réplique sur ce point19. Pour lui, à travers ces attaques, c’est l’indépendance de l’histoire comme discipline scientifique qui est mise en cause. Il estime à bon droit que le critique littéraire s’est permis de juger l’Histoire de Shôwa comme une œuvre littéraire, et non comme un travail scientifique. Tôyama réaffirme le champ d’action de l’histoire, une science qui cherche à établir des continuités et à dégager des mécanismes régissant la marche des sociétés, contre les arguments « littéraires » d’un Kamei. Il souligne aussi par cet argument la pertinence des catégories privilégiées par l’historiographie de son époque, au premier rang desquelles la nation, conçue comme base nécessaire d’un récit national démocratique.

21Le deuxième axe du débat est lié au premier : il s’agit de l’amalgame qui est fait entre la méthode de travail historique et l’orientation idéologique. Kamei dénonce chez les auteurs de l’Histoire de Shôwa une vision orientée de l’histoire nationale, dont les présupposés sont particulièrement visibles à ses yeux avec le traitement réservé dans l’ouvrage au Parti communiste japonais (PCJ). En effet, les auteurs semblent en faire le porte-parole exclusif des aspirations de la nation, ou des a priori dans le traitement fait de la diplomatie soviétique. La grille d’analyse et les outils historiques du marxisme, dont les auteurs se réclament, imprègnent aussi bien l’ouvrage que le récit national qu’il tente d’imposer. Derrière cette critique, Kamei attaque là encore l’argument de base de l’Histoire de Shôwa, et son récit centré sur une nation entraînée contre son gré dans la guerre, et dont les aspirations furent exclusivement défendues par le PCJ. Kamei oppose à cette narration le problème de « la voix des morts » dont il déplore l’absence dans l’Histoire de Shôwa. Il demande si tous ceux qui sont morts pour l’empereur n’étaient que des idiots manipulés par le pouvoir, comme l’Histoire de Shôwa semble le sous-entendre à son avis, ou bien plutôt s’ils n’ont pas cru la cause qu’ils défendaient. Kamei se fonde sur ce constat,pour discréditer le travail de l’ensemble des historiens de son époque. Il reste en cela fidèle à l’esthétisme romantique qu’il avait adopté durant la guerre, et semble de fait plaider l’absence d’ancrage idéologique de cette posture, alors même que ses propres prises de position passées semblent prouver le contraire. Il estime pouvoir ainsi renvoyer dos à dos l’école historique marxiste et l’histoire officielle du système impérial d’avant 1945. Il est pourtant difficile d’avaliser sérieusement un tel parallèle entre une histoire dont la rédaction était entièrement soumise au pouvoir de censure discrétionnaire de l’État, et forgée par ses intérêts sans soucis d’objectivité scientifique, et l’Histoire de Shôwa qui, quelles que fussent ses lacunes, avait tout de même le mérite de s’inscrire dans une exigence scientifique fondamentale, indépendamment de toute pression de l’État ou des acteurs politiques.

  • 20   Ibid.

22Dans sa réponse à Kamei, Tôyama Shigeki soulignera cette ambigüité20. Il dresse à son tour un parallèle entre les tentatives des conservateurs au pouvoir pour réaffirmer leur emprise sur l’histoire enseignée, et donc de circonscrire l’influence de l’histoire universitaire, et les soupçons idéologiques que fait peser Kamei sur l’ouvrage afin de saper sa légitimité sans aucune considération pour sa valeur scientifique. Il est relativement facile pour Tôyama de montrer que les critiques de Kamei ne sont pas aussi neutres qu’il voudrait le faire penser, puisqu’elles épousent un changement dans l’équilibre politique du Japon au milieu des années 1950, avec le retour au pouvoir d’une frange dure des conservateurs japonais. Cette controverse sur l’Histoire de Shôwa reflète en effet la recomposition des forces politiques qui se joue à la tête de l’État japonais et à l’échelle de toute la société durant cette époque charnière.

  • 21 Tôyama Shigeki, Fujiwara Akira, Imai Seiichi, Shôwashi (Histoire de Shôwa), Nouvelle édition, Iwan (...)

23Dans leur nouvelle édition de l’ouvrage en 1959, les auteurs prendront cependant en considération une partie de ces critiques, en se montrant notamment plus enclins à souligner les erreurs du Parti communiste japonais. Ils le décrivent plus volontiers comme l’un des acteurs de l’histoire nationale plutôt que comme le dépositaire exclusif des aspirations démocratiques de la nation. Cette évolution du traitement réservé au parti est à rapprocher de la perte de prestige que connaît le parti dans cette deuxième moitié des années 1950, gagné par la déstalinisation. Il est désormais impossible de le présenter, comme c’était parfois le cas dans la première édition, comme l’incarnation des aspirations du peuple japonais contre les élites. Les auteurs pointent du doigt les divisions internes qui minent le parti, ou le « dirigisme sectaire »21 qu’il a tenté d’imprimer aux organisations syndicales après-guerre, poussant celles-ci à s’en éloigner. Ils vont aussi apporter dans cette nouvelle édition un soin tout particulier à analyser le rôle des médias et des outils de propagande que le régime militariste a mis en branle pour rallier la partie la plus large de la nation à son projet militaire. En complexifiant ainsi, en réponse aux critiques, le récit national élaboré dans la première édition, la conclusion de l’ouvrage gagne en légitimité.

24Le dernier aspect intéressant de ce débat autour de la parution de l’Histoire de Shôwa, concerne la portée accusatoire de l’ouvrage, notamment au sujet du réquisitoire sans concession qu’il dresse des responsabilités de guerre. On a vu que les historiens avaient élargi les conclusions du procès de Tôkyô pour étendre la culpabilité de guerre à l’ensemble d’une classe dirigeante, incluant non seulement l’empereur et sa cour, mais aussi les élites militaires, les principaux responsables politiques et les grands capitalistes. Hostiles à cet exposé trop radical, Kamei tente de saper les bases de ses accusations et du tableau qu’il révèle des responsabilités de guerre. Il estime qu’en accusant la classe dirigeante d’avoir entraîné le reste de la nation dans la guerre, les auteurs simplifient la réalité de l’époque en voulant diviser trop nettement coupables (la classe dirigeante) et victimes (le peuple, la nation). C’est selon lui une autre raison qui empêche la dimension humaine d’émerger de ce récit historique. Il oppose ainsi à ce verdict, comme on l’a vu, la complexité des trajectoires individuelles, et le problème de la responsabilité de l’ensemble de la nation japonaise dans la guerre, et insiste surtout sur l’expérience de la guerre comme un traumatisme, capable de transformer les hommes ordinaires en brutes sanguinaires.

25Si ces remarques ne sont pas infondées, Kamei évite surtout d’aborder plus frontalement le problème de la responsabilité, en passant sous silence dans sa critique le procès de Tôkyô, ou le traitement qui en est fait par l’Histoire de Shôwa. Là encore, il est difficile de détacher ce volet du débat du contexte politique de l’époque, comme Kamei semble vouloir le faire. Par sa vision des responsabilités de guerre, Kamei dédouane les élites fustigéespar les historiens, et à une moindre échelle, par le Tribunal militaire pour l’Extrême-Orient. Ecarter celui-ci permet aussi d’éviter la question de la responsabilité de l’empereur et l’immunité dont il a bénéficié. Implicitement, à travers ces historiens, les condamnations du procès de Tôkyô sont rejetées sans avoir àévoquer ses limites juridiques.

26En s’attaquant ainsi à la vision du récit national élaborée par les historiens académiques marxistes, les intellectuels littéraires comme Kamei vont faire le jeu des politiciens conservateurs qui tentent à la même époque d’imposer à nouveau leur marque sur l’histoire enseignée dans les manuels scolaires. Ils entendent limiter l’influence au sein de la société japonaise de cette version du récit national qui, pour « démocratiser » la société japonaise, tâche de se rendre accessible à un lectorat très large. A cet égard, il n’est pas anodin qu’un Kamei évoque les risques que présente cette vision de l’histoire pour l’enseignement. La raison majeure de cette inquiétude tient principalement aux responsabilités de guerre étendues.

27Ce volet de la critique ne portera pas sur les auteurs de l’Histoire de Shôwa. Car s’ils ont modéré les présupposés « idéologiques » de leur récit dans la nouvelle édition, ils n’ont pas atténué pour autant la dimension accusatoire de l’ouvrage, qui en forme l’argument principal, intimement liéà sa mission démocratique, et qui en demeure la conclusion la plus forte. Mais il est à noter que le procès de Tôkyô lui-même s’efface de leur narration historique de l’après-guerre. Les auteurs semblent ainsi sanctionner une sortie pure et simple de l’histoire pour un procès qui n’a pas su faire sens, et renforce l’idée que la narration même de l’histoire nationale dans l’Histoire de Shôwa se substitue à la vocation historique supposée du procès. Paradoxalement, c’est aussi le volet de leur accusation spécifiquement consacréà l’empereur qui s’atténue avec la disparition du procès.

Une critique plus pertinente du peuple comme victime

28Le débat revêt aussi une importance historique par ses angles morts et les présupposés qui le sous-tendent. Certaines questions ne sont pas abordées par les participants, ou de manière incomplète et significative, et révèlent de fait certains trous de la mémoire collective du Japon d’après-guerre. On peut regrouper ces lacunes sur deux grands axes : le problème de la victimisation de la nation japonaise, et le problème de la subjectivité dans la rédaction de l’histoire nationale.

  • 22 Matsuzawa Hiroaki, « Shohyô Shôwashi (shinpan) »(Notes de lecture : « Histoire de Showa (nouvelle (...)

29En effet, une des plus grandes limites de l’Histoire de Shôwa touche à sa conception de la nation japonaise comme une pure victime des agissements de la classe dirigeante. C’est en partie ce que souligne Kamei lorsqu’il dénonce la dimension accusatoire de cette histoire, et la manière dont elle sépare les Japonais en coupables et victimes. Mais il tombe encore plus lourdement dans ce travers puisqu’il semble recouvrir le problème de la responsabilité des crimes de guerre par celui de la guerre elle-même en tant qu’expérience traumatique, dont les Japonais deviennent par conséquent tous victimes, dirigeants compris. Le philosophe Matsuzawa Hiroaki a analysé avec plus d’acuité cette limite de l’Histoire de Shôwa, dès 195922. Matsuzawa note que la séparation absolue opérée entre une nation victime, entrainée de force dans la guerre, et la classe dirigeante coupable, est problématique. La frontière entre un peuple perçu comme victime et ses dirigeants est fonctionnelle, mouvante dans les faits ; pour analyser de manière plus satisfaisante l’ensemble des responsabilités de guerre, il faudrait une catégorisation plus fine permettant d’analyser les processus qui ont accompagné, voire entraîné, le durcissement du régime et la fuite en avant dans la guerre. Dans l’Histoire de Shôwa, le peuple est toujours présenté comme un acteur passif. Or, certaines composantes ont joué un rôle actif dans la marche vers la guerre. Matsuzawa cite ainsi l’exemple des classes moyennes qui, par le biais notamment des associations locales de défense, ont souvent relayé activement la propagande militariste. Cette déresponsabilisation est pour lui irrecevable, surtout du point de vue des victimes asiatiques dans leur ensemble : comment l’Histoire de Shôwa peut-elle dans le même temps considérer la nation japonaise comme une victime de la guerre et souligner l’immensité des pertes chinoises ? Le peuple de cette nation n’est-il pas dans ce cas précis le coupable de cette tragédie ? Bien que cela ne remette pas fondamentalement en cause les analyses de l’ouvrage, à son avis, en limitant le rôle du peuple aux seules manifestations de résistance à la classe dirigeante, les auteurs se sont refusés à aborder certains aspects de la marche vers la guerre qui impliquent une culpabilité plus large de la nation japonaise. La critique de Matsuzawa souligne donc le sentiment de clôture des responsabilités et des irresponsabilités que l’Histoire de Shôwa risque de véhiculer. Elle semble par conséquent reproduire, bien qu’à un degré moindre, la critique que les auteurs avaient eux-mêmes avaient sur les conclusions du procès de Tôkyô.

  • 23 Oguma Eiji, Nihonjin no kyôkai – okinawa, aïnu, taïwan, chôsen, shokuminchi shihai kara fukkiundô (...)
  • 24 Dans les années 1990, un autre critique littéraire, KatôTenyô, soutiendra que pour guérir des bles (...)
  • 25 C’est notamment la conclusion de l’analyse des écrits de Kamei par l’historien des idées Sakai Nao (...)

30Il faut aussi souligner le flou qui entoure le terme de nation, et pas seulement pour des questions de traduction (supra note 4), mais parce qu’elle est considérée comme le sujet de l’histoire nationale pour tous les participants au débat. Si l’Histoire de Shôwa a su élargir le cadre de l’histoire nationale japonaise, en recourant notamment à l’impérialisme comme grille d’analyse des guerres d’agression en Asie, la nation comme sujet de l’histoire pose un problème indéniable. Ne serait-ce que parce que la nationalité, sans jeu de mot, des sujets de l’empire a été bouleversée par l’effondrement de celui-ci à la fin de la guerre, ce qui implique de fait une distorsion avant et après-guerre de l’acteur collectif, désigné de façon univoque par kokumin (la nation / le peuple). Si les Coréens, Taïwanais et Okinawaïens étaient tous sujets de l’empereur du Japon jusqu’à la fin de la guerre, ce n’était plus le cas au moment de la controverse sur l’Histoire de Shôwa23. Ce concept de kokumin ou « peuple-nation » est utilisé ici par les historiens comme une réalité donnée dont on peut faire l’acteur principal d’une histoire concue comme démocratique, ce qui finit par masquer la complexité des enjeux potentiels de réparations de guerre. La « voix des morts » de Kamei relève d’ailleurs du même oubli, puisqu’il évoque avant tout les morts japonais, sans considération par exemple pour les mobilisés et auxiliaires de l’armée impériale devenus depuis Coréens ou Taïwanais, les jeunes Coréens et Chinois forcés à un travail de bête dans les mines et usines japonaises, les cobayes humains des « expériences » chimiques de la brigade 731 en Chine, les « femmes de réconfort » de toute l’Asie qui n’ont pas survécu à la violence de l’esclavage sexuel, etc.24. La notion même d’être humain mise en avant par Kamei contre les catégories utilisées par les auteurs de l’histoire de Shôwa renvoie indéniablement à une humanité conçue avant tout comme « japonaise »25. Bref, le cadre strictement national du débat limite considérablement les conclusions de l’ouvrage et du débat pourtant très large qu’il a provoqué. Il ne s’agit pas de pointer ses limites pour insister sur un éventuel particularisme japonais, puisqu’un tel constat pourrait s’appliquer aux histoires nationales rédigées dans tous les États-nations de cette époque. Mais un aperçu de ce débat permet d’entrevoir les fissures que tenteront par la suite de combler les intellectuels japonais dans leur réévaluation des responsabilités de guerre.

Conclusion

  • 26   Pour un panorama plus large du travail des historiens japonais confrontés au passé colonial de le (...)

31Moins d’une dizaine d’année après le procès de Tôkyô, le débat autour de l’Histoire de Shôwa fait donc entrevoir une autre strate dans l’analyse des responsabilités de guerre japonaises. Par l’ampleur des sujets abordés, cet ouvrage a marqué une étape importante de l’historiographie japonaise sur cette période cruciale de l’histoire nationale couvrant l’avant et l’après-guerre. Les auteurs ont cherché notamment à se substituer à la mission historique du procès de Tôkyô qu’ils estiment avoir été impunément avorté. L’utilisation du marxisme comme grille d’analyse a permis aux historiens japonais de l’époque d’inscrire leur histoire récente dans une rationalité, mais aussi dans une conception universalisante de l’histoire, faisant le lien entre l’expérience nationale japonaise et une conception standardisée de l’évolution historique des États-nation. La polémique qui a suivi la publication de l’ouvrage permet d’appréhender les visions concurrentes de la responsabilité (ou de l’absence de responsabilité) de guerre, mais aussi les forces sociales qui tenteront de juguler cette vision du récit historique national. Certaines limites internes à la grille d’analyse des historiens de l’époque, comme par exemple ses catégories en partie préconçues idéologiquement, ou les limites liées à l’utilisation du terme kokumin, le peuple-nation, comme sujet d’une histoire nationale sans interroger les a priori de ce concept. Mais ces critiques permettent également de comprendre sur quels axes les forces sociales opposées à cette lecture de l’histoire, et en premier chef toute une partie de la droite moins libérale qu’il n’y paraît, se sont appuyées pour la déconsidérer et l’isoler, sans pouvoir forcément lutter avec son appareil méthodologique et sa légitimité universitaire. Les limites du débat que j’ai relevé ici permettent aussi de comprendre dans quel contexte le Japon a pu alors faire cette première tentative d’historiciser son expérience de la guerre, et d’entrevoir par conséquent les axes poursuivis depuis pour dépasser les cadres posés par l’Histoire de Shôwa, sans jamais cesser pour autant d’y revenir comme une étape fondamentale dans l’écriture de l’histoire nationale dans le Japon d’après-guerre26.

Haut de page

Notes

1 Le terme de « Shôwa » désigne ici l’ère Shôwa du calendrier japonais, qui commence en 1926, et s’achève en 1989. Cette première édition de l’ouvrage couvre donc l’histoire du Japon de 1926 à son année de publication, 1955.

2 Cf. Germaine A. Hoston, Marxism and the Crisis of Development in Prewar Japan, Princeton University Press, 1987.

3 Tôyama Shigeki, « Gendaishi kenkyû no mondaiten. Shôwashi no hihan ni kanren shite » (Problème de la recherche en histoire contemporaine ; au sujet des critiques surl’Histoire de Shôwa), Chuô Kôron, juin 1956

4 Le terme japonais utilisé ici est kokumin, que je traduis tantôt par nation, tantôt par peuple, koku tirant vers nation, et min vers peuple. Il désigne aussi bien le peuple par opposition aux élites que le peuple national japonais.

5 Tôyama Shigeki, op. cit.

6 Diplomate japonais, ministre des Affaires étrangères de 1943 à 1945, condamné lors du procès de Tôkyô à sept ans d’emprisonnement.

7 Les Partis libéral et démocrate, qui s’unissent en 1955 pour contrer le front des partis de gauche, formant ainsi le Parti libéral-démocrate, qui garde ensuite le pouvoir de 1955 à 1993, puis de 1997 à 2009.

8 Notamment à l’occasion des directives publiées en 1955. Voir à ce sujet Ienaga Saburo, Japan’s Past, Japan’s Future : One Historian’s Odyssey, Lanham, Maryland : Rowman & Littlefield, 2001.

9 Tôyama Shigeki, Fujiwara Akira, Imai Seiichi, Shôwashi (Histoire de Shôwa), première édition, Iwanami shinsho, 1955, p. iii.

10 Nihon fashizumu no tokushoku (Les particularités du fascisme japonais), in Tôyama Shigeki, Fujiwara Akira, Imai Seiichi, Shôwashi (Histoire de Shôwa), nouvelle édition, Iwanami shinsho, 1959, p. 128.

11 Tôyama, Fujiwara, Imai, op.cit.(Histoire de Shôwa), p. 218.

12 Tobe Hideaki, « Showashi ga umareru. Senkyûhyakugojû nendai ni okeru shigakushiteki bunmyaku no saiteii » (La naissance de l’Histoire de Shôwa ; reconfiguration du contexte historiographique des années 1950), in Ôkado Masakatsu, Showashi ronsô wo tou – rekishi wo kijutsu suru koto no kanôsei (Le débat surL’histoire de Showa en question - de la possibilité de la description historique), Nihon keizai hyôronsha, 2006.

13 Ibid, p. 225-226.

14 In Odagiri Hideo, « Watashitachi mo ikitekita. Shôwashi ni yoseru koe »(Nous aussi, nous l’avons vécu ; Avis concernant l’Histoire de Shôwa), Toshô Shinbun, 10 décembre 1955.

15   Ibidem.

16 Kamei Katsuichirô, « Gendaishi e no gimon. Rekishika ni « sôgôteki » nôryoku o yôkyû suru koto wa hateshite iru darô ka ? » (Doutes concernant les historiens contemporains ; est-ce trop leur demander que de se montrer un peu plus « synthétiques »?), Bungei Shunjû, mars 1956.

17   Devant la répression féroce de la police à partir des années trente, nombre de militants communistes ont plié l’échine, parfois sous la torture, d’autre par opportunisme politique. Kamei est dans ce deuxième cas. Sur cette histoire, cf. Brice Fauconnier, Conversion to Fascism ? Historiographic and Political Issues of an Intellectual Phenomenon in Pre-war Japan, Université de Kyôto, 2008. Kamei sera lui aussi emprisonné lors de la sévère répression anticommuniste du 15 mars 1928. Libéré sur parole en 1930, il se rapproche un temps de la littérature prolétaire avant de rompre avec le marxisme, puis d’embrasser définitivement, comme les autres acteurs majeurs du romantisme japonais d’alors, et non sans opportunisme, le militarisme du régime dans la deuxième moitié de la décennie. Pour le détail de l’évolution idéologique de Kamei, voir Kevin Michael Doak, Dreams of difference : the Japan romantic school and the crisis of modernity, University of California press, 1994.

18   Lors du célèbre colloque de l’Ecole de Kyôto, « Le dépassement de la modernité » (Kindai no chôkoku, publié par Sôgensha en 1943), il avait notamment déclaré : « La paix est plus terrifiante que la guerre » et « Mieux vaut une guerre souveraine qu’une paix d’esclave ! ».

19   Tôyama Shigeki, « Gendaishi kenkyû no mondaiten – Showashi no hihan ni kanren shite » (Le problème de la recherche en histoire contemporaine - Au sujet des critiques sur L’histoire de Showa), Chuô Kôron, juin 1956.

20   Ibid.

21 Tôyama Shigeki, Fujiwara Akira, Imai Seiichi, Shôwashi (Histoire de Shôwa), Nouvelle édition, Iwanami shinsho, 1959, p. 279.

22 Matsuzawa Hiroaki, « Shohyô Shôwashi (shinpan) »(Notes de lecture : « Histoire de Showa (nouvelle édition) »), Shisô (La pensée), octobre 1959.

23 Oguma Eiji, Nihonjin no kyôkai – okinawa, aïnu, taïwan, chôsen, shokuminchi shihai kara fukkiundô made (Les frontière des Japonais – Okinawa, Aïnous, Taïwan et la Corée, de la domination coloniale aux mouvements de retour au pays), Shinyôsha, 1998.

24 Dans les années 1990, un autre critique littéraire, KatôTenyô, soutiendra que pour guérir des blessures de la guerre et dépasser les conflits mémoriels qui secouaient alors le pays, le Japon doit commencer par pleurer exclusivement ses trois millions de morts dans la guerre, avant de pouvoir compatir avec les vingt millions de morts du reste de l’Asie, rétablissant de fait cette distinction absolue entre les victimes de la guerre. Cette « priorite nationale » sera fortement critiquée par Takahashi Tetsuya.

25 C’est notamment la conclusion de l’analyse des écrits de Kamei par l’historien des idées Sakai Naoki, « Nihonshi to kokuminteki sekinin » (Histoire du Japon et responsabilité nationale), in Rekishi to hôhô henshû iinkai (Comité de rédaction Histoire et méthode), Rekishi to hôhô 4, Teikoku to kokumin kokka (Histoire et méthode 4, Empire et Etat-nation) Aoki Shôten, 2000.

26   Pour un panorama plus large du travail des historiens japonais confrontés au passé colonial de leur pays, ainsi qu’au problème des responsabilités de la guerre, voir Arnaud Nanta, « Le Japon face à son passé colonial », in Daniel Lefeuvre, Olivier Dard (dir.), L’Europe face à son passé colonial, Riveneuve, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tristan Brunet, « Le procès de Tôkyô et le débat sur l’Histoire de Shôwa », Droit et cultures, 58 | 2009, 43-58.

Référence électronique

Tristan Brunet, « Le procès de Tôkyô et le débat sur l’Histoire de Shôwa », Droit et cultures [En ligne], 58 | 2009-2, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2050

Haut de page

Auteur

Tristan Brunet

Tristan Brunet est doctorant à l’Université Paris-Diderot, UFR de Langues et civilisations de l’Asie orientale et à l’Université des langues étrangères de Tôkyô (Tôkyô gaidai). Sa thèse porte sur les débats concernant l’écriture de l’histoire nationale dans le Japon de l’immédiat après-guerre, et plus particulièrement sur le débat autour de l’Histoire de Shôwa. trisa.brunet@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org