Navigation – Plan du site
Mémoires et responsabilités de guerre. Les procès de Tôkyô et de La Haye

L’opinion dissidente de Pal et le révisionnisme historique dans le Japon d’après-guerre*

The dissentient judgment of Pal and historical revisionism in Postwar Japan
Takeshi Nakajima
p. 29-42

Résumés

Dans son opinion dissidente au procès de Tôkyô (le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient), le juge indien Radhabinhod Pal avait contesté le bien-fondé des notions de « crime contre la paix » et de « crimes contre l’humanité » élaborées par la Charte du tribunal qui furent utilisées pour condamner les hauts responsables japonais comme « criminels de guerre de classe A ». Considérant que ces notions relèvent d’une législation ex post facto, il estima qu’il eût été préférable de s’en tenir à la notion existante de « crimes de guerre ». Faute de quoi, au lieu de servir la justice, le procès de Tokyo cautionna selon lui l’idée qu’il suffirait de sortir vainqueur d’un conflit armé pour pouvoir imposer la loi de manière arbitraire. Au Japon, cette opinion se vit peu à peu durcie, puis détournée de sa visée initiale, par un courant de plus en plus outrageusement révisionniste. Cet article réexamine les points essentiels de l’argumentation de Pal avant d’analyser la façon dont les révisionnistes japonais s’en sont emparée.

Haut de page

Texte intégral

  • * Traduit du japonais par Dominique Palmé, traductrice indépendante.

1Depuis le milieu des années 1990, l’émergence des groupes révisionnistes au Japon retient l’attention. On peut percevoir ce glissement vers une droite radicale tant dans l’enseignement (à travers l’extension des activités de la « Société pour la rédaction de nouveaux manuels d’histoire ») que dans le secteur culturel (l’ouvrage de l’auteur de manga Kobayashi Yoshinori Sensôron, « De la guerre », étant devenu un best-seller). Mais on le constate également dans le domaine politique, comme le montre l’accession au poste de Premier ministre d’Abe Shinzô, puis d’Aso Tarô, qui se proclament l’un et l’autre conservateurs, un euphémisme en ce qui les concerne.

2Dans ce contexte, les tenants du révisionnisme utilisent à l’envi un certain nombre de mots-clés tels que « vision de l’histoire établie lors du procès de Tôkyô » (Tôkyô saiban shikan) ou « masochisme historique » (jigyaku shikan). À leur yeux en effet, les tentatives de tous ceux qui, voyant dans l’expansion du Japon en Asie avant la Seconde guerre mondiale une véritable guerre d’aggression, cherchent à reconsidérer de façon critique ce pan de l’histoire nipponne – ces tentatives, donc, relèvent d’une forme d’autoflagellation qui proviendrait de leur « fascination pour le Procès de Tôkyô ». Ils prétendent pour leur part que ce procès joua un rôle moteur dans un « complot » visant à présenter la « guerre dans la sphère de la Grande Asie » comme une « guerre remportée sur le Japon fasciste par les Alliés ». Ils ne cessent donc d’insister sur la nécessité pressante de dénier la légitimité du procès de Tôkyô, seul moyen de se libérer enfin de cette « vision masochiste de l’histoire ».

3Pour défendre leur point de vue, les révisionnistes invoquent fréquemment le « jugement opposé du juge Pal », l’Indien Radhabinhod Pal étant, comme on le sait, l’un des magistrats qui siégea au procès de Tôkyô. Dans ce texte, Pal soutenait l’opinion dissidente (the dissentient judgment of justice) selon laquelle tous les prévenus jugés pour crimes de guerre de classe A étaient non-coupables au regard du droit pénal. Le service de langues du tribunal militaire international ayant traduit de façon littérale le terme judgment par hanketsusho, c’est-à-dire « jugement », c’est cette appellation qui s’est fixée en japonais (le cas échéant ci-après, je ferai référence à cet usage en le signalant par des guillemets).

  • 1   Jugeant nécessaire d’attirer l’attention sur ce fait, j’ai publié en 2007 un essai intitulé « Le (...)

4On notera tout d’abord que le contenu de ce texte n’a jamais été examiné avec circonspection : on n’en a retenu que la conclusion, « tous non coupables », et depuis lors, cette expression a été constamment détournée de son sens. Dans cet article, je me propose d’examiner les points essentiels de l’argumentation de Pal, afin d’analyser les idées qu’il avait défendues. Je tenterai en outre d’attirer l’attention sur les questions qu’il soulève, en brossant à grands traits un panorama des positions adoptées depuis la fin de la guerre par les tenants du révisionnisme de l’histoire japonaise face au texte du juge Pal1.

L’argumentation de Pal

  • 2   Tôkyô Saiban Kenkyûkai (Société d’Études sur le Procès de Tôkyô), 1984a, p. 268.

5Dans son opinion dissidente, Pal s’appuie sur un point de vue légaliste pour développer des arguments critiques à l’égard de ce qu’il considère comme une « législation ex post facto ». Concernant les crimes de guerre, il reconnaît la définition qu’en donne le droit pénal international, et se montre favorable aux délibérations du tribunal à ce sujet. En revanche, pour ce qui est de l’accusation de crimes contre la paix et crimes contre l’humanité, il la rejette purement et simplement, en arguant qu’elle n’est pas fondée en termes de droit international. D’après Pal, très virulent dans sa critique, un tribunal qui charge les prévenus de crimes non définis par ce droit n’est pas une cour de justice, mais « un simple instrument au service du pouvoir »2.

6Après avoir marqué la différence de champ entre justice et politique, Pal reproche violemment au tribunal chargé de mener le procès de Tôkyô d’être dominé par la ligne politique des Alliés. D’après ses arguments, reconnaître une législation ex post facto revient à répandre l’idée qu’il suffit de sortir vainqueur d’un conflit armé pour pouvoir mener une affaire judiciaire à sa guise, au mépris de la législation internationale et d’un principe qui devrait être partagé par tous les pays du monde : la condamnation de la guerre. Pour Pal, loin d’entraîner l’éradication des guerres offensives, le procès de Tôkyô risque au contraire d’induire une extension de ce type de conflits, et menace donc l’ordre international dans ses fondements mêmes. L’essentiel, à ses yeux, est donc de respecter à la lettre la procédure régulière en matière de justice, et d’instituer la prééminence du droit sur la politique :

  • 3   Ibid, p. 268-269.

Si l’on intente un tel procès, la création d’un tribunal chargé de juger la présente affaire peut fort bien être perçue comme une manière de maquiller sous une apparence de justice des visées fondamentalement politiques ; il serait même très naturel d’interpréter les choses de cette façon. On aboutirait donc à une « vengeance ritualisée », qui non seulement n’apporterait qu’une satisfaction éphémère, mais se doublerait inévitablement, au bout du compte, de remords. Cependant, le seul moyen concevable pour contribuer effectivement au rétablissement de l’ordre et de la mesure dans les relations internationales, consiste à défendre la loi grâce à une véritable procédure juridique3.

7Pal s’en prend ici à la charte du tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient qui formalisait les incriminations et les compétences du tribunal. Dans cette charte, promulguée le 19 janvier 1946, figuraient les crimes de guerre tels que définis par le droit international de l’époque, auxquels furent ajoutés le « crime contre la paix » et « les crimes contre l’humanité ». Or, Pal critique sévèrement le contenu de ce texte qui transgresse de façon patente, d’après lui, les principes du droit international.

  • 4   Ibid, p. 278-279.

8Sa critique porte en premier lieu sur le caractère de la charte qui, « au lieu de définir la notion de crime, devrait normalement se contenter de citer des actes qui placent ceux qui les ont commis sous le contrôle du tribunal compétent »4. D’après lui, le rôle de cette charte doit se limiter à « déterminer quelles sont les affaires dont l’examen incombe au tribunal ». En revanche, elle ne peut en aucun cas se prononcer sur la question de savoir si ces affaires sont assimilables ou non à des crimes ; une telle décision, relève de la responsabilité du tribunal, et doit être prise à la lumière du droit international. Bref, Pal s’oppose vigoureusement aux points de cette charte qui, faisant fonction de nouveau texte juridique non-fondé sur le droit international, trahissent du même coup les principes de la justice.

9Pour le juge indien, instituer un tribunal destiné à juger les criminels de guerre relève sans conteste des attributions des pays vainqueurs. Il ne met donc pas en cause l’élaboration d’une charte définissant la tenue d’un tel procès. En revanche, il considère que ces pays n’ont pas le droit de créer et de faire figurer dans ce texte de nouvelles catégories de crimes, infondées au regard de la législation internationale. Cela, aucune société avancée n’est en mesure de l’admettre.

  • 5   Ibid, p. 300-301.

10Par ailleurs, il relève qu’il appartient aux juges d’examiner la charte, afin de déterminer si celle-ci ne constituerait pas une forme d’abus de pouvoir. En effet, « même les réglements du présent tribunal tirent leur pouvoir du droit international », et c’est pourquoi il revient aux juges d’examiner « si chaque point de ces réglements est valide au regard de la loi, en s’appuyant sur l’autorité du droit international. »5.

11Au terme de son analyse, Pal conclut que les notions de crimes contre la paix et de crimes contre l’humanité pouvant être rattachés à une législation ex post facto, il est difficile de les considérer comme légalement valables dans le cadre du droit international. Après avoir retracé l’historique de la thèse du complot –préalable à la notion de crimes contre la Paix – Pal critique sévèrement le parquet qui a échafaudé cette thèse. Il cherche à démontrer à la fois d’un point de vue juridique et au regard des faits historiques, qu’il est impossible en l’occurrence de valider cette nouvelle catégorie de crimes.

12Mais Pal ne s’oppose pas pour autant au déroulement du procès de Tôkyô. Au contraire, il se montre favorable à l’idée de juger les crimes de guerre tels que définis par le droit international existant, en reconnaissant spontanément tout le sens d’un tel principe :

  • 6   Ibid, p. 244.

La guerre, qu’elle soit légitime ou non, qu’elle soit offensive ou défensive, doit être réglementée grâce à des lois reconnues par tous – il n’y a pas de changement à cela. Aucun traité, aucune convention ne peuvent abroger la législation relative à la guerre6.

13Partant de ce point de vue, Pal examine les atrocités commises par l’armée japonaise, à commencer par « le massacre de Nankin » et la « marche de la mort de Bataan », et atteste de la réalité de ces actes qu’il critique sévèrement, les qualifiant de « démoniaques ». Il soulève par la même occasion la question du comportement de l’armée nipponne dans les pays asiatiques à partir de la seconde guerre sino-japonaise. Néanmoins, d’après lui, on ne peut avoir aucune preuve juridique certaine que les militaires suspectés de crimes de guerre de classe A lors du procès de Tôkyô ont orchestré ces atrocités ou donné l’ordre de les commettre, ou encore, qu’ils ont été complices par négligence de l’escalade de tels débordements. Il conclut donc à l’impossibilité de poursuivre les prévenus pour des crimes relevant du droit international.

14Mais si Pal s’oppose avec véhémence à la procédure mise en place lors du procès de Tôkyô, cela ne l’empêche pas d’accuser les dirigeants japonais d’avoir « commis des erreurs » dont la responsabilité leur incombe non pas sur le plan pénal mais moral. Il porte notamment un regard critique sur le processus qui, à la suite de l’attentat contre le gouverneur de Mandchourie Zhang Zuolin en juin 1928, allait mener à « l’incident de Mandchourie » et à la seconde guerre sino-japonaise, et soutient que, dans la mesure où le Japon moderne n’est qu’un imitateur du modèle impérialiste occidental, la responsabilité morale des faits revient autant aux Alliés qu’au Japon.

15Concernant le déclenchement des hostilités entre le Japon et les États-Unis, Pal incrimine beaucoup plus sévèrement la politique diplomatique américaine que les agissements de l’État japonais. D’après lui, la responsabilité des Etats-Unis est d’autant plus lourde que son gouvernement a exercé des pressions très fortes sur son homologue japonais, notamment à travers les exigences contenues dans la Note de Hull (21 novembre 1941). Enfin, Pal évoque également les deux bombardements atomiques pour souligner l’injustice qu’il y a à accuser unilatéralement le Japon de crimes de guerre.

16Il est important de noter ici que le juge Pal, loin d’exempter le Japon de sa responsabilité morale dans la guerre, se borne à dire et à redire que les dirigeants japonais ne peuvent être accusés, sur le plan pénal, de crimes de guerre de classe A. Sa critique à l’égard des crimes de guerre de l’armée japonaise est virulente, et en ce qui concerne le déroulement historique des événements survenus à partir de l’affaire de Mandchourie, il les analyse avec la même rigueur que celle qui aurait dû être requise pour juger de la domination des divers pays occidentaux sur leurs colonies respectives. La thèse de la droite japonaise qui conclut, à partir des arguments empruntés au « jugement de Pal », à la justification de la guerre en Asie, et partant, à l’innocence pure et simple du Japon, résulte donc clairement d’une interprétation erronée de ce texte, et d’une distorsion spectaculaire de sa logique.

17Mais on peut s’interroger sur le contexte idéologique dans lequel Radhabinhod Pal a conçu son argumentation. Nous allons tenter de cerner les contours de la pensée du juge indien.

Un pacifisme radical

18Dans son opinion dissidente, Pal insiste à plusieurs reprises sur l’espoir qu’il place dans la création d’une instance de représentation de la communauté mondiale, et sur la nécessité d’un tel organisme :

  • 7   Tôkyô Saiban Kenkyûkai, 1984a, p. 385.

Nous ne mettons aucunement en doute la nécessité, pour l’ensemble du monde, de créer une organisation internationale… ou plus exactement, … une communauté mondiale placée sous le contrôle de la loi, et cela, sans la moindre distinction de nationalité ou de race7.

  • 8   Ibid, p. 289.

19Il faut donc, pour appliquer strictement les dispositions du droit international, mettre en place « une communauté mondiale placée sous le contrôle de la loi », et qui transcende le concept de nation. La création d’un « super État » (Super State) permettrait d’éradiquer complètement les guerres et surmonter les discriminations raciales8.

20Toutefois, Pal ne caresse pas l’espoir naïf de voir naître instantanément une telle instance mondiale pour réunir et coiffer toutes les nations du monde. À ses yeux, une telle instance représente un idéal vers lequel il est bon de tendre, en réformant de façon progressive la société internationale. La priorité consiste donc à établir une organisation dont le postulat serait le respect de la souveraineté de chaque nation, tout en sachant bien qu’en l’état actuel des choses, une telle organisation est loin de pouvoir être créée. Et c’est bien ce qui explique les énormes difficultés rencontrées dans la mise en application du droit international. En effet, dans la mesure où il n’existe pas encore de « super État », il est impossible d’appliquer de façon à la fois concrète et radicale les sanctions prononcées à l’encontre d’un pays qui viole le droit international, et dans ce contexte, l’application de la loi est donc fatalement déterminée par la situation mondiale du moment et par les rapports de force entre nations.

21Voilà justement pourquoi Pal insiste si vigoureusement sur l’urgence de mettre en place une institution ayant pour rôle de faire respecter et appliquer le droit international. Et il considère que c’est grâce aux « forces de l’Homme », celles qui tendraient à rendre un tel organisme proche de « l’idéal que serait une fédération mondiale », que l’on pourra stabiliser l’ordre de la société internationale.

22Pal croyait en un humanisme basé sur la sagesse de l’Inde ancienne, et plus précisément sur le dharma, conception védique de l’ordre. En outre, il professait sa foi dans le gandhisme, et rêvait à l’avènement d’une société idéale que le genre humain bâtirait sur le principe d’une paix absolue.

23En 1952, quelques années après la fin du procès de Tôkyô, Pal revint au Japon où il donna une série de conférences. Il insista pour que le gouvernement nippon adopte, dans un monde alors en pleine guerre froide, une politique de neutralité et de démilitarisation. S’opposant violemment à un réarmement conforme aux intentions des Étas-Unis, il prêcha l’idéal pacifiste de Ghandi. Pour entrer sur la voie concrète de l’éradication de « ce mal qu’est la guerre », il souligna les problèmes posés par la ligne de conduite antérieure du Japon au cours de ses guerres passées sur le principe de combattre le mal par le mal.

24À plusieurs reprises, Pal manifesta sa déception et sa colère à l’égard d’un Japon qui acceptait le renforcement de la présence américaine sur son territoire. Ses reproches véhéments s’adressaient au Japon de l’après-guerre, indifférent aux questions soulevées par le procès de Tôkyô, et s’alignant sans le moindre esprit critique sur la politique américaine.

25Il exprima ce sentiment lors de sa visite à Hiroshima, devant le mausolée du Parc de la paix. Il fut choqué par la stèle commémorative du bombardement atomique qui portait ces mots : « Dormez en paix, car l’erreur ne se répètera plus ». Cette phrase lui apparut comme un concentré de la position très ambiguë du Japon d’après-guerre :

  • 9   Journal Chûgoku (Chûgoku shinbun), 4 avril 1952.

Il est évident que cette phrase (l’erreur ne se répètera plus) vise les Japonais [plutôt que les Américains], mais de quelle erreur s’agit-il ? Je me pose la question. Il est évident aussi que l’on vénère ici les âmes des victimes du bombardement atomique, que ce ne sont pas les Japonais qui ont lâché la bombe, et que les mains de ceux qui l’ont lâchée sont loin d’être purifiées aujourd’hui. […] Si la décision de « ne pas répéter l’erreur » signifie que l’on renonce désormais aux armes, quelle magnifique résolution ! Mais si le Japon compte procéder à un réarmement, il commet de ce fait même un sacrilège à l’égard des âmes des victimes9.

26Pal manifeste ainsi son indignation face au Japon de cette époque qui s’est engagé docilement dans la voie du réarmement prescrite par les Américains sans oser véritablement questionner leur responsabilité dans les bombardements atomiques.

Les détournements révisionnistes du « jugement Pal »

27Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale jusqu’aujourd’hui, négligeant l’essentiel de la pensée du juge Pal, les révisionnistes japonais n’ont cessé de détourner le contenu de son « jugement » en l’accommodant comme bon leur semblait. Ils se sont contentés d’interpréter en l’amplifiant une partie de ses arguments, récupérant ceux-ci à leur profit pour appuyer l’innocence du Japon, légitimer la guerre offensive dans « la sphère de la Grande Asie », critiquer « la vision de l’histoire établie par le procès de Tôkyô » qui a induit les Japonais à se morfondre dans une « vision masochiste de l’histoire ». Parmi tous ces slogans polémiques, les controverses initiées par Tanaka Masaaki, homme de lettres et militant actif né en 1911, ont eut un grand retentissement, et sont à l’origine des malentendus qui perdurent encore à propos du contenu de l’argumentation de Pal, notamment l’expression « l’innocence du Japon » dont il se servit comme titre d’un de ses ouvrages.

28Sa réputation avait commencé à s’affirmer avant la Seconde guerre mondiale, sous l’influence d’ultra-nationalistes tels que Shimonaka Yasaburô et Nakatani Takeyo. Il fut alors membre de la Société pour la Grande Asie (Dai-Ajia Kyôkai). Créée en 1933, celle-ci avait à sa tête Matsui Iwane, général de l’armée de terre (qui sera condamné comme criminel de guerre de classe A lors du procès de Tôkyô). Tanaka fut alors chargé de la rédaction de l’organe de cette association, la revue Dai-Ajiashugi (« Panasiatisme »), fonction qu’il cumula avec celle de secrétaire de Matsui jusqu’en 1937, année où celui-ci fut nommé commandant du corps expéditionnaire en Chine centrale. Autant dire que Tanaka était le bras droit de Matsui.

  • 10   Tanaka Masaaki, Nippon muzai-ron. Shinri no sabaki (De l’innocence du Japon : la vérité en procès (...)

29En avril 1954, aussitôt après la levée des contrôles imposés par la politique de l’armée américaine d’occupation, il publia un ouvrage intitulé De l’innocence du Japon : la vérité en procès dans lequel était inséré un abrégé, traduit en japonais, du « jugement Pal ». Tanaka citait de façon quasi exacte les arguments de Pal, les accompagnant de commentaires. Il rapportait de même avec objectivité le point de vue du juge indien sur le massacre de Nankin, et notait : « Il ne fait aucun doute que les troupes japonaises se sont livrées à des actes de tueries »10.

30Pourtant, le titre même de l’ouvrage (« De l’innocence du Japon ») est discutable en soi, à plusieurs égards. Dans le texte de son opinion dissidente, Pal se penchait exclusivement sur la responsabilité pénale des criminels de guerre de classe A. Par conséquent, ce sont ces derniers qui auraient dû faire l’objet du titre. Car Pal reconnaît par ailleurs la responsabilité pénale des criminels de classe B et C jugés pour crimes de guerre, et il n’a jamais exprimé d’indulgence à l’égard de l’ensemble des actes commis par le Japon.

31De plus, le terme même d’innocence (muzai) devait être débattu à l’intérieur d’un champ sémantique limité, celui des crimes définis par le droit international existant à l’époque, sans avoir recours aux notions de crimes contre la paix et crimes contre l’humanité. Par certains propos figurant dans son opinion dissidente, Pal indique clairement la responsabilité morale qui incombait aux dirigeants japonais : « Le clan Tôjô a commis de nombreux méfaits. (…) Les gouvernants, les diplomates et les hommes politiques du Japon se sont probablement trompés. (…) Ils ont sans doute commis eux-mêmes des erreurs ». Il ne faut donc pas se méprendre sur ce point, ni subvertir la pensée de Pal en lui faisant dire que les gouvernants du Japon n’ont aucune responsabilité dans la guerre, ou bien que le Japon est innocent dans le même sens du terme. Parler de « l’innocence du Japon » de cette façon, c’est ni plus ni moins trahir l’opinion du juge Pal.

32Abstraction faite du titre qui reposait sur une conception erronnée du terme innocence, Tanaka transmet néanmoins avec une assez grande exactitude l’essentiel du « jugement Pal ». Et malgré quelques points discutables, on ne relève guère, dans cet essai de 1952, d’omissions volontaires ou d’interprétations fallacieuses.

  • 11   Tanaka Masaaki, Paaru hanji no Nippon muzai-ron (L’innocence du Japon selon le docteur Pal), Coll (...)
  • 12   Tanaka, 2001, p. 165. NDE : Le texte exact de Pal étant : « On a careful consideration of everyth (...)

33En revanche, dans un autre ouvrage publié onze ans plus tard, et rapidement devenu un best-seller, L’innocence du Japon selon le docteur Pal, on est frappé par la présence de nombreuses approximations, erreurs d’interprétation, falsifications évidentes, constats prêtant à malentendu, et des lacunes arbitraires qui faussent en grande partie l’opinion défendue par le juge indien11. Par exemple, alors que Pal décrivait les hostilités entre le Japon et la Chine comme ayant « atteint l’échelle d’une guerre véritable », et alors qu’il insistait sur le fait que les délibérations du procès de Tôkyô devaient porter sur l’ensemble des conflits armés survenus depuis la seconde guerre sino-japonaise (1937), Tanaka s’est permis de modifier le texte original de Pal de cette façon : « La juridiction du présent tribunal doit se limiter aux crimes de guerre commis durant la Guerre du Pacifique, c’est-à-dire entre le 7 décembre 1942 et la reddition du Japon »12. Pal affirmait en outre que l’attentat contre le gouverneur de Mandchourie Xhang Zuolin était un acte « inconsidéré et lâche », qu’il s’agissait « d’un acte veule, d’un véritable meurtre ». Il condamnait de même l’affaire de Mandchourie et considèra la création du « Royaume de Manchukuo » comme « une farce politique minutieusement préparée ». Or Tanaka passe volontairement sous silence cette série de critiques dures. De même, alors que Pal reconnaissait la réalité du massacre de Nankin et les exactions commises par les Japonais aux Philippines, les qualifiant d’« actes à caractère démoniaque », Tanaka ne l’évoque pas une seule fois dans son essai. Ces critiques figurent pourtant noir sur blanc dans le texte de Pal, qui plus est, dans un passage où il développe les arguments les plus importants de son discours. Il est donc tout à fait problématique d’omettre ainsi des jugements de valeur clairement formulés par le juge Pal, d’autant que celui-ci reconnaissait clairement la responsabilité morale des accusés, à défaut d’admettre leur responsabilité juridique.

34Par la suite, Tanaka développera une argumentation encore plus personnelle, allant jusqu’à nier l’existence même du massacre de Nankin, avant de devenir, dans les années 1980, le principal défenseur de cette thèse négationniste. Une telle prise de position politique explique les interprétations arbitraires, les omissions et les erreurs de lecture dont son essai de 1963 était semé. Et c’est pourtant à partir de cet ouvrage sujet à caution que les controverses à propos du « jugement Pal » allaient se multiplier et s’intensifier.

35Dès 1964, soit un an après la publication de l’essai de Tanaka, le romancier Hayashi Fumio publie à son tour un ouvrage intitulé Des raisons d’approuver la guerre dans la sphère de la Grande Asie. Cet essai, qui présentait les conflits armés survenus dans cette zone entre la fin du shogounat des Tokugawa (vers le milieu du dix-neuvième siècle) et la conclusion de « la guerre de la Grande Asie » comme des pages d’une « Histoire de la résistance » du Japon et des pays asiatiques contre l’impérialisme occidental, fit l’objet des nombreuses critiques. Dans un passage qui emprunte à Tanaka Masaaki pour présenter le contenu du « jugement Pal », Hayashi ne craint pas de célébrer les hauts-faits de l’armée japonaise :

  • 13   Hayashi, Dai Tôa sensô kôteiron (Des raisons d’approuver la guerre dans la sphère de la Grande As (...)

Inutile de conter de nouveau l’Histoire de la guerre de la Grande Asie. Ce fut une superbe défaite. Les historiens des générations à venir relateront sans doute dans leurs écrits les combats désespérés, l’intrépidité puis l’anéantissement de l’armée japonaise, qui resteront dans les mémoires comme la geste héroïque du vingtième siècle »13.

  • 14   Ibid, p. 342.

36Puis Hayashi reprend à son compte ce constat de Tanaka : « Tant que l’on continuera de nous bourrer le crâne de l’idée culpabilisante selon laquelle le Japon a fomenté une guerre d’agression qui l’empêche désormais de garder le front haut face aux autres pays du monde, notre pays ne pourra pas reprendre son véritable essor ». Il entend ainsi infléchir le texte de Pal vers une justification sans ambage des conflits armés dans la zone Asie-Pacifique. En insistant uniquement sur l’opinion de Pal à propos du déclenchement des hostilités entre le Japon et les États-Unis, Hayashi prêche la thèse du bien-fondé de la guerre menée dans « la sphère de co-prospérité de la Grande Asie »14.

  • 15   Ienaga Saburô, Jûgonen sensô to Paaru hanketsusho (La guerre de quinze ans et le jugement de Pal) (...)

37Devant la prolifération de ces polémiques exploitant le « jugement Pal », l’historien Ienaga Saburô prit conscience du danger de cette production révisionniste pour justifier la guerre a posteriori. En 1967, dans une conférence intitulée « La guerre de quinze ans et le jugement de Pal », il montre que le texte de Pal est de plus en plus instrumentalisé par un discours sur le bien-fondé de la guerre d’agression engagée par le Japon dès les années 1930. A la fin des années 1960, ce discours était devenu prédominant grâce au pouvoir recouvré de l’autorité de l’État et de l’influence d’une frange des milieux d’affaires s’alignant sur cette autorité. Soulignant le caractère impropre de l’expression « l’innocence du Japon », Ienaga émit du même coup de sérieuses réserves quant à l’utilisation superficielle et arbitraire du texte de Pal. Il en venait même à critiquer le contenu de celui-ci, estimant qu’en raison de son idéologie anti-communiste, le point de vue de Pal était entaché de « préjugés excessifs »15. Nonobstant cette tentative de Ienaga pour mettre un terme aux emplois révisionnistes du texte de Pal, ceux-ci n’ont fait que se multiplier par la suite, et cette tendance s’est encore accrue, depuis le milieu des années 1990, vers une sorte d’amnésie généralisée.

38En 1997, une stèle à la gloire du docteur Pal a été érigée dans l’enceinte du sanctuaire Gokoku (« pour la protection du pays ») de Kyôto. L’initiative venait du « Comité pour l’érection d’une stèle à la gloire du Docteur Pal », qui avait à sa tête Sejima Ryûzô, un ancien officier d’état-major de l’armée du Guandong, la force militaire japonaise de Mandchourie, et par ailleurs ancien administrateur de la société commerciale Itôchû. Le comité comptait aussi parmi ses membres Aramaki Teiichi et Masumoto Yorikane, respectivement préfet du département de Kyôto et maire de Kyôto à l’époque. Plus récemment, reprenant à son tour le même flambeau, l’administration du Yasukuni à Tokyo a fait elle aussi ériger dans le sanctuaire, en juin 2006, une stèle à la mémoire du Juge Pal. Lors de la cérémonie d’inauguration, Nanbu Toshiaki, un membre du clergé shintô, fit une courte allocution en ces termes : « Je souhaite toujours instamment que le climat d’auto-flagellation qui règne au Japon se dissipe, et que vienne au plus vite le jour où les âmes des héros pourront enfin reposer en paix ». Auparavant, lors de sa réouverture après travaux en 2002, le Yûshûkan, le musée jouxtant le Yasukuni, présentait des photographies de Pal et des transcriptions de ses propos lors de son second séjour au Japon en 1952, insérés dans un dispositif très critique à l’égard de la « vision de l’histoire établie par le procès de Tôkyô » et, plus généralement, d’une « vision masochiste de l’histoire ». Cet affichage sans complexe s’appuie sur un ensemble d’initiatives révisionnistes qui s’est accéléré au cours des années 1990.

39Ainsi le film Pride (Puraido), du réalisateur Itô Toshiya, sorti dans les salles au Japon en 1998, déployait une critique de « l’injuste procès de Tôkyô ». Invoquant lui aussi de façon arbitraire les faits et gestes de Pal, de même que son « jugement », ce film dépeint le « repli dans la fierté » de Tôjô Hideki. Malgré ses nombreux partis pris et ses inventions dénuées de tout fondement historique, il connut un certain succès. Sa diffusion est allée de pair avec la campagne menée par la « Société pour la création de nouveaux manuels d’histoire », créée en janvier 1997.

40Mais c’est surtout la manga de Kobayashi Yoshinori, De la guerre, parue la même année, qui eut le plus grand retentissement et accentua davantage la dérive de l’opinion japonaise vers l’amnésie de l’extrême-droite. Pal n’y était pas oublié, mais ses propos se trouvaient là encore cités dans un panégyrique de la guerre « dans la Grande Asie ». On peut y voir ainsi Pal s’exclamer : « Tous les accusés sont innocents ! » Et dans la case d’après, l’auteur de commenter :

  • 16   Kobayashi Yoshinori, Sensôron (De la guerre), 1998, p. 283-284.

Dans cette guerre, comment penser que la justice était du côté des États-Unis ? Pour le Japon, la « justice » consistait à se défendre et à prévenir la colonisation complète de l’Asie par les puissances occidentales16 !

  • 17   Nakajima Takeshi, Paaru hanji. Tôkyô Saiban hihan to zettai heiwashugi (Le juge Pal ; la critique (...)
  • 18   Kobayashi Yoshinori, Paaru shinron (La véritable argumentation de Pal), 2008. NDE : Alors que le (...)

41Qu’on approuve ou non ce discours, ce mode de citation à l’emporte-pièce du « jugement » de Pal souffre d’un manque évident de pertinence et d’objectivité. Dix ans plus tard, poursuivant dans la même veine, Kobayashi a publié « La véritable argumentation de Pal » qui rassemble sous forme de manga ses critiques de mon essai sur Pal paru en 200717. Dans cette manga, l’auteur force son interprétation du texte de Pal pour démontrer ad nauseam « l’innocence du Japon »18.

42En résumé, l’opinion dissidente du Juge Pal se voit ainsi détournée de mille manière par les tenants du révisionnisme historique pour justifier leur approbation de la guerre menée par le Japon en Asie à partir des années 1930 et leur refus de reconnaître le bien-fondé moral du procès de Tôkyô, nonobstant ses lacunes juridiques. Ce détournement de sens qui va bien au-delà de la pensée ou des intentions de Pal lui-même continue d’insuffler de la légitimité à la vision de l’histoire défendue par une droite véritablement amnésique.

En guise de conclusion

43Dans cet article, j’ai tenté de retracer brièvement les voies empruntées par le révisionnisme historique pour détourner à son profit à la fois la pensée de Pal et le contenu de son opinion dissidente. Les révisionnistes ne tiennent aucun compte du fait que Pal, dans son rapport, considère de façon critique les agressions commises par le Japon sur les autres pays asiatiques à partir de « l’Incident de Mandchourie », et ils ignorent à dessein les passages du texte de Pal qui condamnent sévèrement les crimes de guerre perpétrés par le Japon. Ils passent de même sous silence ce qui pourrait nuire à leur propos, à savoir l’adhésion de Pal au principe d’un pacifisme radical prônant une fédération mondiale neutre et opposée au réarmement. Bref, ne retenant du Jugement Pal que les phrases qui leur conviennent, ils les montent en épingle, les interprètent de manière arbitraire, et tentent ainsi d’en intégrer les arguments pour appuyer leurs propres thèses.

44L’important, à l’avenir, sera donc d’affranchir l’opinion dissidente de Pal des limites fallacieuses d’un discours sur l’innocence du Japon, pour l’analyser avec la rigueur scientifique qui s’impose et lui conférer sa juste place. Le corollaire de cette tâche consistera évidemment à jeter les bases permettant de mieux jauger l’état du Japon d’aujourd’hui, compte tenu d’un glissement de plus en plus prononcé vers l’exaltation d’un révisionnisme historique sans fondement, le climat de sympathie qu’il suscite, et l’amnésie qu’il nourrit.

Haut de page

Bibliographie

Ienaga Saburô, Jûgonen sensô to Paaru hanketsusho (La guerre de quinze ans et le jugement de Pal), Publications de l’université Hôsei, 1973.

Nakajima Takeshi, Paaru hanji. Tôkyô Saiban hihan to zettai heiwashugi (Le juge Pal; la critique du procès de Tôkyô et le pacifisme radical), Editions Hakusuisha, 2007.

KobayashiYoshinori,
Sensô-ron (De la guerre), Editions Gentôsha, 1998.
Paaru shinron (La véritable argumentation de Pal), Editions Shogakukan, 2008.

Tanaka Masaaki,
Nippon muzai-ron. Shinri no sabaki (De l’innocence du Japon: la vérité en procès), Taheiyô shuppan, 1952.
Paaru hanji no Nippon muzai-ron (L’innocence du Japon selon le docteur Pal), Shogakukan bunko, 2001 (1963).

TôkyôSaibanKenkyûkai (Société d’Études sur le Procès de Tôkyô),
1984a, Kyôdô kenkyû. Paaru hanketsusho [jô] (Étude collective: le jugement séparé de Pal, volume 1), Éditions Kôdansha, Collection scientifique.
1984b Kyôdô kenkyû. Paaru hanketsusho [ka] (Étude collective: le jugement séparé de Pal, volume 2), Éditions Kôdansha, Collection scientifique.

Hayashi Fumio, Daitôa sensô kôtei-ron (De l’approbation de la Guerre dans la Grande Asie), éditions Natsume shobô, 2006 (1964).

Haut de page

Notes

* Traduit du japonais par Dominique Palmé, traductrice indépendante.

1   Jugeant nécessaire d’attirer l’attention sur ce fait, j’ai publié en 2007 un essai intitulé « Le juge Pal ; la critique du procès de Tôkyô et le pacifisme radical ». Si cet essai a été favorablement accueilli par bon nombre de lecteurs, en revanche, il a été violemment attaqué par les tenants du révisionnisme historique, à commencer par Kobayashi Yoshinori (infra).

2   Tôkyô Saiban Kenkyûkai (Société d’Études sur le Procès de Tôkyô), 1984a, p. 268.

3   Ibid, p. 268-269.

4   Ibid, p. 278-279.

5   Ibid, p. 300-301.

6   Ibid, p. 244.

7   Tôkyô Saiban Kenkyûkai, 1984a, p. 385.

8   Ibid, p. 289.

9   Journal Chûgoku (Chûgoku shinbun), 4 avril 1952.

10   Tanaka Masaaki, Nippon muzai-ron. Shinri no sabaki (De l’innocence du Japon : la vérité en procès), 1952, p. 28.

11   Tanaka Masaaki, Paaru hanji no Nippon muzai-ron (L’innocence du Japon selon le docteur Pal), Collection Bungakkan, 2001 (1963).

12   Tanaka, 2001, p. 165. NDE : Le texte exact de Pal étant : « On a careful consideration of everything that could be said in this connection, I am inclined to the view that the word “war” as used in these declaration included the hostilities which commenced with the Marco Polo Bridge Incident of 7th July 1937 ». Comme on peut le voir, la modification est substantielle. Tanaka est par ailleurs réputé pour avoir procédé à ce type de modifications sauvages dans son édition du journal de Matsui Iwane, publié en 1985. (in Nakajima, 2007, op.cit., p. 109).

13   Hayashi, Dai Tôa sensô kôteiron (Des raisons d’approuver la guerre dans la sphère de la Grande Asie), 2006 (1964), p. 341.

14   Ibid, p. 342.

15   Ienaga Saburô, Jûgonen sensô to Paaru hanketsusho (La guerre de quinze ans et le jugement de Pal), 1973, p. 23-43. Cette version fut critiquée à son tour par l’historien américain Richard Minear. NDE : Celui-ci est l’auteur de Victor’s Justice : The Tokyo War Crimes Trial (Princeton University Press, 1971), un ouvrage de référence hors du Japon. Bien qu’il fût lui aussi un historien libéral (au sens anglo-saxon du terme), il publia en 1975 un article dans la revue Misuzu qui remettait en cause la thèse de l’anticommunisme de Pal défendue huit ans auparavant par Ienaga dans la même revue. (Nous empruntons cette explication à Bernard Thomann, « Le procès de Tokyo, objet historique et politique », in Pierre Truche (éd.), Juger les crimes contre l’humanité, Lyon, ENS Editions, 2009.)

16   Kobayashi Yoshinori, Sensôron (De la guerre), 1998, p. 283-284.

17   Nakajima Takeshi, Paaru hanji. Tôkyô Saiban hihan to zettai heiwashugi (Le juge Pal ; la critique du procès de Tôkyô et le pacifisme radical), 2007.

18   Kobayashi Yoshinori, Paaru shinron (La véritable argumentation de Pal), 2008. NDE : Alors que le livre de Nakajima est paru en juillet 2007, dès la fin septembre, Kobayashi commençait son offensive dans le style ultrapolémique de sa série tristement célèbre « Manifeste orgueilliste » (Gomanizumu sengen) qui paraît en série dans la revue Sapio depuis 1997. (Cette série avait d’abord paru dans la revue Spa à partir de 1992).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Takeshi Nakajima, « L’opinion dissidente de Pal et le révisionnisme historique dans le Japon d’après-guerre », Droit et cultures, 58 | 2009, 29-42.

Référence électronique

Takeshi Nakajima, « L’opinion dissidente de Pal et le révisionnisme historique dans le Japon d’après-guerre », Droit et cultures [En ligne], 58 | 2009-2, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 30 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2043

Haut de page

Auteur

Takeshi Nakajima

Takeshi Nakajima est maître de conférences à l’Université d’Hokkaidô. Diplômé d’hindi et spécialiste de l’Inde contemporaine, ses recherches portent sur le nationalisme indien et le panasiatisme dans le Japon moderne. Il est notamment l’auteur aux Editions Hakusuisha de Nakamuraya no Bôsu. Indo dokuritsu undô to kindaî Nihon no ajia shugi (R. B. Bose chez Nakamuraya. Le mouvement d’indépendance indien et le panasiatisme japonais à l’ère moderne) en 2005, puis en 2007, Pâlu hanji. Tôkyô saiban hihan to zettai heiwa shugi (Le juge Pal ; la critique du procès de Tôkyô et le pacifisme radical), l’ouvrage qui lui a valu d’être la cible de Kobayashi Yoshinori, auteur très populaire de mangas révisionnistes.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org