Navigation – Plan du site
Mémoires et responsabilités de guerre. Les procès de Tôkyô et de La Haye

Le Procès de Tôkyô, l’empereur et la question du Yasukuni*

The Tokyo trial, the emperor and the Yasukuni shrine
Tetsuya Takahashi
p. 21-28

Résumés

Au Japon, toute une partie de la classe politique conservatrice persiste à refuser les conclusions du procès de Tôkyô, considérant celui-ci comme une justice « orchestrée par les vainqueurs ». Ce faisant, les partisans de cette thèse se trouvent dans une contradiction puisque l’empereur Hirohito lui-même, qui avait exprimé sa gratitude auprès des forces d’occupation américaines pour l’avoir épargné, en avait de facto admis les conclusions. Ce paradoxe pour le camp conservateur est aggravé par le fait que l’empereur a cessé de se rendre au sanctuaire Yasukuni à partir du moment où les mânes de quatorze haut responsables condamnés comme criminels de guerre lors du procès de Tôkyô y furent transférés sans son accord. Ces contradictions internes à la droite irrédentiste japonaise invite ainsi à envisager le procès de Tôkyô sous un autre jour. Loin d’être une simple « justice de vainqueur », la stratégie américaine fut éminemment bénéfique pour la droite conservatrice : Hirohito n’étant pas traduit en justice, il devenait possible de lui conférer une fonction symbolique par l’article I de la nouvelle Constitution de 1946, ce qui permit à la droite conservatrice de sauver le système impérial et d’assurer une continuité entre l’avant et l’après-guerre.

Haut de page

Texte intégral

Sous les apparences du jeu politique, un révisionisme latent

  • *   Traduit du japonais par Dominique Palmé, traductrice indépendante dopal@club-internet.fr.

1Il est incontestable que les actions intentées en justice par les Alliés, d’une part contre l’Allemagne nazie au procès de Nuremberg, d’autre part contre le « Grand Empire Japonais » au procès de Tôkyô (le Tribunal militaire international pour l’Extrême-Orient), ont marqué un point de départ essentiel pour la constitution d’un nouvel ordre international à l’issue de la Seconde Guerre mondiale. Mais ces « jugements orchestrés par les vainqueurs » s’inscrivirent de façon très différente dans le contexte de l’histoire contemporaine en Allemagne et au Japon. Si le verdict du procès de Nuremberg finit par s’imposer dans l’Allemagne de l’après-guerre, au Japon, en revanche, celui du procès de Tôkyô fut rejeté en bloc par une partie de la droite conservatrice qui le considérait comme injuste et arbitraire, et c’est la thèse du déni qui n’a cessé de prévaloir jusqu’à nos jours.

2Cependant, à partir du moment où le jugement du procès de Tôkyô fut reconnu par le Traité de paix de San Francisco (1951), jamais le gouvernement japonais ne se prononça officiellement pour la thèse du déni. Une telle prise de position n’était pas viable au sein de l’ordre international mis en place après la guerre. Et le 15 août 1995, lors du cinquantième anniversaire de la fin des hostilités, Murayama Tomiichi, le Premier ministre socialiste alors en exercice, reconnut, dans une communication officieuse dont les termes avaient été fixés en conseil des ministres, que par le passé, le Japon, « de par l’invasion et la domination de ses colonies », avait infligé « un grand nombre de préjudices et de souffrances » aux peuples du monde et des autres pays d’Asie, et qu’il s’agissait là de « faits historiques indiscutables », nécessitant « un examen de conscience radical », et « des excuses sincères » aux peuples concernés. Depuis, ce point du vue, admis par tous les hommes politiques qui se sont succédés au pouvoir, fait figure d’opinion officielle du gouvernement japonais à ce sujet.

3Néanmoins, il existe aujourd’hui encore un certain nombre de conservateurs intérieurement tiraillés entre les principes de façade qu’ils se doivent de sauvegarder en tant que membres du gouvernement, et leurs sentiments profonds d’hommes politiques. Prenons l’exemple d’Abe Shinzô : petit-fils de Kishi Nobusuke, qui accéda à la fonction de Premier ministre en 1957 après avoir été condamné comme criminel de guerre de classe A, Abe est toujours resté fidèle au credo politique de son grand-père, et se situe clairement du côté du déni amnésique. Or, une fois devenu lui-même Premier ministre en 2006, tout en prêchant la nécessité de « se dégager du régime de l’après-guerre », il fut contraint, en tant que chef du gouvernement, de reconnaître que le gouvernement japonais avait accepté le jugement du tribunal à l’issue du procès de Tôkyô. Citons un autre cas d’ambiguïté chez un haut fonctionnaire : le 1er novembre 2008, Tomogami Toshio a été démis de son poste de chef de l’état-major des forces aéronautiques, le grade le plus élevé au sein du corps aérien des Forces d’auto-défense. Cette révocation a été causée par la publication d’un article dans lequel Tomogami, prenant le contrepied de l’opinion soutenue officiellement par l’actuel gouvernement, légitimait les conflits armés menés par le Japon impérial, ainsi que l’entreprise de colonisation des pays de la zone Asie. De ces quelques exemples, on peut conclure qu’un homme politique convaincu, dans son for intérieur, de l’illégitimité des conclusions du procès de Tôkyô, peut assez facilement accéder à un poste élevé au sein du gouvernement japonais, mais qu’en revanche, en tant que haut fonctionnaire de ce gouvernement, il se heurtera à des obstacles s’il prend l’initiative d’exposer publiquement un tel point de vue.

Les contradictions d’un déni

4Il n’est pas besoin de défendre la thèse qui dénie la légitimité du procès de Tôkyô pour constater que celui-ci fut entaché de plusieurs zones d’ombre. Ainsi, les crimes de guerres commis par l’armée américaine, notamment les bombardements sans discrimination (attaques aériennes de grande ampleur sur Tôkyô et sa région, bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki), ne firent l’objet d’aucun procès. D’autre part, à la suite de tractations clandestines avec les services secrets américains en quête d’informations à ce sujet, les scientifiques japonais de l’unité 731, qui avaient mené des expérimentations sur des cobayes humains en Chine, ne furent pas poursuivis en justice. Enfin, en dépit de la Conférence du Caire (décembre 1943), qui attira l’attention sur l’esclavage auquel avait été réduit le peuple coréen sous domination japonaise, la responsabilité de l’Empire nippon dans ses colonies d’Asie ne fut jamais mise en cause.

5On remarquera cependant que les partisans de la thèse déniant la légitimité du procès de Tôkyô ne portent jamais la controverse sur ce terrain-là. On peut résumer leur argumentation ainsi : alors que le Japon s’était engagé dans une guerre « de légitime défense » destinée à « libérer l’Asie », les nations victorieuses, Amérique en tête, ont considéré qu’il s’agissait d’une guerre offensive et elles ont condamné les principaux acteurs pour « crimes de guerre de classe A » (c’est-à-dire les accusations retenues contre les criminels de classe A, jugés de crimes contre la paix et crimes contre l’humanité) ; en conséquence, depuis la fin des hostilités, les Japonais sont restés tributaires d’une vision « masochiste » de l’histoire (attribuant tous les torts au Japon) qui les contraint à accepter « l’ingérence des pays étrangers » dans leurs affaires intérieures, notamment en ce qui concerne les visites des Premiers ministres au sanctuaire Yasukuni, où sont vénérées les âmes des hauts responsables « injustement condamnés ».

  • 1   D’après les carnets du diplomate Matsui Akira, interprète de l’empereur à cette époque, cité dans (...)

6Or, ceux qui tiennent ce discours n’ont pas conscience d’une gigantesque contradiction, à moins qu’ils ne feignent de l’ignorer. Car le fait est que l’empereur Shôwa alias Hirohito, qui compte plus que tout à leurs yeux, exprima lui-même sa reconnaissance aux Américains pour avoir organisé le procès de Tôkyô. Lors de sa dernière entrevue, le 15 avril 1951, avec le commandant suprême des forces alliées, le général MacArthur qui, appelé à d’autres fonctions, s’apprêtait à quitter le Japon, Hirohito s’adressa en effet à lui en ces termes : « À cette occasion, j’aimerais vous dire toute ma gratitude pour la position que vous avez bien voulu prendre face au procès de Tôkyô. » Ce à quoi Mac Arthur répondit : « Le gouvernement de Washington m’avait demandé mon avis quant à la pertinence d’un procès intenté à sa Majesté, mais je me suis évidemment opposé à cette idée » – révélant par là que son intervention avait évité à l’empereur d’être poursuivi en justice1.

7Lors de l’ouverture du procès de Tôkyô, tant du côté japonais que de celui des Alliés, toute l’attention était concentrée sur une poursuite éventuelle de l’empereur pour crimes de guerre. Aussitôt après la capitulation du Japon, l’opinion américaine penchait de façon écrasante pour cette poursuite en justice, une initiative prônée au premier chef par l’Australie. Mais le gouvernement américain finit par prendre la décision politique d’utiliser la personne de l’empereur, celui-ci étant considéré, selon l’expression d’Edwin O. Reischauer, comme un « fantoche » idéal aux mains du gouvernement d’occupation. Or Hirohito, qui avait émis la « proclamation impériale de déclenchement des hostilités » dans la « guerre de l’Asie Orientale » possédait le grade de généralissime et de commandant suprême des forces armées japonaises. À ce titre, il peut sembler absurde qu’il n’ait pas été mis en cause par un tribunal dont la mission était justement de déterminer les responsabilités de l’armée japonaise dans la guerre. Mais finalement, il ne fut pas poursuivi en justice et le Procès de Tôkyô s’acheva sans que cette question ait été une seule fois soulevée.

8Par la suite, les États-Unis ne se bornèrent pas à exploiter le prestige de l’empereur pour assurer le pouvoir des forces d’occupation dans l’archipel. Avec l’intensification de la guerre froide, ils en vinrent à penser que l’existence même de l’empereur était indispensable pour protéger le Japon de l’influence du communisme, et donc pour offrir un havre sûr à ceux qui luttaient contre cette idéologie. En ce sens, on peut dire que le procès de Tôkyô fut aussi le moyen de décharger l’empereur Hirohito de ses responsabilités, en les reportant sur l’ex-Premier ministre Tôjô Hideki et un certain nombre de subalternes ; condamnés pour crimes de guerre de classe A, ils servirent en quelque sorte de boucs émissaires.

9Cette politique des États-Unis s’est avérée on ne peut plus bénéfique pour l’empereur, le gouvernement japonais et la droite conservatrice. En effet, Hirohito n’étant pas traduit en justice, il devenait possible de lui conférer, par l’article 1 de la Constitution de 1946, une fonction symbolique. Ce qui signifie que le concept d’État comme « corps constitué autour du régime impérial » – concept que l’empereur et le gouvernement japonais craignaient plus que tout de voir menacé après la défaite – pouvait tant bien que mal être préservé. En outre, la personne même de l’empereur Shôwa représentait le gage visible d’une continuité entre l’avant et l’après-guerre, ce qui était également tout bénéfice aux yeux des conservateurs japonais. Rien de plus naturel donc que l’empereur lui-même ait exprimé sa reconnaissance à MacArthur quant au procès de Tôkyô.

10Mais c’est justement là que se situe la contradiction interne au camp des conservateurs qui prônent la thèse du déni. Comme on vient de le voir, le procès de Tôkyô fut une source de faveurs inespérées pour les conservateurs. En évitant à l’empereur Shôwa, Commandant suprême des forces japonaises durant la « guerre d’Asie orientale », de se voir mis en cause, il leur a permis d’échapper à la crise qui menaçait le système impérial, soit leur appui le plus sûr. Car si l’empereur avait été jugé, avec lui le système impérial dans son entier aurait été condamné. Par conséquent, pour nier en bloc les conclusions du procès de Tôkyô, les conservateurs se trouvent réduits à fermer les yeux sur le fait que ce « procès orchestré par les vainqueurs » a dégagé l’empereur de toute responsabilité dans le déclenchement et le déroulement de la guerre, et que c’est lui qui a ouvert la voie à un système impérial considéré comme le symbole de la nation japonaise. Bref, à moins de s’opposer à la position de l’empereur Shôwa, qui a approuvé la tenue de ce procès au point d’exprimer par la suite sa « gratitude » à MacArthur, il est impossible de soutenir plus longtemps la thèse du déni.

Le sanctuaire Yasukuni et les criminels de guerre de classe A

11Les contradictions internes au clan conservateur se révèlent également à travers la question du Yasukuni. Ce sanctuaire fut fondé en 1868 par l’empereur Meiji afin d’honorer à l’instar de divinités les guerriers japonais morts au combat pour l’empereur et pour la nation. Institution d’État donc, chargée de célébrer les hauts faits de ces « âmes héroïques », il fut longtemps le symbole du militarisme japonais. Après la défaite de 1945, il fut contraint d’adopter le statut d’association religieuse privée, désormais indépendante de l’État. Pourtant l’empereur Shôwa, en tant que symbole de la nation, continua même après la guerre de se rendre dans ce sanctuaire où sont honorées les âmes des quelques deux millions cent mille soldats morts à la guerre à l’époque où lui-même était Commandant en chef des armées. Toutefois, à la fin de sa vie, après une huitième et dernière visite au Yasukuni en 1975, il cessa de s’y rendre.

  • 2   NDT : C’est-à-dire la personne qui assiste l’empereur au quotidien, lui rappelant au besoin les e (...)

12Si toutes sortes d’hypothèses furent formulées à ce sujet, la raison en est restée longtemps ignorée jusqu’à ce qu’un certain nombre de documents, publiés en 2006 et 2007, apportent un éclairage nouveau et décisif sur la question. Il s’agit des notes de Tomita Tomohiko, directeur du Bureau des affaires impériales, du journal du chambellan Urabe Ryôgo, ainsi que d’un ouvrage du poète de waka Okano Hirohiko relatant des déclarations du grand chambellan Tokugawa Yoshihiro2. Tous ces documents s’accordent à dire que l’empereur cessa ses visites au Yasukuni parce qu’il se sentait « mal à l’aise » à l’idée que des « criminels de guerre de classe A » y étaient vénérés. Le parti conservateur, même s’il se refuse à accepter ce fait, ne peut nier le poids que représente ce témoignage concordant de trois personnes qui, par leurs fonctions, travaillaient dans l’entourage immédiat de l’empereur. Et ces confessions de Hirohito concordent avec la reconnaissance qu’il avait auparavant exprimé au général MacArthur au sujet des conclusions du procès de Tôkyô.

13En 1978, le sanctuaire Yasukuni avait ajouté à sa liste des « âmes héroïques » le nom de l’ex-Premier ministre Tôjô Hideki et de treize autres hauts responsables qui, condamnés comme criminels de guerre de classe A lors du procès de Tôkyô, furent ensuite exécutés, ou moururent en prison. Par cette initiative, les responsables du sanctuaire prenaient officiellement parti pour la thèse qui déniait toute légitimité au procès de Tôkyô. Depuis lors, arc-boutés sur cette position, ils ne cessent de répéter qu’ils ne voient nul inconvénient à honorer ces serviteurs de la nation injustement condamnés comme criminels de guerre. Mais cet argument les a placés du même coup dans une énorme contradiction, car si le Yasukuni jouissait d’une aura de « sanctuaire impérial » depuis sa fondation par l’empereur Meiji, par cette décision, ils prenaient soudain le risque de s’opposer, malgré eux, à l’empereur.

14On ne le redira jamais assez : Hirohito était reconnaissant aux États-Unis d’avoir organisé le procès de Tôkyô parce qu’il avait permis d’éviter la crise radicale qui menaçait le régime impérial. En outre, il avait vivement approuvé le fait que l’empereur devienne le symbole de la nation et tous les bénéfices économiques qui s’en étaient suivis. De sorte qu’à ses yeux, la réhabilitation implicite des criminels de guerre de classe A par le Yasukuni fut sans aucun doute perçue comme une provocation risquant de saper les bases nécessaires à la renaissance d’un nouveau Japon. Il lui était difficile d’admettre une initiative qui mettait en cause tous les acquis du procès de Tôkyô.

  • 3   Cf. Takahashi Tetsuya, « La question du sanctuaire Yasukuni », in Pierre Bayard, Alain Brossat, L (...)

15Bien des voix se sont élevées pour réclamer que les noms des criminels de guerre de classe A soient radiés de la liste des « âmes héroïques », afin d’échapper aux critiques formulées à cet égard par la Chine ou la Corée, ce qui permettrait ainsi au Premier ministre et à l’empereur de se rendre de nouveau au sanctuaire pour y honorer les morts. Cependant, les responsables du Yasukuni, non contents de reprendre la thèse du déni, ont toujours rejeté cette demande, sous prétexte que les dogmes du shintô interdisent eux-aussi de retirer de leur liste le nom d’un défunt une fois que celui-ci est honoré à l’égal d’une divinité. Tant que le Yasukuni continuera de vénérer ainsi des criminels de guerre de classe A, en passant outre le sentiment de l’empereur Shôwa lui-même, il sera difficile pour l’empereur actuel comme pour ses successeurs de renouer avec les visites officielles au sanctuaire. En continuant de nier les crimes de guerre, celui-ci met donc en péril sa position de « sanctuaire impérial »3.

Le traité de sécurité nippo-américain et la question d’Okinawa

  • 4   NdT : au sens anglo-américain du terme.

16Les informations relatives notamment au contenu des notes rédigées par le directeur du Bureau des affaires impériales ont également mis en relief un certain nombre de problèmes auxquels se heurte le clan des libéraux dans notre pays. En 2006 par exemple, le journal Asahi, représentatif du courant progressiste et libéral4, a souligné que dans la mesure où l’empereur refusait de se rendre au sanctuaire Yasukuni, car on y honorait la mémoire de criminels de guerre de classe A, le Premier ministre Koizumi se devait évidemment, lui aussi, de suspendre ses visites au sanctuaire. On peut reconnaître là une attitude analogue à celle adoptée par le tribunal militaire international lors du procès de Tôkyô qui imputa toute la responsabilité des hostilités engagées par le Japon impérial aux criminels de guerre de classe A, en passant sous silence celle de l’empereur lui-même. En bref, les tenants du parti libéral ont accepté que le procès de Tôkyô ait lieu, mais à la condition que les juges ferment les yeux sur la responsabilité de l’empereur. Il s’agit donc là d’un préalable commun à Hirohito et au gouvernement japonais.

17La gauche et les forces progressistes du Japon ont tenu à ce que l’identité nationale d’après-guerre soit définie par une « Constitution pacifiste » dont l’article 9 spécifie que l’État japonais renonce à toute participation à une offensive armée, et s’engage à ne pas entretenir de puissance militaire. Cependant on ne peut pas retracer le processus d’élaboration de cette Constitution sans tenir compte de l’influence du procès de Tôkyô, et plus précisément du fait qu’il exempta l’empereur de toute responsabilité dans la guerre.

18Il est évident que l’article 9 de la Constitution fut conçu comme un pendant indissociable de l’article 1, qui accordait à l’empereur le statut de symbole de la nation japonaise. En effet, pour que les États-Unis, ayant éludé volontairement la question de la responsabilité de l’empereur dans le déroulement des hostilités, puissent maintenir celui-ci à son rang – fût-il symbolique –, il était nécessaire de garantir que le régime impérial ne menacerait plus jamais ni les Alliés, ni les nations asiatiques victimes de la guerre. Conserver une armée sur le sol japonais, c’était courir le risque de voir un jour renaître de ses cendres l’armée impériale, ce qui constituait, pour la Chine et les autres nations lourdement touchées par la guerre, le pire des scénarios. Les États-Unis et le Japon conclurent donc une sorte de compromis, selon lequel la démilitarisation devenait la condition sine qua non du maintien du régime impérial.

19Néanmoins, cette démilitarisation, inscrite à l’article 9 de la Constitution, ne s’effectua pas dans les termes stricts définis au départ. L’empereur Shôwa, qui craignait la menace du bloc communiste, demanda instamment aux États-Unis d’assurer la défense du territoire japonais, et adressa à MacArthur, en septembre 1947, un « message impérial » relatif à l’archipel d’Okinawa. Il y exprimait le souhait d’une « occupation militaire » américaine « à long terme » « à Okinawa et dans les autres îles des Ryûkyû ».

  • 5   NDE : Nombreux cas de viols, pollution des sites, etc.

20Rappelons que c’est dans un contexte très marqué par l’intensification de la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS, particulièrement tendue en Extrême-Orient avec la création de la République populaire de Chine et le déclenchement de la guerre de Corée, que les États-Unis et le Japon signèrent un Traité de paix à San Francisco, le 8 septembre 1951. Or celui-ci était accompagné d’un Traité de sécurité militaire qui rendait caduc l’article 9 puisqu’il transformait une partie du territoire japonais en bases militaires pour « endiguer le communisme. » En outre, selon l’article 3 du Traité de paix, Okinawa, détachée du reste du Japon, passait dans les faits sous le contrôle de l’administration militaire américaine. Au fil des années, les États-Unis firent d’Okinawa leur base la plus puissante en Extrême-Orient, ce qui leur permit d’affirmer leur position dominante en Asie tout en protégeant l’archipel nippon. Cette situation a perduré même après 1972, l’année de la restitution d’Okinawa au Japon, puisque actuellement, 75 % des bases militaires américaines sont encore cantonnées dans les Ryûkyû. Or cette concentration n’a cessé d’imposer à la population des sacrifices très lourds5. Il n’est donc pas exagéré d’établir un continuum partant de la rédaction des articles 1 et 9 de la Constitution jusqu’à la signature du Traité de San Francisco, en passant par le Procès de Tôkyô qui exemptait l’empereur. Cet enchaînement a fixé la ligne des relations nippo-américaines et posé les bases essentielles du régime japonais de l’après-guerre. Au passage, ce processus eut notamment pour conséquence de sacrifier l’intégrité d’Okinawa dont la population avait déjà payé le plus lourd tribut à la Seconde Guerre mondiale.

21Les médias et le peuple japonais ont plus ou moins consciemment avalé sans broncher cet enchaînement d’accords nippo-américains de la même façon que les conclusions du procès de Tôkyô. Par conséquent, on peut donc dire que le point de vue qui consiste à attribuer tous les torts à une partie des militaristes pour disculper l’empereur – une opinion qui s’est largement répandue au Japon après la fin des hostilités – n’est que la réplique des conclusions du procès de Tôkyô. Quant aux libéraux favorables à l’actuelle Constitution, ils auront beau brandir l’article 9 et clamer leur volonté de maintenir « l’état de paix de l’après-guerre », ce n’est pas avec ce seul argument qu’ils parviendront à damer le pion à un régime qui a exempté l’empereur de ses responsabilités à peu de frais. Ce compromis historique en a généré bien d’autres, une vaste amnésie du militarisme et des crimes commis en Asie, et cela a eu aussi pour conséquence de maintenir Okinawa sous une sorte d’occupation militaire américaine permanente, en dépit de sa rétrocession au Japon en 1972.

Haut de page

Notes

*   Traduit du japonais par Dominique Palmé, traductrice indépendante dopal@club-internet.fr.

1   D’après les carnets du diplomate Matsui Akira, interprète de l’empereur à cette époque, cité dans le quotidien Asahi du 5 août 2002, et Toyoshita Sanehiko, Shôwa tennô Mac Arthur kaiken (Entretiens entre l’empereur Shôwa et Mac Arthur), Iwanami, 2008, p. 118 et s.

2   NDT : C’est-à-dire la personne qui assiste l’empereur au quotidien, lui rappelant au besoin les exigences du protocole.

3   Cf. Takahashi Tetsuya, « La question du sanctuaire Yasukuni », in Pierre Bayard, Alain Brossat, Les dénis de l’histoire, Europe et Extrême-Orient au vingtième siècle, Éditions Laurence Teper, 2008.

4   NdT : au sens anglo-américain du terme.

5   NDE : Nombreux cas de viols, pollution des sites, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tetsuya Takahashi, « Le Procès de Tôkyô, l’empereur et la question du Yasukuni », Droit et cultures, 58 | 2009, 21-28.

Référence électronique

Tetsuya Takahashi, « Le Procès de Tôkyô, l’empereur et la question du Yasukuni », Droit et cultures [En ligne], 58 | 2009-2, mis en ligne le 06 juillet 2010, consulté le 27 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/2027

Haut de page

Auteur

Tetsuya Takahashi

Tetsuya Takahashi est professeur de philosophie à l’Université de Tôkyô. Ses travaux ont contribué à introduire l’œuvre de Jacques Derrida au Japon. Parallèlement, il a publié de nombreux ouvrages sur les enjeux de réparation et des responsabilités de guerre du Japon vis-à-vis des pays asiatiques. Il s’est impliqué activement dans le soutien aux survivantes des « camps de réconfort » de l’armée japonaise. Son ouvrage publié en 2005, intitulé La question du Yasukuni, s’est vendu à plus de 300 000 exemplaires. Il a été professeur invité à plusieurs reprises par des universités à l’étranger, et notamment en France, par le Collège international de philosophie en 1998, et l’Université Paris-Diderot en 2007.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org