Navigation – Plan du site
Lectures : notes et comptes rendus

Nicolas Trigault, Les Triomphes Chrétiens des Martyrs du Japon (1624)

Presses Universitaires de Limoges, 2005, 267p.
Alexandre Leroi-Cortot
p. 260-262
Référence(s) :

Les Triomphes Chrétiens des Martyrs du Japon (1624), Presses Universitaires de Limoges, 2005, 267p.

Texte intégral

1Nicolas Trigault (1577-1629) est un père jésuite français, bien connu aujourd’hui pour la part qu’il prit dans l’évangélisation de la Chine à la suite de la mission fondatrice de l’italien Matteo Ricci. Archétype du missionnaire jésuite des XVIe et XVIIe siècles, Trigault n’a pas dissocié son apostolat de la rencontre de la culture de l’autre notamment à travers l’apprentissage de la langue chinoise. Auteur en 1626 d’un Dictionnaire de la Prononciation Chinoise et Européenne, Trigault est en effet considéré comme l’un des premiers sinologues français.

2Mais l’ouvrage qui nous intéresse traite du Japon, où Nicolas Trigault ne s’est jamais rendu, et plus particulièrement des persécutions que durent y endurer les chrétiens au cours des années suivant l’unification politique du pays sous l’autorité des Shoguns Tokugawa (bataille de Sekigahara en 1600). C’est au cours de divers séjours prolongés en Chine, où il a débarqué pour la première fois en 1607, que Trigault dut réunir les informations nécessaires à la rédaction de son ouvrage, sans doute acquises auprès des rares marchands portugais, hollandais ou chinois encore autorisés à se rendre dans l’archipel. Les sources peu fiables de Trigault et la nature même du genre littéraire essentiellement hagiographique que constituent les récits de martyres, mêlant considérations spirituelles et temporelles, font de ces Triomphes une source historique très sujette à caution. On retrouvera donc dans cet ouvrage un certain nombre d’approximations tant dans le domaine onomastique (divers noms de lieux réapparaissant sous des orthographes fantaisistes et variables) que factuel (méconnaissance de la période des royaumes combattants – sengoku jidai – précédant l’instauration du shogunat et qui avait vu de nombreux seigneurs adopter une position bienveillante vis-à-vis du christianisme).

3Les Triomphes constituent un témoignage direct de la période de fermeture du Japon. Près de trois quarts de siècle après le débarquement de Saint-François Xavier à Kagoshima dans l’île du sud (kyûshû), le processus de fermeture progressive mais irrémédiable du Japon arrive à son terme. De 1587 date le premier édit d’expulsion des chrétiens, complété en 1590 par celui concernant les jésuites forcés de rentrer dans la clandestinité pour poursuivre leur apostolat. Les premières persécutions datent de 1597 et iront s’accélérant, les mesures se durcissant en 1622, date à laquelle une vague de massacres sans précédent entend éradiquer le christianisme de l’archipel. Nicolas Trigault publie son ouvrage deux ans après. Quinze années plus tard, en 1639, les Japonais rompront toutes relations y compris commerciales avec le Portugal, pour ne plus admettre dans ses ports que les navires chinois et hollandais qui ne pratiquent pas de prosélytisme en matière religieuse.

  • 1   Le traité de Luis Frois et la description de François Caron ont fait l’objet de republications tr (...)

4Par la force des choses, le jésuite n’a pas une connaissance du Japon comparable à celle de certains de ses prédécesseurs comme le jésuite portugais Luis Frois, lié à Oda Nobunaga (et auteur en 1585 d’un croustillant recueil de stéréotypes intitulé Traité sur les Contradictions et Différences de Mœurs entre Européens et Japonais) ou de témoins clefs comme François Caron, directeur général de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales (VOC) qui séjourna au Japon de 1619 à 1651 (il est l’auteur en 1636 d’une remarquable Description du Puissant Royaume du Japon)1. Ainsi, les quelques passages se donnant pour tache de présenter au lecteur l’archipel et ses occupants ne sortent guère des lieux communs habituels. Le Japon est peuplé d’hommes « placides » et « doux » mais « fiers de leur honneur », « […] guerriers naturellement mais surpassant en vertu et probité de mœurs toutes les nations fraîchement découvertes excepté peut-être les Chinois ». De par ces stéréotypes et par d’autres aspects (du mépris viscéral des bonzes et du commerce hollandais, de la condamnation des mœurs dissolues des puissants à la tragique incapacité pour le jésuite à discerner d’où émane le pouvoir effectif), Trigault ethnologue ne nous renseigne guère plus que les lettres de François-Xavier ou l’amusant traité de Luis Frois, et bien moins que les concises explications de François Caron, mieux renseigné sur le « lointain et mystérieux pays de la morale » dont parle Nietzsche.

5Toutefois, il est des aspects de cet imposant ouvrage (cinq livres) que l’on ne saurait mettre en doute. D’abord la réalité et la cruauté des persécutions infligées aux chrétiens. François Caron, protestant et membre d’une compagnie hollandaise encore admise à commercer avec l’archipel, en a également témoigné dans le quinzième chapitre de sa description (op. cit.). Mais là où Caron se contente de décrire avec une précision d’horloger la nature des supplices (évoquant bien souvent la relation du supplice de Damien dans Surveiller et Punir de Michel Foucault), sans s’étendre longuement sur les raisons de ces persécutions, Trigault place bien souvent le supplice hors champ pour s’attarder sur la « constance » des suppliciés, résistant au déshonneur et à la douleur pour conserver leur foi (ce que l’auteur nomme leur « triomphe » ou « victoire »). Et au-delà de cette « constance » que Caron attribue volontiers à une nation « opiniâtre et inflexible devant la mort », et que Trigault en bon apôtre mobilise pour ressusciter l’esprit de l’église primitive, l’ouvrage tout approximatif qu’il soit nous permet d’envisager un tableau plus nuancé de cette persécution et, partant, de relativiser la toute puissance du nouveau système politique imposé après la prise de pouvoir par la dynastie des Tokugawa. Très peu dupe de l’importance du commerce dans le libéralisme confessionnel qui avait marqué la fin des guerres féodales (les missionnaires étant souvent attendus comme l’avant-garde des marchands de canon), Trigault dans de nombreux passages rappelle que même après les édits proscrivant la foi chrétienne, de nombreux seigneurs ont continué de se montrer conciliants envers les communautés de chrétiens. Il décrit un tableau géographique et effectif des persécutions finalement très contrasté et montre ainsi sans le savoir que, même après l’unification des Tokugawa, le Japon reste en grande partie un archipel politique.

Haut de page

Notes

1   Le traité de Luis Frois et la description de François Caron ont fait l’objet de republications très soignées aux éditions Chandeigne, respectivement en 1998 (préface de Claude Levi-Strauss) et 2003 (présentée et annotée par Jacques et Marianne Proust).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Leroi-Cortot, « Nicolas Trigault, Les Triomphes Chrétiens des Martyrs du Japon (1624) », Droit et cultures, 54 | 2007, 260-262.

Référence électronique

Alexandre Leroi-Cortot, « Nicolas Trigault, Les Triomphes Chrétiens des Martyrs du Japon (1624) », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 23 avril 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1919

Haut de page

Auteur

Alexandre Leroi-Cortot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org