Navigation – Plan du site
L'anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

Anglais et irlandais : hybridité dans un espace de transition

English and Irish: Translation of Identity in a Zone of Transition
Muiris Ó Laoire
p. 157-176

Résumés

L’Irlande, avec une langue minoritaire irlandaise et une langue majoritaire anglaise a toujours résidé dans un espace de transition linguistique où les identités étaient en constante formation, renaissance et marchandage. Cette tension et transition se reflète constamment dans les traductions contemporaines de l’anglais vers l’irlandais. C’est notamment le cas à l’heure actuelle pour les traductions des œuvres des poètes irlandais Nuala Ní Dhomhnáill et Cathal Ó Searcaigh, par exemple, qui ne se limitent pas à la perspective de la langue majoritaire sans pour autant se renfermer dans l’expérience de la langue minoritaire. Il y a un sens d’éloignement distancié et un niveau d’aliénation en tant que traduction, qui se situe dans une zone de transition et de frontière entre ces deux langues et lutte pour un équilibre entre majorité et minorité, post-coloniale et post-moderne. A partir de la théorie de la traduction, cet article va explorer le contexte des activités de traduction d’anglais en irlandais (traduction en tant que propagande, réforme linguistique en tant qu’activité pragmatique et catalyseur du renouveau culturel) et dans un second temps, va analyser l’équivalence structurelle, l’adéquation et la transformation dans la récente traduction de deux poètes irlandais, Nuala Ní Dhomhnaill et Cathal Ó Searcaigh, afin de démontrer l’existence de cette zone de transition entre majorité et minorité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Ó Siadhail, 1989, p. 1.
  • 2   Risk, 1968 ; Picard, 2003.

1L’irlandais appartient à la branche celtique de la famille indo-européenne et on estime qu’il été importé en Irlande entre 500 et 300 avant notre ère par des tribus celtiques1. La langue a souffert de son premier déclin entre le XIe et le XIIe siècle à la suite de la colonisation des Anglo-Normands. Alors que certains transferts linguistiques vers le français et l’anglais se sont produits en Irlande2, l’impact linguistiques anglo-normand a d’abord été absorbé et une Irlande largement irlandophone a vu le jour, avec des traditions culturelles qui ont conservé leur spécificité distincte et vivace jusqu’à sa conquête par les Tudor en 1603. Cette conquête a conduit à l’expropriation de l’aristocratie autochtone et à la mort des institutions locales, politiques et culturelles. On peut déterminer le déclin de l’irlandais, d’un statut majoritaire à un statut minoritaire, dès cette époque.

2Une graduelle anglicisation de la classe moyenne irlandophone a remplacé les institutions culturelles locales et, à la fin du XVIIIe siècle, on peut dire que celle-ci était largement achevée. Bien que la mort de la langue soit déjà bien amorcée avant le milieu du XIXe siècle, l’effondrement économique a conduit à un anéantissement des nombreux irlandophones par une émigration soutenue et par la famine de 1848.

Le basculement vers l’anglais

  • 3   Kallen, 1988.
  • 4   Ibid.
  • 5 Ibid. p. 128.

3L’anglais fut introduit en Irlande à la suite de l’invasion anglo-normande en 1169 par les descendants des colons flamands qui furent installés par Henry Ier au cours du XIIe siècle autour de la Galle du Sud et du Sud du Pembrokeshire. Il est intéressant de noter qu’il n’y a aucune évidence de l’introduction du flamand ou du gallois, malgré les soldats gallois et flamands présents parmi les forces d’invasion. Il semble que l’anglais, le français et le latin aient été les langues principales des colonisateurs3. Certains soutiennent que les premiers colons étaient exclusivement francophones. Cependant, il n’existe aucun consensus sur le statut des langues anglaise et française parmi ces tout premiers colons anglo-normands4. Le français était utilisé dans de nombreuses occurrences y compris la poésie et la prose. Son usage dans le droit anglo-irlandais est peut-être plus significatif, comme le démontre Kallen5. L’anglais, cependant, a commencé à remplacer le français comme langue du Parlement irlandais dès la fin du XVe siècle.

  • 6   Berry, 1907, p. 435 ; voir Kallen, 1988.

4Cent ans après leur invasion, les Anglo-normands avaient en fait subi l’influence gaélique avec un transfert linguistique du latin et du français vers l’irlandais. Les lois connues sous le nom des Statuts de Kilkenny furent adoptées en 1366 dans le but de contribuer au maintien de l’unité linguistique et culturelle des Anglo-normands. Le texte de loi fut promulgué afin que « chaque anglais utilise la langue anglaise et porte un nom anglais »6.

  • 7   1988.
  • 8   1988, p. 130.

5L’anglais de l’époque entra en compétition avec l’irlandais, le français et le latin qui étaient les langues de prestige de la société irlandaise d’alors. Comme le relève à juste titre Kallen7, cette période des débuts de l’anglais en Irlande est essentielle en tant qu’elle jette les bases d’une valeur idéologique venant soutenir à la fois l’anglais et l’irlandais. L’anglais fut rapidement associé à l’administration coloniale et l’irlandais aux structures politiques et culturelles locales. Kallen8 écrit ainsi : « Bien que l’aspect concret de l’utilisation des langues soit amené à changer de manière significative entre les débuts de la période coloniale et l’avènement de l’Etat-Nation irlandais, les valeurs idéologiques qui furent établies dès le début ne changèrent pas de la même manière ».

6Du XIIIe au XVIIe siècle, la langue irlandaise était fortement assimilative au point que le nombre d’unilingues anglophones était relativement limité. Le modèle qui émergera dès le XVIIe siècle indique néanmoins que l’anglais a commencé à dominer dans les noyaux des villes et centres urbains et que la campagne est demeurée largement irlandophone.

  • 9   Ibid.

7Le XIXe siècle a constitué un véritable tournant en faveur de l’anglais. Durant les décennies qui suivirent la Grande Famine (1844-1848), le modèle linguistique définitif émergea. Dès 1911, 17,6 % de la population étaient indiqués comme étant irlandophones contre 82,4 % d’anglophones. Ce transfert vers une Irlande anglophone à 100 % se précipita les années suivantes9.A cette période décisive en matière de transfert linguistique, entre 1850 et 1920, la langue de la mobilité sociale était l’anglais – la langue qui était déjà installée dans cette fonction sociale en Grande-Bretagne. La population autochtone en vint donc à avoir de plus en plus besoin de l’anglais pour le commerce, l’éducation, la politique et l’émigration.

8Au XIXe siècle, la langue Irlandaise s’érigea en force culturelle contre le colonialisme, mais une telle interprétation restait largement le fait des élites des classes moyennes qui utilisaient le nationalisme culturel à des fins de manipulation politique. L’irlandais n’était majoritairement pas lié à la narration de l’identité. Depuis le XVIIe siècle, la langue avait perdu son importance dans le registre de la communication quotidienne et le transfert vers l’anglais s’était produit. L’irlandais avait jusque-là assimilé la langue des envahisseurs Vikings et Normands. Dès lors, cette caractéristique linguistique « imprévue » (à savoir un transfert massif vers l’anglais) a modifié et corrompu les processus de planification linguistique. Dorénavant, l’anglais deviendrait la langue de communication et de transaction quotidienne de l’Irlande.

Le conflit linguistique

  • 10   Ó Laoire, 2005.
  • 11   Se référer par exemple à Ó Riagáin, 2001 ; 1997 ; Hindley, 1990 ; Ó Laoire, 2005 ; Ó Huallacháin, (...)
  • 12   Cronin, 1996.

9Les langues officielles de l’Irlande sont aujourd’hui l’irlandais (gaëlique) et l’anglais. Un ensemble de mythes vient embrouiller les discussions sur les langues en Irlande, pour évoquer une île anglophone tantôt unilingue et monolithique, tantôt pure et parlant seulement le gaélique, sans illusion sur les chimères du bilinguisme et du multilinguisme et pourtant refusant un unilinguisme routinier10. L’histoire des langues en Irlande, surtout celle de l’irlandais, a trop de fois été évoquée pour une redite ici11. Nous la résumerons donc pour indiquer qu’il y a eu une « lutte » en particulier au niveau de la promotion des langues, entre la langue minoritaire irlandaise et la langue anglaise majoritaire. La bataille entre ces deux langues a été moindre, cependant, dans les cœurs et esprits de la majorité des Irlandais qui adoptèrent l’anglais durant les XVIIIe, XIXe et XXe siècles. La majorité du peuple irlandais a fait allégeance à l’anglais pour des raisons de transaction communicative. Bien qu’ayant bénéficié d’une intense campagne de promotion dans le système éducatif dès les débuts de l’Etat irlandais en 1922, l’irlandais a échoué à récupérer du terrain sur l’anglais. Alors que la majorité avait opéré un transfert vers l’anglais, l’irlandais continuait de représenter un statut sociolinguistique en tant que langue nationale constitutionnelle et à survivre dans le discours autochtone fragmenté des communautés situées le long du littoral de la côte ouest. L’irlandais étant une matière obligatoire à l’école pour la plupart des citoyens, cette langue a toujours occupé un espace quasiment subliminal à côté de l’anglais dans la conscience de la plupart des Irlandais. Cet « espace », à l’origine sous forme de « contestations » culturelles surgit dans les traductions comme une zone de transition12 comme va s’attacher à le démontrer la suite de cet article.

10Cet « espace » reflète les tensions et contestations créatives que l’on trouve ailleurs en Europe dans la littérature traitant des langues majoritaires et minoritaires, entre les collisions locales et globales, où les paradoxes, l’ironie des représentations et des identités peuvent être déballées et comprises.

Hybridité et médiation créatrice

11L’histoire de l’activité littéraire et de la traduction en Irlande est une histoire de rencontres à la fois douloureuses et créatives. Les écrivains et traducteurs peuvent être perçus comme « médiateurs inventifs » occupant un espace entre l’anglais et l’irlandais – un espace souvent inexprimé dans le cœur et l’esprit des citoyens irlandais et qui trouve son expression dans quelques créations artistiques. La dualité qui est au cœur de l’expérience et de l’expression de l’âme irlandaise a été la source d’inspiration des poètes, écrivains et auteurs dramatiques tels que Sygne, Friel ou Hartnett qui ont mis à profit les tensions et contestations essentielles pour créer un espace spirituel subliminal. Cet espace a opéré à la manière d’un antidote spirituel pour générer un conflit culturel, réconcilier la différence et créer un état de nature ou une hybridité pour exprimer la réconciliation créatrice.

12L’hybridité est au cœur même de l’identité irlandaise, de la musique irlandaise, de sa danse et de sa littérature. Certains styles et répertoires ont subi les influences des formes principalement françaises et anglaises depuis le XIVe siècle. Alors qu’un monopole virtuel sur l’identité irlandaise a été créé de toute pièce dans les premières décennies de l’Etat irlandais – un monopole qui refusait toute notion d’hybridité, l’époque contemporaine reconnaît et célèbre désormais les dimensions multiples et multiculturelles de la culture irlandaise. Un tel métissage exprime une médiation créatrice entre les langues et cultures irlandaise et anglaise.

La traduction comme reflet des évolutions culturelles

13Les objectifs et effets de la traduction sont liés aux paradigmes conceptuels dominants à une époque donnée. La traduction n’est pas un simple processus de comparaison entre des langues mais une discipline intellectuelle de plein droit. En dépit de siècles d’activité de traduction, l’émergence d’études de traduction a connu un développement récent. L’histoire de l’activité de traduction en Irlande reflète à bien des égards l’évolution de bon nombre d’Etats-Nations européens. L’Irlande en tant que pays européen au passé colonial a fait l’expérience d’un transfert linguistique radical. Ceci a également été le cas d’autres pays européens tels que la Norvège, la Finlande et la Hongrie. L’expérience de la traduction en Europe n’est pas homogène. En effet, le fait de traduire tout simplement d’une langue à l’autre et les pressions intenses qui opèrent sur la langue du fait de la colonisation interne en Europe sont souvent passés sous silence.

14Les relations de traduction entre langues majoritaires et minoritaires peuvent rarement s’écarter du contexte des questions de pouvoir et d’identité qui à leur tour déséquilibrent les directives théoriques universalistes relatives au processus de traduction. L’Irlande contemporaine, forte d’une langue minoritaire, l’irlandais et d’une langue majoritaire, l’anglais, possède l’expérience des deux côtés de l’équation de la traduction. La théorie de la traduction ne doit pas se restreindre à la perspective des langues majoritaires mais doit inclure l’expérience des langues minoritaires. Depuis 1800, les écrivains irlandais ont pris conscience de la fissure implicite, la traduction interne entre les deux langues de l’île, l’irlandais et l’anglais. Le sens de la distance et de l’éloignement auquel se trouvent confrontés de nombreux traducteurs qui se situent entre les langues et qui font face au paradoxe, à la métaphore et à la découverte ne peut pas vraiment être appliqué aux œuvres des poètes irlandais qui ont inventé un nouveau sens de l’hybridité dans la langue. Cette hybridité anglo-irlandaise renvoie bien évidemment aux développements récents et aux évolutions constantes dans la langue orale irlandaise. Au contact de l’anglais qui implique un changement, la syntaxe, le lexique et même la morphologie de l’irlandais sont en constante fluctuation.

L’hybridité culturelle

15Les écrivains et traducteurs se heurtent sans cesse à la question fondamentale de l’hybridité culturelle et du changement linguistique. Il leur reste deux alternatives. L’une des approches consiste à se dégager – la tactique de la « résistance à l’envahisseur » où l’hybridité linguistique est conçue comme une invasion et une pollution de l’espace sémantique et linguistique de l’anglais. Cette approche a été la norme traditionnelle et a consisté à proposer des versions en irlandais de textes et discours en anglais de manière hermétique et sans la moindre référence croisée. Cette approche évite la mixité et reflète une loyauté au noyau central et à l’hégémonie. La deuxième approche est de nature assimilationniste puisqu’elle adopte et singe l’hybridité de la langue parlée, créant par là une nouvelle zone de transition culturelle dans la langue écrite. Cette approche envisage la langue sous un angle de constante redéfinition et de déplacement permettant une présence palpable dans une culture nationale de plus en plus métissée.

  • 13   2004.
  • 14   McCloskey, 2001.

16La langue irlandaise évolue à l’heure actuelle, en particulier dans le contexte de la communauté verbale (Gaeltacht). Nic Eoin13 pose la question de savoir si ce changement qui se reflète dans l’hybridité linguistique, le mélange des langues et le transfert des langues devrait être accueilli comme un signe de vitalité ou si cela reflète un signe d’obsolescence ou de mort imminente. Bien que n’étant pas considéré comme une langue en danger d’extinction à l’heure actuelle14 en raison d’un nombre significatif de locuteurs, l’irlandais est une langue dont le futur n’est pas assuré et qui dépend de la menace d’une perte de son pourcentage d’utilisateurs. C’est la raison pour laquelle certains linguistes irlandais, conférenciers et écrivains prônent l’expression d’un clivage avec un passé traditionnel et se font les chantres de la langue comme un moyen moderne, adaptable et assuré pendant que d’autres mettent l’accent sur le risque que court la langue et considèrent tout changement comme la preuve de l’intrusion du prédateur anglais. L’espace intermédiaire dans cette perspective est une ombre faite de menace et de déstabilisation. Si la langue doit affronter d’autres processus d’hybridation, l’hybridité pourrait être déstabilisante et conduire à corrompre le centre et à rendre flou le canon linguistique reconnu de la norme et du standard.

Entre deux langues

  • 15   Ní Dhomhnaill, 1995.

17L’essence vulnérable de l’irlandais est inscrite dans l’œuvre de la poétesse et écrivain irlandaise contemporaine, Nuala Ní Dhomhnaill. Ní Dhomhnaill (1952-) figure parmi les plus illustres poètes irlandais écrivant en gaélique. Son champ d’investigation académique se concentre sur les travaux de traduction irlandais, en particulier les questions de l’usage de l’irlandais pour l’expression de thèmes modernes et sur leurs conséquences en matière de traduction. Elle écrit à propos de la capacité de la langue à englober toutes les formes de la pensée15 : « L’irlandais est une langue d’une immense élasticité et émotivité, au ton léger instantané et désopilant autant qu’une profusion de références tant historiques que mythologiques ; c’est un instrument d’une profondeur et d’une portée imaginative qui a baigné dans la communauté pendant des générations jusqu’à ce qu’elle puisse relever et célébrer chaque parcelle de modulation émotionnelle se produisant entre les êtres ».

  • 16   Ní Dhomhnaill, Pharaoh’s Daughter (ndlt), 1990.

18Elle reste consciente cependant de l’extrême fragilité menaçant la langue. Elle parvient à saisir métaphoriquement le sens de la vulnérabilité de la langue, par exemple dans son poème La Fille de Pharaon16:

« Je place mon espoir sur l’eau
dans ce frêle esquif de la langue
Ainsi qu’un corps plaçant un nouveau-né
Dans un panier de feuilles d’iris tressées
dont le dessous aurait été protégé
par du goudron et de la résine
puis plaçant le tout parmi les roseaux parmi les roseaux (la laîcheîche)
et les joncs du bord du fleuve
simplement pour qu’il soit porté ici et là
sans savoir où il finira
sur les genoux, qui sait,
de quelque fille de Pharaon ».

  • 17   2000.

19Les orateurs et écrivains irlandais ont du mal à admettre l’association éculée de la langue avec des images du passé et lui préfèrent la posture de célébration des situations sociales ainsi que des modes de vie actuels. Un autre poète moderne irlandais réputé, Cathal Ó Searcaigh (1956- ), célèbre dans l’un de ses plus récents recueils17, la nature hybride du discours irlandais sur ce pays. A la fin du poème Trasnú (Transitions), il juxtapose habilement le classique et le moderne, l’anglais et l’irlandais, pour suggérer une impression de carnaval culturel :

Tá muid seanbhean bhochtach

Agus Marilyn Monroech,

Tá muid scadán gortach,

  • 18   Traduction en anglais par Muiris Ó Laoire :

Agus takeaway microwaveach, 18

  • 19   2004, p. 125.

20Nic Eoin19, dans son essai d’études culturelles relatives à l’espace et aux identités entre les deux langues évoque ainsi ce poème :

« Il fonde sa notion de la culture sur le fait que l’identité n’est ni stable ni immuable. Elle est plutôt mobile, en constante évolution, dans un processus de renégociation. Elle est plus impliquée dans la transgression de limites - ­trasnú – que dans leur défense, plus ouverte vers d’autres cultures que disposée à refermer les volets. Une telle perspective est en accord avec le travail de nombreux critiques culturels contemporains – particulièrement le critique postcolonial Homi Bhabha, qui a précisément défini le sujet colonial et postcolonial en termes d’hybridité (tant le colonisateur que le colonisé faisant inextricablement partie intégrante de leurs identités réciproques) ».

21L’existence de nombreux anglicismes en irlandais atteste de l’influence suscitée par le contact dans le changement linguistique. Cela reflète à son tour la quintessence hybride de l’identité irlandaise. En fait les écrivains commencent à peine à décrire la véritable réalité sociolinguistique plurielle de la langue irlandaise.

Réflexions conclusives

  • 20   Nic Eoin, 2004, p. 136.

22Cette situation sociolinguistique mobilise les intérêts à l’heure actuelle. Le « plus-qu’imparfait » irlandais des étudiants sortant des écoles enseignant en irlandais a été diversement commenté, tout comme les critiques s’élevant contre les fautes d’irlandais des jeunes présentateurs et acteurs à la radio et la télévision nationales. Il est question d’une diminution des normes linguistiques20. Il semble que l’on se refuse à reconnaitre, cependant, que l’enseignement de l’irlandais en L2 a été confié à des enseignants dont ce n’est pas la langue maternelle et qui l’ont eux-mêmes apprise en L2. Concrètement, cela signifie que la langue utilisée et nativisée par des néo-locuteurs finira avec le temps par être associée au riche métissage qui est le propre de la culture irlandaise contemporaine qui ne se contente pas de ses emprunts à la culture majoritaire de l’anglais mondialisé mais qui profite également de la richesse constituée par les strates culturelles issues de l’immigration.

  • 21 Les termes anglais code-mixing et code-switching sont encore souvent utilisés en linguistique pour (...)

23Qui devrait-être le locuteur normal ou idéal pour les apprenants ? Est-ce que cela devrait être quelqu’un dont l’irlandais est la langue maternelle et qui maintenant utilise dans ses transactions journalières une langue manifestement composée de l’alternance codique ou le mélange de code21 ? Ou alors pourrait-il être un locuteur dont c’est la langue seconde qui aurait évolué linguistiquement à travers l’hybridité, ou encore l’utopique locuteur parfait d’un irlandais pur de toute influence ? Alors que la norme linguistique va continuer à mobiliser les planificateurs linguistiques à propos du corpus, les auteurs de manuels et les enseignants, il devra y avoir une sorte d’acceptation de la nature en constante évolution de la langue. Les deux langues occupent une zone de transition linguistique où les identités ne seraient pas seules à être constamment réinventées, renouvelées et objet de négociation, mais où la langue minoritaire devient la langue du changement liée au contact avec l’autre langue.

Haut de page

Bibliographie

CRONIN (M.), Translating Ireland. Translations Languages Cultures, Cork, Cork University Press, 1996.

HINDLEY (R.), The Death of the Irish Language, London, Routledge, 1990.

KALLEN (J.), « The English language in Ireland » In P. Ó Riagáin (ed) Language Planning in Ireland. International Journal of the Sociology of Language 70, 1988, p. 127-143.

MAC GIOLLA CHRÍOST (D.), The Irish Language in Ireland, London, Routledge, 2006.

McCLOSKEY (J.), Voices Silenced. Has Irish a Future?, Dublin, Cois Life Press, 2001.

NIC EOIN (M.), « Idir dhá theanga: Irish language culture and the challenges of hybridity » In: C.Mac Murchaidh (ed.) Who Needs Irish?, Dublin, Veritas, 2004, p. 123-139.

NÍ DHOMHNAILL (N.), Pharaoh’s Daughter, Dublin, Gallery, 1990.

NÍ DHOMHNAILL (N.), « Why I Chose to Write in Irish: The Corpse That Sits Up and Talks Back », The New York Times, 8 January 1995.

Ó HUALLACHÁIN (C.), The Irish and Irish: A Sociolinguistic Analysis of the Relationship Between a People and Their Language, Dublin, Irish Franciscan Provincial Office, 1994.

Ó LAOIRE (M.), « The language planning situation in Ireland », Current Issues in Language Planning. Vol 6(3), 2005, p. 251-314.

Ó RIAGÁIN (P.), Language Policy and Social Reproduction: Ireland 1893-1993, Oxford, Clarendon Press, 1997.

Ó RIAGÁIN, P. Irish Language Production and Reproduction 1981-1996. In J. Fishman, J (ed) Can Threatened Languages Be Saved?, Clevedon, Multilingual Matters 2001.

Ó SEARCAIGH (C.), Ag Tnúth leis an Solas, Indreabhán, Cló Iar-Chonnachta, 2000.

Ó SIADHAIL (M.), Modern Irish, Cambridge University Press, Cambridge, 1989.

PICARD (J. M.), « The Latin language in early medieval Ireland » In M Cronin and C. Ó Cuilleanáin (eds), The Languages of Ireland, Dublin, Four Courts, 2003, p. 57-77.

RISK (H.), « French loan-words » In Irish Études Celtiques 12, 1968, p. 585-655.

Haut de page

Annexe

Texte original en ancien français qui figure sur le site du centre d’études Irlandaises de l’Université de Rennes 2 http://www.uhb.fr/​Langues/​CEI/​statkkfr.htm

Les statuts de Kilkenny (1366)

A Statute of the Fortieth Year of King Edward III., enacted in a parliament held in Kilkenny, A.D. 1367, before Lionel Duke of Clarence, Lord Lieutenant of Ireland.

Come a la conquest de la terre Dirland et long temps apres les Englois de la dit terre userent la lang morture et vesture Engleis & furent governez & reulez et lour subjits appellez Betaghes par la lei Engleis en quel temps Dieu et St. Esglise et lour franchises solonc lour condicions tenuz en subjection et ore plusors Engleis de la dit terre guepissant la lang gis monture leys & usages Engleis vivent et se governement as maniers guise et lang des Irrois enemies et auxiant ount fait divers mariages & aliaunces enter eux et les Irrois enemyes avauntditz dont le dit terre et le lieg people de icelle la lang Engloies ligeance a nostre seignour

le Roy Duc et lez leis Engleis illoeques sont mis en subjection et retrets & les enemyes Irroies en hauser & relevez encontre reson nostre Seignour le Roy considerantz les mischiefs suisditz pour les grevouses pleints des communes de sa dit terre appellez a son parliament tenus a Kilkeny le Joesdy proschin apres le feste de Cendres lan de son roialme quarantisme devant son tresfame filz Leonell Duc de Clarence son Lieutenaunt es parties dirland al honure de dieu et de sa gloriouse mere et de seint Esglise et pour la bone governement de la dit terre et giuste du people et pour les leies mult garder et les mesfesseur chasties si sont ordinez et establiez par nostre dit Seignour le Roy et son dit lieutenant et le conseil nostre Seignour le Roy illeoques del assent des Ercevesques Evesques Abbez et priours en ce que appertient a eux de assentez

Countez Barounes & autres communes de la dit terre a dit parlement illeoques esteants et assemblez les ordinauncez et articles desouts escripts a tener et garder perpetuelment sur lez peynes contenuz en ycelles.

I. Primerment ordine accorde est et estabile que seint Esglise soit franc et eit toutz ses franchises sauns emblemisement solonc les franchises ordines et graunts par nostre Seignour le Roy ou ses progenitours par estatut ou ordinaunce fait en engliterre ou en Ireland avaunt ses heures et si ascun que dieu defend veigne al encontre et par le ordinarie de lieu par celle cause soit escoigne issint qui si gree ne soit fait a Dieu et seint Esglise par la partie issint escoinge dedeins le mois apres tiel escoingement que adonqes apres certification sur ceo fait par le dit ordinare soit breve maunde a viscont maier senescal de franchise ou altre ministres nostre Seignour le Roy de prendre son corpus et tenier en prison sanz luy par mainpris ou embaile tanque gree soit fait a Dieu et seint Esglise nient contristant que lez quarant jours ne soit passez et que nul prohibicion de la Chauncellerie soit desormes graunte a nully suit encontre la fraunchise de seint Esglise salvantz toutz foitz le droit nostre Seignour le Roy et de sa corone issint que le franchises de seint Esglise ne soit enervez ou emblemis et in case que par suggestion de partie prohibicion soit graunte que tantot monstra par le ordiner le article de la fraunchise en la chauncellerie consultacion ent a luy sonz delay soit graunte.

II. Item ordine est et estabile que nul alliance par marriage compaternitie nurtur de enfantz concubinance ou de caise ne de altre manere desormes soit fait par entre Engloyes et Irroies de un partie ne de altre parte et que nul home Engleys ne altre persone a la pees esteant ne donne ne vende a nully Irroies en temps de [pees ne de guerre chivaux ne armour ne nul maner de vittaile en temps de] guerre Et si ascun veigne al encontre et de ceo soit atteint eit judgement de vie et de membre come traitour nostre seignour le Roy.

III. Item ordine est et establie que chescun Engleys use la lang Engleis et soit nome par nom Engleys enterlessant oulterment la manere de nomere use par Irroies et que chescun Engleys use la manere guise monture et appareill Engleys solonc son estat et si nul Engleys ou Irroies [conversant entre Engleys use la lang Irroies] entre eux-mesmes encontre cest ordinance et de ceo soit atteint soint sez terrez et tentz sil eit seisiz en les maines son Seinours immediate tanque qil veigne a un des places nostre Seignour le Roy et trove sufficient seurtee de prendre et user la lang Engleis et adonques eit restitution de sez ditz terres par breve jussiz hors de la dit placis en cas que tiel person niet terres ne tentez soit son corps pris par ascuns de ministres nostre Seignour le Roy et maunde a la proschin gaole illoeques a demeurer tanque qil ou autre en son nome trove sufficiant suretee en la manere suisdit Et que null Englois quaver le valour de cli de terre ou de rent per anchavauche autrement qen seale enguize de Anglois et celluy que fera le contrarie et de ceo soit atteint soit son chival forfaiet a nostre Seignour le Roy et son corps a la prison tanque qil face fine a la volonte du Roy pour le contemp susdit et auxiant que les beneficers de seint Esglise conversantz entre Anglois use la langue Engleis et sils ne facent eint leur ordinaries les issues de leur benefices tanque ils usent la langue Angloise en le maniere susdit et eient respit de la langue Engloise apprendre et de celles purvier entre cy et le feste seint Michael prochin avent.

IV. Item pour ceo que diversite de gouvernaunce et diverse lois en une terre fait diversitie de liegaunce et debats entre le peuple accorde est et establi que nul Englois aiant debates ou aultre Englois desormais fare namer preigne gage distresse ne vengeaunce sur autour dounc le peuple pourra estre trouble mes suyent vers autres a la comune loi et que nul Englois soit reule en diffinition de lour debate par lei de Marche ne de Breon que par raison ne doit estre nome lei eins malveis custume mez soient reulez come droit est par comune lei de la terre come les liges nostre Seignour le Roy et si ascuns face a le encountre et de ceo soit atteint soit pris et emprisone et juge come Traitor et que nul diversitie de ligeance desormes soit fait entre les Englois nees en Irelande et les Engleis nees en Engleterre appellantz Englishehobbe ou Irishdogg mes toutz soient appellez par un noun les Engleis liges nostre Seignour le Roy et celluy que sera trove alencountre soit puniz par imprisonement dun an et puis reint a la volunte du Roy et par cest ordonance il nest lentent nostre Seignour le Roy quil list a chescun quil pouira prendre distresse pour service et Rentz a eux denez et pour damage fessant come la comune ley demaunde.

V. Item pour ceo que la lieg people nostre Seignior le Roy de sa terre dirland ne les guerres de mesme la terre ne pourront raisonablement governez saunz raisonablement ordener la vent des vitailles ordonne est et establie que merchandisez que sont venus ou vendront a la dit terre par quelconques merchandisez et quel port ville ou cittie qilz arraverent que avant ces que les ditz marchandises soient mys a vent que le maire suffreyn Baily ou autre ministre que est le garde de le lieu ou lez ditz merchandises serront veinduez facent venir devaunt eux deux de les pluis prode homes & sufficeantes de mesme le lieu que ne mellent riens de teux merchandises et le dit mater seneschall suffrein ou Baily ove lez ditz deux personnes facent vener devant eux les merchauntz a quex les ditz merchandisez sont et les marriners & soient jurretz de loyalment dire et mustrer de fiere de la primer acat de lez ditz merchaundisez et de costages sur ycelles tanque a porte et sur ceo par lez ditz maire seneschalls Baily ou provost et lez deux prode homes avauntditz soit raisonable pris mis sur les ditz merchandises sauns favour come ils pourroit alvouer devaunt le conseil nostre Seignour le Roy celles parties et a tieux prieses soit venduz sans pluis prendre sur forfaitour de yicelles coment que lez ditz merchandises Illeoques deveignement a chars apres.

VI. Item pour ceo que terre qest en guerre busoigne que chescun sa faceable pour son defende ordeignest et establie que les comunes de la dit terre dirlande quest en diverse marches de guerre ne usent desormes les Jues que homes appelles horlings en grand bastons a [ ] sur la terre dont graundes males et maymes sont avenuz en enfeblement de la defence de la dit terre et alters Jues que homes appellent coitinge einz se afforcent et addressent d’user et treer les arkes et jettyr les launces et altres gentils Jeuyes que appertinent as armes dont les Irroies Ennemyes par les liges et comunes celles parties puissent meoltz estre arrestus Et si auscun face ou use le contrarie et de ceo soit atteint soit prise et emprisoun et reint a la volunte nostre Seignour le Roy.

VII. Item pour ceo que par conspiracies confedroicies, champerties, mainteignors de quarell falx jurrours receyvours damppertes en quarells les lieges comunes de la dit terre en poursuit en lour droitz sount mult disturbez grevez et disheritz ordine est et estable que de ceux soit fait en chescun Countiee par les Justices a tener le plees en le chiefe place diligent inquisition et de lour mainteynours & soit duhe et Redde execution divers eux que ent serroit atteintz solonc la forme du statut ent fait en Engleterre saunz fine ou redemption de eux prendre qua aultres par tiel redemption suent abbaies deshorrible chose en gre vance de les ditz lieges comunes encontre ley faire ou maintenir Et que sur ceo les Erchivesques et Evesques de la dit terre chescun dedeins son diocese eient lez lettres patentes nostre Seignior le Roy de la Chauncerie dirland denquerrer des articles avauntditz quaunt lour plerra Et sur ceo solonc la loi de seint Esglise proceder divers eaux par les censurs et de certifier en la dit Chauncerie les nouns que serront devaunt eux ent trouves coulpables Issint que nostre Seignour le Roy al honour de dieu et de Saint Esglise gouvernance de ces leys et salvacion de son dit people pourra ent faire duhe punishment.

VIII.Item pour ceo que de droit lay person ne soit doit meller de dismes ou ascun bien espirituelle encontre la volunte de Governours del Esglise a quel les dismes ou ceux choses espirituellez appertinent ordinie est et establie que nul home graunde ne petit ne se melle ne preigne parvent ne en aultour manere dismes appertenauntz a seint Esglise ou religion par extorcion ou menace ne a meyndre prise quil pourra vendre a aultre encontre la volonte celluy a qui lez ditz dismes appertenent et celluy que face a lencontre et de ceo soit atteint face restitution a celluy que eit serra greve et si voet pleindre de la double de la dit pris soit reint a la volunte du Roy.

IX. Item pour ceo que disobeisance a dieu et seint Eglise et mis hors de comunion de Chrestienz ne pouvont ne doyvent de droit estre receivez a grace nostre Seignour le Roy ou a comunion de ses ministres Ordonne est et establie que quant les Erchevesques Evesques et autres prelates de seint Esglise ont escourone entredice ou fulmine lour censures de seint Esglise du ascune person

Englois ou Irrois pour raisonable cause a la request nostre seignour le Roy ou de lour office ou a suit de partie que apres que la notification de ceaux censures veigne a nostre Seignior le Roy ou a ses ministres qi celles personnes sur les points pour ceux ils sunt excourges ne soient receux a la grace nostre dit Seignior le Roy ne comunion ou d’alliaunce de ces ministres ne en maintenaunce de nulle de lieg people en lour errour tanq ils aient fait gree a dieu et seint Esglise et soint restitue come la ley de seint Esglise demaund et si maintenour de tiel persone excourge soit trove et attaint encontre lordinance avaunt-ditz soit pris emprison et Reint a la volunte du Roy.

X. Item pour ceo que diverses guerres avant ces heurs ont estez souvent comencees et nien continuez en mismes a bone fine einz de partie pernauntz de Ennemyes a lour departire petyt davoir dont les ditz ennemies furrount et sont les pluis hardrez de Renovelez la guerre Accorde est et establie que guerre que serra commencee apres ceo heures soit pris par le consell nostre Seignour le Roy par avisament de Seigniors comens et marchises del countie ou la guerre sourdera & contynue et finez et furnir par lour advise & conseil Issint que les Irrois Enemies ne soint recevz a la pees tanque qil finablement destruit ou face restitution entierment de les coustages et mises despendus sur cel guerre par sa defaute et Rebellice & repaire a eux par que ont qux les ditz mises & costages furrent faitz et outre facent fyn pour le contempt a la volonte le Roy et en cas que hostages soient pris et dones a nostre Seignior le Roy ou a ces ministres pour la pees tenir par ascuns de Irroies qui silz renovelent la guerre encontre la forme de lour pees que execution de lour ditz hostages sauns delaie ou fayvtise soit fait solonc les ancient usages de la dicte terre en tiell case use.

XI. Item pur mult de la pees maintenir et droit faire sibien as Irrois Ennemys esceantz a la pees come as Engleys Ordine est et establie que si null Irrois a la pees esteant par chevance acate de merchandise ou en aultre maniere deveigne debteur a Englois ou Irrois esteant a la pees que par cel cause nul aultre person Irrois ou luy south luy ou en sa subjection ne sez biens soint arrestuz ne achatez pour tiell dette sil ne soit plegg pour mesme le dette mez soit son recouvyr vers la principall detour come la ley demaunde soit ben advise de bailer ses merchandises a tiel person ou il puise avoir recovery.

XII. Item ordeyne est et establie que en chescun pees destre enavaunt entre nostre Seignour le Roy et ses lieges Engleis dun parte et les Irroys daultre parte et chescun marche de la terre soit compris le point quensuit cest assavoier que nul Irrois pasture ou mayneavyre sur les terres as Englois ou Irrois esteantz a la paix encontre la gree des seigniors des ditz et sils faisent quil list a ditz seigniors a mener ove eux en lour pounde les ditz bestes issint pasturantes manoverance verance lour ditz terres en nom de distresse pour lour rent et lour damages issint que les bestes ne soient departies desparpoilez come avant sez heoures ad este fait mez soient tenus entierre come ilz furent prises a deliverer a la partie en cas quil veigne defaire gree as seigniors dez ditz terres resonablement solonc lour demande et en cas que aucun departe ou desparpoile les bestes issint prises soit puny come Robeor et debrusour de la pees nostre Seignour le Roy et si ascun Irrois leve par force a la rescous de ceux resonables pristes que list al ditz Englois ses mesmes aider a forte mayn sans estre empeche en la cort de nostre Seignior le Roy par celle cause Et que nul Englois ne preigne nul distresse sur auscun Irrois de nul parte entre cy et la feste de St. Michel prochin avener issint que les Irrois de checun parte en le mesme temps pourront estre gainz.

XIII. Item ordine est que nul Irrois de la nations de Irrois soit admis en nulle esglise Cathedral ne collegiale par provision collation ou presentacion de queconque persone ne a nul benefice de Seint Esglise deins les Englois de la terre et si ascun soit admitz institiut ou enduct en tiel benefice soit tenuz pour nul & eit le Roy a celle voidance de mesme le benefice sa presentation a queconque person lancreson de tiel benefice appartient savaunt lour droit a presenter ou faire collation a mesme la benefice quant ele voidra autrefois.

XIV. Item ordone est et establie que nul maison de Religion quest assis entre Englois soit exempt ou non desormais retenus nulle homes Irrois a leur profession mais receavent gens Englois sanz avoir consideration lequelles soient nees en Angleterre ou en Irlande et que autrement le fera et de ceo soit atteint soient ses temporallities saisees en le main de nostre Seignior le Roy a demerer a sa volonte et que nul prelatz de St. Esglise recoievent nulle neoyff as ascuns orders sanz assent et tesmoinnage de son Seignior faiet a luy sur son seale.

XV. Item pour ceo que les ministres Irrois venutz entre Englois espient les privities manieres et finnesses des Englois dont graundz maulx souvient en son advenuz Accorde est et defendu que nuls ministres Irrois assavoires ffeidanes slelaghes Babblers Rymers sertes ne nulle autre ministre Irrois viennent entre les Englois et que nul Englois les receivent ou faire don a eux Et que le fera et sera atteint soit pris et emprisonne sibien les Irrois ministres come les Englois que les receivent ou donnent rien et puis soient reinttees a volunte du Roy et les instruments de leur ministralitie forfaire a nostre Seignior le Roy.

XVI. Item accorde est et assentu que nule home eshape desormais soit adjuge devers nully par nulle enqueste doffice avant que la partie devers que eshape deust estre adjuges soit mesme en responces ou conyee mesme la chose ou plaie de recorde coment que avant ces heures autrement a este use.

XVII. Item accorde est et assentu que nul home de quel estate ou condicion quil soit sur forfaiture de vie et des membres teigne Kernes hobellours ne hardives gens en terre de paix a grever le loyall peuple de nostre Seignior le Roy mais que les veulle tenir les teigne en la marche a ces costanges propres sans rien prendre de nully encontre leur volonte et sil advient ou nul home de Kerne ou nul autre preigne nulles maniers des vitailles ou autres biens de nul autre contre sa volunte soit que hue et crie levet sur luy et soit pris et mande a la Geole sil veuille rendre et si non mais faire resistance a force si sont que ne veuille attachement suffice soit faicte de luy come de robbeurs appert et tiel maner pris soit tenuz pour roberie et en cas que telles melefacteurs diffuent latachement que nul home les pourra prendre adonque respreigne son Seignior ou le meneur pour luy et face gre a la partie quest este endomage et sil faicte gree a la partie ayt le Roy la finite devers luy sibien pour luy mesme come pour la partie et ceux qui ne levent a celle hue et crie soient tenuz et puniz come mainteneurs des felons et si nul home tengue ou mene kernes hobbelours ne Idoyves gens autrement que disser est dict en jugement de vie et de membres et soient ces terres et tenements forfaites.

XVIII. Item soit en crie fait que tous iceux que sont ore hidoyves gent et veulent prendre terre du Roy vienent a mon Seignior le Duc lieutenant nostre Seignior le Roy dirlande Chanceller ou au tresorier du Roy preignent terres gastes du Roy a fee ou a ferme et si veulent prendre del autres seigniors viennent a eux ou a leur seneschall en mesme maniere Et que nul marchies ne autre tiegnent parlement ne daliance ov nul Irroys ou Englois qui soit contre le paix sans congie de la Courte ou en presence du viscount nostre Seigneur le Roy ou des gardiens de la paix quils puissent voir que tiell parlement ou aliaunce soit pour commune proffict et non pas singulier et qui le face ent emprisonement et soit reins a la volonte du Roy.

XIX. Item ordeigne est et establie que si ascun de liandge ou de aerdauntz ou de retenauntz de ascun chieftayne de linadge Engleis dedins la terre dirland quel le dit cheftayn poureu chafler fare ascun trespas ou felonie que le dit cheftein apres quil eit ent notiz qil fare prendre le dit misfessour et luy maundre a la prochin gaola illonques a demourer tanque qil soit delivere par lei et si le dit chefteyn ne veile ceo faire que son corps soit pris pour le dit mesfessor et detenutz en prison tanque le corps le mesfessor soit renduz a la court nostre Seigneur le Roy destre justisable come de suis est dit et maintenens soit de le dit chiefteyn pour le contempte reint a la volunte le Roy et faire gree a la partie issint grevee.

XX. Item accorde est et essentu qun pees & guerre soit par tout la terre issint que nul Irrois ou Engleis soit de guerre en un Counte que les Countees envyron les facient guerre & grever en lour marches maintenaunt quant ils serront garnuz par les gardines de la pees de cite Counte ou par viscont ou la guerre sourdy soeffrent lour marches estre destrutz par les enemies et en vuillent lent lever de arrester le malice des enemies apres quils soient resonablement garnz par les garrians de la pees ou par viscount ou cre leve en paies du dit Counte que adonques ils soient tenuz come maintenours des felon.

XXI. Item pour ceo que diverses gentz fount diverges Roberies et felonies en franchises & se fuent ove lour biens en Gaydable issint que les ministres de franchises en point illonques faire lour office ne le felouns ne lour biens prendre mes soint illoeques ove lour biens receptz Et auxint diverse gentz que font diverse roberies & felounes en guildable fuent ove lour biens en la franchise issint que le ministres nostre Seigneur le Roy ne poent illoeques lour office faire ne les felouns ove lour biens prendre mez sont illoeques ove leur biens recepte accorde est & assentu que si nulle ministre de la franchise faire pursuit sur nul tiel felon en le guildable que ceux de guildable soient en aide pour tiel manere felon prendre et luy deliverer a dit ministre ensemblement ove les biens ove luy troves et farent de ceo la livere auxibien de corps come de chateux a dit ministre de faire ceo que la ley appent et que ceux de la franchise farent en mesme le manere a viscount nostre Seigneur le Roy ou a ses ministres que fent la suyt sur tielx felons que sount felonies & furent ore lour biens en franchise et si nul face felonie en un countee & defue en autre countee ou en franchise & illeoques demoer que le viscount de cel Countie ou la felonie si fist dit pouair a mandre par ses preceptes as viscountes ou seneschialls de les parties ou le dit felon demuert auxibien deinz franchise come dehors a prendre le corps le dit felon et del remaundre et que les dites viscountes & seneschialx soient obeisance chescun en tiel case a autre mandaent Et si nul de Guildable ou de franchise come en eide de tielx mesfessours issint que les ministres ne puissent lour office faire de eux qilz soint teuz si noters felons come ceux que font les Roberies et punyz en mesme la forme Et si les ministres avaunt ditz soient remisses en les executions de mandements suisditz faire et de ceo soint atteintz soint adjuge a la prison & reintz a la volonte le Roy & net paz lentencion du Roy ne de Counsiel que par tiell entre en franchise ou mandement a seneschall que la franchise soit emblemy.

XXII. Item pour ceo que diverse gentes enfeffent lour enfantz ou autres estranges de lour terres et douant lour biens et chatelx par fraude et colucion de forbuser & delaier nostre Seigneur le Roy de sa dette & parties de lour accion et auxint fount mayntez feoffements de lour ditz terres & tentz pour aver diverse vachez & abater brefs Accorde est et assentu qui si ceux alienours ou fessours preignent les profitz des ditz terres & tentes apres tielx alienations ou enfeffements faitz qui ilz nient contrisant les ditz feintz alienations ou feoffements faitz sount adjuges Tenauntes a brefs pur chaser & qilz nient ascun vouche de ceux issint enfeoffes et que nostre Seignour le Roy et parties eient execution et recoverir de ceux terres biens et chateux issint alienes auxibien come de terres et chateux le dit alienour propres Et si aveigne que si ascun home soit en purpose de levee la guerre encontre le Roy ou de ascun felonie faire par tel cause enfeoffe ascun home de cez terre pour faire tielx felonies et treasons apres le feoffement que si apres qil soit atteint de les Treasons ou felonies susditz que les terres suisditz en qi mains qilz devendront soint forfaitz nient contristant la feoffement come si la fuissent en sa mayne de mesme jour de la felonie fait Et eit cest ordenance lieu auxibien a les feoffements par celle cause avaunt cez heures faitz come en temps a vender affaire.

XXIII. Item en chescun Countie soient ordynez quatre de meltz banetz pour vestre Gardeyne de la pees les queux eient plein pouair de asser gentz chivaux al armes hoblours et gentz a pee chescun solonc la valu et quantite de sez terres biens et chateux issint qils soient prestez quele heure que mestier en serra pour arrester la malice des enemies solonc ceo qils serront assiz par les gardines suisditz Et que les ditz Gardeins apres larray fait en la maner suisdit facent vieu des ditz gentz de armes hoblours et gentz a pee de moys en moys en certeyn lieu de countee ou ils veont que meultz soit affaire en eyste du people Et si les ditz Gardeins trovissent nul Rebell que ne voet a lour maundmente obeyr eiant pouair de les attacher et maundes a prochin Gaole illeoques ademerer tanque la ley de luy soit fait Et si les Gardiens de la pees soient remissez ou negligentz en lour office faire et de ceo soient attaintz que adonques ilz soient prister et inprison et reintz a la volunte le Roy Et si nul issint eslier gardein refuse de receyver la commission le Roy soit priste & emprison & ses terres seiez en la main nostre Seignour le Roy & issint demergent tanque le Roy ent eit autrement ordeine et facent lez ditz Gardiens serements de loialment user lour office en la manere susdit.

XXIV. Item ordine est que les mareschalx del un Bank & del autre & dedins franchises ne preignent desormes pour lour fee pluis qilz preignent en Engleterre cestascavoir cink deniers soulement come tesmoigne est a conseil qilz fount en Engleterre solonc lestatut en Engleterre de ceo ent pourveu et ceo apres que home soit acquite ou convinct & finalment deliverez hors du coort & nemy avaunt Et silz facent alencontre & de ceo soient atteintz soient lour Bailles seisez en la mayn le Roy par pleint de celuy quest encountre cest accorde greve & outra ceo facent gree a ceux qui sount issint par eux en damadges & detenutz en prison tanque lour gree soit fait Et que le mareshall de leschequer ne preigne que demi marc chescun terme quaunt home demoura en sa garde pour arreradges dacompte ou pour la dette le Roy Et que face a lencontre & de ceo soit atteint eit la penaunce come desuis est dit Et que nul Constable des Chastelx telx dedinz franchise ne dehors ne preigne de nul persone mys en sa garde prison fee fors solement cinc deniers forspris le Constable du Chastell de dyvelyn que est le chief Chastell le Roy en Ireland pour ceo que tesmoigne est au Counseil quil doit plus prendre & de auncient temps ad fait & que autrement face & de ceo soit atteint soit la constablerie seisez en le main le Roy & celuy que ensy avera faict soit pris & emprison tanquil face gre a la partie et fyn au Roy et que les marechalls ne constables avauntditz dedeins franchises ne dehors ne mettent les prisoners quil ont en leur garde a destresse et duretez de penaunce pour singler profitt ou suete avoir & si le facent soient pris et detenuz emprison tanque quils aient rendu le double a celuy de qui ils ont receuz tielx torreious profit et ne pour quaunt face fin au Roy et sur ceo soient brefs mandes a chascune place de la terre ou mareschall ou counstable cest sibien dedeins franchise come dehors commandant au Justice du Chascune place et ausi Tresorie et Barons del Eschequrerier qils facent charger le mareshall de leur place quils ne prennent de null autrement come distresse dit et denquirer de temps en temps de ceux qui font a lencontre et les punir et la forme suisdit.

XXV. Item ordonne est et estably que si home face felonnie et soit fuitisse ou atteint par utlagari ou en autre maniere pourqoy ces biens et chatteux soit forfaitte an Roy que les viscountes de mesme le counte ou les ditz felonies sont faisent seiser les ditz biens et chateux en la main du Roy esquelles mains ques apres [viennent] et ne respondit de ceo nostre Seignior le Roy desous lour accompt si mettent telles biens et chatteux en aucune garde les mette en telle garde pour en pouvoir respondre et qui les telles ne soient enchanges come qes solvient avant ceux heures.

XXVI. Item ordonne que si tresves ou pais soit pris par les justices ou gardiens de la paix ou le viscount entre Englois et Irroys et si elles sont de [frange] par aucun Englois et de ceo soit atteint soit pris et mis en prison tanque que gree soit faict par luy a ceux qui sount distorbe endamage par celluy encheson et entre ce reint a la volonte du Roy et sil nest dount face restitution a ceux qui sont endamages soit en perpetuelle prison et telles Gardeins et viscountes sans pouvoir deguerre de telles qui ont enfrange la paix.

XXVII. Item ordonne est que si debate soit neu par entre Englois et Englois par quoy les Englois dune parte et daultre ceillent si eux Englois et Irrois en pais Illeque a demourer pour guerrer et grever autre a grande domage al destruction de liege pouple du Roy Accorde est et assentu que null Englois soit si hardie de mener guerre entre autre damener nuls Englois my Irroys en paix disormais par telle a chescun et si les faict et de ceo soit atteint soit jugement de vie et des membres leur terres forfaitz.

XXVIII. Item accorde est que nul home de quil estate ou condicion que soit fait nul mainere de distorbaunce a nul de ministre de nostre Seignour le Roy par quoy il ne peult son office face et que le face et de ceo soit atteint soit pris et emprisonne et reint a la volonte du Roy.

XXIX. Item ordeine est que nulles Engleis comunes mesfesours ne comunes robiours ne abaratours soient mayntenuz par nul de la Court le Roy ne par les graundez ne petitz de la terre & la perile quapparent cestascavoir qil soit seignour del franchise perde sa franchise & si autre person soit pris & reint a la volunte le Roy.

XXX. Item ordeine est que les cheifs serjantes de fees et lour Atturnees facent duhe execution de mandementes le Roy & des viscountes come is deveroent faire et sils ne facent & de ceo soient atteintz soyent lour bailles seises en la maine le Roy & lour corps a la prisone & quilz desormes ne lessent lour ballies a pluis haut ferme que en ancient estoit solounc ceo que par le statut sur ceo fait en Engleterre est ordeine.

XXXI. Item que come somons del Eschequer nostre Seignior le Roy Dirland vienents a diverse Viscountz et Seneschalles de le franchise pour les dettes nostre Seignior le Roy lever de diverses gentz en lour Baillees les queux Viscountz & Seneschalx : ensemblement ove les serjantes de Countees en franchises si fount lever diverses sommes dez ditz dettes de diverse gentz de countees franchises & les ne acquitent my sur lour accomptes al Eschequer mes si excusent par les Serjantes de fee et lour lieutenauntes par que la paie des dettes nostre Seignor le Roy si est targe delay et le people grauntement endamadge madge de ceo qilz ne soint my acquitez de les deniers qilz ont pais accorde est et assentz que quant lez Viscountz et les Seneschalx de Loueth Mid. Trim Dyvelin Kildare Cathirlgh Kilkeny Weys Waterford et Tipperar vienent pour lour accomptes rendre devant Treasorer ou Barones des issues de lour Baillees que les Serjantz de fee que sount presentz & les Deputies de eux que sont hors de terre soint distreintz de venir en leschequer & illoeques demerer ove lez ditz viscountes & Seneschallx tanque ces ditz Viscountz & Seneschallx eint pleinement accomptes Et si issint soit que les ditz Viscountz ou Seneschalx pourront charges les ditz Serjantes ou lour Deputies qilz ont receuz deniers le Roy de nully nient fesant la paie as ditz Viscountz & Seneschallx & sur ceo soient atteintz demorent lour corps en garde du marchall tanque gree soit fait a nostre Seignior le Roy de ses deniers en descharge des dettours nostre Seignior le Roy ou des ditz Viscountes ou Seneschallx silz eient de que et si ne ye demorgent en prison tanque ilz soient deliverez par le counseil & ne pour quant soient les Viscountes & Seneschalx ent charges sur lour accompte come devaunt Et que toutz la dettes levez par les serjantes soient paies a Viscountz par endenture entre eux faitz issint que quant les ditz serjeantes vienent sur laccompte de Viscont en leschequer quilz puissent monstrer lour Indenture & tesmoigner des queux ilz ount receuz leez Deniers le Roy & des queux nemy Et pour ceo que Countees de Conaght Kery Corcke & Lymerick sount si loyne de la Court que les serjaintes de mesmes les Countees ne poent bonement venir a le dit Eschequer destre sur laccompt des Viscontes & Seneschallx de mesmes les Countees come auters serjeantes fount Accorde est et assentuz par les serjeantes des ditz Countees ou lour Deputies quant un des Barones ove Clerck assignes par Treasorer & Baron vient par commission del Eschequer es parties suisditz pour la veretire examiner & la dette nostre Seignior le Roy lever qe a donques demorgent ou le dit Baron ou Clerke tout come les ditz Viscountz & Seneschallz demorgent Et si issint soit quilz ont enz receuz de nully nient fesant la paie as ditz Viscountz ou Seneschallx en la maniere suisdicte que a donques soient arrestuz et eient la penaunce suisdit.

XXXII. Item pour ceo que les fees de Viscountz si sount ordines par estatute & les viscountz en la terre Dirland preignent en lour turnes de chescun Baronie en lour Baillie un marc per an & de chescune ville marche a le foitz xxs. xs. & demi marc a tresgraunde oppression de people accorde est & assentu que les Viscountz suisditz teignent lour turnes deux foitz par an cestascavoir apres la fest seint Michell et apres la pasqe et quilz ne preignent si non xl. de chescun Baronie a chescun turne coment diverse villes marches ou Burghes soient dedeins mesme le Baronie Et si issint soit quil soit prie par le Roy de Baronie sil ne soit requise ou prie a manger ne preigne riens [& que nul Clerkes de Viscountz par cause de tiel turne ne preigne riens] Et auxint que desore en avaunt nul denier soit leve de nul carue de terre ne autre manere par cause de celle office faire si non le demi marc par an come desuis est dit Et si nul face encontre le ordinance suisditz & de ceo soit atteint soit commaunde a la prison & outre ceo rendre a ceux queux il soit pris riens parr celle cause encountre la dit ordinaunce la doble silz ce veullent pleindre & puis soit reint a la volunte le Roy et que nulles Viscountes de franchises que de reson devent certeins ffees des Seigniors de mesme la fraunchise pour lour office faire ne preignent paiez de ceo quilz preinent des ditz Seignours de franchises & silz facent et de ceo soient atteintz eient mesme la penaunce.

XXXIII. Item pour ceo que les Comunes de la terre se pleinent diversement estre grevez par defaut des servantes dont les justices assignes de laborers moltz en cause de ceo que les comunes ses soient de grant partie absentes & fuent3 hors de la dit terre Accorde est & assentu que par cause de vivere & vitailles sont pluis encheriz quilz ne solient que resonablement chescun laborer en son degre solonc discresion de deux molth & vadeuxl & pluis sages de la citee ville Burgh Village ou Hamlet en pais la ou il ferra son labour preigne son leuer grosse ou par journe & si ne vuiller faire ne obeir soient pris par le maier seneschall suffran provost ou Bailly des cites & villes ou ilz sount ou par le viscount de countie & mis en prison tanque a la venue de Justices assignes que vendrent deux fois par an en chescun countie le justice de le chief place que de ceo ferront duhe punisseint & droit a les parties que ent le sentant grevez que nul laborer passe outre miez & en case que face & reveigne soit pris & en prison par un an & puis reint a la volunte le Roy et oure ceo soit brefs mandez as Viscountez maires Seneschalls suffrains et Bailles des Countees Cities et villes par tout la terre ou port de mer et commandant a eux qilz ne seefrent nul tiel passage de Laborers Et auxint accorde est que les Commissionours faitz a Justices de laborers en chescun Countie soient repellez et que desormes ne soient tielx.

XXXIV. Item accorde et establie que en maintenaunce de execution des estatz devant ditz que deux prodes homes aprise de la ley associez & a eux-deux de mort vaduez de Counte par le Counsell le Roy soient assignes par commission denquerer deux foitz par an en chescun Countee ses que enfreignent les articles avaunt ditz & oier et terminer les que ent serrant enditz devaunt eux ou a suyte de partie & des diverses auters articles queux serront contenuz en la dit commission solont ent le peynes les ditz estatz contenuz saunz favour faire a ascun person & de certifier en la Chauncelery de temps en tempus ceo que par eux ent serra fait.

XXXV. Item nostre Seignior le Duc de Clarance Lieutenaunt nostre dit Seignior le Roy en Irland et le Counseil nostre dit Seignior le Roy illeoques Countees Barrons & Communes de la terre suisdite a ceste present parliament assemblez ount requise les Ercevesques et Evesques Abbas priours et autres gentes de Religion qilz facent excoingement et exconger les persons countrevenantz es estatutz & ordinaunces avaunt dit et autres censeures de St. Eglis ou eux fulminer si ascuns par rebellitee de cuer veigne encontre les estatutz et ordinaunces suisditz Et nous Thomas Ercevesque de Duvelin Thomas Ercevesque de Cashell John Ercevesque de Thueme Thomas Evesque de Lismore et Waterford Thomas Evesque de Killalo William Evesque de Ossorie John evesque de Leighlin et John Evesque de Clon esteantz presentz en le dit parliament a la request nostre dit tresdouce Seignior le Duc de Clarance Lieutenaunt nostre Seignior le Roy en Ireland et les piers et comunes avaunt ditz en le countrevenauncz les estatutes & ordenaunces suis ditz la temps transpasse precedauntz sentens de excomgement fulminous et excommengemus par cest present escript reservauntz et chescun de nous reservant la absolucion de nous mesmes et de nous subgitz sil ne soit en perill de morte.

Haut de page

Notes

1   Ó Siadhail, 1989, p. 1.

2   Risk, 1968 ; Picard, 2003.

3   Kallen, 1988.

4   Ibid.

5 Ibid. p. 128.

6   Berry, 1907, p. 435 ; voir Kallen, 1988.

7   1988.

8   1988, p. 130.

9   Ibid.

10   Ó Laoire, 2005.

11   Se référer par exemple à Ó Riagáin, 2001 ; 1997 ; Hindley, 1990 ; Ó Laoire, 2005 ; Ó Huallacháin, 1994 ; Mac Giolla Críost, 2005.

12   Cronin, 1996.

13   2004.

14   McCloskey, 2001.

15   Ní Dhomhnaill, 1995.

16   Ní Dhomhnaill, Pharaoh’s Daughter (ndlt), 1990.

17   2000.

18   Traduction en anglais par Muiris Ó Laoire :

We are a poor old woman,
and (we are) Marilyn Monroe- like
we are herring-hungry
and takeaway microwave-like

19   2004, p. 125.

20   Nic Eoin, 2004, p. 136.

21 Les termes anglais code-mixing et code-switching sont encore souvent utilisés en linguistique pour s’y référer ( Ndlt).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Muiris Ó Laoire, « Anglais et irlandais : hybridité dans un espace de transition », Droit et cultures, 54 | 2007, 157-176.

Référence électronique

Muiris Ó Laoire, « Anglais et irlandais : hybridité dans un espace de transition », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 31 mars 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1875

Haut de page

Auteur

Muiris Ó Laoire

Muiris Ó Laoire est maître de conférences à l’Institut de Technologie Tralee en Irlande et consultant à la Review of Languages du NCCA (National Council for Curriculum and Assessment) de Dublin. Il est membre de l’institut gouvernemental irlandais de recherche post-doctorale et co-directeur de Teagasc na Gaeilge (Irlande) et du Celtic Journal of Language Learning (U.S.).Il a récemment été invité à diriger deux numéros récents de l’International Journal of Multilingualism. Il a publié de nombreux textes en tant qu’auteur de livres de cours, d’ouvrages académiques et de plusieurs articles sur la sociolinguistique et la didactique des langues. Ses articles et ouvrages les plus récents ont été publiés par Multilingual Matters, Schneiders Verlag et Elsevier. Il est l’ancien président de l’IRAAL, association irlandaise de linguistique appliquée, membre de l’AILA et a reçu le prix de la Recherche IRCHSS du gouvernement irlandais en 2003-2004 afin d’entreprendre une recherche sur la planification linguistique et la didactique des langues.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org