Navigation – Plan du site
L'anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

Enseignement et éducation en langues étrangères en Algérie : la compétition entre le français et l’anglais

Foreign Language Learning and Acquisition in Algeria: the Competition between English and French
Samira Abid-Houcine
p. 143-156

Résumés

Lorsque l’Algérie obtint son indépendance en 1962, l’une des premières mesures prises fut de déclarer l’arabe langue nationale et officielle du pays afin de rompre avec le français, langue du colonialisme et de l’oppression. Cette officialisation donna rapidement naissance à une arabisation massive de la société savamment orchestrée par les divers organes de l’Etat.

Cependant, la tâche qui se voulait rapide et efficace se révéla ardue et de longue haleine. En fait, après plus de quatre décennies de mesures radicales, l’arabisation est toujours au cœur des débats et suscite toujours autant de passions.

En effet, en dépit du monolinguisme prôné par l’Etat, la situation linguistique est bel et bien celle d’un multilinguisme. L’arabe est langue officielle mais coexiste avec d’autres langues nationales vernaculaires, notamment le berbère, ce qui donne lieu à une diglossie institutionnalisée. Le français, et ce malgré les efforts vains des gouvernements successifs, est largement usité au quotidien et est essentiellement la langue utilisée dans l’enseignement supérieur.

La langue d’instruction du système éducatif algérien est l’arabe standard qui existe exclusivement en situation d’apprentissage. Néanmoins, la récente réforme du système éducatif (2003) met l’accent sur l’enseignement précoce des langues étrangères, à savoir le français dès la troisième année primaire (CE2) et l’anglais en première année secondaire (sixième).

Malgré son refus idéologique d’intégrer la francophonie, l’Algérie demeure le second pays francophone de la planète mais subit de plein fouet l’expansion de l’anglais. L’engouement exprimé par une large frange de la société (étudiants, ingénieurs, enseignants, médecins…) pour l’apprentissage de la langue internationale au détriment du français est un signal d’alerte clairement perçu par les promoteurs de la langue française. L’anglais semble inexorablement étendre son influence en Algérie et ce, malgré les efforts déployés par l’agence pour la francophonie pour freiner son expansion.

Les Algériens sont conscients que dans le contexte actuel de la globalisation, les échanges, la communication et la reconnaissance passent également – essentiellement – par l’apprentissage de l’anglais. Le conflit langue française/langue anglaise est plus que jamais d’actualité en Algérie !

Dans le présent article, nous ferons tout d’abord un état des lieux de la situation linguistique algérienne puis nous nous intéresserons au système éducatif et à la place octroyée aux langues. Finalement nous tenterons de cerner le conflit émergeant entre la langue française et la langue anglaise en essayant d’en définir les enjeux.

Haut de page

Texte intégral

1Le fait de proclamer, au lendemain de l’indépendance, l’arabe langue officielle et nationale répondait au désir légitime de rupture avec le colonisateur et à celui de se réapproprier une identité arabo-musulmane jusqu’alors bafouée. De plus, l’arabe est la langue du sacré ; elle est indissociable du Coran et de l’islam et est donc, à ce titre, susceptible de générer la cohésion sociale et l’unité nationale. Dans ce sens, la Constitution déclare également que « l’islam est la religion de l’Etat ». La langue arabe revêt donc un caractère symbolique très fort ; elle est non seulement la langue de la révélation coranique mais également le symbole d’une nation arabe mythique. Islam et langue arabe sont donc indissociables à l’instar du Coran.

2La politique et la planification linguistiques menées durant les dernières décennies par les gouvernements successifs avaient pour but ultime d’arabiser les diverses strates de la société. L’arabisation de la société algérienne semblait offrir la possibilité de se défaire du joug de la colonisation en se libérant de l’emprise linguistique française. Les multiples campagnes et décisions arrêtées à cet effet sont éminemment symboliques à plus d’un titre et aboutissent le 16 janvier 1991 à la promulgation de la loi n° 91-05 portant généralisation de l’utilisation de la langue arabe et dont l’article 4 dispose : « Les administrations publiques, les institutions, les entreprises et les associations, quelque soit leur nature, sont tenues d’utiliser la seule langue arabe dans l’ensemble de leurs activités telles que la communication, la gestion administrative, financière, technique et artistique ».

3Les citoyens algériens, bien que conscients de la nécessité de la politique d’arabisation pour leur Nation, ont émis certaines réserves quant aux mesures prises afin d’en appliquer les principes. Il est vrai que les algériens qui avaient pu bénéficier d’une certaine instruction et qui constituaient essentiellement la fonction publique du pays, étaient totalement francophones et voyaient plutôt d’un mauvais œil la substitution du français par la langue arabe. Cette crainte était en partie fondée sur le risque de perdre certains acquis et de voir émerger une nouvelle classe arabophone dont les attaches culturelles seraient totalement opposées.

4Cependant, le constat est le suivant : l’arabe standard/classique n’est pas employé pour la communication et les échanges de la vie quotidienne et n’est la langue maternelle d’aucun locuteur ; sa fonction se limite respectivement aux échanges officiels (éducation, justice, politique) et aux sermons religieux. A ce titre, l’arabe classique revêt plus une valeur symbolique très forte, car il est la langue de la liturgie musulmane, plutôt que de remplir une réelle fonction de socialisation.

5Une mutation profonde n’est pourtant pas à l’ordre du jour. Le Président Bouteflika a réaffirmé lors d’un discours à Constantine durant sa campagne pour la « Charte pour la paix et la réconciliation nationale » en septembre 2005 que « La langue arabe restera la langue nationale et la seule langue officielle de l’Algérie ».

  • 2 Tamazgha : territoire berbère.

6Une telle assertion ne laisse que peu d’espoir quant à une éventuelle reconnaissance de l’arabe algérien (maghribi ou plus populairement daridja) qui représente la lingua franca en Algérie. Les échanges entre la grande majorité des citoyens sont effectivement assurés par le biais de l’arabe algérien qui demeure la langue véhiculaire de la quasi-totalité de la population en dehors de la tamazgha2. Un monolinguisme berbère demeure rare et pour les berbérophones, un bilinguisme berbère-arabe algérien est nécessaire pour pouvoir satisfaire aux besoins de la communication quotidienne. Le maghribi ou daridja ne bénéficie pourtant d’aucun statut institutionnel et demeure donc une langue minorée par l’Etat. L’arabe algérien est essentiellement une langue orale qui contribue, de génération en génération, à la survivance d’une certaine tradition populaire. C’est d’ailleurs le caractère oral et populaire de cette langue qui lui confère si peu de prestige. En fait, les Algériens écrivent une langue qu’ils ne parlent pas et parlent une langue qui ne s’écrit pas !

  • 3   Arouch : comité berbère de négociations.

7L’autre composante du paysage linguistique algérien est la langue berbère, également désignée par le terme tamazight, qui regroupe la langue et ses variantes. Ce n’est que depuis le 8 avril 2002 que le Parlement algérien reconnaît le tamazight « comme langue nationale à côté de l’arabe ». Cette constitutionnalisation ne lui ouvre pourtant pas droit au statut de langue officielle à l’instar de l’arabe. Toutefois, les différentes rencontres entre les arouch3 et le Premier ministre Ouyahia alors en fonction ont abouti à un accord tacite sur une possible et prochaine officialisation du tamazight. L’officialisation du berbère pourrait donner lieu à son introduction dans divers domaines jusqu’alors réservés à la seule langue officielle notamment la justice et l’administration.

8Des initiatives furent prises dès 1995 afin de permettre l’enseignement du berbère dans les écoles et en premier lieu dans les régions à forte concentration berbérophone notamment en Kabylie, dans l’est algérien. La mise en application d’une telle entreprise se révéla bien complexe car il existe plusieurs variantes du berbère. L’enseignement du tamazight, malgré les différentes tentatives, demeure problématique puisque la standardisation de la langue n’est pas encore à l’ordre du jour. Un décret exécutif du 2 décembre 2003 à officialisé la création d’un centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement du tamazight avec pour objectif de mettre en place et d’assurer des conditions adéquates à l’enseignement et à la promotion de la langue amazighe. A ce jour, les études et recherches développées par le centre ne semblent pas encore avoir porté leurs fruits puisque la situation de l’enseignement du tamazight paraît stagner ou tout du moins ne pas sensiblement évoluer.

  • 4   1987, p. 21.

9Actuellement, la reconnaissance de l’identité berbère est indissociable de la langue amazighe ; en effet, bien qu’il n’existe pas une seule communauté berbère, la langue joue le rôle de dénominateur commun comme le souligne Chaker4 : « Antérieurement, la conscience kabyle s’appuyait sur un système de relations tribales, une éthique liée à une organisation socio-politique acéphale (ou segmentaire), une tradition littéraire (…) très vigoureuse (…). Au XXe siècle, la référence essentielle devient la langue, secondairement la conscience d’une historicité berbère du Maghreb, dont les racines sont antérieures à l’Islam ». 

10Le berbère est généralement cantonné à l’environnement familial et demeure la langue de communication intra -groupale.

11Malgré l’arabisation engagée depuis plusieurs décennies, l’utilisation du français est toujours d’actualité. Effectivement, dix années après la date butoir fixée pour une arabisation générale, force est de constater que cet ambitieux objectif est loin d’être atteint. A l’heure actuelle, le français remplit toujours une fonction privilégiée dans l’enseignement supérieur et technique où les cours sont essentiellement dispensés en langue française ; seules les filières des sciences humaines et sociales sont enseignées en langue arabe. Le français domine également le secteur industriel et économique en tant que langue de communication. Quant à son statut, il est moins évident : langue seconde ou langue étrangère ? Le débat est loin d’être clos et le sujet est toujours source de conflit et de controverse. L’arabisation a attisé et attise encore les passions, les pro- et les anti-arabisation montent régulièrement au créneau, drainant avec eux des arguments à charge. Certains souhaiteraient que l’arabisation soit généralisée et totale alors que d’autres prônent un retour à « l’ancien système » où le français était la langue de l’instruction et du savoir. En fait, le français est devenu, à tort ou à raison, le symbole du modernisme et de l’attachement à certaines valeurs occidentales alors que l’arabe reflète plutôt une image traditionnelle empreinte de religiosité.

12L’arabisation ne signifie pourtant pas, tout du moins en théorie, la négation des autres réalités linguistiques du pays. Il ne saurait être question de faire disparaître des langues, reflet de la diversité linguistique algérienne, afin de promouvoir une seule et unique langue censée représenter un Etat-Nation. Le temps n’est pourtant plus à l’enlisement dans une controverse stérile. 

13Quoiqu’il en soit et malgré les nombreuses lois d’arabisation, nous ne pouvons que constater la présence du français dans la vie de tous les jours. Il suffit de marcher le long des rues pour se rendre compte de l’enracinement de la langue française : enseignes, presse écrite, panneaux publicitaires sont généralement rédigés en français. La langue française est omniprésente dans les échanges quotidiens et les locuteurs algériens ont largement recours au code-switching ou « alternance codique » dans leurs conversations. Selon la catégorie sociale, notamment dans les milieux dits « intellectuels », certains échanges s’effectuent même exclusivement en français.

  • 5   S. Abid-Houcine, 2005.

14La redynamisation des échanges avec la France et le développement de projets franco-algériens, dans l’enseignement et dans les domaines culturel et économique, ont conduit à un repositionnement de la langue française au sein de la société algérienne5. Le français a bénéficié d’un renouveau, notamment grâce à la réforme du système éducatif qui a revalorisé l’enseignement des langues étrangères.

Le système éducatif algérien

15La réforme de l’enseignement primaire opéré en 1976 par décret présidentiel donna naissance à l’école polytechnique fondamentale qui entra en application en 1980. Cette réforme contribua à la généralisation de la langue arabe dans l’enseignement primaire et relégua le français au rang de langue seconde/étrangère. Il en fut rapidement de même dans l’enseignement secondaire. L’enseignement de la langue française fut alors introduit en 4e année (CM2) et celui de l’anglais en 9année (3e).

  • 6   S. Abid-Houcine, Legros et Marin, 2005.

16Plus de 25 ans après la création de l’enseignement fondamental, c’est un constat d’échec qui est dressé, ce qui a amené l’actuel gouvernement à initier une réforme, profonde du système éducatif (adoptée par le Conseil des ministres du 30 avril 2002). Ladite réforme a donc été relayée par la refonte des programmes à tous les niveaux scolaires6 et sa mise en place progressive débuta à la rentrée scolaire 2003.

17Une des principales caractéristiques de ce changement est l’accent mis sur l’enseignement précoce des langues étrangères. Ainsi, selon le nouveau programme, la langue française est enseignée comme première langue étrangère dès la seconde année primaire (CE1) ─ application effective à la rentrée scolaire 2004, et l’anglais est introduit en première année du secondaire (6e).

18Premier revers enregistré, preuve de la complexité d’une telle entreprise, la rentrée 2006 voit l’introduction du français retardée à la troisième année primaire (CE2). Les premières retombées de la réforme sont visibles et ne correspondent pas forcément aux résultats escomptés.

19L’enseignement des langues étrangères est un enjeu de poids pour l’Algérie et pour le système éducatif en particulier ; la réussite d’une telle démarche repose en grande partie sur la reconnaissance de la réalité plurilingue et multiculturelle de la société. Il est effectivement indispensable de reconnaître et d’accepter sa propre identité plurielle pour être en mesure de découvrir « l’autre » et la culture exogène et ainsi de développer les valeurs de respect et de tolérance nécessaires à un développement serein de la société.

20Ce nouvel engouement pour les langues et ce désir d’éveil à la diversité ont tout naturellement suscité un regain d’intérêt auprès des ambassades étrangères, notamment française et américaine. Une bataille à peine feutrée semble prendre place sur le terrain du monopole linguistique : français ou anglais ? Français contre anglais ?

21Au-delà de l’aspect purement linguistique que revêt le rapport de force français/anglais, d’autres enjeux, d’ordre bien plus idéologique, semblent motiver les promoteurs de cette compétition.

22Au cœur de cet affrontement entre le français et l’anglais, il est également (ou surtout) question d’asseoir, via la langue, l’influence économique et politique des pays concernés à savoir la France et les Etats-Unis d’Amérique.

23Les décennies d’arabisation intensive ont fait perdre au français sa place prépondérante dans le domaine de l’éducation. La réforme en cours du système éducatif algérien arrive à point nommé pour apporter un souffle nouveau à la langue française et lui laisser entrevoir de nouveaux horizons. En effet, bien que l’Algérie soit considérée comme le deuxième pays francophone au monde, elle a toujours refusé, pour des motifs historiques, de compter parmi les Etats de la Francophonie.

24Dans le contexte actuel de mondialisation et de globalisation c’est tout naturellement que l’anglais, dépourvu de toute connotation hégémonique, a vu son influence croître de manière conséquente. L’Algérie est largement sujette à ce que Benjamin Barber nomme Mc World, essentiellement à travers l’utilisation massive et quasi généralisée des antennes paraboliques et l’incroyable essor de l’outil informatique et d’internet. Le français n’est plus seul sur le terrain des langues, il doit désormais compter avec un adversaire de taille : l’anglais, langue internationale par excellence.

25Dans le but de contrer cette remarquable avancée, la diplomatie française se voit dans l’obligation de déployer des moyens à la hauteur de la menace afin de maintenir une présence effective. De leur côté, les Etats-Unis s’emploient à renforcer leur collaboration avec le milieu scolaire et universitaire.

26Les Algériens ne remettent pas en question la forte présence du français en Algérie et semblent l’admettre comme un effet direct et incontournable de la colonisation passée. Cependant, ils accueillent favorablement l’expansion de l’anglais perçu non seulement comme une langue plus simple avec une portée plus large mais également comme un véritable atout dans l’évolution professionnelle. La langue anglaise bénéficie d’une image moderne ; elle est ressentie comme une langue adaptable et non figée contrairement au français qui souffre de son image de langue rigide ce qui contribue à la rendre peu accessible.

27Les services culturels des ambassades françaises et américaines rivalisent en mettant en œuvre divers projets susceptibles de renforcer la présence de leurs langues respectives sur le territoire algérien.

28En 2004, la France a lancé un programme de vaste envergure visant à former à terme 2000 enseignants de rang magistral. A cet effet, l’école doctorale de langue française a été inaugurée en premier lieu au sein des principales universités algériennes puis suivirent progressivement des antennes parrainées par ces mêmes universités dans tous les centres universitaires. Les enseignements sont assurés sous forme de missions (une semaine en moyenne) par des universitaires français et des enseignants algériens de rang magistral. Cette école doctorale ne se limite pas à la formation des enseignants, elle permet la délivrance d’un diplôme reconnu par les deux parties (France et Algérie) grâce à une co-tutelle (co-direction) durant la rédaction de la thèse de doctorat. Ce suivi par un encadreur français est rendu possible grâce à la prise en charge des doctorants en France (hébergement, déplacements sur le territoire français, remise d’une allocation), deux fois par an, par l’Ambassade de France.

29Les meilleurs étudiants (majors de promotion) de chaque département de français se voient attribuer une bourse de un mois en France avec une prise en charge de l’hébergement et l’attribution d’une allocation ; de plus, ces lauréats bénéficient d’un programme d’enseignement et de bons d’achat d’ouvrages. D’autres formes de bourses existent et sont laissées à l’appréciation de chaque département. La nouveauté 2007 consiste en l’organisation, dans chaque département de français, d’un concours d’écriture à l’occasion de la journée de la francophonie (20 mars). Tous les lauréats (1 par département) bénéficieront d’un séjour culturel de 10 à 15 jours en France afin de leur permettre de découvrir la culture française.

30L’Ambassade de France en Algérie s’efforce également de promouvoir la langue française à travers de nombreux dons d’ouvrages aux bibliothèques universitaires. Elle s’implique aussi de façon directe dans des associations culturelles en participant à la constitution de fonds de bibliothèques et en facilitant l’édition d’ouvrages rédigés en français.

31Malgré tous ces efforts, l’anglais ne cesse d’étendre son influence ; d’un côté les Etats-Unis d’Amérique intensifient leurs échanges avec l’Algérie, et cela ne se limite pas aux domaines militaires et pétrochimiques, d’un autre côté une véritable demande émane de la population algérienne. Ainsi, de nombreuses catégories socioprofessionnelles, notamment dans les domaines scientifiques, expriment clairement le vœu et ressentent le besoin « d’apprendre l’anglais » à des fins professionnelles. En effet, la grande majorité des textes scientifiques sont publiés en anglais, ce qui rend littéralement son apprentissage incontournable ; l’anglais est la langue-clé qui donne accès aux publications et travaux les plus récents à une échelle mondiale.

32De plus, les chercheurs algériens ont pu constater l’usage dominant de l’anglais lors des manifestations scientifiques internationales. Les comités scientifiques de ces manifestations vont même jusqu’à suggérer aux participants de rédiger leurs diapositives en anglais afin d’être compris par le plus grand nombre de participants. Il est vrai que les communications présentées en français ne font pas salle comble et il est souvent constaté une désertion de l’auditoire par faute de compréhension.

  • 7   Noëlle de Chambrun et Anne-Marie Reinhard, actes du colloque « Le français chassé des sciences », (...)

33Ce sentiment de dépendance vis-à-vis de l’anglais dans le domaine des sciences est vérifié non seulement parce qu’il permet d’accéder à l’information mais également parce qu’il est la langue privilégiée de publication. Un chercheur désireux de publier un article se doit de le faire en anglais s’il veut atteindre le plus large lectorat possible. La formule suivante illustre pleinement cet état de fait : publish (in English) or perish7.

34La crainte ressentie par le monde francophone et de surcroît par la France quant au recul progressif et régulier de la langue française semble bel et bien être fondée. Le 8 juin 2004, lors des questions parlementaires, le député Yannick Favennec s’inquiétait déjà de la bataille qui oppose, en Algérie, les partisans de l’enseignement du français et ceux favorables à l’anglais. Il tire la sonnette d’alarme et s’enquiert directement auprès du ministre en charge de la francophonie des mesures entreprises par le gouvernement pour faire face à la menace de l’anglais : « Si en Algérie, la langue française reprend doucement sa place, mettant fin à 20 ans d’arabisation, le choix du français comme première langue étrangère n’est pas chose facile. Les USA semblent exercer d’importantes pressions diplomatiques sur le gouvernement algérien en échange d’une aide financière pour l’application de la réforme scolaire. C’est pourquoi, il souhaite connaître les mesures pour permettre au français de retrouver la place qui était la sienne il y a 20 ans et ainsi mettre un terme à l’hégémonie du « parler utile » : l’anglo-américain ».

35Effectivement, les Etats-Unis développent leur coopération avec l’Algérie dans le domaine de l’éducation. Le service culturel de l’Ambassade américaine offre, avec une politique bien plus discrète, des formations aux administrateurs de l’enseignement supérieur et propose des échanges culturels aux universités. De nombreux projets voient le jour à une échelle plus importante car les moyens mis à la disposition des services concernés semblent plus conséquents. Des délégations américaines se déplacent au sein des académies afin d’observer l’évolution de l’enseignement de l’anglais et l’avancée des programmes nouvellement mis en place. Les Etats-Unis se proposent d’accueillir les meilleurs bacheliers algériens en vue de les former dans les universités américaines. Le soutien des Etats-Unis au développement de l’anglais dans les écoles est une réalité même si celui-ci n’est pas aussi largement médiatisé que l’appui de la France à la langue française.

Conclusion

36Les langues en présence en Algérie laissent espérer la possibilité de concilier unité nationale, identité culturelle et modernité. Le plurilinguisme, loin d’être une perte d’identité, est bien au contraire un enrichissement et une force pour la société.

37L’enseignement précoce des langues étrangères, greffé à cette société plurielle, représente un véritable atout pour un pays tel que l’Algérie. La prise en compte des contextes linguistique et culturel lors de l’apprentissage/enseignement des langues ne peut que contribuer à l’optimisation du potentiel des apprenants et à rendre les formations plus efficaces.

38Les contacts entre universités et académies algériennes et ambassades françaises et américaines se multiplient ; l’investissement consenti dans ce domaine est de taille et laisse espérer une gestion appropriée aux besoins du terrain en dépit de toute idéologie.

39La France semble prête à tout pour stopper ou tout du moins ralentir l’inexorable avancée de la langue anglaise sur son territoire de prédilection. De leur côté les Etats-Unis disposent d’un terrain propice au développement de l’anglais et répondent à une forte demande de la société algérienne.

40C’est une bataille acharnée qui est menée en coulisses entre le français et l’anglais ; l’issue en demeure incertaine à l’heure actuelle et les pronostics restent ouverts aux diverses interprétations. Quoi qu’il en soit, les générations montantes, qui ont su se détacher émotionnellement de la langue française, optent sans complexe pour une langue de communication internationale laissant espérer de nombreuses opportunités.

Image1

Haut de page

Bibliographie

ABID-HOUCINE (S.), Legros (D.) et B. Marin, « De l’usage des manuels de langue dans la construction d’une pensée et d’une idéologie In Revue LAROS, n° 2, décembre 2005, p. 13-26.

BARBER (B.), Djihad vs Mc World. (trad. Michel Valois), Paris, Desclée de Brouwer, 1996.

CHAKER (S.), « L’affirmation identitaire berbère à partir de 1900 : constantes et mutations », ROMM, n° 44, 1987, p 13-33.

CHAKER (S.), « Où en est le berbère en Algérie ? » In Langues et littératures berbères, 13, Paris, L’Harmattan, 1996.

CHAUDENSON (R.) et D. RAKOTOMALALA (D.), Situations Linguistiques de la Francophonie, Etat des Lieux, Agence Universitaire de la Francophonie, Québec, Canada, 2004.

Constitution Algérienne de 1989.

Constitution Algérienne de 1996.

Décret exécutif n° 3-470 portant création, organisation et fonctionnement d’un centre national pédagogique et linguistique pour l’enseignement du Tamazight.

FISHMAN (J. A.), Sociolinguistique, Ed. Labor (Bruxelles) et Nathan (Paris), Coll. « Langue et Cultures », 1971.

FOX (J.), « Revisiting the Storied Landscape of Language Policy Impact Over Time: A Case of Successful Educational Reform », In Curriculum Inquiry, 35:3, 2005,
p. 261-293.

FRANCIS (N.), « Democratic language policy for multilingual educational systems. An interdisciplinary approach » In Language Problems and Language Planning, 29:3, 2005, p. 209-230.

KLEINEIDAM (H.), « Politique de diffusion linguistique et francophonie, l’action linguistique menée par la France », In International Journal of the Sociology of Language, n° 95, Berlin,Walter de Gruyter, 1992, p. 11-31.

Loi numéro 91-05 portant généralisation de la langue arabe.

Ordonnance numéro 96-30 portant modification de la loi numéro 91-05.

RAKOTOMALALA (D.), Le partenariat des langues dans l’espace francophone : description, analyse, gestion, Collection « Langues et développement », Paris, L’Harmattan, 2005.

ROMY-MASLIAH (L. D.), ABID-HOUCINE (S.), « Algerian multiple ties: a sociolinguistic assessment in a post-colonial multicultural environment », 36th Congress of the International Institute of Sociology, Peking, July, 8th-12th 2004.

SWALES (J.), « English as the International language of research » In RELC Journal, n° 16/1, p 1-7.

Haut de page

Annexe

ANNEXES

Loi n° 91-05 du 16 janvier 1991 portant généralisation de l’utilisation de la langue arabe

Chapitre I

Dispositions générales

Article 1

La présente loi a pour objet de fixer les règles générales de l’utilisation, la promotion et la protection de la langue arabe dans les différents domaines de la vie nationale.

Article 2

La langue arabe est une composante de la personnalité nationale authentique et une constante de la nation

Son usage traduit un aspect de souveraineté. Son utilisation est d’ordre public.

Article 3

Toutes les institutions doivent œuvrer à la promotion et à la protection de la langue arabe et veiller à sa pureté et à sa bonne utilisation.

Il est interdit de transcrire la langue arabe en caractères autres que les caractères arabes.

Chapitre II

Domaines d’application

Article 5

Tous les documents officiels, les rapports, et les procès-verbaux des administrations publiques, des institutions, des entreprises et des associations sont rédigés en langue arabe.

L’utilisation de toute langue étrangère dans les délibérations et débats des réunions officielles est interdite.

Article 15

L’enseignement, l’éducation et la formation dans tous les secteurs, dans tous les cycles et dans toutes les spécialités sont dispensés en langue arabe, sous réserve des modalités d’enseignement des langues étrangères.

Article 20

Sous réserve d’une transcription esthétique et d’une expression correcte, les enseignes, les panneaux, les symboles, les panneaux publicitaires ainsi que toute inscription lumineuse, sculptée ou gravée indiquant un établissement, un organisme, une entreprise ou un local et/ou mentionnant l’activité qui s’y exerce, sont exprimés dans la seule langue arabe.

Il peut être fait usage des langues étrangères parallèlement à la langue arabe dans les centres touristiques classés.

Chapitre III

Organes d’exécution, de suivi et de soutien

Article 26

L’Académie algérienne de langue arabe veille à l’enrichissement, la promotion et le développement de la langue arabe pour assurer son rayonnement.

Chapitre IV

Dispositions pénales

Article 29

Tout document officiel préparé dans une autre langue que l’arabe est considéré comme nul et non avenu.

La partie ayant rédigé ou authentifié ledit document assume l’entière responsabilité des effets qui en découlent.

Article 30

Toute violation des dispositions de la présente loi constitue une faute grave entraînant des sanctions disciplinaires.

Article 31

Toute infraction aux dispositions des articles […] est passible d’une amende de 5000 à 10 000 dinars.

Chapitre V

Dispositions transitoires

Article 37

L’enseignement dans la seule langue arabe dans les établissements et les instituts d’enseignement supérieur entrera en vigueur à compter de la première année universitaire 1991/1992 et se poursuivra jusqu’à l’arabisation totale et définitive au plus tard le 5 juillet 1994

Haut de page

Documents annexes

  • (image/gif – 24k)
  • (image/gif – 24k)
Haut de page

Notes

1 1971.

2 Tamazgha : territoire berbère.

3   Arouch : comité berbère de négociations.

4   1987, p. 21.

5   S. Abid-Houcine, 2005.

6   S. Abid-Houcine, Legros et Marin, 2005.

7   Noëlle de Chambrun et Anne-Marie Reinhard, actes du colloque « Le français chassé des sciences », CIREEL, p. 15-20.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samira Abid-Houcine, « Enseignement et éducation en langues étrangères en Algérie : la compétition entre le français et l’anglais », Droit et cultures, 54 | 2007, 143-156.

Référence électronique

Samira Abid-Houcine, « Enseignement et éducation en langues étrangères en Algérie : la compétition entre le français et l’anglais », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 31 mars 2010, consulté le 27 avril 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1860

Haut de page

Auteur

Samira Abid-Houcine

Samira Abid-Houcine, universitaire franco-algérienne, a obtenu son doctorat de linguistique appliquée, didactique des langue étrangères en 2006 après des études universitaires sur la langue anglaise en France et en Algérie (Oran et Sidi-Bel-Abbès) où elle est retournée en 1990. Elle enseigne à l’heure actuelle à l’Université Djilali Liabès où elle dirige le département des langues étrangères. Ses fonctions lui permettent de promouvoir activement la reconnaissance internationale de son jeune mais dynamique département en participant fréquemment à des conférences internationales, notamment en Suède et en Suisse, ainsi qu’en invitant des universitaires étrangers dans son université. Son domaine de recherche concerne essentiellement l’apprentissage des langues étrangères dans un contexte plurilingue. Parmi ses publications on peut citer deux contributions sur les « Politiques linguistiques dans les pays plurilingues et multiculturels : tentative d’adaptation à la situation de l’Algérie contemporaine » au Séminaire international Quelle stratégie linguistique pour l’Algérie ? (2005) et sur le « Rôle du contexte plurilingue algérien dans l’apprentissage d’une langue étrangère » à la 4e Conférence internationale sur l’acquisition d’une troisième langue et le plurilinguisme, Fribourg, Suisse, 2005. Elle est co-auteur de l’intervention qui a été présentée par Daphné Romy-Masliah sur les « Liens multiples de l’Algérie : étude sociolinguistique dans un environnement post-colonial » lors du 26e Congrès International de l’Institut de Sociologie à Pékin (2004).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org