Navigation – Plan du site
L'anglais et les cultures : carrefour ou frontière ?

Dichotomie entre constitution d’un État de droit et mondialisation dans le contexte de la Malaisie : perspective sociolinguistique

The Dichotomy of Nation Building and Globalisation in the Malaysian Context. A Sociolinguistic View
Renate Kärchner-Ober
p. 97-122

Résumés

La mondialisation est devenu l’un des principaux mots-clefs dans le contexte multilingue, multiracial et pluriculturel malaisien alors même que cette nation s’efforce d’accéder au rang de pays développé d’ici à 2020 (« Vision 2020 »). Contrairement à d’autres nations plurilingues dans les pays en voie de développement ou en Europe (notamment en Belgique et en Suisse), la Malaisie n’a qu’une langue officielle, le bahasa malaysia. Cette tentative de fonder l’unité nationale sur la langue s’inscrit, pour les sociétés, cultures et nations, dans un contexte d’évolution vertigineuse de la communication et des technologies qui s’y rattachent à l’ère de la globalisation du 21e siècle. Tout cela ne va pas sans occasionner des effets secondaires.

La Malaisie, en tant que membre de l’ASEAN a – à l’instar de la plupart des pays de la région – une population plurilingue recoupant ses groupes ethniques, Malais, Chinois et Indiens. Ce pays, issu du colonialisme, n’a jamais existé en tant que nation avant le passage des Britanniques et il a longtemps eu la langue anglaise comme unique dénominateur commun. Après l’Indépendance, de larges segments de la population ont rejeté cette langue au nom de son passé colonial.

L’anglais a donc été éliminé progressivement au profit du bahasa malaysia (BM) dans un effort de créer une ‘lingua franca malaya’. BM est l’unique langue officielle et son usage s’étend à la communication officielle, à l’administration gouvernementale, aux écoles et universités. Ce processus de diminution de l’importance de l’anglais dans ces secteurs a entraîné un déclin très sensible de la maîtrise de l’anglais en Malaisie au point d’être pointé du doigt comme menace à l’encontre de Vision 2020. Alors que les sociétés multiculturelles et plurilingues cherchent le plus souvent à équilibrer les intérêts de tous les groupes ethniques en évitant les discriminations, la Malaisie, pays plurilingue, ne reconnaît aucun statut officiel aux autres langues (chinois ou tamil).

Cet article entend explorer l’existence d’une dichotomie en matière de politique linguistique malaisienne. D’une part le renforcement autoritaire d’une langue unique et unificatrice dans un contexte de processus de constitution d’un Etat-Nation a porté ses fruits avec l’existence d’un unique commun dénominateur en terme de communication résolument non colonial. D’autre part une nouvelle dichotomie a vu le jour avec la nécessité de remettre la langue mal-aimée sous les projecteurs, cette langue des colons, cette langue pourvue d’un lourd bagage culturel. A l’heure actuelle, l’anglais est à nouveau valorisé en tant que langue étrangère la plus importante permettant d’atteindre les objectifs de Vision 2020 ainsi que pour le monde globalisé des affaires, de l’économie et du commerce.

Cet article s’efforce de décrire et d’analyser le contexte particulièrement complexe et particulier de la Malaisie. De plus, le statut et la co-existence des langues vont être décrit dans leur relation avec l’anglais comme lingua franca mondialisée et son rôle dans l’environnement malaisien. Enfin, il tente de suggérer des pistes pour combler le fossé entre demandes globales et besoins locaux.

Haut de page

Texte intégral

Note préliminaire

  • 1 Littéralement : fils de la terre. Le terme bumiputra a été créé par l’élite dirigeante à la suite (...)

1Tous les citoyens de la Malaisie sont appelés Malaisiens quelle que soit leur origine ethnique. Le terme Malai(s) concerne uniquement le groupe ethnique autochtone, les termes Sino/Indien(s)ou Sino-Malaysiens/Indien-Malaisiens s’appliquent aux groupes ethniques considérés. Le Bahasa Malaysia, qu’on nomme en français le malais est simplement la « langue de la Malaisie », autrefois appelée BahasaMelayu. Bumiputra1 se réfère principalement aux Malais ainsi qu’à tous les peoples autochtones à l’exception des Chinois, Indiens et Eurasiens. Nous attirons donc l’attention du lecteur sur la différence de terminologie distinguant fondamentalement les Malaisiens des Malais. Le présent article s’intéresse exclusivement au paysage linguistique de la Malaisie occidentale, excluant de ce fait les développements survenus en Malaisie orientale (Etats du Sabah et du Sarawak). Les termes anglais de Malaya/Malaysia (traduits en français par Malaisie dansles deux cas ndlt) seront utilisés pour établir une distinction historique dans leur contexte respectif.

Introduction

2Cet article a pour but d’examiner le rôle de l’anglais dans le scenario en constant mouvement de la langue malaisienne, le malais. L’anglais est présent en Malaisie depuis longtemps. La présence de l’anglais est fort ancienne et n’a cessé d’évoluer sans jamais disparaître complètement. La politique linguistique a constitué un moyen de forger une identité et une unité nationales, d’où la place en tant que facteur d’homogénéisation du bahasa malaysia comme unique langue officielle et nationale du pays. L’anglais, après avoir été un medium d’instruction, a été détrôné du contexte éducatif en 1983. Cela a entraîné une détérioration des compétences linguistique en anglais au point d’alarmer le gouvernement malaisien dans les années 1990 alors que la nation se veut progressive dans tout ce qui a trait à un mode de vie moderne.

  • 2 L’ancien Premier ministre, le Dr. Mahathir Mohamad a présenté le programme « Vision 2020 » au Cons (...)
  • 3 Abdullah, Talif, 2002, p. 216.

3La Malaisie actuelle a pour perspective 2020 (Wawasan2020)2, date à laquelle ce pays devra avoir accédé au statut de pays totalement industrialisé. Dès lors, les questions linguistiques dans ce contexte de « construction nationale » – Vision 2020/globalisation – qui ont suscité de nombreux conflits et une relation fondamentalement dichotomique entre la langue nationale et l’anglais. La politique linguistique malaisienne à propos de l’anglais est qualifiée de question sensible et les problèmes liés à la langue sont susceptibles de générer un fort potentiel de conflits dans la mesure où ils « représentent en général les luttes symboliques à propos de l’identité religieuse, ethnique, culturelle ou nationale »3. Les deux buts principaux du pays, nation et patriotisme (dans l’intérêt des Malais) parallèlement au désir de s’affirmer dans la compétition économique mondiale provoquent des tentions. Le rôle et le statut des langues en mettant l’accent sur le bahasa malaysia et l’anglais symbolisent la situation actuelle..

  • 4 Cf. Aronin, O. Laoire, 2004.
  • 5 Webster Dictionary, 1993, p. 382.

4Le multilinguisme, la multilinguicité4 et la diversité linguistique ont toujours fait partie du paysage linguistique de la région du Sud-Est asiatique. Au nouveau millénaire, la Malaisie, un pays autochtone multilingue, est confronté à des défis linguistiques qui surgissent de sa propre histoire, entre colonisation et post-colonisation, besoins actuels et perspectives futures. L’expression même de dichotomie, selon Webster5, signifie « division en deux parties » et manifeste à plus d’un titre le dilemme de ce pays aux multiples facettes linguistiques. La promotion de la dualité linguistique en Malaisie (malais-anglais) a tendance à se muer en duel linguistique et malgré cela, en dépit de l’importance de l’anglais, aucune politique linguistique à un niveau global n’a été mise en place.

5Comme le suggère le titre de cet article, les notions de « construction nationale » et de « globalisation » constituent les deux domaines intimement liés aux questions linguistique politico-éducative en constante évolution auxquels la Malaisie contemporaine se trouve confrontée.

6Bien que l’intention de cet article soit d’identifier les principaux aspects des batailles linguistiques de la Malaisie à l’heure actuelle, nous sommes pleinement consciente qu’une image exhaustive ne peut être proposée et que la problématique ne sera pas résolue. Il s’agit plutôt ici de délimiter le scénario linguistique hautement complexe de manière équilibrée, alors que surtout la littérature sur ce sujet a surtout tendance à prendre l’un ou l’autre des points de vue à l’égard de l’anglais et des questions sociopolitiques.

Le contexte

  • 6 Gaudart, 1992, p. 11.

7Donc si nous souhaitons comprendre la Malaisie, il nous faut comprendre l’enseignement de la langue là-bas6. A rebours, pour comprendre le profil sociolinguistique de la Malaisie il nous est nécessaire de nous tourner vers certains aspects historiques et d’examiner la diversité ethnique de cette nation.

  • 7 Littéralement Fils du Sol.

8La Malaisie, pays multiethnique, multiconfessionnel et multilingue est constitué de deux parties séparées, à savoir la Péninsule Malaise (Malaisie occidentale) et la Malaisie orientale (Bornéo). La nation comprend 13 états dont deux sont situés en Malaisie orientale (Sabah et Sarawak). Au niveau macro, la population dans son ensemble se classe en Bumiputra7 et non-Bumiputra, à savoir dans le premier cas aux citoyens autochtones et dans le second ceux dont les valeurs culturelles et religieuses diffèrent des premiers. Une telle distinction a été établie afin de définir de manière claire les races en présence.

  • 8 Par exemple les peuples premiers de la Malaisie orientale qui bien que non-musulmans sont autochto (...)
  • 9 Les chiffres variant d’une statistique à l’autre.
  • 10 Littéralement Homme Originel.

9En terme d’ethnicité, les Malais (et autres Bumiputra)8 composent environ 56 % de la population, les Chinois 24 %, les Indiens 8 % et le reste comprend les Thai, Indonésiens, Arabes ou Eurasiens9. La Malaisie orientale a une composition démographique fort différente. Elle est composée de tribus tels que Iban, Kadazans, Bajaus, Melanus et autres. Dans la Péninsule malaise, les tribus autochtones Orang Asli10 forment une minorité. A l’heure actuelle, la population totale de la Malaisie est d’environ 24 millions d’habitants.

10Selon Gordon (2005), on dénombre près de 100 langues dans ce pays, mais il faut noter que les communautés linguistiques majoritaires se composent du bahasa malaysia (y compris ses dialectes), des langues chinoises, du mandarin et du tamil. Au milieu du XIXe siècle, les Britanniques ont fait venir des Chinois et des Indiens pour travailler dans les mines d’étain et dans les plantations de caoutchouc. Au début du XXe siècle, une partie tout à fait conséquente de la population était d’origine immigrée.

  • 11 Dans la Malaisie actuelle.

11A l’inverse des structures sociodémographiques d’autres pays à forte immigration, en Malaisie, à certains moments de son histoire, les immigrants et leurs descendants ont tenu à plus de 80 % les rênes de la puissance économique du pays. Des termes tels que « majorité » ou « minorité » sont inappropriés pour rendre compte de représentations proportionnelles des groupes ethniques et le terme « immigré »11 lui-même est désormais obsolète à son tour.

12Officiellement, l’islam est la religion de ce pays qui a été declaré en 1902 Etat musulman par l’ancien Premier ministre, le Dr. Mahathir Mohamad. Un million de dollars ont été consacrés en vain à la campagne de prosélytisme destinée à convertir les Orang Aslis et les peuples autochtones de la Malaisie orientale. Toutes les religions peuvent être pratiquées librement par leurs groupes confessionnels respectifs. En plus du droit civil, la loi islamique (Sharia) n’est applicable qu’aux citoyens malais musulmans.

13Jusqu’à l’Indépendance en 1957, la Malaisie était sous domination portugaise, hollandaise et britannique ce qui a largement marqué le développement du pays. En 1963, la Malaisie, Sabah, Sarawak et Singapour ont formé la nation nouvelle de Malaisie. Cette situation n’a duré que deux ans et en 1965 Singapour a quitté l’union. Les citoyens de Malaisie vivent séparés selon leurs origines ethniques. Les Malais résidaient dans les régions rurales tandis que les communautés chinoises se retrouvaient dans les quartiers urbains et que les Indiens vivaient et travaillaient majoritairement dans les plantations de caoutchouc. En principe, cet état de fait demeure relativement inchangé à l’heure actuelle.

  • 12 1977.

14Les problèmes de société ne trouvaient pas leur origine dans la disparité du niveau de vie entre les populations rurales plus pauvres et celles plus aisées des villes mais plutôt dans les différences entre groupes ethniques. L’éducation est devenue un moyen par excellence de surmonter la diversité et les inégalités et la question de la langue s’est ainsi retrouvée au cœur de toutes les attentions. Afin de résoudre les problèmes dans le domaine de l’éducation, le Gouvernement a cherché à modifier sa politique en faveur de l’ethnie malaise et par là a contribué à affecter la politique linguistique et éducative à tous les niveaux. L’attention clairement marquée à l’égard de l’identité malaise a placé toutes les autres langues dans la périphérie. La puissance coloniale britannique a laissé la Malaisie dans un état d’inégalité, de jalousie et d’une sorte d’hostilité, comme le décrit Hussein12 : « La population immigrée [i.e. chinoise et indienne]fut amenée à une grande échelle, donnant un nouveau souffle à l’activité économique de la Péninsule [Malaisie], pour le plus grand bénéfice des colons mais de manière évitante au détriment des populations autochtones… en plus de la domination économique des communautés immigrées, plus de 85 % de la classe moyenne était composée d’immigrants. Ceci a jeté les bases d’un jeu d’équilibre de la politique malaisienne, un jeu de réaction communautaire et de contre-réaction à la recherche d’une société plus égalitaire ».

15Il convient donc de nous tourner plus résolument vers la question de savoir si et comment cette ségrégation locale est à mettre en relation avec les divergences économiques et sociales afin de mieux appréhender le développement socioéconomique de la Malaisie qui présente de nombreux traits communs avec celui de la politique linguistique.

Disparités économiques

  • 13 Baharuddin, 2005, p. 3.

16La Malaisie/Malaya a toujours été une société traditionnelle et apolitique. En fait, les disparités économiques existent encore dans de nombreuses sociétés et sont la cause de tensions et problèmes parmi leurs citoyens. Le conflit s’amplifie d’autant plus que différentes cultures qui coexistent peuvent attribuer des avantages ou désavantages économiques à l’appartenance à certains groupes ethniques. Afin de pallier ce déséquilibre, la Malaisie a mis en place une Nouvelle Politique Economique (acronyme anglais NEP) après les troubles interraciaux graves de 1969. Le NEP est un programme économique dont le but essentiel est d’assurer l’égalité interethnique, un équilibre entre les différentes races et d’atteindre et maintenir une stabilité politique. Pourtant, la Malaisie est décrite comme Un Etat sous tension stabilisée ou dans un état de tension stabilisée13. Parmi les pays en voie de développement et dans le monde musulman, la Malaisie constitue un modèle en raison de sa success story économique et de son islamisation modérée. En 2000, la pauvreté a été réduite à environ 5 % (elle était de 30 % en 1970) et on avait atteint un taux d’alphabétisation d’environ 95 %. De plus, la Malaisie est le seul pays frappé par la crise économique de 1997 qui s’en est remis en utilisant ses propres moyens et méthodes sans faire appel au soutien du Fonds Monétaire International (FMI).

17Les progrès de la Malaisie, par ailleurs, ne peuvent être compris qu’à la lumière de l’agenda politique et éducatif rigoureux de l’ancien Premier ministre, le Dr Mahathir Mohamad. La situation actuelle de la Malaisie est loin d’être débarrassée de ses problèmes et de nombreux conflits peuvent surgir, parmi lesquels celui du statut, du rôle et du standard de l’anglais.

18Le NEP établi en 1970 a servi de base à l’amélioration des retards sur le plan économique, afin de garantir certains droits aux Malais. En 1970, le revenu par foyer était distribué ainsi :

Malaisie Péninsulaire : Moyenne des Revenus par Ménage, 1970

Groupes Ethniques

Revenus moyens par foyer (M$ par mois)

Malais

Chinois

Indiens

Autres

Moyenne en zone rurale

Moyenne en zone urbaine

Tous ménages confondus

172

394

304

813

200

428

264

Tableau 1 : Revenu des ménages (Troisième Plan pour la Malaisie 1976-1980)

  • 14 On trouve plus de détails dans Abdullah, 1997, p. 211.

19Cette disparité devient encore plus marquée lorsqu’on se tourne vers les diplômés. Entre 1959 et 1970, le ratio pour les diplômés d’études d’ingénieurs était de 100 Chinois pour un Malais. En sciences il était de 20 contre un, et en médecine de 9 contre un. Ces chiffres reflètent clairement le fait que les Malais étaient nettement à la traine par rapport aux Chinois et aux autres groupes. En 1970, les Bumiputras représentaient 50 % de la population. Le taux de propriétaires parmi les Malais était de 5 %, alors que les Chinois étaient propriétaires à 75 %14. Le retard des Malais était également sensible en termes de conditions socio-économiques et dans les domaines de l’éducation. Afin d’ajuster le NEP, le gouvernement a insisté sur les déséquilibre et l’a ainsi exprimé : « L’Unité nationale était inatteignable sans une plus grande équité et un meilleur équilibre entre les groupes ethniques et sociaux de la Malaisie dans leur participation au développement du pays et dans la répartition des bénéfices de la croissance économique et de la modernisation. L’unité nationale ne peut être assumée si de larges pans de la population demeurent dans la pauvreté... » (Second Plan pour la Malaisie).

  • 15 Principes Nationaux.

20Mentionnons clairement que la mise en place du NEP et des « droits et privilèges spécifiques » pour les Bumiputras intégrés à la Constitution ont suscité des sentiments d’inconfort parmi les citoyens non-Bumiputra ainsi que des tensions patentes ou latentes parmi les autres groupes non-Malais. La stabilité ethnique malaise ayant manifesté sa fragilité, on a eu dès lors recours au Rukunegara15 en tant que notion fondamentale de l’identité nationale : « Nous, citoyens de Malaisie, engageons toute notre énergie et nos efforts afin d’atteindre ces objectifs dans le respects des principes suivants :

Foi en Dieu

Loyauté au Roi et au Pays

Suprématie de la Constitution

Respect de la Loi

  • 16 Cité dans le site official du gouvernement : http://www.gov.my/MYGOV/BI/Directory/Government/About (...)

Respect mutuel et bon comportement social16 ».

  • 17 1997, p. 216.

21La formule « NEP+droits spécifiques » en faveur des Malais n’eut pas l’heureux effet désiré, bien qu’Abdullah17 écrive avec enthousiasme : « 20 ans de NEP ont changé le paysage social de la plupart des centres urbains, en particulier dans la capitale Kuala Lumpur. On peut y voir un nombre croissant de Malais au volant d’automobiles dans les rues de cette ville. (...) Le nombre d’étudiants malais dans l’éducation supérieure semble aussi important que celui de leurs camarades non-Malais, ce qui reflète dans l’ensemble les proportions ethniques de la composition démographique du pays ».

22Un tel constat de succès à l’aune de la capacité de conduire un véhicule à moteur peut paraître naïf au lecteur peu averti de la politique NEP malaisienne. Cela signifie en fait que les Bumiputras bénéficiaient de réductions et d’un système de discrimination positive basé sur la race qui a assuré l’accès des Malais à l’éducation supérieure. Keng (2003) en dresse le constat amer : « Le système de quotas dans la sphère de l’éducation a été brandi par l’élite au pouvoir comme sa ‘réussite’. Mais dans la réalité, il apparaît au grand jour désormais que, 30 ans après son intronisation, le système des quotas a échoué dans son but initial qui était de contribuer à rattraper le retard des étudiants malais et de leur permettre d’entrer en compétition ‘sur un pied d’égalité’ avec les étudiants des autres communautés.

  • 18 2000, p. 209.

23Les médias ont fait écho à certains universitaires récemment sur le fait que 30 ans après la mise en place du système des quotas, les étudiants malais n’étaient toujours pas en mesure de rivaliser avec les étudiants des autres communautés ‘sur un pied d’égalité’. Ce fut une ‘découverte choquante’. Seulement 8 % à 20 % des étudiants malais dans le troisième cycle pourraient rivaliser avec ceux des autres communautés compétition ‘sur un pied d’égalité’ si on abolissait les quotas. Quelle réussite après 30 ans ! »18.

24Wong et James sont toutefois d’un avis moins tranché en affirmant que « Les fruits du NEP apparaissent nettement à travers les progrès de la position socio-économique des malais ».

  • 19 1981.
  • 20 1996.
  • 21 2005, p. 40.

25Les défis internes de la Malaisie se trouvent à présent confrontés aux défis externes que constitue l’avènement de la mondialisation. La faim et les nouveaux besoins ont conduit la Malaisie à rechercher un développement économique et une excellence académique afin d’atteindre les objectifs de Vision 2020. Dans le même temps, la construction nationale et le processus d’harmonie raciale dépeignent une sorte de polarisation. La domination en nombre des Malais au sein du secteur gouvernemental reste acceptable pour la population non-malaise. Cela a été mis en lumière par Sanusi Osman19 et Knytayya Mariappan20 dans leur étude relevant un statu quo non-écrit selon lequel le pouvoir conduisant à former une communauté malaise nationale semble bénéficier d’un consensus. Les résultats de cette recherche démontre une attitude positive à l’égard le la construction politique de la Malaisie. Noor21 révèle que « Ces changements ont pu être réalisés grâce au fort taux de croissance de la Malaisie qui a permis au Malais de Malaisie de rattraper les Malaisiens-Chinois sans que ces derniers aient eu à pâtir du moindre affaiblissement de leur situation économique ».

  • 22 Op. cit.

26Cependant il mentionne également que « Si la situation économique devait s’altérer ou s’il y avait eu des changements importants dans les relations internationales, cette tendance aurait pu être freinée ou même inversée. La compétition entre Malaisiens-Malais et Malaisiens-Chinois aurait alors pu dégénérer en conflit »22.

  • 23 Brown, 2005, p. 3.

27L’agenda politique du gouvernement au regard des « droits spécifiques » est accepté. Il est toutefois nécessaire de rappeler que « Remettre en cause les ‘droits spécifiques’ est un délit passible de peines d’emprisonnement selon les pouvoirs étendus et ambigus définis dans l’Acte de Sédition. Néanmoins les non-Malais, notamment les politiciens et activistes chinois ont fait avancer leur cause à la fois de façon offensive et défensive »23.

28Comme cela a été illustré au cours de cette partie, il nous est aisément possible d’affirmer que les questions socio-économiques, la diversité ethnique, le processus de construction nationale, les défis de la mondialisation, les privilèges accordés à un groupe ethnique, la domination politique des Malais et celle économique des Chinois conduisent inévitablement aux sources des conflits linguistiques aux multiples facettes à pratiquement tous les niveaux. Cela fait l’objet de la prochaine partie de cet article.

La question linguistique – les ambigüités ou « suis-je ma langue ? »24

  • 24 Titre d’un article de Faiz S. Abdullah 2003 qui explore le rôle de la langue et de l’identité parm (...)
  • 25 Centre de Programmes d’Enseignement, 2001.

29Sans l’ombre d’un doute, l’anglais lingua franca à l’échelon planétaire et lingua mundana joue un rôle décisif dans toute planification linguistique dans le monde contemporain. L’anglais en Malaisie a récupéré son statut et son importance dans les programmes d’enseignement qui stipulent que « Les étudiants doivent développer une capacité à maitriser les concepts fondamentaux, les idées scientifiques et à comprendre les développements et recherches scientifiques en anglais dans toute forme de texte scientifique et technique »25.

30Les approches appropriées pour donner à l’anglais son statut de langue seconde forte reste imprécises puisque les problèmes ne sont pas résolus en profondeur et que les manuels ne précisent pas les objectifs et se contentent de décrire ce que les étudiants devraient savoir.

31L’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad a évoqué ce problème épineux avec force. A propos de Perspective 2020, Mahathir (1995) a dit que si les Malaisiens ne maîtrisaient pas l’anglais, « Notre commerce se trouverait cantonné à des transactions domestiques. ….Si nous voulons de bons managers, nous devons maitriser l’anglais ».

  • 26 Mahathir, 1994.

32Quant à la question de la langue nationale, il précise : « Nous ne demandons pas que le Bahasa (Malaysia) soit abandonné mais nous ne devrions pas nous efforcer exagérément de le faire progresser au détriment de la compétition qui se déroule sur le plan mondial »26.

  • 27 Mon argumentation est ici fondée sur les points de vue de certains linguistes malaisiens, éducateu (...)

33Le soutien rigoureux du BM a permis de triompher de la diversité ethnique mais a eu comme effet secondaire l’inévitable27 déclin de la maitrise de l’anglais.

  • 28 2004, p. 407.

34Dès lors, la répartition des langues, en lien étroit avec l’agenda socioculturel et socioéconomique, est devenu un thème majeur dans le processus d’unification de la population multiraciale et linguistiquement hétérogène. Comme le mentionne Ridge28 : « La question de la politique linguistique (et l’attention spécifique dévolue au statut de langue nationale vis-à-vis de l’anglais) ainsi que l’égalité des chances en matière d’éducation sont intrinsèquement liées à tous ces chemins parallèles à la piste menant au sentiment national... surtout sous l’ère de Perspective 2020 ».

  • 29 Wiley, 2002, p. 105 ; cf. également Kremnitz, 1994.
  • 30 Cf. Baskaran, 2005.
  • 31 Ives, 2004, p. 121.

35Après plusieurs étapes historiques, les problèmes de langue persistent encore en Malaisie et se sont multipliés par un effet de miroir tant sur le plan micro que macro. Les langues peuvent devenir « un substitutpour tous facteurs qui sous-tendent le conflit linguistique »29 et peuvent servir d’agenda occulte dans le contexte de ce pays. Le terme « question sensible » reste prédominant et sert à définir la relation conflictuelle entre anglais bahasa malaysia, sans oublier les discussions permanentes à propos de « l’anglais Malaisien » ou autre variétés sous-standardisées30. Adoptant ici la terminologie inventée par Ives31, l’anglais y est perçu soit comme un « Impérialisme Linguistique » soit comme une « Lingua Franca pratique ».

36Contrairement à la plupart des pays multilingues et/ou postcoloniaux, l’ancienne langue coloniale ne bénéficie pas de statut officiel tandis que la langue maternelle d’environ 40 % de la population est écartée de l’éducation et ignorée au sein du gouvernement. La délicate question de la langue doit donc être abordée par un triple biais :

  • 32 En anglais Science, technology, physics. En français science, technologie, physique (ndlt).
  • 33 En dépit du fait que la langue est parlée en Malaisie y compris dans tous les media.
  • 34 New Straits Times, 23 January 2007.

Rôle des Langues

Statut avant l’Indépendance

Après 1957

Compétence

Malais

Renforcement du rôle du Bahasa Malaysia, au détriment de la place de l’anglais

Langue vernaculaire, faiblesse terminologiques dans pratiquement tous les domaines.

Langue vernaculaire, partiellement langue de bazar, bazaar Malay, patois

Statut officiel

Seule langue officielle et nationale, développement linguistique et enrichissement, nombreux emprunts à l’anglais (e.g. sains, teknologi, fizik32).

Langue d’instruction dans l’éducation secondaire et troisième cycle

Seule langue officielle

Insatisfaisante, toutes les races, y compris celles dont c’est la langue maternelle, manquent de compétence à l’écrit dans le 3ème cycle.

Niveau de capacité moyen à faible en BM, carrément faible en anglais

Chinois, tamil

Soutien réduit

Attention limitée des antécédents de ces langues

(cf. Rajaretnam/Nalliah 1999)

Langues Vernaculaires

Aucun statut officiel

Langues Vernaculaires

Ne jouent qu’un rôle marginal dans l’éducation et aucun au gouvernement. Le tamil et le mandarin sont proposes comme langues étrangères33

Aucun statut officiel

Les locuteurs natifs sont partiellement illettrés. Chinois et Indiens reçoivent un enseignement en BM dans le secondaire. Aucune différence n’est faite entre. Malais- non-Malais au Standard 1

Niveau de capacité moyen à faible en BM, carrément faible en anglais

Anglais

Rôle décroissant entre les années 1970-83, variétés de sous-standard de l’anglais (Gill 2002)

Langue dominante, statut officiel, langue d’instruction.

Statut officiel.

Evincé entre 1970 et 1983, discipline d’enseignement.

Réintroduit en 2003 à l’école comme langue d’instruction en maths et science sans grand succès d’après les premiers résultats.

Aucun statut officiel

Déclin inquiétant de la compétence, le manque de capacité à s’exprimer en anglais constitue la raison principale du chômage.34

Niveau de capacité faible dans tous les groupes ethniques

En bref :

En règle générale, les étudiants ont vu leur niveau de capacité moyenne décroitre dans toutes les langues considérées au point de ne plus correspondre avec la demande dans l’éducation supérieure et sur le marché du travail

  • 35 Je fais seulement allusion ici au système d’enseignement publique et n’aborde pas la question des (...)

Table 2 : Language Issues35

  • 36 Suffian bin Hashim, 1976 :p. 324.

37Une étude minutieuse de la littérature et des titres des journaux révèle à quel point la question des langues est scrutée et débattue de manière contradictoire, avec un manque d’unité voire même d’hostilité. Schiffman (1996) souligne que : « La politique linguistique en Malaisie est un sujet qui ne peut être ouvertement abordé sans crainte de se voir condamné selon l’Acte de Sédition de 1948. La loi telle qu’établie par la Constitution (Amendée) de 1971, est que le fait que le malais soit langue officielle et que les autres langues soient tolérées ‘ne saurait être remis en question étant donnée sa stature de question sensible devant être à jamais écartée des débats publics’36. C’est seulement l’une de ces questions tabous (la place de l’Islam, le statut spécial des Malais) qui ne saurait faire l’objet d’une discussion en Malaisie ».

  • 37 Wong & James, 2000 ; Musa, 2002 ; Omar, 2006.
  • 38 1987, p. 66.

38La plupart des chercheurs malaisiens, des responsables éducatifs et des hommes politiques essaient de débattre avec prudence de la question sensible. Certains37 décrivent les problèmes actuels en termes plus critiques et soulignent explicitement les problèmes persistants ainsi que ceux qui surgissent. Asmah, l’un des linguistes malaisiens les plus en vue écrit : « Les Malais, en tant que race, préfèreraient mourir que de perdre leur langue au profit d’une autre étrangère »38.

Bahasa Malaysia et anglais – alliance ou mésalliance ?

  • 39 Ridge, 2004, p. 409.
  • 40 2003.

39Je souhaite ici mettre en lumière le rôle et le statut de l’anglais dans son « aventure disparition-réapparition »39. « L’anglais en Malaisie a effectué un tour complet... », selon Gill40, un linguiste malaisien réputé. Cependant il est encore trop tôt pour se hasarder à faire des prédictions sur le rôle futur de l’anglais. De plus, lorsque nous parlons de l’anglais, nous parlons également du bahasa malaysia. Il est nécessaire d’être attentif à l’histoire de l’anglais en Malaisie dont je trace ici un aperçu.

40Avec la venue des premiers Britanniques au cours du XVIIIe siècle, l’anglais est venu s’ajouter à la mosaïque plurilingue de la péninsule malaise. En 1867, les colonies des Détroits (Penang, Singapore and Malacca) étaient sous contrôle anglais obligeant les dirigeants malais à accepter des résidents britanniques. Depuis lors, l’influence importante de l’anglais dans pratiquement tous les domaines de la vie malaisienne fut spectaculaire et a été perçue comme une richesse à conserver parmi les peuples autochtones.

41L’histoire de l’anglais est étroitement liée au développement des systèmes d’éducation qui appliquait la politique britannique du diviser pour régner. Le développement historique de l’enseignement de l’anglais est divisé en quatre périodes distinctes :

42Avant l’Indépendance, l’éducation se déroulait en quatre langues : malais, chinois, tamil et anglais selon les différents systèmes scolaires. Les écoles anglaises étaient tenues par des missions chrétiennes et principalement fréquentées par l’élite malaise et par les Chinois et Indiens dans les villes.

  • 42 1997, p. 31.

43Une revue de la littérature consacrée à la politique linguistique de la Malaisie revient à obtenir une vision contradictoire et brouillée. Le but primordial de tout État plurilingue postcolonial est de fonder l’unité et sa propre identité. Le rôle et le statut des langues vernaculaires de ce pays doivent être aussi bien définis que celui de la langue de l’ex-colonisateur qui conduit à une situation nécessairement conflictuelle. Comme le soulignent Kaplan et Baldauf42 « L’adoption de langue de l’ancien colon, parlée par une élite et probablement susceptible de faciliter l’accès à un monde moderne plus vaste, ne constitue pas nécessairement un choix approprié si le but de ce choix est de permettre la formation d’une unité nationale, puisque la langue coloniale peut être perçue comme un symbole d’oppression... Si on ne choisit pas une langue étrangère, alors, quelle langue autochtone ? ... Il demeure cependant assez rare, dans des communautés réellement polyglottes qu’une langue soit en fait clairement majoritaire numériquement ».

  • 43 Gill, 2006.

44Bien que l’anglais, comme les autres langues, ait toujours joué un rôle dans la société malaisienne et ait même été considéré comme un facteur d’unité pendant une brève période de son histoire, son rôle a été diminué de facto en dépit de déclarations selon lesquelles l’anglais demeurerait une langue seconde forte. Le statut fluctuant de l’anglais a toujours été l’objet d’attentions particulières et, après des décennies d’élargissement et de replis, il fait à nouveau l’objet d’une mise en évidence. Les universités d’État sont autorisées à le réintroduire comme langue d’enseignement dans certains sujets mais des protestations se sont élevées pour s’opposer à un transfert du bahasa malaysia à l’anglais. En dépit des déclarations avides de Mahathir pour un plus large recours à l’anglais et son assurance que cela ne constituerait pas une menace pour la langue nationale, cette position est restée partiellement lettre morte et seuls quelques essais peu convaincus ont été entrepris pour mettre en pratique les compétences en anglais dans le cadre de l’éducation supérieure. Plus strictement, l’anglais a été réintroduit en 2003 comme medium d’enseignement en sciences et maths. Cela n’a pris que six mois entre son annonce et sa mise en application43. Les premiers résultats ne sont pas aussi prometteurs qu’espéré. D’après moi, les enseignants et étudiants ne sauraient être mis en cause car cette application hâtive a été faite sans considération pédagogique expliquant probablement ces maigres résultats.

45Les multiples atermoiements en matière de politique linguistique ont été dominés par une politique du « tout ou rien » au lieu de réflexions équilibrées ou une recherche de compromis réalistes. Le commun dénominateur bahasa malaysia a rassemblé les Malaisiens de toutes races pour le bien de l’unité nationale. L’anglais a été perçu comme un concurrent plutôt que comme un partenaire. Sur le papier, l’anglais et le bahasa malaysia sont censés être complémentaires mais dans les faits, la route est encore longue. Peut-être qu’Ozog en 1990 fait la meilleure description du futur des deux langues lorsqu’il écrit que le statut de dichotomie pourra disparaître seulement lorsque le bahasa malaysia aura le même prestige que l’anglais.

La question du bilinguisme et du multilinguisme

46Il est temps de se tourner vers l’histoire polyglotte de la Malaisie.

  • 44 Edwards, 2003, p. 28.
  • 45   1976.
  • 46 1979, p. 55.

47Le multilinguisme est un état linguistique prépondérant pour la plupart des peuples du monde, contrairement à l’unilinguisme, « un mal à soigner »44. Dans une certaine mesure, la Malaisie cherche implicitement à promouvoir l’unilinguisme. Si on établit une comparaison avec le paysage linguistique d’il y a trente ans, un nombre croissant de Malaisiens sont unilingues. Le bilinguisme en Malaisie implique les deux langues, anglais et bahasa malaysia et l’éducation bilingue a été proposée. Clammer45 a affirmé que la Malaisie avait une politique d’éducation unilingue. Asmah46 craint une menace en cas d’adoption du système d’enseignement bilingue et indique que « La domination de l’enseignement scolaire par la langue la plus prestigieuse est le plus sûr moyen de repousser l’autre langue dans des secteurs plus obscurs de cet enseignement… la politique linguistique égalitaire s’effrite d’elle-même au vu de son application ».

  • 47 1993, p. 103.

48En général, une distinction est établie entre plurilinguisme individuel et plurilinguisme sociétal. Une attention plus précise révèle qu’en fait cette distinction a du mal à être soutenue. Asmah47 écrit : « La Malaisie est en effet un pays plurilingue dans le sens où y coexistent un nombre important de communautés linguistiques. Cela ne signifie pas nécessairement que les Malaisiens sont tous plurilingues ».

  • 48 Asmah, 1993.
  • 49 Langue du marché.
  • 50 Les pionniers chinois ont épousé des malaises. Leurs descendants sont appelés les Baba Nonya, n’ap (...)
  • 51 Asmah, 1993, p. 92.
  • 52 Ferguson, 1971.
  • 53 2002, p. 106.
  • 54 1992, p. 233.

49Un plurilinguisme indigène a existé en Malaisie depuis des siècles. Les premiers habitants de la Malaisie, tous considérés comme peuples malais, venaient de Sumatra, Java et des iles malayo-polynésiennes. Des marchands en provenance d’Inde, de Chine et des pays arabes se sont installés aux côtés des Malis et ont continué d’y vivre pendant des siècles. Le malais a été la langue véhiculaire de l’archipel de Malaya en raison de facteurs sociolinguistiques, linguistiques et extralinguistiques48. Au XVIe siècle, les premières tentatives de colonisation ont été entreprises par les Portugais (1511) suivis des Hollandais en 1641. Les Britanniques ne sont arrivés qu’en 1786. Ce processus de colonisation dans son ensemble s’est déroulé suivant différentes étapes puisque les États n’ont pas tous été colonisés à la fois. Durant le XIXe siècle, le secteur d’activité lié aux mines d’étain s’est rapidement développé et des plantations de caoutchouc furent implantées, d’où l’encouragement des colons britanniques à faire venir une main d’œuvre d’Inde et de Chine en raison des forts besoins de ces nouveaux secteurs d’activités en expansion fulgurante. Ces langues d’immigration ont encore accru le haut degré de diversité linguistique et le malais a servi de langue d’intercommunication entre les différents groupes. Des Pidgins ont vu le jour du fait des mélanges et le bazar Malay (bahasa pasar, patois)49 fut largement utilisé comme langue de communication parmi les négociants, immigrants ou même pirates. Le lexique malais était formé dans le moule d’éléments structurels chinois ou tamils. Les langues créoles en présence étaient issues du portugais, limité au Malacca, et le Baba Malay des descendants des colons chinois, principalement au Penang et au Malacca50. La communauté linguistique malaise était marquée par une diglossie et la présence de nombreux dialectes51. Jusqu’à l’Indépendance, le malais est demeuré une langue vernaculaire dont le processus de standardisation n’est toujours pas achevé. Après 1957, le malais a acquis le statut de langue nationale et a dû être appris par tous les citoyens malaisiens. Le statut et la fonction des autres langues demeurent vernaculaires, à l’exception de l’anglais. Les catégories de minorité et de majorité ne peuvent être appliquées dans le contexte de la Malaisie. La typologie sociolinguistique de Ferguson52 livre certaines caractéristiques en termes numériques, mais les langues telles que l’arabe ou le mandarin ne correspondent pas à ce type de profil. Je penche pour l’affirmation de Wiley53 selon laquelle le terme de langue minoritaire pose problème lorsqu’il s’agit de minorité numérique. Dans cette même ligne de pensée, Gaudart54 dénonce : « Le plus important ‘groupe minoritaire’, les Chinois, constitue près de 40 % de la population et est considéré comme une menace pour la ‘majorité’ qui comprend près de 50 % de la population. ...Il serait probablement temps que les planificateurs malaisiens commencent à se demander si une langue partagée crée réellement une compréhension interculturelle ».

  • 55 Cf. Haarman, 2003. Dans sa description détaillée du plurilinguisme dans le monde, la situation de (...)
  • 56 Romaine, 2000, p. 33.
  • 57 « Je vais envisager d’envoyer mes enfants à l’école chinoise » (Mohd Razali, 2006) est désormais u (...)

50Comme on l’a établi plus haut, le malais (bahasa malaysia ) est passé de sa position de langue véhiculaire depuis des temps immémoriaux à un rôle fort de seule langue officielle et nationale depuis 1957. A cela s’ajoute le fait qu’aucune tentative n’a été entreprise pour donner aux autres langues premières de près de 40 % des citoyens malaisiens un quelconque statut officiel puisqu’elles étaient considérées comme non-autochtones. A ma connaissance, une telle hypothèse linguistique n’existe dans aucun autre pays en voie de développement ou dans des pays plurilingues européens tels que la Suisse, l’Irlande ou la Belgique55. Bien qu’il soit habituel dans les sociétés plurilingues qu’« en général les groupes les plus puissants dans toute société sont en mesure d’imposer leur langue au moins puissants »56, tel n’est pas le cas de la Malaisie puisque la puissance économique est détenue par les Chinois57. Le plurilinguisme officiel a été rejeté et n’a jamais fait l’objet de débats, dans la mesure où une langue commune a été perçue comme une nécessité indispensable dans le cadre de la construction identitaire nationale de la Malaisie indépendante. Cette politique linguistique quelque peu inflexible doit être comprise à la lumière de son contexte historique, puisque la première aspiration de la Malaisie nouvellement indépendante fut de créer une identité nationale. Les communautés non-malaises n’ont pas supporté cette idée dans un premier temps et ont proposé de faire de l’anglais la langue de la Malaisie postcoloniale afin de surmonter les différences et tensions ethniques.

  • 58 Asmah, 1993.
  • 59 Rudolfo Jacobson, communication personnelle.

51Avant l’Indépendance, bon nombre de Malaisiens étaient bilingues en raison de la politique d’enseignement de cette époque. Il s’agissait de bilingues malais-anglais et également d’un groupe assez important de bilingues malais-arabe. Les non-malais qui parlaient anglais étaient donc tri- ou plurilingues dans la mesure où ils parlaient au moins trois langues et souvent bien plus. Le bilinguisme des Malaisiens appartient le plus souvent au type subordonné58 et l’alternance de codes est un phénomène courant dans la vie de tous les jours et dans les rencontres officielles59.

52Durant la colonisation britannique, l’anglais a eu une influence marquée sur les modèles sociolinguistiques et de nombreux Malaisiens ont utilisé cette langue comme des natifs, de nombreux parents ayant également éduqué leurs enfants dans ces deux langues. La fermeté quant aux restrictions de l’utilisation de l’anglais, le déclin de l’anglais standard et l’élimination progressive de cette langue comme langue d’enseignement dans le contexte scolaire est devenu l’une des principales préoccupations en Malaisie, avec la grande lamentation des enseignants académiques ainsi que des employeurs qui déplorent de manière persistante le niveau de capacité insuffisant en anglais. L’étude la plus récente menée par le ministère de l’Enseignement supérieur a mis au jour des capacités limitées en anglais parmi les 132 000 étudiants universitaires parmi lesquels seuls 5 % atteignent un niveau considéré comme « bon ».

  • 60 The Sun, 20 avril 2006.

53Le Vice-Chancelier suppléant de la Universiti Malay, Mohd. Razali Agus, a affirmé « que les Malaysiens, dans leur ensemble ne sont pas multilingues... et en dehors de leur insuffisance à maîtriser l’anglais, de nombreux Malaisiens, y compris parmi les diplômés, n’étaient pas non plus versés dans les autres langues telles que le chinois, le tamil et l’arabe »60.

54En résumé, la Malaisie a fermement attribué au bahasa malaysia la fonction de langue permettant de fonder l’identité nationale mais reconnait à présent son besoin d’apprentissage de l’anglais afin d’être compétitif sur la scène internationale. Une tension dynamique entre les deux langues persiste et il est probable qu’elle n’est pas près de s’éteindre. Crystal la décrit ainsi : ...« le besoin d’être compris et la quête d’identité entrainent souvent les gens – et les pays – dans des directions opposées ».

55En point final à cette partie, je souhaite citer trois auteurs et leur perspective sur les facultés multilingues des Malaisiens. Dans la partie suivante, je m’attacherai à l’impact de la politique d’enseignement de la Malaisie qui a pour point central la question linguistique.

56La controverse à propos de la mosaïque malaisienne est résumée dans les trois citations suivantes :

  • 61 Han, 2003, p. 24.

57« La Malaisie a un potentiel extraordinaire pour devenir un centre de sous-traitance en raison du nombre élevé d’agents qualifiés capables de s’exprimer dans plusieurs langues et dialectes parmi lesquelsl’anglais, bahasa malaysia, le cantonais, le mandarin, et tamil, tous pouvant être disponible pour servir certains segments du marché61.

  • 62 2005, p. 21.

58La critique acerbe des performances multilingues est débattue par Mohamad62 : « Dans environ 30 ans, il se peut que les gens de ce pays parlent un nouveau bahasa kokse, une cacophonie dérivée d’éléments reconnaissables de malais, d’anglais, d’hokkien, de cantonais et de tamil avec des traces de Sri lankais, kedahan, negerinais, javanais, thai, portuguais, kadazan, iban, SMS etc. Alors on pourra parler de véritable langue nationale que seuls les Malaisiens comprendront ».

  • 63 Chua Abdullah, 1997.

59Et enfin Chua Abdullah exprime ses doutes quant à l’intelligibilité au niveau international de l’anglais : « Un rapport boursier en Singlish, Manglish ou Tinglish (Thai English) ne sera pas compris et les gestionnaires de fonds y trouveront une nouvelle raison de ne pas investir en Malaisie »63.

Considérations à propos de l’Enseignement

  • 64 Dewan Bahasa dan Pustaka, 1967. National Language and Literature Agency, DBP : l’agence de la lang (...)
  • 65 Ridge, 2004, p. 417.
  • 66 The Star, 26 Septembre 2000.

60Le bahasa malaysia, une langue qui « ...pouvait à peine être utilisée pour écrire un simple manuel scolaire scientifique pour le secondaire »64, a subi des changements linguistiques et fonctionnels radicaux en tant que seule langue d’instruction dans l’enseignement. En dépit d’efforts importants entrepris par le DBP, le nombre de publications scientifiques demeure insuffisant dans la plupart des disciplines scientifiques, d’ingénierie et du droit. De 1956 à 1995, le DBP « n’a traduit et publié que 374 ouvrages, alors que les universités publiques en ont publié 168 dans le même temps »65. Des efforts ont été entrepris pour internationaliser la langue et des déclarations sont faites, à l’instar de celle du chef du gouvernement de Selangor, Mohd. Khir Toyo : « Avec 300 millions de locuteurs du Malais, il y a un potentiel réel qu’elle finisse par être acceptée comme langue mondiale pour la recherche académique dans un futur proche… la langue malaise sera un jour à égalité avec le français et l’anglais »66.

  • 67 Cf. Gill, 2002, p. 21.
  • 68 2001.

61Nous devons garder à l’esprit le fait que ce qui distingue une langue mondiale est sa force économique et son avancement technique67. Or comme le rappelle Ammon68, la pression pour que les chercheurs publient en anglais est croissante.

  • 69 Communication personnelle d’Aziz Zaman.
  • 70 Shah, 2002, p. 116.

62Les problèmes deviennent évidents : en raison du déclin marqué de la capacité à maitriser l’anglais durant pratiquement quatre décennies, les étudiants ne sont plus capables de lire et de comprendre les ouvrages de référence en anglais au niveau universitaire et ne sont même pas capables « d’écrire une seule phrase correcte en anglais »69. « En dépit de plus de 10 ans d’anglais, les étudiants manquent de compétences linguistiques qui leur faciliteraient la lecture des ouvrages de référence en anglais »70.

63L’anglais a toujours joué un rôle dans le contexte de la Malaisie mais a été systématiquement écarté de l’enseignement. Il est utilisé dans la communication interethnique par les Chinois et les Indiens qui préfèrent ne pas avoir recours à la langue nationale.

  • 71 Milne/Ratnam, 1974.
  • 72 The Sun, 11 septembre 1999.

64La question de l’anglais fait souvent l’objet d’une controverse hautement émotionnelle et des déclarations mentionnent vaguement qu’« ... il est nécessaire de conserver l’anglais comme langue de communication et pour un usage officiel dans un futur prévisible »71 afin de ne pas s’aliéner la communauté politiquement prédominante et culturellement irritable des Malais qui considèrent leur langue comme un symbole important de l’identité et qui ne ressentent souvent aucun besoin d’apprendre une autre langue puisque le malais est parlé par tous les citoyens malaisiens. L’ancien Premier ministre Mahathir Mohamad, bien connu pour son talent rhétorique sophistiqué le décrit ainsi : « Apprendre l’anglais renforcera l’esprit du nationalisme s’il est utilisé pour apporter le développement et le progrès du pays. …le vrai nationalisme consiste à faire tout ce qui est possible pour le pays, y compris d’apprendre l’anglais »72.

  • 73 Interview d’un Doyen par Gill, 21 septembre 2004.

65En dépit du pragmatisme des remarques de Mahathir, tout le personnel académique n’éprouve pas le besoin d’adopter l’anglais comme langue d’enseignement : « ...nous avons enseigné en malais depuis longtemps. Nous n’avons pas trouvé cela irréalisable. Il y a eu des difficultés mais nous avons continué à enseigner l’ingénierie en malais depuis 20 ans et nous y sommes parvenus »73.

  • 74 Mahatir interrogé par Gill, 16 juin 2005.

66Mahathir, désormais retraité n’a pas mis fin pour autant à sa croisade pour convertir les Malaisiens à l’apprentissage de l’anglais. Il avançait récemment : « D’un point de vue historique, les Européens ont appris l’arabe afin d’acquérir leurs connaissances… mais pour leur travail ils ont également appris le grec afin d’en connaître la langue et le savoir… donc si vous voulez posséder le savoir vous devez acquérir la langue dans laquelle ce savoir est dispensé »74.

Les politiques en matière d’éducation – une image déséquilibrée

  • 75 Pour plus de détails cf. Asmah, Gill, Gaudart.
  • 76 Gaudart, 1992, p. 96.
  • 77 Quelques jours après la rédaction de cet article, la une du The Star’s annonçait : Boost pour les (...)

67Pour comprendre la politique d’enseignement de l’anglais à l’heure actuelle, je vais me cantonner aux questions qui ont surgi après l’indépendance car il est presque impossible d’en relater toutes les caractéristiques ici75.Cependant, il est nécessaire de se livrer à un bref aperçu de la situation au temps de la colonisation afin de mieux saisir le statut ambigu de l’anglais à l’heure actuelle. Sous le mandat britannique, l’éducation était motivée intrinsèquement car elle n’était pas conçue pour élargir les connaissances dans une perspective humboldtienne mais au regard de son intérêt par rapport à un meilleur emploi. Les Britanniques n’étaient pas réellement intéressés à développer le pays mais uniquement à veiller sur leurs propres intérêts. La puissance coloniale avait permis de renforcer un autre type de dichotomie, en l’occurrence la polarisation rural-urbaine puisque les Malais et les Indiens ne devaient pas avoir accès à l’éducation anglaise en zone rurale et que le Bureau Colonial suivait les directives de Frank Swettenham qui avait décrété que les Malais ne devraient pas apprendre l’anglais. Il en allait de même pour les écoles indiennes qui étaient d’un niveau rudimentaire puisque les indiens devaient être cantonnés aux plantations afin d’y assurer la main d’œuvre. A l’inverse, les écoles britanniques des zones urbaines proposaient des standards dignes d’Eton et se concentraient sur un enseignement à l’occidentale. Cela eut pour effet de réduire les barrières ethniques et beaucoup d’entre eux se considéraient comme des sujets de la Couronne britannique76. Les différents groupes ethniques partageaient un nombre important de valeurs et les amitiés interethniques étaient monnaie courante. Le groupe de l’élite urbaine divergeait profondément dans sa perspective mondiale de ceux qui recevaient une éducation dans l’un des trois courants vernaculaires (malais, chinois, tamil) qui n’avaient aucun accès à l’anglais pas plus qu’à un quelconque standard d’éducation. Au nouveau millénaire, les écoles rurales continuent à être à la traine loin derrière les institutions éducatives en ce qui concerne leurs standards77.

68Depuis 1970, bahasa malaysia a été mis en place à tous les niveaux de l’enseignement et dans les secteurs de l’administration gouvernementale. Dès 1983, la disparition de l’anglais au profit bahasa malaysia comme seule langue d’enseignement a été achevée.

  • 78 Malaya, 1951.

69La question de l’éducation bilingue n’a jamais été réellement posée. L’un des rapports gouvernementaux, le Rapport Barnes, a clairement prôné la création d’un système scolaire fondé sur un enseignement bilingue78 avec un accent mis sur l’anglais et sur la mise à égalité du malais avec cette langue. L’objectif était de permettre à tous les citoyens malaisiens de devenir bilingues en anglais et bahasa malaysia.

  • 79 Malaya, 1951, p. 23 ; Gaudart, 1992, p. 96.

70L. J. Barnes, Directeur de la formation sociale de l’Université d’Oxford, a presidé un comité qui a établi les lignes directrices de l’enseignement des langues. Les non-Malais furent ennuyés par le fait que le rapport établissait que l’« On demande aux Chinois et aux Indiens de renoncer progressivement à leur propres écoles dans leur langue et d’envoyer leurs enfants dans les écoles où le malais est la seule langue orientale enseignée… ils doivent le faire sans qu’aucune pression ne leur soit imposée »79.

  • 80   1979.

71Des remarques relatives à l’enseignement des langues dans la perspective d’une unité nationale furent émises par Ibrahim Saad80, qui écrivit que si on voulait parvenir à l’unité, « le gouvernement devrait songer à abolir les écoles dans lesquelles une langue non-malaise est une langue d’instruction (des écoles non-nationales). ... Si le gouvernement pense que la politique d’enseignement permet de promouvoir l’intégration, alors pourquoi existe-t-il des écoles dont la langue d’enseignement est non-nationale ? ».

  • 81 « Quite a number of Chinese and Indian are illiterate in their native tongues, though they communi (...)
  • 82 Time Magazine, décembre 1996.

72L’enseignement en langue native parmi les non-Malais s’est trouvée à un carrefour sous le Traité de l’Education de 1996 qui aurait bien plus facilement causé un fossé racial plutôt que de favoriser l’unité. Officiellement, la langue maternelle des non-Malais est enseignée dans les écoles secondaires si 15 parents le souhaitent. Dans la pratique, la langue maternelle des non-Malais est rarement enseignée et les enfants reçoivent souvent des cours dans leur langue maternelle en dehors du cadre scolaire régulier81. Le recours à une assimilation forcée par l’abandon de la langue maternelle de près de la moitié de la population malaisienne est de plus en plus critiquée et l’ancien Premier ministre, le Dr Mahathir a reconnu que « L’idée auparavant était que les gens deviendraient à 100 pour cent Malais afin de se sentir Malaisiens. Nous reconnaissons à présent que ceci est un pays multi-racial. Nous devons construire des ponts au lieu de tenter d’abattre les barrières qui nous séparent. Loin de nous l’idée de convertir tous les Chinois à l’Islam. Nous demandons à notre peuple, les Musulmans, de ne pas tenter de convertir les gens de force »82.

  • 83 1992, p. 233 f.

73Gaudart83 fait remarquer la vérité inconfortable qui ressort de la planification linguistique en matière d’éducation : « Cette situation fait obstacle à l’éducation linguistique de deux façons : d’abord elle prive les enfants de la possibilité de commencer leur apprentissage scolaire dans leur véritable langue maternelle si l’on admet que l’enseignement dans la langue maternelle est la meilleure entrée dans le système éducatif ; et en second lieu elle interdit l’étude du mandarin en tant que langue internationale et donne à cette langue un statut de langue minoritaire dans le pays, une langue confinée à un groupe ethnique. Alors que l’enseignement du japonais commence à être prôné, il devrait en être de même du mandarin. En ce qui concerne l’éducation indienne, on doit mettre fin à ce triste bourbier des écoles de plantations…l’enseignement bilingue est fort complexe en Malaisie… et doit tenir compte de majorités et minorités aux contours imprécis ».

Remarques conclusives

  • 84 2002, p. 43.
  • 85 1998, p. 140.

74Comme ces diverses parties ont cherché à l’indiquer, il est grand temps pour la Malaisie de repenser les pratiques actuelles en matière de politique linguistique. Pour le moment, le pays effectue un grand écart entre sentiment national et mondialisation. J’affirme que dans une démocratie plurilingue, les différentes langues ne sauraient être placées en périphérie mais au contraire envisagées comme une ressource de haute valeur de la condition humaine. Dans le même sens, j’affirme également qu’une amélioration de l’anglais standard est crucial dans le contexte actuel de la Malaisie, mais je prends aussi acte des arguments de Ismail et Aris84 qui déclarent qu’« il n’est pas nécessaire pour chacun dans le pays de connaître et d’avoir un haut niveau de compétence en anglais », puisque tout le monde n’a pas forcément l’intention d’étudier à l’étranger et peut gagner un salaire acceptable sans avoir besoin de connaître parfaitement l’anglais. Parallèlement, la réalité plurilingue de la Malaisie (+l’anglais) devrait faire l’objet de plus d’attention comme l’écrit Crystal85 : « Si [l’anglais]demeure la seule langue à apprendre, cela sera le plus grand désastre que la planète a jamais connu ».

  • 86 Musa, 2003, p. 165.

75Nous avons montré au cours des ces différentes parties que les hauts et bas de l’anglais dans le contexte multilingue de la Malaisie sont le résultat de la colonisation et de la construction nationale. Ils doivent encore être appliqués à des considérations politiques. Il me semble que les remarques frappées au coin du bon sens de Musa86 pourraient contribuer à triompher de la brèche entre le statut du bahasa malaysia et de l’anglais et j’aimerais conclure avec ses paroles :

76« Dans des communautés où l’anglais est prédominant et le malais faible (comme c’est le cas dans les zones urbaines), nous pourrions enseigner plus de matières en malais et moins en anglais. Parallèlement, dans les zones où prédomine le malais et où l’anglais reste faible (les zones rurales), nous devrions enseigner plus de disciplines en anglais. L’objectif serait que tous les élèves soient couramment bilingues en malais et en anglais ».

Haut de page

Bibliographie

ABDULLAH (F. Hj.), « Affirmative Action Policy in Malaysia: To Restructure Society, to Eradicate Poverty », Ethnic Studies Report, vol. XV, July 1997, 189-221.

ABDULLAH (A. N.)/TALIF (R.), « Bilingualism is Profitable » In: Mukundan, J./Seng, T.Ch. Trends in English Language Teaching. Selected papers from the Malaysia International Conference on English Teaching (MICELT) 1996 and 1998, Serdang, Universiti Putra Malaysia Press, 2002, p. 211-217.

AGUS (M. R.), The Sun, 20 April 2006, 11.

AMMON (U.)(ed.), The Dominance of English as a Language of Science, Berlin, Mouton de Gruyter, 2001.

ARONIN (L.)/O’LAOIRE (M.), « Exploring Multilingualism in Cultural Contexts: Towards a Notion of Multilinguality »In: Hoffmann (Ch.)/Ytsma (J). (eds.), Trilingualism in Family, School and Community, Clevedon, Multilingual Matters, 2004, p. 11- 29.

ASMAH (H. J.), The Teaching of Bahasa Malaysia in the Context of National Language Planning, Kuala Lumpur, Dewan Bahasa dan Pustaka, 1976.

ASMAH (H. J.), Language Planning for Unity and Efficiency, Kuala Lumpur, Penerbit Universitit Malaya, 1979.

ASMAH (H. J.), Language and Society in Malaysia, Kuala Lumpur, Oxford University Press, 1982.

ASMAH (H. J.), National Language and Communication in Multilingual Societies,

KUALA LUMPUR, Dewan Bahasa dan Pustaka Kementerian Pendidikan Malaysia, 1987.

ASMAH (H. J.), Language and Society in Malaysia, Kuala Lumpur, Dewan Bahasa dan Pustaka, 1993, p. 20.

ASMAH (H. J.), « Sociolinguisitc Profile of Malaysia » In: ASMAH. (H. J.), Language and Society in Malaysia, Kuala Lumpur, Dewan Bahasa dan Pustaka, 1993, p. 80-102.

Atan (H.), « English Proficiency still low at local varisities », New Straits Times, 23 January 2007, 8.

BADAWI (A. A.), « Boost for rural schools », The Star, 16 February 2007, 1

BAHARUDDIN (S. M.), « Making Sense of National Unity in Malaysia: ‘Break-Down’ Versus ‘Break-Out’ Perspectives » In: Kabilan (M. K.)/Zaharah (H.) (eds.), Readings on Ethnic Relations in a Multicultural Society. Promoting National Unity and the Practice of Noble Values. Serdang, Fakulti Pengajian Pendidikan UPM, 2005, p. 3-11.

BASKARAN (L. M.), A Malaysian English Primer. Aspects of Malaysian English Features,

KUALA LUMPUR, University of Malaya Press, 2005.

BROWN (G.), Making ethnic citizens: The politics and practice of education in Malaysia, Oxford, Centre for Research on Inequality, Human Security and Ethnicity, CRISE, University of Oxford, CRISE Working Paper n° 23, October 2005 http://www.crise.ox.ac.uk.

CHUA ABDULLAH (B.), The New Straits Times, Education Pages, 26 August 1997.

CLAMMER (J.), « Bahasa Malaysia: Its Modernization and Its Relation to the Politics of National Unity in Peninsular Malaysia », Southeast Asian Affairs, 1976, p. 242-249.

CRYSTAL (D.), English as a Global Language, Cambridge, Cambdrige University Press, 1998.

Educational Planning and Research Division, Ministry of Education, Education in Malaysia, Kuala Lumpur, Government Press, 1970.

Education Act 1996 (Act 550) & Selected Regulations. (As at 15th November 1999), Kuala Lumpur, International Law Book Series.

EDWARDS (J.), « The Importance of Being Bilingual » In: Dewaele (J-M.)/Housen (A.)/Wei (L.)(eds.) Bilingualism: Beyond Basic Principles, Clevedon, Multilingual Matters, 2003, p. 28-42.

GAUDART (H.), Bilingual Education, Townsville, James Cook University of North Queensland, 1992.

GILL (S. K.), English Language Challenges for Malaysia, Serdang, Universiti Putra Malaysia Press, 2002.

GILL (S. K.), « Overview and Framework » In: Gill (S. K.), English Language Challenges for Malaysia, Serdang, Universiti Putra Malaysia Press, 2002, p. 1-6.

GILL (S. K.), « Language Policy in Malaysia:Reversing Direction », Language Policy, Vol 4 n° .3, 2005, p. 241-260.

GILL (S. K.), EMI in Higher Education in Malaysia. The Dilemma of the State and Agents of Implementation, Invitational Symposium 2006, Language Issues in English-medium Universities Across Asia, 8-9 June 2006.

GILL (S. K.), « Medium of Instruction Change in Higher Education in Malaysia: The Reality of Attitudes and Implementation » In: Sica (G.), Advances in LanguageStudies , Monza, Polimetrica Publisher (à paraître).

GORDON (R. G. Jr.) (ed.), Ethnologue: Languages of the World, Fifteenth edition, Dallas, Tex., SIL International, 2005; Online version: http://www.ethnologue.com/ Retrieved 16/ 11/2005.

Government of Malaysia, Second Malaysia Plan1971-1975, Kuala Lumpur, Government Printer, 1971.

Government of Malaysia, Third Malaysia Plan 1976-1980 , Kuala Lumpur, Government Printer, 1976.

HAARMANN (H.), Babylonische Welt. Geschichte und Zukunft der Sprachen, Frankfurt/New York, Campus Verlag, 2001.

HAN (Ch. K.), « Blueprint for Transformation or Business as Usual? A structural Perspective of the Knowledge – based Economy in Malaysia », Syarahan Inaugural , Universiti Putra Malaysia, 2003, p. 24.

HUSSEIN (I.), Some Aspects of the Cultural Problems in Malaysia, Unpublished paper, Colloquium on Southeast Asian Culture, Tübingen (Germany), 1977.

IBRAHIM bin Saad, The Impact of National Medium Schools on Attitudes Related to National Integration in Peninsular Malaysia, PhD Dissertation, Wisconsin, University of Wisconsin-Madison, 1979.

ISMAIL (J.)/ARIS (H.), « The Need to Speak English in Malaysia: What do Learners Say? » In: Mukundan (J.)/Seng (T. Ch.), Trends in English Language Teaching, Selected papers from the Malaysia International Conference on English Teaching (MICELT) 1996 and 1998, Serdang, Universiti Putra Malaysia Press, 2002, p. 35-43.

IVES (P.), « ‘Global English’: Linguistic Imperialism or Practical Lingua Franca? », Studies in Language & Capitalism.; http:// languageandcapitalism.info. Retrieved: 10 January 2007.

KHIR TOYO (M.), The Star, 26 September 2000, 4.

KNTAYYA (K.), Micro and macro ethnicity: Ethnic preferences and structures in Malaysia,Dissertation, Bristol, University of Bristol, 1994.

KREMNITZ (G.), Gesellschaftliche Mehrsprachigkeit, Wien, Braunmüller, 1994.

MAHATHIR (M.), The Sun, 11 September 1999.

MAHATHIR (M.), Time Magazine, December 1996.

Malaya, Report of the Committee on Malay Education, Kuala Lumpur, Government Printer, 1951.

MILNE (R.S.)/RATNAM (K.J.), Malaysia - New States in a New Nation, London, Frank Cass, 1974, p. 47.

MOHAMAD (R.), « Tied up in a Cacophony of Tongues », New Straits Times, 26 February, 2005.

MUSA (B.), An Education System Worthy of Malaysia, Petaling Jaya, Strategic Information Research Development (SIRD), 2003.

NEUFELDT (V.)/GURALNIK (D. B.) (eds.), (1994) Webster’s New World Dictionary of American English, New York, Macmillan, 1994.

NOOR (M. M.), (2005) « Unity the Malaysian Way: Some Empirical Evidence » In: KABILAN (M. K.)/HASSAN (Z.) (ed.), Readings on Ethnic Relations in a Multicultural Society and the Practice of Noble Values,Serdang, Universiti Putra Press, 2005, p. 31-44.

OMAR (Sh.), Malay Business. Revivalism through Entrepreneurship, Petaling Jaya, Pelanduk Publications (M) Sdn.Bhd, 2006.

OZOG (C. K.), « The English Language in Malaysia and its Relationship with the National Language » In: Baldauf (R. B.)/Luke(A.) (eds.) Language Planning and Education in Australia and the South Pacific, Clevedon, Multilingual Matters, 1990.

PANDIAN (A.) (ed.), Global Literacy. Vision, Revisions and Vistas in Education, Serdang, Universiti Putra Malaysia Press, 1999, p. 54-64.

PANDIAN (A.), « English Language Teaching in Malaysia Today » In : Ho (W. K.)/Wong (R.Y.L.) (eds.), English Language Teaching in East Asia Today. Changing Policies andPractices, Singapore, Eastern University Press, 2004, p. 269-292.

RAJARETNAM (Th.)/NALLIAH (M.),(1999) The History of English language Teaching in Malayisa, Shah Alam, Biroteks, 1999.

RAMPTON (M. B.), « Displacing the ‘native speaker’ : Expertise, affiliation and inheritance », ELT Journal, 44/2, 1990, p. 97-101.

RIDGE (B.), « Bangsa Malaysia and Recent Malaysian English Language Policies », Current Issues in Language Planning, vol. 5, n° 4, 2004, p. 407-423.

Rukunegara, http://www.gov.my/MYGOV/BI/Directory/Government/AboutMsianGov/GovRukunegara. Retrieved : 16 February 2007.

SANUSI (O.), « Ikatan etnik dan kelas », In : Husin Ali (S.) (ed.), Ethnicity, Class and Development in Malayisa, Kuala Lumpur, Persatuan Sains Sosial Malaysia, 1983.

SWETTENHAM (F.), British Malaya, London, Allen and Unwin, 1948.

WONG (R.Y.L.)/JAMES (J. E.), « Malaysia » In : HO (W. K.)/WONG (R.Y.L.) (eds.), Language Policies and Language Education. The Impact in East Asian Countries in the Next Decade, Singapore, Eastern Universities Press, 2000, p. 207-239.

Haut de page

Notes

1 Littéralement : fils de la terre. Le terme bumiputra a été créé par l’élite dirigeante à la suite des événements du 13 mai 1969.

2 L’ancien Premier ministre, le Dr. Mahathir Mohamad a présenté le programme « Vision 2020 » au Conseil Malaisien des Affaires en 1991.

3 Abdullah, Talif, 2002, p. 216.

4 Cf. Aronin, O. Laoire, 2004.

5 Webster Dictionary, 1993, p. 382.

6 Gaudart, 1992, p. 11.

7 Littéralement Fils du Sol.

8 Par exemple les peuples premiers de la Malaisie orientale qui bien que non-musulmans sont autochtones.

9 Les chiffres variant d’une statistique à l’autre.

10 Littéralement Homme Originel.

11 Dans la Malaisie actuelle.

12 1977.

13 Baharuddin, 2005, p. 3.

14 On trouve plus de détails dans Abdullah, 1997, p. 211.

15 Principes Nationaux.

16 Cité dans le site official du gouvernement : http://www.gov.my/MYGOV/BI/Directory/Government/AboutMsianGov/GovRukunegara

17 1997, p. 216.

18 2000, p. 209.

19 1981.

20 1996.

21 2005, p. 40.

22 Op. cit.

23 Brown, 2005, p. 3.

24 Titre d’un article de Faiz S. Abdullah 2003 qui explore le rôle de la langue et de l’identité parmi les étudiants non diplômés en Malaisie.

25 Centre de Programmes d’Enseignement, 2001.

26 Mahathir, 1994.

27 Mon argumentation est ici fondée sur les points de vue de certains linguistes malaisiens, éducateurs et parents. Le mythe persiste qu’une langue peut seulement être acquise au détriment des autres ou qu’une langue étrangère est une menace pour la langue maternelle. Je ne partage pas cette position car le bi-multilinguisme ne conduit ni à un échec universitaire par principe, pas plus qu’il ne constitue une menace pour la langue maternelle

28 2004, p. 407.

29 Wiley, 2002, p. 105 ; cf. également Kremnitz, 1994.

30 Cf. Baskaran, 2005.

31 Ives, 2004, p. 121.

32 En anglais Science, technology, physics. En français science, technologie, physique (ndlt).

33 En dépit du fait que la langue est parlée en Malaisie y compris dans tous les media.

34 New Straits Times, 23 January 2007.

35 Je fais seulement allusion ici au système d’enseignement publique et n’aborde pas la question des pensionnats.

36 Suffian bin Hashim, 1976 :p. 324.

37 Wong & James, 2000 ; Musa, 2002 ; Omar, 2006.

38 1987, p. 66.

39 Ridge, 2004, p. 409.

40 2003.

41 Repris de Wong & James, 2000.

42 1997, p. 31.

43 Gill, 2006.

44 Edwards, 2003, p. 28.

45   1976.

46 1979, p. 55.

47 1993, p. 103.

48 Asmah, 1993.

49 Langue du marché.

50 Les pionniers chinois ont épousé des malaises. Leurs descendants sont appelés les Baba Nonya, n’appartenant ni à la culture malaise ni à la chinoise.

51 Asmah, 1993, p. 92.

52 Ferguson, 1971.

53 2002, p. 106.

54 1992, p. 233.

55 Cf. Haarman, 2003. Dans sa description détaillée du plurilinguisme dans le monde, la situation de la Malaisie n’est mentionnée que de façon marginale. Il compare la situation linguistique avec celle de la Russie où la langue d’une étroite majorité constitue la langue nationale.

56 Romaine, 2000, p. 33.

57 « Je vais envisager d’envoyer mes enfants à l’école chinoise » (Mohd Razali, 2006) est désormais une remarque récurrente. Au moment où ces lignes sont écrites, le mandarin est considéré comme une langue étrangère, bien que largement parlé dans le pays et représenté dans les media.

58 Asmah, 1993.

59 Rudolfo Jacobson, communication personnelle.

60 The Sun, 20 avril 2006.

61 Han, 2003, p. 24.

62 2005, p. 21.

63 Chua Abdullah, 1997.

64 Dewan Bahasa dan Pustaka, 1967. National Language and Literature Agency, DBP : l’agence de la langue et de la littérature nationale.

65 Ridge, 2004, p. 417.

66 The Star, 26 Septembre 2000.

67 Cf. Gill, 2002, p. 21.

68 2001.

69 Communication personnelle d’Aziz Zaman.

70 Shah, 2002, p. 116.

71 Milne/Ratnam, 1974.

72 The Sun, 11 septembre 1999.

73 Interview d’un Doyen par Gill, 21 septembre 2004.

74 Mahatir interrogé par Gill, 16 juin 2005.

75 Pour plus de détails cf. Asmah, Gill, Gaudart.

76 Gaudart, 1992, p. 96.

77 Quelques jours après la rédaction de cet article, la une du The Star’s annonçait : Boost pour les écoles rurales. Le Premier Ministre Badawi : « ... nous avons besoin d’une voie rapide pour combler le fossé entre écoles rurales et urbaines ».

78 Malaya, 1951.

79 Malaya, 1951, p. 23 ; Gaudart, 1992, p. 96.

80   1979.

81 « Quite a number of Chinese and Indian are illiterate in their native tongues, though they communicate mainly in their mother tongue in their daily life, they are not proficient in reading and writing Mandarin/Tamil ».

82 Time Magazine, décembre 1996.

83 1992, p. 233 f.

84 2002, p. 43.

85 1998, p. 140.

86 Musa, 2003, p. 165.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renate Kärchner-Ober, « Dichotomie entre constitution d’un État de droit et mondialisation dans le contexte de la Malaisie : perspective sociolinguistique », Droit et cultures, 54 | 2007, 97-122.

Référence électronique

Renate Kärchner-Ober, « Dichotomie entre constitution d’un État de droit et mondialisation dans le contexte de la Malaisie : perspective sociolinguistique », Droit et cultures [En ligne], 54 | 2007-2, mis en ligne le 26 mars 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://droitcultures.revues.org/1836

Haut de page

Auteur

Renate Kärchner-Ober

Renate Kärchner-Ober est maître de conférences au Département des langues étrangères de l’Université Putra Malaysia. Titulaire de deux maîtrises en philologie allemande (langue et littérature) et en musique (artistique et scientifique) obtenues à l’Université de Heidelberg-Mannheim, ses recherches actuelles portent essentiellement sur l’acquisition de la troisième langue, particulièrement l’allemand après l’anglais en L2 dans le contexte de la Malaisie. Elle termine actuellement une thèse de doctorat en sociolinguistique à l’Université de Darmstadt en Allemagne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Droits et Culture est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo L’Harmattan
  • Revues.org